Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26Dossier : Les « années 68 » des s...Critique et discipline

Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Critique et discipline

Les convergences entre la critique radicale et la sociologie des sciences à partir de Mai 68
Critique and discipline. The convergence of radical critique and the sociology of science after May ’68
Renaud Debailly
p. 63-82

Résumés

Nous proposons d’étudier ici les liens entre les études sur les sciences et la critique radicale de la science qui émerge au sein de différents milieux scientifiques à partir de Mai 68. En retraçant l’évolution de ces mouvements de critique, les trajectoires de certains acteurs et les transformations de la sociologie des sciences en France, notre objectif est de cerner les points de convergence et de saisir les conséquences de cette convergence pour la sociologie des sciences.

Haut de page

Texte intégral

STS [Science and Technology Studies] has become an interdisciplinary field that is creating an integrative understanding of the origins, dynamics, and consequences of science and technology. The field is not a narrowly academic endeavor : STS scholars engage activists, scientists, doctors, decisions makers, engineers, and other stakeholders on matter of equity, policy, politics, social change, national development, and economic transformation.
Hackett et al., 2008, 1.

Critical goals, often cast explicitly in the language of epistemology, have been one major motor of STS scholarship. The so-called relativist tradition is now so well established that its “policy” implications are being pressed […]. But the picture it gives of the nature of scientific activity, and hence of the status of scientific knowledge and expertise, departs strikingly from the traditional ideologies of science.
Edge, 1995, 15.

  • 1 Hess, Breyman, Campbell, Martin, 2008.
  • 2 Hess, 1997, 112-147.
  • 3 Bien entendu, ce terme fait aussi référence à la « théorie critique » et aux travaux de Jürgen Habe (...)

1Dans un récent manuel consacré aux Science and Technology Studies (STS)1, les auteurs écrivent qu’il n’est pas possible de comprendre les rapports entre la science, la technologie et les mouvements sociaux sans se référer aux mouvements de protestation au sein même des communautés scientifiques. Selon ces auteurs, les mouvements de critique de la science dans le monde scientifique ont eu des répercussions importantes sur ce domaine de recherche. Sous l’impulsion de revues comme Science for the People, Radical Science Journal ou d’associations comme la British Society for Social Responsibility in Science, les études sur les sciences ont connu un renouveau dès la fin des années 1960. Dans la lignée des extraits de handbook mis en exergue, D. Hess2 qualifie l’un des courants STS de « critique », et il affirme que cette tendance se serait installée durablement au sein des STS. Le terme « critique »3 employé ici renvoie explicitement à la rencontre de traditions de recherche incluant les recherches féministes, les recherches antiracistes, les critiques de la technique, ainsi que les réflexions des scientifiques sur leur responsabilité sociale ou sur le rôle de la science dans la démocratie.

  • 4 Pour les États-Unis, les travaux de Kelly Moore retracent parfaitement l’évolution et les multiples (...)
  • 5 Bowker, Latour, 1987.

2Le constat dressé dans ces manuels s’applique à la France, même si le rapprochement entre les études sur les sciences et les mouvements de critique dans les milieux scientifiques semble moins évident. En effet, la critique de la science en France reste en grande partie « clandestine » pendant les années 1970, alors qu’aux États-Unis et en Angleterre les acteurs forment des associations pour rendre accessible l’information scientifique et technique4 pour certains groupes. L’organisation du milieu académique pose également problème puisque le poids des disciplines dans l’Université en France limite le développement de ce domaine de recherche interdisciplinaire au cours des années 19705. Les STS sont essentiellement présentes à travers la sociologie des sciences dans des laboratoires du CNRS, et elles bénéficient de financements par les Actions thématiques programmées au début des années 1980. Dans ces conditions, les relations entre ces deux domaines semblent moins évidentes que dans le cas américain. Pourtant, Mai 68 en France permet d’envisager les interactions sous un angle nouveau. Si la vie des laboratoires et celle des chercheurs n’ont pas été complètement bouleversées par les événements de Mai 68, parmi les personnes qui ont vécu intensément cette période, certains vont formuler une critique de la science pendant une grande partie des années 1970 qui entre en résonance avec une nouvelle approche qui s’affirme dans les études sur les sciences.

3Il s’agit de s’interroger ici sur la façon dont la critique de la science et ce courant des études sur les sciences ont produit une démystification de celle-ci, et il s’agit également de s’interroger sur les conséquences de cette interaction. Les convergences entre les deux domaines ne relèvent pas d’une introduction des travaux des STS anglo-saxons par les acteurs de la critique de la science, ni d’une réception de la critique sociale par les études des sciences. Les convergences renvoient aux rencontres qui se sont effectivement déroulées par l’intermédiaire d’acteurs occupant des places particulières ainsi que par l’existence d’intérêts intellectuels communs.

4Après avoir présenté la critique de la science en France, nous aborderons les trajectoires de deux chercheurs qui s’intéressèrent à ce mouvement dans la recherche, puis nous nous attacherons à retracer l’évolution de la sociologie des sciences.

La critique radicale de la science en France

De la critique de l’autorité à la contestation de la science

  • 6 Ce que nous désignons par « critique radicale de la science » correspond à ce que Jean-Michel Berth (...)
  • 7 Feher, 2004.
  • 8 Une autre piste pour enrayer les différences hiérarchiques a consisté à partager les salaires dans (...)

5La critique radicale de la science6 qui émerge dans le prolongement de 1968 se présente comme une critique virulente du « scientisme » et de l’idée selon laquelle le progrès scientifique garantirait le progrès humain et social. Cette idée est présentée comme un mythe des sociétés occidentales. Dans cette perspective, la critique radicale de la science renvoie à une interrogation sur la place de la science dans la société, et elle insiste également sur le rôle de la science dans la crise que les sociétés industrielles traversent. Sont ainsi abordés des problèmes aussi différents que les applications militaires de la science (nucléaire militaire), l’impact des sciences sur la nature (nucléaire civil), ou encore les dangers liés aux manipulations génétiques. Une seconde série de problèmes abordés par la critique renvoie à l’institution scientifique elle-même et participe, pour reprendre les termes de Michel Feher7, d’une « extension du champ d’application » de la critique de l’aliénation héritée de 1968. Il s’agit alors de démontrer que, comme toutes les institutions, l’institution scientifique repose sur une hiérarchie écrasante et que les inégalités sont multiples, même dans les laboratoires pourtant étiquetés « à gauche » comme les laboratoires de sociologie. Dans la littérature militante de l’époque, la science est accusée de produire et d’assurer la reproduction des inégalités. L’autogestion semble alors la forme idéale pour organiser la recherche8.

  • 9 La « fluidité » renvoie ici à la porosité des frontières entre les groupes d’extrême gauche et au p (...)
  • 10 Mauger, 1994, 1998.

6Cependant, la critique suppose aussi la possibilité d’un changement radical qui dépasse de loin la question de l’organisation de l’institution scientifique. Les problèmes soulevés par la critique ne peuvent être résolus par de simples réformes au sein des disciplines, ou des changements organisationnels. Il faut réorienter les objectifs de la science pour qu’elle soit plus « juste », c’est-à-dire qu’elle ne serve pas les intérêts de la classe dominante, et que l’expertise ne soit pas un instrument visant à entériner des décisions politiques par exemple. Cette critique de la science n’est pas seulement l’expression d’un gauchisme politique dans une période « fluide9 », mais elle symbolise aussi l’irruption de la subjectivité dans ce domaine. Cela se manifeste par un attrait pour la psychanalyse qui apparaît moins comme une discipline que comme un savoir original, représenté par des figures non académiques comme Jacques Lacan. Les deux aspects de la critique radicale – politique et subjectif – évoquent la tension entre gauchisme politique et gauchisme contre culturel mise en lumière par Gérard Mauger10.

7Cette critique radicale de la science ne se confond pas avec les frontières d’un groupe particulier. Elle ne peut être associée à une seule institution, à une seule discipline, ou même à un groupuscule politique déterminé. Pourtant, plusieurs revues éphémères, aux tonalités distinctes, mettent en cause la neutralité de la science. Elles sont rédigées par des physiciens, des biologistes, des mathématiciens, et quelques chercheurs issus des sciences humaines. Ces revues aux titres évocateurs (Survivre et Vivre, Labo-Contestation, Impascience, Le module enragé, Le cri des labos, etc.) sont publiées entre 1970 et 1977. La durée de vie de ces revues est assez courte. Il est assez rare que ces revues, ronéotypées pour la plupart, soient publiées pendant plus de deux ou trois ans. Les thématiques abordées par ces revues sont communes aux mouvements écologistes alors naissants et au mouvement féministe. Leur rôle est aussi de faire état des différentes luttes existantes dans l’institution scientifique et de relayer des informations pratiques à ce sujet. Ces revues indiquent l’adhésion générale à un anti-impérialisme, à un anticapitalisme et le succès du freudo-marxisme, surtout à travers la figure d’Herbert Marcuse. Enfin, cette critique renvoie au gauchisme qui gagne les syndicats de chercheurs et d’enseignants : le Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup) en 1967 avec Alain Geismar, et le syndicat des chercheurs, le Syndicat national des chercheurs scientifiques (SNCS) avec une tendance gauchiste menée par Francis Bailly. Le premier est alors maître-assistant en physique à Jussieu, et le second est un jeune chercheur au CNRS en physique.

Les acteurs de la critique et les premiers contacts avec les études sur les sciences

8Nous proposons d’examiner les relations entre cette critique de la science et la sociologie des sciences, domaine qui est alors peu développé en France, en laissant de côté l’analyse du discours de la critique. Ces relations s’objectivent à partir de la rencontre entre des acteurs ayant participé à cette critique de la science et des acteurs appartenant au domaine des études sur les sciences, à partir de moments particuliers (e.g. lors de séminaires ou de publications), et enfin elles se traduisent par l’existence de thématiques transversales. On abordera d’abord les trajectoires d’acteurs ayant contribué à développer ces interactions du côté de la critique puis, dans une deuxième partie, notre attention se portera sur les acteurs du domaine des « recherches sur la recherche » qui se sont intéressés à cette critique au cours des années 1970.

  • 11 Comme l’a démontré Georges Benguigui à partir d’une sociologie du vote, il s’agit de disciplines si (...)
  • 12 Avant 1968, l’UEC est un passage obligé pour de nombreux étudiants qui se constituent alors un « ca (...)

9Les acteurs qui participent à la critique radicale des années 1970 sont essentiellement issus des sciences « dures » (i.e. physique, mathématiques, biologie11). L’importance des sciences dures dans ces mouvements renvoie principalement au fait qu’elles sont alors érigées en modèle de scientificité et au fait qu’elles seraient l’incarnation de l’objectivité. Contre cette vision, la critique radicale de la science affirme que même les sciences dures subissent des déterminations, et qu’elles ne sont pas plus objectives que les autres. Née des prolongements de Mai 68, cette critique de la science est liée à des interrogations qui se développent dans la deuxième moitié des années 1960 au sein d’un groupe, le Centre national des jeunes scientifiques (CNJS), dont les membres proposent de réfléchir sur leur pratique professionnelle à l’instar d’autres professions (e.g. médecins). Cependant, le CNJS ne met pas en cause le statut ou la nature de la science, et il reste profondément marqué par le marxisme qui est le principal modèle d’analyse. Ces réflexions sont menées par d’anciens membres de l’Union des étudiants communistes (UEC)12 appartenant à la fraction italienne, fraction qui s’inspire des orientations du Parti communiste italien. Les événements de Mai 68 signent la fin des activités de ce groupe, et la critique radicale de la science qui se développe ensuite sera plus hétérogène politiquement. Les acteurs de la critique vont également prendre leurs distances avec les scientifiques qui s’étaient engagés sur les questions du nucléaire ou contre la guerre du Vietnam, comme Laurent Schwartz par exemple. Pour ces acteurs, les années 1970 représentent alors une période où le militantisme l'emporte sur leurs activités scientifiques.

10À l’origine des relations qui s’établissent entre la sociologie des sciences et la critique de la science, on trouve des acteurs scientifiques nés entre les années 1940 et les années 1950 qui « entrent en critique », et des acteurs plus âgés, nés avant 1930, appartenant au domaine des études sur les sciences. Notre objectif ici n’est pas de dresser un tableau exhaustif des acteurs ayant participé ou contribué ponctuellement à la critique de la science, mais d’insister sur quelques trajectoires cruciales du point de vue des liens entre la critique radicale et la sociologie des sciences.

  • 13 Lévy-Leblond, Jaubert, 1973.
  • 14 À cette période, la maison d’édition cherche à actualiser ses collections face aux événements polit (...)

11En 1973 est publié au Seuil un ouvrage collectif dirigé par Jean-Marc Lévy-Leblond et Alain Jaubert, (Auto)critique de la science13, dans une collection intitulée « Science ouverte ». Il s’agit d’un recueil d’articles dont la plupart sont tirés des revues éphémères, aussi bien françaises qu’anglo-saxonnes, celles-là même que nous évoquions dans la partie précédente. Cet ouvrage est le premier publié dans cette collection qui vient juste d’être reprise par J.-M. Lévy-Leblond14. L’ouvrage est un manifeste pour cette collection qui publiait essentiellement de la vulgarisation scientifique, et il est également un manifeste pour la critique radicale de la science dont il propose un tour d’horizon. Cette collection au Seuil représente alors une possibilité de publication en dehors des revues militantes. Les ouvrages ont pour vocation de s’adresser à un public relativement large, alors que les revues éphémères circulaient essentiellement dans les laboratoires.

  • 15 À cette occasion le jeune physicien s’interroge sur la signification de ces prix. Dans cette adress (...)
  • 16 À l’époque où il dirige cette revue, il est enseignant à l’université de Jussieu (Paris VII) où il (...)
  • 17 Sur la trajectoire de Baudoin Jurdant, nous renvoyons à l’article de M. Quet dans ce numéro.
  • 18 Cette conception s’oppose à une certaine vision de la vulgarisation scientifique reposant sur une d (...)
  • 19 Il a ainsi pu fréquenter le groupe Tel Quel à cette période.

12La trajectoire de J.-M. Lévy-Leblond est particulièrement singulière. Parmi tous les acteurs engagés au cours de cette période, son nom a toujours été étroitement associé à la critique radicale de la science en France et, aujourd’hui encore, il est souvent considéré comme le représentant de ce mouvement parmi les chercheurs. Sa trajectoire est cependant loin d’être représentative de l’ensemble des acteurs qui ont participé à la critique de la science. Ce normalien devient maître de conférences à 27 ans à l’université de Nice où il dirige un laboratoire de physique théorique, après avoir effectué un voyage d’un an aux États-Unis en 1966. Avant de diriger la collection « Science ouverte », il s’est également rendu célèbre en faisant une déclaration à l’occasion du prix Thibaud qui lui était décerné par l’Académie de Lyon15. C’est à partir de cette adresse qu’il devient l’un des représentants de la critique de la science. Celui qui fut aussi le directeur de publication de la revue Impascience16 (fondée en 1975) cumule donc deux statuts différents : celui d’enseignant-chercheur en physique théorique, et celui de directeur de publication dans une collection assez hétérogène. En effet, la collection comprend des essais proches de la vulgarisation scientifique (e.g. Stephen Jay Gould), des ouvrages renvoyant au domaine des études sur les sciences (e.g. Harry Collins, Bruno Latour, Philippe Roqueplo), ou encore des traductions comme celles de Feyerabend (par Baudouin Jurdant17). Par le biais de cette collection, une image particulière de la vulgarisation scientifique se dessine au fur et à mesure des ouvrages publiés. Cette collection se distingue de la vulgarisation scientifique, en introduisant une dimension sociale et culturelle du développement scientifique aussi bien à partir des ouvrages de sociologie des sciences que des essais publiés. J.-M. Lévy-Leblond investit donc un espace qui ne correspond plus aux frontières de l’institution scientifique, ni à une discipline particulière, et il proposera plus tard de « mettre la science en culture18 » en s’opposant à l’idée répandue selon laquelle il faudrait développer et diffuser la culture scientifique par différents canaux. En dirigeant cette collection au Seuil, il est plongé dans un monde culturel et littéraire19 qui influence sa vision de la vulgarisation et sur lequel il s’appuiera pour proposer de (re)mettre la science en culture. Il occupe finalement une position à l’interface du monde universitaire et du monde éditorial.

13Les conversions d’acteurs à la sociologie, et plus particulièrement à la sociologie des sciences dans les années 1970, sont aussi une étape importante pour comprendre le développement des relations entre étude des sciences et critique des sciences. Françoise Laborie, Jacqueline Feldman et John Stewart illustrent ce cas de figure : F. Laborie était chimiste avant de s’intéresser à la sociologie, et J. Feldman travaillait en mathématique et en physique avant de se diriger vers la sociologie. Le dernier a une formation de physicien et s’oriente après ses études vers la génétique à la fin des années 1960, avant de se convertir à la sociologie des sciences aux débuts des années 1980. Ces reconversions en sociologie ne sont pas réellement des ruptures, ou des tournants définitifs, dans les trois trajectoires considérées. Stewart commence sa carrière en tant que sociologue des sciences en travaillant sur la schizophrénie, Laborie propose une ethnologie de laboratoire au début des années 1980, et Feldman travaille sur les rapports entre mathématiques et sciences humaines dès la seconde moitié des années 1970.

  • 20 Feldman, Laborie, 1984.
  • 21 Concernant l’histoire des études sur les femmes et les liens avec le militantisme, voir Lagrave, 19 (...)

14Ces « convertis » quittent leur discipline à la suite de Mai 68 pour se diriger vers la sociologie des sciences. Ce changement se manifeste par la participation à des recherches sociologiques ou des enquêtes sur des domaines dans lesquels ils travaillaient. Cette nouvelle étape dans la trajectoire des acteurs renvoie directement aux personnes rencontrées lors des mobilisations et des actions organisées : ils découvrent alors la sociologie, ou plutôt ils découvrent comment ils pourraient faire la sociologie du monde de la recherche. L’idée n’est donc pas simplement de prolonger l’activisme des années 1970, la sociologie des sciences semble plus généralement prometteuse pour ces acteurs qui remettent en cause leur pratique scientifique. Elle semble porteuse d’une visée critique, ou au moins capable d’accueillir les réflexions qu’ils développent sur la science. Abandonnant l’illusion d’une science neutre et désintéressée, ils pensent pouvoir démontrer qu’elle est contaminée par des intérêts extra-scientifiques. La sociologie des sciences est alors perçue comme un outil pour déconstruire cette illusion. De façon symétrique, la psychanalyse apparaît comme un outil pour déconstruire le rapport de l’individu au savoir. Dans le cas de la psychanalyse comme dans celui de la sociologie des sciences, les acteurs ont d’abord eu un rapport personnel à ces savoirs pendant la période de militantisme. La reconversion vers la sociologie des sciences n’est qu’un cas parmi d’autres de conversion à la suite de 1968. Les études sur les femmes, dans lesquelles sont d’ailleurs impliquées Jacqueline Feldman et Françoise Laborie20, sont un autre domaine où l’on observe à la fin des années 1970 et au début des années 1980 des conversions21.

15Les conversions vers la sociologie des sciences comme vers les études sur le genre relèvent d’une dynamique apparue au lendemain de 1968 que Michael Pollak avait très bien perçue :

  • 22 Pollak, 1989, 15.

On commence également à étudier de plus près ceux qu’on avait pratiquement découverts pendant ce mois de communication intense ; les ouvriers sur leur lieu de travail, les immigrés, les pauvres. Et, rompant avec la sacro-sainte distance entre chercheur et objet d’étude, certains tentent de trouver de nouvelles formes de recherche liant militantisme et analyse. […] À la longue, ces questions génèrent un intérêt porté à l’épistémologie, à la théorie et à l’histoire des sciences, des disciplines sociales notamment22.

16Dans le prolongement de cette perspective, il est possible de concevoir ces conversions et la position de Lévy-Leblond comme différentes modalités d’une hybridation temporaire des rôles. Les préoccupations de ces acteurs rencontrent celles de chercheurs travaillant dans le domaine des études sur les sciences.

La réception de la critique de la science dans les « recherches sur la recherche »

  • 23 Cette partie s’appuie sur des entretiens réalisés avec J.-J. Salomon (18 décembre 2006) et P. Roque (...)
  • 24 Même si sa trajectoire est ponctuée de bifurcations, il est possible de présenter Philippe Roqueplo (...)

17La réception de la critique en dehors des cercles militants constitués autour des revues éphémères participe à l’instauration de relations entre la critique des sciences et la sociologie des sciences. Deux acteurs, entre autres, sont incontournables dans cette réception : l’historien et philosophe des sciences Jean-Jacques Salomon23, et le sociologue des sciences Philippe Roqueplo24.

Jean-Jacques Salomon

  • 25 Sa thèse a été soutenue devant un jury composé de Raymond Aron, Georges Canguilhem, André Lwoff et (...)
  • 26 Sa thèse a été publiée sous le même titre (Salomon, 1970).
  • 27 Solla Price, 1963.
  • 28 Salomon, 1992.
  • 29 Salomon, 1982.

18J.-J. Salomon est un chercheur qui occupe une place particulière puisqu’il évolue dans des organismes internationaux et dirige, avant même d’avoir soutenu sa thèse sous la direction de Raymond Aron et Georges Canguilhem25, la division des politiques de la science et de la technique à l’Organisation de coopération et de développements économiques (OCDE) entre 1963 et 1983. Dans sa thèse, il s’intéresse déjà au lien entre science et politique26. Par des biais divers, il a cherché à introduire des travaux sur la contestation de l’institution scientifique et sur la participation du public aux choix scientifiques et technologiques. La contestation de l’institution scientifique au cours des années 1970 est selon lui une répercussion sociale du développement scientifique. Il s’inscrit ainsi dans la lignée des travaux de Derek J. de Solla Price27. La remise en cause du rôle positif de la science par les scientifiques comme par le public montre que la science est entrée dans « l’ère du soupçon28 » et qu’elle doit dès lors rendre des comptes devant la société29. Autrement dit, la science et les applications technologiques ne peuvent plus être pensées comme avant. Les décisions ne peuvent plus être imposées par en haut, c’est-à-dire par l’État.

19Non seulement il est le rapporteur et le commanditaire de plusieurs rapports à l’OCDE sur ces thèmes – comme le rapport « Science, croissance et société » en 1971 – mais il est aussi enseignant au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) depuis 1978 où il occupe une chaire intitulée « Technologie et société », associée à un centre de recherche « Science, technique et société ». Il s’agit de la première chaire dans le domaine des STS en France qui propose un DEA. Dans la brochure publiée en 1980, cette formation est justifiée de la manière suivante :

  • 30 La présentation du DEA et une autre brochure publiée en 1983 sont disponibles sur le site http://sc (...)

Le développement spectaculaire des sciences et des techniques depuis la deuxième guerre mondiale s’est accompagné d’un grand nombre de problèmes nouveaux : l’institution scientifique a changé de dimension, son influence sur le devenir des sociétés est plus directe, plus étendue et plus complexe ; mais elle aussi devenue l’enjeu de décisions et de débats qui ne s’arrêtent plus aux portes des laboratoires. À l’âge de l’atome, des fusées, des ordinateurs et, sous peu, des biotechnologies, il est impossible de dissocier le système de recherche scientifique et technique de ses déterminations et de ses répercussions économiques, politiques ou sociales. La réflexion sur ce développement et l’étude de ces problèmes demeurent pourtant dispersés, cloisonnés par des disciplines, souvent sans soutien institutionnel ou professionnel, surtout en France30.

  • 31 Après une thèse sous la direction de Pierre Bourdieu, il a travaillé avec Dorothy Nelkin, à Cornell (...)

20En organisant des rencontres et des colloques, Salomon a cherché à favoriser les échanges entre les scientifiques contestataires comme Lévy-Leblond, ou Stephen et Hilary Rose en Angleterre, et les études sur les sciences. Enfin, il a soutenu des candidatures de sociologues des sciences au CNRS à la fin des années 1970 dont celle de Michael Pollak31 et celle de Terry Shinn. À l’instar de Lévy-Leblond, il occupait aussi une position interstitielle ; mais cette position repose sur une ambiguïté puisqu’il était vu comme un membre de l’establishment par les acteurs de la critique radicale d’un côté, et comme un « sympathisant » de la critique par les autres historiens ou les hommes politiques d’un autre côté.

Philippe Roqueplo

  • 32 Le couvent du Saulchoir, situé dans une ancienne abbaye cistercienne, est rattaché à l’ordre Domini (...)
  • 33 La praxéologie désigne une science de l’action humaine visant à définir des lois générales pour exp (...)

21Le deuxième acteur qui joue un rôle central dans l’établissement de liens entre la critique radicale et la sociologie des sciences, c’est Philippe Roqueplo. Ancien élève de l’École polytechnique, il entre en religion après ses études. La Haute Autorité de la Province lui assigne alors la tâche de participer au monde scientifique dans le but d’analyser l’incidence de la mentalité scientifique sur la vie de foi et l’appartenance à une institution croyante. Après s’être formé à la philosophie et à la théologie au sein du Centre d’études du couvent du Saulchoir32, il décide de s’intéresser à la praxéologie33, et devient auditeur libre à l’Insee et à l’Institut de statistiques de l’université de Paris (ISUP) pendant deux ans. Il est alors vicaire de paroisse à temps partiel. Il passe à l’état laïc au milieu des années 1970. Après avoir participé à un groupe de réflexion sur la frontière entre la vie et la mort rassemblant des médecins catholiques, au moment des débats sur l’avortement et de la loi Veil, il se trouve en désaccord sur ces questions avec les autorités religieuses. Il devient alors infirmier pendant un an avant d’intégrer le CNRS et de poursuivre ses recherches sur l’expertise et la vulgarisation scientifique. Il avait débuté ces recherches avant son entrée au CNRS, notamment lorsqu’il menait des recherches au sein du Centre de recherches d’EDF, et lorsqu’il occupait une chaire de philosophie des sciences à l’Institut Catholique au début des années 1970.

  • 34 Roqueplo, 1975. Il s’agit de l’un des premiers ouvrages publiés dans la collection de Lévy-Leblond (...)
  • 35 Roqueplo, 1993.
  • 36 Boy, Donnet-Kamel, Roqueplo, 2000.
  • 37 Gruson, 1974-1975.
  • 38 Ibid, 7.

22Dans Le partage du savoir34, un livre sur la vulgarisation scientifique, il explique notamment qu’elle conduit à une « mythisation » de la science et à une « célébration du mythe de la scientificité ». Outre ses travaux qui concernent le changement climatique35, les risques technologiques et les OGM36, il organise avec Pierre Thuillier et Claude Gruson un séminaire de la Direction générale de la recherche scientifique et technique (DGRST) entre 1974 et 1975 sur l’« incidence des rapports sociaux sur le développement scientifique et technique37 », à la Maison des sciences de l’homme. Ce séminaire fermé rassemble des chercheurs de disciplines différentes sur les questions « sciences et société ». Parmi les membres du séminaire, on trouve Baudouin Jurdant, Jean-Marc Lévy-Leblond, Pierre Papon, Michael Pollak, Dominique Wolton, et Michel Callon, lequel publie dans le rapport ses premiers travaux de sociologie de la traduction. Dans l’introduction de ce rapport, Roqueplo insiste sur la nécessité de dépasser les approches internalistes en histoires de sciences et des techniques pour « élucider sur certains cas précis les diverses façons dont les nouveaux paradigmes dépendent de certains facteurs sociaux et, en même temps, évaluer les limites de cette dépendance38 ».

  • 39 Le GSIEN est un groupe qui s’est formé en 1976. Cette association fournit une information générale (...)
  • 40 Ces conférences de citoyens sont calquées sur les conférences de consensus que le Danish Board of T (...)
  • 41 Conférence organisée à l’initiative de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques (...)

23Le rôle de Roqueplo ne se limite pas à ses travaux ou à l’organisation de rencontres dans le monde académique. Dès les années 1970, alors qu’il travaille sur la question de l’énergie, il adhère au Groupement de scientifiques pour l’information sur l’énergie nucléaire (GSIEN)39, il participe à la revue Politique Hebdo, et il est également l’un des signataires de l’« Appel des 400 » scientifiques en 1974 suite au lancement du programme nucléaire civil. Compagnon de route du PSU, il est l’auteur de documents sur l’énergie nucléaire. Enfin, il faut mentionner que Roqueplo a eu des responsabilités après 1981 au sein du cabinet du ministre de l’Environnement (responsable au secteur énergie), au sein du ministère de l’Industrie (département de l’innovation), et il fut aussi membre du Conseil supérieur de la sûreté et de l’information nucléaires, ainsi que l’un des organisateurs de la première conférence de citoyens40 sur les OGM en 199841.

  • 42 Il faudrait évoquer par exemple la figure de Pierre Thuillier qui participait à la revue La Recherc (...)
  • 43 Pour une description des régimes disciplinaire, transitaire, utilitaire et transversal, voir Shinn, (...)

24Sans être rattaché exclusivement à la sociologie des sciences, ces deux acteurs travaillent à l’intérieur d’un domaine nommé « recherches sur la recherche » au sein duquel ils s’intéressent au développement d’une critique dans le milieu scientifique et à la question de la participation du public aux choix scientifiques. S’ils ne sont certainement pas les seuls à avoir contribué aux échanges entre la critique et la sociologie42, ils illustrent parfaitement comment des échanges peuvent s’établir grâce à des intérêts de recherche communs et des positions académiques permettant d’entreprendre des recherches collectives et de donner une place à la critique des sciences. Un trait caractérise les deux trajectoires présentées : les deux acteurs ne sont pas engagés dans des recherches « disciplinaires » à proprement parler. En proposant de définir différents régimes de recherche, T. Shinn43 propose un modèle rejetant l’opposition binaire entre science pure et science appliquée qui s’avère utile pour comprendre les positions de ces deux acteurs. Par leur position intermédiaire entre le monde académique et des institutions politiques, les deux acteurs étudiés se rapprochent d’un « régime transitaire » dans lequel le chercheur fonde son choix de recherche sur les critères de la discipline, ou selon les critères d’un autre champ (l’industrie, l’économie, la politique) selon les moments. Ce régime se différencie du régime disciplinaire parce que les chercheurs nouent des relations ponctuelles en dehors du monde académique et sortent donc, occasionnellement, du monde académique (les biotechnologies fournissent une excellente illustration du régime transitaire). Le modèle proposé par Shinn peut être transposé à l’étude des sciences humaines, et notamment au cas des études sur les sciences. Ainsi, le régime transitaire ne décrit pas dans notre cas la tension entre les « référents thématiques » (i.e. les questions fondamentales dans une discipline) et les « référents de marché » (i.e. les questions liées à des préoccupations économiques concernant une innovation), mais entre le référent thématique et le référent « critique » qui renvoie aux questions soulevées par les mouvements de critique de la science et à la désacralisation de celle-ci. Cette tension permet alors de rendre compte, chez les deux acteurs, de leur position favorable concernant la démocratie technique, même s’ils suggèrent que la participation peut tourner au rituel politique.

Science et politique dans la « nouvelle sociologie des sciences »

L’hégémonie du courant antidifférenciationniste et ses conséquences sur les rapports sciences/politique

  • 44 Shinn, Ragouet, 2005.
  • 45 Berthelot, 2008.
  • 46 Shinn, Ragouet, 2005, 9.
  • 47 Dubois, 2001.

25La sociologie des sciences est souvent présentée comme une sous-discipline divisée en deux courants : l’un différenciationniste et l’autre antidifférenciationniste44, ou différentialiste et dé-différentialiste45. Le premier courant renvoie aux travaux dans lesquels la science est conçue comme un « mode de connaissance épistémologiquement différent des autres modes d’appréhension de la réalité […]. [La science] non seulement est institutionnellement distincte des autres régions de l’espace social, mais elle se démarque en sus des autres modes de cognition46 ». Le second courant postule que la science ne constitue pas un champ social autonome, et il repose sur l’idée que le savoir scientifique ne se démarque pas fondamentalement des autres formes de savoir. La science est hétérogène, pour reprendre une formule de Callon et Latour. Cette « nouvelle sociologie des sciences47 », devient dominante à partir de 1975, et les travaux autour de M. Callon et B. Latour au sein du Centre de sociologie de l’innovation occupent depuis une place centrale dans ce paysage à travers la théorie de l’acteur-réseau qui s’appuie en partie sur les traditions anglo-saxonnes et s’en distinguent par leur conception du social.

  • 48 La liste de l’European Science Fondation qui classe les revues en histoire et philosophie des scien (...)
  • 49 Callon, Latour, 1982.
  • 50 Fabiani, 1997, 14.

26En effet, la sociologie des sciences est une spécialité où la grande majorité de la production est en langue anglaise48. Michel Callon et Bruno Latour ont joué un rôle important dans la traduction et la diffusion d’une grande partie de ces travaux du point de vue éditorial49. D’autre part, ce courant qui émerge au milieu des années 1970 insiste sur le conflit et entraîne en même temps, comme l’a écrit Fabiani, la fin de la « problématique marxienne d’une sociologie des savoirs et des constructions symboliques en général, attachée à mettre à jour des intérêts de classe au sein d’une production intellectuelle50 ».

27L’hégémonie du courant antidifférenciationniste en sociologie des sciences a eu des conséquences importantes sur la manière d’envisager les relations entre sciences et politiques. Tout d’abord, le scientifique et le non-scientifique ont cessé d’être pensés comme deux domaines séparés ou radicalement distincts. Ensuite, la science n’est plus considérée comme l’unique source de connaissance valable et les lieux de production des savoirs ne sont plus identifiés aux institutions scientifiques. Pour ne retenir que quelques thèmes, on peut dire que cette sociologie des sciences s’est focalisée sur les controverses sociotechniques, la diversité des lieux de production des savoirs et la question de la démocratie technique.

  • 51 Pour la France, nous renvoyons par exemple au travail sur l’Association française contre les myopat (...)

28Par exemple, plusieurs travaux sur les associations de malades ont souligné l’importance des malades dans la production de connaissances scientifiques, le passage « d’objet de la recherche » à « sujet de la recherche » permettant d’envisager une nouvelle forme de politique scientifique intégrant les parties prenantes51. Ces travaux ont notamment permis de battre en brèche la distinction experts/profanes, et on reconnaît ici les préoccupations qui sont au cœur du concept de « forum hybride » proposé notamment par Michel Callon :

  • 52 Barthe, Callon, Lascoumes, 2001, 36.

Forums, parce qu’il s’agit d’espaces ouverts où des groupes peuvent se mobiliser pour débattre des choix techniques qui engagent le collectif. Hybrides, parce que ces groupes engagés et les porte-parole qui prétendent les représenter sont hétérogènes : on y trouve à la fois des experts, des hommes politiques, des techniciens et des profanes qui s’estiment concernés52.

  • 53 Ibid., 49.

29Les controverses sociotechniques ont un rôle central et elles ne sont pas simplement un objet pour la sociologie des sciences. Selon ces auteurs, elles constituent aussi un « enrichissement de la démocratie53 ». Les mêmes auteurs ont proposé un modèle, celui de la « recherche en plein air », qui s’appuierait sur les forums hybrides. Les associations de malades sont l’illustration parfaite de ce modèle de la recherche de plein air. Nous reviendrons plus loin sur les conséquences de cette représentation du point de vue de l’engagement du sociologue. Il faut néanmoins souligner le fait que les STS se sont intéressées à ces thèmes en cherchant à rompre avec une certaine conception de la science et de l’expertise scientifique. Finalement, le trait récurrent dans ce courant est la défense d’une science « ouverte » qui permettrait l’épanouissement d’une démocratie technique. Cela implique une réflexion originale sur la place et le rôle du sociologue.

« La sociologie des sciences est-elle de gauche ? »

30Les conséquences du développement d’une nouvelle sociologie des sciences suggèrent une forme d’inclusion des mouvements de critique des sciences. On pourrait ainsi penser que les études des sciences ont un rôle essentiellement passif dans les interactions dont il est question, qu’elles récupéreraient ou se contenteraient de reformuler ce qui vient à l’origine des mouvements de critique des sciences. Cette vision est très partielle.

  • 54 Latour, 1999.
  • 55 Latour, 1993.

31Les travaux sur l’écologie politique de Latour offrent indéniablement un cadre théorique général qui aborde de façon originale la question de la politique, en commençant par effacer certaines distinctions. L’auteur des Politiques de la nature54 conçoit par exemple les crises écologiques comme des crises de l’objectivité, et non pas comme des crises de la nature. L’écologie politique et l’écologie scientifique seraient inextricablement liées, contrairement à ce que laisserait penser le mythe moderne qui sépare la nature et la politique. Cette conception qui insiste sur l’indifférenciation entre les entités est en rupture avec la filiation marxiste de la sociologie des sciences. Se demandant si la sociologie des sciences est de gauche55, Latour ne dément pas l’influence de la filiation marxiste mais il s’en distingue très nettement, en refusant de se situer sur un axe politique :

  • 56 Ibid., 110.

Vouloir situer la sociologie des sciences, discipline si neuve, si diverse, si radicale, à l’intérieur de la distinction droite/gauche, n’a de sens que si l’on accepte de tirer pour elle la leçon qu’elle tire de tous les autres imbroglios de science et de politique56.

  • 57 Pestre, 2006, 58.

32La conception de la sociologie de Latour repose précisément sur l’art de faire disparaître les frontières entre les entités. Tout en s’inspirant de ces travaux, D. Pestre reconnaît que l’intérêt porté aux reconfigurations et aux arrangements dans le projet latourien a un « coût politique élevé » car il laisse de côté les asymétries et les dominations57. Cette conception de la science et les liens entre sciences et politique rejaillissent aussi sur la façon de penser l’engagement du chercheur.

  • 58 Callon, 1999.
  • 59 Selon Callon, le chercheur fait émerger des entités invisibles et il s’érige de la sorte en porte-p (...)
  • 60 Colloque organisé en 1982 par Jean-Pierre Chevènement qui était alors à la tête du nouveau ministèr (...)

33Dans un numéro de la revue Sociologie du travail consacré à l’engagement du sociologue, Michel Callon a publié un article dans lequel il est revenu sur la place du chercheur dans la sociologie de la traduction58. Se démarquant de l’engagement de Pierre Bourdieu, et refusant de reprendre la notion d’intellectuel, il s’appuie sur les STS afin d’aborder les rapports entre le chercheur et les objets de recherche qu’il étudie. Après avoir rappelé l’importance de la notion de « porte-parole59 » dans les STS, il revient sur son itinéraire et sa volonté de contribuer à l’élaboration d’une politique de la recherche à partir de ses propres travaux lors de l’arrivée de la gauche au pouvoir, au début des années 1980. Si le Centre de sociologie de l’innovation auquel est rattaché Callon est connu pour l’évaluation et la conception des politiques scientifiques, il détaille dans ce texte sur le contexte particulier du colloque « Recherche et technologie60 » dont il fut le rapporteur :

  • 61 Ibid., 69.

J’étais notamment arrivé à la conviction que les liens entre sciences et société ne se laissent pas saisir sur le modèle linéaire, mais plutôt par un modèle en réseau, montrant tous les liens réels constitués entre les chercheurs et leurs différents partenaires, liens qui allaient bien au-delà des traditionnelles relations personnelles ou financières pour toucher à la constitution même des objets de recherche61.

  • 62 Ibid., 74.

34Dans la suite du texte, Callon assigne aux sciences sociales et au chercheur un rôle particulier. Ils doivent participer avec les acteurs à « la mise en forme des leçons qui peuvent être tirées d’une expérience collective en cours62 ». L’enjeu est d’exprimer la généralité de cette expérience afin qu’elle puisse être transposable dans d’autres situations. Cette sociologie performative troque le thème de l’universel, central dans la notion d’intellectuel, pour les notions de transposition et d’attachement :

  • 63 Ibid., 77.

Ne plus parler d’intellectuel, spécifique ou non, collectif ou non, organique ou non, ne plus s’interroger sur les conditions de l’engagement ou du dégagement, faire son deuil de la prise de distance et de l’universalité : tel me semble être l’effort collectif que nous devons entreprendre. Tous ces mots sont impuissants pour décrire les pratiques réelles des sociologues et la contribution des sciences sociales à la performation toujours locale, toujours recommencée des collectifs hybrides dans lesquels nous vivons63.

  • 64 Touraine, 1978. Au début de l’article, Callon propose une relecture rapide du travail de Touraine s (...)

35Présenté de manière particulièrement claire dans cet article, le rôle du chercheur dans la sociologie de la traduction ici est proche de l’intervention sociologique développée par A. Touraine64. Si la sociologie de l’action n’est pas mentionnée en tant que telle dans les travaux des STS, et que l’intervention sociologique n’a pas été employée comme une méthode par les acteurs de ce champ, toutes les deux se construisent contre la neutralité axiologique et la position du chercheur qu’elle suppose. L’idée selon laquelle l’intelligibilité du sens de l’action se dégage de l’interaction avec les acteurs est commune, bien que pour les STS il s’agisse précisément de tenir compte de toutes les entités, y compris des non-humains. Les liens entre sciences et politique et la façon dont cela se traduit dans l’engagement sociologique permettent finalement d’observer une superposition assumée entre le registre de l’analyse et celui de l’action.

  • 65 Gingras, 1995.

36Pour conclure, l’« air de radicalisme65 » de la nouvelle sociologie des sciences n’est pas sans rapport avec la critique radicale de la science. Mai 68 bouleverse une minorité d’acteurs scientifiques entrés récemment dans l’enseignement ou la recherche qui, dans un mouvement réflexif, questionnent le sens de l’activité scientifique et le rôle de la science dans la société. Si l’on peut avancer qu’à partir des années 1970 la science est descendue de son piédestal et que l’on a assisté à une démystification de la science, il ne faut pas imputer ce changement uniquement à la sociologie des sciences, mais aussi à l’émergence d’une critique de la science parmi les acteurs scientifiques et à l’écho qu’elle rencontre dans le domaine des études sur les sciences. L’évolution de la représentation de la science se situe précisément au croisement de la critique radicale de la science et de la sociologie des sciences antidifférenciationnistes qui met en scène trois groupes différents d’acteurs : des scientifiques contestataires, des chercheurs attentifs à ces mouvements de critique des sciences et des chercheurs qui rompent avec une filiation marxiste.

  • 66 Boltanski, Chiapello, 1999.

37Faut-il conclure que la sociologie des sciences qui se développe pendant les années 1970 participe d’une incorporation de la critique, comme le travail de Luc Boltanski et Eve Chiapello le montre pour les transformations contemporaines du capitalisme66 ? Il ne semble pas que l’existence d’un projet critique au sein de la sociologie des sciences corresponde à une incorporation ou à un redéploiement de la critique radicale sur le plan disciplinaire. Le mouvement de critique des sciences et la nouvelle sociologie des sciences participent tous deux au renouvellement de l’appréhension des sciences et de leurs rapports avec la société.

Fig. 1 – La dénonciation des hiérarchies dans les laboratoires

Fig. 1 – La dénonciation des hiérarchies dans les laboratoires

Impascience, no 3, automne-hiver 1975 (reproduit avec l’aimable autorisation de J.-M. Lévy-Leblond).
Numéro numérisé disponible en ligne sur http://science-societe.fr/​impascience-3/​ (consulté le 13 janvier 2015).

Fig. 2 – Une critique des mandarins de la sociologie

Fig. 2 – Une critique des mandarins de la sociologie

Labo-contestation, no 6, été 1972 (reproduit avec l’aimable autorisation de P. Clément).
Numéro numérisé disponible en ligne sur http://science-societe.fr/​labo-contestation-6/​ (consulté le 13 janvier 2015).

Haut de page

Bibliographie

Barthe, Y., Callon, M., Lascoumes, P., 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Benguigui, G., 1986, « Les physiciens sont-ils de gauche et les chimistes de droite ? », Social Science Information sur les Sciences Sociales, 25, p. 725-741.

Berthelot, J.-M., 2008, L’emprise du vrai. Connaissance scientifique et modernité, Paris, PUF.

Blume, S. S., 1974, Toward a Political Sociology of Science, New York, Free Press.

Boltanski, L. , Chiapello, È., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bowker, G. , Latour, B., 1987, “A Booming Discipline Short of Discipline: (Social) Studies of Science in France”, Social Studies of Science, 17, p. 715-748.

Boy, D., Donnet-Kamel, D. , Roqueplo, P., 2000, « Un exemple de démocratie participative : la “conférence de citoyens” sur les organismes génétiquement modifiés », Revue française de science politique, 50, p. 779-809.

Callon, M., 1999, « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, 41, p. 65-78.

Callon, M., Latour, B., 1982, La science telle qu’elle se fait. Une anthologie de la sociologie des sciences de langue anglaise, Paris, Pandore.

Callon, M., Rabeharisoa, V., 1999, Le pouvoir des malades. L’Association française contre les myopathies et la Recherche, Paris, Presses de l’École des Mines.

Dubois, M., 2001, La nouvelle sociologie des sciences, Paris, PUF.

Edge, D., 1995, “Reinventing the Wheel”, dans Jasanoff, S., Markle, G. E., Petersen, J. C., Pinch, T. (dir.), The Handbook of Science and Technology Studies, Londres, Sage, p. 3-27.

Epstein, S., 1995, “The construction of lay expertise: AIDS activism and the forging of credibility in the reform of clinical trials”, Science, Technology and Human Values, 20, p. 408-437.

Fabiani, J.-L., 1997, « Controverses scientifiques, controverses philosophiques. Figures, positions, trajets », Enquête, 5, p. 11-34.

Feher, M., 2004, « Mai 68 dans la pensée », dans Becker, J.-J., Candar, G. (dir.), Histoire des Gauches en France. Vol. 2. xxe siècle : à l’épreuve de l’histoire, Paris, La Découverte, p. 599-623.

Feldman, J., Laborie, F. (dir.), 1984, Le sujet et l’objet : confrontations, Paris, CNRS Éditions.

Gingras, Y., 1995, « Un air de radicalisme : sur quelques tendances récentes en sociologie de la science et de la technologie », Actes de la recherche en sciences sociales, 108, p. 3-17.

Gruson, C. (dir.), 1974-1975, Rapport « Incidence des rapports sociaux sur le développement scientifique et technique », recherche financée par le CORDES.

Hackett, E. J., Amsterdamska, O., Lynch, M., Wajcman, J. (éd.), 2008, Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge, MIT Press.

Hess, D. J., 1997, Science Studies. An Advanced Introduction, New York, New York University Press.

Hess, D. J., Breyman, S., Campbell, N., Martin, B., 2008, “Science, Technology and Social Movements”, dans Hackett, E. J., Amsterdamska, O., Lynch, M., Wajcman, J. (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge, MIT Press, p. 473-498.

Israël, L., Voldman, D. (dir.), 2008, Michael Pollak. De l’identité blessée à une sociologie des possibles, Bruxelles, Complexe.

Jasanoff, S., Markle, G. E., Petersen, J. C., Pinch, T. (dir.), 1995, The Handbook of Science and Technology Studies, Londres, Sage.

Lagrave, R.-M., 1990, « Recherches féministes ou recherches sur les femmes ? », Actes de la recherche en sciences sociales, 83, p. 27-39.

Latour, B., 1993, « La sociologie des sciences est-elle de gauche ? », Futur antérieur, 19-20, p. 99-110.

Latour, B., 1999, Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, Paris, La Découverte.

Lévy-Leblond, J.-M., 1970, « Adresse à l’académie de Lyon », Les Temps Modernes, 288, p. 136.

Lévy-Leblond, J.-M., 1986, Mettre la science en culture, Nice, Anaïs.

Lévy-Leblond, J.-M., Jaubert, A. (dir.), 1973, (Auto)critique de la science, Paris, Seuil.

Matonti, F., Pudal, B., 2008, « L’UEC ou l’autonomie confisquée (1956-1968) », dans Damamme, D., Gobille, B., Matonti, F., Pudal, B. (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 130-143.

Mauger, G., 1994, « Gauchisme, contre-culture et néo-libéralisme. Pour une histoire de la génération de Mai 68 », CURAPP, L’identité politique, Paris, PUF, p. 206-226.

Mauger, G., 1998, « En France, trente ans après, comment analyser Mai 68 ? », Scalpel, 4-5, p. 169-177.

Moore, K., 2008, Disrupting Science. Social Movements, American Scientists, and the Politics of the Military, 1945-1975, Princeton, Princeton University Press.

Pestre, D., 2006, Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte.

Pollak, M., 1989, « Signes de crise, signes de changement », Cahiers de l’IHTP, 11, p. 9-20.

Ragouet, P., Shinn, T., 2005, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’agir.

Roqueplo, P., 1975, Le partage du savoir. Science, culture, vulgarisation, Paris, Seuil.

Roqueplo, P., 1993, Climats sous surveillance. Limites et conditions de l’expertise scientifique, Paris, Economica.

Salomon, J.-J., 1970, Science et politique, Paris, Seuil.

Salomon, J.-J., 1982, Prométhée empêtré. La résistance au changement technique, Paris, Pergamon Press.

Salomon, J.-J., 1992, Le destin technologique, Paris, Balland.

Serry, H., 2004, « Organisation de la production éditoriale et croissance de l’entreprise : collections de vulgarisation et collections littéraires aux Éditions du Seuil (1935-1975) », dans Bouquillon, P., Combès, Y. (dir.), Les industries de la culture et de la communication en mutation, Paris, L’Harmattan, p. 77-87.

Shinn, T., 2000, « Axes thématiques et marché de diffusion : La science en France, 1975-1999 », Sociologie et sociétés, 32, p. 43-69.

Sismondo, S., 2008, “Science and Technology Studies and an Engaged Program”, dans Hackett, E. J., Amsterdamska, O., Lynch, M., Wajcman, J. (dir.), Handbook of Science and Technology Studies, Cambridge, MIT Press, p. 13-31.

Solla Price, D. J. de, 1963, Little science, Big Science, Columbia, Columbia University Press.

Sommier, I., 2008, « Les gauchismes », dans Damamme, D., Gobille, B., Matonti, F., Pudal, B. (dir.), Mai-Juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 295-305.

Touraine, A., 1978, La voix et le regard, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Hess, Breyman, Campbell, Martin, 2008.

2 Hess, 1997, 112-147.

3 Bien entendu, ce terme fait aussi référence à la « théorie critique » et aux travaux de Jürgen Habermas en particulier.

4 Pour les États-Unis, les travaux de Kelly Moore retracent parfaitement l’évolution et les multiples formes de cette contestation dès les années 1940. Moore, 2008 ; Blume, 1974.

5 Bowker, Latour, 1987.

6 Ce que nous désignons par « critique radicale de la science » correspond à ce que Jean-Michel Berthelot nomme un « mouvement de délégitimation ethico-politique » (Berthelot, 2008). Nous préférerons le terme « critique radicale » à celui de « mouvement de délégitimation » parce que ce dernier est construit sur la dimension formelle ou organisationnelle qui est précisément un aspect problématique du développement de la critique de la science. Par ailleurs, au début de ces mouvements, l’aspect « éthique » est absent.

7 Feher, 2004.

8 Une autre piste pour enrayer les différences hiérarchiques a consisté à partager les salaires dans les laboratoires entre les membres volontaires.

9 La « fluidité » renvoie ici à la porosité des frontières entre les groupes d’extrême gauche et au passage des militants d’une organisation à l’autre, voir Sommier, 2008.

10 Mauger, 1994, 1998.

11 Comme l’a démontré Georges Benguigui à partir d’une sociologie du vote, il s’agit de disciplines situées politiquement à gauche. Voir Benguigui, 1986.

12 Avant 1968, l’UEC est un passage obligé pour de nombreux étudiants qui se constituent alors un « capital militant » (Matonti, Pudal, 2008).

13 Lévy-Leblond, Jaubert, 1973.

14 À cette période, la maison d’édition cherche à actualiser ses collections face aux événements politiques. Le succès du Seuil avait été jusque-là fondé sur les ouvrages de vulgarisation. Voir Serry, 2004.

15 À cette occasion le jeune physicien s’interroge sur la signification de ces prix. Dans cette adresse, il revient ainsi sur ce qui lui apparaît être finalement le rôle du scientifique : « Pourquoi des prix scientifiques, sinon pour récompenser ceux qui ont rempli le rôle que leur assigne cette société : propager et entretenir l’idée d’une science politiquement neutre et socialement progressiste, accepter et amplifier l’idéologie d’élite de la compétence et aider ainsi la classe dirigeante à masquer les mécanismes d’exploitation et d’oppression sur lesquels est fondée cette société. Et naturellement plus le chercheur est “pur” et inconscient de ce rôle, mieux il le joue, d’où l’intérêt d’un système de primes, qu’elles soient versées en argent comptant, en prestige individuel ou en miettes de pouvoir. » (Lévy-Leblond, 1970, 136).

16 À l’époque où il dirige cette revue, il est enseignant à l’université de Jussieu (Paris VII) où il rencontre les chercheurs de la tendance gauchiste du SNCS. Outre les membres de ce syndicat, Jussieu est un lieu très important dans la contestation de la science. Le comité amiante, créé à l’initiative d’Henri Pézerat, voit le jour en 1974-1975 sur ce campus par exemple.

17 Sur la trajectoire de Baudoin Jurdant, nous renvoyons à l’article de M. Quet dans ce numéro.

18 Cette conception s’oppose à une certaine vision de la vulgarisation scientifique reposant sur une diffusion de l’information scientifique : « La mise en culture, dans une perspective pour moi essentiellement politique, consiste en l’inverse : non pas une diffusion acritique et massive de toute l’information disponible, mais une tentative pour approfondir le débat sur ce qui est important, pour déterminer les informations et les connaissances dont nous avons vraiment besoin » (Lévy-Leblond, 1986, 49).

19 Il a ainsi pu fréquenter le groupe Tel Quel à cette période.

20 Feldman, Laborie, 1984.

21 Concernant l’histoire des études sur les femmes et les liens avec le militantisme, voir Lagrave, 1990.

22 Pollak, 1989, 15.

23 Cette partie s’appuie sur des entretiens réalisés avec J.-J. Salomon (18 décembre 2006) et P. Roqueplo (10 avril 2008).

24 Même si sa trajectoire est ponctuée de bifurcations, il est possible de présenter Philippe Roqueplo comme un sociologue au regard des travaux qu’il a publiés et de son rattachement au CNRS en 1979.

25 Sa thèse a été soutenue devant un jury composé de Raymond Aron, Georges Canguilhem, André Lwoff et du Père Dubarle. Philippe Roqueplo a également travaillé sous la direction du Père Dubarle.

26 Sa thèse a été publiée sous le même titre (Salomon, 1970).

27 Solla Price, 1963.

28 Salomon, 1992.

29 Salomon, 1982.

30 La présentation du DEA et une autre brochure publiée en 1983 sont disponibles sur le site http://science-societe.fr/dea-science-technologie-et-societe-du-cnam/ (consulté le 9 juillet 2013). Bruno Latour, qui enseigne alors dans ce DEA, propose une introduction à l’anthropologie de laboratoire.

31 Après une thèse sous la direction de Pierre Bourdieu, il a travaillé avec Dorothy Nelkin, à Cornell, sur la contestation du nucléaire en Europe. Sur la trajectoire de Pollak, voir Israël, Voldman, 2008. (Voir en particulier la contribution de Pierre Lascoumes, et la traduction de l’article que Pollak a rédigé en collaboration avec D. Nelkin sur la contestation du nucléaire).

32 Le couvent du Saulchoir, situé dans une ancienne abbaye cistercienne, est rattaché à l’ordre Dominicain. Dans cet ordre, l’enseignement et l’éducation occupent une place centrale.

33 La praxéologie désigne une science de l’action humaine visant à définir des lois générales pour expliquer les comportements des agents.

34 Roqueplo, 1975. Il s’agit de l’un des premiers ouvrages publiés dans la collection de Lévy-Leblond au Seuil.

35 Roqueplo, 1993.

36 Boy, Donnet-Kamel, Roqueplo, 2000.

37 Gruson, 1974-1975.

38 Ibid, 7.

39 Le GSIEN est un groupe qui s’est formé en 1976. Cette association fournit une information générale et une analyse critique des expertises dans le domaine de l’industrie nucléaire.

40 Ces conférences de citoyens sont calquées sur les conférences de consensus que le Danish Board of Technology organise depuis la fin des années 1980.

41 Conférence organisée à l’initiative de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) qui est en quelque sorte l’équivalent du Danish Board of Technology.

42 Il faudrait évoquer par exemple la figure de Pierre Thuillier qui participait à la revue La Recherche et donnait des cours Sciences et société à l’université Paris VII.

43 Pour une description des régimes disciplinaire, transitaire, utilitaire et transversal, voir Shinn, 2000.

44 Shinn, Ragouet, 2005.

45 Berthelot, 2008.

46 Shinn, Ragouet, 2005, 9.

47 Dubois, 2001.

48 La liste de l’European Science Fondation qui classe les revues en histoire et philosophie des sciences indique que 3 % des contributions sont publiées en français, et 5 % des auteurs qui publient dans ces revues sont français. L’étude des publications en sociologie des sciences avait été initialement prévue mais elle n’a pas encore été produite à notre connaissance.

49 Callon, Latour, 1982.

50 Fabiani, 1997, 14.

51 Pour la France, nous renvoyons par exemple au travail sur l’Association française contre les myopathies : Callon, Rabeharisoa, 1999. Pour les États-Unis, nous renvoyons par exemple au travail d’Epstein sur le Sida (Epstein, 1995).

52 Barthe, Callon, Lascoumes, 2001, 36.

53 Ibid., 49.

54 Latour, 1999.

55 Latour, 1993.

56 Ibid., 110.

57 Pestre, 2006, 58.

58 Callon, 1999.

59 Selon Callon, le chercheur fait émerger des entités invisibles et il s’érige de la sorte en porte-parole de ces entités. Cette démarche est une opération de performation de la réalité.

60 Colloque organisé en 1982 par Jean-Pierre Chevènement qui était alors à la tête du nouveau ministère de la Recherche et de l’Industrie.

61 Ibid., 69.

62 Ibid., 74.

63 Ibid., 77.

64 Touraine, 1978. Au début de l’article, Callon propose une relecture rapide du travail de Touraine sur le mouvement antinucléaire afin d’illustrer comment les sociologues contribuent à la performation du social.

65 Gingras, 1995.

66 Boltanski, Chiapello, 1999.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La dénonciation des hiérarchies dans les laboratoires
Légende Impascience, no 3, automne-hiver 1975 (reproduit avec l’aimable autorisation de J.-M. Lévy-Leblond). Numéro numérisé disponible en ligne sur http://science-societe.fr/​impascience-3/​ (consulté le 13 janvier 2015).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/2111/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 2 – Une critique des mandarins de la sociologie
Légende Labo-contestation, no 6, été 1972 (reproduit avec l’aimable autorisation de P. Clément). Numéro numérisé disponible en ligne sur http://science-societe.fr/​labo-contestation-6/​ (consulté le 13 janvier 2015).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/2111/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Debailly, « Critique et discipline »Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 63-82.

Référence électronique

Renaud Debailly, « Critique et discipline »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2111 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2111

Haut de page

Auteur

Renaud Debailly

Maître de conférences, UFR Sociologie et informatique
pour les sciences humaines
Université Paris-Sorbonne, Groupe d’étude des méthodes
de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS, UMR 8598)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search