Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

La thèse de doctorat « disparue » de Talcott Parsons, publiée 90 ans après sa soutenance

Talcott Parsons, Kapitalismus bei Max Weber – zur Rekonstruktion eines fast vergessenen Themas. Herausgegeben, eingeleitet und kommentiert von Uta Gerhardt (Klassiker der Sozialwissenschaften, herausgegeben von Klaus Lichtblau und Stephan Moebius), Wiesbaden, Springer VS, 2019, 167 pages.
Hinnerk Bruhns
p. 285-288

Texte intégral

1À l’été 1925, Talcott Parsons, âgée de 23 ans, arrive à Heidelberg avec une bourse d’études après avoir passé une année à la London School of Economics. Il avait obtenu son Bachelor of Arts au Amherst College (Massachusetts) en 1924 en biologie et économie. À l’Université de Heidelberg il commence à rédiger une thèse en allemand sur « Le capitalisme chez Sombart et Max Weber ». Son directeur de thèse est l’historien de l’économie Edgar Salin. Parsons reste à peine plus d’un an à Heidelberg ; à l’automne 1926 il retourne au Amherst College où il a obtenu un contrat d’un an comme Instructor au Department of Economics.

2Pour le semestre d’été 1927, Parsons s’inscrit de nouveau à l’Université de Heidelberg ; il obtient une dérogation qui lui permet de soutenir sa thèse après seulement trois semestres au lieu des quatre exigés normalement. Une deuxième faveur lui est accordée : la soutenance se fait sur la base de la partie finale de sa thèse, du « troisième chapitre » : les deux autres chapitres que le directeur de thèse dit avoir déjà examinés auparavant avaient « disparu », et Parsons déclare ne pas avoir le temps de les réécrire entièrement. La soutenance, devant un jury composé d’Alfred Weber, de Karl Jaspers, Willy Andreas et Edgar Salin, a lieu avec succès le 29 juillet 1927. Tous, à l’exception de l’historien Andreas, lui accordent la meilleure note : summa cum laude.

3En novembre 1927, Parsons envoie le manuscrit allemand complet à son directeur de thèse qui vient d’être nommé sur la chaire d’histoire économique à Bâle. Il a donc soit retrouvé soit réécrit après la soutenance les chapitres manquants qu’il disait avoir prêtés à Arnold Bergstraesser, à l’époque assistant à Institut für Sozial- und Staatswissenschaften. Soumettre après la soutenance ce manuscrit complet à l’Université de Heidelberg n’avait pas de sens, l’urgence était la publication de la thèse afin d’obtenir définitivement le degré de docteur. Dans une lettre du 13 novembre de la même année, adressée à Paul H. Douglas (Department of Economics, University of Chicago), Parsons écrit que sa thèse, « achevée à l’été 1927 » devait maintenant être publiée et qu’il l’a déjà proposée au Quarterly Journals of Economics. Il demande à Douglas si le Journal of Political Economy pourrait être une solution alternative et il précise : At present, it [la thèse] is written in German, and comes to about 140 pages, but it could easily be cut considerably, and of course translated. I think it would make two good articles, one on Sombart and one on Weber (Gerhardt, 20, n. 55).

  • 1 Une traduction allemande de ces articles a été publiée en 2015 : Talcott Parsons, « „Kapitalismus“ (...)

4C’est cette idée qui est finalement réalisée. Les deux articles paraissent sous le titre « “Capitalism” in recent German literature: Sombart and Weber », dans The Journal of Political Economy (vol. 36, 1928, p. 641-661 et vol. 37, 1929, p. 31-51)1. L’obligation de publication ayant été accomplie – en anglais, une nouvelle faveur accordée à Parsons –, la faculté de philosophie de l’Université de Heidelberg lui décerne, au mois d’avril 1929, formellement le titre de Dr. phil. Ce sera, avec son Bachelor de 1924, l’unique diplôme universitaire obtenu par Parsons à l’exception des multiples titres de docteur honoris causa qui lui ont été accordés par la suite.

5Cinquante ans plus tard, le 4 mai 1979, à l’occasion d’un colloque en l’honneur de Talcott Parsons, avec la participation de Jürgen Habermas, Niklas Luhmann, Richard Münch et Wolfgang Schluchter, l’Université de Heidelberg lui renouvelle solennellement l’attribution du grade de docteur. À ce moment, quatre jours avant la mort de Parsons à Munich, c’est toujours la version anglaise des chapitres « disparus » qui est considérée comme sa thèse de doctorat, alors que le manuscrit complet allemand, déclaré en 1927 comme disparu – perdu entre l’Europe et l’Amérique ? –, repose tranquillement dans un tiroir du bureau de Parsons, puis parmi ses papiers dans les archives de Harvard où il vient d’être retrouvé récemment.

6C’est l’« Odyssée » de cette thèse que relate en détail Uta Gerhardt dans la première partie de son livre : « La thèse “disparue” de Parsons. Une histoire véridique » (p. 3-24).

  • 2 « Existe-t-il véritablement un “ensemble significatif” (Sinnzusammenhang), que l’on puisse désigner (...)
  • 3 Richard Passow, „Kapitalismus. Eine begrifflich-terminologische Studie, Jena, 1918, (2e éd. 1927).

7La thèse retrouvée, qui porte le titre « Der Kapitalismus bei Sombart und Max Weber », est publiée ici pour la première fois. Elle constitue la partie centrale du livre (p. 27-101) et est suivie d’une étude de Uta Gerhardt sur « Der lange Schatten der Protestantismusstudie. Parsons zu Weber und „Geist“ des Kapitalismus. Die werk- und zeitgeschichtliche Perspektive » (p. 103-167). La thèse allemande comporte six chapitres et commence par une très brève Introduction (I) dans laquelle Parsons énonce la problématique : « Gibt es wirklich einen „Sinnzusammenhang“, den man [als] Kapitalismus bezeichnen darf und den man so als das Spezifische der modernen Zeit am besten herausarbeiten kann?2 » (p. 29). Le chapitre II donne un aperçu des conceptions du capitalisme chez trois auteurs allemands importants : Richard Passow, qui avait publié en 1918 une étude terminologique et conceptuelle3, Georg von Below, historien de l’économie, et Lujo Brentano, économiste. Les chapitres III (« Der Kapitalismus bei Sombart », p. 38-63) et IV (« Der Kapitalismus bei Max Weber », p. 63-89) correspondent à l’article publié en deux livraisons dans The Journal of Political Economy en 1928 et 1929 (nous reviendrons sur les différences d’avec le manuscrit allemand). Un chapitre V (« Der Tatbestand des Kapitalismus », p. 90-97) précède un bilan (VI. « Schlusskapitel ») d’à peine quatre pages (p. 97-101).

  • 4 Günter Stummvoll et Bruce C. Wearne (dir.), Der Kapitalismus bei Sombart und Max Weber – Capitalism (...)

8Pratiquement en même temps que dans le livre de Uta Gerhardt, la thèse disparue et retrouvée a d’ailleurs été publiée une deuxième fois, accompagnée par une traduction anglaise du manuscrit allemand original4.

  • 5 « Die logische Theorie der historischen Kulturwissenschaft von Max Weber und sein Begriff des Ideal (...)

9Pour quelle raison Parsons lui-même n’a-t-il ni publié sa thèse allemande, ni même mentionné après les années 1920 l’existence de ce manuscrit original ? Selon Uta Gerhardt, il faut chercher l’explication dans un nouveau projet qui émerge dès les premiers mois de l’année 1927 : traduire en anglais L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Cependant, ce n’est pas le manque de temps qui serait le facteur décisif, mais, au contraire, la lecture plus approfondie de Weber lors du travail de traduction de L’éthique protestante qui aurait incité Parsons à modifier dans ses articles du Journal of Political Economy, par rapport au manuscrit allemand, deux aspects essentiels de sa thèse. D’une part, dans la thèse allemande, Parsons accorde plus d’importance à l’analyse du capitalisme par Werner Sombart qu’à celle de Max Weber. Dans l’article anglais, d’autre part, Parsons tempère beaucoup sa critique de la méthode idéal-typique de Weber. Certes, il continue à adopter la perspective d’Alexander Schelting5 qu’il avait fréquenté à Heidelberg, mais la critique est formulée en des termes plus modérés que dans le manuscrit allemand. Uta Gerhardt ajoute une troisième explication : la parution, en 1928, du livre de Pitirim A. Sorokin, Contemporary Sociological Theories, très critique par rapport à Max Weber. Parsons, en plein travail sur L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, n’aurait pas voulu être considéré comme un sympathisant des positions de Sorokin.

  • 6 Rappelons son livre Talcott Parsons: An Intellectuel Biography, Cambridge, Cambridge University Pre (...)

10À partir de ces hypothèses, Uta Gerhardt esquisse dans la troisième partie de son livre, en une soixantaine de pages, une véritable biographie intellectuelle de Parsons, prenant comme fil rouge son rapport à Max Weber6. C’est éclairant et convaincant, à ceci près que l’auteur sous-estime l’importance de Sombart autant pour Weber que pour Parsons et pour l’analyse sociohistorique du capitalisme. Uta Gerhardt a éliminé Sombart du titre du livre au bénéfice du seul Max Weber (Kapitalismus bei Max Weber), alors qu’il est évident que, dans sa thèse, Parsons penche beaucoup plus du côté de Sombart que de celui de Weber. C’est à Sombart, inventeur du concept de système économique (Wirtschaftssystem) qu’il emprunte le concept de « système » qui aura une importance particulière pour lui tout au long de sa carrière. Le désintérêt de Uta Gerhardt pour Sombart est tel qu’elle ignore la différence – correctement signalée par Parsons – entre les deux éditions successives de Der moderne Kapitalismus (1re édition en 1902, en deux volumes ; 2e édition en 1916-1927, en six tomes, respectivement trois volumes).

  • 7 Otto Hintze, « Le capitalisme moderne comme individu historique » [1929] et « Économie et politique (...)

11L’intérêt de la présentation du Capitalisme moderne de Sombart par Parsons consiste notamment en son analyse des concepts de Geist des Kapitalismus (« esprit du capitalisme ») et de système, ainsi que du rapport de Sombart à Marx. Pour tous ces aspects, le lecteur francophone pourra consulter une analyse contemporaine plus détaillée et mieux informée, publiée par Otto Hintze en 1929, traduite en français en 19917.

  • 8 Sur Weber et le capitalisme, on lira maintenant l’essai de Johannes Berger, « Le capitalisme ration (...)

12Le chapitre de la thèse de Parsons consacré à Weber8 étonne d’abord par la vaste perspective qu’il adopte. Le jeune doctorant ne se limite point à L’éthique protestante – qu’il dit être le premier texte de Weber qu’il a lu. Il exploite Économie et société et également le grand travail de Weber sur l’économie antique : Agrarverhältnisse im Altertum. Il intègre le thème de la bureaucratie dans sa présentation, de même que celui du processus de rationalisation. Uta Gerhardt signale à juste titre que le point faible de la thèse de Parsons est son traitement, à la suite de Schelting, de la méthode idéal-typique dont il ne comprend ni la fonction ni le fonctionnement. À cette critique, il faut ajouter le rejet par Parsons de la méthode comparative de Weber qui, selon lui, sélectionne (arbitrairement) des « atomes sociaux » pour en « construire des époques et des cultures », alors que ces atomes auraient des significations différentes selon les époques et les cultures (p. 88). De ce fait, Parsons ne voit pas le rapport étroit, concernant l’analyse du capitalisme, entre L’éthique protestante, les travaux sur l’Antiquité et ceux sur la Chine et l’Inde qu’il ne mentionne qu’en passant sans les exploiter.

13Ces remarques n’enlèvent naturellement rien à l’intérêt pour la connaissance de Parsons et pour l’histoire des sciences sociales de cette thèse disparue et retrouvée que Uta Gerhardt a éditée avec grand soin, en l’accompagnant de deux essais de grande qualité.

Haut de page

Notes

1 Une traduction allemande de ces articles a été publiée en 2015 : Talcott Parsons, « „Kapitalismus“ in der gegenwärtigen deutschen Literatur: Sombart und Weber », Berliner Journal für Soziologie, 2015/4, avec l’indication erronée qu’il s’agirait du troisième chapitre de la thèse défendue le 29 juillet 1927.

2 « Existe-t-il véritablement un “ensemble significatif” (Sinnzusammenhang), que l’on puisse désigner par le terme de capitalisme et qui permettrait de comprendre ce qui est spécifique à l’époque moderne ? ».

3 Richard Passow, „Kapitalismus. Eine begrifflich-terminologische Studie, Jena, 1918, (2e éd. 1927).

4 Günter Stummvoll et Bruce C. Wearne (dir.), Der Kapitalismus bei Sombart und Max Weber – Capitalism according to Sombart and Max Weber, Berlin/Münster/Vienne/Zurich/Londres, LIT-Verlag, 2018.

5 « Die logische Theorie der historischen Kulturwissenschaft von Max Weber und sein Begriff des Idealtypus », Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, Band 49 (1922), S. 623–767 (thèse).

6 Rappelons son livre Talcott Parsons: An Intellectuel Biography, Cambridge, Cambridge University Press, 2002, ainsi que son étude précédente Talcott Parsons on National Socialism, New York, De Gruyter, 1993.

7 Otto Hintze, « Le capitalisme moderne comme individu historique » [1929] et « Économie et politique à l’époque du capitalisme moderne », dans id., Féodalité, capitalisme et État moderne. Essais d’histoire sociale comparée, choisis et présentés par Hinnerk Bruhns. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1991, p. 207-261 et 263-290.

8 Sur Weber et le capitalisme, on lira maintenant l’essai de Johannes Berger, « Le capitalisme rationnel – une nouveauté dans l’histoire universelle et un défi culturel », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 28, 2018, en ligne : https://journals.openedition.org/trivium/5714, ainsi que l’entrée « Max Weber’s Analysis of Capitalism » par Hinnerk Bruhns dans le Oxford Handbook of Max Weber, édité par Edith Hanke, Lawrence Scaff et Sam Whimster (à paraître).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hinnerk Bruhns, « La thèse de doctorat « disparue » de Talcott Parsons, publiée 90 ans après sa soutenance », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 285-288.

Référence électronique

Hinnerk Bruhns, « La thèse de doctorat « disparue » de Talcott Parsons, publiée 90 ans après sa soutenance », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3362

Haut de page

Auteur

Hinnerk Bruhns

Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals