Navigation – Plan du site
Dossier : Les « années 68 » des sciences humaines et sociales

Les « enfants terribles » de la Landschaft

Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969
Nicolas Ginsburger
p. 173-208

Résumés

En 1968, la géographie universitaire ouest-allemande a fait l’objet d’une grande effervescence dans la nouvelle génération d’étudiants et de professeurs, remettant en cause radicalement l’identité disciplinaire et le concept central et unificateur de Landschaft (région-paysage). Cette agitation, révélatrice de diverses tensions professionnelles et institutionnelles et d’un changement profond de paradigme, a eu comme apogée le Congrès des géographes allemands (Geographentag) de Kiel en 1969 où se sont affrontés de manière théâtrale les différents acteurs du champ. Il s’agit donc d’étudier ici les logiques à l’œuvre, les stratégies déployées et les moyens utilisés pour opérer cette rupture, déterminante pour une certaine géographie « radicale », illusoire pour les tenants de la tradition, dans un « moment 68 » en tout cas très marquant dans l’histoire de la géographie européenne de la seconde moitié du xxe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Schelhaas, 2004 ; Nitz, 2010.
  • 2 Brogiato, 2005.
  • 3 Hodenberg, Siegfried, 2006 ; Wolle, 2009.

1La fin des années 1960 est un tournant pour la géographie allemande, à mi-chemin entre la reconstruction dans un pays défait et divisé (1949), et la réunification des communautés disciplinaires est- et ouest-allemandes (1991), à l’évolution séparée depuis au moins 1961 et la construction du mur de Berlin. Pour la RDA, 1968 correspond à une réforme universitaire de grande ampleur, qui bouleverse l’organisation du champ géographique1. Mais c’est en RFA que le changement a été vu comme le plus important, du point de vue conceptuel et institutionnel. Certains parlent ainsi d’une « “Révolution” de 1968-1969 », qui aurait « constitué une profonde césure dans l’histoire de la discipline, dont les répercussions ont laissé des traces encore aujourd’hui palpables dans la géographie contemporaine2 ». En quoi a donc constitué cette rupture ? Où se situe précisément le « 68 » de la géographie ouest-allemande3 ?

  • 4 Dürr, Zepp, 2012, 215-217.
  • 5 Claval, 1998, 326-330 ; Robic, Gosme, Mendibil, Orain, Tissier, 2006.
  • 6 Wolfrum, 2005, 245-356 ; Frei, 2008, 77-151.

2Précisons d’emblée que la mémoire disciplinaire a retenu comme année décisive non 1968, mais 1969, à l’occasion du Congrès des géographes allemands (Geographentag) de Kiel, pendant lequel la discussion entre conservateurs et réformistes, sinon révolutionnaires, en tout cas entre plusieurs professeurs et certains étudiants (plus ou moins avancés) de géographie, a tourné à l’affrontement4. Ce court décalage chronologique par rapport à la situation française5 s’explique d’une part par la singularité allemande d’une crise diluée, rampante, bien que souvent violente, qui a duré du printemps 1967 au début de l’année 19696, marquée notamment par l’absence de centralité des événements, même si Berlin-Ouest et sa Freie Universität (FU, « université libre ») ont occupé une place très importante, et d’autre part par le fait que le Geographentag, grand événement communautaire, organisé tous les deux ans, ne tombait justement pas en 1968. Cependant ceci ne signifie pas que des signes avant-coureurs n’étaient pas perceptibles dès le milieu des années 1960, expliquant et relativisant la théâtralité et la véhémence des discussions de Kiel.

  • 7 Hallair, 2008.
  • 8 Il est même comparé à Alexandre de Humboldt (Dickinson, 1969, 164-166).
  • 9 Articles des revues spécialisées, ouvrages, actes du Geographentag (Meckelein, Borcherdt, 1970).
  • 10 Par exemple celles de Bartels, décédé prématurément en 1983, jamais utilisées à notre connaissance.
  • 11 En août 2008, nous avons essayé d’interroger l’un des acteurs directs des événements, à l’époque ét (...)

3En quoi consiste précisément cette « révolution de 1968/69 » dans la géographie allemande ? Il s’agit concrètement d’une contestation interne spectaculaire et radicale de la tradition nationale de pensée spatiale. Cette offensive prit d’abord la forme la plus académique possible, celle de la soutenance de deux thèses d’habilitation, défendues par deux trentenaires, géographes universitaires déjà installés : Dietrich Bartels (1931-1983) et Gerhard Hard (né en 1934). Publiée en 1968 pour l’une, en 1970 pour l’autre, il s’agit d’ouvrages fortement théoriques et complexes, remettant en cause, chacun à leur façon, les notions centrales de Landschaft (région-paysage) et de Länderkunde (description régionale), largement considérées depuis le début du xxe siècle comme les cadres unificateurs de la discipline, définissant l’unité de la démarche géographique7. Ces écrits sont concomitants et directement liés à une troisième manifestation de contestation dans la géographie allemande, celle d’étudiants issus de plusieurs universités ouest-allemandes (par exemple Bonn, Berlin-Ouest, Munich), atteignant son apogée à Kiel, en 1969. Le mouvement, mené par la génération montante de géographes, s’est heurté à la résistance de professeurs confirmés, plus ou moins défenseurs des concepts attaqués, dont la tête de proue était à l’époque l’éminent géographe émérite de l’université de Bonn, Carl Troll (1899-1975)8. S’intéresser à 1968 autant qu’à 1969 dans la géographie allemande est donc une façon d’étudier plus précisément les modalités, la réalité et les conséquences de ladite révolution, au-delà de ses conséquences intellectuelles de long terme, mais en considérant le contexte précis des événements, du point de vue des structures disciplinaires et des stratégies des divers acteurs. Une telle démarche n’est pas chose aisée et a rarement été entreprise, plus de quarante ans après les événements, tant le débat a été et reste passionné parmi les spécialistes allemands : les contestataires d’hier sont parfois devenus les professeurs respectés d’aujourd’hui, et le sujet paraît encore quasiment tabou. Nous essaierons donc de mener cette étude essentiellement à travers des sources imprimées9, l’exploitation d’archives personnelles et professionnelles débutant à peine10, celle d’une histoire orale et des souvenirs étant encore à inventer11.

  • 12 Bahrenberg, 1995.
  • 13 Brillant, 2008.
  • 14 Sirinelli, 2005, 333.
  • 15 Ginsburger, 2011.

4Il ne s’agit pas de nier l’importance des faits : on constate bien le passage d’une phase de géographie « classique », tournant autour du « régionalisme idiographique », centré sur le concept de Landschaft et l’étude descriptive des relations entre l’homme et la nature, à une géographie dite « moderne », avec la « révolution quantitative et théorique », ayant pour but d’établir des lois générales de division et d’organisation spatiale avec des modèles mathématiques et statistiques, au-delà de l’échelle jugée inadaptée de la région-paysage12. Mais il s’agit de décrire plus finement l’évolution entre ces deux paradigmes dominants, quelque part à la fin des années 1960 et au début des années 1970, en considérant à la fois l’histoire des idées et celle des protagonistes. On peut ainsi distinguer trois temps, allant, dans cette « ère de la contestation », de la fermentation à l’ébullition, puis à la cristallisation13 durable d’une série de tensions à l’intérieur du champ de la géographie académique, conflits non seulement conceptuels, mais aussi générationnels et institutionnels. Dans cette optique, 1968-1969 dans la géographie allemande n’a pas grand-chose à voir avec les méthodes quantitatives, mais concerne beaucoup la théorie et l’épistémologie de la géographie, et n’est pas l’événement déclencheur du changement dans la discipline, mais à la fois un « révélateur-accélérateur14 » de la mutation et une mise en scène de la rupture, à travers un « enterrement de première classe » du concept de Landschaft. De ce fait, s’intéresser à ce moment très singulier dans l’histoire de la géographie allemande, c’est comprendre, mais aussi dépasser les discussions autour des concepts et de l’évaluation de la réussite ou de l’échec de leur remise en cause : c’est s’intéresser aux personnes, aux lieux, aux méthodes et aux mots de la contestation et des résistances dans le champ disciplinaire, dans le sillage des études récentes qui lui ont été consacrées15. C’est aussi évaluer le souvenir disciplinaire de cette période, entre d’une part l’héroïsation presque hagiographique de la révolte et une reconstruction quasi mythologique de la performance dans le cadre très ritualisé du Geographentag et d’autre part la relativisation, plus ou moins récente, de la rupture. C’est enfin rattacher l’évolution allemande de la discipline géographique à la fin des années 1960 à des phénomènes historiques plus globaux, touchant l’ensemble des universités et des sociétés occidentales, en essayant de mettre en perspective l’idée d’une dynamique strictement interne au champ (période « classique » contre géographie « moderne »), de chercher des liens avec un contexte plus large, typiques non de la communauté savante, mais bien du « moment 68 ».

Professeurs et étudiants autour de 1968 : transition générationnelle et « moment GEOgrafiker » au prisme de Bonn et Berlin-Ouest

  • 16 On connaît désormais bien cette situation à travers les mémoires de Klaus Rother (Rother, 2012, 71- (...)
  • 17 Robic, Briend, Rössler, 1996.
  • 18 Böhm, 1991 ; Winiger, 2003.
  • 19 Mench, 2003.
  • 20 Ruppert, 1968.
  • 21 Ruppert, 1988.
  • 22 Wardenga, 2007, 103.

5Pour la géographie ouest-allemande, les années 1965-1975 constituent une période de transition entre générations, par le remplacement des plus anciens et la création de nouvelles chaires. Les « maîtres », depuis longtemps en possession de leurs postes, quittent progressivement la scène. Considérons quelques exemples, à l’échelle d’universités significatives et de spécialistes déterminants. Bonn d’abord, la capitale fédérale16 : Troll quitte sa chaire en 1966, en même temps que la direction de l’Union géographique internationale17, pour partir en retraite à l’âge de 67 ans. C’est une présence de près de trente ans qui prend fin, comme professeur titulaire nommé en 1938, en situation dominante après 194518. Il est remplacé sur son poste de géographie physique par Adolf Leidlmaier (1919-2010), appelé dès 1969 à Innsbruck, et Wilhelm Lauer (1923-2007), qui reste à Bonn plus de 20 ans, jusqu’en 1988. Deux chaires sont créées peu de temps auparavant, l’une de géographie culturelle attribuée à Wolfgang Kuls (1920-2003) en 1963, l’autre de géographie économique en 1965, qu’Helmut Hahn (1921-2008) occupe jusqu’en 1986. En 1968, ces quatre enseignants titulaires sont épaulés par plusieurs professeurs de géographie historique, comme le spécialiste de Humboldt Hanno Beck (né en 1923) depuis 196119, mais surtout par des assistants scientifiques plus jeunes, dans une situation professionnelle provisoire, dépendant des titulaires et terminant leurs thèses d’habilitation sous leur direction, par exemple Klaus Rother (né en 1932), Gerhard Hard, Hans Böhm (1937-2004) ou Jürgen Bähr (né en 1940). Ailleurs, Eugen Wirth (1925-2012), habilité à Hambourg en 1962, est nommé en 1964 professeur titulaire à l’université d’Erlangen : il y reste jusqu’en 1991. Gerhard Sandner (né en 1929) obtient la chaire de Hambourg en 1965, jusqu’en 1994. À la Technische Hochschule (TH, « université technique ») de Munich, le professeur titulaire depuis 1952, Wolfgang Hartke (1908-1997), spécialiste de géographie sociale, atteint l’âge des hommages, des Festschrifte20, prenant sa retraite en 1973, après vingt et un ans d’activité ininterrompue à ce poste21, de même que son collègue de l’université de la capitale bavaroise, Herbert Louis (1900-1985), nommé en 1952, émérite en 196822. À Heidelberg, Gottfried Pfeifer (1901-1985), lointain successeur d’Alfred Hettner (1859-1941) comme professeur titulaire de géographie générale depuis 1949, émérite en 1969, est remplacé en 1971 par Werner Fricke (né en 1927) comme professeur de géographie humaine, tandis qu’une seconde chaire de géographie physique a été créée en 1961 et confiée à Hans Graul (1909-1997) jusqu’en 1974. Enfin, notons une évolution remarquable, la nomination tardive des deux premières femmes professeurs titulaires, Anneliese Krenzlin (1903-1993) en 1963, à Francfort, puis Gudrun Höhl (1918-2009) en 1965, à Mannheim.

  • 23 Parfois malgré la Seconde Guerre mondiale, la défaite et une dénazification très incomplète (Sandne (...)
  • 24 Lichtenberger, 1984, 161.
  • 25 Martin, James, 1993, 186.
  • 26 Eckhart, 1992.

6Ces situations ne sont pas exceptionnelles. Au milieu des années 1960, les nombreux départs à la retraite immédiatement remplacés et les créations de postes montrent la fin d’un cycle : une génération de professeurs, nés au début du xxe siècle, formés pendant les années 1930, ayant bénéficié d’une remarquable stabilité depuis 194923, laisse la place à des enseignants titulaires nés dans les années 1920, arrivés à maturité professionnelle et prenant les commandes pour au moins vingt ans. Remarquons ici la croissance du nombre total de postes. Au niveau national, il existait, en 1955, 30 instituts de géographie en RFA, avec 31 professeurs titulaires, 30 professeurs associés, 5 lecteurs et 43 assistants24. Au début des années 1960, on compte 53 départements de géographie en Allemagne (41 en Allemagne de l’Ouest, 12 en Allemagne de l’Est)réunisant en tout 546 géographes universitaires (455 en RFA, 91 en RDA)25. En 1970, le nombre de chaires ordinaires de géographie était désormais de 80, avec 53 professeurs assistants (« exceptionnels »), et 53 assistants scientifiques26.

  • 27 Mayr, 1987, 23.
  • 28 Charle, Verger, 2012, 145.
  • 29 Mayr, 1977.
  • 30 Mayr, 1967.
  • 31 C’est à Berlin-Ouest que se situèrent la plupart des événements marquants de la révolte étudiante e (...)
  • 32 L’institut de géographie était alors intégré à la section de mathématiques et sciences naturelles d (...)
  • 33 Fachbereich Geowissenschaften, 1998.
  • 34 Boesler, Kühn, 1970, 9.
  • 35 Lenz, Bader, Kayser, 1977.
  • 36 FU, 1972, 306-307. La spécialité 24, celle des « sciences de la terre » (Geowissenschaften), embras (...)
  • 37 Ce « cercle des géographes berlinois » proposait des activités traditionnelles : soirées de diaposi (...)
  • 38 Notamment, parmi celles qui existent encore aujourd’hui, la Geographische Zeitschrift (« Revue géog (...)
  • 39 À savoir Hans-Peter Bäumer, Hartwig Böttcher, Martin Fürstenberg, Ingeborg Tömmel, Gert Jannsen, Kl (...)
  • 40 À l’époque spécialiste du paysage culturel du Canada et directeur de la section de géographie de l’ (...)
  • 41 D’abord spécialiste de géographie urbaine auquel il consacre sa thèse en 1960, puis professeur à Be (...)
  • 42 Hellen, 1978.
  • 43 Ce phénomène n’est pas unique, il existe également à Munich ou à Marburg, avec la revue Roter Globu (...)
  • 44 Eisel, 1970a, 1970b et 1972. Il était, en 1972, celui qui organisait GEOgrafiker et recevait les ab (...)
  • 45 Schultz, 1971 et 1972.
  • 46 À savoir la vie politique en RFA (critique de la grande coalition et de l’opposition, SPD contre AP (...)

7Dans le même temps, le nombre d’étudiants inscrits en géographie dans les universités ouest-allemandes passe de 1 500 en 1949 à 9 000 en 1961, 16 000 en 196927, évolution spectaculaire, plus forte que l’augmentation globale des effectifs en RFA, estimés à 130 000 en 1950, 250 000 en 1960 et 412 000 en 197028. Cette « massification » rapide de l’enseignement supérieur, commun à toutes les sociétés occidentales, est jugée suffisamment impressionnante pour la discipline géographique pour qu’un jeune chercheur, Alois Mayr (né en 1938), lui-même assistant scientifique à Münster, puis Bochum, lui consacre sa thèse d’habilitation, en 197729, après une thèse plus traditionnelle de géographie urbaine en 196730. Prenons le cas d’un autre lieu emblématique, celui de la FU de Berlin-Ouest, cas limite, particulier mais exemplaire, car à la fois central, « épicentre de la révolte » dans les événements de 196831, et relativement périphérique, de création récente et en situation quasi-insulaire. À la fin des années 1960, soit près de vingt ans après sa création en 194832, le département de géographie de la FU est composé de deux instituts, mis en place en 1963, le premier consacré à la géographie humaine, le second à la géographie physique33. Il compte un personnel enseignant nombreux, avec à sa tête Joachim Heinrich Schultze (1903-1977), depuis 1956 directeur du département et professeur ordinaire, faisant lui aussi l’objet d’un Festschrift en 1968, pour son 65e anniversaire34, avant de prendre sa retraite trois ans plus tard, en 197135. Les étudiants ouest berlinois de géographie sont particulièrement nombreux : on en compte 755 en 1961, soit quantitativement le plus grand département de géographie dans une université de RFA (8,5 %), 671 en 1971, 815 en 197236. Ils sont organisés, par exemple dans le très officiel Berliner Geographenkreis, créé en 196337, mais aussi dans des groupes plus informels : l’un d’entre eux est à l’origine d’une nouveauté, la fondation, en 1968, d’une revue d’étudiants, intitulée GEOgrafiker. Les apprentis géographes, normalement exclus pendant le début de leur formation des revues scientifiques spécialisées professionnelles38, montrent ainsi une volonté inédite de se faire entendre et de s’exprimer. L’étude du premier numéro de cette publication est éclairante : soutenu par les éditions Kiepert KG de Berlin, il est sous-titré : « Discours sur les désagréments d’une réforme des études, présenté avec l’exemple du refus obstiné d’un examen intermédiaire introductif dans la spécialité “géographie”, développé à plusieurs voix par des apprenants et des enseignants ». Ce fascicule vert d’une quarantaine de pages, ronéotypé, contient treize articles relativement courts signés par sept étudiants de l’université berlinoise39, sans précision de leur degré d’avancement dans les études, mais aussi par des enseignants géographes plus confirmés comme Karl Lenz (né en 1928)40, ou Klaus-Achim Boesler (né en 1931)41. L’ensemble des articles, parfois un peu confus et redondant, a pour objet la proposition d’une réforme du programme d’études en géographie, discutée dans diverses assemblées générales et commissions, pendant les deux semestres précédents, au moins depuis juin 1967 et jusqu’en mars 1968. Dans l’avant-propos, les coordinateurs du numéro insistent sur la « vigueur de ces discussions » concernant la publication même de ce plan de réforme, au sein de la communauté étudiante. La discussion est aussi influencée par les réflexions des étudiants d’autres universités, en particulier de Bonn, de Fribourg ou de Tübingen, avec, en annexe, les résultats d’une « consultation nationale », auprès des étudiants de 19 instituts de géographie en Allemagne de l’Ouest. Ce premier numéro de GEOgrafiker montre donc à la fois une volonté de réforme de la part des étudiants, de prise de parole et de discussions théoriques et pratiques au sein de leurs études universitaires, mais aussi la volonté de mettre en réseau, en communication, les divers instituts de géographie ouest-allemands et de constituer une communauté agissante, au niveau local, appelée plus tard le « cercle GEOgrafiker42 », milieu de réflexion critique, sans doute minoritaire, mais très agissant. Cette revue relativement artisanale a une existence éphémère, entre 1968 (n° 1) et 1972 (n° 7/8), mais son importance est considérable43. Son étude permet de connaître les noms des étudiants et enseignants qui y participaient activement, par exemple les jeunes Ulrich Eisel (né en 1941)44 et Hans-Dietrich Schultz (né en 1947)45. Les sujets abordés en 1968 sont surtout la réforme universitaire, vers une démocratisation et une modernisation des conditions d’études, et des questions disciplinaires, mais pas les problèmes politiques plus généraux posés par les étudiants de la FU depuis 196646. Cependant, Rother donne un complément intéressant de l’ambiance régnant dans son institut de géographie :

  • 47 Rother, 2012, 70-71.

À Bonn, nous étions depuis le début concernés [par le mouvement des soixante-huitards] et avions vraiment le désir d’un changement […], après vingt ans de tendances conservatrices des partis bourgeois. Le mécontentement fut remarquable déjà à l’automne 1967, lorsqu’on débattit au Parlement fédéral de la loi d’exception, et les premières manifestations de rue paralysèrent la ville. En 1968, il y avait tous les jours des manifestations sur la place centrale de Bonn. Beaucoup de jeunes participants criaient « avec les policiers, contre les fascistes », après les bagarres avec la force publique, pour les amener de leur côté. Et des groupes d’étudiants gauchistes mettaient fondamentalement en cause le système universitaire hérité, avec le slogan : « Sous les toges se cache le moisi de mille ans. »
Nous discutions beaucoup entre collaborateurs et nous rencontrions bientôt dans un « conseil de l’institut », imposé par les étudiants, dans lequel les professeurs étaient en minorité et les réunions fatigantes faisaient surtout perdre beaucoup de temps. […] Leidlmair, avec son caractère national-conservateur, se tenait à l’écart et devait souffrir. […] Mais il n’y eut pas chez nous d’incidents comparables à ceux du département de germanistique, où le professeur Benno von Wiese fut jeté par la fenêtre d’un amphithéâtre par une foule en colère47.

8À Bonn comme à Berlin-Ouest, un mouvement unifié d’étudiants en géographie se met en place en 1968, dans le sens de réformes dans les études et le système disciplinaire, de davantage de démocratie et de la remise en cause des hiérarchies académiques ou institutionnelles.

L’assaut pratique : vers une professionnalisation des études géographiques ?

  • 48 GEOgrafiker, 1, 1968, 5.

9Ainsi organisés, les étudiants en géographie ont de réelles revendications, qui sont exprimées d’abord dans les premiers numéros de GEOgrafiker. Les comptes rendus des discussions montrent clairement les craintes, les incertitudes et les attentes des étudiants : « Avant d’établir des propositions pour un programme d’études, la question du but des études doit être posée48 » : « une question centrale sur l’établissement des propositions était la façon dont on pouvait atteindre la liberté d’enseigner et celle d’apprendre » (Lehr- und Lernfreiheit), dans le sens d’un partenariat entre les étudiants et les professeurs, d’une autonomisation des étudiants et de l’abandon d’un enseignement dit autoritaire, à travers la recherche de nouveaux exercices. Le résultat, allant très clairement dans le sens d’un renforcement des exercices pratiques et empiriques et de discussions en séminaire autour de réflexions méthodologiques, concernant notamment les questions théoriques (par exemple celles des échelles et de la Landschaft), est décrit comme issu d’un compromis entre les intérêts des étudiants et ceux des enseignants, au nom de leur liberté pédagogique, permettant de ne pas avoir à entreprendre des études complètes et longues, mais allant vers des cycles « courts » et professionnalisants. La consultation entre étudiants conclut ainsi aux conditions de mise en place d’un examen intermédiaire (Zwischenprüfung) dans le cursus.

  • 49 Meckelein, Borcherdt, 1970, 175.
  • 50 Brogiato, 1998.
  • 51 Wardenga, Henniges, Brogiato, Schelhaas, 2011.
  • 52GEOgrafiker, numéro spécial, 3, 1969 ; Meckelein, Borcherdt, 1970, 191-207. Cette communication es (...)

10Ces demandes sont ensuite présentées, très ouvertement, lors du Geographentag de Kiel. Le 22 juillet 1969, une session du congrès, présidée par le professeur titulaire de l’université de Münster, Peter Schöller (1923-1988), était consacrée à un thème là encore strictement professionnel : « Der Geograph. Ausbildung und Beruf » (« Le géographe. Formation et métier »). Schöller indique qu’elle a été organisée « sur une initiative commune des géographes scolaires et professionnels et des groupements d’étudiants49 », ce qui renvoie à deux organisations importantes dans le champ de la géographie allemande, d’une part le Verband Deutscher Schulgeographen (« Association des géographes scolaires »), fondé en 1912 et représentant des pédagogues et professeurs de l’enseignement secondaire50, d’autre part le Verband Deutscher Berufsgeographen (« Association des géographes allemands professionnels »), créé en 1950 par Walter Christaller (1893-1969), Paul Gauss (1900-1990) et Emil Meynen (1902-1994), et composé de spécialistes extra-universitaires, notamment liés à l’aménagement du territoire et à la planification51. Trois communications étaient prévues : la première du Berlinois Heinz W. Friese (1930-2012) sur la formation du futur professeur de géographie (géographie scolaire) ; la deuxième du Munichois Karl Ganser (né en 1937) sur la formation du géographe diplômé (géographie appliquée) ; enfin la troisième d’un collectif d’étudiants, concernant la situation de la géographie allemande universitaire et scolaire52.

  • 53 À savoir G. Burgard (Hambourg), U. Gross (Francfort), Heiner Monheim (né en 1946) (Munich) et W. Sc (...)
  • 54 Meckelein, Borcherdt, 1970, 198 ; GEOgrafiker, 3, 1969, 13.

11Résumons l’exposé des étudiants. Il est d’abord présenté comme le produit des réflexions et des discussions des groupes issus des instituts de géographie de RFA et de Berlin-Ouest, et du travail d’un groupe de rédaction. Quatre délégués, venant d’universités différentes53, ont été désignés pour la porter et la défendre à Kiel. Dans cette intervention, ils s’interrogent sur l’image de la géographie et sur sa « situation misérable » (Misere), à travers la présentation d’un sondage auprès d’étudiants de Berlin, Hambourg et Munich, montrant que la discipline avait une très mauvaise image, et que sa suppression du cursus scolaire serait souhaitée. Puis ils remarquent que paradoxalement elle est attractive à l’université, devenue une Massenfach (« discipline de masse »), dont seulement une faible partie des étudiants pourront devenir professeurs ou auront tout simplement un contact avec la géographie dans leur vie professionnelle, faute de débouchés directs. Ils protestent contre cet état de fait et l’attribuent à la formation elle-même, trop théorique et ne prenant pas en compte les besoins pratiques (recherche régionale, urbanisation, transport et en recherche sur les pays en voie de développement). Ils expliquent ensuite que la science géographique a une utilité certaine, mais aussi qu’elle a des comptes à rendre à la société et des devoirs sociaux (notamment celui de mettre à la disposition de la société un savoir utile, et surtout un « savoir critique »), non seulement parce qu’elle est financée par la société, mais aussi parce que « l’affirmation selon laquelle elle serait neutre est une illusion ou de l’idéologie ». Ils font enfin la liste des thèmes contemporains que la géographie devrait traiter en priorité, par exemple l’urbanisation, les conflits entre décentralisation et concentration, l’explosion démographique et les problèmes alimentaires, les crises internationales, l’aménagement ou la régionalisation54.

  • 55 Lichtenberger, 1984, 157.
  • 56 Müller-Doohm, 2004, 460.
  • 57 C’est précisément l’analyse de la crise française de Mai 68 faite par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 19 (...)
  • 58 Charle, Verger, 2012, 160-162.
  • 59 Schmals, 1997 ; Kern, 2008.
  • 60 En 1964, il reçoit le Outstanding Achievement Award (« Prix pour une contribution exceptionnelle ») (...)

12Plusieurs éléments permettent d’expliquer cette présentation, témoignant d’une conscience très affirmée du rôle social du géographe. L’activisme politique des étudiants est d’abord apparent à travers le vocabulaire, les concepts, les thèmes utilisés et revendiqués, certainement « néo-marxistes55 » par l’attention exigée pour des problématiques très chargées politiquement dans le contexte des Trente Glorieuses, de la guerre froide et du développement du tiers monde. La méthode même des sondages pour exprimer ou appuyer une réalité par une opinion partagée par un groupe social est, dans les années 1960, relativement courante et influencée par l’exemple méthodologique de la sociologie critique, notamment développée par l’École de Francfort56. Cependant, ce sont aussi des problématiques internes au champ de la géographie allemande qui sont en jeu, en particulier l’avenir professionnel des étudiants, lié à l’augmentation rapide des effectifs et un nombre limité de débouchés professionnels directs57. Les quelque 200 postes dans l’enseignement supérieur que l’on compte en 1970, certes en augmentation (contre une centaine en 1955) ne pèsent guère face aux 16 000 étudiants de 1969. La réforme globale du système était perçue comme tardive et insuffisante58, loin de compenser l’explosion du nombre d’étudiants inscrits en géographie qui décuple, à tel point que l’on parle de possible Bildungskatastrophe (« catastrophe éducative »). Ceci provoque une angoisse forte chez les étudiants comme chez certains enseignants, notamment chez les assistants de recherche, concernant le problème de débouchés professionnels, soit dans un cadre universitaire restreint, soit dans un autre cadre, notamment celui de l’enseignement scolaire ou celui de l’expertise pour l’aménagement et la modernisation des réseaux dans les Länder allemands et au niveau fédéral. Cette dernière perspective est particulièrement attirante en 1968, semblant constituer un réservoir d’emplois en plein développement. La Raumplanung (« planification spatiale »), malgré son héritage national-socialiste marqué et la concurrence du modèle est-allemand59, a été menée en RFA, dès 1949, dans le sens de la reconstruction des infrastructures, de la gestion de l’immigration et de la modernisation de l’économie allemande, notamment au niveau des Länder. Avec l’adoption de la Raumordnungsgesetz des Bundes (ROG) (« loi fédérale sur l’organisation spatiale ») en 1965, l’aménagement du territoire passe à une autre échelle, tout en gardant sa dimension locale et régionale, et entre dans une période de reconnaissance institutionnelle très forte et de réalisations nombreuses, apogée qui dure une décennie environ, jusqu’en 1975. Ainsi, en 1969, au moment même de la reconnaissance nationale et internationale60 et de la disparition de W. Christaller, un de ses représentants majeurs :

  • 61 Leendertz, 2008, 360.

Des perspectives dorées semblent apparaître pour l’aménagement spatial. Il était dans toutes les bouches, et plus aucune pression de justification ne pesait sur les épaules des planificateurs. L’ambiance était partout à la satisfaction, parfois à l’euphorie. […] La « planification de développement » était une des formules magiques dans lesquelles s’exprimait l’optimisme de direction et de progrès de cette période61.

13Ceci explique sans doute le sentiment et les revendications des étudiants, vers une reconnaissance publique de leur discipline, selon eux encore insuffisante pour leur assurer des emplois extra-universitaires, du fait de l’inadaptation de leur formation, essentiellement académique, pas assez tournée, selon eux, vers la géographie appliquée : ils n’étaient pas préparés à occuper un autre emploi que celui d’enseignant ou que chercheur, dans un cadre universitaire vécu comme trop étroit.

  • 62 C’est la première chaire universitaire de géographie appliquée en Allemagne, dans le premier instit (...)
  • 63 Wardenga, Henniges, Brogiato, Schelhaas, 2011, 51.
  • 64 Charle, Verger, 2012, 120-122.
  • 65 De ce point de vue, les fondateurs du Verband Deutscher Berufsgeographen, Christaller et Meynen, on (...)

14Cependant ce constat doit être nuancé par l’évolution constatée dans certaines universités, allant dans le sens d’une plus grande attention et institutionnalisation pour la géographie ouverte sur l’action politique et sociale : des chaires de géographies appliquées sont créées dans certaines universités, par exemple à la FU de Berlin-Ouest en 196362 ou à la TH de Munich en 1965, occupée en 1969 par Robert Geipel (né en 1929), tandis que des efforts locaux sont faits pour réorganiser les études, notamment par l’action de Hartke, avec un rapport sur l’état du système disciplinaire national dès 1960 et la mise en place, à Munich, d’un nouveau cursus (Lehrplan) plus ancré dans la géographie appliquée pour répondre aux demandes sociales et politiques63. Cependant cet effort de professionnalisation, déjà largement évoqué au Geographentag de Cologne en 1961, puis à Heidelberg en 1963, fait l’objet d’un intense débat parmi les professeurs mêmes. C’est que deux éléments sont ici en cause, concernant l’autonomie (théorique) du champ disciplinaire : premièrement l’existence d’un système universitaire dual hiérarchisé, existant depuis la fin du xixe siècle64, entre d’une part des universités généralistes, considérées comme plus nobles, à dimension « purement » spéculative, sur le modèle idéal humboldtien, et d’autre part des établissements d’enseignement supérieur dits « techniques », moins valorisés et plus récents, à dimension pratique et professionnalisante ; deuxièmement la généralisation du modèle technique, c’est-à-dire, pour les professeurs universitaires, l’abandon (au moins relatif) de leur détachement à l’égard des sphères politique et sociale, de leurs « liberté et solitude », concession majeure dans leur identité professionnelle provoquant un certain malaise. Le blocage est donc fort de la part des enseignants, en particulier de la génération d’avant 1945, par ailleurs pour certains échaudés par les compromissions faites à la politique avec le régime hitlérien entre 1933 et 194565, ayant opéré, après la Seconde Guerre mondiale, un repositionnement important sur le domaine scientifique le plus apolitique, se différenciant par ailleurs du modèle communiste concurrent de la RDA. Certains étudiants considèrent cependant que cette position est désormais intenable, que l’évolution nécessaire mais douloureuse du système universitaire est insuffisante et ne répond pas suffisamment à l’urgence de leur situation. Une question, de nouveau, de générations, provoquant des mécontentements et des tensions entre les divers acteurs du champ disciplinaire.

L’offensive théorique : « La géographie comme pseudoscience » ou le refus de l’héritage

15Pour lever le blocage, il semblait nécessaire aux contestataires de discuter l’identité même de la discipline universitaire, en particulier ce qui avait été défini depuis le début du xxe siècle comme son essence même, à savoir la notion de Landschaft, centrale pour la pensée géographique allemande « classique ».

  • 66 Dürr, Zepp, 2012, 135-153.
  • 67 Beck, 1973.
  • 68 Schlüter, 1906 ; Claval, 2012, 15.
  • 69 Quelques géographes la remettent en cause cependant dès les années 1920, comme Hans Spethmann (1885 (...)
  • 70 Dans le cas allemand, il est difficile de parler d’une « école allemande » centralisée, car on cons (...)
  • 71 Schultz, 1980, 1989 et 2003.
  • 72 Schultz, 1980, 228 ; Sandner, 1995 ; Ginsburger, 2011.
  • 73 Solchany, 2003, 366-406.
  • 74 Lichtenberger, 1984, 162.
  • 75 Bobek, 1948.
  • 76 Werlen, Stock, 2003b.
  • 77 Hartke, Blanc, 1962.

16Pour ses partisans, la Landschaft était censée constituer l’objet propre et unifiant de la géographie (dès lors appelée Landschaftsgeographie), et de ce fait définir une identité disciplinaire autonome, permettant de se démarquer des autres sciences, d’un côté de la géologie, de l’autre des sciences humaines, en permettant une unité entre la géographie physique et la géographie humaine66. Il s’agit d’une partie de la surface terrestre, relativement petite, car à portée de sens, de vue, définie subjectivement, mais cohérente et construite opportunément pour être étudiée objectivement67. Une telle unité géographique, à la fois petite région et paysage, est aussi importante que la scientificité de sa description et de son explication, selon une méthode de Länderkunde, c’est-à-dire de description régionale systématique (parfois dite « à tiroirs »), selon divers critères scientifiques, naturels ou culturels, au choix de l’observateur. D’abord proposée par Otto Schlüter (1872-1959) en 190668, la notion de Landschaft fut cristallisée dans les années 1920, même si sa définition restait suffisamment floue pour être souple, commode et acceptable par presque tous69, malgré les particularités conceptuelles et méthodologiques de chaque école locale70. À cet égard, elle est parcourue par une « nervosité théorique », avec des discussions méthodologiques intenses71. Ce paradigme classique connut cependant après 1945 une période de réinvestissement théorique dans le cadre de la reconstruction de la géographie ouest-allemande après la défaite politique et militaire, sur une vision statique de la notion de Landschaft comme cadre unique des recherches géographiques, ayant une sorte de monopole conceptuel72. Plusieurs éléments la remettaient cependant fondamentalement en question : les bouleversements socio-économiques et spatiaux de l’espace allemand avec le « miracle économique » allemand des années 1950 et 196073, mais aussi des pratiques nouvelles développées par certains spécialistes, visant certes à définir et étudier la nature de chaque partie de la surface terrestre, mais aussi sa position et ses relations avec les autres parties, son pouvoir d’action et son devenir, dans une perspective horizontale et fonctionnelle. Dès lors, on remarque une « structure pluraliste74 » de la recherche géographique allemande. Certains spécialistes restent relativement traditionnels, justifiant en l’aménageant une Länderkunde toujours considérée comme le centre de l’activité géographique, le « couronnement de notre science » selon l’expression de Gottfried Pfeifer. D’autres sont plus innovants. C’est le cas par exemple de la Sozialgeographie (« géographie sociale »), développée contre une certaine idée du déterminisme physique, avec la conviction que la force majeure des mutations des paysages vient des groupes humains, des modifications de la société, et non du milieu naturel. Ce courant, représenté en particulier par W. Hartke et le Viennois Hans Bobek (1903-1990), conservait cependant pleinement la Landschaft, non plus comme objet, mais comme cadre de plus en plus large et indéterminé, sans critère de sélection, en relation avec d’autres régions, perdant ainsi son unité « naturelle ». La Landschaft n’était plus considérée comme un but d’étude en soi, mais comme le lieu d’ancrage, de « projection » des groupes sociaux (Bobek)75, dans le cadre d’une tradition développée dans les années 1920 et 1930 et de la pensée vidalienne des « genres de vie », ou bien comme une « plaque d’enregistrement » (Registerplatte) des traces de l’activité humaine, un répertoire d’indicateurs des processus sociaux (Hartke)76. Ainsi, ce ne sont pas les frontières naturelles, mais les limites humaines qui constituent les régions : « la définition des régions est de nature sociale et non physique77 », ce dont la Landschaft pouvait s’accommoder. Le paradigme classique était ainsi conservé, à cause de sa grande légitimité en termes de traditions et d’héritages, scientifique mais aussi institutionnelle et disciplinaire, montrant qu’un tel paradigme pourrait conserver l’unité de la discipline, réconciliant la partie de la géographie tournée vers l’homme, et celle tournée vers la nature.

  • 78 Dans son Abschiedsvorlesung (sa « conférence d’adieu ») du 12 février 1968, il insiste sur la notio (...)
  • 79 Schultz, 1980, 251.
  • 80 James, Martin, 1993, 429-462.
  • 81 Vetter, 1970.
  • 82 Boesler, Kühn, 1970.
  • 83 Notamment Jürgen Deiters (né en 1938) ou Rolf Monheim (né en 1941), voir Rother, 2012, 72.

17Cependant, à partir des années 1950, cette notion unifiante de Landschaft faisait de plus en plus l’objet de critiques récurrentes ou du moins de volonté de réaménagement et de redéfinition, même par les professeurs confirmés comme Troll78. Schultz parle même d’un « malaise dans la géographie » et d’une « autodissolution discrète de la géographie de la Landschaft »79, marquée par une progressive extinction du genre et des pratiques, remplacés peu à peu par la vague des modèles mathématiques et statistiques de la « révolution quantitative » venus des États-Unis et des pays scandinaves, rendant problématiques les rapports entre innovations et traditions80. En fait, la fin des années 1960 est encore marquée par la coexistence des deux courants. À Berlin-Ouest, Schultze était certes un spécialiste de Landschaftskunde, de géographie urbaine (en particulier britannique) et humaine, et de l’exploration géographique de l’Afrique, mais il admettait la nouveauté. La FU était en 1968, par son action, à la fois un foyer de travaux relativement descriptifs et traditionnels, et un lieu de développement de travaux plus innovants. C’est par exemple le cas des travaux d’un de ses élèves, Friedrich Vetter, qui soutient en 1969 une étude intitulée : « Étude théorique des réseaux sur le réseau ferroviaire de Basse-Saxe. Un apport à la géographie appliquée des transports81 ». Ce dernier semble donc ouvert aux méthodes nouvelles, apprises notamment aux États-Unis où il a mené une partie de ses études, ce qui n’est pas très étonnant dans une université récente, particulièrement liée historiquement aux universités américaines. Il y avait donc une certaine diversité d’approches à Berlin-Ouest, entre tradition et méthodes modernes, ce dont témoigne la diversité des thèmes abordés dans le volume d’hommages offert à Schultze, intitulé « problèmes actuels de la recherche géographique » et rassemblant autant des études de paysages culturels que de géographie pratique et théorique82. À Bonn, les jeunes élèves de Kuls, spécialisés en géographie économique, avaient eux aussi, selon Rother, « des opinions avant-gardistes » qu’il avait du mal à comprendre et à partager, en tant que spécialiste de géographie physique83.

  • 84 Meckelein, Borcherdt, 1970, 193.

18Cette disparition discrète serait peut-être passée relativement inaperçue si la Landschaft n’avait pas été fermement inscrite, comme base de la discipline, dans les cursus universitaires et dans les programmes imposés aux étudiants. Ceci provoque, à la fin des années 1960, la contestation explicite et non plus implicite de la notion de Landschaft, perceptible à la fois dans GEOgrafiker, et dans l’intervention des étudiants au Geographentag de Kiel. Ainsi, dans le premier numéro de la revue de Berlin, la question de la possibilité d’aborder les questions méthodologiques et de discuter en séminaire les notions d’échelle et de Landschaft est posée comme une des revendications principales des jeunes contestataires. Cette demande est poussée à l’extrême lors de l’intervention des étudiants à Kiel, le 22 juillet 1969. Après leur préambule sur l’état de l’image et de l’utilité sociales de la géographie, ils affirment notamment deux principes : « 1. La géographie fuit ses devoirs et sa responsabilité dans la société. 2. De manière plus générale, la géographie ne peut pas rendre justice à ses prétentions scientifiques aussi longtemps qu’elle se considère comme Landschaftskunde et Länderkunde84. » Puis, après avoir fait la liste des objets géographiques qu’ils souhaiteraient étudier, ils attaquent frontalement : « Le concept de Landschaft est un tabou. Avoir un doute à son propos ne paraissait et ne paraît toujours pas sensé. Si nous brisons ici ce tabou malgré tout, c’est parce que nous pensons qu’il empêche le travail scientifique, même dans les sous-disciplines de la géographie. » Ils demandent ainsi qu’une nécessaire théorie de la géographie soit élaborée, au-delà de la « tautologie » de la Landschaft, quitte à mettre en danger l’« axiome de l’unité de la géographie », et renversent toute la tradition :

  • 85 Ibid., 199 ; GEOgrafiker, 3, 1969, 13.

Les géographies du paysage et de la région comme quintessences de la géographie ne disposent d’aucune problématique. Elles construisent des schémas ou de soi-disant « systèmes logiques », dans lesquels des faits peuvent être repérés. Les connexions constatées sont triviales et absolument pas explorées par la science du paysage. Elles sont très éloignées du cadre global postulé comme problématique idéale. Elles sont triviales, dans la constatation de liens, des lieux communs, des formules vides dans la problématique. La géographie comme Landschafts- et Länderkunde est une pseudoscience85.

  • 86 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.
  • 87 Ibid.

19De ce fait, parmi les douze affirmations et demandes finales en conclusion de l’intervention des étudiants86, la sixième proclame : « Les Länder- et Landschaftskunde sont non-scientifiques, sans objet et provoquent des conflits ; elles n’ont aucun intérêt véritable. C’est pourquoi elles doivent être supprimées87. »

  • 88 Hard, 2007, 9.
  • 89 Hard, 1970.
  • 90 Matonti, 2008, 160.
  • 91 Rother, 2012, 70-71.
  • 92 Hard, 1971a.
  • 93 En France, Denise Pumain (née en 1946) en fait le compte rendu de lecture pour les Annales de géogr (...)
  • 94 Hard, 1973.

20Cette dénonciation virulente et radicale de la notion de Landschaft reprend la remise en cause la plus directe de la tradition allemande en RFA, celle de Gerhard Hard. Celui-ci avait soutenu un doctorat en 1962 à Sarrebruck avec un travail de phytogéographie, puis enseigné comme Dozent (maître de conférences) à Bonn à partir de 1963, travaillant à son habilitation, non pas en géographie, mais en germanistique. Le manuscrit en est terminé et déposé à l’automne 1968, le travail est soutenu dans la capitale fédérale en 1969, puis publié en 1970, tandis que l’auteur part à Berlin-Ouest pour remplacer Schultze de manière provisoire88. Cet ouvrage très dense de 278 pages est précisément intitulé « Le “paysage” de la langue et le “paysage” des géographes : études sémantiques et logiques de quelques notions centrales dans la bibliographie géographique allemande89 ». Il mène une analyse approfondie, par des méthodes linguistiques, des divers usages du terme Landschaft, d’abord dans la langue commune, puis dans son utilisation disciplinaire, montrant que les connotations communes de ce terme ont largement influencé les analyses scientifiques de la première moitié du xxe siècle, en d’autres termes qu’il y a une relation intime entre l’approche scientifique et le langage commun, la Landschaftsgeographie n’étant dès lors qu’une « proto » ou « pseudoscience ». En juillet 1969, soit plusieurs mois avant la publication de la thèse, les étudiants de Kiel se servent donc exactement de sa terminologie, d’une part parce qu’elle est relativement « classique » chez les jeunes radicaux des années 1960 pour désigner la « science bourgeoise », c’est-à-dire non « critique » et non-engagée à gauche90, d’autre part car les idées de Hard ont été diffusées dès avant la publication de sa thèse, notamment par son enseignement. Rother indique ainsi que, dans le « conseil de l’institut » de géographie de Bonn : « L’un des porte-parole contre l’establishment était Hard qui était solidaire avec les étudiants91. » Les communications entre étudiants des diverses universités et instituts de géographie étaient suffisamment développées pour que ce genre d’arguments circule vite, avant même son enseignement à la FU en 1969-1971, ses articles dans les numéros tardifs de GEOgrafiker92 et la publication de sa thèse, remarquée à l’échelle internationale93, puis d’un manuel de méthodologie critique en 197394.

  • 95 Schultz, 1970, 24.

21En quoi la thèse de Hard était-elle donc choquante pour les géographes gardiens de la tradition allemande, le concept de Landschaft étant déjà discuté depuis longtemps ? Son ouvrage constituait la première étude systématique des faiblesses théoriques de la notion, par le biais d’un détour méthodologique par la linguistique et par une analyse quantitative des occurrences : cette contestation par des méthodes externes d’un des piliers internes de la discipline était déjà en soi une provocation, même si Hard ne rejetait pas totalement la notion même de Landschaft, en reconnaissait la dimension heuristique, mais s’attaquait à son usage non scientifique, désormais devenu un « obstacle épistémologique95 ». Cette démarche donnait d’ailleurs prise à certaines critiques, comme celle de Beck, tenant de la tradition humboldtienne, en 1973 :

  • 96 Beck, 1973, 410.

Hard, qui conduit […] la jeune génération en Allemagne, est un germaniste très savant, un phytogéographe de la même qualité […], un géomorphologue […], un épistémologue et un historien des sciences. Très souvent, il mène des travaux de recherche qu’il rejette lui-même épistémologiquement, et en ce sens, il représente une manifestation très importante du passage d’une géographie unitaire à une nouvelle forme disciplinaire96.

  • 97 Hard, 1971b.
  • 98 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.

22En soulignant ainsi certaines contradictions de Hard, qui continue d’ailleurs à publier dans des revues établies et légitimes97, Beck met le doigt sur le fond de la remise en cause de l’objet de Landschaft, à savoir le débat, récurrent en Allemagne depuis le début du xxe siècle, sur la nature et l’unité de la géographie comme discipline. Le neuvième point affirmé par les étudiants de Kiel était ainsi : « La séparation entre la géographie physique et l’anthropogéographie (la géographie humaine) doit être mise en œuvre. La communauté des problèmes n’est justifiée qu’artificiellement98. »

  • 99 Bahrenberg, 1987 ; Wardenga, 2002, 122 ; Werlen, Stock, 2003.
  • 100 Claval, 2007, 74.
  • 101 Selon son entretien avec Anne Buttimer recueillant ses souvenirs, les contacts de Hartke avec les t (...)
  • 102 Bartels, 1968b, 166 ; Wirth, 1984.
  • 103 Storkebaum, 1969.
  • 104 Bartels, 1970.
  • 105 Bartels, 1968a.
  • 106 Ruppert, Schäffer, 1969.

23Cette exigence était largement inspirée par les derniers développements de la pensée allemande concernant la géographie humaine, en particulier les travaux de Bartels99. Sa thèse d’habilitation, soutenue en 1967 et publiée en 1968 sous le titre De la fondation théorique d’une géographie de l’homme, a eu sans doute un effet encore plus direct sur la révolte étudiante de 1969 que les écrits de Hard, même si la question traitée était la même, celle de la Landschaft, « manifestation conjointe des forces naturelles et de l’action humaine100 ». La Sozialgeographie de Bobek et Hartke s’était inscrite dans le cadre de la « région-paysage » pour rester ancrée dans la discipline et ne pas être confondue avec les autres sciences sociales comme la sociologie ou l’économie, au nom d’une indépendance revendiquée par rapport aux sciences camérales, aux statistiques ou à l’histoire, dont elle s’était séparée au xixe siècle. Si elle pouvait entrer en résonance avec certaines théories scientifiques (en particulier sociologiques de l’École de Francfort) du « moment 68 », elle prenait bien garde de s’en démarquer, ne serait-ce que pour ne pas être taxée de marxisme101. Bartels lui-même met en garde contre ce retour inenvisageable102. Mais les deux courants sont différents : en 1969 paraît un manuel composé de textes de Hartke et Bobek, montrant la maturité du courant103, tandis qu’un an plus tard, Bartels publiait son propre recueil de textes théoriques traitant de la « nouvelle » géographie économique et sociale104. Pour lui, en effet, il ne s’agissait pas de concilier une géographie plus « sociale », plus humaine, avec la Landschaft. Son idée de « l’avenir de la géographie105 » était qu’il fallait désormais installer « une séparation claire – pas un isolement – du point de départ naturaliste et du point de départ des sciences sociales », c’est-à-dire la scission définitive entre les géographies humaine et physique, pour établir une science de l’espace tournée vers les actions des hommes. Il tente donc de concilier l’analyse spatiale avec des réflexions sociales : il développe son système de concepts sur la base de la théorie de l’action, dans une optique passablement différente de celle de Hartke et de ses élèves, qui doivent d’ailleurs défendre leur « géographie sociale » contre les attaques des « jeunes turcs » néo-marxistes106.

  • 107 Brogiato, 1998.
  • 108 Weichhart, 2003, 21 ; Schultz, 2010.
  • 109 Hadju, 1968 ; Bartels, Peucker, 1969 ; Wirth, 1984 et 1985.
  • 110 Bartels, 1969.
  • 111 Schaefer, 1953 ; Entrikin, 1989.
  • 112 Wardenga, Harvey, 1998.

24La séparation entre géographie physique et géographie humaine est donc revendiquée, reprenant à vrai dire des arguments déjà avancés par les géographes scolaires au début du xxe siècle107, puis après la Première Guerre mondiale par le Berlinois Alfred Rühl (1882-1935), spécialiste de géographie économique, marginalisé pour ses idées, considérées comme coupables de « haute trahison » contre l’unité de la discipline108. En 1968, Bartels a plus d’efficacité : il fonde théoriquement une géographie humaine autonome dans un mouvement interne, d’abord étranger à la pensée géographique de la New Geography, comme le montre la bibliographie de son ouvrage, essentiellement allemande, visant à résoudre « la schizophrénie de la discipline », face à l’effort très obstiné des professeurs de conserver ce pont entre les sciences de la nature et les sciences humaines. Cependant, il n’est pas étranger aux débats qui ont lieu aux États-Unis et en Grande-Bretagne, en y participant directement109, en les répercutant dans le champ disciplinaire germanophone110, mais aussi en s’en servant comme arme. Son manuel de 1970 est à ce titre un véritable arsenal théorique, anthologie d’essais allemands et étrangers traduits en allemand, où l’Américain Peter Gould (1932-2000), l’inventeur du terme New Geography en 1968, côtoie le Suédois Torsten Hägerstrand (1916-2004) pour illustrer et défendre l’utilisation des mathématiques, des statistiques et de l’informatique en géographie, tandis que Paul Claval (né en 1932) complète Hard ou Hartke pour justifier le renouvellement des méthodes et des concepts de la discipline. Bartels publie également l’article « Exceptionnalism in Geography111 » de l’économiste d’origine allemande, professeur de géographie à l’université de l’Iowa, Fred Kurt Schaefer (1904-1953). Publié en 1953, cet essai, dirigé contre l’exceptionnalisme supposé de Richard Hartshorne (1899-1992) et son ouvrage The Nature of Geography (1939), notamment inspiré par les écrits de Hettner, provoqua aux États-Unis un débat très vif et complexe sur la définition et les buts de la géographie, considérée comme essentiellement idiographique ou au contraire fondamentalement nomothétique. En le traduisant, Bartels trouve un argument externe extrêmement fort contre l’exceptionnalisme en géographie, c’est-à-dire contre le concept de Landschaft112. Cet effet retour (« boomerang ») de la pensée de Hettner est d’autant plus intéressant que ce manuel marqua toute une génération d’étudiants et constitua, selon Bahrenberg, la véritable rupture pour la géographie allemande, par sa référence à la théorie géographique américaine de la « nouvelle géographie ». Ainsi, le livre de Bartels de 1970 peut être considéré comme le point final de sa révolution initiée en 1968, par sa volonté de séparer effectivement les géographies physique et humaine, à partir de la perspective des sciences sociales. À ce titre, rien d’étonnant à ce que les idées de Bartels aient connu un grand succès chez les étudiants de Berlin, avides d’applications concrètes et sociales, voire politiques, de la science géographique, puis parmi les géographes scolaires dans les années 1970.

Contre les mandarins. Dominants contre dominés ou le Geographentag comme mise en scène

  • 113 Kiessling, 2006.
  • 114 Cette contestation ne prend pas appui sur une mise en cause du passé nazi des professeurs. La rééva (...)

25Cette contestation théorique et pratique des méthodes et de l’identité disciplinaire est enfin un véritable conflit entre générations, entre Anciens et Modernes, entre professeurs et étudiants, en rébellion ouverte (caractéristique de « l’esprit 68 ») contre l’autorité de leurs aînés, en particulier des maîtres113. Mais elle est aussi symptomatique des tensions entre géographes universitaires installés et spécialistes proto- ou extra-universitaires, dans le cadre d’une aspiration plus globale à davantage de démocratie à l’université et d’ouverture dans l’organisation institutionnelle de la géographie allemande, dirigée contre les « mandarins114 ».

  • 115 Brogiato, 1995a et b.
  • 116 Schelhaas, 2004.

26Le Geographentag est en effet une institution importante : depuis 1881, il s’agit du rendez-vous disciplinaire par excellence, réuni avec des fréquences variables selon les périodes115, tous les deux ans depuis 1945, avec la participation des géographes est-allemands jusqu’à la fin des années 1950, avant la rupture entre les géographes des deux côtés du rideau de fer, en 1961116. Ce congrès avait l’habitude de réunir professeurs, étudiants, professionnels et amateurs de géographie, tout en ne faisant parler que les géographes confirmés lors des sessions thématiques spécialisées, et ne laissant que peu de place à la polémique :

  • 117 Büdel, 1966, 186.

Le Geographentag a toujours été, comme les jeux olympiques chez les Grecs anciens, un moment de trêve interne, qui perdure souvent bien au-delà des sessions. Les antagonistes se trouvaient pour une fois face à face, et comme tout le monde se présentait ici comme une famille, beaucoup de querelles scientifiques comme personnelles étaient enterrées117.

  • 118 Par exemple l’Europe du Nord, l’hydrogéographie ou la didactique.

27Le 37e congrès des géographes allemands n’échappait pas à la règle : organisé à l’université de Kiel sous la direction de Wolfgang Meckelein (1919-1988), professeur titulaire à Stuttgart, spécialiste des régions sèches et président du Zentralverband der Deutschen Geographen (« Comité central des géographes allemands »), il devait durer du dimanche 20 juillet 1969 au samedi 26, soit sept jours, avec des demi-journées d’exposés sur différents thèmes118, suivies de discussions, de possibilités d’excursions dans la région du Schleswig-Holstein et d’expositions thématiques de cartes. L’ensemble était bien calibré, et ne devait pas s’écarter des règles traditionnelles de la sociabilité savante. Le 22 juillet 1969, le président de la séance, Schöller, prend cependant les devants et pense nécessaire de rappeler les usages :

Je vous demande à tous de nous aider à faire en sorte que cette conférence contribue sereinement à la clarification de la situation et du futur chemin de la géographie. Quels que soit les arguments, l’attention et le respect pour l’opinion de l’autre ne doivent jamais être oubliés.

28Des trois communications présentées, c’est sans aucun doute la troisième, celle du collectif d’étudiants, qui présente le plus de risques. La nouveauté est ici moins dans les thèmes abordés que dans la personnalité des intervenants : la possibilité est donnée à des étudiants, à titre exceptionnel, de faire une communication commune. La chose est inédite : pour la première fois dans l’histoire des Geographentage, une place est donnée à une voix étudiante, et il s’agissait d’une présentation collective, et non individuelle, ce qui était la norme. Si l’intervention est présentée comme le produit des réflexions et des discussions des groupements étudiants des instituts de géographie de RFA et de Berlin-Ouest, et du travail d’un groupe de rédaction, elle est prononcée par quatre délégués, qui se prêtent donc seuls (et sans doute courageusement) au feu des projecteurs et des futures critiques. La rigidité et la hiérarchisation très forte de la communauté géographique sont aisément palpables, entre d’une part le groupe d’étudiants et les représentants de la géographie scolaire, qu’on imagine sur une estrade, d’autre part le public, composé de nombreux professeurs titulaires. La discussion théorique et organisationnelle devenait ainsi une confrontation symbolique, dramatisée par le lieu et l’événement, un choc mis en scène entre dominés et dominants. Après la présentation détaillée de leurs revendications de réformes, notamment marquées par leur insistance sur l’inadaptation, voire l’inutilité sociale d’une géographie « purement » scientifique et donc de ses représentants présents, les étudiants insistent sur les devoirs sociaux et les comptes à rendre à la société pour son financement de l’activité géographique, et proposent des réformes donnant plus de place à la discussion entre enseignants et élèves, selon un rapport non plus hiérarchique et vertical, mais horizontal. Dans leurs propositions finales, ils affirment par exemple :

  • 119 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.

Le but de l’étude est la formation d’un scientifique. L’étudiant est de ce fait, dès le premier semestre, dans la situation de se poser comme scientifique, questionnant et cherchant. Les processus d’apprentissage sont des processus simulés de recherche. La leçon doit s’engager à respecter cette demande119.

29Le onzième point de l’intervention exige une réorganisation des études vers plus d’interdisciplinarité : « Pour les études, il y a la nécessité du travail en groupes, pour lesquels des tuteurs sont à pourvoir pour le 1er semestre. Pour de nombreux thèmes, il serait sensé d’amener des étudiants d’autres disciplines à collaborer. » Suit, dans les actes, une bibliographie abondante, montrant le sérieux de leur réflexion et de leurs revendications radicales, dans un rapport d’égalité intellectuelle avec les spécialistes plus avancés.

  • 120 En particulier Troll, Albert Kolb (1906-1990) de Hambourg, Erich Otremba (1910-1984) de Cologne, Wi (...)

30La discussion s’engage alors entre l’assemblée et les intervenants et devient vite véhémente et particulièrement longue, poursuivie, contre l’usage, jusqu’au soir. Les discutants sont souvent des professeurs ordinaires habilités, actifs ou à la retraite qui prennent la parole, le plus souvent en faveur de la Landschaft120, des géographes confirmés, mais pas encore habilités, sans doute soit assistants, soit Dozent, comme W. Ritter de Vienne ou F. Jonas de Göttingen par exemple, et de simples étudiants dans le public, très sûrs de leur fait. On ne connaît, par les actes du Geographentag, que les questions et les réponses, ce qui ne donne sans doute qu’une faible idée de l’ambiance dans la salle, d’autres étudiants se trouvant sans doute aussi dans la salle et pouvant intervenir. Les échanges retranscrits sont marqués par une opposition entre professeurs ordinaires, qui défendent la tradition, et étudiants critiques, dans un premier temps à travers l’ironie et un certain dédain réciproque. Ainsi, l’étudiant Klocke de Marburg, affirme dès la deuxième intervention que « la question de la suppression de la Länderkunde comme thème d’étude ne doit certainement plus être une question », et que tout le monde devrait arriver à un consensus là-dessus, ce à quoi Troll lui-même réplique :

À la proposition « suppression de la Länderkunde », juste une phrase : si nous supprimons la Länderkunde dans la géographie et n’avons plus besoin de nous occuper de la structure spécifique de chaque pays, alors il faudrait par conséquent dire au gouvernement fédéral que la géographie régionale des pays en voie de développement, selon les géographes, est devenue tout à fait superflue.

31Cette réponse ironique est balayée de la main quelques moments plus tard par la réponse définitive et relativement insolente de l’étudiante de Berlin Margit Müller :

  • 121 Meckelein, Borcherdt, 1970, 209 et 217.

Une argumentation qui conduit un concept (les pays en développement) ad absurdum pour nier le problème posé (l’aide au développement), ne peut pas espérer une discussion sérieuse, mais seulement une reconnaissance formelle121.

  • 122 Ibid., 211.

32La jeune étudiante signifie ainsi au professeur émérite que sa remarque n’a, selon elle, aucune pertinence, et ne mérite pas d’être relevée en tant que telle. La position des jeunes géographes diplômés est une position relativement intermédiaire, cependant assez proche de celle des étudiants : ainsi, Ritter déclare être « de l’avis que la Länderkunde ne devrait pas avoir sa place dans les universités en tant que pure collection descriptive de faits, mais la Länderkunde comme méthode si », et ne pas comprendre « le reproche du défaut de pertinence sociale de la Länderkunde », notamment du fait de l’intérêt public pour les voyages122. Jonas déclare, quant à lui, appuyer la demande de théorisation et de didactique dans l’enseignement universitaire de la géographie, tout en préconisant une utilisation renouvelée de la Länderkunde. Quant à Karl Ganser, chargé de l’exposé sur la formation du géographe diplômé, il est plus radical, plus proche des étudiants et de leurs revendications de réforme des études. Né en 1937, diplômé en 1964, assistant puis Dozent à l’Institut de géographie de la TH de Munich, il est depuis 1967 chef de projet pour la section d’urbanisme de la ville de Munich. Son approche est donc celle d’un jeune universitaire directement engagé dans la géographie appliquée et professionnelle. Il déclare par exemple :

  • 123 Meckelein, Borcherdt, 1970, 223.

Et maintenant, je vous le demande, combien de temps la géographie voudra-t-elle conserver la revendication globale du concept de Landschaft, combien de temps voudra-t-elle définir son existence et son être même sur ce concept ? […] Il ne reste vraiment pas d’autre choix à la géographie que de recommander à l’histoire des sciences le concept de Landschaft dans sa forme ancienne, et d’en définir un qui lui soit propre dans le domaine de la géographie physique et de la géographie sociale. Dans le cas contraire, elle se recroquevillera sans faire de bruit, et toute une série d’autres disciplines s’installeront dans son projet global. (…) Envisager le géographe comme celui qui fait la synthèse et qui coordonne est un objectif hautement irréaliste123.

  • 124 Ibid., 33-35.
  • 125 Böttcher, 1970, 3.

33Le soir même, dans la poursuite exceptionnelle de la discussion, Troll reprend la parole et commente d’abord « l’impulsivité d’une jeune génération » mais aussi « la sûreté du jugement » des jeunes gens confrontés à des questions difficiles. Cependant, il critique vertement ce qu’il considère comme une fâcheuse nouveauté dans un Geographentag, le fait que quatre jeunes gens aient fait une intervention qu’ils n’ont pas écrite seuls et dont ils ne sont pas tout à fait responsables scientifiquement. De plus, il souligne ce qu’il appelle « le ton vociférant (krampfhaft) et le manque d’humour » chez ces jeunes gens, ce qui les distingue, selon lui, des « générations des deux guerres mondiales » (comme la sienne), qui critiquaient également leurs professeurs, mais le faisaient dans des « journaux à bière » (Bierzeitungen) ou des cérémonies de carnavals, de chahuts étudiants ritualisés, et non devant tout le monde, en plein Geographentag. Ces remarques formelles, comparant les générations sur un mode relativement dédaigneux, témoignent d’une vigueur de la discussion qui a marqué de façon équivalente les géographes les plus anciens et les plus jeunes, comme le montrent les déclarations de clôture du Geographentag par Meckelein, par l’étudiant J. Neupert de Kiel et P. Schöller, regrettant que les discussions aient été aussi emportées et non scientifiques124. Rétrospectivement, H. Böttcher écrit triomphalement : « Les enfants mal élevés se tenaient mal à table, ils avaient bousculé l’esprit de corps125. » La dénonciation virulente de la notion de Landschaft par les étudiants apparaît certes comme directe, véhémente et provocatrice, car échappant aux formes habituelles et policées de la discussion scientifique.

  • 126 Brogiato, 1998.
  • 127 Eckhart, 1992 ; Kulke, Lentz, Wardenga, 2004, 81-82.
  • 128 Le président de cette organisation était en même temps et de fait le président du Zentralverband de (...)
  • 129 Bartels participa bien au congrès, mais présenta une communication lors d’une session antérieure (M (...)
  • 130 Schöller présente la session comme organisée avec l’accord du Verband der Hochschullehrer (Meckelei (...)

34Mais au-delà de la question de la présentation des arguments, cette confrontation houleuse était aussi le symptôme d’une structuration extrêmement hiérarchisée de la communauté disciplinaire et mettant au sommet de la pyramide la seule figure du géographe universitaire habilité, au détriment des géographes scolaires et non-universitaires, pourtant organisés en associations. Cette situation n’était pas nouvelle et avait déjà provoqué de fortes tensions : au début du xxe siècle, les Geographentage avaient été les lieux de violentes confrontations entre les Hochschulgeographen (« géographes universitaires ») et les « géographes scolaires », notamment concernant l’orientation et l’identité même de la discipline, soit dans une optique naturaliste (Richthofen), soit dans une lignée plus humaine et politique (Ratzel)126. En 1969, la situation institutionnelle était d’autant plus tendue qu’une seule organisation professionnelle avait la mainmise sur toutes les décisions institutionnelles liées à la géographie académique : le Verband Deutscher Hochschullehrer der Geographie (« Association des professeurs universitaires allemands de géographie »)127. Fondée en 1925, cette association, composée uniquement de professeurs habilités, fonctionnait, surtout après 1949 et dans les années 1960, sur un mode hiérarchique qui lui a attiré un certain nombre de critiques, en particulier un reproche d’absence de démocratie dans son fonctionnement, reposant sur des privilèges, en particulier financiers128. Comptant environ 150 membres en 1970, l’association des géographes universitaires allemands occupait donc un rôle dominant et sans partage dans le développement général de l’enseignement et de la recherche géographique académique, au niveau national et international. Face à cette quasi-hégémonie institutionnelle, les mécontents étaient nombreux, en particulier parmi les géographes non universitaires, scolaires et professionnels, mais aussi, dans le cadre universitaire, chez les assistants de recherche, les chargés de cours et maîtres de conférences (Dozenten) et certains professeurs, habilités ou non. Dans ce contexte, les prises de position des jeunes professeurs contestataires Hard et Bartels se comprennent plus aisément, même si leur rôle semble avoir été occulte, sinon indirect dans le « scandale » du Geographentag de Kiel129. Ceci explique également que, le 22 juillet 1969, les contestataires aient été regroupés, sinon circonscrits dans la même demi-journée, autour du même thème de géographie pratique130. On a donc l’impression d’une alliance entre certains praticiens de la géographie, se considérant comme marginalisés et revendiquant le droit de prendre la parole. Cette décision de leur permettre de s’exprimer ensemble n’était cependant pas sans risque.

  • 131 Tandis qu’à la FU, en novembre 1969, l’assistant de sociologie Rolf Kreibich devenait le premier pr (...)
  • 132  Schelhaas, 2001. La situation changea profondément en 1991, avec la réunification et la fusion de (...)

35Pour conclure sur ce point, on peut noter que, dans cette situation de contestation de l’autorité hiérarchique du Verband der Deutschen Hochschullehrer, et face à son refus de réforme131, deux scissions se sont produites : d’une part un Verband Deutscher Hochschulgeographen (« Association de géographes universitaires allemands ») a été fondé en avril 1970 par un groupe de 21 assistants scientifiques et de géographes radicaux ; d’autre part, le Hochschulverband für Geographie und ihre Didaktik (« Association universitaire pour la géographie et sa didactique ») fut constitué en 1971, essentiellement avec des géographes impliqués dans la formation des professeurs en matière de pédagogie. La situation, après 1971, est donc celle d’une grande complexité institutionnelle, à travers ces cinq structures concurrentes132. Dès lors, la communauté géographique est éclatée, à la fois à cause de la rigidité de certains professeurs et des revendications de générations montantes de géographes.

Conclusion

  • 133 Bürger, 1935.
  • 134 GEOgrafiker, numéro spécial, 3, 1969. Voir annexe p. 208.

36La couverture du troisième numéro de la revue d’étudiants berlinois GEOgrafiker, intégralement consacré au Geographentag de Kiel, est illustrée par une caricature (un berger avec un troupeau de moutons) et une citation de la thèse du géographe Kurt Bürger, écrite en 1935 et intégralement consacrée au concept de Landschaft133, intentionnellement retranscrite en écriture gothique, et proclamant : « La géographie est en fait une science unie, et place toute son activité sous un seul concept, le concept de paysage134. » Il s’agit donc, par cette image à l’aspect inoffensif, de stigmatiser le paradigme historique, de l’inscrire dans le contexte brûlant des années 1930, et de le lier, par une métaphore pastorale et presque religieuse, au panurgisme conservateur des représentants officiels de la discipline.

  • 135 Bartels, Hard, 1975.

37La « révolution » de 1968-1969 dans la géographie ouest-allemande s’est donc opérée selon un triple mouvement convergent : une contestation directe de la notion de Landschaft, depuis longtemps diffuse, jamais aussi clairement exprimée que par Hard ; une discussion iconoclaste sur l’unité et les buts de la géographie, menée par Bartels ; une contestation interne de la hiérarchie et de l’organisation de la discipline en Allemagne de l’Ouest, en particulier par les étudiants. En 1969, au moment même où la RFA connaissait au niveau politique l’alternance entre la CDU des chanceliers Adenauer, récemment disparu, Erhard et Kiesinger, et la SPD de Willy Brandt, le congrès de géographes fut le théâtre de l’expression de mécontentements professionnels et de tensions intergénérationnelles. Les conséquences dans les années 1970 et 1980 furent importantes : l’éclatement de la communauté géographique en organisations rivales et opposées, au moins jusqu’en 1991, la séparation durable entre géographie physique et géographie humaine, l’écho donné aux nouvelles conceptions scientifiques de Hard et de Bartels, diffusées par leurs publications postérieures, parfois communes135, et mises en valeur par la mémoire liée à ce congrès disciplinaire, et l’épanouissement de géographies décrites comme plus « modernes », notamment quantitatives et théoriques, considérées comme plus scientifiques que la Landschaftsgeographie, qui n’avait à vrai dire pas attendu 1968 pour exister, mais voyaient leur « obstacle méthodologique » décrédibilisé. Cependant le « moment 1968-1969 » est précisément marqué par le triomphe de la géographie appliquée et théorique, l’effervescence de réflexions radicalement opposées à une tradition disciplinaire quasi séculaire, et l’expression ouverte de revendications souvent politiques, à forte tonalité antiautoritaire et marxiste. Peter Schöller écrivait pour conclure les débats de Kiel :

  • 136 Meckelein, Borcherdt, 1970, 37-38.

Davantage que les années précédentes, ce Geographentag a été placé sous le signe de menaces extérieures et de désordres intérieurs. Des questions et incertitudes fondamentales ont éclaté ; cependant elles ont été discutées avec passion et sans être dissimulées ou maquillées. Ceci doit rester le cas dans l’avenir. […] Je considérerais comme faux et dangereux que certains d’entre nous quittent ce Geographentag avec la pensée que nous nous en sommes de nouveau tirés. Ce serait dangereux, car cela n’est pas vrai. Nous ne nous en sommes pas tirés, et nous n’échapperons pas à la nécessité de poser encore et encore les questions existentielles de notre discipline, de notre recherche, de notre formation et de notre pratique. […] Si l’on suit la nouvelle histoire de la géographie comme science, on est frappé de la façon dont ce sont toujours les mêmes questions de fond qui émergent et questionnent la discipline ; les mêmes que nos étudiants découvrent aujourd’hui de nouveau, doivent retrouver à leur tour, comme chaque génération avant eux : l’unité de la discipline ; la scientificité de la description régionale ; la proximité de la recherche et de la formation ; la pertinence sociale et politique de la géographie. […] L’institution du Geographentag est là pour ouvrir ces questions et réponses et le faire ouvertement, dans la clarté et la rigueur de la pensée, mais aussi dans le respect et la tolérance pour l’opinion des autres. Je considère que le respect mutuel des points de vue est indispensable136.

38Bobek, quant à lui, réagissait en ces termes :

  • 137 Bobek, 1970, 438.

La discussion autour de la conception fondamentale de la géographie, déclenchée de nouveau de manière très vive en particulier lors du 37eGeographentag de Kiel, a des racines très profondes. Il s’agit ici d’un côté d’une insatisfaction autour de la reconnaissance et de la valeur supposées de la science géographique dans l’opinion publique, d’un autre côté de désaccords, à l’intérieur de la discipline, provoqués ou attisés par de nouveaux développements scientifiques à l’intérieur et à l’extérieur de la géographie, sur la façon dont la discipline doit évoluer137.

  • 138 Brogiato, 2005 ; Wardenga, 2006 ; Dürr, Zepp, 2012.
  • 139 Belina, Best, Naumann, 2009.
  • 140 Sedlacek, 1979.
  • 141 Il y constitua un centre dynamique de géographie critique, y dirigeant plusieurs thèses importantes (...)
  • 142 Monheim, 1999. Depuis 1995, la Deutsche Gesellschaft für Geographie (DGfG, « Société allemande pour (...)
  • 143 Son nom a été donné aux nouveaux bâtiments de l’Institut de géographie de l’université berlinoise, (...)
  • 144 Werlen, 1993 et 2010 ; Weichhart, 2008.
  • 145 Les numéros de GEOgrafiker entre 1969 et 1972 sont accessibles sur le site http://www.kritischegeog (...)
  • 146 Belina, Best, Naumann, 2009 ; Germes, Glasze, Weber, 2011.

39Si les événements de 1968-1969 sont depuis unanimement considérés comme un tournant majeur dans la discipline, au moins du point de vue historique et théorique138, leur souvenir et leur héritage sont cependant ambivalents. D’un côté, les géographes « critiques » à l’origine de la remise en cause publique de la Landschaft ont poursuivi leurs carrières, à l’université ou dans les organismes chargés de l’aménagement du territoire, de manière relativement marginale et minoritaire139, mais faisant régulièrement le point sur les effets et les changements opérés depuis Kiel, sur les avancées théoriques et scientifiques issues de leurs actions et de leurs travaux. Un colloque anniversaire a été organisé en 1979 à Osnabrück140, université où Hard, toujours considéré comme le chef du mouvement et nommé en 1977, continuait ses réflexions141, pour évaluer les mutations internes et célébrer le changement de paradigme. Si le décès précoce de Bartels en 1983 et les événements politiques de la fin des années 1980 ont un peu affaibli le courant, ce fut en 1999, l’année même où Hard prenait sa retraite, qu’il connut une sorte de consécration : Heiner Monheim, l’un des orateurs étudiants de Kiel devenu expert des transports pour les administrations régionales et fédérales, puis, en 1995, professeur titulaire de géographie appliquée à l’université de Trèves, organisa le Geographentag dans sa ville, et dressa un nouveau bilan, cette fois officiel et globalement positif, de « la situation de la géographie allemande 30 ans après Kiel »142. Alors que H.-D. Schultz fut nommé professeur à l’université Humboldt et réhabilita A. Rühl143, un élève suisse de Bartels, Benno Werlen (né en 1952), poursuivait dans les années 1990 et 2000 la démarche de géographie théorique et sociale de Hartke et de Hard144. Le début du xxie siècle voit un renouveau de la géographie critique allemande (kritische Geographie) chez les jeunes générations de spécialistes disciplinaires, nébuleuse plus ou moins organisée renouant avec la tonalité et la pensée néo-marxistes de la « révolte » de 1968-1969145 et reprenant certains arguments linguistiques et constructivistes, notamment à travers une « nouvelle géographie culturelle » (Neue Kulturgeographie) particulièrement active146.

  • 147 Hellen, 1978. En la matière, Hard écrit qu’il a été considéré comme un « décomposeur de paysage, un (...)
  • 148 Eisel, 1979.
  • 149 Claval, 1996, 112-114.
  • 150 Werlen, 2007.
  • 151 Weichhart, 2003.
  • 152 Gebhardt, Glaser, Radtke, Reuber, 2011.

40D’un autre côté, de nombreux spécialistes ont estimé que le bilan de Kiel était soit illusoire et exagéré, soit négatif147. Au-delà des méthodes quantitatives, le vide laissé par le rejet brutal de la Landschaft posait la question d’un autre paradigme pouvant donner un nouveau sens, une nouvelle unité à la discipline, tandis que les géographies physique et humaine continuaient largement à utiliser le cadre régional148 et que la géographie critique ne parvenait pas à remplir ce déficit149. Depuis la fin des années 1980, un nouvel objet unificateur semblait émerger à travers la notion d’Umwelt, d’environnement, zone de contact entre la nature, l’économie et la société dans une science du milieu et récemment du développement durable. Ce concept provoqua un regain de faveur pour une notion de région, même chez les théoriciens de la géographie150, se rapprochant beaucoup du sens du paradigme classique, centré sur la relation entre l’homme et la nature. Ceci pose de nouveau, après une période de stricte séparation entre les géographies physique et humaine encore défendue par certains151, la question de l’unité de la géographie152, c’est-à-dire de la pertinence de la démarche intellectuelle de Bartels et du mouvement de 1969, et donc de la continuité ou de la discontinuité de la géographie allemande au xxe siècle.

Page de couverture du troisième numéro de la revue berlinoise GEOgrafiker, consacré au Geographentag de Kiel de 1969

Page de couverture du troisième numéro de la revue berlinoise GEOgrafiker, consacré au Geographentag de Kiel de 1969

Le dessinateur n’est pas mentionné mais il s’agirait de Hartwig Böttcher.

Source : http://www.kritischegeographie.de/​Archiv/​Geografiker3_1969.pdf (consulté le 15 janvier 2015).

Haut de page

Bibliographie

Bahrenberg, G. (dir.), 1987, Geographie des Menschen – Dietrich Bartels zum Gedenken, Brême, Université de Brême.

Bahrenberg, G. 1995, „Der Bruch der modernen Geographie mit der Tradition“, dans Wardenga, U., Hönsch, I. (dir.), Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen. Studien zur Geschichte der Geographie, Münster, Münstersche Geographische Arbeiten, t. 39, p. 151-160.

Barnes, T. J., Minca, C., 2013, “Nazi Spatial Theory : The Dark Geographies of Carl Schmitt and Walter Christaller”, Annals of the Association of American Geographers, 103, 3, p. 669-687.

Bartels, D., 1968, Zur wissenschaftstheoretischen Grundlegung einer Geographie des Menschen, Wiesbaden, Erdkundliches Wissen, t. 19.

Bartels, D., 1968a, „Die Zukunft der Geographie als Problem ihrer Standortbestimmung“, Geographische Zeitschrift, 56, p. 124-142.

Bartels, D., 1969, „Theoretische Geographie : zu neuerer englischsprachiger Literatur“, Geographische Zeitschrift, 57, 2, p. 132-144.

Bartels, D., 1970, Wirtschafts- und Sozialgeographie, Cologne, Kiepenheuer & Witsch.

Bartels, D., Hard, G., 1975, Lotsenbuch für das Studium der Geographie als Lehrfach, Bonn/Kiel, Verein zur Förderung regionalwissenschaftlicher Analysen.

Bartels, D., Peucker, T. K., 1969, “German Social Geography Again”, Annals of the Association of American Geographers, 59, p. 596-598.

Beck, H., 1973, Geographie. Europäische Entwicklung in Texten und Erläuterungen, Freiburg, Munich, Verlag Karl Alber.

Belina, B., Best, U., Naumann, M., 2009, “Critical geography in Germany : from exclusion to inclusion via internationalisation”, Social Geography, 4, p. 47-58.

Bobek, H., 1948, „Stellung und Bedeutung der Sozialgeographie“, Erdkunde, 2, p. 118-125.

Bobek, H., 1970, „Zur Frage eines neuen Standorts der Geographie“, Geographische Rundschau, 22, p. 438-443.

Boesler, K.-A., 1969, Kulturlandschaftwandel durch raumwirksame Staatstätigkeit, Berlin, Dietrich Reimer, Abhandlungen des 1. Geographischen Instituts der Freien Universität, t. 12.

Boesler, K.-A., Kühn, A., (dir.), 1970, Aktuelle Probleme geographischer Forschung. Festschrift anlässlich des 65. Geburtstages von Joachim Heinrich Schultze, Berlin, Dietrich Reimer, Abhandlungen des 1. Geographischen Instituts der Freien Universität, t. 13.

Böhm, H., dir., 1991, Beiträge zur Geschichte der Geographie an der Universität Bonn, Bonn, Colloquium Geographicum, 21.

Böttcher, H., 1970, „Deutscher Geographentag – Anmerkungen zur Diskussion über das Thema : „Der Geograph in Ausbildung und Beruf““, Geografiker, 4, p. 3-9.

Bourdieu, P., 1984, Homo academicus, Paris, Minuit.

Brillant, B., 2008 (mars-avril), « Intellectuels : l’ère de la contestation », Le débat, Histoire, politique, société, « Mai 68, quarante ans après », 149, p. 37-51.

Brogiato, H.-P., 1995, „In schweren Kampfe um die Geltung der Geographie“. Die Schulgeographie im Spiegel der Deutschen Geographentage 1881-1948, dans Wardenga, U., Hönsch, I. (dir.), Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen. Studien zur Geschichte der Geographie, Münster, Münstersche Geographische Arbeiten, 39, p. 51-81.

Brogiato, H.-P., 1995, „Die Schulgeographie im Spiegel der Deutschen Geographentage“, Geographische Rundschau, 47, p. 484-490.

Brogiato, H.-P., 1998, „Wissen ist Macht - Geographisches Wissen ist Weltmacht“. Die schulgeographischen Zeitschriften im deutschsprachigen Raum (1880-1945) unter besonderer Berücksichtigung des Geographischen Anzeigers, Trèves, Materialien zur Didaktik der Geographie 16.

Brogiato, H.-P., 2005, „Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert – ein Abriss“, dans Schenk, W., Schliephake, K. (dir.), Allgemeine Anthropogeographie, Gotha, Perthes, p. 41–81.

Büdel, J., 1966, „Die Zukunft des Geographentages beim heutigen Stand der Geographie“, Geographische Zeitschrift, 54, p. 181-206.

Bürger, K., 1935, Der Landschaftsbegriff. Ein Beitrag zur geographischen Erdraumauffassung, Dresde, Zahn et Jaensch, Dresdner Geographische Studien, 7.

Buttimer, A., 1983, The practice of geography, Londres, New York, Longman.

Charle, C., Verger, J., 2012, Histoire des universités xiie-xxie siècles, Paris, PUF.

Claval, P., 1996, Histoire de la géographie, Paris, PUF.

Claval, P., 1998, Histoire de la géographie française de 1870 à nos jours, Paris, Nathan.

Claval, P., 2007, Géographies et géographes, Paris, L’Harmattan.

Claval, P., 2012, Géographie culturelle. Une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, Armand Colin.

Dickinson, R., 1969, The Makers of Modern Geography, Londres, Routledge.

Dürr, H., Zepp, H., 2012, Geographie verstehen. Ein Lotsen- und Arbeitsbuch, Paderborn, Schöningh, UTB.

Eckhart, E., 1992, “German Geography 1945-1992: Organizational and Institutional Aspects”, dans Eckhart, E. (dir.), 40 Years After: German Geography. Developments, Trends and Prospects 1952-1992, Bonn, Deutsche Forschungsgemeinschaft, p. 11-32.

Eisel, U., 1970a, „Über Selbstmissverständnisse der Landschaftskunde und Regionalanalyse“, Geografiker, 4, p. 18-22.

Eisel, U., 1970b, „Überlegungen zur formalen und pragmatischen Kritik an der Landschafts- und Länderkunde“, Geografiker, 4, p. 9-18.

Eisel, U., 1972, „Über die Struktur des Fortschritts in der Naturwissenschaft“, Geografiker, 7/8, p. 3-44.

Eisel, U., 1979, « Paradigmenwechsel ? Zur Situation der deutschen Anthropogeographie“, dans Sedlacek, P. (dir.), Zur Situation der deutschen Geographie zehn Jahre nach Kiel. Im Auftrage des Verbandes deutscher Hochschulgeographen, Osnabruck, Osnabrucker Studien zur Geographie, t. 2, p. 45-58.

Entrikin, N. (dir.), 1989, Reflections on Richard Hartshorne’s The Nature of Geography, Washington, Occasional Publications of the Association of American Geographers.

Fachbereich Geowissenschaften, 1998, 50 Jahre Freie Universität Berlin, Berlin, Fachbereich Geowissenschaften.

Frei, N., 2008, 1968. Jugendrevolte und globaler Protest, Munich, dtv Premium.

FU, 1967-1968, Studentische Vereinigungen und Gruppen, Arbeit, Aufgaben, Ziele, Wintersemester, Berlin.

FU, 1972, 2. Jahresbericht, 1.4.1971-30.9.1972, Berlin.

Gebhardt, H., Glaser, R., Radtke, U., Reuber, P. (dir.), 2011, Geographie. Physische Geographie und Humangeographie, Heidelberg, Spektrum Akademischer Verlag.

Germes, M., Glasze, G., Weber, F., 2011, « Neue Kulturgeographie » - Débats et perspectives au sein de la nouvelle géographie culturelle germanophone, Cybergeo : European Journal of Geography, Épistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 556 (http://cybergeo.revues.org/24727, consulté le 30 août 2013).

Ginsburger, N., 2011, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, 3, p. 193-214.

Hadju, J. G., 1968, “Toward a Definition of Post-War German Social Geography”, Annals of the Association of American Geographers, 58, p. 397-410.

Hallair, G., 2008, « ‘Paysage’ et ‘Landschaft’ : incompréhensions et malentendus entre les géographes allemands et français dans les années Trente », dans Kellerer, S., Nierhoff-Fassbender, A., Theofilakis, F. (dir.), Missverständnis, Malentendu. Kultur zwischen Kommunikation und Störung. Königshausen & Neumann, p. 123-137.

Hard, G., 1970, Die „Landschaft“ der Sprache und die „Landschaft“ der Geographen : semantische und forschungslogische Studien zu einigen zentralen Denkfiguren in der deutschen geographischen Literatur, Bonn, Colloquium Geographicum, t. 11.

Hard, G., 1971a, „Über die Gleichzeitigkeit des Ungleichzeitigen – Anmerkungen zur jüngsten methodologischen Literatur in der deutschen Geographie“, Geografiker, 6, p. 12-24.

Hard, G., 1971b, „Ärger mit Kurven“, Geographische Zeitschrift, 59, p. 277-288.

Hard, G., 1973, Die Geographie : Eine wissenschaftstheoretische Einführung, Berlin, New York, Walter de Gruyter.

Hard, G., 2002, „Landschaft und Raum. Aufsätze zur Theorie der Geographie », tome 1, Osnabrück, Osnabrücker Studien zur Geographie, t. 22.

Hard, G., 2007, „Ortsanknüpfungen, Oder : Ein argumentum a loco, discours de réception de doctorat honoris causa“, Friedrich-Schiller-Universität, Iena.

Hartke, W., Blanc, A., 1962, « Un petit colloque de géographie sociale à Ljubljana », Revue géographique de l’Est, p. 387-392.

Hellen, J. A., 1978, “The Future of German Geography : Review”, The Geographical Journal, 144, 1, p. 118-121

Hodenberg, C. von, Siegfried, D. (dir.), 2006, Wo 1968 liegt. Reform und Revolte in der Geschichte der Bundesrepublik, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Kern, K., 2008, Raumplanung im Nationalsozialismus. Historische Darstellung und kritische Betrachtung, Sarrebruck, VDM Verlag.

Kiessling, S., 2006, Die antiautoritäre Revolte der 68er. Postindustrielle Konsumgesellschaft und säkulare Religionsgeschichte der Moderne, Cologne, Böhlau Verlag.

Kulke, E., Lentz, S., Wardenga, U., 2004, “Geography in Germany”, BelGeo, 1, p. 81-93.

Leendertz, A., 2008, Ordnung schaffen. Deutsche Raumplanung im 20. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein Verlag.

Lenz, K., Bader, F., Kayser, K., 1977, „In memoriam Joachim Heinrich Schultze“, Die Erde, 108, p. 193-201.

Lichtenberger, E., 1984, “The German-speaking Countries”, dans Johnston, R. J., Claval, P. (dir.), Geography since the Second World War. An International Survey, Londres, Croom Helm, p. 156-184.

Martin, G. J., James, P. E., All Possible Worlds. A History of Geographical Ideas, New York, John Wiley & Sons, 1993.

Matonti, F., 2008, « Les nouvelles frontières du normal et du pathologique », dans Damamme D. et al., Mai-juin 68, Paris, Éditions de l’Atelier, p. 158-171.

Mayr, A., 1967, Ahlen in Westfalen. Siedlung und Bevölkerung einer industriellen Mittelstadt unter besonderer Berücksichtigung der innerstädtischen Gliederung, thèse de doctorat, Münster.

Mayr, A., 1977, Universität und Stadt. Ein stadt-, wirtschafts- und sozialgeographischer Vergleich alter und neuer Hochschulstandorte in der Bundesrepublick Deutschland, thèse d’habilitation, Bochum.

Mayr, A., 1987, „Quantitative Entwicklung und Zusammensetzung der Studierende am Institut für Geographie der Westfälischen Wilhelms-Universität Münster“, dans Mayr, A., Weber, P. (dir.), 100 Jahre Geographie an der Westfälischen Wilhelms-Universität Münster (1885-1985), Paderborn, Münstersche Geographische Arbeiten, 26, p. 21-43.

Meckelein, W., Borcherdt, C. (dir.), 1970, Deutscher Geographentag Kiel 21-26. Juli 1969. Tagungsbericht und wissenschaftliche Abhandlung, Wiesbaden, Steiner, Verhandlungen des Deutschen Geographentages, t. 37.

Mench, K., 2003, „Auf dem Wege zu einer Geschichte der Geographie : Zum 80. Geburtstag von Hanno Beck“, Die Erde, 1, p. 111-113.

Monheim, H. (dir.), 1999, Die Lage der deutschen Geographie 30 Jahre nach Kiel, Trèves, Geoid, Zeitschrift der Fachschaft Geographie/Geowissenschaften, 2.

Müller-Doohm, S., 2004, Adorno. Une biographie, Paris, Gallimard.

Nitz, B., 2010, „Zur Geschichte der Geographie an der Humboldt-Universität zu Berlin zwischen 1945 und 1990. Von einem Zeitzeugen berichtet und kommentiert“, dans Nitz, B., Schultz, H.-D., Schulz, M. (dir.), 1810-2010. 200 Jahre Geographie in Berlin : an der Universität zu Berlin (ab 1810), Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (ab 1828), Universität Berlin (ab 1946), Humboldt-Universität zu Berlin (ab 1949), Berlin, Geographisches Institut (Berliner Geographische Arbeiten 115), p. 249-297.

Prell, U., Wilker, L. (dir.), 1989, Die Freie Universität Berlin 1948-1968-1988. Ansichten und Einsichten, Berlin, Arno Spitz.

Pumain, D., 1973, « Une analyse linguistique du concept de paysage », Annales de géographie, 82, 450, p. 221-223.

Robic, M.-C., Briend, A.-M., Rössler, M. (dir.), 1996, Géographes face au monde. L’Union Géographique Internationale et les Congrès Internationaux de Géographie, Paris, L’Harmattan.

Robic, M.-C., Gosme, C., Mendibil, D., Orain, O., Tissier, J.-L., 2006, Couvrir le Monde. Un grand xxe siècle de géographie française, Paris, ADPF.

Rother, K., 1971, Die Kulturlandschaft der tarentinischen Golfküste. Wandlungen unter dem Einfluß der italienischen Agrarreform, Bonn, Bonner Geographische Abhandlungen, t. 44, Dümmler.

Rother, K., 2012, Unterwegs. Ein Geograph erinnert sich, Passau, Schriftenreihe der Universität Passau, t. 35.

Ruppert, K., 1968, „Wolfgang Hartke zum 60. Geburtstag“, Zum Standort der Sozialgeographie. Wolfgang Hartke zum 60. Geburtstag, Münchner Studien zur Sozial- und Wirtschaftsgeographie, 4, p. 7-11.

Ruppert, K., 1988, Wolfgang Hartke zum 80. Geburtstag, Berichte zur deutschen Landeskunde, 62, 1, p. 6-11.

Ruppert, K., Schäffer, F., 1969, „Zur Konzeption der Sozialgeographie“, Geographische Rundschau, 21, p. 205-214.

Sandner, G., 1995, „Die unmittelbare Nachkriegszeit : personelle, institutionelle und fachlichinhaltliche Aspekte 1945-1950“, dans Wardenga, U., Hönsch, I. (dir.), Kontinuität und Diskontinuität der deutschen Geographie in Umbruchphasen. Studien zur Geschichte der Geographie, Münster, Münstersche Geographische Arbeiten, 39, p. 141-150.

Schaefer, F. K., 1953, “Exceptionnalism in Geography. A Methodological Examination”, Annals of the Association of American Geographers, 43, p. 226-249.

Schelhaas, B., 2001, „Vor 50 Jahren gegründet : Der Zentralverband der Deutschen Geographen“, Geographische Rundschau, 52, 11, p. 60-61.

Schelhaas, B., 2004, Institutionelle Geographie auf dem Weg in die wissenschaftspolitische Systemspaltung. Die Geographische Gesellschaft der DDR bis zur III. Hochschul- und Akademiereform 1968/69, Leipzig, Leibniz-Institut für Länderkunde, Beiträge zur Regionalen Geographie, 60.

Schlüter, O., 1906, Die Ziele der Geographie des Menschen, Munich/Berlin, Oldenburg.

Schmals, K. M. (dir.), 1997, Vor 50 Jahren… auch die Raumplanung hat eine Geschichte ! Dortmund, IRPUD, Dortmunder Beiträge zur Raumplanung, 80.

Schultz, H.-D., 1971, „Versuch einer ideologiekritischen Skizze zum Landschaftskonzept“, Geografiker, 6, p. 1-12.

Schultz, H.-D., 1972, „Vorgekonnte Überlegungen zum Wandel wissenschaftlicher Grundüberzeugungen in der Anthropogeographie“, Geografiker, 7/8, p. 53-64.

Schultz, H.-D., 1980, Die deutschsprachige Geographie von 1800 bis 1970. Ein Beitrag zur Gesellschaftswissenschaft, Berlin, Abhandlungen des Geographischen Instituts – Anthropogeographie, 29.

Schultz, H.-D., 1989, Die Geographie als Bildungsfach im Kaiserreich zugleich ein Beitrag in ihrem Kampf um die preussische Schule von 1870-1914 nebst dessen Vorgeschichte und teilweiser Berücksichtigung anderer deutscher Staaten, Osnabrück, Fachgebiet Geographie, Osnabrücker Studien zur Geographie, t. 10.

Schultz, H.-D., 2003, ¿Geographie ?, t. 1, Antworten vom 18. Jahrhundert bis zum Ersten Weltkrieg ; t. 2, Antworten von 1918 bis zur Gegenwart, Berlin, Geographisches Institut, Humboldt-Universität.

Schultz, H.-D., 2010, „Alfred Rühl : Reformator der (Wirtschafts-) Geographie oder „Hochverräter“ am Fach ?“, dans Nitz, B., Schultz, H.-D., Schulz, M. (dir.), 1810-2010. 200 Jahre Geographie in Berlin : an der Universität zu Berlin (ab 1810), Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (ab 1828), Universität Berlin (ab 1946), Humboldt-Universität zu Berlin (ab 1949), Berlin, Geographisches Institut (Berliner Geographische Arbeiten 115), p. 141-176.

Sedlacek, P. (dir.), 1979, Zur Situation der deutschen Geographie zehn Jahre nach Kiel. Im Auftrage des Verbandes deutscher Hochschulgeographen, Osnabrück, Fachgebiet Geographie, Osnabrücker Studien zur Geographie, t. 2.

Sirinelli, J.-F., 2005, « Au cœur des “Trente Glorieuses” », dans Rioux, J.-P., Sirinelli, J.-F., Le temps des masses. Le vingtième siècle, Histoire culturelle de la France, t. 4, Paris, Point Seuil, p. 325-340.

Solchany, J., 2003, L’Allemagne au xxe siècle, Paris, PUF (Nouvelle Clio).

Storkebaum, W. (dir.), 1969, Sozialgeographie, Darmstadt, Wege der Forschung, LIX, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Vetter, F., 1970, Netztheoretische Studien zum Niedersächsischen Eisenbahnnetz. Ein Beitrag zur Angewandten Verkehrsgeographie, Berlin, Dietrich Reimer, Abhandlungen des 1. Geographischen Instituts der Freien Universität, t. 15.

Wardenga, U., 2002, „Bartels, Dietrich“, dans Brunotte, E. et al. (dir.), Lexikon der Geographie, Spektrum Akademischer Verlag Heidelberg, Berlin, t. 1, 122.

Wardenga, U., 2006, “German Geographical Thought and the Development of Länderkunde”, Inforgeo, 18/19, Lisbonne, p. 135-155.

Wardenga, U., 2007, „Beobachtung ist die Grundlage der Geographie !“ Herbert Louis als Länderkundler, Kartograph und Geomorphologe“, Mitteilungen der Geographischen Gesellschaft in München, 89, p. 103-134.

Wardenga, U., Harvey, F., 1998, “The Hettner-Hartshorne Connection : Reconsidering the Process of reception and transformation of a geographic concept”, Finisterran, XXXIII, 65, p. 131-140.

Wardenga, U., Henniges, N., Brogiato, H.-P., Schelhaas, B., 2011, Der Verband deutscher Berufsgeographen 1950–1979. Eine sozialgeschichtliche Studie zur Frühphase des DVAG, Leipzig, Forum IfL, t. 16.

Weichhart, P., 2003, Physische Geographie und Humangeographie – eine schwierige Beziehung : Skeptische Anmerkungen zu einer Grundfrage der Geographie und zum Münchner Projekt einer „Integrativen Umweltwissenschaft“, dans Heinritz, G. (dir.), Integrative Aufsätze in der Geographie – Vorbild oder Trugbild ?, Münchner Symposium zur Zukunft der Geographie, 28. April 2003, Eine Dokumentation, Passau, Münchener Geographische Hefte, t. 85, p. 17-34.

Weichhart, P., 2008, Entwicklungslinien der Sozialgeographie. Von Hans Bobek bis Benno Werlen, Francfort, Franz Steiner Verlag.

Werlen, B., 1993, Society, Action and Space : An Alternative Human Geography, Londres, New York, Routledge.

Werlen, B., 2007, Sozialgeographie alltäglicher Regionalisierungen, t. 2, Globalisierung, Region und Regionalisierung, Stuttgart, Franz Steiner Verlag.

Werlen, B., 2008, Sozialgeographie. Eine Einführung, Bern, Haupt Verlag.

Werlen, B., Stock, M., 2003a, « Bartels, Dietrich », dans Lévy, J., Lussault, M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 106.

Werlen, B., Stock, M., 2003b, « Hartke, Wolfgang », dans Lévy, J., Lussault, M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 445.

Winiger, M. (dir.), 2003, Carl Troll : Zeitumstände und Forschungsperspektiven. Kolloquium im Gedenken an den 100. Geburtstag von Carl Troll, Sankt Augustin, Asgard.

Wirth, E., 1984, „Dietrich Bartels, 1931-1983“, Geographische Zeitschrift, 72, p. 1-22.

Wirth, E., 1985, „Geographie als moderne theorieorientierte Sozialwissenschaft“, Erdkunde, 38, p. 73-80.

Wolfrum, E., 2005, Die Bundesrepublik Deutschland 1949-1990, Stuttgart, Klett Cotta, Gebhard Handbuch der deutschen Geschichte, t. 23.

Wolle, S., 2009, « 1968 dans les deux Allemagnes », dans Cahn, J.-P., Pfeil, U. (dir.), Allemagne 1961-1974. De la construction du Mur à l’Ostpolitik, 2/3, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, p. 153-169.

Haut de page

Notes

1 Schelhaas, 2004 ; Nitz, 2010.

2 Brogiato, 2005.

3 Hodenberg, Siegfried, 2006 ; Wolle, 2009.

4 Dürr, Zepp, 2012, 215-217.

5 Claval, 1998, 326-330 ; Robic, Gosme, Mendibil, Orain, Tissier, 2006.

6 Wolfrum, 2005, 245-356 ; Frei, 2008, 77-151.

7 Hallair, 2008.

8 Il est même comparé à Alexandre de Humboldt (Dickinson, 1969, 164-166).

9 Articles des revues spécialisées, ouvrages, actes du Geographentag (Meckelein, Borcherdt, 1970).

10 Par exemple celles de Bartels, décédé prématurément en 1983, jamais utilisées à notre connaissance.

11 En août 2008, nous avons essayé d’interroger l’un des acteurs directs des événements, à l’époque étudiant à la FU, en vain. Pourtant, la plupart des jeunes intervenants importants du Geographentag de 1969 sont encore vivants, assez aisément accessibles (notamment par leurs sites internet personnels, comme http://www.ueisel.de/ ou http://heinermonheim.de/), souvent aujourd’hui en fin de carrière ou à la retraite. Hard a donné des éléments autobiographiques intéressants sur son cheminement intellectuel, mais pas sur Kiel (Hard, 2007).

12 Bahrenberg, 1995.

13 Brillant, 2008.

14 Sirinelli, 2005, 333.

15 Ginsburger, 2011.

16 On connaît désormais bien cette situation à travers les mémoires de Klaus Rother (Rother, 2012, 71-74).

17 Robic, Briend, Rössler, 1996.

18 Böhm, 1991 ; Winiger, 2003.

19 Mench, 2003.

20 Ruppert, 1968.

21 Ruppert, 1988.

22 Wardenga, 2007, 103.

23 Parfois malgré la Seconde Guerre mondiale, la défaite et une dénazification très incomplète (Sandner, 1995).

24 Lichtenberger, 1984, 161.

25 Martin, James, 1993, 186.

26 Eckhart, 1992.

27 Mayr, 1987, 23.

28 Charle, Verger, 2012, 145.

29 Mayr, 1977.

30 Mayr, 1967.

31 C’est à Berlin-Ouest que se situèrent la plupart des événements marquants de la révolte étudiante en Allemagne de l’Ouest, en particulier la mort de l’étudiant Benno Ohnesorg lors des manifestations contre la venue du chah d’Iran à Berlin, en juin 1967 ou l’attentat contre Rudi Dutschke, l’un des principaux leaders du SDS étudiant, le 13 avril 1968 (Prell, Wilker, 1989).

32 L’institut de géographie était alors intégré à la section de mathématiques et sciences naturelles de la faculté de philosophie.

33 Fachbereich Geowissenschaften, 1998.

34 Boesler, Kühn, 1970, 9.

35 Lenz, Bader, Kayser, 1977.

36 FU, 1972, 306-307. La spécialité 24, celle des « sciences de la terre » (Geowissenschaften), embrasse, fin décembre 1971, six départements : géologie, géologie appliquée, paléontologie, météorologie et géophysique, anthropogéographie, géographie appliquée, cartographie et géographie physique. Ceci est la conséquence d’une réorganisation totale de la FU après la réforme de 1970, les facultés étant dissoutes.

37 Ce « cercle des géographes berlinois » proposait des activités traditionnelles : soirées de diapositives ou de films de voyages, discussions, rencontres informelles autour d’un café, d’un thé ou d’une bière avec les professeurs ou assistants, fête annuelle, solidarité et conseils pour les nouveaux étudiants (FU, 1967/1968, 32).

38 Notamment, parmi celles qui existent encore aujourd’hui, la Geographische Zeitschrift (« Revue géographique »), fondée en 1895 et reprenant sa publication en 1963 ; Erdkunde (« Géographie »), créée en 1947 et Die Erde (« La Terre »), titre de la revue de la société de géographie de Berlin à partir de 1949-1950.

39 À savoir Hans-Peter Bäumer, Hartwig Böttcher, Martin Fürstenberg, Ingeborg Tömmel, Gert Jannsen, Klaus Obenauf et Wolfgang Schultes.

40 À l’époque spécialiste du paysage culturel du Canada et directeur de la section de géographie de l’Institut Kennedy pour les Études américaines de la FU.

41 D’abord spécialiste de géographie urbaine auquel il consacre sa thèse en 1960, puis professeur à Berlin, publiant en 1969 un ouvrage sur « le changement de paysage culturel par l’activité sur l’espace de l’État » (Boesler, 1969).

42 Hellen, 1978.

43 Ce phénomène n’est pas unique, il existe également à Munich ou à Marburg, avec la revue Roter Globus. Zeitschrift für politische und ökonomische Geographie [Le globe rouge. Revue de géographie politique et économique] entre 1971 et 1973, rebaptisée en 1972 Zeitschrift zur Kritik bürgerlicher Geographie [Revue pour la critique de la géographie bourgeoise], prenant ainsi une tournure plus nettement marxiste et critique.

44 Eisel, 1970a, 1970b et 1972. Il était, en 1972, celui qui organisait GEOgrafiker et recevait les abonnements.

45 Schultz, 1971 et 1972.

46 À savoir la vie politique en RFA (critique de la grande coalition et de l’opposition, SPD contre APO, l’opposition extraparlementaire), la contestation de certaines lois (notamment la loi d’exception, avec la nouvelle loi des partis, la nouvelle loi de finance, la nouvelle loi de stabilité), la mise en cause de la concentration de la presse dans la maison d’édition Springer, comme danger pour la démocratie, enfin la dénonciation de la guerre américaine au Vietnam (Prell, Wilker, 1989, 70).

47 Rother, 2012, 70-71.

48 GEOgrafiker, 1, 1968, 5.

49 Meckelein, Borcherdt, 1970, 175.

50 Brogiato, 1998.

51 Wardenga, Henniges, Brogiato, Schelhaas, 2011.

52GEOgrafiker, numéro spécial, 3, 1969 ; Meckelein, Borcherdt, 1970, 191-207. Cette communication est intitulée „Bestandsaufnahme zur Situation der deutschen Schul- und Hochschulgeographie“ (« État des lieux sur la situation de la géographie scolaire et universitaire »).

53 À savoir G. Burgard (Hambourg), U. Gross (Francfort), Heiner Monheim (né en 1946) (Munich) et W. Schultes (Berlin).

54 Meckelein, Borcherdt, 1970, 198 ; GEOgrafiker, 3, 1969, 13.

55 Lichtenberger, 1984, 157.

56 Müller-Doohm, 2004, 460.

57 C’est précisément l’analyse de la crise française de Mai 68 faite par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1984).

58 Charle, Verger, 2012, 160-162.

59 Schmals, 1997 ; Kern, 2008.

60 En 1964, il reçoit le Outstanding Achievement Award (« Prix pour une contribution exceptionnelle ») de l’Association de géographes américains, sa thèse fondatrice de 1933 est partiellement traduite en anglais en 1966, et il se voit décerner en 1967 la médaille d’or Anders-Retzius de la société suédoise d’anthropologie et géographie, en 1968 la Victoria Medal de la Royal Geographical Society et deux doctorats honoris causa par les universités de Lund (Suède) et de Bochum (RFA). En 1996, la création d’un prix Christaller par le Deutscher Verband für Angewandte Geographie (DVAG, « Association allemande de géographie appliquée »), nouveau nom du Verband Deutscher Berufsgeographen, a suscité une longue controverse, du fait de son passé, régulièrement rappelé (encore récemment Barnes, Minca, 2013).

61 Leendertz, 2008, 360.

62 C’est la première chaire universitaire de géographie appliquée en Allemagne, dans le premier institut spécialisé en la matière (Lenz, Bader, Kayser, 1977, 198).

63 Wardenga, Henniges, Brogiato, Schelhaas, 2011, 51.

64 Charle, Verger, 2012, 120-122.

65 De ce point de vue, les fondateurs du Verband Deutscher Berufsgeographen, Christaller et Meynen, ont tous deux été fortement impliqués dans la politique nazie d’aménagement de l’espace européen pendant la Seconde Guerre mondiale. Ceci n’a pas empêché Meynen de devenir l’une des figures prépondérantes de la géographie universitaire allemande des années 1950 et 1960, tandis que Christaller était plus marginalisé (Ginsburger, 2011 ; Wardenga, Henniges, Brogiato, Schelhaas, 2011, 70-71 et 78).

66 Dürr, Zepp, 2012, 135-153.

67 Beck, 1973.

68 Schlüter, 1906 ; Claval, 2012, 15.

69 Quelques géographes la remettent en cause cependant dès les années 1920, comme Hans Spethmann (1885-1957), partisan d’une géographie régionale « dynamique », ou W. Christaller, avec sa théorie des lieux centraux, très discutée à sa publication en 1933.

70 Dans le cas allemand, il est difficile de parler d’une « école allemande » centralisée, car on constate une grande diversité selon les personnalités des titulaires de chaire, considérés comme égaux (Ginsburger, 2011).

71 Schultz, 1980, 1989 et 2003.

72 Schultz, 1980, 228 ; Sandner, 1995 ; Ginsburger, 2011.

73 Solchany, 2003, 366-406.

74 Lichtenberger, 1984, 162.

75 Bobek, 1948.

76 Werlen, Stock, 2003b.

77 Hartke, Blanc, 1962.

78 Dans son Abschiedsvorlesung (sa « conférence d’adieu ») du 12 février 1968, il insiste sur la notion d’« écologie paysagère » (Landschaftökologie).

79 Schultz, 1980, 251.

80 James, Martin, 1993, 429-462.

81 Vetter, 1970.

82 Boesler, Kühn, 1970.

83 Notamment Jürgen Deiters (né en 1938) ou Rolf Monheim (né en 1941), voir Rother, 2012, 72.

84 Meckelein, Borcherdt, 1970, 193.

85 Ibid., 199 ; GEOgrafiker, 3, 1969, 13.

86 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.

87 Ibid.

88 Hard, 2007, 9.

89 Hard, 1970.

90 Matonti, 2008, 160.

91 Rother, 2012, 70-71.

92 Hard, 1971a.

93 En France, Denise Pumain (née en 1946) en fait le compte rendu de lecture pour les Annales de géographie, en 1973, et écrit : « L’étude de Hard peut parfois sembler abstraite, mais elle contient des idées nouvelles sur l’élaboration d’un thème qu’on a pu considérer comme l’objet même de notre discipline » (Pumain, 1973, 221).

94 Hard, 1973.

95 Schultz, 1970, 24.

96 Beck, 1973, 410.

97 Hard, 1971b.

98 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.

99 Bahrenberg, 1987 ; Wardenga, 2002, 122 ; Werlen, Stock, 2003.

100 Claval, 2007, 74.

101 Selon son entretien avec Anne Buttimer recueillant ses souvenirs, les contacts de Hartke avec les théoriciens sociaux radicaux de Francfort (Horkheimer et Adorno par exemple) étaient chaleureux, mais peu fréquents (Buttimer, 1983, 234), en tout cas ne l’influencèrent pas dans ses théories de géographie sociale, encore peu développées au début des années 1950, au moment où il quitta Francfort pour Munich, de toute façon ne l’intéressant pas vraiment par leur absence de prise en compte de l’espace.

102 Bartels, 1968b, 166 ; Wirth, 1984.

103 Storkebaum, 1969.

104 Bartels, 1970.

105 Bartels, 1968a.

106 Ruppert, Schäffer, 1969.

107 Brogiato, 1998.

108 Weichhart, 2003, 21 ; Schultz, 2010.

109 Hadju, 1968 ; Bartels, Peucker, 1969 ; Wirth, 1984 et 1985.

110 Bartels, 1969.

111 Schaefer, 1953 ; Entrikin, 1989.

112 Wardenga, Harvey, 1998.

113 Kiessling, 2006.

114 Cette contestation ne prend pas appui sur une mise en cause du passé nazi des professeurs. La réévaluation du passé et de l’action de Troll pendant le Troisième Reich a été effectuée seulement après sa mort, en particulier dans les années 1980 (Ginsburger, 2011).

115 Brogiato, 1995a et b.

116 Schelhaas, 2004.

117 Büdel, 1966, 186.

118 Par exemple l’Europe du Nord, l’hydrogéographie ou la didactique.

119 Meckelein, Borcherdt, 1970, 200-201.

120 En particulier Troll, Albert Kolb (1906-1990) de Hambourg, Erich Otremba (1910-1984) de Cologne, Wilhelm Wöhlke et J. Övermann de Berlin ou H. Uhlig de Giessen.

121 Meckelein, Borcherdt, 1970, 209 et 217.

122 Ibid., 211.

123 Meckelein, Borcherdt, 1970, 223.

124 Ibid., 33-35.

125 Böttcher, 1970, 3.

126 Brogiato, 1998.

127 Eckhart, 1992 ; Kulke, Lentz, Wardenga, 2004, 81-82.

128 Le président de cette organisation était en même temps et de fait le président du Zentralverband der Deutschen Geographen (« Comité central des géographes allemands »), fondé en 1951 (Schelhaas, 2001) et qui chapeautait toutes les organisations géographiques. Seuls des membres de l’association des professeurs universitaires allemands pouvaient être élus comme experts pour la Deutsche Forschungsgemeinschaft (« Communauté allemande de recherche »), pourvoyeuse de fonds de recherche, notamment pour les jeunes chercheurs, et eux seuls avaient le droit de recommander des collègues éligibles.

129 Bartels participa bien au congrès, mais présenta une communication lors d’une session antérieure (Meckelein, Borcherdt, 1970, 283-298). Rother n’y participa pas directement, occupé à rédiger son habilitation (Rother, 2012, 71).

130 Schöller présente la session comme organisée avec l’accord du Verband der Hochschullehrer (Meckelein, Borcherdt, 1970, 175).

131 Tandis qu’à la FU, en novembre 1969, l’assistant de sociologie Rolf Kreibich devenait le premier président d’une université en Allemagne à ne pas avoir le titre de professeur.

132  Schelhaas, 2001. La situation changea profondément en 1991, avec la réunification et la fusion de ces associations professionnelles.

133 Bürger, 1935.

134 GEOgrafiker, numéro spécial, 3, 1969. Voir annexe p. 208.

135 Bartels, Hard, 1975.

136 Meckelein, Borcherdt, 1970, 37-38.

137 Bobek, 1970, 438.

138 Brogiato, 2005 ; Wardenga, 2006 ; Dürr, Zepp, 2012.

139 Belina, Best, Naumann, 2009.

140 Sedlacek, 1979.

141 Il y constitua un centre dynamique de géographie critique, y dirigeant plusieurs thèses importantes, notamment celles d’Eisel et de Schultz. Certains de ses écrits théoriques ont été réédités (Hard, 2002).

142 Monheim, 1999. Depuis 1995, la Deutsche Gesellschaft für Geographie (DGfG, « Société allemande pour la géographie ») regroupe toutes les associations et sociétés de géographie allemandes, elle revendique aujourd’hui environ 25 000 adhérents et continue à organiser les Geographentage, le dernier en octobre 2013 à Passau.

143 Son nom a été donné aux nouveaux bâtiments de l’Institut de géographie de l’université berlinoise, écho tardif de 1969 et effort historique pour donner des lettres de noblesse au mouvement, par la découverte d’un grand ancêtre oublié et persécuté.

144 Werlen, 1993 et 2010 ; Weichhart, 2008.

145 Les numéros de GEOgrafiker entre 1969 et 1972 sont accessibles sur le site http://www.kritischegeographie.de/geografiker.html, de même que d’autres revues éphémères de géographie critique des années 1970 et 1980.

146 Belina, Best, Naumann, 2009 ; Germes, Glasze, Weber, 2011.

147 Hellen, 1978. En la matière, Hard écrit qu’il a été considéré comme un « décomposeur de paysage, un destructeur de géographie », et « devint pendant plusieurs décennies le géographe allemand le plus insulté par les prélats et autres notables de la géographie allemande » (Hard, 2007, 9). Avec plus de mesure, Rother parle de son collègue comme de « l’enfant terrible » de la discipline, et estime que les années post-1968 ont connu malgré tout beaucoup de monographies régionales en géographie physique et humaine, malgré les discours opposés à la « géographie du paysage » (Rother, 2012, 70-71). Il faut préciser que Rother est lui-même un représentant de la Kulturlandschaft auquel il a consacré son habilitation en 1971 (Rother, 1971), avant de se spécialiser dans l’étude des espaces méditerranéens, et est à ce titre très éloigné du courant de géographie critique.

148 Eisel, 1979.

149 Claval, 1996, 112-114.

150 Werlen, 2007.

151 Weichhart, 2003.

152 Gebhardt, Glaser, Radtke, Reuber, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page de couverture du troisième numéro de la revue berlinoise GEOgrafiker, consacré au Geographentag de Kiel de 1969
Légende Le dessinateur n’est pas mentionné mais il s’agirait de Hartwig Böttcher.
Crédits Source : http://www.kritischegeographie.de/​Archiv/​Geografiker3_1969.pdf (consulté le 15 janvier 2015).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/2347/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Les « enfants terribles » de la Landschaft », Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 173-208.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Les « enfants terribles » de la Landschaft », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 22 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2347 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2347

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Agrégé d’histoire, docteur en lettres
Chercheur associé à l’équipe Épistémologie et histoire de la géographie
(EHGO, UMR 8504 Géographie-cités)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals