Navigation – Plan du site
Dossier

Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (xixe-xxe siècles) : une histoire invisible ?

Women’s careers in the humanities and social sciences (19th–20th centuries): an invisible history?
Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu
p. 11-24

Texte intégral

  • 1 Voir, entre autres, leurs deux articles fondateurs pour la sociologie du travail : Parsons, 1939 ; (...)
  • 2 Goode, par exemple, s’est particulièrement intéressé à ce type de professions, voir entre autres : (...)

1Les femmes ont-elles pu faire carrière dans les sciences avant les années 1960-1970 ? A priori non, du moins pas selon les cadres de la sociologie dite classique du travail. Si l’on prend les modèles définitionnels de Talcott Parsons ou de William Goode, par exemple, la carrière est la trajectoire professionnelle type qu’un travailleur doit suivre pour réussir selon les normes « communautaires » d’un métier donné1. Faire carrière consiste à passer, avec succès, un certain nombre d’étapes-clés qui manifestent une progression reconnue par les pairs d’une même profession, l’expression « gravir les échelons » incarnant bien cette façon de concevoir les processus de carrières. Dans la sociologie classique, la carrière est donc une évolution professionnelle visible, qui peut être retardée ou accélérée selon un axe prédéfini : le plan de carrière. En l’occurrence, les professions scientifiques se prêtent particulièrement bien à une analyse en ces termes, les échelons du succès étant remarquablement standardisés dans la « communauté académique » : l’obtention du doctorat, la reconnaissance par les pairs (publications, participations à des conférences, des sociétés savantes…), la nomination à un poste de maître de conférences, puis de professeur, de titulaire de chaire, etc.2.

  • 3 Pour un exemple d’étude globale qui envisage l’ensemble des processus ayant impacté les trajectoir (...)
  • 4 Ce texte n’utilise pas le langage épicène. Aussi, quand nous écrivons « historiennes », c’est bel (...)
  • 5 Il existe une littérature nombreuse sur ce sujet. Pour une vision d’ensemble : Hausen, 1986 ; Schi (...)
  • 6 Ce processus suivit une temporalité et des formes différentes suivant les pays et même, parfois, l (...)
  • 7 Condette, 2009, 240.
  • 8 Higher Education Act Amendments, 1972. Cette loi subordonna plus précisément l’obtention des fonds (...)
  • 9 Equal treatment directive, 1976.
  • 10 Ehrenreich et English, 2015 [1972]. La thèse d’un déclin unilatéral et tous azimuts de l’influence (...)
  • 11 La médicalisation de l’accouchement s’est d’abord traduite par l’augmentation des cas de mort d’ac (...)
  • 12 Pour une description et une critique classique de cette interprétation de l’évolutionnisme : Blaff (...)

2Si l’on suit cette définition, il semble donc assez évident que, sauf exceptions, les femmes n’ont pas pu mener de carrières scientifiques aux xixe-xxe siècles, du moins pas avant le décloisonnement des années 1970. Ce serait alors seulement que les universités auraient en effet commencé à embaucher des femmes, sous la pression des mouvements féministes, mais aussi, et peut-être surtout, en raison de la croissance massive des effectifs universitaires à l’échelle internationale et aux besoins concomitants de personnel formateur qui accélérèrent cette ouverture du recrutement3. Mais, avant cela, comme l’ont montré diverses historiennes4, le processus de professionnalisation des sciences qui s’était opéré au xixe siècle s’était au contraire accompagné d’un durcissement de ton et d’attitude vis-à-vis des femmes savantes, celles-ci étant alors exclues du monde académique et évincées de domaines dans lesquels leurs aptitudes scientifiques avaient auparavant été reconnues5. Pour commencer, la standardisation des règlements universitaires se traduisit dans la majorité des pays occidentaux par une interdiction d’inscription des étudiantes6. Ensuite, même si certaines parvenaient quand même à atteindre un niveau de formation suffisant, passant par des voies alternatives ou par les quelques institutions qui acceptaient de les éduquer, l’accès aux postes universitaires qualifiés leur était généralement interdit. En 1900 en France, par exemple, on relevait l’absence totale des femmes dans le personnel enseignant du supérieur7. Aux États-Unis, il fallut attendre 1972 pour qu’une loi soit votée qui obligeait les universités à accepter les femmes comme étudiantes et comme candidates8, tandis que la Communauté économique européenne adopta une mesure équivalente en 19769. Puis, il faut noter que les quelques filières où l’on avait précédemment admis que les femmes pussent faire carrière et exceller en science ont souvent été décrédibilisées par les milieux académiques des xixe-xxe siècles. Les métiers de moniales savantes et de sages-femmes, où les femmes avaient acquis une certaine reconnaissance, ont particulièrement été concernés par ce mouvement de disqualification. Concernant les sages-femmes, des analystes ont même parlé de « coup d’État » professionnel des gynécologues obstétriciens masculins10, un coup d’État nuisible, d’ailleurs, puisqu’en réduisant les matrones, autrefois expertes centrales du soin des femmes, à des assistantes mineures et en marginalisant leurs savoirs théoriques et pratiques, les gynécologues auraient dégradé la santé des patientes11. Enfin, last but not least, l’ère contemporaine apparaît comme un temps où les discours savants sur les limitations naturelles des femmes aux plans physique et intellectuel s’accentuèrent notablement. À partir du xixe siècle, ceux-ci ne se contentèrent en effet plus de pointer l’inconvenance du lien femme/science, mais insistèrent désormais surtout sur sa dangerosité. Une certaine interprétation du darwinisme joua – et joue toujours – ici un rôle qu’on a qualifié de matriciel, fournissant aux sciences exactes et sociales une théorie d’ensemble qui permettait, notamment, de justifier l’éviction des femmes savantes12. Car dans ce modèle, la gestion du rapport femmes/science n’était pas seulement présentée comme un problème individuel mais comme un enjeu collectif : une femme qui sollicitait exagérément son cerveau menaçait sa santé, mais également celle de l’espèce en contrariant les normes de la différenciation sexuelle et du cours de l’évolution.

  • 13 On considère habituellement que la seconde moitié du xixe siècle serait le temps des véritables «  (...)
  • 14 Ces expressions sont extrêmement fréquentes, notamment dans les titres des livres concernés. Voir (...)
  • 15 Von Oertzen, Rentezi et Watkins, 2013.
  • 16 Carroy, Edelman, Ohayon et Richard, 2005.
  • 17 Entre autres exemples, on pourra mentionner le cas de la famille Lombroso, où les filles contribuè (...)
  • 18 Von Oertzen, 2013.
  • 19 Pour un éclairage sur l’apport des « petites mains » en histoire, par exemple, voir : Zemon Davis, (...)

3Compte tenu de ces barrages discursifs (invalidation de la contribution scientifique des femmes, théorisation de leur nécessaire infériorité intellectuelle) et pratiques (freins mis à la formation et à l’emploi académiques), il est logique que les carrières de femmes scientifiques aient été extrêmement rares dans la période 1800-1970. Tâchant de réhabiliter la contribution des femmes à la fabrique des sciences contemporaines, les historiennes – mais aussi, d’ailleurs, les scientifiques elles-mêmes – se sont ainsi d’abord attelées à découvrir les « pionnières » et les « conquérantes »13, soit tous les cas de femmes qui, contre toute attente et malgré tous ces obstacles, sont parvenues à forcer les portes des bastions scientifiques et à monter les barreaux de l’échelle académique. Cette veine historiographique fonctionne dès lors sur le mode biographique et parfois hagiographique, puisqu’il s’agit de faire ressortir le caractère « extraordinaire » de ces parcours de femmes, qui, grâce à leur « génie » et à leur force de caractère, ont réussi à être l’exception confirmant la règle14. À côté de ces trajectoires individuelles hors-norme, des historiennes ont proposé d’élargir la focale « au-delà » du monde académique afin de mieux saisir ce qu’a pu être l’apport plus collectif des femmes à la construction des sciences15. Les femmes ayant été traditionnellement assignées à l’espace domestique, on s’est interrogé sur leurs capacités d’action dans ce cadre et, en particulier, sur la façon dont elles avaient influencé leurs maris, leurs fils ou leurs frères savants, en étant des « inspiratrices » voire des « collaboratrices » masquées de leur travail16, certaines familles pouvant être décrites comme de véritables entreprises collectives de science17. Dans la même lignée, le regard s’est également porté vers les cercles d’amateurs, où des femmes se sont souvent illustrées, participant, notamment, aux mouvements de récoltes d’information à large échelle (collecte d’échantillons botaniques, d’observations astronomiques, etc.). Certaines ont d’ailleurs joint les deux stratégies, tel le réseau nord-américain des « mères observatrices de bébés » des années 1890-1910, qui transformèrent leurs maisons en laboratoires sur l’enfance et leurs progénitures en sujets d’étude18. Un autre terrain où l’on s’est, enfin, employé à débusquer l’influence féminine est celui des « petites mains », partant du principe que certaines femmes qui ont travaillé au service de scientifiques – comme préparatrices, illustratrices, secrétaires, intendantes, etc. – n’ont pas seulement aidé mais parfois véritablement infléchi les lignes de recherches19.

  • 20 Pour une expérience pédagogique sur la façon dont la présentation de « femmes exemplaires » peut e (...)
  • 21 L’historiographie a ici longtemps été plus développée dans les pays anglophones, notamment. Pour d (...)
  • 22 Von Oertzen, Rentezi et Watkins, 2013 ; Opitz-Belakhal et Ruppel, 2018.

4L’intérêt de ces deux lignes historiographiques n’est pas en cause. L’étude des pionnières présente ainsi un intérêt stratégique évident. L’identification des héroïnes savantes de l’histoire des femmes a efficacement contribué à déconstruire les préjugés de genre en révélant que l’excellence scientifique existait aussi au féminin et en montrant que l’absence des femmes dans les récits classiques du progrès des sciences relevait plutôt d’un processus d’occultation misogyne que d’une réalité. Au-delà de son intérêt historique, la valorisation des « grandes dames » scientifiques a une portée politique et pédagogique certaine, diverses études prouvant que la possibilité de s’identifier à des figures féminines d’exception jouait un rôle clé dans la propension des jeunes filles à vouloir entamer des carrières en science20. À cet égard, il faut d’ailleurs noter que les noms de nombreuses pionnières restent encore à découvrir, en France particulièrement, où l’histoire des « grandes » femmes de science n’a pas toujours connu un développement aussi important que dans d’autres pays21. Quant aux études qui valorisent les contributions plus souterraines, elles ont non seulement le mérite de dévoiler l’ampleur du travail scientifique qui est accompli en sourdine par des femmes, mais elles ont aussi participé de l’ouverture des perspectives en histoire des sciences. L’image de l’époque contemporaine comme temps d’une professionnalisation à sens unique, où l’activité scientifique ne serait plus exercée que par des experts dans des laboratoires, a ainsi aujourd’hui fait long feu, laissant place à une vision plus intermodale des métissages entre pratiques profanes et savoirs établis, où il apparaît que des acteurs autrefois considérés comme « marginaux » (tels les patients ou… les femmes) ont en fait joué un rôle central22.

  • 23 Sur l’importance du xixe siècle pour la construction de la notion de « femme professionnelle », vo (...)

5Ceci étant, il semble qu’il manque, si l’on veut, une couche à ce modèle en iceberg, où les pionnières seraient la pointe et les diverses contributrices masquées le corps submergé. L’idée qu’avant une époque récente seules des femmes « extraordinaires » auraient tenté d’entrer dans la carrière académique a en effet parfois été un peu trop prise pour argent comptant. Insister sur l’exceptionnalité des pionnières est certes pertinent pour souligner l’héroïsme de celles qui ont osé braver l’establishment, mais c’est aussi un biais rhétorique. Car en portant l’accent sur les caractéristiques individuelles de ces parcours, la recherche s’est quelque peu privée d’étudier leurs traits communs ; elle s’est aussi insuffisamment interrogée sur les collectifs d’influence que ces femmes ont forgés entre elles ou sur les modalités et la diversité des relations professionnelles, intellectuelles et aussi personnelles sur lesquelles elles ont pu s’appuyer. Le mouvement d’ouverture académique des années 1970 n’est pas né de rien. Porté par des opportunités découlant des réalités économiques et des changements politiques, il a hérité, certes de l’influence de personnalités féminines fortes, mais aussi, plus largement, d’un mouvement d’ensemble de femmes qui s’efforçaient, depuis le xixe siècle, de forcer l’ouverture des milieux scientifiques et qui, petit à petit, avaient réussi à faire sauter les verrous de l’accession aux études et à l’emploi académique, au moins pour les postes subalternes23. Entre les amatrices hors académie et les « grandes dames » de l’université, il existe donc tout un entre-deux de trajectoires à explorer, des trajectoires de femmes qui ont, certes, mené des carrières ni si visibles ni si exceptionnelles que celle d’une Marie Curie, mais qui n’en ont pas moins contribué à faire évoluer les standards de la profession.

  • 24 Pour une réflexion d’ensemble sur les théories sociologiques d’une « carrière » au sens large, voi (...)
  • 25 Bucher et Strauss, 1961 ; Strauss et al., 1963.

6C’est cet entre-deux que ce numéro propose d’interroger, dans la double lignée du renouvellement des perspectives sur l’histoire des femmes et sur les carrières scientifiques. Les cinq articles et le document commenté que nous avons rassemblés ont ainsi pour objet de donner à voir l’éventail des stratégies qui ont été mobilisées par des femmes pour investir professionnellement les disciplines des sciences humaines et sociales en amont de la démocratisation universitaire de la fin du xxe siècle. « Professionnellement », dans le sens où il s’agit de comprendre comment des femmes ont cherché à se ménager des espaces où elles étaient reconnues, à un titre ou un autre, comme expertes scientifiques, et où elles étaient officiellement rémunérées comme telles, que ces espaces se soient trouvés dans le monde académique ou pas. Car, on l’a vu, si la définition classique de la profession scientifique met les femmes sur la touche puisque la voie royale de l’université leur a longtemps été barrée, d’autres sociologies ont depuis nuancé ce modèle. Les interactionnistes ont en particulier souligné qu’il fallait, pour comprendre l’évolution des cadres professionnels, savoir tenir compte des facteurs de changement, de la façon dont les critères d’une « bonne carrière » pouvaient se modifier sous l’influence, notamment, du comportement de nouveaux acteurs et/ou de nouveaux secteurs d’activité24. Or cette vision de la fluidité et de l’historicité des standards professionnels est nettement plus adaptée pour saisir comment les femmes ont commencé à « faire carrière » en science. Toutes les femmes qui ont souhaité travailler comme savantes étaient, par définition, de nouvelles actrices du métier scientifique. Elles formaient ce qu’Anselm Strauss appelle un « segment » de métier non conventionnel, un segment qui dut non seulement s’efforcer de saisir des opportunités de carrières mais aussi littéralement inventer ses propres débouchés pour subsister25. Pour approcher les carrières scientifiques féminines, il ne suffit dès lors pas de scruter les voies professionnelles habituelles : il faut élargir l’étude vers d’autres domaines d’activité. De même, il peut être trompeur de partir du principe que les contraintes ont toujours forcément freiné l’ascension des femmes : il faut aussi être attentif aux marges d’invention et aux lieux dans lesquels elles ont parfois pu, avec succès, contribuer à redéfinir les contours de la réussite scientifique.

  • 26 Pellegrin, 2006, 12-13. Signalons ici, pour le cas de la France, l’étude de Martine Sonnet sur les (...)
  • 27 Temkin, 1977.

7Sur ce sujet, si beaucoup reste à faire pour les sciences dites exactes, le champ des sciences humaines et sociales demeure davantage inexploré26. C’est pourquoi, plutôt que de nous centrer sur une spécialité, nous avons fait ici le choix de la pluralité, en envisageant ce territoire de façon large, sur le plan disciplinaire et géographique, afin de voir si des tendances d’ensemble se dégageaient dans cet espace du savoir. Clémence Cardon-Quint explore ainsi les carrières de femmes professeures de français de la Libération aux années 1980 ; Nicolas Ginsburger celles des géographes dans l’espace germanophone (Allemagne, Autriche, Suisse alémanique) de 1897 à 2018 ; Lucie Bégert, Izel Demirbas et Aude Fauvel s’intéressent aux premières femmes médecins suisses (la médecine étant ici envisagée dans sa dimension « janusienne » de science à la fois biologique et humaine27) ; Annick Ohayon retrace les itinéraires de plusieurs femmes psychologues en France des années 1930 aux années 1960 ; Noemi Pizarroso Lopèz suit le parcours d’une psychologue et indianiste française (Marinette Dambuyant, 1907-2001) et Marianne Lemaire celui d’une ethnologue d’origine polonaise installée en France (Deborah Lifchitz, 1907-1942).

8L’ensemble ne prétend pas, bien sûr, à l’exhaustivité. Toutefois, il nous semble que l’intérêt de cette diversité est précisément de faire ressortir combien les expériences des premières femmes qui ont tenté de faire carrière en sciences humaines partagent de points communs, au-delà des différences de disciplines, d’ancrages géographiques et, même, de périodisation.

  • 28 Jeanpierre, 2016.
  • 29 Pour des éléments comparatifs sur les carrières des premières femmes géographes dans d’autres pays (...)
  • 30 Pour une analyse similaire du rôle des étrangères à l’EPHE, voir Graceffa, 2016.

9Premier constat : le poids des conjonctures politiques et économiques (guerres, pénuries de personnel suite à la massification des effectifs universitaires, etc.) et des effets d’opportunités (et d’opportunisme !) dans l’émergence de niches pour des carrières de femmes. Laurent Jeanpierre a suggéré que les femmes avaient peut-être parfois pu entrer plus facilement dans les sciences humaines et sociales, parce que, plus jeunes, ces disciplines n’accordaient pas autant d’importance à l’obtention de titres (l’agrégation, le doctorat) que les filières anciennes, comme le droit ou les lettres28. Notre dossier invite à nuancer cette hypothèse, dans le sens où il fait davantage saillir le rôle de la nouveauté institutionnelle que celui de la nouveauté disciplinaire. Les Suisses choisirent, par exemple, d’aller a contrario de leurs voisins et d’accueillir largement les femmes dans les études supérieures dès les années 1860 – notamment en médecine, discipline ancienne s’il en est – parce que leurs universités étaient nouvelles et qu’elles avaient un besoin crucial d’étudiants. Il n’empêche, ceci permit à des femmes du monde entier d’y obtenir un doctorat et de pouvoir ensuite exercer comme médecins dans leurs pays d’origine. De façon analogue, la crise des vocations de professeurs de lettres du secondaire incita l’État français à recruter plus de femmes à partir des années 1950. Mais, là aussi, les femmes utilisèrent cette occasion pour s’établir durablement dans la profession. En Allemagne, l’exemple de la géographie met en exergue l’impact des deux conflits mondiaux qui, vidant les universités de leurs étudiants et professeurs masculins, forcèrent également un renouveau institutionnel, permettant aux femmes de devenir étudiantes et, pour quelques-unes, d’accéder à des postes académiques29. En outre, les femmes n’ont pas seulement su saisir des opportunités locales dans leur recherche d’emploi : les femmes savantes des xixe-xxe siècles étaient souvent plurilingues, mobiles et inscrites dans des parcours internationaux. Les géographes allemandes ont ainsi investi l’ensemble des territoires germanophones (Allemagne, Autriche, Suisse). De même, il est significatif que beaucoup des premières femmes médecins travaillant en Suisse étaient d’origine étrangère, ou que de nombreuses femmes psychologues de France étaient issues des minorités juives d’Europe de l’est, ce qui correspond aussi au profil de l’ethnologue Deborah Lifchitz30.

  • 31 Il existe une bibliographie nombreuse sur l’impact de la famille et de la Fondation Rockefeller su (...)

10Second constat : les femmes ont recouru à de multiples voies alternatives pour contourner les blocages de l’emploi universitaire. Clémence Cardon-Quint confirme que de nombreuses femmes diplômées du supérieur ont opté pour l’enseignement secondaire. Mais, outre ce secteur, les autres articles dévoilent surtout le poids déterminant et moins connu des possibilités ouvertes par le privé. En dehors de l’étude de quelques gros organismes, tels que la Fondation Rockefeller31, l’impact des institutions privées sur la recherche et l’emploi scientifiques a encore peu attiré l’attention des historiens des sciences. Or l’exemple des femmes révèle que ce secteur a pourtant joué un rôle essentiel dans la redéfinition contemporaine des profils de carrière scientifique, y compris pour les sciences humaines et sociales. En Suisse, les cliniques et les sanatoriums ont visiblement été plus ouverts aux candidatures féminines que les hôpitaux publics, n’hésitant pas, dans certains cas, à nommer des femmes médecins à des fonctions de direction ; sans compter que certaines y parvinrent aussi à fonder leurs propres établissements. Mais cette observation vaut aussi pour d’autres disciplines. De nombreuses géographes allemandes ont, par exemple, trouvé des emplois dans des cabinets d’urbanisme, tandis que des psychologues françaises du travail se sont tournées vers les cabinets de recrutement. De façon similaire, les organismes de la SDN puis de l’ONU – qui géraient certes des fonds publics, mais qui n’étaient pas concernés par les restrictions des réglementations professionnelles nationales – ont plus facilement embauché des femmes spécialistes de sciences humaines, des ethnologues, notamment, recrutées par l’Unesco pour leurs connaissances de l’étranger. Or ces débouchés alternatifs ne procurèrent pas seulement aux femmes de quoi gagner leur vie. Ils leur permirent aussi d’entériner leur présence dans le monde du travail et de faire reconnaître leurs compétences d’expertes. Le privé constitua ainsi souvent un tremplin qui permit à certaines d’être admises sur le terrain académique dans un second temps, comme le prouvent de nombreux itinéraires de psychologues, de géographes, d’ethnologues et de femmes médecins présentés dans ce numéro.

  • 32 Notamment Schiebinger, 1991, 1993, 1999 et 2014.
  • 33 Proctor et Schiebinger, 2008.
  • 34 L’objectif 3, « promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », des Objectifs du (...)
  • 35 Sur ce sujet, voir également : Charle, 1999, 95-96.
  • 36 Selon « l’effet Matilda », un article signé par un homme (Matthew) a plus de chance d’être publié (...)

11Troisième et dernier constat : même quand des femmes réussirent à s’établir dans des carrières alternatives, leurs contributions scientifiques furent minimisées et, même, occultées, les sciences humaines et sociales ne se distinguant pas ici des autres espaces du savoir. Car si les articles de ce dossier insistent sur la façon dont les femmes ont su transformer des contraintes en opportunités – par leur capacité à dénicher et à susciter des débouchés en dehors des circuits académiques standards ou à faire d’un sujet considéré comme secondaire (la géographie appliquée ou scolaire, la psychologie des enfants et du travail, la médecine des femmes, etc.) une thématique spécialisée de premier plan – ils dévoilent aussi combien tout cela a ensuite été invisibilisé. Dans la lignée de ses nombreux travaux sur l’histoire des femmes savantes32, l’historienne Londa Schiebinger a proposé, avec Robert Proctor, d’utiliser le mot « agnotologie » pour désigner tous les processus d’oubli, délibérés ou non, qui contribuent à (dé)former l’écriture de l’histoire des sciences33. En l’occurrence, les histoires de carrières de femmes en sciences humaines et sociales sont grevées d’agnotologie. Sur le plan collectif, deux articles démontrent qu’il faut repenser le sens des processus de féminisation, puisque ceux-ci, loin de toujours entraîner une valorisation des compétences des femmes, ont parfois eu pour effet paradoxal de renforcer au contraire les hiérarchies genrées. D’après Clémence Cardon-Quint, en France, la banalisation du choix de l’enseignement secondaire pour les femmes a ainsi contribué à éteindre le militantisme des enseignantes après la Libération, ramenant le syndicalisme vers la norme d’un univers largement dominé par des figures masculines, et ce, même après la vague féministe des années 1970. En d’autres termes, l’acquis de la mixité a joué un rôle de leurre, les femmes cessant de s’interroger sur les inégalités de traitement, alors même qu’il persistait un fort « plafond de verre », tous les postes de commande et d’inspection demeurant aux mains des hommes. Lucie Bégert, Izel Demirbas et Aude Fauvel notent de même que la féminisation pionnière des études de médecine qui s’initia en Suisse dès la fin du xixe siècle, n’a pas pour autant été accompagnée d’une ouverture de l’emploi, certains médecins ayant été d’autant plus enclins à barrer la route aux femmes dans leur profession qu’ils avaient constaté durant leurs études qu’elles pouvaient efficacement les concurrencer. Contrairement à un lieu commun, véhiculé, par exemple, par l’ONU34, l’augmentation du nombre de femmes diplômées ne se traduit donc pas forcément par une hausse de leur proportion dans les professions qualifiées, ni par la reconnaissance de leurs aptitudes intellectuelles35. Par ailleurs, outre ces nuances apportées aux représentations trop optimistes de l’histoire globale des mouvements de féminisation, les articles font ressortir la diversité des mécanismes plus quotidiens de l’occultation du travail réalisé par les femmes. On y découvre, sans surprise, les partis-pris des publications scientifiques et de leur validation. Le cas suisse indique ainsi que des femmes médecins ont produit des best-sellers extrêmement influents dans la première moitié du xxe siècle. Toutefois, ces ouvrages ayant été publiés par des maisons d’édition dites grand public, ils n’ont dès lors pas été pris en compte par les historiens de la médecine. Par ailleurs, beaucoup d’autres femmes n’ont quant à elles pu publier que sous tutelle d’un « grand » scientifique ou d’une équipe comprenant des hommes, comme Mathilde Angenout épouse Piéron (1878-1969), que l’on édita seulement sous le nom de « Madame Piéron », ce qui contribua à son effacement ultérieur, les historiens ayant amalgamé ses recherches – par ailleurs très variées – à celles de son mari. Mais outre ce jeu classique de l’« effet Matilda36 » qui pèse aujourd’hui toujours sur la reconnaissance des travaux écrits par des femmes, on observe également des formes plus pernicieuses, car intériorisées, de dévalorisation. Marinette Dambuyant et Deborah Lifchitz, sont des cas particulièrement révélateurs de ce point de vue, ces deux femmes ayant notablement minimisé la valeur de leurs recherches, alors même que des scientifiques d’envergure – Ignace Meyerson pour l’une, Marcel Griaule pour l’autre – ne cessaient de louer leurs mérites.

  • 37 L’expression est de Regina Morantz-Sanchez qui distingue deux formes principales de stratégies de (...)
  • 38 Pellegrin, 2006, 11.
  • 39 Smith, 1998.
  • 40 Une expression utilisée par Felicia Gordon, qui note que la première femme à avoir obtenu le droit (...)

12À la question initiale – les femmes ont-elles pu faire carrière dans les sciences humaines et sociales avant 1970 ? – la réponse est donc oui. Car si peu d’élues parvinrent à suivre le tracé normé de la voie académique avant une époque récente, les articles de ce dossier montrent que beaucoup plus de femmes réussirent en revanche à s’inscrire dans des débouchés alternatifs et contribuèrent, ce faisant, à élargir l’horizon de la recherche et des formes de l’emploi scientifiques. Les stratégies des femmes ont été multiples et fréquemment superposées, certaines pouvant se placer sous la tutelle d’un homme (leur mari par exemple) pour collaborer aux recherches et à l’enseignement universitaires (souvent de façon masquée), tout en suivant ailleurs et dans le même temps une logique plus « séparatiste37 », en ouvrant, par exemple, des cabinets de pratique privée ou en soutenant des réseaux féministes militants. Même si l’on peut dire, à gros traits, que la période contemporaine est marquée par un passage progressif d’un statut de mineures scientifiques à celui d’alter ego savants, étudier les trajectoires des femmes dans les sciences humaines et sociales sous l’angle de la carrière invite donc à relativiser cette image d’une progression unilatérale. Les féminisations ont été contrastées, les évolutions ont été peu linéaires et traversées de retours en arrière. Sans compter que des femmes ont parfois été prêtes à faire feu de tout bois pour réussir, n’hésitant pas à se montrer opportunistes et à varier les tactiques, ce qui complexifie encore le tableau. Ceci étant, si quelques femmes sont ainsi parvenues à accéder à des postes haut placés, comme Juliette Favez-Boutonnier, finalement couronnée par une chaire de psychologie générale à Paris en 1955, ou Anna Fischer-Dückelmann, directrice d’un sanatorium suisse et auteure de best-sellers à la Belle Époque, ces succès ne doivent pas masquer les silences de l’histoire ou les récits d’échecs. S’intéresser aux carrières des premières professionnelles des sciences humaines et sociales, c’est aussi découvrir de nombreux exemples de vies déçues, comme celle de Deborah Lifchitz, déportée à Auschwitz pour avoir cru que son travail d’ethnologue la protégerait des lois vichyssoises sur le statut des Juifs, ou de Marie de Thilo, qui échoua à l’Armée du Salut à Zurich après un parcours raté de médecin. Et c’est également se confronter aux partis-pris des historiens et des… femmes, les « trous de mémoire38 » de l’histoire des sciences ne s’expliquant pas seulement par les partis-pris genrés de ceux qui l’écrivent39, mais aussi, parfois, par l’auto-aliénation des actrices elles-mêmes, dont certaines ont plus ou moins consciemment participé à leur « mise en oubli40 ».

  • 41 Abir-Am et Outram, 1989.
  • 42 Voir l’appel de 440 historiennes françaises, « Mettons fin à la domination masculine en histoire », (...)
  • 43 Mitchell, 1966.

13L’envergure de ce numéro est, bien sûr, modeste et laisse en suspens de nombreuses questions, comme celles de l’analyse plus fine des contenus à la fois théoriques et thématiques des productions scientifiques féminines en sciences humaines, de l’intersectionnalité, des « arbitrages » entre vie privée et sphère professionnelle41, ou du rôle des réseaux féministes dans l’évolution des carrières, qui sont, notamment, peu abordées par les auteurs. Nous espérons néanmoins qu’il contribuera à attirer l’attention sur l’importance du travail qui demeure à faire pour rendre visible l’apport des femmes à la fabrique des sciences humaines et sociales. L’absence remarquée et remarquable – dans le mauvais sens du terme – des historiennes dans les prix des Rendez-vous de l’histoire de Blois42 illustre qu’il n’est toujours pas suffisant de « faire carrière » pour être aujourd’hui reconnue dans le domaine. La « révolution est longue43 » et la mulier academica continue d’être frappée d’une agnotologie qui la touche au présent comme au passé. Plutôt que de s’en désoler, il convient d’en démonter les mécanismes et d’en montrer l’absurdité : privée de femmes, l’histoire des sciences perd de son intelligibilité, tant en sciences dures qu’en sciences humaines.

Haut de page

Bibliographie

Abir-Am, P. G. et Outram, D. (éd.), 1989, Uneasy Careers and Intimate Lives: Women in Science, 1789-1979, New Brunswick, Rutgers University Press.

Bamberger, Y. M., 2014, « Encouraging Girls into Science and Technology with Feminine Role Model: Does This Work? », Journal of Science Education and Technology, 23/4, p. 549-561.

Bard, C. (éd.), 1999, Un siècle d’antiféminisme, Paris, Fayard.

Blaffer Hrdy, S., 2002, La femme qui n’évoluait jamais, Paris, Payot & Rivages (1re éd. en anglais, 1981).

Bucher, R. et Strauss, A., 1961, « Professions in Process », American Journal of Sociology, 66/4, p. 325-334.

Charle, C., 1999, « Les femmes dans l’enseignement supérieur. Dynamiques et freins d’une présence 1946-1992 », dans Duclert, V., Fabre, R. et Fridenson, P. (éd.), Avenirs et avant-gardes en France xixe-xxe siècles. Hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, p. 84-105.

Charle, C., 2013, « Jalons pour une histoire transnationale des universités », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, 121, p. 21-42.

Coffin, J.-C., 2005, « Science et parcours féminin en 1900 : l’exemple des sœurs Lombroso », dans Carroy, J., Edelman, N., Ohayon, A. et Richard, N. (éd.), Les femmes dans les sciences de l’homme (xixe-xxe siècles) : inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Seli Arslan, p. 173-191.

Clark, L. L., 2008, Women and Achievement in Nineteenth-Century Europe, Cambridge, Cambridge University Press.

Carroy, J., Edelman, N., Ohayon, A. et Richard, N. (éd.), 2005, Les femmes dans les sciences de l’homme (xixe-xxe siècles) : inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Seli Arslan.

Condette, J.-F., 2009, « Des cervelines aux professeurs : la difficile intégration des femmes dans le personnel enseignant des universités françaises au xxe siècle », dans Barrière, J.-P. et Guignet, Ph. (éd.), Les femmes au travail dans les villes en France et en Belgique du xviiie au xxe siècles, Paris, L’Harmattan, p. 237-274.

Darmon, M., 2008, « La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation », Politix, 2 (82), p. 149-167.

Dauphin, C., 2006, « Les historiennes dans la recherche collective. Le cas du centre de recherches historiques dans la deuxième moitié du xxe siècle », dans Pellegrin, N. (éd.), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne, p. 113-124.

Dauphin, C., 2011, « Petites mains et grandes enquêtes », Genre & Histoire, 8, Voyageuses et histoire(s) 1/2, en ligne : https://journals.openedition.org/genrehistoire/1152 (consulté le 17 octobre 2019).

Ehrenreich, B. et English, D., 2015, Sorcières, sages-femmes et infirmières : une histoire des femmes soignantes, Paris, Cambourakis (1re éd. en anglais, 1972).

Fildes, V., Marks, L. et Marland, H. (éd.), 1992, Women and Children First: International Maternal and Infant Welfare, 1870-1945, Londres, Routledge.

Gill, G., 2004, Nightingales: The Extraordinary Upbringing and Curious Life of Miss Florence Nightingale, New York, Ballantine Books.

Ginsburger, N., 2015, « Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928) », Cybergeo: European Journal of Geography, en ligne : https://journals.openedition.org/cybergeo/27138 (consulté le 20 novembre 2019).

Ginsburger, N., 2016, « Le quart féminin des géographes : dynamiques et limites de la féminisation dans la géographie universitaire française et internationale (1928-1938) », Revue d’histoire des sciences humaines, 29, p. 213-248.

Ginsburger, N., 2017a, « Portrait en groupe de femmes-géographes. La féminisation du champ disciplinaire au milieu du xxe siècle, entre effets de contexte et de structure (1938-1960) », Annales de géographie, 713, p. 107-133.

Ginsburger, N., 2017b, « Femmes en géographie au temps des changements. Féminisation et féminisme dans le champ disciplinaire français et international (1960-1990) », L’Espace géographique, 3, p. 236-263.

Goode, W., 1957, « Community Within a Community: The Professions », American Sociological Review, 22, p. 194-200.

Goode, W., 1960, « Encroachment, Charlatanism, and the Emerging Profession: Psychology, Sociology and Medicine », American Sociological Review, 25, p. 902-914.

Gordon, F., 2013, Constance Pascal (1877-1937). Authority, Femininity and Feminism in French Psychiatry, Londres, University of London/Institute of Germanic & Romance Studies, vol. 8.

Graceffa, A., 2016, « Médiévistes, femmes et étrangères : des pionnières de l’EPHE, Gertrude Schoepperle, Olga Dobiahce-Rojdestvensky et Rita Lejuene », dans Molinier, P., Rogers, R. et Rodriguez, M.S. (éd.), Les femmes dans le monde académique : perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 15-29.

Hamlin, K. A., 2014, From Eve to Evolution. Darwin, Science, and Women’s Rights in Gilded Age America, Chicago, University of Chicago Press.

Hausen, K., 1986, « Warum Männer Frauen zur Wissenschaft nicht zulassen wollten », dans Hausen, K. et Nowotny, H. (éd.), Wie männlich ist die Wissenschaft ?, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1986, p. 31-40.

Jarausch, K. H. (éd.), 1983, The Transformation of Higher Learning, 1860-1930: Expansion, Diversification, Social Opening, and Professionalization in England, Germany, Russia, and the United States, Stuttgart, Klett-Cotta.

Jeanpierre, L., 2016, « L’aventure des sciences de l’homme », dans Charles, C. et Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle, Paris, Seuil, p. 139-166.

Lincoln, A. E., Pincus, S., Bandows Koster, J. et Leboy, P. S., 2012, « The Matilda Effect in Science: Awards and Prizes in the US, 1990s and 2000s », Social Studies of Science, 42/2, p. 307-320.

Marland, H. et Rafferty, A.-M. (éd.), 1998, Midwives, Society and Childbirth. Debates and Controversies in the Modern Period, Londres, Routledge.

Mitchell, J., 1966, « The Longest Revolution », New Left Review, 40, p. 11-27.

Molinier, P., Rogers, R. et Rodriguez, M.S. (éd.), 2016, Les femmes dans le monde académique : perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Morantz-Sanchez, R. A. M., 1985, Sympathy and Science: Women Physicians in American Medicine, New York, Oxford University Press.

Von Oertzen, C., 2013, « Science in the Cradle: Milicent Shinn and Her Home-Based Network of Baby Observers, 1890–1910 », Centaurus, 55/2, p. 175-195.

Von Oertzen, C., Rentezi, M. et Watkins, E. S., 2013, « Finding Science in Surprising Places: Gender and the Geography of Scientific Knowledge. Introduction to special issue “Beyond the Academy: Histories of Gender and Knowledge” », Centaurus, 55/2, p. 73-80.

Ogilvie, M. B. et Harvey, J. D. (éd.), 2000, The Biographical Dictionary of Women in Science: Pioneering Lives from Ancient Times to the Mid-20th Century, New York, Routledge.

Olsen, O. et Clausen, J. A., 2012, « Planned hospital birth versus planned home birth », Cochrane Database of Systematic Reviews, 9, https://doi.org/10.1002/14651858.CD000352.pub2 (consulté le 10 octobre 2019).

Opitz-Belakhal, C. et Ruppel, S., 2018, « Wissenschaffen – editorial », L’Homme. Europäische Zeitschrift für Feministische Geschichtswissenschaft, 29/1, p. 9-14.

Parsons, T., 1939, « The professions and social structure », Social Forces, 17, p. 457-467.

Peiffer, J., 2017, « Sciences », dans Bard, C. (éd.), Dictionnaire des féministes, France xviiie-xxie siècle, Paris, PUF, p. 1314-1316.

Pellegrin, N., 2006, « En guise de préface. Marie Stuart, Tacite et quelques silences. Aperçus sur l’histoire des activités (d’)historiennes », dans ead (éd.), Histoires d’historiennes, Saint-Étienne, Publications de l’Université Saint-Étienne, p. 9-19.

Proctor, R. N. et Schiebinger, L. (éd.), 2008, Agnotology: The Making and Unmaking of Ignorance, Stanford, Stanford University Press.

Rossiter, M. W, 1982, Women Scientists in America: Struggles and Strategies to 1940, vol. 1, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Rossiter, M. W., 1993, « The Matthew/Matilda Effect in Science », Social Studies of Science, 23/2, p. 325-341.

Rossiter, M. W, 1995, Women Scientists in America: Before Affirmative Action, 1940-1972, vol. 2, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Rossiter, M. W, 2012, Women Scientists in America: Forging a New World since 1972. vol. 3, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Schiebinger, L., 1991, The Mind Has No Sex?: Women in the Origins of Modern Science, Cambridge, Harvard University Press.

Schiebinger, L., 1993, Nature’s Body: Gender in the Making of Modern Science, Boston, Beacon Press.

Schiebinger, L., 1999, Has Feminism changed Science?, Cambridge, Harvard University Press.

Schiebinger, L. (éd.), 2014, Women and Gender in Science and Technology, Londres/New York, Routledge/Taylor & Francis Group, 4 vol.

Semmelweis, I., 1983 [1861], Etiology, Concept and Prophylaxis of Childbed Fever [traduction du texte original allemand], Madison, University of Wisconsin Press.

Smith, B., 1998, The Gender of History. Men, Women and Historical Practice, Cambridge, Harvard University Press.

Thébaud, F., 2007, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Paris, ENS Éditions.

Sonnet, M., 2019, « Faire de la recherche son métier ? Les “sciences humaines” à la Caisse nationale des sciences (1930-1939) », Revue d’histoire des sciences humaines, 34, p. 97-124.

Strauss, A. et Schatzman, L., Ehrlich, D., Bucher, R. et Sabshin, M., 1963, « The hospital and its negotiated order », dans Freidson, E. (éd.), The Hospital in Modern Society, New York, Free Press of Glencoe, p. 147-169.

Temkin, O., 1977, The Double Face of Janus and Other Essays in the History of Medicine, Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press.

Zemon Davis, N., 1992, « Women and the World of Annales », History Workshop Journal, 33, p. 121-137.

Haut de page

Notes

1 Voir, entre autres, leurs deux articles fondateurs pour la sociologie du travail : Parsons, 1939 ; Goode, 1957.

2 Goode, par exemple, s’est particulièrement intéressé à ce type de professions, voir entre autres : Goode, 1960. Pour des éléments comparatifs sur la notion de « carrière scientifique » et sur la façon dont elle a pu être appliquée aux femmes dans différents contextes internationaux et historiques, voir Molinier, Rogers et Rodriguez, 2016.

3 Pour un exemple d’étude globale qui envisage l’ensemble des processus ayant impacté les trajectoires de femmes en sciences (tous types confondus) sur une longue durée (xixe-xxie siècles), le travail de Margaret Rossiter demeure la référence : Rossiter, 1982, 1995 et 2012.

4 Ce texte n’utilise pas le langage épicène. Aussi, quand nous écrivons « historiennes », c’est bel et bien ici dans un sens féminisé, les références citées ayant toutes été écrites par des femmes.

5 Il existe une littérature nombreuse sur ce sujet. Pour une vision d’ensemble : Hausen, 1986 ; Schiebinger, 1991, 245-264 ; Peiffer, 2017.

6 Ce processus suivit une temporalité et des formes différentes suivant les pays et même, parfois, les situations régionales (comme en Suisse, avec des transformations cantonales spécifiques d’un certain nombre d’académies en universités). Malgré tout, quelles que soient les modalités, les sociologues et les historiens de l’éducation s’accordent à dire que l’ensemble des universités occidentales subit un tournant au cours du xixe siècle, marqué par un processus de professionnalisation, incluant l’adoption et la standardisation de règlements spécifiant, entre autres, les conditions des études et du recrutement (sur ces sujets : Jarausch, 1983 ; Charle, 2013).

7 Condette, 2009, 240.

8 Higher Education Act Amendments, 1972. Cette loi subordonna plus précisément l’obtention des fonds fédéraux alloués aux établissements d’éducation supérieure à l’adoption de mesures pour lutter contre la discrimination des femmes dans les études et à l’embauche. Cet amendement à la loi sur l’éducation a été obtenu à la suite de mobilisations féministes qui firent remarquer que la loi générale sur la protection des droits civils (Civil Rights Act) adoptée en 1964 ne s’étendait pas au domaine académique (Rossiter, 2012, XV-XVIII).

9 Equal treatment directive, 1976.

10 Ehrenreich et English, 2015 [1972]. La thèse d’un déclin unilatéral et tous azimuts de l’influence des sages-femmes a depuis été nuancée, voir par exemple : Fildes, Marks et Marland, 1992 ; Marland et Rafferty, 1998.

11 La médicalisation de l’accouchement s’est d’abord traduite par l’augmentation des cas de mort d’accouchées par maladies nosocomiales et de décès d’enfants par utilisation inadaptée de forceps (l’étude d’Ignaz Semmelweis demeure ici classique : Semmelweis, 1983 [1861]). Certains praticiens et historiens estiment aussi que les normes initiées au xixe siècle de l’hospitalisation systématique des parturientes et de l’invalidation inverse des accouchements à domicile accompagnés par des sages-femmes sont à l’origine de « l’épidémie » actuelle de césariennes et de ses effets d’ensemble négatifs (pour une évaluation d’ensemble de la prise en charge actuelle de l’accouchement, voir par exemple : Olsen et Clausen, 2012).

12 Pour une description et une critique classique de cette interprétation de l’évolutionnisme : Blaffer Hrdy, 2002 [1981] ; pour une analyse de la façon dont des femmes critiquèrent cette interprétation dès le xixe siècle et la renversèrent, en proposant au contraire une interprétation féministe du darwinisme qui justifiait l’émancipation des femmes et leur présence dans les sciences : Hamlin, 2014.

13 On considère habituellement que la seconde moitié du xixe siècle serait le temps des véritables « pionnières », tandis que les « conquérantes », un peu plus nombreuses, auraient marqué la première moitié du xxe siècle.

14 Ces expressions sont extrêmement fréquentes, notamment dans les titres des livres concernés. Voir par exemple : Ogilvie et Harvey, 2000 ; Gill, 2004, entre autres très nombreux exemples.

15 Von Oertzen, Rentezi et Watkins, 2013.

16 Carroy, Edelman, Ohayon et Richard, 2005.

17 Entre autres exemples, on pourra mentionner le cas de la famille Lombroso, où les filles contribuèrent notablement à asseoir l’œuvre du père (Coffin, 2005).

18 Von Oertzen, 2013.

19 Pour un éclairage sur l’apport des « petites mains » en histoire, par exemple, voir : Zemon Davis, 1992 ; Dauphin, 2006 et 2011.

20 Pour une expérience pédagogique sur la façon dont la présentation de « femmes exemplaires » peut encourager les filles à se diriger vers des carrières scientifiques, voir par exemple : Bamberger, 2014.

21 L’historiographie a ici longtemps été plus développée dans les pays anglophones, notamment. Pour des réflexions sur les spécificités de l’histoire française à cet égard, voir par exemple : Thébaud, 2007 et Bard, 1999, sur la question de l’antiféminisme.

22 Von Oertzen, Rentezi et Watkins, 2013 ; Opitz-Belakhal et Ruppel, 2018.

23 Sur l’importance du xixe siècle pour la construction de la notion de « femme professionnelle », voir Clark, 2008.

24 Pour une réflexion d’ensemble sur les théories sociologiques d’une « carrière » au sens large, voir Darmon, 2008.

25 Bucher et Strauss, 1961 ; Strauss et al., 1963.

26 Pellegrin, 2006, 12-13. Signalons ici, pour le cas de la France, l’étude de Martine Sonnet sur les boursiers et les boursières de la Caisse nationale des sciences (ancêtre du CNRS) entre 1930 et 1939 (Sonnet, 2019).

27 Temkin, 1977.

28 Jeanpierre, 2016.

29 Pour des éléments comparatifs sur les carrières des premières femmes géographes dans d’autres pays que l’Allemagne (et notamment la France), on pourra se reporter à d’autres travaux de Nicolas Ginsburger : Ginsburger, 2015, 2016, 2017a et 2017b.

30 Pour une analyse similaire du rôle des étrangères à l’EPHE, voir Graceffa, 2016.

31 Il existe une bibliographie nombreuse sur l’impact de la famille et de la Fondation Rockefeller sur la recherche ; pour des éléments qui concernent spécifiquement l’encouragement de la carrière de femmes en sciences sociales : Rossiter, 1982, 269-272.

32 Notamment Schiebinger, 1991, 1993, 1999 et 2014.

33 Proctor et Schiebinger, 2008.

34 L’objectif 3, « promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes », des Objectifs du millénaire pour le développement adoptés par l’ONU en 2000 met, entre autres, l’accent sur le développement de l’éducation des femmes comme moyen d’entrée vers des professions plus qualifiées. Cette vision d’un lien automatique entre accession aux études et au monde du travail a depuis été critiquée par divers rapports d’étapes. Le texte initial de la « Déclaration de l’ONU pour le Millénaire » (18 septembre 2000, résolution 55/2, A/RES/55/2) est disponible sur le site de l’ONU, ainsi que les différents rapports d’étapes et modifications des objectifs qui ont été effectués depuis l’an 2000 : https://www.un.org/fr/millenniumgoals/bkgd.shtml (consulté le 22 janvier 2020).

35 Sur ce sujet, voir également : Charle, 1999, 95-96.

36 Selon « l’effet Matilda », un article signé par un homme (Matthew) a plus de chance d’être publié puis d’avoir un impact dans une communauté scientifique qu’un article identique signé par une femme (Matilda). Initialement théorisé par l’historienne des sciences Margaret W. Rossiter (Rossiter, 1993), cet effet a depuis été mesuré par diverses études sociologiques (par exemple : Lincoln, Pincus, Bandows Koster et Leboy, 2012).

37 L’expression est de Regina Morantz-Sanchez qui distingue deux formes principales de stratégies de carrière chez les premières femmes médecins d’Amérique du nord : l’essai « d’assimilation par les pairs » et le « séparatisme » (Morantz-Sanchez, 1985).

38 Pellegrin, 2006, 11.

39 Smith, 1998.

40 Une expression utilisée par Felicia Gordon, qui note que la première femme à avoir obtenu le droit de diriger un hôpital psychiatrique en France, Constance Pascal (1877-1937), organisa son « oubli », en refusant, par exemple, qu’on écrive des articles pour lui rendre hommage à la fin de sa vie (Gordon, 2013).

41 Abir-Am et Outram, 1989.

42 Voir l’appel de 440 historiennes françaises, « Mettons fin à la domination masculine en histoire », publié dans Le Monde du 3 octobre 2018, et sur le site de Mnémosyne. Association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre : http://www.mnemosyne.asso.fr/mnemosyne/lappel-de-440-historiennes-francaises-mettons-fin-a-la-domination-masculine-en-histoire/ (consulté le 18 octobre 2019).

43 Mitchell, 1966.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (xixe-xxe siècles) : une histoire invisible ? »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 11-24.

Référence électronique

Aude Fauvel, Jean-Christophe Coffin et Thibaud Trochu, « Les carrières de femmes dans les sciences humaines et sociales (xixe-xxe siècles) : une histoire invisible ? »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3971 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.3971

Haut de page

Auteurs

Aude Fauvel

CHUV-Université de Lausanne, Institut des humanités en médecine

Articles du même auteur

  • La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939
    Promised land or forbidden land? Switzerland, the ambiguous El Dorado of the first women doctors, 1867–1939
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019
  • Repenser l’interaction humain/animal dans l’histoire des sciences du psychisme (xixe-xxie siècles)
    Rats, dogs, and shrinks. Rethinking human-animal interaction in the history of the psychological sciences (19th-20th century)
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016
  • Animaux fous et fous des animaux dans la psychiatrie française du xixe siècle
    “Dogs are born misanthropic.” Mad animals and those mad about animals in nineteenth-century French psychiatry
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016

Jean-Christophe Coffin

Circeft EA 4384, université Paris 8 Vincennes Saint-Denis

Articles du même auteur

Thibaud Trochu

Université de Lille/INSPE, RECIFES EA 4520

Articles du même auteur

  • Table ronde sur l’histoire des sciences humaines et sociales
    A fascinating and unpredictable world. A round table on the history of human and social sciences
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019
  • D’après une lettre inédite de Joseph Delbœuf à William James
    How does a scholar become a “healer”? From an unpublished letter from Joseph Delbœuf to William James
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 28 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals