Navigation – Plan du site
Dossier

La science comme moteur de légitimité au xxe siècle

Yann Renisio et Camila Orozco-Espinel
p. 7-16

Texte intégral

  • 1 On peut se référer ici à des travaux de synthèse sur l’histoire de la classification des sciences ( (...)
  • 2 Inversement, la requête « les sciences physiques sont » suggère : « Les sciences physiques et chim (...)

1La question « [X] est-elle une science ? », où [X] renvoie à un domaine de connaissances savantes, jalonne l’histoire sinueuse de la classification des disciplines1. De nos jours, cette interrogation est régulièrement appliquée aux sciences humaines et sociales : à titre d’exemple, les suggestions automatiques à la requête « est-elle une science » sur le moteur de recherche Google associent premièrement cette forme interrogative aux disciplines de l’histoire, de l’économie, de la philosophie et de la sociologie. Symétriquement, il semblerait qu’un trait important de la définition contemporaine des catégories « sciences sociales » et « sciences humaines » soit l’incertitude quant à leur scientificité : selon le même principe, les premières suggestions à la requête « les sciences sociales sont » proposent « les sciences sociales sont-elles des sciences » ou « les sciences sociales sont-elles des sciences comme les autres »2.

  • 3 Le fameux « problème de la démarcation » identifié par Karl Raimund Popper dans La logique de la d (...)
  • 4 On peut prendre comme exemple le cas du raisonnement sociologique de Jean-Claude Passeron (1991) : (...)

2Nous ne cherchons pas dans ce dossier à entrer dans les considérations nécessairement normatives sur ce qui serait ou ne serait pas scientifique3, et conjointement sur ce que seraient ou ne seraient pas les sciences humaines et sociales4. Ce dossier propose plutôt, suivant la perspective de la Revue d’histoire des sciences humaines, de contribuer à l’étude des usages de l’argument de la scientificité (Gieryn, 1999) au sein de disciplines traditionnellement affiliées à la catégorie des sciences humaines et sociales.

3Il est possible aujourd’hui de s’appuyer sur une importante littérature qui, au lieu de partir d’une définition a priori de la scientificité, étudie le rôle de légitimation que joue notamment l’étiquette science dans les sciences humaines et sociales. En reconstituant le processus historique par lequel se sont tissés les liens entre économie, mathématique et administration en France au xviiie siècle, Éric Brian a ainsi montré comment s’est consolidée la définition de la scientificité de ce que le xixe siècle appellera la statistique (Brian, 1994). Le passage de « sciences » au pluriel à « la science » au singulier (Carnino, 2015) est une autre manifestation des importantes évolutions de l’usage de l’argument scientifique (comme garantie du vrai et comme pratique désincarnée) dans les sciences humaines et sociales françaises de la Troisième République. Les travaux de Wolf Feuerhahn ont mis en évidence l’imbrication des facteurs politiques, sociaux et intellectuels dans les processus d’établissement des critères de scientificité (Feuerhahn, 2015 ; 2017). Par exemple, appliquée à un chantier contemporain, cette approche lui permet de saisir l’émergence des neurosciences sociales comme un projet de refondation des rapports entre sciences de l’homme et sciences de la nature.

  • 5 L’auteur insiste notamment sur les écueils présentistes, les risques d’essentialisation des représ (...)
  • 6 Sur ce dernier point, voir également Ross, 1979.

4Si l’approche méthodologique de Jean-Michel Chapoulie5 et l’outillage conceptuel fourni par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1984 ; 2001) articulent les analyses incluses dans ce dossier, des études sur le monde anglophone ont également été d’importants points d’appui. En mettant au cœur de l’enquête les relations entre savants et sphère politique, Theodor Porter a pu rendre compte de la pluralité des logiques à l’œuvre dans la relation entre quantification et objectivité (Porter, 1997). Étudiée dans une pluralité de cadres institutionnels – allant du laboratoire aux écoles d’ingénieurs – et nationaux, Porter met également en évidence l’instrumentalisation possible des méthodes quantitatives pour obtenir une forme de reconnaissance scientifique6. Dans un registre plus sociologique, les travaux de George Steinmetz sur la trajectoire épistémologique des sciences humaines et sociales de l’après Seconde Guerre mondiale font ressortir les enjeux politiques du label de « positivisme » ainsi que sa polysémie (Steinmetz, 2005 ; 2008). D’un point de vue méthodologique enfin, nous nous sommes également inspirés des démarches de Jennifer Platt, Christian Topalov et Johan Heilbron sur la sociologie et les sociologues (Platt, 1976, Topalov, 2004 ; 2008, Heilbron, 2006 ; 2015), en prenant en compte notamment les enjeux d’appropriation et de réécriture des histoires disciplinaires.

  • 7 Séminaire « Disciplines et scientificité » de l’EHESS organisé par les deux coordinateurs de ce nu (...)
  • 8 Sur le cas français dans « les années 1968 », voir : Orain, 2015a ; 2015b.

5Ce projet résulte de l’organisation d’un séminaire7 qui nous a fait rapidement comprendre que de nombreuses recherches sur les sciences humaines et sociales étaient confrontées aux enjeux de définition et de reconnaissance de la scientificité. Prises dans leur ensemble, ces études couvrent un large spectre disciplinaire (archéologie, économie, économie politique, études littéraires, sociologie) et temporel (1920-1970). Elles permettent ainsi de saisir d’importants contrastes inter ou intradisciplinaires et de souligner l’influence des transformations advenues dans les champs académique et scientifique français et étasunien, depuis l’après Première Guerre mondiale jusqu’aux prémices des grands bouleversements institutionnels et sociaux de la fin des années 19608.

Entre le Methodenstreit et les science wars

6Mettre l’accent sur ces quarante années ne signifie pas que l’on y voit un point d’orgue des questionnements et débats sur la scientificité pour les sciences humaines et sociales. En revanche, elles correspondent à une certaine problématisation de ces dernières. On en prendra pour indice deux controverses, l’une en amont et l’autre en aval, deux bornes qui témoignent à la fois de la permanence, de la plasticité et de l’importance des dimensions politique et stratégique des enjeux de scientificité en sciences humaines et sociales.

  • 9 Pour un approfondissement sur ces enjeux, voir le dossier intégré à la traduction de l’ouvrage par (...)

7Le premier de ces deux débats, la querelle des méthodes (Methodenstreit), a confronté économistes allemands et autrichiens (Anderson, Ekelund et Tollison, 1992). Elle débute en 1883 avec la publication de Recherches sur les méthodes des sciences sociales, en particulier de l’économie politique de Carl Menger9. Ce traité méthodologique, inspiré des sciences de la nature, s’articule autour d’une critique de l’approche « inductiviste » de l’école historique allemande. Menger visait particulièrement l’incapacité des méthodes historiques à produire des lois et relations économiques universellement valables. Dans un compte rendu critique, Gustav Schmoller, représentant de l’école historique en économie, répond aux prescriptions méthodologiques de Menger. Concrètement, Schmoller circonscrit un ensemble de méthodes capables de produire des connaissances « concrètes » et « applicables à la réalité ». Mais cette opposition – entre une vision « théorique » portée par l’école autrichienne et la conception « empirique » des économistes allemands – signale avant tout le début d’un processus d’institutionnalisation de l’économie comme discipline indépendante dans le monde universitaire germanique. Le Methodenstreit est en effet essentiel pour comprendre la double démarcation de l’économie qui se produit alors : à l’égard de l’histoire et de la philosophie d’une part, des sciences de la nature d’autre part.

8La deuxième de ces controverses, assez récente, s’inscrit dans ce que l’on a appelé les science wars, dont l’affaire Sokal fut l’un des moments clés. Ces « guerres de sciences » font écho à un numéro de 1996 de la revue Social Text. Ce numéro, pensé comme une réponse aux accusations du biologiste Paul R. Gross et du mathématicien Norman Levitt sur le caractère non scientifique des sciences studies et cultural studies, présente une série de débats sur les rapports entre objectivité et engagement politique et sur la définition de la scientificité d’une démarche au sein des sciences sociales qui se distinguerait, ou non, des sciences naturelles. Parmi les contributions de ce numéro, le physicien Alan Sokal publie en son nom un article qui s’avérera être un canular délibérément dénué de sens, visant à prouver sur le mode expérimental que les critiques énoncées par Gross et Levitt sur les approches dites « postmodernes » sont effectivement avérées. Cette « affaire » fait donc figure de « rappel à l’ordre » d’un physicien sur ce que les sciences humaines et sociales peuvent ou non se permettre de déclarer lorsqu’elles touchent à la question de la scientificité.

  • 10 Pour un autre exemple récent d’établissement de périmètre intradisciplinaire, voir Quinon et Saint (...)

9Dans le premier cas, la question de la définition de la scientificité des sciences sociales fait débat entre économistes ; dans le second, un physicien vient « faire la police » au sein d’une tendance contemporaine des sciences humaines et sociales. L’enjeu de la définition de la scientificité, dans un cas comme dans l’autre, est celui de l’édiction des pratiques légitimes pour recevoir le qualificatif de scientifique, au sein d’une même discipline dans le premier cas ; depuis une discipline disposant d’une forte légitimité scientifique (la physique) vers un courant de recherche à légitimité moindre (les cultural et science studies) pour le discréditer dans le second. Il est possible d’appréhender ces deux cas comme des moments de renégociation conflictuelle de la définition des critères d’appartenance légitime au champ scientifique, en regard duquel les individus disposent de ressources diverses et plus ou moins efficientes pour revendiquer ou améliorer leur position en son sein10.

  • 11 Sur cette question dans le cas de la géographie américaine des années 1950, voir Orain, 2016.

10Ces deux exemples bornent en amont et en aval les évolutions qu’ont connues les sciences humaines et sociales et que les différentes contributions de ce dossier soulignent : l’ascension dès les années 1940 de la science physique au rang de modèle scientifique au sein et en dehors du champ académique11, une institutionnalisation plus poussée de nombreuses disciplines des sciences sociales, l’apparition d’organismes nationaux de recherche ou de son financement (CNRS en France, National Science Foundation [NSF] aux États-Unis) et les débuts de la massification de l’enseignement supérieur, tout particulièrement aux États-Unis.

  • 12 Ce qui ne veut pas dire que les contributions se limitent nécessairement à une seule de ces échelle (...)

11La complémentarité de ces études s’affirme d’abord par la diversité des échelles d’analyse mobilisées12. En étudiant la conception et les usages de la scientificité d’un seul individu, l’article de Marine Dhermy-Mairal montre comment Edgar Milhaud vise à distinguer et légitimer les résultats de ses travaux dans une institution internationale structurée par des tensions politiques : le Bureau international du travail. La comparaison entre deux tentatives individuelles de transformation des pratiques archéologiques permet à Sébastien Plutniak de souligner comment ces transformations ont été justifiées par le potentiel de précision et de systématicité que promettait la mathématisation. En s’appuyant sur les discours et les prises de position sur la science de représentants de deux générations de théoriciens littéraires français des années 1950-1970, la contribution de Lucile Dumont montre le rôle stratégique de la théorie comme vecteur spécifique de la scientificité des études littéraires. Les débats autour de l’inclusion des sciences sociales dans la NSF étudiés dans l’article de Yann Renisio illustrent les effets différenciés d’une institution sur les pratiques et modes de présentation de diverses disciplines. Analysant la tentative d’une association professionnelle, l’American Economic Association (AEA), pour homogénéiser l’enseignement de sa discipline, Camila Orozco Espinel étudie les bases du consensus construit par les économistes pour légitimer une pratique par l’autorité scientifique.

Les apports mutuels des études sur la scientificité des sciences sociales

12Le premier résultat qui ressort de ces travaux sur le « faire science » est la profonde hétéronomie des sciences humaines et sociales dès lors que l’on souhaite comprendre et expliquer leurs transformations et les positionnements de leurs praticiens et acteurs. Nombre des enjeux de scientificité impliquaient d’aller puiser des référents extérieurs, en particulier dans les sciences de la nature ou « exactes », en tant qu’elles fournissaient un modèle – fréquemment présenté comme unique ou unifié – de scientificité. En parallèle, comme toute science, la nécessité de convaincre des décideurs politiques, des chefs d’entreprise ou des fondations philanthropiques pour obtenir des financements et/ou une reconnaissance dans l’espace public revient à créditer des agents à la frontière ou en dehors des milieux académique et scientifique d’un pouvoir d’influence sur les modes de définition de la scientificité. En d’autres termes, les usages de la scientificité en sciences humaines et sociales sont indexés sur les rapports de force, généralement défavorables, qu’ils entretiennent avec d’autres agents des champs académiques et scientifiques mais également au sein des champs politique ou économique.

  • 13 Pour une étude des usages de la scientificité en physique voir, par exemple, Gieryn, 1983.
  • 14 Nous renvoyons ici à la thèse de doctorat (en cours) de Paul Arnault, Une socio-histoire politique (...)

13L’inclusion d’une étude sur les usages de la scientificité dans une discipline en dehors du périmètre des sciences humaines aurait pu illustrer comment, d’une part, les prises de position dans ces disciplines peuvent également être influencées par des transformations de référentiel scientifique et, d’autre part, les questionnements sur la scientificité ne sont pas exclusivement des considérations propres aux disciplines des sciences humaines et sociales13. Concomitamment, l’étude de la psychologie, qui, par son histoire, son objet et les méthodes qu’elle utilise questionne le clivage entre les sciences naturelles et sociales, aurait pu participer à éclaircir les rapports entre les deux domaines14. L’étude d’une discipline à l’interface du monde académique et de la sphère politique aurait pu, de même, enrichir l’analyse de la tension contradictoire entre autonomisation et demandes d’expertise sociale et politique comme le montre l’article récent de Brigitte Gaïti et Marie Scot sur la stratégie de construction disciplinaire de la science politique dans la France de l’après-guerre (Gaïti et Scot, 2017).

Principes de différenciation et frontières

14Ce dossier permet également d’appréhender, d’une part, les transformations des principes de différenciation entre disciplines et, d’autre part, les évolutions internes aux disciplines qui peuvent conduire au déplacement ou à la création d’associations disciplinaires. Sébastien Plutniak montre ainsi les difficultés disciplinaires rencontrées par deux entreprises de recherche ayant cherché à renforcer le caractère explicite et l’abstraction des procédures d’analyse en archéologie. De même, ces études laissent transparaître d’importantes variations nationales et temporelles dans les contenus disciplinaires : l’économie de Milhaud présentée par Marine Dhermy-Mairal et celle défendue par l’AEA dans l’article de Camila Orozco Espinel n’ont pas grand-chose à voir. Ainsi, si ces différents travaux sont centrés sur des cas particuliers, leur articulation permet de souligner le problème (classique pour les historiens mais souvent occulté par les épistémologues) de transférabilité des catégories d’analyse dans l’espace et le temps. La tentative de créer un sous-domaine dans une discipline par le « faire science », à l’instar de l’économie sociale dans la contribution de Marine Dhermy-Mairal, peut par ailleurs être distinguée de la démarche inverse des lettres modernes dans l’article de Lucile Dumont, consistant à s’émanciper des études littéraires traditionnelles par la promotion d’une théorie générale de la littérature.

Institutionnalisation et professionnalisation de disciplines

15Un troisième résultat qui ressort de la confrontation des articles de ce dossier est que l’étude des usages de la scientificité peut se révéler heuristique pour comprendre l’institutionnalisation et la professionnalisation des disciplines des sciences humaines et sociales. Si les opérations de l’AEA pour homogénéiser l’enseignement de la discipline sont constitutives du consensus invoqué par les économistes dans leurs revendications de scientificité, elles relèvent aussi d’une tentative pour renforcer la coupure avec le sens commun. Ces opérations s’inscrivent en effet dans l’élan de professionnalisation des sciences sociales étasuniennes de la seconde moitié du xxe siècle (Hughes et Schneewind, 1958 ; Hughes, 1963). L’analyse de Sébastien Plutniak sur Georges Laplace et Jean-Claude Gardin jette de même une lumière sur la période qui a vu la professionnalisation généralisée de la préhistoire, l’institutionnalisation des sciences de l’information et de la documentation, ainsi qu’un essor de la réflexion épistémologique en archéologie.

  • 15 Sur ce point voir également Feuerhahn, 2017, p. 9.

16L’analyse synchronique des études qui composent ce dossier met aussi en évidence que, pour dégager et appréhender les principes d’opposition qui structurent les définitions de la scientificité, l’échelle disciplinaire est souvent insuffisante. En effet, si d’importantes différences intradisciplinaires dans les définitions de la scientificité ressortent bien de ce type d’études, elles peuvent parfois masquer la convergence de certaines de ces conceptions entre plusieurs disciplines (certains sociologues peuvent revendiquer une conception de la scientificité plus fréquemment partagée par des historiens, ou à l’opposé par des économistes, que par les sociologues). L’étude des sciences humaines et sociales informe donc sur le pluralisme que renferme le terme de scientificité : son référent est loin d’être univoque, il peut notamment être associé selon les individus, les disciplines ou les espaces nationaux à la « modélisation », à la « théorisation », à la « réfutation » empirique, à la « quantification », à la « mathématisation », à la « compréhension » ou encore au « consensus », l’acception de chacun de ces termes variant également selon les contextes. De ce point de vue, ce dossier fournit un large spectre de conceptions de la scientificité et de leurs référentiels plus ou moins implicites en sciences humaines et sociales. Dans le cas des études littéraires, traité par Lucile Dumont, le rapport à la théorie est central dans les revendications pour l’autorité disciplinaire ; l’article de Camila Orozco Espinel montre que les efforts d’homogénéisation du diplôme de doctorat, entrepris par l’American Economic Association au sortir de la Seconde Guerre mondiale, ont contribué à la cristallisation du consensus sur le primat de la théorie, l’articulation théorie-empirie et la mathématisation qui nourrissent le sentiment de légitimité scientifique des économistes aujourd’hui ; l’article de Sébastien Plutniak souligne quant à lui l’enjeu de l’usage des mathématiques dans les tentatives de redéfinition de la pratique archéologique en tant qu’elle pourrait être scientifique. Pour finir, l’accusation de non-scientificité peut implicitement renvoyer à des critiques d’ordre politique : s’intéresser aux sciences sociales renseigne inversement sur les jugements politiques et moraux qui conditionnent la définition de la scientificité. Dans l’étude de Yann Renisio, le « scientifiquement correct » peut masquer des critiques en incorrection politique15.

17Au final, ces travaux nous semblent illustrer deux processus constitutifs de la légitimité scientifique. D’une part, le « faire science », c’est-à-dire la conformation à une définition dominante de la science, est l’indice des rapports de force entre agents du champ scientifique (individus, disciplines, établissements…). De l’autre, les « usages de la scientificité », c’est-à-dire la mobilisation de l’autorité scientifique pour accumuler des ressources académiques, économiques ou politiques, rendent compte de l’importance des enjeux externes pour comprendre l’activité scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Anderson, G. M., Ekelund, R. B. et Tollison, R. D., 1992, « Methodenstreit: The Economics of Competing Interests », European Journal of Political Economy, 8/3, p. 401-418.

Bourdieu, P., 1984, Homo academicus, Paris, Minuit.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Brian, E., 1994, La mesure de l’État, Paris, Albin Michel.

Campagnolo, G., 2011, Recherches sur la méthode dans les sciences sociales et en économie politique en particulier (Carl Menger, 1883), Paris, EHESS.

Carnino, G., 2015, L’invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Seuil.

Chapoulie, J.-M., 2005, « Un cadre d’analyse pour l’histoire des sciences sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 13, Nouveaux travaux en histoire de la sociologie, p. 99-126.

Feuerhahn, W., 2015, « Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences, Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften (1800-1918) » dans Pestre, D. (éd.), Histoire des sciences et des savoirs, t. 2, Modernité et globalisation, Paris, Seuil, p. 92-113.

Feuerhahn, W., 2017, « Les sciences humaines et sociales : des disciplines du contexte ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 30, Contextualiser : une pratique transdisciplinaire ?, p. 7-29.

Gaïti, B. et Scot, M., 2017, « Une science sans savants ? Les paradoxes de l’émergence de la science politique en France entre 1945 et 1968 », Revue française de science politique, 67, Pour une socio-histoire de la science politique, p. 13-42.

Gieryn, T. F., 1983, « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science: Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, 48/6, p. 781-795.

Gieryn, T. F., 1999, Cultural Boundaries of Science: Credibility on the Line, Chicago, Chicago University Press.

Heilbron, J., 2006, Naissance de la sociologie, Marseille, Agone.

Heilbron, J., 2015, French Sociology, Ithaca/Londres, Cornell University Press.

Hughes, E. C. et Schneewind, E. H., 1958, Men and Their Work, Glencoe, Free Press.

Hughes, E. C., 1963, « Professions », Daedalus, 92/4, The Professions, p. 655-668.

Kant, E., 1935, Le conflit des facultés en trois sections (1798), Paris, Vrin.

Mariétan, J., 1901, Problème de la classification des sciences d’Aristote à St-Thomas, St-Maurice, Imprimerie St-Augustin.

Orain, O., 2015a, « Les “années 68” des sciences humaines et sociales », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 9-16.

Orain, O., 2015b, « Une fertilisation paradoxale ? Bilan historiographique de l’incidence de Mai 68 sur les transformations des sciences de l’homme et de la société dans les années 1960-1970 », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 243-294.

Orain, O., 2016, « Le rôle de la graphique dans la modélisation en géographie. Contribution à une histoire épistémologique de la modélisation des spatialités humaines », dans Blanckaert, C., Léon, J., Samain, D. (dir.), Modélisations et sciences humaines. Figurer, interpréter, simuler, Paris, L’Harmattan (Histoire des sciences humaines), p. 215-268.

Passeron, J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Piaget, J., 1967, « Le système de classification des sciences » dans id. (éd.), Logique et connaissance scientifique, Paris, Gallimard (Encyclopédie de La Pléiade, 22), p. 1151-1224.

Platt, J., 1976, Realities of Social Research: An Empirical Study of British Sociologists, Londres, Sussex University Press.

Popper, K. R., 1973, La logique de la découverte scientifique (1934), traduit par Nicole Thyssen-Rutten et Philippe Devaux, Paris, Payot.

Porter, T. M., 1997, Trust in Numbers: The Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press.

Quinon, M. et Saint-Martin, A., 2015, « Le maffesolisme, une “sociologie” en roue libre. Démonstration par l’absurde », Zilsel, en ligne : http://zilsel.hypotheses.org/1713.

Renisio, Y., 2015, « L’origine sociale des disciplines », Actes de la recherche en sciences sociales, 210, p. 10-27.

Renisio, Y., 2017, L’infortune des sciences sociales, thèse de doctorat sous la direction d’Éric Brian et Yves Gingras, EHESS.

Rey, R., 1994, « La classification des sciences (1750-1850) », Revue de synthèse, 115/1-2, p. 5-12.

Ross, D., 1979, The Origins of American Social Science. Context and Ideas, Cambridge, Cambridge University Press.

Steinmetz, G. (éd.), 2005, The Politics of Method in the Human Sciences: Positivism and Its Epistemological Others, Durham, Duke University Press.

Steinmetz, G., 2008, « Logics of History as a Framework for an Integrated Social Science », Social Science History, 32/4, p. 535-553.

Topalov, C., 2004, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“École de Chicago” en sociologie », dans Heilbron, J., Lenoir, R., Sapiro, G. (dir.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, p. 127-157.

Topalov, C., 2008, « Sociologie d’un étiquetage scientifique : urban sociology (Chicago, 1925) », L’Année sociologique, 58/1, p. 203-234.

Haut de page

Notes

1 On peut se référer ici à des travaux de synthèse sur l’histoire de la classification des sciences (Mariétan, 1901 ; Piaget, 1967 ; Rey, 1994), ou encore retrouver des indices de l’importance de ces enjeux de classification au xviie siècle dans un extrait du Bourgeois gentilhomme de Molière (reproduit dans Renisio, 2015), à la fin du xviiie dans la première partie du dernier ouvrage d’Emmanuel Kant (1935), analysé dans Bourdieu, 1984 et dans une étude sur le xixe siècle en Allemagne et en France (Feuerhahn, 2015).

2 Inversement, la requête « les sciences physiques sont » suggère : « Les sciences physiques et chimiques sont-elles complémentaires ? » et « que sont les sciences physiques ? ». Afin que nos historiques de recherche n'influencent pas les suggestions fournies par le moteur de recherche (google.fr), nous avons effectué nos requêtes, le 2 avril 2015, depuis un navigateur anonyme.

3 Le fameux « problème de la démarcation » identifié par Karl Raimund Popper dans La logique de la découverte scientifique (1934), traduit par Nicole Thyssen-Rutten et Philippe Devaux en 1973.

4 On peut prendre comme exemple le cas du raisonnement sociologique de Jean-Claude Passeron (1991) : l’auteur définit les sciences sociales selon un principe (science du cours du monde historique) qui les rend mécaniquement incompatibles avec les critères de la scientificité poppérienne (science de l’expérimentation). Mais ces partis-pris sont très discutables : pour une analyse critique de cette ouvrage au prisme de cette question, voir Feuerhahn, 2017 et Renisio, 2017, 19-29.

5 L’auteur insiste notamment sur les écueils présentistes, les risques d’essentialisation des représentations indigènes et sur l’importance, d’une part, de la prise en compte des variations des contenus et définitions disciplinaires dans l’espace et le temps et, d’autre part, des financeurs et commanditaires de recherche (Chapoulie, 2005).

6 Sur ce dernier point, voir également Ross, 1979.

7 Séminaire « Disciplines et scientificité » de l’EHESS organisé par les deux coordinateurs de ce numéro en 2015-2016 : http://enseignements-2015.ehess.fr/2015/ue/206/.

8 Sur le cas français dans « les années 1968 », voir : Orain, 2015a ; 2015b.

9 Pour un approfondissement sur ces enjeux, voir le dossier intégré à la traduction de l’ouvrage par Gilles Campagnolo (Campagnolo, 2011).

10 Pour un autre exemple récent d’établissement de périmètre intradisciplinaire, voir Quinon et Saint-Martin, 2015.

11 Sur cette question dans le cas de la géographie américaine des années 1950, voir Orain, 2016.

12 Ce qui ne veut pas dire que les contributions se limitent nécessairement à une seule de ces échelles.

13 Pour une étude des usages de la scientificité en physique voir, par exemple, Gieryn, 1983.

14 Nous renvoyons ici à la thèse de doctorat (en cours) de Paul Arnault, Une socio-histoire politique de la psychologie sociale en France (1870-1960), sous la direction de Johan Heilbron, EHESS.

15 Sur ce point voir également Feuerhahn, 2017, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Renisio et Camila Orozco-Espinel, « La science comme moteur de légitimité au xxe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 7-16.

Référence électronique

Yann Renisio et Camila Orozco-Espinel, « La science comme moteur de légitimité au xxe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2019, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/391 ; DOI : 10.4000/rhsh.391

Haut de page

Auteurs

Yann Renisio

Docteur en sociologie, EHESS, Centre Maurice-Halbwachs

Articles du même auteur

Camila Orozco-Espinel

Doctorante en sociologie, EHESS, Centre Maurice-Halbwachs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals