Navigation – Plan du site
Dossier
Disciplinarisation, dédisciplinarisation, redisciplinarisation

Le sport en chaire

Stratégies de spécialisation et mise en forme d’un domaine médical de recherches (années 1920-1950)
Sport in the chair. Specialisation and formatting strategies of a medical field of research (1920s-1950s)
Taïeb El Boujjoufi, Stéphan Mierzejewski et Christian Pociello
p. 155-175

Résumés

Le sport commence à prendre corps comme domaine médical de recherche organisé à partir des années 1920. Des instituts universitaires dédiés à ce secteur du savoir sont ainsi créés dans la plupart des facultés (et écoles) de médecine. Le propos n’est pas de revenir sur l’histoire des modes de faire valoir, ou des réaménagements successifs du système universitaire, ayant rendu possible pareille innovation institutionnelle. Il s’agit plutôt, une fois en activité, de cerner la production scientifique de ces instituts. Si, tout au long de la période observée, différents indices peuvent conduire à relativiser l’audience des recherches médico-sportives au sein du sous-espace universitaire de production médicale, le fait est qu’une activité de recherche en laboratoire existe et débouche sur l’allocation de positions universitaires disputées. D’où le parti pris de lier au plus près caractéristiques des biens savants et profils génériques des producteurs.

Haut de page

Texte intégral

Ce travail a bénéficié des lectures suggestives de Jacques Defrance et Manuel Schotté.

Mais l’histoire, quand elle prend la science pour objet, n’est pas davantage qu’en d’autres tâches la simple érudition. Elle est une représentation de significations. Dans cet ordre, ce que la science du jour nomme erreur a un droit positif à figurer au même titre que ce qu’elle tient pour la vérité. Ce que le savant rejette l’historien le récupère, sans être pour autant réduit à un rôle de fripier.
Georges Canguilhem, La formation du concept de réflexe, Paris, PUF, 1955, p. 158.

  • 1 Commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et structures sociales, La jeunesse et (...)

1Le sport commence à prendre corps comme domaine médical de recherche organisé à partir de l’entre-deux-guerres. Quelques laboratoires voient d’abord le jour dans le cadre de « cours complémentaires » puis, dans la plupart des facultés (et écoles) de médecine, au sein d’instituts régionaux d’éducation physique (IREP). Tout en étant des foyers de recherches, ces instituts remplissent des fonctions de spécialisation médicale et de formation des spécialistes de l’enseignement scolaire de l’éducation physique. À telle enseigne que c’est près d’une dizaine d’instituts universitaires qui se met en place au tournant des années 1920-1930 (Defrance et El Boujjoufi, 2005a). Leur généralisation a réclamé en amont un important travail d’accumulation scientifique et de mobilisation politique pour déjouer l’inertie du système d’enseignement supérieur (Chevalier, 2000 ; Karady, 1982). Initié par les marges (Chevalier, 2008), le montage institutionnel adopté porte la marque expresse de ses promoteurs. Il est également intimement lié aux particularités de l’objet investi. D’où tout l’intérêt d’un examen approfondi des propriétés biographiques des dirigeants et directeurs de laboratoires de ces instituts, permettant de lier au plus près caractéristiques des produits et profils des producteurs de recherches médico-sportives. À rebours d’une histoire traditionnelle des institutions universitaires, trop souvent réduites à des entités abstraites et des corps de doctrines semi-officielles, ce sont les conditions qui rendent possible l’investissement scientifique dans la forme où il apparaît (à tel moment et pas à un autre) qui sont questionnées. Seul un éventail de ressources suffisamment étendu, pour garantir les relais de légitimation et subsides nécessaires auprès des instances de tutelle comme auprès de divers bailleurs de fonds privés, peut en l’occurrence rendre compte de l’efficience des investissements consentis. Si les positions universitaires auxquelles accèdent les membres de cette génération pionnière demeurent assez précaires jusqu’aux années 1950, ceux-ci n’en parviennent pas moins, ce faisant, à instituer un espace de recherche original. Vu sous un autre angle, la réussite de leurs stratégies de spécialisation professionnelle est en fait inséparable de tout un arrière-plan d’enjeux plus ou moins étroitement liés à l’extension du domaine de juridiction de la physiologie à divers secteurs d’activité sociale (Canguilhem, 1950, 99) : enjeux pour les élites locales du développement de « pôles scientifiques » dans les facultés professionnelles (Rollet, 2009), emprise de l’hygiénisme et lutte contre des fléaux sociaux comme la tuberculose (Murard et Zylberman, 1985), constitution du sport comme catégorie d’intervention publique (Lassus, 2017) et encadrement idéologique de la jeunesse1, diffusion de la culture corporelle par le canal scolaire et encadrement médical des populations, etc.

  • 2 Rapports d’activité qui, tout en constituant un matériau incontournable, posent néanmoins des prob (...)

2Le propos n’est toutefois pas de revenir ici en détail sur l’histoire des modes de faire valoir et des réaménagements successifs de l’enseignement supérieur ayant conditionné la fondation des IREP et leur organisation pédagogique (Defrance et El Boujjoufi, 2005a ; El Boujjoufi et Mierzejewski, 2007). Il s’agit plutôt, une fois en activité, d’examiner la productivité scientifique de ces unités spécialisées d’enseignement et de recherche. Et ce, non pas tant pour estimer la valeur intrinsèque des savoirs produits que pour saisir les usages et le sens qu’ils ont pu revêtir pour le noyau d’acteurs concernés. Le parti pris ne consiste pas, par conséquent, à répertorier par le menu, et pour eux-mêmes, les résultats de recherche consignés dans les rapports d’activité académique produits dans ces instituts2 ; mais plutôt « à illustrer les conditions dans lesquelles une part du travail d’accumulation savante se trouve retraduite dans des formes institutionnelles » données (Brian et Jaisson, 1988) pour accéder au principe de structuration interne du sous-espace universitaire considéré : division du travail, rapports disciplinaires, hiérarchie des laboratoires, positionnement par rapport aux demandes sociales, etc. (Bourdieu, 1976 ; Shinn et Ragouet, 2005). La nature et l’intensité de l’activité de recherche en question peuvent notamment s’expliquer par le poids fonctionnel de la faculté de rattachement de tel ou tel institut parmi l’ensemble des facultés, mais aussi et surtout, par le modèle de recherche dominant (clinique, fondamental), ou encore les modes de financement ; tout en demeurant indissociables des caractéristiques génériques des producteurs (qui renseignent elles-mêmes, au passage, sur le degré de reconnaissance de cette spécialisation scientifique).

  • 3 Sur les interprétations et réappropriations rétrospectives dont peut faire l’objet une « tradition (...)
  • 4 Les IREP se sont de fait recentrés principalement sur la formation d’enseignants en éducation phys (...)

3Les IREP donnent d’emblée lieu à une activité de recherche. Les modalités n’en sont pas pour autant fixées une fois pour toutes. La production de biens scientifiques y remplit, en effet, d’abord et avant tout un rôle d’exploitation expérimentale et non de construction disciplinaire3. C’est seulement vers la fin des années 1950 que s’officialise le ménage à bénéfices académiques réciproques entre médecine et sport, lorsque certains IREP sont dotés ou plutôt associés à une chaire – au sens magistral du terme – de « biologie appliquée à l’éducation physique et au sport » (Paris, Bordeaux) ou, à défaut, d’une « section » (du même nom) rattachée aux chaires de physiologie (Nancy), et que commence à exister un sous-espace hospitalo-universitaire étroitement lié au champ de préoccupation sportif. Ce changement de régime institutionnel et scientifique marque un relatif reflux de la fraction médicale initialement investie du contrôle des IREP, dont elle tend à perdre le contrôle ou qu’elle délaisse pour s’insérer dans de nouvelles configurations de relations – qui donneront, entre autres, naissance à la médecine du sport (Defrance et El Boujjoufi, 2005b)4. Ce changement de régime rend pourtant possible des recherches cliniques et ouvre, simultanément, de nouvelles possibilités de carrière jusque là très réduites et aléatoires. Les deux bornes historiques retenues (années 1920-1950) coïncident de ce point de vue grosso modo avec la succession de deux modèles distincts de production de biens savants médico-sportifs : le premier, lorsque la mise en forme savante de l’exercice physique sportif puise son horizon de références principal dans l’hygiène ; le second, lorsque cette branche d’activité scientifique tend à se dissocier de l’hygiénisme en s’associant à la clinique et à la biologie « démédicalisée » (Gaudillière, 1992). Battu en brèche dans les années 1950 par la « médecine lourde » (Pinell, 1992, 201-230), le premier modèle d’encodage scientifique n’a pour autant pas complètement chassé le premier, comme en témoigne bien le recouvrement partiel des traits caractéristiques des profils examinés plus loin.

  • 5 Sur un processus analogue dans le domaine de la puériculture savante de la fin du xixe siècle, voi (...)

4Si la constitution du sport comme branche biomédicale plus ou moins autonome n’est pas réductible à la seule question de son degré de scientificité, celle-ci ne peut, en définitive, pas non plus être envisagée indépendamment de la teneur des débats scientifiques et techniques du moment. Saisir pleinement ce dont l’histoire des sciences du sport est l’histoire suppose, en d’autres termes, de ne pas la réduire à un pur et simple procès de spécialisation académique ou une série de conquêtes institutionnelles. Tout comme dans le cas de la sociologie historique de l’art (Heinich, 1998), il importe également de s’interroger, à un moment ou un autre, sur ce que le sport fait à la médecine en tant que poste d’observation privilégié sur le « débat biologique » fondamentalement normatif entre l’individu « qualifié » et le milieu « infidèle » (Canguilhem, 1950, 110-124). Non seulement la constitution du sport comme domaine médical de recherche scientifique ne pouvait par définition advenir avant que ne soient liquidées certaines superstitions tributaires de l’état antérieur des savoirs médicaux sur le rendement du « moteur humain5 ». Mais les objets scientifiques relevant de ce nouveau secteur de recherches produisent des effets de connaissances de nature à affecter voire à remanier les représentations du vivant. Il en va ainsi symptomatiquement des tables de records qui déstabilisent, pour ne pas dire affolent, les catégories de pensée appliquées à la redéfinition incessante des frontières du « normal » et du « pathologique ». C’est précisément à la faveur de cet « équilibre instable des normes » que le sport s’impose en tant que champ de prélèvement de savoirs objectifs transférables (Canguilhem, 1950).

Ateliers de production et prime accumulation scientifique

5Le fait que ces IREP soient rattachés aux facultés de médecine, et non aux facultés de lettres ou de sciences, conduit à interroger le cadre institutionnel même de cette innovation thématique. En règle générale, dominée par les cliniciens, la recherche y est plutôt pensée selon un régime scientifique dit « appliqué » (Picard, 1999). En sorte que l’exercice médical de la recherche est davantage orienté vers la mise à l’épreuve ou la vulgarisation de savoirs déjà établis. Ceci explique cela : historiquement la « Faculté de médecine a pour vocation essentielle de réglementer l’exercice d’une profession en délivrant des doctorats, autrement dit de lutter contre le charlatanisme médical » (ibid., 13). Les effets sociaux des produits de la recherche ne peuvent alors que représenter un enjeu de luttes. Or, c’est d’autant plus le cas que l’autonomisation d’un champ d’étude médical (comme celui ayant trait au sport) est tributaire de problématiques préconstruites par la demande sociale. Celle émanant notamment des agences gouvernementales ou de groupes d’intérêts périphériques avec lesquels une fraction médicale s’installe dans une interaction instituée, discrète mais bien réelle, sous Vichy puis à la Libération. Fraction dont les éléments les plus actifs acquièrent, au final, une certaine consécration en produisant des instruments techniques officiellement accrédités et en obtenant l’institution d’un contrôle médical obligatoire pré-sportif en 1943 (El Boujjoufi, 2015). Le processus d’officialisation se poursuit au sortir de la guerre par la reconnaissance d’une compétence « médico-sportive » (en 1947) dans le cadre de la réglementation générale des spécialités médicales (Defrance et El Boujjoufi, 2005b) et débouche sur un certificat d’études spécial de « biologie appliquée à l’éducation physique et au sport » (en 1949). Le principe du positionnement scientifique et de l’unité d’action des IREP est ainsi à rechercher dans l’équation liant offres de cognition et demandes dadministration au sens large. L’instauration d’un cycle d’enseignements conduisant à des diplômes professionnels reconnus constitue un passage obligé.

6Le lieu n’est donc pas indifférent. Que ce soit pour l’homme de laboratoire dépendant de bailleurs de fonds, pour le législateur ou encore l’homme de terrain, c’est lorsque les résultats issus de la recherche fondamentale peuvent être appliqués qu’ils suscitent un réel intérêt. Pourquoi instruire des recherches « pures et désintéressées » dans de nouveaux établissements, quand existent des organismes aussi performants que le Laboratoire de mécanique de l’Institut Marey, la chaire de « Physiologie du travail » du Conservatoire des arts et métiers, le Laboratoire d’organisation physiologique du travail de l’École pratique des hautes études voire les chaires de physiologie fondamentale dans les facultés de sciences (Rousseau, 1945 ; Paul, 1985 ; Pociello, 1999) ? Les IREP sont non seulement dotés de leur laboratoire propre et intégré, mais disposent aussi parfois, à proximité ou extra muros, de locaux fonctionnels aménagés au plus près des installations sportives. L’enjeu est de pouvoir procéder à des relevés physiologiques in situ. Dans ces conditions, la cohérence du dispositif ne peut pas ne pas apparaître a posteriori comme relevant d’une « politique » scientifique embryonnaire. Quelques instituts peuvent au surplus compter sur l’aide de l’administration des notables. L’une et l’autre causes se servent mutuellement dans le sens où, à partir de l’entre-deux-guerres, la généralisation de services municipaux spécialisés d’éducation physique et de médecine scolaire pose la question de la compétence spécifique des élus locaux et des agents techniques intervenant dans ce secteur d’activité.

  • 6 Savigny, P.-R., L’Institut d’Éducation physique de l’Université de Bordeaux, thèse d’exercice, fac (...)
  • 7 Chauvin, H., L’activité scientifique de l’Institut d’éducation physique de l’université de Toulous (...)
  • 8 Stade universitaire lorrain, Les Cahiers du S.U.L., fascicule IV, 1917.

7À l’IREP de Bordeaux est ainsi implanté un « Laboratoire d’études et de recherches » dans les locaux de la Maison communale d’éducation physique6. À Toulouse, un emplacement au Parc municipal des sports est concédé lorsque le programme de recherche de Pierre Soula s’oriente vers la physiologie du travail7. Le laboratoire de l’IREP de Nancy, intitulé « Éducation physique et organisation du travail et du sport », dispose d’un « pavillon » au cœur du Stade universitaire lorrain8. Les expériences sont toutefois d’importance inégale. Rien de notable à l’IREP de Montpellier (censé être abrité par l’une des facultés les plus dynamiques) ; tandis que l’IREP de Paris fonctionne en liaison étroite avec l’Institut Marey qui jouit d’une notoriété inégalée en matière de recherche sur le mouvement (Pociello, 1999). Cette coopération scientifique remonte au sortir de la Grande guerre. En 1920, grâce à une subvention du ministère de la Guerre, un « Cours de physiologie appliquée à l’éducation physique » est confié à Langlois (1862-1923), titulaire (à 59 ans) de la chaire « d’hygiène et organisation du travail » au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et directeur du Cours supérieur d’éducation physique (EP). Les recherches qu’il a menées sur le « moteur humain » (respiration, calorimétrie) l’ont préparé à des études expérimentales sur l’effort sportif extrême (Le Bianic, 2004). La fréquentation des corridors du pouvoir lui procure les moyens de fonder un « centre de recherche » déjà très outillé (dont un tapis roulant) sur le modèle dont s’inspireront les autres IREP. Le cas de la France n’est du reste pas unique. Des organismes similaires existent dans d’autres pays européens (Allemagne, Belgique, Danemark, Pologne, etc.), auxquels sont associés des laboratoires voire des chaires magistrales comme à Hambourg (El Boujjoufi, 2013). Ces entreprises scientifiques se déploient sur fond de connexion entre les dossiers de la Santé publique et de l’EP sous l’égide de la commission d’hygiène de la Société des Nations (Paillette, 2010).

  • 9 Kayser, C., Titres et travaux scientifiques, Clermont-Ferrand/Paris, Imp. Mont-Louis, 1945 ; id., (...)

8Un des traits caractéristiques de ce domaine de recherche embryonnaire réside dans l’homologie établie entre travail sportif et travail laborieux (Cuvillier et al., 2018 ; Turbiaux, 2008), du fait de la configuration commune des thèmes d’étude (mécanique, énergétique ou ergonomie). Physiologie de l’entraînement sportif et organisation scientifique du travail (Ribeill, 1980) sont conçues, dès le départ, comme gagnant à être pensées conjointement dans les IREP. Elles se recouvrent à tel point que le futur directeur (à partir de 1946) de l’institut de l’EP de Strasbourg, Charles Kayser (1899-1981), parvient par exemple à créer (en 1940) un cours commun « en vue de l’obtention du diplôme de médecin inspecteur du travail et médecin inspecteur du sport »9. Nombre de laboratoires d’IREP sont jumelés avec des laboratoires adossés à des chaires théoriques (physiologie, anatomie). Aussi n’est-il pas rare d’assister à un recoupement partiel de leur activité. L’expérimentation sur l’homme étant de plus en plus facilitée par le recours aux techniques microchimiques modernes, le croisement de certaines classes de résultats et la standardisation des protocoles génèrent des interférences fécondes et parfois inattendues entre physiologie et systématisation de l’entraînement. Ce type de mutualisation autorise le recrutement d’un ou deux assistants, mais tous les IREP ne peuvent s’attacher un personnel technoscientifique permanent sur le budget alloué annuellement par le ministère de l’Instruction publique. Il faut pouvoir compter sur d’autres pourvoyeurs de fonds. Les indices attestent ainsi de la mise en place d’un appareil de recherche scientifique productif même si l’assise institutionnelle en reste fragile à ce stade.

Multi-positionnalité des producteurs et fonctions d’expertise

9Certains directeurs d’instituts se tournent donc vers d’autres pourvoyeurs de fonds que l’État. Ils établissent des relations de partenariat où ils échangent leur couverture technique (encadrement médical, formation) contre soutiens pécuniaires et facilités matérielles. Les ressources drainées sont modestes et ponctuelles, mais réclament savoir-faire relationnel. Soit l’exemple de deux figures suggestives. Bien que les intéressés n’appartiennent pas à la même unité générationnelle, ils disposent tous deux d’une surface sociale propre à attirer dons et bonnes volontés à l’intersection de divers univers connexes.

Une activité savante entre médecine mondaine et hygiénisme sectoriel

  • 10 Latarjet, A., « Résultats de quelques examens pratiqués sur des skieurs au XXIIe concours internat (...)

10Très solidement établi au sein de l’establishment médical (professeur titulaire d’une chaire d’anatomie, membre correspondant de l’Académie de médecine), penseur occasionnel des questions « sociales » du moment (enfance anormale, régime des études, loisirs sportifs de la jeunesse), le directeur de l’IREP de Lyon, André Latarjet (1877-1947), est également bien inséré dans les circuits de décision (comité consultatif de l’enseignement supérieur, comité consultatif de l’EP au ministère de l’Instruction publique, conseiller technique du ministère de la Santé publique et de l’EP). Les largesses qu’il doit à ses sympathies officielles parlent d’elles-mêmes (Defrance et El Boujjoufi, 2005b). Il compte parmi les médecins régulièrement gratifiés par la Caisse des recherches scientifiques. Cet organisme, ancêtre du CNRS (Blancpain, 1974), lui alloue ainsi pas moins de 20 000 francs au total entre 1924 et 1932 (ministère de l’Instruction publique). Or, ces libéralités interviennent symptomatiquement durant le laps de temps où Édouard Herriot, sénateur-maire de Lyon et ami personnel, occupe les plus hautes fonctions de l’État (et intervient en particulier en personne sur le dossier de la création des IREP au parlement). À partir de 1924, le ministère de l’Instruction publique lui confie la direction du Cours supérieur d’EP de l’Université de Paris (1903-1932) qui fonctionne tout à la fois comme lieu de reproduction du corps des professeurs d’EP de l’enseignement secondaire et comme instance de concertation informelle. L’accès à cette position autorise Latarjet à intervenir dans le débat sur la formation et à s’y poser en tant qu’interlocuteur privilégié des pouvoirs publics. Lorsque la création des IREP provoque la perte de prédominance du Cours supérieur, celui-ci est amené à diversifier le cadre de ses investissements. Ainsi participe-t-il activement, en 1928, à la fondation de l’Association internationale médico-sportive (président). Ce repositionnement n’est pas sans incidence sur le plan intellectuel (El Boujjoufi, 2013). Son investissement médico-sportif enferme de plus en plus une visée de systématicité et le conduit à ébaucher, en dernier recours, une « biotypologie sportive » qu’il expose notamment au congrès international pour l’unification des méthodes anthropologiques (Bologne, mars 1934). Le système catégoriel de pensée sous-jacent puise très largement dans l’arrière-fond théorique lié à la tradition d’étude bioraciale (Mucchielli, 1998), tout en débouchant sur un travail de modélisation convertible en propositions opératoires pour le contrôle sportif. L’échantillonnage s’opère parmi une population captive (les malades, les enfants scolarisés, etc.) pour en saisir la qualité différentielle. Des enquêtes de ce type – proches des usages administratifs ou sociopolitiques – réclament des alliances institutionnelles ou le concours d’agences sociales disposées à en assumer la charge. L’empirisme de l’approche assure en retour à Latarjet une bonne réception tant au sein de la Fédération française de ski (dotée très tôt d’une commission médicale qu’il préside), qu’au sein de l’institution militaire (médecin colonel dans l’armée territoriale), dans la mesure où ses investigations concourent à la légitimation savante d’un objet en phase avec les modes d’appréhension et les problèmes pratiques des dirigeants sportifs : dépistage des « contre-indications » et « triage » des athlètes (selon l’âge et le sexe) par catégories de jeu en vigueur10.

  • 11 Latarjet est, par exemple, membre du comité d’organisation du « Premier congrès latin d’eugénique » (...)

11En dehors des domaines purement sportifs, l’ambition de Latarjet s’est étendue à divers autres chantiers. Lié au mouvement de réforme pédagogique comme militant et théoricien de l’enfance « anormale », il est à l’origine d’une expérience dite de « mi-temps pédagogique ». Celle-ci consiste à soumettre une classe à un « régime scolaire spécial », soit deux heures sur six qui sont quotidiennement consacrées à l’EP dans une école primaire d’un quartier ouvrier de Lyon. Le protocole vise à mettre en évidence la relation entre l’enrichissement de « la personnalité motrice » et l’augmentation du rendement intellectuel, en passant par l’objectivation des effets « bénéfiques » de l’exercice physique pour la santé (Vermynck-Bodeau, 1982, 15-24). Située à l’intersection de l’hygiénisme (racial) et de l’eugénisme médical11, c’est toute une philosophie sociale personnaliste prônant un traitement prophylactique des dysfonctionnements sociaux qui est à l’œuvre.

12Par contraste avec celui de Latarjet, dont l’investissement scientifique constitue un cas limite du fait de son caractère relativement éclectique voire mondain, le profil de carrière de Louis Merklen (1896-1964) renvoie à une variante beaucoup plus académique où recherches médico-sportives et fonctions d’expertise se conditionnent et s’impliquent mutuellement.

Spécialisation thématique et état du marché universitaire

  • 12 Ministère de l’Éducation nationale – Enseignement supérieur, « Tableaux de classement du personnel (...)
  • 13 Merklen, L., Titres et travaux scientifiques, Paris, L’Expansion scientifique française, 1937.

13Une des originalités de Merklen est d’avoir tenté de penser l’articulation de l’autonomie et de la dépendance inhérentes à son activité universitaire. L’unité générationnelle à laquelle il appartient n’y est pas étrangère. Le plus important se situe toutefois ailleurs, c’est-à-dire dans l’état du champ universitaire soumis à un encombrement des voies de sortie (par le haut). La redéfinition en cours des modèles de recrutement (nouveaux profils de carrières, multiplication des postes d’attente, enseignements nouveaux, critères d’évaluation liés à la recherche) contraint en effet ses occupants à adopter des stratégies de spécialisation (Karady, 1986 ; Charle, 1994). Autrement dit, l’investissement dans le domaine médico-sportif ne relève pas, pour Merklen, du simple violon d’Ingres. Il s’agit bien de faire et de prendre place, en acquérant une respectabilité académique à forte valeur ajoutée expérimentale. Merklen se distingue d’emblée par une thèse consacrée à la mesure physiologique du rythme du cœur chez des sujets en situation d’activité physique sportive. À défaut d’un passage par la filière hospitalière (internat), il s’oriente vers une carrière de laboratoire et s’investit très tôt dans des secteurs a priori moins encombrés comme l’hydro-climatologie thérapeutique (Weisz, 2001), qu’il combine parallèlement avec l’exercice physique. Il occupe alors diverses positions subalternes (préparateur, assistant, chargé de cours, chef de travaux, directeur de l’institut d’EP), dont la charge d’un Cours d’éducation physique et organisation du travail et de sport (dès 1926). Après l’agrégation de physiologie en 1934, ses chances d’obtenir la chaire correspondante sont objectivement des plus réduites – son rival direct en est déjà « professeur titulaire sans chaire » depuis 192512. Toutefois, en cumulant des positions d’attente et en cultivant les relations dans le monde politique (adjoint au maire de Nancy) ou du tourisme thermal (Conseil supérieur du tourisme), il accède en 1938 à la chaire d’hydrologie et de climatologie13. À ce stade, ses travaux sont de plus en plus habités par une rationalité procédurale. Le mécénat thermal profite aussi aux doctorants de l’institut. Merklen obtient de la même façon des subventions pour financer des recherches physiologiques et cliniques, ainsi que pour la création d’un poste de préparateur et d’un cours complémentaire « de football-association » auprès de la Fédération française de football dont il est nommé conseiller scientifique. Il y joue un rôle intermédiaire entre activité d’expertise et de diffusion de techniques de mesure et de contrôle des normes appliquées aux pratiques sportives (président des « services fédéraux de surveillance médicale et physiologique »). La notoriété acquise lui permet d’accroître son influence au sein de cercles toujours plus larges (membre de la commission médicale du Comité national des sports, vice-président de la Fédération internationale de médecine du sport, Médecin inspecteur régional de l’EP à la Direction générale de la jeunesse et des sports). L’insertion dans ces instances de concertation produit un double effet : le « médecin » s’adresse, d’une part, aux « sportifs » non plus en son nom propre mais au nom de son autorité scientifiquement fondée à prescrire la contre-indication de pratique ; mais « l’expert » ne peut, dans le même temps, totalement se soustraire aux conflits de pouvoir entre les instances dont il tient mandat.

14Tout laisse donc supposer, au fur et à mesure que se cristallise ce système d’interdépendance, que l’étendue des thèmes de recherche traités doit nombre de ses traits aux injonctions croisées entre pouvoirs sportif et médical. D’un côté, selon une logique de médicalisation de fractions croissantes de la population, l’impératif de pénétrer toujours mieux les organismes de pilotage des sports pour y diffuser l’information médicale. De l’autre, selon une logique d’établissement du sport à égale dignité avec les autres thèmes d’enseignement et de recherche, l’impératif d’organiser cette forme d’investissement sur un mode spécialisé – puisqu’il peut bientôt assurer accès à des carrières ou à des domaines d’intervention d’appoint. C’est ce double horizon de légitimation institutionnelle qui, dans ce contexte, ordonne l’ensemble des « interrogations […] sur l’institutionnalisation du savoir et sa transformation en pratiques professionnelles » (Paicheler, 1992, 55) ; ensemble d’interrogations qui conduisent plus à séparer qu’à amalgamer les intérêts, face à des spécialistes de la manipulation du corps de plus en plus collectivement organisés en groupes professionnels comme peuvent l’être les enseignants d’EP ou encore les masseurs et kinésithérapeutes. Le mouvement médico-sportif est pour ainsi dire hanté par la tension entre intérêts hétéronomes et autonomisation de domaines de recherche parcellaires, ce qui implique une spécialisation toujours plus poussée.

15L’implantation de la thématique sportive dans les facultés de médecine doit à ce titre être comprise autant comme une entreprise d’appropriation intellectuelle d’un nouvel objet culturel que comme une stratégie d’extension d’un domaine de domination sociale. L’arrivée de médecins chercheurs de ce nouveau style est inséparable de l’évolution des relations entre le champ sportif et le sous-espace universitaire propre à la médecine – dont le modèle d’organisation de la recherche biomédicale est, entre autres, lui-même marqué par un décollage décalé par rapport aux autres pays industrialisés (Gaudillière, 2002).

Produits de la recherche et nouvelles divisions institutionnelles

16Bien que l’innovation institutionnelle que constituent les IREP relève davantage d’une stratégie de spécialisation thématique d’appoint que d’un coup de force symbolique d’ordre disciplinaire au sens académique fort du terme (Mierzejewski, 2005), les recherches qui y sont menées ne se réduisent toutefois pas à la production d’un corps d’idées strictement défini par la demande sociale. Certaines d’entre elles procèdent d’investigations expérimentales qui supposent des innovations techniques importantes et ouvrent sur des chantiers de connaissance inédits. Le concours d’agences sociales disposant de moyens financiers qu’elles octroient, entre autres, sous la forme de prix thématiques destinés à promouvoir et consacrer des travaux originaux, constitue un enjeu central à un moment où commencent à se structurer les conditions de la reproduction d’un groupe de producteurs spécialisés.

Tableau 1 : Évolution du taux de production de thèses médico-sportives entre 1901 et 1970

  Nombre total de thèses Variation d’une période à l’autre Moyenne annuelle
1901-1910 31 - 3
1911-1920 27 - 12,9 % 3
1921-1930 50 + 85,1 % 5
1931-1940 70 + 40 % 7
1941-1950 124 + 77,1 % 12
1951-1960 133 + 7,2 % 13
1961-1970 162 + 21,8 % 16
Variations 1961-1970/1901-1910   + 422,58 %  

Données reconstituées d’après le recensement des thèses de médecine consacrées aux activités physiques et sportives entre 1741 et 1994 par Baptiste Viaud : https://www.sfmes.org/​theses-medecine/​45-catalogue-de-theses.

17Un examen de l’évolution du nombre de thèses médicales portant sur un thème d’étude touchant aux pratiques d’exercice physique livre sur ce point quelques enseignements. Si une croissance continue et spectaculaire du nombre de thèses produites peut être observée de la Belle Époque à la fin des années 1960 (+ 422 %), la courbe de production connaît de fortes oscillations conjoncturelles (tableau 1). Un premier pic s’enregistre ainsi durant les années 1920 (augmentation de 85 % par rapport à la décennie précédente), soit au moment de la mise en place des IREP et d’un régime de certificats « d’études supérieures médicales d’EP ». Le second pic, encore plus significatif (en valeur absolue), intervient au cours des années 1940. Il coïncide avec une séquence institutionnelle marquée par de nouvelles conquêtes collectives, comme l’officialisation dans les facultés d’un enseignement débouchant sur un diplôme d’État (1947) ou l’institution de deux « prix de thèse » pour récompenser les travaux les plus « risqués » (l’un décerné par la Direction générale de la jeunesse et des sports, et l’autre par la firme Coca-Cola et la Société médicale française d’éducation physique et de sport). Hormis les thèses (de loin les plus nombreuses) relevant du simple exercice de style, il y a donc celles qui visent à saisir sur le mode expérimental et en contexte d’activité physique telle ou telle chaîne de phénomènes biologiques. Autant d’indices qui renseignent sur la stratification en cours d’un sous-espace de recherche dont les occupants ne peuvent plus s’ignorer. Aussi n’est-il pas exceptionnel que, sous l’effet de l’accroissement de la concurrence au sein d’une discipline comme la physiologie, des chercheurs confirmés commencent des recherches en cette direction. Deux figures (toulousaines) peuvent, une nouvelle fois, être convoquées, dans la mesure où elles rendent bien compte de la manière dont les traits caractéristiques de cette configuration thématique et les biographies individuelles s’enchâssent.

Des ambassadeurs de la recherche fondamentale sur le terrain sportif

  • 14 Sur le « clivage entre ceux qui se considéraient comme scientifiques de la médecine et ceux qui la (...)
  • 15 Soula, L.-C., Notices sur les titres et travaux scientifiques, Toulouse, Privat, 1920.
  • 16 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts, « Caisse des Recherches Scientifiques. Rapp (...)
  • 17 À son actif près de 250 publications et 50 thèses de médecine réalisées dans son laboratoire, sans (...)

18Il n’y a sans doute pas de meilleur exemple que la carrière scientifique de Camille Soula (1888-1963) pour illustrer la tendance à accorder une importance accrue aux dimensions symboliques de la recherche scientifique au sein des IREP des années 1920 aux années 1950. Chef du laboratoire de physiologie, celui-ci se consacre en effet presque exclusivement aux fonctions d’enseignement et de recherche à la faculté de médecine de Toulouse14. Déjà le sujet de sa thèse (1910) préfigurait l’orientation expérimentale que revêtiront ses travaux ultérieurs. Côté appareillage, il perpétue la tradition mareysienne d’innovation instrumentale en perfectionnant le sphygmographe15. Au sortir de la guerre, la définition du rôle physiologique de la rate et du métabolisme du cholestérol constitue un autre axe fort de recherche pour Soula16. Un de ses travaux le plus important porte sur les mécanismes de régulation glucidique qui confortent notamment la notion d’homéostasie que développe alors Cannon aux États-Unis (1932). Ce recentrage de l’intérêt sur l’équilibre glucidique, coïncide grosso modo avec la période durant laquelle est mis en place l’institut d’EP de Toulouse (en 1929). Soula occupe à cette période une position universitaire relativement précaire (professeur titulaire sans chaire), avant d’accéder (à 47 ans) au grade suprême en 1935. La masse critique accumulée suscite vocations et échanges internationaux17. Dans l’immédiate fin de guerre, sans avoir cédé aux sirènes des idéologies de substitution (2nde Croix de Guerre, officier de la Résistance), Soula obtient du CNRS la création d’un Centre d’études scientifiques de l’homme (1945) qui devient sous sa direction un haut lieu de la recherche en physiologie du travail et en ergonomie (Scherrer, 1994).

  • 18 Soula, P., « Rapport présenté au Conseil de l’Université par M. Soula, directeur de l’Institut d’é (...)

19L’investissement scientifique de Soula dans un domaine comme celui de l’exercice sportif supposait la conjonction d’un minimum de vecteurs favorables comme l’instauration d’un relatif continuum entre thèmes de recherche et instruments de mesure rendant visible telle ou telle chaîne de phénomènes. Les transferts d’intérêts s’opèrent dans le mouvement de retraduction scientifique de la demande sociale. Une fois que les techniques d’exploration « non invasives » s’étendent à l’homme, les conditions d’expérimentation commencent à être réunies pour aborder le mouvement humain sous d’autres angles. À partir du début des années 1930, recentré sur la physiologie de la bioénergétique, le cœur de l’activité du laboratoire de Soula englobe certains aspects biochimiques liés à l’exercice physique. Il s’attache avec ses élèves à circonscrire en particulier les effets du travail musculaire sur la « formule hématologique » pour mettre au point « un test objectif permettant d’établir une limite entre l’effort physiologique et l’effort épuisant »18. Des expérimentations sont entreprises sur la « respiration des tissus » suivant « la teneur du sang en acide lactique » occasionnée par l’effort chez des athlètes entraînés. À cela s’ajoute un autre type d’observations, à plus grande échelle, portant sur la relation entre la croissance et l’exercice physique, comme dans le cadre d’une campagne d’enquêtes statistiques « typo-biologique » qui porte sur 6 000 enfants des écoles de la ville de Toulouse. L’oscillation des travaux entre holisme et spécialisation rend compte de la cristallisation du champ sportif autour des deux pôles opposés médico-sportif et médico-pédagogique (Defrance et El Boujjoufi, 2005b). Soula occupe, encore à ce moment, une position d’interface entre ces pôles (vice-président de la Fédération des sociétés médicales d’éducation physique et de sport, d’une part ; membre du Conseil d’administration de l’École normale d’EP, de l’autre). Les problématiques originelles de l’éducation physique (dans leurs relations avec le domaine pratique de l’inspection scolaire) s’estompent toutefois au profit de thèmes plus expérimentaux. Cette orientation est directement en phase avec les évolutions de la recherche internationale en physiologie de l’effort, auxquelles Soula et ses collaborateurs sont fortement connectés. Le profil de son successeur à la direction de l’IREP le confirme. Louis Bugnard (1901-1978) incarne le prototype du « médecin-chercheur ».

20À l’École normale supérieure, Bugnard préfère l’École polytechnique, conformément aux incitations familiales, mais se réoriente deux ans plus tard vers des études médicales (Tournou, 1994). Preuve s’il en est, du rôle joué par la transmission de l’héritage social et culturel : il devient l’un des piliers du laboratoire de physiologie de la Faculté de médecine (et de l’IREP) de Toulouse, dirigé par son oncle côté maternel (Camille Soula). En 1932 et 1933, grâce à une bourse de la Fondation Rockefeller (Picard, 1999), Bugnard rejoint le laboratoire d’Archibald Vivian Hill (1886-1977), qui n’est autre que le détenteur du prix Nobel de physiologie en 1922, pour des recherches sur les propriétés de l’activité musculaire et les relations entre la consommation d’oxygène et le métabolisme de l’acide lactique (Bassett, 2002). Hill est celui qui est parvenu à donner une explication physiologique de la notion de déficit maximal d’oxygène accumulé (vo2 max). C’est de là que partira un ensemble de recherches qui, de proche en proche, déboucheront sur la définition des filières métaboliques qui seront elles-mêmes au cœur du travail de systématisation de l’entraînement athlétique (Billat, 2003, 135). Performance « scientifique » et performance « sportive » sont pour ainsi dire complémentaires chez Hill (ancien coureur de fond), qui est aussi l’un des membres fondateurs du mouvement médico-sportif (membre permanent du Comité international d’éducation physique et de sport à l’origine du premier congrès mondial de médecine du sport de 1928). Ce chef de file de l’école de pensée physiologique britannique fait partie de l’Association de l’Institut Marey.

  • 19 Baïsset, A., Titres et travaux scientifiques, Toulouse, Impr. du Centre, 1939.

21Le passage par le laboratoire de Hill est l’occasion pour Bugnard d’étendre ses connaissances en physiologie musculaire (et du système nerveux) et, accessoirement, sur les répercussions biochimiques de l’effort musculaire chez l’homme entraîné, grâce aux techniques de la biophysique médicale. À son retour en France, le personnel de l’IREP toulousain se renforce avec l’arrivée d’Antoine Baïsset (1907-1992), assistant de physiologie en 1933, futur directeur de l’IREP et président de l’association sportive de l’université19. S’ensuit une série de travaux sur les cycles métaboliques et les processus régulateurs et réparateurs de l’organisme. Par exemple ceux consacrés à l’évaluation de la teneur du sang en acide lactique, à la modification de la formule hématologique sous l’effet de la fatigue ou, encore, aux fluctuations de la teneur en sucre du sang durant le travail sportif. Étudiants en médecine et élèves de l’IREP se prêtent de bonne grâce aux ponctions veineuses. La plupart appartiennent au Toulouse Université Club et certains figurent parmi les athlètes d’élite. L’expérimentateur peut, dans ce contexte, ainsi compter avec le minimum de connivence culturelle à défaut duquel il encourt toujours le risque d’être assimilé par le milieu indigène à un agent double mandaté par les pouvoirs sportifs. L’accès aux équipements du Centre anticancéreux (dont Bugnard est le sous-directeur de 1930 à 1946) facilite aussi grandement la réalisation de ces expérimentations à grande échelle. La radiothérapie permet d’observer les modifications physico-chimiques du sang tout aussi opportunément dans le cas des sportifs, que dans celui des cancéreux. C’est quoi qu’il en soit à la faveur de l’expérience ainsi engrangée et d’un séjour aux États-Unis (dans le cadre d’une mission du Comité des recherches médicales de l’Office des recherches scientifiques de décembre 1945 à mars 1946) que Bugnard prend définitivement conscience de l’avènement de la « bigbiology » (Gaudillière 2002, 28). Il concentrera désormais ses efforts sur le développement de l’instrumentation des isotopes (médecine nucléaire).

Espace hospitalo-universitaire et stratégies de reclassement

  • 20 Solt, E., Les centres médico-sportifs : contribution à l’étude de leur fonctionnement, législation(...)

22La recherche à haute valeur expérimentale développée à l’IREP de Toulouse ne peut souffrir de réelle comparaison avec ce qui se passe dans les autres IREP ; excepté, peut-être, à Paris ou encore à Bordeaux, où les produits de la recherche atteignent un certain seuil critique. Si la recherche fondamentale demeure un vœu pieux dans la plupart des autres instituts, c’est encore plus vrai pour ce qui est de la production d’un savoir d’ordre anatomo-clinique, compte tenu de l’antagonisme structurel entre faculté et hôpital. Jusqu’à la fin des années 1950, le fractionnement du champ de production médicale français consacre une division du travail telle qu’elle rend difficile voire impossible les observations cliniques. L’articulation ne pouvait donc se faire, sinon marginalement, jusqu’à ce que soit instituée la compétence médico-sportive dans le cadre de la réglementation des spécialités médicales en 1947. Officialisé en 1949, le régime d’études proposé dans les facultés sous la forme d’un certificat d’études supérieures (CES) « de biologie appliquée à l’EP et aux sports » comprend obligatoirement des stages hospitaliers en cinquième année. Si ce n’est pas encore une spécialité à part entière, s’esquisse néanmoins là un mouvement ouvrant sur de nouveaux possibles. L’installation d’un centre médico-sportif au sein de chaque IREP en constitue un temps fort20. Réglementé sous Vichy, ce dispositif s’apparente à la fois à un lieu de consultation, à un cadre d’observation clinique et à un espace de sensibilisation lors du colloque singulier. La socialisation médico-sportive va désormais pouvoir s’opérer aux différentes étapes du circuit de formation hospitalière (externat, clinicat, assistanat, médicat). C’est le moment où la production de thèses d’intérêt médico-sportif connaît le deuxième pic relevé plus haut. Implantés dans des facultés professionnelles, les IREP constituent des enceintes idéales pour commencer des travaux expérimentaux à la croisée de la physiologie et de la clinique.

23Le principe actif des transformations en cours trouvera sa pleine mesure dans la réforme de 1958. Celle-ci a contribué de manière décisive au rapprochement et à la coordination mutuelle des activités hospitalières et universitaires, en impulsant un certain nombre de réaménagements structurels et statutaires du type plein-temps hospitalier (Jamous, 1969). Il faut attendre cette réforme (à l’origine des Centres hospitaliers universitaires) pour que des consultations médico-sportives puissent commencer à se banaliser aux côtés des autres services hospitaliers. Tendance qui se renforce par ailleurs avec le rattachement de certains centres médico-sportifs (devenus de « surexpertise ») aux laboratoires de physiologie (comme à Nancy) lorsque, en se métamorphosant, les IREPS disparaissent (en 1969) du champ de perception universitaire médical. Entre-temps, se sont implantées une première puis une deuxième chaires magistrales « de biologie appliquée à l’éducation physique et au sport », respectivement à Paris (en 1951) et Bordeaux (1961). Ces deux chaires sont créées sur mesure à l’intention de Paul Chailley-Bert (1890-1973) et Gilberte Rougier (née en 1913). Si l’étroitesse du marché de l’enseignement supérieur écartait pour ainsi dire toute visée subjective préalable d’une chaire correspondante à la formation disciplinaire d’origine (la physiologie), Chailley-Bert et Rougier ont toutefois grandi dans un état du champ universitaire dont les réarrangements ouvraient la possibilité de faire carrière dans la recherche en y occupant des positions intermédiaires (Weisz, 1979).

  • 21 Chailley-Bert, P., Étude sur la physiologie de la marche, thèse d’exercice, faculté de médecine de (...)

24Chailley-Bert et Rougier (comme Merklen) ont entrepris une conversion thématique médico-sportive dès le début de leur carrière, en se plaçant sous le patronage de chercheurs investis dans la construction de ce domaine (Langlois, Fabre) et directement dépositaires de la tradition d’étude scientifique du mouvement lancée par Marey (Pachon, Richet, Weiss). Le fait que l’un et l’autre se situent dans cette lignée21, indique que leurs stratégies d’innovation thématique sont ancrées dans un univers de référentiels lui-même rénové et élargi. À la mort de Langlois (en 1923), sans concurrent direct, Chailley-Bert se voit confier la direction du cours et du laboratoire de physiologie appliquée à l’EP, qu’il cumule avec deux autres appartenances comme sportman (hockey) et dirigeant sportif (président du Paris Université Club, membre de la Fédération française de natation, etc.). Il figure parmi les personnalités les plus actives du réseau des sociétés savantes médico-sportives qui forme progressivement un groupe de travail suffisamment intégré à l’échelle nationale pour peser sur le découpage en cours de ce sous-espace de production médicale. Rougier est plus jeune. Sa socialisation médico-sportive s’accomplit dans le cadre d’un espace d’interaction institué et non plus informel (obtention du certificat d’études médicales supérieures d’EP, chargée de cours à l’IREP). Elle a toutefois ceci en commun avec Chailley-Bert d’avoir noué un réseau de relations serrées avec des instances de légitimation médico-sportives comme la Ligue française d’éducation physique ou la Société française de rééducation physique (qui réunit une frange spécialisée de professeurs d’EP). Elle ralliera le courant de pensée dominant en devenant membre de la Société médicale française d’éducation physique (en 1953) puis du Groupement latin de médecine physique en 1957, au gré d’une trajectoire caractérisée par une spécialisation toujours plus poussée.

  • 22 Rougier, G., Titres et travaux scientifiques, Bordeaux, Imp. E. Drouillard, 1960.

25Chailley-Bert et Rougier auront ainsi tout deux occupé différentes positions subalternes (quoique nouvelles) offrant autant de points d’appui utiles pour l’accès à un grade plus enviable, mais toutes soumises au « phénomène de file d’attente » (Charle, 1994, 90). Une fois confirmé dans ses fonctions de professeur agrégé (en 1935), Chailley-Bert doit par exemple se contenter d’un poste de chargé de cours complémentaires. Sa carrière prend un essor imprévu durant la guerre et après la défaite. Titulaire de la chaire de physiologie de la faculté de Nancy en 1942, il s’engage dans la résistance (responsable du service médical du maquis des Vosges). C’est l’étendue des circuits de légitimation qu’il est alors en mesure de mobiliser à toute occasion (faits d’armes, fils de député et petit fils de Paul Bert par alliance) qui explique la place qu’il occupera dans l’orbite du Gouvernement provisoire (Commissaire de la République), tout en conservant les prérogatives associées à la direction de sa chaire jusqu’en 1952 sans en exercer les charges. Gilberte Rougier reçoit, quant à elle, une double formation scientifique (licence) et clinique (trois prix de l’internat). Elle se voit confier les fonctions de chef de clinique médicale et des travaux du laboratoire de physiologie, avant l’obtention du doctorat de médecine en 1941, puis accède à un poste de maître de conférences en 1949 et au statut de professeur sans chaire en 195522. Cette nomination intervient au moment où celle-ci atteint le sommet de son engagement militant en éducation physique (directrice de l’IREPS de Bordeaux et officier du Mérite sportif en 1955). Son engagement sur le front des luttes féministes rend par ailleurs compte de la quête de respectabilité universitaire qui l’anime, quête de respectabilité qui se combine avec son insertion dans des circuits de pouvoir clés (Conseil de l’éducation populaire et des sports, Conseil de l’enseignement supérieur et Conseil supérieur de l’éducation nationale). Le caractère manifestement cumulatif de ses investissements vient bientôt sanctionner sa nomination à la chaire de biologie appliquée aux sports.

Épilogue : particularités et particularismes de l’invention d’une tradition scientifique

  • 23 Probablement parce que ces médecins perçoivent cette catégorie d’éducateurs – relativement plus qu (...)

26Si elle conduit immanquablement à dégager des récurrences, l’histoire des différentes poussées d’institutionnalisation des sciences du sport ne se prête pas à une description linéaire. Contrairement à la conjoncture réformatrice antérieure, placée sous le signe d’une entente de circonstances entre les forces en présence, les médecins des années 1920 et 1950 ont à faire face à une concurrence suffisamment consistante pour exacerber les luttes interprofessionnelles. Aussi ces derniers sont-ils perçus par les autres spécialistes de la manipulation du corps (non-médecins) comme distants et étrangers, pour ne pas dire invasifs (Defrance et El Boujjoufi, 2013). C’est tout particulièrement le cas du groupe naissant des professeurs d’éducation physique, à mesure que ceux-ci (s’)imposent une universitarisation de leur formation et accèdent au statut de corps pédagogique constitué de l’enseignement secondaire. Les relations se dégradent lentement. Certains s’en accommodent et composent ; d’autres résistent et cultivent la distance au corps médical sur le mode militant. Un épisode singulier de cette dissociation progressive d’intérêts s’est déroulé dès le début de la mise en fonction de l’École normale d’éducation physique (en 1933). Les élèves de cette école « normale » réussissent à en faire démettre le directeur (Chailley-Bert) pour le remplacer par un agrégé de lettres. Le fait est exceptionnel, mais c’est le même cadre de divergences qui s’exprimera de nouveau (quoiqu’en sens inverse) au moment de fonder la kinésithérapie en 1947 (Gaubert, 2006). La fraction de médecins en position de fixer les droits d’entrée dans cette nouvelle profession optera ainsi pour l’intégration de diverses catégories de professionnels déjà en place dans le massage et la gymnastique médicale, mais exclura les professeurs d’éducation physique diplômés en gymnastique corrective23. C’est précisément sur ce fond de méfiance structurale que doivent être replacés de nombreux écrits historiques sur les relations entre médecine et éducation physique, d’autant plus enclins à prendre pour argent comptant les discours indigènes que ceux-ci peuvent faire l’objet d’un recyclage dans le cadre des luttes présentes. Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce que l’historiographie officielle de l’éducation physique brosse périodiquement un bilan orienté de l’activité des IREP :

  • 24 Conférences des directeurs des UEREPS en 1974, « Les UER d’Éducation physique et sportive. Étude a (...)

Après avoir tant bien que mal survécu pendant 30 ans les IREPS ont pris un nouvel essor vers 1961 avec l’attribution de quelques moyens matériels et l’affectation progressive à temps complet d’enseignants d’EPS. Ce sous-équipement tant en homme qu’en équipements n’a permis à ces IREPS que d’assurer la formation de moniteurs et de professeurs d’EPS. La recherche fondamentale ou appliquée en E.P.S. n’a jamais pu être mise en œuvre […]24.

27C’est tout l’intérêt d’un retour sur le fonctionnement de ces instituts à la lumière d’une histoire, non plus exclusivement centrée sur l’éducation physique, mais focalisée à dessein sur les transformations du champ médical, que de donner à voir un tableau plus nuancé. Les produits de l’activité qui y a été menée n’en ont pas moins, ceci dit, une signification aussi bien pour l’histoire des savoirs médicaux que pour celle de la culture sportive. Le désinvestissement progressif de l’appareil de formation des enseignants en éducation physique par les médecins après 1945 ne peut à son tour se comprendre indépendamment des réorganisations en cours au sein du champ des activités physiques et des sports dans l’après-guerre. L’équilibre des rapports de force en est profondément transformé. Il en résulte un infléchissement sensible de la trajectoire institutionnelle de l’éducation physique. À l’origine, principalement investie par des enseignants en éducation physique dotés de titres universitaires en sciences humaines et sociales, la section STAPS (créée en 1982) verra toutefois rapidement diminuer le poids de ces derniers en faveur de profils scientifiques relevant des sciences de la vie et de la santé à partir du milieu des années 1990 (Mierzejewski, 2004). Les tensions entre le « social » et le « vital » dont cette section universitaire pluridisciplinaire est le siège (Pociello, 2004) tendent, autrement dit, à consacrer depuis lors des modes de domination renouant à bien des égards avec les normativités scientifiques en vogue dans le domaine des sciences « médico-sportives » de l’entre-deux-guerres aux années 1950. Ainsi comprise, l’histoire des formes d’investissement médical en éducation physique peut contribuer à rendre compte des métamorphoses des sciences du sport françaises et de l’inconscient académique (clivé) qui les gouverne.

Haut de page

Bibliographie

Basset, D.-R., 2002, « Scientific contributions of A.V. Hill: Exercise physiology pioneer », Journal of Applied Physiology, 93, p. 1567-1582.

Billat, V., 2003, Physiologie et méthodologie de l’entraînement. De la théorie à la pratique, Bruxelles/Paris, De Boeck Université.

Boltanski, L., 1984, Prime éducation et morale de classe, Paris, EPHE.

Bourdieu, P., 1976, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 2, p. 88-104.

Ben-David, J., 1997, Éléments d’une sociologie historique des sciences, Paris, PUF.

Blancpain, F., 1974, « La création du CNRS, histoire d’une décision 1901-1939 », Bulletin de l’Institut international d’administration publique, 32, p. 751-801.

Brian, E. et Jaisson, M., 1988, « Unités et identités, notes sur l’accumulation scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 74, p. 66-75.

Canguilhem, G., 1950, Essai sur quelques problèmes concernant le normal et le pathologique, Paris, Les Belles Lettres.

Charle, C., 1994, La République des universitaires (1870-1940), Paris, Seuil.

Chevalier, G., 2000, « L’entrée de l’urbanisme à l’Université. La création de l’Institut d’urbanisme (1921-1924) », Genèses, 39, p. 98-120.

Chevalier, G., 2008, « L’Université française et l’institutionnalisation des savoirs : esquisse d’un cadre d’analyse » Sociologie et sociétés, 1, p. 171-194.

Cuvillier, B. et al., 2018, « Les mots du travail : analyse des thématiques de recherche publiées dans le Travail humain de 1933 à 2016 », Le Travail humain, 81, p. 1-33.

Defrance, J. et El Boujjoufi, T., 2005a, « De l’éducation physique à l’université : accumulation scientifique et mobilisation politique dans la formation d’instituts régionaux d’éducation physique (1923-1927) », Science & motricité, 54, p. 91-113.

Defrance, J. et El Boujjoufi, T., 2005b, « Construction sociale d’une compétence médico-sportive, entre holisme et spécialisation (années 1910-1950) », Regards sociologiques, 29, p. 75-93.

Defrance, J. et El Boujjoufi, T., 2013, « Qui a peur du pouvoir médical ? À propos du mythe de la médicalisation de l’éducation physique, et de la mission d’éducation pour la santé », Movement & Sport Sciences, 80, p. 5-13.

El Boujjoufi, T., 2013, « L’internationalisation de la cause médico-sportive », dans Bohuon, A. et Quin, G. (éd.), L’exercice corporel du xviiie siècle à nos jours. De la thérapeutique à la performance, Paris, Glyphe, p. 155-180.

El Boujjoufi, T., 2015, « Le pouvoir d’interdire. L’invention du certificat médical d’aptitude aux sports », Actes de la recherche en sciences sociales, 128, p. 42-55.

El Boujjoufi, T. et Mierzejewski, S., 2007, « Le recrutement socioprofessionnel du personnel enseignant des instituts universitaires d’éducation physique (1927-1939) », Revue STAPS, 75, p. 9-24.

Gaubert, C., 2006, Le sens des limites : structuration du corps des masseurs-kinésithérapeutes, définition sociale de leur compétence et imposition scolaire de la domination médicale, thèse de sociologie, EHESS.

Gaudillière, J.-P., 1992, « Entre laboratoire et hôpital : biochimistes et biomédecine dans l’après-guerre », Sciences sociales et santé, 4, p. 109-147.

Gaudillière, J.-P., 2002, Inventer la biomédecine. La France, l’Amérique et la production des savoirs du vivant, 1945-1965, Paris, La Découverte.

Heinich, N., 1998, Ce que l’art fait à la sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Jamous, H., 1969, Sociologie de la décision. La réforme des études médicales et des structures hospitalières, Paris, Éditions du CNRS.

Karady, V., 1982, « Le problème de la légitimité dans l’organisation historique de l’ethnologie française », Revue française de sociologie, 1, p. 17-35.

Karady, V., 1986, « Les universités de la Troisième République », dans Verger, J. (éd.), Histoire des universités en France, Toulouse, Privat, p. 323-365.

Lassus, M., 2017, Jeunesse et sports : l’invention d’un ministère (1928-1958), Paris, Insep Éditions.

Le Bianic, T., 2004, « Le Conservatoire des arts et métiers et la “machine humaine”. Naissance et développement des sciences de l’homme au travail au CNAM (1910-1990) », Revue d’histoire des sciences humaines, 11, p. 185-214.

Malard-Boutonnet, O., 1984, Activités du centre médico-sportif de surexpertise de Nancy, thèse d’exercice de médecine, université Nancy 1.

Mierzejewski, S., 2004, « Le clivage entre sciences humaines et sociales et sciences de la vie et de la santé dans la genèse des STAPS », dans Pociello, C. (éd.), Entre le vital et le social. L’éducation physique sous tensions, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 209-216.

Mierzejewski, S., 2005, Le corps académisé. Genèse des STAPS (1968-1982), thèse de doctorat, université Paris X.

Mucchielli, L., 1998, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France (1870-1914), Paris, La Découverte.

Murard, L. et Zylberman, P., 1985, « La raison de l’expert ou l’hygiène comme science sociale appliquée », Archives européennes de sociologie, XXVI, p. 58-89.

Paicheler, G., 1992, L’invention de la psychologie moderne, Paris, L’Harmattan.

Paillette, C., 2010, « De l’organisation d’hygiène de la SDN à l’OMS. Mondialisation et régionalisme européen dans le domaine de la santé, 1919-1954 », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, 32, p. 193-198.

Paul, H.-W., 1985, « L’idée de recherche dans les facultés des sciences au xixe siècle », dans Charle, C. et Férré, R. (éd.), Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions du CNRS, p. 219-227.

Picard, J.-F., 1999, La Fondation Rockefeller et la recherche biomédicale, Paris, PUF.

Pinell, P., 1992, Naissance d’un fléau. Histoire de la lutte contre le cancer en France (1890-1940), Paris, Métailié.

Pociello, C., 1999, La science en mouvements. Étienne Marey et Georges Demenÿ (1870-1920), Paris, PUF.

Pociello, C. (dir.), 2004, Entre le social et le vital. L’éducation physique et sportive sous tensions (xviiie-xxe siècles), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Ribeill, G., 1980, « Les débuts de l’ergonomie en France à la veille de la Première Guerre mondiale », Le Mouvement social, 113, p. 3-36.

Rollet, L., 2009, « Peut-on faire l’histoire des pôles scientifiques ? », Histoire de l’éducation, 122, p. 93-113.

Rousseau, P., 1945, Histoire de la science, Paris, Fayard.

Scherrer, J., 1994, « Soula Camille (1888-1963) : professeur de physiologie (1946-1958) », dans Fontanon, C. et Grelon, A. (éd.), Les professeurs du Conservatoire national des arts et métiers. Dictionnaire biographique 1794-1955, Paris, INRP/CNAM, t. 2, p. 581-591.

Shinn, T. et Ragouet, P., 2005, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’agir.

Topalov, C., 2004, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’école de Chicago en sociologie », dans Heilbron, J., Lenoir, R. et Sapiro, G. (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, p. 127-157.

Turbiaux, M., 2008, « La résistible création d’un laboratoire du travail », Bulletin de psychologie, 61, p. 341-356.

Tournou, A., 1994, Le professeur Louis Bugnard. Essai biographique, thèse d’exercice de médecine, université Toulouse III.

Vermynck-Bodeau, M.-N., 1982, Histoire de la médecine du sport à Lyon. Les pionniers, thèse d’exercice, faculté de médecine de Lyon.

Weisz, G., 1979, La création des universités française (1885-1914), thèse de 3e cycle en sciences humaines, université Paris V.

Weisz, G., 2001, « Spas, Mineral Waters, and Hydrological Science in Twentieth-Century France », The History of Science Society, 92, p. 451-483.

Haut de page

Notes

1 Commission internationale d’histoire des mouvements sociaux et structures sociales, La jeunesse et ses mouvements. Influences sur l’évolution des sociétés aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions du CNRS, 1992.

2 Rapports d’activité qui, tout en constituant un matériau incontournable, posent néanmoins des problèmes d’exploitation dans la mesure où, rédigés conformément à un canevas et un registre argumentatif quasi immuables, ceux-ci remplissent pour l’essentiel des fonctions de célébration ou de contrôle de l’image sociale de l’institution. D’où précisément le recours à un complément d’informations biographiques pour situer les producteurs scientifiques (état-civil, nécrologies, dossiers de légion d’honneur, etc.), auquel s’ajoute la consultation systématique de diverses sources d’ordre académique ou institutionnel (thèses, notices des titres et travaux scientifiques, annuaires des universités, rapports ministériels, publications et communications scientifiques, etc.).

3 Sur les interprétations et réappropriations rétrospectives dont peut faire l’objet une « tradition savante », voir par exemple : Topalov, 2004.

4 Les IREP se sont de fait recentrés principalement sur la formation d’enseignants en éducation physique après les années 1950, puis se transforment en Unité d’enseignement et de recherche en EPS (UEREPS) en 1969 et abritent la nouvelle filière de formation universitaire en Sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) à partir de 1975 (Mierzejewski, 2005).

5 Sur un processus analogue dans le domaine de la puériculture savante de la fin du xixe siècle, voir Boltanski, 1984.

6 Savigny, P.-R., L’Institut d’Éducation physique de l’Université de Bordeaux, thèse d’exercice, faculté de médecine de Bordeaux, 1945.

7 Chauvin, H., L’activité scientifique de l’Institut d’éducation physique de l’université de Toulouse, thèse d’exercice, faculté de médecine de Toulouse, 1948.

8 Stade universitaire lorrain, Les Cahiers du S.U.L., fascicule IV, 1917.

9 Kayser, C., Titres et travaux scientifiques, Clermont-Ferrand/Paris, Imp. Mont-Louis, 1945 ; id., Physiologie du travail et du sport, Paris, Herman & Cie, 1947, p. 4.

10 Latarjet, A., « Résultats de quelques examens pratiqués sur des skieurs au XXIIe concours international de la Fédération française de ski », Archives de médecine et de pharmacie militaire, 99, 1933.

11 Latarjet est, par exemple, membre du comité d’organisation du « Premier congrès latin d’eugénique » (Fédération internationale latine des sociétés d’eugénique, Rapports, Paris, Masson, 1937).

12 Ministère de l’Éducation nationale – Enseignement supérieur, « Tableaux de classement du personnel enseignant et scientifique au 1er janvier 1935 », Éducation nationale, 8 octobre 1935.

13 Merklen, L., Titres et travaux scientifiques, Paris, L’Expansion scientifique française, 1937.

14 Sur le « clivage entre ceux qui se considéraient comme scientifiques de la médecine et ceux qui la pratiquaient », voir Ben-David, 1997, 45-64.

15 Soula, L.-C., Notices sur les titres et travaux scientifiques, Toulouse, Privat, 1920.

16 Ministère de l’Instruction publique et des Beaux-arts, « Caisse des Recherches Scientifiques. Rapport annuel », Journal Officiel de la République française, Annexes : 5 juin 1924, 2 décembre 1925, 11 novembre 1926, 9 septembre 1927, 20 avril 1930, 10 janvier 1931.

17 À son actif près de 250 publications et 50 thèses de médecine réalisées dans son laboratoire, sans compter ce qui ne peut se comptabiliser comme la formation de disciples qui se révéleront des chercheurs hors pair tels Louis Bugnard (Comité scientifique des Nations Unies), Yves Laporte (Collège de France) ou encore, dans une certaine mesure, Georges Canguilhem qui a accédé à la physiologie anglo-saxonne durant sa formation médicale.

18 Soula, P., « Rapport présenté au Conseil de l’Université par M. Soula, directeur de l’Institut d’éducation physique, sur le fonctionnement de cet Institut au cours de l’année scolaire 1935-1936 », Université de Toulouse, Rapport annuel du Conseil, 1936, Privat/Chauvin, p. 83-86.

19 Baïsset, A., Titres et travaux scientifiques, Toulouse, Impr. du Centre, 1939.

20 Solt, E., Les centres médico-sportifs : contribution à l’étude de leur fonctionnement, législation, application, thèse d’exercice, Faculté de médecine de Strasbourg, 1985.

21 Chailley-Bert, P., Étude sur la physiologie de la marche, thèse d’exercice, faculté de médecine de Paris, 1921 ; Rougier, G., Une méthode simple de mesure du débit cardiaque chez l’homme, applications physiopathologiques, thèse d’exercice, faculté de Bordeaux, 1941.

22 Rougier, G., Titres et travaux scientifiques, Bordeaux, Imp. E. Drouillard, 1960.

23 Probablement parce que ces médecins perçoivent cette catégorie d’éducateurs – relativement plus qualifiée que les autres – comme trop indépendante compte tenu du caractère auxiliaire des missions auxquelles ils entendent assigner les kinésithérapeutes.

24 Conférences des directeurs des UEREPS en 1974, « Les UER d’Éducation physique et sportive. Étude analytique des besoins spécifiques réalisée après enquête auprès des 13 UEREPS en fonctionnement », Archives nationales, 19790597/14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Taïeb El Boujjoufi, Stéphan Mierzejewski et Christian Pociello, « Le sport en chaire », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 155-175.

Référence électronique

Taïeb El Boujjoufi, Stéphan Mierzejewski et Christian Pociello, « Le sport en chaire », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3223 ; DOI : 10.4000/rhsh.3223

Haut de page

Auteurs

Taïeb El Boujjoufi

Université Paris Est Créteil / Université de Lille, CLERSE (UMR 8019)

Stéphan Mierzejewski

ESPE Lille Nord de France, RECIFES (EA 4520)

Christian Pociello

Professeur des universités honoraire

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals