Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32DossierL’impossible reproduction d’un co...

Dossier

L’impossible reproduction d’un collectif savant

Faire école en économie industrielle en France (1975-1991)
The impossible reproduction of a scholarly collective. Founding an industrial economics school of thought in France (1975-1991)
Jean-Baptiste Devaux
p. 129-152

Résumés

De quelle manière les économistes se reconnaissant derrière l’étiquette d’économistes industriels vont, à partir du milieu des années 1970, chercher à se constituer en collectif savant pour imposer leur propre définition de l’économie industrielle dans le champ des sciences économiques ? L’histoire de ce collectif, parfois rétrospectivement nommé « école française d’économie industrielle », est envisagée à la lumière de ses quinze premières années d’existence et de son incapacité à se reproduire sur le temps long. Si la communauté se structure dans un premier temps autour d’instruments (revue, association, école d’été…), elle peine ainsi à s’imposer comme référente dans le sous champ du fait de mécanismes sociaux propres au groupe (positions des acteurs dans le champ) mais également de facteurs externes, concurrencée sur son propre terrain par l’école toulousaine de Jean Tirole et Jean-Jacques Laffont.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Morvan, 1976, 1.

« L’objet de cette analyse ne sera pas de décrire, avec force et détails, comment une firme s’organise ; ceci concerne plus strictement l’étude de la gestion des entreprises. Il sera plutôt d’analyser l’attitude du système de production industrielle face aux composantes du problème économique que toute organisation humaine, quelle que soient du reste ses traditions politiques et culturelles, doit résoudre : que produire ? Comment produire ? Pour qui produire ?1 »

  • 2 Cherrier, 2017, 552-554.
  • 3 Devoue, 2008, 291.
  • 4 En témoigne le nombre croissant de manuels sur le sujet. Voir Vedie, 2012.
  • 5 Bourdon, 2000, 271.
  • 6 C’est le cas par exemple de Jacques Houssiaux, considéré comme l’un des pères de l’économie indust (...)

1Ces mots, qui résonnent à la manière d’un manifeste, sont ceux d’Yves Morvan. Alors professeur d’économie à l’université de Rennes, ce dernier rédige en 1976 un manuel appelé à introduire une nouvelle perspective dans le champ des sciences économiques françaises : l’économie industrielle. Reconnue depuis 1948 comme un sous-champ disciplinaire par l’American Economic Association2, elle occupe à l’heure actuelle une place à part entière dans le champ francophone des sciences économiques3, comme en témoignent la multiplication de cours ayant pour intitulé « Économie industrielle », de postes universitaires labellisés sur la question et l’abondante littérature sur le sujet4. Toutefois son institutionnalisation fut longue, puisque cette approche singulière des phénomènes économique ne s’est imposée sur le devant de la scène intellectuelle et scientifique française qu’à partir de la fin des années 1970. Car si l’objet industriel occupe alors les travaux de recherche de spécialistes (tant académiques que praticiens), les rares tentatives de constitution d’une sous-discipline ayant pour objet les systèmes productifs sont pour la plupart restées lettres mortes, faute de structuration institutionnelle, de reconnaissance académique5 ou bien en raison de l’isolement des protagonistes dans le champ6.

  • 7 Arena, Benzoni, de Bandt et Romani, 1988, 156.
  • 8 Balasse, 2003, 119.

2L’irruption et la progressive institutionnalisation de la sous-discipline se produisent à la faveur du travail d’un réseau constitué d’acteurs de la vie scientifique (économistes et gestionnaires notamment), de hauts fonctionnaires (d’État, de l’OCDE ou de la Commission européenne) ou d’acteurs du privé qui composent un espace intellectuel fécond à partir de la seconde moitié des années 1970. Le cas de celles et ceux qui se regroupent derrière ce label d’« économie industrielle » nous intéresse au premier plan en ce que ces derniers ont été reconnus comme appartenant à une « école ». Cette labellisation est d’abord endogène puisque certains de ceux qui s’y rattachent évoquent l’idée selon laquelle les économistes industriels auraient progressivement fait école. Dans le Traité d’économie industrielle publié en 1988, Jacques de Bandt, directeur de recherche au CNRS et membre du groupe des économistes industriels, s’adonne à une forme de récit favorable : « Cette spécificité [de l’économie industrielle française] justifie, aux yeux de certains, l’affirmation selon laquelle s’est constitué ce que l’on peut appeler une école française d’économie industrielle. Ce titre peut paraître à certains égards prétentieux. On peut néanmoins essayer de le justifier7. » Mais la reconnaissance du collectif en école opère aussi de manière exogène, sous la forme du stigmate, chez des acteurs du champ des économistes, cherchant à discréditer les travaux de la communauté8.

  • 9 Fabiani, 2005.
  • 10 Voir le numéro 129-130 de la Revue d’économie industrielle, publié en 2010, intitulé « Trente ans (...)
  • 11 Skornicki et Tournadre, 2015.
  • 12 Camic et Gross, 2008.

3Si la notion d’école opère ici tant comme label que stigmate par ceux qui, acteurs ou non de son histoire, cherchent à en qualifier l’expérience, il semble possible d’éclairer les processus qui participent de la structuration d’un collectif et de sa labellisation en qualité « d’école » au moyen d’une étude sociohistorique des conditions ayant conduit à cette improbable étiquette9. Prenant au sérieux l’hypothèse émise par ses partisans comme par des acteurs extérieurs selon laquelle ce collectif a pu, un temps durant, « faire école », il s’agit d’interroger le contexte dans lequel il s’est développé et par là même les ressorts par lesquels il a gagné le droit d’être reconnu comme tel. Rares sont les travaux qui jusqu’ici se sont penchés sur l’histoire de cette sous-discipline, exception faite de ceux qui ont été réalisés par les acteurs de cette histoire10. À rebours d’une histoire internaliste, il s’agit d’ouvrir la « boîte noire » que serait le collectif savant des économistes industriels pour éclairer et contextualiser les mécanismes de (re)production d’une école en considérant notamment l’importance des luttes qui traversent le groupe11. Si la reconnaissance d’un groupe en tant qu’école est un effet de l’inscription dans le temps du collectif dans un champ scientifique, nous montrerons ici que des facteurs tant endogènes qu’exogènes participent tout à la fois à cette institutionnalisation mais également de son échec12. Cette étude s’emploie à mettre à jour la manière dont travaillent les acteurs pour construire un espace scientifique et assurer la reproduction du collectif. Dans cet article, nous examinerons l’infortune de ce groupe savant à « faire école », c’est-à-dire à assurer sa reproduction. Cette incapacité à inscrire leur projet sur le temps long s’explique tout à la fois par des facteurs internes au groupe – notamment les positions occupées par les acteurs dans le champ scientifique – mais également par des facteurs externes, puisque cette école s’est vue rapidement concurrencée au sein de son propre sous-champ par les économistes de l’école toulousaine de l’Institut d’économie industrielle (IDEI) sous la houlette de Jean-Jacques Laffont et Jean Tirole.

  • 13 Cette étude repose sur une série de treize entretiens et une série d’échanges réalisés par courrie (...)

4Cette étude prend pour point de départ l’année 1975, date à laquelle est créée l’Association pour le développement des études sur la firme et l’industrie (ADEFI). Dans le cas des économistes industriels, la fabrique d’un collectif savant correspond à la mise en œuvre d’un projet singulier, visant à rompre avec la pratique dominante consacrée dans le champ scientifique économique. Il s’accompagne de la fabrique d’instruments du gouvernement de la communauté (association, revue, écoles d’été) qui participent à la fois de la publicité des travaux ainsi que de leur reproduction. Le cas de l’école française d’économie industrielle est enfin éclairant en ce qu’il constitue un échec. Peinant à s’inscrire durablement dans l’espace des productions théoriques et sur le devant de la scène des idées économiques, cette école décline, sous cette forme, à partir des années 1990. L’insuccès offre la possibilité de réaliser son autopsie et de rendre compte des moyens qui participent de la consécration d’une école13.

Faire science en économie industrielle : matrice intellectuelle d’une école de pensée

5Retracer les moyens par lesquels s’opère la constitution d’un collectif savant en économie industrielle oblige à interroger les contextes, tant intellectuel que scientifique, et de redessiner l’état du champ des économistes de l’époque pour rendre compte des moyens par lesquels s’opère la production d’énoncés scientifiques en économie en 1975.

Construire une troisième voie scientifique

6Pour saisir l’ambition scientifique et intellectuelle des économistes qui donnèrent naissance au collectif des économistes industriels appelés à être reconnus comme « l’école française d’économie industrielle », il convient tout d’abord de comprendre comment ces derniers se représentent le champ des savoirs économiques au milieu des années 1970 et, plus particulièrement, le sous-champ de l’économie industrielle. Yves Morvan, premier directeur de la Revue d’économie industrielle (REI), résume ainsi le projet des économistes tel qu’il se constitue alors :

  • 14 Entretien téléphonique avec Yves Morvan, août 2016.

L’idée était quand même de sortir de cette théorie un peu éthérée de la théorie marginaliste traditionnelle qui a un caractère très normatif. De sortir du caractère normatif pour arriver à quelque chose d’explicatif et donc j’ai fait un cours que j’ai appelé « Économie industrielle » à l’époque, je crois qu’il n’en existait pas encore à l’époque en France. C’est une mauvaise traduction de Industrial economics évidemment, je n’ai pas inventé le mot, j’ai seulement traduit le mot14.

7L’économie industrielle se construit d’abord contre, en rupture face aux savoirs dominants de l’époque en matière d’économie industrielle. Jacques de Bandt, abonde en ce sens :

  • 15 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt à Vallauris, juillet 2016.

Le contexte français de l’époque c’est celui dans lequel l’économie industrielle représentait bien peu de choses parce qu’on était trop dominés et terriblement dominés par l’économie industrielle dans le sens anglo-saxon du terme qui ne laissait pas beaucoup de place pour autre chose que disons l’économie de la concurrence pour être simple et simplifier les choses. Et donc ça nous paraissait relativement mal rendre compte. […] Et puis l’une des particularités, c’est que tous les gens qui travaillaient sur les entreprises, sur l’industrie etc., avaient une formation presque exclusivement française. Et dans laquelle on racontait des histoires. J’emploie des termes qui ne sont peut-être pas très polis ou très respectueux mais c’est vrai qu’on n’avait pas en matière d’économie industrielle autre chose que… Ça se rapprochait pas mal d’un certain nombre d’historiens qui aimaient cela aussi, raconter des histoires d’une grande entreprise, mais on en était à des histoires15.

  • 16 Chevalier, 1977, 21.
  • 17 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.
  • 18 Voir par exemple le chapitre V, « Les processus concurrentiels », dans Arena, Benzoni, de Bandt et (...)
  • 19 Lebaron, 1997, 17-19.
  • 20 Ibid., 8-10.
  • 21 Voir annexe 1. Le tableau met en évidence l’ensemble des personnes ayant été membre du secrétariat (...)

8Si ces récits ne concordent pas quant aux fondements du désaccord, ils font tous deux état d’une critique à l’endroit de la science économique d’alors et de la manière dont s’opère l’analyse des systèmes productifs. En suivant le récit de ces acteurs, on saisit la manière dont ces derniers se figuraient l’espace d’un possible renouvellement des études sur les systèmes productifs et industriels. Ils refusent d’une part d’inscrire leurs travaux au sein de ce qu’ils nomment l’approche marginaliste alors dominante dans le sous-champ (et notamment aux États-Unis), tout en reconnaissant les vertus des phénomènes de concurrence introduits par l’économie de marché16. Et d’autre part, ils aspirent à produire des savoirs en mesure d’être reconnus dans le champ des sciences économiques, à l’inverse de travaux qualifiés de « littéraires » qui consistent en monographies dont la portée théorique est jugée inconséquente. C’est en ce sens qu’ils souhaitent développer des travaux qualifiés durant les entretiens de « sérieux, susceptibles d’être ramenés à des lois, des principes, des mécanismes17 », qui les distinguent ainsi des études plus descriptives qu’analytiques. Les acteurs de l’économie industrielle placent leur ambition au-delà de cette dichotomie et cherchent à ouvrir un espace analytique original18. La recherche d’une « troisième voie scientifique » singularise le travail de ces économistes qui cherchent à acquérir et à consolider des positions au sein du champ de la science économique, ce qui passe par sa transformation. Les protagonistes de l’école française d’économie industrielle naissante ne sont alors pas des acteurs dominants au sein de l’espace des économistes français. Bien qu’installés au sein de l’Université, du CNRS ou de certaines administrations d’État, peu parmi eux sont dans des positions qui garantissent prestige et reconnaissance au sein du champ des économistes alors en cours d’autonomisation19. À savoir, d’une part, qu’ils ne sont pas issus de grandes écoles (Polytechnique, ENSAE, École des mines) ; de l’autre, qu’ils n’occupent pas de poste au sein d’une université parisienne, d’une grande école (École Polytechnique ou des mines) ou d’une institution (INSEE, Banque de France). L’analyse des biographies des différents acteurs qui comptent dans l’histoire de la revue fait émerger des trajectoires professionnelles homogènes qui les éloignent progressivement des « lieux et des postes qui comptent20 ». Leurs parcours professionnels sont marqués pour la plupart d’entre eux par la réalisation d’un cursus de science économique et d’une thèse dans une université parisienne avant d’être titularisés pour la plupart au sein d’universités de province21.

  • 22 À titre d’exemple, Yves Morvan deviendra Président du Conseil Économique de Bretagne.
  • 23 À l’instar de Jacques de Bandt, mandaté en tant qu’expert au sein de la Chambre de commerce de Par (...)

9Leur prise de position scientifique, à savoir la recherche d’une voie entre des approches micro et macroéconomique conciliant l’étude des systèmes productifs locaux et nationaux au sein d’une économie de marché, doit être lue au regard de ces positions à l’intérieur de l’espace social. Alors peu reconnus dans le champ, ils occupent tout de même des responsabilités d’enseignement et de recherche qui les amènent à intervenir au sein d’institutions légitimes (comités de thèses, commissions CNRS, etc.). Par ailleurs, leurs contacts avec des acteurs politico-économiques les transforment en experts, tant au niveau local22 que national ou international23. La recherche d’une troisième voie opère pour ces économistes comme la rencontre d’une communauté d’intérêt liée tant par la volonté de fonder une théorie du développement des systèmes productifs et que celle de concevoir des outils pratiques, utiles aux firmes et aux décideurs publics. Puisque cet espace sous-disciplinaire est encore peu exploré, l’économie industrielle devient une ressource pour des acteurs jeunes et alors périphériques au sein du champ économique qui ambitionnent ainsi d’investir l’espace des théories économiques pour acquérir une position intellectuelle, scientifique et symbolique nouvelle.

Faire le collectif : l’institution par l’association

  • 24 Le CREI, fondé en 1979 à l’université Paris 13, est notamment animé par Jean-Hervé Lorenzi, Jean-M (...)
  • 25 Le GRECO, créé en 1979, est animé par Jacques de Bandt (université Paris X Nanterre).
  • 26 Ihl, Kaluszynski et Pollet, 2003.

10Il est difficile et peut-être vain de chercher un acte de naissance de l’école française d’économie industrielle. En gestation à partir du milieu des années 1970, les savoirs qui se regroupent derrière l’étiquette « économie industrielle » s’accompagnent de la naissance de laboratoires thématiques (Centre de recherche en économie industrielle, CREI24) de groupe de travaux soutenus par le CNRS (Groupe de recherche coordonnée, GRECO, en économie industrielle)25 et de cursus spécialisés au sein des UFR de science économique. Cependant, les protagonistes témoignent du fait qu’une institution peut être considérée comme déterminante dans l’émergence de ce savoir : l’ADEFI. Celle-ci offre l’exemple d’une structure qui, par la réunion d’économistes venus du monde académique, de l’entreprise et d’administrations, se constitue en « collectif savant » appelé à produire une expertise scientifique et à offrir des savoirs de gouvernement capables d’orienter la conduite de l’action publique en matière d’économie26.

  • 27 Elle sera mise en sommeil à partir du début des années 1990.
  • 28 « Avec Pérez, on s’est demandé comment créer une association nationale intéressant les spécialiste (...)
  • 29 Ihl, 2006, 7-18.
  • 30 La liste des participants est disponible en annexe des publications des actes du colloque. Voir AD (...)
  • 31 Notons, à titre d’exemple, la présence d’Alain Bienaymé, économiste de l’université Paris Dauphine (...)
  • 32 Gayon, 2016, 93.

11L’association est fondée en 197527. Deux hommes sont à l’initiative du projet : Michel Marchesnay, professeur des universités à Montpellier (économiste mais proche des études en gestion) et Roland Perez (économiste, alors président de l’université d’Amiens). Tous deux ambitionnent de créer une communauté suffisamment homogène quant à ses objets de recherche ainsi qu’au développement d’une approche renouvelée pour acquérir une visibilité dans le champ28. La structuration du groupe, comme de la sous-discipline naissante, est portée par le développement de cette organisation qui permet la réunion d’un ensemble d’individus sensibles à des questions communes. Ce chantier prend la forme d’un militantisme scientifique appelé à définir la forme juste de ce que doit être la science de l’économie industrielle29. Chaque année est organisé un colloque dans le château de Chantilly autour d’une thématique dont les actes sont publiés aux éditions Economica. À titre d’exemple, les Ves rencontres sont organisées en 1979 autour des restructurations industrielles en France avant celles de 1980 autour des mutations technologiques. Celles-ci réunissent un nombre variable de participants (100 en 1979, 65 en 1981)30 et sont composées en grande partie d’universitaires (89 % en 1979, 93 % en 1981). L’ADEFI participe de la fabrique de l’école d’économie industrielle à plusieurs niveaux. D’abord, elle lui assigne une identité au travers de son sigle. Car si des économistes de différentes obédiences (théoriques voire idéologiques) se côtoient au sein de l’organisation31, les travaux du groupe sont publiés au nom de l’ADEFI, acronyme par lequel advient l’existence d’une communauté scientifique mobilisée autour des questions d’économie industrielle. L’acronyme ADEFI sert alors à la mise en forme d’une communauté homogène et entretient l’idée, sinon d’un consensus, au moins d’une convergence autour de ce qui peut être reconnu comme étant les problèmes considérés comme légitimes de l’économie industrielle32. Ensuite, la multiplicité et la pluralité des acteurs présents durant les réunions de l’ADEFI certifient la légitimité des questions soulevées par les économistes industriels aux yeux de la communauté scientifique. Enfin, elle fonctionne comme un espace de socialisation dont les effets seront durables puisque certains de ceux qui ont fait connaissance en son sein allaient collaborer durablement, à l’instar par exemple de Bertrand Bellon, qui assura la coordination des Ves rencontres de l’ADEFI et qui devint par la suite membre du comité de rédaction de la revue.

Faire science au-delà des espaces académiques

12Si l’ADEFI joue un rôle premier dans la constitution d’un collectif savant, c’est également qu’elle permet aux économistes industriels de tisser des liens en dehors du champ scientifique. Car si les membres de l’association qui n’appartiennent pas au monde académique sont peu nombreux, ils constituent une ressource précieuse pour la communauté en devenir. Ceux que l’on nommera économistes professionnels œuvrent à la fois dans des administrations (INSEE, ministère de l’Industrie, ministère de l’économie) ou dans le secteur privé (syndicats patronaux, entreprises d’État).

13La collaboration entre économistes industriels et économistes du secteur privé a fait long feu, puisqu’au mitan des années 1980, ceux-ci avaient pratiquement disparu des réunions de l’ADEFI. Cependant, leur rôle dans les premiers temps de la structuration du collectif savant doit être évalué à la lumière de deux éléments. D’une part, ils confèrent une forme de visibilité et de légitimité à des économistes en quête de reconnaissance et de crédit. Par ailleurs, ces hommes en prise avec le monde de l’entreprise ne sont pas seulement sources de ressources symboliques tant ils représentent également un accès à des ressources matérielles par le moyen d’aide au financement de colloques ou d’achat d’abonnements pour la Revue d’économie industrielle à partir de 1977.

  • 33 Fourquet, 1980.
  • 34 Stoffaës, 1980.
  • 35 Les économistes industriels semblent particulièrement attentifs à cet enjeu, comme en témoigne le (...)
  • 36 Lemercier, 2005, 93.

14Mais ce sont certainement les économistes et statisticiens de l’INSEE qui jouèrent un rôle fondamental dans l’histoire de la communauté émergente. L’INSEE était d’abord un lieu stratégique puisque son autorité en matière statistique était incontestée, fabriquant nomenclatures et outils pour saisir les tendances et transformations de l’économie33. L’un des objectifs des économistes industriels était d’influencer l’INSEE dans sa prise en compte du fait industriel, notamment en incitant ses agents à reconnaître la pertinence de l’analyse des « filières », l’une des catégories conçues et pensées par l’école française d’économie industrielle34. L’enjeu était alors de produire un discours scientifique sur les phénomènes et les mécanismes ayant trait au bon fonctionnement du système productif35. Victoire s’il en est des économistes industriels, ce concept de « filière » fut progressivement adopté par les administrateurs et l’institution, ainsi reconnu comme objet légitime par la communauté. D’autre part, l’INSEE représentait une forteresse utile aux économistes, puisque c’est elle qui possède et conservait alors jalousement la matière première nécessaire au travail de l’économiste : les données sur l’activité. Donnant accès à des ressources tant symboliques (reconnaissance dans le champ) que matérielles (données d’étude), les administrateurs de l’INSEE jouèrent au sein de l’école française d’économie industrielle un rôle « d’intermédiaires » et agirent dans ce cadre en tant que passeurs entre deux espaces autonomes, soit ici, entre le champ politico-administratif et le champ scientifique36.

Gouverner la communauté : les instruments de la discipline

  • 37 Topalov, 1999.
  • 38 Voir par exemple Arena, Benzoni et Romani, 1991.

15Le collectif savant qui, au milieu des années 1970 s’est constitué comme une nébuleuse réformatrice37 se reconnaissait, et a progressivement été reconnu, comme une école38. Cette mutation est le résultat de sa capacité à s’imposer comme acteur dans le champ des économistes. L’efficacité du processus repose sur la faculté de ces acteurs à mettre en place des instruments capables de rendre raison de l’homogénéité du collectif, son inscription durable sur la scène intellectuelle et sa reproduction.

Se faire un nom : l’importation d’un modèle

  • 39 Pour resituer la manière dont les acteurs de l’école d’économie industrielle envisagent leur disci (...)
  • 40 À l’instar par exemple à cette même époque des économistes de la régulation. Robert Boyer et Pasca (...)
  • 41 Scherer et Ross, 1970.
  • 42 Considérés comme les pères fondateurs de l’Industrial Organization, ces derniers envisageaient l’a (...)
  • 43 L’approche dite SCP repose sur une analyse qualitative de l’ensemble des éléments structurant une (...)
  • 44 Morvan, 1977, 22. Plusieurs acteurs pionniers de l’économie industrielle, comme Michel Marchesnay (...)
  • 45 « L’économie industrielle c’était quand même vraiment lié aux débats de l’époque. C’est-à-dire vra (...)
  • 46 Cette entreprise n’est pas propre aux seuls économistes industriels. Elle est partagée par exemple (...)
  • 47 « Novatrice à cet égard, au-delà de la démarche microéconomique qui prend pour donné ce qu’il s’ag (...)
  • 48 Morvan, 1977, 13-14.

16Aux premiers temps de sa constitution, l’école française d’économie industrielle se donna à penser au travers de différentes publications dans lesquelles le groupe cherchait à imprimer son identité. Celle-ci s’est progressivement dessinée à partir de ce qu’il est possible d’appeler un outil disciplinaire : le modèle39. Deux références majeures ont structuré le projet de la communauté en devenir. D’une part, mobilisant les travaux des théoriciens de la concurrence imparfaite, les économistes industriels40 en sont venus à envisager l’activité des firmes et de la production en dehors de l’hypothèse d’un marché pur et parfait produisant les conditions de son autorégulation41. Par ailleurs, ils revendiquaient l’héritage des travaux de l’école d’économie structuraliste de Harvard, et notamment ceux d’Edward Mason et John Bain42. Les économistes de Harvard sont les parents du modèle dit SCP43 pour « Structure-Comportement-Performance » et revendiquaient une approche empirique des sciences économiques, fondant leurs travaux non seulement sur des analyses économétriques mais également sur des études de cas rendant compte de la manière dont les firmes agencent leurs activités en fonction de la structuration des branches et dont l’analyse repose sur le modèle SCP. Les acteurs de l’économie industrielle soulignent au milieu des années 1970 tout à la fois leur attachement pour ce modèle mais également leur volonté de le parfaire. Ils avancent alors en effet que si les dimensions « structure » et « performance » sont justement analysées par les travaux de l’école de Harvard, la dimension « comportement » des acteurs économiques reste encore mal étudiée. Ils plaidant ainsi pour un rapprochement entre les études sur la firme et ce qu’ils appelaient alors les « théories managériales44 ». Ces héritages théoriques et méthodologiques conduisirent les promoteurs de l’économie industrielle à défendre une approche dite « méso-analytique » qui participait de leur distinction dans le champ. Cette approche leur permettait par ailleurs d’affirmer leur compétence auprès de pouvoirs publics alors à la recherche d’expertises quant aux mutations des systèmes productifs45. Il s’agit pour ces économistes de surmonter les soi-disant angles morts des approches micro et macroéconomiques46 tout en cherchant à appréhender simultanément les deux niveaux d’analyse47. Un champ de travail et d’expérimentation s’offrait alors à celles et ceux qui s’inscriraient dans le sillage de cette communauté scientifique puisque les collaborations avec d’autres disciplines (gestion, sociologie des organisations, histoire) étaient encouragées48.

  • 49 « L’économie industrielle traditionnelle s’inspire de l’école française et du célèbre paradigme “S (...)
  • 50 Arena, Benzoni, de Bandt et Romani, 1988, III.

17Les économistes de l’école française d’économie industrielle se firent les passeurs dans le champ français d’une tradition née sur le campus américain de Harvard. L’affiliation au modèle a servi d’étendard au collectif et a pesé sur le devenir de l’école. En important le modèle, les économistes industriels se voient ainsi labellisés par leurs pairs comme les tenants de cette approche singulière. Leur destin fut dès lors étroitement lié à celui de ce modèle dit SCP puisque lorsqu’est évoqué a posteriori le cas de l’école française d’économie industrielle, c’est pour accoler le nom du groupe au modèle qui plus tard fut jugé suranné49. Les propos tenus par les acteurs de l’économie industrielle dans le Traité d’économie industrielle publié en 1991 témoignent du progressif désintérêt pour le modèle et de la volonté des acteurs de chercher à dissocier leur travail de la représentation que la communauté scientifique se fait de celui-ci50.

Être à soi son propre maître : la Revue d’économie industrielle

18Un énoncé ou une méthode scientifique n’existe qu’à condition d’être reconnu comme tel. Cette reconnaissance est le fruit de toute une série de mécanismes de certification des savoirs qui, dans le cas des savoirs économiques, sont pour partie assurés par les revues académiques. Si des supports existant préalablement peuvent remplir ce rôle, le coût d’entrée relativement élevé ainsi que la rareté des publications conduit les acteurs d’une école en construction, comme c’est le cas ici, à produire leur propre revue. Il s’agit d’abord d’être maître des règles de certification du savoir (révision d’article, sélection thématique…) mais également de pouvoir contrôler la définition du sous-champ. Dans le cas qui nous intéresse ici, l’économie industrielle correspond à partir de 1977 à ce qui est publié et ce qui est publiable dans la revue du même nom.

  • 51 Il est possible de comparer l’entreprise des économistes de la Revue d’économie industrielle à cel (...)

19Créée en 1977 et d’abord dirigée officiellement par Yves Morvan, la Revue d’économie industrielle publia dès ses premiers numéros des articles de synthèse, des recensions d’ouvrages et de thèses sur le sujet qui rendaient compte de l’évolution de la sous-discipline ainsi que des textes plus courts qui visaient à impulser les changements d’orientation éditoriaux et scientifiques. La revue s’érigea ainsi en référent central sinon unique de la sous-discipline et s’octroya la capacité de parler au nom de l’économie industrielle, dans ce que cette appellation en construction pouvait embrasser de plus divers, fondant aussi l’autorité du groupe en formation. La légitimité de la revue reposait sur toute une série de dispositifs qui garantissaient aux travaux publiés en son sein, le statut de « travaux scientifiques ». Parmi eux, on peut compter le comité de rédaction ou encore l’évaluation par les pairs. Autant d’instruments qui témoignent du fait que l’entreprise se distingue de celles visant à produire des savoirs non reconnus par la communauté scientifique51 tout en assurant leur autonomie :

  • 52 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.

Les associations qui avaient des revues étaient considérées comme des endroits extrêmement fermés sur eux-mêmes. Et donc il y avait un certain nombre de gens qu’on ne pouvait pas critiquer car c’étaient des professeurs en titre etc. Et donc il y avait une conception dans laquelle la structure universitaire l’emportait sur la qualité scientifique des papiers. Alors on voulait faire évoluer cela… Je pense qu’on a réussi en partie mais c’était terriblement compliqué bien entendu52.

  • 53 Bourdieu, 2002, 5.

20Dans le cas qui nous concerne ici, le rôle de Jacques de Bandt, principal animateur de la revue et du GRECO en économie industrielle, fut central. Ce dernier fut le principal animateur de la publication dès sa création : outre une importante activité d’écriture (34 articles publiés entre 1977 et 2008), il organisa avec sa compagne Françoise de Bandt, secrétaire de rédaction de la revue, les réunions des comités de rédaction au sein des locaux de l’Institut d’études et de recherche en économie de la production (IREF, Nanterre) dont il était le directeur. Les entretiens font par ailleurs apparaître que ce dernier opérait une lecture supplémentaire à l’avis de deux relecteurs et validait ou invalidait en dernière instance la publication de chaque article, et ce quels que soient les avis précédemment émis. Par conséquent, on peut dire que toute production en économie industrielle ne devenait digne de scientificité qu’après le jugement de ce dernier qui remplissait pleinement le rôle du gate-keeper dont l’influence est déterminante dans la production des savoirs compte tenu de la faible maturité de la sous-discipline encore largement organisée autour de la communauté53. Bien qu’il ne devînt officiellement directeur de la revue qu’en 1990, son activité et sa centralité dans l’espace de l’école française d’économie industrielle lui permettaient de maîtriser à la fois les règles et la définition de ce qui pouvait être labellisé comme production scientifique sur les questions industrielles.

21La revue fut ainsi un instrument central dans l’édification et la consolidation d’une mouvance en science économique, a fortiori alors que cette communauté ne pouvait se résoudre à acquérir une autorité par l’entremise de revues déjà établies. Cette marginalité se mua en atout car la revue permettait au collectif de devenir visible et d’acquérir ses propres normes (travaux empiriques, monographies sectorielles) qui ne correspondaient plus nécessairement à celles en vigueur dans le champ. Le cas de la Revue d’économie industrielle est typique de ces instruments dont l’usage vise à garantir la reconnaissance par le champ et la constitution d’une relative autonomie au sein de celui-ci. Plus qu’un objectif en soi, fabriquer un collectif qui se reproduise et « fasse école » est un moyen qui se dessine à mesure que s’institutionnalise et se formalise la sous-discipline regroupée autour du collectif, avec ses logiques de reconnaissance, de rétribution symbolique et sa distribution des honneurs. Par la revue, l’école se donne ses propres règles et ainsi, les moyens de sa reproduction.

Dispositifs disciplinaires : les émules et l’école

  • 54 Darmon, 2013, 20.
  • 55 « La définition de l’économie industrielle présentée ci-dessus, assez lâche et assez ouverte pour (...)
  • 56 À l’inverse, on peut émettre l’hypothèse que l’un des fondements du succès de l’école « toulousain (...)

22L’homogénéité du collectif est fragile, comme l’est sa reproduction. S’implanter durablement dans le champ suppose l’exercice d’une transmission au moyen de l’émergence de ceux que l’on pourra nommer des « émules ». Dans le cas qui nous intéresse ici, cette reproduction repose en grande partie sur des dispositifs qui, bien qu’existant durant de nombreuses années, ne peuvent être pleinement considérés comme des lieux de formation dans lesquels s’opère une socialisation intellectuelle garantissant l’apprentissage de l’économie industrielle et de ses pratiques54. À l’inverse, il s’agit plutôt d’événements qui postulent l’existence des émules, les donnent à voir plus qu’ils ne participent à leur fabrique. Dans la structuration du collectif, deux éléments, que nous nommerons dispositifs, ont retenu notre attention. Ils agissent comme moyens de structurer un groupe, de produire du collectif (à l’attention de l’intérieur comme de l’extérieur de la communauté) mais également de garantir l’hypothèse d’un collectif lié par un objet et une méthode alors que le groupe se savait traversé par des clivages théoriques et méthodologiques55. Faute de réussir à s’implanter collectivement et durablement au sein d’un ou plusieurs départements universitaires et du fait des faibles moyens dont disposaient les économistes industriels à la naissance de l’école française du même nom56, ceux-ci fabriquèrent des mécanismes d’incitation visant à intéresser un public nouveau, et cherchant à susciter une nouvelle génération d’économistes industriels.

  • 57 « Prix de l’ADEFI – REI », annonce dans le n° 14 de la Revue d’économie industrielle.
  • 58 Ihl, 2004.

23Le premier de ces dispositifs est le Prix d’économie industrielle orchestré conjointement par l’ADEFI et la Revue d’économie industrielle à partir de 1980 et qui perdurera une décennie durant. Décerné par un jury composé de membres de ces deux instances, il récompense « une thèse de doctorat, ou un travail original d’importance équivalente dans le domaine de l’étude de l’organisation et du fonctionnement des firmes et du système industriel57 ». Il s’agit pour les économistes industriels de consacrer les travaux de jeunes aspirants tout en montrant la prospérité de la sous-discipline en construction, l’étendue de ses domaines d’étude et sa capacité à se reproduire. La communauté s’institue elle-même garante de sa propre reconnaissance en s’arrogeant la capacité à dire ce qu’est la science d’excellence. La dotation, unique alors en économie industrielle, charge ainsi de prestige symbolique et honorifique l’économiste récompensé. Cette pratique du prix renvoie à un exercice de « gouvernement par les honneurs58 » et permet à la communauté de se regrouper autour d’une définition de ce qu’elle est, à savoir de ce qui est primable, et en retour, cherche à inciter le développement de travaux dans ce courant de recherche.

  • 59 L’événement est par exemple publicisé au sein de la Revue d’économie industrielle. Voir le no 55 d (...)
  • 60 À titre d’exemple, on compte huit conférenciers internationaux sur les quinze invités lors de l’éc (...)
  • 61 Arena et Navarro, 2010, 395.

24Le second dispositif construit autour de cette exigence du gouvernement de la communauté est celui de « l’école d’été ». Compte tenu de sa brièveté – l’école d’été ne dure qu’une semaine – elle ne peut être considérée comme un lieu qui participe pleinement de la reproduction de jeunes économistes industriels. La manifestation constitue plutôt l’un des moments durant lesquels la communauté des économistes industriels se donne à voir à l’ensemble de la communauté des économistes académiques59 et réaffirme l’hypothèse de son existence en tant qu’acteur intellectuel collectif. Organisée chaque année entre 1986 et 1997 par le GRECO en économie industrielle (notamment par Jacque de Bandt, sa compagne Françoise de Bandt et Dominique Foray, professeur à l’École Centrale), elle rassemblait une trentaine d’étudiants sur dossier durant une semaine à Cargèse en Corse. Une soixantaine de chercheurs sur les questions industrielles était invitée pour offrir des cours aux participants, parmi lesquels on comptait de nombreux intervenants internationaux60, acteurs du monde académique ou d’institution. Ce dispositif constituait un moment de socialisation pour de jeunes économistes mais permettait également au groupe de tisser des liens avec des économistes appartenant à des traditions différentes. L’un des exemples les plus significatifs est la session de 1991 qui accueillit Ronald Coase, économiste britannique qui, quelques mois plus tard, reçut le Prix Nobel d’économie. Sa participation offrait à l’école d’été un crédit et une visibilité accrue tout en consacrant l’intérêt croissant des économistes industriels français pour les travaux dits « néo-institutionnalistes » et plus largement, leur intérêt pour des approches jusqu’ici tenues à distance comme le courant évolutionniste61. En ce sens, l’école d’été met en scène l’école de pensée plus qu’elle ne la constitue. Si elle est un moyen de réunir une semaine durant de jeunes économistes autour des thématiques qui lui sont chères, elle agit plus comme un dispositif promouvant et réactivant l’hypothèse d’un collectif lié à un objet et une méthode de recherche qu’à une socialisation intellectuelle dont les effets seraient durables.

L’impossible reproduction du collectif

  • 62 Arena, Benzoni et Romani, 1991, III.

25En 1988 est publié un important Traité d’économie industrielle (près de 1 000 pages) réunissant 44 auteurs, fruit de plus de deux années de travaux collectifs menés notamment au sein du GRECO en économie industrielle. Republié en 1991, il contraste avec le relatif enthousiasme des premiers temps du collectif savant. Les auteurs de la préface affirment ainsi : « le projet – parfois formulé – de bâtir une économie industrielle “à la française” semble aujourd’hui de plus en plus problématique bien que certains continuent à défendre un tel programme de recherche62 ». Les acteurs donnent ainsi un indice précoce de ce qui peut être considéré comme un échec du groupe à se reproduire durablement et donc à accepter de se labelliser derrière l’étiquette « école ». Il s’agit dans cette dernière partie d’esquisser l’autopsie d’un échec au travers de trois facteurs : l’absence de figure tutélaire (1) présidant à la difficile direction de l’école (2) et le poids de concurrences extérieures (3). Autant d’éléments qui révèlent, en négatif, certains facteurs d’accomplissement d’une école.

D’impossibles mentors

  • 63 Balasse, 2003.
  • 64 Pudal, 2005, 367.

26La maigre littérature qui fait état de cette école française d’économie industrielle insiste sur l’importance du paradigme SCP dans la structuration de l’école et l’absence de figures tutélaires63. À l’inverse d’autres écoles (comme celle de la régulation par exemple), celle-ci n’était pas cimentée au travers de la figure d’un leader tout comme elle n’a jamais été, durant son histoire ou rétrospectivement, associée au prestige accumulé dans le nom propre de l’un de ses protagonistes64. Si bien que cette école peine à être nommée lisiblement (« école structuraliste », « école française d’organisation industrielle »). Cependant, sa structuration est bien le fait d’agents du champ des économistes dont l’invisibilité interroge.

  • 65 Michel Rainelli est membre du comité de rédaction de la revue de 1996 à 2014.

27Une étude approfondie de ce collectif fait apparaître plusieurs figures « tutélaires » parmi lesquelles on compte Michel Marchesnay, Yves Morvan, Jean Perez et Jacques de Bandt. Leur prolixité entre 1975 et 1985, leur autorité institutionnelle (universités de Montpellier, Rennes, Amiens et CNRS) et leur centralité (professeurs et directeur de recherche) dans les institutions conçues par la communauté leur conféraient une autorité qui s’exerçait sur des émules, et notamment sur de jeunes économistes : tous étaient membres du comité de rédaction de la revue, animaient les travaux de l’ADEFI ainsi que ceux du groupe de recherche en économie industrielle du CNRS (le GRECO). Les entretiens menés avec plusieurs acteurs de la seconde génération des économistes industriels font apparaître la manière de fonctionner et le rôle de ces figures tutélaires dans le moment d’émergence d’une communauté. Michel Rainelli publie par exemple un article dans le numéro inaugural de la Revue d’économie industrielle (1977) quelques mois après avoir soutenu sa thèse en économie industrielle65 :

  • 66 Entretien téléphonique avec Michel Rainelli, août 2016. Michel Rainelli est l’auteur d’une thèse c (...)

Vous aviez une organisation qui s’appelait l’ADEFI… Et les deux fondateurs c’était Yves Morvan et Michel Marchesnay. Ce sont eux qui étaient au départ de cette organisation… Moi j’y ai participé mais je n’étais pas du tout l’un des fondateurs. Il se trouve que pour ma thèse complémentaire, il y avait Morvan qui était dans le jury et justement, il m’avait demandé un article qui est paru dans le premier numéro de la Revue d’économie industrielle66.

28Bertrand Quélin, qui fut membre du secrétariat puis du comité de rédaction à partir de 1990 et jusqu’en 2008, témoigne également du rôle central joué par Yves Morvan dans les premiers temps de la communauté qui coïncident avec les premières années de sa carrière d’économiste :

  • 67 Entretien téléphonique avec Bertrand Quélin, septembre 2016.

En fait, je fais mes études à Rennes, je croise la route du professeur Yves Morvan, quelqu’un de bien, vraiment… Je pense que lui-même espérait que je reste mais vu mes thèmes à l’époque, c’était « Nouvelles techno, qualifications, emploi », il a l’intelligence de dire, « Ben ce n’est pas vraiment moi qui suis le plus compétent, je vous recommande auprès de Pastré »67.

  • 68 À partir d’une étude croisée de plusieurs bases de données (iderf.net ; ideas.repec.org), nous avo (...)
  • 69 Nous avons recensé deux doctorants de Roland Perez, un d’Yves Morvan, trois de Michel Marchesnay e (...)
  • 70 Il s’agit de Denis Carré qui soutint sa thèse en 1984, membre du comité de rédaction de la REI de  (...)

29Si les figures pionnières de De Bandt, Morvan, Marchesnay ou Perez structurèrent la communauté, ils participèrent cependant de manière moins directe à l’éclosion de la nouvelle génération d’économistes qui s’impliqua dans la communauté de l’économie industrielle. En effet, l’étude des thèses dirigées par ces quatre figures pionnières et tutélaires rend compte de ce paradoxe68. L’analyse de ce corpus de 168 thèses fait apparaître que seuls onze de ces thésards ont contribué à la revue au moyen d’une publication69 et que seulement deux d’entre eux (dirigés par Jacques de Bandt) sont par la suite devenus membres du comité de rédaction de la revue70. Par ailleurs, aucun d’entre eux ne participa à la rédaction du Traité d’économie industrielle, que ce soit la version de 1988 ou celle de 1991. La nouvelle génération des économistes industriels qui s’est engagée et a façonné le collectif scientifique à partir du début des années 1980 n’a donc, dans sa grande majorité, pas été directement formée sous la houlette de ces figures pionnières. C’est par exemple le cas de Bertrand Quélin, qui alla poursuivre sa thèse dans un laboratoire parisien (le Centre de recherche en économie industrielle, université Paris 13) sous la direction d’Olivier Pastré et qui s’investit au sein du GRECO en économie industrielle.

Un leadership contrarié

  • 71 À titre d’exemple, il enseigne durant plus de vingt ans au sein de l’université de Roskilde au Dan (...)

30L’absence des étudiants formés par les « pionniers » au sein du collectif et des espaces qui le structurent (revue, Traité, groupes de recherche) interroge. Elle s’explique d’abord peut-être par l’acquisition progressive d’une position de leadership par Jacques de Bandt qui occupait alors la fonction de responsable du GRECO et animait les travaux de la Revue d’économie industrielle. Ses fonctions de directeur de recherche l’amenèrent à consacrer son temps plus amplement dans des espaces scientifiques comme ces derniers plutôt qu’à s’investir au sein d’espaces de formation académiques. Il fut par ailleurs fréquemment amené à intervenir en qualité d’expert (OCDE, Commissariat général du Plan, Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement [CNUCED]) ou encore au sein d’universités étrangères71. Par ailleurs, s’il dirigea vingt-trois thèses durant sa carrière, seuls neuf de ses thésards poursuivirent leur carrière dans l’espace académique français. Peu d’entre eux occuperont des positions dominantes dans le champ scientifique puisque les recherches menées dans le cadre de cette enquête n’ont permis de recenser que deux professeurs de gestion parmi ses anciens doctorants (tableau 1).

Tableau 1 : dernier poste occupé dans l’espace académique français par les anciens doctorants de Jacques de Bandt

Dernier poste occupé Effectif
Maître de conférences - Sciences de gestion 1
Maître de conférences - Économie 4
Professeur – Sciences de gestion 2
Professeur – Économie 0
Professeur associé – Économie 1
Chargé de recherche CNRS 2
Directeur de recherche CNRS 0

Données obtenues à partir d’une étude prosopographiques menée à partir de sources diverses (CV, profils disponibles sur internet, Who’s who in France, Persee.fr, Cairn.info)

31La reproduction du collectif, qui témoignerait de sa capacité à faire école et à entraîner dans son sillage une nouvelle génération d’économistes, ne s’est pas opérée au sein du vivier des doctorants encadrés par Jacques de Bandt. Lors de l’entretien mené avec lui, ce dernier met en avant l’idée selon laquelle c’est le GRECO qui constituait à ses yeux l’espace dans lequel a émergé la nouvelle génération des économistes industriels. Cet espace de recherche temporaire est ainsi valorisé comme lieu de structuration et de renouvellement du collectif au détriment d’autres espaces, à commencer par l’Université, puisque c’est au sein de cet espace qu’il est actif et côtoie de jeunes chercheurs :

  • 72 Groupement de recherche : structure du CNRS animant et organisant la recherche sur une thématique (...)
  • 73 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016

Tout cela n’a été possible que parce que nous avons bien sûr créé des groupes autour qui permettaient d’alimenter et de servir de base en quelque sorte à cette évolution et donc nous avons eu simultanément la revue bien sûr, et en même temps le GDR72, enfin le GRECO à cette époque-là ça s’appelait. […] C’est un groupe qui effectivement entend se réunir un certain nombre de fois par an avec un programme et avec un certain nombre de questions sur lesquelles ils espèrent pouvoir apporter un certain nombre de réponses. Et ça avait bien pris ça. Et puis donc rapidement c’était devenu la base intellectuelle en quelque sorte de la revue d’économie industrielle73.

  • 74 Bertrand Quélin soutient sa thèse en 1988, Changement technologique et diffusion des innovations : (...)
  • 75 Dominique Foray soutient sa thèse en 1984, Changements techniques, structure du capital et fonctio (...)

32Le statut CNRS de Jacques de Bandt semble ainsi avoir joué contre sa capacité à faire école, c’est-à-dire à organiser la reproduction du collectif autour de sa personne. Son investissement se concentre dans des espaces scientifiques déjà constitués de chercheurs confirmés ou en cours de formation, bien souvent sous la houlette d’autres acteurs, et notamment de professeurs. L’étude des comités de rédaction de la revue est en ce sens éclairante. Le comité de rédaction de la Revue d’économie industrielle est profondément transformé à l’occasion du no 51 publié en 1990 qui consacre l’émergence de cette nouvelle génération d’économistes industriels investie dans le groupe de recherche CNRS et dans la rédaction du Traité d’économie industrielle. Jacques de Bandt devient officiellement directeur de la revue et est accompagné au sein du secrétariat par Bertrand Quélin (alors professeur à HEC) et Dominique Foray (alors professeur à l’École Centrale de Paris). Tous deux n’étaient pas doctorants de Jacques de Bandt mais avaient réalisé leurs thèses respectivement sous les directions d’Olivier Pastré (alors professeur d’économie à l’université Paris 13)74 et de Daniel Dufourt et Pierre Garrouste (professeurs d’économie à l’université Lyon 2)75.

  • 76 À titre d’exemple, il est le seul économiste remercié dans l’avant-propos du Traité d’économie ind (...)
  • 77 Le CNRS est qualifié tout à la fois de « repère de l’orthodoxie » par un économiste proche des sci (...)
  • 78 Entre 1975 et 1991, Jacques de Bandt publie 14 articles dans la Revue d’économie industrielle, 2 o (...)
  • 79 Roland Perez quitte la revue au n° 50 ; Michel Marchesnay va investir ses travaux dans d’autres ch (...)

33L’ensemble des propos recueillis dans le cadre de cette étude soulignent l’investissement de Jacques de Bandt et sa centralité au sein de la communauté76. Avec sa femme, ingénieure d’études au CNRS et secrétaire de rédaction de la REI jusqu’en 2008, ils sont au cœur de l’histoire de ce collectif et dévoués à sa cause. Tous deux animent le GRECO en économie industrielle jusqu’à sa disparition en 1991, créent une bibliothèque en économie industrielle au sein de l’IREP, dirigent par ailleurs la revue et organisent annuellement l’école d’été en économie industrielle. De Bandt est enfin actif en dehors de la communauté académique, appelé par exemple en tant qu’expert au sein d’organisations nationales et internationales. Or, celui qui s’affirme à partir du début des années 1980 comme le mentor de l’école française d’économie industrielle est un leader contrarié. Une dissension va croître entre lui et le corps professoral au fil des ans. Son statut de directeur de recherche au CNRS lui offre peu de ressources symboliques au sein du champ des économistes. Le CNRS est en effet perçu de manière dépréciative par les membres du corps dominant (professoral), ce que confirment certains entretiens où l’organisme est disqualifié77. Cette relation de défiance à l’endroit du CNRS est associée dans le récit des acteurs à ce qu’ils nomment la suractivité du couple Bandt. La majeure partie de son activité scientifique s’oriente alors vers des publications du collectif (revues, ouvrages collectifs) qu’il marque de son empreinte78. Autant d’éléments qui peuvent expliquer le progressif retrait des autres figures pionnières qui disposaient du statut de professeur79. L’école française d’économie industrielle s’est resserrée autour de la figure de celui qui apparaissait comme un leader, Jacques de Bandt, et ce au détriment de la notoriété de l’école. Car s’il disposait d’un capital scientifique assez fort, son statut faisait de lui un acteur dominé du champ des économistes. Dans le cas de l’économie industrielle, le leader a joué un rôle ambivalent. Si le dévouement à la cause de ce dernier a permis à la communauté des économistes industriels français de se développer et d’acquérir une véritable autonomie, elle n’a pas participé directement à l’éclosion d’une génération nouvelle, celle-ci étant formée par ailleurs. La mainmise de De Bandt sur les productions du collectif fut alors perçue comme un frein à l’émergence de travaux originaux et à de nouvelles appréhensions des systèmes productifs.

L’obsolescence scientifique et la menace extérieure

  • 80 École créée pour assurer la formation des administrateurs de l’INSEE.
  • 81 Tirole, 1985.
  • 82 Tirole, 1988.
  • 83 Il se fendra d’un article pour un numéro hors-série de la REI publié en 1995, Économie industriell (...)

34L’échec du collectif à se voir reconnaître comme une école mais également à perdurer dans le temps ne doit pas être seulement lu à l’aune des dissensions existantes entre ses membres et de l’impossible émergence d’une figure tutélaire. Des événements exogènes sont venus également influencer durablement la pérennité du groupe. Le cas de l’école française d’économie industrielle est symptomatique d’un collectif qui ne parvient pas à devenir hégémonique sur la scène des idées économiques, concurrencé au sein de son propre espace par un acteur extérieur à la communauté, en la personne de Jean Tirole. Au milieu des années 1980, il était professeur au MIT de Boston et enseignait l’économie industrielle à l’École nationale de la statistique et de l’administration économique (ENSAE)80. Sa notoriété était grandissante, tout comme son autorité sur les questions d’économie industrielle. Ses cours furent publiés sous forme de recueils de notes81 avant que ne soit publié son ouvrage majeur, The Theory of Industrial Organization aux presses du MIT82. Titulaire d’un doctorat en mathématiques au sein de l’université Paris Dauphine en 1978, il accomplit ensuite un PhD en économie sous la direction d’Erik Maskin. Tirole n’a jamais appartenu à la communauté de l’école française d’économie industrielle83. En entretien, Jacques de Bandt souligne l’incompatibilité de vue entre lui et le futur Prix Nobel d’économie 2014, objectivant la concurrence entre ces acteurs :

  • 84 Entretien réalisé avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.

Jacques de Bandt : La phase d’intégration, d’ouverture ou de je ne sais quel terme il faut utiliser, par rapport à l’Industrial Organization de Toulouse, n’a jamais été que très limitée.
Françoise de Bandt : Ils n’ont pas voulu non plus… Les Tirole, Laffont…
Question : Vous n’étiez pas en lien ?
Jacques de Bandt : Oh non…
Question : il y a quand même un article de Tirole dans un hors-série. Que vous faites…
De Bandt : Oui, il y a eu des… On a été ouverts quand même [rires], mais je ne pense pas qu’on ait été très loin dans ce domaine-là. Je ne pense pas qu’on ait été… Mais je pense qu’il y avait eu une opposition assez irréductible et je pense qu’il y avait une volonté chez nous d’intégrer des éléments qu’eux ne voulaient absolument pas intégrer… Et entre autres sur la technologie84.

  • 85 Tirole, 1983.
  • 86 Encaoua, 2015.

35La contribution de Tirole au renouvellement des études sur la firme et l’industrie repose, entre autres, sur l’introduction du modèle de la « théorie des jeux85 ». Ce modèle vient compléter ce qui était alors considéré comme un angle mort du travail des économistes industriels : la modélisation des comportements stratégiques des acteurs économiques86. En un sens, il répondait à l’une des interrogations ouvertes par Yves Morvan en 1977 dans l’article inaugural de la Revue d’économie industrielle, qui appelait à approfondir les travaux visant à étudier la dimension « comportement » du modèle SCP et débordait par-là l’ambition initiale des acteurs de ladite école française d’économie industrielle. Son succès scientifique a eu pour effet que l’innovation au sein de la discipline provint dès lors d’un acteur étranger à l’École, qui plus est doté d’importantes ressources symboliques.

  • 87 « [L’économie industrielle] tend de plus en plus à s’insérer dans ce que Jean Tirole a appelé la “ (...)

36L’hégémonie acquise par Jean Tirole, et plus largement par les tenants de l’Industrial Organization organisés autour de Jean-Jacques Laffont au sein de l’IDEI de Toulouse, ne semble pas le fait d’une simple reconstruction a posteriori, sorte d’histoire des vainqueurs. Dès la fin des années 1980, les différents tenants de l’école française d’économie industrielle affirmaient que le modèle SCP sur lequel reposait l’identité du collectif était rendu caduc et obsolète à la vue des développements analytiques récents et le Traité d’économie industrielle republié en 1991 en témoigne87. Défaite sur son propre terrain et peu à même d’offrir des perspectives scientifiques et professionnelles à ses émules, l’école française d’économie industrielle entama donc un déclin objectivable dans le fait que ses propres artisans tournèrent le dos aux méthodes qui forgeaient son identité, et notamment à l’approche dite SCP.

  • 88 Abott, 1988.

37Si des reliquats du collectif ayant façonné une hypothétique école française d’économie industrielle existent encore aujourd’hui, à commencer par la Revue d’économie industrielle, ceux-ci semblent avoir échoué tant à se reproduire qu’à exister comme acteur central dans le champ de la science économique. Malgré la mise en œuvre de toute une série de dispositifs et d’instruments semblant à même de gouverner la communauté et de fabriquer une nouvelle discipline, la mise en sommeil de l’ADEFI à partir du début des années 1990, la disparition du groupe de recherche en économie industrielle à la suite du départ de Jacques de Bandt de Nanterre ou, par la suite, celle de l’école d’été témoignent de la difficulté du collectif à perdurer. Si ce cas d’échec semble souligner la prégnance des éléments relatifs aux dispositions de ceux qui s’arrogent la figure de mentors de l’école, succès et insuccès d’un collectif savant doivent également être lus dans la capacité d’un groupe à s’arroger le monopole de la définition de ce qu’Andrew Abott nomme une jurisdiction88, soit dans le cas qui nous intéresse ici, la capacité à se rendre maître de la science des questions d’industrie, de firmes et de systèmes productifs. L’émergence d’un acteur dominant capable de concurrencer et d’influencer les acteurs de l’école française d’économie industrielle rappelle ainsi l’importance de lire l’histoire d’une école de pensée dans une configuration intellectuelle singulière, celui du champ concurrentiel des productions savantes.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 1988, The System of Professions: An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago, University of Chicago Press.

ADEFI, 1980, Les restructurations industrielles en France. Ves rencontres nationales de Chantilly, Paris, Economica.

Arena, R., Benzoni, L., de Bandt, J. et Romani, P.-M., 1988, Traité d’économie industrielle, Paris, Economica.

Arena, R., Benzoni, L. et Romani, P.-M., 1991, Traité d’économie industrielle (2e éd.), Paris, Economica.

Arena, R. et Navarro, C., 2010, « Permanence et évolution dans la Revue d’économie industrielle : trente ans de publications », Revue d’économie industrielle, 129-130, p. 381-401 (DOI : 10.4000/rei.4172).

Balasse, A., 2003, « Regard sur trente ans d’économie industrielle », Reflets et perspectives de la vie économique, XLII/4, p. 115-126.

Bourdieu, P., 2002, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, 145, p. 3-8 (DOI : 10.3917/arss.145.0003).

Bourdon, R.-V., 2000, « La revue d’économie industrielle », dans Marco, L. (dir.), Les revues d’économie en France (1751-1994), Paris, L’Harmattan, p. 269-286.

Camic, C. et Gross, N., 2008, « The new sociology of ideas », dans Blau, J., The Blackwell Companion to Sociology, Oxford, Blackwell, p. 236-249.

Chevalier, J.-M., 1977, L’économie industrielle en question, Paris, Calmann-Lévy.

Cherrier, B., 2017, « Classifying Economics: A History of the JEL Codes », Journal of Economic Literature, 55/2, p. 545-579.

Darmon, M., 2013, Classes préparatoires. La fabrique d’une jeunesse dominante, Paris, La Découverte.

Devoue, E., 2008, « La production des revues économiques francophones », L’actualité économique, 84/3, p. 287-306.

Encaoua, D., 2015, « Pouvoir de marché, stratégies et régulation. Les contributions de Jean Tirole, Prix Nobel d’Économie 2014 », Revue d’économie politique, 125/1, p. 1-76 (DOI : 10.3917/redp.251.0001).

Fabiani, J.-L., 2005, « Faire école en Sciences Sociales. Un point de vue sociologique », Cahiers du Centre de recherches historiques, 36 (DOI : 10.4000/ccrh.3060).

Fourquet, F., 1980, Les comptes de la puissance : histoire de la comptabilité nationale et du Plan, Paris, Éditions Recherches.

Fulla, M., 2016, Les socialistes français et l’économie (1944-1981) : une histoire économique du politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Gayon, V., 2016, « Écrire, prescrire, proscrire. Notes pour une sociogénétique de l’écrit bureaucratique », Actes de la recherche en sciences sociales, 213, p. 84-103 (DOI : 10.3917/arss.213.0084).

Houssiaux, J., 1957, « Quai-intégration, croissance des firmes et structures industrielles », Revue économique, 8/3, p. 385-411 (DOI : 10.3406/reco.1957.407238).

Ihl, O., Kaluszynski, M. et Pollet, G., 2003, Les sciences de gouvernement, Paris, Economica.

Ihl, O., 2004, « Gouverner par les honneurs. Distinctions honorifiques et économie politique dans l’Europe du début du xixe siècle », Genèses, 55/2, p. 4-26 (DOI : 10.3917/gen.055.0004).

Ihl, O., 2006, Les sciences de l’action publique, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Lebaron, F., 1997, « La dénégation du pouvoir. Le champ des économistes français au milieu des années 1990 », Actes de la recherche en sciences sociales, 119, p. 3-26 (DOI : 10.3406/arss.1997.3226).

Lemercier, C., 2005, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 52/2, p. 88-112 (DOI : 10.3917/rhmc.522.0088).

Marchesnay, M., 1982, « Où en est la mésoanalyse ? », dans ADEFI (dir.), Économie industrielle : problématique et méthodologie, Paris, Economica, p. 11-20.

Morvan, Y., 1976, Économie industrielle, Paris, PUF.

Morvan, Y., 1977, « À propos de l’Économie industrielle », Revue d’économie industrielle, 1, p. 5-26 (DOI : 10.3406/rei.1977.1848).

Porter, M., 2001, Choix stratégiques et concurrence : techniques d’analyse des secteurs et de la concurrence dans l’industrie, Paris, Economica.

Pudal, R., 2005, « “Sur la réification des collectifs” : à propos de l’école de Chicago », Cahiers internationaux de sociologie, 119, p. 367-376 (DOI : 10.3917/cis.119.0367).

Renard, Y., 1978, « L’enjeu de la bataille des statistiques industrielles », Revue d’économie industrielle, 3, p. 4-13 (DOI : 10.3406/rei.1978.1876).

Scherer, F. et Ross, D.-R., 1970, Industrial market structure and economic performance, Boston, Houghton Mifflin.

Skornicki, A. et Tournadre, J., 2015, La nouvelle histoire des idées politiques, Paris, La Découverte.

Stoffaës, C., 1980, « Politique industrielle et filières », Revue d’économie industrielle, 13, p. 86-99 (DOI : 10.3406/rei.1980.1986).

Tirole, J., 1983, « Jeux dynamiques. Un guide de l’utilisateur », Revue d’économie politique, 93/4, p. 551-575 (en ligne : http://www.jstor.org/stable/24698016).

Tirole, J., 1985, Concurrence imparfaite, Paris, Economica.

Tirole, J., 1988, The Theory of Industrial Organization, Cambridge, MIT Press.

Topalov, C., 1999, Laboratoires du nouveau siècle : les nébuleuses réformatrices et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS.

Vedie, H. L., 2012, Mini-manuel d’économie industrielle, Paris, Dunod.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 – Membres du secrétariat de la Revue d’économie industrielle (1977-1991) : rattachement professionnel et grade au moment de leur nomination au secrétariat

Nom Prénom Rattachement Grade Présence au sein du secrétariat
Yves Morvan (fondateur de la revue, directeur 1977-1991) université de Rennes Professeur (Économie) 1977-1991
Jacques de Bandt (fondateur de la revue, directeur à partir de 1991) IREP Nanterre Directeur de recherche CNRS (Économie) 1977-2008
Michel Marchesnay (fondateur de la revue) université de Montpellier Professeur (Gestion) 1977-1991
Yvonick Renard UNICLIMA Économiste d’entreprise 1977-1991
Pierre-Yves Henin université Paris 1 Professeur (Économie) 1977-1980
Yves Evrard Centre supérieur des affaires Professeur (Gestion) 1977-1991
Jean-Marie Chevalier université Paris 13 Professeur (Économie) 1979-1991
Dominique Foray École Centrale Directeur de recherche CNRS (Économie) 1990-1997
Bertrand Quélin HEC Professeur (Économie) 1990-1998
Paul Romani université Nice-Sophia Antipolis Assistant (Économie) 1990-2003
Haut de page

Notes

1 Morvan, 1976, 1.

2 Cherrier, 2017, 552-554.

3 Devoue, 2008, 291.

4 En témoigne le nombre croissant de manuels sur le sujet. Voir Vedie, 2012.

5 Bourdon, 2000, 271.

6 C’est le cas par exemple de Jacques Houssiaux, considéré comme l’un des pères de l’économie industrielle en France. Voir Houssiaux, 1957.

7 Arena, Benzoni, de Bandt et Romani, 1988, 156.

8 Balasse, 2003, 119.

9 Fabiani, 2005.

10 Voir le numéro 129-130 de la Revue d’économie industrielle, publié en 2010, intitulé « Trente ans d’économie industrielle » : https://journals.openedition.org/rei/4132.

11 Skornicki et Tournadre, 2015.

12 Camic et Gross, 2008.

13 Cette étude repose sur une série de treize entretiens et une série d’échanges réalisés par courriels, menés entre 2016 et 2017 avec des économistes et des hauts fonctionnaires ayant tous été actifs au sein du comité de rédaction de la Revue d’économie industrielle (REI). Elle s’appuie par ailleurs sur l’étude de nombreuses sources, à commencer par un dépouillement systématique de la REI (1977-2017), une étude des travaux produits par ce collectif savant (manuels, traités, etc.) ainsi que des sources de première main (archives, documents de travail de la revue).

14 Entretien téléphonique avec Yves Morvan, août 2016.

15 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt à Vallauris, juillet 2016.

16 Chevalier, 1977, 21.

17 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.

18 Voir par exemple le chapitre V, « Les processus concurrentiels », dans Arena, Benzoni, de Bandt et Romani, 1988.

19 Lebaron, 1997, 17-19.

20 Ibid., 8-10.

21 Voir annexe 1. Le tableau met en évidence l’ensemble des personnes ayant été membre du secrétariat de la revue. Sa lecture doit tenir compte de l’investissement variable des acteurs ainsi que des jeux de pouvoir qui le traversent.

22 À titre d’exemple, Yves Morvan deviendra Président du Conseil Économique de Bretagne.

23 À l’instar de Jacques de Bandt, mandaté en tant qu’expert au sein de la Chambre de commerce de Paris (1976), de l’Organisation de coopération et de développement économiques [OCDE] (1982) ou du ministère de la Technologie (1985). Au sein de l’ADEFI, il fréquente par ailleurs Alain Boulbil qui deviendra le responsable des questions industrielles au sein du Parti socialiste. Voir Fulla, 2016.

24 Le CREI, fondé en 1979 à l’université Paris 13, est notamment animé par Jean-Hervé Lorenzi, Jean-Marie Chevalier et Olivier Pastré.

25 Le GRECO, créé en 1979, est animé par Jacques de Bandt (université Paris X Nanterre).

26 Ihl, Kaluszynski et Pollet, 2003.

27 Elle sera mise en sommeil à partir du début des années 1990.

28 « Avec Pérez, on s’est demandé comment créer une association nationale intéressant les spécialistes en économie et gestion de la firme et de l’industrie, discipline, en réalité, à créer au plan universitaire, avec l’idée plus ambitieuse de susciter une association regroupant les gestionnaires, section toute nouvelle, comme il y avait une association des économistes de langue française. On a donc trié et convoqué, invité des collègues et chercheurs intéressés et intéressants. Dans une petite pièce rue Cujas, au Panthéon, se trouvaient également Yves Morvan et Jacques de Bandt, plus quelques comparses. Très vite s’est forgée l’idée d’organiser des conférences, puis des congrès, etc. Pratiquement chaque année il y a eu un congrès. » Échange de courriels avec Michel Marchesnay, septembre 2016.

29 Ihl, 2006, 7-18.

30 La liste des participants est disponible en annexe des publications des actes du colloque. Voir ADEFI, 1980.

31 Notons, à titre d’exemple, la présence d’Alain Bienaymé, économiste de l’université Paris Dauphine d’obédience plus libérale, qui côtoie alors des économistes de l’école de la régulation.

32 Gayon, 2016, 93.

33 Fourquet, 1980.

34 Stoffaës, 1980.

35 Les économistes industriels semblent particulièrement attentifs à cet enjeu, comme en témoigne le dossier qui accompagne le numéro 3 de la revue sur les statistiques industrielles, voir Renard, 1978.

36 Lemercier, 2005, 93.

37 Topalov, 1999.

38 Voir par exemple Arena, Benzoni et Romani, 1991.

39 Pour resituer la manière dont les acteurs de l’école d’économie industrielle envisagent leur discipline au milieu des années 1970, il est possible de se référer à l’article introductif d’Yves Morvan dans le premier numéro de la REI, voir Morvan, 1977.

40 À l’instar par exemple à cette même époque des économistes de la régulation. Robert Boyer et Pascal Petit seront par ailleurs tous deux membres du comité de rédaction de la Revue d’économie industrielle respectivement entre 1990 et 1996 puis entre 1999 et 2014.

41 Scherer et Ross, 1970.

42 Considérés comme les pères fondateurs de l’Industrial Organization, ces derniers envisageaient l’activité et la performance des firmes comme résultant de la structure des branches et du comportement des acteurs.

43 L’approche dite SCP repose sur une analyse qualitative de l’ensemble des éléments structurant une branche d’activité (à savoir le nombre d’acheteurs et de vendeurs, les barrières existant à l’entrée, les phénomènes de concentration industrielle, la différenciation des produits). Le comportement des acteurs économiques (fixation des prix, stratégies de différenciation, investissement dans la recherche et l’innovation, ententes et collusions) est impacté par l’ensemble de ces éléments structurels. C’est, dans le cadre de ce modèle, la performance des firmes qui se trouve doublement déterminée par ces structures et ces comportements et que l’analyse se propose ainsi d’expliquer. Le modèle est ainsi linéaire et à la causalité univoque. À ce sujet, voir Porter, 2001.

44 Morvan, 1977, 22. Plusieurs acteurs pionniers de l’économie industrielle, comme Michel Marchesnay ou Roland Perez poursuivirent leur carrière après les années 1980 au sein de départements de sciences de gestion.

45 « L’économie industrielle c’était quand même vraiment lié aux débats de l’époque. C’est-à-dire vraiment aux débats sur la politique industrielle, lié aussi aux débats de politique économique en général. Et donc c’était initialement des choses qui pesaient à la fois du côté politique et aussi du côté entreprise. Enfin, plutôt côté administrations je veux dire. Car c’était vraiment ce côté, “comment définir les outils d’intervention de l’État” sur l’économie. » Entretien téléphonique avec Michel Rainelli, août 2016. Voir à ce sujet ADEFI, 1980.

46 Cette entreprise n’est pas propre aux seuls économistes industriels. Elle est partagée par exemple par les tenants d’une économie dite « régionale ». Voir à ce sujet l’analyse réalisée par Richard Arena et Cindy Navarro (2010) mettant en exergue l’importance des collaborations menées avec les économistes régionaux, notamment durant la décennie 1980.

47 « Novatrice à cet égard, au-delà de la démarche microéconomique qui prend pour donné ce qu’il s’agit d’expliquer, au-delà de la démarche macro-économique qui traduit implicitement une structure globale des pouvoirs, au-delà même de la démarche qui essaie d’effectuer le passage entre les micro-comportements et les macro-résultats, la méso-analyse s’efforce de privilégier l’étude des unités qui échappent à la plupart des règles de fonctionnement micro-économique traditionnelles et, par l’immense impact de leurs décisions, déterminent les conditions macro-économiques des économies », dans Morvan, 1977, 22. Voir aussi Marchesnay, 1982.

48 Morvan, 1977, 13-14.

49 « L’économie industrielle traditionnelle s’inspire de l’école française et du célèbre paradigme “Structure-Comportement-Performance”. Celui-ci apparaît comme un prolongement logique de l’hypothèse structuraliste et comble en quelque sorte un vide théorique. » Balasse, 2003, 124.

50 Arena, Benzoni, de Bandt et Romani, 1988, III.

51 Il est possible de comparer l’entreprise des économistes de la Revue d’économie industrielle à celle menée par des économistes proches du Parti communiste français (PCF) en 1978 qui fonde la revue Issues. Cahiers de recherches de la revue Économie et politique. Celle-ci dispose d’un comité de rédaction mais l’examen des articles n’est pas soumis aux normes consacrées dans le champ, notamment à l’évaluation par les pairs.

52 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.

53 Bourdieu, 2002, 5.

54 Darmon, 2013, 20.

55 « La définition de l’économie industrielle présentée ci-dessus, assez lâche et assez ouverte pour réconcilier les points de vue les plus divergents, ne doit pas occulter tous les problèmes qui se posent – et invite à la fois à beaucoup de prudence et de nuances. » Morvan, 1977, 16.

56 À l’inverse, on peut émettre l’hypothèse que l’un des fondements du succès de l’école « toulousaine » d’économie industrielle, représentée notamment par Jean-Jacques Laffont, sera l’implantation de ses acteurs sur un site (l’université Toulouse I-Capitole).

57 « Prix de l’ADEFI – REI », annonce dans le n° 14 de la Revue d’économie industrielle.

58 Ihl, 2004.

59 L’événement est par exemple publicisé au sein de la Revue d’économie industrielle. Voir le no 55 de la REI : http://www.persee.fr/doc/rei_0154-3229_1991_num_55_1_1361.

60 À titre d’exemple, on compte huit conférenciers internationaux sur les quinze invités lors de l’école d’été 1991.

61 Arena et Navarro, 2010, 395.

62 Arena, Benzoni et Romani, 1991, III.

63 Balasse, 2003.

64 Pudal, 2005, 367.

65 Michel Rainelli est membre du comité de rédaction de la revue de 1996 à 2014.

66 Entretien téléphonique avec Michel Rainelli, août 2016. Michel Rainelli est l’auteur d’une thèse complémentaire soutenue en 1976 à l’université de Nice intitulée Étude théorique et statistique des regroupements sectoriels. Application à l’industrie française, sous la direction de Jacques Lebray (professeur de gestion, université de Nice).

67 Entretien téléphonique avec Bertrand Quélin, septembre 2016.

68 À partir d’une étude croisée de plusieurs bases de données (iderf.net ; ideas.repec.org), nous avons cherché à restituer l’ensemble des thèses dirigées par Jacques de Bandt (22), Yves Morvan (38), Roland Perez (27) et Michel Marchesnay (81).

69 Nous avons recensé deux doctorants de Roland Perez, un d’Yves Morvan, trois de Michel Marchesnay et cinq de Jacques de Bandt.

70 Il s’agit de Denis Carré qui soutint sa thèse en 1984, membre du comité de rédaction de la REI de 2004 à 2011, et de Ludovic Dibiaggio, membre de 1999 à 2003.

71 À titre d’exemple, il enseigne durant plus de vingt ans au sein de l’université de Roskilde au Danemark ou au sein de l’université de Lisbonne.

72 Groupement de recherche : structure du CNRS animant et organisant la recherche sur une thématique précise, ici l’économie industrielle.

73 Entretien avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016

74 Bertrand Quélin soutient sa thèse en 1988, Changement technologique et diffusion des innovations : analyse du processus de diffusion de l’électronique et de l’informatique.

75 Dominique Foray soutient sa thèse en 1984, Changements techniques, structure du capital et fonctions industrielles en fonderie : éléments pour une conceptualisation des propriétés de la dynamique d’une industrie.

76 À titre d’exemple, il est le seul économiste remercié dans l’avant-propos du Traité d’économie industrielle publié en 1988.

77 Le CNRS est qualifié tout à la fois de « repère de l’orthodoxie » par un économiste proche des sciences de gestion ou de lieu où l’activité scientifique s’opère sous le « diktat de l’institution » par l’un des anciens collaborateurs de la revue.

78 Entre 1975 et 1991, Jacques de Bandt publie 14 articles dans la Revue d’économie industrielle, 2 ouvrages en son nom propre et contribue à la direction de 10 ouvrages collectifs.

79 Roland Perez quitte la revue au n° 50 ; Michel Marchesnay va investir ses travaux dans d’autres champs de recherches comme le management ; Yves Morvan, tout en restant membre de la revue est en retrait à partir du milieu des années 1980. Ces trois économistes ne publient plus au sein de la REI après 1984.

80 École créée pour assurer la formation des administrateurs de l’INSEE.

81 Tirole, 1985.

82 Tirole, 1988.

83 Il se fendra d’un article pour un numéro hors-série de la REI publié en 1995, Économie industrielle et développements récents, intitulé « Collusion et théorie des organisations ».

84 Entretien réalisé avec Jacques et Françoise de Bandt, juillet 2016.

85 Tirole, 1983.

86 Encaoua, 2015.

87 « [L’économie industrielle] tend de plus en plus à s’insérer dans ce que Jean Tirole a appelé la “nouvelle économie industrielle théorique” […] Ces changements importants dans le contexte théorique et empirique rendaient difficile le travail de réédition du traité auquel l’éditeur nous conviait. Leur prise en compte aurait en effet impliqué une refonte complète de l’ouvrage, ce qui aurait demandé à nouveau plusieurs années d’élaboration, comme dans le cas de la première édition. » Arena, Benzoni et Romani, 1991, III.

88 Abott, 1988.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Baptiste Devaux, « L’impossible reproduction d’un collectif savant »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 129-152.

Référence électronique

Jean-Baptiste Devaux, « L’impossible reproduction d’un collectif savant »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 23 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/328 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.328

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Devaux

Doctorant en science politique, Sciences Po Lyon, Laboratoire Triangle (UMR 5206)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search