Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Sébastien Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900

Paris, Classiques Garnier, 2017
Jean-Christophe Marcel
p. 297-302
Référence(s) :

Sébastien Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900, Paris, Classiques Garnier, 2017, 297 pages

Texte intégral

  • 1 Scott Frickel et Neil Gross, « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American So (...)

1Ce livre se propose de revisiter l’histoire de la naissance de la sociologie française, en prenant au pied de la lettre les propos d’auteurs (Simiand, Tarde, Bouglé…) qui, autour de 1900, se réjouissent de, ou déplorent, l’émergence d’une « mode » éditoriale autour de la sociologie. En posant comme postulat que ces déclarations ne sont pas uniquement des assertions rhétoriques destinées à mettre en avant les productions des auteurs mentionnés, Sébastien Mosbah-Natanson se propose d’interroger la signification de cette mode. Plus précisément, il étudie la sociologie comme un fait éditorial, en combinant une étude sur les publications et sur leurs auteurs, afin de renouveler l’histoire de la naissance de la sociologie en France, laquelle reste centrée sur le récit de son institutionnalisation et de la « victoire durkheimienne », reléguant les « vaincus » au rang de sociologues « mondains » ou « dilettantes ». L’auteur invite à explorer les dimensions de l’histoire de la naissance de la sociologie que l’ombre du Durkheim « bon stratège » peut avoir tendance à cacher. L’institutionnalisation de la sociologie universitaire durkheimienne s’étant imposé comme le prisme incontournable à la lumière duquel est analysée l’histoire des sciences sociales en France, Mosbah-Natanson propose de décentrer le regard vers les « vaincus » de l’histoire. Le premier chapitre argumente pour qu’on reconsidère le « mouvement sociologique1 » – un effort collectif visant à poursuivre des programmes de recherche ou des projets de connaissance, et affrontant une résistance de la part de la communauté scientifique ou intellectuelle – en lui-même, c’est-à-dire débarrassé de la vision téléologique qui évalue œuvres et auteurs au prisme de la future institutionnalisation de la sociologie. Un tel mouvement regroupe des pratiques intellectuelles hétérogènes, portées par des auteurs aux profils variés, ancrées dans des logiques diverses, mais qui partagent une ambition cognitive. Il en ressort que la sociologie a constitué un attracteur puissant dans la France fin-de-siècle, qu’elle est elle-même un fait social dont l’étude ne peut se limiter aux étapes de son institutionnalisation mais doit s’élargir à une histoire sociale et culturelle de la discipline.

  • 2 Jean-Michel Berthelot (dir.), Figures du texte scientifique, Paris, PUF, 2003.

2Le deuxième chapitre traite, avec les méthodes bibliométriques (lorsqu’un domaine vient de naître, l’idée est d’en évaluer le développement à partir de l’accumulation de documents), un corpus constitué de l’ensemble des publications qui se réclament de la sociologie (ou d’une expression connexe : « science sociale », « psycho-sociologie »…) entre 1841 et 1925 à partir du Catalogue général de la librairie française (428 publications, 236 auteurs). Il s’agit d’opérer, comme dans les Science Studies, un « tournant vers la pratique », en se penchant sur le « répertoire » des activités intellectuelles placées sous le sceau de la sociologie combinées avec les profils des auteurs, et afin de dessiner une cartographie originale de la « vocation » sociologique. En somme, ne pas se contenter d’une sociologie de la connaissance qui relie les idées scientifiques à des contextes macrosociaux en termes politiques, économiques ou idéologiques, pour identifier de façon plus pointue la relation entre la position sociale d’un producteur de savoir et le contenu de sa production intellectuelle. Le résultat est qu’on constate une explosion éditoriale autour du titre de « sociologie », qui s’enracine dans des logiques plurielles et des formes éditoriales variées. Des publications collectives (bibliographies, actes de congrès…) traduisent l’organisation du travail savant. Des brochures et tiré à part de revues, recoupent des usages politiques du label : vulgarisation et propagande, mais aussi diffusion de travaux et articles scientifiques (tirés à part de La Science sociale et de la Revue internationale de sociologie). Des livres enfin constituent la forme dominante, dont une part substantielle est inconnue de l’historiographie. On identifie aussi une centaine d’auteurs oubliés, ce qui prouve que le label « sociologie » est aussi l’objet d’appropriations extra-savantes. Un nombre à peu près équivalent ne sont pas philosophes, ce qui relativise l’idée que la sociologie trouve son origine dans la matrice philosophique. Parmi les seize auteurs les plus prolifiques figurent aussi des noms très peu connus comme Raoul de la Grasserie (1839-1914) et Guillaume Duprat (1872-1956), ce qui conduit à relativiser cette fois-ci l’idée d’une domination des durkheimiens (peu présents dans le corpus). Se posant la question de savoir si les livres du corpus qui n’ont pas été retenus par l’historiographie contribuent à la naissance de la sociologie comprise comme entreprise de connaissance scientifique du social, l’auteur propose une typologie des ouvrages basée sur leur proximité avec une définition du texte sociologique scientifique inspirée des travaux de Berthelot (intention de connaissance explicite, en regardant les préfaces ; apport de connaissance reconnu par la communauté grâce à la présence de comptes rendus dans les revues ; inscription dans un espace de publication reconnu comme scientifique, par l’analyse des éditeurs)2. Il ressort qu’un premier pôle d’ouvrages « scientifiques » s’inscrit dans un espace commun de références (citant Comte, Spencer, Le Play) et de reconnaissances académiques visant à construire la sociologie comme nouvelle science, La science sociale contemporaine (1880) d’Alfred Fouillée par exemple. Un deuxième groupe « extra-scientifique » ne répond pas à ces critères, oscille entre référence à la science, un discours plus ou moins vague sur la nécessité de constitution d’une science sociale, et une orientation politique et doctrinale marquée. Les Notions de sociologie et de morale (1885) de Joseph Perrot, par exemple. Un groupe intermédiaire apparaît tiraillé entre les deux précédents, avec une intention sociologique explicite, mais avec un ancrage dans le mouvement sociologique faible, ne remplissant qu’une partie des critères évoqués (peu de citations des sociologues majeurs, parfois seulement ils sont objets d’une recension…), par exemple La science sociale. Morale politique (1897) de Théophile Funck-Brentano.

  • 3 Randall Collins, The Sociology of Philosophies: A Global Theory of Intellectual Change, Cambridge/L (...)

3Les deux chapitres suivants reprennent la thématique de la multiplication des « vocations » sociologiques en essayant de comprendre la signification intellectuelle et sociale de l’engagement sociologique des auteurs du corpus, sous la forme d’une autre typologie, qui distingue entre des formes « majeures » et « mineures » de vocations. Cela permet de dépasser l’opposition entre sociologues « scientifiques » et « amateurs » telle que la décrit Simiand, ou encore entre le pôle « scientifique » et le pôle « mondain », opposition privilégiée par l’analyse bourdieusienne, pas assez heuristiques ni l’une ni l’autre pour décrire l’espace fin-de-siècle de la sociologie. Le raisonnement s’appuie sur une notion souple de la vocation, qui ne réduit pas celle-ci à la question de l’institutionnalisation et de la professionnalisation. Pour obtenir cette typologie, des variables « attracteurs » sont privilégiées, autour desquelles un certain type de vocation se construit : l’orientation intellectuelle et théorique (ou doctrinale) centrale ; l’univers professionnel des auteurs. Coexistent de la sorte différentes formes de vocation, et c’est leur combinaison qui forme le mouvement sociologique de l’époque. La forme universitaire renvoie à l’investissement en sociologie des durkheimiens par exemple, mais aussi à celui d’autres jeunes intellectuels, parfois des étudiants en doctorat, des professeurs de lycée, de jeunes universitaires d’autres disciplines, pour qui la sociologie est le prisme à travers lequel ils envisagent leur carrière académique et leur identité intellectuelle : leur première ambition est d’obtenir une position dans la Faculté (en sociologie ou non). Si bien que leur investissement intellectuel se décline en termes de publications, d’enseignement, ou de participation à divers organes (revues, sociétés savantes, conférences), qui s’inscrit dans un espace de lutte contre le spiritualisme. Espinas, Fouillée, Guyau, Letourneau correspondent à ce type. Ils ont un capital scolaire élevé, produisent beaucoup, et précocement, des ouvrages relevant de la sociologie générale, même si certains concernent la sociologie appliquée à un objet. En somme, ces acteurs développent des stratégies, y compris éditoriales, visant à obtenir de l’attention intellectuelle selon Collins3, selon une stratégie innovatrice. Comme les sciences sociales commencent à s’implanter dans les universités, ils endossent ainsi une identité intellectuelle peu stabilisée. La forme publique est liée aux mondes administratif et juridique, à la fonction publique et conjointement aux sociétés savantes et aux académies. Ce pôle renvoie à la figure de l’amateur érudit qui, issu des couches supérieures de la société (bourgeoisie montante ou aristocratie), sans être un spécialiste du savoir, se préoccupe de questions sociales et articule la pratique de la sociologie à un engagement public. Il revendique une ambition pratique pour la sociologie, avec une tonalité politique. La sociologie est pratiquée dans ce cas tardivement (40 ans passés) en dehors de la profession principale, se traduit par des productions éditoriales souvent primées par les sociétés savantes, et des participations à leurs réunions mondaines et savantes. L’ambition de ces auteurs n’est pas de faire une carrière à l’université ; leur vocation sociologique vient d’une insatisfaction à l’égard de l’économie politique (où ils ont investi antérieurement), si bien que leur sociologie est appréhendée comme un approfondissement de l’économie politique et comme devant déboucher sur un « art social » à même d’éclairer la société. Par exemple Raoul de la Grasserie, qui est juge, publie Le Droit et la sociologie en 1910.

4Aux marges du mouvement sociologique, on distingue aussi des formes « mineures » de vocation, propres à des univers intellectuels qui se constituent de manière largement autonome et restent peu perméables aux débats qui se constituent autour de la discipline naissante. Les auteurs concernés sont insérés dans les différents réseaux et organes positivistes (revues et sociétés) qui les placent aux marges de l’université. C’est ainsi que la forme positiviste entend perpétuer la tradition de Comte, avec des ouvrages caractérisés par la centralité accordée aux idées de ce dernier et la volonté de diffuser sa doctrine, que ce soit en livrant une synthèse la plus fidèle possible des idées du maître, ou en les discutant au regard des progrès de la science. La forme leplaysienne est le propre des disciples de Le Play (orthodoxes ou non), qui, sans surprise, pratiquent la recherche empirique et sont publiés par La Science sociale, notamment sous la forme de monographies. Ils ont leurs propres réseaux et sociétés savantes, investissent plutôt les facultés de droit et les institutions nouvelles qui donnent une place aux sciences sociales naissantes : Collège libre des sciences sociales et École des hautes études sociales. Ils ne publient pas chez les éditeurs majeurs de la sociologie de l’époque. Ce qui corrobore le fait qu’ils étaient plus liés au monde privé libéral qu’à la sphère publique. La forme catholique de la vocation sociologique, quant à elle, émerge des luttes présentes à l’intérieur du mode catholique, entre catholicisme social et conservatisme doctrinal ; et à l’extérieur dans le champ idéologique, en s’opposant à la fois au libéralisme et au socialisme. Cette « sociologie catholique » entend concevoir une organisation sociale qui suive les principes de la doctrine sociale de l’Église. Aussi le point de départ des ouvrages associés est-il bien souvent la « question sociale » et par suite la crise de la société moderne, qui a des ramifications morales et socio-économiques et à laquelle il est nécessaire d’apporter des solutions chrétiennes. Cette question est déclinée à travers des problèmes sociaux et économiques de l’époque, comme la propriété, le salaire, le profit et l’intérêt, les associations ouvrières. Cette sociologie ne se situe donc pas par rapport aux sciences sociales et universitaires qu’elle rejette largement, car la sociologie scientifique y est accusée d’oublier Dieu, notamment quand elle entend traiter la question de l’origine de la morale. Les auteurs sont des prêtres relativement jeunes (par exemple l’abbé Julien Fontaine qui publie en 1909 Le modernisme sociologique chez un éditeur catholique). À noter la présence d’une forme minoritaire incarnée par des écrivains et des hommes de lettres (par exemple Paul Bourget) qui se réfèrent à la sociologie (souvent organiciste) comme fondement de leur doctrine : socialisme ou nationalisme à orientation racialiste.

5Ce livre montre que trois conceptions de la mode sociologique se présentent et sont articulées les unes aux autres : le premier niveau conduit à voir la sociologie comme la « nouvelle science » à la mode dans le monde universitaire et savant ; le deuxièmeconsidère que cette science peut se diffuser dans des cercles plus larges ; le troisième suppose qu’il faut concevoir le label « sociologie » sans son bagage épistémologique et renvoie à des usages politiques et littéraires. Cette mode portant sur le terme de « sociologie » dont se plaignent Tarde, Worms ou Simiand constitue par conséquent un phénomène original dans l’histoire des sciences sociales, plus divers que ce qu’on entend généralement. Ceci permet, au final, de poser les bases d’une histoire de la sociologie française plus complexe.

  • 4 Le Catalogue général de la librairie française a été établi par Otto Lorenz (1831-1895), en vue de (...)

6Voici au total un livre fort stimulant et original, qui conduit à remettre en cause un certain nombre d’idées reçues. En ce sens, l’utilisation des méthodes et concepts empruntés à la sociologie des sciences est une initiative heureuse. Ce croisement entre trajectoires sociales, investissements intellectuels et pratiques scientifiques appelle par ailleurs d’autres investigations plus approfondies, car il donne envie de connaître certains des ouvrages (et des auteurs) « inconnus », mentionnés, dont l’auteur donne du reste parfois quelques extraits sans qu’on sache très bien ce qui a guidé son choix (par exemple p. 148-149). Restent néanmoins en suspend quelques questions méthodologiques. Le choix du catalogue Lorenz4 aurait mérité d’être plus argumenté. On aurait aimé en savoir plus sur le document, ses conditions de production, notamment pour avoir une idée plus claire de sa « fiabilité » (son exhaustivité ?) concernant la recension des productions sociologiques de l’époque. Par ailleurs les livres ont été sélectionnés en fonction des mots-clés des titres : « sociologie », « sociologue », mais aussi par exemple « physiologie sociale » ou « sociométrie ». Cette sélection par les titres a des limites, reconnaît l’auteur, puisque par exemple De la division du travail social n’est pas recensée dans le corpus, de même que tous les « classiques » de la sociologie qui s’attachent à un objet précis (on peut penser aux livres de Mauss, Simiand et Halbwachs, entre autres, mais aussi de nombre de leplaysiens). Son argument à ce sujet est que ce qu’on laisse de côté est surtout un corpus que l’historiographie connaît. Ce qui est peut-être aller un peu vite en besogne, car il est fort possible que soient aussi laissés de côté nombre (combien, en quelle proportion ?) d’ouvrages de « vaincus » de l’historiographie qui précisément intéressent son propos. Bref, même si, bien sûr, on ne peut pas tout faire dans une recherche, cette question reste non résolue. Enfin, une présentation systématique de toutes les archives consultées aurait aussi été bienvenue (par exemple pour savoir comment les renseignements biographiques sur les « publicistes » ont été trouvés). À noter, pour finir, l’absence de numérotation dans les titres et les sous-titres qui rend la lecture ardue, d’autant que Mosbah-Natanson distingue des sous-parties à un troisième niveau qui ne figurent pas dans la table des matières. Si bien qu’on a parfois du mal à se repérer dans le fil de la lecture. Ces remarques étant faites, voici un ouvrage de qualité qui contribue à renouveler son champ de recherche.

Haut de page

Notes

1 Scott Frickel et Neil Gross, « A General Theory of Scientific/Intellectual Movements », American Sociological Review, 70/2, 2005, p. 204-232, en ligne : https://doi.org/10.1177/000312240507000202 (consulté le 7 mars 2019).

2 Jean-Michel Berthelot (dir.), Figures du texte scientifique, Paris, PUF, 2003.

3 Randall Collins, The Sociology of Philosophies: A Global Theory of Intellectual Change, Cambridge/Londres, Harvard University Press, 1998.

4 Le Catalogue général de la librairie française a été établi par Otto Lorenz (1831-1895), en vue de recenser systématiquement la production éditoriale. Il a été continué et complété après sa mort.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Marcel, « Sébastien Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900 », Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019, 297-302.

Référence électronique

Jean-Christophe Marcel, « Sébastien Mosbah-Natanson, Une « mode » de la sociologie. Publications et vocations sociologiques en France en 1900 », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 34 | 2019, mis en ligne le 27 mai 2019, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3389

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Marcel

Université de Bourgogne

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals