Navigation – Plan du site
Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Mai 68 et la sociologie des sciences

Les revues sur les sciences et la société, symptôme des restructurations disciplinaires
Mathieu Quet
p. 83-99

Résumés

Cet article observe comment Mai 68 s’est traduit dans le domaine de la réflexion sur l’inscription sociale des sciences et des techniques à partir d’une approche d’analyse de discours. L’étude de revues consacrées aux relations sciences/société dans les années 1970 et au début des années 1980 fait émerger deux pôles de discours : le courant de critique des sciences et la sociologie des sciences émergente. Par-delà les continuités institutionnelles et individuelles, l’article montre des continuités discursives entre ces deux pôles, analyse les enjeux politiques qu’elles soulèvent et s’intéresse également aux tensions qu’elles ont pu provoquer. Une attention particulière est accordée à l’articulation du radicalisme politique des années 1968 et du radicalisme épistémologique de la « nouvelle » sociologie des sciences.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression utilisée lors du colloque « Mai 68, creuset pour les sciences humaines ? », Pari (...)

1La déferlante des commémorations de « Mai », des colloques, des ouvrages à laquelle l’année 2008 a donné lieu ne le démentira pas : Mai 68 constitue dans la mémoire collective un événement d’une importance capitale. Il est en revanche difficile de discerner les raisons de cette importance, de comprendre le tissage des événements et des discours leur attribuant un rôle constitutif. Pour cette raison, la question des « effets » de Mai 68 est aussi cruciale que difficile à poser, comme l’illustre le problème des mutations des sciences sociales au cours de la période consécutive à Mai 68. Quels ont été les effets de Mai 68 sur les évolutions des sciences sociales ? Qu’est-ce que « Mai 68 a fait aux sciences de l’homme1 » ? L’événement a-t-il été une matrice, ou les modifications qui ont affecté les sciences sociales dans ces années sont-elles liées à des transformations structurelles indépendantes des journées de mai ?

2Le problème théorique auquel renvoie cette série de questions est celui de la nature de l’événement et de sa performativité : qu’est-ce qui permet aux observateurs, analystes, chercheurs de « faire le lien » entre, d’un côté, un ensemble de faits et de discours définis comme événement sociopolitique (« Mai 68 ») et, de l’autre côté, les évolutions qui affectent un champ d’activité sociale particulier (le champ des sciences sociales) ? Trois difficultés principales compliquent la résolution de ce problème.

3Tout d’abord, les matériaux en jeu sont hétérogènes. L’événement « Mai 68 », qu’on le considère comme un mois (du 1er au 31 mai 1968) ou comme une décennie (les « années 68 ») est concentré dans une temporalité restreinte, au sein de laquelle sont mis en cohérence un certain nombre de comportements, de discours, de décisions. Les évolutions du champ des sciences sociales, en revanche, s’inscrivent dans une temporalité plus longue et diffuse, renvoient à des mutations à la fois institutionnelles et intellectuelles, qui obéissent à de fortes contraintes internes au champ. La logique de « l’événement » et de son impact semble donc absente de ce régime de changement. De plus, cette hétérogénéité tient à distance les explications en termes de causalité mécanique. A priori, aucun rapport d’influence et de causalité ne peut mettre en correspondance l’événement « Mai 68 » et les mutations des sciences sociales, qui renvoient à des régimes distincts d’appréhension de l’histoire. Pour cette raison il est impossible de saisir immédiatement en Mai 68 un levier des modifications qui affectent les sciences sociales. Enfin, du fait du statut historiographique de Mai 68 et de sa médiatisation en tant qu’événement majeur de l’histoire française récente, il est difficile, bien que nécessaire, d’éviter le piège du bon sens qui incite à considérer les évolutions affectant les sciences sociales dans les années proches comme des résultantes évidentes de Mai 68.

4Certaines recherches peuvent être tentées d’évacuer les questions soulevées par la mise en relation de l’événement sociopolitique et des mutations du champ universitaire et scientifique, dans la mesure où elles portent sur des transformations dans le prolongement immédiat de mai. Par exemple, il est difficile de ne pas voir dans la loi d’orientation de l’enseignement supérieur, promulguée le 12 novembre 1968, une réponse aux manifestations de mai (même si, comme le fait remarquer Antoine Prost, les idées majeures du projet d’Edgar Faure étaient déjà dans l’air, notamment à la suite du colloque de Caen en 1966 [Prost, 2004]). Une telle mise en relation est effectuée par plusieurs catégories d’acteurs parmi lesquels les interprètes de l’événement (médias et politiques, mais également chercheurs) qui y trouvent un fil explicatif ou d’anciens acteurs qui revendiquent ainsi une influence. La situation analysée dans le présent texte invite au contraire à aborder de front cette question de relation. En effet, il existe un fossé temporel important entre Mai 68 et les transformations les plus déterminantes du champ de la sociologie des sciences en France, au tournant de la fin des années 1970 et du début des années 1980. Par conséquent, on ne peut analyser le lien de Mai 68 avec la « nouvelle » sociologie des sciences, telle qu’elle a été définie notamment par Michel Dubois (2001), sans tenir compte du problème de l’hétérogénéité de l’événement sociopolitique et des mutations disciplinaires. L’exercice de mise en relation de ces deux objets implique la mise en œuvre d’un dispositif dont les fondements doivent être explicités. Le questionnement poursuivi dans ce texte est alors de deux ordres.

5L’hypothèse, ou plutôt la perspective de recherche adoptée dans ces lignes consiste à supposer que s’il existe un lien entre Mai 68 et la nouvelle sociologie des sciences, celui-ci n’est pas tant d’ordre structurel, institutionnel ou individuel que discursif. C’est alors, plutôt qu’en termes d’effets et de performativité, dans les termes d’une traduction que sera appréhendé le lien entre Mai 68 et la sociologie des sciences : dans le cas de la sociologie des sciences, Mai 68 s’est traduit par un discours inédit d’analyse et de recherche. Les « homologies sociales » à étudier se trouvent alors au niveau des pratiques de discours et des logiques discursives plutôt qu’à celui des structures, des institutions et des acteurs.

  • 2 Voir à ce propos l’article de R. Debailly dans le même volume.

6Si l’approche privilégiée ici n’évacue pas complètement ces derniers modes d’explication, elle constitue en revanche une hypothèse féconde en invitant à recontextualiser la forme des discours produits par la nouvelle sociologie des sciences. Pour ce faire, les glissements dont font l’objet les logiques discursives doivent être pris en compte ; ces dernières seront analysées en deux temps, à travers la « double détente » de l’événement et des mutations qu’il a impulsées. Un détour est en effet nécessaire pour comprendre l’influence de Mai 68 sur les sciences sociales. Entre les deux instances du problème initial, une troisième se glisse et doit être prise en compte : la médiation entre Mai 68 et les sciences sociales nécessite un troisième terme, les mouvements politiques de critique des sciences2. Ces mouvements politiques jouent un rôle de médiation et ils apportent les clés permettant de comprendre comment Mai 68 se traduit, aussi tardivement, dans le champ de la sociologie des sciences.

Vers une explication des logiques discursives

Se défaire des explications institutionnelles et individuelles

7D’un point de vue institutionnel et en termes de parcours individuels, les transformations principales du champ de la sociologie des sciences, avant 1975, paraissent peu liées à Mai 68. La dimension internationale des mutations du champ des études sur la science constitue une première raison. L’émergence de l’intérêt pour de nouvelles approches de la science est liée à des évolutions internationales qui traversent les années 1960, et notamment la multiplication de centres de recherche sur la science (premiers groupes interdisciplinaires à Berkeley au début des années 1960, création du Science Policy Research Unit en Angleterre en 1963, programme Science, Technologie, Société à Stanford en 1971 notamment). La seconde raison est que les analyses développées par les groupes de recherche au cours de cette période renvoient principalement à deux traditions complémentaires : la sociologie de la science et de la connaissance d’une part, la politique scientifique de l’autre. Or, ces deux domaines rencontrent depuis 1945 un intérêt croissant, et ne sont donc pas des innovations spécifiques liées à Mai 68. Il faudrait donc plutôt renvoyer les évolutions institutionnelles de ces différents groupes à l’émergence de discours sur la politique de science, dont François Jacq a montré qu’il se constitue dans l’après-guerre (Jacq, 2002), ainsi qu’à des traditions de sociologie de la connaissance et des institutions scientifiques étrangères à Mai 68.

8La dualité politique et scientifique de ces évolutions s’illustre à la fois par les préoccupations technocratiques concernant les politiques scientifiques apparaissant dans le séminaire organisé par Raymond Aron à l’École normale supérieure dès 1963-1964 et par le projet PAREX. Ce dernier, créé en 1970, réunit notamment Gérard Lemaine, Roy Mc Leod, Bernard-Pierre Lécuyer, Michael Mulkay. Il porte aussi bien sur des questions de sociologie des institutions que de « politique de la science » (Lécuyer, 1974). Le groupe a vocation à rassembler chercheurs britanniques et français sur ces thématiques et conduit à l’organisation de plusieurs réunions et groupes de travail. La dynamique du groupe faiblira au milieu des années 1970 mais ce projet constitue à bien des égards un préalable à la création de l’European Association for the Study of Science and Technology (EASST) au début des années 1980. De même, le démarrage en 1973 à Strasbourg du Groupe d’étude et de recherche sur la science de l’université Louis Pasteur (GERSULP), avec le soutien de Guy Ourisson, est initialement lié à des problématiques de politique scientifique — ce qui est d’autant plus frappant que, sous la direction de Baudouin Jurdant, le GERSULP prendra des orientations proches de la nouvelle sociologie des sciences. Ces exemples suggèrent que, sur le plan institutionnel, les évolutions qui marquent les sciences sociales dans les années 1970 sont inscrites dans un mouvement plus vaste, et il est donc difficile de prêter à Mai 68 un rôle spécifique dans ce cadre.

9La troisième raison est que les évolutions institutionnelles qui marquent les années 1970 dénotent plutôt un dynamisme intellectuel interne qu’une influence particulière de Mai. Les analyses de Michel Dubois (2001) mettent ainsi en évidence la multiplication d’unités de recherche, d’associations, de publications, l’accroissement progressif des financements, dans le cadre d’une croissance interne, pour la compréhension de laquelle l’auteur ne juge pas nécessaire de distinguer le début des années 1970 de leur fin, ni d’évoquer une influence particulière de Mai 68.

10Pour des raisons similaires, il ne paraît pas pertinent de recourir à une explication en termes de parcours d’acteurs pour comprendre le lien entre Mai 68 et les évolutions de la sociologie des sciences française. Les acteurs de la sociologie des sciences ne semblent pas faire de Mai 68 un événement important de leur parcours. En effet, celui-ci n’apparaît pas comme une référence des auteurs de sociologie des sciences, ni au début des années 1970, ni lors de l’émergence de la nouvelle sociologie des sciences à la fin des années 1970 (en particulier, ni Michel Callon ni Bruno Latour ne font de l’événement Mai 68 une référence déterminante). Néanmoins, le rejet de l’explication en termes de parcours individuel ne peut être total et doit être nuancé, dans la mesure où certains chercheurs, à partir du militantisme des années 1968, s’impliqueront dans la réflexion sur les sciences : c’est par exemple le cas de Jean-Marc Lévy-Leblond, Jacqueline Feldman, John Stewart, Roger Godement ou encore Philippe Roqueplo. Comme nous le verrons, quelques numéros du bulletin de sociologie des sciences Pandore gardent la trace de cette continuité, puisque certains militants post-68 de la critique des sciences y ont signé des articles.

Logiques de production de discours

11Les explications en termes de logiques discursives apparaissent plus riches pour la compréhension de l’influence de Mai 68 sur la sociologie des sciences. La notion de « logique discursive » désigne ici le fait que des formes d’intervention et d’énonciation de préoccupations, des manières de formuler les problèmes et de penser les rapports sociaux, se constituent dans la foulée de Mai. Ce n’est plus alors la continuité des débats de la sociologie des sciences qu’il s’agit de décrire, mais les évolutions de la forme et du contenu des discours produits au sein de cette discipline. Ceci implique de penser le rapport entre trois termes hétérogènes : l’événement Mai 68, le mouvement de critique des sciences et la sociologie des sciences. Parmi les nombreuses transformations provoquées par l’événement Mai 68 on relève un ensemble de pratiques discursives. Ces pratiques sont reprises au sein du mouvement de critique des sciences, ici défini en tant que « pôle discursif », c’est-à-dire entité productrice de discours aux caractéristiques homogènes. Enfin, la nouvelle sociologie des sciences constitue un second pôle discursif, distinct du premier, tout en lui étant redevable d’un certain nombre de pratiques de discours. De cette façon, l’influence de Mai 68 sur l’apparition de la nouvelle sociologie des sciences a lieu « à travers » le pôle discursif de la critique des sciences.

12Mai 68 apparaît comme une « matrice discursive », c’est-à-dire que l’événement fournit un ensemble de moyens de production de discours dont l’association est caractéristique. On en retiendra quatre pour l’argumentation développée ici, qui ont trait à ce qu’on pourrait appeler en suivant Michel de Certeau la libération de la parole (Certeau, 1994). Le premier élément de cette libération de la parole est dans le renouvellement des instances éditoriales et des dispositifs de diffusion. Se trouvent promues des formes de prise de parole irrévérencieuses, autorisant une certaine vulgarité, et surtout se multiplient les instances de prise de parole, notamment les publications et revues, souvent éphémères, qui marqueront durablement les standards médiatiques (Martin, 2008) : Hara-Kiri, puis Charlie Hebdo ou encore Libération seront portés par ce vent nouveau. Par ailleurs, cette libération de parole repose à la fois sur l’idée d’une réappropriation individuelle de la parole et d’une lutte contre « le discours », en tant que fait massif, unifié et autoritaire : les militants de 68 affirment la possibilité d’une politique de la parole singulière (Canut, 2008). À cette politique de la parole singulière s’adossent enfin de nombreux discours sur la créativité, l’inventivité, l’imagination, issus de la rencontre entre « marxisme hétérodoxe » et « critique artiste » (Boltanski, Chiapello, 1999 ; Gobille, 2006). Plus généralement, l’exigence de libération de la parole repose sur un discours antiautoritaire très développé (Gilcher-Holtey, 2000). Les pratiques discursives définies par Mai 68, conçu comme un événement matriciel, seront reprises au cours des années 1970 par une multitude de pôles discursifs, et notamment par la critique des sciences. Cette dernière joue ainsi un rôle de médiation en faisant le lien entre Mai 68 et la sociologie des sciences.

Le pôle de critique des sciences

  • 3 Traduit de l’anglais par l’auteur.
  • 4 L’article de R. Debailly dans le présent volume analyse les caractéristiques de ce mouvement.

13La critique des sciences émerge dans la foulée de Mai 68, principalement de la rencontre de deux formes de critique : antiautoritarisme d’une part, et critique plus diffuse du progrès et de l’aliénation technique d’autre part, donnant lieu à un « mélange étrange de marxistes inspirés de l’école de Francfort et de gourous contre-culturels3 », ainsi que le décrit, non sans humour – au sujet de la situation anglo-saxonne –, Gary Werskey (2007). Des séminaires sont organisés sur le thème science/société, des collections sont lancées, des revues sont éditées, des groupes de travail sont mis sur pied4. Les caractéristiques de ce pôle discursif correspondent pour l’essentiel aux pratiques discursives définies au moment de Mai 68. On y retrouve en effet tout à la fois la diversité des instances de prise de parole, la promotion d’une parole singulière, la défense de la créativité personnelle et la contestation de l’autorité. S’y ajoutent par ailleurs des préoccupations épistémologiques qui ont partie liée avec le goût des mouvements de cette époque pour la théorisation. Mentionnons ici les interrogations sur la nature des sciences (possibilité d’une « science prolétarienne ») et sur la distinction entre travail manuel et travail intellectuel qui alimentent de nombreux débats de l’époque.

  • 5 Cette stratégie de divulgation de la parole est alors proche du projet de « donner la parole au peu (...)

14La pluralité des instances de la critique des sciences, leur fragilité et les modes de prise de parole qu’elles promeuvent sont tout à fait communes à l’époque de Mai 68. Les revues et les bulletins de liaison auxquels la crise donne naissance (Le cri des labos, Survivre, Labo-contestation, Le module enragé, Impascience) ont une durée de vie très courte (quelques mois, quelques années au plus). Elles autorisent une prise de parole intempestive, dans un style souvent relâché. Les pratiques d’édition sont très libres, avec la confection de journaux par de petits groupes, sans moyens financiers et sans aucune inscription institutionnelle. Des dessins, caricatures ou montages visuels agrémentent toutes ces revues, contribuant grandement à leur accessibilité. Mais au-delà de la forme de la prise de parole, c’est la politique de réappropriation d’une parole individuelle sur la science qui frappe le lecteur. Ces revues, loin de traiter de problèmes scientifiques d’une façon académique, présentent l’activité scientifique sous un jour très concret : l’ennui des journées de laboratoire, les revendications sociales et les conflits sociaux. Elles se font le lieu d’une parole individuelle sur le travail, tout en la dépersonnalisant (l’anonymat est la règle dans Impascience, il est fréquent dans Labo-contestation)5. Ces pratiques inédites d’éditorialisation de la parole des scientifiques (recueillir un matériau plus brut et personnel sur l’activité scientifique) sont complétées par d’autres caractéristiques discursives influencées par Mai 68. On trouve en effet dans les revues de nombreux discours sur l’imagination, l’inventivité brimées par la science académique, et l’imagination se trouve valorisée au point de légitimer des pratiques alternatives de la science ou des pseudosciences. Enfin, l’antiautoritarisme est un thème récurrent de ces revues, qui dénoncent régulièrement les hiérarchies existant dans les laboratoires et la légitimation de ces hiérarchies par la spécialisation des savoirs.

15Par rapport à la matrice discursive définie au moment de Mai 68, une remarque peut être ajoutée en ce qui concerne la pratique politique spécifique dont font état les revues de critique des sciences. Ces dernières revendiquent fréquemment un rôle politique : le mot est régulièrement employé, et les articles s’attachent à définir des enjeux d’action, notamment à travers les liens avec d’autres mouvements sociaux. Mais ces revues défendent en parallèle une vision souvent épistémologique de la science, et ne se cantonnent pas uniquement aux luttes sociales dans les laboratoires. De cette façon, la dénonciation des conditions de travail renvoie régulièrement aux enjeux de la production théorique du savoir scientifique. Cette particularité des revues de critique des sciences doit néanmoins être rapportée à l’inflation des discours théoriques à laquelle Mai 68 a donné lieu. En effet, comme le rappelle Ingrid Gilcher-Holtey (2000, p. 97), l’avant-garde autoproclamée des jeunes et des étudiants « exprime sa critique sociale dans les références théoriques qu’elle exhibe et dans les actions qu’elle conduit ». Car la révolte de Mai est aussi une révolte par la théorie. Par conséquent, bien que les préoccupations des revues de critique des sciences constituent une originalité récurrente de ce mouvement, elle est bien ancrée dans une conception de la révolte très vive autour de Mai 68.

16Il reste maintenant à voir comment, à partir de cette matrice et de ce pôle discursif, le discours sur la science émergent en Mai 68 va s’incarner dans la nouvelle sociologie des sciences.

Premiers pas de la nouvelle sociologie des sciences

  • 6 Le CSI, créé en 1967, a eu pour premier directeur Lucien Karpik, jusqu’au milieu des années 1970. L (...)

17Tandis que le mouvement de critique des sciences décline à partir du milieu des années 1970 (la publication d’Impascience cesse en 1977), la nouvelle sociologie des sciences, dont le centre français le plus important sera le Centre de sociologie de l’innovation (CSI) de l’École des mines6, se constitue à partir de la fin des années 1970. Les principaux appuis de l’analyse seront ici le bulletin Pandore, dirigé par Bruno Latour et Michel Callon et dont la publication est initialement assurée avec un soutien financier de la Maison des sciences de l’homme, et Fundamenta scientiae, revue éditée par Pergamon Press à partir de 1980 et dirigée par Baudouin Jurdant et Michel Paty, prenant la suite des Cahiers Fundamenta scientiae créés en 1974 à l’université Louis Pasteur de Strasbourg. C’est à travers ces revues que se jouent principalement, et la visibilité de l’influence de Mai 68 sur la nouvelle sociologie des sciences, et son effacement.

Pandore dans la continuité

  • 7 Pandore, 8, avril 1980.
  • 8 Les éditeurs reviennent sur cette idée au numéro 16 : « Dorénavant, nous ne publierons plus aucune (...)

18Tout d’abord, il existe un rapport entre les principes d’énonciation éditoriale de Pandore et ceux des revues de critique des sciences qui le précèdent, de même qu’il existe un rapport entre Fundamenta scientiae et Pandore. Il y a une continuité d’acteurs puisque certains auteurs des revues militantes des années 1970 s’expriment en leur nom dans les pages de Pandore, à l’instar de Jean-Marc Lévy-Leblond, Roger Godement ou John Stewart qui y font quelques interventions. Mais c’est surtout la continuité formelle qui retient l’attention. Le premier élément important est le fait que Pandore s’affirme en tant que bulletin de liaison, et non en tant que revue. La publication affirme ainsi un « style » non académique et insiste sur sa dimension utilitaire dans le cadre de la formation d’un groupe d’intérêts communs. L’affirmation ouvre, en lettres capitales, le numéro 8 de la revue : « PANDORE N’EST PAS UNE REVUE ! » mais bien « un bulletin fait par ses lecteurs7 ». Ensuite, on peut relever le fait essentiel que le bulletin publie tous les articles qui lui sont envoyés, refusant l’idée d’un comité de lecture ou d’un comité éditorial8. Ce fait apparaît essentiel dans la mesure où il renvoie très précisément à l’objectif de libération de la parole qui s’est constitué en Mai 68. Les auteurs de la « revue » insistent en particulier sur la volonté de lutter contre les dispositions habituelles d’une revue scientifique. Pandore se présente donc moins comme une revue de réflexion scientifique que comme l’instrument d’une communauté d’intérêts. Enfin, si le ton fréquemment adopté dans les revues de critique des sciences est ici plus formel, subsiste néanmoins une liberté d’écriture plutôt inhabituelle dans les milieux scientifiques. La publication comporte aussi quelques illustrations, dans un style graphique proche de celui d’Impascience (collages et détournements).

  • 9 « Langage scientifique et idéologique », Labo-contestation, 3, décembre 1970/janvier 1971. La rédac (...)
  • 10 Il est à noter que cette collaboration entre critique politique du champ scientifique et sociologie (...)

19La continuité formelle entre Pandore et Impascience est prolongée par une continuité méthodologique et épistémologique. En effet, comme nous l’avons déjà noté, les revues de critique des sciences témoignaient d’une tendance à produire un discours épistémologique sur la science. Elles développaient ainsi une ambition à produire un discours de théorisation qui n’est pas rare au cours de ces années. Elles le faisaient en s’appuyant sur la rencontre avec des sociologues ou des penseurs (ainsi ce texte d’épistémologie de J. B. – signature anonyme – dont des extraits sont publiés dans Labo-contestation sous le titre « Langage scientifique et idéologique9 »). Certains articles mettaient en œuvre des méthodologies quasi sociologiques afin de généraliser les cas présentés. C’était par exemple avec l’ambition de décrire une situation générale que les éditeurs de Labo-contestation recommandaient d’anonymiser les auteurs et les personnages des situations décrites dans les articles, afin de leur donner plus de poids dans la réflexion10. Les revues de critique des sciences étaient donc très liées à la sociologie des sciences, dont elles annonçaient certaines des préoccupations et des méthodes : mise en place d’enquêtes, rassemblement de données empiriques sur des sujets variés, etc. Les textes présentés dans Pandore se trouvent ainsi dans la continuité de ceux publiés par les revues de critique des sciences, d’un point de vue épistémologique et méthodologique.

Enjeux politiques

20C’est ensuite sur le plan politique que la continuité entre Pandore et les revues de critique des sciences est pertinente. Pandore ne se démarque pas de façon franche des ambitions politiques des revues de critique des sciences qui précèdent. Il ne s’agit nullement pour les auteurs et les éditeurs de la revue de supprimer toute ambition politique, tout lien apparent avec des mouvements sociaux. Par rapport aux revues de critique des sciences les thématiques d’actualité militante disparaissent, ainsi que le notait déjà Brian Martin au sujet des Science Studies anglo-saxonnes (1993), et le discours se recentre très nettement sur la critique et la recension d’ouvrages. Mais la volonté politique ne disparaît pas pour autant.

  • 11 Bruno Latour, note sur Le risque technologique majeur, thèse d’État de Patrick Lagadec, Pandore, 12 (...)

21D’abord, par la mise en avant de certains enjeux : on retrouve de façon récurrente dans Pandore des appels à prendre en compte l’importance des sciences et des techniques dans la société. Bruno Latour et Michel Callon défendent dès cette époque l’idée qu’il est nécessaire d’apprendre à mieux comprendre le rôle social des sciences et des technologies, ou encore de mettre en œuvre les principes d’une « démocratie technique ». Bruno Latour, dans une recension de la thèse de Patrick Lagadec, reprend à ce dernier l’idée que la « démocratie technique est à inventer entièrement11 ». Sur ce dernier point, il est d’ailleurs frappant de constater que c’est avant tout dans les lignes de Pandore que le discours de la « démocratie technique » se constitue, plus encore que dans les travaux scientifiques de Latour et Callon ou dans leurs ouvrages. Par démocratie technique, les auteurs semblent surtout insister sur l’importance des sciences et des techniques dans le monde social. La démocratie technique, qui est à la fois un espace conceptuel d’investigation, une forme politique à inventer et un problème pour l’analyse de la société est le produit de l’entremêlement des pratiques scientifiques, technologiques et politiques.

22On trouve ainsi dans le bulletin des déclarations construisant une ambition politique, proche de celle affirmée auparavant par les revues de critique des sciences, de lutter contre l’idéologie scientiste. C’est ici ce que suggère Baudouin Jurdant dans une lettre saluant la création de Pandore :

  • 12 Baudouin Jurdant, « Contre l’obscurantisme », Pandore, 1, novembre 1978.

Comment est-il possible que certains scientifiques pourtant situés à des postes de responsabilité sociale ignorent encore tout des mouvements de réflexion et de critique de la science dans ses rapports avec la société ? Cette ignorance est scandaleuse et relève tout simplement de l’obscurantisme : un nouvel obscurantisme directement induit par l’activité scientifique elle-même. Des rapports sociaux et des politiques qui les gèrent et des idéologies qui les justifient, on ne veut rien savoir. À Pandore, entre autres, d’y remédier12.

23Cet extrait met en évidence la volonté des auteurs de défendre une vision globale et normative des rapports science-société.

24Second point important, Pandore revendique de créer un forum de réflexion, et de se trouver en prise sur les mouvements sociaux. Dès le numéro 1 (fin 1978) :

  • 13 Pandore, 1, novembre 1978.

La liste d’adresses comprend : des scientifiques, ingénieurs ou techniciens de laboratoires publics ou privés ; des chercheurs en sciences sociales qui ont la science et la technique pour objet d’étude (philosophes, historiens, sociologues, économistes, psychologues, etc.) ; des administrateurs et des gestionnaires de la recherche, des syndicalistes et des militants qui cherchent à modifier certains objets scientifiques et techniques… Il est important que la liste d’adresses soit aussi complète que possible. Faites parvenir à PANDORE les adresses de ceux qui voudraient recevoir ou faire diffuser des informations dans ce bulletin13.

25L’idée parcourt la revue que chacun est concerné par les sciences et les techniques, et qu’il faut constituer un lieu de réflexion commun, dans lequel interviendraient ceux qui s’y intéresseraient, tout en mobilisant plus de gens autour des enjeux cruciaux soulevés par les sciences et les techniques.

Radicalisme politique et radicalisme épistémologique

  • 14 Article de Bruno Latour consacré au Colloque de Bath du 27 au 29 mars 1980, Pandore, 9, juin 1980.

26Il y a donc dans la nouvelle sociologie des sciences une volonté de garder un pied dans la politique. Mais le statut spécifique du bulletin (outil de travail au service d’une communauté d’intérêts, mais avec un ancrage essentiellement universitaire) exige pour maintenir cette ambition politique de recourir à une stratégie particulière. Cette stratégie est celle du détour par la situation anglo-saxonne. En effet, pour articuler les exigences d’une publication militante à celles d’une publication universitaire, l’une des stratégies essentielles de Pandore est le détour par une situation anglo-saxonne dans laquelle travail militant et de recherche sont présentés comme plus intimement mêlés. Dans le compte rendu d’un colloque d’histoire et de sociologie des sciences, Bruno Latour donne l’une des clés de compréhension de cette stratégie en expliquant : « Ce colloque était impensable en France car on y trouvait non seulement une bonne cinquantaine d’historiens des sciences mais en plus des militants “gauchistes” écoutés et écoutant avec attention les interventions des universitaires14. » Les raisons de la fascination de B. Latour pour la sociologie des sciences anglo-saxonne semblent alors déterminées simultanément par le dynamisme scientifique de ce champ de recherche et par son ouverture politique. Il ajoute en effet :

  • 15 Article de Bruno Latour consacré au Colloque de Bath du 27 au 29 mars 1980, Pandore, 9, juin 1980.

Le colloque de Bath révélait une masse énorme de recherches faites avec la qualité habituelle outre Manche. Là où nous avons dix chercheurs, ils en ont cent. […] Le colloque confirmait de toutes les façons possibles, l’intérêt qu’il y a pour nous à collaborer, que nous soyons sociologues, historiens, épistémologues ou partisans de l’autocritique scientifique15.

  • 16 Un troisième argument est suggéré par Hillary et Steven Rose lorsqu’ils expliquent que certaines ce (...)

27Il apparaît que le statut de la politique et de la science est plus indifférencié dans l’histoire et la sociologie des sciences en Angleterre. La raison principale de cette indifférenciation est la longue tradition anglaise de critique marxiste des sciences, dont John Bernal est la figure principale. Mais si l’on suit Werskey (2007), c’est aussi parce que plusieurs historiens des sciences anglais étaient en fait de jeunes américains débarqués en Angleterre au cours des années 1960, riches de l’expérience des nouveaux mouvements sociaux américains (Robert Young, Gary Werskey, Roy Mac Leod, Steven Shapin sont américains). Ils apportèrent ainsi un certain dynamisme à la critique des sciences anglaise16.

28Bruno Latour se lance ainsi dans une entreprise de diffusion de la sociologie des sciences anglo-saxonne à travers la revue Pandore, relayant les travaux de David Bloor, Harry Collins, pour des raisons qui sont à la fois scientifiques et politiques. Même si les auteurs les plus importants du mouvement, comme D. Bloor ou H. Collins, ne sont liés que de manière très lâche aux mouvements militants, l’image qui en est construite dans les pages de Pandore est celle d’un radicalisme indissolublement épistémologique et politique. Cette stratégie permet à Pandore de se situer sur un échiquier simultanément universitaire et politique. Les contraintes universitaires (limiter les références à des auteurs d’appartenance marquée au champ politique) sont ici détournées par le recours aux théories anglo-saxonnes. Mais c’est en même temps une stratégie à double tranchant, dans la mesure où elle fait glisser les enjeux polémiques vers des polémiques universitaires. On voit aussi l’influence de Mai 68 devenir plus diffuse à travers le recours à d’autres sources d’influence.

29Néanmoins, le radicalisme épistémologique affiché dans ce contexte par les auteurs de Pandore n’est pas sans rappeler les influences maoïstes de la critique des sciences, et le lien est fort entre le Mai 68 français, la critique des sciences française et anglaise, et certaines assertions de la nouvelle sociologie des sciences. Ainsi, au cours d’une controverse, Michel Callon déclare à Evry Schatzman :

  • 17 Pandore, 19, juin 1982.

L’ignorance, ce n’est pas l’obscurantisme, l’irrationnel : c’est une forme active de résistance. Si j’ignore tout des lois qui règlent le cours des planètes et des astres, c’est pour préserver les savoirs dont j’ai besoin, pour maîtriser les situations dans lesquelles j’ai été placé. Il n’y a pas de connaissance abstraite, coupée de tout ; la société n’est pas une grande école ou chaque citoyen devrait pouvoir réciter, quand on le lui demande, une leçon que d’autres ont écrite à sa place. Que savez-vous de ce que nous savons et de ce que nous faisons, demandent les technostructures avides de reconnaissance ? Peu de chose, répondent les élèves agacés, car nous avons d’autres chats à fouetter. Les mythomanes ne sont pas ceux qu’on croit17.

30On peut noter dans cet extrait deux signes de proximité avec la critique des sciences. D’une part, le thème de l’impossible découpe du savoir, récurrent dans la critique des sciences. D’autre part, le renvoi de la position ignorante des « élèves » à la technoscience.

Une posture discursive fragile

Conflits

31Le positionnement de Pandore n’est pas facile à tenir, entre critique militante et critique scientifique. Il engendre alors des tensions et des conflits. En premier lieu, ces conflits ont lieu avec les militants issus de la critique des sciences. Une mini-controverse éclate par exemple au sujet de l’ouvrage collectif signé Agata Mendel et portant sur Les manipulations génétiques. Une recension de l’ouvrage, signée L. Diday, paraît au sujet du livre et se termine de façon assez critique sur les mots :

  • 18 Pandore, 8, avril 1980.

Ce dossier, presqu’entièrement de seconde main, ignorant tout de l’histoire des sciences, sans concept critique original — autre que la tradition « de gauche » — donne une bonne idée du chemin qu’il reste à faire pour opposer au rapport Science de la vie et Société un contre-rapport qui soit vraiment crédible18.

32John Stewart, dans le numéro 9 de Pandore, défend avec virulence l’ouvrage, auquel il a participé. Il reproche tout d’abord au numéro précédent de la revue de « pouvoir parler de Science et Société sans être en colère », puis enchaîne, en citant Marx ou Alfred Sohn-Rethel, et attaque la critique adressée au livre pour « le ton de détachement et de supériorité du compte rendu ». Il affirme en particulier « je trouve inadmissible cette utilisation de critères universitaires pour refuser la moindre reconnaissance à la légitimité de notre colère ». Ce qui apparaît clairement dans cette confrontation, c’est l’opposition entre des modes d’expression contradictoires : la froideur de la rhétorique universitaire versus l’indignation militante. Stewart exprime dans cette réponse le sentiment d’une dépossession de la colère qui l’anime, et c’est bien dans l’opposition entre sa propre colère et le détachement universitaire que se joue l’une des principales tensions de la revue. Le texte de Stewart se termine par : « Que le journaliste scientifique du Monde ne s’y reconnaisse pas, n’a rien d’étonnant ; mais que l’auteur d’un compte rendu de Pandore – bulletin qui se veut quelque part critique (non ?) – s’interdise de nous comprendre est infiniment plus décevant. » Cette réponse est d’autant plus intéressante qu’elle met en évidence le fait que deux définitions différentes de la critique sont ici à l’œuvre et s’opposent : la conception de Stewart est de l’ordre de la critique et de la contestation sociale, tandis que celle qui se dégage peu à peu de Pandore est une critique analytique universitaire aux objectifs différents.

  • 19 Michel Callon explique toute l’importance qu’il attribue à ce séminaire dans Berthelot et al., 2005

33Un second exemple peut être emprunté à une situation extérieure à Pandore : il s’agit de la participation de Jean-Marc Lévy-Leblond au séminaire dirigé par Philippe Roqueplo et Pierre Thuillier en 1974-1976 (Roqueplo, Thuillier, 1976). Ce séminaire est reconnu par plusieurs acteurs comme l’un des actes de naissance du mouvement STS en France19. Les actes contiennent des articles sur les relations sciences/société qui mêlent regards militants et regards universitaires sur le thème. La participation de Jean-Marc Lévy-Leblond à ces actes se limite à une lettre transmise le 24 février 1976, dans laquelle il explique :

Pour le dire brutalement, 68 et après, c’est maintenant fini. La plupart des grands thèmes d’agitation politique et de critique idéologique émergés en Mai 68 ont perdu leur tranchant (je ne dis pas leur pertinence) et ont été assimilés (je ne dis pas « récupérés » […]) par le discours dominant. Nous sommes entrés dans une période que je crois pouvoir être assez longue où vont s’opérer petit à petit des reclassements et différenciations complexes, avant que ne se clarifient de nouveaux enjeux. (Roqueplo, Thuillier, 1976, p. 311)

  • 20 On peut encore citer une troisième critique adressée à Pandore par des militants qui expliquent : « (...)

34Cette lettre offre un résumé clairvoyant des rapports d’influence entre Mai 68, la critique des sciences, et la nouvelle sociologie des sciences. Le fait que la lettre de Lévy-Leblond mentionne explicitement Mai 68 (et la « fin » de l’époque qui y a correspondu) est tout à fait instructif des tensions qui existent entre un pôle de critique des sciences qui s’estime dépositaire d’un certain nombre d’interrogations, de manières de faire, et le pôle de la nouvelle sociologie des sciences, qui naît dans la relation avec ce premier pôle sans pour autant rester complètement dans sa continuité20.

Effet d’effacement

  • 21 Au cours d’un entretien, Michel Callon déclarait ne pas s’être inspiré d’Impascience pour mettre au (...)

35Le second symptôme des tensions qui existent entre la critique des sciences et la nouvelle sociologie des sciences correspond à l’« effet d’effacement » produit par les sociologues des sciences qui contribue à défaire le lien qu’ils entretiennent avec la critique des sciences. Cet effet n’est pas le fruit d’une entreprise de masquage : les auteurs ne sont effectivement pas conscients de cette inscription, et n’ont aucune intention d’effacer des origines qu’ils ne reconnaissent pas clairement21. En revanche, le dispositif éditorial dans lequel ils inscrivent leurs discours les conduit à produire un effet d’effacement de la dimension militante dans laquelle ils s’inscrivent.

36Du point de vue des pratiques de citation, cet effet d’effacement est particulièrement visible, dans la mesure où les références de première génération sont progressivement abandonnées (Marx, Illich, Marcuse) et remplacées par d’autres, plus techniques et plus marquées par une appartenance disciplinaire et scientifique. Peu de références communes subsistent d’un pôle à l’autre, même si un univers commun se constitue : certains des ouvrages publiés par la collection de Jean-Marc Lévy-Leblond au Seuil (dans la collection « Science ouverte ») font par exemple l’objet de recensions, à l’instar du livre d’Agata Mendel évoqué plus haut. Autre effet d’effacement : les personnalités issues du pôle de critique des sciences (Stewart, Godement, Lévy-Leblond) sont peu nombreuses à participer à Pandore et semblent rapidement s’en désintéresser.

Des glissements

  • 22 Entretien de Baudouin Jurdant avec l’auteur.

37Surtout, des glissements rapides peuvent être observés vers le monde universitaire. Pour l’illustrer, le cas de la revue Fundamenta scientiae est éclairant. Les stratégies de cette revue sont contradictoires. Baudouin Jurdant explique que le titre est imposé par les éditions Pergamon, dans la continuité des Cahiers Fundamenta scientiae, contre l’avis de Baudouin Jurdant et Michel Paty, qui défendaient un titre moins académiquement marqué22. Les Cahiers Fundamenta scientiae étaient la retranscription, entre 1974 et 1980, d’un séminaire sur les fondements des sciences organisé à l’université de Strasbourg, dans une perspective philosophique et épistémologique traditionnelle. L’ambition de Michel Paty, physicien et épistémologue, et de Baudouin Jurdant, sociolinguiste spécialiste de communication scientifique et traducteur de Paul Feyerabend, est différente. Il s’agit notamment pour Baudouin Jurdant, comme on peut le lire au moment de l’annonce de lancement de la revue dans Pandore, de produire un forum sur le modèle de Pandore. Mais les glissements se font sentir : si la revue reste marquée par des thèmes issus de la critique des sciences, comme la responsabilité des scientifiques (la revue est sous-titrée « revue internationale pour l’analyse critique de la science et la responsabilité des scientifiques »), elle va peu à peu dériver vers des interrogations et un dispositif éditorial beaucoup plus académique. Le premier numéro contient un article corédigé par Bruno Vitale, qui a collaboré épisodiquement à Impascience, mais sur un thème très philosophique. On retrouve aussi un texte de Bruno Latour. Dans les numéros suivants sont publiés des textes de Marcello Cini, Françoise Balibar, eux aussi impliqués dans la critique des sciences, ou encore de l’historienne des sciences féministe Evelyn Fox Keller (numéro 3), dont le premier texte traduit en français porte sur la critique féministe des sciences. Mais la revue est austère et présente toutes les caractéristiques d’une revue scientifique. On voit alors que, par glissements successifs, l’influence de Mai 68 est de plus en plus ténue, bien qu’elle subsiste à travers la conservation de certaines postures épistémologiques radicales.

38Le cas de Fundamenta scientiae est particulièrement intéressant dans la mesure où l’affirmation de la nécessité d’un positionnement politique est conservée, alors même que la revue n’a plus grand-chose en commun avec la forme initiale du discours de critique des sciences. Il s’agit d’une revue à comité de lecture, publiée par des presses universitaires, dans un format aride et sans aucune illustration. Quel rapport entre le sous-titre de la revue et les enjeux scientifiques qu’elle aborde ? Il semble que cette revue exprime au plus fort la tension entre les pratiques discursives du pôle de critique des sciences et celles du pôle de nouvelle sociologie des sciences. Elle marque une nouvelle étape dans les effets d’imposition de légitimité universitaire même si le désir de faire de la politique par les moyens forgés autour de Mai 68 est conservé. L’influence de Mai 68 semble alors lointaine.

39Pour conclure, on soulignera l’intérêt d’analyser les effets de Mai 68 sur la sociologie des sciences au niveau des logiques discursives. Elle permet de mesurer les corrélations entre des pratiques discursives diverses, et surtout d’observer les évolutions et les glissements dont ces pratiques font l’objet, à travers des supports différents. Cependant, l’approche par les discours laisse un certain nombre de mécanismes dans l’ombre (en particulier, la pluralité des pratiques d’engagement des acteurs). Il serait donc réducteur de concevoir la nouvelle sociologie des sciences uniquement à travers la question du discours, et la série de postures que ce texte a été l’occasion de présenter. En revanche, cette analyse discursive peut être lue comme une invitation à une meilleure prise en compte du rôle des pratiques éditoriales dans la structuration des champs de pratiques scientifiques.

Haut de page

Bibliographie

Berthelot, J.-M., Martin, O., Collinet, C., 2005, Savoirs et savants, les études sur la science en France, Paris, PUF.

Boltanski, L., Chiapello, È. 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Canut, C., 2009, « Accident de paroles ou événement de langage ? À propos de la prise de parole en 1968 », dans Rousseau, F. (dir.), La fabrique de l’événement, Michel Houdiard Éditeur, p. 93-107.

Certeau, M. de, 1994, La prise de parole (1968), Paris, Seuil.

Dubois, M., 2001, La nouvelle sociologie des sciences, Paris, PUF.

Gilcher-Holtey, I., 2000, « La contribution des intellectuels de la Nouvelle Gauche à la définition du sens de Mai 68 », dans Dreyfus-Armand, G. et al. (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, p. 89-98.

Gobille, B., 2006, « La créativité comme arme révolutionnaire ? L’émergence d’un cadrage artiste de la révolution en Mai 68 », dans Balasinski, J., Mathieu, L., Art et contestation, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 153-167.

Jacq, F., 2002, « Aux sources de la politique de science, mythe ou réalité ? (1945-1970) », La Revue pour l’histoire du CNRS, 6.

Lécuyer, B.-P., 1974, Les études historiques et sociologiques sur la science à l’échelle européenne : essai de bilan du projet Parex, 1970-1973, polygraphié, Paris.

Martin, B., 1993, “The critique of science becomes academic”, Science, Technology, & Human Values, 18/2, p. 247-259.

Martin, L., 2008, « La « nouvelle presse » en France dans les années 1970 ou la réussite par l’échec », Vingtième Siècle, 98, dossier « L’ombre portée de Mai 68 ».

Mauger, G., 1989, « L’approche biographique en sociologie : une démarche “contestataire” », Cahiers de l’IHTP, 11, p. 85-99.

Prost, A., 2004 [1984], Histoire de l’enseignement et de l’éducation, t. 4, L’École et la Famille dans une société en mutation (depuis 1930), Paris, Perrin (Tempus).

Roqueplo, P., Thuillier, P. (dir.), 1976, Incidence des rapports sociaux sur le développement scientifique et technique, Paris, CORDES.

Rose, H., Rose, S., 1972, “The Radicalisation of Science”, dans Miliband, R., Saville, J. (éd.), Socialist Register, Merlin.

Salomon, J.-J., 1970, Science et politique, Paris, Seuil.

Werskey, G., 2007, “The marxist critique of capitalist science: a history in three movements?”, Science as culture, 16/4, p. 397-461.

Haut de page

Notes

1 Selon l’expression utilisée lors du colloque « Mai 68, creuset pour les sciences humaines ? », Paris, 10-12 septembre 2008 (voir note 1 de l’introduction de ce volume).

2 Voir à ce propos l’article de R. Debailly dans le même volume.

3 Traduit de l’anglais par l’auteur.

4 L’article de R. Debailly dans le présent volume analyse les caractéristiques de ce mouvement.

5 Cette stratégie de divulgation de la parole est alors proche du projet de « donner la parole au peuple », par des pratiques d’enquête entre militantisme et académisme, analysées par Gérard Mauger (1989).

6 Le CSI, créé en 1967, a eu pour premier directeur Lucien Karpik, jusqu’au milieu des années 1970. Les choix théoriques qui ont fait la renommée du CSI se construisent à partir du milieu des années 1970 et c’est lorsque Michel Callon en prendra la direction en 1983 que ces orientations se confirmeront.

7 Pandore, 8, avril 1980.

8 Les éditeurs reviennent sur cette idée au numéro 16 : « Dorénavant, nous ne publierons plus aucune lettre qui n’aura pas été clairement signée […]. Nous refuserons également les lettres qui contiendraient des attaques personnelles, en particulier contre nous […] (Nous avons l’esprit large, mais quand même !) ». Pandore, 16, décembre 1981.

9 « Langage scientifique et idéologique », Labo-contestation, 3, décembre 1970/janvier 1971. La rédaction signale tout de même : « Les réactions orales sont de deux ordres : certains trouvent ce texte très important ; d’autres le trouvent théorique, un peu prétentieux ».

10 Il est à noter que cette collaboration entre critique politique du champ scientifique et sociologie ou philosophie des sciences n’est pas une innovation de 1968. La revue Porisme, en 1965-1966, publie un texte de Jean-Toussaint Desanti et met au point une collaboration avec le sociologue Gérard Lemaine.

11 Bruno Latour, note sur Le risque technologique majeur, thèse d’État de Patrick Lagadec, Pandore, 12, février 1981, p. 39.

12 Baudouin Jurdant, « Contre l’obscurantisme », Pandore, 1, novembre 1978.

13 Pandore, 1, novembre 1978.

14 Article de Bruno Latour consacré au Colloque de Bath du 27 au 29 mars 1980, Pandore, 9, juin 1980.

15 Article de Bruno Latour consacré au Colloque de Bath du 27 au 29 mars 1980, Pandore, 9, juin 1980.

16 Un troisième argument est suggéré par Hillary et Steven Rose lorsqu’ils expliquent que certaines cellules de l’organisme militant « British Society for Social Responsibility in Science » entretiennent des liens avec l’Université, à l’instar de la cellule d’Edinburgh, rapidement absorbée par la Science Studies Unit de l’université (Rose, Rose, 1972).

17 Pandore, 19, juin 1982.

18 Pandore, 8, avril 1980.

19 Michel Callon explique toute l’importance qu’il attribue à ce séminaire dans Berthelot et al., 2005.

20 On peut encore citer une troisième critique adressée à Pandore par des militants qui expliquent : « Nous ne voyons pas l’utilité d’une recherche universitaire sur le caractère social des sciences, coupée des pratiques quotidiennes de tous ceux qui souffrent journellement sur leurs lieux de travail, dans leur santé, dans leur psychisme à cause des conséquences de ces sciences et de ces techniques […] La critique universitaire nous apparaît trop bourgeoise et trop timide. Nous admettons qu’elle peut servir d’appoint parce qu’elle n’est pas mal documentée, mais elle n’est pas du tout le but final de nos luttes. » Pandore, 9, juin 1980.

21 Au cours d’un entretien, Michel Callon déclarait ne pas s’être inspiré d’Impascience pour mettre au point Pandore (entretien de Michel Callon avec l’auteur).

22 Entretien de Baudouin Jurdant avec l’auteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Quet, « Mai 68 et la sociologie des sciences », Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 83-99.

Référence électronique

Mathieu Quet, « Mai 68 et la sociologie des sciences », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2146 ; DOI : 10.4000/rhsh.2146

Haut de page

Auteur

Mathieu Quet

Chargé de recherches à l’IRD
Institut francilien Recherche Innovation Société (IFRIS, IRD-CNRS, UMR 196)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals