Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Sophie Richardot et Sabine Rozier (dir.), Les savoirs des sciences humaines et sociales en débat. Controverses et polémiques

Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018
Yves Gingras
p. 293-296
Référence(s) :

Sophie Richardot et Sabine Rozier (dir.), Les savoirs des sciences humaines et sociales en débat. Controverses et polémiques, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2018, 156 pages

Texte intégral

1Les directrices de publication de cet ouvrage collectif ont raison de constater dans leur introduction que les travaux consacrés aux controverses en sciences sociales et humaines sont rares. Les contributions qu’elles ont réunies dans ce volume visent, disent-elles, à « poser à nouveaux frais la question des conditions de recevabilité des sciences humaines et sociales » (p. 11). L’ouvrage est composé de sept études de cas qu’elles regroupent dans leur introduction sous trois questions : 1) « dans quelles mesures les acteurs du monde intellectuel ou savant ne participent-ils pas eux-mêmes au discrédit de certains savoirs ? » ; 2) « la configuration des relations socio-économiques dans lesquelles sont pris les producteurs de ce type de savoir ne font-elles pas obstacle à leur diffusion et bonne réception » et 3) « la force des arguments peut-elle contrebalancer le déficit des ressources sociopolitiques de leurs auteurs ? ».

2Bien que la méthodologie adoptée ne soit jamais vraiment définie dans l’introduction générale, on s’attend, dans la tradition des études sociales des sciences, à un traitement obéissant au moins aux principes d’impartialité et de symétrie. Sans cela les « analyses » ne sont que des prises de position qui ne valent pas plus (ou moins) que celles des groupes étudiés. De ce point de vue, la première étude, signée par Sandra Laugier sur « le care et le débat care/justice », fait plutôt partie des objets à étudier car le texte consiste essentiellement en une critique sévère et souvent péremptoire des critiques du care sans jamais toutefois les identifier nommément et les citer pour les analyser de près et expliquer les raisons des désaccords. Ainsi, l’auteure nous dit que « la question du langage fait aujourd’hui irruption dans l’espace public » (p. 30) mais aucun de ces discours n’est présenté et analysé. Quel espace public ? Qui porte ces discours ? Sommes-nous seulement en France ? On l’ignore… En somme, loin de proposer une analyse sociologique distanciée des acteurs en présence, l’auteure propose une défense du care en nous disant que cette notion est distincte de celle de « soin » ou de protection. Pourtant le terme anglais care signifie bien dans cette langue l’idée de soin. On se demande en quoi dire care en français au lieu du mot français soin, est en soi plus « politique » sinon justement parce que le soin des autres a été trop longtemps associé à des postes mal rémunérés et occupés par des femmes. Il serait pourtant facile de politiser aussi le « souci du soin » qui a en effet surtout été associé au genre féminin. Quoi qu’il en soit de ce débat sémantique, on peut se demander en quoi ce texte contribue à l’étude, par opposition à la participation à, des controverses en sciences sociales.

  • 1 Voir, par exemple, Philip Ball, « High-profile journals put to reproducibility test », Nature, 27 a (...)

3La seconde étude, signée Sophie Richardot, porte sur la réception de la fameuse expérience de Stanley Milgram sur la soumission à l’autorité publiée en 1963 dans une revue américaine de psychologie. L’auteure y analyse les débats au sein de la discipline de psychologie en identifiant les acteurs et motifs de la controverse qui portent davantage sur l’éthique que sur la méthodologie de Milgram. L’article aurait pu être enrichi par une analyse bibliométrique des citations attribuées à Milgram au fil des décennies de même que par une attention plus serrée à la notion de « reproduction » de l’expérience dans la lignée des travaux de Harry Collins sur cette question et des débats actuels sur la difficulté à répliquer certains résultats importants en psychologie sociale1. Ici encore l’auteure prend parti sur l’objet d’étude et conclut à la « pertinence sociale » des travaux sur l’autorité plutôt que de conclure sur ce que cet objet apporte à la sociologie des controverses.

  • 2 Voir, par exemple, Edward T. Linenthal et Tom Engelhardt (dir.), History Wars: The Enola Gay and Ot (...)

4Dans le chapitre 3, Alexandra Oeser propose une analyse des débats entourant le contenu des manuels d’histoire en Allemagne. La mémoire nationale étant toujours un enjeu délicat pour les manuels, les études portant sur ces débats entre histoire et mémoire (pensons aux History Wars aux États-Unis et en Australie2) ont tendance à ne pas prendre en compte le fait important sur lequel insiste l’auteure avec raison, à savoir « que le processus de production des manuels scolaires est relativement imperméable à des controverses professionnelles ou semi-spécialisées » (p. 56). L’absence de prise en compte des critiques est ainsi à mettre en relation avec le fait que la production de manuels obéit à « des logiques autres que celles des chercheurs en didactique » (p. 62). L’intégration du savoir académique le plus récent dans les manuels n’est donc nullement un processus de diffusion linéaire mais doit se comprendre en tenant compte des interactions entre les champs (scientifique, intellectuel, de l’édition scolaire…), aux logiques différentes.

5Les quatre autres chapitres portent sur des questions économiques, à savoir le débat sur le produit intérieur brut (PIB), les programmes d’enseignement des « sciences économiques », les savoirs économiques des Français et les chiffres du chômage, le tout en France. Ils apportent un éclairage intéressant et utile sur ces questions appelées à être débattues de manière récurrente.

6Dans le chapitre 4, Étienne Penissat analyse le rôle du collectif Autres chiffres du chômage (ACDC) dans la mise en débat public de la signification du taux de chômage officiel, de même que les critiques des syndicats de statisticiens de l’Insee contre l’instrumentalisation politique des chiffres. Les médias jouent évidemment un rôle important dans la présentation publique de cette controverse. L’auteur conclut que cette converse met bien en évidence les limites de certaines formes d’activisme dans leur capacité de contester les chiffres de l’État et reformuler la question sociale du chômage. Un autre chiffre fondamental de l’économie est bien sûr le PIB et Frédéric Lebaron analyse au chapitre 5 les débats qui ont entouré la création en France de la Commission Stiglitz par le président Sarkozy au début de 2008 pour proposer de nouvelles mesures de performance économique et de progrès social pour remédier aux insuffisances de la mesure du PIB. Le rapport est signé par trois économistes : deux lauréats du Prix de la banque de Suède en sciences économiques (Joseph Stiglitz et Amartya Sen) et le Français Jean-Paul Fitoussi, assistés dans leurs travaux par un comité d’une vingtaine d’experts. L’auteur montre d’abord que la composition du comité d’experts est largement dominée par des économistes et des appareils statistiques officiels et exclut totalement les autres sciences sociales et humaines et les membres de la société civile. Il analyse ensuite la réception du rapport parmi les économistes et conclut que ce rapport a eu l’effet « paradoxal de fermer l’espace du débat autour des économistes académiques », dépossédant ainsi partiellement « les promoteurs les plus conséquents des indicateurs alternatifs de leur visibilité et de leur légitimité » (p. 113).

7La crise économique de 2008 a quelque peu ébranlé la croyance dans les « prédictions » des économistes néoclassiques, largement dominants, et s’est aussi répercutée dans les débats sur la place relative des sciences sociales et de l’économie dans les programmes de sciences économiques et sociales (SES), analysés au chapitre 6 par Élisabeth Chatel. Comme ce fut le cas pour la confection des programmes d’histoire en Allemagne (chapitre 3), la révision du programme de SES soulève des enjeux qui dépassent largement la pédagogie. Les tensions entre disciplines universitaires qui ont intérêt à accentuer leur présence dans ce programme et qui s’expriment par le truchement d’organisations disciplinaires, sont évidentes et favorisent les disciplines plus consensuelles (et même quasi-autistes) comme l’économie au détriment des sciences sociales aux problématiques beaucoup plus pluralistes comme la sociologie et la science politique. La position dominante de l’économie au sein du programme de SES est aussi favorisée par les groupes d’intérêts économiques qui font pression pour promouvoir un programme conforme à leur vision économiciste de la société. Dans le chapitre 7, Sabine Rozier aborde justement les débats sur les « savoirs économiques des Français », jugés trop faibles par les patrons et autres représentants du « monde économique ». Leurs actions visaient à contribuer à la réforme des programmes pour contrer leur conviction que les Français se méfient trop des entreprises. Diverses organisations comme l’Institut de l’entreprise et le Conseil pour la diffusion de la culture économique (Codice, créé en 2006) vont ainsi alimenter tant les journalistes que les responsables gouvernementaux en discours confortant la vision patronale du monde. Les manuels scolaires, dont les contenus sont jugés trop peu « scientifiques », et les professeurs des SES seront critiqués, ce qui favorisera la minorisation du volet « social » au sein du nouveau cursus. Pris ensemble, ces quatre chapitres montrent bien la diversité des acteurs et des stratégies en présence mais aussi la très grande difficulté à réformer l’ordre dominant, malgré l’énorme travail de critique investi pour le remettre en cause. Pensons ici à l’échec de la création d’une nouvelle section du Comité national des universités (CNU) en sciences économiques et sociales.

  • 3 Voir le dossier sur les controverses dans Zilsel, 2, 2017, avec des articles de Jérôme Lamy, Willia (...)

8Au total, on peut dire qu’à l’exception du premier chapitre, les thèmes abordés contribuent à diversifier les cas de controverses impliquant des sciences sociales mais n’éclairent pas vraiment la question posée au début à savoir celle des « conditions de recevabilité des sciences humaines et sociales ». Selon les divers champs et leurs interactions, cette « recevabilité » (terme dont le sens reste flou) varie évidemment de manière telle qu’il est impossible de s’assurer a priori que les discours des diverses sciences sociales et humaines seront même audibles à toutes les audiences. Aussi, on peut regretter que les chapitres restent collés à leurs objets et ne reviennent pas de manière plus générale sur la dynamique des controverses en sciences sociales à la lumière des catégories analytiques proposées par les nombreux travaux en provenance des sciences, technologies et société (STS) au cours des trente dernières années3.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, Philip Ball, « High-profile journals put to reproducibility test », Nature, 27 août 2018, https://www.nature.com/articles/d41586-018-06075-z (consulté le 6 mars 2019).

2 Voir, par exemple, Edward T. Linenthal et Tom Engelhardt (dir.), History Wars: The Enola Gay and Other Battles for the American Past, New York, Henry Holt and Company, 1994.

3 Voir le dossier sur les controverses dans Zilsel, 2, 2017, avec des articles de Jérôme Lamy, William Thomas, Josquin Debaz, Marine Dhermy-Mairal et Volny Fages, en ligne : https://www.cairn.info/revue-zilsel-2017-2.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Gingras, « Sophie Richardot et Sabine Rozier (dir.), Les savoirs des sciences humaines et sociales en débat. Controverses et polémiques », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 293-296.

Référence électronique

Yves Gingras, « Sophie Richardot et Sabine Rozier (dir.), Les savoirs des sciences humaines et sociales en débat. Controverses et polémiques », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 17 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3383

Haut de page

Auteur

Yves Gingras

Université du Québec à Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals