Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32VariaDe l’engagement national-socialis...

Varia

De l’engagement national-socialiste à l’érudition philologique

Walther Heissig et les débuts des études mongoles en Allemagne
From National Socialist Commitment to Philological Scholarship. Walther Heissig and the Beginnings of Mongol Studies in Germany
Laurent Dedryvère
p. 229-258

Résumés

En étudiant l’engagement nazi et les débuts académiques de Walther Heissig entre 1933 et 1945, le présent article replace les premiers développements des études mongoles allemandes dans leur contexte idéologique et politique. Ces recherches visaient à la fois à renforcer l’influence allemande en Asie et à accroître les connaissances disponibles sur un peuple encore mal connu. Les travaux de Heissig publiés avant et après son départ au Manchoukouo (1941) montrent une inflexion progressive de la géopolitique et de l’ethnologie vers une recherche philologique moins idéologisée. Si les premiers textes de Heissig relèvent de la recherche appliquée en appui à la propagande de guerre, ses recherches de terrain lui permirent aussi de confronter ses théories à la réalité empirique et d’élargir l’éventail de ses questionnements. L’article pose ainsi la question des continuités personnelles et thématiques dans les études orientales allemandes entre la fin des années 1930 et l’après-guerre.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie ici Klaus Sagaster et Roberte Devaux-Hamayon pour leur aide et leurs suggestions. Anna Caiozzo m’a suggéré de travailler sur l’œuvre scientifique de Walther Heissig, et je lui en suis très reconnaissant. J’adresse des remerciements particuliers à Linda Erker, qui m’a communiqué le Gauakt de Walther Heissig, conservé aux archives d’État autrichiennes (voir infra, note 16). J’exprime ici également toute ma gratitude aux éditeurs, aux relecteurs et relectrices anonymes, ainsi qu’à ma collègue Charlotte de Castelnau-L’Estoile, qui m’ont grandement aidé à améliorer la qualité de ce travail.

  • 1 « Françoise Aubin (1932-2017) », CECMC - Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS) : http://cecmc.hypot (...)

1Walther Heissig (1913-2005) est aujourd’hui considéré comme l’une des figures majeures des études mongoles dans la seconde moitié du xxe siècle. Dans la notice nécrologique qu’elle lui consacra, l’historienne et anthropologue française Françoise Aubin, elle-même récemment disparue1, lui rendit hommage en ces termes :

  • 2 Aubin, 2006, 465.

Voici brusquement les mongolisants devenus orphelins : le lundi 5 septembre 2005, s’éteignait le Maître dont l’œuvre protéiforme a exploré pratiquement tous les champs possibles des études mongoles […], un savant dont la bienveillante cordialité semblait trouver réponse à toutes les questions que pouvaient lui adresser ses jeunes collègues2.

  • 3 Pour les hommages d’anciens collègues, élèves et amis, voir Walravens, 2012. Ce volume fait suite (...)

2Ces quelques lignes témoignent du statut acquis par Heissig dans sa discipline. Elles laissent aussi transparaître l’affection qu’il suscitait chez ses collègues, aussi bien dans son pays qu’à l’étranger3.

  • 4 Voir Walravens, H., « Vorwort », dans Walravens, 2012, 9-12 ; Franke, 2006.

3Au cours de sa longue carrière, Heissig finit par occuper une position institutionnelle forte dans le champ universitaire de la RFA. Titulaire d’une chaire de « sciences linguistiques et culturelles de l’Asie centrale » (« Sprach- und Kulturwissenschaft Zentralasiens ») à l’université de Bonn de 1964 à 1978, il joua après la guerre un rôle pivot dans les recherches sur l’Asie4.

  • 5 Voir Walravens, 2012, 201-203 (chapitre « Leben und Wirken. Frühe Jahre: Wien, Berlin, China »).
  • 6 Walravens, 2012, 265-301.

4Si sa carrière de l’après-guerre est bien documentée, ses années de formation jusqu’à son départ en Asie (mai 1941), puis son séjour au Mandchoukouo et en Chine (1941-1947) restent en revanche mal connus5. Cette lacune s’explique en partie par l’oblitération de son passé nazi, en partie par le caractère parcellaire des sources. Sa condamnation à Shanghai par un tribunal militaire américain pour faits d’espionnage et son incarcération (1947-1950)6 ne seront abordées ici que dans la mesure où elles éclairent son cheminement intellectuel.

  • 7 Sur le développement transnational des études mongoles entre les années 1830 et les années 1970, v (...)

5En décrivant les conditions dans lesquelles Heissig fit ses études et se spécialisa dans les études mongoles sous le IIIe Reich, on soulève des problèmes généraux intéressants, qui dépassent son seul cas personnel. Il se spécialisa dans la seconde moitié des années 1930, à un moment où les études mongoles étaient encore très peu développées en Allemagne, comme dans les autres pays européens et aux États-Unis7. Dans quelle mesure ce choix fut-il déterminé par la situation intérieure et internationale, en particulier par le rapprochement germano-japonais qui se dessinait à l’époque ? Les études mongoles représentaient-elles un intérêt aux yeux des dirigeants de l’Allemagne ? En replaçant les premières orientations disciplinaires, thématiques et méthodologiques du savant dans le contexte des années 1930 et 1940, on contribue à élucider les liens qui existaient alors entre le régime nazi et les études orientales.

  • 8 Pour un panorama encyclopédique, voir Hausmann, 2011.
  • 9 Voir en particulier Fischer, 1990 ; Conte et Essner, 1994 et 1995 ; Gingrich, 2005 ; voir aussi le (...)
  • 10 Pour l’archéologie et la préhistoire, voir Olivier, 2012 ; Schnapp, 2003. Pour l’histoire de l’ant (...)
  • 11 Voir par exemple Wiggershaus-Müller, 1998 ; Lerchenmueller, 2001.
  • 12 Voir Rössler, 1988 et 1990 ; Ginsburger, 2011.
  • 13 Voir Walravens, 2008 ; Worm, 1994 ; Haasch, 1996 ; Bieber, 2014.

6Au cours des deux dernières décennies, l’histoire des sciences humaines sous le nazisme a donné lieu à des études extrêmement nombreuses8. Cet examen critique est aujourd’hui bien avancé dans la plupart des disciplines, qu’il s’agisse de l’ethnologie9, de l’archéologie, de la préhistoire et de l’histoire antique10, médiévale et moderne11, de la géographie12, ou de la philologie orientale13.

7Toutefois, de nombreux points de détail restent encore à éclaircir. La figure de Heissig nous permettra d’étudier plus spécifiquement le cas des études mongoles sous le régime nazi et d’évaluer la place qu’elles occupaient au sein de l’ensemble plus vaste des études orientales. Définies davantage par leur objet (le peuple mongol, sa langue et sa culture, et l’« espace » qu’il habite) que par leur méthode, elles se situaient à la croisée de plusieurs disciplines mentionnées plus haut (l’ethnologie, la géographie, la philologie notamment), dont elles constituaient une sous-spécialité. Dans quelles conditions se dissocièrent-elles des disciplines orientales plus anciennes (les études chinoises notamment), qui occupaient une position institutionnelle plus forte dans l’université allemande ?

  • 14 Hausmann, 2011, 269-290.
  • 15 Bausinger, 1993, 62-75.

8L’histoire et la culture mongoles occupaient une place très marginale dans les préoccupations des dirigeants nazis, à la différence par exemple de la « judéologie » (Judenkunde)14 ou de l’« ethnologie allemande » (Volkskunde)15. Toutefois, à l’approche de la guerre et alors que l’Allemagne cherchait à constituer un axe antisoviétique en Asie, l’approfondissement des connaissances disponibles sur la Mongolie et les Mongols pouvait revêtir un intérêt stratégique.

  • 16 Sur l’importance de ces Gauakten pour les recherches sur les nazis autrichiens, voir Schafranek, 2 (...)
  • 17 Ses archives privées, conservées au Max-Planck-Institut für evolutionäre Anthropologie de Leipzig (...)
  • 18 Sur les continuités et les évolutions dans les sciences humaines entre la période nazie et l’après (...)

9Pour répondre à nos questions, nous nous appuierons sur les premières publications de Heissig, parues dans des revues parfois très confidentielles, et sur plusieurs fonds d’archives. Ces derniers comprennent les documents relatifs à sa soutenance de thèse, conservés aux archives de l’université de Vienne, des correspondances internes et externes de la direction des étudiants du Reich (Reichsstudendenführung), consultables aux archives fédérales de Berlin Lichterfelde, et son dossier personnel constitué par le Gaupersonalamt des Reichsgaus Wien (bureau du personnel du Reichsgau de Vienne), conservé aux archives d’État autrichiennes, à Vienne16. Ces documents permettent de reconstituer avec une certaine précision les aléas de sa carrière, au moins jusqu’à son départ pour l’Asie, et d’étudier l’évolution de ses centres d’intérêt durant ses premières années. En revanche, faute d’un accès à sa correspondance privée ou à des documents personnels, toute réflexion sur ses convictions intimes et sur son rapport personnel au nazisme restera nécessairement spéculative17. En comparant ses textes publiés pendant et immédiatement après la guerre, nous pourrons mesurer les continuités et les ruptures dans ses questionnements et ses méthodes. Cette question se pose avec d’autant plus d’acuité que les sciences humaines allemandes de la période nazie et celles de l’immédiat après-guerre présentent des continuités, maintes fois soulignées par les spécialistes18.

Heissig et le mouvement nazi

  • 19 Österreichisches Staatsarchiv (ÖSTA), Archiv der Republik (AdR), Inneres, Gauakt 137261, Walter He (...)
  • 20 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Fragebogen, 21.02.1935.
  • 21 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Lebenslauf des Walther Heissig », Berlin, 04.10.1936. Sur le (...)

10Dans la vie de Walther Heissig, le départ de son Autriche natale vers l’Allemagne, en août 193319 (il avait alors vingt ans), constitue une rupture. Proche du parti national-socialiste, le jeune homme émigra pour des raisons politiques. Sans jamais adhérer formellement au NSDAP, il avait rejoint la SA viennoise en décembre 1932 ou janvier 193320. Parallèlement, il était actif au sein du « Deutsches Jungvolk », organisation interne à la Jeunesse hitlérienne (Hitler-Jugend)21.

  • 22 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Eidesstattliche Erklärung », 17.09.1936.
  • 23 « Nazi als Brandstifter », Arbeiter-Zeitung, Vienne, 12.08.1933, p. 8.
  • 24 Botz, 1976, 215-217.

11Le 18 juin 1933, Heissig participa à un attentat contre un club sportif juif de Vienne, le « Hakoah », et se réfugia en Allemagne pour échapper à la justice de son pays, qui le condamna à six semaines de prison par contumace. Cette version des faits, qui repose sur les déclarations que Heissig fit ultérieurement pour justifier son statut de « réfugié » en Allemagne22, est corroborée par la presse sociale-démocrate autrichienne de l’époque23. L’attentat fut commis la veille de l’interdiction du parti nazi en Autriche et prit donc place dans la vague de terreur perpétrée par les nazis autrichiens depuis le début du mois de juin24.

  • 25 « Nazi als Brandstifter », art. cité, p. 8.
  • 26 Schafranek, 2011, 31-32.
  • 27 Ibid., 46.
  • 28 Ibid., 58-68.

12Même si l’attentat ne semble pas avoir fait de victimes25, ses motivations politiques et antisémites ne font aucun doute. Placés en prison préventive, Heissig et ses complices furent libérés sur simple serment, tout comme plusieurs milliers d’autres sympathisants nazis26. Dans les mois qui suivirent, environ 15 000 nazis autrichiens fuirent le pays et se réfugièrent en Allemagne27. Parmi eux, les classes d’âge 1910 à 1914 étaient nettement surreprésentées, et si les étudiants ne constituaient que 2 % de ce groupe, cette proportion dépassait nettement leur part dans la population totale28.

  • 29 Hänisch, 1998, 401-403 ; Pauley, 1981, 91-94.
  • 30 Voir Walravens, 2012, 203 ; ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Eidesstattliche Erklärung », 17.0 (...)

13Par son âge et son profil social, Heissig apparaît ainsi comme un représentant typique du nazisme autrichien à l’époque de son passage dans la clandestinité : les hommes jeunes issus des classes moyennes et les étudiants y étaient surreprésentés29. Heissig était lui-même issu d’une famille de la classe moyenne inférieure. Son père, à en juger par les informations fragmentaires disponibles, était employé ou représentant de commerce, et sa mère sans profession30. Après une scolarité dans un lycée « humaniste » (c’est-à-dire centré sur l’apprentissage des langues anciennes), Heissig avait commencé des études d’architecture à l’université technique de Vienne.

  • 31 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, lettre de Heissig à Geyer, 10.12.1935.

14L’émigration constitua pour lui un point de non-retour. Il rejoignit le flot des nazis autrichiens « réfugiés » dans le Reich allemand, qui furent utilisés par le pouvoir nazi pour déstabiliser le régime austrofasciste de l’extérieur. Forcé d’interrompre ses études, dépourvu d’appuis familiaux en Allemagne, il devint entièrement tributaire de l’aide prodiguée par l’État nazi aux « réfugiés » autrichiens. Ses marges de manœuvre étaient donc réduites, et il dut satisfaire les attentes que le pouvoir nazi plaçait en lui. Après avoir travaillé quelques mois comme ouvrier typographe, il se réorienta donc vers une carrière militaire, qu’il n’avait pas envisagée tout d’abord, contre le soutien financier du « bureau d’aide aux réfugiés » (Flüchtlingshilfswerk)31.

  • 32 Sur cette légion, voir Schafranek, 2011.
  • 33 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Fragebogen » 21.02.1935.
  • 34 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « NSDAP Flüchtlingshilfswerk. Abiturienten-Kursus », Berlin, 03 (...)
  • 35 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Protokoll, aufgenommen am 3. Juni 1936 ».

15En 1934, il rejoignit ainsi la « Légion autrichienne », corps paramilitaire composé d’expatriés nazis32. À ce titre, il adhéra à la SS en janvier ou février 1934 et suivit une formation militaire dans le camp SS de Dachau (juin à décembre 1934)33. L’année suivante, il commença une formation d’officier (novembre 1935-juin 1936)34, avant de renoncer, invoquant son manque de talent et de motivation35.

  • 36 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Antrag auf Ablehnung des Studiengesuchs », signé Schützenhofe (...)
  • 37 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « An den Führer und Reichskanzler, Berlin 04.10.1936 ».
  • 38 Idem.

16Cette décision suscita des tensions avec l’organisme allemand d’aide aux « réfugiés » autrichiens, qui refusa de lui verser toute aide supplémentaire36. Dépourvu de ressources, il sollicita l’intervention d’Adolf Hitler pour obtenir une place gratuite à l’université37, mais nous ne savons pas si elle lui fut effectivement accordée. À cette époque, il envisageait encore d’étudier les « sciences journalistiques », la géographie et l’histoire de l’art38.

  • 39 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261 : lettre de Heissig à Geyer, Meiningen, 24.11.1935 ; lettre du c (...)
  • 40 Aubin, 2006.

17Le parcours de Heissig entre l’été 1933 et l’hiver 1936 est donc marqué par les ruptures et les réorientations successives. En l’absence d’égo-documents ou de témoignages directs, toute réflexion sur ses stratégies pour affermir sa position sociale en Allemagne restera nécessairement spéculative. Si ses convictions nazies ne font aucun doute, il semble que son enrôlement dans la Légion autrichienne, dans la SS et dans l’armée fut le résultat conjoint d’un cheminement personnel et de pressions exercées sur lui par l’État, et qu’il suscita chez lui un certain désenchantement. Les documents disponibles suggèrent qu’il n’éprouvait aucune appétence réelle pour la carrière des armes, et que ses préférences allaient à une formation académique39. Dans un premier temps, le choix de la matière étudiée semble en revanche avoir eu moins d’importance à ses yeux que le retour à l’université en lui-même. Dans les mois qui suivirent, il tâtonna avant d’adopter son cursus définitif. À rebours d’une lecture hagiographique rétrospective40, le jeune homme n’avait donc pas d’emblée porté son choix vers les études orientales. Son parcours universitaire fut le résultat tant des circonstances et de l’opportunisme que de ses centres d’intérêt personnels.

Heissig et les études mongoles : genèse d’un choix disciplinaire

  • 41 Archiv der Universität Wien, Rigorosenakten der Philosophischen Fakultät (PH RA), 15528, Walther H (...)
  • 42 Voir par exemple Grüttner, 1995, 198-205.
  • 43 Scholze-Irrlitz, 2005 ; Leube, 2005.
  • 44 Sur le rôle d’Eckhard Unger sous le IIIe Reich, voir Hauser, 2004, 167-168.

18Après son inscription à l’université de Berlin à l’hiver 1936, Heissig suivit d’abord un cursus de droit pendant deux semestres, avant d’opter pour « l’ethnologie, la géographie historique, la préhistoire, le mongol et le chinois41 ». Si le degré d’imprégnation des enseignements universitaires par l’idéologie nazie variait en fonction des disciplines42, l’ethnologie et la préhistoire comptaient parmi les sciences les plus affectées43. Heissig reçut donc des enseignements fortement influencés par l’idéologie officielle, et plus largement, par le nationalisme et le racisme. Le parti pris idéologique des cours auxquels il assista apparaît souvent dans leur intitulé : « Les symbolismes chez les Sémites et chez les Indo-germains » (Eckhard Unger44, second semestre), « Race, peuple, État et économie » (Richard Thurnwald, troisième et quatrième semestres), « L’aryanisation de l’Asie centrale » (Albert Herrmann, quatrième semestre).

  • 45 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 1-2.
  • 46 Taube, 1993.
  • 47 Kater, 2006, 51.
  • 48 Walravens, 2007, 161.
  • 49 Buschmann, 2003, 241-245.
  • 50 Gingrich, 2005, 106.

19Parmi ses professeurs berlinois, trois apparaissent fréquemment dans la liste des cours qu’il déclare avoir suivis : le sinologue Erich Haenisch (1880-1966), l’ethnologue Richard Thurnwald (1869-1954) et le géographe Albert Herrmann (1886-1945)45. Tous n’étaient pas des nazis convaincus. Haenisch, bien que sympathisant de la droite nationaliste et revancharde, fit preuve de « courage civique » en prenant la défense de certains collègues persécutés46. Herrmann et Thurnwald étaient en revanche beaucoup plus proches du pouvoir. Adepte d’ésotérisme raciologique, Herrmann entretenait une correspondance avec Heinrich Himmler47. Il ne fut nommé professeur (non titulaire) à l’université de Berlin qu’en 193448, sans doute grâce à ses appuis politiques. Thurnwald, spécialiste reconnu d’« ethnologie coloniale » depuis le début du xxe siècle49, professait des idées eugénistes et racistes et se compromit gravement auprès du régime50.

  • 51 Sur Carl Schmitt et sur ses conceptions de l’espace, du peuple et de l’État, voir Soutou, 2014.
  • 52 Sywottek, 1976, 34.
  • 53 Schöbel, 2001.

20Heissig assista aussi aux cours du juriste pro nazi Carl Schmitt51, ou au séminaire sur le « droit [allemand] de la presse », animé par Hans Schmidt-Leonhardt, fonctionnaire au ministère de la propagande52. Trois cours du préhistorien Hans Reinerth, très proche du régime53, figurent aussi dans la liste des cours qu’il suivit à Berlin entre l’hiver 1936-1937 et l’été 1938.

  • 54 Grüttner, 1995, 167-198.

21À cette époque, le choix des cours n’était pas nécessairement le fruit d’une décision individuelle, mais plutôt le résultat conjugué des appétences personnelles des étudiants et des pressions exercées sur eux par le pouvoir et leurs condisciples nazis54. En l’absence de documents personnels, il est difficile de déterminer à quel point Heissig adhérait aux présupposés idéologiques et politiques de ses professeurs. La liste des cours doit donc être lue, non comme un ensemble d’influences qui préformèrent sa pensée à venir, mais comme un instantané de l’ethnologie, des études coloniales, de la géographie et des sciences orientales telles qu’elles étaient alors enseignées à Berlin. Les premières publications se situent à l’intersection de toutes ces disciplines.

  • 55 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 2 ; sur la Reichsstudentenführung, vo (...)
  • 56 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 2.
  • 57 Grüttner, 1995, 331-341.

22Fin 1937, Heissig devint « délégué aux questions extrême-orientales » auprès de la direction des étudiants du Reich (Reichsstudentenführung), organisme né fin 1936 de la fusion entre la Deutsche Studentenschaft (union allemande des étudiants) et le Nationalsozialistischer Deutscher Studentenbund (Ligue nationale-socialiste allemande des étudiants), et chargé de l’embrigadement politique des étudiants55. Parallèlement, il « anim[a] un groupe de travail sur la Chine pendant deux semestres56 ». Ce groupe de travail avait sans doute lieu dans le cadre des « associations disciplinaires » (Fachschaften), qui regroupaient alors les étudiants d’une même faculté. À l’époque nazie, les Fachschaften et les groupes de travail avaient pour mission d’organiser des enseignements supplémentaires, en marge des cours prodigués par les professeurs, et davantage politisés57.

  • 58 Bundesarchiv (BArch) NS 38/3781, lettre de Weitzmann à Heissig, 28.03.1938.
  • 59 Pour un organigramme du « bureau de liaison » berlinois, voir BArch NS 38/3639, lettre d’Uffenorde (...)

23Un an seulement après son inscription à l’université, Heissig se voyait ainsi confier une mission officielle, qu’il conserva jusqu’en avril 1939, date de son retour à Vienne. Ses démêlés avec les autorités à la suite de son départ précipité de l’armée ne prêtèrent donc pas à conséquence. Il était jugé suffisamment fiable pour exercer une fonction dans une institution affiliée au parti nazi. Rattaché à l’antenne berlinoise (ou « bureau de liaison », Verbindungsamt Berlin) de l’organisation étudiante, dont le siège était situé à Munich58, il ne figurait cependant pas dans l’organigramme officiel59, ce qui semble indiquer que sa position était relativement subalterne.

  • 60 BArch R 64-IV/267, lettre de Walter Heissig à Eduard Zimmermann, Berlin, 01.10.1938 : « Comme j’ai (...)
  • 61 Sur ce rapprochement, voir Bieber, 2014, 442-680.
  • 62 Hack, 1996, 296.
  • 63 BArch R 64-IV/267 fol. 97, lettre de Heissig, 21.01.1937.
  • 64 Voir à ce sujet Hack, 1996, 297.
  • 65 BArch R 64-IV/267 fol. 64-65, Heissig, « Vermerk betr. Einschaltung der studentischen Arbeit in da (...)
  • 66 Idem.
  • 67 BArch NS38/3781, lettre de Weitzmann à Heissig, 28.03.1938.
  • 68 BArch NS38/4646, lettre de Kubach à Scheel, 30.03.1939.

24Malgré un intérêt pour la Mongolie déjà attesté60, c’est à la question des relations germano-nipponnes que Heissig se consacra prioritairement. Le poste de délégué aux questions extrême-orientales fut créé alors que l’Allemagne et le Japon intensifiaient leurs relations bilatérales, entre la signature du pacte anti-Komintern, en novembre 1936, et celle de l’accord culturel, en novembre 193861. Heissig fut chargé de mettre en œuvre ce rapprochement dans le domaine universitaire, en organisant notamment l’accueil d’étudiants japonais en Allemagne62. En janvier 1937, il tenta ainsi d’augmenter le nombre des bourses accordées aux « étudiants asiatiques » en intervenant auprès des associations compétentes, des industriels et des ministères concernés63. Le but avoué était d’inoculer l’idéologie nazie aux visiteurs et de l’exporter vers le Japon64. Heissig suggéra de créer une « maison de la camaraderie » et un « cercle des étudiants » germano-nippon afin d’influencer plus efficacement les étudiants japonais en Allemagne65. Parallèlement, il participa à l’organisation de manifestations culturelles binationales, par exemple la visite de judokas et kendokas japonais en Allemagne et de gymnastes allemands au Japon66, la collecte et l’envoi de photographies vers le Japon, à l’occasion d’une exposition sur la vie estudiantine dans les deux pays67, ou un concours de dissertations sur des sujets de circonstance : « Conceptions du peuple et de l’État en Allemagne et au Japon », « L’Allemagne et le Japon dans leur lutte pour accéder aux matières premières », « La lutte contre le bolchévisme et l’ordre nouveau en Europe et en Asie orientale »68.

25C’est dans ce contexte de rapprochement entre l’Allemagne et le Japon qu’il faut analyser l’intérêt naissant du jeune savant pour la Mongolie. Les Mongols apparaissaient en effet comme l’un des paramètres à prendre en compte pour mettre en œuvre la nouvelle politique asiatique de l’Allemagne.

  • 69 BArch R 64-IV/267 fol. 65, « Vermerk betr. Einschaltung der studentischen Arbeit in das Kulturabko (...)
  • 70 BArch R 64-IV/267 fol. 95, Heissig, « vertraulich », 17.01.1938.
  • 71 BArch R 64-IV/267 fol. 65.
  • 72 Idem. Les documents édités dans Walravens, 2012, 209-222, sans doute issus des archives privées de (...)

26Dans une note de 1938, adressée à la société germano-japonaise (Deutsch-Japanische Gesellschaft), Heissig soulignait « l’œuvre civilisatrice menée par le Japon contre la puissance destructrice soviétique69 ». Au cours d’un entretien avec Heinrich Jürgens, le délégué aux questions extrême-orientales de la Reichsjugendführung (direction de la jeunesse du Reich), il évoqua la possibilité d’envoyer des agitateurs en Mongolie extérieure et au « Turkestan oriental » (c’est-à-dire au Xinjiang) afin de prendre part à la lutte contre le Komintern70. Dans la note destinée à la société germano-japonaise, il suggérait d’étendre le futur accord culturel germano-nippon aux « nouveaux États périphériques autonomes » (neue autonome Randstaaten) sous domination japonaise (le Mandchoukouo et le Mengjiang) en accueillant dans les universités allemandes des étudiants originaires de ces régions71. Il recommandait enfin d’imprimer des « brochures de propagande richement illustrées en japonais, mongol, chinois et turc oriental » pour accroître l’influence allemande dans toute l’Asie orientale72. Il n’est donc pas surprenant que Heissig ait consacré ses premières publications aux propagandes japonaise et soviétique dans ces « régions périphériques ».

  • 73 Heissig, 1938.
  • 74 Walravens, 2012, 209-210.
  • 75 Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (éd.), Personal- und Vorlesungsverzeichnis Wintersemester (...)

27Son premier article, « La bolchévisation de la Mongolie extérieure », paraît dans la revue de l’office allemand d’échanges universitaires (Deutscher Akademischer Austauschdienst, DAAD), Geist der Zeit73. Les finalités de la revue, les thématiques abordées dans l’article et les efforts déployés au même moment par son auteur pour faire venir une quinzaine d’étudiants mongols dans les universités allemandes74 suggèrent que Heissig commença à s’intéresser à la Mongolie dans une perspective essentiellement utilitaire : il s’agissait pour lui de contribuer à accroître l’influence allemande dans les zones sous domination soviétique et japonaise, à un moment où des connaissances précises sur la Mongolie intérieure et extérieure pouvaient gagner un intérêt stratégique pour les autorités politiques et militaires du Reich. À l’époque, les universités allemandes ne comptaient aucun spécialiste de la Mongolie. Pendant l’hiver 1937-1938, par exemple, seul le sinologue Ernst Haenisch proposait un cours spécifiquement dédié à la langue mongole à l’université de Berlin75. La spécialisation à venir de Heissig peut donc être lue comme le choix d’investir une niche devenue stratégique, mais dans laquelle la concurrence était très faible. Au cours des années suivantes, Heissig parvint à s’affirmer comme le principal spécialiste allemand de la Mongolie.

  • 76 BArch R 64-IV/267, fol. 69, lettre de Heissig à la Hanseatische Verlagsanstalt, 02.08.1938,
  • 77 BArch R 64-IV/267, fol. 54 et 52, lettres de Heissig à [Otto] Richter, 03.10.1938 et 07.10.1938.
  • 78 Voir la demande d’autorisation déposée par Heissig au ministère allemand des Affaires étrangères, (...)

28Parallèlement, il mena une activité éditoriale. En 1938, il tenta de coordonner un numéro spécial consacré aux « réalisations culturelles allemandes en Asie orientale », qui devait paraître l’année suivante dans la revue Ostasiatische Rundschau (Revue d’Asie orientale)76, mais ne vit jamais le jour77. En 1939, il participa à la fondation d’une revue spécifiquement dédiée à l’Asie, et éditée par la direction des étudiants du Reich (Reichsstudentenführung)78. Intitulée Berichte des Asien-Arbeitskreises (Comptes rendus du groupe de travail sur l’Asie), puis simplement Asien-Berichte (Comptes rendus sur l’Asie) à partir de 1940, elle parut à Vienne jusqu’en 1944. Le fait que Heissig ait emporté la revue avec lui lors de son retour à Vienne en 1939 suggère qu’il fut moteur dans son lancement. C’est aussi là qu’il publia certains de ses premiers articles.

  • 79 Zimmermann, 1990.
  • 80 Bleichsteiner, 1937.
  • 81 BArch R 64-IV/267 fol. 34, lettre de la « Studentenführung der Friedrich-Wilhelms-Universität Berl (...)

29En janvier 1939, il demanda à être relevé de ses fonctions auprès de la Reichsstudentenführung à compter du 1er avril, et retourna en Autriche après cette date. Les raisons de ce départ ne sont pas totalement élucidées. Voulait-il parfaire sa formation à Vienne auprès de Robert Bleichsteiner (1891-1954), ethnologue aux centres d’intérêt multiples79, qui avait lui-même écrit sur la Mongolie80 ? Souhaitait-il retourner dans son pays natal à la faveur de l’Anschluss (mars 1938) ? Il est possible qu’une menace de procédure disciplinaire pour négligence dans l’utilisation de fonds, à laquelle il dut faire face peu avant de demander son congé, ait motivé son départ, même si l’affaire resta sans suite81.

30Arrivé à Vienne en avril 1939, Heissig souhaitait vraisemblablement reprendre ses études dès le semestre suivant (hiver 1939-1940), mais sa mobilisation en août 1939 l’en empêcha. Il ne put retourner à l’université qu’en octobre 1940, quand la Wehrmacht lui accorda un congé pour fin d’études après la capitulation française. C’est alors qu’il commença officiellement son doctorat, même s’il avait poursuivi ses travaux de manière discontinue pendant les mois précédents, au gré des permissions.

  • 82 Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, Robert Bleichsteiner, « Begutachtung der Dissertation Walter Hei (...)
  • 83 Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, déclaration sur l’honneur de Walther Heissig, Vienne, 18.03.1941

31Les deux figures marquantes de l’ethnologie viennoise pendant la guerre étaient Hermann Baumann (1902-1972) et Robert Bleichsteiner. Ces deux hommes jouèrent un rôle déterminant pendant les derniers mois de formation de Heissig. Ce sont eux qui expertisèrent sa thèse82, et Bleichsteiner en suggéra probablement le sujet83.

  • 84 Gohm et Gingrich, 2010.
  • 85 Braun, 1995, 41.
  • 86 Ibid., 62-79.
  • 87 Mühlfried, 2000, 21-23.
  • 88 Linimayr, 1994, 59-62.

32Depuis l’Anschluss, l’école viennoise d’ethnologie subissait une reprise en main drastique de la part du pouvoir. La nomination d’Hermann Baumann à la chaire d’ethnologie en constitue l’un des signes les plus manifestes84. Nazi convaincu, cadre du NSDAP dès 1932, Baumann illustre parfaitement la collusion entre les ethnologies allemande et autrichienne et l’hitlérisme85. Durant sa période viennoise, il devint l’un des principaux experts allemands de la colonisation86. Aucune proximité avec le nazisme n’est en revanche attestée chez Bleichsteiner – il noua même des contacts avec des mouvements de résistance87 – mais il s’accommoda néanmoins du régime et parvint à faire carrière durant la guerre88.

  • 89 Bleichsteiner et Heissig, 1941.
  • 90 Heissig, 1941a.
  • 91 Heissig, 1941c.

33En 1941, Heissig publia coup sur coup un dictionnaire de mongol89 et deux livres, sur lesquels nous reviendrons plus en détail : Le glacis jaune (Das Gelbe Vorfeld90) et sa thèse de doctorat, La mutation culturelle mongole dans les provinces Hsingan du Mandchoukouo (Der mongolische Kulturwandel in den Hsingan-Provinzen Mandschukuos91).

  • 92 Voir le cas de Franz Six dans Ingrao, 2010, 77.
  • 93 Grüttner, 1995, 364-365.

34Heissig déposa sa thèse en février 1941 et la soutint un mois plus tard. Il la réalisa donc en un temps record. Même si sa productivité reste inhabituelle, la rapidité avec laquelle il termina ses études s’explique en grande partie par le contexte militaire. Dès 1933, le régime nazi avait rendu possible des carrières académiques fulgurantes, au mépris des standards scientifiques habituels, pour peu que les candidats satisfassent la ligne idéologique du parti92. Cette tendance se confirma pendant la guerre. Le profil de Heissig correspond bien à celui des étudiants soldats, déjà bien avancés dans leur cursus, auxquels la Wehrmacht accordait un congé pour qu’ils achèvent leurs études93.

  • 94 Pour le cas particulier de l’agronomie et de la physique, voir Weissenböck, 2013 et Hetaba, 2013.
  • 95 Voir aussi les remarques de Robert Bleichsteiner, Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, Robert Bleichs (...)
  • 96 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Polizeidirektion Wien, 15.04.1947, fiche de renseignement sur W (...)
  • 97 Spang, 2016, 134.
  • 98 Freyeisen, 2000, 382-383.
  • 99 Lettre de recommandation de Fritz Röck, Vienne, 20 mars 1941, reproduite dans Walravens, 2012, 222
  • 100 Heissig, W., « Abrechnung und Verzeichnis der für das Beschaffungsamt deutscher Büchereien angekau (...)

35Dans les thèses de doctorat soutenues à Vienne entre 1938 et 1945 et, plus largement, dans les universités du Reich allemand, on constate la présence croissante de sujets en lien avec l’armée, même si l’idéologie nazie n’apparaissait pas forcément au premier plan des mémoires94. Dans le cas de Heissig, le sujet traité revêtait effectivement un caractère stratégique et il motiva très certainement le congé. C’est sans doute pour cette raison que son mémoire fut achevé dans des délais aussi brefs95 : le 18 mai 1941, soit moins de deux mois après sa soutenance, il arrivait à Xinjing (« Hsinking », aujourd’hui Changchun), capitale du Mandchoukouo96, où il poursuivit ses recherches pour le compte du musée ethnographique de Vienne97, tout en menant vraisemblablement des activités de renseignement98. Il était chargé par le musée de « collecter des objets ethnographiques, d’enregistrer des chansons et des paroles et d’étudier en particulier la littérature populaire des tribus mongoles99 ». Il acquit aussi des livres mongols pour le compte des bibliothèques allemandes100. L’obtention d’un doctorat était probablement un préalable à son départ.

  • 101 Freyeisen, 2000, 383 ; Leutner, 1998, 442-443.
  • 102 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Polizeidirektion Wien, 15.04.1947, fiche de renseignement sur W (...)
  • 103 Heissig, 1943a et b ; 1944a ; 1945a ; 1946.

36Le jeune homme resta deux ans au Mandchoukouo, qu’il explora grâce à la protection des autorités japonaises, avant d’être envoyé à Pékin le 10 octobre 1943. Il poursuivit ses activités d’espionnage jusqu’à la capitulation de l’Allemagne, et même jusqu’à celle du Japon : à Pékin, il traduisit pour le compte du consulat allemand de Shanghai des messages en morse envoyés depuis Oulan Bator, sans doute en étroite collaboration avec les services de renseignement japonais101. À partir de septembre 1944, il enseigna également la langue mongole à l’université catholique de Pékin102, et publia plusieurs articles dans la revue de cette institution, Monumenta Serica103.

  • 104 Narangoa, 2001, 112 ; Aubin, 2006.

37Durant tout son séjour à Xinjing et à Pékin, le renseignement militaire et la rédaction d’articles à prétention scientifique furent donc deux facettes de son activité. Peut-on constater des liens entre elles ? L’idéologie alors dominante en Allemagne imprègne-t-elle ses propres écrits ? Si ses textes rédigés pendant les années 1938-1945 ont parfois été utilisés comme sources par les historiens pour analyser la politique japonaise au Mandchoukouo104, ils n’ont jamais vraiment été analysés dans le contexte idéologique et politique de leur production.

  • 105 Gingrich, 2005, 127-134.

38André Gingrich a identifié chez les ethnologues allemands et autrichiens de l’époque divers degrés de compromission envers le nazisme, de la participation intellectuelle et conceptuelle active au génocide, notamment par le biais d’expertises rédigées à l’intention des autorités, jusqu’à l’attentisme opportuniste, en passant par le soutien verbal105. Les professeurs de Heissig occupèrent toutes les positions possibles dans cet éventail. Mais qu’en est-il de ses propres recherches ?

Le « glacis jaune » : Heissig géopoliticien

39Les premières contributions de Heissig aux études mongoles adoptent les postulats généraux de l’ethnologie allemande de son temps. Le darwinisme social et le racisme, qui constituent le cadre intellectuel de ses premiers travaux, étaient conformes à l’idéologie nazie, même s’ils séduisaient alors la majorité des ethnologues allemands, bien au-delà du cercle des scientifiques ouvertement nazis.

  • 106 Ingrao, 2010.

40Si l’on compare Heissig aux « intellectuels SS » étudiés par exemple par Christian Ingrao, on constate toutefois qu’il n’évoqua jamais la politique raciale mise en œuvre par l’Allemagne dans les territoires conquis à l’Est106. Bien que membre de la SA, puis de la SS, il n’aborda jamais directement les questions les plus centrales de l’idéologie nazie, comme le traitement à réserver aux populations juives, l’identité raciale « aryenne » ou, pendant la guerre, la politique d’extermination dans l’Europe conquise. Cette spécificité s’explique d’abord par le caractère de « niche » de sa spécialisation : les Mongols occupaient une place si marginale dans la propagande nazie qu’il était possible d’écrire à leur sujet sans aborder frontalement le cœur idéologique du nazisme.

  • 107 BArch R 64-IV/267 fol. 77, « Zeitschriftgenehmigung durch das Auswärtige Amt ». Sur les Auslandswi (...)
  • 108 Hausmann, 2011, 669-688.

41Les premiers écrits de Heissig se réclament explicitement de plusieurs champs disciplinaires en pleine expansion sous le IIIe Reich : les « études des pays étrangers » (Auslandskunde)107, les « sciences de l’espace » (Raumforschung) et la géopolitique108. Dans un premier temps, c’est surtout cette dernière qui fut importante à ses yeux.

  • 109 Heissig, 1941b.
  • 110 Anonyme, 1943. Cette publication se compose de documents de propagande envoyés par Heissig à la ré (...)
  • 111 Sur les positions de Haushofer sur le Mandchoukouo, qui correspondent globalement à celles que Hei (...)
  • 112 Haushofer, 1939a, mentionné dans Heissig, 1941a, 161.

42Entre 1941 et 1943, Heissig signa quatre contributions pour la Zeitschrift für Geopolitik, revue éditée par Karl Haushofer (1869-1946). Commencée avant son départ pour le Mandchoukouo109, cette collaboration se poursuivit après son arrivée à Xinjing. Heissig était alors en mesure de fournir des informations de première main sur la situation au Mandchoukouo, et le rédacteur en chef le nomme explicitement comme correspondant de la revue sur le terrain110. Haushofer, qui a lui-même écrit sur l’Asie et en particulier sur le Japon111, figure de son côté parmi les sources compulsées par Heissig112.

  • 113 Haushofer, 1939b.
  • 114 Heissig, 1941a, 10.

43De tous les ouvrages de Heissig, c’est le premier, Le glacis jaune, qui s’inspire le plus directement de la géopolitique. Il paraît chez l’éditeur de la Zeitschrift für Geopolitik, Kurt Vowinckel, dans une série intitulée Schriften zur Wehrgeopolitik (« Écrits de géopolitique militaire »), qui avait débuté deux ans plus tôt avec une réédition du livre de Karl Haushofer, Les frontières dans leur signification géographique et politique113. Le livre de Heissig constitue le deuxième et avant-dernier volume de la série, qui fut interrompue dès 1941. Il relate, à partir des sources alors disponibles, les soubresauts politiques de la Mongolie (intérieure et extérieure) et du Xinjiang depuis la fin du xviiie siècle et cherche à fournir « une connaissance claire de la position géopolitique du verrou des steppes114 ».

  • 115 Hausmann, 2011, 670.

44La géopolitique allemande est alors un discours à prétention savante qui tend à réduire les phénomènes politiques à des rapports de force spatiaux, en faisant des grands ensembles territoriaux les agents essentiels de l’histoire mondiale, au détriment des facteurs proprement humains115. De fait, Le glacis jaune porte prioritairement sur les relations entre quatre grands espaces : les trois sphères d’influence soviétique, japonaise et indo-britannique, et la zone d’interactions et de rivalités entre celles-ci.

  • 116 Sur cette idée présente chez Ratzel et reprise par Haushofer, voir Raffestin, Lopreno et Pasteur, (...)

45Bien que l’ouvrage présente un degré de conceptualisation assez faible et qu’il n’explicite jamais ses présupposés méthodologiques, il reprend de manière implicite le socle théorique de la géopolitique, tel qu’il avait été formulé par Haushofer, à partir des travaux de Friedrich Ratzel (1844-1904) notamment. Ainsi, l’idée que les grands ensembles territoriaux tendent immanquablement à s’accroître et que les confrontations guerrières entre grands espaces sont inéluctables, est centrale dans les développements du livre116.

  • 117 Trampler, 1934, 25-30.
  • 118 Fochler-Hauke, 1936, 378.
  • 119 Voir Liedecke, 1941, 490-496 ; Baumgartner, 1941, 566-574.
  • 120 Sur cette question, voir Schultz et Natter, 2003, 289.

46En regroupant la Mongolie extérieure, l’État fantoche du Mandchoukouo, le Xinjiang et les républiques soviétiques d’Asie centrale dans une même zone tampon qu’il baptise « glacis » (Vorfeld, terme emprunté au vocabulaire militaire), Heissig leur attribue un rôle historique commun, celui d’amortir les affrontements directs entre grandes puissances. Le terme de Vorfeld, sans être l’un des concepts les plus fréquemment utilisés de la géopolitique allemande de l’époque, apparaît régulièrement dans les colonnes de la Zeitschrift für Geopolitik, où il désigne notamment les marges orientales non germanophones du Reich allemand, censées appartenir à la sphère d’influence naturelle de ce dernier117. Le terme avait aussi déjà été utilisé pour désigner la zone de peuplement mongol dans la Mandchoukouo118. Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, le concept militaire de « glacis » prit une importance particulière dans la revue. En 1941, il fut utilisé par d’autres contributeurs pour justifier la germanisation forcée des territoires conquis à l’est de l’Europe119. Heissig transpose donc à l’Asie un concept utilisé au même moment par des théoriciens de la Mitteleuropa pour justifier la domination allemande en Europe continentale120.

  • 121 Heissig, 1941a, 159.
  • 122 Ibid.
  • 123 Natter, 2006.

47Selon Heissig, les peuples du « glacis » sont menacés dans leur intégrité « raciale » et « territoriale », aussi bien par la pression démographique des colons chinois que par la modernité industrielle promue par les grandes puissances. À ses yeux, la disparition du peuple mongol et de son mode de vie traditionnel rendrait inéluctable un conflit entre les trois grandes puissances, car « seuls les nomades peuvent maîtriser la steppe121 ». Toutefois, l’intégrité du « glacis » peut encore être préservée si le Japon réussit sa politique d’occupation : « la fécondité des anciennes tensions de séparation entre puissances sera maintenue si l’ombre de la puissance japonaise produit au Meng-Chiang une évolution nationale et culturelle autonome, analogue à celle qui a vu le jour avec l’aide des Russes au nord de la Mongolie, dans la république populaire révolutionnaire de Mongolie122 ». Cette conclusion montre que Le glacis jaune, à l’instar de toute la géopolitique allemande de l’époque123, est un ouvrage de circonstance, qui se plie aux injonctions de la propagande de guerre. Avant l’offensive allemande contre l’Union soviétique, Heissig s’appliquait à montrer qu’une entente nippo-soviétique était possible en Asie.

  • 124 Limberger et Sticker, 2004, 69.
  • 125 Heissig, 1938.
  • 126 Heissig, 1941a, 44, 109.

48Entre 1938 et 1943, tous les aléas de la situation diplomatique et militaire de l’Allemagne sont décelables dans les textes de l’auteur. Son discours reste invariablement favorable au Japon, dont il présente l’expansion coloniale sous un jour positif124. En revanche, le positionnement envers l’URSS varie au gré des relations germano-soviétiques. Le premier article, rédigé en 1938, était nettement antibolchevique125. Son livre Le glacis jaune, rédigé entre la conclusion de l’accord germano-soviétique (août 1939) et le lancement de l’opération Barbarossa (juin 1941), loue au contraire l’action civilisatrice de l’URSS en Mongolie extérieure126.

  • 127 Anonyme, 1939 (article non signé, dont Heissig revendique la paternité dans Heissig, 1941a, 161).
  • 128 Heissig, 1941d, 305.
  • 129 Heissig, 1943c, 66.

49Si l’hostilité au Royaume-Uni est perceptible dès juin 1939 et ne change plus après cette date127, la description des États-Unis est soumise à quelques variations. En 1941, quelques mois avant l’entrée des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, Heissig pointe du doigt « l’aspiration des États-Unis à imposer leur domination sur de vastes parties de l’Océan pacifique et à accroître leur influence sur les pays riverains », mais il s’efforce de conserver un point de vue neutre128. Quelques mois plus tard, alors que les États-Unis sont officiellement entrés en guerre, il propose un diagnostic favorable aux puissances de l’Axe : « on peut estimer que le projet américain de former depuis Chungking jusqu’à la Sibérie un front antijaponais continu en activant des groupes nationaux a échoué129 ».

  • 130 Heissig, 1941a, 160.
  • 131 Herb, 2002, 84-94.
  • 132 Heissig, 1941a, 8.

50Le glacis jaune comporte huit cartes, que l’auteur recommande à l’attention de ses lecteurs130. La présentation cartographique apparaît comme un élément essentiel de sa démonstration. À l’époque, la carte « géopolitique » obéissait à certains codes que Heissig reprend à son compte. La pratique la plus répandue chez les géopoliticiens consistait à représenter les dynamiques spatiales par des flèches131. Elle permet de donner une représentation concrète à des concepts abstraits, tels que les « forces de pénétration » russe, japonaise et britannique dans l’espace mongol132, et donne un semblant de crédibilité au « glacis jaune » que l’auteur cherche à conceptualiser.

  • 133 Sur les légendes et les symboles usuels des cartes géopolitiques, voir Schumacher, 1935. De l’ense (...)
  • 134 Anonyme, 1943.

51D’autres conventions symboliques sont reprises pour figurer les frontières et les limites extérieures du « glacis », et pour représenter dans l’espace le « verrou » des steppes et la manière dont les « forces de pénétration » traversent ou contournent les frontières naturelles qui délimitent le « glacis »133. Pourtant, les cartes présentes dans le livre restent assez sommaires. Cette représentation cartographique soi-disant objective n’était évidemment pas neutre. Les flèches figurent la supériorité supposée de la Grande-Bretagne, de la Russie et du Japon sur la Chine et le caractère inéluctable de l’antagonisme entre ces trois puissances. Heissig était vraisemblablement conscient du potentiel propagandiste des cartes : deux ans plus tard, il envoya à la Zeitschrift für Geopolitik un spécimen de propagande cartographique japonaise134.

  • 135 Heissig, 1941c, 11.

52La carte ethnographique constitue un second type important. Dans sa thèse La mutation culturelle mongole dans les provinces Hsingan du Mandchoukouo (1941), Heissig juxtapose deux cartes montrant le « pourcentage de Mongols » dans les quatre provinces du Xing’an en 1933 et 1935. Bien que le manque de fiabilité des statistiques disponibles soit explicitement souligné dans le texte qui accompagne ces illustrations, la confrontation des deux cartes accrédite l’idée d’un déclin démographique rapide des Mongols face aux Chinois, que seule la politique colonisatrice du Japon serait susceptible d’enrayer135.

Nomadisme et « espace vital »

53Dans ses textes suivants, Heissig va poursuivre ses interrogations sur l’identité mongole et sur les rapports des Mongols à la modernité. Pour ce faire, il adopte une catégorie centrale de la géopolitique, mais qui avait toutefois une diffusion bien plus large : le concept d’« espace vital ». Cette notion lui permet d’interroger le rapport des Mongols nomades à l’espace, et de porter un diagnostic sur l’avenir de leur « race ».

  • 136 Voir par exemple Heissig, 1943d.

54Heissig cherche à identifier les principaux paramètres qui conduisent à l’occupation de l’espace par les grandes puissances. À côté des facteurs économiques, les hypothétiques parentés « raciales » et culturelles entre peuples constituent à ses yeux un critère explicatif décisif. Il voit par exemple dans les relations spécifiques des populations nomades et sédentaires à leur « espace » un élément fondamental dans les rapports de force « raciaux »136.

  • 137 Heissig, 1941c, 10.
  • 138 Ibid., 12.
  • 139 Heissig, 1941a, 51.
  • 140 Heissig, 1943e, 179.
  • 141 Heissig, 1941a, 85
  • 142 Heissig, 1941c, 57-68.

55Si les positions de Heissig à l’égard de l’Union soviétique et des États-Unis varièrent au cours du temps, la sinophobie et la critique du Guomindang restèrent en revanche des constantes de ses travaux jusqu’en 1945. Il décrit la migration chinoise dans l’« espace vital » des Mongols comme la principale menace qui pèse sur l’identité de ces derniers. Tout le champ lexical du ruissellement est mobilisé pour décrire l’afflux continu d’agriculteurs sédentaires chinois dans le territoire « historique » des Mongols : il parle d’« infiltration137 », d’« élément racial étranger » (fremdes Rassengut)138, d’« immixtion opiniâtre des Chinois139 », d’« avalanche de colons chinois140 ». Il identifie au contraire une « convergence d’intérêts » entre les Mongols du Mandchoukouo et les Japonais, unis « dans le combat contre l’influence chinoise »141. Il souligne ainsi que les Japonais ont promis de stopper toute nouvelle installation de population « allogène » (andersvölkische Siedlung) dans les zones pastorales mongoles du Xing’an au Mandchoukouo, sans hasarder de pronostics sur les résultats de cette mesure142.

  • 143 Heissig, 1943e, 176.
  • 144 Heissig, 1941c, 28-29, 34.
  • 145 Heissig, 1943e, 177.
  • 146 Schultz, 2002, 346-347 ; Haberkorn, Mainzer, Ott, Schneider et Schultz, 2010, 52.

56Heissig décrit l’histoire des Mongols depuis le xviiie siècle comme un lent déclin moral et racial. Le passage d’un « nomadisme guerrier, bâtisseur d’État et maître de l’espace » à un « nomadisme pastoral décentralisé » marque selon lui la première étape de ce déclin. L’adoption du lamaïsme, élément qu’il juge exogène à l’identité mongole, aurait précipité cette décadence143. Pour lui, l’authenticité du mode de vie mongol est parfaitement corrélée à la « pureté du sang ». Il distingue trois stades : les « Mongols de sang pur » pratiquent encore le pastoralisme nomade et ignorent le chinois (premier stade), tandis que les « Mongols de sang-mêlé », déjà sinisés, sont semi-nomades, voire complètement sédentarisés (deuxième et troisième stades). Ils risquent ainsi de se « fondre dans la langue chinoise »144. Cette tripartition schématique, conçue en l’absence de toute expérience directe du terrain, trahit une conception dialectique des rapports entre nomadisme, sédentarité, et « espace vital ». Heissig défend l’idée d’une union organique entre l’espace et les peuples qui l’occupent. À chaque relief et climat correspondrait une identité « raciale » particulière. Cette corrélation supposée permet d’affirmer l’identité foncièrement mongole des espaces steppiques, quelle que soit la situation linguistique et ethnique réelle sur le terrain, et de justifier indirectement la colonisation japonaise. Ainsi, la présence de la langue chinoise en Mongolie intérieure est considérée comme foncièrement illégitime, voire comme une simple péripétie de l’histoire : « un terrain étranger à la colonisation amènera toujours un reflux de la colonisation, […] l’espace et le climat sont toujours plus forts qu’une politique colonisatrice étrangère à l’espace145 ». Nous trouvons ici un nouvel avatar de la théorie déterministe dite « des climats », qui attribuait à ces derniers une influence prépondérante sur l’identité des peuples occupant un espace donné. Défendue au xviiie siècle par Montesquieu et Herder notamment, elle avait été appuyée par Friedrich Ratzel à la fin du xixe siècle et trouvait encore d’ardents défenseurs parmi les géographes de la période nazie146.

  • 147 Heissig, 1941c, 19.
  • 148 Ibid., 95.
  • 149 Sur la différence entre eugénisme « positif » et « négatif », voir Weingart, Kroll et Bayertz, 199 (...)
  • 150 Heissig, 1941c, 79.

57Ces analyses débouchent sur des conclusions eugénistes. Dans l’idée de stopper la « dégénérescence », Heissig accorde une large place à la promotion de l’hygiène par le Japon dans sa sphère d’influence. Il salue les efforts des autorités nipponnes pour combattre l’épidémie de syphilis, selon lui le principal fléau sanitaire dont sont affligés les Mongols147. À long terme, il suppose que cette politique conduira à une croissance démographique de la population mongole148. L’auteur met donc ici l’accent sur l’eugénisme « positif » plutôt que sur l’eugénisme « négatif », même si la différence entre ces deux formes d’eugénisme est souvent moins tranchée que cette dichotomie ne pourrait le suggérer149. Sans apporter d’argument solide à son assertion, il rend les lamas itinérants, qui ne respecteraient pas leurs vœux de chasteté, responsables de la propagation de la syphilis150. Il associe donc le lamaïsme, qu’il considère comme étranger à l’identité mongole, à un facteur de déchéance physique. Le respect des règles d’hygiène doit permettre d’enrayer l’épidémie, mais métaphoriquement, il s’agit aussi d’annihiler l’influence des lamas sur la société et de purifier la « race » mongole.

  • 151 Heissig, 1941a, 127.
  • 152 Heissig, 1941c, 42.

58Les partis pris idéologiques de Heissig transparaissent clairement dans le traitement différencié qu’il accorde aux initiatives politiques en Mongolie intérieure, suivant qu’elles émanent du gouvernement chinois ou de l’occupant japonais. Il ne remet jamais en doute la sincérité de l’« autonomie » accordée par l’occupant japonais aux Mongols dans les provinces du Xing’an du Mandchoukouo ; à l’inverse, il qualifie la politique d’autonomie menée par le gouvernement de Nanjing en Mongolie intérieure dans les années 1930 de « propagande transitoire151 ». L’émergence d’un sentiment national et d’un nationalisme mongols, qu’il porte au crédit de l’URSS et du Japon, lui apparaît comme un phénomène positif, seul susceptible de sauver les Mongols de l’acculturation chinoise, synonyme selon lui de disparition. Heissig estime que le renforcement du nationalisme rapproche les Mongols d’une norme venue d’Europe et les sortira de leur arriération152.

  • 153 Heissig, 1941a, 159.
  • 154 Heissig, 1941c, 95.

59Dans l’ensemble, Heissig porte un jugement contradictoire sur les mutations économiques et sociales brutales que traverse la Mongolie (intérieure et extérieure) à son époque. Il rejette les perturbations de l’économie pastorale traditionnelle dues à l’arrivée d’agriculteurs chinois et à la sédentarisation. En revanche, il vante l’œuvre « modernisatrice » du Japon, qui bouleverse pourtant tout autant le nomadisme. Ses conclusions sur la survie des Mongols sont tout aussi variables. Dans Le glacis jaune, il doute encore de la capacité des habitants de Mongolie intérieure à se « moderniser » ; il diagnostique chez eux une forme de « sénescence », qui les condamnerait à la disparition153. Dans sa thèse de doctorat, en revanche, il juge que la politique japonaise a mis un frein efficace à la « dégénérescence » : « […] la stérilité intellectuelle est donc surmontée, la sénescence nationale a visiblement disparu. […] Le rapport numérique entre Chinois et Mongols devrait s’être ainsi stabilisé154 ».

L’épreuve du terrain

60Dans les travaux réalisés avant son départ pour l’Asie, la pensée de Heissig ne se distingue pas par son originalité. Si le jeune homme pouvait se prévaloir de compétences linguistiques, il ne faisait qu’appliquer à son objet d’études la propagande de guerre et les positions dominantes dans la science de son époque. À cet égard, on constate toutefois une évolution progressive lors de son séjour en Asie.

  • 155 Heissig, 1943b.
  • 156 Heissig, 1943a.
  • 157 Heissig, 1943c, d et e.

61Cette évolution prit deux formes. D’une part, le voyageur confronta ses théories géographiques et ethnologiques à ses observations de terrain ; il affina ses analyses, tout en restant fidèle au cadre théorique de ses premiers travaux. D’autre part, il se lança dans des travaux philologiques de compulsion et de comparaison de textes anciens, plus techniques et moins directement politisés. Ces deux évolutions se produisirent simultanément. L’année 1943, particulièrement productive, est ici révélatrice. Les deux premiers articles parus cette année-là abordent des sujets en apparence très pointus, puisqu’ils traitent de rééditions de textes mongols anciens155, et des différentes versions d’une chronique historique du xixe siècle156. Les trois articles suivants restent en revanche fidèles aux « sciences de l’espace » et à la géopolitique157.

  • 158 « Principes fondamentaux de la société linguistique mongole », (« Grundprinzipien der Mongolischen (...)

62Les deux premiers textes ne sont pourtant pas aussi apolitiques que leur sujet pourrait le laisser penser. Ainsi, l’édition d’anciens textes mongols est mise au crédit de la « politique culturelle » japonaise au Mandchoukouo : « Afin de libérer le peuple mongol de son état d’infortune actuel et de prévenir tout danger d’assimilation à la race chinoise, nous devons préserver et diffuser l’écriture et la langue mongoles158 ».

  • 159 Heissig, 1943a, 252.

63De la même manière, la chronique Köke Sudur est interprétée comme une « protestation contre la submersion culturelle des Mongols par la force assimilatrice de la culture chinoise, et contre la représentation de l’histoire des Yuan dans les sources chinoises, qu’il [Injanasi, l’auteur de la chronique] qualifie de tendancieuses159 ». Toutefois, si l’arrière-plan idéologique reste perceptible, il est beaucoup plus discret que dans les publications précédentes. Heissig amorce ici un virage philologique qui s’accentuera l’année suivante, et se confirmera après la guerre.

  • 160 Voir par exemple Heissig, 1941c, 68, 95.
  • 161 Heissig, 1943e, 178.
  • 162 Ibid., 181.

64Les textes géopolitiques et ethnologiques de 1943, quant à eux, restent conformes aux orientations initiales de l’auteur. Pour la première fois, toutefois, celui-ci confronte son modèle dialectique à la réalité empirique. Dans sa thèse, il formulait déjà le souhait d’étayer ses diagnostics par des recherches de terrain160. Pendant l’été 1941, il « reçu[t] l’autorisation [du gouvernement japonais] de voyager dans la province du Hsingan de l’Ouest pour étudier les réactions des Mongols à la pression colonisatrice chinoise161 ». Tout en maintenant son modèle des trois stades d’assimilation croissante à la culture chinoise et son cadre théorique raciste et darwiniste social, il fut en mesure d’apporter des observations plus précises sur la proportion de nomades et de sédentaires dans ces régions : « la population mongole de la province du Xing’an occidental […] est sédentaire, à l’exception de quelques rares éléments résiduels162 ».

De la géopolitique à la philologie

  • 163 Heissig, 1945b.
  • 164 Heissig, 1945a.
  • 165 Heissig, 1944b.

65Pendant les deux dernières années de la guerre, le tournant observé en 1943 s’accentua, et Heissig publia surtout des contributions philologiques. Il se pencha par exemple sur des berceuses163 et sur l’historiographie mongole164. Son article sur les « chamanes et les invocateurs d’esprits dans la bannière de Küriye », qui relève de l’ethnologie, est beaucoup plus neutre et factuel que ses précédentes contributions à cette discipline : il décrit précisément les rites, les costumes, les instruments de musique et les incantations des chamanes, sans entrer dans des considérations sur la « race » mongole et son déclin supposé165.

  • 166 Heissig, 1944a.

66Pour mesurer le tournant méthodologique et thématique effectué par Heissig, ses recherches sur les cartes mongoles du xviiie siècle (1944) sont particulièrement éclairantes, car elles illustrent à la fois une continuité avec les études cartographiques réalisées avant son départ pour le Mandchoukouo, et un changement de perspective. Il ne s’agissait plus dorénavant de visualiser le champ de forces qui traverse le « glacis », mais d’éditer et étudier des cartes anciennes166.

  • 167 Heissig, 1944b, 41.

67Ce changement n’est pas directement lié aux revers militaires des puissances de l’axe, car il se dessine plus tôt. Les publications de 1944 reposent sur des recherches de terrain effectuées au Mandchoukouo dès 1942-1943, avec l’aval des autorités militaires japonaises167. Elles permirent à Heissig de collecter des données de première main, conformément à la mission que lui avait confiée le musée ethnologique de Vienne. À partir de 1944, les activités d’enseignement de la langue mongole à l’université catholique de Pékin poussèrent Heissig à se concentrer principalement sur l’histoire des textes et des cartes. Toutefois, on l’a vu, le passage de la géopolitique à la philologie est progressif. Il ne sera pleinement consommé qu’avec l’effondrement militaire du Reich et de ses alliés, quand les recherches géopolitiques seront discréditées pour cause de compromission avec le nazisme.

  • 168 Leutner, 1998, 442.
  • 169 Ibid.
  • 170 Walravens, 2012, 265.
  • 171 Leutner, 1998, 443.
  • 172 Ibid.
  • 173 The United Nations War Crimes Commission, 1949, 8-14.

68Après la fin de la guerre, Heissig dut interrompre ses recherches pendant près de quatre ans (1946-1950). Ses activités d’espionnage au sein du « bureau Ehrhardt » (cellule de renseignement militaire allemand en Chine) entre 1943 et 1945 lui valurent des démêlés avec l’armée américaine, qui reprochait à cette organisation d’avoir poursuivi ses actions contre les États-Unis après la capitulation allemande168. Comme les autres membres de cette cellule, Heissig fut condamné par un tribunal militaire américain à une lourde peine de prison (vingt ans), à l’issue d’un procès qui se tint à Shanghai entre le 26 août 1946 et le 17 janvier 1947169. Ce procès a donné lieu à des présentations contrastées. Le volume d’hommage publié en 2012 par des élèves et collègues de Heissig s’efforce de montrer la vacuité des charges retenues contre lui170. Mechtild Leutner, quant à elle, souligne que le tribunal de Shanghai a manqué d’ambition171. Excluant d’emblée les éventuels crimes contre la paix de son champ d’investigation, il s’est concentré uniquement sur les activités d’espionnage effectuées par le « bureau Ehrhardt » entre le 8 mai et le 15 août 1945, restant ainsi très en-deçà des normes posées par les procès intentés aux criminels de guerre après la Seconde Guerre mondiale172. Ainsi, l’instruction du procès ne nous révèle rien sur les activités de Heissig entre mai 1941 et le 8 mai 1945173.

  • 174 Walravens, 2012, 300-301.

69Peu après la sentence (février 1947), Heissig fut transféré dans la prison militaire du Landsberg, en Bavière, dans la zone d’occupation américaine. Les débuts de la guerre froide et la fondation de la République Fédérale d’Allemagne (1949) modifièrent toutefois les relations entre les autorités ouest-allemandes et l’occupant américain. C’est sans doute ce qui explique que Heissig ait été libéré dès juin 1950174.

  • 175 Reproduits dans Walravens, 2012, 257. Sur les aléas de la dénazification en Allemagne, voir Vincen (...)

70En se concentrant uniquement sur l’espionnage, le procès intenté contre les membres du « bureau Ehrhardt » eut paradoxalement pour effet d’occulter l’engagement nazi très précoce de Heissig, qui ne fut que très rarement abordé par la suite. Comme bien d’autres Allemands, il reçut en 1946 des « certificats » attestant qu’il n’avait jamais appartenu au parti nazi (Persilscheine)175. En ce sens, Heissig représente un cas à la fois exceptionnel et finalement assez classique du processus de dénazification, commencé dans l’immédiat après-guerre sous la houlette des alliés, puis rapidement abandonné.

  • 176 Walravens, 2012, 319.
  • 177 Ibid., 387.

71Après sa libération en 1950, Heissig soutint son habilitation en 1951, à l’université de Göttingen176. Après son départ pour l’université de Bonn en 1957, il obtint une charge de cours en 1958, puis une chaire de langues et cultures de l’Asie centrale de l’université de Bonn en 1964177.

  • 178 Pour une discussion théorique, voir Kämpfe, 1976, qui réfléchit au positionnement méthodologique d (...)
  • 179 Dans les vingt premières années de leur parution, les Zentralasiatische Studien des Seminars für S (...)

72La fondation la même année d’un séminaire d’études sur l’Asie centrale, puis la création de la revue Zentralasiatische Studien des Seminars für Sprach- und Kulturwissenschaft Zentralasiens der Universität Bonn (1967) apparaissent comme le couronnement institutionnel d’un développement commencé dès l’entre-deux-guerres. Bien entendu, à cette date, la capitulation de l’Allemagne nazie et la fondation d’un régime démocratique en République fédérale imposaient aux mongolisants allemands – et plus largement, aux spécialistes de l’Asie centrale et à tous les représentants des sciences humaines – de repenser leur science sur des fondements nouveaux178, dissociés de toute visée expansionniste, en dépit des continuités personnelles entre le IIIe Reich et la République fédérale, dont Heissig lui-même offre un bon exemple. Les études mongoles de RFA se détournent de la géopolitique et se concentrent sur l’histoire de la littérature et sur le folklore, suivant ainsi le tournant que Heissig avait lui-même amorcé pendant son séjour au Mandchoukouo179.

73Dans la seconde moitié des années 1930, les études mongoles s’étaient développées en Allemagne dans un contexte international et intérieur particulier : après la conclusion du pacte Antikomintern entre l’Allemagne et le Japon, le pouvoir nazi cherchait à accroître l’influence allemande en Asie orientale, aussi bien au Japon même que dans les territoires sous sa domination. Les peuples et ethnies du Mandchoukouo (en particulier les Mongols) acquéraient ainsi une importance toute particulière : pour mettre en œuvre une propagande efficace à leur intention, il était indispensable de mieux connaître leurs langues, leur histoire et leur situation politique présente. Les toutes premières publications de Heissig répondaient à cet objectif et se situaient dans le cadre raciste et eugéniste alors dominant, sans se distinguer par une quelconque originalité théorique.

74Toutefois, le développement des études mongoles entre 1936 et 1945 ne s’explique pas uniquement par la situation internationale. Il est plutôt le résultat des intérêts convergents du personnel politico-militaire et des milieux savants allemands : il répondait autant au désir d’accroître la puissance allemande en Asie qu’à celui de développer un champ de recherche encore embryonnaire. À ce titre, le séjour de Heissig au Xing’an est éclairant, puisque le jeune homme y fit du renseignement militaire tout en rédigeant des articles philologiques et en collectant livres et objets pour le compte de musées et de bibliothèques.

75Les contributions aux études mongoles que Heissig rédigea pendant la guerre relèvent pour une part de disciplines très politisées – l’ethnologie, les « sciences de l’espace », l’« étude des pays étrangers » – et pour une autre part, de recherches plus techniques, moins soumises à l’idéologisation – la critique textuelle, l’édition de cartes anciennes, qui n’étaient pourtant pas exemptes de coloration politique. En fonction de leur objet, ces textes donnaient donc des gages idéologiques plus ou moins explicites au régime. Bien que l’auteur se soit précocement engagé en faveur du nazisme et qu’il ait adhéré à la SA et à la SS, le caractère de niche de sa spécialité explique toutefois qu’il n’ait jamais mentionné dans ses écrits la « question juive » ou la « colonisation allemande » à l’Est.

76La confrontation des textes publiés par Heissig pendant la guerre et des articles parus dans les Zentralasiatische Studien des Seminars für Sprach- und Kulturwissenschaft Zentralasiens der Universität Bonn pendant qu’il était professeur permet de mesurer à la fois les continuités et les ruptures des études mongoles et, au-delà, de toutes les études orientales, dans l’université allemande avant et après 1945 (en se limitant à la RFA). Le discrédit jeté sur la géopolitique et l’ethnologie raciste a poussé Heissig à tourner le dos à ces disciplines et à amplifier sa spécialisation dans une recherche philologique déconnectée de l’actualité. Cette trajectoire fut d’autant plus aisée qu’elle avait commencé dès 1942-1943. Mais après la guerre, la réorientation se fit plus claire et plus exclusive. Comme chez de nombreux autres universitaires allemands qui avaient commencé leur carrière sous le nazisme, elle permit à Heissig de passer sous silence son engagement passé et de poursuivre sa carrière après le changement de régime.

  • 180 Depuis 2014, la mention du séminaire de Bonn a disparu du titre et le bureau éditorial s’est inter (...)

77L’institutionnalisation du séminaire d’études sur l’Asie centrale à l’université de Bonn et la parution ininterrompue des Zentralasiatische Schriften depuis 1967180 constituent sans doute l’une des réalisations les plus remarquables de l’université allemande dans le domaine des Geisteswissenschaften après la guerre, et Heissig en fut l’un des acteurs les plus éminents. La continuité personnelle constatée entre les années 1930 et les années 1970 nous pousse à poser la question des éventuelles continuités thématiques. Les recherches menées après 1945 ont sélectivement poursuivi les investigations antérieures qui semblaient les moins suspectes de compromission avec la dictature nazie, sans confrontation publique avec ce passé.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme [Heissig, W.?], 1939 (juin), « Der britische Einflussverlust in Sinkiang », Berichte des Asien-Arbeitskreises, p. 67-70.

Anonyme, 1943, « Japanische Aufklärung unter den Mongolen », Zeitschrift für Geopolitik, 20-21, p. 216-218.

Aubin, F., 2006, « Walther Heissig », Études mongoles et sibériennes, centrasiatiques et tibétaines, 36-37, p. 465-469.

Baumgartner, F., 1941, « Grenzsetzungskunde », Zeitschrift für Geopolitik, 18, p. 562-574.

Bausinger, H., 1993, Volkskunde ou l’ethnologie allemande. De la recherche sur l’Antiquité à l’analyse culturelle, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Bieber, H.-J., 2014, SS und Samurai: deutsch-japanische Kulturbeziehungen 1933-1945, Munich, Iudicium.

Bleichsteiner, R. 1937, Die gelbe Kirche : Mysterien der buddhistischen Klöster in Indien, Tibet, Mongolei und China, Vienne, Belf.

Bleichsteiner, R. et Heissig, W., 1941, Wörterbuch der heutigen mongolischen Sprache mit kurzem Abriss der Grammatik und ausgewählten Sprachproben, Vienne/Pékin, Siebenberg-Verlag.

Botz, G., 1976, Gewalt in der Politik. Attentate, Zusammenstöße, Putschversuche, Unruhen in Österreich 1918 bis 1934, Munich, Wilhelm Fink.

Braun, J., 1995, Eine deutsche Karriere. Die Biographie des Ethnologen Hermann Baumann (1902-1972), Munich, Akademischer Verlag.

Buschmann, R., 2003, « Colonizing Anthropology: Albert Hahl and the Ethnographic Frontier in German New Guinea », dans Bunzl, M. et Penny, H. G. (éd.), Worldly provincialism. German Anthropology in the Age of Empire, Ann Arbor, University of Michigan Press, p. 230-255.

Chapoutot, J., 2008, Le national-socialisme et l’Antiquité, Paris, PUF.

Charleux, I., Goossaert, V., Hamayon, R. et Aigle, D., 2010, « Françoise Aubin. Une grande orientaliste humaniste », dans Aigle, D., Charleux, I., Gossaert, V. et Hamayon, R. (éd.), Miscellanea Asiatica. Mélanges en l’honneur de Françoise Aubin/Festschrift in Honour of Françoise Aubin, Sankt Augustin, Steyler, Institut Monumenta Serica (Monumenta Serica Monograph, Series LXI), p. 1-11.

Conte, É. et Essner, C., 1994, « Völkerkunde et nazisme, ou l’ethnologie sous l’empire des raciologues », L’Homme, 34/129, p. 147-173.

Conte, É. et Essner, C., 1995, La quête de la race : une anthropologie du nazisme, Paris, Hachette.

Fahlbusch, M., Rössler, M. et Siegrist, D., 1989, « Conservatism, ideology and geography in Germany 1920–1950 », Political Geography Quarterly, 8/4, p. 353-367.

Fischer, H., 1990, Völkerkunde im Nationalsozialismus: Aspekte der Anpassung, Affinität und Behauptung einer wissenschaftlichen Disziplin, Berlin/Munich, Reimer.

Fochler-Hauke, G., 1936, « Geopolitische und wehrgeographische Eindrücke aus der Manschurei I », Zeitschrift für Geopolitik, 13, p. 378-391.

Franke, H., 2006, « Walther Heissig 5.12.1913-15.9.2005 », dans Bayerische Akademie der Wissenschaften (éd.), Jahrbuch 2006, p. 350-352.

Freyeisen, A., 2000, Shanghai und die Politik des Dritten Reiches, Würzburg, Königshausen & Neumann.

Gehmacher, J., 1994, Jugend ohne Zukunft. Hitler-Jugend und Bund Deutscher Mädel in Österreich vor 1938, Vienne, Picus.

Gingrich, A., 2005, « The German-Speaking Countries. Ruptures, Schools, and Nontraditions: Reassessing the History of Sociocultural Anthropology in Germany », dans Barth, F., Gingrich, A., Parkin, R. et Silverman, S. (éd.), One Discipline, four Ways: British, German, French, and American Anthropology, Chicago/Londres, University of Chicago Press, p. 59-153.

Ginsburger, N., 2011, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, 40/3, p. 193-214.

Ginsburger, N., 2015, « Ne pas “perdre entièrement de vue la géographie”. Diversités des géographies politiques française et allemande dans les années 1950 », L’Espace géographique, 44/4, p. 361-368.

Gohm, J. et Gingrich, A., 2010, « Rochaden der Völkerkunde. Hauptakteure und Verlauf eines Berufungsverfahrens nach dem „Anschluss“ », dans Ash, M. G., Nieß, W. et Pils, R. (éd.), Geisteswissenschaften im Nationalsozialismus. Das Beispiel der Universität Wien, Göttingen, V&R, p. 167-197.

Grüttner, M., 1995, Studenten im Dritten Reich, Paderborn, Ferdinand Schöningh.

Haasch, G. (dir.), 1996, Die Deutsch-Japanischen Gesellschaften von 1888 bis 1996, Berlin, Colloquium.

Haberkorn, M., Mainzer, K., Ott, M., Schneider U. et Schultz, H.-D., 2010, « Grundlagen », dans Günzel, S. et Kümmerling, F. (éd.), Raum. Ein interdisziplinäres Handbuch, Stuttgart, Metzler, p. 1-76.

Hack, A., 1996, « Die Aktivitäten der Deutsch-Japanischen Gesellschaft im Nationalsozialismus », dans Haasch, G. (dir.), Die Deutsch-Japanischen Gesellschaften von 1888 bis 1996, Berlin, Colloquium, p. 225-349.

Hänisch, D., 1998, Die österreichischen NSDAP-Wähler. Eine empirische Analyse ihrer politischen Herknunft und ihres Sozialprofils, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau.

Hauser, S.R., 2004, « German Research on the Ancient Near East and Its Relation to Political and Economic Interests from Kaiserreich to World War II », dans Schwanitz, W. (éd.), Germany and the Middle East, 1871-1945, Francfort, Vervuert/Iberoamericana, p. 155-179.

Haushofer, K., 1939a, Deutsche Kulturpolitik im indopazifischen Raum, Hambourg, Hoffmann und Campe.

Haushofer, K., 1939b, Grenzen in ihrer geographischen und politischen Bedeutung, Heidelberg, Kurt Vowinckel.

Hausmann, F.-R., 2011, Die Geisteswissenschaften im „Dritten Reich“, Francfort-sur-le-Main, Vittorio Klostermann.

Heissig, W., 1938 (décembre), « Die Bolschewisierung der Äußeren Mongolei », Geist der Zeit, p. 824-831.

Heissig, W., 1941a, Das gelbe Vorfeld. Die Mobilisierung der chinesischen Außenländer, Heidelberg/Berlin/Magdeburg, Kurt Vowinckel.

Heissig, W., 1941b, « Bildungs- und Hygienepropaganda in der Hsingan-Mongolei », Zeitschrift für Geopolitik, 18/2, p. 57-68.

Heissig, W., 1941c, Der mongolische Kulturwandel in den Hsingan-Provinzen Mandschukuos, Vienne, Holzhausen.

Heissig, W., 1941d, « US-amerikanische Pazifikforschung und Publizistik der Jahre 1939 und 1940 », Zeitschrift für Geopolitik, 18, p. 305-308.

Heissig, W., 1943a, « Einige Bemerkungen über die Köke Sudur, eine neuere mongolische Darstellung der Yüan-Zeit », Monumenta Serica, 8, p. 244-259.

Heissig, W., 1943b, « Mongolische Neudrucke und Neuerscheinungen », Monumenta Serica, 8, p. 260-279.

Heissig, W., 1943c, « Die Mongolei in der ersten Phase des großasiatischen Krieges », Zeitschrift für Geopolitik, 20, p. 62-66.

Heissig, W., 1943d, « Nomaden in der Auseinandersetzung mit der modernen Zivilisation », Zeitschrift für Geopolitik, 20, p. 164-165.

Heissig, W., 1943e, « Beobachtungen über Sesshaftigkeit und Kulturwandel bei den Mongolen des Jouda Ciγulγan », Folklore Studies, 2, p. 175-184.

Heissig, W., 1944a, « Über mongolische Landkarten », Monumenta Serica, 9, p. 123-173.

Heissig, W., 1944b, « Schamanen und Geisterbeschwörer im Küriye-Banner », Folklore Studies, 3/1, p. 39-71.

Heissig, W., 1945a, « Zum Umfang der mongolischen Geschichtsliteratur », Monumenta Serica, 10, p. 209-221.

Heissig, W., 1945b, « Seven East Mongolian Nursery Rhymes », Folklore Studies, 4, p. 332-335.

Heissig, W. (éd.), 1946, Bolur erike, « Eine Kette aus Bergkristallen ». Eine mongolische Chronik der Kienlung-Zeit von Rasipungsuγ (1774/75), Peiping, Fu-jen University.

Herb, H. G., 2002, Under the Map of Germany: Nationalism and Propaganda 1918-1945, Londres/New York, Routledge.

Hetaba, W., 2013, « Die physikalische Forschung an der Technischen Hochschule in Wien 1938-1945 im Spiegel der Dissertationen », dans Österreichische HochschülerInnenschaft (éd.), Österreichische Hochschulen im 20. Jahrhundert: Austrofaschismus, Nationalsozialismus und die Folgen, Vienne, Facultas, p. 263-273.

Ingrao, C., 2010, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard.

Kämpfe, H.-R., 1976, « Zentralasienkunde als Geschichts- und/oder Sozialwissenschaft », Zentralasiatische Studien des Seminars für Sprach- und Kulturwissenschaft Zentralasiens der Universität Bonn, 10, p. 385-409.

Kaschewsky, R., Sagaster, K. et Weiers, M. (éd.), 1973, Serta Tibeto-Mongolica: Festschrift für Walther Heissig zum 60. Geburtstag am 5. 12. 1973, Wiesbaden, Harrassowitz.

Kaschewsky, R. et Tsering, P. (éd.), 1998, Sde-dpon sum-cu: Ritual und Ikonographie der ,,Dreißig Schutzgottheiten der Welt“, Wiesbaden, Harrassowitz.

Kater, M. H., 2006, Das ,,Ahnenerbe“ der SS 1935-1945. Ein Beitrag zur Kulturpolitik des Dritten Reichs, Munich, Oldenbourg.

Kotkin, S., 1999, « In Search of the Mongols and Mongolia: A Multinational Odyssey », dans Kotkin, S. et Elleman, B. A., Mongolia in the Twentieth Century. Landlocked Cosmopolitan, New York, Sharpe.

Lerchenmueller, J., 2001, Die Geschichtswissenschaft in den Planungen des Sicherheitsdienstes der SS. Der SD-Historiker Hermann Löffler und seine Denkschrift „Entwicklung und Aufgaben der Geschichtswissenschaft in Deutschland“, Bonn, Dietz.

Leube, A., 1995, « Die Ur- und Frühgeschichte an der Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin », dans vom Bruch, R. (éd.), Die Berliner Universität in der NS-Zeit, vol. II, Fachbereiche und Fakultäten, Wiesbaden, Franz Steiner, p. 149-163.

Leutner, M. (éd.), 1998, Deutschland und China 1937-1945 : Politik – Militär – Wirtschaft – Kultur. Eine Quellensammlung, Berlin, Akademischer Verlag.

Limberger, P. et Sticker, M., 2004, « Studierende und ihre Dissertationen », dans Amber, S., Begusch, S., Hesse, L., Leibner, S., Limberger, P., Pauer, C., Springer, G. et Sticker, M., Völkerkunde studieren unter Hitler, mémoire de séminaire sous la direction du Professeur André Gingrich, Université de Vienne, p. 58-84.

Liedecke, E., 1941, « Raumordnung und Geopolitk », Zeitschrift für Geopolitik, 18, p. 481-496.

Linimayr, P., 1994, Wiener Völkerkunde im Nationalsozialismus. Ansätze zu einer NS-Wissenschaft, Francfort, Peter Lang.

Meyer, R., 2014, Europa zwischen Land und Meer: geopolitisches Denken und geopolitische Europamodelle nach der ,,Raumrevolution“, Göttingen, V&R.

Mühlfried, F., 2000, R. Bleichsteiners « Kaukasische Forschungen » – ein kritischer Beitrag zur Ethnologie des Kaukasus, mémoire de master, université d’Hambourg, http://www.ethno-im-ns.uni-hamburg.de/download/muehlfried_ma_arbeit_bleichsteinerskaukasusforschung.pdf (consulté le 31 décembre 2016).

Narangoa, L., 2001, « Educating Mongols and Making “Citizens” of Manchukuo », Inner Asia, 3/2, p. 101-126.

Natter, W., 2006, « Geopolitics in Germany, 1919-1945. Karl Haushofer, and the Zeitschrift für Geopolitik », dans Agnew, J., Mitchell, K. et Toal, G. (éd.), A Companion to Political Geography, Malden, Blackwell, p. 187-203.

Olivier, L., 2012, Nos ancêtres les Germains. Les archéologues au service du nazisme, Paris, Tallandier.

Pauley, B., 1981, Hitler and the Forgotten Nazis. A History of Austrian National Socialism, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Raffestin, C., Lopreno, D. et Pasteur, Y., 1995, Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot.

Rössler, M., 1988, « Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique », L’Espace géographique, 27/1, p. 5-14.

Rössler, M., 1990, Wissenschaft und Lebensraum, geographische Ostforschung im Nationalsozialismus: ein Beitrag zur Disziplingeschichte der Geographie, Berlin, Reimer.

Sagaster, K. et Weiers, M. (éd.), 1983, Documenta barbarorum: Festschrift für Walther Heissig zum 70. Geburtstag, Wiesbaden, Harrassowitz.

Schafranek, H., 2011, Söldner für den ,,Anschluss: die Österreichische Legion, 1933-1938, Vienne, Czernin.

Schafranek, H., 2013, « Österreichische Nationalsozialisten in der Illegalität 1933-1938 », dans Wenninger, F. et Dreidemy, L. (éd.), Das Dollfuß-Schuschnigg-Regime 1933-1938. Vermessung eines Forschungsfeldes, Vienne/Cologne/Weimar, Böhlau, p. 105-137.

Schmoll, F., 2015, « Stimulanz Europa? Zur Neuformierung der deutschen Volkskunde nach 1945 », dans Moser, J., Götz, I. et Ege, M. (éd.), Zur Situation der Volkskunde 1945-1970: Orientierungen einer Wissenschaft zur Zeit des Kalten Krieges, Münster/New York, Waxmann, p. 35-51.

Schnapp, A., 2003, « L’autodestruction de l’archéologie allemande sous le régime nazi », Vingtième Siècle, Revue d’histoire, 78, p. 101-109.

Schöbel, G., 2001, « Hans Reinerth. Forscher – NS-Funktionär – Museumsleiter », dans Leube, A. (éd.), Prähistorie und Nationalsozialismus: die mittel- und osteuropäische Ur- und Frühgeschichtsforschung in den Jahren 1933-1945, Heidelberg, Synchron Verlag, p. 321-396.

Scholze-Irrlitz, L., 2005, « Universitätsvolkskunde im Nationalsozialismus. Skizzen zur Fachetablie-rung und Öffentlichkeitsarbeit in Berlin », dans vom Bruch, R. (éd.), Die Berliner Universität in der NS-Zeit, vol. II, Fachbereiche und Fakultäten, Wiesbaden, Franz Steiner, p. 133-147.

Schultz, H.-D., 2002, « Raumkonstrukte der klassischen deutschsprachigen Geographie des 19./20. Jahrhunderts im Kontext ihrer Zeit. Ein Überblick », Geschichte und Gesellschaft, 28/3, p. 343-377.

Schultz, H.-D. et Natter, W., 2003, « Imagining Mitteleuropa: Conceptualisations of ‘Its’ Space In and Outside German Geography », European Review of History – Revue européenne d’histoire, 10/2, p. 273-292.

Schumacher, R. von, 1935, « Theorie der geopolitischen Signatur », Zeitschrift für Geopolitik, 12/1, p. 247-265.

Soutou, G.-H., 2014, « Carl Schmitt et les “grands espaces” dans le contexte de l’Allemagne nationale-socialiste », dans Sur, S. (éd.), Carl Schmitt : concepts et usages, Paris, CNRS Éditions, p. 19-35.

Spang, C. W., 2016, « The German East Asiatic Society (OAG) during the Nazi Era », dans Cho, J. M., Roberts, L. et Spang, C. W. (éd.), Transnational Encounters between Germany and Japan: Perceptions of Partnership in the Nineteenth and Twentieth Centuries, New York, Palgrave Macmillan.

Spang, C. W., 2013, Karl Haushofer und Japan. Die Rezeption seiner geopolitischen Theorien in der deutschen und japanischen Politik, Munich, Iudicium.

Sywottek, J., 1976, Mobilmachung für den totalen Krieg: Die propagandistische Vorbereitung der deutschen Bevölkerung auf den Zweiten Weltkrieg, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Taube, E., 1993, « Erich Haenisch – ein Beispiel für Zivilcourage », dans Moritz, R., Wagner, M. et Mögling, W. (éd.), Sinologische Traditionen im Spiegel neuer Forschungen, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, p. 179-189.

Trampler, K., 1934, « Deutsche Grenzen », Zeitschrift für Geopolitik, 11, 15-71.

The United Nations War Crimes Commission (éd.), 1949, Law Reports of Trials of War Criminals, Londres.

Vincent, M.-B., 2008, « Punir et rééduquer : le processus de dénazification (1945-1949) », dans id., La dénazification, Paris, Perrin, p. 9-88.

Walravens, H., 2007, « Aus der Arbeit der Hamburger ostasiatischen Lehrstühle », Nachrichten der Gesellschaft für Natur- und Völkerkunde Ostasiens, 181-182, p. 149-186.

Walravens, H., 2008, « Sinologie », dans Elvert, J. et Nielsen-Sikora, J. (éd.), Kulturwissenschaften und Nationalsozialismus, Stuttgart, Steiner, p. 526-585.

Walravens, H. (éd.), 2012, Walther Heissig (1913-2005). Mongolist, Zentralasienwissenschaftler, Literaturwissenschaftler und Folklorist. Leben und Werk. Würdigungen, Dokumente, Forschungsberichte, Rundfunkprogramme, Wiesbaden, Harrassowitz.

Weingart, P., Kroll, J. et Bayertz, K., 1992, Rasse, Blut und Gene. Geschichte der Eugenik und Rassenhygiene in Deutschland, Francfort, Suhrkamp.

Weissenböck, G., 2013, « Die Einflussnahme des Nationalsozialismus auf die Dissertationen der Universität für Bodenkultur im Zeitraum 1938-1945 », dans Österreichische HochschülerInnenschaft (éd.), Österreichische Hochschulen im 20. Jahrhundert: Austrofaschismus, Nationalsozialismus und die Folgen, Vienne, Facultas, p. 249-262.

Wiggershaus-Müller, U., 1998, Nationalsozialismus und Geschichtswissenschaft: die Geschichte der Historischen Zeitschrift und des Historischen Jahrbuchs 1933-1945, Hamburg, Kovač.

Worm, H., 1994, « Japanologie im Nationalsozialismus. Ein Zwischenbericht », dans Krebs, G. et Martin, B. (éd.), Formierung und Fall der Achse Berlin-Tōkyō, Munich, Iudicium, p. 153-186.

Zimmermann, B., 1990, « Der Wiener Orientalist Robert Bleichsteiner (1891-1954) », Österreich In Geschichte und Literatur mit Geographie, 34/2, p. 91-98.

Haut de page

Notes

1 « Françoise Aubin (1932-2017) », CECMC - Carnets du Centre Chine (CNRS/EHESS) : http://cecmc.hypotheses.org/36093 (consulté le 5 septembre 2017) ; pour une appréciation de ses travaux, voir Charleux, Goossaert, Hamayon et Aigle, 2010.

2 Aubin, 2006, 465.

3 Pour les hommages d’anciens collègues, élèves et amis, voir Walravens, 2012. Ce volume fait suite à trois recueils d’hommages parus du vivant du mongolisant : Kaschewsky, Sagaster et Weiers, 1973 ; Sagaster et Weiers, 1983 ; Kaschewsky et Tsering, 1998.

4 Voir Walravens, H., « Vorwort », dans Walravens, 2012, 9-12 ; Franke, 2006.

5 Voir Walravens, 2012, 201-203 (chapitre « Leben und Wirken. Frühe Jahre: Wien, Berlin, China »).

6 Walravens, 2012, 265-301.

7 Sur le développement transnational des études mongoles entre les années 1830 et les années 1970, voir Kotkin, 1999, 3-18.

8 Pour un panorama encyclopédique, voir Hausmann, 2011.

9 Voir en particulier Fischer, 1990 ; Conte et Essner, 1994 et 1995 ; Gingrich, 2005 ; voir aussi le site FEiNS - Forum Ethnologie im Nationalsozialismus : http://www.ethno-im-ns.uni-hamburg.de/ (consulté le 15 décembre 2016).

10 Pour l’archéologie et la préhistoire, voir Olivier, 2012 ; Schnapp, 2003. Pour l’histoire de l’antiquité, voir Chapoutot, 2008.

11 Voir par exemple Wiggershaus-Müller, 1998 ; Lerchenmueller, 2001.

12 Voir Rössler, 1988 et 1990 ; Ginsburger, 2011.

13 Voir Walravens, 2008 ; Worm, 1994 ; Haasch, 1996 ; Bieber, 2014.

14 Hausmann, 2011, 269-290.

15 Bausinger, 1993, 62-75.

16 Sur l’importance de ces Gauakten pour les recherches sur les nazis autrichiens, voir Schafranek, 2013, 131.

17 Ses archives privées, conservées au Max-Planck-Institut für evolutionäre Anthropologie de Leipzig et non cataloguées, n’ont pu être prises en compte. Ce travail devra être remis à des études ultérieures. Je remercie ici vivement le professeur Klaus Sagaster, qui m’a transmis ces informations.

18 Sur les continuités et les évolutions dans les sciences humaines entre la période nazie et l’après-guerre, voir pour la géographie, Fahlbusch, Rössler et Siegrist, 1989, 353-367 ; Ginsburger, 2011, p. 196 ; pour la Volkskunde, par exemple Schmoll, 2015, 38-42.

19 Österreichisches Staatsarchiv (ÖSTA), Archiv der Republik (AdR), Inneres, Gauakt 137261, Walter Heissig, Fragebogen 21.02.1935.

20 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Fragebogen, 21.02.1935.

21 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Lebenslauf des Walther Heissig », Berlin, 04.10.1936. Sur le Jungvolk et les jeunesses hitlériennes en Autriche, voir Gehmacher, 1994, 229-448.

22 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Eidesstattliche Erklärung », 17.09.1936.

23 « Nazi als Brandstifter », Arbeiter-Zeitung, Vienne, 12.08.1933, p. 8.

24 Botz, 1976, 215-217.

25 « Nazi als Brandstifter », art. cité, p. 8.

26 Schafranek, 2011, 31-32.

27 Ibid., 46.

28 Ibid., 58-68.

29 Hänisch, 1998, 401-403 ; Pauley, 1981, 91-94.

30 Voir Walravens, 2012, 203 ; ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Eidesstattliche Erklärung », 17.09.1936.

31 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, lettre de Heissig à Geyer, 10.12.1935.

32 Sur cette légion, voir Schafranek, 2011.

33 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Fragebogen » 21.02.1935.

34 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « NSDAP Flüchtlingshilfswerk. Abiturienten-Kursus », Berlin, 03.10.1936.

35 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Protokoll, aufgenommen am 3. Juni 1936 ».

36 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « Antrag auf Ablehnung des Studiengesuchs », signé Schützenhofer/Polzer, 03.10.1936.

37 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, « An den Führer und Reichskanzler, Berlin 04.10.1936 ».

38 Idem.

39 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261 : lettre de Heissig à Geyer, Meiningen, 24.11.1935 ; lettre du commandant du deuxième régiment d’infanterie (Schützen-Regiment) au bureau d’aide aux réfugiés du NSDAP, Meiningen, 7.06.1936 ; « Protokoll, aufgenommen am 3. Juni 1936 ».

40 Aubin, 2006.

41 Archiv der Universität Wien, Rigorosenakten der Philosophischen Fakultät (PH RA), 15528, Walther Heissig, « Lebenslauf », p. 1.

42 Voir par exemple Grüttner, 1995, 198-205.

43 Scholze-Irrlitz, 2005 ; Leube, 2005.

44 Sur le rôle d’Eckhard Unger sous le IIIe Reich, voir Hauser, 2004, 167-168.

45 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 1-2.

46 Taube, 1993.

47 Kater, 2006, 51.

48 Walravens, 2007, 161.

49 Buschmann, 2003, 241-245.

50 Gingrich, 2005, 106.

51 Sur Carl Schmitt et sur ses conceptions de l’espace, du peuple et de l’État, voir Soutou, 2014.

52 Sywottek, 1976, 34.

53 Schöbel, 2001.

54 Grüttner, 1995, 167-198.

55 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 2 ; sur la Reichsstudentenführung, voir Grüttner, 1995, 317-331.

56 Archiv der Universität Wien, PH RA 15528, « Lebenslauf », p. 2.

57 Grüttner, 1995, 331-341.

58 Bundesarchiv (BArch) NS 38/3781, lettre de Weitzmann à Heissig, 28.03.1938.

59 Pour un organigramme du « bureau de liaison » berlinois, voir BArch NS 38/3639, lettre d’Uffenorde à Schmauser, Berlin, 13.04.1938, annexe ; Heissig n’est pas mentionné dans la liste des délégués (Referenten).

60 BArch R 64-IV/267, lettre de Walter Heissig à Eduard Zimmermann, Berlin, 01.10.1938 : « Comme j’ai besoin de quelques lumières sur plusieurs sujets, surtout à propos de la Mongolie, je vous demande de m’indiquer quand je pourrai vous rendre visite ».

61 Sur ce rapprochement, voir Bieber, 2014, 442-680.

62 Hack, 1996, 296.

63 BArch R 64-IV/267 fol. 97, lettre de Heissig, 21.01.1937.

64 Voir à ce sujet Hack, 1996, 297.

65 BArch R 64-IV/267 fol. 64-65, Heissig, « Vermerk betr. Einschaltung der studentischen Arbeit in das Kulturabkommen Deutschland-Japan. Lagebericht » et fol. 67-68, « Aktenvermerk über die Besprechung zwischen Heissig und Zahl, deutsch-japanische Gesellschaft am 5.8.38 », 06.08.1938.

66 Idem.

67 BArch NS38/3781, lettre de Weitzmann à Heissig, 28.03.1938.

68 BArch NS38/4646, lettre de Kubach à Scheel, 30.03.1939.

69 BArch R 64-IV/267 fol. 65, « Vermerk betr. Einschaltung der studentischen Arbeit in das Kulturabkommen Deutschland-Japan ».

70 BArch R 64-IV/267 fol. 95, Heissig, « vertraulich », 17.01.1938.

71 BArch R 64-IV/267 fol. 65.

72 Idem. Les documents édités dans Walravens, 2012, 209-222, sans doute issus des archives privées de Heissig, confirment cette intention. Un mémorandum remis au ministère allemand des Affaires étrangères (non signé, sans date, sans doute fin 1938 ou début 1939, reproduit p. 116-119) préconise d’accroître l’influence allemande au détriment du Japon et soulignent l’impopularité des Japonais auprès des Mongols.

73 Heissig, 1938.

74 Walravens, 2012, 209-210.

75 Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin (éd.), Personal- und Vorlesungsverzeichnis Wintersemester 1937/38, Berlin, Preußische Druckerei- und Verlags-Aktiengesellschaft, 1937, p. 180.

76 BArch R 64-IV/267, fol. 69, lettre de Heissig à la Hanseatische Verlagsanstalt, 02.08.1938,

77 BArch R 64-IV/267, fol. 54 et 52, lettres de Heissig à [Otto] Richter, 03.10.1938 et 07.10.1938.

78 Voir la demande d’autorisation déposée par Heissig au ministère allemand des Affaires étrangères, BArch R 64-IV/267 fol. 77, « Zeitschriftgenehmigung durch das Auswärtige Amt », sans date (sans doute mai ou juin 1938).

79 Zimmermann, 1990.

80 Bleichsteiner, 1937.

81 BArch R 64-IV/267 fol. 34, lettre de la « Studentenführung der Friedrich-Wilhelms-Universität Berlin Gau Berlin Amt: Kasse und Verwaltung » à Walter Heissig, Berlin, 16.01.1939.

82 Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, Robert Bleichsteiner, « Begutachtung der Dissertation Walter Heissig », Vienne, 22.03.1941, et Hermann Baumann, « Dissertation Walter Heissig: “Der mongolische Kulturwandel” », 26.03.1941.

83 Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, déclaration sur l’honneur de Walther Heissig, Vienne, 18.03.1941.

84 Gohm et Gingrich, 2010.

85 Braun, 1995, 41.

86 Ibid., 62-79.

87 Mühlfried, 2000, 21-23.

88 Linimayr, 1994, 59-62.

89 Bleichsteiner et Heissig, 1941.

90 Heissig, 1941a.

91 Heissig, 1941c.

92 Voir le cas de Franz Six dans Ingrao, 2010, 77.

93 Grüttner, 1995, 364-365.

94 Pour le cas particulier de l’agronomie et de la physique, voir Weissenböck, 2013 et Hetaba, 2013.

95 Voir aussi les remarques de Robert Bleichsteiner, Archiv der Uni Wien, PH RA 15528, Robert Bleichsteiner, « Begutachtung der Dissertation Walter Heissig », Vienne, 22.03.1941, p. 2.

96 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Polizeidirektion Wien, 15.04.1947, fiche de renseignement sur Walther Heissig.

97 Spang, 2016, 134.

98 Freyeisen, 2000, 382-383.

99 Lettre de recommandation de Fritz Röck, Vienne, 20 mars 1941, reproduite dans Walravens, 2012, 222.

100 Heissig, W., « Abrechnung und Verzeichnis der für das Beschaffungsamt deutscher Büchereien angekauften Bücher », Hinsking, 20.07.1943, reproduit dans Walravens, 2012, 222-223.

101 Freyeisen, 2000, 383 ; Leutner, 1998, 442-443.

102 ÖSTA, AdR, Inneres, Gauakt 137261, Polizeidirektion Wien, 15.04.1947, fiche de renseignement sur Walther Heissig.

103 Heissig, 1943a et b ; 1944a ; 1945a ; 1946.

104 Narangoa, 2001, 112 ; Aubin, 2006.

105 Gingrich, 2005, 127-134.

106 Ingrao, 2010.

107 BArch R 64-IV/267 fol. 77, « Zeitschriftgenehmigung durch das Auswärtige Amt ». Sur les Auslandswissenschaften, voir Hausmann, 2011, 480-490.

108 Hausmann, 2011, 669-688.

109 Heissig, 1941b.

110 Anonyme, 1943. Cette publication se compose de documents de propagande envoyés par Heissig à la rédaction de la Zeitschrift für Geopolitik. Elle n’est pas mentionnée dans Walravens, 2012.

111 Sur les positions de Haushofer sur le Mandchoukouo, qui correspondent globalement à celles que Heissig défend dans Das gelbe Vorfeld (une convergence d’intérêts entre Allemagne, URSS et Japon), voir Spang, 2013, 359-364.

112 Haushofer, 1939a, mentionné dans Heissig, 1941a, 161.

113 Haushofer, 1939b.

114 Heissig, 1941a, 10.

115 Hausmann, 2011, 670.

116 Sur cette idée présente chez Ratzel et reprise par Haushofer, voir Raffestin, Lopreno et Pasteur, 1995, 29-75, 120-125 ; Schultz, 2002, 348-374.

117 Trampler, 1934, 25-30.

118 Fochler-Hauke, 1936, 378.

119 Voir Liedecke, 1941, 490-496 ; Baumgartner, 1941, 566-574.

120 Sur cette question, voir Schultz et Natter, 2003, 289.

121 Heissig, 1941a, 159.

122 Ibid.

123 Natter, 2006.

124 Limberger et Sticker, 2004, 69.

125 Heissig, 1938.

126 Heissig, 1941a, 44, 109.

127 Anonyme, 1939 (article non signé, dont Heissig revendique la paternité dans Heissig, 1941a, 161).

128 Heissig, 1941d, 305.

129 Heissig, 1943c, 66.

130 Heissig, 1941a, 160.

131 Herb, 2002, 84-94.

132 Heissig, 1941a, 8.

133 Sur les légendes et les symboles usuels des cartes géopolitiques, voir Schumacher, 1935. De l’ensemble complexe proposé par Schumacher, Heissig ne retient que deux symboles, la flèche et la ligne hachurée, ce qui montre le caractère relativement rudimentaire des cartes qu’il conçoit.

134 Anonyme, 1943.

135 Heissig, 1941c, 11.

136 Voir par exemple Heissig, 1943d.

137 Heissig, 1941c, 10.

138 Ibid., 12.

139 Heissig, 1941a, 51.

140 Heissig, 1943e, 179.

141 Heissig, 1941a, 85

142 Heissig, 1941c, 57-68.

143 Heissig, 1943e, 176.

144 Heissig, 1941c, 28-29, 34.

145 Heissig, 1943e, 177.

146 Schultz, 2002, 346-347 ; Haberkorn, Mainzer, Ott, Schneider et Schultz, 2010, 52.

147 Heissig, 1941c, 19.

148 Ibid., 95.

149 Sur la différence entre eugénisme « positif » et « négatif », voir Weingart, Kroll et Bayertz, 1992, 15-16.

150 Heissig, 1941c, 79.

151 Heissig, 1941a, 127.

152 Heissig, 1941c, 42.

153 Heissig, 1941a, 159.

154 Heissig, 1941c, 95.

155 Heissig, 1943b.

156 Heissig, 1943a.

157 Heissig, 1943c, d et e.

158 « Principes fondamentaux de la société linguistique mongole », (« Grundprinzipien der Mongolischen Sprachgesellschaft »), cité dans Heissig, 1943b, 261.

159 Heissig, 1943a, 252.

160 Voir par exemple Heissig, 1941c, 68, 95.

161 Heissig, 1943e, 178.

162 Ibid., 181.

163 Heissig, 1945b.

164 Heissig, 1945a.

165 Heissig, 1944b.

166 Heissig, 1944a.

167 Heissig, 1944b, 41.

168 Leutner, 1998, 442.

169 Ibid.

170 Walravens, 2012, 265.

171 Leutner, 1998, 443.

172 Ibid.

173 The United Nations War Crimes Commission, 1949, 8-14.

174 Walravens, 2012, 300-301.

175 Reproduits dans Walravens, 2012, 257. Sur les aléas de la dénazification en Allemagne, voir Vincent, 2008. Sur les Persilscheine, voir p. 25.

176 Walravens, 2012, 319.

177 Ibid., 387.

178 Pour une discussion théorique, voir Kämpfe, 1976, qui réfléchit au positionnement méthodologique des études sur l’Asie centrale par rapport aux grandes tendances de l’historiographie et des sciences sociales contemporaines.

179 Dans les vingt premières années de leur parution, les Zentralasiatische Studien des Seminars für Sprach- und Kulturwissenschaft Zentralasiens der Universität Bonn ne publient aucun article que l’on pourrait rattacher à la géopolitique ; les contributions en histoire de la littérature, ainsi que les éditions et traductions d’épopées orales ou de prières, sont en revanche nombreuses. Il s’agit d’une tendance de fond en RFA, où la discipline géopolitique apparaît largement discréditée dans les années d’après-guerre à cause de sa proximité idéologique avec le nazisme. Sur ce point, voir Meyer, 2014, 118-139 ; Ginsburger, 2015, 364-367.

180 Depuis 2014, la mention du séminaire de Bonn a disparu du titre et le bureau éditorial s’est internationalisé, voir http://www.tibetinstitut.de/zas-zeitschrift.html (consulté le 29 mars 2018).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dedryvère, « De l’engagement national-socialiste à l’érudition philologique »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 229-258.

Référence électronique

Laurent Dedryvère, « De l’engagement national-socialiste à l’érudition philologique »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/361 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.361

Haut de page

Auteur

Laurent Dedryvère

Maître de conférences en études germaniques, université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, laboratoire ICT, EA 337

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search