Navigation – Plan du site
Dossier
Disciplinarisation, dédisciplinarisation, redisciplinarisation

Malaise dans la philosophie ?

Les philosophes devenus psychanalystes en France dans les années 1970
Malaise in philosophy? Philosophers become psychoanalysts in France in the 1970s
Gaspard Fontbonne
p. 177-199

Résumés

En France, la philosophie occupe une position élevée dans les hiérarchies académiques. Elle a produit un nombre important de « transfuges » intellectuels participant à la construction de nouvelles disciplines (sociologie, anthropologie, psychologie, sciences de l’éducation, psychanalyse). À la fin des années 1960, la psychanalyse eut un impact non négligeable sur le champ intellectuel et plus particulièrement sur les philosophes dont une part significative l’investit. Cette situation pouvait susciter différentes explications de sens commun qui exigeaient d'être confrontées à une enquête empirique. Notre propos voudrait jouer ce rôle en examinant les conditions ayant rendu possible l’investissement d’agents, d’abord formés dans les limites d’une discipline spéculative comme la philosophie, à la pratique de la psychanalyse. À partir d’analyses de trajectoire, il s’agira également de montrer ce que les diverses modalités d’accès à cette position devaient aux propriétés sociales des agents.

Haut de page

Texte intégral

Anciennement, les tours, les pyramides, les cierges, les bornes des routes et même les arbres avaient la signification de phallus – et pour Bouvard et Pécuchet tout devint phallus. Ils recueillirent des palonniers de voiture, des jambes de fauteuil, des verrous de cave, des pilons de pharmacien. Quand on venait les voir, ils demandaient « À quoi trouvez-vous que cela ressemble ? » puis, confiaient le mystère. Et si l’on se récriait, ils levaient, de pitié, les épaules.
Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, Paris, Flammarion, 2008, p. 169.

1En France, la philosophie compte parmi les principales disciplines à partir desquelles les sciences de l’homme se sont constituées en suivant un processus de spécialisation. Domaine prestigieux, panoramique et anciennement implanté dans l’espace savant, il s’agit d’un secteur ayant produit un nombre significatif de « transfuges » intellectuels participant à la construction de nouvelles disciplines. Émile Durkheim, Pierre Bourdieu, Jean Claude Passeron ou Raymond Boudon en sociologie, Marcel Mauss, Claude Lévi-Strauss et Maurice Godelier en anthropologie, tous sont de formation philosophique. La première chaire de pédagogie a été occupée par un philosophe, Henri Marion, et la fondation des sciences de l’éducation a eu lieu avec la participation d’un agrégé de philosophie devenu professeur de psychologie : Jean Château. La psychanalyse a également compté des praticiens issus d’une formation philosophique comme Didier Anzieu, Jean Laplanche, Pierre Fédida et Jean Bertrand Pontalis.

  • 1 Fontbonne, G., Les philosophes et le réel. Enquête sur les reconversions intellectuelles des philos (...)
  • 2 Aussi, on se gardera d’identifier processus de reconversion intellectuelle et « échec » dans la réa (...)

2Ces éléments sont autant d’indices contribuant à prêter aux philosophes une prédisposition à transgresser les frontières académiques ainsi qu’un rôle prépondérant dans la constitution de nouvelles disciplines. Un tel tropisme alimente différentes explications de sens commun (les philosophes sont les plus « ouverts », les plus « audacieux » et sans doute les plus « désintéressés » des savants) qui exigent d’être confrontées à une enquête empirique. Le propos qui suit veut jouer ce rôle en partant du cas particulier du passage à la pratique de la psychanalyse examiné lors d’une recherche, réalisée entre 2012 et 2017, relative aux « reconversions intellectuelles » des diplômés en philosophie dans les années 19701. Cette enquête a essentiellement porté sur les trajectoires des titulaires du capes et de l’agrégation en raison du caractère structurant de ces concours au sein de la philosophie française2. Comme le souligne Jean-Louis Fabiani :

  • 3 Fabiani, 2010, 43. Concours plus prestigieux, l’agrégation implique un meilleur traitement que le c (...)

[la formation des philosophes français est] consubstantiellement liée à la préparation à l’enseignement secondaire : le concours de l’agrégation des lycées est le centre de l’activité pédagogique ; la grande leçon d’agrégation, qui est au cœur des épreuves orales, est censée s’adresser à un public de lycéens. La préparation à l’agrégation puis au capes à partir de 1948, demeure l’objectif central de l’enseignement supérieur, bien plus que les études doctorales3.

  • 4 Comme le souligne Pierre Bourdieu dans Homo Academicus : « L’accroissement brutal et rapide de la p (...)
  • 5 Drouard, 1982.
  • 6 On a pu rencontrer vingt membres de ce sous-groupe lors d’entretiens biographiques. Les modes et le (...)

3La période étudiée a été marquée par des bouleversements politiques et sociaux contemporains d’une série de transformations de l’espace universitaire et de modifications notables de « l’air du temps » intellectuel qui ont concerné les philosophes au premier chef. Sur le plan institutionnel, il s’agit d’une période d’augmentation du nombre de postes universitaires et de transformation de leur définition contribuant à libérer l’accès à une position dans le supérieur des contraintes propres à « l’ordre des successions » caractérisant l’université des années précédentes4. Ces évolutions démographiques sont contemporaines de l’expansion de disciplines nouvelles venant concurrencer la philosophie s’agissant du traitement légitime des thématiques liées à l’Homme et à la société5. Ainsi, dans cette période « d’ouverture des possibles », la psychanalyse a compté, avec la sociologie, l’anthropologie et les sciences de l’éducation, parmi les secteurs principaux ayant accueilli des philosophes de formation. Selon nos résultats d’enquête, entre 1968 et 1979, 34 individus titulaires du capes ou de l’agrégation de philosophie ont occupé la position de psychanalyste après avoir réalisé une analyse personnelle, comme l’exige l’intégration à cet univers professionnel6. L’investissement dans la pratique de la psychanalyse semblait pourtant impliquer une rupture assez nette avec la posture traditionnellement associée à la profession de philosophe. Orateurs maniant les concepts avec brio, les philosophes semblaient a priori peu disposés à embrasser une profession de thérapeute fondée sur l’écoute comme celle d’analyste. Ce fut, cependant, assez fréquemment le cas dans le sillage de Mai 68.

  • 7 La notion de « champ intellectuel » est ici à attendre au sens large, puisqu’il englobe l’universit (...)
  • 8 Bourdieu, 1991.

4Ces carrières « atypiques » présentaient des propriétés particulières liées à la position occupée par la psychanalyse dans l’espace intellectuel et aux caractéristiques de l’activité thérapeutique qui lui est associée. Pratique clinique, elle pouvait être exercée à temps plein de façon indépendante ou dans le cadre d’institutions hospitalières. Univers théorique rattaché aux sciences humaines, elle fut dès lors intégrée à des enseignements de psychopathologie, au sein d’universités comme Paris 8 ou Paris 7. Il faut donc la situer à l’intersection du champ médical et du champ intellectuel7. Ainsi, parmi les individus de formation philosophique liés à cette discipline on a distingué des types de trajectoires divers : des professeurs de philosophie en lycée ou à l’université ayant une activité annexe d’analyste, des analystes enseignant dans des unités de formation et de recherche (UFR) de psychopathologie et des praticiens indépendants n’ayant aucune activité d’enseignement. Du fait de cette implantation atypique, la profession d’analyste avait toutes les chances d’apparaître comme un « lieu incertain » de l’espace social voué à accueillir « des agents entre eux très différents par leurs propriétés et leurs dispositions, donc leurs ambitions, et souvent assez pourvus d’assurances et de sécurités pour refuser de se contenter d’une carrière d’universitaire ou de fonctionnaire et pour affronter les risques de ce métier qui n’en est pas un8 », à la façon des univers artistiques dont parlait Pierre Bourdieu.

5Cette situation appelait au moins deux types d’explications a priori qui, sans être totalement infondés ou à rejeter, n’ont pas résisté très longtemps aux informations recueillies lors de notre enquête et ont dû être nuancés. Le premier consiste à mettre l’accent sur les multiples connexions existant entre philosophie et psychanalyse, visibles dès la fondation de cette dernière, et sur les éléments contextuels qui rendaient cette discipline attractive pour les apprentis philosophes de la fin des années 1960 et du début des années 1970. Le second revient à insister sur les intérêts, matériels et symboliques, qu’il y avait à envisager une carrière d’analyste.

  • 9 Raison fréquemment évoquée lors des entretiens réalisés.
  • 10 Roudinesco, 1994, 145 ; Ohayon, 2006, 92.

6En effet, le principe de cet intérêt manifesté par les philosophes a été justifié par de nombreux commentateurs en s’appuyant sur le corpus freudien. Et d’évoquer la portée proprement « philosophique » de l’œuvre du penseur viennois et la richesse des références philosophiques auxquelles il fit appel9. Hypothèse étayée par le fait que la philosophie a constitué un objet de préoccupation pour Freud, et réciproquement. Ce travail de « philosophisation » de Freud était déjà à l’œuvre dans les années 1950-196010. Ainsi, on peut faire l’hypothèse que les individus rencontrés pour notre enquête étaient tout à fait préparés à se plonger dans l’étude et la pratique de la psychanalyse de par leur formation intellectuelle, et à plus forte raison, lorsqu’on étudie la période post-68.

  • 11 Castel, 1980, 20 ; Turckle 1982, 70 ; Gellner, 1990, 15.

7À ce type d’explication intellectualiste il serait tentant d’opposer une conception moins enchantée en insistant sur les intérêts spécifiques potentiellement procurés par un investissement dans cette discipline. Il ne fait pas de doute qu’à une pratique d’analyste sont associés des intérêts symboliques et matériels non négligeables qui font défaut au statut de professeur de lycée. La diffusion rapide et massive qu’elle a connue à l’époque était susceptible d’attirer des intellectuels voulant acquérir une certaine notoriété ou toucher un vaste lectorat. Traitant de sujets profonds et universels (la conscience, l’âme, l’identité, la religion, la sexualité, etc.), bénéficiant d’une légitimité intellectuelle solidement assise sur la notoriété internationale de l’œuvre de Freud et pouvant faire l’objet de diverses lectures profanes fondées sur sa vulgarisation, la psychanalyse offrait sans doute plus de chances d’accéder au grand public cultivé que des travaux de spécialiste d’histoire de la philosophie11. En outre, la psychanalyse n’est pas qu’une activité purement « savante », elle s’accompagne d’une rémunération de la part des patients.

8Mais entre ces deux visions apparemment opposées, il n’y a pas à choisir. En effet, tenter de reconstruire la logique pratique au fondement des actions des agents demande de se tenir à l’écart d’une alternative un peu simpliste opposant désintéressement savant et bas intérêts matériels, pour prendre en considération logiques de carrière et intérêts théoriques. Ainsi, on a constaté, en enquêtant, que l’intérêt des philosophes pour la pratique analytique n’avait pour principe ni la pureté que l’on prêterait sans doute aux actions des « savants » ni le rationalisme d’un supposé « agent calculateur ». Encore fallait-il élucider ce qui, dans cette discipline a pu séduire, fasciner, aider et intéresser (dans tous les sens du terme) les individus auprès desquels on a enquêté.

La percée des sciences humaines

  • 12 Terme utilisé par J.-L. Fabiani dans Les philosophes de la République pour désigner une discipline (...)
  • 13 Pinto, 2009, 9.

9Les quatre secteurs de reconversion intellectuelle étudiés dans la thèse (sciences de l’éducation, sociologie, psychanalyse, anthropologie) avaient, dans les années 1970, pour propriété commune d’occuper une position dominée par rapport à la « discipline du couronnement12 ». Néanmoins leur progression dans l’espace académique tendait à mettre en question le magistère philosophique s’agissant du traitement légitime des questions liées à l’Homme et à la société13.

  • 14 Gautherin, 2002, 92.
  • 15 Heilbron, 1991 ; Chapoulie, 1991 ; Drouard, 1982.

10Récemment implantées – la création d’une licence spécifique datant de 1967 – les sciences de l’éducation constituaient un secteur en construction, encore parcouru de tensions relatives à ses méthodes comme à ses objets et peu représenté au sein d’institutions prestigieuses. Les premiers cursus sont apparus dans les universités de Caen, Bordeaux et Strasbourg14. La sociologie donnait également à voir une implantation récente dans l’espace savant – la première licence de sociologie avait été créée en 1958 – après avoir longtemps occupé une position marginale. Toutefois son statut a, dans la seconde partie du xxe siècle et notamment dans la période étudiée, connu de fortes évolutions. La fin des années 1960 correspond à une période d’expansion et de diffusion de la sociologie dans l’espace savant15. L’anthropologie a aussi connu une implantation tardive au sein du champ intellectuel. Longtemps reléguée dans une position marginale, elle a d’abord été intégrée dans des institutions de recherche et absente de l’université, la première licence spécifique apparaissant en 1967 à l’université de Nanterre. L’élection de Claude Lévi-Strauss au Collège de France en 1959 constitue une étape importante de l’implantation de cette discipline au sein du champ intellectuel français et d’un processus de légitimation pour lequel la fin des années 1960 a constitué un moment incontournable, du fait, notamment, de la valeur associée au label « structuraliste ».

  • 16 Note sur la construction des tableaux : notre enquête s’est principalement appuyée sur une base de (...)
  • 17 Roudinesco, 1994, 118.
  • 18 Malgré cette situation conflictuelle, on notera que l’implantation universitaire de la psychanalyse (...)

11La psychanalyse, présentait une situation en décalage du point de vue de son implantation institutionnelle mais a incarné un secteur d’investissement privilégié (tableaux 1 et 216). La fin des années 1960 a vu une croissance notable du nombre d’adhérents aux sociétés de psychanalystes17. Bien qu’orienté vers le travail clinique, ce domaine bénéficiait d’un prestige théorique qui manquait, par exemple, à la psychologie, regardée avec suspicion et très faiblement investie par les philosophes de cette génération18. En suscitant un investissement chez 3,3 % des agrégés (22) et 1,3 % des certifiés (12), la psychanalyse a constitué ainsi le second secteur de reconversion après les sciences de l’éducation.

12Les analystes interrogés ayant eux-mêmes, et ce en cohérence avec l’orientation subjectiviste de leur discipline, une forte tendance à présenter leur trajectoire, et toute trajectoire individuelle, comme un cheminement « personnel » irréductible à tout déterminant institutionnel, il fallait d’abord se départir des versions indigènes proposées lors de la plupart des entretiens pour souligner les éléments historiques et contextuels ayant pesé sur les parcours des agents.

Tableau 1 : Agrégés

  1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 Total  %
Philosophie 82 88 78 68 56 61 59 51 50 36 30 10 669 100
Sciences de l’éducation 5 4 2 3 2 3 2 2 3 2 2 0 30 4,5
Sociologie 3 3 3 0 1 1 1 2 1 0 0 0 15 2,2
Anthropologie 0 2 0 0 0 1 0 1 1 0 0 0 5 0,7
Psychanalyse 1 2 4 3 2 1 1 0 0 0 0 0 0 13 1,2
Psychanalyse 2 3 1 2 0 2 0 1 0 0 0 0 0 9 1,3

On a distingué les analystes ayant conservé une pratique d’enseignant en lycée, à l’université ou en École normale d’instituteurs (Psychanalyse 1) des analystes se consacrant pleinement à cette activité (Psychanalyse 2).

Tableau 2 : Certifiés

1968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 Total  %
Philosophie 163 115 112 122 79 76 63 52 45 30 29 15 901 100
Sciences de l’éducation 3 1 3 4 1 4 2 1 1 2 1 0 23 2,5
Sociologie 0 1 0 0 0 1 0 1 1 1 0 0 5 0,5
Anthropologie 0 1 0 2 0 1 1 0 0 0 0 0 5 0,5
Psychanalyse 1 2 0 1 0 0 3 0 0 1 0 0 0 7 0,8
Psychanalyse 2 0 1 2 0 0 0 2 0 0 0 0 0 5 0,5

On a distingué les analystes ayant conservé une pratique d’enseignant en lycée, à l’université ou en École normale d’instituteurs (Psychanalyse 1) des analystes se consacrant pleinement à cette activité (Psychanalyse 2).

Psychanalyse et philosophie, théories souveraines

Le basculement des années 1960

  • 19 Annick Ohayon a montré en quoi des philosophes français comme Charles Blondel (1876-1939), Roland D (...)

13Du fait des grands thèmes qu’il a abordés – la conscience, l’âme, le Moi, la morale, la religion, la civilisation, l’art, etc. – il fait peu de doute que Freud considérait comme une nécessité la confrontation avec la tradition philosophique. Ces thèmes, faisant déjà partie du panthéon des questions canoniques habituellement traitées par les philosophes, ont contribué à faire de Freud une lecture de choix19, et de son œuvre un chapitre incontournable des programmes scolaires imposés aux apprentis.

  • 20 Lézé, 2010, 76.

14Si ces éléments pouvaient prédisposer la psychanalyse à être reçue et étudiée par les philosophes, celle-ci n’a pas toujours été incluse dans l’espace des problématiques légitimes, comme son succès dans les années 1960 et sa présence dans le paysage intellectuel contemporain pourraient le laisser entendre. À l’observateur de l’histoire de la psychanalyse en France, un fait ne peut échapper : tandis que ce pays a opposé de fortes résistances aux idées de Freud durant la première partie du xxe siècle, cette attitude a fait place à des mouvements de sympathie et d’adhésion qui se sont accentués après 1968. Ainsi, comme le souligne Samuel Lézé, la période des années 1960 et 1970 correspond à « l’apogée médiatique du contrôle des problèmes personnels » par la psychanalyse et à « l’explosion des demandes de psychanalystes »20.

  • 21 Aron, 1981, 50.
  • 22 Moreno Pestaña, 2006, 133.

15Évoquant la période de ses études, Raymond Aron affirme que « la psychanalyse faisait partie de la formation normale des philosophes à l’époque » et qu’elle a longtemps constitué « un de ses thèmes de discussion les plus permanents et les plus passionnés avec Sartre »21. Si, dans les écrits du premier, le freudisme n’a pas eu un rôle central, le second était davantage préoccupé par ses principaux présupposés. Il est en effet assez connu que l’élaboration d’un concept comme celui de « mauvaise foi » représente une réponse possible aux critiques formulées par Freud à l’encontre du conscientalisme cartésien. Les efforts que Sartre a produits pour réfuter l’existence de processus psychiques inconscients témoignent de l’implantation de la théorie analytique dans le champ intellectuel et de la nécessité, pour un philosophe éminent, de prendre position par rapport à elle. Qu’il s’agisse de s’en distinguer ou de s’en inspirer, l’œuvre de Freud était difficilement contournable, pour Sartre comme pour la plupart des figures importantes de la philosophie des années 1960 et 1970, que l’on songe à Gilles Deleuze (L’anti-oedipe, 1972), Paul Ricoeur (De l’interprétation, 1965), ou Michel Foucault dont la confrontation à la psychanalyse était liée à un intérêt précoce pour la question de la maladie mentale structurant la première partie de son œuvre22. Si Jacques Derrida n’a pas rédigé d’ouvrage sur la psychanalyse, il lui a consacré une longue conférence, publiée en 1967 sous le titre Freud et la scène de l’écriture.

16Si des figures éminentes de la philosophie française ont ainsi contribué à imposer la présence de la psychanalyse au sein des problématiques légitimes de la période étudiée, les critiques et les objections formulées avaient pour point commun de s’en tenir à une posture distante de lecteur. Mais il ne s’agissait pas du seul type d’attitude possible. La trajectoire et les travaux d’un auteur comme Paul-Laurent Assoun illustrent une manière de se situer à l’intersection de la philosophie et de la psychanalyse. Né en 1948, agrégé de philosophie en 1973, celui-ci a, en plus d’une activité d’analyste, rédigé de nombreux ouvrages relatifs aux inspirations philosophiques de Freud (Freud, la philosophie et les philosophes, 1976, Freud et Nietzsche, 1980) ou au débat entre philosophie et psychanalyse (Freud et Wittgenstein, 1996). Une partie des auteurs ayant occupé une place importante au sein de l’espace de la psychanalyse étaient de formation philosophique. Des auteurs comme Didier Anzieu (1923-1999), Jacques Gagey (1923-2017), Jean Laplanche (1924-2012), Jean-Bertrand Pontalis (1924-2013), Pierre Fédida (1934-2002) et Jacques-Alain Miller (né en 1944) sont tous agrégés de philosophie.

17Ainsi, dans l’histoire intellectuelle du pays, les philosophes apparaissent aussi bien comme des interlocuteurs critiques que comme des importateurs incontournables de la théorie freudienne. Cette situation a sans doute contribué à ce que cette discipline ait une place de choix au sein de l’espace mental des apprentis d’une génération comme dans les possibilités d’avenir qui s’offraient à eux.

L’appel de Jacques Lacan

  • 23 Roudinesco, 1993, 114.
  • 24 Ohayon, 2006, 94.

18Animant un pôle actif de la psychanalyse dans les années 1960, Jacques Lacan a attiré de jeunes aspirants, en particulier certains de nos enquêtés. Créateur d’une pratique analytique « rénovée », et contestée, venant bousculer l’orthodoxie de l’International Psychanalytic Association (IPA)23, il a joué un rôle important dans la plupart des scissions qu’a connu le mouvement analytique. Comme l’a montré Annick Ohayon, en France, le duel opposant Lacan à l’un des pères de la psychologie française, Daniel Lagache, témoigne de la séparation entre les deux disciplines et de la progression de la psychanalyse au détriment de la psychologie24.

  • 25 Ohayon, 2006, 80 ; Roudinesco 1993, 167.
  • 26 Voir Lacan, 1991, 80.

19D’après la plupart des témoignages recueillis lors des entretiens biographiques réalisés, les multiples « innovations » de Lacan, sa personnalité fantasque et son maniement libéré de concepts issus du lexique philosophique25 ont suscité de fortes adhésions : « C’était une voix très forte à l’époque », « Ce qui m’intéressait c’était son maniement à la fois original et rigoureux des notions philosophiques », « Il respectait les grands philosophes, il les malmenait mais il les respectait ». Sa notoriété acquise, le plaçant parmi les « grandes figures » de l’époque, n’aurait sans doute pas été la même sans la reconnaissance, voire le soutien des philosophes et ce, en dépit de ses discours critiques sur la philosophie comme « discours du maître »26.

  • 27 Comme le souligne Annick Ohayon, « un des effets les plus directs de mai 1968, pour notre histoire, (...)
  • 28 Deleuze et Guattari, 1972, 370.

20Jacques Lacan (1901-1981) a d’abord réalisé des études de médecine et soutenu une thèse de psychiatrie en 1932. Il s’est rapidement orienté vers la psychanalyse et a intégré la Société Psychanalytique de Paris (SPP) en 1934 avant d’en être élu membre titulaire quatre ans plus tard. Après avoir été membre de différents groupes d’analystes, il crée sa propre école en 1964 : « L’École freudienne de Paris ». Celle-ci, à l’instar des séminaires animés par le maître, a rencontré un franc succès, suscitant de nombreuses adhésions, jusqu’à son entrée en crise à la fin des années 1970. Ces quinze années d’activité intellectuelle placées sous le signe de l’influence et du prestige27 ont conduit Gilles Deleuze à porter un regard bienveillant à propos d’un « maître de la pensée actuelle28 » et Claude Lévi-Strauss un jugement plus sceptique :

  • 29 Lévi-Strauss, 1986.

Ce qui était frappant, c’était cette espèce de rayonnement qui émanait de la personne physique de Lacan et de sa diction, de ses gestes. J’ai vu fonctionner pas mal de chamans dans des sociétés exotiques et je retrouvais là une sorte d’équivalent de la puissance chamanistique. J’avoue franchement que moi-même, l’écoutant, au fond je ne comprenais pas. Et je me trouvais au milieu d’un public qui semblait comprendre29.

  • 30 Roudinesco, 1993, 105.

21Dans la stratégie de consécration de cet auteur, le rôle des philosophes s’est manifesté à deux niveaux : l’exploitation régulière de ressources philosophiques et la fréquentation des philosophes les plus en vue dans cette période. Ceux-ci apparaissaient comme les interlocuteurs les plus dignes d’une œuvre porteuse de telles ambitions. En plus de sa formation de psychiatre, Lacan a exploité, dès son travail de thèse, les ressources offertes par le panthéon philosophique (Jaspers, Bergson, Spinoza, Nietzsche, Husserl30). En 1963, Louis Althusser publiait dans la Revue de l’enseignement philosophique un article intitulé « Philosophie et sciences humaines » qui contribua à attirer l’attention sur le psychanalyste. Sur l’intervention d’Althusser, il obtint – de Fernand Braudel – une charge de conférence à l’École pratique des hautes études et put tenir, à partir de 1964, un séminaire à l’École normale supérieure (ENS) où se côtoyèrent de jeunes intellectuels animés par le projet ambitieux de faire converger structuralisme, marxisme et psychanalyse.

  • 31 Ici, ce terme vise à désigner la démarche de Jacques Lacan, au sens large, comme une tentative pour (...)
  • 32 Conduite par un projet théorique ambitieux, cette revue proposait aussi bien des articles sur les s (...)

22Constituant un élément de polarisation d’un débat intellectuel excédant les limites de la psychanalyse, le lacanisme31, fort de ce succès auprès des élites intellectuelles, progressera encore dans les années suivantes. Le nombre des adhérents de l’École freudienne de Paris ne fit que grandir, passant de 80 à plus de 600 à la fin des années 1970. Ainsi, du milieu des années 1960 à celui des années 1970, la figure de Lacan avait des chances de susciter quelques mouvements d’adhésion chez les philosophes et, plus généralement, parmi les élites étudiantes en raison des relations étroites existant à l’époque entre avant-gardes savantes et politiques. Parmi leurs projets théoriques émancipateurs, les différentes tentatives de synthèse « freudo-marxiste » incitaient à la politisation de la psychanalyse. Les Cahiers pour l’analyse, revue éphémère publiée de 1966 à 1969 animée par le cercle d’épistémologie de l’ENS, constituaient une manifestation idéale-typique de cet esprit conjuguant avant-gardisme politique et ambitions théoriques32

23Cette situation – à laquelle se conjuguera, à partir de 1968, l’implantation de la psychanalyse dans un département « expérimental » comme celui de Vincennes – rendait possible un attrait exercé sur une partie des normaliens philosophes de la nouvelle génération :

  • 33 Fondée en 1994, la Société de psychanalyse freudienne revendique l’héritage de Jacques Lacan.

– Votre premier lieu d’enseignement, après l’agrégation, c’était Vincennes ?
– Oui ça a été Vincennes, jusque dans les années 2000. J’ai été nommé à Vincennes en 69 et j’y suis resté. J’avais passé une thèse à la demande de Fédida, et je suis devenu professeur de psycho-patho à Paris 8, dans un département de psycho clinique. J’ai passé 12 ans dans ce département à enseigner la psycho patho et un peu la psychanalyse, à des jeunes psychologues puisqu’on forme de jeunes psychologues cliniciens, sans avoir de toute ma vie suivi un seul cours de psycho [rire] ! En ayant quasiment aucun diplôme de psycho, mais bon j’ai pu valider ça académiquement. J’ai commencé ma pratique et mes études à une époque où le passage entre les disciplines était plus facile, bon peut-être que quand on est normalien agrégé, c’est plus facile que d’autres hein, et l’université était moins cloisonnée. (Psychanalyste, professeur à Paris 8, membre de la Société de psychanalyse freudienne33)

24La psychanalyse apparaît, dans cette période particulière de l’histoire intellectuelle française, comme un secteur bénéficiant d’un indéniable rayonnement intellectuel mais tiraillé entre des orientations divergentes. Du fait de l’hétérogénéité des lieux de sa réception, des luttes internes au champ délimité de la psychanalyse et des rapports des professionnels de ce milieu aux institutions universitaires, son unité n’allait pas de soi. La psychanalyse était, par ailleurs, divisée entre différents courants qui se revendiquaient de l’orthodoxie freudienne ou de l’interprétation lacanienne et défendaient des positions diverses quant aux possibilités d’institutionnalisation de cette pratique comme de son enseignement. Cette inclusion particulière, travaillée par des orientations conflictuelles et un rapport houleux à l’espace académique mais offrant également des possibilités de carrière pour de nouveaux entrants a déterminé les stratégies de reconversions envisageables par les philosophes de la génération étudiée.

S’investir en psychanalyse

25Si les éléments contextuels évoqués peuvent expliquer des reconversions dans des carrières d’analystes, ils fournissent une vue générale aveugle à la diversité des trajectoires possibles, des façons de devenir analyste et des manières de combiner cette position avec un statut, un héritage, une formation philosophique. Entre le professeur d’université publiant des ouvrages sur Freud et la théorie analytique, et l’enseignant en lycée recevant des analysants parallèlement à sa profession, il existe diverses positions que l’on pourrait distinguer à partir de critères objectifs (établissement d’enseignement, publications, réalisation d’une thèse, etc.). Ainsi, après avoir examiné les éléments qui, au sein du champ intellectuel, rendaient attractif le fait de devenir analyste, il faut étudier ce qui incitait certains agents à « sauter le pas » et les différentes façons d’accéder à cette position et de l’associer, ou pas, à un statut de philosophe. Travail entrepris en vue de dévoiler ce que la plupart des agents interrogés tendaient, paradoxalement, à refouler : l’investissement que représente le fait de réaliser une analyse.

  • 34 Fansten, 2006, 23.

26On a donc été conduit à contredire la définition que l’univers des professionnels renvoie volontiers de la carrière analytique et que Maia Fansten résume sous les trois catégories de pureté, de liberté et d’extraterritorialité34. Porte ouverte sur un enseignement à l’université ou pratique savante moins répétitive que le métier de professeur de lycée, l’exercice de la psychanalyse ne s’est pas limité à un engagement désintéressé ou à l’issue possible d’une crise personnelle.

Les philosophes devenus analystes

  • 35 Pinto 2007, 175. Ces vocations « féminines » pour la psychanalyse ne sont pas sans lien avec la tra (...)

27Au sein de la génération étudiée, 34 agents sont liés à l’univers professionnel de la psychanalyse. Ce sous-groupe est plus féminisé (16 femmes pour 18 hommes) que celui des philosophes, assez largement masculin35. La proportion de normaliens est relativement faible (4) mais les agrégés sont majoritaires (22, soit 64,7 % de ce groupe). Ainsi, la psychanalyse, sans doute du fait des quartiers de noblesse théorique acquis, n’a pas seulement attiré des philosophes « dominés ». De la reconversion complète impliquant l’abandon de l’enseignement de la philosophie à la pratique annexe, parallèle à l’exercice du métier de professeur de lycée, le degré d’identification des enquêtés à cette profession, tout comme leur position institutionnelle, sont différenciés. On peut ainsi distinguer les types de carrière suivants :

  • Professeurs d’université :
    • UFR de psychopathologie : 6
    • UFR de philosophie : 3
  • Professeurs en École normale : 7
  • Enseignants en lycée : 4
  • Psychanalystes indépendants : 14

Positions académiques et dispositions savantes 

28Les chances d’accès à une position intellectuelle dépendent étroitement des ressources détenues par les agents. La psychanalyse, en dépit de ses revendications d’« extraterritorialité » ne fait pas exception à la règle. Ici, on voudrait montrer que l’univers des professionnels de la psychanalyse constitue un espace hiérarchisé où l’on peut distinguer des positions dominées, des positions dominantes et des façons d’y accéder.

29Au sein du sous-groupe étudié, les parcours étaient divers mais on pouvait distinguer des types de trajectoire se différenciant selon leur degré d’intégration au champ académique et leur position dans cet espace, mais également au sein de l’espace délimité des psychanalystes professionnels. Ici, on voulait montrer que ces deux éléments étaient étroitement liés, l’occupation d’une position de pouvoir universitaire s’accompagnant généralement d’une position analogue dans l’espace des professionnels de la psychanalyse et, corrélativement, les psychanalystes les moins « influents » occupant des positions académiques dominées.

30On précisera que les psychanalystes « indépendants », n’ayant qu’une activité de clinicien, ont la plupart du temps enseigné durant quelques années, pour ensuite se consacrer entièrement à cette pratique. Le troisième entretien présenté plus loin illustre une de ces possibilités de carrière. S’il s’agissait des cas les plus fréquents numériquement, ils n’ont pas occupé la place la plus importante au sein de notre recherche du fait de la quasi-absence de publication de ces agents, comme de leur fréquente revendication de marginalité institutionnelle constatée durant l’enquête. Ces praticiens, sans enseignements ni statut de fonctionnaire, incarnaient, de fait, la rupture la plus nette avec une formation de philosophe.

Les psychanalystes universitaires

  • 36 Association internationale interaction de la psychanalyse (AIIP), Association psychanalytique de Fr (...)

31On peut premièrement regrouper des agents occupant des positions dominantes au sein d’institutions parisiennes (universités Paris 7 et Paris 8) et cumulant tous les signes de l’implantation et du pouvoir universitaire (agrégation, rédaction d’une thèse, publications abondantes sous forme de livres, direction de thèses). Leurs thèses ont été rédigées sous le patronage d’auteurs occupant à l’époque une place importante dans le champ de la psychanalyse (Pierre Fédida, Jean Laplanche) mais aussi de la philosophie (Jean-Toussaint Desanti, Emmanuel Lévinas). Durant les entretiens réalisés, ceux-ci déclaraient fréquemment que leur engagement dans une analyse était corrélé à un intérêt précoce pour ce domaine et à l’idée de pratiquer l’analyse (« J’étais attiré par la profession d’analyste », « Il y avait la possibilité de prendre cette place », etc.). Celle-ci, entamée assez tôt dans leur parcours, dès le début de leur carrière d’enseignant ou après quelques années de thèse, ouvrait la possibilité d’une intégration au milieu des professionnels de la psychanalyse mais aussi à l’université, par le biais d’enseignements dans des UFR de psychopathologie et de psychanalyse. Intégrés au milieu analytique, ils sont tous liés à des groupements36 et y ont occupé, ou occupent encore, des positions de pouvoir.

Tableau 3 : Les psychanalystes universitaires

Poste Concours Thèse / HDR Thèses dirigées Appartenance psy
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse psychopathologie clinique et psychanalyse, 1978 (dir. : Pierre Fédida) Habilitation en philosophie (dir. : Jean-Marie Beyssade) 20 SPF
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse psychanalyse, 1986 (dir. : Jean Laplanche) 37 APF
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse psychanalyse, 1985 (dir. : Jean Laplanche) 30 AIIP
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse science politique, 1987 (dir. : Georges Lavau) 40 Espace analytique
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse de psychologie, 1999 (dir. : Pierre Fédida) 11 SPF
Professeur de psychopathologie Université Paris Agrégation Thèse Lettres et sciences humaines, 1994 (dir. : Jean-Toussaint Desanti) 12 EC
Professeur de Philosophie Université Paris Agrégation Thèse philosophie, 1989 (dir. : Oliver Revault d’Allones) 2 SPP
Professeur de philosophie Université Province Agrégation Thèse philosophie, 1980 (dir. : Emmanuel Lévinas) 3 SPF
Professeure de philosophie Université Province Agrégation Thèse philosophie, 1985 (dir. : Gilbert Lascaux) 5 SPP

On a choisi de ne pas indiquer l’université d’appartenance pour conserver l’anonymat des agents.

32Les extraits d’entretiens qui suivent chaque tableau illustrent des cas de conversion « idéal-typique » cumulant la plupart des traits que l’on a cherché à distinguer. Sans qu’une seule trajectoire puisse rassembler la totalité des propriétés communes aux agents rapprochés, ces extraits permettent de mettre en lumière le cheminement effectué par les enquêtés avant d’occuper une nouvelle position et le type de regard réflexif qu’ils ont porté, au cours des entretiens, sur leur propre carrière.

« Pour moi ce n’était pas une conquête de devenir professeure »

Madame D.

Issue d’un milieu doté sur le plan culturel, ses deux parents étaient professeurs d’université, Mme D. a indiqué, au cours de l’entretien, qu’elle n’avait pas perçu le fait de devenir enseignante dans le supérieur comme une conquête. L’occupation d’une telle position qui, pour d’autres, apparaîtrait comme un aboutissement ou une consécration correspondait, dans son cas, à la reproduction de la position de sa famille dans l’espace savant. Ainsi, on peut considérer que son investissement dans la réalisation d’une analyse, débouchant sur une pratique clinique et la rédaction d’une thèse en psychopathologie n’était pas sans lien avec le projet d’accumuler, par le biais d’une discipline extra-académique, des ressources intellectuelles autres que son capital philosophique acquis. Son parcours est sans doute à comprendre comme celui d’une personne pour qui la réalisation d’une carrière de « simple » philosophe, quoiqu’incarnant une perspective attirante, avait aussi des chances de produire quelques déceptions. Professeure de philosophie en classe préparatoire, professeure de psychopathologie au sein d’une université parisienne, ancienne collaboratrice au Collège international de philosophie, ses titres universitaires accumulés et la position qu’elle occupe témoignent d’une forte intégration universitaire. Chez elle, la pratique de la psychanalyse, loin de contredire une posture très académique est, au contraire, venue encourager l’ascension de sa carrière.

Une carrière exemplaire

Née à la fin des années 1940 dans une grande ville de province, Mme D. a d’abord réalisé une scolarité exemplaire dans un lycée parisien. On pourrait situer le début de son parcours philosophique avec l’obtention d’un prix au concours général.

« Au lycée je crois que j’étais déjà décidée à faire de la philo. J’avais l’impression que c’était mon terrain, c’était peut-être un peu lié à ce bonheur un peu mégalomaniaque après un prix de philo. J’ai toujours su que je ferais de la philo, j’ai passé l’agrég à 22 ans en 69. »

Inscrite en classe préparatoire dans un grand lycée parisien, elle n’a pas passé le concours de l’ENS mais a continué des études de philosophie à la Sorbonne. L’agrégation obtenue, sa carrière commença par un enseignement en classe préparatoire en province qui lui permit de financer sa première analyse. Investissement qui porta progressivement ses fruits parallèlement à l’ascension de son parcours académique.

« Dès que j’ai gagné ma vie j’ai pu me payer une analyse, à l’automne 70. Pour moi ça a toujours été associé à l’idée de devenir analyste. Mais sans quitter la philo. C’était les années du lacanisme triomphant. Enfin, au bout de dix ans de ma propre analyse, j’ai pu commencer à recevoir. Moins que mes collègues qui ne font que ça bien entendu.- Et pourquoi ne pas avoir fait une carrière de philosophe, disons… ordinaire ?- Non… Parce que j’ai senti. [silence] J’ai commencé à travailler en 69, j’ai senti que quelque chose allait se défaire à l’université. Et puis à l’époque je me disais « je suis fille d’universitaire » c’était pas une conquête pour moi d’être prof d’université. Alors que, être prof de khâgne c’était compatible avec une analyse et un début d’activité analytique. Ça m’aurait rien donné d’être prof d’université. Je suis prof de chaire supérieure. Et puis les départements de philo commençaient à se refermer. Voilà et puis après j’ai continué. Après le CNRS, j’ai été au Collège international de philo, dans l’intersection « psychanalyse et philosophie ». Je savais que pendant six ans j’allais avoir ce détachement partiel, j’étais directrice de programme au Collège, puis vice-présidente de l’assemblée collégiale tout en restant prof de khâgne. J’avais déjà fait une première thèse de psychopatho. Donc après les années Collège, j’ai fait une habilitation, parce que Fédida qui avait été le directeur de ma première thèse est revenu me chercher. Parce qu’il créait le Centre d’étude du vivant. J’ai donc fait une habilitation à diriger des thèses. »

Les psychanalystes professeurs en Écoles normales d’instituteurs

33Les agents ici rassemblés occupent des positions plus périphériques dans le champ académique, leurs trajectoires sont moins linéaires que celles des précédents et liées à des institutions dominées, les Écoles normales d’instituteurs, et provinciales. Ils n’ont pas tous rédigé de thèses et, ceux l’ayant fait, les ont soutenues plus tardivement que les précédents. Celles-ci n’ont pas débouché sur un poste universitaire stable. Ils n’ont pas rédigé d’ouvrages et leurs publications, constituées uniquement d’articles, sont moins abondantes. Lors des entretiens réalisés, ils déclaraient plus souvent que le fait d’entamer une analyse était lié à des problématiques personnelles (« Je traversais un moment de crise », « Je ne m’intéressais pas à la psychanalyse avant ma propre analyse », « C’est en tant qu’analysant que je me suis intéressé à cette pratique » etc.). Dans l’espace professionnel des psychanalystes, certains occupent des positions plus périphériques, liées à des groupes locaux notamment, et n’ont pas de rôle dirigeant tandis que d’autres ont rompu tout lien institutionnalisé. Leurs parcours sont marqués par l’occupation de positions institutionnelles diverses (enseignant en lycée, chargés d’enseignement, PRAG, etc.) mais ont débouché sur des postes en Écoles normales d’instituteurs.

Tableau 4 : Les psychanalystes en Écoles normales d’Instituteurs

Poste concours thèse Appartenance
EN agrégation Lettres et sciences humaines, 2002 (dir. : Jacques André) Groupe local
EN agrégation Psychopathologie clinique, 2000 (dir. : René Kaës) Groupe local
EN agrégation / /
EN agrégation / Quatrième Groupe
EN capes / /
EN capes / SPF
EN capes Philosophie, 1989 (dir. : Alain Renaut) /

Un parcours chaotique

Madame C.

La trajectoire de Madame C., moins linéaire que la précédente est marquée par un rapport houleux aux institutions savantes et une ascension plus tardive dans l’espace académique. Militante d’extrême gauche dans les années 1960, elle n’est pas passée par une classe préparatoire mais par une université de province. Étudiante en philosophie, elle obtiendra l’agrégation en 1970. Après avoir enseigné en lycée, elle occupera différents postes dans des universités de province et dans des Écoles normales d’instituteurs. Sa thèse, entamée, tout comme son analyse, tardivement et soutenue dans les années 2000 fera suite à différentes expériences malheureuses ponctuées par des conflits avec des professeurs (« Alors j’avais commencé une thèse avec X, il y eut un vrai clash entre nous, ça a été une connerie »). Moins perçue, dans un premier temps, comme une ressource savante qu’un recours personnel, la psychanalyse lui a offert des perspectives de reconversion dans des secteurs plus marginaux que l’enquêtée précédente dotée d’un habitus et d’ambitions mieux adaptées au jeu universitaire.

« - Dans les années 1960 j’étais très militante. Mon père était communiste, c’était un ancien résistant, j’ai été catéchisée quand même, pas mal sur les mécanismes du capitalisme, et puis mon grand-père était un libertaire, ils avaient des vues sur l’état du monde quoi, des livres…- L’étude de la philosophie puis de la psychanalyse, c’était lié à la politique ?- Oui, j’ai toujours eu des atomes rebelles. C’était lié à l’idée de comprendre le monde quoi.- Mais malgré un intérêt pour la psychanalyse vous ne conceviez pas encore de pratiquer un jour ?-Je ne pensais pas que c’était possible, ça me semblait être un objet relativement exotique. Je le concevais pas, et puis je connaissais personne, ça sera un peu plus tard quand moi-même je serais amenée à faire une analyse.- Et vos enseignements ?- Alors en lycée la première année, j’ai fait une année à X, j’aimais bien. Après, un an ou deux à l’école normale de X. Puis j’ai occupé un poste de directeur d’étude en école normale, là j’ai un enseignement d’anthropologie structurale, de psycho de l’éducation, de philo de l’éducation, et avec une partie de service sur le terrain. Il y avait tout un courant spiritualiste, mais nous, on était marxistes, althussériens, et le personnalisme ne nous disait rien. Plus tard j’ai rencontré quelqu’un qui avait fait une analyse et qui m’a orientée au moment où moi j’ai eu quelques difficultés personnelles.-Et ensuite vous vous dites que vous allez recevoir des patients ?-Je me trouve un jour prise dans le transfert de quelqu’un qui m’a instituée comme analyste quoi, et je me trouve embringuée dans une posture différente où il y a quelqu’un qui se sert de moi comme de son analyste potentiel. Mon analyste était tout à fait d’accord, c’était bien une analyse qui commençait.- Et votre thèse vous la commencez quand ?-Oh très tardivement, d’abord j’étais encore prof en école normale, je pouvais pas la démarrer pendant longtemps puisque les seuls interlocuteurs que j’avais sur place c’était pas des psychanalystes, et puis il faut quand même quelqu’un d’un certain niveau. Et puis on a commencé à me donner des enseignements en licence, en maîtrise. Donc pour avoir des papiers en règles, j’ai décidé de passer une thèse. »

Les psychanalystes enseignant dans le secondaire

34Professeurs de lycée ayant exercé parallèlement une activité d’analyste, les agents rassemblés ici présentent des positions en marge des instances de pouvoir académique. À l’instar des précédents, ils ont rarement rédigé des thèses, ont seulement publié des articles et sont liés à des groupes d’analystes locaux.

Tableau 5 : Les psychanalystes enseignant dans le secondaire

Poste Concours Thèse Appartenance psy
Lycée province capes / Le cercle freudien
Lycée province capes / ECF
Lycée province capes / /
Lycée province capes Psychologie, 1997 (dir. : Jean Laplanche) /

De la cause politique à la cause freudienne

Monsieur T

Le parcours présenté ici illustre une façon possible de concevoir la psychanalyse comme un investissement en phase avec des aspirations savantes de philosophe et des engagements politiques de jeunesse. Reconverti sur le tard, notre interlocuteur a combiné, durant plus d’une vingtaine d’années, l’activité d’analyste à celle d’enseignant de philosophie. Fortement investi au sein de courants militants radicaux comme la Gauche prolétarienne et l’Union des jeunesses communistes marxistes-léninistes (UJCML) à la fin des années 1960 et attiré par les dernières innovations intellectuelles de Lacan, il fut particulièrement affecté par le reflux politique qui succéda à l’explosion sociale de Mai et vint contredire les espoirs de changements qu’elle autorisait. Dans cette période, la psychanalyse, perçue dans un premier temps comme un recours personnel, est ensuite apparue comme un secteur de reconversion professionnelle possible permettant de rester fidèle à un certain esprit de subversion.

Son parcours a ainsi été marqué par différents moments de « conversion ». À la politique, dans un premier temps, puis, tandis que les explosions de 68 faisaient place, au milieu des années 1970, à un décevant retour à l’ordre des choses, il s’orientera vers un autre type d’activité « libératrice », auprès de sujets nouveaux : les enfermés de la clinique de la Borde. Cette orientation vers la psychothérapie venant enfin, à l’occasion d’une période de crise personnelle surgissant à partir de 1979, se concrétiser par un investissement dans une analyse qui débouchera à son tour sur une pratique d’analyste. Celle-ci apparu comme une façon, qu’il qualifiera lui-même « d’un peu folle », de rester fidèle à ses engagements passés. Bref, la psychanalyse permettait de résoudre une problématique qui semble s’être posée en pratique à certains enquêtés : comment rester un intellectuel subversif quand l’air du temps ne s’y prête plus vraiment ?

Une période militante

Si la période de ses études, fut marquée par une forte politisation associée à un rapport conflictuel à l’ordre social et aux institutions, il faut d’abord souligner qu’elle suivit une scolarité réussie d’élève relativement docile. Produisant les efforts nécessaires pour ne pas décevoir les attentes d’une famille, et surtout d’un père, projetant sur son fils des ambitions intellectuelles contrariées, notre interlocuteur a d’abord été un « bon élève ».

« Mes parents étaient instit’, dans la petite école de campagne où j’étais, c’est évidemment ce qui m’a poussé à faire les Écoles normales. Mon père a été instit’ alors qu’il aurait voulu faire plus, son frère avait fait plus, il avait fait ingénieur. J’étais quelque part voué à faire une carrière, c’est ce qui m’a poussé dans les études. »

Reçu à l’École normale de St Cloud en 1967, son arrivée à Paris a constitué une modification profonde de son environnement social qui n’a pas été sans effets. Porté par une époque où la philosophie se mêlait au maoïsme et à la psychanalyse, notre interlocuteur est passé, dans cette période, du statut d’élève studieux à celui de militant de terrain. Docile à l’égard du système éducatif, il se montrera tout aussi docile face à la discipline imposée par son courant politique, acceptant notamment de « s’établir » en usine, au risque de mettre en péril ses études. Sans présenter, à l’époque, un avenir probable, la psychanalyse était partie prenante de l’univers culturel au sein duquel il évoluait. Perçue comme « subversive », cette discipline, sous sa forme lacanienne notamment, faisait partie des types de discours émancipateurs qu’il fallait prendre au sérieux.

À la suite de cette période d’intense politisation, notre interlocuteur s’est résolu à exercer une profession stable. Au vu de sa trajectoire scolaire, la préparation du capes s’imposait comme le choix le plus raisonnable, sans que la perspective d’enseigner la philosophie en lycée n’incarne un avenir particulièrement souhaitable. Le concours passé, c’est une seconde période qui s’enclenche au milieu des années 1970, celle de l’entrée dans la vie active et des premiers renoncements. Son organisation politique en crise et les bouleversements de Mai faisant place à un retour inattendu à l’ordre des choses, il fallut, semble-t-il, répondre à un double problème : comment accéder à une situation personnelle stable sur le plan professionnel sans trahir ses engagements passés ?

Rester fidèle à 68 dans une période de crise

Au cours de l’entretien qui dura environ deux heures, la question de Mai 68, de ses causes et de sa portée a occupé une place prépondérante, ce qu’il faut expliquer par des investissements affectifs et personnels forts. Ainsi, en abordant la question des suites et des « retombées » des mobilisations, notre interlocuteur a progressivement adopté un ton dont la gravité montrait, sans beaucoup d’ambiguïtés, qu’il s’agissait d’un thème associé à des souvenirs douloureux.

« La fin des années 1970, c’était pas facile à vivre. Je ne sais pas si à votre âge on peut encore saisir ça. Ce qui s’était inauguré en 68, cet espèce d’élan. On avait l’impression de sortir d’un… Je dirais pas d’un rêve, mais de sortir d’un élan et de se dire "bon, mais comment on va survivre ?" »

Plus encore que le milieu des années 1970, la période du début des années 1980 correspond à un moment où se nouent crise personnelle et désillusions politiques. En effet, n’incarnant pas seulement un retour à l’ordre social mais un moment de réaction assez brutale signant, selon toutes vraisemblances, l’expansion victorieuse d’un libéralisme débridé dans les pays capitalistes et la défaite de ceux qui tentèrent de s’y opposer, les années 1980 ont accouché d’un monde nouveau. Malgré l’arrivée, deux ans plus tard, de la gauche au pouvoir, la subversion n’était plus vraiment dans l’air du temps et les différentes issues « contre culturelles » envisagées par les militants donnaient à voir quelques signes d’épuisement. Ainsi, ceux qui ne pouvaient se résoudre à se plier à ce nouvel ordre du monde se trouvèrent bien isolés, politiquement et intellectuellement, situation qui eut certaines conséquences sur le plan psychologique.

Du fait de ses dispositions militantes, une pratique d’analyste présentait quelques propriétés jugées positives. En rupture avec un conformisme universitaire auquel il s’était opposé durant ses études, elle pouvait incarner une survivance de l’esprit de cette époque. Offrant un débouché possible sur un nouveau métier, il s’agissait, par ailleurs, d’une solution pour rompre avec un quotidien jugé répétitif de professeur de lycée.

« Le métier de prof ? Ça m’emmerdait royalement d’avoir les contraintes, de corrections, ça je l’ai mal vécu. Plus ça allait, plus c’était dur. Mais, en même temps, j’ai aimé être dans cette position qui m’obligeait à être dans un exercice de pensée constant. »

Associée à la cause de l’émancipation humaine, la pratique d’analyste incarnait par ailleurs, une façon de rester militant, tout en s’appuyant sur une tradition de pensée débarrassée des naïvetés, et sans doute du dogmatisme, de l’extrême gauche maoïste. Durant une vingtaine d’années, notre interlocuteur a combiné ces deux activités, commençant à recevoir des analysants à l’issue de sa propre thérapie et participant à différents travaux théoriques collectifs, à Paris et en province. Ainsi, si l’on peut supposer qu’il disait vrai en affirmant ne pas avoir eu d’autre « projet » en entamant ce travail que de trouver du soutien, les intérêts spécifiques qui pouvaient lui être associés sont apparus progressivement. Cet engagement fut, à n’en pas douter, une façon de rester fidèle à son passé militant. Successivement déçu, ou lassé, par la philosophie universitaire, le prolétariat, la révolution et la profession d’enseignant, notre interlocuteur a sans doute trouvé dans la psychanalyse, une façon de « se tenir, sans se faire d’illusions », en permettant à d’autres de sortir d’impasses analogues à celle qui s’est présentée à lui dans les années 1980.

Peut-on analyser les analystes ?

  • 37 Selon une formule fréquemment utilisée par Jacques Lacan dans son séminaire et souvent reprise lors (...)

35Pourquoi s’engager dans une analyse et s’installer, par la suite, de l’autre côté du divan ? À cette question, on tendrait à apporter toutes les réponses de bon sens qu’encourage la définition ordinaire de ce style thérapeutique, comme les discours des agents concernés, la plupart du temps fondés sur la dénégation des intérêts spécifiques qui lui sont associés. Exploration libératrice de son inconscient, quête individuelle vouée à faire émerger la « vérité du sujet37 », tentative pour s’extirper de difficultés personnelles, l’expérience analytique se présente d’abord comme un processus conforme aux canons dessinés par ses principaux théoriciens.

36Pourtant, à y regarder de plus près, et en étudiant le rapport particulier d’agents dotés culturellement à cette exploration de soi, il apparaissait que se limiter à l’échelle de « l’individu » revenait à ignorer l’essentiel tant les savoir-faire acquis, les réseaux de connaissance, la légitimité, intra et extra-académique, bref, les différents types de capitaux accumulés lors d’une analyse pouvaient se trouver valorisés dans cet espace professionnel comme à l’université.

37L’enquête réalisée tend à montrer que ces investissements ne trouvent pas seulement leur principe dans les troubles d’une « intériorité » en crise mais dans la logique d’un espace social disposé à susciter des avenirs possibles et à engendrer des croyances nouvelles. Par ailleurs, il semblait que les capitaux cumulés par les agents, associés à leurs dispositions sociales comme à leurs expériences extra-académiques, durant la première partie de leur carrière eurent un impact déterminant sur leur rapport à ce secteur d’accueil. Enfin, tout se passant comme si la position que les agents ont d’abord eue, comme philosophes, au sein du système éducatif se répercutait sur leur posture de psychanalyste, il fallait se garder – lorsqu’on étudiait des processus de « reconversion » – d’établir une frontière nette entre « rupture » et « continuité » comme pourrait l’inciter l’usage ordinaire de cette notion.

Haut de page

Bibliographie

Aron, R., 1981, Le spectateur engagé, Paris, Julliard.

Bourdieu, P., 1984, Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu, P., 1991, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, 89, p. 3-46, DOI : https://doi.org/10.3406/arss.1991.2986.

Castel, R., 1980, Le psychanalysme, Paris, Flammarion.

Chapoulie, J.-M., 1991, « La seconde fondation de la sociologie française, les États-Unis et la classe ouvrière », Revue française de sociologie, 32, p. 321-364, DOI : 10.2307/3322321.

Deleuze, G. et Guattari, F., 1972, L'anti-Oedipe, Paris, Éditions de Minuit.

Drouard, A, 1982, « Réflexion sur une chronologie. Le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante », Revue française de sociologie, 23/1, p. 55-85 DOI : 10.2307/3320851/.

Fabiani, J.-L., 1988, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit.

Fabiani, J.-L., 2010, Qu’est-ce qu’un philosophe français ?, Paris, Éditions de l’EHESS.

Fansten, M., 2006, Le divan insoumis, Paris, Hermann.

Flaubert, G., 2008, Bouvard et Pécuchet, Paris, Flammarion.

Gautherin, J., 2002, Une discipline pour la république, Berne, Peter Lang.

Gellner, E., 1990, La ruse de la déraison, Paris, PUF.

Heilbron, J., 1991, « Pionniers par défaut ? Les débuts de la recherche au Centre d’études sociologiques (1946-1960) », Revue française de sociologie, 32/3, p. 365-379, DOI : 10.2307/3322322.

Juranville, A., 2003, Lacan et la philosophie, Paris, PUF.

Lacan, J., 1991, Le Séminaire, livre XVII. L’envers de la psychanalyse : 1969-1970, Paris, Seuil.

Lézé, S., 2010, L’autorité des psychanalystes, Paris, PUF.

Moreno Pestaña, J. L., 2006, En devenant Foucault. Sociogenèse d’un grand philosophe, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant.

Ohayon, A., 2006, L’impossible rencontre. Psychologie et psychanalyse en France 1919-1969, Paris, La Découverte.

Pinto, L., 2007, La vocation et le métier de philosophe, Paris, Seuil (Liber).

Pinto, L., 2009, La théorie souveraine, Paris, Cerf (Passages).

Roudinesco, E., 1993, Jacques Lacan : esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, Paris, Fayard.

Roudinesco, E., 1994, Histoire de la psychanalyse en France, Paris, Fayard.

Turckle, S., 1982, La France freudienne, Paris, Grasset.

Haut de page

Notes

1 Fontbonne, G., Les philosophes et le réel. Enquête sur les reconversions intellectuelles des philosophes (1968-1985), thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Louis Pinto, Paris, EHESS, décembre 2017.

2 Aussi, on se gardera d’identifier processus de reconversion intellectuelle et « échec » dans la réalisation d’études de philosophie.

3 Fabiani, 2010, 43. Concours plus prestigieux, l’agrégation implique un meilleur traitement que le capes, ainsi qu’une charge horaire moindre. Il constitue une étape quasi obligée pour les philosophes se vouant à une carrière universitaire.

4 Comme le souligne Pierre Bourdieu dans Homo Academicus : « L’accroissement brutal et rapide de la population étudiante qui résulte de la conjonction de l’élévation du taux de fécondité dans les années postérieures à la guerre et de la croissance générale du taux de scolarisation a déterminé autour des années 1960 un accroissement du corps professoral d’autant plus important que, dans le même temps, l’encadrement des étudiants s’accroissait fortement, bien qu’à des degrés différents, dans toutes les facultés. La conséquence la plus directe de ce processus a été un accroissement important des postes offerts en faculté et, au moins pour certaines catégories d’enseignants, une accélération des carrières » (Bourdieu, 1984, 172).

5 Drouard, 1982.

6 On a pu rencontrer vingt membres de ce sous-groupe lors d’entretiens biographiques. Les modes et les degrés d’investissement dans cette pratique sont divers. On notera leur caractère durable, aucun enquêté n’ayant, à notre connaissance, abandonné la pratique de la psychanalyse.

7 La notion de « champ intellectuel » est ici à attendre au sens large, puisqu’il englobe l’université comme les Écoles normales d’instituteurs. Le terme d’« intellectuel » est donc voué à désigner des professionnels de l’enseignement et de la recherche qui n’ont pas un statut de praticien ou de clinicien, la psychanalyse opérant, par son statut particulier, une connexion entre deux espaces.

8 Bourdieu, 1991.

9 Raison fréquemment évoquée lors des entretiens réalisés.

10 Roudinesco, 1994, 145 ; Ohayon, 2006, 92.

11 Castel, 1980, 20 ; Turckle 1982, 70 ; Gellner, 1990, 15.

12 Terme utilisé par J.-L. Fabiani dans Les philosophes de la République pour désigner une discipline qui, du fait de sa hauteur théorique et de ses ambitions fondatrices occupe, en France, une place éminente au sein des hiérarchies savantes (voir Fabiani, 1988).

13 Pinto, 2009, 9.

14 Gautherin, 2002, 92.

15 Heilbron, 1991 ; Chapoulie, 1991 ; Drouard, 1982.

16 Note sur la construction des tableaux : notre enquête s’est principalement appuyée sur une base de données fournie par le ministère de l’Éducation nationale. On a ainsi disposé des listes de l’ensemble des lauréats des concours de l’enseignement (capes et agrégation) dans la période étudiée. Celles-ci indiquaient l’établissement de préparation, la date d’obtention du concours et le rang de classement des agents. Dans la première ligne de chaque tableau, on indique le nombre de candidats reçus par année (les agents ayant obtenu les deux concours sont notés comme « agrégés », voir tableau 1). Dans chaque colonne est indiquée la part de lauréat ayant évolué dans un des quatre principaux secteurs de reconversion. Il existait des secteurs d’investissement plus marginaux, la linguistique notamment (2), que l’on n’a pas identifiés ici en raison du caractère très réduit des effectifs. Pour établir ces comptages et rassembler des données sur les carrières intellectuelles des agents ayant opéré une reconversion on a réalisé, durant notre thèse, des entretiens biographiques (60) et mobilisé des données disponibles publiquement (sites internet des différents établissements d’exercice, sites personnels, annuaire des normaliens, biographies, articles biographiques…).

17 Roudinesco, 1994, 118.

18 Malgré cette situation conflictuelle, on notera que l’implantation universitaire de la psychanalyse a très largement été associée à des départements de psychologie, le terme de « psychologie clinique » servant à désigner les enseignements donnant une place forte à la démarche analytique. S’agissant de la faible aura de la psychologie par rapport à sa principale concurrente, Annick Ohayon souligne que « depuis la fin des années 1960 et sous les attaques conjuguées des philosophes, au premier rang desquels Canguilhem et Foucault, et de Jacques Lacan, la psychologie s’est trouvée complètement exclue du débat intellectuel alors que la psychanalyse, même vilipendée, continue d’exercer un ascendant durable dans les sciences humaines » (Ohayon, 2006, 106). Au sein de cette génération, une seule agrégée de philosophie a entretenu des liens étroits avec la psychologie dont elle est devenue l’une des historiennes les plus connues.

19 Annick Ohayon a montré en quoi des philosophes français comme Charles Blondel (1876-1939), Roland Dalbiez (1893-1976) ou Georges Politzer (1903-1942) ont contribué, par leurs discussions, mais aussi par leurs critiques, à l’installation du freudisme dans l’espace intellectuel français.

20 Lézé, 2010, 76.

21 Aron, 1981, 50.

22 Moreno Pestaña, 2006, 133.

23 Roudinesco, 1993, 114.

24 Ohayon, 2006, 94.

25 Ohayon, 2006, 80 ; Roudinesco 1993, 167.

26 Voir Lacan, 1991, 80.

27 Comme le souligne Annick Ohayon, « un des effets les plus directs de mai 1968, pour notre histoire, sera l’élargissement considérable de l’influence de la pensée de Lacan. Tous séduits, tous fascinés et presque tous sur le divan : les enragés de Mai 68 mais aussi les communistes, les giscardiens, les cadres, les féministes. »

28 Deleuze et Guattari, 1972, 370.

29 Lévi-Strauss, 1986.

30 Roudinesco, 1993, 105.

31 Ici, ce terme vise à désigner la démarche de Jacques Lacan, au sens large, comme une tentative pour combiner l’approche freudienne aux réflexions de philosophes classiques et contemporains, mais surtout à la démarche « structurale » associée à la linguistique du xxe siècle et très en vogue dans les années 1970, du fait notamment des gages de scientificité qu’elle assurait mais aussi en réaction à la philosophie existentialiste, déployée par Jean-Paul Sartre, dominant la séquence intellectuelle précédente. L’aura de la linguistique dans cette période explique en partie le succès de la parole lacanienne auprès de nouveaux entrants. Les travaux et les réflexions de Lacan ont bien sûr connu de nombreuses inflexions en fonction du contexte, de son niveau de notoriété, de ses rapports au mouvement analytique et au champ intellectuel dans son ensemble. Pour des analyses plus détaillées de ce type de questions, on se reportera à Roudinesco, 1993 ou Juranville, 2003.

32 Conduite par un projet théorique ambitieux, cette revue proposait aussi bien des articles sur les sciences, la logique, la psychanalyse et le marxisme. Elle rassemblait des signataires consacrés comme Georges Canguilhem, Claude Lévi-Strauss et Georges Dumézil et des figures montantes comme Alain Badiou, Jacques Bouveresse ou Jacques-Alain Miller.

33 Fondée en 1994, la Société de psychanalyse freudienne revendique l’héritage de Jacques Lacan.

34 Fansten, 2006, 23.

35 Pinto 2007, 175. Ces vocations « féminines » pour la psychanalyse ne sont pas sans lien avec la traditionnelle division du travail savant attribuant aux femmes les problématiques « psychologiques », « intimes », « personnelles » et aux hommes la généralisation théorique, la politique et l’intervention dans l’espace public. Il est fort probable que les propriétés liées au genre aient un impact sur le rapport à la pratique analytique : une enquête portant sur cette problématique serait instructive.

36 Association internationale interaction de la psychanalyse (AIIP), Association psychanalytique de France (APF), École de la cause freudienne (ECF), Société de psychanalyse freudienne (SPF), Société psychanalytique de Paris (SPP). Fondé en 1969, le « Quatrième Groupe » est issu d’une rupture au sein de l’ECF, lacanienne. On notera que, du fait des nombreuses ruptures au sein du mouvement analytique, la plupart des agents ont été adhérents au sein de plusieurs groupes. On indique ici seulement leur appartenance au moment de l’enquête.

37 Selon une formule fréquemment utilisée par Jacques Lacan dans son séminaire et souvent reprise lors des entretiens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaspard Fontbonne, « Malaise dans la philosophie ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 177-199.

Référence électronique

Gaspard Fontbonne, « Malaise dans la philosophie ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3275 ; DOI : 10.4000/rhsh.3275

Haut de page

Auteur

Gaspard Fontbonne

ATER, université Grenoble-Alpes

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals