Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

L’espace post-yougoslave : un laboratoire des sciences humaines et sociales ?

The post-Yugoslav area: A laboratory of social and human sciences?
Anne Madelain et Agustín Cosovschi
p. 261-274

Texte intégral

  • 1 Cîrstocea, Dakowska et Sigman, 2014 ; Fauconnier, Fauve, Sauvé, Shukan et Zima, 2015.
  • 2 Hassner, 2000 ; Forest et Mink, 2004 ; Ragaru et Capelle-Pogăcean, 2010 ; Gradvohl et Amacher, 201 (...)
  • 3 En Allemagne, en revanche, plusieurs études récentes ont abordé la question : Stefanov, 2013 et 20 (...)

1Comment la fin du socialisme en Europe de l’Est a-t-elle transformé la production des savoirs ? Les travaux publiés récemment en France sur cette question ont porté sur les transformations des espaces académiques et des acteurs1, sur l’évolution des outils, des perspectives et des méthodologies ainsi que sur les problèmes conceptuels2. Centrés sur l’espace post-soviétique, incluant parfois les anciennes démocraties populaires d’Europe centrale, ils ont néanmoins presque toujours contourné l’espace post-yougoslave3.

  • 4 Le thème de l’autogestion porté par le Parti socialiste unifié (PSU) et la Confédération française (...)

2L’histoire des sciences humaines et sociales de la péninsule balkanique est largement ignorée à l’étranger, en particulier en France. De plus, l’espace yougoslave puis post-yougoslave est à la fois interne et externe au champ (post-)communiste et présente des singularités historiques difficilement assimilables aux expériences de la sphère soviétique. Dans le contexte de la guerre froide, la Yougoslavie non alignée et son organisation socialiste autogestionnaire, fort différente du fonctionnement des régimes soviétiques et des démocraties populaires, ont toujours posé des difficultés d’analyse aux spécialistes de l’espace communiste dominés longtemps en France par la soviétologie et les prismes militants. La « deuxième gauche », qui a popularisé l’engouement pour l’autogestion, a admiré l’expérience yougoslave mais en a favorisé aussi des approches plus idéologiques que sociologiques ou historiques. L’abandon de l’autogestion par la gauche française s’est par ailleurs accompagné du désintérêt pour ce pays dès les années 19804.

  • 5 Ramet, 2005.

3L’éclatement de la Yougoslavie entre 1991 et 1999 et les guerres meurtrières en Croatie, en Bosnie-Herzégovine puis au Kosovo ont non seulement choqué l’opinion, mais ont aussi suscité de nombreux débats touchant à la qualification du conflit (« guerre civile », « agression » ou « guerre interethnique »), à l’établissement de ses causes politiques, culturelles et historiques ainsi qu’à l’identification des responsabilités et des moyens d’y remédier. Cet événement, dont la portée pour l’équilibre européen a été difficile à évaluer au moment des faits, a produit de véritables apories dans les sciences sociales, y compris à l’extérieur du territoire concerné5.

  • 6 « Les transformations des sciences humaines et sociales dans l’espace (post-)yougoslave après 1990 (...)

4Cette situation justifiait l’intérêt d’examiner comment se réorganisent les sciences humaines et sociales à l’échelle de ce territoire plus de deux décennies après la disparition de la Fédération yougoslave. Deux journées d’études ont rassemblé à l’École des hautes études en sciences sociales les 19 et 20 mai 2017 des chercheurs ayant pour objet d’étude les sciences humaines et sociales de l’espace post-yougoslave ainsi qu’une quinzaine de praticiens des sciences sociales de générations et disciplines différentes6. Il s’agissait de se pencher sur les continuités des institutions (académiques et extra-académiques), des groupements intellectuels et des questionnements scientifiques et d’examiner l’émergence à partir des années 1990 de nouvelles dynamiques dans l’univers de la recherche.

  • 7 Voir l’abondante production d’ouvrages collectifs et de monographies portant sur ces domaines publ (...)

5Vu de l’extérieur, l’espace post-yougoslave continue d’être, au mieux, un terrain d’enquête pour des politistes ou des historiens du politique, du nationalisme ou du postcommunisme7, alors que l’histoire des savoirs savants n’a fait l’objet que de peu d’attention. Ces journées d’études se sont au contraire appuyées sur la conviction que de nombreuses transformations de cette région se sont jouées sur le terrain de la production des savoirs. De plus, les singularités de l’expérience yougoslave en font un laboratoire précieux pour comprendre les recompositions des réseaux académiques et des échanges scientifiques entre l’Ouest et l’Est du continent. Elles permettent aussi d’examiner des processus structurels concernant d’autres échelles territoriales, qui ont accompagné l’internationalisation croissante des échanges scientifiques depuis le début des années 1990.

L’échelle post-yougoslave est-elle pertinente ?

  • 8 Pour nommer cette déclinaison des termes de l’appartenance qui évite de qualifier la nature des li (...)

6L’espace post-yougoslave est un objet difficile à définir car ses caractéristiques territoriales sont problématiques. Il se définit d’abord a minima par la persistance et/ou la réactivation de relations – personnelles ou familiales mais aussi économiques, culturelles ou politiques – entre les anciennes républiques fédérées. S’y ajoute la persistance ou la réactivation de sentiments d’appartenance à un ensemble commun, c’est-à-dire d’une composante identitaire souvent exprimée par l’emploi du pronom « notre » (naš) et du substantif « le/la nôtre » (naški) pour qualifier un bien commun, par exemple les langues mutuellement intelligibles mais officiellement différentes8.

  • 9 Voir par exemple Gorup, 2013 et Štiks, 2015.
  • 10 En 2009, le journaliste britannique Tim Judah a popularisé le concept de yougosphère (yugosphere) (...)
  • 11 Sur la yougonostalgie, voir Velikonja, 2010 et Popović, 2013-2014.

7Les spécificités de l’espace post-yougoslave et les interrogations qui en résultent touchent donc aussi à l’histoire politique, sociale et culturelle. Cet espace offre une échelle d’analyse entre le national et le transnational, fructueuse par exemple pour l’examen des traditions culturelles, des phénomènes migratoires et des nouvelles formes d’organisation politique9. Compte tenu de l’importance des liens existant entre les républiques (ex-)yougoslaves avant et après 1991, spécifiquement en matière de développement de la recherche scientifique et de production intellectuelle, il paraît important de cerner cet espace qui persiste malgré la dissolution de la Fédération yougoslave. Au-delà d’une forme idéalisée de « yougosphère10 » ou de relations principalement motivées par la nostalgie (que l’on appelle souvent « yougosnostalgie11 »), il s’agit plutôt de décrire ces relations, leurs dynamiques et éventuellement leurs limites.

  • 12 Anthropologue et ancien chercheur à l’Institut d’ethnographie de l’Académie des sciences et des ar (...)
  • 13 Sur l’histoire de cette aventure éditoriale voir Stojanović, 2011.

8Durant les journées d’études, l’anthropologue Ivan Čolović a eu à ce propos un rôle central12. À partir de son expérience de chercheur et d’éditeur en sciences sociales, Čolović a posé en ouverture des discussions le postulat de la reconstitution, tout au long des années 1990 et par la suite, d’un véritable espace post-yougoslave de recherche, qu’il a défini comme un espace permettant de développer des recherches échappant aux orientations idéologiques posées par les nouveaux États post-yougoslaves encore antagonistes. L’histoire des éditions de la Bibliothèque du xxe siècle dirigées par Čolović, qui a publié entre 1990 et 2018 plusieurs centaines de titres de sciences sociales critiques, en donne un bon aperçu13.

9Un espace non contraint par les nouvelles normes nationales est-il cependant possible et comment coïncide-t-il avec les frontières de l’ancien État commun ? De fait, il s’agit davantage de formes de relation et de coopération entre des individus – parfois, mais plus rarement, entre des institutions ou des organisations collectives – que d’un espace politique. De plus, dans la production culturelle et intellectuelle, l’espace post-yougoslave est une géographie à géométrie variable mais qui n’épouse pas toujours les frontières de l’ancienne fédération. Elle prend en effet souvent les contours des relations entre Zagreb, Belgrade et Ljubljana, c’est-à-dire des centres intellectuels hégémoniques de l’ancienne Yougoslavie. Les nouveaux centres académiques des autres républiques (Monténégro, Bosnie-Herzégovine, Macédoine ou Kosovo) sont beaucoup moins actifs dans le processus. Lui donner d’autres formes paraît encore aujourd’hui aux acteurs un défi difficile à relever, malgré la proximité linguistique ou l’histoire commune.

  • 14 Voir par exemple le débat déclenché par l’article de la sociologue croate Danijela Dolenec sur l’œ (...)
  • 15 Centre for Cultural and Historical Research of Socialism, University Juraj Dobrila, Pula, Croatie  (...)

10Une autre dimension de la construction d’un espace post-yougoslave réside dans la volonté de ne pas voir se dissoudre l’héritage intellectuel de la séquence yougoslave, celui de la période socialiste mais aussi de l’entre-deux-guerres. Ines Prica, directrice de l’Institut de recherche sur l’ethnologie et le folklore de Zagreb, a ainsi expliqué que ce souci s’est inscrit durant les décennies 1990 et 2000 dans l’activité des chercheurs « survivants » de la période précédente ; il anime aujourd’hui aussi les travaux de jeunes chercheurs qui relisent les œuvres des auteurs de la période socialiste, celles par exemple des sociologues Josip Županov et Stipe Šuvar ou encore de l’économiste Branko Horvat14. Ce souci est sensible aussi dans les travaux sur l’histoire de la période socialiste, comme en témoigne l’activité du Centre de recherches culturelles et historiques sur le socialisme de l’Université de Pula (Croatie) dont la conférence internationale bi-annuelle rassemble depuis 2013 des centaines de jeunes chercheurs15.

11Penser les continuités et les discontinuités avec les héritages conceptuels et méthodologiques et les courants de pensée de la période d’avant 1990 est un processus complexe : Ines Prica a montré que dans le domaine de l’ethnologie, une première phase de réappropriation d’outils et d’objets délaissés durant la période socialiste, tels que les rites et les mythes, a bien eu lieu et a permis de prendre une distance qu’elle a qualifiée de salutaire par rapport aux méthodologies en vigueur durant la période socialiste. Selon elle, les chercheurs évoluent désormais sur un terrain où la discussion sur le post-yougoslave rencontre inévitablement celle sur le post-socialisme. Cette situation justifie la nécessité d’établir entre les communautés scientifiques ex-yougoslaves un dialogue non seulement sur leur passé, mais aussi sur leur présent. C’est le cas par exemple des conséquences sociales des processus de transition économique de la période qui a suivi 1990 ou de la persistance dans la durée de courants politiques autoritaires et conservateurs.

Penser « dans la crise » a-t-il conduit à la crise de la pensée ?

  • 16 Močnik, 1993 ; voir aussi les recueils d’articles publiés par la philosophe croate Rada Iveković e (...)
  • 17 Močnik, 1993, 101.

12Une analyse des transformations des sciences humaines et sociales des années 1990 ne peut faire l’impasse sur le choc de l’éclatement de l’État commun yougoslave. Tout d’abord parce que, dans le contexte de la chute des régimes communistes en Europe, il a ébranlé certains modèles d’interprétation du social, du politique et du national. En 1990-1991, nombreux étaient les intellectuels ex-yougoslaves à faire le « constat de la faillite de la fonction intellectuelle » dans leur pays16. Le sociologue slovène Ratsko Močnik a par exemple pointé une tendance, la « matrice hégélienne de la mythologie de l’après-communisme » qui, selon lui, avait produit de nouvelles évidences et remis au goût du jour une nécessité historique pour expliquer la crise yougoslave, permettant de propager l’idée que « l’éclatement était inéluctable » et que « le nationalisme [était] mauvais mais il n’y a[vait] pas d’autres solutions »17.

13Dans son retour d’expérience sur l’histoire récente de la sociologie en Serbie, Ivana Spasić a montré que de nombreux chercheurs avaient adopté, face l’effondrement de leur pays commun, des positions chauvines voire nationalistes ou des stratégies de fuite. Parmi celles-ci, elle a relevé l’évitement des sujets épineux et le développement d’analyses insuffisamment étayées par des données empiriques, amenant à produire finalement plutôt des essais ou des écrits militants que des travaux scientifiques. Une situation que plusieurs participants des journées d’études ont estimée similaire dans d’autres disciplines et régions.

  • 18 Sur les écrits des intellectuels français voir Ragaru, 2013, Madelain, 2015a, 2016 et sur leurs ho (...)

14Cette tendance s’est retrouvée chez les politologues, les historiens ou les philosophes étrangers quand ils se sont penchés sur la crise yougoslave18. En effet, la conjonction de la fin des régimes communistes et la montée des nationalismes en Europe s’est accompagnée de la paralysie des démocraties et des organisations internationales. Dans ce contexte, tous les intellectuels européens ont éprouvé des difficultés à penser les transformations au tournant des années 1990, d’autant plus que leur rôle dans l’espace public était en train de décliner. Dans son intervention, Anne Madelain s’est penchée sur les ruptures d’intelligibilité provoquées par l’événement en France. Elle a montré ainsi la manière dont cette crise extérieure est devenue un espace de projections pour des questionnements concernant la nation, l’ethnicité, les formes contemporaines de la conflictualité mais aussi les formes d’engagement politique. C’est à la frontière entre les savoirs universitaires et les interventions publiques de clercs et de citoyens militants que se sont jouées les difficultés de formulation et les apories conceptuelles.

15Afin de comprendre les évolutions des espaces académiques durant la décennie 1990, il faut tenir compte des transformations qui affectent alors un peu partout en Europe le statut social et la position politique du chercheur et de l’intellectuel, confronté à la professionnalisation et à la spécialisation de la recherche scientifique. Dans le contexte de la Yougoslavie socialiste, où le monde universitaire et le débat public étaient soumis au contrôle du politique, il faut aussi revenir sur la période précédente et tenter de saisir des évolutions de plus longue durée. S’appuyant sur l’analyse comparée de deux éditions de la revue Sociologija (1982 et 1990), Agustín Cosovschi s’est penché sur le renouvellement des outils théoriques et conceptuels chez les sociologues, politologues et philosophes yougoslaves pendant les années 1980 et leurs réactions face à l’effondrement conjoint du régime socialiste et de l’État commun en 1990-1991. Il a ainsi décrit un « processus d’autonomisation » des intellectuels face à l’État socialiste durant les années 1980, qui les a amenés à formuler des critiques contre l’autoritarisme communiste puis contre la montée des formes d’autoritarisme chauvin à partir de la fin de la décennie. Cette critique s’est exprimée, d’après Cosovschi, dans le cadre d’une nouvelle conception de la temporalité politique caractérisée par la montée de l’incertitude et l’effondrement des horizons historiques utopistes (Koselleck, 2016).

  • 19 La revue de philosophie Praxis (1964-1974) a marqué un tournant dans l’histoires des sciences soci (...)
  • 20 Konta, 2015.

16Distinguer la temporalité des sciences sociales et la temporalité des événements a aussi été souligné comme une nécessité par la sociologue Ivana Spasić, qui a rappelé que la crise du marxisme dans la sociologie yougoslave datait des années 1970 et 1980. L’analyse des « moments de rupture d’intelligibilité » à l’intérieur des disciplines nous confronte par conséquent à une question importante : après une période assez florissante pour la recherche en Yougoslavie (1960-1980) marquée par le rayonnement international des travaux du groupe Praxis19, l’internationalisation de la recherche scientifique20 et le développement de traditions scientifiques critiques, doit-on voir les années 1990 comme une période de destruction des réseaux scientifiques et d’apories conceptuelles ?

  • 21 Par exemple la traduction en serbe (Biblioteka XX vek, 1999) de l’ouvrage de Maria Todorova, Imagi (...)

17Les discussions des 19 et 20 mai 2017 ont conclu au fait que cette affirmation devait être nuancée. La période de guerre ouverte (1991-1995), qui se déroule avant la révolution des communications et la généralisation des usages de l’internet, est certes une période de grand isolement de l’espace post-yougoslave. Mais la décennie 1990 est aussi marquée par l’introduction massive des cultural et postcolonial studies, des « théories du discours » qui viennent remplacer les « théories du système » traditionnellement chères aux sciences sociales yougoslaves et qui ont conforté la critique comme principe méthodologique et ouvert des perspectives nouvelles pour penser les réalités balkaniques21.

  • 22 Dobry, 2000, Jović, 2010 et Cosovschi, 2016.
  • 23 Dans l’espace post-yougoslave, on a vu se développer, par exemple, une nouvelle sociologie de la g (...)
  • 24 Voir par exemple Dérens, 2016 et Trégourès, 2017.

18Des chercheurs post-yougoslaves ont analysé les transformations économiques et politiques des années 1990 en se distanciant de certains modèles que des analystes étrangers et les organisations internationales avaient construits sans tenir compte des particularités historiques et politiques de la région. C’est le cas en particulier des analyses construites autour du concept de « transition » dans des perspectives institutionnalistes et souvent téléologiques, qui ont fait l’objet de nombreuses critiques22. Comme l’a rappelé Xavier Bougarel, confrontées à des événements inédits, les sciences sociales post-yougoslaves ont aussi développé des analyses transposables sur d’autres terrains, par exemple pour l’examen des formes de populisme et de violence ou encore plus récemment dans l’histoire sociale et culturelle de la période socialiste23. L’idée selon laquelle certaines problématiques post-yougoslaves concernent aujourd’hui l’Europe occidentale ou les États Unis est actuellement formulée régulièrement en France par des journalistes et des politistes24. Reste à rendre plus visibles les travaux des chercheurs post-yougoslaves travaillant ce terrain.

  • 25 Cîrstocea, 2015. Le gender mainstreaming, ou approche intégrée de la dimension de genre, est une n (...)

19Du fait de sa situation périphérique en Europe et de son passé d’autonomie à l’égard des blocs, l’espace post-yougoslave offre en effet un terrain spécifique pour analyser plusieurs évolutions récentes communes au continent, telle que la mise en place des politiques néolibérales dans le monde de l’éducation et de la recherche. L’intervention de Ioana Cîrstocea sur le rôle des féministes yougoslaves au sein des réseaux est-européens et dans la construction des études de genre a illustré le rayonnement de la recherche yougoslave au-delà de son ancrage géographique d’origine. Ainsi, dans le contexte de plus en plus internationalisé des années 1990, les féministes issues de l’ex-Yougoslavie ont été parties prenantes des processus de professionnalisation du féminisme mais en se positionnant aussi comme critiques de l’hégémonie néolibérale exercée par le biais de certains programmes internationaux de promotion des droits des femmes. L’héritage yougoslave a ainsi été mobilisé comme une ressource critique et a fait l’objet d’une transmission militante qui a pu conduire à la politisation des répertoires rattachés au gender mainstreaming25.

Politisation des sciences sociales

  • 26 Miškovska Kajevska, 2017.

20Confrontés aux processus de désintégration d’une société, les chercheurs yougoslaves ont eu à prendre des positions de nature politique, qui pouvaient menacer la survie d’espaces académiques, scientifiques et intellectuels communs. Les études de genre sont encore une fois un bon terrain d’observation de ces processus. Les travaux en science politique d’Ana Miškovska Kajevska sur les positionnements des féministes de Zagreb et Belgrade dans le contexte de guerre, présentés à l’occasion de ces journées d’études, en donnent un bon aperçu. À partir d’un examen de la littérature sur les mouvements féministes, elle a montré l’existence de biais historiographiques et méthodologiques ainsi que d’opérations de simplification dans l’approche du conflit yougoslave et de ses conséquences sociales et politiques, pointant combien la production de savoirs sur la dissolution de la Yougoslavie doit encore être remise à plat26. À partir de l’analyse de la vie des groupes féministes, des débats et échanges durant la décennie 1990, on peut distinguer différents niveaux d’observation indiquant que les conflits sociaux ont marqué les rapports à l’intérieur du champ scientifique et intellectuel et provoqué des conflits difficiles à surmonter. Les tensions suscitées par la guerre, la tendance à essentialiser la position des « autres » et la montée de la méfiance ont souvent introduit des divisions dans des espaces de réflexion et de production de savoirs qui étaient pourtant, comme l’activisme féministe, censés surmonter les divisions nationales. On peut ainsi constater la manière dont les circonstances politiques et sociales influent structurellement sur les positions des intellectuels et chercheurs, parfois bien au-delà de leur volonté.

  • 27 Naumović, 1998, 1999.

21Afin de produire un modèle théorique susceptible d’enrichir la compréhension des rapports entre science et politique, l’anthropologue Slobodan Naumović a exposé les lignes générales de ses travaux sur ce qu’il a appelé le double-insider syndrome, un schéma conceptuel sur les conditionnements qui pèsent sur le chercheur qui est membre de la société qu’il étudie. Il a analysé la manière dont l’ethnologie et l’anthropologie sont apparues en Serbie à la fin du xixe siècle comme des « sciences nationales » et des outils au service de la construction d’un nouvel État national dans la périphérie européenne, puis la manière dont elles se sont adaptées aux transformations du contexte politique et social durant le xxe siècle27. Il a ainsi montré les tensions existantes entre ambition scientifique et engagement politique à l’intérieur de ces disciplines jusqu’aux années 1990, en soulignant les risques épistémologiques de la nationalisation de la science.

22Évaluer l’influence du nationalisme dans les sciences sociales et l’activité scientifique fait toujours débat. Ces journées l’ont encore confirmé. La diversité des expériences et les désaccords entre ceux qui considèrent que le nationalisme est une force puissante dans les sciences sociales et humaines et ceux qui en minimisent l’influence dans le monde scientifique se sont avérés néanmoins productifs : ils ont conduit les acteurs à constater à quel point certaines catégories couramment utilisées dans l’analyse du cas yougoslave gagnaient à être réinterrogées, tant leur utilisation systématique amène souvent à des malentendus et à des raccourcis. C’est le cas du concept de « nationalisme » qui a servi de clef à l’analyse des années 1990 en particulier dans les sciences sociales occidentales et dont l’indéfinition est préjudiciable à l’analyse et au débat. Au même titre qu’on a réinterrogé dès les années 1970 et 1980 la pertinence de la catégorie de « totalitarisme » pour penser les régimes et la réalité de l’URSS et des pays d’Europe de l’Est, les usages de la catégorie de « nationalisme » doivent donc être réévalués. Le nationalisme est multiforme et sa contextualisation indispensable.

Interroger les pratiques et les méthodes

23Tout au long de ces journées d’études, les pratiques de recherche ainsi que les conditions des évolutions à venir ont été interrogées.

  • 28 La fondation Open Society a été très active dans l’espace post-yougoslave durant les décennies 199 (...)
  • 29 Voir l’état des lieux de la gauche radicale dans l’espace post-yougoslave et balkanique dressé par (...)

24Une première série d’interrogations concerne les rapports entre le national et l’international. Comme dans tout l’espace postcommuniste, les financements étrangers, ceux des programmes européens mais aussi ceux qui émanent de fondations étrangères, en particulier américaines, se sont multipliés dans le monde de la recherche propre à l’espace post-yougoslave. Avant d’en mesurer l’impact, des évidences doivent être écartées. Par exemple l’idée que les recherches financées depuis le début des années 1990 par la fondation de l’ancien financier Georges Soros aient massivement œuvré au développement de la pensée libérale28. Ainsi, c’est bien au sein de la Central European University fondée par Soros à Budapest que se sont formés de jeunes chercheurs issus de l’espace post-yougoslave qui revendiquent le marxisme dans leurs références29.

25Parallèlement à ce renouveau de la pensée marxiste, on constate dans les différentes disciplines des sciences humaines et sociales la persistance, voire la réaffirmation, de réseaux « nationaux » dans lesquels circulent des recherches financées majoritairement par les États, éditées dans les langues et publications locales et qui se réfèrent à la tradition d’une ethnologie, d’une sociologie ou d’une histoire au service de la construction nationale. Ces derniers coexistent avec des circuits « internationaux » principalement orientés vers les universités américaines et européennes, dans lesquels évoluent des chercheurs souvent nomades qui travaillent sur des thèmes ou projets de recherches induits par des financements internationaux. Ces différents circuits, certes identifiables, doivent cependant être examinés dans une perspective historique, car ils sont poreux et multiples.

  • 30 Le Cercle de Belgrade a été créé en janvier 1992 en réaction au déclenchement de la guerre. L’asso (...)
  • 31 Delamare, 2016.

26Une autre série de questionnements fructueux pour tracer des voies novatrices en matière de recherche dans cet espace concerne les relations entre l’institution et le chercheur ainsi que l’exercice de réflexivité. L’effondrement de l’État yougoslave a eu pour conséquence le développement d’activités scientifiques aux marges des institutions, dans des lieux et réseaux informels. En Serbie par exemple, l’activité intellectuelle et scientifique qui s’est déployée hors des institutions proprement dites a été intense durant toute la décennie 1990 – en particulier autour du Cercle de Belgrade30, de diverses associations comme le Centre d’études féminines, de revues et même, à la fin de la décennie, d’universités parallèles. Creuset de la société civile en Serbie, cette activité qui a cultivé le mélange des genres et vécu des conflits d’intérêts a connu aussi des difficultés de reconversion dans les années 2000 comme l’a présenté Laetitia Delamare31. Avec le recul du temps, il serait aujourd’hui pertinent de mieux distinguer, durant la période d’effondrement de la Yougoslavie, le rôle de ces lieux et réseaux informels et celui des institutions, comme l’a fait remarquer Wolf Feuerhahn lors des discussions. Cette étude permettrait d’expliquer certaines évolutions actuelles et les nouvelles formes d’institutionnalisation de la recherche, par exemple les tendances – non exclusives à l’espace post-yougoslave – à la décentralisation de la recherche et à la précarisation des chercheurs.

  • 32 La dimension personnelle a joué un rôle central dans les interventions d’Ivana Spasić, Ines Prica, (...)

27L’exercice d’autoanalyse auquel se sont livrés plusieurs des intervenants des journées d’études permet d’approcher les transformations vécues de l’intérieur par les acteurs32. Il s’accompagne aussi de méthodologies novatrices pour travailler sur des situations ou terrains de crise et sur les rapports entre savoirs et action, qui tiennent compte de la porosité du politique et du scientifique. L’intervention d’Ana Miškovska Kajevska en a donné une bonne illustration en montrant que l’étude des processus intellectuels a beaucoup à gagner d’une approche qui dépasse l’analyse des sources écrites pour être au plus près du terrain des rapports personnels.

  • 33 « Nouveaux regards sur la Yougoslavie socialiste : enjeux historiographiques et mémoriels/New Pers (...)

28Une troisième série de questionnements concerne les différences entre les disciplines au regard des conséquences des transformations politiques et sociétales. L’histoire, par exemple, n’a été ici abordée que de manière secondaire. Cette discipline se renouvelle aujourd’hui dans l’espace post-yougoslave avec le développement de l’histoire sociale et culturelle de la période socialiste. Un colloque organisé à Paris en septembre 2016 lui a été entièrement consacré33. Cependant, l’histoire est la discipline qui a été soumise à la politisation la plus importante depuis les années 1990. Porter l’attention sur d’autres disciplines permet d’examiner les processus dans un contexte où les oppositions idéologiques sont moins tranchées. La suite des travaux gagnera à faire dialoguer l’histoire et les autres sciences sociales.

29À la question posée par Jean-Louis Fabiani de la coïncidence entre rupture idéologique de la fin du socialisme et rupture épistémologique, les débats de mai 2017 ont donc répondu de manière contrastée. Ils ont néanmoins permis de cerner de nouvelles questions qui enrichissent les perspectives sur ce tournant qu’ont été conjointement la crise des régimes socialistes, l’arrivée de la démocratie et l’introduction de l’économie de marché dans les sociétés est-européennes.

30La Yougoslavie, un pays socialiste non-aligné sur l’Union soviétique, dont le régime laissait davantage de marge à la dissidence politique et à la diversité idéologique et où les habitudes de consommation culturelle et intellectuelle étaient plus internationalisées que dans la plupart des pays de la sphère soviétique, offre un cas d’étude qui remet en question les repères chronologiques établis. Plusieurs analyses et témoignages ont effectivement montré que la fin de la période communiste, la montée du nationalisme et la guerre ont été perçues comme un tournant historique dont l’analyse requiert de nouveaux outils théoriques. Néanmoins certains de ces dispositifs conceptuels faisaient déjà partie de l’arsenal théorique de la recherche en Yougoslavie bien avant 1990. Cela nous oblige donc à penser en termes de temporalités historiques parallèles, aussi bien qu’en termes de circulations multiples, modulées géographiquement entre le centre et la périphérie de la production scientifique et intellectuelle. L’enjeu est bien d’inclure le cas post-yougoslave dans une histoire transnationale des concepts et des pratiques scientifiques, un enjeu auquel ces journées ont souhaité contribuer.

Haut de page

Bibliographie

Allcock, J. B., 2000, Explaning Yugoslavia, Londres, Hurst.

Bougarel, X., Grandits, H. et Stefanov, N. (éd.), 2013, Südosteuropa, 61/4, Did the Wars in Yugoslavia Change the Perception of Societal Conflicts? Debates in France and Germany.

Cîrstocea, I., Dakowska, D. et Sigman, C. (éd.), 2014, Revue d’études comparatives Est-Ouest, 45/1, Les transformations des espaces académiques centre-est-européens depuis 1989.

Cîrstocea, I., 2015, « La “sororité” à l’épreuve : pratiquer l’internationalisme féministe au lendemain de la guerre froide », Critique internationale, 66, Communismes et circulations transnationales, p. 85-101 (DOI : 10.3917/crii.066.0085).

Čolović, I., 2000, Politika simbola. Ogledi o političkoj antropologiji [La politique des symboles. Regards sur l’antropologie politique], Belgrade, Biblioteka XX vek.

Čolović, I., 2009 [1993], Le bordel des guerriers. Folklore, politique et guerre, Paris, Non lieu.

Cosovschi, A., 2016, « Distancia crítica desde la periferia. El concepto de transición en la sociología de Serbia y Croacia durante los años ‘90 » [Distance critique de la périphérie. Le concept de transition dans la sociologie en Serbie et Croatie dans les années 1990], Papeles de Trabajo, 10 (18), p. 99-122.

Dérens, J.-A., 2016 (24 juillet), « La “guerre civile européenne” et la mémoire des Balkans », Le Courrier des Balkans, en ligne : https://www.courrierdesbalkans.fr/blog-o-la-guerre-civile-europeenne-et-la-memoire-des-balkans.

Delamare, L., 2016, La bipolarité de la société serbe : héritage, essence ou illusion ? Les manifestations belgradoises 1991-2008, thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Paris, EHESS, en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01263663.

Dobry, M., 2000, « Les voies incertaines de la transitologie : choix stratégiques, séquences historiques, bifurcations et processus de path dependence », Revue française de science politique, 50, 4-5, p. 585-614.

Dolenec, D., 2014, « Preispitivanje ‘egalitarnog sindroma’ Josipa Županova » [L’examen du « syndrome égalitaire » chez Josip Županov], Politička misao, 51, 4, p. 41-64.

Fabiani, J.-L., 2016, « Qu’y a-t-il de social dans l’histoire intellectuelle ? », dans Lilti, A., Loriga, S., Schaub, J.-F. et Sebastiani, S. (éd.), L’expérience historiographique. Autour de Jacques Revel, Éditions de l’EHESS, p. 17-32.

Flere, S., 2014, « The dissolution of Yugoslavia as Reflected Upon by Post-Yugoslavs Sociologists », dans Bieber, F., Galijaš, A. et Archer, R. (éd.), Debating the End of Yugoslavia, Farnham, Ashgate.

Fauconnier, C., Fauve A., Sauvé, G., Shukan, T. et Zima, A. (éd.), 2015, Revue d’études comparatives Est-Ouest, 46/3, Repenser le post-communisme ? Entre études aréales et sociologie politique comparative.

Forest, M. et Mink, G. (éd.), 2004, Post-communisme : les sciences sociales à l’épreuve, Paris, L’Harmattan.

Georgi, F. (éd.), 2003, L’autogestion, la dernière utopie ?, Paris, Publications de la Sorbonne.

Gradvohl, P. et Amacher, K. (éd.), 2014, Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 45/2, Historiographie après 1989, la Russie et l’Europe médiane au xxe siècle.

Gorup, R. (éd), 2013, After Yugoslavia: The Cultural Spaces of a Vanished Land, Stanford, Stanford University Press.

Hassner, P., 2000 [1995], La violence et la paix. De la bombe atomique au nettoyage ethnique, Paris, Seuil.

Horvat, S., Štiks, I., 2014, Welcome to the Desert of Post-Socialism, Radical Politics After Yugoslavia, Londres, Verso.

Iveković, R. (éd.), 1994, La Croatie depuis l’effondrement de la Yougoslavie. L’opposition non nationaliste, Paris, L’Harmattan.

Judah, T., 2009, Yugoslavia is Dead, Long Live to the Yugosphere. Good News from the Western Balkans, The London School of Economic, LSSE Papers on South Eastern Europe.

Jović, D., 2010, « Problems of Early Post-Communist Transition Theory: From Transition from to Transition to », Politička misao, 47/5, p. 44-68.

Kasapović, M., 2007, Izlazak iz množine ? Stanje hrvatske političke znanosti [Échappée du pluriel ? L’état des sciences politiques croates], Zagreb, Fakultet političkih znanosti Sveučilišta u Zagrebu.

Konta, C., 2015, « A New Leadership for the Socialist Federal Republic of Yugoslavia. The Nature and Impact of the Fulbright Exchange Program in the Light of the American Public Diplomacy Goals in Yugoslavia (1964-1970) », communication présentée à Blair Center Legacy Conference, University of Arkansas, J. William Fulbright in International Perspective: Liberal Internationalism and U.S. Global Influence.

Koselleck, R., 2016 [1990], Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lazić, M., 1994, Sistem i slom [Système et répartition], Belgrade, Filip Višnjić.

Madelain, A., 2015a, Une expérience française des Balkans ? Ruptures d’intelligibilité et mobilisations citoyennes face aux crises roumaine et yougoslaves (1989-1999), thèse de doctorat en histoire, Paris, EHESS, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01413370.

Madelain, A., 2015b, « Lada Duraković et Andrea Matošević (éd.), Socijalizam na klupi. Jugoslavensko društvo očima nove postjugoslavenske humanistike [Le socialisme en examen. La société yougoslave vue par les nouvelles sciences humaines post-yougoslaves] », Critique internationale, 66, Communismes et circulations transnationales, p. 175-178 (DOI : 10.3917/crii.066.0175).

Madelain, A., 2016, « La mobilisation citoyenne contre la guerre en Bosnie : malentendus et expériences partagées (1992-1996) », dans Marès, A. (éd.), Médiateurs et lieux de médiation de l’Europe du Sud-Est en France, Paris, Institut d’études slaves, p. 219-232.

Miškovska Kajevska, A., 2017, Feminist Activism at War: Belgrade and Zagreb Feminists in the 1990s, Londres, Routledge.

Močnik, R., 1993, « Penser, aujourd’hui », Lignes, 20, Yougoslavie. Penser dans la crise, p. 97-114 (DOI : 10.3917/lignes0.020.0097).

Naumović, S., 1998, « Romanticists or Double Insiders? An Essay on the Origins of Ideologised Discourses in Balkan Ethnology », Ethnologia Balkanica, 2, p. 101-120.

Naumović, S., 1999, « Identity Creator in Identity Crisis. Reflections on the Politics of Serbian Ethnology », Anthropological Journal of European Cultures, 8/2, p. 39-128.

Popović, M., 2013-2014, « La yougonostalgie. La Yougoslavie au regard des derniers pionniers », Études balkaniques, 19-20, La culture juridique dans les Balkans, p. 303-324.

Prica, I., Čale Feldman, L. et Senjković, R., 1993, Fear, Death and Resistance. An Ethnographv of War. Croatia 1991-1992, Zagreb, Institute of ethnology and folklore research, Matrix Croatica, X-press.

Popov, N., 1993 (24 mai), « Srpski populizam » [Le populisme serbe], Vreme, 135.

Popov, N. (éd.), 1998 [1996], Radiographie d’un nationalisme. Les racines serbes du conflit yougoslave, Paris, Éditions de l’Atelier.

Ragaru, N. et Capelle-Pogăcean, A. (éd.), 2010, Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme. Consommer à l’Est, Paris, Karthala.

Ragaru, N., 2013, « Missed Encounter. Engaged French Intellectuals and the Yugoslav War », Südosteuropa, 61/4, p. 501-505.

Ramet, S. P., 2005, Thinking about Yugoslavia. Scholarly Debates About the Yugoslav Break-up and the Wars in Bosnia and Kosovo, Cambridge, Cambridge University Press.

Sher, G. S., 1977, Praxis: Marxist Criticism and Dissent in Socialist Yugoslavia, Bloomington/Londres, Indiana University Press.

Spasić, I., 2008, « Serbia 2000-2008: a changing political culture? », Balkanologie, XI, 1-2, en ligne : https://journals.openedition.org/balkanologie/1282.

Spasić, I., 2012, « Smrt Bricea Tatona i uslovni kosmopolitizam socijalističke Jugoslavije » [La mort de Brice Taton et les conditions du cosmopolitisme dans la Yougoslavie socialiste], dans Prica, I. et Škokić, T., Horror-porno-ennui: kulturne prakse postsocijalizma [Horreur-porno-ennui : les cultures politiques post-socialistes], Zagreb, Institut za etnologiju i folkloristiku, p. 51-69.

Stefanov, N., 2013, « Shared Concepts, Diverging Perceptions. Left-Liberal Intellectuals and the Wars in Yugoslavia », Südosteuropa, 61/4, p. 524-534.

Stefanov, N., 2014, « The Secrets of Titograd in 1989: On Entanglements and Fragile Networks between the Intellectuals of West Germany and Socialist Yugoslavia », Zeitschrift für Balkanologie, 50/1.

Stojanović, D., 2011, Noga u vratima. Prilozi za političku biografiju Biblioteke XX vek [Un pied dans la porte. Contribution à une biographie politique de la Bibliothèque du xxe siècle], Belgrade, Biblioteka XX vek.

Štiks, I., 2015, « “New Left” in the Post-Yugoslav Space: Issues, Sites, and Forms », Socialism and Democracy, 29/3, p. 135-146.

Todorova, M., 2010 [1997], Imaginaire des Balkans, Paris, Éditions de l’EHESS.

Trégourès, L., 2017 (23-26 janv.), « Pourquoi les Balkans comptent », Institut des relations internationales et stratégiques, en ligne: http://www.iris-france.org/87736-pourquoi-les-balkans-comptent/

Velikonja, M., 2010, Titostalgija [« Titostalgie »], Belgrade, Biblioteka XX. vek.

Vuletić, V. et Stanojević, D., 2011, « Srpska tranzicija u sociološkom ogledalu » [La transition serbe dans le miroir sociologique], Belgrade, FES.

Vuletić, V., Stanojević, D. et Vukelić. J., 2013, « Sociološke teme prve decenije XXI. veka – Uporedna analiza Srbija i Hrvatska » [Les thèmes sociologiques de la première décennie du xxie siècle. Une analyse comparée Serbie et Croatie], Sociologija, LV,1.

Žunec, O., 1998, Rat i društvo: ogledi iz sociologije vojske i rata [Guerre et société : réflexions sur la sociologie de l’armée et la guerre], Zagreb, Naklada Jesenski i Turk - Hrvatsko sociološko društvo.

Županov, J., 1995. Poslije potopa [Après l’inondation], Zagreb, Nakladni zavod Globus.

Haut de page

Notes

1 Cîrstocea, Dakowska et Sigman, 2014 ; Fauconnier, Fauve, Sauvé, Shukan et Zima, 2015.

2 Hassner, 2000 ; Forest et Mink, 2004 ; Ragaru et Capelle-Pogăcean, 2010 ; Gradvohl et Amacher, 2014.

3 En Allemagne, en revanche, plusieurs études récentes ont abordé la question : Stefanov, 2013 et 2014 ; Bougarel, Grandits et Stefanov, 2013.

4 Le thème de l’autogestion porté par le Parti socialiste unifié (PSU) et la Confédération française démocratique du travail (CFDT) a irrigué le débat intellectuel dans un large spectre de la gauche française entre les années 1960 et le début des années 1980. Sur les usages des « modèles étrangers » de l’autogestion en France, voir Georgi, 2003.

5 Ramet, 2005.

6 « Les transformations des sciences humaines et sociales dans l’espace (post-)yougoslave après 1990 », journées d’études organisées par Agustín Cosovschi et Anne Madelain, le Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC, UMR 8032, EHESS/CNRS) et le Centre d’études des mondes russe, caucasien et centre-européen (CERCEC, UMR 8083 EHESS/CNRS), avec le soutien du Centre Alexandre-Koyré (CAK, UMR 8560, EHESS/CNRS/MNHN) et du programme ACCES du ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche.

7 Voir l’abondante production d’ouvrages collectifs et de monographies portant sur ces domaines publiés en anglais par les éditeurs Ashgate, Routledge, Brill ou encore Tauris.

8 Pour nommer cette déclinaison des termes de l’appartenance qui évite de qualifier la nature des liens, la sociologue serbe Ivana Spasić a proposé le néologisme našijenstvo [« notreté »] (Spasić, 2012).

9 Voir par exemple Gorup, 2013 et Štiks, 2015.

10 En 2009, le journaliste britannique Tim Judah a popularisé le concept de yougosphère (yugosphere) pour qualifier les dynamiques, principalement économiques et culturelles, qui se reconstituent dans les années 2000 sur le territoire de l’ancienne fédération. Le terme a été ensuite maintes fois repris dans les analyses concernant la production culturelle (Judah, 2009).

11 Sur la yougonostalgie, voir Velikonja, 2010 et Popović, 2013-2014.

12 Anthropologue et ancien chercheur à l’Institut d’ethnographie de l’Académie des sciences et des arts de Serbie, Ivan Čolović est l’auteur de nombreux ouvrages sur la politique des symboles et les usages politiques et sociaux de la poésie épique. Il est aussi depuis 1971 un éditeur de sciences humaines. La collection Biblioteka XX vek (Bibliothèque du xxe siècle) qu’il a fondé en 1971 est devenue une entreprise éditoriale indépendante au début des années 1990 et désormais une référence pour la production en sciences humaines et sociales de tradition critique, y compris la traduction d’auteurs contemporains étrangers.

13 Sur l’histoire de cette aventure éditoriale voir Stojanović, 2011.

14 Voir par exemple le débat déclenché par l’article de la sociologue croate Danijela Dolenec sur l’œuvre de Josip Županov (Dolenec, 2014). Dolenec a remis en question les fondements empiriques et la validité du concept de « syndrôme égalitariste », une notion formulée par Županov dans les années 1970 qui expliquait les difficultés économiques de la Yougoslavie par la persistance chez les Yougoslaves d’une pensée traditionnaliste opposée à la modernisation.

15 Centre for Cultural and Historical Research of Socialism, University Juraj Dobrila, Pula, Croatie : https://ckpis.unipu.hr/ckpis/en.

16 Močnik, 1993 ; voir aussi les recueils d’articles publiés par la philosophe croate Rada Iveković et ceux dirigés par le sociologue serbe Nebojša Popov (Iveković, 1994 ; Popov, 1998).

17 Močnik, 1993, 101.

18 Sur les écrits des intellectuels français voir Ragaru, 2013, Madelain, 2015a, 2016 et sur leurs homologues de la gauche libérale allemande voir Stefanov, 2013, 2014.

19 La revue de philosophie Praxis (1964-1974) a marqué un tournant dans l’histoires des sciences sociales yougoslaves. Les efforts de ses membres pour institutionaliser la sociologie ainsi que leurs contributions théoriques à la rénovation de la pensée marxiste et à la critique de l’autoritarisme ont apporté un prestige certain aux sciences sociales de ce pays dans le monde entier (Sher, 1977).

20 Konta, 2015.

21 Par exemple la traduction en serbe (Biblioteka XX vek, 1999) de l’ouvrage de Maria Todorova, Imagining the Balkans (Oxford University Press, 1997), a renouvelé dans l’espace post-yougoslave l’étude des relations politiques et culturelles entre la péninsule balkanique et le reste de l’Europe.

22 Dobry, 2000, Jović, 2010 et Cosovschi, 2016.

23 Dans l’espace post-yougoslave, on a vu se développer, par exemple, une nouvelle sociologie de la guerre à l’initiative du philosophe et sociologue croate Ozren Žunec (1998) et des riches réflexions sur les racines historiques du populisme : voir les publications de Nebojša Popov et du groupe de la revue Republika (Popov 1993, 1998).

24 Voir par exemple Dérens, 2016 et Trégourès, 2017.

25 Cîrstocea, 2015. Le gender mainstreaming, ou approche intégrée de la dimension de genre, est une notion utilisée en particulier au sein des organisations internationales pour qualifier une stratégie visant à renforcer l’égalité des femmes et des hommes dans la société, en intégrant la dimension de genre dans le contenu des politiques publiques.

26 Miškovska Kajevska, 2017.

27 Naumović, 1998, 1999.

28 La fondation Open Society a été très active dans l’espace post-yougoslave durant les décennies 1990 et 2000 (Cosovschi, 2016). Le soutien qu’elle a apporté aux éditions Biblioteka XX vek est un bon exemple de la diversité de ses activités (Stojanović, 2011).

29 Voir l’état des lieux de la gauche radicale dans l’espace post-yougoslave et balkanique dressé par Srećko Horvat et Igor Štiks (Horvat, Štiks, 2014).

30 Le Cercle de Belgrade a été créé en janvier 1992 en réaction au déclenchement de la guerre. L’association a regroupé des figures majeures du monde culturel et intellectuel ex-yougoslaves. Ayant compté jusqu’à 400 membres, elle a été un des foyers intellectuels les plus importants d’opposition anti-nationaliste en Serbie jusqu’en 1999. Ses premiers co-présidents en sont les philosophes Radomir Konstantinović et Miladin Životić, l’écrivain Filip David et l’antropologue Ivan Čolović.

31 Delamare, 2016.

32 La dimension personnelle a joué un rôle central dans les interventions d’Ivana Spasić, Ines Prica, Ana Miškovska Kajevska ou encore Ivan Čolović.

33 « Nouveaux regards sur la Yougoslavie socialiste : enjeux historiographiques et mémoriels/New Perspectives on Socialist Yugoslavia: Historiographic and Memory Stakes », journées d’études organisées par Anne Madelain et Frank Georgi, les 6 et 7 septembre 2016 à l’EHESS (Paris) avec le soutien du Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS, UMR 8058, université Paris 1/CNRS) et du CERCEC. Un dossier intitulé « Écrire l’histoire de la Yougoslavie socialiste : savoirs, représentations, usages et circulations » est en préparation pour la Revue d’études comparatives Est-Ouest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Madelain et Agustín Cosovschi, « L’espace post-yougoslave : un laboratoire des sciences humaines et sociales ? »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 261-274.

Référence électronique

Anne Madelain et Agustín Cosovschi, « L’espace post-yougoslave : un laboratoire des sciences humaines et sociales ? »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/371 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.371

Haut de page

Auteurs

Anne Madelain

Chercheure associée au CERCEC (UMR 8083, EHESS/CNRS)

Agustín Cosovschi

Doctorant à l’EHESS et à l’Universidad Nacional de San Martín (UNSAM, Buenos Aires)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals