Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26DocumentPropositions destructives

Document

Propositions destructives

Destructive Proposals
p. 297-304

Notes de la rédaction

Nous avons indiqué dans le cours du texte, en gras et entre crochets, la pagination d’origine.

Texte intégral

Propositions destructives

Propositions destructives

Tract distribué à la Faculté des Lettres de Strasbourg, s.d. [novembre-décembre 1968], collection personnelle Olivier Orain (don de Gilles Palsky).

1L’hiver s’annonce rigoureux. Aussi les géographes cherchent-ils hâtivement les structures qui leur permettront de poursuivre en toute sécurité leurs activités. C’est l’époque où les clochards se font mettre à l’asile et où les contestataires s’achètent des pantoufles chaudes.

2Et pourtant, une poignée d’irréductibles, d’agitateurs irresponsables, probablement payés par l’Étranger, des empêcheurs-de-danser-en-rond, veulent plastiquer le bel édifice qu’œcuméniquement enseignants et enseignés veulent bâtir, sous la bienveillante protection d’Edgar Faure. Voici le produit des élucubrations de ce gang d’étudiants-fantômes qu’une enfance malheureuse a conduits à une bien funeste folie :

IL FAUT DÉTRUIRE L’INSTITUT DE GEOGRAPHIE

3Raynal, vieil humaniste et néanmoins directeur d’institut, a bien expliqué aux étudiants que ça presse. Si on ne propose rien, le ministère disposera tout seul. Il en va de l’avenir de nous tous, de la Géographie, de la Science : il faut soumettre à Edgar un projet d’Unité Autonome d’Enseignement et de Recherche de Géographie ; il faut par un oui franc et massif suivre nos chers professeurs-qui-n’ont-pas-attendu-mai-pour-contester-et-qui-déjà-en-1945-pensaient-aux-intérêts-de-leurs-bons-étudiants.

4Ah, ce qu’on sera bien avec nos crédits autonomes, nos bâtiments autonomes, nos cartes autonomes, notre Tricart autonome. On sera les maîtres, on pourra se consacrer à la Recherche pour le grand bien de l’humanité, ou pour celui de la Recherche. On participera tous ensemble à la vie de la grande famille géographique enfin réconciliée.

5Bien sûr, comme on travaille avec un matériel humain, l’humaniste Raynal, un peu ranci par l’âge (vous verrez, quand vous serez grands), repousse la démocratie directe dans les limbes de l’histoire ou dans une utopie humanoïde extra-terrestre. On aura donc des chefs, mais on pourra les élire (ce qui constitue un net progrès par rapport au paternalisme, car peut-on élire son Papa ?).

6Eh bien, nous mettrons nos gros pieds marneux dans la bonne soupe chaude.

INJURES PRÉALABLES

7Tricart n’est qu’un tyran domestique, un adjudant-chef grossier déguisé en bon âpôtre [sic !], un trieur de cailloux ambitieux. Raynal, un philanthrope cocufié par tous les Rastignac qui attendent sa place pour des jours moins troublés. Nonn un pédant [1] incompétent, qui ira loin si la Cinquième dure assez longtemps. Juillard, un vieil homme un peu en dehors des contingences, mais pas trop, juste assez pour servir de caution humaniste aux aménageurs du profit. Gallais n’est qu’un fasciste atrabilaire qui ne transcende ses monographies que dans le cadre d’un État autoritaire, basé sur le respect de la tradition et des chefs. L’inspecteur Trabant, tel un palmipède académique, patauge dans un océan d’incapacités, de suffisance et de lèchecutage. Quant aux autres, ce ne sont pour la plupart que des épiphénomènes, assistants ou chercheurs courtisans d’une poignée de mandarins. Certains n’en pensent pas moins, mais souffrent en silence. D’autres ont des opinions, mais poussent les étudiants à la participation ; en comptant bien les utiliser comme masse de manœuvre face aux titulaires de cathèdres. D’autres, cocus et heureux, s’inscrivent aux Comités de défense de la République.

QUELQUES VÉRITÉS PREMIÈRES

8En voulant élire des délégués, les étudiants se sont aperçus qu’ils n’avaient pas de programme avouable (assemblée du 21-11). Par contre, on peut faire confiance aux Tricart et autres Raynal : ils savent ce qu’ils veulent, eux. Logiquement, les délégués ne pourront avoir qu’une seule attitude, “constructive”, approuver les sages décisions de leurs maîtres, leur servir de caution (“nous sommes tous unis”) et faire passer la pilule auprès des étudiants.

9Quel est le projet des mandarins ? Quels critères l’animent et quels intérêts répand-il ? Autant de questions noyées sous des schémas de structures et des discours du dimanche matin.

10Qu’est-ce qu’une unité d’enseignement et de recherche autonome ? Pour les étudiants, une bonne blague. Que l’on ne s’y méprenne pas, nous ne planerons pas au firmament de la Science et de la Recherche pures. Trois objections fondamentales à l’“autonomie”.

1) Quels sont les critères d’admission à notre bordel autonome ? Ceux fixés par le ministère, guidés par la rentabilité et le profit capitalistes. N’oublions pas que notre Edgar, prudent à l’Université, a placé l’essentiel de la sélection avant le bac. Seuls quelques crétins autonomes pourraient encore nier que cette sélection est sociale et non basée sur le travail et l’intelligence.

2) Quel sera le mode de fonctionnement de notre nirvaña géographique ? Celui proposé par nous et accepté par le ministère. Qui jugera de l’incapacité ou non de tel ou tel prof ? de l’inutilité ou non de tel enseignement ? Des équivalences, des relations avec d’autres disciplines ? D’ailleurs le simple problème des crédits devrait nous ramener à des réalités plus terrestres. Comptons sur Edgar-et-Marcelin pour nous rappeler, si besoin est, que l’Université moderne doit sortir de son isolement aristocratique pour se lier aux nécessités de “la Vie” (entendez du grand Capital).

3) Quels seront les débouchés de notre unité “autonome” ? Ceux offerts par les besoins en profs (diplomés ou au rabais) fixés par le ministère, besoins déterminés par le Plan, lui-même rédigé pour l’essentiel par le CNPF (centre national du patronat français). Quant à la géographie appliquée (ou applicable selon le mot de Juillard), il y en a long à dire : voir plus loin.

11Si l’autonomie est un mythe pour nous, elle ne l’est pas pour tout le monde. L’autonomie, c’est un certain nombre d’avantages appréciables pour nos mandarins. D’abord, pour la gloriole, la géographie serait promue au rang de science légitimée et authentifiée. Nos maîtres ne seraient plus affublés du titre ridicule de professeurs de Lettres. Si nous ne pouvons dénoncer ici tous les aspects du marchandage, en particulier le détail des tractations avec les autres facultés, les grandes lignes, du projet Nonn-Tricart-Raynal sont claires. Que signifie pour eux “L’unité d’enseignement et de recherche [2] autonome” ?

1) Nos mandarins deviennent de grands intendants : (autonomie administrative)

12Pour tout ce qui concerne les relations avec le secteur public, avec l’État, les tractations essentielles auront lieu désormais au niveau de l’Université locale, et non pas du ministère. Par ailleurs, nous disposerons d’une cuisine autonome pour la nomination ou l’exploitation de la valetaille des chercheurs, assistants et maîtres-assistants. Tricart et Nonn ressembleront enfin à des PDG.

2) Un financement privé possible : ne regardant que notre unité autonome. Les programmes de recherche pourront être commandés par des organismes semi-publics (= en fait cartels d’intérêts privés) ou privés. Il ne s’agit pas de porter un jugement moral sur la chose, mais simplement d’en comprendre les implications. La recherche pure, désintéressée n’existe pas. Même en physique fondamentale ou en mathématiques, les recherches effectuées dépendent (par le biais des crédits) de ce qu’attend la classe dirigeante (ex : rôle de l’armée). On n’est pas prêt de trouver le moteur à eau ou le vaccin anticonceptionnel. L’assujettissement de la recherche n’est pas un “mal” mais une nécessité du système néocapitaliste. Raynal prétend que la “sagesse” du géographe lui permettra de se tenir à l’écart des marchands de soupe. Ce faisant, il porte un jugement moral, profère une incantation magique, mais refuse d’envisager les mobiles de la recherche. Si la géographie est un humanisme, comme il semble le prétendre, comment expliquer alors que les directions de recherche dépendront du grand Capital ? En quoi la recherche du profit entretient-elle des rapports avec les intérêts de l’humanité ?

13La conséquence de l’intrusion du financement privé sera une plus grande instabilité du statut de chercheur : à la merci des commandes, celui-ci risque de devenir de plus en plus un contractuel.

3) L’introduction de la compétitivité capitalistes : En dehors de certains diplômes qui restent nationaux, l’unité de géo produira des diplômes qui lui seront propres et qui permettront aux géographes de Strasbourg “d’entrer en compétition sur le marché”. En ceci, nos PDG jouent le jeu de la mort de l’Université libérale monolithique en faveur d’une hiérarchie et d’une concurrence entre les divers établissements d’enseignements. Certains chercheurs géniaux ont même pondu un projet qui nous permettrait de rivaliser avec l’ENA ! Nous voici dans l’ère des préfets et des ministres géographes. L’humanité connaitra enfin des despotes vraiment éclairés. Sous cet angle, la réforme proposée se présente donc comme une revendication de pouvoir de “techniciens” qui veulent s’intégrer enfin à la classe dirigeante.

14L’autonomie a donc une double signification : pour certains, elle n’est que la volonté réactionnaire de sauvegarder des prérogatives menacées par un ministère de plus en plus exigeant. Pour d’autres, elle est par contre l’expression d’une volonté technocratique et d’un essai d’adaptation aux conditions nouvelles du néocapitalisme. Pour nous, elle n’est qu’un mythe.

NOTRE PROGRAMME

1) Traquer les délégués. Des gens ont la prétention de nous représenter. Pour quoi dire, pour quoi faire, pour quoi obtenir ? Renolleau, ce connard de giscardien, dénoncé comme autocrate par le comité d’action des enfants sages, est le seul conséquent : élire un délégué, c’est démissionner ses pouvoirs à un spécialiste de la représentation. L’allure sympâa, le sourire lecanuetesque et la poignée de main solide suffisent à reconnaître le curé masochiste ou la franche crapule destiné [sic !] à la députation. Peu importe le programme (c’est toujours le bonheur, le progrès, la défense de nos intérêts) seul compte réellement le RÔLE du délégué. Et celui-ci est de PARTICIPER AU SYSTÈME. Dans notre cas, c’est s’intégrer dans la réforme Faure et l’appliquer. En conséquence, [3] il est parfaitement illusoire d’espérer obtenir à l’aide des délégués des modifications aux décisions du pouvoir telles par exemple que la sélection, les débouchés, la hiérarchie administrative, etc. Apparemment expression de la volonté et du pouvoir des masses, le délégué n’est en fait qu’un instrument de duperie, que la courroie de transmission des décisions d’une minorité au pouvoir en direction de la majorité, Et ceci indépendamment des individus qui assument la fonction.

15Comptant bien continuer à prouver que les délégués et la participation ne peuvent répondre aux questions emmerdantes que nous posons, nous traquerons les délégués.

2) Faire chier les chieurs. Nous dénoncerons toutes les manœuvres telles que l’Unité Géographique permettant à quelques vieux bonzes mégalomanes de faire prévaloir leurs intérêts particuliers. De même, nous n’accepterons pas le petit jeu de bascule de leurs sous-fifres dans leur lutte pour leur promotion. Nous sommes pour un travail avec les profs. Mais seuls les ralliements radicaux nous intéressent. Par ailleurs, nous comptons bien jeter de l’acide sur la plaie béante que constituent bon nombre de cours, de méthodes de travail… Avis aux idéologues à prétentions scientifiques.

3) Détruire l’institut de géographie et toutes ses réincarnations. Nous ne nous satisfaisons pas du choix que l’on nous laisse de la sauce à laquelle nous serons mangés. C’est nous qui mangerons nos professeurs. Toute réforme de l’institut impliquerait que l’on s’interroge sur la finalité et le fonctionnement de nos études. C’est-à-dire que l’on pose enfin les vrais questions : Qu’est-ce que la géographie ? À quoi sert-elle ? À quoi servons-nous ? Toute réorganisation d’une éventuelle “unité d’enseignement et de recherche” implique que l’on remette en cause notre discipline elle-même, et donc l’institut.

16PAS DE CONSTRUCTIF SANS CRITIQUE RADICALE DE CE QUI EXISTE

17PAS DE PROGRÈS SANS DESTRUTION SYSTÉMATIQUE DU VIEUX MONDE.

18ou “Avant de replâtrer une vieille maison, on vérifie qu’elle n’est pas construite sur du sable” (vieux proverbe humanoïde)

IL FAUT DEMANTELER LA GÉOGRAPHIE

LA GÉOGRAPHIE N’EST PAS UNE SCIENCE MAIS UNE IDÉOLOGIE

19Sous sa forme moderne, la géographie date de l’Université napoléonienne. Tous les démagogues et tous les connards gueulent à propos de son rattachement à l’histoire, mais aucun n’est en mesure d’expliquer l’origine de ce mariage. La “science” géographique est avant tout une matière d’enseignement, englobée dans la “culture générale.”. L’entreprise idéologique de la bourgeoisie en plein essor du xixe siècle est de justifier sur tous les plans son règne. Le projet de l’histoire-géo, c’est de montrer la richesse, la cohérence, le bien-fondé de la nation française : nos ancêtres les gaulois, les généalogies de rois, les “belles pages” de batailles situent à l’aboutissement et à l’apogée d’un passé riche et glorieux la France bourgeoise de l’époque. De même, la géographie des départements et des chefs-lieux de cantons, des voies navigables, des “richesses naturelles” enseigne aux petits français combien notre hexagone est harmonieux et prospère. Vidal de la Blache recense nos régions comme on recense des fromages et se repaît à la vue de nos beaux, sains et paisibles paysages ruraux. Autour d’une métropole généreuse se pressent frileusement une multitude de peuples d’indigènes, “immense réservoir d’hommes et de richesses” (un manuel de 4e). C’est l’époque où le crétinisme choisit la forme du déterminisme géographique. On va chercher dans le physique l’explication de l’humain. L’exploitation trouve sa justification dans des aptitudes naturelles et l’on n’est pas loin de la notion de race supérieure [4].

20Aujourd’hui, la géographie se fixe toujours pour but d’expliquer la transcription spatiale de l’ordre existant. Mais l’explication n’est plus si harmonieuse que par le passé, car cet ordre devient de plus en plus contradictoire et menacé.

21La géographie a donc une double tâche : justifier l’ordre spatial menacé (la justification ultime étant l’explication fataliste du sceptique : on n’y peut rien, c’est comme ça, les gens sont fous) et lui proposer des formules de survie. Le mythe du développement (par les techniques, les crédits, les compétences ou les bonnes volontés) est le corollaire indispensable du “cercle vicieux du sous-développement”. Le mythe de la régionalisation (avec son harmonieuse hiérarchie des “services” et ses réseaux efficaces de “métropoles d’équilibre”) est le complément nécessaire de lamentations sur le “désert français” ou la “mégalopolis” rhénane. Le géographe justifie, déplore ou projette, mais n’analyse jamais, contrairement à sa prétention, la réalité d’une façon totale. C’est un touche-à-tout qui ne cherche qu’à mieux s’esquiver.

22L’“originalité” de la géographie se trouverait dans la synthèse des facteurs physiques et humains. Il se cache là derrière une duperie de plus. Dans des sociétés archaïques à faible technicité, l’élément naturel est déterminant en ce qui concerne la vie (ou la survie) du groupe humain. Mais avec le progrès technique apparaît un “surproduit social” (Marx) qui donne naissance à la division sexuelle, puis sociale du travail, avec formation de classes basées sur l’exploitation et l’appropriation du surproduit social. Le problème n’est donc plus de savoir si tel milieu physique peut recevoir telle implantation humaine, mais plutôt quel est le système social de production qui développe ou limite la technologie, qui concentre ou répartit le surproduit social. La première vision, la vision géographique est condamnée à se noyer dans un fouillis de “facteurs” choisis à la gueule du client et à privilégier le facteur technique, apolitique et non subversif per excellence, dans la mesure où il est défini comme l’application d’une science en-soi sur une nature en-soi. La deuxième vision, réellement scientifique et anthropologique, replace le facteur physique à son importance historique (l’actuel niveau de technicité permettrait de s’en affranchir encore plus : ex les cultures sans sol) et s’attache à étudier en priorité la formation sociale, les rapports sociaux de production.

23Ceci explique pourquoi la géographie ne réussit à faire le “lien” entre le physique et l’humain que dans la mesure où il s’agit de sociétés agro-pastorales proches du collectivisme primitif, à niveau technique bas et le plus éloigné possible de l’économie de marché. Mais dès qu’apparaît le phénomène urbain, la monnaie, l’industrialisation, la géographie, en s’attachant à ses monographies villageoises, ses études parcellaires du tracé des lignes de bus ou de l’emplacement des marchés-gares, continue à nier le largage du facteur physique pour masquer la formation des classes, ainsi que leurs antagonismes. C’est ce qui explique pourquoi à aucun moment aucun géographe ne réussit à découvrir que de nos jours, l’opposition tiers-monde-pays industrialisés, villes-campagnes, cités dortoirs-usines, etc., bref, le développement fondamentalement inégal du monde actuel, provient du MOTEUR-même du développement : c’est-à-dire l’appropriation par une classe du surproduit social (que ce soit la bourgeoisie ou la bureaucratie), concrétisée chez nous par la propriété privée des moyens de production et la recherche du profit.

24Nous aboutissons à la définition réelle de la géographie : la géographie, c’est la volonté de structurer de façon cohérente et tolérable un ordre spatial fondamentalement incohérent et intolérable du fait des critères de développement inégal et anarchique qui le régissent. La géographie est une idéologie et non une science. Une idéologie se distingue d’une science dans la mesure où elle est justification de l’ordre existant et non étude implacable de la réalité. En ceci, toute science est politique par essence (et corrélativement toute technique).

25LA LUTTE CONTRE LA GÉOGRAPHIE, C’EST LA LUTTE CONTRE LA DOMINATION DE CLASSE, CONTRE LA BOURGEOISIE COMME CONTRE LA BUREAUCRATIE. [5]

LA GÉOGRAPHIE AU FEU, LES GÉOGRAPHES AU MILIEU

26Les géographes sont avant tout des profs du secondaire. Actuellement s’annonce un dépérissement de la géographie au profit d’une initiation aux sciences économiques. Pourquoi ? D’abord, par soucis d’éviter une évolution des géographes vers une véritable anthropologie globale. Malgré les programmes et la nature parcellaire de la discipline, le danger est trop grand en ces temps de contestation. Mais surtout, la géographie, en tant qu’idéologie humaniste, a fait son temps. La bourgeoisie n’a plus besoin de la “culture générale” (il y a la télé, la presse…), mais veut, dans le cadre de sa production d’idiots spécialisés, des gens au courant des “techniques économiques” mais ignorant des mobiles de l’économie. Les géographes vont donc acheter des chemises bleu pâle et des cravates rayées pour se rapprocher des petits cons de Sciences Po et Sciences Eco. Il est donc temps de détruire la géographie au profit d’une véritable anthropologie (qui passe par la contestation idéologique de toutes les prétendues “sciences humaines” et de leur soumission à la bourgeoisie). Il est temps aussi de révolutionner l’enseignement en foutant dehors ceux qui lui passent actuellement les commandes.

27Quant aux géographes appliqués, à supposer que le capital veuille bien de leurs services, ce sont de dangereux individus qui nappent les braves gens de bonne conscience et masquent l’exploitation réelle. En quoi Gallais modifie-t-il les conditions de vie en Inde par ses monographies de villages autour d’Hyderabad ? Qu’est-ce que Tricart aménage au Vénézuéla, sinon la domination impérialiste ? À qui profitent les tris de cailloux dans le Bas-Rhône-Languedoc, sinon aux trusts fonciers ? Le capitalisme ne peut plus fonctionner actuellement par la simple loi de l’offre et de la demande, sans foncer vers de graves crises. Il lui faut toute la racaille des aménageurs et des planificateurs pour rafistoler son cadavre ambulant. Que la gangrène les bouffe.

28Si vous vous sentez assez courageux pour réorganiser les études, faites-le sur vos propres critères, en ouvrant les facs à tous, en supprimant la géographie et les géographes, en terrorisant tous les fossiles du vieux monde.

29NE RÉFORMEZ PAS, DÉTRUISEZ !

30NE PARTICIPEZ PAS, CRÉEZ !

31BAISEZ, BON DIEU ! BAISEZ, BON DIEU ! BAISEZ, BON DIEU ! BAISEZ, BON DIEU !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Propositions destructives
Crédits Tract distribué à la Faculté des Lettres de Strasbourg, s.d. [novembre-décembre 1968], collection personnelle Olivier Orain (don de Gilles Palsky).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/2447/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1M
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/2447/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Propositions destructives »Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 297-304.

Référence électronique

« Propositions destructives »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 20 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2447 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2447

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search