Navigation – Plan du site

AccueilNuméros26VariaConvergences, transferts et intég...

Varia

Convergences, transferts et intégrations entre sciences du langage, sciences et ingénierie en temps de guerre et de guerre froide (1941-1966)

Convergence, transfers and integration, in war time and during the Cold War (1941-1966): the sciences of language, with science and engineering
Jacqueline Léon
p. 315-338

Résumés

Dans cet article, nous proposons d’examiner l’impact des sciences de la guerre sur les sciences du langage pendant la Seconde Guerre mondiale et le début de la guerre froide. Nous envisagerons plusieurs points. En quoi l’interaction entre sciences de la guerre (ingénierie et sciences) et sciences du langage se distingue de l’effort de guerre en tant qu’investissement des linguistes dans l’enseignement des langues étrangères. Nous examinerons les deux cas où cette interaction a marqué l’évolution des sciences du langage. La théorie des traits distinctifs de Jakobson, grâce à la physique acoustique et la théorie de l’information, a permis de développer une nouvelle phonologie en continuité avec la phonétique. La traduction automatique, en tant que technologie de guerre froide, bien que conçue en dehors de la linguistique, a amorcé le tournant de la seconde mathématisation du langage, ou « mathématisation automatisation » des sciences du langage. Dans les deux cas, on examinera dans quelle mesure on à affaire à un transfert, une convergence ou une intégration entre sciences de la guerre et linguistique.

Haut de page

Texte intégral

Une première version de ce texte a fait l’objet d’une intervention dans le séminaire d’histoire des sciences humaines, du Centre Koyré le 6 janvier 2012, à l’invitation de Claude Blanckaert que je tiens à remercier ici. Je remercie aussi les participants du séminaire pour leurs questions et leurs remarques qui m’ont aidée à mettre au point la version définitive de cet article.

Introduction

  • 2 Comme en témoigne l’article très documenté de Joel Isaac (2007) montrant l’essor des travaux sur l’ (...)

1L’histoire de la linguistique pendant la Seconde Guerre mondiale a été traitée essentiellement au travers de la contribution des linguistes américains à l’effort de guerre, engagés dans le développement de l’enseignement des langues étrangères aux civils et aux militaires. Ce point a fait l’objet d’une littérature abondante, que ce soit sous forme de témoignages et d’autobiographies (Davis et al., 1980 ; Kœrner, 1991), d’essais de certains acteurs de la période (Moulton, 1961 ; Joos, 1986 [1976]), ou bien de travaux en histoire de l’enseignement des langues et de la linguistique appliquée (Howatt, 2004 [1984] entre autres). En revanche, contrairement aux nombreux travaux sur l’histoire des sciences humaines pendant la guerre froide2, il n’en existe quasiment pas sur l’histoire de la linguistique. Le récent article de Martin-Nielsen (2010) fait exception, mais il se consacre essentiellement au développement de l’enseignement des langues et à son impact social et à ses effets sur l’institutionnalisation de la linguistique. Enfin, les relations entre sciences du langage, sciences et ingénierie pendant la Seconde Guerre mondiale et dans l’immédiate après-guerre sont un thème qui a été très peu traité en histoire des théories linguistiques, à l’exception des travaux de Fehr (2000, 2003) sur l’interaction entre théorie de l’information, cryptographie et sciences du langage. L’historiographie du domaine est en effet éclatée en différents champs, histoire de la phonétique et de la phonologie, histoire de la théorie de l’information et de la cybernétique, enfin histoire de la traduction automatique, sans que soient véritablement prises en compte les conséquences, pour les sciences du langage, des transferts de concepts et de méthodes issus des sciences de la guerre (Dahan, Pestre, 2004).

  • 3 Dans cet article, la notion d’horizon de rétrospection (et de projection) est empruntée à Auroux (1 (...)

2Dans cet article, je propose d’examiner ce point en mettant tout d’abord en évidence la distinction qu’il convient d’établir entre effort de guerre et sciences de la guerre dans le développement de la linguistique aux États-Unis. Puis, j’aborderai les deux grands domaines, la théorie des traits distinctifs de Roman Jakobson et la traduction automatique, où sciences de la guerre et sciences du langage ont interagi de façon marquante. J’essaierai de montrer comment la théorie des traits distinctifs peut être considérée comme un cas réussi de convergence entre sciences du langage et sciences de la guerre. J’examinerai comment la traduction automatique, conçue comme technologie de guerre froide dans le sillage des sciences de la guerre, s’est développée complètement en dehors des sciences du langage, puis leur a été imposée de l’extérieur et dans un second temps. Les sciences du langage ont dû intégrer le nouvel horizon de rétrospection3 construit par la traduction automatique, et cette intégration marque le tournant de la seconde mathématisation du langage, ou « mathématisation automatisation » des sciences du langage. Même si cette histoire est d’abord une histoire américaine, le nouvel horizon de rétrospection constitué à partir de cette technologie de guerre froide va s’imposer à l’ensemble des linguistes au niveau international. On peut alors se demander si l’intégration d’une technologie extérieure se fait de la même façon quelles que soient les traditions linguistiques et plus généralement intellectuelles, et dans quelle mesure l’étude peut rester américano-centrée ou bien doit être menée de façon comparative. Ce dernier point, que j’ai traité par ailleurs, demanderait un très long développement (Léon, à paraître-c). Il restera à l’orée de cet article.

Effort de guerre et sciences de la guerre

Effort de guerre et essor de la linguistique

3Martin-Nielsen (2010) attribue majoritairement à l’effort de guerre l’essor inédit de la linguistique américaine après la guerre. Son argumentation repose sur un certain nombre de partis pris sur la situation de la linguistique américaine avant la Seconde Guerre mondiale qui ne sont pas sans présenter des difficultés :

  • le désintérêt des Américains pour les langues étrangères ;

  • le faible développement institutionnel de la linguistique américaine ;

  • le manque d’autonomie de la linguistique ;

  • l’isolationnisme des linguistes américains.

Si l’on examine ces arguments de façon détaillée, on constate qu’ils sont tout à fait discutables.

Constat du désintérêt des Américains pour les langues étrangères

  • 4 Fondée en 1916 sous le nom de School of Oriental Studies, elle élargit son domaine à l’Afrique et p (...)
  • 5 Dans le sillage de l’institution fondée en 1669 par Colbert pour former les jeunes Français au méti (...)
  • 6 Voir notamment Linn, Candel, Léon (éd.), « Linguistique appliquée et disciplinarisation », Histoire (...)

4Ce point pose question parce qu’il confond l’enseignement des langues étrangères dans les cursus scolaires, la formation des diplomates en langues étrangères, et le travail des linguistes. Pour ce qui est des diplomates américains, il est vrai que ceux-ci étaient dépourvus de formation en langues étrangères, contrairement à ce qui se passait dans les puissances coloniales européennes comme la Grande-Bretagne et sa School of Oriental and African Studies (SOAS) créée en 19164, et la France avec son École des langues orientales fondée en 17955. Il est vrai aussi que l’enseignement des langues étrangères dans les cursus scolaires était peu développé aux États-Unis, mais c’était également vrai pour les pays d’Europe, comme l’attestent de nombreux travaux sur l’histoire de l’enseignement des langues6. Quant aux linguistes américains, dont l’objectif était la description des langues amérindiennes, ils étaient, contrairement à leurs homologues européens, familiers avec des langues non européennes posant des problèmes inédits pour la linguistique. C’est pourquoi l’idée d’un désintérêt des Américains pour les langues étrangères doit être considérée avec prudence. Il concerne surtout la formation des diplomates et s’enracine probablement dans l’isolationnisme géopolitique américain encore très prégnant à l’orée de la Seconde Guerre mondiale.

Faible développement institutionnel de la linguistique américaine

  • 7 Le terme de « pré-professionnalisation » utilisé par Martin-Nielsen est probablement un peu réducte (...)

5Le second argument de Martin-Nielsen repose sur l’idée d’un faible développement institutionnel de la linguistique américaine et de son manque d’autonomie avant la Seconde Guerre mondiale. Une étude approfondie des conditions de disciplinarisation de la linguistique aux États-Unis serait nécessaire. Celle-ci, en tout cas, ne peut être limitée à la création de départements et de cursus autonomes7. On peut objecter que les linguistes américains étaient très organisés institutionnellement dès les années 1920, grâce à la création en 1924 de la Linguistic Society of America (LSA), de sa revue Language en 1925 et de ses écoles d’été (les Linguistic Institutes). En 1938, le Linguistic Institute rassemble 204 étudiants (Hill 1964), ce qui est considérable, notamment si l’on compare à la situation de la Grande-Bretagne et de la France où la linguistique ne prend son essor que dans les années 1960 (Brown et Law, 2002 ; Chevalier, 2006).

6Quant à l’autonomie de la discipline, il est vrai que la linguistique était liée à l’anthropologie culturelle et que, jusqu’à 1945, il n’y avait pas de départements de linguistique ni de cursus ou diplômes autonomes. Là encore toutefois, un travail comparatif ne jouerait sans doute pas en défaveur des Américains. Mais parallèlement à cette dépendance institutionnelle, la recherche linguistique proprement dite, dans le sillage des travaux de Franz Boas, Edward Sapir et Leonard Bloomfield, était tout à fait autonome, et a produit des méthodes et des concepts tout à fait originaux qui ont laissé leurs marques dans les travaux ultérieurs, ce dont témoignent les historiens de la linguistique américaine comme Murray (1991) ou Joseph (2002).

L’isolationnisme des linguistes américains

7Le mythe de l’isolationnisme des linguistes américains, entendu comme ignorance de la linguistique européenne, en particulier du structuralisme est tout à fait surfait. Généralement admise, cette idée a été combattue par l’historien de la linguistique John Joseph (2002) pour lequel le Cours de linguistique générale de Saussure a influencé tous les courants structuralistes, y compris les Américains. Les figures majeures de la linguistique américaine des années 1920-1930 sont d’origine européenne ou ont reçu une formation en grammaire comparée allemande, théorie dominante au tournant des xixe-xxe siècles : Franz Boas (1858-1942) est né et formé à Berlin, son élève Edward Sapir (1884-1939) est né en Lituanie. Dès les années 1920, Boas et Sapir s’attachent à montrer comment les langues amérindiennes mettent en défaut les théories linguistiques européennes. Léonard Bloomfield (1887-1949) est un germaniste, disciple de Wundt. C’est un lecteur du Cours de linguistique générale, dont il publie un compte rendu en 1923 dans la revue américaine Modern Language Journal. Il figure parmi les auteurs de l’ouvrage paru en 1939 en hommage à Troubetskoy. Dès les années 1930, les linguistes américains discutent le concept praguois de phonème, et des contacts réguliers ont lieu entre Américains et Européens. Toutefois, dans les années 1940, on assiste à une sorte de repli chez certains bloomfieldiens qui vont se concentrer exclusivement sur la description des langues amérindiennes à l’aide des méthodes distributionnelles, souvent en l’absence de toute discussion théorique. Si cette fermeture aux autres courants de la linguistique est certain, ce que l’article de Martin-Nielsen ne précise pas, c’est que le développement des cursus en enseignement des langues et en linguistique dans l’immédiate après-guerre ne met pas fin à l’isolationnisme des néo-bloomfieldiens. Si l’on suit Chomsky (1997), les Américains manifestent une grande arrogance et autosuffisance face à cette Europe qui a perdu la guerre. Cette attitude se trouve renforcée par l’anticommunisme de la période McCarthyste qui tient pour idéologiquement suspectes toutes les recherches européennes en sciences humaines et sociales. Cet isolationnisme se manifeste dans les cursus universitaires, où dans le début des années 1950, on n’enseigne que la linguistique américaine.

8Pour conclure ce point, on peut avancer que les arguments destinés à ériger le développement de l’enseignement des langues étrangères dans le cadre de l’effort de guerre comme un élément essentiel de l’essor de la linguistique d’après-guerre reposent sur une sous-évaluation de la situation de la linguistique américaine avant la Seconde Guerre mondiale. Une étude historique de ce type exigerait non seulement la prise en compte d’une histoire des idées pour venir compléter les résultats fournis par une histoire institutionnelle mais aussi une histoire comparative quand une étude américano-centrée peut conduire à fausser la perspective.

L’effort de guerre et l’implication des linguistes américains (1941-1944)

9Comme il a été mentionné en introduction, l’historiographie sur l’implication des linguistes américains dans l’effort de guerre est très fournie. Les acteurs de la période ont livré de nombreux témoignages, sous forme autobiographique ou sous forme d’essais, tels ceux de Moulton (1961) et Joos (1986 [1976]) très souvent utilisés comme sources par les travaux historiques (voir aussi Hall 1991, Hill 1991). L’effort de guerre, c’est la mise en place de l’Intensive Language Program (ILP) en 1941, à la suite de l’attaque de Pearl Harbour, quand les Américains prennent conscience de l’importance stratégique des langues étrangères. L’ILP est créé à Washington par l’American Council of Learned Societies (ACLS) – le conseil des sociétés savantes – présidé par Mortimer Graves. Il est financé par la Rockefeller Foundation (100 000 dollars) qui jouera un rôle de soutien à la linguistique pendant cette période de temps de guerre à plusieurs niveaux. Dès 1942, le programme déploie une activité importante au sein des universités, avec 56 cours, 26 langues, 18 universités et 700 étudiants (Cowan, Graves, 1942). L’ILP est l’organisme civil, sa contrepartie militaire est l’Army Language Section (ALS), chargée d’organiser les cours pour les militaires dans le cadre de l’Army Specialized Training Program (ASTP) mis en place en avril 1943. Fin 1943, le programme comptait 15 000 soldats formés dans 27 langues différentes au sein de 55 collèges et universités. Les deux programmes, l’ILP comme l’ASTP, sont arrêtés en 1944 pour être intégrés partiellement à la formation des diplomates au sein du Foreign Service Institute of the State Department, et aboutir à la création de départements de langues vivantes étrangères dans les universités.

  • 8 Certains voient (Newmeyer 1986) dans le caractère scientifique des méthodes distributionnelles déve (...)
  • 9 Comme le rappelle Joos (1986), ce sont les jeunes élèves de Boas, ayant étudié les langues amérindi (...)
  • 10 « Since the student was to mimic the native speaker in class, and to memorize the materials outside (...)

10Les linguistes sont impliqués d’emblée dans l’ILP, puisque c’est le secrétaire de la Linguistic Society of America, John Milton Cowan, qui en est nommé directeur. Quant à l’ALS, c’est un corps de réserve au sein de l’armée, constitué de linguistes impliqués dans l’enseignement des langues et dirigé par un linguiste officier, le Major Henry Lee Smith. Les militaires tiennent les linguistes comme les plus aptes à fabriquer le matériel pédagogique pour l’enseignement des langues8. Ceux-ci s’attellent à la fabrication de manuels de poche pour les militaires en route pour les pays étrangers, ainsi qu’à celle de manuels d’enseignement de l’anglais pour les prisonniers de guerre, notamment pour les Italiens emprisonnés sur le sol américain, à Staten Island. Les méthodes d’enseignement des langues sont inspirées de celles utilisées par les anthropologues linguistes pour décrire les langues amérindiennes9. Privilégiant l’oral sur l’écrit, ces méthodes, dites audio orales, reposent sur l’imitation d’un locuteur natif, des exercices de répétition, et des exercices structuraux (drills)10. Il est à noter que les exercices issus de la linguistique structurale – le terme Structural Linguistics apparaît en 1947 – ne font pas l’unanimité auprès des enseignants lors du développement de ces méthodes dans les cursus scolaires dans les années d’après-guerre. Les rapports entre linguistique et enseignement des langues font alors l’objet de débats passionnés au sein de ce qui est en train de devenir la linguistique appliquée (Pulgram, 1954).

11La linguistique est véritablement au cœur des activités de l’ILP. Comme le rappelle Hall (1991), l’innovation la plus importante de l’ILP est de diviser la tâche de l’enseignant des langues en deux : servir de modèle de la langue cible, de locuteur natif, devant être imité par l’apprenant, et analyser les structures linguistiques. L’ILP aurait ainsi permis le développement de la linguistique descriptive et structurale, et surtout de poursuivre son institutionnalisation. Selon Murray (1980, 74-75), c’est grâce à la démonstration que les néo-bloomfieldiens ont faite pendant la guerre de leur capacité d’application à l’enseignement des langues, qu’ils ont pu profiter de la dynamique ainsi instaurée pour revendiquer la création de départements de linguistique autonomes, consacrés à l’étude du langage et non plus de la littérature ou de langues particulières.

Effort de guerre et cryptographie

  • 11 Voir Penzl (1991).

12L’implication des linguistes dans l’effort de guerre reste essentiellement celle de civils. Il y a peu de linguistes enrôlés dans l’active, à l’exception notoire du directeur de l’ALS, le Major Henry Lee Smith, de telle sorte que Cowan, secrétaire de la LSA et responsable de l’ILP, peut dire qu’il n’a perdu aucun linguiste dans la guerre (Cowan, 1991). Certains sont impliqués dans l’interrogatoire des prisonniers, et beaucoup des manuels de langues sont classifiés secret défense parce qu’ils intègrent des techniques d’interrogatoire11.

  • 12 Une recherche plus approfondie à partir des archives de guerre serait ici nécessaire.
  • 13 À l’exception de Joos (1986) et de Cowan (1991), il y a peu de témoignages directs sur les activité (...)
  • 14 Cowan (First Person Singular I, 81) cite les noms de Martin Joos, Archibald Hill, Winfred Lehmann, (...)

13Le domaine où les linguistes sont réellement impliqués dans les activités militaires est la cryptographie12. Comme c’était une activité du ressort des services secrets, les témoins sont restés discrets, et il faut lire entre les lignes pour se faire une idée de leur engagement13. Ce qu’on peut avancer, c’est que même si une dizaine de linguistes (peut-être plus) sont engagés dans la cryptanalyse, au sein de la Signal Security Agency (le Signal Corps)14, la plupart s’occupent en fait du déchiffrage et de la traduction des messages codés dans des langues rares (finnois, turc, hongrois, langues orientales, persan, thaï, lithuanien, malais). Là encore, ce qui est requis des linguistes, c’est leur compétence traditionnelle de spécialistes de langues rares. Paradoxalement, l’enseignement des langues fait davantage appel aux méthodes spécifiquement développées en linguistique (méthodes audio orales et distributionnelles) que la cryptographie. En tout état de cause, dans ces domaines de l’effort de guerre, il n’y avait pas d’interaction avec les sciences de la guerre.

Phonétique acoustique et cryptographie. Le rôle de Martin Joos (1907-1978)

14Le cas de Martin Joos mérite d’être signalé. Il est le seul linguiste à mener des activités d’ingénierie des systèmes de décodage. En particulier, il utilise et participe au développement du spectrographe en vue de l’amélioration des systèmes de communication secrète. C’est le seul linguiste véritablement impliqué dans les sciences de la guerre, et on le retrouve dans les trois volets de la linguistique en temps de guerre, c’est-à-dire l’effort de guerre, le développement de la phonétique acoustique, et la traduction automatique.

  • 15 Selon Householder (1980, 198), Joos était très sollicité dans les départements de linguistique, au (...)

15Sa double formation, en ingénierie électrique15 et en linguistique (il est de surcroît bilingue anglais allemand) le conduit à s’intéresser très tôt à la phonétique et aux questions de transcription, ce dont témoignent ses premières publications dans Le Maître phonétique dans les années 1930. Il s’intéresse aussi aux statistiques de vocabulaire avec la publication d’un compte rendu de l’ouvrage de Zipf dans Language en 1936, et de nombreuses études stylistiques fondées sur des fréquences de vocabulaire (Joyce, Goethe). Ces deux intérêts se retrouvent conjoints dans son travail de thèse, une étude des patrons statistiques en phonologie (paru dans Language en 1942 « Statistical Patterns in Gothic Phonology »).

  • 16 Selon son propre témoignage (Joos, 1986 [1976]) et la nécrologie rédigée par A. A. Hill (1979). Pou (...)
  • 17 Lors du troisième colloque international de phonétique de 1938 à Gand, Jakobson mentionne l’utilisa (...)

16À partir de 1941, il est enrôlé dans l’Intensive Language Program pour élaborer des manuels de néerlandais, puis il est sollicité pour faire partie des services de cryptologie de la Signal Security Agency basée à Arlington Hall en Virginie, où il travaille pendant deux ans (1942-1943)16. Cela lui vaut d’ailleurs de recevoir de la part du War Department la plus haute distinction accordée à un civil, celle de Citation for Distinguished Service. Il est chargé des problèmes d’encryptage et de décryptage de la voix à l’aide du spectrographe qu’il contribue à améliorer. L’analyse du spectre de la parole et son utilisation pour la phonétique expérimentale remonte à 1860 avec le spectrographe à flammes mis au point par Koenig, suivi des premiers spectrographes électriques au début du xxe siècle (Boë, Vilain, 2011). Dans les années 1930, il existait en Europe quelques prototypes utilisés en phonétique expérimentale, notamment à Prague17. Mais c’est pendant la guerre que les spectrographes ont connu un développement technologique spectaculaire lorsque les laboratoires Bell les ont adaptés à une utilisation cryptographique pour l’interception et l’encodage de messages téléphoniques brouillés. Il est probable qu’à cette occasion Joos ait rencontré Claude Shannon, auteur de la théorie mathématique de la communication (sur ce point, voir Fehr, 2002) de même qu’Alan Turing en visite aux États-Unis en 1942-1943. Tous les trois, en effet, ont travaillé au décryptage de la voix à l’aide du spectrographe dans les laboratoires Bell en 1942-1943.

17Après la guerre, Joos a été le premier linguiste à utiliser ce nouveau spectrographe contribuant ainsi à l’essor de la phonétique acoustique au tournant des années 1948-1950 (Joos, 1948). C’est aussi le seul linguiste véritablement impliqué dans les sciences de la guerre.

La théorie des traits distinctifs de Jakobson : convergences entre mathématiques, ingénierie et linguistique

Les sources de la théorie des traits distinctifs

18La théorie des traits distinctifs (DFT) met en jeu l’interaction entre ingénierie et sciences. Sont concernés le spectrographe, la physique, la phonétique acoustique, les mathématiques, la théorie de l’information et la linguistique. Elle est développée au tout début des années 1950 au MIT, un des hauts lieux des sciences de la guerre. Bien que Jakobson s’y réfère peu, les travaux de Joos peuvent sans conteste faire figure de pionniers, pour ce qui concerne du moins la phonétique acoustique.

  • 18 L’idée de phonème est fondée sur celle de paires minimales avec différence significative de sens ; (...)
  • 19 Pour les traits de localisation : vocalique/consonantique, compact/diffus, tendu/lâche, voisé/non v (...)

19Élaborée suite à l’association d’un linguiste, Roman Jakobson, d’un physicien acousticien, Gunnar Fant, d’un théoricien de l’information, Colin Cherry, et d’un élève de Jakobson, Morris Halle, ingénieur en génie électrique et linguiste (Jakobson et al., 1952 ; Cherry et al., 1953), la DFT repose sur l’idée que les unités linguistiques ultimes et minimales ne sont pas les phonèmes, comme le prônaient les linguistes structuralistes saussuriens et bloomfieldiens, et avant eux Baudoin de Courtenay18. Pour Jakobson, les unités minimales ne sont pas les phonèmes mais des unités inférieures, des traits phonétiques faisant appel à la production de la parole (l’articulation) et à l’acoustique du conduit vocal (la résonance et la tonalité), donc à des caractéristiques phonétiques articulatoires et perceptives19. Les traits sont au nombre de douze, ils sont universels et se combinent en phonèmes pour une langue donnée, sans qu’aucune langue ne comporte l’ensemble des douze traits distinctifs. Comme le note Boë (1997), la DFT transgresse deux principes de la linguistique saussurienne et praguoise : l’arbitraire du signe qui ne doit pas être fondé sur la réalité phonique, et la valeur où les unités ont des propriétés relatives dans le système et non pas absolues, substantielles et universelles.

20La théorie des traits distinctifs ne naît pas ex nihilo. Elle se situe dans la continuité de la phonologie élaborée par le Cercle de Prague, en particulier par deux de ses fondateurs, Troubetzskoy et Jakobson lui-même. Sans entrer dans le détail de cette élaboration, disons seulement que la phonologie praguoise se définissait comme une phonologie fonctionnelle utilisant des traits phonétiques. Certains de ses aspects tiennent à l’implication de Jakobson qui, au départ, lorsqu’il fonde le Cercle de Moscou en 1911, est un spécialiste de poétique. C’est pourquoi la phonétique, le dialogue comme forme première de communication, et la mise en contexte, chers à la tradition russe, occupent dans son œuvre, et dans la DFT, une place essentielle. Autrement dit, la tradition russe de la primauté du dialogue, de la conception du langage comme langage parlé en interaction (speech communication), l’importance donnée tant à la perception qu’à la production de la parole, sont parties constituantes de l’horizon de rétrospection de la DFT.

La DFT : convergences entre sciences du langage et physique acoustique

21L’association avec le physicien acousticien Gunnar Fant va permettre à Jakobson d’établir les traits distinctifs sur des critères à la fois acoustiques et perceptifs, et de fonder une phonologie sur un continuum avec la phonétique. Gunnar Fant est un acousticien suédois, diplômé en ingénierie électrique et dont le travail de thèse porte sur les relations entre la réduction de la bande sonore et l’intelligibilité. Lui aussi a travaillé sur les spectrographes. Les travaux de Fant suscitent l’intérêt de Jakobson qui y voit une façon de trouver des traits distinctifs communs aux consonnes et aux voyelles, en les arrimant à la substance sonore à partir de critères acoustiques et perceptifs. On peut repérer plusieurs points de convergence entre l’idée de fonder une phonologie sur des traits phonétiques, héritée de Prague, et la phonétique acoustique qui a pris un essor significatif dans le sillage des avancées technologiques du spectrographe. Celui-ci permet de prendre en compte la perception et pas seulement l’articulation, comme le fait traditionnellement la phonétique, puisqu’il fournit des spectrogrammes (ou spectre acoustique), une représentation graphique des sons de la parole (fréquence, intensité, durée) permettant de déterminer les formants, la forme visible du son. Pour Jakobson, les traits distinctifs doivent être fondés de façon externe sur le signal acoustique (la substance) et aussi, sur les activités articulatoires du locuteur et perceptives de l’auditeur, puisque, dit Jakobson (1956, 34), nous parlons pour être entendus et devons être entendus pour être compris.

Convergences réciproques et transferts : la DFT et la théorie de l’information

  • 20 Sur la notion de mathématique du continu pour le langage, voir Girault et Victorri (2009).

22La seconde collaboration de Jakobson, qui a conduit à la mise au point de la DFT, est celle qu’il entreprend avec Colin Cherry, mathématicien britannique, spécialiste de la théorie de l’information (Cherry, Halle, Jakobson, 1953). La théorie mathématique de la communication conçue par Shannon en 1948 au sein des laboratoires Bell et du MIT, et diffusée grâce à l’ouvrage de Shannon et Weaver 1949, est une science de la guerre. D’abord élaborée pour les télécommunications, elle consiste à optimiser la transmission de l’information par des canaux limités en éliminant les effets de bruit. Elle comporte un volet statistique, la théorie de l’information, ayant pour objectif de fournir l’expression mathématique d’une quantité d’information contenue dans un message donné ainsi que des prédictions et des redondances correspondantes dans le code sous-tendant le message. La théorie de l’information fournit à Jakobson la possibilité d’édifier une mathématisation du continu20, de formaliser le passage du continu (le signal de la parole observable en production et en perception) au discret (les unités phonologiques du message).

  • 21 Préfigurés par les travaux de Markov, cités par Shannon.

23La théorie de l’information présente certaines convergences avec le traitement du langage et avec la DFT. Elle permet de mesurer les dépendances statistiques de séries ordonnées d’unités, comme les mots dans un texte21 ; elle comporte un volet de phonétique acoustique traitant les processus stochastiques que sont les signaux acoustiques dans la communication téléphonique.

24La DFT présente à son tour des convergences avec la théorie de l’information, en particulier celle entre opposition et binarité. L’unité de la théorie de l’information est une unité binaire de transmission du signal en 0/1 (appelée binary digit ou bit). Cette binarité va être adoptée par Jakobson afin de radicaliser le principe d’opposition héritée de la dichotomie langue/parole de Saussure. Il l’applique aux traits distinctifs, alors que dans la version Jakobson-Troubetzkoy, élaborée dans le cadre du Cercle de Prague, certains traits avaient un caractère multidimensionnel. Jakobson va d’ailleurs tenir la binarité pour un véritable principe inhérent à la structure du langage et la généralisera à l’ensemble des unités linguistiques.

25Ce qui est également commun aux deux théories, c’est la centralité de la communication. C’est d’ailleurs l’aspect le plus connu et le plus commenté dans la bibliographie secondaire sur Jakobson. Les auteurs empruntent à la théorie de la communication son modèle de chaîne en trois (ou cinq) composants : l’émetteur (source de l’information + encodeur) + canal + récepteur (décodeur + bassin d’information) qui fait écho à la primauté du dialogue défendue par Jakobson et la nécessité de prendre en compte la production de la parole et sa perception.

  • 22 Il faut noter toutefois que Saussure utilisait déjà le terme de « code » (Fehr, 2003).

26En outre, la DFT va faire un certain nombre d’emprunts à la théorie de l’information. Les auteurs déclarent adopter les concepts de code et de message, beaucoup plus clairs et opérationnels, disent-ils, que la dichotomie langue/parole22. Ils empruntent la notion de redondance, qui va permettre d’établir un speech code, un encodage des contrastes phonologiques en traits distinctifs binaires avec un minimum de redondance. À cet effet, ils utilisent les méthodes probabilistes de la théorie de l’information permettant d’éliminer les traits hautement probables et de diminuer la redondance. On parlera ici plutôt d’emprunt que de convergence réciproque, en dépit de l’insistance de Jakobson à présenter les linguistes comme les véritables découvreurs de la notion de redondance en rhétorique. La théorie de la communication aurait emprunté et redéfini cette notion comme « un moins l’entropie relative », et la linguistique l’aurait retrouvée avec l’idée de séparer traits redondants et traits distinctifs. Il en va de même pour un certain nombre de concepts appartenant à la cybernétique, que Jakobson cite mais n’a jamais utilisé (Van de Walle, 2008). Il faut noter que cette surestimation de la convergence entre linguistique et théorie de l’information a été forgée « après-coup » par Jakobson, plus d’une dizaine d’années après l’élaboration de la DFT (Jakobson, 1963 [1961]).

  • 23 On doit le terme de « military-industrial-academic complex » au Senator J. William Fulbright qui le (...)

27Pour conclure sur la DFT, il convient de faire plusieurs remarques. Contrairement aux apparences, son élaboration n’est que très partiellement américaine ; c’est au sein d’institutions américaines, centrales pour les sciences de la guerre comme le MIT et Harvard, qu’a été élaborée la DFT, mais les acteurs, eux, sont européens. Ce sont des émigrés faisant partie de la vague d’intellectuels d’Europe centrale fuyant le nazisme, comme Jakobson lui-même qui a immigré aux États-Unis en 1941 ou Morris Halle, né en 1923 en Lettonie et arrivé aux États-Unis en 1940. Ou bien ce sont des chercheurs en visite aux États-Unis au début des années 1950 comme le Suédois Gunnar Fant et le Britannique Colin Cherry. Il est certain que cette théorie a bénéficié du complexe militaro-industrialo-universitaire23 mis en place pendant la guerre, mais les chercheurs, de même que l’horizon de rétrospection de la DFT, sont européens.

28La DFT peut être considérée comme un succès de convergence entre sciences de la guerre et sciences du langage. Au bout des quelque soixante ans qui nous séparent de son élaboration, la DFT est toujours considérée comme une étape importante pour les sciences du langage. Elle a été adoptée par la plupart des linguistes dans les années 1960, bien que certains aspects en aient été discutés et critiqués comme la binarité des traits. C’est Halle, l’élève de Jakobson coauteur de tous les articles de la période, qui va donner à la DFT son tour le plus élaboré dans les années qui suivent en s’associant à Chomsky pour développer la phonologie générative (Sound Pattern of English, 1968). Celle-ci peut être considérée comme participant à son horizon de projection. Certains aspects présents dans la DFT ont trouvé dans la phonologie générative un certain aboutissement, comme l’idée d’universalité en linguistique amorcée par les douze traits distinctifs universaux, et celle d’une démarche explicative en phonologie, esquissée par la généralisation du principe binaire, autant de facettes absentes des approches structuraliste et distributionnaliste antérieures.

29Enfin, il faut préciser que la DFT tout en faisant appel à une technologie de guerre, le spectrographe, qui lui donne une dimension expérimentale, reste une approche théorique et non une technologie.

La traduction automatique
et la seconde mathématisation du langage

30Le cas de la traduction automatique (ci-dessous TA) pose d’autres questions pour l’historien. On pourrait même considérer qu’elle se situe à l’opposé de la DFT, à la fois par son inscription dans les sciences du langage, et par son échec apparent.

  • 24 Financement de TA (rapport de l’ALPAC, 1966, p. 111) :

31La TA a été créée au cœur des sciences de la guerre. Elle n’est pas issue des travaux des linguistes et ceux-ci n’y ont été impliqués que dans un second temps. Des moyens humains et financiers considérables (20 millions de dollars, dont un peu plus de la moitié fournis par le département de la défense) ont été associés au projet, et face à l’attente et la demande énorme que les premières expériences ont suscitées, les résultats pratiques ont été si médiocres qu’ils ont conduit à l’arrêt des travaux24. L’expérience n’aura duré que dix-sept ans, de 1949 à 1966. Les acteurs actuels du traitement automatique des langues (TAL) qui, à juste titre, considèrent la TA comme la première tentative du domaine – la TA fait d’ailleurs toujours partie du TAL –, ne se réfèrent à ce court épisode, et en particulier au rapport qui a signé son arrêt de mort, que comme à une expérience infamante et déligitimante. L’historiographie du domaine est d’ailleurs dominée par les travaux des acteurs eux-mêmes, qui se sont sentis contraints de faire leur propre histoire dans un souci constant d’autolégitimation, et ceci dès l’apparition du nouveau champ. Ainsi, le premier recueil de TA se dote dès 1955 d’une introduction « historique », consistant en fait en un mini-bilan rétrospectif à visée d’autocélébration (Locke, Booth, 1955). Ce n’est que plus tard que les premiers travaux historiques apparaissent, toujours émanant d’ailleurs d’un acteur du domaine (Hutchins, 1986).

La traduction automatique comme technologie de guerre froide

32Alors, pourquoi envisager cet épisode peu brillant comme faisant partie de l’histoire des sciences du langage ? Martin-Nielsen (2010) ne consacre d’ailleurs qu’une page (141-142) à la traduction automatique. Celle-ci y est qualifiée d’arme de guerre (weapon) sans que la relation à l’histoire de la linguistique soit réellement établie. En fait, on peut soutenir que la TA a déterminé un tournant pour les sciences du langage, celui de la seconde mathématisation ou « automatisation-mathématisation » du langage, constituant une étape importante dans l’évolution de la linguistique du xxe siècle. On peut avancer que, sans ce tournant, l’émergence du programme chomskyen dans les années 1956-1957 n’aurait pas pu avoir lieu. Enfin, cette phase d’automatisation-mathématisation, du fait de son imposition externe et brutale et de ses relations avec les sciences de la guerre, a affecté tous les linguistes sur le plan international.

33Dans le cas de la DFT, enjeu d’une collaboration, dans le cadre du MIT, entre Européens issus de disciplines différentes, c’est le trait « interaction entre sciences du langage, sciences et ingénierie » des sciences de la guerre qui est à l’œuvre et dont a bénéficié la phonologie. Dans le cas de la TA, les sciences de la guerre concernées sont la théorie de l’information, les statistiques et les probabilités, la cryptographie, auxquelles il faut ajouter la logique et l’algorithmique. La linguistique, qui ne peut être comptée au sein des sciences de la guerre, ne participe pas à l’horizon de rétrospection de la TA. Par ailleurs, contrairement à la DFT, la TA n’est pas une théorie linguistique, c’est une technologie, plus précisément une technologie de guerre froide à haute valeur stratégique destinée à fournir des traductions en série. Elle a été développée au départ par les États-Unis, puis par les trois autres pays, Grande-Bretagne, URSS et France, tenus pour les « vainqueurs » de la Seconde Guerre mondiale, possédant l’arme atomique et impliqués au premier chef dans la guerre froide.

34Ainsi, les caractéristiques des sciences de la guerre qui sont à l’œuvre dans la TA, outre l’interaction entre sciences et ingénierie, sont la démarche opérationnelle et l’étatisation de la recherche. Le projet d’automatiser un travail jusqu’alors spécifiquement humain, la définition d’un objectif unique (la production en série de traductions scientifiques et techniques), la mise en œuvre de moyens humains et techniques colossaux pour réaliser l’objectif en privilégiant les solutions formelles par rapport aux solutions humaines sont des caractéristiques qui vont contribuer à constituer un horizon de rétrospection pour la TA et de nouveaux horizons de rétrospection et horizon de projection pour les linguistes.

35Le nouvel horizon constitué par cette technologie de guerre froide va s’imposer à l’ensemble des linguistes au niveau international. Toutefois son intégration ne va pas être homogène, elle va s’effectuer selon des modes divers en fonction des traditions linguistiques, intellectuelles et culturelles encore solidement enracinées en ces débuts des années 1950.

Construction d’un horizon de rétrospection pour la TA comme technologie de guerre

Une histoire courte jalonnée par des évaluations

36La linguistique ne figure pas dans l’horizon de rétrospection des pionniers de la TA. L’idée de traduction automatique est dans l’air dès 1943 au sein du groupe des cryptanalystes de la Security Signal Agency, comme en témoigne le compte rendu de Martin Joos (1956) du premier ouvrage sur la TA paru en 1955 (Locke, Booth, 1955). Selon Joos, des discussions très fréquentes et nourries opposaient deux groupes, ceux qui mettaient au point les programmes sur ordinateur pour analyser des « mysterious texts » (allusion probable à la cryptoanalyse) et ceux qui traduisaient des textes d’une langue à une autre, tâche plus routinière et connue. Ces deux groupes se lançaient mutuellement des défis. Alors que les traducteurs préconisaient leur méthode, plus subtile, fondée sur l’intuition, et donc partiellement inconsciente, les cryptanalystes mettaient les traducteurs au défi de rendre intelligible le processus de traduction humaine de façon à le mécaniser. Le prestige, précise Joos, était nettement du côté des mathématiques et des machines : « those transactions took place in the matrix of today’s dominant culture » – phrase prémonitoire du tournant de l’automatisation-mathématisation du langage, aux mains des mathématiciens, logiciens, informaticiens, et théoriciens de l’information, et non aux mains des linguistes traducteurs. Et si dès 1949, la TA est mentionnée dans l’ouvrage de Shannon et Weaver The Mathematical Theory of Communication, ce n’est pas en tant qu’application de la linguistique, c’est en tant qu’application de la théorie de l’information. Warren Weaver, qui a donné le coup d’envoi à la TA en 1949, avec son Memorandum, n’était pas un linguiste.

37En fait deux personnalités et trois rapports ont impulsé et jalonné les débuts de la traduction automatique et déterminé son rôle capital dans le tournant de l’automatisation des sciences du langage. On peut établir une périodisation en trois temps, un début, un milieu et une fin, pour les dix-sept ans concernés (1949-1966). Pour les personnalités, il s’agit de Warren Weaver et de Yehoshua Bar-Hillel, enfin pour les rapports, du Memorandum de Weaver ([1955] 1949), du rapport Bar-Hillel (1960) et du rapport de l’ALPAC (1966).

38Afin de fixer les différentes étapes de ce processus, on peut suggérer la périodisation suivante :

  • 1943 : premières discussions à Arlington Hall, siège du chiffre

  • 1949 : Memorandum de Warren Weaver

  • 1951-1953 : Yehoshua Bar-Hillel est nommé chercheur à plein-temps au MIT

  • 1952 : premières expériences dans les centres de TA : MIT, universités, Rand Corporation

  • 1958 : Yehoshua Bar-Hillel est commandité par la National Science Foundation pour évaluer les premiers centres de TA

  • 1960 : publication du rapport Bar-Hillel

  • 1964 : constitution du Comité Automatic Language Processing Advisory Committee (ALPAC) chargé d’évaluer la TA

  • 1966 : publication du rapport de l’ALPAC qui met fin aux expériences aux États-Unis mais aussi ailleurs dans le monde.

39Une telle périodisation montre que la période « active » de la TA est très courte : 1952-1966 et qu’elle est jalonnée par des commandes d’évaluations tous les six ans (1952, 1958, 1964). Ce type de pilotage de la science est totalement inédit. Et lorsque l’ALPAC rend son verdict en 1966, les financements sont arrêtés mettant fin aux expériences. Un examen plus approfondi du rôle des deux principaux protagonistes permet de mettre au jour l’impact des sciences de la guerre et de la culture de guerre sur la constitution de l’horizon de rétrospection de la TA et sur les conditions d’apparition du tournant de l’automatisation des sciences du langage.

Warren Weaver et l’instauration de la TA au cœur des sciences et de la culture de guerre

40La figure de Warren Weaver (1894-1978) joue un rôle central. Mathématicien, il dirige, pendant la Seconde Guerre mondiale au MIT, la section D2 « fire control » du tout-puissant Office of Scientific Research and Development, qui est au cœur du dispositif militaro-scientifique américain. Après la guerre, Weaver retourne à sa fonction de directeur de la division des sciences naturelles de la Rockefeller Foundation où il promeut des programmes de recherche en biologie expérimentale et moléculaire à la fois aux États-Unis et en Europe. À partir de 1945, il fait aussi partie de nombre d’institutions gouvernementales d’organisation et de financement de la recherche, civiles comme la National Science Foundation (NSF) et l’American Association for the Advancement of Science, ou militaire comme la Naval Research Advisor Committee. De plus, il est un des membres fondateurs de la Rand Corporation, premier think tank américain, créé par l’US Air Force en 1946 et composée de logiciens, de mathématiciens et d’économistes.

41Dans la compétition scientifique et militaire avec les Soviétiques des débuts de la guerre froide, la traduction des textes scientifiques russes en anglais occupe pour les Américains une place cruciale. La TA correspond, pour Weaver, au type d’objectif défini par la RAND, dans le sillage de la « culture de guerre » (Dahan et Pestre, 2004) : interpénétration des sciences fondamentales et de l’ingénierie caractéristique comme on l’a vu des sciences de la guerre, et démarche opérationnelle. En diffusant son Memorandum « Machine Translation » en 1949, Weaver impulse des recherches en TA au sein de la Rand Corporation et dans trois universités américaines, dont le MIT et son Research Laboratory of Electronics où Bar-Hillel va être embauché en 1951. L’historien des sciences, Stuart Leslie (1993) qualifie de « triangle d’or » le trio formé par les agences militaires, les industries de haute technologie et les universités de recherche au lendemain de la seconde guerre mondiale, indiquant les budgets colossaux attribués aux recherches par l’État, au travers des agences militaires. Tout au long des années 1950, précise-t-il, le Department of Defense participe pour plus de 80 % de la totalité du budget fédéral de recherches et développement. Le MIT en est le principal bénéficiaire.

Une linguistique pour ingénieur

42Dans le cadre de la culture scientifique de guerre, la linguistique n’a pas de place. Pour Weaver, la TA est un simple problème de codage et décodage, comme pour les cryptanalystes non linguistes, qui, les premiers, en ont eu l’idée. Or, les problèmes linguistiques que pose l’automatisation de la traduction sont considérables. C’est une tâche extrêmement complexe, qui encore à l’heure actuelle, est imparfaite et seulement partiellement automatisée. Mais, pour Weaver, même s’il convient qu’elle n’est pas capable de traduire des textes littéraires, la TA doit pouvoir fournir des traductions en série de textes scientifiques et techniques, beaucoup plus simples et moins ambigus. Les questions linguistiques sont d’emblée considérées par les pionniers du domaine comme non prioritaires au regard des problèmes liés à l’architecture et à la limitation de la puissance des machines, limitation de mémoire, de vitesse et de stockage. Pour résoudre les questions linguistiques, les ingénieurs vont créer une linguistique ad hoc pour la machine (machine translation linguistics), en créant des objets linguistiquement artificiels et en déniant aux descriptions fournies par les linguistes toute légitimité dans l’automatisation de la traduction (Léon, 1999).

Bar-Hillel et l’inscription de la TA dans la première mathématisation du langage

  • 25 Traduction entièrement automatisée de très bonne qualité.

43Yehoshua Bar-Hillel (1915-1975) est un logicien et philosophe des sciences israélien, venu aux États-Unis en 1950 pour travailler à Chicago avec Carnap dont il est un fervent disciple. Il a d’ailleurs fait sa thèse sur la syntaxe logique de Carnap. De 1951 à 1953, il est engagé au MIT comme premier chercheur à plein-temps en TA. Dès 1952, lors du premier colloque (Locke, Booth, 1955), il émet des doutes sur une traduction entièrement automatisée, la Fully Automatic High Quality Translation25, préconisée par plusieurs groupes engagés dans la TA. Pour Bar-Hillel, c’est une illusion et un objectif déraisonnable même pour les textes scientifiques et techniques.

  • 26 Celle-ci consistant dans la traduction par la machine de quelques phrases mettant en jeu un diction (...)

44Par ailleurs, malgré le succès médiatique de la première démonstration sur ordinateur de 1954 à New York26, suivie de la création de nouveaux groupes de TA, notamment des premiers centres en Grande-Bretagne et en URSS, les bailleurs de fonds, Department of Defense, NSF et CIA, commencent à douter de l’efficacité de cette nouvelle technologie, dont les résultats s’avèrent très médiocres. Bar-Hillel est ainsi chargé en 1958 par la NSF d’établir un rapport sur la TA. Il enquête sur la vingtaine d’équipes existant dans le monde : dix centres aux États-Unis, sept en URSS, deux en Grande-Bretagne et un en Italie. Dans son rapport publié en 1960, Bar-Hillel conclut que, en dépit des investissements considérables, très peu de problèmes linguistiques sont résolus. Pour lui, le seul objectif « raisonnable » pour la commercialisation d’une traduction scientifique de bonne qualité, c’est la traduction humaine assistée par ordinateur et non entièrement automatisée.

45Après le rapport Bar-Hillel, le relais est pris par la mise en place du comité ALPAC en 1964 dont le rapport, publié en 1966, aura des conséquences majeures certes sur le devenir de la TA, mais aussi sur le statut et la réorganisation de la linguistique aux États-Unis. L’ALPAC, en provoquant l’arrêt des financements des groupes de TA aux États-Unis et dans le monde en général, clôt cette période de dix-sept ans des débuts de la TA. Il joue aussi un rôle décisif en érigeant la linguistique computationnelle, rescapée du traitement automatique du langage initié avec la TA, au statut de « nouvelle linguistique ».

46En fait, la linguistique computationnelle, fondée sur l’interaction entre langages formels à base logico-mathématique, analyse syntaxique et programmation marque le tournant de l’automatisation des sciences du langage, et sa seconde mathématisation. La première, dans les années 1930, s’articulait autour des travaux des logiciens à l’entrecroisement des langages formels, logique mathématique, et analyse syntaxique. Avec la TA et la linguistique computationnelle, les algorithmes, jusqu’alors des abstractions, deviennent opérationnels grâce à leur programmation sur ordinateur. Le noyau dur et scientifique de la linguistique computationnelle, c’est l’analyse syntaxique automatique. Bar-Hillel joue là encore un rôle essentiel. Dès 1952, il préconise le développement d’une syntaxe opérationnelle pour la TA à base logico-mathématique, à partir des travaux du logicien Ajdukiewicz et des grammaires transformationnelles de Zellig S. Harris, dans le sillage des travaux de Carnap en syntaxe logique (Bar-Hillel, 1960).

  • 27 Voir Léon (sous presse) sur l’émergence d’une grammaire générative dans les travaux de Harris, à pa (...)

47Il faut noter que c’est dans cet environnement, le groupe de TA au MIT où il fut recruté en 1955 en tant qu’élève de Harris27, et les travaux en analyse syntaxique automatique de Bar-Hillel, que Chomsky a commencé à travailler sur son programme de grammaire générative et transformationnelle. Le rapport de l’ALPAC s’appuie d’ailleurs sur le programme chomskyen pour promouvoir la linguistique computationnelle.

Un nouvel horizon de rétrospection et son intégration dans les sciences du langage

48La TA n’est pas créée ex nihilo, elle a son propre horizon de rétrospection. C’est celui de son maître d’œuvre, Warren Weaver, homme clé des sciences de la guerre, et c’est aussi celui de Bar-Hillel, instaurateur de l’analyse syntaxique automatique. Pour Weaver, ce sont la théorie de l’information, la logique, les statistiques, les probabilités, le calcul numérique et la cryptographie qui vont servir d’horizon de rétrospection à la TA en tant que première application non-numérique des calculateurs électroniques et comme objectif rationnel. Bar-Hillel ancre la TA dans la première mathématisation du langage, la logique mathématique des années 1930 et l’analyse syntaxique.

49La question reste de savoir comment les sciences du langage vont intégrer ce nouvel horizon de rétrospection pour effectuer le tournant de l’automatisation. Cela ne veut pas dire que toutes les sciences du langage vont se situer dans ce courant, mais aucun linguiste dans les années 1950-1960 n’a pu ignorer ce tournant. Pour les pays qui ne sont pas les moteurs de la guerre froide, comme l’Allemagne par exemple, cette intégration va se faire plus tardivement, dans les années 1960 et directement par la linguistique computationnelle. En revanche, pour les quatre pays engagés dans la guerre froide, États-Unis, Grande-Bretagne, URSS et France, et ayant entrepris les premiers des expérimentations en TA, le nouvel horizon de rétrospection va s’intégrer aux sciences du langage de diverses façons, en s’enracinant dans les traditions linguistiques et intellectuelles selon divers modes. Plusieurs facteurs sont en jeu pour déterminer les modes d’intégration de l’automatisation dans les sciences du langage :

  1. l’ancrage plus ou moins important dans la Première mathématisation. Considérable pour les États-Unis et la Grande-Bretagne, il est quasi inexistant pour la France où des opérateurs, hommes et institutions, ont dû se mobiliser pour assurer le passage (Léon, 2010). Cette absence d’enracinement explique en partie les premières expérimentations tardives des Français qui n’ont commencé que fin 1959, soit une dizaine d’années après les Américains. Cet ancrage est plus complexe pour l’URSS pour laquelle doivent être prises en compte l’évolution de la notion d’information en mathématiques et en physique, et la position officielle à l’égard de la cybernétique (Mindell et al., 2003).

  2. l’emprise plus ou moins grande des modèles américains d’analyse syntaxique. Pour les Britanniques et les Russes, ce sont au contraire les modèles sémantiques qui seront privilégiés (Léon, 2013).

  3. la façon dont les traditions vont influer sur le choix des méthodes : analyse, synthèse, ou langues intermédiaires.

    • 28 Un des deux pionniers de la TA britannique est un botaniste, spécialiste de la génétique des plante (...)

    l’inscription sur le long terme ou le court terme. Les Britanniques vont puiser dans les projets de langue universelle du xviie siècle, relayés par les thesaurus de la fin du xixe siècle pour élaborer des modèles sémantiques de TA (Léon, 2007)28. Les modèles de langue intermédiaire russes vont s’enraciner dans les modèles comparatistes du xixe siècle, et les langues internationales également du xixe siècle et ravivées par la planification linguistique des années 1930 (Archaimbault, Léon, 1997).

Conclusion

  • 29 On se réfère ici aux trois révolutions technologiques de la grammatisation identifiées par Auroux ( (...)

50L’impact des sciences de la guerre a eu une importance considérable sur le développement des sciences du langage de la seconde moitié du xxe siècle, non seulement par les financements importants associés au complexe militaro-industrialo-universitaire, mais surtout par la mise en place d’un nouvel horizon de rétrospection impulsé par l’automatisation de la traduction. Aussi ne faut-il pas se limiter à une histoire institutionnelle, qui, en se focalisant sur les linguistes et leur implication dans l’effort de guerre, entendu comme enseignement des langues étrangères, ne verrait l’essor de la linguistique dans les années 1950 que comme l’apparition de départements et de cursus autonomes dans les universités. Diverses focales d’analyse sont en fait nécessaires. La première, mettant en œuvre l’histoire des idées, consiste à prendre l’automatisation du langage, et plus largement l’interaction entre ingénierie, sciences et linguistique comme points de départ pour interroger les effets de cette révolution technologique sur les sciences du langage29. En l’occurrence, on a vu qu’une technologie issue des sciences et de la culture de guerre, conçue dans un horizon de rétrospection où ne figuraient pas les sciences du langage a pu et a dû être intégrée par les sciences du langage. Cette imposition externe est sans doute assez singulière, et nécessite de concevoir des modes d’intégration spécifiques pour rendre compte des convergences plus ou moins fortes entre les sciences de la guerre et certains aspects de l’horizon de rétrospection des linguistes pour une tradition donnée. Malgré le choix d’une périodisation courte, se donnant comme limites l’entrée en guerre des États-Unis en 1941 et la création de l’Intensive Language Program, et la publication du rapport de l’ALPAC en 1966, cette recherche de convergences nécessite d’enraciner méthodes et concepts sur le long terme. L’apparition de nouvelles possibilités, l’espoir et l’enthousiasme suscités par la possibilité d’automatiser la traduction, la mise au travail de pionniers issus de différentes disciplines, libérés d’un horizon de rétrospection limité à une discipline et à ses entraves institutionnelles, a fait ressurgir dans l’horizon de rétrospection des objets et des méthodes éloignés dans le temps.

  • 30 J’emprunte ce terme à Wolf Feuerhahn du Centre Alexandre-Koyré.

51La prise en compte de la TA seule aurait conduit à délimiter une périodisation plus courte, du lancement des expériences en 1949 à l’arrêt des financements en 1966, et à insister sur le caractère événementiel de la TA en tant qu’instaurant un nouvel horizon de rétrospection pour les sciences du langage. On peut d’ailleurs se demander si un tel événement, institué par une intervention de l’état, un financement ciblé, une évaluation régulière et fréquente, des scientifiques institués en experts, est susceptible d’instaurer un nouveau régime d’historicité pour les sciences du langage. Ce raccourcissement du régime d’historicité est perceptible chez les premiers acteurs de la TA, lorsque ceux-ci commencent à écrire leur propre histoire quelques années seulement après le début des expériences. Sur ce plan, le statut de « l’historiographie indigène30 » est très variable selon les différents domaines examinés dans cet article, enseignement des langues comme effort de guerre, cryptanalyse et premières expériences de TA. On a respectivement affaire à des témoignages, des récits autobiographiques, des essais, voire des bilans précoces et réguliers certes riches en information mais poursuivant parfois des objectifs à visée d’autolégitimation, étrangers à ceux de l’historien. Pour sa part, la théorie des traits distinctifs constitue un cas à part puisqu’elle a fait et fait toujours l’objet de nombreux travaux historiques et épistémologiques, suivant un destin somme toute plus conforme à celui des théories scientifiques en général.

52Enfin, une telle étude se doit d’adopter une démarche comparative, incontournable pour l’étude de l’automatisation de la traduction entreprise de façon quasi simultanée dans plusieurs pays ayant des traditions scientifiques différentes. De la même façon, une étude du développement de la linguistique et de l’enseignement des langues exige que soient prises en compte de façon comparée les diverses situations, pour éviter des conclusions hâtives sur un supposé retard de l’un ou l’autre pays. Une étude américano-centrée n’aurait pas non plus permis de saisir l’importance de la rencontre d’Européens avec les sciences de la guerre américaines pour forger une nouvelle théorie linguistique. Cette nouvelle phonologie fait en effet entrer en convergence les principes de la physique acoustique et l’horizon de rétrospection de la phonologie praguoise et de la tradition russe du dialogue.

Haut de page

Bibliographie

Archaimbault, S., Léon, J., 1997, « La langue intermédiaire dans la Traduction Automatique en URSS (1954-1960). Filiations et modèles », Histoire Épistémologie Langage, 19-2, p. 105-132.

Auroux, S., 1987, « Histoire des sciences et entropie des systèmes scientifiques. Les horizons de rétrospection », dans Peter Schmitter Hrsg, Zur Theorie und Methode der Geschichtsschreibung der Linguistik, Tübingen, Narr, p. 20-42.

Auroux, S., 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga.

Auroux, S., 1995, « L’histoire des sciences du langage et le paradoxe historiographique », Le Gré des langues, 8, p. 40-63.

Automatic Language Processing Advisory Committee (ALPAC), 1966, Language and Machines. Computers in translation and linguistics, National Academy of Sciences (USA), National Research Council.

Bar-Hillel, Y., 1960, “The present Status of Automatic Translation of Languages”, dans F.C. Alt ed., Advances in Computers, 1, New York/Londres, Academic Press, p. 91-141.

Boë, L.-J., 1997, « Sciences phonétiques et relations forme/substance ; un siècle de ruptures, négociations et réorganisations », Histoire Épistémologie Langage, 19-1, p. 5-41.

Boë, L.-J., Vilain, C.-E., 2011, Un siècle de phonétique expérimentale : fondation et éléments de développement, Lyon, ENS Éditions.

Brown, K., Law, V., 2002, Linguistics in Britain: Personal Histories, Oxford, Boston, Blackwell.

Cherry, C., Halle, M., Jakobson, R., 1953, “Toward the Logical Description of Languages in their Phonemic Aspect”, Language, 29, p. 34-46.

Chevalier, J.-C., 2006, Combats pour la linguistique, de Martinet à Kristeva, Lyon, ENS Éditions.

Chomsky, N., Halle, M., 1968, The Sound pattern of English, New York, Evanston, Ill, Londres, Harper and Row.

Chomsky, N. et al., 1997, The Cold War and the University, New York, The New Press.

Cowan, J.-M., Graves, M., 1942, “Report of the first year’s operation of the Intensive Language Program of the American Council of Learned Societies 1941-1942”, dans Joos M., 1986 [1976], p. 97-113.

Cowan, J. M., 1991, “American Linguistics in peace and at war”, dans Koerner, K. (ed.), First Person Singular II, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, p. 69-82.

Davis, B.H., O’Cain, R.K., 1980, First Person Singular, Amsterdam, John Benjamins B.V.

Dahan, A., Pestre, D. (éd.), 2004, Les sciences pour la guerre (1940-1960), Paris, Éditions de l’EHESS.

Fehr, J., 2000, “Visible Speech and Linguistic Insight”, dans Nowotny, H., Weiss, M. (dir.), Shifting Boundaries of the Real, Making the Invisible Visible, Zürich, Hochschulverlag AG an der ETH Zürich, p. 31 -47.

Fehr, J., 2003, « Interceptions et interférences : la notion de “code” entre cryptologie, télécommunications et les sciences du langage », dans Auroux, S. (éd.), Selected papers from the Eighth International Conference on the History of the Language Sciences, 14-19 September 1999, Fontenay - Saint-Cloud, Amsterdam, John Benjamins, p. 363-372.

Girault, S., Victorri, B., 2009, « Linguistique de corpus et mathématiques du continu » Histoire Épistémologie Langage, 31-1, p. 147-170.

Hall, R. A., 1991, “165 Broadway - a crucial node in American Structural Linguistics”, Historiographia Linguistica XVIII : 1, p. 153-166.

Hill, A. A., 1964, “History of the Linguistic Institute”, Bulletin of the Indiana University Linguistic Institute.

Hill, A. A., 1979, “Obituary Martin Joos (11 mai 1907- 6 mai 1978)”, Language, 55-3, p. 665-669.

Hill, A. A., 1991, “The Linguistic Society of America and North American Linguistics 1950-1968”, Historiographia Linguistica XVIII, p. 149-152.

Howatt, A. P. R., 1984 [2e éd. 2004], History of English Language Teaching, Oxford, Oxford University Press.

Hutchins, W. J., 1986, Machine Translation, past, present, future, Chichester, Ellis Horwood.

Jakobson, R., Fant, G., Halle, M., 1952, Preliminaries to Speech Analysis. The Distinctive Features and their Correlates, MIT Acoustic Laboratory, Technical report 13.

Jakobson, R., Halle, M., 1956, Fundamentals of Language, The Hague, Mouton.

Jakobson, R., 1963 [1961], « Linguistique et théorie de la communication », Essais de Linguistique générale, Paris, Seuil, p. 87-10.

Joos, M., 1948, “Acoustic Phonetics”, Supplement to Language, Language Monograph, 23.

Joos, M., 1956, “Review of Machine translation of languages: Fourteen essays. Ed. by Locke W.N. and Booth A.D.”, Language, 32-2, p. 293-298.

Joos, M., 1986 [1976], Notes on the Development of the Linguistic Society of America, 1924-1950, Ithaca, New York, Linguistica.

Joseph, J. E., 2002, From Whitney to Chomsky. Essays in the History of American Linguistics, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins Publishing Company.

Koerner, K., 1991, First Person Singular II, Amsterdam, Philadelphia, John Benjamins Publishing Company.

Léon, J., 1999, « La mécanisation du dictionnaire dans les premières expériences de traduction automatique (1948-1960) », dans Cram, D., Linn, A., Nowak, E. (éd.), History of Linguistics 1996, vol. II, John Benjamins Publishing Company, p. 331-340.

Léon, J., 2007, “From universal languages to intermediary languages in Machine Translation: the work of the Cambridge Language Research Unit (1955-1970)”, dans Eduardo Guimaraes, E., Pessoa de Barros, D. L. (éd.), History of Linguistics 2002, Amsterdam & Philadelphia, John Benjamins Publishing Company, p. 123-132.

Léon, J., 2010, « Automatisation-mathématisation de la linguistique en France dans les années 1960. Un cas de réception externe », dans Neveu, F., Muni-Toke, V., Durand, J., Kingler, T., Mondada, L., Prévost, S. (éd.), Actes du 2e Congrès Mondial de Linguistique Française, La Nouvelle Orléans, CMLF10, Paris, Institut de la Langue Française, p. 825-838.

Léon, J., 2013, « Traduction automatique et modes d’intégration dans les sciences du langage. Le cas des premiers travaux britanniques et russes », Université de Lausanne, Cahiers de l’ILSL, 37, p. 49-71.

Léon, J., « Histoire de l’automatisation des sciences du langage », Lyon, ENS Éditions (sous presse).

Leslie, S. W., 1993, The Cold War and American Science: the military-industrial academic complex at MIT and Stanford, New York, Columbia University Press.

Linn, A., Candel, D., Leon, J. (éd.), 2011, « Linguistique appliquée et disciplinarisation », Histoire Épistémologie Langage, 33-1.

Locke, W.N., Booth, A.D. (éd.), 1955, Machine Translation of Languages, 14 essays, New York, MIT and John Wiley & son.

Martin-Nielsen, J., 2010, “‘This war for men’s minds’: the birth of a human science in Cold War America”, History of the Human Sciences, p. 131-155.

Mindell, D., Segal, J., Gerovitch, S., 2003, “Cybernetics and Information Theory in the United States, France and the Soviet Union”, dans Walker, M. (éd.), Science and Ideology: A Comparative History, Routledge, London, p. 66-95.

Moulton, W. G., 1961, “Linguistics and Language teaching in the United States 1940-1960”, dans Mohrmann, C., Sommerfelt, A., Whatmough, J. (éd.) Trends in European and American Linguistics 1930-1960, Utrecht, Antwerp, Spectrum Publishers, p. 82-109.

Murray, S. O., 1980, “Gatekeepers and the ‘Chomskyan Revolution’”, Journal of the History of the Behavioral Sciences, 16, p. 73-88.

Murray, S. O., 1991, “The first quarter century of the Linguistic Society of America 1924-1949”, Historiographia Linguistica, 18-1, p. 1-48.

Newmeyer, F. J., 1986, The Politics of Linguistics, Chicago, Chicago University Press.

Penzl, H., 1991, “Reminiscence of 165 Broadway, 1943-1945”, Historiographia Linguistica, 18-1, p. 247-250.

Puech, C., Raby, V., 2011, « Formes et enjeux de la rétrospection », Histoire Épistémologie Langage, 33-2, p. 5-14.

Pulgram, E. (éd.), 1954, “Applied linguistics in language teaching”, Monograph series on languages and linguistics, 6, Georgetown University.

Shannon, C. E., Weaver, W., 1949, The Mathematical Theory of Communication, Urbana-Champaign, University of Illinois Press.

Van de Walle, J., 2008, “Roman Jakobson, Cybernetics and Information Theory: a critical assessment”, Folia Linguistica Historica, 29-1, p. 87-124.

Weaver, W., 1955, Translation, dans Locke, W. N., Booth, A. D. (éd.), Machine Translation of Languages, MIT and New York, John Wiley & son, p. 15-23.

Haut de page

Notes

2 Comme en témoigne l’article très documenté de Joel Isaac (2007) montrant l’essor des travaux sur l’histoire des sciences sociales pendant la guerre froide après l’ouverture en 1999 des archives en URSS, en Europe de l’Est et en Chine.

3 Dans cet article, la notion d’horizon de rétrospection (et de projection) est empruntée à Auroux (1987, 1995) et renvoie à une mémoire collective, à une tradition et des sources plus ou moins explicitées. Elle n’inclut pas la dimension réflexive, autrement dit l’histoire de la linguistique dans l’histoire de la linguistique, développée par Puech et Raby (2011). « Parce que c’est un phénomène social (et non biologique), l’activité scientifique est impossible sans transmission du savoir, sans le fonctionnement institutionnel des formations, du cumul des connaissances (par exemple sans bibliothèque), et sans la mémoire individuelle. Le texte scientifique comprend essentiellement deux types d’expressions. Les unes font référence au seul domaine des phénomènes, manipulés à l’aide de concepts appartenant à la connaissance commune… les autres font référence à d’autres travaux, par définition antérieurs. Nommons horizon de rétrospection, cet ensemble de références… la structure de l’horizon de rétrospection est une cause dans la production momentanée de la recherche… Mais à l’inverse, la structure du système scientifique détermine celle des horizons de rétrospection » (Auroux, 1987, 29). « Parce qu’il est limité, l’acte de savoir possède par définition une épaisseur temporelle, un horizon de rétrospection, aussi bien qu’un horizon de projection. Le savoir (ou les instances qui le mettent en œuvre) ne détruit pas son passé, comme on le croit souvent à tort, il l’organise, le choisit, l’oublie, l’imagine ou l’idéalise, de la même façon qu’il anticipe son avenir en le rêvant tandis qu’il le construit. Sans mémoire et sans projet, il n’y a tout simplement pas de savoir » (Auroux, 1995, 49).

4 Fondée en 1916 sous le nom de School of Oriental Studies, elle élargit son domaine à l’Afrique et prit le nom de SOAS en 1938.

5 Dans le sillage de l’institution fondée en 1669 par Colbert pour former les jeunes Français au métier d’interprète, et qui prit le nom d’École des jeunes de langues.

6 Voir notamment Linn, Candel, Léon (éd.), « Linguistique appliquée et disciplinarisation », Histoire Épistémologie Langage, 33-1.

7 Le terme de « pré-professionnalisation » utilisé par Martin-Nielsen est probablement un peu réducteur.

8 Certains voient (Newmeyer 1986) dans le caractère scientifique des méthodes distributionnelles développées par la linguistique bloomfieldienne, l’explication de la confiance accordée par les militaires aux linguistes.

9 Comme le rappelle Joos (1986), ce sont les jeunes élèves de Boas, ayant étudié les langues amérindiennes, qui sont recrutés pour apprendre puis enseigner les langues rares. Le cas de Mary Haas qui a appris et enseigné le thai est tout à fait exemplaire (Cowan, 1991).

10 « Since the student was to mimic the native speaker in class, and to memorize the materials outside the class, the whole process soon came to be known as one of ”mimicry-memorization” or for short ”mim-mem” » (Moulton, 1961, 3).

11 Voir Penzl (1991).

12 Une recherche plus approfondie à partir des archives de guerre serait ici nécessaire.

13 À l’exception de Joos (1986) et de Cowan (1991), il y a peu de témoignages directs sur les activités des linguistes dans le domaine bien qu’ils mentionnent leur appartenance à l’ILP ou l’ACLS. À la date où ont été recueillis les témoignages autobiographiques, à la fin des années 1970, ces informations devaient être classifiées « secret défense » (voir l’ouvrage First Person Singular I paru en 1980). Si l’on prend l’exemple de Wilfred Lehmann, celui-ci aurait participé au décodage de messages en japonais (Cowan, 1991, 81) mais lui-même, dans son autobiographie, ne mentionne que le fait d’avoir appris le japonais (First Person Singular I, 1980, 186).

14 Cowan (First Person Singular I, 81) cite les noms de Martin Joos, Archibald Hill, Winfred Lehmann, Budd Clarity, John Seaman, Bill W. S. Smith, Al Hayse. Il est probable que beaucoup de linguistes engagés dans l’effort de guerre aient été, à un moment ou un autre, sollicités pour la traduction des messages en langues rares dans le cadre des services du chiffre ; ils avaient développé des jeux de langage se référant aux techniques de codage, à commencer par Bloomfield lui-même qui s’était forgé un pseudonyme comme auteur d’une méthode de russe : « Prof Dr Ignaius Mendeleeff Lesnin », en abrégé « I. M. Lesnin » se prononçant « I am listening » (Joos, 1986, 118).

15 Selon Householder (1980, 198), Joos était très sollicité dans les départements de linguistique, au début des années 1950 pour câbler les sonagraphes (autre nom des spectrographes).

16 Selon son propre témoignage (Joos, 1986 [1976]) et la nécrologie rédigée par A. A. Hill (1979). Pour les sources secondaires, voir Fehr, 2002, 2003 et Murray, 1991.

17 Lors du troisième colloque international de phonétique de 1938 à Gand, Jakobson mentionne l’utilisation de spectrogrammes pour l’analyse des voyelles. Il s’agirait probablement des spectrographes du laboratoire de phonétique de Prague dirigé par Bohuslav Hála (1894-1970). Toutefois, Jakobson ne faisait pas d’expérimentation phonétique directement, mais restait attentif à tout ce qui pouvait venir étayer ses positions théoriques. Je tiens à remercier Tomáš Hoskovec, professeur à l’université Masaryk (Brno) et secrétaire du Cercle linguistique de Prague, pour ces précisions.

18 L’idée de phonème est fondée sur celle de paires minimales avec différence significative de sens ; en français, p et b sont des phonèmes parce qu’ils permettent de distinguer deux unités porteuses de sens pas et bas.

19 Pour les traits de localisation : vocalique/consonantique, compact/diffus, tendu/lâche, voisé/non voisé, etc. ; (ii) pour la résonance, nasal/oral, strident/mat, etc. ; (iii) pour la tonalité, grave/aigu (a/i), etc.

20 Sur la notion de mathématique du continu pour le langage, voir Girault et Victorri (2009).

21 Préfigurés par les travaux de Markov, cités par Shannon.

22 Il faut noter toutefois que Saussure utilisait déjà le terme de « code » (Fehr, 2003).

23 On doit le terme de « military-industrial-academic complex » au Senator J. William Fulbright qui le forgea en 1968.

24 Financement de TA (rapport de l’ALPAC, 1966, p. 111) :

Department of Defense 11 906 600 dollars
CIA 1 314 869 dollars
NSF 6 585 227 dollars
Total 19 806 696 dollars

25 Traduction entièrement automatisée de très bonne qualité.

26 Celle-ci consistant dans la traduction par la machine de quelques phrases mettant en jeu un dictionnaire de quelques mots et quelques règles de syntaxe a connu un grand succès.

27 Voir Léon (sous presse) sur l’émergence d’une grammaire générative dans les travaux de Harris, à partir des tentatives de formalisation des procédures au moment de l’automatisation de la traduction.

28 Un des deux pionniers de la TA britannique est un botaniste, spécialiste de la génétique des plantes (le second est cristallographe), qui conçoit un modèle de langue intermédiaire pour la TA fondée sur la langue universelle de Wilkins de 1668. Or un des rares descendants de Wilkins est le botaniste Linné qui a fondé sa classification sur la caractéristique universelle de Wilkins. Le deuxième modèle est fondé sur le thesaurus de Roget (1852) également (et explicitement) formaté sur le modèle de Wilkins.

29 On se réfère ici aux trois révolutions technologiques de la grammatisation identifiées par Auroux (1994) : l’écriture, la grammatisation des vernaculaires à partir du xvie siècle, et l’automatisation.

30 J’emprunte ce terme à Wolf Feuerhahn du Centre Alexandre-Koyré.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Léon, « Convergences, transferts et intégrations entre sciences du langage, sciences et ingénierie en temps de guerre et de guerre froide (1941-1966) »Revue d’histoire des sciences humaines, 26 | 2015, 315-338.

Référence électronique

Jacqueline Léon, « Convergences, transferts et intégrations entre sciences du langage, sciences et ingénierie en temps de guerre et de guerre froide (1941-1966) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 07 mars 2019, consulté le 18 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/2463 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.2463

Haut de page

Auteur

Jacqueline Léon

Directrice de recherche au CNRS
Laboratoire d’histoire des théories linguistiques, CNRS/université Paris-Diderot (UMR 7597)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search