Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32DocumentNorbert Elias et les études sur l...

Document

Norbert Elias et les études sur la Renaissance à Heidelberg (années 1920)

Norbert Elias and the studies of the Renaissance in Heidelberg (in the 1920s)
Reinhard Blomert
Traduction de Wolf Feuerhahn
p. 211-225

Texte intégral

Généalogie des mouvements de jeunesse (Jugendbewegung)

1À partir des années 1870, l’industrialisation a suscité dans l’Empire allemand une vague de mobilité massive. Les artisans ruraux ont disparu face à la concurrence de l’industrie, les paysans journaliers se sont vu promettre des emplois fixes et ont migré dans les villes, où ils formèrent dans une première phase une nouvelle main-d’œuvre dans les usines, à laquelle ont fait suite dans une deuxième phase à partir des années 1890 les « nouvelles classes moyennes » (neue Mittelstand) : des employés, des techniciens et des ingénieurs.

2En 1875, il y avait encore deux tiers de la population allemande qui vivait à la campagne – en 1925 il ne s’agissait plus que d’un tiers. Nous avons donc affaire à une recomposition des couches sociales particulièrement importante.

3La plus grande partie de la population de la république de Weimar vivait dans un environnement urbain, mais avec un arrière-plan rural.

  • 1 Dieselbe Wirtschaftssteuerung, die man heute fast in der ganzen abendländischen Welt so gut wie ac (...)

4L’industrie exigeait un nouveau rythme, de nouvelles performances, de nouvelles formations. Elle offrait des possibilités d’ascension sociale et exigeait en même temps une nouvelle autodiscipline, elle modifiait considérablement les mentalités et les manières de vivre. Les nouveaux groupes sociaux étaient associés à de nouveaux jugements de valeur relatifs aux emplois et positions et conduisaient au choc des cultures. De là il suivait une difficulté nouvelle à avoir une vue d’ensemble et un sentiment d’aliénation qui prenait la forme d’une menace au sein de la bourgeoisie cultivée (Bildungsbürgertum) : le développement des sciences de la nature (Naturwissenschaften) au cours de la deuxième phase de l’industrialisation, lorsque l’université et les laboratoires industriels devinrent le moteur du développement, modifia la hiérarchie des disciplines, les sciences de l’esprit (Geisteswissenschaften) étant ravalées au deuxième rang. Ce processus trouva un exutoire à partir des années 1890 dans les mouvements de jeunesse (Jugendbewegung) qui se révoltaient contre le nouveau monde des bureaux (die neue Bürowelt), la mécanisation (die „Verapparatung“ [Alfred Weber1]) des êtres humains aux différents étages des usines et qui se tournaient en direction de la nature.

5Pourquoi y avait-il des mouvements de jeunesse aussi puissants en Allemagne ?

6Les conventions propres à la société wilhelminienne ne pouvaient contenir les transformations contemporaines. Faisait défaut à

  • 2 « Il manquait à la société allemande un lien dont la mesure vaudrait pour tous les cercles sociaux (...)

la société allemande un lien qui jouerait le rôle d’étalon pour tous les cercles sociaux : un modèle d’attitude, de formation et de conduite de vie qui aurait constitué un but pour toutes les couches sociales. Pour l’habitant des pays latins, c’est le cavalier qui fait figure d’un tel modèle ; les Anglais de toutes les couches sociales s’efforcent tous de devenir des gentlemen ; et le désir de tous les Américains d’être acceptés dans un club n’est pour finir rien d’autre qu’un tel souhait d’une reconnaissance sociale valant pour tous2.

  • 3 Voir Norbert Elias, « Die satisfaktionsfähige Gesellschaft », dans Studien über die Deutschen. Mac (...)
  • 4 Weber, 1988, 282.

7C’est ainsi que Charlotte Lütkens expliquait les choses. Elle était une élève d’Alfred Weber, le fondateur de l’Institut des sciences sociales et politiques (Institut für Sozial- und Staatswissenschaften, InSoSta) de Heidelberg, un esprit libéral et un mentor des mouvements de jeunesse. Les formes de socialisations et les rituels des étudiants, membres des corporations, et des lieutenants de réserve, étant donné qu’il s’agissait de « conventions de caste » (Kastenkonvention) ne constituaient pas, selon elle, des idéaux sociaux généralisables3. Max Weber s’était déjà plaint du manque de culture du goût en Allemagne à la différence de la France qui « l’aurait sauvée de son passé aristocratique et [...] qui aurait continué à la maintenir à travers l’esthétisation du type d’homme français4 ». C’est ainsi que se traduiraient les coûts ainsi que les gains de l’industrialisation tardive : on ne connut pas la brutalité de l’industrialisation anglaise précoce ; à la place un puissant parti des travailleurs se forma, lequel pouvait être opposé aux exigences des patrons d’usines et qui constituait un contrepoids (Balance) dans les rapports de force (Machtgleichgewichts). Ainsi la monarchie pouvait-elle se maintenir.

8Les mouvements de jeunesse constituaient une « couche transversale » (Querschicht) qui maintint jusque dans les années 1930 une très grande importance. Au-delà des classes économiques, des groupes religieux ou des partis, elle façonna une génération. Se formaient des organisations de jeunesse spécifiques, de plus en plus différenciées en regroupements étudiants, de jeunesse ouvrière, de jeunesse rurale, de jeunesse catholique, de jeunesse juive. Dans ces groupes, on se retrouvait pour randonner, chanter, faire du théâtre et danser ; mais aussi – dans ce que l’on nommait les « salles de discussions » (Sprechsälen) – pour débattre librement de la « question sociale » (soziale Frage), de la question sexuelle (sexuelle Frage), de la question juive (jüdische Frage). Des pièces de théâtre dans lesquelles les conflits intergénérationnels étaient thématisés avaient beaucoup de succès (Wedekind, Bronnen). L’art populaire et les anciens rituels des artisans étaient redécouverts. Les mouvements pour l’éducation populaire (Volkshochschulbewegung) et les projets de colonies (Siedlungsgedanken) y trouvèrent leur origine. Y étaient encore et toujours proclamés des mots d’ordre comme « responsabilité » (Verantwortung), « personnalité » (Persönlichkeit), « caractère » (Charakter), des concepts qui, à cause de cette mécanisation et de cette bureaucratisation, semblaient oubliés.

  • 5 Le Hohe Meißner était l’un des lieux les plus symboliques des mouvements de jeunesse. Les 11 et 12 (...)
  • 6 Les « soirées sociologiques » avaient été créées à l’initiative d’Alfred Weber. Il s’agissait de s (...)

9L’absence de centralisation culturelle allemande, une conséquence de la guerre de Trente Ans, n’avait nullement été résolue par l’unification impériale. C’est pourquoi s’étaient formées des spécificités locales : Dresden-Hellerau pour la peinture (Die Brücke), les nouvelles formes des arts décoratifs (ateliers de meubles Werkbund, Werkbund Möbelwerkstätten) et de la danse. À Darmstadt, le prince de Hesse avait soutenu une colonie de peintres (Mathildenhöhe) où plus tard le comte Keyserling, originaire des pays baltes, devait ouvrir une « école de la sagesse » (Schule der Weisheit) ; le quartier de Schwabing à Munich représentait un certain esprit artistisque et littéraire où se retrouvait notamment le cercle cosmique (die Runde der Kosmiker) auquel appartenaient Stefan George, Ludwig Klages et Schuler. Eugen Diederich domicilia quant à lui à Iéna sa maison d’édition si influente et fonda le cercle Sera (Sera-Kreis) qui organisait des conférences célèbres sur le Hohe Meißner5. À Heidelberg, on ne trouvait pas seulement le Zupfgeigenhansel, ce recueil de chants de mouvements de jeunesse qui rassemblait des chansons d’après le modèle de Des Knaben Wunderhorn (Le Cor enchanté de l’enfant) collectés et édités par Achim von Arnim et Clemens Brentano au début du xixe siècle ; mais aussi l’Université si attirante pour les dirigeants des mouvements de jeunesse : Alfred Weber y étant leur mentor et leur porte-parole intéressé. Heidelberg devint l’un des lieux les plus puissants des mouvements de jeunesse pendant la République de Weimar. Ceci apparaît dans la forme de la vie étudiante, les forums de discussions comme les « soirées sociologiques » (Soziologische Abende6), les revues étudiantes, mais aussi dans les modèles de la vie étudiante qui devaient perdurer : des structures comme celles des aides aux étudiants (Studentenhilfe) qui étaient organisées par Henry Goverts, étudiant à Heidelberg, et l’assistant à l’InSoSta Johann Hermann Mitgau ou l’association des étudiants salariés (Werkstudententum) ou l’association sportive étudiante (Studentensport) et le service d’échange universitaire duquel est né l’actuel Deutscher Akademischer Austauschdienst (DAAD).

10Lorsque l’Empereur abdiqua après la défaite et que la démocratie fut proclamée, une série de dirigeants des mouvements de jeunesse obtint des positions institutionnelles de pouvoir ; d’autres créérent leurs propres institutions en particulier dans le domaine des réformes pédagogiques. On ne saurait suffisamment souligner leur force de transformation dans certains domaines de la société de la République de Weimar. En tout cas, les mouvements de jeunesse de cette deuxième génération se transformèrent. Au cours des années 1920, ils acquirent un caractère plus strict, plus clos sur eux-mêmes.

11Ce qui caractérisait la première génération des mouvements de jeunesse des générations suivantes, c’était l’expérience que les membres de la première avaient eue de la Grande Guerre et de la Révolution russe à l’âge où ils devenaient adultes. Alors que la première génération des mouvements de jeunesse voulait encore user de manière responsable des espaces de liberté de la société en mobilisant leur expérience de la Grande Guerre et de la Révolution russe, la seconde qui n’avait pas pris activement part au conflit mit l’État au défi.

  • 7 Die Heimat bot ihnen zunächst die Misere der Inflationszeit, verschärften Konkurrenzkampf, Armut, (...)

12Marianne Weber écrivit sur les jeunes qui rentraient du front : « La patrie leur offrait tout d’abord la misère d’une époque d’inflation qui attisait la concurrence, la pauvreté, la détérioration des possibilités de croissance ; leur développement intellectuel était repoussé de plusieurs années ». Elle percevait précisément la problématique qui en résultait : « Enfin, il y a le risque que pour beaucoup de jeunes gens [...] leur maturité intellectuelle soit repoussée et qu’ils restent dans un état de puberté morale qui les empêche de faire leurs preuves dans le monde réel7 ».

13Les mouvements de jeunesse présentaient les caractéristiques typiques de la formation communautaire de l’adolescence : d’un état clos sur lui-même à une formation ordonnée. Ainsi témoignaient-ils de phases distinctes caractérisées par des priorités spécifiques. Alors que la première génération formait une couche transversale et qu’ainsi s’était formée une culture de la jeunesse contre la tradition, cette ancienne opposition n’existait plus pour la deuxième génération après la Grande Guerre car les traditions avaient elles-mêmes été désavouées par la défaite et parce que la République n’avait pas encore forgé ses propres traditions. Voilà pourquoi la deuxième génération rechercha davantage l’ordre, la solidité et la force. Elle se tourna d’abord contre le « diktat » de Versailles et ses espoirs se dirigèrent vers le dépassement de l’état amorphe de la société allemande. Mais la communautarisation ne se déroulait plus entre des éléments d’une « avant-garde intellectuelle » partageant le même savoir et fonctionnant de manière démocratique, mais au contraire la concurrence entre les groupes crut.

Norbert Elias, un membre des mouvements de jeunesse sionistes

  • 8 À ce propos et très récemment en français, voir : Trom, 2016. Ce texte est précédé de la traductio (...)

14Norbert Elias n’en a jamais parlé, mais depuis les travaux de Jörg Hackeschmidt (1997)8, nous savons qu’il était dès avant la Première Guerre mondiale membre du mouvement de jeunesse juif Bleu-Blanc (Blau-Weiß), un groupe favorable aux colonies sionistes pour échapper aux contraintes d’assimilations imposées à leurs parents. Si la génération précédente était en train de s’assimiler totalement, la stratégie était ici inverse ; celle d’une prise de distance à l’égard de la société protestante prussienne.

  • 9 Le mouvement Wandervogel (littéralement : oiseau migrateur) était un groupe de jeunes gens fondé e (...)

15Pour prendre conscience de l’attrait engendré par ce mouvement sur les jeunes juifs, il suffit de constater le développement de ces groupes : des associations étudiantes juives, des groupes de camaraderies juifs s’établirent et même le mouvement des Wandervogel (Wandervogelbewegung)9 attira la jeunesse juive. Le mouvement de randonnée Blau-Weiß, fondé en 1912 avait déjà 900 membres en 1914 répartis en 26 sections locales et possédait deux maisons de campagne. Le projet sioniste suscitait l’intérêt parce qu’il donnait davantage d’assurance ainsi qu‘une place au peuple juif sur la terre.

  • 10 Elias, 2002, 9-28.

16En 1918, Elias fut nommé guide et appartenait au cercle des dirigeants du groupe de Breslau. Il participa aux débats sur les objectifs et le style de direction lors des rencontres nationales des guides du Blau-Weiß et publia dans l’organe de l’association un article important qui explicite le programme éducatif du groupe. Le titre de la contribution était « Apprendre à voir dans la nature » („Vom Sehen in der Natur“10). Il y était question de l’éducation à voir et à saisir le monde par soi-même, de la façon correcte de faire des expériences et de former des jugements selon les règles scientifiques. Dans cet article, on trouve en germe presque tous les points centraux de la pensée d’Elias telle qu’on la retrouvera développée, affinée et approfondie par la suite.

Renaissance juive

17Le groupe Blau-Weiß se retrouvait autour du mot d’ordre d’une « Renaissance juive » (jüdische Renaissance) en un double sens. Alors que l’on vient de fêter les 500 ans de la Réfome luthérienne on peut peut-être saisir pourquoi il y eut un mouvement intellectuel qui interrogea l’interprétation hégémonique de l’histoire prusso-allemande à partir de la Réfome et qui, à l’inverse, se tourna vers la Renaissance qui apparaissait comme se situant au-delà de la partition du monde chrétien en réformés et catholiques. Elle symbolisait un renouveau dans plusieurs directions dans lequel la jeunesse juive pouvait s’inscrire.

  • 11 Hackeschmidt, 1997, 159 et suiv.
  • 12 Ibid., 180.

18Les guides du groupe Blau-Weiß de Breslau qui souhaitaient s’installer en Palestine associaient deux choses. Non seulement l’exemple de la formation étatique propre aux républiques d’Italie du Nord du xve siècle. Mais aussi le concept d’un renouvellement de la société par une communauté de formation qui introduisait de nouvelles normes en matière artistique, scientifique et technico-pratique ; un processus qui devait conduire au nouvel homme juif en Palestine. Il s’agissait d’un « travail populaire » (Volksarbeit) qui devait être réalisé par des personnes formées ; il s’agissait donc d’une éducation professionnelle, mais aussi d’une formation générale ancrée plus profondément de même que du savoir relatif aux racines du peuple juif. Elias écrivait : « Le but est de faire de nous, juifs, cette masse sceptique, cynique, relativiste et au fond à moitié désespérée qui depuis des siècles prolifère sous la contrainte et qui a depuis longtemps perdu l’habitude de l’odeur d’une culture profonde qui suscite la ferveur… de forger à partir de ces juifs un peuple de culture (Kulturvolk)11 ». Le sionisme, compris comme un programme de formation et d’édification de l’État juif doit réussir ce « renouvellement profond du peuple juif » et faire en sorte « que le creuset dans lequel les qualités maculées, asservies… et propres au ghetto soit vidé afin que le type d’un juif nouveau, libre, fier, actif et conscient de sa valeur soit possible »12.

  • 13 Ibid., 255
  • 14 Ibid., 118.
  • 15 Elias écrivait : « Le but est de faire de nous autres, Juifs, cette foule sceptique, cynique, rela (...)

19Après la déclaration Balfour (1917) la question de la formation d’un État en Palestine était devenue une question d’ordre pratique. Le guide des Blau-Weiß Walter Moses créa des fonds pour financer les projets de colonisation, dirigea une institution pour la formation professionnelle et, en 1924, commença l’émigration en Palestine13. Le mouvement Blau-Weiß prêtait une attention particulière à l’établissement d’ateliers pour des métiers et des formations artisanaux entièrement dans le style des mouvements de jeunesse qui s’étaient opposés à l’industrie. Ainsi s’opposait-il radicalement aux associations et syndicats des juifs de l’Est, très puissants, qui valorisaient le collectivisme. Pour le mouvement Blau-Weiß, cette pensée constituait une menace pour la liberté individuelle14. Moses avait une connaissance développée des mécanismes économiques, s’engagea dans la culture du tabac et dans l’association des industriels en Israël. Après des débuts concluants, ce fut en 1926 la fin de l’idée des Kibboutz du mouvement Blau-Weiß. Cet échec était manifestement inévitable à partir du moment où les groupes socialistes commencèrent à combattre le concept d’ateliers. La personnalité complexe de Moses avait aussi suscité des problèmes au sein du mouvement. Pour ses détracteurs, il se considérait comme un « roi » qui n’acceptait pas et ne valorisait pas les droits individuels et les compétences individuelles des membres. Elias faisait partie de ces détracteurs. Toutefois, il ne dénonçait pas cette posture royale, mais le fait que Moses n’était pas à la hauteur du statut de roi qu’il revendiquait étant donné qu’il ne semblait pas reconnaître qu’il ne pouvait définir sa position indépendamment des autres parties prenantes du réseau : « Chaque homme individuel est un homme entier qui donne et qui prend à la fois » pour reprendre les termes d’Elias15.

Elias à Heidelberg

  • 16 La thèse s’intitulait « Idée et individu. Une contribution à la philosophie de l’histoire ». Elias (...)

20Elias avait passé un semestre à Heidelberg en 1919 avec son camarade du mouvement Blau-Weiß Franz Meyer. Les attirait la réputation du sociologue Max Weber. Le fait que le sociologue ait quitté Heidelberg n’avait manifestement pas atteint Breslau. Ils suivirent les enseignements de Karl Jaspers, Hans Driesch et Heinrich Rickert. Elias s’était bien entendu avec le médecin et philosophe Karl Jaspers. Lors d’une promenade sur le chemin des philosophes, Jaspers lui avait parlé de Max Weber qu’il admirait tant et avait attisé sa curiosité pour la sociologie. Après avoir soutenu sa thèse de philosophie à Breslau, Elias revint en 1925 une deuxième fois à Heidelberg alors qu’il s’était déjà détourné du mouvement Blau-Weiß et alors qu’il cherchait une relance de sa carrière universitaire qu’il n’avait pas pu poursuivre à cause d’un conflit avec son directeur de thèse à Breslau, Richard Hönigswald16.

  • 17 Comme devait la présenter Elias dans un entretien qu’il m’avait accordé.
  • 18 Un projet qu’il évoque dans un curriculum vitae daté de 1930 retrouvé dans les archives de l’Unive (...)
  • 19 Pour obtenir une bourse, il fallait l’engagement d’un professeur d’université, engagement que Jasp (...)

21Elias séjourna cinq ans dans la « petite ville vivante17 ». Il se rendit d’abord aux cours de Jaspers afin de préparer une habilitation sur « l’histoire de la conscience humaine »18. Lorsque Jaspers refusa, il se tourna vers la sociologie19. Alfred Weber devint alors la personne de référence en matière institutionnelle pour lui et aussi son maître, même si en un sens moins fort car Elias avait déjà « achevé » ses études lorsqu’il arriva à Heidleberg et avait l’habitude de se forger ses opinions tout seul : Alfred Weber aimait cette attitude.

  • 20 Ces conférences avaient vocation à rassembler des scientifiques français et allemands afin de cont (...)
  • 21 Raulet, 2001 ; Mannheim, 2001.

22Elias appartint rapidement au « cercle restreint » de l’Institut für Sozial- und Staatswissenschaften de Heidelberg car il avait obtenu la reconnaissance des personnalités décisives de cette structure : Marianne Weber, dans le salon de laquelle, grâce à un exposé, il avait obtenu son billet d’entrée pour une carrière possible à l’InSoSta ; d’Alfred Weber qui le prit parmi ses élèves qui préparaient une thèse d’habilitation et de Karl Mannheim dont il devint rapidement l’« assistant » avec un statut à moitié institutionnalisé. Et on le retrouve comme un représentant du corps universitaire intermédiaire (Mittelbau) dans les conférences de Davos (Davoser Hochschulkursen)20 ainsi qu’au congrès des sociologues allemands organisé à Zurich en 192821, où il participa à deux débats. Dans l’un des deux exposés, il s’agissait de « l’art des primitifs » alors en vogue. Dans cet exposé, il dévoile sa compréhension du processus historique comme un procès de prise de conscience générale, de lumière et d’une meilleure compréhension du monde. Il croyait qu’on ne pouvait jamais exclure la compréhension d’hommes appartenant à d’autres cultures et cela sous prétexte qu’« ils auraient une autre nature » que nous car il était « au contraire » convaincu « qu’il n’existe qu’un seul type d’homme » (ibid.). Mais d’après son explication, la difficulté résidait dans l’ignorance générale des étapes de la conscience que le développement des sociétés aurait franchies dans des mesures différentes. Son exemple du chef d’armée français en Afrique du nord qui fait la guerre à des troupes indigènes et tombe involontairement sur l’effectivité de la magie rappelle ses réflexions sur la Renaissance comme une étape de développement (Entwicklungsschritt) au cours de laquelle avait été atteinte une nouvelle étape de la conscience générale. Dans ce débat, il posa sa question centrale :

  • 22 Wie erlebt der Primitive selbst die Welt ? Warum ist er gezwungen, die Welt so und nicht anders zu (...)

Comment le primitif éprouve-t-il lui-même le monde ? Pourquoi est-il contraint à éprouver le monde de cette manière et pas d’une autre et pourquoi sommes-nous contraints – nous ne pouvons pas faire autrement – à éprouver le monde de cette manière et pas d’une autre, alors que nous sommes tous deux des êtres humains probablement de même nature ? D’où provient ce caractère inévitable, cette nécessité interne qui fait qu’un primitif ne peut pas ne pas éprouver un arbre autrement que de cette manière – comme un esprit ! – et que nous ne pouvons plus l’éprouver comme un esprit ?22

  • 23 Wir, die heute Lebenden, haben den Übergang von der Auffassung der Welt als einer Geisterwelt zu d (...)

23Son explication joue aussi un rôle dans le plan (Disposition) du projet d’habilitation qu’il envisageait de faire avec Alfred Weber : « Nous qui vivons aujourd’hui n’avons pas nous-même accompli la transition de la conception du monde comme un monde d’esprits à la conception du monde comme “nature”, mais nous sommes contraints de réaliser en nous-même cette manière d’éprouver le monde comme un héritage auquel nous sommes liés23. » Ici les choses apparaissent plus clairement : la médecine et la biologie imposaient alors des questions auxquelles la sociologie pouvait donner des réponses. Comment peut-on expliquer le niveau du développement humain, les performances intellectuelles des hommes dans les diverses sociétés ? S’agit-il de conditions relevant de l’hérédité ou de processus sociaux de formation et de façonnement intellectuel ?

24Alfred Weber n’était pas seulement proche des mouvements de jeunesse en tant qu’il était leur mentor, mais il défendait aussi un concept de la sociologie qui, selon Alfred von Martin, se dissolvait « pour finir dans l’histoire ». Elias avait certes apporté une forte orientation historique, mais il n’avait encore jamais appris à connaître la liaison entre la matière et la structure, telle qu’Alfred Weber l’enseignait. La discipline « sociologie » n’avait connu un large écho public qu’à partir du milieu des années 1920.

  • 24 Elias, 2002, 25.
  • 25 Elias, 1991, 117.

25Elias racontera bien plus tard : « Lorsque j’ai étudié pendant une courte période à Heidelberg au début des années 1920, je vivais avec des étudiants en philosophie. [Lorsque je] revins pour la deuxième fois à Heidelberg en 1924, mon état avait changé de direction24 ». L’une des particularités de l’université de Heidelberg était alors que la sociologie y avait un statut élevé. Le souvenir de Max Weber y contribuait beaucoup. Alfred Weber ne se contentait pas de gérer son héritage spirituel, mais donnait à sa manière de nouvelles impulsions à ce domaine scientifique. Et la veuve de Max Weber, Marianne, jouait un rôle important en tant que légataire de la tradition25.

  • 26 Voir Blomert, Esslinger et Giovannini, 1997 ; Blomert, 1999.

26En effet, l’Institut für Sozial- und Staatswissenschaften26 connaissait une forte fréquentation en comparaison avec d’autres séminaires : en 1925, l’InSoSta connaissait un ratio de 169,8 étudiants pour un professeur, alors que dans la section des sciences de la nature de la faculté de philosophie le ratio était de 25,5 étudiants et chez les juristes de 28,4 étudiants toujours pour un professeur. La variété des possibilités de recherches qu’autorisait la sociologie de Heidelberg était l’une de ses caractéristiques principales. Cela tenait au libéralisme d’Alfred Weber et à la large palette thématique de ses intérêts.

Le thème de la Renaissance

  • 27 Burckhardt, 1986.
  • 28 Voir à ce propos : Huizinga, 1991, 13, 41, 65 ; Schiller, 2000.

27Depuis le livre de Jakob Burckhardt, Kultur der Renaissance27, la Renaissance était devenue un thème majeur qui remettait en cause la représentation historiographique selon laquelle la Réforme était le seuil d’une nouvelle époque, une représentation auparavant très largement répandue. Publié en 1860, le livre avait rapidement connu trente éditions. L’économiste et historien de la culture de Heidelberg, Eberhard Gothein, s’était occupé en 1886 de la « Renaissance dans l’Italie du Sud » (Renaissance in Süditalien) et avait été salué par Jakob Burckhardt lui-même comme son héritier et successeur comme le remarque Edgar Salin dans la nouvelle édition du livre de Gothein (Gothein, 1924). Avec sa biographie de l’humaniste Culuccio Salutati, Alfred von Martin avait publié en 1916 un « chapitre de la genèse de la Renaissance » dans lequel il tentait de déplacer la focale vers l’humanisme (von Martin, 1932). Parmi les études des professeurs de Heidelberg, il faut citer celles de Carl Neumann, Henry Thode et Ernst Troeltsch, tout comme celle de l’étudiant de Heidelberg Ernst Kantorowitz sur Frédéric II (1927)28, qui était dédiée au poète Stefan George. Derrière l’apologie de Dante par les disciples de Stefan George on trouvait une sorte de contre-modèle vis-à-vis de l’Italie républicaine des cités de la Renaissance : l’apothéose de l’idée d’Empire (Reich). Je ne m’attarderai pas sur les différentes études qui, toutes, avaient leur propre focale.

  • 29 Weber, 1935, 276.
  • 30 Voir Cassirer, 1997, 209.

28La Renaissance comme période de bouleversement au sein des cités-États de l’Italie du Nord en cours de formation avait des dimensions économiques, scientifiques, politiques, religieuses et artistiques, lesquelles invitaient à l’époque de Weimar à la comparaison. Les uns considéraient les parallèles plutôt de manière structurelle, les autres plutôt en rapport à des personnalités (c’était le cas de l’école de Stefan George). Mais cette époque suscitait en particulier l’intérêt au titre de « lieu d’émergence du capitalisme occidental » (Ursprungsgehäuse des abendländischen Kapitalismus29). Ernst Cassirer s’était tourné vers l’importance de la Renaissance en tant qu’elle était pour lui une époque de changement (Wendezeit) au cours de laquelle on avait découvert une nouvelle méthode scientifique – la mesure et la pesée – en tant qu’il s’agissait d’une observation exacte de la nature qui dépassait l’expérience sensible et qui, par le biais des mathématiques, contenait en elle la possibilité d’une connaissance de ses lois30.

29Le thème du séminaire sur la Renaissance d’Alfred Weber (semestre d’hiver 1928-1929) était donc de la plus grande actualité et particulièrement stimulant si l’on prend en compte l’arrière-plan du sionisme d’Elias au cours des années précédentes. Peut-être cet approfondissement théorique l’aida-t-il à dépasser l’expérience de l’échec du mouvement Blau-Weiß ?

30Dans son séminaire, Alfred Weber voulait faire émerger une sociologie historique empirique à l’aide de ses catégories de sphère de la société, processus de civilisation et de mouvement culturel (Gesellschaftssphäre, Zivilisationsprozeß und Kulturbewegung). Les domaines de la religion, de la politique et de la philosophie devaient au départ être traités séparément puis être liés ensemble « de telle sorte qu’ils puissent être interprétés comme les expressions physionomiques d’une culture déterminée ». Il a rédigé le syllabus d’un séminaire spécifiquement consacré à la Renaissance dans lequel il soulignait la coloration nationale comme un des caractères principaux de cette époque :

  • 31 Das Lebensgefühl der Renaissance empfängt sein besonderes Gepräge durch seine nationale Färbung. N (...)

Le sentiment vital de la Renaissance reçoit sa conformation particulière par sa coloration nationale. Ce n’est pas la reviviscence de l’étude de l’Antiquité classique en soi qui est l’essentiel, mais que cette reviviscence ait eu lieu à partir de l’esprit d’une nouvelle attitude nationale italienne et plus particulièrement romaine31.

Le plan d’habilitation d’Elias

31L’esquisse du premier travail d’habilitation d’Elias relève du cadre de ce séminaire (Colloquium). C’est là qu’il la présenta. J’ai trouvé dans le fonds Alfred Weber du département des manuscrits de la bibliothèque universitaire de Heidelberg un « plan » de 8 pages intitulé « L’émergence des sciences modernes de la nature » (Die Entstehung der modernen Naturwissenschaften). Le fait qu’il provienne d’Elias a été rapidement établi à partir de toute une série d’indices : le style, la manière de présenter le thème et ses propres indications dans ses notices autobiographiques.

  • 32 Le romaniste Leonardo Olschki était le fils de Leo Samuel Olschki qui possédait des librairies ven (...)
  • 33 Leo Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, Die Literatur de (...)
  • 34 Extrait d’un entretien réalisé avec Elias le 11 mars 1984.

32Avec cette esquisse, Elias renouait un lien avec le petit texte déjà mentionné qu’il avait écrit pour le journal du mouvement de jeunesse juif Blau-Weiss (Blau-Weiss-Blätter). Il s’agissait d’une recherche de sociologie du savoir portant en particulier sur la question des conditions sociales de formation de la perception qu’avaient les « maîtres expérimentateurs » de la Renaissance et la question de savoir « quels types d’hommes » ils étaient. Ce faisant, il s’appuyait beaucoup sur un travail qui est aujourd’hui injustement oublié : L’histoire de la littérature scientifique dans les langues modernes (Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur) de Leonardo Olschki32 en trois volumes et dont le premier avait paru à Heidelberg en 191933. Olschki y a présenté le développement scientifique depuis ses commencements au Moyen Âge tardif jusqu’à Galilée et l’a formulé de manière passionnante et fluide. Brunelleschi, Donatello, Masaccio et enfin Léonard n’étaient, selon lui, ni des scolastiques ni des humanistes ; ils parlaient italien, pas latin et n’appartenaient pas à l’université. Olschki y formulait la thèse selon laquelle la découverte de la perspective ainsi que les découvertes mathématiques et astronomiques ne pouvaient qu’avoir trouvé leurs origines dans ce milieu scientifique indépendant. Le monde savant n’aurait pas pu réaliser le saut dans la science empirique car il était trop prisonnier de l’aristotélisme. Cette thèse suscitait le vif intérêt d’Elias. Saper vedere (apprendre à voir), le mot d’ordre de Leonardo da Vinci était aussi depuis longtemps sa propre maxime : Elias avait renvoyé à Léonard dans l’article de 1921 et il disait, à l’occasion à propos de lui-même, « je suis un sociologue qui veut voir » (Ich bin ein Soziologe, der sehen will34).

33Olschki avait montré que l’Italie de la Renaissance depuis les « maîtres expérimentateurs » jusqu’à Galilée avait dominé pendant un ou deux siècles le développement européen des sciences, des techniques et des arts. Selon lui, cela avait beaucoup plus d’importance que les traditions humanistes qui, de son point de vue, n’avaient fait qu’empêcher le développement des « sciences modernes de la nature ».

34Avec la condamnation de Galilée par l’Église, le mouvement des sciences de la nature fut interrompu, un mouvement qui était lié de façon mémorable au volgare (l’Italien vulgaire), à un milieu bourgeois en cours de formation qui avait aussi donné naissance aux expéditions terrestres de Marco Polo ainsi qu’aux expéditions maritimes autour du monde. Le fait que Galilée ait dû se rétracter non pas parce qu’il annonçait l’héliocentrisme, mais parce qu’il l’annonçait dans la langue du peuple – telle était la perspective de Olschki que Elias s’appropria.

  • 35 Und so wuchs der Menschheit wie immer nach einer geistigen Revolution ein neues Glück und ein neue (...)

35Elias emprunta au livre de Olschki l’incitation à présenter les développements scientifique et artistique comme les enfants d’un esprit. Mais il contredit Olschki qui renvoyait directement l’absence de systématicité de la pensée de Léonard aux influences néfastes de l’Académie florentine qui aurait « fait de Michelangelo et Leonardo des natures hybrides contradictoires et autodestructrices », aurait « violé » leur nature originelle et « les aurait laissés s’écarter du droit chemin ». Elias cite Olschki et note à ce propos : « Olschki a tort ! » (Unrecht Olschkis!). Il partageait certes avec Olschki l’idée selon laquelle quelque chose se développerait au cours de l’histoire, voire qu’il y aurait quelque chose comme un progrès. Mais pour lui, ce « caractère inaccompli » (Unfertigkeit) de Léonard était la preuve que les progrès du savoir se déroulent par stades (Stufe) car le savoir ne faisait pas de sauts selon lui. La Renaissance avait pour Elias la signification d’un nouveau stade dans le savoir de la société. À cette époque, un développement de l’esprit avait eu lieu que l’on pouvait reconnaître. Quant à la question de savoir si ces nouvelles connaissances étaient bonnes ou non, il cherchait dans la phrase conclusive de son esquisse une solution nuancée. On y trouve la phrase suivante : « Et ainsi apparut chez l’humanité, comme toujours après une révolution individuelle((,)) une nouvelle joie et une nouvelle douleur. La joie nouvelle que donnait à l’être humain la conscience de sa propre faculté de connaissance, et la douleur nouvelle, la souffrance causée par son propre état de conscience, par la froideur de sa propre faculté de connaissance ou rationalité35. » Elias maintenait ainsi la tension entre l’optimisme de Olschki et l’angoisse de Max Weber face à la « cage de la servitude » (Gehäuse der Hörigkeit).

  • 36 Wenn wir die Renaissance als Geburtsstunde des modernen Nationalstaates ansprechen, so dürfen wir (...)

36Elias n’acheva pas ce travail. En quittant Heidelberg pour Francfort en octobre 1930, il changea de mentor – il passa d’Alfred Weber à Karl Mannheim – ainsi que de thème d’habilitation. Que resta-t-il de son esquisse ? Dans Le procès de civilisation, on peut reconnaître les pensées de ce plan. Ses recherches le conduisirent d’un point de vue géographique au « centre de la France » (Olschki), là où Léonard lui-même s’était rendu afin de contribuer à façonner avec Benvenuto Cellini et d’autres artistes italiens sous François Ier les commencements brillants de la civilisation française et de l’État français. Dans sa contribution à la Deutsche Vierteljahresschrift für Literatur de 1927, Hedwig Hintze avait décrit comment la Renaissance avait pénétré d’Italie par Toulouse pour y devenir la « Renaissance française » (französische Renaissance), un article qui était tout entier consacré à la Renaissance (Hintze, 1927). Il est possible qu’Elias ait eu le troisième cahier (Heft 3) entre les mains car on y trouve déjà quelques ingrédients qui constitueront plus tard son grand livre sur Le procès de civilisation. Le fait que l’article se conclut par la mention de l’importance de l’Etat-nation et une citation de Goethe s’inscrivait pleinement dans la continuité de ses recherches de Heidelberg : « Lorsque nous considérons la Renaissance comme la date de naissance de l’État-nation moderne, on ne doit pas oublier qu’on lui doit aussi l’annonce de cet autre idéal qui corrige le nationalisme, un idéal que Goethe a formulé de la façon suivante : l’Humanité est notre but éternel36. »

  • 37 Voir Blomert, 1992.
  • 38 Dans le cercle d’Erich Fromm et plus généralement au sein du mouvement Blau-Weiß de Francfort, le (...)

37À Heidelberg, Elias n’avait nullement cherché à entrer en contact avec le sanatorium psychanalytique de Frieda Reichmann37 étant donné qu’en tant que membre du mouvement Blau-Weiß il était très éloigné de l’orientation donnée par le rabin Nobel à Francfort, orientation qui était défendue par Frieda Fromm-Reichmann et Erich Fromm38. Ce n’est qu’à Francfort qu’il commença une analyse comme il était habituel à l’époque. Sur ce plan aussi, on trouve dans sa biographie des indices qu’il approfondissait l’attention qu’il portait à des questions relatives à l’attitude et aux dispositions psychiques : de la question du caractère connaissable et contrôlable de la nature extérieure jusqu’à la question du caractère connaissable et contrôlable de la nature intérieure, de la nouvelle manière de voir de maître-expérimentateurs et non universitaires qu’étaient les techniciens et les artistes à la question du procès de civilisation (Zivilisierung) par la formation d’États-nations en tant que cadres structurants dans le processus de l’atténuation des pulsions (Dämpfung der Triebe). L’aspect de sociologie du savoir ne sera pas refoulé, mais approfondi et enrichi par la psychanalyse et la sociologie de l’État.

Haut de page

Bibliographie

Blomert, R., 1992, « Das vergessene Sanatorium. Das „Therapeutikum“ der Frieda Fromm-.Reichmann », dans Bauer, J. H., Giovannini, N. et Mumm, H. M. (éd.), Jüdisches Leben in Heidelberg. Studien zu einer unterbrochenen Geschichte, Heidelberg, Wunderhorn, p. 249-263.

Blomert, R., 1999, Intellektuelle im Aufbruch. Die Heidelberger Sozialwissenschaften in der Zwischenkriegszeit, Munich, Hanser Verlag.

Blomert, R., Esslinger, H.-U et Giovannini, N. (éd.), 1997, Heidelberger Sozial- und Staatswissenschaften: das Institut für Sozial- und Staatswissenschaften zwischen 1918 und 1958, Marburg, Metropolis.

Burckhardt, J., 1986, La civilisation de la Renaissance en Italie, trad. de H. Schmitt ; préf. de Robert Klein, Paris, Librairie générale française, 3 vol.

Cassirer, E., 1997 [1927], Individuum und Kosmos in der Philosophie der Renaissance, Wiss. Buchges. Da.

Elias, N., 2002, Frühschriften (= Gesammelte Schriften, Band 1), Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Elias, N., 2005, Autobiographisches und Interviews (= Gesammelte Schriften, Band 17), Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Elias, N., 2016, « Sociologie de l’antisémitisme allemand », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 71/2, p. 379-384.

Gothein, E., 1993 [1924], Schriften zur Kulturgeschichte der Renaissance, Reformation und Gegenreformation, Band I : Die Renaissance in Süditalien, Salin, E. (éd.), Munich/Leipzig, Verlag Duncker & Humblot.

Hackeschmidt, J., 1997, Von Kurt Blumenfeld zu Norbert Elias. Die Erfindung der jüdischen Nation, EVA Vlg Hamburg.

Hintze, H., 1927, « Staat und Gesellschaft der französischen Renaissance unter Franz I. », dans Deutsche Vierteljahrsschrift für Literaturwissenschaft und Geistesgeschichte, Bd.V, S. p. 485-520.

Huizinga, J., 1991, Das Problem der Renaissance, Berlin, Wagenbach Verlag.

Lütkens, C., 1928, Die Jugendbewegung, Frankfurt, Frankfurter Societätsdruckerei.

Mannheim, K., 2001, « De la concurrence et de sa signification dans le domaine de l’esprit », L’Homme et la société, 140-141, p. 55-102 (DOI : 10.3917/lhs.140.0055).

Raulet, G., 2001, « La “querelle de la sociologie du savoir”. Introduction au texte de Mannheim », L’Homme et la société, 140-141, p. 9-25 (DOI : 10.3917/lhs.140.0009).

Schiller, K., 2000, Gelehrte Gegenwelten. Über humanistische Leitbilder im 20. Jahrhundert, Fischer TB, Ffm.

Trom, D., 2016, « Elias sur l’antisémitisme : le sionisme ou la sociologie », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 71/2, p. 385-420.

von Martin, A., 1932, Soziologie der Renaissance. Zur Physiognomik und Rhytmik bürgerlicher Kultur, Stuttgart, F. Enke Verlag.

Weber, A., 1950 [1935], Kulturgeschichte als Kultursoziologie, Munich, Piper Verlag.

Weber, M., 1926 (mai), « Die Jugendbewegung und die modernen pädagogischen Methoden », dans Die Frau. Monatsschrift für das gesamte Frauenleben unserer Zeit. Organ des Bundes deutscher Frauenvereine, Heft 8.

Weber, M., 1988, Gesammelte Politische Schriften, Stuttgart, UTB.

Haut de page

Notes

1 Dieselbe Wirtschaftssteuerung, die man heute fast in der ganzen abendländischen Welt so gut wie achtlos beinahe immer mechnistisch arbeitenden Büros übetrträgt und (wird) dadurch eines der gefährlichsten Ausbreitungsmittel der Verapparatung,… (Weber, 1950, 452). Weber craignait que cette mécanisation ne menace la liberté du « troisième homme » qui a encore conscience d’une « humanité partagée » (Allmenschlichkeit, ibid., 418) de la dignité humaine (ibid., 419) et qui voyait l’émergence du « quatrième homme » qui ne serait plus qu’un « élément fonctionnel » d’une machine existentielle entièrement rationalisée (ibid., 418). Ce sont les grandes entreprises capitalistes qui menacent la liberté : « Il suffit de regarder à la loupe les immenses mammouths avec leurs superstructures manageriales et bureaucratiques qui couvrent actuellement des portions si importantes de l’activité économique et les couvriront apparemment toujours davantage pour remarquer que ce n’est pas par une nécessité d’organisation technique qu’ils ont acquis leur importance actuelle. Mais ils ont acquis cette taille parce qu’ils sont des formations qui résultent de la concaténation du profit capitaliste » (ibid., 452).

2 « Il manquait à la société allemande un lien dont la mesure vaudrait pour tous les cercles sociaux : un modèle de comportement, de formation et de conduite de vie qui aurait été le but de toutes les couches sociales. Le chevalier est un tel modèle pour les peuples romans ; l’Anglais, à quelque cercle social qu’il appartienne, a pour plus haut désir d’être un gentleman ; et le fait que chaque Américain cherche à être accepté dans un club n’est rien d’autre que le souhait d’une telle reconnaissance sociale valant universellement. » (Lütkens, 1928, 41 et suiv.).

3 Voir Norbert Elias, « Die satisfaktionsfähige Gesellschaft », dans Studien über die Deutschen. Machtkämpfe und Habitusentwicklung im 19. und 20. Jahrhundert, 1989.

4 Weber, 1988, 282.

5 Le Hohe Meißner était l’un des lieux les plus symboliques des mouvements de jeunesse. Les 11 et 12 octobre 1913, 2000 à 3000 participants (pour la plupart des jeunes) s’y retrouvèrent à l’occasion de la Première Journée de la Jeunesse des Allemands libres (ersten freideutschen Jugendtag). Cet événement devait constituer un contre-programme au rassemblement militariste organisé à l’occasion du centième anniversaire de la bataille de Leipzig (octobre 1813). Les mouvements de jeunesse rejetaient également le système capitaliste et affirmaient leur amour de l’artisanat et de la nature.

6 Les « soirées sociologiques » avaient été créées à l’initiative d’Alfred Weber. Il s’agissait de soirées de discussion de l’Institut des sciences sociales et politiques au cours desquelles étaient présentés de brefs exposés. Elles avaient lieu dans une brasserie de Heidelberg et étaient organisées par des professeurs autant que par des étudiantes et des étudiants.

7 Die Heimat bot ihnen zunächst die Misere der Inflationszeit, verschärften Konkurrenzkampf, Armut, verschlechterte Wachstumschancen; ihre geistige Entwicklung war um Jahre verzögert. Deutlich sieht sie die Problematik, die daraus erwächst: Schließlich scheint auch die Gefahr zu bestehen, daß viele junge Leute aus ihrem Jugendreich, das ihnen für die Wendezeit so viel bietet, nicht rechtzeitig herausfinden, daß ihre geistige Reife sich ungebührlich hinauszögert und sie länger als nötig in der seelischen Pubertät stecken bleiben, die ihnen die Bewährung in der wirklichen Welt erschwert. […] aus seiner aristokratischen Vergangenheit herübergerettet und […] in der ästhetischen Durchgeformtheit des französischen Menschentypus weitergepflegt hat (Weber, 1926, 452).

8 À ce propos et très récemment en français, voir : Trom, 2016. Ce texte est précédé de la traduction d’un texte publié en 1929, voir Elias, 2016.

9 Le mouvement Wandervogel (littéralement : oiseau migrateur) était un groupe de jeunes gens fondé en 1901 par un professeur de Berlin-Steglitz qui randonnait et chantait dans la nature. Ce mouvement constitua le point de départ des mouvements de jeunesse.

10 Elias, 2002, 9-28.

11 Hackeschmidt, 1997, 159 et suiv.

12 Ibid., 180.

13 Ibid., 255

14 Ibid., 118.

15 Elias écrivait : « Le but est de faire de nous autres, Juifs, cette foule sceptique, cynique, relativiste et au fond déjà à moitié désespérée qui prolifère depuis des siècles sous une forte pression et qui a perdu l’habitude d’une culture profonde et qui suscite la ferveur » (Hackeschmidt, 1997, 218).

16 La thèse s’intitulait « Idée et individu. Une contribution à la philosophie de l’histoire ». Elias y récusait la validité de la notion kantienne d’a priori et s’opposait ainsi à son directeur de thèse. Il avait cru à tort qu’étant le leader d’un mouvement de jeunesse, il pouvait s’autoriser une controverse avec Hönigswald. Après une phase d’opposition, il dut reconnaître qu’il avait mal interprété les rapports de pouvoir et qu’il ne pouvait contraindre son directeur à accepter son point de vue. Lorsque, à l’occasion d’une visite à Amsterdam, je lui montrai sa thèse, il réagit, désagréablement surpris : « Quoi, vous avez retrouvé ma thèse ? C’est horrible ! » Et il m’expliqua que c’est sous la contrainte qu’il avait du faire des concessions à Hönigswald (entretien réalisé en 1984).

17 Comme devait la présenter Elias dans un entretien qu’il m’avait accordé.

18 Un projet qu’il évoque dans un curriculum vitae daté de 1930 retrouvé dans les archives de l’Université de Francfort (« Frankfurter Lebenslauf », voir Blomert, 1999, 234, 252).

19 Pour obtenir une bourse, il fallait l’engagement d’un professeur d’université, engagement que Jaspers ne se voyait pas lui signer : « Je comprends parfaitement ce que vous m’écrivez : que pour obtenir une bourse, il faudrait que vous vous engagiez en ma faveur comme on a l’habitude de le faire pour un écolier à propos duquel on veut dire quelque chose de très spécifique : on engage sa responsabilité en faveur d’une personne, un engagement que vous ne pouvez prendre pour moi », Brief Elias an Jaspers, Marbach, Literaturarchiv.

20 Ces conférences avaient vocation à rassembler des scientifiques français et allemands afin de contribuer à la paix en Europe.

21 Raulet, 2001 ; Mannheim, 2001.

22 Wie erlebt der Primitive selbst die Welt ? Warum ist er gezwungen, die Welt so und nicht anders zu erleben, und warum sind wir gezwungen - wir können nicht anders - die Welt so und nicht anders zu erleben, obwohl wir beide Menschen - wahrscheinlich - von derselben Natur sind? Woher kommt diese Zwangsläufigkeit, diese innere Notwendigkeit, aus der der Primitive einen Baum so und nicht anders - als Geist! - erleben muß und wir ihn nicht mehr als Geist erleben können? (Elias, 2002, 114).

23 Wir, die heute Lebenden, haben den Übergang von der Auffassung der Welt als einer Geisterwelt zu der Auffassung der Welt als „Natur“ nicht selbst vollzogen, sondern wir sind gezwungen, diese Art, die Welt zu erleben, als eine Erbschaft, an die wir gebunden sind, in uns zu verwirklichen (Wissenssoziologie, II. Bd., S. 283/f).

24 Elias, 2002, 25.

25 Elias, 1991, 117.

26 Voir Blomert, Esslinger et Giovannini, 1997 ; Blomert, 1999.

27 Burckhardt, 1986.

28 Voir à ce propos : Huizinga, 1991, 13, 41, 65 ; Schiller, 2000.

29 Weber, 1935, 276.

30 Voir Cassirer, 1997, 209.

31 Das Lebensgefühl der Renaissance empfängt sein besonderes Gepräge durch seine nationale Färbung. Nicht die Wiederbelebung des Studiums des klassischen Altertums an sich, sondern diese Wiederbelebung aus dem Geiste einer neuen nationalitalienischen insbesondere römischen Haltung heraus ist das Wesentliche.

32 Le romaniste Leonardo Olschki était le fils de Leo Samuel Olschki qui possédait des librairies vendant des livres anciens à Venise, Rome et Florence, les « premières et les meilleures d’Italie » selon l’édition 1926 de l’annuaire des libraires d’anciens (Weimarer Adressbuch der Antiquariate Deutschlands und der gesamten Ausländer). Il venait donc d’un milieu très favorable à une carrière universitaire. Il avait soutenu sa thèse sous la direction de Karl Voßler en 1906 puis son habilitation à Heidelberg en 1913. Il y avait alors obtenu un poste de professeur extraordinaire, puis ordinaire en 1924 avant de succéder à Ernst Robert Curtius en 1930 comme directeur du séminaire de romanistique.

33 Leo Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, Die Literatur der Technik und der angewandten Wissenschaften vom Mittelalter bis zur Renaissance, Heidelberg, Carl Winter, 1919 ; vol. 2, Bildung und Wissenschaft im Zeitalter der Renaissance in Italien, Leipzig/Florence/Rome/Genève, Leo Olschki Verlag, 1922 ; vol. 3, Galilei und seine Zeit, Halle, Max Niemeyer Verlag, 1927. Reprint par Kraus Verlag, Vaduz, 1965.

34 Extrait d’un entretien réalisé avec Elias le 11 mars 1984.

35 Und so wuchs der Menschheit wie immer nach einer geistigen Revolution ein neues Glück und ein neues Leid heran. Das neue Glück, das das Bewußtsein der eigenen Erkenntniskraft dem Menschen gab, und das neue Leid, das Leiden an seiner eigenen Bewußtheit, an der Kühle der eigenen Erkenntniskraft oder Rationalität.

36 Wenn wir die Renaissance als Geburtsstunde des modernen Nationalstaates ansprechen, so dürfen wir darüber nicht vergessen, daß von ihr auch jenes andere, den Nationalismus korrigierende Ideal verkündet worden ist, das Goethe in die Worte gefaßt hat: Humanität sei unser ewig Ziel.

37 Voir Blomert, 1992.

38 Dans le cercle d’Erich Fromm et plus généralement au sein du mouvement Blau-Weiß de Francfort, le sionisme était « discuté dans un […] contexte métaphysique, éthique et religieux ainsi que socialiste » (Hackeschmidt, 1997, 198).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Reinhard Blomert, « Norbert Elias et les études sur la Renaissance à Heidelberg (années 1920) »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 211-225.

Référence électronique

Reinhard Blomert, « Norbert Elias et les études sur la Renaissance à Heidelberg (années 1920) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/358 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.358

Haut de page

Auteur

Reinhard Blomert

Sociologue et professeur d’université, Berlin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search