Navigation – Plan du site
Dossier
Traditions dans la tourmente

Crise du discours colonial et apparition de l’historiographie haïtienne

Crisis of colonial discourse and the arrival of Haitian historiography
Carlo A. Célius
p. 67-93

Résumés

L’histoire d’Haïti connaît un regain d’intérêt depuis les années 1990, notamment dans le monde anglophone. Ces travaux se focalisent sur la révolution et ses implications. Ils s’intéressent peu aux discours historiens produits dans l’Haïti postcoloniale, objet du présent article qui explore un aspect des conditions d’apparition de cette historiographie. Celle-ci émerge face à une énorme bibliothèque coloniale en puisant les fondements de ses grandes orientations dans l’événement politique (l’indépendance) qui l’a rendu énonçable. Elle hérite aussi des voies ouvertes par les controverses révolutionnaires qui ont mis en crise le discours colonial et qui ont donné lieu à une pratique d’écriture de l’action qui se veut une mise en récit du passé ; une manière d’histoire immédiate où l’on discute des conditions de validité de ces récits.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Joseph, 2012 ; Covo, 2013a ; Grou, 2013 ; Sepinwall, 2017. Sur l’historiographie allemande et (...)
  • 2 Révolution de Saint-Domingue ou Révolution haïtienne, on en discute. Voir Covo, 2013a. Parler de ré (...)
  • 3 Un peu dans la ligne de la démarche adoptée dans le numéro 24 de la Revue d’histoire des sciences h (...)
  • 4 La principale étude traitant spécifiquement et de manière étendue de l’historiographie d’Haïti date (...)

1Les années 1990 et 2000 sont marquées par un regain d’intérêt pour l’histoire d’Haïti, particulièrement remarquable dans le monde anglophone1. Les nouvelles dynamiques historiographiques liées à l’histoire atlantique, à la nouvelle histoire impériale, à l’histoire globale et connectée, aux subalterns studies, aux approches postcoloniales et décoloniales, aux interrogations sur la ou les modernités ont porté plusieurs chercheur·e·s à se pencher sur la Révolution haïtienne2. Celle-ci, qui implique le renversement du système esclavagiste (1791-1793), une guerre d’indépendance (1802-1803) et l’instauration d’un nouvel État au tout début du xixe siècle (novembre 1803-janvier 1804), offre une base de relecture de toute une série de questions liées aux révolutions de la fin du xviiie siècle, aux Lumières, aux processus de colonisation et de décolonisation, etc. On s’intéresse peu, dans cette mouvance, aux discours, historiens et autres, engendrés en Haïti même à l’issue de cette révolution, ne serait-ce que dans la perspective d’une généalogie et/ou d’une approche comparative des productions discursives en situation postcoloniale3. Ainsi, ces études, aussi importantes qu’elles soient, consolident une tendance lourde de l’historiographie d’Haïti, à savoir une focalisation des recherches sur la période révolutionnaire. Certes dans ces travaux comme dans d’autres, d’hier et d’aujourd’hui, il arrive que les premiers historiens haïtiens soient cités, que l’importance de leurs écrits soit reconnue, explicitement ou implicitement. Cependant, jusqu’à présent, ils sont très peu étudiés4. Pourtant une historiographie particulièrement dense s’est développée à partir de la première moitié du xixe siècle qui offre un vaste champ d’études à investir.

  • 5 Nous devons l’expression à Valentin Yves Mudimbe (1988 ; 1994). Il la conçoit comme l’ensemble des (...)
  • 6 Gengembre, 1988, 12.
  • 7 On a parlé d’un ordre « socio-racial» en raison de la structuration de la société coloniale, au xv (...)

2Les interrogations de départ sont nombreuses. Comment s’élabore un discours historien dans le contexte particulier, inédit, de rupture avec un ordre colonial esclavagiste encore dominant ? Quelle histoire est-il possible de faire dans une nouvelle société qui se construit et qui doit se forger une place parmi les États-nations dans une conjoncture internationale défavorable ? Qui s’y engage ? Pourquoi et comment ? À quels résultats est-on parvenu ? Le présent article ne vise pas à répondre à toutes ces questions. Il voudrait entamer l’exploration de ce domaine de recherche en se focalisant sur un point précis, celui des conditions dans lesquelles le nouveau discours historien est advenu. Ces conditions étant fort complexes, on s’interrogera sur un aspect particulier : le rapport à la « bibliothèque coloniale »5. Non seulement celle-ci pèse par sa diversité et sa densité, mais elle continue de s’enrichir tout au long du xixe siècle, perpétuant le discours dont l’historiographie haïtienne doit s’affranchir. Celle-ci trouve les fondements de ses grandes orientations dans les conditions politiques (l’indépendance) qui l’ont rendu énonçable. Cependant, il y a lieu de ne pas négliger le fait qu’elle soit précédée d’une séquence qui avait ouvert quelques voies. En effet, comme le dit Gérard Gengembre parlant de la France métropolitaine, « La Révolution, c’est peut-être d’abord cela : la prise de parole6 ». Y compris sur et dans la colonie. Au point où l’on peut parler d’une crise du discours colonial. Celle-ci est d’autant plus significative pour la séquence ouverte par l’indépendance que des acteurs issus de catégories sociales ou socioraciales7 infériorisées interviennent dans des débats où se pratique une écriture de l’action qui se veut une mise en récit du passé ; une manière d’histoire immédiate où l’on discute des conditions de validité de ces récits.

Le discours colonial en crise

  • 8 Citons à titre d’exemples : La Historia general de las Indias (Fernadez de Oviedo y Valdes, 1535), (...)
  • 9 Boumedienne (2016) qui a publié Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » de 1492 à (...)
  • 10 Sur cette société savante, voir McClellan, 1992.

3La conquête et le processus d’occupation de l’île depuis l’arrivée de Christophe Colomb en 1492 ont engendré des récits de nature diverse, dont la densité s’est amplifiée jusqu’à la fin du xviiie siècle. Récits évidemment de conquérants, de vainqueurs, de colonisateurs et d’esclavagistes européens, dont la plupart sont présentés explicitement dans leur titre comme de l’histoire8, ils décrivent les conquêtes, les rencontres avec les habitants et leur culture matérielle, les modes d’occupation des territoires, la mise en esclavage, l’exploitation des ressources, les modes de vie, les conflits, les mœurs. Mœurs des populations Caraïbes, Arawaks, Taïnos, des captifs Africains transplantés mais aussi des colons eux-mêmes et, plus tard, de cette nouvelle catégorie de population dite « libres de couleur ». Les descriptions portent sur la topographie, les composantes géographiques, la faune, la flore, les transformations des paysages, l’introduction de plantes, d’animaux et d’objets exotiques. De multiples plans et cartes ont été dressés, des lieux, édifices, monuments, flore et faune mis en images. Des recherches ont porté sur les maladies et leurs traitements, sur la pharmacopée, les techniques agricoles. Une véritable science coloniale, qui n’a pas manqué de nourrir les recherches métropolitaines9, se développait qu’un groupe de savants, se regroupant dans une entité dénommée le Cercle des Philadelphes (1784-1793), avait entrepris d’organiser, de systématiser sur place10. Présentée ainsi et bien que de manière extrêmement schématique, on perçoit l’ampleur de la bibliothèque coloniale et la difficulté pour les futurs historiens de s’en débarrasser. Toutes leurs forces résideront dans l’usage critique qu’ils sauront en faire pour dégager leur propre compréhension de la longue période coloniale.

  • 11 Sur le commerce avec les États-Unis pendant cette période et ses implications, voir Covo, 2013b et (...)
  • 12 Ferrer, 2014, 4.
  • 13 Sur l’occupation anglaise, Geggus, 1982.
  • 14 Susan Buck-Morss (2000, 2006, 2009) a montré comment la révolution haïtienne est la source de la fi (...)
  • 15 Sur l’intérêt, peu connu, avec lequel la Révolution haïtienne a été suivie à Stockholm, voir Thomas (...)

4Mais la question coloniale fait déjà objet de discussions pendant la révolution. On assiste à l’émergence d’un véritable espace de débat public dans la colonie même, entre la colonie et la métropole, qui s’étend bien au-delà. En effet, les idées, avec les humains et les marchandises, circulent entre les territoires de la Caraïbe et du continent américain11. Les autres puissances coloniales, présentes dans la région, sont attentives à ce qui se passe dans la plus riche colonie française. D’ailleurs, la France n’hésite pas à solliciter leurs concours selon les circonstances. À la suite du soulèvement des esclaves en août 1791, elle envoie des émissaires aux États-Unis, à la Jamaïque, à Cuba et ailleurs à la recherche d’argent, d’hommes, de munitions, de tout type d’aide pouvant contribuer à mater la rébellion, agitant le spectre de la perte, de la ruine de la colonie12. De toute façon, l’Espagne possède la partie orientale de l’île, territoire stratégique pour toute menée subversive qui se déroule dans la partie occidentale. L’Angleterre, qui n’est jamais trop loin, a même occupé une bonne partie de la colonie de 1793 à 179813. L’émigration des colons a également permis de prendre toute la mesure de ce qui se passait à Saint-Domingue. Ils se sont réfugiés en grand nombre aux États-Unis, en Jamaïque, à Cuba. On comprend donc que des écrits divers traitant de Saint-Domingue aient pu être rédigés, édités ou traduits en anglais, espagnol, mais aussi en italien, allemand14, néerlandais, en suédois15 avec la création et la diffusion d’une iconographie circonstanciée.

  • 16 Gérard 1970, 9-28 ; Gengembre, 1988 ; Brégeon, 2011, 11-27.
  • 17 Menier et Debien, 1949.

5Comme dans la métropole16, à Saint-Domingue même, les publications se multiplient. Si les premiers périodiques datent des années 1760, leur nombre croît considérablement de 1789 à 1802. Marie-Antoinette Menier et Gabriel Debien en dénombrent, au total, pour la période allant de 1765 à 1802, une cinquantaine17, dont la plupart sont éphémères. Le Courrier politique et littéraire du Cap Français (1790) explicite ce qui a favorisé une telle prolifération en mettant en épigraphe dans ses numéros de mars à juillet, l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (26 août 1789) : « La libre communication des pensées & des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme. Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi. Décl. des Droits de l’Homme. » Notons qu’un périodique consacré aux affaires de la colonie, Les Nouvelles de Saint-Domingue, paraît à Paris de 1790 à 1791.

  • 18 Oriol, 2002.

6Les périodiques ne constituent pas le seul lieu où explose la parole. Libelles, ouvrages, brochures, mémoires, interventions politiques, discours de toutes natures, propositions, réclamations, récits dits historiques pullulent. 1 082 références de ces écrits sont recensées dans Histoire et dictionnaire de la Révolution et de l’Indépendance d’Haïti de Michèle Oriol18. Les considérations qui suivent sont basées sur la consultation de près de 200 publications.

  • 19 Elles ne pourront pas être toutes mentionnées dans le cadre de cet article. À titre indicatif, voic (...)

7Celles consultées19 laissent apparaître que les principaux sujets en débat concernent des problèmes qui existaient déjà, comme ceux relatifs à la liberté du commerce, à l’administration de la colonie (« le despotisme ministériel »), à l’égalité civile et politique entre blancs et « libres de couleur ». Le sujet inédit est la révolte des esclaves et la conquête de leur liberté générale que la Convention s’est vue contrainte d’avaliser. Ces différentes questions sont débattues en relation avec d’autres plus ponctuelles : la prise de position d’un administrateur, une loi votée en France, tel épisode des conflits entre groupes sociaux dans la colonie, etc. Mais qui discute de quoi ?

8Schématiquement, la société coloniale comprend les blancs, les affranchis ou « libres de couleur » et les esclaves majoritairement noirs. Dans la catégorie des blancs, il faut distinguer : les administrateurs coloniaux et autres fonctionnaires publics, les religieux, les soldats, les propriétaires absents de la colonie, les négociants, les colons proprement dits, c’est-à-dire cultivateurs ou planteurs qui sont sur place et s’occupent de leur plantation. On retrouve ensuite les procureurs et gérants d’habitation. Un autre groupe est composé des employés subalternes des plantations, comme les économes. Puis, il y a les « petits blancs », qui exercent divers métiers. Vient enfin une couche non négligeable de gens sans emplois appelés à l’époque « vagabonds » ou encore « sans aveu ». Les deux derniers groupes, les « petits blancs » et les gens « sans aveu », acteurs centraux des séditions survenues au cours du xviiie siècle, constituent les groupes les plus radicaux des mouvances révolutionnaires.

  • 20 Sur ce groupe, voir Garrigus, 2006 ; Rogers, 1999.

9Les libres de couleur comprennent les « sang-mêlé » et les nègres libres20. Ce groupe, devenu démographiquement et économiquement important, comprend une minorité de riches et tout un monde de domestiques, artisans, charpentiers, maçons, bouchers, boulangers, orfèvres, tailleurs. Ils sont plus rarement gérants d’habitations. Ils sont surtout propriétaires des petites habitations (douze hectares, dix esclaves en moyenne) plantées en café, coton ou vivres, le plus souvent dans les mornes où ils jouent le rôle de pionniers ou défricheurs. Nombre d’entre eux ont fait leurs études en France. Le clivage dans cette catégorie se situe entre ceux qui sont nés libres et ceux qui sont nés esclaves. Les « petits blancs » leur vouent une haine féroce et constituent le groupe le plus intransigeant face à leurs revendications.

10Parmi les esclaves, on distingue les esclaves des plantations, les domestiques et les nègres à talents, sachant exercer quelque métier. Une partie d’entre eux vit dans le marronnage.

11Le débat est animé par les administrateurs coloniaux qui ont à se défendre contre les accusations portées contre eux. Leurs principaux adversaires se recrutent, soit parmi les propriétaires absentéistes, soit parmi les colons, procureurs et gérants d’habitation. Une différence s’observe tout de même entre les prises de position des propriétaires absentéistes et celles des colons sur place. Ces derniers tendent à tenir un discours autonomiste, souvent radical, contrairement aux absentéistes qui, dans un premier temps, étaient tout à fait hostiles à l’idée d’une représentation coloniale dans les assemblées métropolitaines, représentation pour laquelle les colons se sont battus et qu’ils ont obtenue. Les colons se montrent souvent en compétition avec les absentéistes, faisant valoir qu’ils sont les vrais représentants de la colonie ; ils combattent les administrateurs coloniaux et défendent la liberté du commerce. Ce dernier point les place face aux négociants et au commerce métropolitain. Les représentants des libres de couleur opposent aux propriétaires absentéistes et aux colons leur propre version des problèmes de la colonie qui se résument dans le fait de leur inégalité avec les blancs. Toutes les formes de luttes qu’ils mènent, toutes leurs initiatives trouvent leur justification dans cette situation d’inégalité. Les esclaves ont eu quelques porte-parole pendant le déroulement de la révolution, des leaders comme Jean-François et Georges Biassou, mais ils ont laissé peu de publications autonomes. Leur discours est le plus souvent rapporté. Ce sont les autres groupes qui discutent, qui interviennent sur la psychologie de l’esclave, sur l’amélioration de sa condition, puis, après la liberté générale en 1793, sur le maintien ou non de cette liberté, sur ses conséquences. Les libres de couleur, anciens et nouveaux, à partir de la liberté générale, entreront dans l’arène, à commencer par ceux qui ont accédé aux responsabilités.

12On a déjà souligné que l’espace du débat public ne se limite pas à Saint-Domingue. Les publications paraissent aussi bien sur place qu’en métropole et ailleurs. Les discussions se déroulent ici et là, ce qui ne manque pas d’influer sur les stratégies adoptées par les protagonistes, compte tenu des distances qui séparent les lieux. Forcément, le débat déborde le strict cadre des groupes mentionnés. S’ils sont les principaux interlocuteurs, on retrouve d’autres intervenants.

13Un nombre significatif de textes a un destinataire principal ou final qui est l’instance politique la plus significative pendant la révolution en France, les assemblées : Assemblée des notables (novembre-décembre 1788), États généraux (mai-juillet 1789), Assemblée constituante (1789-1791), Assemblée législative (1er octobre 1791-21 septembre 1792), Convention (1792-1795), Conseil des Anciens et Conseil des Cinq-Cents (1795-1799). D’une façon ou d’une autre, directement ou indirectement, on s’adresse à cette instance.

14Plusieurs cas de figure se présentent. On s’adresse aux autorités concernées sur une question particulière ou sur l’état de la colonie à un moment donné. On suit de très près ce qui se passe dans les assemblées et on intervient, avant ou après les discussions. On réagit aux résolutions. D’un autre côté, les assemblées elles-mêmes prennent souvent en compte des propositions venues de l’extérieur. Et il arrive que des citoyens soient envoyés devant l’assemblée ou convoqués par celle-ci et entendus dans le cadre d’un dossier particulier. Cela peut donner lieu à des publications. Il faut souligner l’importance des clubs qui sont autant de groupes qui agitent des problèmes et font du lobbying auprès des assemblées. Les propriétaires à Saint-Domingue, résidant en France, ont créé le 20 août 1789 à Paris, la « Société correspondante des colons français », le fameux Club Massiac (du nom de l’hôtel du marquis de Massiac où ils se réunissaient), tandis que les libres de couleur ont fondé le 29 août 1789, à Paris aussi, l’« Assemblée des citoyens de couleur des îles et colonies françaises » qui deviendra, le 12 septembre 1789, la « Société des colons américains ». Toujours le 29 août 1789, est créé un « Comité extraordinaire des manufactures et du commerce de France » représentant douze villes de l’intérieur et douze ports pour défendre les principes du commerce exclusif et les intérêts des négociants. Autant de canaux porteurs de revendications dont les discours, entendus par les assemblées, font souvent objet de publications. Par ailleurs, non seulement les débats des assemblées sont répercutés dans l’espace public par le biais de la presse, mais les assemblées, via leur pratique d’autorisation à publier, versent des documents dans l’espace public. Les membres de ces assemblées publient également de leur propre initiative ; ils font éditer leurs interventions (motion, requête, observations, opinion, etc.), soit des textes lus, soit des textes qu’ils n’ont pas eu le temps ou la possibilité de présenter en assemblée. L’ensemble de ces écrits dont on peut considérer qu’ils font objet de diffusion restreinte sont connus des interlocuteurs, comme en attestent les citations, les références, les réactions, les commentaires, les discussions. Tout cela anime le débat public.

15À Saint-Domingue, de 1788 à 1793, la vie politique est polarisée autour des élections et des assemblées. Les assemblées paroissiales étaient, avant 1789, le seul lieu de débats politiques entre les habitants, propriétaires blancs. À partir de cette date, les assemblées provinciales sont prises en main par des groupes radicaux et de nouvelles assemblées, provinciales et coloniale, voient le jour en toute illégalité. La première assemblée coloniale, dite Assemblée de Saint-Marc, entre en conflit avec les administrateurs coloniaux, s’empare de tous les pouvoirs et engage la colonie sur la voie de l’autonomie. L’assemblée coloniale édite discours et actes officiels, tandis que l’Assemblée provinciale du Nord publie un périodique. L’Assemblée coloniale sera dissoute, 85 de ses membres se retrouveront en métropole en novembre 1790 et là ils éditent Nouvelles de Saint-Domingue. La nouvelle assemblée publie le Journal des débats de l’Assemblée coloniale. Plusieurs écrits, brochures diverses, rapports et autres textes sont publiés en relation avec les assemblées de Saint-Domingue. Leurs membres sont impliqués dans des débats qui donnent lieu à des publications qui débordent le strict cadre interne des assemblées.

16Maints textes écrits en dehors du cadre parlementaire partagent une rhétorique commune à ceux des représentants. Sans doute parce qu’il s’agit de textes d’intervention dans un débat public. Par leur forme, leur contenu et le mode d’argumentation, ils adoptent les stratégies discursives de l’orateur. On discute, on provoque, on dénonce, on accuse, on diffame. Mais on intervient dans un débat qui porte sur la situation de Saint-Domingue. On prend position à un moment donné et sur une question précise. Ainsi, dans leur grande majorité, les textes sont strictement datés, au sens où ils prennent le contour des événements du moment. Ce sont bien, en général, des textes de circonstance. Ce que les auteurs, très souvent, ne manquent pas d’expliciter. Ils prennent souvent le temps de dire dans quelles circonstances ils écrivent, quels sont les objets et les objectifs de leur prise de position. Ce qui influe sur le contenu et la forme retenue, mais il y a circonstance et circonstance. Si les uns prennent le temps de se documenter, les autres se plaignent de n’avoir pas eu le temps, de ne pas disposer de documentation compte tenu des circonstances dans lesquelles ils sont obligés d’écrire.

  • 21 À titre d’exemples : Chachereau, 1789 ; Viart, Chanlate, Ouvriere, 1792.

17Des écrits sur Saint-Domingue en situation révolutionnaire, les textes sont, surtout, forcément, de nature politique (plusieurs d’entre eux se présentent d’ailleurs explicitement, par leurs titres, comme des analyses, des observations, des considérations politiques)21. Il apparaît que ce qui est en jeu, c’est le devenir de la société coloniale. Quel que soit le sujet précis abordé, à quelque moment qu’on se situe dans le déploiement des événements, à quelque groupe social qu’on appartienne, en exceptant les esclaves puis les nouveaux libres, on évoque les malheurs de la colonie, les désastres et la perte imminente ou effective de Saint-Domingue. Une des grandes préoccupations des interlocuteurs, c’est de déterminer la ou les causes des problèmes survenus et de proposer les moyens d’y remédier.

Mémoires, histoires

18Un des aspects qui nous intéressent dans ce débat public ce sont les modalités de construction temporelle dans les récits. Il s’agit de voir si celles-ci permettraient de conclure à un moment historiographique particulier dont il conviendrait de dégager l’importance pour le discours historien à venir. On se contentera ici d’un premier sondage en se focalisant sur deux types de publication : les mémoires et les textes dits d’histoire.

19Les auteurs annoncent leurs intentions, leurs démarches, la nature de leurs écrits en choisissant des titres suggestifs, parfois très descriptifs et relativement longs. Ils les amorcent assez fréquemment ainsi : Observations sur…, Considérations sur…, Sur… (sur les troubles, sur l’indépendance, sur l’indemnité, sur nos colonies…), Discours sur…, Aperçu sur…, Opinion sur…, La vérité sur…, Lettre à…, Adresse à…, Précis de…, Mémoire de…, Relation de…, Faits relatifs à…, Récit historique…, Précis historique…, Production historique…, Histoire de…, Développement de/des…, Exposition de…, Les Causes…, Rapport fait par (aux, à)… Parmi les autres termes fréquents dans les titres, il y a : événements, résolution, essai, recueil de, réflexions… Sous cette diversité de titres, le mémoire apparaît comme une des formes les plus utilisées.

20Selon le Dictionnaire de l’Académie française (première édition 1694, quatrième édition, 1762 et cinquième édition 1798), un mémoire est « un écrit fait, soit pour faire ressouvenir de quelque chose, soit pour donner des instructions sur quelque affaire » ; au pluriel, « se dit des relations de faits ou d’événements particuliers, écrits pour servir à l’Histoire ». Les écrits consultés ne permettent pas d’affirmer que la spécificité de ce genre résiderait dans son format. Le mémoire peut tenir en une seule page. Il ne se signale par aucune forme spécifique. Difficile de le distinguer d’emblée d’un autre type d’écrit. Certes il est souvent annoncé dès le titre. Il arrive toutefois que le genre soit revendiqué uniquement quelque part dans le texte. Un mémoire est rédigé pour se défendre, pour réagir, pour provoquer le débat, pour se justifier, pour accuser, pour exposer un point de vue, pour proposer des solutions. Un exemple : les comités de Marine et des Colonies de l’Assemblée (la Convention) convoquent, en juin 1793, les représentants des libres de couleur et des colons pour venir débattre contradictoirement de la situation à Saint-Domingue. Il leur est demandé de rédiger chacun un mémoire après le débat pour proposer des solutions aux problèmes soulevés, selon des indications fournies par les Comités (indications sur les choses à éviter et ce qu’il convient de proposer). Ces mémoires ne sont pas destinés à provoquer des discussions, ils sont en aval des débats contradictoires ; ils ne sont pas conçus pour accuser ou se justifier face à des accusations. Il s’agit d’argumenter sur ce qui a été retenu comme essentiel en vue de trouver des solutions. Ceux-ci ont un statut mixte : préparés par des citoyens, ils sont destinés à l’usage interne de l’assemblée et ils sont également publiés sous forme de brochures destinées au public. Ils peuvent également être composés par des membres d’une assemblée pour un usage strictement interne. C’est le cas également pour l’armée, l’administration publique ou encore le Conseil du roi.

21Il arrive que des mémoires convoquent des souvenirs plus ou moins lointains, mais la majorité de ceux consultés est caractérisée par la proximité des faits et porte sur une cause à défendre dans l’immédiat. Il s’agit de prises de position claire et précise. Destinés à la confrontation, éventuellement avec un autre mémoire, il sont soumis à l’évaluation d’une instance qui juge, qui décide. C’est souvent une réclamation.

  • 22 Il s’agit de la deuxième commission civile formée de Léger-Félicité Sonthonax, Étienne Polverel et (...)

22Tout cela semble distinguer le mémoire des textes dits d’histoire. Mais ceux-ci rapportent également des faits immédiats et peuvent être destinés aussi à la confrontation et soumis au jugement d’une instance. Un document comme Production historique des faits qui se sont passés dans la partie de l’Ouest depuis le commencement de la révolution de Saint-Domingue jusqu’au premier février 1792, présentée par les Gardes nationales du Port-au-Prince à MM les Commissaires civils (Port-au-Prince, F. Chaidron, 1792), prétend, comme un mémoire, mieux instruire les commissaires métropolitains arrivés dans la colonie pour y rétablir l’ordre22. Y sont formulées et défendues des prises de position bien arrêtées sur la révolution, sur les responsables des troubles. Les protagonistes se positionnent comme partisans de la révolution, renvoyant dans le rang des contre-révolutionnaires tous ceux qu’ils considèrent comme responsables, avec les hommes de couleur, de tous les troubles survenus jusqu’à l’arrivée des représentants métropolitains. La « production historique » tourne à l’autodéfense où l’on ne s’abstient pas d’accuser les adversaires dans des termes les plus virulents, les plus crus.

23Mémoire et histoire, souvent les deux termes apparaissent dans les titres sous la forme Mémoire historique, Mémoire pour servir à l’histoire. De plus, dans les mémoires, on insère des rappels ou encore des précis dits historiques, souvent pour établir les causes plus ou moins lointaines de problèmes récents.

24Histoire ou mémoire, la figure du témoin occupe une place centrale. Dans le développement des arguments la référence au témoin oculaire est fondamentale. L’auteur précise tout d’abord, très souvent, s’il est ou n’est pas témoin oculaire. Parfois il distingue, tout au cours de son développement, ce dont il a été témoin de ce dont il rapporte à partir d’autres témoins ou d’autres sources. Le témoin oculaire, quand il n’est pas l’auteur, est souvent certifié, qualifié, comme pour authentifier la source. Pourtant, dans ce contexte de valorisation du témoin, l’usage de l’anonymat est plus ou moins fréquent. Mais il est souvent transparent puisque dans d’autres textes, on identifie les auteurs ou on argumente pour fonder des présomptions sur leur identité. Ces cas d’absence de signature minimiseraient-ils l’importance de l’auteur, même en tant que témoin, au profit des faits ? Quoi qu’il en soit, la figure du témoin ne marque pas la différence entre récit dit historique et mémoire, le mémoire où bien souvent tout tourne autour d’un témoin justement.

25On se préoccupe des faits et des documents. En effet, le débat se déroule autour des faits. On relate amplement les faits. Disons, on les construit indéfiniment, on les reprend, en les soumettant à ses propres grilles de lecture. On réclame des faits de l’adversaire. On ajoute, on retranche, on rectifie, on réélabore. Dans l’établissement des faits, non seulement le recours au témoin joue un rôle essentiel, mais plus fondamentale encore est l’exhibition de preuves. Ainsi, les auteurs tiennent souvent à préciser qu’ils détiennent des « documents » (lettres, pièces officielles, publications, actes administratifs). Des discussions s’animent alors autour de l’administration de la preuve. Dans les affaires débattues devant les comités des assemblées, les documents sont fournis pour être consultés. Les mémoires comportent des annexes aux dimensions variables contenant de multiples documents. On ne se contente pas toujours de quelques citations, on fournit, dans certains cas, des extraits plus ou moins longs. On ne se prive pas non plus de renvoyer soit à des publications soit à des personnes ou à des lieux où sont conservés des documents.

  • 23 Voir, par exemple, Cotelle, 1790.

26Tout cela est lié aux notions d’authenticité et de vérité. Une grande préoccupation est, en effet, le souci de l’authenticité. Aussi dénonce-t-on la fabrication des faux documents. On s’emploie, dès lors, non seulement à fournir un document mais à en attester l’authenticité. Il convient d’apporter à la fois des preuves et la preuve de leur fiabilité. Le type de document, sa source, sa provenance deviennent cruciaux. Sur ce point, le recul du temps est susceptible d’être d’un grand secours. Les publications jouent ici un rôle significatif. C’est le cas, notamment, des journaux de la colonie qui deviennent des références régulièrement citées. Qu’un acte administratif ait été publié, des années après on brandit cette publication comme preuve authentique. Les publications sont autrement convoquées. Par exemple quand on cite les faits rapportés par d’autres auteurs pour étayer sa propre argumentation. Néanmoins, aucun document n’est à l’abri d’un soupçon de faux, y compris les documents officiels. La distance entre la colonie et la métropole est au cœur de la problématique du soupçon. Dans bien des cas, les auteurs font valoir que, selon les interlocuteurs en présence, les arguments avancés dans la colonie ne sont pas toujours ceux qui sont tenus en métropole. On souligne également des usages différenciés des documents ici ou là ou encore la fabrication de faux destinés à être utilisés en un lieu plutôt que l’autre, en comptant sur la distance, la différence des acteurs, la difficulté de recourir à des preuves complémentaires ou à des témoins ; en comptant surtout sur le temps que cela prendra entre les effets escomptés et la découverte de la vérité. Car tout cela converge vers un seul but : dire la vérité. Évidemment tout le monde se réclame de la vérité. Tout le monde prétend la détenir, même ceux qui sont accusés de faux. On promet toujours de relater les faits de manière stricte pour dire la vérité, sans se garder de condamner, de prendre position, et d’accentuer les points de vue sur un aspect plutôt que tel autre. D’ailleurs la « vérité » est promise dès le titre de bien des publications23.

  • 24 Jouhaud, 2008, 55.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., 55-56.

27Au final, il est difficile de tracer une ligne de démarcation très nette entre mémoires et écrits dits d’histoire dans le corpus étudié. On retiendra que dans tous ces textes, témoins, faits et documents, authenticité et vérité, tout cela concourt à un débat intense sur ce qui s’est passé et sa mise en récit. Deux points caractérisent ce débat : le faible recul temporel et l’implication de l’énonciateur du récit dans l’action qu’il relate. Proximité des événements et écriture de l’action suggèrent qu’on serait en présence d’un moment d’histoire immédiate. Christian Jouhaud distingue deux séquences de l’immédiateté, dans l’histoire immédiate, les deux étant solidaires et contradictoires. D’abord « le prolongement performatif de l’action dans un récit est pris dans un élan, dans l’énergie d’un présent qu’il restitue. Mais cette action persuasive est elle-même le résultat d’une prise de distance, d’une sortie de l’immédiateté pour que le passé “prenne”, soit montré comme tel24 ». L’immédiat est donc médiatisé par un passé représenté. C’est ce « qui permet la capture dans un écrit d’un présent prolongé susceptible de produire des effets à distance de l’action25 ». Et « c’est la sortie de l’immédiateté qui permet d’en “réaliser” la force historiographique, laquelle confère immédiatement à l’action d’écriture sa puissance de témoignage sur elle-même26 ».

  • 27 Célius, 1998a et b.

28On est donc bien à un moment crucial qu’il est difficile d’éluder pour toute analyse du (ou des) discours historien(s) à venir. D’autant plus que dans ce contexte de desserrement de la parole publique, des figures issues du groupe des « libres de couleur » interviennent. Ce sont les membres d’une nouvelle élite qui s’affirme au cours de la révolution et qui se consolide entre 1796 et 1803, sous l’administration de Toussaint Louverture (1743-1803). En effet, depuis la liberté générale des esclaves acquise en 1793, les propriétaires émigrent, laissant leurs domaines inexploités. Les responsables coloniaux procèdent à l’affermage des biens séquestrés pour tenter de relever l’économie. Parvenu au sommet du pouvoir en 1798, Toussaint Louverture poursuit cette politique. Les propriétaires restés sur place, dont les « libres de couleur », en profitent dans un premier temps. Puis des nouveaux libres accèdent à la propriété par le même mécanisme. Les principaux bénéficiaires en sont les officiers de l’armée. La nouvelle classe dirigeante composée d’anciens et de nouveaux libres prend forme grâce à l’exercice du pouvoir, à l’accès aux grades les plus élevés dans l’armée et à l’accession à la propriété. Cette élite se coalisera pour prendre la direction de la guerre de l’indépendance et recueillera le pouvoir le 1er janvier 1804. Sa position se trouve confortée avec l’élimination définitive de la classe des colons blancs propriétaires27.

  • 28 Moreau de Saint-Méry, 1984, I, 9.
  • 29 Ibid., I, 7-8.

29Avant d’aborder l’ère postcoloniale, il y a lieu de s’attarder sur une des publications de la période révolutionnaire. Son importance justifie qu’on la traite séparément. Tout en étant publié en 1797, en pleine fièvre révolutionnaire, cet ouvrage se démarque en tout point de tout autre. Il s’agit de la Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue de Louis-Elie Moreau de Saint-Méry (1750-1819). La limite chronologique de cette somme est ici décisive. Les secousses révolutionnaires ne sont absolument pas abordées, l’ouvrage ne rapportant aucun fait postérieur à octobre 1789. L’auteur s’en explique longuement dans son « Discours préliminaire ». Cette borne temporelle renforce, à ses yeux, l’intérêt de son travail en regard de la conjoncture révolutionnaire. Car il documente de manière détaillée, sur la base d’une enquête de quatorze ans dans la colonie même et dans les archives de Versailles, le processus de construction d’une société parvenue à un état donné dont la configuration se délite. Tout en refusant de croire à la perte de la colonie pour la France, l’auteur pressent que Saint-Domingue ne sera vraisemblablement jamais plus comme avant. Dans ces conditions son livre prend la dimension d’un document unique auquel on devra se référer quelle que soit l’issue de la révolution. L’auteur fournit des exemples précis de la manière dont son travail pourra être utilisé tout en précisant que cela concerne tous les sujets compte tenu du caractère encyclopédique de son entreprise, annoncé d’ailleurs par le titre de l’ouvrage. « Il n’est pas un rapport sous lequel la plus belle des Colonies n’y soit présentée, écrit-il : administrateur, commerçant, agriculteur, physicien, philosophe, marin, homme de lettres, tous peuvent y trouver des choses dignes d’attention28. » Ces précisions et d’autres viennent justifier son refus d’aborder la période révolutionnaire au nom de la méthode mise en œuvre pour parvenir à ces résultats. Il faut du temps pour mener les recherches ; documents et témoignages s’obtiennent par soi-même et un certain recul est nécessaire pour mener à bien les analyses. Tout ce qui, selon Moreau de Saint-Méry, confère sa haute valeur au travail de l’historien, statut qu’il revendique et qu’il n’entend pas entacher. On comprend qu’il porte un jugement sévère sur ceux qui prétendent écrire l’histoire de la révolution en cours. À part la nécessité d’une enquête approfondie, de recueillir soi-même documents et témoignage, l’importance du temps de l’analyse, l’auteur ajoute qu’il n’a « ni le désir, ni la prétention de [s]’ériger en juge de ce qui s’est passé relativement aux Colonies et particulièrement à Saint-Domingue ; ni en conseiller pour les mesures qu’on doit adopter à leur égard29 ». Pourtant il s’est bien érigé en juge dans sa Description…, il reconnaît avoir loué ou blâmé, quand il l’estimait nécessaire et constate que les positions des acteurs concernés ont pu changer à l’occasion de la révolution. Il s’en explique :

  • 30 Ibid., I, 10.

Je ne me suis cependant pas dissimulé, depuis que le soin de l’impression de mon livre en a remis toutes les parties sous mes yeux, qu’il est des hommes que la haine ou l’affection présente, depuis la révolution, sous des couleurs bien différentes de celles que j’ai employées pour les peindre. Mais je répète que je finissais d’écrire avec 1789, et je crois de ma probité d’écarter ce que j’ai entendu, et ce que j’ai vu depuis lors ; ou bien il me faudrait renoncer à la confiance que j’ai voulu inspirer, en déclarant que j’avais éloigné de moi, avec un scrupule religieux, tout ce qui n’avait pas précédé la révolution30.

30Moreau de Saint-Méry a pratiqué une histoire de type encyclopédique. Et son ouvrage s’est imposé comme une référence indispensable pour la connaissance de la colonie mais aussi pour la poursuite des recherches sur ses aspects les plus divers. Cependant ce modèle de construction historienne ne sera pas repris tel quel. L’effervescence révolutionnaire que l’auteur s’est gardé d’aborder a, elle, placé le sociopolitique au cœur des débats, des réflexions et de l’écriture historienne. Cela perdurera, se renforcera même, en raison sans doute de la place centrale qu’occuperont le renversement du système esclavagiste et l’accession à l’indépendance dans le discours historien. Le moment révolutionnaire est autrement important. L’explosion de la parole a étonnement vu s’animer des discussions autour des questions de méthodes par des protagonistes de tous horizons. L’importance des documents, l’administration de la preuve, le soupçon de faux, l’art de l’argumentation et de la réfutation, la désacralisation de la parole d’autorité, la valorisation des points de vue situés, la place du témoin et des témoignages… les données sont nombreuses qui ont ouvert des voies possibles. Notamment pour interroger la bibliothèque coloniale en contexte postcolonial. D’autant plus que l’indépendance ne signe pas l’extinction immédiate du discours colonialiste et esclavagiste.

Persistance du récit colonial et nouveau discours historien

  • 31 Dans la deuxième moitié du xixe siècle, un groupe de colons de Guadeloupe et de Martinique entrepre (...)
  • 32 Entre autres : Malenfant, colonel, 1814 ; Lacroix, général, 1819 ; Debord, officier, 1858.

31À partir de l’indépendance, les Haïtiens devront élaborer leur propre discours historien. Cependant, ils n’ont pas le champ libre. Plusieurs catégories d’intervenants s’expriment sur l’histoire de Saint-Domingue et d’Haïti. Les colons sont en première ligne, rejoints par des coloniaux, notamment ceux d’autres possessions françaises31. D’anciens administrateurs et surtout des officiers de l’expédition envoyée par Napoléon Bonaparte en vue de rétablir l’esclavage en 1802 apportent leurs témoignages32. Des intervenants, a priori n’entretenant aucun lien direct avec Saint-Domingue, proposent également leurs recherches et leurs analyses. On y retrouve des défenseurs de la France coloniale, des abolitionnistes (anglais, états-uniens, français) plutôt sympathisants d’Haïti et des historiens aux motivations, aux préoccupations apparemment distinctes de celles des autres groupes cités.

  • 33 Sur l’indemnité, ce qu’elle suppose et ce qu’elle implique, voir la thèse de Joachim (1969) qui y v (...)
  • 34 Voir, entre autres, Jollivet, 1843, 11, 25, 36-38, 55-61.
  • 35 Castonnet des Fossés, 1884 ; 1886 ; 1893.

32Les colons ne baissent donc pas les bras en 1804. Ils continuent de polémiquer sur la perte de la colonie et d’échafauder toutes sortes de plans de reconquête. Les publications pullulent avec plus ou moins d’intensité jusqu’à la reconnaissance officielle par la France de l’indépendance moyennant indemnité en 1825. À partir de cette date, les offensives sont moins intenses sans cesser pour autant, d’autant plus que le montant de l’indemnité allait être renégocié en 183833. Le cas d’Haïti ne manque pas d’être invoqué au moment d’envisager l’abolition de l’esclavage dans les colonies françaises dans les années 184034. En fait, tout au cours du xixe siècle, la question de la perte de Saint-Domingue est constamment thématisée. Romuald Lepelletier de Saint-Rémy, auditeur au Conseil d’État et secrétaire de la Société maritime de Paris (1844), chef du Bureau du régime politique et du commerce des colonies (1849), qui présidera l’agence centrale des banques coloniales en 1854, propose en 1846, dans une étude parue en deux volumes, une « solution nouvelle de la question haïtienne ». Vers la fin du siècle, comme l’historien Henri Castonnet des Fossés35, Camille Lucien Xavier Guy, administrateur colonial, se penche sur le sujet. Agrégé d’histoire et de géographie, Guy a été professeur à l’École coloniale et à l’École des hautes études commerciales. Chef du service géographique et des missions au ministère des Colonies en 1895, il devient gouverneur du Sénégal (1903-1907), puis de la Réunion (1908-1910) et de la Guinée (1910-1913). En 1898, il publie dans le no 3 du Bulletin de géographie historique et descriptive une étude intitulée « La perte de Saint-Domingue : du traité d’Amiens au couronnement de Dessalines : d’après les Mémoires de Vincent, du chef de bataillon Martin, du créole Lacroze, des généraux Kerversau et Perrénion, conservés aux archives des colonies (fonds Moreau Saint-Merri F. 283). » Le texte paraît en 1900 sous forme de brochure, édité par l’Imprimerie nationale.

  • 36 Jean-Jacques Dessalines, le premier chef d’État haïtien, né en 1758, est assassiné en 1806. Le pays (...)
  • 37 Voir, entre autres, Vastey, 1814 ; 1816 ; 1817.
  • 38 Daut, 2017. Cette étude a été précédée d’une autre biographie, celle de Laurent Quevilly, parue en  (...)
  • 39 Daut, 2017, 57.

33La contre-offensive des Haïtiens n’a pas tardé. La figure emblématique de cette entreprise est Jean-Louis Vastey, baron de Vastey36 (1781-1820) qui s’emploie à une lecture critique, vigoureuse, dénonciatrice même, du système colonial esclavagiste en réponse aux discours colonialistes et esclavagistes persistants des colons jusqu’aux années 182037. Marlene Daut lui a consacré un livre bien documenté38 dans lequel elle met en évidence l’importance des écrits de l’auteur, leur diffusion, leurs circulations (y compris en traduction anglaise) et leur impact en dehors d’Haïti. Daut soutient que de Vastey est l’auteur haïtien le plus discuté de la première moitié du xixe siècle39, aussi bien dans le pays qu’à l’étranger. Son œuvre aux multiples facettes, y compris historiennes, en ce qu’elle dévoile les fondements du colonialisme, en ce qu’elle amorce la tradition de déconstruction du racisme colonial, de l’esclavage colonial, serait, selon l’auteure, aux origines du Black Atlantic Humanism. Avec de Vastey une ligne discursive, appelée à perdurer, est vigoureusement énoncée. Elle ne circonscrit pas le champ historiographique, elle permet de voir, avec le discours qu’elle conteste, que dans les premières années du xixe siècle apparaît un point de divergence essentiel et durable entre les approches françaises et haïtiennes de l’histoire de la colonie et de la révolution. La première, dans la continuité d’une conceptualisation esquissée pendant la période révolutionnaire, tend à se construire autour de la perte de Saint-Domingue et la seconde autour de la conquête de la liberté.

34L’officialisation de l’indépendance le 1er janvier 1804 constitue un moment fondateur pour l’historiographie à venir. Dès cette date, proclamations, déclarations officielles, propos de célébrations patriotiques, écrits littéraires ou polémiques, sermons religieux, libelles, iconographie, etc., convoquent, à un niveau ou à un autre, des éléments du passé récent et/ou lointain de l’île. La nécessité d’un discours proprement historien, répondant avant tout aux préoccupations internes, est tout aussi manifeste. Cependant, l’historiographie haïtienne s’affirme véritablement à partir des années 1830, sous l’impulsion d’un groupe de jeunes qui, formant cénacle, avec un organe de diffusion (Le Républicain créé en 1835, remplacé par L’Union, 1837-1839), produisent des œuvres littéraires, discutent de littérature et d’histoire, s’engagent dans la recherche et l’écriture historiennes. Presque tous les premiers historiens ont commencé par publier des articles dans ces périodiques. Trois d’entre eux dominent cette historiographie naissante par l’ampleur de leurs travaux : Thomas Madiou (1814-1884), Beaubrun Ardouin (1796-1865), Joseph Saint-Rémy (1815-1858). Linstant Pradine (1812-1883) est à rapprocher d’eux par le caractère et la portée de son entreprise. D’autres figures se sont signalées avec des contributions quantitativement plus modestes, néanmoins d’un intérêt non négligeable. Parmi eux, se distinguent : Beauvais Lespinasse (1811-1863), Edmond Bonnet (?-1873), Émile Nau (1812-1860). D’autres encore, de la génération suivante, prendront le relais, comme Justin Bouzon (1850-1928) ou encore Louis-Joseph Janvier (1855-1911).

  • 40 Sur la constitution de ce groupe, voir Joseph, 2014 et 2017.
  • 41 Voir la note 36.

35Les protagonistes de cette historiographie naissante n’ont pas participé à la guerre d’indépendance. Appartenant au groupe restreint des lettrés40, ils sont parvenus à l’âge adulte à une période de relative stabilité41, sous le long règne (1818-1843) de Jean-Pierre Boyer. Les uns et les autres soulignent l’urgence de la connaissance, de la compréhension, de la mise en récit des événements du passé, d’autant plus qu’ils assistent à la disparition progressive des derniers témoins et acteurs de la révolution et de la guerre d’indépendance. S’ils n’ont pas été eux-mêmes acteurs de ces événements, ils sont impliqués dans la vie sociopolitique en tant que fonctionnaires de l’État occupant parfois d’éminents postes politiques et/ou diplomatiques. De telles positions leur offrent quelques facilités. Elles leur permettent de voyager à travers le pays et à l’étranger. Elles les placent au cœur de réseaux, internes et externes, susceptibles d’être mobilisés pour accéder à des sources conservées au sein de l’administration, obtenir des informations rares ou encore atteindre témoins et acteurs à interroger et accéder à des archives privées. Et enfin, c’est souvent en témoins et/ou acteurs qu’ils traitent les périodes récentes. Autant de possibilités qui peuvent être autant de contraintes limitant considérablement l’autonomie de l’historien, maintenant à vif ses réflexes claniques, imprégnant ses jugements, réduisant la portée de ses considérations critiques.

36Thomas Madiou, à son retour en 1835 dans le pays après des études de droit en France, envisage la rédaction d’une histoire d’Haïti dont il a constaté l’inexistence. Son Histoire d’Haïti, de 1492 à 1848, s’étend sur huit volumes, les trois premiers ayant paru de son vivant. Beaubrun Ardouin, pour sa part, envisage d’abord la rédaction d’une biographie avant d’inscrire celle-ci dans un vaste panorama en onze tomes intitulé Études sur l’histoire d’Haïti ; suivies de la vie du général J.-M. Borgella (1853-1860). Joseph Saint-Rémy, lui aussi, part d’un projet de biographie pour aboutir à une (re)lecture générale, d’où son œuvre principale : Pétion et Haïti, étude monographique et historique, parue de 1854 à 1857 en cinq tomes. Il avait auparavant, en 1839, publié un bref Essai sur Henri-Christophe, général haïtien, avant de rédiger une étude plus développée sur la Vie de Toussaint-L’Ouverture, parue en 1850. Il édite en 1853 les Mémoires de Toussaint, après avoir réédité deux ans auparavant ceux, imprimés en 1804 et déjà introuvables, de Louis Boisrond-Tonnerre (1776-1806), secrétaire et principal conseiller de Jean-Jacques Dessalines (le premier chef d’État haïtien), rédacteur de l’acte de l’indépendance. Joseph Balthazar Inginac (1773-1847), général de division, ex-secrétaire général du cabinet de Jean-Pierre Boyer, a également livré au public, en 1843, ses Mémoires : depuis 1797 jusqu’à 1843. En 1864, Edmond Bonnet édite les Souvenirs historiques de Guy Joseph Bonnet [1773-1843], son père, que lui-même a mis en ordre et rédigés. Linstant Pradine aussi a recueilli et publié des documents mais d’une tout autre nature et à une tout autre échelle. Juriste de formation, il a compilé, ordonné et publié, avec des notes historiques de jurisprudence et de concordance, un Recueil général des lois et actes du Gouvernement d’Haïti, depuis la proclamation de son indépendance. L’ouvrage, paru en huit tomes de 1851 à 1888, couvre la période de 1804 à 1845. Avec Les Constitutions d’Haïti (1801-1885), parues en 1886, Louis-Joseph Janvier adopte une démarche comparable mais focalisée uniquement sur la loi mère constamment réécrite tout au long du xixe siècle. Janvier analyse les circonstances de rédaction de chaque constitution, le mouvement sociopolitique dont elle résulte, les intentions des constituants et la durée de vie des chartes. C’est toute l’histoire politique du pays qui est alors analysée par le prisme du rapport à la loi et des formes de gouvernement expérimentées, en vue de formuler des propositions de réforme.

  • 42 Pour une analyse de l’écriture historienne que propose cet ouvrage, voir Middelanis, 2006 ; Chemla, (...)

37En somme, le premier moment de l’historiographie d’Haïti est marqué par trois types principaux de publication : des mémoires, des études et des compilations. Études et compilations s’inscrivent dans la perspective d’une histoire d’une plus ou moins longue durée, avec une focalisation sur le politique et le juridique. La biographie, grand objet de préoccupation, est conçue comme partie intégrante de cette perspective historienne. Lorsqu’elle est prise comme point de départ, elle commande la délimitation chronologique des études ainsi que le choix des moments ou événements à mettre en relief. Il existe des études que l’on peut qualifier de particulières, en ce qu’elles se focalisent sur un groupe spécifique, sur un moment, un épisode, comme l’Histoire des Affranchis de Saint-Domingue (1882) de Beauvais Lespinasse, l’Histoire des caciques d’Haïti (1854) d’Émile Nau, ou encore Études historiques sur la présidence de Faustin Soulouque (1847-1849) (1894) de Justin Bouzon. Ces travaux sont conçus, en général, comme des compléments à la longue histoire envisagée. Il en est de même pour les compilations de Pradine et de Janvier ainsi que les analyses qui les accompagnent, bien que ces publications ouvrent les voies spécifiques d’une histoire sectorielle, celle du droit en l’occurrence. La composante spatiale est importante dans la grande construction historienne projetée. C’est par une Géographie de l’île d’Haïti qu’Ardouin a démarré ses publications en 1832. L’ouvrage, qui sera par la suite adaptée pour l’enseignement des jeunes, est précédé d’un précis et de la date des événements les plus remarquables de l’histoire d’Haïti. Quant à Madiou, il reconnaît tout l’intérêt qu’a eu pour lui Voyage dans le Nord d’Haïti (1824) de Hérard Dumesle (1784-1858), dans lequel le parlementaire et homme de loi du Sud relate sa pérégrination à travers le pays visitant les lieux où se sont déroulés les principaux événements de la révolution42.

  • 43 En 1888, Dantès Fortunat publie Nouvelle géographie de l’île d’Haïti, contenant des notions histori (...)
  • 44 Petit, 1771 ; Moreau de Saint-Méry, 1784-1790.

38Dans ce projet d’une histoire panoramique d’Haïti, la nature et l’importance des sources varient selon les périodes. La bibliothèque coloniale comporte des sources a priori secondaires, dont certaines demeurent les seules existantes, comme c’est le cas pour des écrits des xve et xvie siècles. La plupart de ces publications indiquent des sources primaires à chercher, à localiser et à consulter. Dans bien des cas, les seules sources disponibles sont des écrits d’auteurs européens. Émile Nau le reconnaît sans détours : son histoire des caciques est redevable aux récits européens d’époque. Il s’agit pour lui de proposer une nouvelle synthèse mais en vue d’une histoire d’Haïti du point de vue des Haïtiens, estimant que Madiou ne s’est pas assez attardé sur cette période. Madiou, lui aussi en remontant à 1492, utilise les publications connues pour la période et ne prétend pas, pour la période espagnole, apporter des éléments nouveaux ; il en est d’ailleurs de même pour sa présentation de la mise en place et du fonctionnement de la colonisation française. Il précise avoir consulté des auteurs espagnols, français, anglais et américains qui ont écrit de 1492 à 1789. Quant à Ardouin, sa Géographie de l’île d’Haïti est un abrégé de données tirées de l’ouvrage encyclopédique de Moreau de Saint-Méry : Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue. Il y ajoute toutefois tout ce qu’il a pu recueillir lors de ses déplacements dans le pays, pour la période contemporaine, comme Moreau de Saint-Méry lui-même l’avait fait avant lui pour écrire sa Description… De même, son précis d’histoire d’Haïti, qui précède la géographie, tire sa substance des publications existantes43. Par ailleurs, le Recueil de Pradine et la compilation des constitutions par Janvier rappellent, prolongent en quelque sorte, les travaux du même type effectués par Émilien Petit (1713-1780 ?) et Moreau de Saint-Méry pour la colonie44. Il faut ajouter ici que Sémexant Rouzier (1845-1927) est, avec Léon Laforesterie (?-1889), et soutenu par 246 souscripteurs, à l’initiative de la deuxième édition de la Description… de Moreau de Saint-Méry, parue en 1875 chez L. Guérin à Paris. L’initiative et le soutien qu’elle a reçu confirment l’intérêt que revêtait l’ouvrage pour les intellectuels haïtiens jusqu’à la fin du xixe siècle. On comprend l’intérêt personnel de Rouzier quand on sait que quelques années plus tard il entreprend de publier lui aussi un ouvrage de type encyclopédique, dans lequel les données historiques occupent une place significative. Le titre complet explicite l’ampleur de l’entreprise :

  • 45 Rouzier, 1892-1928.

Dictionnaire géographique et administratif universel d’Haïti illustré, comprenant un article général sur l’île d’Haïti, la République dominicaine ; des notices géographiques, topographiques, statistiques administratives, commerciales, domaniales, agricoles, maritimes, militaires, rurales, postales, télégraphiques, industrielles, descriptives, historiques, politiques, financières, économiques, ecclésiastiques, civiles, judiciaires, biographiques et littéraires, sur les départements, les arrondissements, les communes, les quartiers, les postes militaires, les hameaux, les fortifications, les provinces, les districts ; des notices détaillées sur les habitations, les montagnes, les plaines, les forêts, la géologie, les eaux minérales, les mines, les fleuves, les rivières, torrents, ravines et lacs, les baies, les ports et les golfes, les détroits, îles et îlots, presqu’îles, isthmes, caps, phares et les rues, etc. etc., et tous les tarifs en usage ; avec gravures, illustrations, plans, cartes et vues dans le texte, et une carte coloriée de l’île d’Haïti ou Guide général en Haïti45.

39Les instigateurs de la nouvelle historiographie accordent un intérêt particulier à la période révolutionnaire. Tout en gardant un œil sur les publications d’époque, notamment celles d’administrateurs et d’anciens officiers de l’expédition envoyée par Bonaparte pour rétablir l’esclavage en 1802, c’est sur cette période révolutionnaire que les historiens focalisent leurs recherches en archives. Une première difficulté surgit, posée d’emblée par Madiou et sans détours : l’inexistence d’archives publiques organisées dans le pays et la dispersion des archives entre les mains de particuliers. Les principales sources, les plus abondantes, les documents officiels particulièrement (correspondances administratives, rapports de toutes sortes, dossiers d’officiers et soldats, décisions judiciaires, ordonnances, résolutions d’assemblées…) sont à consulter dans l’ancienne métropole. Nos historiens travailleront dans les archives françaises et prendront soin d’indiquer la provenance et la nature de leurs sources.

40Ils accordent une place importante aux sources orales, en raison, sans doute, de la relative proximité des événements, de l’existence de témoins et d’acteurs. Ces sources orales sont utilisées de manière critique, avec un grand souci de précision. Les historiens font montre d’un sens aigu de la fragilité des sources. Ce qui trouve une compensation dans la situation d’émulation créée entre eux. Si au fur et à mesure des publications, les uns utilisent des sources publiées ou citées par les autres, les uns entendant aussi corriger les autres, cela a conduit à des contre-vérifications, à la recherche de nouvelles sources. Il leur arrive, comme on en trouve des exemples chez Saint-Rémy, de rectifier des erreurs antérieurement commises dans leurs nouvelles publications. La nouvelle historiographie démarre sur une conception ouverte de la pratique historienne en ce qui concerne les sources sur lesquelles elle repose, leur disponibilité, leurs découvertes et les limites des interprétations qu’elles rendent possibles. Les historiens ont donc manifesté une claire conscience du caractère provisoire d’un état donné des connaissances historiennes.

41Les deux séquences, révolutionnaires et postrévolutionnaires, qu’on vient de parcourir devront d’être complétées par l’analyse de bien d’autres aspects pour parvenir à bien cerner les conditions d’apparition de l’historiographie haïtienne. On peut déjà retenir que les bouleversements sociopolitiques qui ont abouti au passage d’une configuration sociétale à une autre sont posés comme une expérience historique fondatrice, conférant à l’histoire le statut de discours matriciel, en Haïti, au xixe siècle. Matriciel, en ce qu’il est celui auquel d’autres discours se réfèrent en priorité. Il fournit des données de base à reprendre, à exploiter, à explorer, à interroger, à réinventer. Il établit des repères fondamentaux sur lesquels repose le déploiement d’autres univers de pensée et de sens, qu’ils relèvent du politique, de l’artistique, de l’esthétique, de l’économique, du psychologique, etc. L’instauration politique de la société postcoloniale autorise, suscite l’élaboration et l’énonciation d’un contre-discours à même de contester les réflexions anthropologiques qui classifient et hiérarchisent les groupes humains en vue de justifier les rapports de domination des uns sur les autres. C’est ainsi que l’histoire, chargée d’expliquer, d’expliciter les conditions de formation de la nouvelle société, qui lui fournit son récit de légitimation, se trouve empreinte de toute une trame anthropologique qui la porte à viser l’horizon (général, universel) de l’humain. Les historiens et autres penseurs s’efforcent de penser, de placer le cas haïtien à l’échelle des mouvances de l’histoire du monde. Les migrations, les rencontres entre les groupes humains, les relations d’exploitation, l’esclavage, les conflits, les échanges et les transformations sociales, les dynamiques civilisationnelles, la non-fixité ou l’instabilité du genre humain…, autant de thèmes abordés à partir de l’expérience haïtienne pour contrer les discours racistes (du racisme dit scientifique et ses avatars) et défendre l’humanité de tout individu, y compris celui réduit ou ayant été réduit au statut d’esclave. En somme, les premiers historiens haïtiens ont édifié une historiographie à laquelle on ne cesse jamais de se référer tout en la critiquant.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 1789, Faits et idées sur Saint-Domingue, relativement à la révolution actuelle, Paris, Imprimerie de Seguy-Thiboust.

Anonyme, 1793, Histoire de la révolution de la partie françoise de Saint-Domingue, [Paris ?].

Anonyme, 1795, Précis de la révolution de Saint-Domingue, depuis la fin de 1789 jusqu’au 18 juin 1794, Philadelphie, Imprimerie de Parent.

Ardouin, B., 1853-1860, Études sur l’histoire d’Haïti ; suivies de la vie du général J.-M. Borgella, Paris, Dezobry et Magdeleine et chez l’auteur, 11 tomes.

Ardouin, B., 1832, Géographie de l’île d’Haïti, précédée du précis et de la date des événements les plus remarquables de son histoire, Port-au-Prince.

Barbé de Marbois, F., 1796 [an IV], Réflexions sur la colonie de Saint-Domingue : ou Examen approfondi des causes de sa ruine et des mesures adoptées pour la rétablir…, Paris, Garnery, 2 vol.

Boisrond-Tonnerre, L., 1851 [1804], Mémoires pour servir à l’histoire d’Haïti, Paris.

Bonnet, E. (recueillis et mis en ordre par), 1864, Souvenirs historiques de Guy-Joseph Bonnet, Paris, A. Durand.

Bonniol, J.-L., 1990, « La couleur des hommes, principe d’organisation sociale : le cas antillais », Ethnologie française, XX, 4, p. 410-418.

Bonniol, J.-L., 1992, La couleur comme maléfice : une illustration créole de la généalogie des Blancs et des Noirs, Paris, Albin Michel.

Boumediene, S., 2016, La colonisation du savoir. Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » (1492-1750), Vaulx-en-Velin, Éditions des mondes à faire.

Bouzon, J., 1894, Études historiques sur la présidence de Faustin Soulouque (1847-1849), Port-au-Prince/Paris, Bibliothèque nationale/Gustave Guérin et Cie.

Brégeon, J.-J., 2011, Écrire la Révolution française. Deux siècles d’historiographie, Paris, Ellipses.

Brière, J.-F., 2008, Haïti et la France, 1804-1848 : le rêve brisé, Paris, Karthala.

Buck-Morss, S., 2000, « Hegel and Haiti », Critical Inquiry, 26/4, p. 821-865.

Buck-Morss, S., 2006, Hegel et Haïti, traduit de l’anglais (États-Unis) par Noémie Ségol, Paris, Leo Scheer.

Buck-Morss, S., 2009, Hegel, Haiti and Universal History, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Casas, B. de las, 1951 [1559], Historia de las Indias, Agustín Millares Carlo (éd.), Mexico, Fondo de cultura económica, 3 vol.

Castonnet des Fossés, H., 1884, L’Île de Saint-Domingue au xviiie siècle, Nantes, Imprimerie de L. Mellinet.

Castonnet des Fossés, H., 1886, Saint-Domingue sous Louis XV, Angers, Imprimerie de Lachèse et Dolbeau.

Castonnet des Fossés, H., 1893, La perte d’une colonie : la révolution de Saint-Domingue, Paris, A. Faivre.

Célius, C. A., 1998a, « Le contrat social haïtien », Pouvoirs dans la Caraïbe, 10, p. 27- 70.

Célius, C. A., 1998b, « Le modèle social haïtien. Hypothèses, arguments et méthode », Pouvoirs dans la Caraïbe, numéro spécial, série Université de juillet, « Sciences Sociales et Caraïbe. Session 1997 », p. 110-143.

Chachereau, C., 1789, Vues politiques sur Saint-Domingue, adressées à MM. du Comité de la partie de l’Ouest, par M. Chachereau, avocat au Conseil supérieur de Saint-Domingue, Port-au-Prince, Mozart.

Charlevoix, P. P.-Fr.-X. de, 1730-1731, Histoire de l’Isle espagnole ou de S. Domingue, écrite particulièrement sur des mémoires manuscrits du P. Jean-Baptiste Le Pers, jésuite, missionnaire à Saint-Domingue, et sur les pièces originales qui se conservent au Dépôt de la Marine, Paris, H.-L. Guérin, 2 vol.

Chemla, Y., 2018, « Voyage dans le Nord d’Hayti ou Révélations des lieux et des monuments historiques, d’Hérard Dumesle (1824), un hypotexte fondateur », Continents manuscrits, 11, DOI : 10.4000/coma.3139.

Cormier, 1792, Mémoire sur la situation de Saint-Domingue à l’époque du mois de janvier 1792, Paris, Imprimerie de Migneret.

Cotelle, 1790, La Vérité. Réponse à tous les folliculaires, journalistes, gazetiers & à l’Assemblée provinciale du Nord. Par un député à l’Assemblée générale de la partie française de Saint-Domingue [Les Cayes ?, impr. de Lemery ?].

Courrejolles, 1790, Mémoire en réplique à la Justification publiée par M. de La Luzerne, sur le cinquième chef d’accusation [Saint-Domingue].

Covo, M., 2013a, « La Révolution haïtienne entre études révolutionnaires et Atlantic History », dans Thibaud, C., Entin, G., Gomez, A. et Morelli, F. (éd.), L’Atlantique révolutionnaire. Une perspective ibéro-américaine, Bécherel, Les Perséides Éditions, p. 259-288.

Covo, M. 2013b, Commerce, empire et révolutions dans le monde atlantique : la colonie de Saint-Domingue, entre métropole et États-Unis (ca. 1778-ca. 1804), thèse de doctorat d’histoire, Paris, EHESS, 3 vol.

Daut, M. L., 2015, Tropics of Haiti: Race and the Literary History of the Haitian Revolution in the Atlantic World, 1789-1865, Liverpool, Liverpool University Press.

Daut, M. L., 2017, Baron de Vastey and the Origins of Black Atlantic Humanism, New York, Palgrave Macmillan.

Debord, L., 1858, Souvenirs militaires. Exploits et histoire du récit de mes campagnes à l’armée de l’expédition de Saint-Domingue, Bordeaux, Imprimerie de Vve J. Dupuy.

Delisle, P., 2009, « D’un discours “colonial” à une approche “scientifique”. L’historiographie des Antilles françaises, des années 1850 aux années 1980 », dans Oissila, S. et Zerbini L. (éd.), La construction du discours colonial. L’empire français aux xixe et xxe siècles, Paris, Karthala, p. 186-197.

Ducoeurjoly, S.-J., 1802, Manuel des habitants de Saint-Domingue, contenant un précis de l’histoire de cette île…, Paris, Lenoir, 2 vol.

Du Tertre, R. P. J-B., 1668-1671, Histoire générale des Antilles habitées par les Français, Paris, T. Jolly, 4 vol.

Fernandes de Oviedo y Valdes, G., 1535, La Historia general de las Indias, Séville, J. Cromberger.

Ferrer, A, 2014, Freedom’s Mirror. Cuba and Haiti in the Age of Revolution, New York, Cambridge University Press.

Fortunat, D. 1888a, Nouvelle géographie de l’île d’Haïti, contenant des notions historiques et topographiques sur les autres Antilles, Paris, H. Noiroit.

Fortunat, D., 1888b, Abrégé de la géographie de l’île d’Haïti, contenant des notions topographiques sur les autres Antilles, Paris, H. Noirot.

Fortunat, D., 1894, Abrégé de la géographie de l’île d’Haïti contenant des notions topographiques sur les autres Antilles, 2e éd. revue, corrigée et augmentée, Port-au-Prince/Paris, Bibliothèque haïtienne/G. Guérin.

Garrigus, J. D., 2006, Before Haiti: race and citizenship in French Saint-Domingue, New York, Palgrave Macmillan.

Gauthier, F., 2007, L’aristocratie de l’épiderme : le combat de la Société des citoyens de couleur, 1789-1791, Paris, CNRS éditions.

Geggus, D. P., 1982, Slavery, War, and Revolution: The British Occupation of Saint Domingue 1793-1798, New York, Oxford University Press.

Gengembre, G., 1988, À vos plumes citoyens ! Écrivains, journalistes, orateurs et poètes, de la Bastille à Waterloo, Paris, Gallimard.

Gérard, A., 1970, La Révolution française, mythes et interprétations (1789-1970), Paris, Flammarion.

Gouy, L.-M. de, 1792, Idées sommaires sur la restauration de Saint-Domingue, présentées à la nation, au roi et à la colonie, Paris, Imprimerie de Boulard.

Grou, É., 2013, Débats contemporains dans l’historiographie de la Révolution haïtienne, mémoire de maîtrise en histoire, université de Montréal.

Guy, C. L. X., 1900 [1898], La perte de Saint-Domingue : du traité d’Amiens au couronnement de Dessalines : d’après les Mémoires de Vincent, du chef de bataillon Martin, du créole Lacroze, des généraux Kerversau et Perrénion, conservés aux archives des colonies (fonds Moreau Saint-Merri F. 283), Paris, Imprimerie nationale.

Hector, C. et Gliech, O. (éd.), 2012, L’historiographie allemande et la Révolution haïtienne. Approches récentes, Revue de la Société haïtienne d’histoire, de géographie et de géologie, 245-248.

Inginac, J. B., 1843, Mémoires : depuis 1797 jusqu’à 1843, Kingston, Imprimerie J. R. de Cordoval.

Janvier, L.-J., 1886, Les Constitutions d’Haïti (1801-1885), Paris, C. Marpon et E. Flammarion.

Joachim, B., 1969, Décolonisation ou néocolonialisme ? Aspects fondamentaux des relations de la France avec Haïti au xixe siècle, thèse 3e cycle, histoire, université Paris I.

Jollivet, M., 1843, Analyse des délibérations et avis des conseils coloniaux des gouverneurs et des administrateurs des colonies sur les projets d’émancipation de la commission présidée par M. le Duc de Brooglie, Paris, Imprimerie Bruneau.

Johnson, R. A., 2014, Diplomacy in Black and White. John Adams, Toussaint Louverture, and Their Atlantic World Alliance, Athens/Londres, University of Georgia Press.

Joseph, C. L., 2012, « “The Haitian Turn”: An Appraisal of Recent Literary and Historiographical Works on Haitian Revolution », The Journal of Pan African Studies, 5/6, p. 37-55.

Joseph, D., 2014, Genèse d’« une idée avantageuse d’Haïti » : socio-histoire de l’engagement des intellectuels haïtiens, 1801-1860, thèse de doctorat histoire et civilisations, Paris, EHESS.

Joseph, D., 2017, L’État haïtien et ses intellectuels. Socio-histoire d’un engagement politique (1801-1860), Port-au-Prince, Imprimerie Le Natal.

Jouhaud, C., 2008, « Écriture historique, action et immédiateté », dans Bourdin, Ph. (éd.), La Révolution, 1789-1871 : écriture d'une histoire immédiate, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, p. 37-56.

Lacroix général, P. de, 1819, Mémoires pour servir à l’histoire de la Révolution de Saint-Domingue, Paris, 2 vol.

Lepelletier de Saint-Rémy, R., 1846, Saint-Domingue, étude et solution nouvelle de la question haïtienne…, Paris, A. Bertrand, 2 vol.

Lespinasse, B., 1882, Histoire des Affranchis de Saint-Domingue, Paris, Imprimerie Joseph Kugelmann, t. I.

Lopez de Gomara, F., 1554, La Historia general de las Indias, con todos los descubrimientos y cosas notables que han acaescido en ellas, dende que se ganaron hasta agora, Anvers, chez J. Steelsio.

Madiou, T., 1987-1991 [1847-1848], Histoire d’Haïti, Port-au-Prince, Henri Deschamps, 8 tomes.

Malenfant colonel, 1814, Des Colonies, et particulièrement de celle de Saint-Domingue, mémoire historique et politique, Paris, Audibert.

McClellan, J. E. 1992, Colonialism and Science. Saint Domingue in the Old Regime, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press.

Menier, M.-A. et Debien, G., 1949, « Journaux de Saint-Domingue », Revue d’histoire des colonies, t. 36, 127-128, p. 424-475.

Middelanis, C. H., 2006, « Les mémoires fleurissent dans les lieux ruinés : Le Voyage dans le Nord d’Hayti ou les paradoxes de l’historiographie d’une jeune nation », Ethnologies, 28/1, p. 99-118.

Moreau de Saint-Méry, L. E., 1784-1790, Loix et constitutions des colonies françoises de l’Amérique sous le Vent, À Paris chez l’Auteur. Quillau. Mequignon jeune. Et au Cap François, chez M. Baudry des Lozieres. [À Paris, chez l’auteur. Moutard. Barrois l’aîné. Mequignon jeune. Les Frères Labotieres, à Bordeaux. Despilly, à Nantes], 6 vol.

Moreau de Saint-Méry, L. E., 1875 [1797] Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, 2e éd. faite d’après l’initiative de MM. S. Rouzier et Léon Laforesterie ; précédée d’une notice sur Moreau de Saint-Méry et accompagnée de l’Atlas in-folio spécial de l’île de Saint-Domingue publié par l’Auteur, Paris, Édité par L. Guérin et Cie, Paris, Théodore Morgand, Libraire-Dépositaire, 2 tomes.

Moreau de Saint-Méry, L. E., 1984 [1797] Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue, Nouvelle édition entièrement revue et complétée par le manuscrit accompagnée de plans et d’une carte hors-texte suivie d’un index des noms de personnes, par Blanche Maurel et Étienne Taillemite, Paris, Société d’histoire d’Outre-mer, 3 tomes.

Mudimbe, V. Y., 1988, The Invention of Africa, Bloomington, Indiana University Press.

Mudimbe, V. Y, 1994, The Idea of Africa, Bloomington/Indianapolis, Indiana University Press.

Nau, É., 1894 [1854], Histoire des caciques d’Haïti, 2e éd. publiée par Ducis Viard, Paris, G. Guérin.

Nicholls, D., 1979, From Dessalines to Duvalier. Race, Colour and National Independence in Haiti, Cambridge, Cambridge University Press.

Nicolson, B., 1776, Essai sur l’histoire naturelle de Saint-Domingue, Paris, Gobreau.

Oriol, M., 2002, Histoire et dictionnaire de la Révolution et de l’Indépendance d’Haïti, Port-au-Prince, Fondation pour la recherche iconographique et documentaire.

Page, P.-F., 1793, Discours historique sur la cause des désastres de la partie française de Saint-Domingue…, Paris, Imprimerie de L. Pottier de Lille.

Petit, É., 1771, Droit public, ou Gouvernement des colonies françoises d’après les loix faites pour ces pays, Paris, Delalain, 2 vol.

Platania, M., 2011, « L’historiographie du fait colonial : enjeux et transformations », Revue d’histoire des sciences humaines, 24, p. 189-207.

Pradine, L., 1851-1888, Recueil général des lois et actes du Gouvernement d’Haïti, depuis la proclamation de son indépendance, Paris, Auguste Durand, 8 tomes.

Pressoir, C., Trouillot, E. et Trouillot, H., 1953, Historiographie d’Haïti, Mexico, Instituto Panamericano de Geografia E Historia (Comision de Historia, 66 ; Historiografias, I).

Quevilly, L., 2014, Le baron de Vastey, Paris, Book on Demand.

Raynal, G.-T., 1770, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Amsterdam, s. n., 6 vol.

Raynal, G.-T., 1773-1774, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Amsterdam, La Haye, Gosse fils, 7 vol.

Raynal, G.-T., 1780, Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Genève, chez Jean-Léonard Pellet, imprimeur de la ville & de l’académie, 10 vol.

Rochefort, C., 1658, Histoire naturelle et morale des îles Antilles de l’Amérique… avec un vocabulaire Caraïbe, Rotterdam, chez A. Leers.

Rogers, D., 1999, Les libres de couleur dans les capitales de Saint-Domingue : fortune, mentalités et intégration à la fin de l’Ancien Régime (1776-1789), thèse de doctorat en histoire, Université Michel de Montaigne - Bordeaux III.

Rouzier, S., 1892-1928, Dictionnaire géographique et administratif universel d’Haïti illustré… ou Guide général en Haïti, 4 t. Paris, C. Blot (t. 1 et 2) ; Port-au-Prince (t. 3 et 4).

S. M. Y., 1803, Histoire du Consulat de Bonaparte, contenant tous les événements politiques et militaires de l’an VIII jusqu’en l’an XI, l’histoire des troubles de Saint-Domingue, et notamment la guerre avec Toussaint-Louverture.

Saint-Rémy, J., 1839, Essai sur Henri-Christophe, général haïtien, Paris, Imprimerie de F. Malteste.

Saint-Rémy, J., 1853, Mémoires du général Toussaint-Louverture, Paris, Pagnere.

Saint-Rémy, J., 1854-1857, Pétion et Haïti, étude monographique et historique, Paris, chez l’auteur et Auguste Durand éditeur, 5 tomes.

Saint-Rémy, J., 1850, Vie de Toussaint-L’Ouverture, Paris, Moquet.

Sepinwall, A. G., 2017, « Beyond The Black Jacobins: Haitian Revolution Historiography Comes of Age », Journal of Haitian Studies, 23/1, p. 4-34.

Tavarès, P. F., 1989, Hegel, critique de l’Afrique : introduction aux études critiques de Hegel sur l’Afrique, thèse de doctorat de philosophie, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Tavarès, P. F., 1992, « Hegel et Haïti ou le silence de Hegel sur Saint Domingue », Chemins Critiques, revue haïtiano-caraíbéenne, 2/3, p. 113-131.

Tavarès, P. F., 1993, « Hegel et l’abbé Grégoire : question noire et révolution française », Annales historiques de la Révolution française, 293-294, p. 491-509.

Tavarès, P. F., 1996, « Le jeune Hegel, lecteur de l’abbé Raynal. Hegel, philosophe anti-esclavagiste », Conférence donnée au Collège de France le 19 janvier, en ligne : http://pftavares.fr/wp-content/uploads/2013/05/Le-Jeune-Hegel-et-labbé-Raynal.pdf (consulté le 14 février 2019).

Tavarès, P. F., 2006 (2 décembre), « À propos de Hegel et Haïti. Lettre de Pierre Franklin Tavarès à Jean Ristat », L’Humanité, supplément Les Lettres françaises, nouvelle série no 32, p. XI-XII.

Thomasson, F., 2018, « Sweden and Haiti, 1791-1825: Revolutionary Reporting, Trade, and the Fall of Henry Christophe », The Journal of Haitian Studies, 24/2, p 4-35.

Trouillot, M.-R., 1999, « Historiography of Haiti », dans Higman, B. W. (éd.), General History of the Caribbean. VI.- Methodology and Historiography of the Caribbean, Londres/Oxford, Unesco Publishing/Macmillan Education LTD, p. 451-477.

Trüper, H., Chakrabarty, D. et Subrahmanyam, S. (éd.), 2015, Historical Teleologies in the Modern World, Londres, Bloomsbury Academic.

Vastey, baron de, 1814, Le système colonial dévoilé, Cap-Henry, P. Roux Imprimerie du Roi.

Vastey, baron de, 1816, Réflexions sur une lettre de Mazères, ex-colon français,… sur les noirs et les blancs, la civilisation de l’Afrique, le Royaume d’Hayti, etc., Sans Souci, L’Imprimerie Royale.

Vastey, baron de, 1817, Réflexions politiques sur quelques ouvrages et journaux français concernant Hayti, Cap-Henry, P. Roux Imprimerie du Roi.

Vastey, baron de, 2013, Le système colonial dévoilé, préface de Michel Hector et présentation de Jean Casimir, Port-au-Prince, Société haïtienne d’histoire, de géographie et de géologie.

Vastey, baron de, 2014, The Colonial System Unveiled, trad. et éd. par Chris Bongie, Liverpool, Liverpool University Press.

Viart, D., Chanlate jeune, Ouvrière, F., 1792, Réflexions politiques sur les troubles et la situation de la partie française de Saint-Domingue, publiées par les commissaires des citoyens de couleur de Saint-Marc et de plusieurs paroisses de cette colonie auprès de l’Assemblée nationale et du Roi, Paris, Imprimerie du Patriote françois.

Zúñiga, J.-P., 2013 « “Muchos negros, mulatos y otros colores”. Culture visuelle et savoirs coloniaux au xviiie siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 1, p. 45-76.

Haut de page

Notes

1 Voir Joseph, 2012 ; Covo, 2013a ; Grou, 2013 ; Sepinwall, 2017. Sur l’historiographie allemande et la révolution haïtienne, voir Hector et Gliech, 2012.

2 Révolution de Saint-Domingue ou Révolution haïtienne, on en discute. Voir Covo, 2013a. Parler de révolution haïtienne relèverait d’une approche téléologique, puisque la colonie s’appelait Saint-Domingue. Si l’interrogation est juste, force est de constater qu’il est fréquent que des phénomènes antérieurs et même des périodes historiques soient nommés postérieurement, en fonction de situations nouvelles. On a bien nommé un « Moyen Âge» pour signifier ce que l’on a pu considérer comme une « Renaissance». L’historiographie médiévale ne s’est pas pour autant enfermée dans la surdétermination du regard « renaissant». On persiste à parler d’« indiens » et de « précolombiens» pour désigner des habitants que les Européens ont rencontrés à partir de la fin du xve siècle. En fait la question est aussi : qui nomme, à quelles conditions une nomination s’installe et pour qui fait-elle sens ? Sur l’histoire et la complexité des téléologies, voir Trüper, Chakrabarty et Subrahmanyam, 2015.

3 Un peu dans la ligne de la démarche adoptée dans le numéro 24 de la Revue d’histoire des sciences humaines consacré à « Décolonisation et sciences humaines». Dans ce dossier, Platania (2011) fait le compte rendu d’un atelier international tenu à l’université de Francfort en octobre 2010 autour du thème « The Production of Colonial Historiography ». Il relève une absence d’interventions sur une bonne partie du xixe siècle. Une présentation sur l’avènement de l’historiographie d’Haïti aurait toute sa place. Nombre de questions soulevées font écho à cette historiographie. Quand les discussions portent, par exemple, sur l’échec de l’aventure coloniale française, il est difficile de ne pas y voir l’ombre de la perte de Saint-Domingue.

4 La principale étude traitant spécifiquement et de manière étendue de l’historiographie d’Haïti date de 1953, réalisée par Pressoir, Trouillot et Trouillot. Michel-Rolph Trouillot a consacré un chapitre à ce sujet dans le volume sur la méthodologie et l’historiographie dans l’Histoire générale de la Caraïbe éditée par l’Unesco (Trouillot, 1999). Plusieurs articles ou présentations de réédition d’ouvrages abordent la démarche de tel historien ou tel aspect de l’historiographie. Certaines études abordent les enjeux du discours historien, comme celle de Nicholls (1979) traitant de la problématique de la race, de la couleur et de l’indépendance nationale, de Dessalines à Duvalier. Daut (2015) abordant également la question de la race dans l’histoire littéraire, de 1789 à 1865.

5 Nous devons l’expression à Valentin Yves Mudimbe (1988 ; 1994). Il la conçoit comme l’ensemble des savoirs et des connaissances, produits par l’Occident colonial, qui ont inventé l’idée d’Afrique. Ces discours, que l’auteur rassemble sous l’appellation globale d’africanisme, renferment toute une série de topiques vouées à exposer la différence de l’Afrique renvoyée à un arrière-plan primitif.

6 Gengembre, 1988, 12.

7 On a parlé d’un ordre « socio-racial» en raison de la structuration de la société coloniale, au xviiie siècle, en deux pôles, maître blanc/esclave noir qui révèlerait un trait caractéristique de l’esclavage moderne : la race. « La segmentation raciale se juxtapose à la stratification socio-économique, déjà sanctionnée par une coupure juridique : de là le caractère particulièrement verrouillé du système. La “race” finit donc par devenir consubstantielle à l’ordre esclavagiste, que l’on peut désormais qualifier de socio-racial. » (Bonniol, 1990, 411). Voir aussi Bonniol, 1992. Cette caractérisation ne conviendrait pas tout à fait, selon l’analyse de Florence Gauthier. Elle procéderait d’une confusion de deux registres qu’il y a lieu de distinguer : le préjugé de couleur, qui a régi l’ordre colonial dominguois et le « racisme biologique» développé au xixe siècle. « Le premier se greffe sur un enjeu éthique et politique, qu’il convient d’analyser à la lumière des arguments échangés entre adversaires et partisans de l’ordre juridique esclavagiste. Le second emprunte aux théories essentialistes à prétention “scientifique”.» (Gauthier, 2007, 9). Jean-Paul Zúñiga fait cette mise au point : « [...]au-delà des querelles sur l’existence ou non de la race avant la race, ou des débats sur l’origine américaine ou européenne du racisme contemporain agitant souvent les historiens, l’apparition en quelques décennies d’un paradigme hégémonique expliquant la diversité humaine et battant en brèche une bonne partie des multiples explications qui l’avaient précédé, dans un large espace s’étendant à tout l’hémisphère occidental dans la première moitié du xixe siècle, constitue sans doute un phénomène majeur et fascinant. Sa rapide apparition indique que cette notion s’impose sur un terreau extrêmement favorable, aussi bien dans le monde catholique que dans le monde protestant, en Europe occidentale comme au Nouveau Monde. Celui-ci semble avoir été amplement préparé à partir d’un épicentre mexicano-antillais, où les spécificités coloniales ont été exprimées à travers le vocabulaire éprouvé de l’extraction, du sang et du lignage, particulièrement vivant dans les sociétés de conquête. Dans celles-ci, l’aspect des individus a permis d’exprimer d’une nouvelle façon une vieille pratique, celle de fonder en nature la différence sociale et culturelle. » (Zúñiga, 2013, 75).

8 Citons à titre d’exemples : La Historia general de las Indias (Fernadez de Oviedo y Valdes, 1535), La Historia general de las Indias (Lopez de Gomara, 1554), Historia de las Indias (Casas, 1559), Histoire naturelle et morale des iles Antilles de l’Amérique (Rochefort, 1658), Histoire générale des Antilles habitées par les Français (Du Tertre, 1667-1671), Histoire de l’Isle espagnole ou de S. Domingue (Charlevoix, 1730-1731), Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes (Raynal, 1770 ; 1773-1774 ; 1780), Essai sur l’histoire naturelle de Saint-Domingue (Nicolson, 1776), Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie française de l’isle Saint-Domingue (Moreau de Saint-Méry, 1797), Manuel des habitants de Saint-Domingue, contenant un précis de l’histoire de cette île (Ducoeurjoly, 1802).

9 Boumedienne (2016) qui a publié Une histoire des plantes médicinales du « Nouveau Monde » de 1492 à 1750 parle d’une « colonisation du savoir ».

10 Sur cette société savante, voir McClellan, 1992.

11 Sur le commerce avec les États-Unis pendant cette période et ses implications, voir Covo, 2013b et Johnson, 2014.

12 Ferrer, 2014, 4.

13 Sur l’occupation anglaise, Geggus, 1982.

14 Susan Buck-Morss (2000, 2006, 2009) a montré comment la révolution haïtienne est la source de la figure de la conscience chez Hegel. Si Pierre Franklin Tavarès avait, avant elle, soutenu la même thèse en se basant sur d’autres documents (1989, 1992, 1993, 1996, 2006), Buck-Morss se fonde sur la lecture par Hegel du périodique allemand Minerva qui a rapporté le déroulement de la révolution haïtienne.

15 Sur l’intérêt, peu connu, avec lequel la Révolution haïtienne a été suivie à Stockholm, voir Thomasson, 2018.

16 Gérard 1970, 9-28 ; Gengembre, 1988 ; Brégeon, 2011, 11-27.

17 Menier et Debien, 1949.

18 Oriol, 2002.

19 Elles ne pourront pas être toutes mentionnées dans le cadre de cet article. À titre indicatif, voici quelques titres : Faits et idées sur Saint-Domingue, relativement à la révolution actuelle (Anonyme, 1789) ; Mémoire en réplique à la Justification publiée par M. de La Luzerne, sur le cinquième chef d’accusation (Courrejolles, 1790) ; Idées sommaires sur la restauration de Saint-Domingue, présentées à la nation, au roi et à la colonie (Gouy, 1792) ; Mémoire sur la situation de Saint-Domingue à l’époque du mois de janvier 1792 (Cormier, 1792) ; Production historique des faits qui se sont passés dans la partie de l’Ouest depuis le commencement de la révolution de Saint-Domingue jusqu’au premier février 1792, présentée par les gardes nationales du Port-au-Prince à MM les commissaires civils (1792) ; Discours historique sur la cause des désastres de la partie française de Saint-Domingue... (Page, 1793) ; Histoire de la révolution de la partie françoise de Saint-Domingue (Anonyme, 1793) ; Précis de la révolution de Saint-Domingue, depuis la fin de 1789 jusqu’au 18 juin 1794 (Anonyme, 1795) ; Réflexions sur la colonie de Saint-Domingue : ou Examen approfondi des causes de sa ruine et des mesures adoptées pour la rétablir... (Barbé de Marbois, 1796) ; Histoire du Consulat de Bonaparte, contenant tous les événements politiques et militaires de l’an VIII jusqu’en l’an XI, l’histoire des troubles de Saint-Domingue, et notamment la guerre avec Toussaint-Louverture (S. M. Y., 1803).

20 Sur ce groupe, voir Garrigus, 2006 ; Rogers, 1999.

21 À titre d’exemples : Chachereau, 1789 ; Viart, Chanlate, Ouvriere, 1792.

22 Il s’agit de la deuxième commission civile formée de Léger-Félicité Sonthonax, Étienne Polverel et Jean-Antoine Ailhaud. Arrivée avec ses troupes dans la rade du Cap le 17 septembre 1792, elle laisse la colonie le 12 juin 1794.

23 Voir, par exemple, Cotelle, 1790.

24 Jouhaud, 2008, 55.

25 Ibid.

26 Ibid., 55-56.

27 Célius, 1998a et b.

28 Moreau de Saint-Méry, 1984, I, 9.

29 Ibid., I, 7-8.

30 Ibid., I, 10.

31 Dans la deuxième moitié du xixe siècle, un groupe de colons de Guadeloupe et de Martinique entreprend d’écrire l’histoire des Antilles françaises. Dans ces récits fortement imprégnés d’une idéologie coloniale et raciste, l’exemple de Saint-Domingue/Haïti est convoqué comme un repoussoir. Voir Delisle, 2009.

32 Entre autres : Malenfant, colonel, 1814 ; Lacroix, général, 1819 ; Debord, officier, 1858.

33 Sur l’indemnité, ce qu’elle suppose et ce qu’elle implique, voir la thèse de Joachim (1969) qui y voit le néo-colonialisme déjà à l’essai en ce premier quart du xixe siècle. Voir aussi Brière, 2008.

34 Voir, entre autres, Jollivet, 1843, 11, 25, 36-38, 55-61.

35 Castonnet des Fossés, 1884 ; 1886 ; 1893.

36 Jean-Jacques Dessalines, le premier chef d’État haïtien, né en 1758, est assassiné en 1806. Le pays est alors divisé en deux. À partir de 1807, l’Ouest est dirigé par Alexandre Pétion (1770-1818) qui y établit une république, tandis que le Nord est sous la direction d’Henry Christophe (1767-1820) qui adopte le modèle de la royauté. C’est ainsi que Vastey, qui le rejoint, a accédé au titre de baron. Le pays se réunifie à la mort de Christophe en 1820, sous l’administration du successeur de Pétion, Jean-Pierre Boyer (1776-1850).

37 Voir, entre autres, Vastey, 1814 ; 1816 ; 1817.

38 Daut, 2017. Cette étude a été précédée d’une autre biographie, celle de Laurent Quevilly, parue en 2014. L’ouvrage phare de de Vastey, Le système colonial dévoilé (1814), avait également fait auparavant l’objet d’une traduction anglaise par Chris Bongie, publiée avec un important dossier comprenant, à part la préface, une esquisse biographique de l’auteur, une longue introduction de la traductrice ainsi que des essais de Marlene Daut, Doris Garraway, Chris Bongie, Nick Nesbitt (Vastey, 2014). L’ouvrage a également été réédité par la Société haïtienne d’histoire, de géographie et de géologie, avec une préface de Michel Hector et une présentation de Jean Casimir : Vastey, 2013.

39 Daut, 2017, 57.

40 Sur la constitution de ce groupe, voir Joseph, 2014 et 2017.

41 Voir la note 36.

42 Pour une analyse de l’écriture historienne que propose cet ouvrage, voir Middelanis, 2006 ; Chemla, 2018.

43 En 1888, Dantès Fortunat publie Nouvelle géographie de l’île d’Haïti, contenant des notions historiques et topographiques sur les autres Antilles (Fortunat, 1988a). De ce volumineux ouvrage de plus de 500 pages, il en tire un Abrégé… (Fortunat, 1888b) dont une édition, revue, corrigée et augmentée est parue en 1894.

44 Petit, 1771 ; Moreau de Saint-Méry, 1784-1790.

45 Rouzier, 1892-1928.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo A. Célius, « Crise du discours colonial et apparition de l’historiographie haïtienne », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 67-93.

Référence électronique

Carlo A. Célius, « Crise du discours colonial et apparition de l’historiographie haïtienne », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3053 ; DOI : 10.4000/rhsh.3053

Haut de page

Auteur

Carlo A. Célius

CNRS, Institut des mondes africains (UMR 8171)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals