Navigation – Plan du site
Dossier
Disciplinarisation, dédisciplinarisation, redisciplinarisation

Faire de la recherche son métier ?

Les « sciences humaines » à la Caisse nationale des sciences (1930-1939)
Research as a career? The “human sciences” at the Caisse nationale des sciences (National Science Fund) (1930-1939)
Martine Sonnet
p. 125-154

Résumés

En marge de l’université, la Caisse nationale des sciences (ancêtre du CNRS), créée en 1930, attribue des bourses et allocations à des scientifiques débutants ou confirmés. De 1931-1932 à 1938-1939, sa section des sciences humaines voit passer 225 hommes et 29 femmes dans cinq sous-sections : histoire et archéologie, philosophie, philologie, sciences juridiques, sciences sociales. Ils représentent 23 % des bénéficiaires et se partagent 15 % du budget de la Caisse. Minoritaire, la cohorte des sciences humaines est plus âgée, moins féminisée, plus bourgeoise, et à la fois un peu plus parisienne et cosmopolite que celle des sciences mathématiques et expérimentales, pour qui la Caisse a été pensée. Les sciences humaines, « parentes pauvres » du dispositif de financement, ne peuvent se l’approprier assez pour que celui-ci promeuve, dans ce champ, la figure professionnelle nouvelle du chercheur comme il l’a fait en sciences « exactes » au moins du côté des hommes ; les femmes des deux sections partageant des infortunes proches.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Décret portant règlement d’administration et régime financier de la Caisse nationale des lettres e (...)
  • 2 Sur ce qu’il est convenu de nommer la « préhistoire » du CNRS : Picard, 1990, 33-59. Guthleben, 20 (...)

1Entre les années universitaires 1931-1932 et 1938-1939, les activités de Raymond Aron, Roger Caillois, Jean Cavaillès, Jacqueline David (future de Romilly), Georges Dumézil, Georges Gurvitch, Alexandre Kojève, Daniel Lagache, Michel Leiris, Emmanuel Levinas, Ferdinand Lot, Maurice Merleau-Ponty, Denise Paulme, André Schaeffner, Arnold Van Gennep et Jeanne Vielliard ont un point commun : avoir été financées, un temps, par la Caisse nationale des sciences. Cette courte liste échantillon des bénéficiaires des bourses et allocations de recherche attribuées par sa section « sciences humaines » – ainsi désignée dès la mise en place du dispositif – reflète leur diversité. On y rencontre des hommes et, en nombre bien moindre, des femmes, menant des travaux dans différents champs de connaissances, n’appartenant pas tous à la même génération, et nés en France aussi bien qu’à l’étranger. Créée en 1930, la Caisse nationale des sciences est destinée « à encourager et à faciliter les travaux et recherches d’ordre scientifique », quand la Caisse nationale des lettres instituée par le même décret est destinée « à encourager et à faciliter la production des œuvres littéraires »1 ; les deux étant des établissements publics à autonomie financière et personnalité civile. La Caisse nationale des sciences, réformée en « Caisse nationale de la recherche scientifique » en 1935, alors que la Caisse nationale des lettres est supprimée, préfigure le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) créé en octobre 19392.

  • 3 L’abréviation « Caisse » est adoptée pour toute la période afin d’éviter la confusion entre « la » (...)
  • 4 Les dénominations « sciences humaines » et « sciences mathématiques et expérimentales » comme les (...)
  • 5 Une exception : Dumoulin, 1985.

2Le recensement effectué pour la première fois de l’ensemble des attributaires de bourses et allocations de la Caisse nationale des sciences (dite aussi « Caisse » dans la suite de l’article3), au cours des huit années de son existence, éclaire les places respectives dévolues aux deux sections qui la composent, « sciences humaines » et « sciences mathématiques et expérimentales »4, sous l’angle des profils de celles et de ceux qui s’y adonnent, soutenus par son financement. Dans un paysage d’institutionnalisation en cours de la recherche scientifique publique, la Caisse est pensée et voulue par d’éminents acteurs des sciences dites exactes, aux premiers rangs desquels le physicien Jean Perrin et le physiologiste André Mayer, avec la bénédiction de Marie Curie, qui n’accordent aux sciences humaines qu’une attention polie – à hauteur, en moyenne, de 15 % de son budget attribué à 23 % de ses bénéficiaires. Leur présence est donc minoritaire, mais effective. Les spécificités de la section et celles des profils de ses bénéficiaires, ainsi que l’influence de certaines personnalités croisées là sur l’histoire intellectuelle du xxe siècle, justifient que l’on s’arrête sur le « moment Caisse nationale des sciences » vu du côté des sciences humaines. Peu étudiée dans son ensemble, et encore moins dans cette composante5, la Caisse reste peu connue et rarement ou mal évoquée dans les parcours retracés de ses anciens allocataires, que ce soit sous la plume de leurs biographes ou sous la plume autobiographique des intéressés mêmes.

  • 6 Le recensement a donné lieu à deux premières approches partielles sur les chercheuses, Sonnet, 200 (...)
  • 7 Michel Pinault, retraçant l’émergence de la figure du chercheur au xxe siècle et l’évolution de la (...)

3La reconstitution de la population ayant émargé à la Caisse6 incite à se demander si celle-ci a joué en sciences humaines le même rôle qu’en sciences mathématiques et expérimentales dans la professionnalisation de la recherche publique et dans l’évolution de la figure du savant, propre au xixe siècle, vers celle du travailleur scientifique dans les années 1930, avant que celle du chercheur s’impose progressivement au cours du xxe siècle7. Après avoir retracé la genèse et le fonctionnement de la Caisse, cet article propose quelques éléments de réponse, en mesurant la place concédée aux sciences humaines dans le dispositif, puis en esquissant les profils sociobiographiques des bénéficiaires relevant de cette section. Leur passage par la Caisse, même fugace, peut être considéré comme un dénominateur commun, et parfois le plus petit, entre des parcours disparates en termes de développement de carrière et de notoriété ultérieur.

La Caisse nationale des sciences et son fonctionnement

  • 8 Gless, 1989.
  • 9 Halleux et Xhayet, 2007, 42.
  • 10 Création de la Caisse des Recherches scientifiques destinée au progrès des sciences. Loi du 14 jui (...)
  • 11 Duclert, 2006.

4La création de la Caisse, en 1930, procède de la volonté commune à plusieurs États européens de doter leur recherche publique d’institutions et de moyens nouveaux, en marge de leur système universitaire. Des organismes voués à la recherche et prenant en charge financièrement des scientifiques, débutants ou confirmés, pouvant s’y consacrer exclusivement, voient le jour. Accordant aux sciences dites exactes la majeure partie de leur budget, ces institutions entrouvrent néanmoins leurs portes aux sciences humaines. Si les statuts de la Kaiser-Wilhelm-Gesellschaft créée en Allemagne en 1911 n’évoquent que « la création et le fonctionnement d’instituts de recherche dans les sciences physiques et naturelles », les sciences humaines s’y insinuent néanmoins immédiatement dans le cadre de la Bibliothèque et de la Fondation Henriette Hetz, puis de l’Institut d’histoire allemande, avant qu’en 1928 quatre de ses 33 instituts leur soient consacrés8. Le Fonds national de la recherche scientifique belge de 1927 organisé, lui, en 24 collèges couvrant l’ensemble des disciplines universitaires, en dédie quatre aux sciences humaines9. En France, si depuis 1901 pour les « sciences médicales » (biologie) et les « autres sciences » (mathématiques, mécanique, astronomie, histoire naturelle, physique et chimie), et 1921 pour les sciences « d’ordre juridique, littéraire, archéologique et historique », une « Caisse des recherches scientifiques »10 prenait en charge des frais de publication et d’équipement de laboratoires, la Caisse nationale des sciences, grâce aux bourses et allocations qu’elle attribue nominativement, met à la disposition d’instituts, de laboratoires d’universités et d’autres grands établissements scientifiques, comme de bibliothèques, centres de documentation, musées ou fonds d’archives, un personnel de recherche affranchi du bénévolat contraint ou du mécénat. Autant de « ressources humaines » avant la lettre, bienvenues pour mener des travaux de recherche auxquels le cadre universitaire se prête alors mal ; en sciences humaines, l’École pratique des hautes études (EPHE), consacrant une de ses quatre sections aux sciences historiques et philologiques, fait alors exception11.

  • 12 Incluant la géographie
  • 13 Charle, 1989.
  • 14 Voir à ce propos les souvenirs de sa fille Viviane Isambert-Jamati dans un entretien avec Elisabet (...)
  • 15 Le successeur de Georges Jamati à la direction des sciences humaines du CNRS en 1955, et ancien bo (...)

5À la fondation de la Caisse, chacune de ses deux sections est subdivisée en cinq sous-sections disciplinaires : histoire et archéologie12, philologie, philosophie, sciences juridiques, sciences sociales pour les sciences humaines, les sciences juridiques et sociales étant réunies à partir de 1935 ; mathématiques, physique, chimie, biologie, sciences naturelles pour les sciences mathématiques et expérimentales, des sous-sections mécanique/statistiques/astronomie puis médecine expérimentale étant ajoutées en 1934 et 1935. Dès 1930, la Caisse est rattachée à la Direction de l’enseignement supérieur du ministère de l’Éducation nationale où la présence, aux côtés du directeur Jacques Cavalier, qui est aussi le secrétaire du Conseil d’administration de la Caisse, du sous-chef de bureau Georges Jamati, licencié ès lettres, futur sous-directeur puis directeur adjoint du CNRS en charge des sciences humaines (1949-1954)13, assure un soutien actif à celles-ci face au quasi-monopole des sciences exactes sur le dispositif naissant14. La prise en compte des sciences humaines, dès la conception de la Caisse, trouve un autre ardent défenseur en la personne du philologue Mario Roques, directeur d’études depuis 1903, puis président de la IVe section de l’EPHE et professeur au Collège de France en 193715.

  • 16 Selon le convertisseur franc-euro de l’Insee, 24 000 francs de 1931 correspondent à 15 087 euros d (...)
  • 17 Charle, 1999.
  • 18 Tableaux rétrospectifs de l’Annuaire statistique de la France 1966, exploité par C. Barrera, 2016.
  • 19 Chiffres de l’Annuaire de l’Éducation nationale 1946 exploités par C. Charle, 1999.

6Dès ses débuts, la Caisse procure à ses bénéficiaires, avec ses quatre échelons d’allocation et leurs modalités de renouvellement, la possibilité théorique de subsister une trentaine d’années sans ancrage à l’université même si, en pratique, près des trois-quarts d’entre eux cumulent une allocation partielle avec un emploi rémunéré par ailleurs. À la base de la pyramide, les bourses annuelles, renouvelables trois fois, sont octroyées sans exigence de diplôme : la passion et le désir de se vouer à la recherche compensant, au moins sur le papier et pour un temps, un cursus atypique ou inabouti. Les trois grades supérieurs s’adressent, eux, à des scientifiques reconnus, faisant de plus en plus autorité dans leur domaine, et de notoriété croissante plus l’on s’élève sur une échelle reproduisant celle en vigueur à l’université. Le grade de chargé de recherche équivaut à celui de chef de travaux, celui de maître de recherche à celui de maître de conférences, enfin celui de directeur de recherche à celui de professeur. De 24 000 francs par an pour une bourse, déclinable comme toutes les allocations, en demie ou en quart, selon le temps resté disponible pour la recherche quand il y a cumul avec un emploi16, à 62 000 francs pour une direction de recherche, les montants s’alignent sur les salaires moyens des universitaires de chaque grade. Mais à la différence de ces salaires, les allocations ne s’accompagnent d’aucune pérennisation ni protection sociale : les « chercheurs professionnels » sont de fait réduits à une condition précaire, supportable comme position d’attente, une fois docteur et inscrit sur la liste d’aptitude à l’enseignement supérieur, mais difficile à vivre comme pis-aller durable quand les autres portes sont fermées. C’est le cas, sans espoir, pour les étrangers non naturalisés qui ne peuvent se stabiliser à l’université et c’est aussi le cas, avec espoir lointain éventuel, pour les femmes qui malgré leurs titres et diplômes mettent longtemps à s’y insérer, et d’autant plus longtemps que leur attente porte sur un poste en faculté de droit ou en faculté des lettres17. La féminisation des populations étudiantes dans les années 1920 et 1930, frôlant les 30 % en 1937-1938 toutes disciplines confondues18, ne va pas de pair avec celle des débouchés offerts aux diplômées ; en 1946 encore, seules 182 femmes, soit 6,5 % de l’ensemble des universitaires, seront en poste dans les facultés et grands établissements pour toute la France19.

  • 20 Pinault, 2006.
  • 21 Confié à Irène Joliot-Curie du 5 juin au 28 septembre 1936 – façon de promouvoir à la fois la rech (...)
  • 22 Holtz, 2000.
  • 23 Chatriot, 2006.

7La « Caisse nationale de la recherche scientifique », résultant de la fusion en 1935 de la Caisse nationale des sciences et de la Caisse des recherches scientifiques, bénéficie d’un fort engagement budgétaire lié à la politique volontariste du Front populaire en matière de recherche20 – politique symbolisée par la création d’un sous-secrétariat d’État dédié21. De nouveaux développements sont permis, notamment la création des premiers « laboratoires propres » de la Caisse : en sciences humaines, Mario Roques conçoit et met en œuvre (chez lui) l’Inventaire général de la langue française, dès 1936, et l’archiviste-paléographe et député de la Mayenne Félix Grat entreprend la création, en 1937, de l’Institut de recherche et d’histoire des textes22. Par ailleurs, le personnel de recherche obtient le renfort d’« aides-techniques » en partie financés sur les crédits destinés à lutter contre le chômage intellectuel en 1937 et 193823.

8Chacune des sous-sections disciplinaires est pourvue d’un comité technique dont les membres, après examen des candidatures, établissent les listes proposées au Conseil d’administration qui statue sur les propositions en deux sessions annuelles, pour les premières attributions comme pour les renouvellements. Les comités des sciences humaines, aux membres tous nommés dans leur composition initiale de 1931-1932, sont coiffés par Antoine Meillet, professeur au Collège de France. Les présidences des comités des sous-sections disciplinaires échoient, en philosophie à Henri Delacroix, alors doyen de la faculté des lettres de Paris, en histoire au chartiste et directeur honoraire de l’enseignement supérieur Alfred Coville, en philologie à Sylvain Lévi, professeur au Collège de France, en sciences juridiques à Henri Capitant, professeur à la faculté de droit de Paris, et en sciences sociales à Henri Truchy, professeur d’économie politique dans la même faculté. La cinquantaine de membres composant les comités est marquée par son fort parisianisme ; de province, seules les universités de Grenoble et de Strasbourg sont représentées. Pas de femme, aucune n’ayant encore accédé à une chaire de professeur en faculté des lettres ou de droit ; en sciences mathématiques et expérimentales, Marie Curie, professeure à la faculté des sciences de Paris depuis 1908, siège dans la sous-section de physique.

  • 24 Launet, 2016.
  • 25 Décret du 11 avril 1933 instituant le Conseil supérieur de la recherche scientifique publié au Jou (...)
  • 26 Conseil supérieur de la recherche scientifique, liste d’électeurs et résultats 1934, AN 20020476/2 (...)
  • 27 Robert Le Balle, élu en tant que professeur de droit civil à la faculté de Lille, n’émargera à la (...)
  • 28 Jean-Jacques Chevallier professeur à la faculté de droit de Grenoble, élu en 1939, a été allocatai (...)

9L’ensemble des comités techniques se transforme en Conseil supérieur de la recherche scientifique (préfiguration du Comité national du CNRS) d’une centaine de membres, en partie nommés et en partie élus, formalisé en 1933 aux fins de rationaliser et de coordonner la recherche publique, dans une transparence difficile à mettre en œuvre. La Caisse, de par ses initiateurs, notamment Jean Perrin et Marie Curie, s’inscrit dans la filiation des sorbonnards vacanciers de l’Arcouest des débuts du siècle, étroitement unis par leurs convictions scientifiques et philosophiques et leurs engagements intellectuels et politiques24. Parmi l’élite scientifique appelée à se prononcer sur les candidatures, les relations interpersonnelles ou familiales sont fortes, et les règles de fonctionnement instaurées peinent à éradiquer les habitudes de cooptation. De premières élections au Conseil sont organisées en avril et mai 1934, la communauté scientifique étant divisée en deux collèges, « chercheurs âgés de moins de 40 ans » et « chercheurs ou savants âgés de 40 ans au moins »25, – le choix des mots disant bien la transition en cours de l’ère des savants, forcément au moins quadragénaires, à celle des chercheurs, plus jeunes. Les sciences humaines se répartissent en deux sections seulement, sciences historiques et philologiques d’une part, sciences philosophiques et sociales (droit inclus) d’autre part, avec huit membres nommés et dix élus chacune. Les chargés, maîtres et directeurs de recherche de la Caisse représentent 12 % du corps électoral chez les moins de 40 ans pour 2 % chez les aînés, écart qui démarque la « génération Caisse nationale des sciences » de la population académique installée26. Aucun des chercheurs de la Caisse n’est élu27. Lors des nouvelles élections, organisées en avril et mai 1939, les sciences humaines compteront cette fois quatre sections – histoire et géographie, philologie, philosophie, sciences sociales (droit inclus) – chacune réunissant huit élus aux côtés de six nommés. Aucune dynamique favorable au personnel de la Caisse au sein du Conseil ne se fera jour entre 1934 et 1939 et la Caisse ne comptera toujours aucun élu en 193928.

Les sciences humaines à la Caisse nationale des sciences : quelques éléments de mesure

  • 29 Archives de la mobilisation scientifique, fiches individuelles, AN 19800284/25-28.
  • 30 Listes à utiliser avec prudence, puisqu’y apparaît, en philosophie, le nom de Karl Jaspers comme m (...)

10L’exhumation et la fusion des diverses listes de bénéficiaires entre 1931-1932 et 1937-1938 aboutissent, pour ces sept années, à un recensement exhaustif ou quasi exhaustif. Pour 1938-1939 l’absence de liste globale conduit à distinguer le cas des sciences humaines de celui des sciences mathématiques et expérimentales. Pour les sciences humaines, des listes par disciplines existent ; pour les sciences mathématiques et expérimentales, les fiches individuelles remplies par les personnels des universités et autres grands établissements dans le cadre de la mobilisation scientifique permettent de repérer celles et ceux qui émargent à la Caisse29. Les listes d’électeurs au Conseil supérieur de la recherche scientifique dressées au premier semestre de l’année universitaire 1938-1939 constituent un complément possible dans les deux cas mais, excluant les boursières et boursiers, elles ne couvrent qu’une part minoritaire des allocataires de la Caisse30.

11Le tableau 1 répartit les 1 105 bénéficiaires identifiés entre 1931-1932 et 1938-1939, quelle que soit la durée de leur financement, dans ses deux sections et précise le taux de féminisation de chacune d’elles.

Tableau 1 : Effectifs globaux de la Caisse nationale des sciences par section

Population Caisse de 1931-1932 à 1938-1939 Hommes Femmes Total % effectif Caisse % femmes
Sciences humaines 225 29 254 23 % 11 %
Sciences mathématiques et expérimentales 716 135 851 77 % 16 %
Total 941 164 1 105   15 %
  • 31 Picard, 1990, 194. Interpréter la réduction de cette part et ses oscillations, lors des décennies (...)
  • 32 Sonnet, 2004.
  • 33 Deux mathématiciennes seulement, Marie Charpentier et Marie-Louise Dubreil-Jacotin.

12Sur l’ensemble de la période, moins du quart (23 %) des attributaires ressortissent aux sciences humaines ; les sciences mathématiques et expérimentales qui ont inspiré et promu le dispositif y sont nettement prédominantes. Le CNRS du sortir de la Seconde Guerre mondiale, maintient cet ordre de grandeur avec un quart de ses chercheurs ressortissant, en 1950, aux huit sections de sciences humaines de son Comité national31. En termes de genre, contrairement à ce que l’évolution des personnels scientifiques après 1945 pourrait suggérer, au stade initial de la professionnalisation de la recherche, la féminisation est moindre en sciences humaines (11 %) qu’en sciences mathématiques et expérimentales (16 %). Si l’on considère les seules chercheuses, moins d’une sur cinq (18 %) mène ses recherches en sciences humaines. Depuis que des statistiques sexuées sont disponibles pour le CNRS, soit depuis les années 1970, quand la féminisation du département des sciences humaines au tiers était déjà atteinte, l’évolution vers la quasi-parité observée aujourd’hui au sein du personnel chercheur permanent de l’Institut des sciences humaines et sociales – 48 % de chercheuses en 2016 pour 34 % dans l’ensemble de l’organisme – s’est faite en douceur continue32. Cette évolution et le retournement observé par rapport à la situation initiale à la Caisse, où les sciences dites exactes sont plus accueillantes aux chercheuses, seraient à rapprocher de la croissance du nombre de thèses en sciences humaines et sociales soutenues par des femmes sur le long terme. Le fait que, dans les deux sections de la Caisse, une féminisation, si faible soit-elle33, atteigne d’emblée la totalité des disciplines mérite d’être souligné – même s’il convient de le pondérer en gardant à l’esprit la précarité de la condition offerte.

  • 34 Charron, 2013.
  • 35 Charle, 1994, 217-222 ; Charle, 1999 et, pour l’histoire, Dumoulin, 1998.

13Répartie par discipline (tableau 2), la population est majoritairement – plus de sa moitié, hommes comme femmes – absorbée par les sous-sections histoire/archéologie et philologie. Aux côtés de ces deux relativement gros bataillons, le reste des titulaires de bourses et allocations connaît une distribution disciplinaire présentant une nuance de genre intéressante. Quand les sciences juridiques, conservatrices, tiennent le troisième rang, c’est en ne s’entrouvrant qu’à peine aux chercheuses, alors que les sciences sociales, encore dans leur jeune âge académique, réunissent le plus petit effectif global en leur offrant leur meilleure place relative. Cette ouverture d’emblée plus favorable au sexe féminin des disciplines les plus neuves34 peut être lue comme une amorce de la dynamique de féminisation à venir du secteur. La faible présence des femmes dans les sous-sections d’histoire et de sciences juridiques enracine, elle, au contraire, les oppositions durables à leur accueil observées à l’université comme dans les professions auxquelles donnent accès les diplômes en droit35.

Tableau 2 : Effectif total en sciences humaines par discipline (1931-1932–1938-1939)

  Hommes Femmes Total % Femmes/section % discipline/total sciences humaines
Histoire/archéologie 69 7 76 9 % 30 %
Philologie 51 8 59 14 % 23 %
Sciences juridiques 44 3 47 6 % 19 %
Philosophie 35 5 40 12 % 16 %
Sciences sociales 26 6 32 19 % 13 %
Total 225 29 254    
  • 36 Et non 1938-1939 pour échapper au risque de prendre en compte une dernière année au recensement in (...)
  • 37 Dumoulin, 1985.

14Mesurer la place des sciences humaines implique aussi de regarder comment les recrutements évoluent à partir de la deuxième année d’exercice et jusqu’en 1937-193836. Si, sur les six années observées, leur présence oscille entre 17 % et 20 % de l’effectif global, la part des nouveaux venus oscille, elle, entre 26 % et 29 % des arrivées, ce qui traduit une volonté de maintenir au moins la présence des sciences humaines dans un contexte – on le verra – de volatilité spécifique à la section. L’histoire bénéficie chaque année du plus fort contingent d’arrivants, à l’exception de l’année 1936-1937 où les philosophes entrants sont les plus nombreux. Olivier Dumoulin a montré que le privilège des historiens à la Caisse était à relier à la réduction contemporaine des postes en faculté dans la discipline37.

  • 38 Soit entre 900 000 et 1 000 000 francs environ sur un budget total tournant autour de 6 000 000 fr (...)
  • 39 720 800 francs en histoire, 521 000 francs en philologie, 363 000 francs en philosophie, 370 000 f (...)
  • 40 Courrier du 12 juin 1934, AN F/17/17458.

15Les sciences humaines, qui ne comptent que pour un maigre 9 % des crédits de bourses et allocations lors du premier exercice budgétaire, en 1931-1932, font l’objet, l’année suivante, d’un coup de pouce les hissant à 15 %, valeur à laquelle elles se stabilisent jusqu’en 1934-1935 au moins38. Au terme des exercices budgétaires, en 1938-1939, 18 % de l’enveloppe leur sont dévolus, soit 1 974 800 francs quand 8 801 250 francs vont aux sciences mathématiques et expérimentales39. La division de ces budgets par le nombre de présents fait constamment état d’un moindre « coût chercheur » en sciences humaines, la différence, partie de 6 500 francs (par chercheur et par an) en 1931-1932, se stabilise autour de 3 000 francs en milieu de décennie. Ce moindre ratio budget/bénéficiaires résulte évidemment de statuts moins favorables, mais la comparaison avec les sciences mathématiques et expérimentales est malheureusement entravée par la gestion personnalisée à l’extrême des sciences humaines. Quand, en sciences mathématiques et expérimentales, les montants attribués sont conformes au barème et coïncident avec les grades déclarés, il n’en est pas de même en sciences humaines, pour lesquelles seule la liste de 1932-1933 publiée dans le rapport d’activité comprend systématiquement le montant attribué et le grade des allocataires. Si les bourses en sciences mathématiques et expérimentales s’élèvent bien à 12 000 ou 24 000 francs, conformément au règlement intérieur, en sciences humaines celles-ci atteignent 10 000, 12 000, 15 000, 18 000, 20 000 ou 24 000 francs ; même distorsion du côté des allocations pour charge de recherche : strictement 18 000 ou 36 000 francs en sciences mathématiques et expérimentales mais 18 000, 20 000 ou 30 000 francs, jamais 36 000, en sciences humaines. Un courrier de Jacques Cavalier aux deux présidents de sections les informant des crédits disponibles et de leur répartition pour l’année 1934-1935 prend acte de ces disparités en précisant que « pour les sciences humaines on s’efforcera de se rapprocher dans la mesure du possible de cette façon de procéder40 ».

  • 41 Ce qui est impossible depuis la fermeture du site des Archives nationales de Fontainebleau. Les do (...)

16Pour cette section, seul le recours aux dossiers de carrière, quand ils sont consultables41, et aux listes du corps électoral du Conseil supérieur de la recherche scientifique peut éventuellement compléter l’information sur le statut. En l’état actuel des investigations, les grades à l’accès dans le dispositif sont connus en totalité en sciences mathématiques et expérimentales (851 sur 851), mais pour moins des trois quarts des arrivées en sciences humaines (187 sur 254).

Tableau 3 : Statuts à l’accès dans le dispositif de la Caisse nationale des sciences

Types d’allocations Sciences humaines ensemble Sciences humaines Femmes Sciences mathématiques et expérimentales ensemble Sciences mathématiques et expérimentales Femmes
Bourses 82 % 89 % 78 % 90 %
Charges de recherche 15 % 11 % 15 % 9 %
Maîtrises de recherche 2 %   4 % 1 %
Directions de recherche 1 %   2 %  
Totaux statuts connus 187 27 851 135
  • 42 Marcelle de Heredia-Lapicque, épouse de Louis Lapicque avec qui elle collabore dans son laboratoir (...)
  • 43 En sciences humaines : 4 femmes sur 9 et 28 hommes sur 104 ; en sciences mathématiques et expérime (...)
  • 44 En sciences humaines : 3 femmes sur 23 et 71 hommes sur 210 ; en sciences mathématiques et expérim (...)

17La pyramide définie par le grade d’accès (tableau 3) s’écrase encore plus sur sa base en sciences humaines qu’en sciences mathématiques et expérimentales, avec une proportion de boursiers plus forte et des grades supérieurs dont la part se réduit de moitié ; seuls les chargés de recherche se rencontrent à parts égales des deux côtés. Isoler le cas des femmes permet de constater que, dans les deux sections, leurs conditions d’accès sont très proches, avec une surreprésentation des boursières accentuée par rapport au cas des hommes. Vers le haut, en sciences mathématiques et expérimentales seulement, se rencontre une femme recrutée maîtresse de recherche42. L’observation des durées de présence féminines et masculines dans le dispositif révèle pourtant une dépendance plus étroite des femmes à son égard, quelle que soit la section, avec une différence sexuée de comportement encore plus marquée en sciences humaines. Si l’on considère les allocataires demeurant au moins cinq ans à la Caisse, parmi celles et ceux qui, arrivés entre 1931-1932 et 1934-1935, le pourraient, 44 % des femmes et 27 % des hommes atteignent cette ancienneté en sciences humaines, pour 62 % des femmes et 53 % des hommes en sciences mathématiques et expérimentales43. Inversement, la part des « météores » passant là au plus un an quand, recrutés entre 1931-1932 et 1937-1938, ils auraient pu y émarger plus longtemps, voit les femmes minoritaires : 13 % des chercheuses pour 34 % des chercheurs en sciences humaines et 12 % pour 15 % en science mathématiques et expérimentales ne sont plus là au bout d’un an44. Le moindre départ prématuré en sciences mathématiques et expérimentales témoigne d’une meilleure adéquation de ce que propose la Caisse avec les attentes de cette communauté. Effectifs, budgets, montants attribués et anciennetés acquises reflètent la place subalterne des sciences humaines, mais la condition statutaire aggravée des femmes tend à rapprocher entre elles les chercheuses des deux secteurs. Les textes réglementaires, rapports d’activité ou projets de réforme de la Caisse s’écrivant au genre grammatical « masculin neutre », c’est au seul niveau des dossiers de carrière, dans les appréciations des rapporteurs des candidatures ou dans les avis des directeurs de laboratoire supervisant les recherches que, noir sur blanc ou entre les lignes, s’expriment éventuellement des considérations liées au genre.

18Le cas spécifique des sciences humaines au sein de la Caisse est tout aussi absent d’un discours institutionnel traitant des sciences et des scientifiques en général. Seul un unique paragraphe, l’avant-dernier, du « Rapport préliminaire sur un statut des chercheurs » de sept pages que l’historien Alfred Coville présente au Conseil supérieur de la recherche scientifique en mars 1938, isole leur cas en prenant acte du déséquilibre régnant :

  • 45 AN F/17/17464.

Certes les Laboratoires et les Instituts des sciences positives, les Observatoires, les grandes écoles de science pure et appliquée, offrent une organisation du travail et en particulier de la recherche plus cohérente, plus ordonnée et plus facile à encadrer dans un statut. Mais l’effort fait ici pour donner à la Recherche scientifique son sens universel, cette unité dans la variété dont on se souciait jusqu’ici si peu, est un immense progrès. [...] Que de points communs en effet entre l’existence laborieuse du chercheur, selon le terme préféré des Scientifiques, et celle de l’érudit, de l’archéologue, du philologue, de l’écrivain qui étudient le passé dont nous vivons et édifient la pensée moderne dont nous vivrons demain ! […] Tout le monde peut-être n’est pas encore converti. Je fus et je reste de ceux qui, du côté des sciences humaines, si vastes et à tant d’égard si proches des autres, n’ont point été découragés, si à l’origine la part matérielle de ces sciences était bien inégale, si elles n’ont point été jugées tout d’abord à la mesure de leurs besoins, on aurait pu dire quelquefois de leurs droits45.

19Ces bonnes paroles ne satisfont pas tous les acteurs, en témoigne un courrier d’Albert Grenier, titulaire de la chaire des antiquités nationales au Collège de France, adressé le 8 mai 1938 au secrétaire général de la recherche scientifique, Henri Laugier, pour se plaindre de l’absence de crédits qui lui permettraient d’envoyer des étudiants sur des chantiers de fouilles en France ou à l’étranger :

  • 46 AN F/17/17465.

J’ai le plus grand respect pour les sciences physiques, chimiques, naturelles, mais je ne puis admettre que les sciences humaines représentent, à côté d’elles une valeur morte. Et elles ont d’autant plus besoin qu’on s’occupe d’elles qu’on l’a moins fait jusqu’ici46.

Profils d’allocataires

  • 47 Avec l’aide précieuse de la bibliothèque numérique Gallica et des services d’archives départementa (...)

20Des recherches biographiques ont permis de repérer les origines géographiques et sociales, les situations familiales, les cursus universitaires, ainsi que les suites de carrière des allocataires de la Caisse. La mobilisation et le croisement de sources multiples – dossiers de carrière, état civil, dictionnaires biographiques, annuaires d’anciens élèves ou d’institutions de recherche, presse générale et scientifique des années 1930 – laissent relativement peu d’inconnus47.

21Peut-on parler d’une « génération Caisse nationale des sciences » ? Toute approche statistique des années de naissance des bénéficiaires et de leur âge d’accès aux financements devant logiquement intégrer le paramètre du statut, c’est le cas des boursières et des boursiers qui est privilégié. Environ 80 % de la population des allocataires passe en premier lieu par ce grade, et il est en outre plus intéressant d’observer des individus ébauchant théoriquement une carrière dans une profession en cours de définition que des scientifiques accomplis qui viennent s’y greffer.

  • 48 Calculs sur 127 années de naissance de boursiers et 24 de boursières connues en sciences humaines  (...)
  • 49 Le doyen des boursiers en sciences humaines, le philosophe professeur à la faculté de théologie pr (...)

22Les titulaires de bourses sont majoritairement des hommes et des femmes du xxe siècle, nés entre 1900 et 1919 pour 66 % des boursiers et 71 % des boursières en sciences humaines, et pour 76 % des boursiers et 74 % des boursières en sciences mathématiques et expérimentales48. Ce premier partage grossier entre natifs des xixe et xxe siècles affirme d’emblée deux traits générationnels : les bourses bénéficient en moyenne à des scientifiques un peu plus âgés en sciences humaines qu’en sciences mathématiques et expérimentales ; les boursières sont un peu plus jeunes que leurs collègues masculins en sciences humaines, mais un peu plus âgées qu’eux en sciences mathématiques et expérimentales. Si l’on retarde de dix ans la césure pour isoler les plus jeunes, nés en 1910 ou après, donc tout juste vingtenaires à la création de la Caisse, les deux secteurs se démarquent toujours l’un de l’autre : en sciences mathématiques et expérimentales, une part quasi égale des hommes (19 %) et des femmes (18 %) titulaires de bourses sont nés en 1910 ou après, mais en sciences humaines ce sont 12 % des hommes seulement pour 33 % des femmes. Sous réserve du très petit effectif féminin des boursières en sciences humaines, celles-ci tendraient donc à être les benjamines relatives de la Caisse. La présence, dans un système de bourses destinées en principe à de jeunes scientifiques d’un tiers, en sciences humaines, ou d’un quart environ, en sciences mathématiques et expérimentales, de natifs du xixe siècle49, résulte de la prise en charge partielle de professeurs ayant atteint l’âge de la retraite, menant encore une activité de recherche ainsi « labellisée » ou, dans quelques autres cas, de la compensation d’itinéraires atypiques ou d’autodidactes.

23Si la « génération Caisse nationale des sciences » des boursiers peut se dater globalement par des naissances dans la première décennie du xxe siècle – plus de 50 % dans tous les sous-groupes, à l’exception des boursières en sciences humaines dont plus de la moitié est née entre 1905 et 1914 – cette approche générationnelle est à compléter par l’examen des âges moyens d’accès à la Caisse selon les sections et les disciplines scientifiques. Rappelons qu’un âge égal de recrutement entre hommes et femmes masque le fait que les hommes suspendent leur cursus ou leurs débuts professionnels le temps de remplir leurs obligations militaires, soit une à deux années. À âge égal, ce qui est le cas des boursières et des boursiers en sciences mathématiques et expérimentales qui arrivent à 31 ans en moyenne, les débuts des chercheuses sont en réalité en retard sur ceux de leurs collègues masculins. En sciences humaines, l’écart de quatre ans entre l’âge moyen féminin d’arrivée, 31 ans (nouveau point commun aux boursières des deux sections) et l’âge moyen masculin de 35 ans doit être lui minoré d’un an au moins. Par discipline et sans distinction de sexe, c’est en sciences juridiques qu’ont lieu les recrutements les plus précoces, âge moyen 30 ans, puis en philologie, 33 ans ; les deux benjamins, intégrés tous deux à 21 ans relèvent de ces disciplines : Maurice Vieyra est philologue et Joanny Ray juriste. En histoire comme en sciences sociales, les arrivants ont 35 ans en moyenne, enfin les philosophes, âge moyen 37 ans, sont les « débutants » les plus âgés.

  • 50 AN 20020476/293.
  • 51 « Règlement intérieur de la Caisse nationale des sciences adopté par le Conseil d’administration d (...)
  • 52 Sciences mathématiques et expérimentales : calculs sur 425 boursiers, hommes et femmes, recrutés e (...)

24Les accès tardifs – et encore plus tardifs en sciences humaines qu’en sciences mathématiques et expérimentales – au plus bas échelon du dispositif justifient l’inscription de mesures visant à rajeunir le vivier dans le nouveau règlement intérieur élaboré en 193650. Alors que celui de 1931 ne mentionnait aucune norme d’âge, destinant seulement les bourses à des « jeunes gens désireux de se consacrer à la recherche51 », celui édicté en 1936 crée une « bourse d’essai » accessible entre 20 et 26 ans, à côté de la bourse de recherche qui s’obtient désormais théoriquement entre 21 et 28 ans ; les limites supérieures se relevant du temps passé sous les drapeaux. La comparaison des âges de recrutement des cohortes 1931-1932–1936-1937 d’une part et 1937-1938–1938-1939 d’autre part révèle que le rajeunissement escompté a bien cours en sciences mathématiques et expérimentales, où l’on passe de 49 % de moins de 30 ans recrutés à 56 %, mais pas en sciences humaines où, au contraire, de 49 % de moins de 30 ans l’on tombe à 40 %52.

  • 53 Trop peu de femmes pour les isoler : deux recrutées chargées de recherche : Jeanne Duportal à 67 a (...)
  • 54 Trois hommes seulement recrutés maîtres de recherche en sciences humaines : Émile Chassinat à 64 a (...)

25Au-delà des bourses, et sur toute la période, les recrutements directs aux grades supérieurs accusent également un retard constant des carrières en sciences humaines53. Les accès à la Caisse avec une charge de recherche se font en moyenne à 50 ans en sciences humaines contre 41 ans en sciences mathématiques et expérimentales, et à 56 ans contre 49 ans pour une maîtrise de recherche54. Le seul directeur de recherche en sciences humaines recruté à taux plein, le linguiste Marcel Cohen, alors qu’il est en même temps directeur d’études à l’EPHE et enseigne à l’École des langues orientales, et devrait donc percevoir une allocation partielle, est intégré à 53 ans ; l’autre directeur de recherche, à taux partiel lui, l’historien Henri Hauser, l’est à 71 ans, après son honorariat de professeur à la faculté des lettres de Paris. En sciences mathématiques et expérimentales, les 19 arrivées de directeurs de recherche se font à 67 ans en moyenne.

26La réunion du Conseil supérieur de la recherche scientifique de mars 1938 et la définition du corps électoral élisant les membres de cette instance soulèvent ce problème des carrières retardées, en le reliant à la nature différente des thèses en sciences humaines, dont l’élaboration peut s’étirer sur une dizaine d’années voire plus, et en sciences mathématiques et expérimentales, où elles peuvent être menées à bien en deux ou trois ans. Alors que des représentants de plusieurs facultés des sciences émettent le vœu que les chefs de travaux et assistants, qui ne faisaient pas partie du corps électoral précédent, puissent voter s’ils sont docteurs d’État, le latiniste Pierre Wuilleumier, chargé de cours à la faculté des lettres de Lyon, fait remarquer qu’en sciences humaines où le nombre des chercheurs de moins de 40 ans déjà docteurs est peu élevé :

le Collège actuel de la huitième section (sciences historiques et philologiques) se trouverait réduit d’au moins 2/3 et ramené, je crois, à une vingtaine d’électeurs : tous les membres de nos grandes Écoles (Athènes, Rome, Le Caire, Extrême-Orient) qui sont les pionniers de la recherche française à l’étranger, en seraient exclus. Le doctorat diffère trop entre les sciences humaines et les autres pour servir de critère commun.

  • 55 Conseil supérieur de la recherche scientifique et du progrès technique. Session du 2 au 5 mars 193 (...)

27Pierre Wuilleumier se prononce donc pour le maintien d’un collège des moins de 40 ans sans exigence du titre de docteur55 ; collège dont il sera élu représentant lors des élections d’avril-mai 1939.

  • 56 Sciences humaines : 246 lieux de naissance connus sur 254 ; sciences mathématiques et expérimental (...)
  • 57 Incluant deux femmes naturalisées par mariage en sciences humaines et quatre en sciences mathémati (...)
  • 58 Une étude spécifique sera consacrée ultérieurement aux étrangers passant par l’une ou l’autre sect (...)
  • 59 Mathieu, 1984.

28La part des bénéficiaires de la Caisse nés en France métropolitaine est quasiment identique en sciences humaines (80 %) et en sciences mathématiques et expérimentales (81 %)56 ; les naissances dans les colonies et en France d’Outre Mer comptant respectivement pour 2 % et 4 %, il reste 18 % du personnel des sciences humaines et 15 % de celui des sciences mathématiques et expérimentales nés à l’étranger. Si les sciences humaines semblent légèrement plus cosmopolites, il est à noter que la moitié des natifs de l’étranger, scientifiques réfugiés pour la plupart, ont obtenu la nationalité française avant leur passage à la Caisse ou l’obtiennent pendant celui-ci : 22 sur 44 en sciences humaines et 61 sur 119 en sciences mathématiques et expérimentales57. En sciences humaines, un tiers des natifs de l’étranger (15) ont vu le jour en Russie, onze en Allemagne et trois en Pologne, la plupart des autres sont Autrichiens, Roumains, Hongrois ou Tchèques (deux de chacune de ces origines)58. L’accueil par la Caisse des chercheurs juifs réfugiés peut se faire en coordination avec d’autres organismes leur venant en aide, Comité pour l’accueil et l’organisation du travail des savants étrangers et Fondation Rockefeller notamment, complétant les allocations qui leur sont attribuées. Pour ces réfugiés, le séjour en France ne constitue souvent qu’une étape vers une autre destination59.

29Dans le détail des lieux de naissance en France métropolitaine, l’ensemble Paris/anciens départements de la Seine et de la Seine-et-Oise est plus représenté en sciences humaines avec un tiers (34 %) des naissances pour un quart seulement (26 %) en sciences mathématiques et expérimentales. Les naissances dans les villes universitaires, préfectures et sous-préfectures s’équivalant (respectivement 40 % et 39 %), un écart se recreuse logiquement au niveau des petites villes et des bourgs. Cette France plus rurale compte pour 27 % en sciences humaines mais pour 34 % en sciences mathématiques et expérimentales. Seule différence notable en termes de genre : les femmes sont toujours plus « grand-parisiennes » que les hommes, quel que soit le champ de connaissances. Elles sont 38 %, eux 32 %, à être nées à Paris ou près de Paris en sciences humaines et 32 % pour 25 % des hommes en sciences mathématiques et expérimentales ; les femmes sont en revanche moins souvent issues des petites villes et autres lieux que leurs collègues masculins : 21 % pour elles, 28 % pour eux, en sciences humaines, et respectivement 32 % et 34 % en sciences mathématiques et expérimentales. Si avoir vu le jour à proximité de la capitale et de ses institutions universitaires facilite l’accès des femmes à une carrière scientifique, cet atout se révèle encore plus nécessaire à celles qui se destinent aux sciences humaines.

30Rapportées aux disciplines, les origines géographiques hexagonales se partagent, du point de vue du « grand parisianisme », en deux ensembles. La philologie, avec 40 %, les sciences sociales, 39 %, et la philosophie, 38 %, voient les natifs et natives de Paris, de la Seine et de la Seine-et-Oise surreprésentées ; l’histoire, 31 %, mais surtout les sciences juridiques, 26 %, les voient au contraire sous-représentées par rapport à la moyenne. Quant aux natifs et natives de l’étranger, la présence globale de 18 % masque un accueil nettement plus ouvert en philosophie et en sciences sociales (28 % dans les deux cas) qu’en sciences juridiques (11 %) et pire encore en histoire (9 %) ; la philologie (21 %) surpassant légèrement la moyenne. Les sciences juridiques et l’histoire, déjà remarquées pour leur plus faible féminisation (tableau 2), se révèlent donc aussi les moins enclines à l’accueil des scientifiques nés hors de France. Si, dans le cas des juristes cette relative fermeture évoque les initiatives corporatistes contemporaines assumées visant à limiter la présence des étrangers, notamment chez les avocats, pour les historiens, le repli national et sexiste semble relever surtout d’un conservatisme académique prolongé.

31Le regard sur les origines sociales et les situations familiales se focalisera sur les boursiers et boursières demeurant au moins trois ans dans le dispositif, gros plan qui permet d’observer un groupe relativement homogène de jeunes trentenaires accédant à une première étape de professionnalisation, ou la consolidant s’ils cumulent bourse et autre fonction rémunérée. Ce ciblage facilite les comparaisons entre les deux sections de la Caisse, malgré la disparité du nombre d’individus concernés de chaque côté : 69 en sciences humaines (60 hommes, 9 femmes) et 340 en sciences mathématiques et expérimentales (279 hommes, 61 femmes). Rapportés à l’ensemble de celles et de ceux qui, arrivés entre 1931-1932 et 1936-1937, pouvaient y prétendre, un peu plus des deux-tiers (69 sur 101) en sciences humaines et des trois-quarts (340 sur 435) en sciences mathématiques et expérimentales saisissent l’opportunité. Si en histoire, en philologie et en sciences sociales, les deux-tiers des boursiers concernés restent effectivement au moins trois ans, en philosophie ils restent presque tous (13 sur 15). En sciences juridiques, ils ne sont qu’un peu plus de la moitié à persévérer (12 sur 21), car les possibilités de carrières offertes par ailleurs aux juristes les rendent moins dépendants du dispositif. Dernière précision pour caractériser les boursières et boursiers persévérants : elles ont intégré la Caisse à 32 ans en moyenne en sciences humaines comme en sciences mathématiques et expérimentales et eux, respectivement, à 34 et 31 ans.

  • 60 Charle, 1986, 2-5 ; Charle et Telkes, 1989, 7-10 ; Charle, 1994, 261.

32Les origines sociales sont définies au tableau 4 par les activités professionnelles ou états des pères, quand ces informations sont disponibles, selon la classification appliquée par Christophe Charle aux professeurs de faculté parisiens60. Des proximités entre boursiers en sciences humaines et professeurs de la faculté des lettres d’une part, boursiers en sciences mathématiques et expérimentales et professeurs de la faculté des sciences d’autre part, se font jour ; les professeurs de la faculté de droit gardant une singularité. En sciences humaines à la Caisse, comme à la faculté des lettres, se rencontrent une majorité de fils – et filles à la Caisse seulement – de membres des « fractions intellectuelles », essentiellement, pour la Caisse, composées d’enseignants du secondaire et d’universitaires. En sciences mathématiques et expérimentales, comme à la faculté des sciences, la petite bourgeoisie (en premier lieu des instituteurs, des employés et des commerçants), étendue aux classes populaires, compte le plus de représentants. À la Caisse, les dominations respectives des fractions intellectuelles, en sciences humaines, et de la petite bourgeoisie en sciences mathématiques et expérimentales, rappellent que, de Paris et de sa couronne, proviennent relativement plus de boursiers de sciences humaines que de sciences mathématiques et expérimentales quand le rapport s’inverse pour ceux issus de la France rurale.

  • 61 Baudelot et Matonti, 1994.

33Si l’on isole et regroupe toutes les carrières liées à l’enseignement, de l’instituteur au professeur au Collège de France, plus d’un père de boursiers sur cinq – 22 % en sciences humaines comme en sciences mathématiques et expérimentales – est concerné. Le monde enseignant est le premier pourvoyeur de la Caisse, dans une proportion bien supérieure au poids de ces professions dans la population générale. La prise en compte de l’activité maternelle, quand elle existe et est connue, accentue encore cette mainmise : sur dix mères de boursiers en sciences humaines avec profession, sept enseignent, dont six sont en couple avec un enseignant ; elles sont 13 sur 36 mères actives en sciences mathématiques et expérimentales, dont huit en « ménages pédagogiques ». La surreprésentation des professions parentales ressortissant à l’enseignement a pareillement cours à la même période parmi les élèves de l’École normale supérieure61 et dans le corps professoral de l’université.

Tableau 4 : Origines sociales des titulaires de bourses demeurant trois ans au moins à la Caisse nationale des sciences comparées à celles des professeurs de faculté

Catégories socioprofessionnelles Caisse B+3 Sciences humaines Professeurs faculté des lettres Paris 1909-1939 Caisse B+3 Sciences mathématiques et expérimentales Professeurs faculté des sciences Paris 1909-1939 Professeurs faculté de droit Paris 1932
Possédants 5 % 3 % 5 % 3 % 8 %
Hauts fonctionnaires 7 % 4 % 4 % 5 % 4 %
Bourgeoisie moyenne 25 % 21,5 % 20 % 15 % 19 %
Professions juridiques 7 % 2 % 5 % 1 % 25 %
Fractions intellectuelles 28 % 34,5 % 21 % 23 % 12,5 %
Fonctionnaires moyens 5 % 11 % 9 % 9,5 % 23 %
Petite bourgeoisie classes populaires 23 % 23,5 % 36 % 42 % 8 %
Totaux individus 60 107 245 73 48

34Parmi tous les groupes observés dans le tableau 4, les « possédants » (industriels, banquiers, propriétaires fonciers, rentiers) sont peu présents – légèrement plus toutefois à la faculté de droit – de même que les « hauts fonctionnaires » (incluant les officiers supérieurs). L’existence d’une section « droit » en sciences humaines à la Caisse y justifie la présence de descendants du monde juridique, alors que ceux-ci sont quasi absents des corps professoraux de lettres et de sciences, mais prennent logiquement la première place dans celui de la faculté de droit, suivis de près par les « fonctionnaires moyens », beaucoup moins installés ailleurs. Un autre caractère reproductif spécifique apparaît si l’on isole le secteur des professions médicales et paramédicales au sein des fractions intellectuelles (médecins) et de la bourgeoisie moyenne (pharmaciens), puisque les pères de boursiers s’y illustrant ne comptent que pour 2 % en sciences humaines mais pour 9 % en sciences mathématiques et expérimentales.

35Au sein de la Caisse, les boursiers des sciences humaines se démarquent de leurs collègues des sciences mathématiques et expérimentales par un recrutement sensiblement plus « bourgeois » : aux deux échelons inférieurs seulement, la représentation des sciences mathématiques et expérimentales prend le pas sur celle des sciences humaines. Notons enfin que les classes populaires (ouvriers, paysans, petits artisans, petits commerçants, domestiques notamment) sont à parts quasi-égales – 10 % en sciences humaines et 11 % en sciences mathématiques et expérimentales – des deux côtés, et témoignent de l’intégration de primo-accédants au baccalauréat dans des lignées familiales qui en étaient jusqu’alors éloignées ; leur promotion est permise par une succession efficiente de bourses en cours de scolarité.

  • 62 Données recueillies sur les situations matrimoniales de 69 boursiers le demeurant plus de 3 ans (6 (...)
  • 63 « Les mariages et la nuptialité », Situation démographique de la France, Ined, en ligne : http://w (...)

36Les parcours matrimoniaux restitués des boursiers persévérants font état, chez les hommes, d’au moins une expérience du mariage au cours de leur vie, aussi commune en sciences humaines qu’en sciences mathématiques et expérimentales puisque c’est le sort de 88 % d’entre eux dans les deux secteurs62. Sous réserve de la validité du trop mince échantillon féminin concerné, seule une femme sur trois en sciences humaines et 44 % en sciences mathématiques et expérimentales sont dans le même cas. Ces chiffres révèlent, côté masculin, une nuptialité sensiblement égale à celle de la population générale contemporaine, 90 % pour les deux sexes, mais bien inférieure côté féminin, avec un déficit semblant accentué en sciences humaines. Parmi les boursiers convolant, 75 % des hommes en sciences humaines et 86 % en sciences mathématiques et expérimentales l’ont fait avant leur accès à la Caisse ou le font pendant leur présence dans le dispositif ; ce n’est le cas que d’une boursière convolant sur trois en sciences humaines et de 78 % en sciences mathématiques et expérimentales. Corrélé à l’ébauche d’une carrière scientifique, le mariage est retardé en sciences humaines, phénomène auquel l’élaboration plus longue des thèses n’est probablement pas étrangère. L’âge moyen des hommes au mariage – 32 ans en sciences humaines et 28 ans en sciences mathématiques et expérimentales – confirme et mesure ce retard. Les rares boursières mariées quittent le célibat à 29 ans en sciences humaines (moyenne sur trois cas seulement) et 32 ans côté sciences mathématiques et expérimentales (sur 24 cas). Rapportées à la population générale diplômée de même génération, où les hommes se marient à 28 ans et les femmes à 26 ans, ces unions, à l’exception de celles des hommes en sciences mathématiques et expérimentales, sont différées63.

  • 64 Paulette Février, en philosophie, et Jean-Louis Destouches, en physique ; Marie-Madeleine Rabecq, (...)
  • 65 Sonnet, à paraître (a).
  • 66 Dossier Kahan-Rabecq, AN 20070296/450.

37Si l’on élargit l’observation des mariages à l’ensemble des allocataires de la Caisse, l’endogamie mérite d’être soulignée, 17 « couples Caisse nationale des sciences » au total sont dénombrés dont 14 unissent deux allocataires de sciences mathématiques et expérimentales, deux sont mixtes entre sciences humaines et mathématiques et expérimentales64, le dernier étant celui formé par Denise Paulme et André Schaeffner, tous deux en sciences sociales. Si, du côté des hommes, seuls 0,5 % en sciences humaines et 2 % en sciences mathématiques et expérimentales sont membres d’un « couple Caisse », ce score atteint 10 % du côté des femmes dans les deux secteurs, proportion loin d’être négligeable. Pour ces dernières, l’union avec un chercheur ou un universitaire facilite la conciliation d’une carrière scientifique et d’une vie conjugale. Les données plus fournies du côté des boursières en sciences mathématiques et expérimentales font état de trois-quarts de conjoints actifs dans des professions de recherche ou d’enseignement65. En sciences humaines, la seule boursière persévérante mariée avant son intégration, avec un collègue physicien de la Caisse, Marie-Madeleine Kahan-Rabecq, met au monde son premier enfant en 1938, après avoir été promue chargée de recherche en 1937, à taux partiel puisqu’elle est aussi institutrice ; le rapporteur de sa demande de renouvellement souligne que son travail a été retardé par sa grossesse, ce qui justifie selon lui la réduction de son allocation. La jeune mère se contentera de 15 000 francs accordés en juin 1938 pour 1938-1939 au lieu des 18 000 qui lui étaient alloués auparavant et ne se verra rien octroyer un an plus tard66.

38En sciences mathématiques et expérimentales où les jeunes mères sont plus nombreuses (14 sur les 21 épouses en cours d’allocation), il est remarquable qu’elles ne mettent au monde qu’un ou deux enfants quand leurs collègues masculins sont fréquemment pères de familles nombreuses, voire très nombreuses (jusqu’à dix enfants). Ceux-là n’ont pas épousé une collègue, mais éventuellement une ex-collègue ou compagne d’études renonçant à tout projet de carrière pour devenir une précieuse et dévouée collaboratrice de l’ombre entre deux tâches ménagères. Sauf situations familiales délicates, veuvages avec jeunes enfants par exemple, les rapporteurs des dossiers de candidatures masculines ne font pas état de leur paternité éventuelle alors que les maternités des chercheuses sont évoquées devant les Comités. Pour les femmes, la poursuite d’une carrière scientifique conjuguée à un projet familial contraint à limiter les naissances, après avoir orienté le choix du conjoint vers un collègue si possible. Un tiers des boursières persévérantes en sciences humaines, et 39 % en sciences mathématiques et expérimentales, dont le célibat est attesté au moins jusqu’à 50 ans, ne résolvent pas ces équations.

Parcours à la Caisse nationale des sciences et au-delà

39Le nouveau règlement qui entre en vigueur en 1936, encourageant les boursiers à devenir docteurs, incite à observer les cursus accomplis au moment de l’admission. En sciences humaines, entre 1931-1932 et 1938-1939, les informations disponibles pour les boursières et boursiers persévérants, révèlent que, comme en sciences mathématiques et expérimentales, les impétrants sont surdiplômés eu égard à l’ouverture, au moins sur le papier, aux non encore diplômés de l’enseignement supérieur qui seraient très motivés. Les âges des nouveaux venus, élevés pour des « jeunes gens » théoriques, doivent rester présents à l’esprit lors de l’examen des cursus.

  • 67 À ne pas confondre avec son homonyme la journaliste féministe Marguerite Durand.
  • 68 Pour comparaison, les boursiers des sections de sciences mathématiques et expérimentales, toutes d (...)
  • 69 Arts et Métiers, Polytechnique, Agronomie.
  • 70 Léon Baudry et Victor Leroquais.
  • 71 Cas de Léon Aufrère et de Madeleine Kahan-Rabecq, lui étant fils de forgeron et elle de deux profe (...)
  • 72 Jaquet et Bras, 2018.

40Du côté des neuf boursières persévérantes en sciences humaines, trois, soit le tiers, sont déjà docteures quand elles arrivent, deux le deviennent pendant leurs années à la Caisse, deux autres soutiendront ultérieurement ; in fine sept des neuf seront donc docteures. Deux boursières intègrent en étant déjà agrégées, dont l’une, Madeleine Francès, achève en outre un doctorat pendant sa bourse. Les trois boursières recrutées sans êtres docteures, ni doctorantes ni agrégées, arrivent dotées de cinq certificats de licence et d’un diplôme de phonétique (Marguerite Durand67), d’un diplôme d’études supérieures (la future conservatrice de bibliothèque et musicologue Thérèse Marix) ou, pour la chartiste Suzanne Vitte, du titre d’archiviste-paléographe et d’un diplôme de l’EPHE. Si aucun diplôme n’est formellement prérequis, les boursières n’arrivent pas pour autant sans bagage. Il en va de même pour leurs 60 collègues masculins suivis au moins trois ans puisque 22, soit plus du tiers, sont déjà docteurs quand ils arrivent, 4 soutiennent en cours de bourse, et 13 ultérieurement ; à terme ils seront donc 39 à obtenir leur doctorat. À leurs côtés arrivent 14 boursiers agrégés de l’enseignement secondaire – soit près du quart – parmi lesquels 9 anciens élèves de l’École normale supérieure, soit 15 %68 ; 12 des agrégés soutiendront en outre une thèse. Le « doublé » agrégation et doctorat qui ne concerne que l’une des boursières se révèle fréquent chez leurs collègues hommes, notamment associé au passage par la rue d’Ulm. Un autre caractère lié au genre des cursus se lit dans la diversification des formations complémentaires ou alternatives au parcours classique, doctorat et/ou agrégation. Au passage préalable par l’École des chartes ou par celle des Hautes Études, rencontré indifféremment chez les boursières et chez les boursiers, s’ajoutent les agrégations des facultés de droit exclusivement masculines – obtenues par quatre boursiers qui quittent le dispositif dans la foulée – ainsi que quelques autres formations laissées aux hommes : celles dispensées par l’École libre des sciences politiques, celles des Beaux-Arts, de la Schola Cantorum ou, moins attendus, dans cette section, le passage par des écoles d’ingénieurs69. Spécifiquement masculins sont enfin les parcours d’études, avec leurs propres jalons, de deux ecclésiastiques70. Les cas de cursus initiés au niveau primaire par le passage par une école normale d’instituteurs ou d’institutrices, deux en sciences humaines71, sont à relier aux 10 % de boursiers d’origine populaire ; la mobilité sociale ascendante caractérisant leurs parcours les désignerait aujourd’hui comme sujets « transclasses72 ».

  • 73 Calcul sur les boursières et boursiers en sciences mathématiques et expérimentales présents au moi (...)
  • 74 Madeleine pour l’état civil mais publiant sous le prénom Renée.
  • 75 Science et Travail. Bulletin mensuel du groupement « Jeune science » pour l’organisation et la déf (...)
  • 76 Pierre Gavaudan, Marcel Mathieu, Paul Renaud, Jean Surugue.

41Si toutes les boursières en sciences humaines présentes au moins trois ans à la Caisse (neuf) mènent leurs recherches à Paris, et y assurent leurs fonctions complémentaires éventuelles, ce n’est le cas que des trois-quarts de leurs collègues masculins (46 sur 60). Les sciences humaines, par les institutions d’accueil des titulaires de bourses aussi, sont plus parisiennes que les sciences mathématiques et expérimentales dont les deux-tiers seulement du personnel s’activent dans la capitale73. Autre différence entre les deux secteurs, le rattachement à un laboratoire de faculté ou d’une autre institution d’enseignement et/ou de recherche, systématique en sciences mathématiques et expérimentales (sauf chez les mathématiciens), ne concerne pas tout le monde en sciences humaines ; il faut à ce propos garder présent à l’esprit que les facultés de lettres offrent moins d’opportunités d’emplois de niveau subalterne que celles de sciences. En sciences humaines, nombre de chercheurs et chercheuses font figure d’électrons libres. C’est le cas d’une quinzaine de professeurs du secondaire, public ou privé, en exercice ou « en congé d’études », que l’on peut supposer en cours de thèse, quand ils ne sont pas de récents retraités, auxquels s’ajoutent deux allocataires qualifiés d’« hommes de lettres » par la Caisse : Arnold Van Gennep et, moins connu, le critique littéraire et musical René Dumesnil. Les adresses professionnelles des autres boursiers sont celles des établissements dans lesquels se déroule leur recherche et, souvent, leur fonction rémunérée parallèle ; ils sont assistants, chargés de cours ou de conférences, ou encore bibliothécaires. À Paris, la faculté de droit (dix boursiers et une boursière) et la Sorbonne (huit boursiers et deux boursières) en hébergent la majorité ; suivies de l’EPHE et de la Bibliothèque nationale (trois boursiers chacune), du Collège de France (deux boursiers), du musée d’Ethnographie (Michel Leiris et André Schaeffner), de la faculté de médecine (Renée Dejean74 et Daniel Lagache), du Centre de documentation sociale de l’École normale supérieure (un boursier) et du ministère des Affaires étrangères (une boursière, bibliothécaire). Au sein de la Sorbonne, l’Institut d’histoire des sciences et des techniques dirigé par Abel Rey accueille trois boursiers (Lucien Brunet, Jean Daujat, Pierre Ducassé) qui y demeurent de cinq à sept ans ; en 1937, le boursier Lucien Brunet y localise une permanence du Comité directeur du mouvement « Jeune Science », dont il est membre actif75. Parmi les neuf membres du Comité directeur de ce mouvement, constitué en 1936 mais éphémère, engagé pour la défense des travailleurs scientifiques, se trouve également Daniel Lagache, aussi boursier en sciences humaines, aux côtés de sept représentants des sciences exactes, dont quatre autres allocataires de la Caisse76. Dans la Sorbonne, les autres boursiers s’éparpillent dans les instituts de géographie, d’études slaves, de civilisation indienne, de phonétique, de linguistique et d’assyriologie.

  • 77 Calcul sur 45 adresses personnelles connues (hors cité universitaire) en sciences humaines et 183 (...)
  • 78 Eidelman, 1994.

42Un regard sur les adresses personnelles parisiennes des titulaires de bourses77 met en évidence des localisations clivant le monde des sciences humaines et celui des sciences mathématiques et expérimentales. Leurs choix de résidence peuvent être libres ou plus ou moins contraints, liés notamment à la vie de laboratoire prégnante en sciences expérimentales, mais quasi inexistante pour leurs collègues de sciences humaines. Dans les 5e, 6e, 13e et 14e arrondissements, quartier de la science vivante et engagée dans les années 193078, englobant la montagne Sainte-Geneviève et le Quartier latin ainsi que leurs abords, résident 39 % des boursiers et boursières en sciences humaines, mais 66 % des titulaires de bourses en science mathématiques et expérimentales. Inversement, les arrondissements réputés bourgeois de la capitale, 7e, 8e et 16e, logent un tiers du personnel des sciences humaines mais seulement un dixième de celui des sciences mathématiques et expérimentales. La conduite de manipulations et d’expériences exigeant une surveillance constante incite les chimistes ou les biologistes, par exemple, à rapprocher autant que possible leur domicile de leur laboratoire, alors que les historiens ou les philosophes ne connaissent d’autres contraintes horaires que les heures d’ouverture des Archives ou de la Bibliothèque nationale, quand ils ne travaillent pas chez eux. Les adresses des boursiers de sciences humaines ressortissent par ailleurs à leurs origines sociales (tableau 4), plus parisiennes et « grand-bourgeoises », induisant des relations familiales éventuellement porteuses d’opportunités de logement dans le « triangle d’or » parisien ou ses alentours.

43Les quatorze boursiers non parisiens rattachés à des institutions – que des hommes parmi les présents plus de trois ans – se répartissent pour moitié en province (Lyon, Strasbourg, Montpellier, Rennes notamment) où ils enseignent en collège, lycée, école normale d’instituteurs, école professionnelle ou, pour Georges Gurvitch, à l’Institut des sciences sociales de Lyon, et pour l’autre moitié Outre-Mer ou à l’étranger. Hors de France métropolitaine, à l’exception de Georges Dumézil, relevant de la section de philologie, lecteur de français à l’université d’Uppsala lorsqu’il obtient sa première bourse (avant d’être chargé de conférence aux Hautes Études et promu chargé de recherche lorsqu’il rentre en France en 1933), tous les boursiers expatriés relèvent de la section histoire, en tant qu’enseignants ou archéologues. Jean Dresch enseigne au lycée de Rabat et Robert Tinthoin est instituteur à Oran ; Louis Goldberger est à l’Institut français de Prague et Fernand Missonnier à Rome ; Charles Maystre et Georges Posener, attachés à l’Institut français d’archéologie orientale, sont au Caire.

44Le « Rapport préliminaire sur un statut des chercheurs » de Coville en 1938, déjà cité, constate la possibilité théorique d’une carrière consacrée exclusivement à la recherche d’au moins 32 ans, de l’état de boursier embrassé à 25 ans à celui de directeur de recherche atteint à 57 ans, si l’on enchaîne, sans solution de continuité, les quatre grades définis et leurs possibilités de renouvellements. Coville ne croit pas néanmoins à l’engendrement d’un corps de chercheurs « fonctionnarisés », rival du corps universitaire, parce que ce déroulement de carrière ne saurait être qu’exceptionnel, pour deux raisons :

  • 79 AN F/17/17464.

Il n’est pas fréquent qu’une production scientifique puisse se prolonger d’une égale qualité et avec un égal succès pendant si longtemps et surtout, bien avant cet âge, la plupart des chercheurs n’ont-ils pas cherché et réussi à obtenir un emploi plus stable ni à s’assurer une retraite79 ?

45La confrontation de ces propos aux séjours à la Caisse en sciences humaines montre combien Coville est lucide sur la non-incrustation des boursiers – mais il en va différemment en sciences mathématiques et expérimentales. La volatilité générale en sciences humaines soulignée, il reste à observer ce qu’il advient, en termes de promotion et évolution de carrière, de la petite cohorte qui s’ancre durablement au dispositif et à tenter de poser quelques repères quant au devenir des autres. La bourse étant susceptible de durer quatre années au plus, il convient de redimensionner le groupe observé aux présents quatre ans au moins pour mesurer la part de celles et de ceux promus chargés de recherche. En sciences humaines, sur 44 promotions possibles à une charge de recherche, 16 sont attestées, soit 36 %, dont une seule accordée à une femme. Sachant qu’en sciences mathématiques et expérimentales, avec la même ancienneté acquise, 62 % des boursiers (30 femmes sur 48 et 129 hommes sur 210), dans une remarquable parité, passent chargés de recherche, le personnel des sciences humaines apparaît encore une fois comme le parent pauvre et d’une pauvreté aggravée chez les femmes.

46Considérées par discipline, les promotions de boursier à chargé de recherche confirment la position dominante de la section histoire puisque 9 des 14 historiens l’obtiennent, soit nettement plus de la moitié de ceux qui peuvent y prétendre, quand leurs collègues d’autres disciplines sont plus mal lotis : 3 sur 11 en philosophie, 2 sur 8 en sciences sociales, 1 sur 5 en philologie et 1 sur 6 en sciences juridiques (mais c’est dans cette dernière discipline que les allocataires sont les plus inconstants). Trois seulement, tous des hommes, des seize boursiers passés chargés de recherche, continuent leur progression en devenant maîtres de recherche, deux dans la section histoire, Léon Aufrère et l’abbé Leroquais, nés respectivement en 1889 et 1875, et, en sciences sociales, André Schaeffner né en 1895, le seul des trois à entamer là une carrière complète de chercheur comme l’imaginait Coville. En 1938, André Schaeffner épouse Denise Paulme, boursière cumulante depuis 1937, détail qui n’échappe pas à Marcel Mauss, rapporteur de la demande de renouvellement de celle-ci :

  • 80 Dossier personnel de Denise Paulme, AN 20070296/423.

Leurs traitements réunis, à tous les deux, au Musée du Trocadéro, n’excèdent pas 24 000 francs. Le poste du Conservatoire de M. Schaeffner lui rapporte en outre 8 400 francs. […] à eux deux, ils ont la charge totale de deux enfants et partielle de trois vieilles personnes. Si on nommait M. Schaeffner maître de recherche – je crois que le traitement est de 32 000 francs – on pourrait peut-être renoncer à donner une bourse à Mme Schaeffner née Denise Paulme. Ou bien, on peut également laisser les choses en état, et, par exemple nommer M. Schaeffner maître de recherche à 25 000 francs et donner une bourse de 10 000 francs à Mme Schaeffner née Paulme80.

47De fait, lorsque lui passera maître de recherche du tout jeune CNRS, Denise Paulme perdra sa bourse et ira poursuivre sa carrière ailleurs. La mise en balance des situations du couple illustre le fonctionnement un peu « à la tête du client » de la section des sciences humaines. Le maître de recherche Léon Aufrère terminera, lui, sa carrière comme directeur des Antiquités préhistoriques du Nord, et l’abbé Leroquais poursuivra jusqu’à sa mort ses travaux d’érudition dans l’Église.

  • 81 En sciences mathématiques et expérimentales, la doyenne, la géologue et préhistorienne Madeleine C (...)
  • 82 Faye, 2006.

48Qu’en est-il des promotions ultérieures des rares allocataires recrutés à un grade supérieur à la bourse ? Des trois femmes concernées, aucune n’est promue maîtresse de recherche avant 1939. La chargée de recherche à la section histoire, Jeanne Duportal, née en 1866, doyenne des allocataires femmes en sciences humaines81, poursuit depuis 1933 son travail d’inventaire des fonds d’estampes de bibliothèques parisiennes, dans des conditions matérielles et d’isolement de plus en plus dramatiques jusqu’à sa mort en 1954 ; au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elle émarge à l’« Aide aux savants » attribuant des subsides aux personnels de recherche dépourvus de toute retraite. La chartiste Jeanne Vielliard, en philologie, détachée en 1937 des Archives nationales à l’Institut de recherche et d’histoire des textes, qu’elle dirige à partir de 1940, bouclera une carrière complète au CNRS comme directrice de recherche82. La troisième, Françoise Henry, est chargée de recherche à la section histoire en 1938-1939 seulement, en même temps que lectrice à l’université de Dublin, où elle poursuit une carrière complète de professeure en histoire de l’art. Des trente hommes recrutés directement chargés de recherche en sciences humaines, deux seulement passent maîtres de recherche avant 1939. Le philosophe allemand réfugié Siegfried Marck, allocataire depuis 1936, poursuivra sa carrière aux États-Unis à partir de 1940 comme, pour moitié, le juriste d’origine russe naturalisé français, réfugié lui aussi, Boris Mirkine-Guetzevitch, chargé de recherche depuis 1931 ; il fondera à New York, en 1941, l’École libre des hautes études. Quant aux trois seuls allocataires, tous relevant de la section histoire, recrutés directement maîtres de recherche, aucun ne devient directeur de recherche avant 1939 : pour Émile Chassinat, né en 1868, la maîtrise de recherche s’ajoute à partir de 1932 à son honorariat de directeur de l’Institut français d’archéologie orientale ; le géographe Robert Perret, né en 1881, maître de recherche de 1932 à 1936, poursuit ses recherches en marge de toute carrière d’enseignant-chercheur ; Robert Fawtier, né en 1885, recruté à la Caisse en 1937, sera professeur à la faculté des lettres de Bordeaux, puis à celle de Paris de 1948 à sa retraite dix ans plus tard.

  • 83 Burke, 2017, 5.

49Reste le devenir des autres boursières et boursiers, parfois passés très fugitivement à la Caisse, à esquisser. Sur 151 titulaires de bourses, 11 seulement – dont 4 femmes – sont perdus de vue avant l’âge de 50 ans, 32 – dont 3 femmes – décèdent en période d’activité professionnelle, 10 de ces décès étant liés directement à la Seconde Guerre mondiale (en déportation ou au combat), auxquels l’on peut adjoindre les suicides de l’historienne d’art allemande réfugiée Anne Liebreich, en 1939 ou 1940, et du philologue autrichien réfugié Wilhelm Friedmann en 194283. Pour les autres, 95 carrières complètes (suivies jusqu’à la retraite ou au moins jusqu’à 60 ans) sont attestées auxquelles s’ajoutent 5 carrières suivies jusqu’à 50 ans, perdues de vue après. Au total, au moins 80 % des anciens titulaires de bourses dans le champ des sciences humaines mènent des carrières complètes.

50Les 14 carrières féminines complètes, menées pour 10 d’entre elles par des femmes mariées, dont la moitié au moins a eu des enfants, se caractérisent aisément. Six enseignantes-chercheuses en université (dont une aux États-Unis), à l’EPHE (Denise Paulme) et au Collège de France (Jacqueline de Romilly), quatre conservatrices (en bibliothèque, musée ou Archives), deux enseignantes dans le secondaire, une banquière et une magistrate. Les 84 fins de carrière de boursiers identifiées se laissent moins aisément partager, un certain nombre mélangeant les genres et les productions. Au-delà de 59 enseignants, enseignants-chercheurs ou chercheurs, dont huit à l’EPHE et cinq au Collège de France (Raymond Aron, Georges Dumézil, André Dupont-Sommer, René Labat et Georges Posener), de neuf conservateurs (en bibliothèque, musée ou Archives), de cinq magistrats, de deux journalistes, et d’un notaire, les définitions se brouillent, superposant pratiques de recherche, productions littéraires ou artistiques, responsabilités administratives ou diplomatiques. Les noms de Roger Caillois et de Michel Leiris illustrent ces itinéraires sans frontières portés dans leurs débuts par la Caisse. Dix des enseignants-chercheurs achèvent leur carrière ou en vivent la majeure partie hors de France, aux États-Unis pour la moitié d’entre eux. Des rangs des anciennes boursières et anciens boursiers sortiront sept membres de l’Institut : siégeront à l’Académie française Jacqueline de Romilly, Roger Caillois et Georges Dumézil ; à celle des Inscriptions et Belles-Lettres, André Dupont-Sommer, Michel Lejeune et Jean Nougayrol ; à celle des Sciences Morales et Politiques, Jean-Jacques Chevallier.

51« Valeur morte » les sciences humaines à la Caisse nationale des sciences, comme le redoute Albert Grenier ? Le portrait collectif des allocataires de la section a tenté de ranimer ce microcosme enchâssé dans le petit monde de la Caisse nationale des sciences. Si la population réduite concernée semble additionner des cas particuliers, traités avec une personnalisation extrême par les administrateurs du dispositif, quelques caractères communs s’affirment néanmoins chez les allocataires en sciences humaines. En premier lieu, ceux-ci forment un groupe plus masculin et plus âgé que celui présent en sciences mathématiques et expérimentales, et, malgré les longs cursus antérieurs couronnés de succès des impétrants en sciences humaines, intégré massivement à l’échelon le moins favorable et le plus précaire, celui de la bourse. Une fois recrutés dans une section sur laquelle les historiens exercent une domination numérique et statutaire faisant peser, avec le renfort des juristes, un certain conservatisme, les allocataires en sciences humaines s’approprient moins le dispositif que leurs collègues des sciences mathématiques et expérimentales, pour qui celui-ci a été pensé. La sous-section des sciences sociales, de moindre héritage académique que celles d’histoire ou de sciences juridiques, porte toutefois en germe des valeurs, dans sa féminisation relative et dans son ouverture aux étrangers, appelées à gagner tout le champ des sciences devenues « humaines et sociales » au CNRS, qui prendra le relais de la Caisse en 1939.

52Quant à répondre à la question du rôle de la Caisse dans la professionnalisation de la recherche dans ce champ de connaissances, force est de constater que le peu d’ancienneté acquise par la plupart des allocataires en sciences humaines minore d’autant les chances de voir s’amorcer là des carrières continues de chercheur ou de chercheuse. À cet égard, les éléments de mesure réunis établissent que la Caisse ne peut exercer dans ce domaine le même rôle moteur qu’en sciences mathématiques et expérimentales. Mais le peu d’attrait que les comportements des allocataires de la section reflètent pour une voie professionnelle nouvelle, ouverte à côté ou en complémentarité de la carrière universitaire, est en partie induit par la Caisse elle-même. Le maigre budget attribué à la section, utilisé en des financements beaucoup plus saupoudrés qu’en sciences mathématiques et expérimentales, n’assure que des aides par trop ponctuelles. Accordées à des individus « accomplis » par ailleurs, engagés ou sur le point de l’être, dans une carrière d’enseignant le plus souvent (quand ils n’en sont pas déjà retraités !), elles ne les incitent pas (ou plus) à tout miser sur la recherche. Les hommes tirent ailleurs leur épingle du jeu. Les choses sont moins aisées pour les femmes, en sciences humaines comme en sciences expérimentales, l’étude ayant montré des sorts assez proches dans les deux sections. Leur dépendance accrue aux subsides procurés par la Caisse et les concessions personnelles que leur impose la conciliation d’une poursuite de carrière et d’une vie de famille ne connaissent pas de frontières disciplinaires.

Haut de page

Bibliographie

Barrera, C., 2016, « Les universitaires toulousaines (1912-1968) : l’échec d’une promotion “par le bas” », dans Molinier, P. et Rogers, R. (éd.) Les femmes dans le monde académique : perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 31-47.

Baudelot, C. et Matonti, F., « Le recrutement social des normaliens, 1914-1992 », dans Sirinelli, J.-F. (éd.), École normale supérieure, le livre du bicentenaire, Paris, PUF, p. 155-190.

Burke, P., 2017, Exiles and Expatriates in the History of Knowledge, 1500-2000, Hanovre, Brandeis University Press.

Charle, C., 1986, Les professeurs de la faculté des lettres de Paris : dictionnaire biographique (1909-1939), Paris, INRP/Éditions du CNRS.

Charle, C., 1989, « Le personnel dirigeant du CNRS (1937-1966) », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 4, p. 7-44, en ligne : http://www.histcnrs.fr/pdf/cahiers-cnrs/charle.pdf (consulté le 16 mars 2019).

Charle, C. et Telkes, E., 1989, Les professeurs de la faculté des sciences de Paris : dictionnaire biographique (1901-1939), Paris, INRP/Éditions du CNRS.

Charle, C., 1994, La République des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil.

Charle, C., 1999, « Les femmes dans l’enseignement supérieur : dynamiques et freins d’une présence, 1946-1992 », dans Duclert, V., Fabre, R. et Fridenson, P. (éd.), Avenirs et avant-gardes en France, xixe-xxe siècles : hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, p. 84-105.

Charron, H., 2013, Les formes de l’illégitimité intellectuelle : les femmes dans les sciences sociales françaises, 1890-1940, Paris, CNRS Éditions.

Chatriot, A., 2006, « La lutte contre le “chômage intellectuel” : l’action de la Confédération des Travailleurs Intellectuels (CTI) face à la crise des années trente », Le Mouvement social, 214, p. 77-91, DOI : 10.3917/lms.214.0077.

Comité pour l’histoire du CNRS, 2005, Histoire documentaire du CNRS, 1, années 1930-1950, Paris, CNRS Éditions.

Duclert, V., 2006, « La France et la politique de recherche au xxe siècle : l’enjeu historique de l’institutionnalisation », dans Chatriot, A. et Duclert, V. (éd.), Le gouvernement de la recherche, Paris, La Découverte, p. 19-31.

Dumoulin, O., 1985, « Les sciences humaines et la préhistoire du CNRS », Revue française de sociologie, 26/2, p. 353-374, DOI : 10.2307/3321581.

Dumoulin, O., 1998, « Archives au féminin, histoire au masculin : les historiennes professionnelles en France, 1920-1965 », dans Sohn, A.-M. et Thélamon, F. (éd.) L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, p. 343-356.

Eidelman, J., 1994, « Du Maitron à la Montagne Sainte-Geneviève : parcours culturels à travers la recherche scientifique française de l’entre-deux-guerres », Les cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, 26, p. 39-48.

Faye, G., 2006, « Une historienne à l’ombre de la communauté scientifique : Jeanne Vielliard (1894-1979) », dans Pellegrin, N. (éd), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, p. 349-364.

Gens, J.-C., 2003, Karl Jaspers, Paris, Bayard.

Gless, R., 1989, « De la Kaiser Wilhelm à la Max Planck Gesellschaft : 75 ans d’organisation de la recherche en Allemagne », Revue d’Allemagne, 21/1, p. 378-396.

Guthleben, D., 2009, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours : une ambition nationale pour la France, Paris, Armand Colin.

Halleux, R. et Xhayet, G., 2007, La liberté de chercher : histoire du fonds national belge de la recherche scientifique, Liège, Éditions de l’université de Liège.

Harvey, J., 2012, « The Mystery of the Nobel Laureate and His Vanishing Wife », dans Lykknes, A., Opitz, D.L. et Van Tiggelen, B. (éd.), 2012, For Better or For Worse? Collaborative Couples in the Sciences, Heidelberg/New York/Dordrecht/Londres, Springer, p. 57-77.

Holtz, L., 2000, « Les premières années de l’Institut de recherche et d’histoire des textes », La revue pour l’histoire du CNRS, 2, DOI: 10.4000/histoire-cnrs.2742.

Jaquet, C. et Bras, G. (éd.), 2018, La fabrique des transclasses, Paris, PUF.

Launet, E., 2016, Sorbonne plage, Paris, Stock.

Mathieu, J.-P., 1984, « Sur l’émigration des universitaires », dans Badia, G. et. al., Les bannis de Hitler : accueil et lutte des exilés allemands en France, 1933-1939, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, p. 133-162.

Picard, J.-F., 1990, La République des savants : la recherche française et le CNRS, Paris, Flammarion.

Pinault, M. 1999, « Le chercheur », dans Rioux, J.-P. et Sirinelli, J.-F. (éd.), La France d’un siècle à l’autre, 1914-2000 : dictionnaire critique, Paris, Hachette littératures, p. 582-587.

Pinault, M., 2006, « Les scientifiques et le Front populaire », dans Vigna, X., Vigreux, J. et Wolikow, S. (éd.), Le pain, la paix, la liberté : expériences et territoires du Front populaire, Paris, Éditions sociales, p. 173-194.

Sonnet, M., 2004, « Combien de femmes au CNRS depuis 1939 ? », dans Mission pour la place des femmes au CNRS/Comité pour l’histoire du CNRS, Les femmes dans l’histoire du CNRS, Paris, CNRS Éditions, p. 39-67.

Sonnet, M., 2006, « Genre et partage du travail scientifique aux origines du CNRS (France, années 1930) », Documents de travail du MAGE, 9, p. 225-235.

Sonnet, M., 2019, « A Collective Biography of an Emerging Professional Group: Chemists Granted by the Caisse Nationale des Sciences (National Fund for Sciences) in the 1930s », dans Malaquias, I. et Morris, P.J.T. (éd.), Perspectives on Chemical Biography in the 21st Century, Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars Publishing, p. 141-150.

Sonnet, M., à paraître (a), « Les chercheuses de la Caisse nationale des sciences en France dans les années 1930 : l’insertion immédiate des femmes dans un métier neuf ».

Sonnet, M., à paraître (b), « Faire connaître ses travaux : l’accès à la publication de la première génération de boursières et boursiers de la Caisse nationale des sciences ».

Haut de page

Notes

1 Décret portant règlement d’administration et régime financier de la Caisse nationale des lettres et de la Caisse nationale des sciences, 23 septembre 1930, paru au Journal officiel du 5 octobre 1930, AN F/17/17331.

2 Sur ce qu’il est convenu de nommer la « préhistoire » du CNRS : Picard, 1990, 33-59. Guthleben, 2009. Comité pour l’histoire du CNRS, 2005.

3 L’abréviation « Caisse » est adoptée pour toute la période afin d’éviter la confusion entre « la » CNRS de 1935 et « le » CNRS de 1939.

4 Les dénominations « sciences humaines » et « sciences mathématiques et expérimentales » comme les termes de « section », « bourse », « allocation » et infra de « sous-section », de « chargé de recherche », « maître de recherche », « directeur de recherche » sont ceux d’usage institutionnel à la Caisse nationale des sciences, qui use également des termes génériques de « chercheurs » et de « savants ». La terminologie souvent approximative employée par les allocataires comme par les personnels universitaires impliqués à un titre ou un autre dans son fonctionnement est révélatrice de la nouveauté du dispositif dans le paysage académique. La Caisse ainsi que ses financements sont fréquemment désignés sous des appellations fantaisistes.

5 Une exception : Dumoulin, 1985.

6 Le recensement a donné lieu à deux premières approches partielles sur les chercheuses, Sonnet, 2004 et 2006, et une plus complète à paraître, Sonnet (a), ainsi qu’à une étude sur les conditions d’accès à la publication des boursiers en sciences mathématiques et expérimentales, également à paraître, Sonnet (b). Une étude sur le groupe des chimistes a été publiée : Sonnet, 2019. Le recensement en lui-même est destiné à être mis en ligne.

7 Michel Pinault, retraçant l’émergence de la figure du chercheur au xxe siècle et l’évolution de la terminologie désignant sa profession, notamment via la création de la Caisse nationale des sciences, passe sous silence le cas des sciences humaines : Pinault, 1999.

8 Gless, 1989.

9 Halleux et Xhayet, 2007, 42.

10 Création de la Caisse des Recherches scientifiques destinée au progrès des sciences. Loi du 14 juillet 1901 et décret du 3 juillet 1902, AN F/17/17431. Création de ses IIIe et IVe sections, 21 juin 1921, AN F/17/17432.

11 Duclert, 2006.

12 Incluant la géographie

13 Charle, 1989.

14 Voir à ce propos les souvenirs de sa fille Viviane Isambert-Jamati dans un entretien avec Elisabeth Pradoura, le 9 janvier 1987, disponible en ligne dans les archives orales du CNRS : http://www.histcnrs.fr/archives-orales/isambert.html (consulté le 4 avril 2019).

15 Le successeur de Georges Jamati à la direction des sciences humaines du CNRS en 1955, et ancien boursier de la Caisse nationale des sciences, Michel Lejeune, évoque cette influence prépondérante dans un entretien avec P.-E. Mounier-Kuhn et E. Pradoura, le 11 juin 1986, disponible en ligne dans les archives orales du CNRS : http://www.histcnrs.fr/archives-orales/lejeune.html (consulté le 4 avril 2019).

16 Selon le convertisseur franc-euro de l’Insee, 24 000 francs de 1931 correspondent à 15 087 euros de 2018. Une bourse complète mensuelle s’élèverait donc à 1 257 euros – sensiblement un SMIC net de 2019.

17 Charle, 1999.

18 Tableaux rétrospectifs de l’Annuaire statistique de la France 1966, exploité par C. Barrera, 2016.

19 Chiffres de l’Annuaire de l’Éducation nationale 1946 exploités par C. Charle, 1999.

20 Pinault, 2006.

21 Confié à Irène Joliot-Curie du 5 juin au 28 septembre 1936 – façon de promouvoir à la fois la recherche scientifique et les femmes scientifiques – puis à Jean Perrin jusqu’au 23 juin 1937.

22 Holtz, 2000.

23 Chatriot, 2006.

24 Launet, 2016.

25 Décret du 11 avril 1933 instituant le Conseil supérieur de la recherche scientifique publié au Journal officiel du 15 avril 1933 et Arrêté ministériel du 21 juin 1933 fixant la composition des corps électoraux.

26 Conseil supérieur de la recherche scientifique, liste d’électeurs et résultats 1934, AN 20020476/293.

27 Robert Le Balle, élu en tant que professeur de droit civil à la faculté de Lille, n’émargera à la Caisse qu’en 1937-1938.

28 Jean-Jacques Chevallier professeur à la faculté de droit de Grenoble, élu en 1939, a été allocataire de la Caisse en 1933-1934 seulement.

29 Archives de la mobilisation scientifique, fiches individuelles, AN 19800284/25-28.

30 Listes à utiliser avec prudence, puisqu’y apparaît, en philosophie, le nom de Karl Jaspers comme maître de recherche alors que celui-ci n’a jamais donné suite à la décision unilatérale du Comité de la section qui était prête à l’accueillir dans son exil : Gens, 2003, 188-189.

31 Picard, 1990, 194. Interpréter la réduction de cette part et ses oscillations, lors des décennies suivantes, pour atteindre les 15 % des chercheurs permanents de l’organisme relevant de l’Institut des sciences humaines et sociales en 2016, dans un cadre institutionnel fluctuant, en interne et autour, outrepasserait les limites de cet article. Les bilans sociaux annuels sont en ligne sur le site du CNRS : http://bilansocial.dsi.cnrs.fr (consulté le 4 avril 2019).

32 Sonnet, 2004.

33 Deux mathématiciennes seulement, Marie Charpentier et Marie-Louise Dubreil-Jacotin.

34 Charron, 2013.

35 Charle, 1994, 217-222 ; Charle, 1999 et, pour l’histoire, Dumoulin, 1998.

36 Et non 1938-1939 pour échapper au risque de prendre en compte une dernière année au recensement incomplet.

37 Dumoulin, 1985.

38 Soit entre 900 000 et 1 000 000 francs environ sur un budget total tournant autour de 6 000 000 francs ces trois années-là, AN F/17/17458 à 174760.

39 720 800 francs en histoire, 521 000 francs en philologie, 363 000 francs en philosophie, 370 000 francs en sciences juridiques et sociales réunies, Commission des finances de la CNRS, 6 juin 1939, AN F/17/17465.

40 Courrier du 12 juin 1934, AN F/17/17458.

41 Ce qui est impossible depuis la fermeture du site des Archives nationales de Fontainebleau. Les dossiers vus auparavant comportent néanmoins souvent des notifications d’attribution moins précises qu’en sciences.

42 Marcelle de Heredia-Lapicque, épouse de Louis Lapicque avec qui elle collabore dans son laboratoire de physiologie de l’EPHE, laboratoire dont elle assurera la direction après la retraite de son mari. Ce couple est évoqué dans Harvey, 2012.

43 En sciences humaines : 4 femmes sur 9 et 28 hommes sur 104 ; en sciences mathématiques et expérimentales : 41 femmes sur 66 et 199 hommes sur 378.

44 En sciences humaines : 3 femmes sur 23 et 71 hommes sur 210 ; en sciences mathématiques et expérimentales : 14 femmes sur 118 et 97 hommes sur 643.

45 AN F/17/17464.

46 AN F/17/17465.

47 Avec l’aide précieuse de la bibliothèque numérique Gallica et des services d’archives départementales ayant mis en ligne leurs registres d’état civil.

48 Calculs sur 127 années de naissance de boursiers et 24 de boursières connues en sciences humaines ; sur 532 années de naissance de boursiers et 120 de boursières connues en sciences mathématiques et expérimentales.

49 Le doyen des boursiers en sciences humaines, le philosophe professeur à la faculté de théologie protestante de Paris Raoul Allier, est né en 1862, les doyens des boursiers en sciences mathématiques et expérimentales, les naturalistes Pierre Dangeard et Henri Devaux, étant nés en 1867.

50 AN 20020476/293.

51 « Règlement intérieur de la Caisse nationale des sciences adopté par le Conseil d’administration dans sa séance du 16 mars 1931 », publié dans la Revue internationale de l’enseignement, 85, 1931, p. 211-219.

52 Sciences mathématiques et expérimentales : calculs sur 425 boursiers, hommes et femmes, recrutés entre 1931-1932 et 1936-1937 et 227 en 1937-1938 et 1938-1939 ; en sciences humaines, sur 99 entre 1931-1932 et 1936-1937 et 52 en 1937-1938 et 1938-1939.

53 Trop peu de femmes pour les isoler : deux recrutées chargées de recherche : Jeanne Duportal à 67 ans (en histoire) et Jeanne Vielliard à 43 ans (en philologie).

54 Trois hommes seulement recrutés maîtres de recherche en sciences humaines : Émile Chassinat à 64 ans (histoire), Robert Fawtier à 52 ans (histoire) et Robert Perret à 51 ans (histoire, géographie).

55 Conseil supérieur de la recherche scientifique et du progrès technique. Session du 2 au 5 mars 1938, Paris, Ministère de l’Éducation nationale, Melun, Imprimerie administrative, 1938, 128 p.

56 Sciences humaines : 246 lieux de naissance connus sur 254 ; sciences mathématiques et expérimentales : 800 sur 851.

57 Incluant deux femmes naturalisées par mariage en sciences humaines et quatre en sciences mathématiques et expérimentales ; les autres naturalisations se font par décret.

58 Une étude spécifique sera consacrée ultérieurement aux étrangers passant par l’une ou l’autre section de la Caisse nationale des sciences.

59 Mathieu, 1984.

60 Charle, 1986, 2-5 ; Charle et Telkes, 1989, 7-10 ; Charle, 1994, 261.

61 Baudelot et Matonti, 1994.

62 Données recueillies sur les situations matrimoniales de 69 boursiers le demeurant plus de 3 ans (60 hommes dont 3 « célibataires ecclésiastiques » et 9 femmes) en sciences humaines et 340 (279 hommes et 61 femmes) en sciences mathématiques et expérimentales.

63 « Les mariages et la nuptialité », Situation démographique de la France, Ined, en ligne : http://www.ined.fr/fichier/t_publication/1292/publi_pdf1_articlespe_7.pdf.

64 Paulette Février, en philosophie, et Jean-Louis Destouches, en physique ; Marie-Madeleine Rabecq, en histoire, et Théodore Kahan, en physique.

65 Sonnet, à paraître (a).

66 Dossier Kahan-Rabecq, AN 20070296/450.

67 À ne pas confondre avec son homonyme la journaliste féministe Marguerite Durand.

68 Pour comparaison, les boursiers des sections de sciences mathématiques et expérimentales, toutes durées de présences confondues, sont 22 % à être agrégés et 14 % à être passés par l’École normale supérieure, parts qui suggèrent une « secondarisation » légèrement accentuée du recrutement en sciences humaines. L’obtention du doctorat, avant, pendant ou après la Caisse, est en revanche plus fréquente en sciences mathématiques et expérimentales puisqu’elle concerne 85 % des boursières comme des boursiers (contre les deux-tiers environ en sciences humaines).

69 Arts et Métiers, Polytechnique, Agronomie.

70 Léon Baudry et Victor Leroquais.

71 Cas de Léon Aufrère et de Madeleine Kahan-Rabecq, lui étant fils de forgeron et elle de deux professeurs d’éducation physique.

72 Jaquet et Bras, 2018.

73 Calcul sur les boursières et boursiers en sciences mathématiques et expérimentales présents au moins cinq ans à la Caisse.

74 Madeleine pour l’état civil mais publiant sous le prénom Renée.

75 Science et Travail. Bulletin mensuel du groupement « Jeune science » pour l’organisation et la défense de la recherche scientifique française, 1re année, no 4, janvier 1937, p. 1 (seul numéro disponible à la BNF).

76 Pierre Gavaudan, Marcel Mathieu, Paul Renaud, Jean Surugue.

77 Calcul sur 45 adresses personnelles connues (hors cité universitaire) en sciences humaines et 183 en sciences mathématiques et expérimentales (éventuellement plusieurs successives pendant sa bourse pour un même individu).

78 Eidelman, 1994.

79 AN F/17/17464.

80 Dossier personnel de Denise Paulme, AN 20070296/423.

81 En sciences mathématiques et expérimentales, la doyenne, la géologue et préhistorienne Madeleine Colani, est née elle aussi en 1866.

82 Faye, 2006.

83 Burke, 2017, 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martine Sonnet, « Faire de la recherche son métier ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 125-154.

Référence électronique

Martine Sonnet, « Faire de la recherche son métier ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 15 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3158 ; DOI : 10.4000/rhsh.3158

Haut de page

Auteur

Martine Sonnet

ENS, Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals