Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32Débats, chantiers et livresHan F. Vermeulen, Before Boas. Th...

Débats, chantiers et livres

Han F. Vermeulen, Before Boas. The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment

Silvia Sebastiani
p. 275-281
Référence(s) :

Han F. Vermeulen, Before Boas. The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment, Lincoln/Londres, University of Nebraska Press, 2015, 718 pages

Texte intégral

1C’est un livre impressionnant, non seulement pour sa taille – plus de 700 pages rédigées de manière claire et limpide –, mais aussi parce qu’il s’appuie sur un travail de trente ans, informé, précis, rempli de données concrètes, sur un vaste ensemble de thèmes peu connus. Après une préface et un chapitre introductif de nature historiographique qui porte sur « l’histoire et la théorie de l’anthropologie et de l’ethnologie », sept chapitres déroulent chronologiquement et spatialement cette histoire, depuis « l’avancement de la science » dans la Russie de Pierre le Grand (chap. 2), les premières explorations et descriptions de la Sibérie et de ses peuples (chap. 3 et 4), l’expédition germano-danoise en Arabie (chap. 5), jusqu’à la constitution d’un nouveau champ d’études dans les universités allemandes (chap. 6). Le dernier chapitre offre une riche analyse des différentes approches de la diversité humaine telles qu’elles se construisent dans les Lumières allemandes (chap. 7). Le volume se clôt sur un épilogue autour de la réception de la tradition ethnographique allemande. Il est suivi par une conclusion et une biographie de 175 pages, qui propose un vaste ensemble de références historiographiques en plusieurs langues, et renvoie à un énorme corpus de sources, issues des archives et bibliothèques allemandes, autrichiennes, néerlandaises, russes, hongroises, tchèques, slovaques, étasuniennes, britanniques et françaises. Ce livre est donc une source d’information exceptionnelle et incontournable pour quiconque travaille sur le xviiie siècle et la formation des sciences humaines. C’est à cause de ces qualités qu’il est difficile de rendre justice à un projet d’une telle ampleur et d’une telle ambition.

2Le titre rend bien compte des objectifs de Han Vermeulen : mettre de l’ordre dans un domaine complexe et sur une question aux intrications multiples, celle de la genèse de l’ethnographie et de l’ethnologie, entre leurs origines et leur stabilisation disciplinaire avec Franz Boas. L’auteur revendique une approche historiciste – contre une approche présentiste – et il suit les étapes, discontinues, d’un tel développement. Il présente une géographie des savoirs alternative à celle qui est proposée traditionnellement, en se focalisant sur l’Europe centrale et orientale, la Russie et le Saint Empire Romain germanique, et en identifiant dans les Lumières allemandes le lieu et le moment de leur définition : c’est là que, entre les années 1730 et 1780, sont forgés les termes mêmes d’ethnographia et ethnologia – de l’allemand Völker- Beschreibung et Völkerkunde.

3Before Boas présente une thèse forte, qui inverse le credo commun : Ethnography in colonial Russia flowered early and abundantly, to such an extent that the institutionalization of the discipline in Russia occurred much earlier than in Western Europe or the USA (p. 203). Ou, dit autrement, “ethnography” commenced as a field of research among peoples in Siberia lors des expéditions russes des années 1730 et 1740, qui ne sont pas généralement prises en compte par l’histoire des « grandes découvertes » européennes. L’ethnographie was generalized as “ethnology” in the academic centers of Göttingen and Vienna during the 1770s and 1780s, and subsequently adopted by scholars in other countries (p. xiii). Par conséquent, the definition of ethnology provided by the French and British ethnological societies of the early nineteenth century departed from that found in the eighteenth-century German works in which the subject was first articulated (p. 9).

  • 1 Sergei Aleksandrovich Tokarev, Istoriia russkoi etnografii (Dooktiabr’ski period), Moscou, Akademi (...)
  • 2 Anthony Pagden, The Fall of Natural Man: The American Indian and the Origins of Comparative Ethnol (...)

4Ceci signifie que, pour l’auteur, ethnographie et ethnologie se sont d’abord développées dans des empires continentaux enclavés (et non dans des empires coloniaux maritimes, comme l’affirme l’historiographie traditionnelle) et dans le cadre de politiques continentales visant des populations indigènes et multiethniques. Vermeulen suit ce parcours « depuis le terrain jusqu’à l’étude », comme l’indique le titre du chapitre 6, qui endosse la distinction, proposée par l’historien russe Sergei Aleksandrovich Tokarev, entre ethnography as knowledge et ethnography as a science1. Vermeulen distingue ainsi les comptes rendus ethnographiques – qui se développent tout au long de l’âge moderne et qui incluent les travaux des jésuites Acosta ou Lafitau comme ceux du calviniste Jean de Léry, textes que différents historiens tels que Michel de Certeau ou Anthony Pagden ont situés aux origines de l’ethnologie2 – de la science ethnologique proprement dite, à savoir « l’étude programmatique de la diversité ethnique ou nationale », qui se développe à partir des années 1770. À travers l’utilisation des termes Völkerkunde et Ethnographie et de l’adjectif ethnographisch, c’est August Ludwig Schlözer (1735-1809) qui forge, pour Vermeulen, « “une méthode ethnographique” de l’histoire, c’est-à-dire une histoire selon les peuples » (p. 20). L’attention portée à la terminologie est fondamentale pour la démonstration qui sous-tend l’ensemble du livre, car elle signalerait un changement de paradigme marqué par l’abandon des coutumes et us, caractéristique d’une tradition classique d’enquête, au profit de l’étude des peuples et des nations, à travers leurs langues.

  • 3 Before Boas, p. 23-28, 214-215, citation p. 28 – c’est l’auteur qui souligne. Vermeulen se réfère (...)

5En suivant cette perspective, Vermeulen trace une généalogie de l’ethnographie/ethnologie qui met l’accent moins sur l’« altérité » ou sur la « culture » (sur lesquelles l’historiographie s’est focalisée) que sur la « multiplicité » des populations ; moins sur la « découverte » de l’« autre » non-européen que sur « tous » les peuples, dans et en dehors de l’Europe : sur leur diversité linguistique et religieuse, donc sur leur « multiethnicité ». C’est de ce point de vue que l’auteur traite la complexe histoire des relations entre empire et ethnographie : le contexte de l’expansion impériale russe et le rôle d’une administration intéressée par le recensement des nouvelles populations ont stimulé les premières études ethnologiques et, sous cet angle, on peut dire que l’anthropologie est issue du colonialisme, ou, plus précisément, que c’est la structure du pouvoir colonial qui a rendu accessible l’objet de l’étude anthropologique. Cependant, d’après Vermeulen, les observations scientifiques vont, dès le début, bien au-delà des exigences de gouvernement qui les impulsent (le fait est que ces études n’ont aucune traduction pratique), ce qui le conduit à aboutir à la conclusion que finalement anthropology was not born of colonialism […], but developed within its context3.

6Le point de départ de l’enquête de Vermeulen est Leibnitz (1646-1716), à la fois à cause de son intérêt pour les langues, plutôt que pour les mœurs, qu’il étudie de manière comparative, et de son rôle de conseiller de Pierre le Grand, dans les dernières années de sa vie. La méthode de Leibnitz, testée par Daniel Gottlieb Messerschmidt (1685-1735), est adoptée par Gerhard Friedrich Müller (1705-1783), un historien russe éduqué à Leipzig, membre de la seconde expédition du Kamchatka, que Vermeulen considère comme le « fondateur de l’ethnologie », le « premier ethnographe de l’ensemble de la Sibérie » (p. 132). Müller y voyage et collecte des données, fait la synthèse du matériel rassemblé et le transforme en programme de recherche. Il est the first to develop a vocabulary and a methodology to deal with what we would now call ethnic or national diversity (p. 438), forgeant ainsi, dans les années 1740, l’expression Völker-Beschreibung (Vermeulen indique qu’en 1732 il utilisait encore l’expression historia gentium).

  • 4 Dans une historiographie immense, voir l’étude désormais classique (présente dans la bibliographie (...)

7De ces citations, de la structure et titre du livre, on note l’importance de l’approche historiciste et généalogique comme base de cette étude, ce qui se traduit par la recherche et l’identification d’un « début », d’un « fondateur », d’un « premier » qui aurait jeté les bases de l’ethnologie. Si on peut trouver très convaincante la tentative de rouvrir le dossier de la constitution de l’ethnologie, traditionnellement limitée au plan géographique à l’Europe occidentale et à ses empires transocéaniques – laissant ainsi à l’écart l’Europe centrale et orientale et les empires terrestres –, on peut cependant éprouver une certaine perplexité à l’encontre d’une approche qui perpétue le modèle diffusioniste de propagation du savoir, même si c’est en inversant le rapport centre-périphérie : de Saint Pétersbourg, Göttingen et Vienne (ici considérés comme les « centres » d’élaboration) à Londres et Philadelphie (qui deviennent des lieux subsidiaires). Il me semble, en effet, qu’il serait utile de prendre davantage en compte les critiques qui ont été adressées, dans les dernières décennies, aux histoires (des sciences) centrées sur la quête des « origines » ou à la poursuite de la « dissémination », invitant ainsi à placer au cœur de la recherche les questions de coexistence, co-production, circulation de « régimes de savoirs », qui se déploient entre des lieux et des milieux différents, à des échelles variées. De la même manière, la dimension négociée de la production des savoirs, que les études de controverse ont bien réussi à identifier dans les processus de fabrique de la science, aurait pu être prise en compte dans une étude qui mobilise autant d’acteurs, travaillant au service de projets dont la clarté ou les objectifs ne sont pas toujours si aisément décelables4. Or, un des aspects les plus intéressants de cette étude porte précisément sur la multiplication des acteurs, des lieux de savoir et des connexions ; mais la question (le mythe ?) des origines y demeure centrale, tout comme la recherche d’une diffusion de la connaissance d’un lieu à l’autre, ce qui occulte la dimension conflictuelle de cette histoire. Car en évitant cette dernière, comment peut-on penser la compatibilité entre la linéarité d’un modèle de développement et la dimension multi-focale et processuelle de la structuration d’un champ d’investigation ?

8Han Vermeulen part du constat suivant : l’Allemagne est le berceau d’une tradition ethnographique précoce, systématique, exhaustive, basée sur les langues, et cette donnée a été négligée et sous-estimée pour différentes raisons, parmi lesquelles il pointe notamment la barrière linguistique de l’allemand, l’impact idéologique de la guerre froide, mais aussi l’orientation transatlantique, voire transocéanique de l’historiographie occidentale. Il fallait donc raconter cette autre histoire, et c’est ce qu’il fait, avec une grande érudition, présentant ainsi aux lecteurs un ensemble de figures peu connues ou peu étudiées, comme Daniel Gottlieb Messerschmidt, Gerhard Friedrich Müller, Carsten Niebuhr, August Ludwig Schlözer, Johann Christoph Gatterer, ou Adam František Kollár ; des entreprises oubliées ou davantage ignorées par les synthèses « occidentales », comme les expéditions russes en Sibérie, ou celle germano-danoise en Arabie ; des lieux d’études eux aussi laissés en déshérence, comme l’Académie impériale des sciences et la Kunstkamera de Saint-Pétersbourg, les « Francke Foundations », ou la bibliothèque impériale de Vienne.

  • 5 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, p. 388-389.
  • 6 Ibid., p. 25 et 33.
  • 7 Michel de Certeau, « Ethno-graphie. L’oralité, ou l’espace de l’autre : Léry », art. cité, p. 245- (...)
  • 8 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. 1 : Nouveaux problèmes ; vol. 2 : (...)

9Pour rendre compte de la spécificité de cette tradition qui se développe depuis l’Europe centrale et orientale, Vermeulen propose de séparer l’anthropologie de l’ethnologie/ethnographie en tant que domaines de savoirs différemment construits. Dans sa proposition, (physical) anthropology and ethnology/ethnography developed in distinct domains of science during the eighteenth century, the natural sciences and the historical sciences or humanities, respectively. Although there were connections, these studies developed parallel to each other (p. 14). On rappellera qu’une telle dissociation prend le contre-pied de ce que Claude Lévi-Strauss avait proposé dans son Anthropologie structurale dès 1958. Dans les mots de l’anthropologue de Tristes tropiques : « Ethnographie, ethnologie et anthropologie ne constituent pas trois disciplines différentes, ou trois conceptions différentes des mêmes études. Ce sont, en fait, trois étapes ou trois moments d’une même recherche ; et la préférence pour tel ou tel de ces termes exprime seulement une attention prédominante tournée vers un type de recherche, qui ne saurait jamais être exclusif des deux autres5 ». Si l’ethnographie est épistémologiquement séparée de l’anthropologie, elle est au contraire associée à l’histoire, dans la proposition de Vermeulen. Dans la lecture de Lévi-Strauss, histoire et anthropologie partagent « le même objet, qui est la vie sociale ; le même but, qui est une meilleure intelligence de l’homme ; et une méthode où varie seulement le dosage des procédés de recherche », mais elles se distinguent sur un point précis : « l’ethnologue s’intéresse surtout à tout ce qui n’est pas écrit, non pas tant parce que les peuples qu’il étudie sont incapables d’écrire, que parce que ce à quoi il s’intéresse est différent de tout ce que les hommes songent habituellement à fixer sur la pierre ou sur le papier ». Là où l’histoire organise « ses données par rapport aux expressions conscientes, l’ethnologie [les organise] par rapport aux conditions inconscientes de la vie sociale »6. C’est de là que Michel de Certeau (le grand absent de la très vaste bibliographie de cet ouvrage) était parti pour distinguer l’ethnographie, définie par l’oralité, la spatialité, l’altérité et l’inconscient, de l’histoire, caractérisée par l’écriture, la temporalité, l’identité et la conscience7. À l’issue de cette lecture, il reste une question sans réponse : qu’en est-il de l’oralité et de l’inconscience de l’ethnologie ? Comment la reconstruction de Vermeulen pourrait-elle être mise en dialogue avec la proposition de Certeau, qui a eu un rôle fondamental dans la définition de la « nouvelle histoire », en France et ailleurs, et de ses nouveaux objets8 ?

  • 9 Nicholas Hudson, « From Nation to Race: The Origin of Racial Classification in Eighteenth-century (...)
  • 10 Paul B. Wood, « Buffon’s Reception in Scotland: The Aberdeen Connection », Annals of Science, 44, (...)

10Un autre point crucial de la dissociation entre anthropologie et ethnologie, dans l’analyse de Vermeulen, concerne la question de la race. Vermeulen refuse catégoriquement de projeter sur le xviiie siècle the current biological view of ethnicity as euphemistic term for “race” : au xviiie siècle, selon sa reconstruction qui s’élargit à toutes les Lumières européennes, la race was not part of the historical reflection on ethnic or national diversity, mais it was invented by naturalists like Carolus Linnaeus and Georges-Louis Leclerc de Buffon and philosophers like Immanuel Kant in a quite different field of knowledge: the “natural history of man” and its “varieties” (p. xiv). L’affirmation est forte et intéressante, mais elle risque d’être trop catégorique. Exprimée de façon si nette, elle laisse supposer que la race est une notion stable au xviiie siècle, alors qu’il s’agit d’une catégorie fluctuante et fuyante, dans la définition de laquelle se mêlent des aspects aussi divers que le physique, les us et coutumes, ou les langues des peuples. L’homo sapiens de Linné est divisé en quatre variétés principales – la rouge, la blanche, la noire et la jaune – auxquelles correspondent des caractères moraux ; Buffon, quant à lui, définit la race à travers l’aspect physique et il désigne par « naturel » ce qui correspond aux inclinations, aux coutumes, au mode de vie des peuples : dans cette perspective, le procès historique de civilisation a un impact direct sur la formation de la race. Plus généralement, si au xviiie siècle « race » commence à acquérir un sens biologique, se distinguant ainsi de plus en plus nettement de la « nation », son premier sens de « lignage », « extraction » ou « stock », ne s’efface jamais totalement9. Les définitions des encyclopédies et des dictionnaires de l’époque le confirment. Pour ne prendre qu’un exemple, le Dictionary of the English Language (1re éd. 1755) de Samuel Johnson définit la « nation » comme a people distinguished from another people; generally by their language, original, or government. [...] A nation properly signifies a great number of families, derived from the same blood, born in the same country, and living under the same government and civil constitution. Le sens que la même source donne à la « race » est très proche de celui de « nation », voire il le recouvre : il signifie a family ascendency, a family discendency, a generation, a collective family, a particular breed. C’est pourquoi, de mon point de vue, la distinction entre « race » et « nation » n’est pas si tranchée ou exclusive pendant le siècle des Lumières, où des sens distincts et contradictoires coexistent, y compris au sein d’un même texte ou chez un même auteur. Par ailleurs, la distinction entre « sciences naturelles » et « sciences historiques ou humanités » n’est pas aussi évidente que Vermeulen le laisse entendre. En effet, l’histoire conjecturale peut aussi être vue comme une forme d’histoire naturelle de l’humanité vers la civilisation – comme, par exemple, Paul Wood l’a suggéré, en soulignant le rôle joué par Buffon dans la construction de l’historiographie des Lumières écossaises10. Cet élément suggère, lui aussi, une division plus nuancée entre anthropologie et ethnologie, entre « race » et « diversité ethnique ou nationale ».

11Un dernier point que je voudrais évoquer ici concerne le rôle de la géographie dans la fabrique de l’ethnologie – un aspect que l’historiographie ne prend jamais suffisamment en considération. Même si Vermeulen insiste surtout sur la matrice historique, la géographie émerge dans son livre comme une composante fondamentale de l’ethnologie, dès les premières opérations qu’il décrit, à partir des objectifs des expéditions du Kamchatka, puis de la fondation, à l’université de Leyde, en 1788, de la chaire de « géographie et ethnographie des Indes Orientales des Pays-Bas », jusqu’aux approches géographiques de Boas lui-même. Alexander Wilkers, selon lequel « l’ethnologie » doit être « considérée comme une part de la géographie », est cité ; de même que l’Atlas ethnographique du globe (1826) de Adriano Balbi, qui inclut histoire et linguistique dans un cadre spatial et géographique. Voilà une autre contribution essentielle de ce livre qui, en mettant la question spatiale au centre de l’enquête, encourage à penser le développement des sciences humaines à l’aune de ses multiples matrices disciplinaires et conceptuelles, comme de la variété de ses acteurs et lieux de savoirs, inscrits dans une Europe des Lumières où les individus, les livres et les débats passaient de Saint-Pétersbourg à Edimbourg et Madrid, en dessinant un espace polycentrique de production de savoirs sur l’homme. Ce livre savant et stimulant invite ainsi à ouvrir de nouveaux chantiers et de nouvelles recherches sur l’« Europe » des Lumières.

Haut de page

Notes

1 Sergei Aleksandrovich Tokarev, Istoriia russkoi etnografii (Dooktiabr’ski period), Moscou, Akademiia Nauk SSSR, Institut Etnografii imeni N.N. Miklucho-Maklaia, 1966.

2 Anthony Pagden, The Fall of Natural Man: The American Indian and the Origins of Comparative Ethnology (1982), Cambridge, Cambridge University Press, 1986 (cette deuxième édition ajoute un chapitre sur Lafitau) ; Michel de Certeau, « Ethno-graphie. L’oralité, ou l’espace de l’autre : Léry », dans L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1980 [1975], p. 245-283 ; Id. « Histoire et anthropologie chez Lafitau », dans Claude Blanckaert (éd.), Naissance de l’ethnologie ? Anthropologie et mission en Amérique xvie-xviiie siècle, Paris, Cerf, 1985, p. 63-89 (maintenant aussi dans Luce Giard (éd.), Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Editions de l’EHESS/Gallimard/Seuil, 2005, p. 89-111). Claude Lévi-Strauss avait aussi parlé de l’Histoire d’un voyage fait en la terre du Brésil (1580) de Léry comme du « bréviaire de l’ethnologue » dans Tristes Tropiques (Paris, Plon, 1955, p. 89), avant de présenter Rousseau comme « le plus ethnographe des philosophes » (p. 467).

3 Before Boas, p. 23-28, 214-215, citation p. 28 – c’est l’auteur qui souligne. Vermeulen se réfère en particulier aux travaux de Talal Asad : « Afterword: From the History of Colonial Anthropology to the Anthropology of Western Hegemony », dans George W. Stocking Jr. (éd.), Colonial Situations: Essays on the Contextualization of Ethnographic Knowledge, Madison, University of Wisconsin Press, 1991, p. 314-324 ; Talal Asad (dir.), Anthropology and the Colonial Encounter, Londres, Ithaca Press, 1973.

4 Dans une historiographie immense, voir l’étude désormais classique (présente dans la bibliographie fournie par Vermeulen) de Steven Shapin et Simon Schaffer, Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, Princeton, Princeton University Press, 1985 ; trad. française par Thierry Plélat avec la collab. de Sylvie Barjansky : Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte, 1993. Sur « l’ancien régime des savoirs », voir l’introduction de Stéphane Van Damme (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 1, De la Renaissance aux Lumières, Paris, Seuil, 2015 ; Antonella Romano, « Fabriquer l’histoire des sciences modernes. Réflexions sur une discipline à l’ère de la mondialisation », Annales HSS, 2015/2, p. 381-408. On ne peut pas rendre compte ici des renouvellements profonds qui ont affecté le domaine « sciences et empires », et notamment les déplacements de perspective spatiale qui ont inclus et/ou ont pris pour centre de leurs recherches l’Europe centrale et orientale. Pour une discussion historiographique, je me permets de renvoyer à l’introduction du volume Negotiating Knowledge in Early Modern Empires: A Decentered View, László Kontler, Antonella Romano, Silvia Sebastiani et Borbála Zsuzsanna Török (éd.), New York, Palgrave-MacMillan, 2014.

5 Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958, p. 388-389.

6 Ibid., p. 25 et 33.

7 Michel de Certeau, « Ethno-graphie. L’oralité, ou l’espace de l’autre : Léry », art. cité, p. 245-247. Voir aussi Gérard Lenclud, « Le grand partage ou la tentation ethnologique », dans Gérard Althabe, Daniel Fabre et Gérard Lenclud (éd.), Vers une ethnologie du présent, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1992, p. 9-37.

8 Jacques Le Goff et Pierre Nora (dir.), Faire de l’histoire, vol. 1 : Nouveaux problèmes ; vol. 2 : Nouvelles approches ; vol. 3 : Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974. Quant à la référence à Certeau dans les travaux étasuniens, voir Stephen Greenblatt (dir.), New World Encounters, Berkeley/Los Angeles, University of California Press, 1993.

9 Nicholas Hudson, « From Nation to Race: The Origin of Racial Classification in Eighteenth-century Thought », Eighteenth-century Studies, 29, 1996, p. 247-264.

10 Paul B. Wood, « Buffon’s Reception in Scotland: The Aberdeen Connection », Annals of Science, 44, 1987, p. 169-190 ; Id., « The Natural History of Man in the Scottish Enlightenment », History of Science, 27, 1989, p. 89-123.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Sebastiani, « Han F. Vermeulen, Before Boas. The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 275-281.

Référence électronique

Silvia Sebastiani, « Han F. Vermeulen, Before Boas. The Genesis of Ethnography and Ethnology in the German Enlightenment »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 19 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/374 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.374

Haut de page

Auteur

Silvia Sebastiani

EHESS, Centre de recherches historiques (UMR 8558)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search