Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32DossierPositivisme(s), écoles et mouvances

Dossier

Positivisme(s), écoles et mouvances

Positivism(s): Schools and currents
Annie Petit
p. 99-128

Résumés

Comte a fondé l’« école positive » contre celles dites en philosophie « théologiques » ou « métaphysiques » et en politique « rétrogrades », « révolutionnaires », ou « stationnaires ». L’éducation est aussi un enjeu majeur de cette « école ». Les disciples se dispersent en mouvances. Certains, autour de Littré et de la revue La Philosophie positive (1867-1883) se réclament de la philosophie positive en refusant des aspects du positivisme politique et religieux. Les positivistes « complets », dirigés par Pierre Laffitte, s’expriment dans La Revue occidentale (1878-1914). Contestations et schismes se multiplient. Naît une nouvelle Société et sa Revue positiviste internationale (1906-1940). Dans cette histoire complexe les dissidents ont été les propagandistes d’une doctrine corrigée, tandis que les orthodoxes ont hésité entre le développement d’une École-enseignement ou d’une École-Église et les choix politiques ont varié. Lié à divers réseaux, le positivisme comme école de pensée est un label vivace et protéiforme.

Haut de page

Texte intégral

1Peut-on dire que le positivisme est une « école » de pensée ? Son fondateur Auguste Comte le voulait, revendiquant expressément l’appellation en l’opposant à d’autres « écoles » philosophiques et politiques. Le positivisme comtien est une « école » en un autre sens, car il fait de l’éducation un enjeu majeur – que doit-on enseigner et comment ? – d’où la diffusion de cette philosophie sous forme de « cours », les projets de fondation d’« écoles positives » et de réforme des cursus scolaires, la programmation d’institutions de formation continue.

2Les générations successives de disciples compliquent la question de l’identification de « l’école positive ». Du vivant de Comte, certains persistent à le réclamer pour maître, tout en refusant des aspects de son œuvre, surtout politiques et religieux. Comte disparu, les batailles font rage entre dissidents et orthodoxes. Mais les dissidents, qui ont le plus de notoriété, assurent d’abord la publicité du mouvement et sont pris comme représentatifs de l’« école », alors que les orthodoxes, qui l’institutionnalisent expressément, peinent à avoir une visibilité. Outre cette concurrence, les orthodoxes sont eux-mêmes divisés et les contestations créent des mouvances en lutte ouverte : le mouvement est déchiré entre ceux qui y voient surtout une « école », et ceux qui le veulent « église ». Alors, doit-on parler d’« école » ou d’« écoles » positivistes ? Les acteurs, qui refusent à d’autres l’appartenance qu’ils revendiquent, excluent la pluralité. Pourtant les « disciples » proclamés de Comte sont divers, voire opposés. Quant aux adversaires du positivisme, ils ne s’embarrassent point de nuances dans leur réprobation. Enfin, il y a des « héritiers » qui se réclament de « néo-positivismes » eux-mêmes diversifiés. L’affiliation au positivisme est aussi souvent revendiquée ou dénoncée en étant rapportée à des positions contradictoires avec celles du positivisme originel. De la mi-temps du xixe siècle jusqu’à celle du xxe, se succèdent sociétés et revues, se font et fluctuent les réseaux, dessinant une histoire complexe des désignations et appropriations.

Les origines comtiennes : de l’école positive à l’école positiviste

La volonté de faire école

  • 1 Je condense ici les analyses plus précises de Petit, 2016a.
  • 2 L’ancien, théologique et militaire, doit faire place au nouveau, fondé sur les capacités scientifi (...)
  • 3 Comte à Mill, 6 février 1844, Correspondance, II, 238.

3Lorsque Comte rompt avec Henri de Saint-Simon en 18241, il lui reproche un activisme brouillon, alors que le jeune polytechnicien veut prendre le temps d’une élaboration scientifique et systématique. Il veut s’appuyer surtout sur les savants et philosophes, et sur un renouveau de l’éducation. Délaissant les activités de journaliste, de « publiciste », Comte entreprend dès 1826 un « Cours de philosophie positive » : il le donne d’abord chez lui – à la séance d’ouverture participent les plus grands savants (dont Blainville, Fourier, Poinsot, Navier, Broussais) –, puis le professe à l’Athénée et la publication prend douze ans (1830-1842). Parallèlement il donne un « Cours philosophique d’astronomie populaire » dans le cadre de l’Association polytechnique. La volonté de réorganiser la société par l’école, au sens de l’appel aux réformes de l’enseignement et de l’éducation, en faisant « école », au sens d’une « école de pensée », est affichée clairement par Comte qui réoriente les analyses de ses écrits de jeunesse. La « Sommaire appréciation de l’ensemble du passé moderne » (1820) décrivait une concurrence de « systèmes2 » ; le « Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société » (1822-1824) opposait la « doctrine des rois » et la « doctrine des peuples » ; les « Considérations sur le pouvoir spirituel » (1826) imposaient à celui-ci la direction suprême de l’éducation, générale et spéciale. Dans la 46e leçon du Cours, Comte repose expressément les questions en termes de luttes d’« écoles », opposant « l’école rétrograde » et « l’école critique » ou « révolutionnaire », la « politique théologique » et la « politique métaphysique » et ajoutant la critique de « l’école stationnaire » ; contre la « commune impuissance » de toutes ces écoles, il propose la « politique positive » fondée sur la « philosophie nouvelle », et donc « l’école positive » seule apte à concilier ordre et progrès. La nouvelle science « sociologie » doit faire école dans tous les sens du terme : elle doit couronner les cursus et induire des nouveaux modes de pensée incitant au militantisme sociopolitique. Lorsque John Stuart Mill apporte son soutien fin 1841 et diffuse la pensée de Comte en Angleterre, celui-ci croit commencer à faire école ; en 1844 il reçoit l’appui d’Émile Littré qui multiplie des articles de propagande. Côté « cours », à Polytechnique, où il exerce quelques fonctions et remplace parfois des professeurs en titre, il s’emploie à une pédagogie très personnelle ; et, surtout, il donne à son « Cours d’astronomie populaire » du dimanche un tour de plus en plus polémique et militant. De l’introduction de ce cours, il fait un texte publié à part, le Discours sur l’esprit positif, qu’il présente comme le « manifeste de la nouvelle école3 ».

  • 4 Comte à Mill, 20 novembre 1841, Correspondance, II, 22 ; Mill à Comte, 13 mars 1843, Correspondanc (...)
  • 5 Comte à Mill, 14 novembre 1843, Correspondance, II, 212.

4Puis la « philosophie positive » est promue peu à peu en « positivisme », terme dont le « -isme » traduit la systématisation. Il y a quelques occurrences du mot « positivisme » dans le Cours, mais comme en passant, Comte ne revendiquant pas l’originalité de cet emploi. C’est dans la Correspondance qu’apparaît l’usage du terme comme un « drapeau4 » et qu’est promue « l’indispensable expression », dont Comte apprécie qu’elle soit « sans emprunter aucun nom d’auteur »5. Cependant il en use d’abord assez peu et moins souvent que Mill. Il n’y a pas d’occurrences du terme « positivisme » dans le Discours sur l’esprit positif de 1844 qui, comme l’indique son titre, reste sous la bannière plus banale du « positif » plutôt employé comme qualificatif : les acceptions du terme sont cependant précisées dans la première partie ; et l’enjeu de la seconde est le dépassement par l’« école positive » de l’antagonisme entre « l’école rétrograde » et « l’école négative » ou « école révolutionnaire » et la disqualification de « l’école stationnaire ».

De « l’école positive » à la « Société positiviste »

  • 6 Comte à George Grote, 27 février 1845, Correspondance, II, 328.

5Comte rapporte l’emploi confirmé du terme « positivisme » à une volonté de « faire un nouveau pas public6 » ; et le terme devient fréquent à partir de 1846. Il atteste d’un engagement de plus en plus net comme chef d’école, Comte parlant même d’une « seconde carrière ».

  • 7 Textes fondateurs en Annexes de Correspondance, IV, 263-271.
  • 8 Ibid., 265-266.
  • 9 Ibid., 270.

6Outre certaines circonstances, plus ou moins personnelles, de l’évolution de Comte, la promotion du positivisme se fait surtout avec la Révolution de février 1848. Comte y voit le signe attendu. Dès le 25 février, il fonde une « Association libre pour l’instruction positive du peuple » et, le 8 mars, la « Société positiviste »7. L’expression choisie est significative. L’Association devenant Société, étend nettement ses ambitions : par-delà la visée d’« instruction », elle se veut « Société politique » pour laquelle est donné un modèle, celui de la « Société des Jacobins » ; de celle-ci est rappelée l’importance dans la première partie dite « critique » de la « grande révolution » ; il s’agit maintenant, sous la devise « Ordre et Progrès », de remplir un office « organique », de « détermine[r] sans utopie l’avenir social » et de « terminer la révolution » en préparant « la grande république occidentale » vers laquelle tend la République française8. En passant aussi de « l’instruction positive » à la « société positiviste », les engagements dépassent aussi « l’école positive » dont le Discours de 1844 se voulait le « manifeste ». L’« école » renvoie plutôt au courant de pensée et aux liens doctrinaux ; le modèle de la « société » implique une organisation sociopolitique plus générale ; « positif » qualifie le philosophique, « positiviste » le politique. Mieux : le « positiviste » n’est plus seulement un qualificatif ; comme il y a eu des Jacobins, il y a dorénavant des « Positivistes9 ». Comte en précise les rôles et les conditions de recrutement. Il exige une « suffisante adhésion à l’esprit général », d’après des principes et textes de base à « adopter pleinement » : son Discours sur l’esprit positif et « l’éminent opuscule De la philosophie positive » de Littré, en attendant un autre Discours annoncé cette fois sur le « positivisme ». Il entend recruter dans « tous les rangs actuels » : des « philosophes positifs » aux « nobles prolétaires ». Enfin il envisage d’emblée l’extension de la société mère à tous les « Occidentaux ».

  • 10 Rédigé dès juin 1848, date de la « Préface ». Il résulte des reprises amplifiées du Discours de 18 (...)
  • 11 Formule donnée aux premières lignes de la conclusion du Discours. Par la suite inscrite sur les pa (...)
  • 12 Discours sur l’ensemble du positivisme, 1998, 354. Suite de la citation : « ce culte continu de l’ (...)
  • 13 Le titre complet est d’ailleurs Discours sur l’ensemble du positivisme ou Exposition sommaire de l (...)

7Tout est précisé dans le nouveau Discours sur l’ensemble du positivisme publié en juillet 184810. Le préambule est clair : « Le positivisme se compose essentiellement d’une philosophie et d’une politique, qui sont nécessairement inséparables, comme constituant l’une la base et l’autre le but d’un même système universel ». La « combinaison intime » est en même temps distinction progression : la « philosophie positive » est partie du « positivisme », qui ne saurait se réduire à celle-là ; « base » c’est-à-dire fondement de l’édifice, elle n’en est pas le tout. Promouvant le positivisme comme nouvelle doctrine générale, Comte veut satisfaire à la fois la raison, le sentiment et l’imagination, et coordonner les différents aspects de « toute notre existence » – personnelle et sociale, et spéculative, active et affective. Il vise non seulement de nouveaux modes de penser, mais aussi de sentir et d’agir, bref, de nouveaux modes de vie. Comte insiste sur la « destination sociale du positivisme », déploie le plan précis d’un « vrai système d’éducation populaire », ainsi qu’une théorie de « l’opinion publique ». Reconnaissant une « prépondérance du cœur » dans le sentiment social des prolétaires et dans la nature aimante des femmes, il prépare la substitution, à la devise duale « Ordre et Progrès » inscrite encore sur la page titre, de la devise tripartite « L’Amour pour principe ; l’Ordre pour base, le Progrès pour but11 ». La conclusion du texte, qui expose les modalités d’un nouveau « Culte de l’Humanité », passe clairement de l’exposé des luttes de doctrines – que l’auteur aime décliner en -ismes (catholicisme, théologisme, spiritualisme, communisme, déisme, et toutes « sectes métaphysiques ») – à un exposé fait le plus souvent au « nous », soulignant la communauté des « positivistes [qui] peuvent mieux que les théologistes quelconques concevoir la vie comme un vrai culte12 » ; s’amorce ainsi le passage de la nouvelle école à une nouvelle église. Pour ce « culte », et pour resserrer les liens entre positivistes, Comte prévoit des « fêtes » et esquisse un nouveau « Calendrier ». La réorganisation de la République française a aussi mission d’extension à « l’ensemble de l’Occident européen » : la page titre met le texte sous l’égide de la « république occidentale13 ».

  • 14 Les modifications du texte de 1848 sont signalées dans mes notes de l’édition Garnier-Flammarion d (...)
  • 15 Voir Correspondance, VI, 197-202, 210-211, 242-249.
  • 16 Comte ajoute ce « complément caractéristique » en octobre 1849 : à Laffitte, Correspondance, V, 98

8Des modifications notables sont apportées en 185114 lorsque ce discours devient « Discours préliminaire » d’un second grand traité. Certaines tiennent à la situation politique changée par le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte ; Comte l’accepte tout en restant fidèle à un idéal « républicain », car il voit la possibilité d’en finir avec ce qu’il a toujours désigné comme « l’anarchie parlementaire », et il espère même convertir le dictateur français pour faciliter l’installation des « Républiques positives15 ». Une modification très importante est dans l’intitulé de la conclusion qui, par-delà le « culte » déclare la « Religion de l’Humanité » ; le nouveau traité est lui-même tout entier présenté par un sous-titre qui proclame cette « religion » : Système de politique positive ou Traité de sociologie, instaurant la Religion de l’Humanité16.

  • 17 Sur les premières activités de la Société positiviste, voir Larizza, 1999 ; Pickering, 2009a et b. (...)
  • 18 Voir les Rapports dans Annexes de Correspondance, IV, 271-305 et V, 273-292.

9La nouvelle Société positiviste réunit intellectuels et ouvriers17. Les « Positivistes » produisent des rapports : ils applaudissent l’installation de la République jugée « définitive », reposent « la question du travail », élaborent « le nouveau gouvernement révolutionnaire », et s’occupent de la formation des nouveaux cadres politiques et sociaux à « l’École positive »18. Chez Comte, la fondation institutionnelle de « l’école positiviste » au sens général de groupe partageant une doctrine, va de pair avec le souci de « l’école » au sens de rénovation de l’enseignement collectif, de l’instruction et de l’éducation-formation. Provinciaux et étrangers étoffent le noyau parisien et, sous la férule du maître, s’efforcent d’élargir la propagande.

  • 19 Comte lance un « Appel » à l’aide en juillet 1848, Correspondance, IV, 281-284, repris en post-scr (...)

10Un autre critère d’appartenance à la Société est bientôt instauré : chaque membre doit souscrire au « subside » destiné à soutenir financièrement le chef de l’école19. Celui-ci rend compte de son emploi dans des Circulaires annuelles. L’évolution du nom donné au subside qui devient « sacerdotal », et celle des intitulés des Circulaires, traduisent l’évolution du chef d’école de Maître à penser, à Maître de vie et nouveau « prêtre », exigeant des adeptes apôtres ; il réclame bientôt d’être reconnu « Grand Prêtre » et « Pontife ».

  • 20 Première version discutée à la Société en novembre 1848 ; la première publication est d’avril 1849 (...)
  • 21 Comte fait une « théorie positive des sacrements » dès 1845, Correspondance, III, 27-33 et 83. Il (...)
  • 22 Termes forgés dès 1849 dans la correspondance : Correspondance, V, 49, 77.
  • 23 Voir Comte, Système, II, « Préambule général » p. 5 ; et chap. I, « Théorie générale de la religio (...)
  • 24 Tout ceci est esquissé à la fin du Discours de 1848, 261, 373-374 ; puis précisé avec ses disciple (...)
  • 25 Comte y réfléchit depuis 1850, publie une première liste systématisée en octobre 1851 comme « Bibl (...)
  • 26 Première mention en faite rapidement à la fin du Cours ; précisions données en 1848, Annexes, Corr (...)

11Le positivisme est dit « complet » en devenant Religion. L’« école » devient « église ». Comte précise et multiplie les institutions. Le nouveau Calendrier positiviste est établi comme un vaste système de commémorations permettant aux positivistes de suivre l’histoire de l’Humanité : le calendrier « concret » aligne au fil des mois et des jours la célébration des héros de l’Humanité ; le calendrier « abstrait » instaure des fêtes à propos des liens, des états et des fonctions sociales20. Comte propose aussi que la vie de tout positiviste soit scandée par de nouveaux rites et de nouveaux « sacrements21 ». Le Catéchisme positiviste (1852) ordonne la nouvelle religion dite « démontrée » en « Dogme » fourni par les sciences, rites du « culte », et mesures sociopolitiques du « régime ». Ainsi correspondent à la « sociologie », la « sociolâtrie » et la « sociocratie »22. Pour cette religion, définie par « relier et rallier23 », Comte dessine le plan des futurs lieux de réunion et les symboles – bannières, drapeaux, sceaux, etc.24. Il établit une liste d’ouvrages pour la « Bibliothèque positiviste25 », institution importante de la Société pour son versant « École ». Il se préoccupe aussi d’un « Comité positif occidental », précisé au fil des ouvrages26. Ces institutionnalisations multiples montrent aussi combien pour Comte le rapport aux sciences a évolué : la « religion de l’Humanité » n’est en aucun cas une religion « de la science » ; celle-ci fournit le « dogme » de la nouvelle religion, mais qui n’en est qu’une partie, dûment complétée, par les deux autres ; Comte envisage même de donner au « Culte » la plus grande importance ; et le nouveau sacerdoce au service de l’Humanité asservit en quelque sorte les sciences au programme sociopolitique religieux.

  • 27 Correspondance, VI, 212.

12La Société positiviste a donc, selon les mots mêmes de son fondateur, « trois caractères connexes d’école, de parti et de secte27 ».

  • 28 Sur les relations de Mill à Comte voir Petit, 1993, t. II, chap. 7 : « De l’union au désaveu » ; v (...)

13En fait, Comte a du mal à relier ses disciples et à rallier des adeptes. Mill s’éloigne vite : la correspondance avec Comte se fait de plus en plus rare et s’arrête en 184628. Cette défection est lourde de conséquences pour la propagande extérieure. Puis les relations entre Comte et Littré se gâtent, ce qui entraîne une scission. Au nom du « positivisme complet », Comte dénonce le « positivisme incomplet », « intellectuel », de ceux qui ne suivent pas les déploiements religieux.

Disciples indisciplinés

Désaccords et départs

  • 29 L’« Idéal ou religion » et l’« Idée religieuse de l’Humanité », articles au National, repris dans (...)
  • 30 Correspondance, VI, 209.
  • 31 Correspondance, VI, 272.
  • 32 Littré a essayé de fléchir l’inimitié de Comte pour sa femme Caroline, Comte le dit sous « impulsi (...)
  • 33 Correspondance, VI, 326, 352, 336, 337, 340, 342, etc.
  • 34 « Ce sera la lutte entre les vrais positivistes et les faux, entre ceux qui veulent dignement deve (...)
  • 35 Correspondance, VI, 385. 403, 437.
  • 36 Correspondance, VI, 414, 420, 439, 443-445, 450, 474.

14Littré, bien qu’il ait d’abord défendu la religion de l’Humanité29 et même accepté d’être « parrain » au premier baptême positiviste, prend des distances avec certaines tournures religieuses du positivisme : le développement des rituels et aspects sentimentaux, la sublimation de l’aimée disparue, Clotilde de Vaux, heurtent son rationalisme. Son républicanisme est aussi contrarié par le ralliement politique de Comte à Louis-Napoléon Bonaparte. En janvier 1852, Littré quitte la Société positiviste. Comte prend acte de ce retrait, juge cependant Littré comme un « honnête homme et éminent écrivain qui continuera d’être fort utile à notre propagande » et refuse de voir cette « retraite » comme une « défection »30. Par ailleurs, inquiet d’une éventuelle censure, Littré a retardé la publication du recueil qui reprend l’ensemble de ses articles du National ; Comte se récrie devant cette « prudence » où il voit « lâcheté »31. Les différends s’accusent et s’y mêlent raisons et passions32. Comte « excommunie » Littré en août 1852, déclarant avec grand fracas la « rupture irrévocable »33. Il range alors Littré dans les « révolutionnaires indisciplinables » et somme chacun de choisir son camp34. Littré est dorénavant pour Comte un esprit caduc, l’un de ces « lettrés » et « pédants académiques », voire un « faiseur de tartines », et incapable d’être plus qu’un « écrivain » du « type érudit » et de s’intégrer aux « vrais positivistes »35. Tout en dénonçant les côtés « mamamouchiques » de celui qui brigue l’Empire36, Comte persiste à s’appuyer sur les « conservateurs ». Littré, scandalisé, reste d’abord silencieux et délibérément apaisant face aux imprécations contiennes ; il continue même à verser régulièrement le subside à celui qui s’est fait Grand Prêtre d’une religion qu’il ne reconnaît pas. Jusqu’à la mort de celui qu’il persiste à dire son Maître, il se consacre aux études médicales et philologiques. Avec son collègue Charles Robin, qui a également quitté la Société positiviste, ils entreprennent une refonte complète d’un Dictionnaire de médecine en 1855, en distribuant un peu partout des références à la philosophie positive. Mais c’est à la mort de Comte qu’ils reprennent directement le flambeau de la philosophie positive et s’appliquent à propager leur positivisme corrigé.

15Lorsque Comte meurt en 1857, l’« école positiviste » qu’il s’est efforcé de fonder éclate : les positivistes « complets », fidèles d’une école-église, ont du mal à la faire connaître, tandis que le groupe excommunié en fait la notoriété.

Du groupe dissident à l’école porte-parole

16Littré multiplie les publications dont les titres proclament son affiliation : Paroles de philosophie positive (1859), Auguste Comte et la philosophie positive (1863), Principes de philosophie positive (1868), Fragments de philosophie positive (1876)… Il réédite le Cours de philosophie positive en 1864 avec une « Préface d’un disciple ». Mais s’il dit inlassablement et avec ostentation son adhésion à la « philosophie positive », il emploie fort peu les termes « positivisme » ou « positiviste » : le seul ouvrage de Littré qui mentionne le « positivisme » dans son titre est Conservation, révolution et positivisme de 1852, auquel il ajoute à la réédition de 1879 de nombreuses notes autocritiques. Le choix du titre de la revue La Philosophie positive, que fonde Littré avec un jeune intellectuel russe Grégoire Wyrouboff en 1867, traduit le même souci de marquer la distance avec les déploiements du positivisme devenu école et église. Littré use cependant du « positivisme », inscrit dans son Dictionnaire comme signifiant « système de la philosophie positive » ; il le cautionne par des préfaces élogieuses à divers ouvrages ; et à la « Préface d’un disciple » jointe à la réédition du Cours de Comte, il ajoute pour une autre réédition une « Étude sur les progrès du positivisme », jugés d’ailleurs fort satisfaisants.

  • 37 Voir Coumet, 1982 ; et Petit, 1993, II, chap. 8 « Le disciple indiscipliné ».
  • 38 Littré, 1863, IV ; voir surtout « Préface », I-XI, et toute la conclusion du livre, notamment 668- (...)
  • 39 Littré médecin vient au secours de Littré philosophe. Même principe de critique plus tard dans Lit (...)
  • 40 Littré, 1863, surtout 3e partie.
  • 41 Ibid., 677-678.
  • 42 Voir Comte à Mill, 21 octobre 1844, Correspondance, II, 292 ; et aussi 25 décembre 1844, Correspon (...)

17Mais le « positivisme » du « disciple » est loin de tout accepter de celui du maître37. En 1863, dans Auguste Comte et la philosophie positive, Littré fait le point sur les accords essentiels et les différends. Il déclare « scinder M. Comte » au nom même de la philosophie positive et pour la sauver : « maintenant avec fermeté la philosophie positive qui est la base, j’ai, avec non moins de fermeté, rejeté pour une grande part, la politique positive que M. Comte a voulu en déduire38 ». Le système est bon, à condition de trier, d’élaguer certaines conséquences et applications que Comte a crues cohérentes, mais qui ne sont aux yeux de Littré que des dérives pathologiques39. Littré assume des divergences : sur la méthode, sur le tableau cérébral, sur les relations esprit-cœur, et sur celles des mathématiques et de la logique40, et il recense bien des « lacunes » – économie politique, théorie cérébrale, et ce qu’il appelle « théorie subjective de l’humanité », déplorant la manière dont Comte a érigé la morale en septième science, et négligé la psychologie41. Or ces différends avoués touchent au cœur de la classification des sciences et à l’ordonnance de l’avenir des recherches. Ainsi celui qui, selon Comte, fut l’« homme de France qui a le plus complètement saisi et apprécié l’ensemble de la nouvelle philosophie42 », est sans aucun doute aussi celui qui ensuite a le plus travaillé à en accréditer la dissociation. À la suite de Littré, et en dépit des affirmations réitérées de Comte sur la « pleine homogénéité », l’« intime connexité », la « parfaite harmonie », l’« intime combinaison », etc., des différentes parties de son œuvre, on a beaucoup glosé sur la continuité ou la discontinuité entre la « philosophie positive » – en gros le Cours – et le « positivisme » – en gros les développements du Système de politique positive.

  • 43 Littré, 1864, V.
  • 44 Petit, 1995a ; 2014a et b.
  • 45 Petit, 1992 et 2016b.
  • 46 Wyrouboff se lance en 1865 dans une controverse à rebondissements sur La Science vis-à-vis de la r (...)

18« Disciple » proclamé de la philosophie positive, Littré présente Comte en maître d’une « école » au même titre que le furent Socrate et Platon : « Comme cet ancien maître qui écartait de son école les esprits étrangers à la géométrie, l’auteur écartait de la sienne tous ceux qui auraient voulu arriver à la philosophie sans passer par la science43 ». Mais l’insistance du renvoi à « la science positive » est aussi précisément ce qui écarte Littré et ses collègues de cette même école dont ils préfèrent taire d’autres enseignements. De fait, cela touche au plus profond la conception même des rapports science(s) et philosophie. Et dans l’approche philosophique des sciences elles-mêmes, sur fond d’accords généraux répétés, les divergences sont multiples. J’en ai précisé ailleurs quelques-unes à propos du traitement des sciences biologiques et médicales44, ou de la sociologie45. Ici, j’en retiens surtout les décalages sensibles dans les modalités du travail scientifique, disons les différences de « styles » d’approche des questions, qui déterminent en partie leur traitement. Comte se méfiait des sociétés savantes, alors que Littré et ses collaborateurs en font partie et même en fondent. Ils s’expriment surtout par articles de revue, ce qui diffère de la systématicité générale des traités comtiens. Loin d’insister comme Comte sur la dimension abstraite des sciences, ils font volontiers des études de cas, affichent leurs approches de spécialistes et ils ont un goût du pratique et de l’appliqué, assez peu prisés dans les grands traités de Comte. Leur rapport à l’histoire est aussi très différent car ils s’attachent aux détails, s’appliquent à l’érudition que Comte dédaignait au profit de fresques systématiques. En général, ils donnent à la science un rôle beaucoup plus dominant que ne le faisait Comte et ils développent un discours pro-scientifique militant46. Littré affiche en 1879 un souci de la recherche qu’il déplore ne pas trouver chez Comte :

  • 47 Littré, 1879, 379.

M. Comte, persuadé que, sous le régime positif, tout devrait avoir pour objet le bien du corps social et en général de l’humanité, condamnait la science pour la science, et interdisait les recherches sans rapport avec ce grand but [...]. Je ne partage pas cette manière de voir. J’accepte pleinement la science pour la science47.

  • 48 Analyses plus précises dans Petit, La Sociocratie, à paraître.
  • 49 Littré, 1876.

19Ces divergences touchent aussi au thème positiviste primordial de l’école au sens d’institution d’enseignement et d’éducation48. Littré avait été rapporteur en 1848 du projet d’« École positive » et l’avait défendu ; lorsqu’il reprend la question, il met l’accent sur les exigences des cursus scientifiques mais ne dit quasi plus rien sur la part de la morale49. Ses collègues de même, et s’ils défendent la morale, c’est en la déconnectant de tout religieux, au nom des valeurs de la république et de la solidarité civique et non pas au nom d’une religion fut-elle renouvelée. Charles Robin, développant des articles de la revue en ouvrage sur L’instruction et l’éducation, illustre bien en 1877 les clivages par rapport aux approches orthodoxes, donnant aux questions des rapports École-Église-État de toutes autres résonances.

  • 50 Par exemple Littré, 1871a, 189. Littré parle aussi d’un « troisième parti philosophique » quand «  (...)
  • 51 En fait le terme en -isme auquel Littré se réfère le plus fréquemment est celui de « socialisme » (...)
  • 52 Voir Heilbron, 2007.
  • 53 Études plus complètes et détaillées des contributeurs et des thèmes abordés dans Petit, La Sociocr (...)
  • 54 Voir Petit, 2014a.
  • 55 Jean-Charles Sournia rappelle qu’il y a eu procès autour de ce dictionnaire et débats au Sénat (So (...)

20Littré et ses collègues forment-ils une « école » au sens général ? Leur revue La Philosophie positive reste pendant plus de dix ans la seule qui se réfère expressément aux thèses comtiennes ; elle est en tout cas un lien institutionnel fort. Mais le groupe ainsi formé n’établit pas, contrairement à la politique de la Société positiviste, de critères d’appartenance ; il vise même à défendre une insertion publique contre tout sectarisme. Quant à l’expression d’« école positive », ils l’emploient parfois pour définir leurs positions d’ensemble, mais peu fréquemment, et plutôt dans les articles politiques50. Ils se gardent bien en tout cas de parler d’« école positiviste51 ». C’est de « la philosophie positive » qu’ils se disent porte-parole, toujours soigneusement distinguée de toutes philosophies théologiques ou métaphysiques, et ils s’en tiennent généralement là, avec éventuellement références expresses à Comte. D’autres traits lient les collaborateurs de la revue : ils sont en général des hommes d’institutions. Littré est à l’Académie des inscriptions dès 1839, il candidate à l’Académie française dès 1863 ; Robin est, avec Claude Bernard et Pierre Rayer, fondateur en 1848 de la Société de biologie, il est à l’Académie de médecine en 1858, puis à l’Académie des sciences (1866) ; Littré et Robin sont, avec Wyrouboff encore, fondateurs en 1872 d’une Société de sociologie dont la plupart des membres sont des collaborateurs de La Philosophie positive52. Les auteurs de la revue sont pour la plupart liés aux académies, universités, sociétés savantes, médias, associations diverses ; ils sont professeurs de faculté, du Muséum, ou de l’École des hautes études53 ; et il y a de nombreux médecins54. Les débats sur la refonte par Littré et Robin du Dictionnaire de médecine de Nysten, où ils ont multiplié les références à la philosophie positive, ont accentué leur notoriété en tant que porte-parole de cette philosophie55. En tout cas, l’audience qu’elle acquiert passe bien par Littré, Robin, Wyrouboff et leurs collègues de la revue.

  • 56 Études détaillées de ces réseaux dans Petit, La Sociocratie, appuyées sur Chevallier, 1974 ; Combe (...)
  • 57 La réception a lieu le 8 juillet 1875, en même temps que celles de Jules Ferry et d’Honoré Chavée. (...)

21De plus, outre leurs insertions académiques, les « disciples » proclamés de « la philosophie positive » ont des soutiens politiques importants : parmi les auteurs de la revue, il y a de nombreux élus de la République, dont J. Ferry, A. Dubost ; Littré est lié à Gambetta qui l’appelle en 1870 à Bordeaux ; Littré et Robin deviennent sénateurs. D’autres réseaux tels que la Franc-maçonnerie et la Libre-pensée soutiennent Littré et ses amis56. Les responsables de La Philosophie positive sont Maçons : Wyrouboff l’est ainsi que Jean-Marie Caubet, le secrétaire ; Littré entre à la loge de La Clémente Amitié en 1875, et l’événement fait grand bruit57 ; des « Fêtes anniversaires de la réception du Frère Littré » déplacent encore des foules. Il y a de nombreux francs-maçons parmi les contributeurs de la revue. D’autres sont engagés plutôt dans la Libre-pensée, et la revue rend compte des congrès du mouvement.

22Bref, les réseaux publicistes ou académiques, politiques ou associatifs sont multiples pour assurer le militantisme des « disciples » dissidents. En fait, Littré et ses collègues finissent bien par passer pour représentants d’une « école » positive. Et Littré en dépit de son insistance à se dire « disciple », en passe pour le chef. Mais c’est un peu malgré lui, et plutôt de l’extérieur : cette désignation est comme l’effet de paradoxes cumulés.

  • 58 Dupanloup, 1863 et 1872, 3, 5, 23. Sur les remous autour des candidatures et de l’élection de 1871 (...)
  • 59 Littré, 1877, 114 ; le texte cité est un discours de rentrée à la Cour de cassation du procureur g (...)

23Par leur notoriété et du fait que leur revue est sans concurrence jusqu’en 1878, ce sont donc les disciples dissidents qui ont d’abord pour l’essentiel assuré la propagande du positivisme. Celle-ci a été paradoxalement aidée par les polémiques dont ils furent la cible. Outre les remous autour du Dictionnaire de médecine, il y a eu les débats orchestrés par Mgr Dupanloup sur la candidature de Littré à l’Académie française, qui en font expressément un « chef d’école » : « chef d’une école et de la plus grande, de la plus redoutable école du matérialisme et du socialisme qui soit aujourd’hui chez nous58 ». Dupanloup démissionne quand Littré est enfin élu en 1871, et les cléricaux multiplient pamphlets et caricatures. En fait, tout cela lui fait aussi publicité ainsi que pour son « école ». Littré atteste de cette reconnaissance critique dans son « Étude sur les progrès du positivisme » : la mention d’« une école qui, dans ces derniers temps, a attiré l’attention est celle qui s’est donné le nom de positiviste », montre qu’en tout cas elle est connue par-delà le petit monde philosophique59. Les adversaires de l’école ont donc été en grande partie aussi ceux qui l’ont fait connaître comme telle.

  • 60 Voir l’étonnante classification faite par Charlton, 1951.

24La désignation de Littré comme chef d’école a perduré : certaines présentations du positivisme vont jusqu’à faire de Comte un des « faux représentants » du positivisme alors que Littré serait le « vrai »60. Or Littré démissionnaire de la Société positiviste en a été excommunié. Donner ainsi les dissidents pour incarnation d’une école qu’ils prétendent certes représenter mais aussi réorienter, est pour le moins en biaiser l’histoire.

25D’autres paradoxes marquent aussi les propos des directeurs de La Philosophie positive, lorsqu’ils en annoncent le dernier numéro. Le bilan reste triomphaliste.

  • 61 Robin et Wyrouboff, 1883, 321.

Notre modeste Revue qui paraissait au début avoir si peu de chances de durée, a non seulement apporté un contingent nécessaire de matériaux à l’édifice jusqu’ici inachevé de la philosophie moderne, elle a encore servi de berceau à toute une génération d’hommes qui ont exercé ou exercent présentement sur les affaires de leur pays une incontestable et salutaire influence. […] Cette tentative […] a pleinement réussi. […] La philosophie positive est entrée dans le domaine public, dans le grand courant des idées qui circulent un peu partout61.

26C’est parce que la propagande a porté ses fruits, qu’il convient de l’arrêter ; une revue défendant des idées qui sont « partout » n’est plus nécessaire. Ils s’assument alors comme « école », mais pour en déclarer les limites et la fermer.

  • 62 Ibid., 322.

En tant qu’organe d’une conception particulière du monde nous avons épuisé notre programme et fait notre temps ; la philosophie positive ayant dépassé de beaucoup les limites d’une école, nous devons pour avoir une raison d’être, nous transformer en une publication philosophique plus vaste ou disparaître62.

27En même temps, les déclarants entretiennent un flou distancié sur des « idées » divulguées :

  • 63 Idem.

Au milieu de ce concours d’idées nouvelles qui, à la fin de l’Empire, attaquaient les vieilles doctrines, il nous a semblé que les idées fort peu connues alors d’A. Comte avaient leur place ; nous les avons fait connaître, nous les avons développées, amendées, appliquées63.

Donc leur allégeance fut aussi refus de fidélité. Tout en proclamant une affiliation, ils la relativisent ; puis ils la diluent dans une compréhension large et plus floue des idées en « circulation ».

28Oui, ils furent de l’« école » mais pour en sortir.

Les disciples orthodoxes

29Du côté des orthodoxes, le mouvement se confond depuis Comte avec la Société positiviste. Comte avait exigé des marques d’adhésion claires : la souscription au subside concrétisant l’allégeance aux doctrines. Puis l’appartenance se fait par bulletins dûment signés. Pourtant l’identité d’une « école » orthodoxe n’est pas si facile à cerner : d’une part, parfois les positivistes se contentent d’inscription dans d’autres « sociétés » satellites plus spéciales telles que la Société d’enseignement ou le Cercle des prolétaires ; d’autre part, l’unité est brisée par des contestaires de l’école dominante. Des disciples que l’on peut dire intégristes protestent contre une trop grande part accordée à l’enseignement qui leur paraît préjudiciale à d’autres missions. L’école de pensée, visant une formation sociopolitique et religieuse, a des relations complexes avec l’école-enseignement.

Stratégie institutionnelle

  • 64 Sur Laffitte, voir Petit, 2005 ; sur les disciples de son école, voir Petit, 2003.
  • 65 Comte s’en était auto-promu « Grand Prêtre » ; mais il n’avait pas expressément désigné un success (...)

30Après Comte, les disciples « complets », qui ont souscrit à une philosophie positive développée en « religion », se regroupent autour de Pierre Laffitte64. Comte avait constitué une « Exécution testamentaire » dont Laffitte était président. Laffitte est aussi désigné « directeur du positivisme65 » en 1857 et le reste jusqu’à sa mort en 1903, donc pendant plus de quarante ans. Dans la première de ses Circulaires annuelles, il déclare à ses « frères » la fidélité au « maître vénéré », précisant vouloir assumer l’héritage comtien dans son entier, c’est-à-dire concevoir son activité scientifique en fonction des devoirs du « pouvoir spirituel ».

  • 66 Laffitte reprend la publication des Circulaires annuelles ; ici la 9e Circulaire annuelle, 1857, 3

Les fonctions du président consistent à centraliser autant que possible tous les efforts de propagation et d’installation de la nouvelle école. Enseigner, conseiller, consacrer et juger, telles sont dans l’ordre naturel de développement, les fonctions de tout pouvoir spirituel quelconque66.

  • 67 Confirmation 20e Circulaire annuelle, 1868, 1-2 : « le but de nos efforts est d’organiser en Occid (...)
  • 68 Voir Laffitte, 14e Circulaire annuelle, 1862, 6.
  • 69 Voir 28e Circulaire annuelle, 1876, 8-9. La circulaire fondatrice est du 5 septembre 1876. Voir au (...)
  • 70 30e Circulaire annuelle, 3.
  • 71 31e Circulaire annuelle, 1879, 4 ; 35e Circulaire annuelle, 1883, 2 ; 36e Circulaire annuelle, 188 (...)
  • 72 20e Circulaire annuelle, 1868, 1. Sur les « Bibliothèques publiques », voir aussi 22e Circulaire a (...)
  • 73 La « Bibliothèque positiviste populaire » est créée 58 rue Réaumur en 1880, voir 33e Circulaire an (...)
  • 74 Des auteurs de la Revue occidentale et/ou conférenciers de la Socité positiviste sont francs maçon (...)

31La « nouvelle école » est une expression souvent employée par Laffitte, et elle se justifie d’autant plus qu’il s’occupe tout particulièrement de l’enseignement, qu’il présente expressément comme la première des fonctions présidentielles67. Dès décembre 1858, il ouvre un Cours philosophique sur l’histoire générale de l’Humanité, reprenant l’intitulé du dernier cours professé par Comte. Préoccupé aussi de l’enseignement des matières scientifiques, il déclare en 1862 instituer l’« enseignement positiviste » proposant un tableau-programme qui reprend l’ordonnance des sciences et de leurs subdivisions telles que Comte les a présentées68. Dès qu’ils le peuvent, Laffitte et ses « confrères » s’empressent de légaliser leur enseignement. Ils profitent de la loi du 12 juillet 1875 instituant la liberté de l’enseignement supérieur pour fonder en 187669 une Société d’enseignement positiviste supérieur (SEPS), désignée aussi comme « École positiviste »70. En 1878 Lafitte établit aussi un programme pour la « propagande » du positivisme invitant à deux types d’« annexes » : l’une pour le « haut enseignement des grandes villes » ; l’autre pour le « haut enseignement des campagnes » ; et il parle de « missions positivistes »71. Les bibliothèques sont tout particulièrement visées et prisées, car dites « un heureux moyen de rapprochements fraternels » et Laffitte définit une stratégie d’« infiltration » et de « pénétration »72. La conquête institutionnelle va bon train, surtout par les réseaux des bibliothèques populaires. Est même fondée en 1880 une Bibliothèque positiviste populaire, qui accueille de longues et denses séries de conférences73, mais elle disparaît en 1884 faute de moyens. Parallèlement aux cours de la SEPS, les positivistes interviennent dans diverses associations : cours et conférences à l’Association philotechnique, l’Association polytechnique, mais aussi dans de nombreuses sociétés académiques ou liées à l’instruction, des cercles divers plus ou moins culturels, des associations plus politiques, des associations d’étudiants, ou les sociétés liées à la Franc maçonnerie ou à la Libre-pensée, car les orthodoxes de la Société positiviste de Laffitte ont aussi leurs réseaux74.

  • 75 29e Circulaire annuelle, 1877, 5.
  • 76 Fondée par le Dr Eugène Sémerie soutenu par le Dr. Jean-François Eugène Robinet.
  • 77 Voir 30e Circulaire annuelle, 3 ; 31e Circulaire annuelle, 8-9 ; et « Notre but », premier article (...)

32Les orthodoxes cherchent aussi à se donner des organes de diffusion. Ils mettent en place le « Fonds typographique » prévu par Comte pour la publication des textes positivistes, abondé par l’abandon des droits d’auteur. Cela se fait lentement. Ils arrivent cependant à créer une collection de brochures : les « Publications de l’école positiviste75 ». Pour une revue, les choses sont encore plus compliquées, car Comte avait exprimé ses réticences ; mais l’existence de la revue des dissidents pousse les orthodoxes à vouloir la leur. En 1872-1873, il y a un premier essai : La Politique positive, sous titrée Revue occidentale76, mais elle est éphémère. Laffitte parvient en 1878 à fonder une revue durable La Revue occidentale, philosophique, sociale et politique ; sous-titrée Organe du positivisme, Laffitte la présente comme une sorte de « Journal officiel » du mouvement77. Pour en donner des nouvelles, la rubrique « Bulletin » s’amplifie et se structure par lieux ; elle annonce les cours et conférences et les publie.

  • 78 Pour les médecins, voir Petit, 2014a. Dans Petit, La Sociocratie, sont précisés les auteurs, la fr (...)
  • 79 Voir Revue occidentale, 1895, n° 3, 339-345.

33Ceci étant, que les interventions soient dans le cadre de l’enseignement systématisé et parfois regroupées en cycles, ou qu’elles soient occasionnelles et dispersées, elles restent assez générales, voire répétitives. Dans leur application à suivre les leçons du maître, celles des disciples relèvent plus du ressassement que de l’innovation. Et il s’agit de bilans plus que de recherches. Comme l’attestent les titres de leurs revues, les positivistes de l’école de Laffitte ne mettent pas au premier rang de leurs préoccupations les sciences qui se font. Peu d’auteurs d’ailleurs sont des « savants » reconnus tels : ils sont plutôt médecins, avocats ou ouvriers78. Si on s’attache aux thèmes traités et aux rubriques de la revue, le constat se redouble. Peu d’articles sont en fait consacrés aux sciences ; et quant à l’histoire, si souvent traitée par Littré et les auteurs de La Philosophie positive, elle est surtout illustrée par des « Matériaux pour servir… », ou « Documents pour… », ou « Documents relatifs à… » consacrés à préciser les détails de la biographie de Comte ou à approfondir son œuvre. L’engagement scientifique des orthodoxes est plutôt lié à l’insistance sur la « science morale » que le maître a prétendu fonder ; ou bien sur les valeurs morales de la science, d’où leur engagement dans la polémique de la fin du siècle sur la « banqueroute de la science » auprès de Berthelot79. Ce qu’ajoutent les disciples aux propos comtiens est plutôt un surcroît de systématisation.

École versus Église

  • 80 Congreve la fonde en 1867. Il aurait voulu l’appeler « Church of Humanity » ; mais après débats, l (...)
  • 81 Au départ il y a soutien, y compris financier, des Anglais. Il y a des publications au nom de cett (...)
  • 82 Audiffrent, 1878, 8.
  • 83 Voir Audiffrent, 1880 ; 1886.
  • 84 Voir Arbousse-Bastide, 2010.

34L’enseignement positiviste a un succès certain. Mais l’importance qui lui est donnée est contestée par certains adeptes pour qui les orientations trop intellectuelles négligent la sociabilité religieuse. La tension entre la mission « école » et la mission « église » est vite manifeste. Elle l’est dès la fondation d’une London Positivist Society en Angleterre80 ; vers 1878, le groupe religieux intensifie son influence jusqu’à entraîner une scission. Les protestations contre les orientations de Laffitte sont relayées en France par les Dr G. Audiffrent et E. Sémerie. Accusés de « dissidence » et exclus de la Société positiviste du 10 rue Monsieur-le-Prince, ils en fondent une autre au 30 rue Jacob, au nom de laquelle ils multiplient discours, pétitions et publications81. Les termes des débats et leur évolution sont significatifs : en 1878, Audiffrent se réclame des « doctrines d’Auguste Comte et [d]es traditions de son École82 » ; les textes ultérieurs effacent la référence à l’« école » pour ne parler que du « mouvement positiviste », terme plus général qui soutient sa critique de la « déviation intellectuelle » de Laffitte83. Audiffrent en appelle au développement de la « sentimentalité » du positivisme comtien et veut réaliser la « ligue religieuse » annoncée par les derniers textes du Maître. Des procès du même genre sont faits à Laffitte par les positivistes sud-américains, qui ont vite opté pour un positivisme « Église » et « Apostolat », et qui font bientôt schisme84. Mais Laffitte réitère la priorité à donner à l’enseignement :

  • 85 37eCirculaire annuelle, 1885, 11.

Le positivisme est une coordination du mouvement scientifique caractérisée par la création et la prépondérance de la sociologie et de la morale. Enseigner cet ensemble, le perfectionner graduellement, le caractériser par l’introduction sage et progressive du culte des grands hommes et des grandes institutions sociales, telle est la partie centrale de la religion de l’Humanité qu’il faut développer et autour de laquelle il faut grouper les divers efforts85.

  • 86 Au fil des ans, Laffitte multiplie les Présentations (sorte de baptême, plus de 25), mais aussi le (...)
  • 87 Voir 10e Circulaire annuelle, 1858, 6 ; 17e Circulaire annuelle, 1865, 2.
  • 88 C’est entre autres le cas de l’anniversaire de la naissance de Comte qui, à partir de 1888, est fê (...)
  • 89 27e Circulaire annuelle, 1875, 7 ; voir aussi 33e Circulaire annuelle, 1883, 5.
  • 90 Revue occidentale, 1887, n° 6, 394-395, avec un plan de « Pèlerinages parisiens (intra et extra mu (...)

35Laffitte accomplit pourtant les fonctions religieuses : il administre les « sacrements » et en codifie les « formules »86 ; il multiplie les commémorations et autres événements festifs du « Culte » dont la revue rend compte. Les fêtes les plus rapidement instituées sont la célébration de la naissance et de la mort de l’« incomparable fondateur »87, et celle de l’Humanité ; certaines fêtes sont occasions de Soirées familiales, avec banquet, musique, programme lyrique et, bien sûr, discours88 ; d’autres fêtes sont plus aléatoirement et plus sobrement célébrées. Les positivistes orthodoxes participent aux manifestations publiques en l’honneur d’hommes ou de femmes considérés comme héros de l’Humanité, ils en prennent même souvent l’initiative ; ils souscrivent pour l’érection de statues, ils célèbrent les centenaires. Laffitte instaure aussi les « pèlerinages » dont il fait la théorie89 ; Émile Corra en devient vite le grand ordonnateur, les intégrant comme « système d’éducation philosophique concrète90 ».

  • 91 Demande faite en novembre 1879 à Jules Ferry : voir 32e Circulaire annuelle, 1880, 3, et 33e Circu (...)
  • 92 Avec l’appui de Louis Liard et d’Ernest Renan alors administrateur du Collège de France.
  • 93 Voir Petit, 1995a.
  • 94 L’ordre des qualificatifs diffère parfois et donne Société d’enseignement positiviste populaire su (...)
  • 95 Ce Cercle, initié par F. Magnin, se déclare comme tel au Congrès international de Bâle en septembr (...)
  • 96 Voir Revue occidentale, 1886, n° 2, 220-228.
  • 97 Elle l’est le 11 mars 1894. Pour l’occasion est publiée une brochure (Montévrain, 1894, 57 p.), av (...)

36La mission d’enseignement reste cependant primordiale, car conférences, pèlerinages et fêtes sont pour ainsi dire intégrés à ces visées. Laffitte est vraiment un chef d’école, au sens où l’école de pensée est absorbée dans l’activité de l’école enseignante. Fort de son succès, Laffitte, demande pour ses cours libres du dimanche une salle en Sorbonne ; elle lui est accordée en 188091. Il s’insère ainsi dans les lieux académiques, si bien que, à l’occasion de la réfection des amphis de la Sorbonne, il demande et obtient en 1888 la grande salle du Collège de France92. Ces progrès de notoriété sont facilités par la disparition de Littré (1881) et l’arrêt de sa revue (1883). Laffitte se lie aussi avec des personnalités républicaines, qui soutiennent sa demande d’une création d’une chaire d’Histoire générale des sciences au Collège de France, obtenue en 189293. Par ailleurs, le déploiement de l’Enseignement supérieur positiviste mène à une réorganisation. L’été 1884, un Comité d’enseignement populaire est confié à Corra, et à partir de 1885, tout se fait et s’affiche sous l’égide de la Société positiviste d’enseignement populaire supérieur94. En même temps qu’est choisie la nouvelle appellation, des ouvriers entrent dans le Comité de coordination : ce sont des militants du Cercle des prolétaires positivistes, très actifs dans les organisations syndicales et ouvrières internationales95. Laffitte précise sa stratégie de « combinaisons systématiques de conférences » dans les mairies des vingt arrondissements de Paris avec le concours du Cercle96. Ce n’est en fait qu’en 1894 que la nouvelle société est officiellement constituée97.

  • 98 Les initiateurs de ce groupe sont Alfred Dubuisson et A. Peillon ; il agit de 1893 à 1896 ; voir A (...)
  • 99 Appel du 1er janvier 1894, 4 p., Arch. MAC.
  • 100 Florez, Deullin, Foucart, Robinet et Dix-Hutton, 1895, 16.
  • 101 Ibid., 19
  • 102 Ibid., 26-29.
  • 103 Il y a une douzaine d’autres Circulaires, jusqu’en 1899 (voir Arch. MAC). Les cosignataires du pre (...)

37Toutes ces attentions portées à l’enseignement déclenchent de nouvelles protestations. Certains trouvent que Laffitte bavarde mais agit trop peu : un Groupe d’action positiviste est fondé98. Le Dr Robinet, disciple de premier plan, lance un appel pour fonder une Société de propagande positiviste : il est significatif qu’il l’adresse à ses « coreligionnaires »99. D’autres « Exécuteurs testamentaires » se mobilisent. Une première brochure de L’Exécution testamentaire d’Auguste Comte à tous les positivistes est publiée en août 1895 où les propos sont vifs : les signataires dénoncent les compromissions temporelles de Laffitte ayant accepté la chaire du Collège de France, ils jugent l’« incompatibilité absolue » entre l’état de « fonctionnaire public » et les devoirs « d’un directeur religieux ou seulement d’un chef d’école »100 ; ils présentent alors le positivisme comme « secte qui a pour ferme propos de réformer l’État » ou se contentent du terme « mouvement » qu’ils reprochent à Laffitte d’avoir inféodé à l’enseignement en « troqu[ant] la tiare contre un bonnet de professeur »101. Ils dénoncent aussi des manœuvres visant la « mainmise sur la direction matérielle du groupe », tant dans la Société d’enseignement dite « opération » d’« absorption délictueuse » de la Société positiviste, que dans la SCI constituée pour l’achat du siège historique102. Les Exécuteurs font sécession et refondent leur Société, opposant leurs « circulaires » à celles de Laffitte103.

  • 104 Par exemple Nyström, 1879, 295-296 ; Fagnot, 1893, 19.

38Il reste remarquable que dans tous ces échanges, si les protagonistes débattent de la légitimité des « sociétés », et en fondent d’autres, ils ne se revendiquent guère comme « école ». Ceux qui reprochent précisément à Laffitte de trop s’intéresser à cet aspect du mouvement ne veulent point l’y réduire ; et, de son côté, Laffitte s’applique à montrer que, quoiqu’il lui soit reproché, il a une vision plus générale des missions du positivisme. En fait comme chez les dissidents, c’est plutôt à propos de politique sociale que les orthodoxes parlent d’école, et alors plutôt d’« école positiviste » qu’ils opposent en général aux « écoles communistes » ou aux « diverses écoles économistes, socialistes, sociologistes »104.

  • 105 Voir Kownacki, 1910.
  • 106 Revue occidentale, 1899, n° 4, 109-115 et 117. Le vénérable de la loge maçonnique est le directeur (...)

39En tout cas la Société positiviste sous Laffitte continue à se développer en tant que société d’enseignement, avec une reconnaissance académique de plus en plus grande. D’autres institutions sont ouvertes aux positivistes : l’École de droit où le Dr Paul Dubuisson fait un cours libre dès 1891 et surtout le Collège libre des sciences sociales dont le Dr Ernest Delbet est membre fondateur en 1895 et président-directeur jusqu’à sa mort. Les positivistes trouvent aussi d’autres tribunes : Georges Deherme leur fait bon accueil tant dans le journal, La Coopération des idées, qu’il a fondé en 1895 et qu’il dirige, que dans l’organisation de l’université populaire à laquelle il donne ce même nom en 1899 ; or c’est la matrice des universités populaires105 où s’activent des personnages importants du monde de l’éducation et de l’enseignement. En 1899, dans l’immeuble même du positivisme, rue Monsieur-le-Prince, s’installent une loge maçonnique, La Philosophie positive, et un Institut scientifique de la Libre-pensée qui lui aussi se donne pour université populaire106.

  • 107 Voir Revue occidentale, 1903, 110-111.
  • 108 Voir Revue occidentale, 1903, n° 5, 704-711 et n° 6, 847-858.
  • 109 Voir Revue occidentale, 1904, n° 1, p. 47-51. La SPEPS ou SPPES, devenant SPEP ou SEPP, perd le S (...)
  • 110 La déchéance de M. Jeannolle, Paris, 1906, Collectif, Arch. MAC.

40Pierre Laffitte maintient sa direction malgré les mouvances contestataires et les schismes. Lorsqu’il meurt en 1903, Charles Jeannolle, le successeur, est un directeur débordé et bientôt déchu. Il tente de satisfaire les critiques en instituant une direction collégiale, avec un Comité exécutif chargé de l’assister107. Pressé par ceux qui veulent intensifier les liens entre postivistes de tous les pays, il fonde le Comité positif occidental, prévu par Comte108. Une nouvelle réforme de la Société positiviste d’enseignement – qui n’est plus alors mentionné « supérieur » dans son intitulé – est entreprise en 1904109 : Corra en est en grande partie le maître d’œuvre. Malgré ces aménagements, un collectif prononce en 1906 La déchéance de M. Jeannolle110. La rupture est consommée. Corra juge bon de fonder une autre société, qui se dote d’une autre revue. La Société positiviste est vidée de la plupart de ses membres, mais elle persiste, occupant les lieux historiques du 10 rue Monsieur-le-Prince, car elle se confond avec la SCI propriétaire et gérante de l’immeuble. La plupart des auteurs de la Revue occidentale passent aussi à la nouvelle revue comme d’ailleurs les abonnés… La publication survit jusqu’en 1914 en donnant quelques échos du militantisme, des rééditions de textes et des documents d’archives. Le positivisme vit ailleurs et autrement.

Les inflexions de la Société positiviste internationale

  • 111 Voir les textes rapportant le « Mémoire préliminaire » de Corra, puis les « Statuts » dans le prem (...)
  • 112 Revue positiviste internationale, 1906, n° 1, 16.
  • 113 Ibid., 20.
  • 114 Ibid., 21.

41La nouvelle société fondée en 1906 est une Société positiviste internationale qui se dote de La Revue positiviste internationale. Plusieurs traits caractérisent ces institutions. D’une part les fondateurs tiennent à s’inscrire dans le cadre juridique de la récente loi de 1901 sur les associations111 : cette Société est donc désignée comme Association, terme neutre qui n’entre pas dans les affrontements des orientations École et/ou Église. D’autre part le qualificatif « internationale » marque une orientation plutôt politique, tout en l’appuyant sur la « philosophie positiviste » et sur la référence à l’Humanité dont la majuscule rappelle le sens religieux. Il s’agit de « l’organisation politique de l’Humanité, sous la forme d’une association de Patries » et de se « représenter le nouveau pouvoir spirituel comme une association internationale de philosophes positivistes, intervenant, au nom des intérêts généraux de la civilisation et de la morale universelle dans les grands phénomènes de la politique palétaire »112 ; cette orientation politique s’affirme aussi comme « pratique » : la nouvelle Société doit fonctionner comme un « véritable état sociocratique » soucieux de « la bonne gestion des affaires collectives »113. Enfin il s’agit de « rallier les positivistes momentanément désagrégés114 ».

42Cependant, la Société positiviste internationale, issue d’un schisme tout en se prétendant l’héritière de la Société positiviste historique, fait encore plus bouger les lignes d’une école de pensée positiviste, car, d’une part, quand elle s’en revendique, elle le fait en revendiquant aussi des versions adaptées aux évolutions liées à l’actualité, et, d’autre part, elle se disperse en sociétés annexes où les marques d’appartenance des membres sont peu aisées à vérifier.

Une politique de ralliement

  • 115 Voir document du 9 mai 1926, Arch. MAC.

43Le positivisme international se veut irénique et accueillant. La plus grande majorité des positivistes le rallie. Les exécuteurs testamentaires protestataires se retrouvent en son sein et les décédés sont régulièrement remplacés115. La nouvelle Société opte résolument pour une propagande très ouverte afin de rassembler les positivistes mais aussi de s’insérer un peu partout.

  • 116 « Circulaire adressée à tous les positivistes » le 1er juin 1906, publiée comme « Constitution de (...)

44Bien qu’en rupture avec la Société qui a développé historiquement le positivisme, Corra et ses alliés de la Société positiviste internationale affirment expressément la continuité du militantisme. Ils pensent même pouvoir installer les nouvelles instances au 10 rue Monsieur-le-Prince : la Circulaire fondatrice le dit tranquillement et les statuts le confirment116. Plus tard, Corra reconstruit l’histoire à sa manière en prétendant une continuité apaisée :

  • 117 Corra, 1933, 49.

La Revue positiviste internationale a été fondée en 1878 sous le nom de Revue occidentale par mon maître, le regretté Pierre Laffitte […]. J’ai l’honneur d’être le directeur depuis 1906, date de sa dénomination actuelle uniquement motivée par le désir de mieux caractériser son objet que l’Occident ne borne pas. À vrai dire, ces deux revues n’en font qu’une. La seconde est fille respectueuse de la première117.

  • 118 Idem.

45Tant qu’à faire, Corra se pose en héritier de toutes les obédiences, puisqu’il se dit aussi dans le sillage de La Philosophie positive de Littré et de La Politique positive de Sémerie, et il conclut : « Par conséquent la conception de notre revue a des origines lointaines, bientôt centenaire […]. C’est le travail continu d’une même école118 ». Cette reconstruction se tait sur l’affrontement avec Jeannolle et sur le fait que la Revue occidentale a survécu tout de même presque une dizaine d’années concurremment avec la Revue positiviste internationale.

  • 119 Ces rubriques sont en général tenues par Marcel Boll, s’adjoignant au besoin d’autres rédacteurs.

46La revue nouvelle emprunte d’ailleurs beaucoup à son aînée. On y trouve les mêmes rubriques – dont les « Bulletins » organisés par pays, les « Nouvelles », les « Matériaux pour servir… » l’histoire du positivisme et des disciples. Elle affiche cependant une politique de propagande et de curiosité ouvertes en multipliant des rubriques d’information : « Échos » avec beaucoup d’extraits de journaux et d’autres revues ; « Bibliographie » très abondée, qui signale voir commente des ouvrages de tous bords ; et aussi « Nouvelles publications », « Ouvrages reçus », « Livres nouveaux » et « Revue des livres ». À signaler aussi les séries « Autour de nos idées » regroupant à partir de 1918 des comptes rendus119. Les études sont loin de s’en tenir aux activités et articles de positivistes patentés. Le foisonnement de ces rubriques d’information montre une ouverture très nette de la Société et de son organe médiatique aux actualités et aux activités de multiples groupes.

  • 120 Détails sur les collaborateurs et leurs activités dans Petit, La Sociocratie, à paraître.
  • 121 Dont le Groupe Auguste Comte, fondé fin 1920 par G. Deherme et le Groupe d’études positivistes, fo (...)
  • 122 Voir aussi Revue positiviste internationale, 1935, n° 1, 42. Pour les papiers à en-tête, voir Arch (...)
  • 123 Voir Revue positiviste internationale, 1937, n° 1, 46-47, où sont enrôlés présidents de république (...)
  • 124 Sur ce CLSS, voir Bergeron, 1910 et Bruant, 2007. Le CLLS est même considéré comme « véritable ann (...)
  • 125 Institut international de sociologie (IIS) fondé en 1893 et Société de Sociologie de Paris (SSP), (...)

47Est reprise aussi très activement la politique des cours conférences pour enseigner le positivisme, par-delà l’école proprement dite, dans de multiples instances et lieux, et y intéresser intellectuels et classes populaires. Les séances se tiennent soit au siège, 54 rue de Seine, soit à l’Hôtel des sociétés savantes, soit à l’École des hautes études sociales, 16 rue de la Sorbonne. Une affluence de plus de 300 auditeurs est mentionnée à partir de 1908. La guerre de 1914-1918 bouleverse bien sûr l’ordonnance habituelle ; réunions et conférences sont moins fréquentes. Cependant les réunions de la Société d’enseignement positiviste populaire se maintiennent plus ou moins régulièrement et des séries de conférences sont organisées jusqu’en 1939-1940. Ce n’est pas le lieu de présenter les collaborateurs et conférenciers, et leurs activités120, mais il faut signaler une différence importante avec la politique de la Société positiviste précédente. Pour Laffitte, et selon les mots d’ordre répétés, il s’agissait pour les positivistes de « pénétrer » d’« infiltrer » les autres sociétés et réseaux. Les internationaux procèdent plutôt en fondant de multiples associations dérivées ou annexes, qu’ils ouvrent le plus possible. Parmi ces annexes121, la Société des amis d’Auguste Comte et de son œuvre, fondée en 1924 par Auguste Paul Edger, exprime cet infléchissement sensible car elle vise « tous ses admirateurs et sans aucune condition d’adhésion doctrinale quelconque » : les papiers officiels à en-tête disent la Société ouverte à ceux « qui ne se rattachent à aucun groupement positiviste », et précisent qu’elle « n’entraîne ni ne demande aucune espèce d’adhésion à la Synthèse positiviste, ni de la part de ses conférenciers, ni de la part de ses adhérents… » ; il est rappelé à l’occasion que « sauf exceptions, les conférenciers ne sont pas positivistes » et que s’ils « sont des professeurs d’université ou des personnalités intellectuelles ordinairement favorables à notre doctrine ; il y a pourtant des esprits moins bien disposés »122. Cette politique de propagande atteste d’une volonté d’ouverture autant que de reconnaissance et recrute très largement, y compris pour d’impressionnants Comités d’honneur123. Un grand nombre de cycles de conférences est organisé sous l’égide de la Société des amis, le plus souvent au siège de la Société positiviste internationale, puis au Collège libre des sciences sociales à l’Hôtel des sociétés savantes. Et la revue publie les interventions. La politique d’extension fonctionne alors au-delà d’une politique de ralliement : en se rapprochant de plus en plus nettement de l’Université et d’institutions de renom, où sont recrutés des conférenciers, il s’agit d’une recherche délibérée d’information et d’appuis vers les sympathisants plus lointains, y compris ceux qui avouent leurs distances. Des liens se tissent. Ils sont particulièrement étroits avec les institutions sociologiques : avec le Collège libre des sciences sociales (CLSS) bien sûr124, mais aussi avec les institutions fondées par René Worms125, dont la Revue positiviste signale d’ailleurs régulièrement les cours. Avec l’Université et particulièrement la Sorbonne, les alliances se renforcent aussi. Les rapports suivis avec Abel Rey sont révélateurs ; et par lui, qui dirige l’Institut d’histoire des sciences et des techniques et par Pierre Ducassé qui en est le secrétaire, s’instaurent des relations fortes et durables avec cette institution.

48Dans ces réseaux multiples les positivistes diffusent leurs doctrines, mais la dissémination ne fragilise-t-elle pas la consistance des systématisations originelles ?

Distanciations

49En fait Corra avait formulé dès 1904, avant même la fondation de sa nouvelle Société positiviste, une ligne de conduite distanciée :

  • 126 Corra, 1904, 290.

Les positivistes français vivent en France et au début du vingtième siècle, c’est-à-dire dans une société et dans un temps où il ne semble pas que le meilleur moyen de faire adopter le Positivisme soit de représenter Auguste Comte comme un prophète infaillible, ses œuvres comme des livres sacrés intangibles […]. N’admettant pas qu’Auguste Comte ait dispensé les générations futures d’observer et de méditer, et tenant compte surtout des corrections que le temps lui-même, juge infaillible, a fait subir à quelques-unes de ses affirmations, nous voudrions substituer à la foi un peu utopique de la première génération positiviste et au bloc de doctrines que ses représentants considéraient comme rigoureusement synthétique, des convictions moins crédules, plus rationnelles, plus expérimentales, plus positives en un mot126.

  • 127 Il s’agit de « 5° Poursuivre sous tous les aspects, en s’inspirant de l’esprit positif et relatif, (...)
  • 128 Voir Corra, 1910.

50Aussi des ambivalences sont nettes vis-à-vis des tournures religieuses du positivisme que la Société prétend perpétuer. D’emblée s’affirment quelques distances, puisque dans le texte même des Statuts, dès le premier titre qui en précise le but, le religieux est renvoyé au dernier alinéa et en des termes qui en soulignent la visée « synthétique » et une certaine distance par rapport à la « dite Religion de l’Humanité »127. Pourtant Corra s’était déjà fait, auprès de Laffitte et de Jeannolle, une spécialité des commémorations et pèlerinages et sa Société les intensifie. Les fêtes entrelacent lectures, programme musical, voire ballets, etc. ; les excursions se font avec pique-niques. Corra théorise « la philosophie des fêtes128 » : elles répondent à un « besoin naturel » puisqu’elles sont attestées chez les sauvages comme chez les civilisés, et leur histoire montre qu’elles se sont épurées, spiritualisées ; il vante leur « efficacité intellectuelle, morale et sociale ». En sus des fêtes devenues traditionnelles – de l’Humanité au 1er janvier, anniversaires de la naissance et de la mort d’Auguste Comte, fête des Morts – et des commémorations occasionnelles, les positivistes internationaux régularisent les fêtes mensuelles consacrées aux bienfaiteurs de l’Humanité et les « glorifications du culte abstrait ». Mais il ne se confère presque plus de « sacrements » : quelques célébrations de mariages, et avec moins de pompe religieuse.

  • 129 Arch. MAC. Le projet présenté est du 4 juin 1919, Revue positiviste internationale, 1919, n° 4, 66 (...)
  • 130 30 mai 1926, voir Revue positiviste internationale, 1926, n° 5, 50 et suiv. Fête inaugurée dans la (...)
  • 131 Voir Revue positiviste internationale, 1929, n° 2.

51En fait, la manière dont la Société positiviste internationale développe le côté festif du culte de l’Humanité répond au souci de pacifier les orientations « École » et « Église » : il y a insistance sur l’aspect éducatif des Fêtes, en même temps que dans leur extension s’édulcore leur portée « religieuse ». En 1921 est ainsi fondée une association préposée à l’organisation des fêtes : l’Union positiviste pour le Culte de l’Humanité dont Eugène Hyard a l’initiative, appuyé par Auguste Paul Edger129. Alors les fêtes se multiplient. Quelques-unes ont un grand retentissement : c’est un positiviste qui obtient en 1926 l’institution officielle et annuelle de la Fête des mères130 ; à la Fête de la Femme célébrée en 1929 ont participé plus de 200 personnes « malgré la saison inclémente131 ». Cependant l’Union se fait sur le « Culte » : il est significatif que l’association n’inscrive pas dans son intitulé la « Religion » de l’Humanité, et qu’il ne soit pas non plus question d’« Église ». Tout se passe comme si l’accent fortement mis sur certaines formes du « Culte » contribuait à illustrer la « religion » autant qu’à en estomper d’autres aspects.

  • 132 Corra, 1933, 51-52.

52Corra avoue d’ailleurs la distanciation de sa fidélité relative en 1933132 : il dit pour sa revue s’être « appuyé sur les vues d’Auguste Comte », mais « tout en différant d’opinions avec lui, sur quelques modalités secondaires, que l’expérience n’a pas légitimées et qui sont la généralisation arbitraire de son sentimentalisme personnel » ; ainsi la « “Religion de l’Humanité”, religion expurgée de toute superstition et de toute toxine surnaturelle », est surtout vue comme « système d’éducation intégrale, philosophique, sociale, et morale » et dont les préoccupations sont : « Connaître, aimer, servir : la Famille, la Patrie, l’Humanité ».

53De fait, les positivistes internationaux, et surtout dans le contexte des conflits mondiaux, semblent s’éloigner de la Religion de l’Humanité telle que proposée par le fondateur : ils la développent en morale civique et humanitaire, pour former une opinion plus pacifiste – ce qui ne les empêche pas de faire écho parfois au concert patriotique et aux protestations revanchardes. Il y a des tensions entre les bonnes intentions humanitaires plus ou moins religieuses et les prises de position exigées par les circonstances. Il est en tout cas significatif que si dans la revue la référence à l’humanité est toujours présente, c’est de plus en plus sans majuscule.

  • 133 Sur Marcel Boll, voir Schoettler, 2013.
  • 134 R.P.I., 1914, n° 8, 292-296 ; à propos d’une nécrologie.
  • 135 Voir la présentation par François Fagnot de larges extraits du livre d’Albert Bayet, Qu’est-ce que (...)

54Il y a d’ailleurs un mouvement général qui va d’une Religion de l’Humanité, qui perd ses majuscules, à la Science qui la gagne. Ainsi s’expriment d’autres distanciations entre les thèses du positivisme comtien et celles illustrées par le positivisme international qui vont, par-delà l’affaiblissement, jusqu’à en présenter l’exact opposé. Des positions « scientistes » sont affichées par certains comme Boll133 ou encore Ajam134. Le « rationalisme » fait aussi l’objet de débats135 au cours duquel les positivistes conviennent que, dans un monde où tant de choses ont changé, il s’agit de suivre l’esprit plutôt que la lettre de l’œuvre du maître, et ils sont prêts à en infléchir certains thèmes.

55En politique il y aurait aussi beaucoup à dire sur l’adhésion générale au consensus patriotique, ou sur les engagements de nombreux positivistes dans des charges politiques bien « temporelles », et sur le disparate de leurs positions. L’évocation des derniers directeurs du mouvement en donne une idée : Maurice Ajam, journaliste et avocat, puis homme politique (député, puis sénateur, avec passage par des responsabilités ministérielles) aux options plutôt conservatrices ; André Haarbleicher, ingénieur de la marine, haut fonctionnaire civil du Grand Orient de France, et victime de l’occupation nazie. Ces quelques indications ont pour but de montrer combien le positivisme de la Société internationale devient hétérogène.

56La propagation de plus en plus large du mouvement, en accueillant la diversité et en recherchant les ouvertures, a dilué le positivisme qu’elle voulait servir. Sans doute la Société positiviste internationale doit-elle à sa compréhension extensive sa longévité d’une quarantaine d’années : elle tient bon pendant le premier conflit mondial, mais ne résiste pas au second. Mais en 1940 le positivisme a-t-il encore une identité d’école de pensée ?

Mouvances et avatars

57Inventeur du terme « positivisme » et fondateur du mouvement qui porte ce nom, Comte le voulait comme une « école » pour faire pièce aux « écoles » dont il jugeait en son temps les positions inadéquates, périmées et dangereuses. La stratégie d’« école » n’a pas cessé après lui, pour ceux qui s’en revendiquent, plus ou moins bruyamment ou avec des fidélités corrigées, et, à l’inverse, pour les adversaires usant de la désignation comme d’une condamnation. De l’intérieur, les appropriations sont diverses. De l’extérieur, penseurs et/ou historiens dessinent des identités et des liens que ceux ainsi réunis sont loin de revendiquer. En tout cas, le positivisme a tout au cours du siècle où des Sociétés s’en sont expressément réclamées, engendré plusieurs écoles. Il y a eu la philosophie positive et le positivisme qui se veut politique et religieux ; celui qui privilégie la mission d’enseignement ou la vocation cultuelle ; celui qui inspire les militants syndicalistes engagés à gauche dans des internationales ouvrières, et celui qui tend à droite et valorise la Patrie. Le positivisme est un label aux contours flous, ouvrant à des usages variés et permettant une latitude interprétative. Cela explique sans doute sa persistance.

  • 136 Voir Le Roy, 1901 ; Cantecor, 1904 ; Rey, 1909. Sur ces débats, voir Brenner, 2003 et 2015.
  • 137 Synthèse des nombreux travaux sur et autour du Cercle de Vienne dans Oulbani, 2010.
  • 138 Le positivisme juridique est rattaché surtout à l’œuvre de Hans Kelsen (1881-1973) et le positivis (...)
  • 139 Voir Carbonnell, 1978.

58Entre les soi-disant positivistes qui en combattent des aspects, tandis que certains sont réputés positivistes en dépit de leurs protestations, entre les sympathisants qui multiplient les réserves, et les opposants qui se font parfois chaleureux, le positivisme est devenu objet d’une vulgate imprécise qui en a permis des avatars contradictoires. Ainsi en politique : il y a ceux qui ont retenu une leçon plutôt progressiste et mis l’accent sur les efforts socialisants voire socialistes, et ceux qui en ont tiré une leçon plutôt conservatrice, et insisté sur les valorisations traditionalistes « Famille, Patrie, Humanité », allant jusqu’à y trouver des arguments pour un nationalisme favorable à l’Action française. Du côté de la philosophie des sciences, des auteurs se revendiquent du positivisme pour en faire d’autres écoles aux positions parfois contraires à toutes orthodoxies et dissidences : ainsi du « positivisme nouveau » ou « absolu » en France136, ou des « néo-positivismes » autrichien et américain137 ; des liens sont faits entre positivisme et empirisme et/ou positivisme et logique, alors que le positivisme originel et fondateur de Comte s’est nettement opposé aux privilèges de l’empirisme et de la logique. Des mouvements se revendiquant de « positivisme sociologique » ou « juridique »138, posent des questions similaires puisque Comte se méfiait des questions de « droit » et voulait établir une sociologie de « devoirs ». Les historiens des Annales, combattant l’« histoire positiviste » de prédécesseurs qui, d’une part, n’ont jamais prétendu en faire et, d’autre part, la pratiquent selon des modes qui n’ont rien à voir avec ceux de Comte ou de ses disciples de tous bords139, ont aussi entretenu des confusions dans l’appréhension des désignations. Dans les usages si variés de l’étiquette « positivisme », l’« école » est pour le moins protéiforme. Mais n’est-ce pas la permanence du label, revendiqué ou dénigré, qui la fait telle ?

Haut de page

Bibliographie

Arbousse-Bastide, P., 2010, Le positivisme politique et religieux au Brésil, Turnhout, Brepols.

Audiffrent, G., 1878, Après la légende, l’histoire : Réponse… à un écrit de MM. Monier et Boudeau ayant pour titre Une question de fait, Paris, Imprimerie nouvelle (avec E. Sémerie).

Audiffrent, G., 1880, Le positivisme des derniers temps - Discours lus à la rue Jacob, Paris, Paris, Au siège de la Société positiviste, 30 rue Jacob.

Audiffrent, G., 1886, Circulaire exceptionnelle adressée aux vrais disciples d’Auguste Comte, Paris, Société anonyme des Imprimeries réunies.

Audiffrent, G., 1903, M. Laffitte et l’exécution testamentaire d’Auguste Comte, Paris, Librairie É. Branchard.

Bergeron, J., 1910, Le Collège libre des sciences sociales : ses origines, son fonctionnement, Paris, Giard et Brière.

Brenner, A., 2003, Les origines françaises de la philosophie des sciences, Paris, PUF.

Brenner, A., 2015, Les textes fondateurs de l’épistémologie française, Paris, Hermann.

Bruant, C., 2007, « Le Collège libre des sciences sociales, une université parallèle qui traverse le xxe siècle », Les Études sociales, 146, p. 3-80.

Cantecor, G., 1904, Le Positivisme, Paris, Paul Delplane.

Carbonnell, C.-O., 1978, « L’histoire dite “positiviste” en France », Romantisme, 21-22, Le(s) positivisme(s), p. 173-186.

Charlton, D. G., 1951, Positivist Thought in France during the Second Empire, Oxford, Oxford University Press.

Chevallier, P., 1974, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, vol. III, La Maçonnerie, Église de la république (1877-1944), Paris, Fayard.

Combes, A., 1998, Histoire de la Franc-maçonnerie au xixe siècle, Monaco/Paris, Éditions du Rocher.

Comte, A., 1966 [1852], Catéchisme positiviste, Paris, Garnier-Flammarion, chronologie, introduction et notes par Pierre Arnaud.

Comte, A., 1969-1970 [1851-1854], Système de politique positive, 4 vol., Paris, Anthropos, réimpression anastaltique.

Comte, A., 1973-1990, Correspondance générale et Confessions, 8 tomes, Paris, EHESS/Vrin (Archives positivistes).

Comte, A., 1995, Discours sur l’esprit positif (1844), Paris, Vrin, chronologie, introduction et notes par Annie Petit.

Comte, A., 1998 [1848], Discours sur l’ensemble du positivisme, Paris, Garnier-Flammarion, présentation, notes et chronologie par Annie Petit.

Corra, É., 1904 (mai-juin), « Rapport – Société positiviste d’enseignement populaire : constitution », Revue occidentale, 3, p. 289-298.

Corra, É., 1910, « La philosophie des fêtes », Revue philosophique internationale, 2, p. 113-123.

Corra, É., 1933 (1er mars), « Importance de la Revue Positiviste », Revue positiviste internationale, 2, p. 49-54.

Coumet, E., 1982, « La “philosophie positive de Littré” dans Émile Littré, 1801-1881, Actes du Colloque du Centenaire de la mort de Littré et Revue de Synthèse, 106-107, p. 177-214.

Dupanloup, F., 1863, Avertissement à la jeunesse et aux pères de famille sur les attaques dirigées contre la Religion par quelques écrivains de nos jours, Orléans, Blanchard.

Dupanloup, F., 1872, L’élection de Littré à l’Académie française (suivi d’une réponse au Journal des débats), Paris, Douniol.

Fagnot, F., 1893, De la réduction des heures de travail, Clermont-Ferrand, Imprimerie clermontoise, Br. 32 p.

Florez, J. S., Deullin, E., Foucart, J. B., Robinet, J. F. E. et Dix-Hutton, H., 1895 (16 août) L’exécution testamentaire d’Auguste Comte à tous les positivistes, Doc. Archives MAC, 32 p.

Guillin, V., 2009, Auguste Comte and Sexual Equality, Leyde/Boston, Brill.

Heilbron, J., 2007, « Sociologie et positivisme en France au xixe siècle : les vicissitudes de la Société de sociologie (1872-1874) », Revue française de sociologie, 48/2, p. 307-331.

Kownacki, A., 1910, Université populaire. Coopération des idées, 157, faubourg Saint-Antoine, Paris. Histoire de douze ans (1898-1910), Paris, Impr. « La Coopération du livre ».

Larizza, M., 1999, Bandiera verde contro bandiera rossa, Auguste Comte e gli inizi della Société positiviste (1848-1852), Bologne, Il Mulino.

Lalouette, J., 1997, La Libre-pensée en France 1848-1940, Paris, Albin Michel.

Lalouette, J., 2003, « Pour une approche des rapports entre libre-pensée et positivisme », dans Petit, A. (dir.), Auguste Comte. Trajectoires positivistes, 1798-1998, Paris, L’Harmattan, p. 303-315.

Le Roy, É., 1901, « Un positivisme nouveau », Revue de métaphysique et de morale, IX, p. 138-153.

Littré, É., 1852, Conservation, Révolution, Positivisme, Paris, Ladrange.

Littré, É., 1863, Auguste Comte et la philosophie positive, Paris, Hachette.

Littré, É., 1864, « Préface d’un disciple » à la réédition de Comte, Cours de philosophie positive, Paris, J. B. Baillière et fils.

Littré, É., 1867a, Auguste Comte et Stuart Mill, Paris, J. B. Baillière (suivi de Stuart Mill et la philosophie positive par Grégoire Wyrouboff).

Littré, É., 1867b (juillet-août), « Politique », La Philosophie positive, I/1, p. 127-141.

Littré, É., 1870 (mai-juin), « Socialisme », La Philosophie positive, VI/6, p. 405-431.

Littré, É., 1871a (sept.-oct.), « De la situation que les évènements ont faite à l’Europe, au socialisme et à la France », La Philosophie positive, VII/2, p. 177-199.

Littré, É., 1871b (nov.-déc.), « Remarques sur le socialisme », La Philosophie positive, VII, p. 416-429.

Littré, É., 1874 (sept.-oct.), « De la philosophie positive », La Philosophie positive, XIII, p. 161-172.

Littré, É., 1876, « École de la philosophie positive », La Philosophie positive, XVI/4, p. 5-12 ; XVI/5, p. 161 ; XVI/6, p. 321-325.

Littré, É., 1877, Étude sur les progrès du positivisme, Paris, J. B. Baillière.

Littré, É., 1879, Conservation, Révolution, Positivisme, Paris, Aux Bureaux de la Philosophie positive, 2e éd. avec remarques autocritiques.

Littré, É., 1880 (sept.-oct.), « Un cas de socialisme moral », La Philosophie positive, XXV/2, p. 307-312.

MacGee, J. E., 1931, A Crusade for Humanity, Londres, Watts & Co.

Mill, J. S., 1999 [1865], Auguste Comte et le positivisme, réédition de la traduction de Georges Clémenceau par M. Bourdeau, Paris, L’Harmattan.

Nord, P., 2000, « Utopistes, radicaux et universalistes. Les francs-maçons aux origines de la IIIe République », dans Martin, L. P. (dir.), Les Francs maçons dans la cité : les cultures politiques de la Franc-Maçonnerie en Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Nyström, A., 1879, « Le positivisme ouvrier au Congrès de Stockholm », Revue occidentale, 5, p. 291-302.

Oulbani, M., 2010, Qu’est-ce que le positivisme ?, Paris, Vrin.

Petit, A., 1992, « Comte et Littré : les débats autour de la sociologie positiviste », Communications, 54, p. 15-37.

Petit, A., 1993, Heurs et malheurs du positivisme comtien, thèse de doctorat d’État, université Paris 1.

Petit, A., 1995a, « Positivisme, Biologie, Médecine : A. Comte, E. Littré, Ch. Robin », dans Panza, M. et Pont, J.-C., Les savants et l’épistémologie vers la fin du xixe siècle, Paris, Albert Blanchard, p. 193-219.

Petit, A., 1995b, « La création de la chaire d’“Histoire générale des sciences” au Collège de France en 1892 : un héritage du positivisme », Revue française d’histoire des sciences, XLVIII/4, p. 521-556.

Petit, A., 2003, « Les disciples religieux du positivisme », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 87, Auguste Comte et la religion positiviste, p. 75-100

Petit, A., 2005, « L’œuvre de Pierre Laffitte », et « Pierre Laffitte, professeur », dans « Pierre Laffitte (1823-1903). Autour d’un centenaire », S&TP Science et techniques en perspective, Turnhout, Brepols, IIe série, n° 8, p. 23-48, et p. 49-80.

Petit, A., 2014a, « Médecine et positivisme : une troublante fascination », dans Dumasy-Queffélec, L. et Spengler, H. (dir.), Médecine, sciences de la vie et littérature, en France et en Europe, de la révolution à nos jours, vol. 3, Le médecin entre savoirs et pouvoirs, Genève, Droz, p. 27-50.

Petit, A., 2014b, « Émile Littré, médecin, philologue, historien », dans Dumasy-Queffélec, L. et Spengler, H. (dir.), Médecine, sciences de la vie et littérature, en France et en Europe, de la Révolution à nos jours, vol. 3, Le médecin entre savoirs et pouvoirs, Genève, Droz, p. 343-356.

Petit, A., 2016a, Le Système d’Auguste Comte - De la science à la religion par la philosophie, Paris, Vrin.

Petit, A., 2016b, « Comte revu et corrigé : le cas Littré », dans Revue européenne des sciences sociales, 54/2, p. 69-88.

Pickering, M., 1993, Auguste Comte, An Intellectual Biography, vol. I, Cambridge, Cambridge University Press.

Pickering, M., 2009a, Auguste Comte, An Intellectual Biography, vol. II, Cambridge, Cambridge University Press.

Pickering, M., 2009b, Auguste Comte, An Intellectual Biography, vol. III, Cambridge, Cambridge University Press.

Rey, A., 1909, « Vers le positivisme absolu », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 67, p. 461-479.

Rey, A., 1970, Littré, l’humaniste et les mots, Paris, Gallimard.

Robin, C., 1877, L’instruction et l’éducation, Paris, G. Decaux.

Robin, C. et Wyrouboff, G., 1883 (nov.-déc.), « Déclaration », La Philosophie positive, 31/3, p. 321-323.

Rol, C., 2015, « La Société de Sociologie de Paris : un continent méconnu (1895-1952) », Les Études sociales, 161-162, p. 119-173.

Shoettler, P., 2013, « Scientisme. Sur l’histoire d’un concept difficile », Revue de synthèse, 134/1, p. 89-113.

Sournia, J.-C., 1981, « Littré, lexicographe médical », Histoire des sciences médicales, 15/3, p. 227-234.

Haut de page

Notes

1 Je condense ici les analyses plus précises de Petit, 2016a.

2 L’ancien, théologique et militaire, doit faire place au nouveau, fondé sur les capacités scientifiques et industrielles.

3 Comte à Mill, 6 février 1844, Correspondance, II, 238.

4 Comte à Mill, 20 novembre 1841, Correspondance, II, 22 ; Mill à Comte, 13 mars 1843, Correspondance, II, 381.

5 Comte à Mill, 14 novembre 1843, Correspondance, II, 212.

6 Comte à George Grote, 27 février 1845, Correspondance, II, 328.

7 Textes fondateurs en Annexes de Correspondance, IV, 263-271.

8 Ibid., 265-266.

9 Ibid., 270.

10 Rédigé dès juin 1848, date de la « Préface ». Il résulte des reprises amplifiées du Discours de 1844, dont la Correspondance montre cette progression ; le nouveau titre est décidé début 1847.

11 Formule donnée aux premières lignes de la conclusion du Discours. Par la suite inscrite sur les pages titre de tous les ouvrages de Comte.

12 Discours sur l’ensemble du positivisme, 1998, 354. Suite de la citation : « ce culte continu de l’Humanité exaltera et épurera tous nos sentiments ; il agrandira et éclaircira toutes nos pensées ; il ennoblira et consolidera tous nos actes ».

13 Le titre complet est d’ailleurs Discours sur l’ensemble du positivisme ou Exposition sommaire de la doctrine philosophique et sociale propre à la grande république occidentale.

14 Les modifications du texte de 1848 sont signalées dans mes notes de l’édition Garnier-Flammarion de 1998.

15 Voir Correspondance, VI, 197-202, 210-211, 242-249.

16 Comte ajoute ce « complément caractéristique » en octobre 1849 : à Laffitte, Correspondance, V, 98.

17 Sur les premières activités de la Société positiviste, voir Larizza, 1999 ; Pickering, 2009a et b. Parmi les personnages majeurs il y a Littré, Pierre Laffitte, professeur de mathématiques, et Fabien Magnin, ouvrier menuisier. Georges Audiffrent, polytechnicien qui devient médecin sur les conseils de Comte, rejoint la Société en 1851 et entretient avec Comte une riche correspondance.

18 Voir les Rapports dans Annexes de Correspondance, IV, 271-305 et V, 273-292.

19 Comte lance un « Appel » à l’aide en juillet 1848, Correspondance, IV, 281-284, repris en post-scriptum du Discours. Littré lance la souscription en novembre : texte en annexe de Correspondance, IV, 304-305.

20 Première version discutée à la Société en novembre 1848 ; la première publication est d’avril 1849, Annexes, Correspondance, V, 292-314. Les tableaux sont repris et complétés jusqu’à la version finale de 1854, Système, IV.

21 Comte fait une « théorie positive des sacrements » dès 1845, Correspondance, III, 27-33 et 83. Il en prévoit sept en 1849, puis douze en 1850.

22 Termes forgés dès 1849 dans la correspondance : Correspondance, V, 49, 77.

23 Voir Comte, Système, II, « Préambule général » p. 5 ; et chap. I, « Théorie générale de la religion, ou théorie positive de l’unité humaine » ; et Catéchisme, « Premier entretien » ou « Théorie générale de la religion ».

24 Tout ceci est esquissé à la fin du Discours de 1848, 261, 373-374 ; puis précisé avec ses disciples, puis détaillés dans le 7e entretien du Catéchisme, et dans le dernier tome du Système.

25 Comte y réfléchit depuis 1850, publie une première liste systématisée en octobre 1851 comme « Bibliothèque du prolétaire au xixe siècle » et l’amende par la suite. La dernière version, celle du tome IV du Système, est intitulée « Bibliothèque positiviste au xixe siècle ».

26 Première mention en faite rapidement à la fin du Cours ; précisions données en 1848, Annexes, Correspondance, IV, 280-281, et « Conclusion » du Discours de 1848, 407-414 ; autres précisions et corrections en 1854, à la fin du Système.

27 Correspondance, VI, 212.

28 Sur les relations de Mill à Comte voir Petit, 1993, t. II, chap. 7 : « De l’union au désaveu » ; voir aussi Pickering, 1993, 505-538 ; 2009a, 70-132 ; et voir par Guillin, 2009, l’analyse précise du différend qui déclenche l’éloignement. Mill, 1999 [1865] précise lui-même ses positions par la suite.

29 L’« Idéal ou religion » et l’« Idée religieuse de l’Humanité », articles au National, repris dans Littré, 1852.

30 Correspondance, VI, 209.

31 Correspondance, VI, 272.

32 Littré a essayé de fléchir l’inimitié de Comte pour sa femme Caroline, Comte le dit sous « impulsion satanique ».

33 Correspondance, VI, 326, 352, 336, 337, 340, 342, etc.

34 « Ce sera la lutte entre les vrais positivistes et les faux, entre ceux qui veulent dignement devenir conservateurs et ceux qui veulent toujours rester révolutionnaires, entre les religieux et les irréligieux », Correspondance, VI, 328, 344 ; Comte donne aussi de cette lutte une version emblématique et colorée opposant « sous deux bannières féminines, la verte et la rouge », Clotilde « la vierge morte » et « l’ange » à Caroline « l’impudique vivante » et « démon », Correspondance, VI, 328, 335, 337, 340.

35 Correspondance, VI, 385. 403, 437.

36 Correspondance, VI, 414, 420, 439, 443-445, 450, 474.

37 Voir Coumet, 1982 ; et Petit, 1993, II, chap. 8 « Le disciple indiscipliné ».

38 Littré, 1863, IV ; voir surtout « Préface », I-XI, et toute la conclusion du livre, notamment 668-671.

39 Littré médecin vient au secours de Littré philosophe. Même principe de critique plus tard dans Littré, 1867a.

40 Littré, 1863, surtout 3e partie.

41 Ibid., 677-678.

42 Voir Comte à Mill, 21 octobre 1844, Correspondance, II, 292 ; et aussi 25 décembre 1844, Correspondance, II, 303.

43 Littré, 1864, V.

44 Petit, 1995a ; 2014a et b.

45 Petit, 1992 et 2016b.

46 Wyrouboff se lance en 1865 dans une controverse à rebondissements sur La Science vis-à-vis de la religion, où savants et abbés débattent déjà de ce qui alimente en fin de siècle la grande polémique sur « la faillite de la science ». Un incident survenu dans un cours de Robin en 1874 où tout un amphithéâtre répondit à l’appel de « Découvrons-nous devant la science » dit le respect enthousiaste qui lui est voué.

47 Littré, 1879, 379.

48 Analyses plus précises dans Petit, La Sociocratie, à paraître.

49 Littré, 1876.

50 Par exemple Littré, 1871a, 189. Littré parle aussi d’un « troisième parti philosophique » quand « jusque là il n’y en avait que deux, la théologie et la métaphysique », 1874, 161.

51 En fait le terme en -isme auquel Littré se réfère le plus fréquemment est celui de « socialisme » tout en précisant soigneusement le sens qu’il lui donne, voir Littré, 1867b, 140-141 ; 1870 ; 1871a, 185-194 ; 1871b ; 1880.

52 Voir Heilbron, 2007.

53 Études plus complètes et détaillées des contributeurs et des thèmes abordés dans Petit, La Sociocratie, à paraître.

54 Voir Petit, 2014a.

55 Jean-Charles Sournia rappelle qu’il y a eu procès autour de ce dictionnaire et débats au Sénat (Sournia, 1981, 231 et 232).

56 Études détaillées de ces réseaux dans Petit, La Sociocratie, appuyées sur Chevallier, 1974 ; Combes, 1998 ; Nord, 2000 ; et sur Lalouette, 1997 et 2003.

57 La réception a lieu le 8 juillet 1875, en même temps que celles de Jules Ferry et d’Honoré Chavée. L’assistance à la cérémonie solennelle est évaluée de six à huit mille personnes.

58 Dupanloup, 1863 et 1872, 3, 5, 23. Sur les remous autour des candidatures et de l’élection de 1871, voir Rey, 1970, 135-141 et 163-172.

59 Littré, 1877, 114 ; le texte cité est un discours de rentrée à la Cour de cassation du procureur général Renouard.

60 Voir l’étonnante classification faite par Charlton, 1951.

61 Robin et Wyrouboff, 1883, 321.

62 Ibid., 322.

63 Idem.

64 Sur Laffitte, voir Petit, 2005 ; sur les disciples de son école, voir Petit, 2003.

65 Comte s’en était auto-promu « Grand Prêtre » ; mais il n’avait pas expressément désigné un successeur à cette fonction suprême. Laffitte n’ayant pas d’ailleurs alors l’âge requis pour la prêtrise positiviste, en lui donnant le titre de « directeur » les positivistes pensent pallier la difficulté.

66 Laffitte reprend la publication des Circulaires annuelles ; ici la 9e Circulaire annuelle, 1857, 3.

67 Confirmation 20e Circulaire annuelle, 1868, 1-2 : « le but de nos efforts est d’organiser en Occident, 1. Un système général d’éducation universelle destiné aux 2 sexes [...]. 2. « […] en même temps, […] un culte, c’est-à-dire un ensemble de réunions et de cérémonies dans lesquelles chacun de nous soit périodiquement ramené au point de vue général [...]. 3. Enfin nous voulons instituer une direction politique [...] ».

68 Voir Laffitte, 14e Circulaire annuelle, 1862, 6.

69 Voir 28e Circulaire annuelle, 1876, 8-9. La circulaire fondatrice est du 5 septembre 1876. Voir aussi 29e Circulaire annuelle, 1877, 2.

70 30e Circulaire annuelle, 3.

71 31e Circulaire annuelle, 1879, 4 ; 35e Circulaire annuelle, 1883, 2 ; 36e Circulaire annuelle, 1884, 5-6.

72 20e Circulaire annuelle, 1868, 1. Sur les « Bibliothèques publiques », voir aussi 22e Circulaire annuelle, 1870, 1-2 et 28e Circulaire annuelle, 1876, 4.

73 La « Bibliothèque positiviste populaire » est créée 58 rue Réaumur en 1880, voir 33e Circulaire annuelle, 1881, 5-6.

74 Des auteurs de la Revue occidentale et/ou conférenciers de la Socité positiviste sont francs maçons (Émile Morlot, Jean-Baptiste et Paul Foucart, Paul Boell, Jules Mahy, Élie Boudeau, Émile Rigolage) ; voir aussi les liens attestés par Laffitte avec le franc maçon Alexandre Massol, 28e Circulaire annuelle, 1876, 2-3. Pour la Libre-pensée, voir Lalouette, 2003.

75 29e Circulaire annuelle, 1877, 5.

76 Fondée par le Dr Eugène Sémerie soutenu par le Dr. Jean-François Eugène Robinet.

77 Voir 30e Circulaire annuelle, 3 ; 31e Circulaire annuelle, 8-9 ; et « Notre but », premier article de la revue.

78 Pour les médecins, voir Petit, 2014a. Dans Petit, La Sociocratie, sont précisés les auteurs, la fréquence de leurs interventions et les sujets préférentiels des uns et des autres.

79 Voir Revue occidentale, 1895, n° 3, 339-345.

80 Congreve la fonde en 1867. Il aurait voulu l’appeler « Church of Humanity » ; mais après débats, les disciples se rallient à l’appellation « Positivist School », voir MacGee, 1931. À partir de 1878, il existe deux mouvements positivistes anglais : Congreve développe ses activités dans le Temple situé à Chapel Street ; d’autres maintiennent le lien avec la Société positiviste de Laffitte et installent Positivist Society et Positivist School à Newton Hall.

81 Au départ il y a soutien, y compris financier, des Anglais. Il y a des publications au nom de cette autre « Société positiviste » jusqu’en 1881.

82 Audiffrent, 1878, 8.

83 Voir Audiffrent, 1880 ; 1886.

84 Voir Arbousse-Bastide, 2010.

85 37e Circulaire annuelle, 1885, 11.

86 Au fil des ans, Laffitte multiplie les Présentations (sorte de baptême, plus de 25), mais aussi les Initiations, les Destinations, et les Mariages bien sûr, mais aussi les Incorporations, célébrées sept ans après la mort.

87 Voir 10e Circulaire annuelle, 1858, 6 ; 17e Circulaire annuelle, 1865, 2.

88 C’est entre autres le cas de l’anniversaire de la naissance de Comte qui, à partir de 1888, est fêté comme « la Noël positiviste » et a un beau succès : voir 41e Circulaire annuelle, 1889, 2.

89 27e Circulaire annuelle, 1875, 7 ; voir aussi 33e Circulaire annuelle, 1883, 5.

90 Revue occidentale, 1887, n° 6, 394-395, avec un plan de « Pèlerinages parisiens (intra et extra muros) correspondant aux grandes époques de la civilisation ». Des conférences sur l’évolution sociale, le vendredi, sont suivies, le dimanche, de visites aux musées et divers lieux de mémoire, patrie de personnages ou théâtres d’événements marquants.

91 Demande faite en novembre 1879 à Jules Ferry : voir 32e Circulaire annuelle, 1880, 3, et 33e Circulaire annuelle, 1881, 3.

92 Avec l’appui de Louis Liard et d’Ernest Renan alors administrateur du Collège de France.

93 Voir Petit, 1995a.

94 L’ordre des qualificatifs diffère parfois et donne Société d’enseignement positiviste populaire supérieur.

95 Ce Cercle, initié par F. Magnin, se déclare comme tel au Congrès international de Bâle en septembre 1869, voir 22e Circulaire annuelle, 1870, 8. Auguste Keüfer et Isidore Finance se succèdent à la présidence du Cercle : le premier, président de la Fédération française des travailleurs du livre, est un des fondateurs de la première CGT, le second a milité à la Fédération des travailleurs socialistes de France ; tous deux ont exercé à l’Office du travail.

96 Voir Revue occidentale, 1886, n° 2, 220-228.

97 Elle l’est le 11 mars 1894. Pour l’occasion est publiée une brochure (Montévrain, 1894, 57 p.), avec : rapide historique (p. 3-8) ; liste de tous les travaux et conférences de 1876 jusqu’à 1894, (p. 9-34) ; et reprise des statuts avec liste des 14 fondateurs (p. 38-39). Voir Archives de la Maison d’Auguste Comte (dorénavant Arch. MAC).

98 Les initiateurs de ce groupe sont Alfred Dubuisson et A. Peillon ; il agit de 1893 à 1896 ; voir Arch. MAC.

99 Appel du 1er janvier 1894, 4 p., Arch. MAC.

100 Florez, Deullin, Foucart, Robinet et Dix-Hutton, 1895, 16.

101 Ibid., 19

102 Ibid., 26-29.

103 Il y a une douzaine d’autres Circulaires, jusqu’en 1899 (voir Arch. MAC). Les cosignataires du premier manifeste sont rejoints par Congreve, Audiffrent, Delbet, Kun et A. Dubuisson. Voir aussi Audiffrent, 1903. Laffitte, lui, s’exprime sur cette crise dans les Circulaires : voir surtout 46e, 47e, 48e, et 49e Circulaires annuelles.

104 Par exemple Nyström, 1879, 295-296 ; Fagnot, 1893, 19.

105 Voir Kownacki, 1910.

106 Revue occidentale, 1899, n° 4, 109-115 et 117. Le vénérable de la loge maçonnique est le directeur de l’Université populaire.

107 Voir Revue occidentale, 1903, 110-111.

108 Voir Revue occidentale, 1903, n° 5, 704-711 et n° 6, 847-858.

109 Voir Revue occidentale, 1904, n° 1, p. 47-51. La SPEPS ou SPPES, devenant SPEP ou SEPP, perd le S de « supérieur ».

110 La déchéance de M. Jeannolle, Paris, 1906, Collectif, Arch. MAC.

111 Voir les textes rapportant le « Mémoire préliminaire » de Corra, puis les « Statuts » dans le premier numéro de la Revue positiviste internationale.

112 Revue positiviste internationale, 1906, n° 1, 16.

113 Ibid., 20.

114 Ibid., 21.

115 Voir document du 9 mai 1926, Arch. MAC.

116 « Circulaire adressée à tous les positivistes » le 1er juin 1906, publiée comme « Constitution de la Société positiviste internationale » et « Statuts » dans le premier numéro de la revue, Revue positiviste internationale, n° 1, 5-6 et 23.

117 Corra, 1933, 49.

118 Idem.

119 Ces rubriques sont en général tenues par Marcel Boll, s’adjoignant au besoin d’autres rédacteurs.

120 Détails sur les collaborateurs et leurs activités dans Petit, La Sociocratie, à paraître.

121 Dont le Groupe Auguste Comte, fondé fin 1920 par G. Deherme et le Groupe d’études positivistes, fondé en 1925 par Auguste Paul Edger.

122 Voir aussi Revue positiviste internationale, 1935, n° 1, 42. Pour les papiers à en-tête, voir Arch. MAC.

123 Voir Revue positiviste internationale, 1937, n° 1, 46-47, où sont enrôlés présidents de républiques, ambassadeurs, ministres, recteurs, doyens de faculté, membre de l’Institut et généraux...

124 Sur ce CLSS, voir Bergeron, 1910 et Bruant, 2007. Le CLLS est même considéré comme « véritable annexe de la SP d’enseignement », Revue positiviste internationale, 1939, n° 1, 44.

125 Institut international de sociologie (IIS) fondé en 1893 et Société de Sociologie de Paris (SSP), fondée en 1895. E. Delbet a été membre associé et membre fondateur de la seconde. Dans la SSP, dans la liste établie par Rol (2015), on identifie une trentaine de positivistes reconnus, dont trois membres de la première Société de sociologie.

126 Corra, 1904, 290.

127 Il s’agit de « 5° Poursuivre sous tous les aspects, en s’inspirant de l’esprit positif et relatif, la réalisation de la synthèse universelle des sentiments, des pensées et des volontés, dite Religion de l’Humanité, dont Auguste Comte a jeté les bases », Revue positiviste internationale, 1906, n° 1, 23.

128 Voir Corra, 1910.

129 Arch. MAC. Le projet présenté est du 4 juin 1919, Revue positiviste internationale, 1919, n° 4, 66-73 ; réunion fondatrice le 29 mai 1921.

130 30 mai 1926, voir Revue positiviste internationale, 1926, n° 5, 50 et suiv. Fête inaugurée dans la grande salle des fêtes de la Mairie de Paris.

131 Voir Revue positiviste internationale, 1929, n° 2.

132 Corra, 1933, 51-52.

133 Sur Marcel Boll, voir Schoettler, 2013.

134 R.P.I., 1914, n° 8, 292-296 ; à propos d’une nécrologie.

135 Voir la présentation par François Fagnot de larges extraits du livre d’Albert Bayet, Qu’est-ce que le rationalisme ?, Revue positiviste internationale, 1939, n° 3, 131-143 et n° 4, consacré aux « Observations et réponses » de plusieurs positivistes.

136 Voir Le Roy, 1901 ; Cantecor, 1904 ; Rey, 1909. Sur ces débats, voir Brenner, 2003 et 2015.

137 Synthèse des nombreux travaux sur et autour du Cercle de Vienne dans Oulbani, 2010.

138 Le positivisme juridique est rattaché surtout à l’œuvre de Hans Kelsen (1881-1973) et le positivisme sociologique à l’œuvre de Léon Duguit (1859-1928).

139 Voir Carbonnell, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Petit, « Positivisme(s), écoles et mouvances »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 99-128.

Référence électronique

Annie Petit, « Positivisme(s), écoles et mouvances »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.314

Haut de page

Auteur

Annie Petit

Professeure émérite de philosophie, université Paul-Valéry Montpellier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search