Navigation – Plan du site

AccueilNuméros32DocumentNorbert Elias – « Sur l’émergence...

Document

Norbert Elias – « Sur l’émergence des sciences modernes de la nature »

Plan pour un projet d’habilitation (1928)
Norbert Elias – “On the emergence of natural modern sciences.” Plan for an empowerment project (1928)
Traduction de Agathe Orain
p. 197-209

Texte intégral

Plan d’habilitation de Norbert Elias sous la direction d’Alfred Weber

Plan d’habilitation de Norbert Elias sous la direction d’Alfred Weber

Première reproduction dans Reinhard Blomert, Intellektuelle im Aufbruch. Karl Mannheim, Alfred Weber, Norbert Elias und die Heidelberger Sozialwissenschaften der Zwischenkriegszeit, Munich, Carl Hanser, 1999, p. 351-364 (annexe).

1Introduction :

  • 1 NdT : nous traduisons ici Konstellation par « constellation » et faisons de même partout où l’expr (...)

2La constellation1 à l’entrée dans les Temps Modernes est en même temps la constellation à la sortie du Moyen Âge. Les sciences de la nature ne sont qu’une manifestation d’une nouvelle posture spirituelle et intellectuelle des êtres humains en Occident.

3Afin de décrire l’émergence de cette nouvelle posture non pas seulement d’un point de vue externe, mais aussi de la rendre compréhensible d’un point de vue interne, les étapes suivantes sont requises :

  • 2 NdT : dans le texte original, der nicht-aufgeklärte Mensch signifie « l’être humain qui n’a pas vé (...)

41) S’imprégner de la façon dont l’être humain qui n’est pas éclairé2, l’être humain médiéval, vivait ce que nous appelons « la nature ».

52) S’imprégner des mouvements externes et internes par lesquels cette façon médiévale de vivre le monde physique s’est progressivement transformée.

63) Abandonner cette évidence que représente pour nous, sous le nom de « nature », l’expérience du monde physique et souligner ce qui en constitue la nouveauté, l’unicité, la signification physionomique.

71) Dans quelle mesure l’être humain du Moyen Âge faisait-il l’expérience du cosmos qui peut être appréhendé par les sens ?

8A. Matériau

92 exemples, tous deux issus du monde des prêtres et des lettrés. Bien plus déterminant au Moyen Âge qu’aujourd’hui pour ce qui concerne l’expérience de tous les êtres humains.

  • 3 NdT : abréviation dans le texte original.
  • 4 Idem.
  • 5 Idem.
  • 6 Idem.
  • 7 Idem.
  • 8 Idem.

10a) Dietrich von Freiberg (Theodoricus Teutonicus) Début d[u]3 14e s. Explication de l’arc-en-ciel. Sources possibles en dehors d’Aristot: Al Farisi e[ntre] a[utres]4 Arabes. Caractéristique : copie de chiffres erronés à partir des sources et leur utilisation insouciante. Conclusions de ses propres observations à peine présentées. Exemple de sa méthode : interrogation au sujet des principes selon lesquels lorsque le soleil traverse un nuage, il en ressort quatre [rayons de] couleurs. Réponse : 2 principes plus formels et 2 [autres] plus matériels, quelque chose de transparent d[’une]5 clarté plus ou moins grande, quelque chose de fermement délimité e[t]6 quelque chose de moins fermement ((ou)) pas du tout délimité. Tout comme (Aristote !), le feu, l’air et la terre sont issus du mélange d[u]7 chaud, du froid, de l’humide et du sec, l[es]8 4 couleurs (aussi) sont issues du mélange de ces 4 principes. Principe comme cause de l’apparition des couleurs (comme…) Le but du chercheur n’est pas l’observation, mais plutôt d’apprendre dans des livres le nom des substantiae formales à partir desquelles quelque chose se développe. Spiritualité des substantiae. La façon de communiquer avec Dieu comme celle d’un être doué d’intellect avec d’autres êtres doués d’intellect. Révélation, pas de connaissance rationnelle de la vérité. Des livres !

11b) Le mot « natura » dans la bouche de Saint Thomas

12[Ce n’est p]as un être mécanique et relevant de lois s’opposant, comme quelque chose de différent, à toute intelligence et tout intellect, mais précisément ce principe de génération tout ce qui vit ou fait preuve d’intelligence (nasci)

13Au cœur de ce que le terme médiéval « natura » signifie, on ne trouve pas la pierre ou l’astre – , mais l’être humain et Dieu.

14Référence : le concept thomiste de « lex naturalis »

15Pas de loi abstraite et mathématiquement exprimable mais plutôt

161) La quête du bien, de la perfection (vaut aussi pour les pierres !)

172) Tout ce dont l’être humain use afin de préserver la vie (la nourriture, la digestion, l’interaction entre les sexes, et l’éducation des enfants)

  • 9 Idem.
  • 10 NdT : cette parenthèse fermée n’est pas précédée d’une parenthèse ouverte dans le texte.

183) De même qu’inclination pour le bien conforme à la nature de la raison, aussi inclination à apprendre la vérité p[ar]9 Dieu, d’éviter l’ignorance, de ne pas offenser les autres)10

19Saint Thomas mot pour mot !

20Importance de cette abondance de détails, car il est nécessaire de comprendre l’ancien afin de comprendre le nouveau.

  • 11 NdT : abréviation dans le texte original.

21Attention à l’interrogation : dans quel sens on fait l’expérience du monde physique. Référence à l’alchimie, à l’astrologie, aux sorcières, et a[insi] d[e] s[uite]11.

22Comment en faisait-on l’expérience ? Pas en tant que nature !

23c) Vision d’ensemble de la forme que le monde possédait dans la conscience de l’être humain médiéval.

241) Monde spirituel centré sur Dieu et l’être humain. Hiérarchie (ange, être humain, plante, animal, référence au systèm((e)) des trois ordres)

252) Tout mouvement résultat de la volonté spirituelle

263) Communication entre les êtres à la manière des esprits

274) Révélation, connaissance vient des livres de gens au talent hors du commun

28Réalité du Verbe (comme origine, magie, invocation)

  • 12 Idem.

295) Pensée autoritaire. (Un mot, un concept trouvé dans d’anciens écrits (transparence d[’une]12 plus grande clarté, explication)

302) Au cours de quels mouvements et combats la domination de la vision du monde autoritaire fut-elle ébranlée, brisée, et une nouvelle lentement mise à sa place ?

31Introduction :

32Âme et esprit médiévaux physionomie claire et solide. Absurde de croire que ses détenteurs soient différents de nous par nature, et qu’une nouvelle nature ait émergé, des êtres humains qui avaient plus d’intelligence ou de génie que les Scolastiques. Génie et courant socio-intellectuel.

33a) Centre sociologique de la formation médiévale dominante

34Les universités

  • 13 Idem.
  • 14 NdT : terme allemand pour désigner les Lumières allemandes. Diffère légèrement du sens classique e (...)

35Monopole de la connaissance du monde. Les péchés pouvaient être pardonnés, les hérésies qui remettaient en question l’image du monde transmise étaient punies par le feu e[t]13 l’épée. Nécessité de ce lien. Erreur de la dénonciation de cette posture par l’Aufklärung14.

36Des moyens de dénier au profane un jugement sur la connaissance du monde :

37La langue latine.

38Copernic toléré en langue latine, Galilée forcé de se récuser en langue vulgaire. République des Lettrés.

  • 15 NdT : mot incomplet dans le texte original et par conséquent reproduit à l’identique.

39Destin de Galilée, jugement, parce qu’il était sorti du cercle des lettrés, s’adressant à un vaste public profane, montre avec une force s((…))scher15 la constellation dans laquelle la nouvelle façon de voir la nature apparut : c’est par la lutte contre l’université et contre la langue latine que la nouveauté s’épanouit. Qui était la figure de proue de cette lutte contre les lettrés ?

  • 16 NdE : [((Man)) dans le texte original.] Dans le texte original il y avait écrit Nab, mais le N éta (...)

402) Les non-lettrés, ceux qui n’étaient pas passés par l’école du latin, les profanes, les hommes de pratique. On ne pouvait apprendre dans les livres seuls qu’il pouvait y avoir une autre forme de certitude à découvrir que les livres. Idée d’observer, de pouvoir découvrir la vérité par l’observation, la mesure et la pesée, pas l’évidence. ((On))16 considère ce qui est évident comme quelque chose qui est devenu problématique.

41La nouveauté ne pouvait pas apparaître dans n’importe quelle couche sociale quelconque. Certains vécus et expériences étaient nécessaires.

42Mouvement social et mouvement intellectuel et spirituel identiques

  • 17 NdT : abréviation dans le texte original.
  • 18 Idem.

43Artisans, artistes, techniciens. Rien [qui vienne] d[’une]17 superstructure, rien [qui vienne] d’une infrastructure, rien [qui vienne] d[’une]18 idéologie. Examinons les faits.

443) Matériau pour une sociologie des sciences de la nature naissantes

45a) Constellation politique et historique

  • 19 Idem.
  • 20 Idem.
  • 21 Idem.

46Depuis Rodolphe d[e]19 Habsbourg, déclin de la puissance du pouvoir ((éta))tique central dans le Sa[int] Empire rom[ain germanique]20, surtout en Italie. Henri VII arbitre certes encore des conflits partisans à Milan, est reçu à bras ouverts à Gênes e[t]21 Pise. Il ne parvient pas à conquérir Florence. La ville vainc l’empereur, 1313.

47Pouvoir central spirituel pas moins faible. 1309 Clément V à Avignon. À partir de 1378 deux Papes. Seul le Concile de Constance 1414-18 rétablit l’unité.

48Faiblesse des pouvoirs centripètes. Condition préalable à la montée en puissance des pouvoirs centrifuges, des princes et des villes.

  • 22 Idem.
  • 23 Idem.

49Pas question ici de princes, pas non plus d[e]22 Lübeck ou Nuremberg. En 1377, tout de même victoire des villes souabes sur l[e] comte d[e]23 Württemberg.

50Florence.

  • 24 Idem.

51Bourgeoisie riche, économiquement puissante, indépendante politiquement et socialement, et sûre d’elle-même. La citoyenneté prend progressivement la place d’un prince en contrôlant la région (Toscane, 1429 conquête de Pise) le riche banquier Jean d[e]24 Médicis devient le représentant de cette autorité. Citoyens membres de guildes, marchands et artisans administrent toute une région, famille de banquiers fait office de maison princière.

52Voilà l’atmosphère spirituelle et sociale dans laquelle se déroule la transformation dont il est question ici.

53Deux cercles 1) Les maîtres expérimentateurs

542) L’Académie platonicienne

55Représentants de la Renaissance

56b) Le cercle des maîtres expérimentateurs

57Introduction :

58Bien évidemment pas les premiers qui émirent des observations sur les propriétés et le comportement des corps au service des intérêts humains. Différence : accumulation [du savoir] dans la tradition, l’expérience acquise plus ou moins par hasard s’amassait, était transmise par le maître à l’apprenti. Maintenant quelque chose de nouveau : l’intellection s’obtient par observations conscientes, cu et réflexion. Bref par expérimentations.

59Mais tout cela en premier lieu au service des intérêts humains !

60Pas encore de science au sens actuel, mais le premier ((pas)) vers la révolution de l’image médiévale du monde.

  • 25 Idem.

611) Opposition e[ntre]25 Giotto et Masaccio

62a) Giotto disciple dévot de la tradition des églises du Moyen Âge, dans la conception desquelles ses facultés créatrices s’épanouissent. Pas de séparation entre l’être humain et la nature. Monde – royaume de Dieu, au centre duquel se tient l’être humain.

63L’illusion que ce qui est représenté se joue ici et maintenant devant le spectateur lui importe encore très peu. Ce qui est décisif, c’est la relation spirituelle du spectateur à ce qui est représenté. Beauté et grandeur de ses tableaux viennent de la ferveur avec laquelle il représente un sujet spirituel. Beauté formelle plus épanouissement d’un héritage traditionnel que création d’une réflexion consciente sur les couleurs et les lignes et leur harmonie, leurs proportions.

  • 26 NdT : Gentile di Niccolò di Giovanni Massi (vers 1370-1427), dit Gentile da Fabriano, est un peint (...)

64La tradition gothique-scolastique que Giotto a mise en forme de manière grandiose perdure, comme formation vidée de son sens, même un siècle plus tard à l’époque des maîtres expérimentateurs. Gentile da Fabriano26. Le personnage sans masse, les corps sans muscle, arabesques linéaires.

65b) Masaccio, du cercle des maîtres expérimentateurs autour de Brunelleschi

66Nouvelle attitude envers l’image est expression à la fois d’une autre religiosité et d’une autre position vis-à-vis du monde. Tendance à l’indépen((dance)) par rapport à ce qui est hérité. Réfléchir par soi-même à ce qui est transmis. Posture qui conduit en Allemagne à Luther (Réception surtout dans les centres économiques((,)) villes), [et qui conduit] à Florence à Savonarole.

67Corps et action ne sont plus des symboles qui doivent réveiller le souvenir d’une chose transcendante chez le spectateur. Masaccio veut représenter les événements de telle façon qu’ils semblent se dérouler ici et maintenant devant le spectateur. Nouvelle attitude réaliste, non-lettrée, non-scolastique par rapport aux choses de la foi et du monde.

68Nouvelle attitude coïncide avec nouvelles tâches

69Dans le cercle autour de Brunelleschi, auquel Masaccio appartenait((,)) on formule la nouvelle tâche ainsi : il s’agit de peindre les choses comme si on regardait ce qui est représenté à travers une fenêtre. Impossible d’accomplir cette tâche avec uniquement les techniques traditionnelles de la peinture et les gestes et expériences transmises. Il faut expérimenter.

70Nouvelle tâche : Comment doit-on modifier les proportions réelles des choses afin qu’elles apparaissent sur la surface en deux dimensions du tableau comme si elles étaient dans un espace en trois dimensions ?

71Véritable exercice de construction : exercice dans le domaine de la géométrie de la représentation. La lutte dans ce sens dans l’oeuvre de Masaccio.

72Celui qui résolut cet exercice le fit grâce à des expérimentations, des calculs, des observations, en dessinant, en s’aidant d’appareils, et ainsi de suite. Il s’agissait du centre du cercle des maîtres expérimentateurs : Brunelleschi.

73c) Filippo Brunelleschi 1377-1446.

  • 27 NdT : pas de verbe dans le texte original.

74Artisan sans éducation en latin. Architecte et ingénieur. Ne pas se méprendre, quand on travaille avec autant d’artistes et de techniciens. Des expérimentations et recherches au service des intérêts humains émergea progressivement une conscience, une constellation spirituelle et morale, ces formes de pensée selon lesquelles27 les êtres humains font des recherches et des expérimentations sans autre « but (( »)) que ce qu’ils appelaient désormais « la vérité ». Nouvelle époque, nouvelle atmosphère sociale suscitait de nouvelles tâches.

75La tendance à représenter les choses de façon réaliste en image pas la seule nouvelle tâche. Artistes s’en revendiquent plus fort qu’avant au travers de projets profanes, en corrélation avec la consolidation de la prospérité de la ville. Nouvelle atmosphère sociale identique avec nouvelle atmosphère spirituelle –

76Travaux de Brunelleschi : (sélection)

Édification de forteresses à Pise et Vico Pisano

de châteaux forts dans la vallée de l’Elsa

Régulation de l’Arno

  • 28 NdT : abréviation dans le texte original.

Construction d[e]28 barrages sur le Pô

  • 29 Idem.

Conception des fortifications du port d[e]29 Rimini

Réalisation de la coupole du dôme de Florence (39 m)

  • 30 NdE : les travaux de Brunelleschi sont ici cités dans le même ordre que celui choisi par L. Olschk (...)

Palais30

77Exigences de la technique civile et militaire. Nouveaux problèmes statistiques, hydrauliques, et balistiques, ne pouvant pas trouver de solution par la seule routine technique, mais par des expérimentations et des réflexions théoriques.

78Construction de nouvelles machines, combinaison de leviers et de plans inclinés pour la construction de la coupole à Florence.

79Attention : le problème des plans inclinés occupe en premier lieu les esprits au titre de problème au service des intérêts humains. Progressivement d’abord, c’est chez Galilée qu’il devient pour la première fois un problème sans autre fin que la connaissance de la nature. Et ici on peut deviner comment la nouvelle posture humaine et la nouvelle idée des lois de la nature font très lentement leur chemin dans le travail des êtres humains sur les matériaux inscrits dans le temps et l’espace.

80Développement de l’idée d’une loi calculable, débarrassée de tout arbitraire, précisément une unité indivisible à la fois de la loi de la nature et de la loi des œuvres d’art. Pendant la Renaissance d’abord aucune différenciation entre ces deux systèmes de règles. C’est ainsi qu’il faut comprendre Brunelleschi.

81Car de la même façon qu’il éprouve et étudie la régularité nomologique des choses lors de la construction de ponts et de forteresses avec une force d’intuition géniale, il éprouve et étudie aussi la régularité nomologique, l’harmonie, les proportions des bâtiments.

82Ainsi est-il le premier à formuler les règles d’une Proportione armonica d’après laquelle les bâtiments doivent être construits. 1403/4

83Art de la Renaissance et science de la Renaissance naissent d’une seule et même nouvelle posture humaine.

84Exemple : la perspective

(déjà évoquée plus haut à propos de Masaccio)

85Question (comme formulée plus haut) Comment doit-on, en peinture, modifier les proportions réelles des choses afin qu’elles apparaissent sur la surface en deux dimensions du tableau comme si elles étaient dans un espace en trois dimensions ?

  • 31 NdT : abréviation dans le texte original.

86Appareils construits par Brunelleschi pour pouvoir résoudre le problème. (Miroir) La construction des lignes de fuite des tableaux conduisant à un point [était la tâche] la plus aisée relativement. Bien plus ardue – et ainsi particulièrement caractéristique des questions qui agitaient cette époque – était la résolution du problème de comment, dans l’image, les grandeurs décroissent en fonction de la distance. Dans les temps précédents, et encore aussi chez des contemporains de B[runelleschi]31, un type de représentation dans lequel les distances, du point de vue du spectateur, semblent trop courtes, mènent trop vite aux hauteurs. Abstraction caractéristique qui exigeait cette nouvelle tâche : le peintre devait construire son tableau de telle façon que sa perspective semble mener correctement à la profondeur, non pas immédiatement pour lui, mais pour le spectateur se tenant à une certaine distance de la toile. Pour cela construction géométrique spécifique nécessaire.

87Brunelleschi trouva cette construction. L’idée de l’harmonie picturale calculable et l’idée de la loi de la nature calculable ont le même acte de naissance.

88Nouveau sentiment de bonheur des êtres humains, nouvelle méthode de création artistique, nouvelle posture de l’artiste vis-à-vis de son oeuvre, nouvelle posture de l’être humain vis-à-vis du cosmos qui peut être appréhendé par les sens.

89L’immersion dans le contenu religieux de ce qui est représenté s’efface au profit de l’immersion dans la régularité nomologique et l’harmonie de ce qui peut être appréhendé par les sens.

90Ucello (lui aussi issu du cercle des maîtres expérimentateurs)

91« La perspective est tout de même fort agréable »

92Nous allons peut-être voir en plus comment les partisans de c((e)) nouveau sentiment de la vie finirent par entrer en conflit avec ceux de l'ancien, fondé sur la révélation et les autorités saintes.

93Résumé.

94D[uhem]

951) L’image comme illusion (Convergence des peintures réaliste et illusionniste. Rappel de théâtralité comme élément de la Renaissance.)

  • 32 Idem.

962) L’image comme forme belle, c[’est-à-]d[ire]32 relevant de lois

(Autonomie du beau. Retrait du représenté au profit de la représentation)

973) Expérimentation et le calcul mathématique comme moyen de découvrir les lois dans la nature et dans l’art

  • 33 Idem.
  • 34 Idem.

(Aucune séparation e[ntre]33 connaissance et sentiment de la nature, sentiment et ratio, âme e[t]34 esprit toujours un)

984) Cette façon de s’orienter dans le chaos des choses matérielles par l’expérimentation et le calcul = idée de la science de la nature.

99Question : par quel biais ces « non-lettrés » maîtrisaient-ils les mathématiques ?

100d) Lien des maîtres-expérimentateurs avec la tradition latine

101Le véritable problème de la Renaissance du point de vue de la sociologie de la culture

102Introduction :

103Une nouvelle posture humaine s’était pour la première fois clairement exprimée dans le cercle des maîtres expérimentateurs, prenait pour la première fois forme sous leur impulsion. De la même façon que les chevaliers avaient en même temps forgé une éducation spécifiquement « chevaleresque » à partir de la posture et des formes que leur donnait leur fonction spécifique de « chevaliers », de la même façon que les prêtres et les lettrés avaient créé une éducation spécifique à partir de leurs fonctions spécifiques, commença à se développer avec les maîtres expérimentateurs, pour la première fois, une société de citoyens, indépendante de l’autorité des autres couches [sociales], directement à partir de leur activité professionnelle, de leurs fonctions spécifiques : un art spécifique, des formes de (re)connaissance spécifiques, imbriquées dans une langue spécifique, accédant nouvellement à l’éducation [Bildung]. C’était – du point de vue de l’éducation occidentale tout entière – une révolution. Mais il n’existe pas de révolution absolue. De quelque manière que ce soit, le patrimoine culturel ancien se retrouve dans la nouvelle forme d’éducation, influence sa physionomie.

  • 35 NdT : pas de verbe auxiliaire dans le texte original.

104Phénomène spécifique de la Renaissance : travail commun de certains lettrés((,)) partisans de l’ancienne éducation latine((,)) avec les maîtres expérimentateurs((,)) partisans de la nouvelle. Mais le réceptacle dans lequel s’écoulait ici l’éducation latine, le cercle des artistes et des architectes, se différenciait de tous les cercles précédents qui35 accueillaient et soutenaient l’éducation latine. Le sens dans lequel l’Antiquité était ici vécue et conçue était différent de celui dans lequel elle était conçue par les lettrés, sans relation avec la pratique vivante : les humanistes et les scolastiques. Antiquité pour la première fois plus autorité, mais plutôt grande maîtresse d’apprentissage, qui ne peut être éprouvée et perfectionnée que par l’expérience individuelle.

1051) Origine sociale et formation du cercle autour de Brunelleschi

106Philippo Brunelleschi, Luca della Robia, Masaccio, Alberti, Donatello, Ghiberti e[ntre] a[utres]

107Dates : Brunelleschi 1377-1446

Alberti n[é] en 1407

  • 36 NdE : les membres du cercle de Brunelleschi sont ici cités dans le même ordre que celui choisi par (...)

Ghiberti 1380-145536

108Origine : détails incertains, dans tous les cas issus de la couche inférieure peu fortunée ou de la classe moyenne [Mittelstand], à part A.

  • 37 NdE : Elias reprend ici le développement de L. Olschki (Geschichte der neusprachlichen wissenschaf (...)

109Éducation : enseignement des plus élémentaires en lecture, écriture, calcul encore enfants formation chez des sculpteurs sur bois ou orfèvres. Essais dans tous les types d’art jusqu’à ce que [par] « hasard » le talent propre et la routine restreignent le champ de leur activité (O[lschki]37). Sans connaissance du latin. Sans mathématiques. Les livres de calcul rédigés en langue vulgaire des 15e et 16e siècles tiennent seulement compte des besoins les plus élémentaires de la pratique.

110Paradoxe : les lettrés qui comprennent le latin n’ont aucun accès direct au monde physique((,)) et ce que les auteurs antiques disent du monde physique est donc pour eux doctrine tout aussi autoritaire que les enseignements des autorités ecclésiastiques.

111Les artistes. Artisans, mais techniciens, qui pouvaient appréhender les doctrines antiques dans leur sens originel, ne comprennent pas le latin.

  • 38 NdT : abréviation dans le texte original.

112Bonification du travail artisanal et technique à travers l’antiquité à travers la coopération amicale d[es]38 lettrés et artistes.

  • 39 Idem.
  • 40 Idem.

1131) Brunelleschi et Toscanelli. (n[é en]39 1396 donc plus jeune que B[runelleschi]40 de 22 ans)

  • 41 Idem.

1142) Alberti, Leon Battista (parcours (de vie), caractère unique d[e] Florence, passage d[e]41 lettré à homme de la pratique)

115Confrontation avec humanisme (Ficinus)

116e) Léonard de Vinci

117Introduction : Cinquante ans plus tard. Nouvelle constellation à Florence. Extension de la tradition brunelleschienne jusqu’aux Apennins. À Florence érudition et pratique vivante de nouveau séparées jusqu’à un certain point

1181) Parcours de vie (incertitude)

1192) La lutte pour les nouvelles formes de conscience, et la maîtrise du monde naturel. Erreur d’Olschki.

  • 42 NdE : Cf. L. Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit (...)

120Déjà citation Ghiberti : Tenter d’imiter la nature par tous les moyens42. Désormais chez Léonard [de Vinci] observation (consciente !) sur toute l’étendue de ce qui est naturel. La solitude des « êtres humains illustres » (référence à Bruno, Galilée, Copernic)

121Lutte pour la catégorie mécanique de cause. Pas encore d’abandon définitif des catégories du Moyen Âge. Voilà le problème de sa vie, la difficulté propre à son entendement.

122Leitmotiv : observation, mépris pour toute érudition allant au-delà de l’observation.

1233) Nécessité de la phase que Léonard [de Vinci] nous présente : comparaison avec le développement de la science historique. D’abord collecte d’une profusion de matériau. Tout est nouveau. Maîtrise des matériaux collectés grâce à un principe d’organisation déjà phase ultérieure. L’être humain se dégage lentement du cœur du « concept de nature » ((et)) commence à devenir ce qu’il est aux yeux de l’Aufklärung : un corps parmi d’autres, soumis aux lois qui le gouvernent tout entier.

124Exemples. Observation de la mécanique des mouvements corporels chez l’être humain et l’animal, analyses anatomiques, physiologiques de ((?)) On ne peut déchiffrer les secrets de la nature qu’en les voyant de ses propres yeux. C’est pourquoi on peut souvent exprimer par des dessins ce que l’on peut moins bien exprimer par des mots.

125Les notes de Léonard sur tous les phénomènes naturels qu’il n’observait pas seulement en tant que peintre de paysages, mais aussi comme technicien, lors de la conception et de la réalisation de canaux, [de systèmes] de régulation de fleuves, chaussées, digues, ponts, écluses, fortifications, sont remplies de descriptions, analyses, calculs, dessins.

  • 43 NdE : Cf. L. Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit (...)

126Ce qui le fascine, en dehors de la faune, la flore, à part les cours d’eau, les roches et les grottes, ce sont les choses fantastiques, le mystère. (O[lschki]43).

  • 44 NdT : Pas de verbe dans le texte original.

127Lui aussi [passe]44 de la pratique picturale et technique à l’observation sans but par « curiosité » pour le mystère. (O[lschki])

128Projets caractéristiques : encyclopédie théorique et pratique de la technique

129Grammaire de la langue vulgaire.

  • 45 NdE : Comme Olschki, Elias fait ici référence à Duhem, Les origines de la statique, vol. 1, p. 193

130Mais il en reste toujours à des observations singulières, ne va jamais jusqu’à une conclusion systématique. Il était à deux doigts de reconnaître que le moment de la résultante de deux forces est égal à la somme des moments de leurs composantes, et il en alla de même dans beaucoup d’autres cas (D[uhem]45), mais il ne franchit jamais le pas de l’expérience à l’abstraction pure sous forme de loi.

  • 46 NdE : Elias cite ici le jugement de Olschki qu’il affirme vouloir discuter (cf. L. Olschki, Geschi (...)

131Olschki : En général, quand on demande aux biographes de Léonard pourquoi, en quarante ans, son activité intellectuelle n’est parvenue ici (en ce qui concerne des lois) qu’à des réponses confuses et timides, on se voit répondre que l’époque n’était pas encore prête pour la découverte des lois fondamentales de la physique. Mais nous ne voulons pas nous contenter de telles déclarations fatalistes à bon compte. Le matériau qui se présentait aux prédécesseurs directs de Galilée quelques décennies plus tard, n’était pas beaucoup plus étendu et surtout intrinsèquement pas différent de celui que Léonard utilisait46.

132Débat avec cet avis d’Olschki.

133Résumé

134Qu’était [donc] cette nouveauté qui apparut là ?

135L’idée de la beauté et l’idée de la nature sortent de l’idée du royaume de l’esprit comme des sphères autonomes de l’étant, des parties du monde avec leurs lois propres. L’idée d’une causalité mécanique, conforme à des lois et calculable, prit la place de l’idée d’un être spirituel auteur [de toutes choses]. Au lieu de fonder ses certitudes sur l’évidence ayant pour réceptacle les livres autoritaires, on se mit à les fonder sur des réflexions et observations non-autoritaires.

136Et ainsi apparut chez l’humanité, comme toujours après une révolution individuelle((,)) une nouvelle joie et une nouvelle douleur. La joie nouvelle que donnait à l’être humain la conscience de sa propre faculté de connaissance, et la douleur nouvelle, la souffrance causée par son propre état de conscience, par la froideur de sa propre faculté de connaissance ou rationalité.

Haut de page

Notes

1 NdT : nous traduisons ici Konstellation par « constellation » et faisons de même partout où l’expression revient dans le texte.

2 NdT : dans le texte original, der nicht-aufgeklärte Mensch signifie « l’être humain qui n’a pas vécu l’Aufklärung », terme allemand correspondant aux Lumières françaises.

3 NdT : abréviation dans le texte original.

4 Idem.

5 Idem.

6 Idem.

7 Idem.

8 Idem.

9 Idem.

10 NdT : cette parenthèse fermée n’est pas précédée d’une parenthèse ouverte dans le texte.

11 NdT : abréviation dans le texte original.

12 Idem.

13 Idem.

14 NdT : terme allemand pour désigner les Lumières allemandes. Diffère légèrement du sens classique en français par les valeurs et la période, raison pour laquelle nous avons privilégié le terme allemand.

15 NdT : mot incomplet dans le texte original et par conséquent reproduit à l’identique.

16 NdE : [((Man)) dans le texte original.] Dans le texte original il y avait écrit Nab, mais le N était surmonté d’un petit m. Etant donné que le b et le n sont juste à côté sur le clavier d’une machine à écrire, « man » me semble plus cohérent comme choix de mot pour Elias à cet endroit, même si le mot suivant commence par une majuscule [en allemand]. NdT : les segments entre crochets sont des explicitations de la note.

17 NdT : abréviation dans le texte original.

18 Idem.

19 Idem.

20 Idem.

21 Idem.

22 Idem.

23 Idem.

24 Idem.

25 Idem.

26 NdT : Gentile di Niccolò di Giovanni Massi (vers 1370-1427), dit Gentile da Fabriano, est un peintre.

27 NdT : pas de verbe dans le texte original.

28 NdT : abréviation dans le texte original.

29 Idem.

30 NdE : les travaux de Brunelleschi sont ici cités dans le même ordre que celui choisi par L. Olschki (Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, Die Literatur der Technik und der angewandten Wissenschaften vom Mittelalter bis zur Renaissance, Leipzig/Florence/Rome/Genève, Leo Olschki Verlag, 1919, p. 43).

31 NdT : abréviation dans le texte original.

32 Idem.

33 Idem.

34 Idem.

35 NdT : pas de verbe auxiliaire dans le texte original.

36 NdE : les membres du cercle de Brunelleschi sont ici cités dans le même ordre que celui choisi par L. Olschki (Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit., p. 33).

37 NdE : Elias reprend ici le développement de L. Olschki (Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit., p. 33-34).

38 NdT : abréviation dans le texte original.

39 Idem.

40 Idem.

41 Idem.

42 NdE : Cf. L. Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit., p. 263.

43 NdE : Cf. L. Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit., p. 286-287.

44 NdT : Pas de verbe dans le texte original.

45 NdE : Comme Olschki, Elias fait ici référence à Duhem, Les origines de la statique, vol. 1, p. 193.

46 NdE : Elias cite ici le jugement de Olschki qu’il affirme vouloir discuter (cf. L. Olschki, Geschichte der neusprachlichen wissenschaftlichen Literatur, vol. 1, op. cit., p. 294).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan d’habilitation de Norbert Elias sous la direction d’Alfred Weber
Légende Première reproduction dans Reinhard Blomert, Intellektuelle im Aufbruch. Karl Mannheim, Alfred Weber, Norbert Elias und die Heidelberger Sozialwissenschaften der Zwischenkriegszeit, Munich, Carl Hanser, 1999, p. 351-364 (annexe).
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/381/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Norbert Elias – « Sur l’émergence des sciences modernes de la nature » »Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018, 197-209.

Référence électronique

« Norbert Elias – « Sur l’émergence des sciences modernes de la nature » »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 32 | 2018, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 28 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.381

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search