Navigation – Plan du site
Dossier

La féminisation professionnelle d’une discipline sous tension

Carrières de femmes dans la géographie germanophone (1897-2017)
The feminization of a discipline under pressure: women’s careers in geography in German-speaking countries (1897–2017)
Nicolas Ginsburger
p. 25-58

Résumés

Dans les pays germanophones, l’évolution de la féminisation de la géographie universitaire au xxe siècle fait se succéder l’âge des « pionnières » à celui des « conquérantes », puis l’époque d’une présence féminine normalisée (quoique toujours minoritaire) dans les principales catégories professionnelles de la discipline, et du développement d’un féminisme critique, marginal mais actif. Cependant l’étude du champ disciplinaire en termes de féminisation permet également de considérer ses ailes « humaine » et « physique », de mesurer la diversité des modes de professionnalisation, de saisir sa sensibilité aux événements politiques et militaires du xxe siècle et de décrire certains phénomènes de transferts culturels internationaux et de mise en place de réseaux scientifiques, à différentes échelles. L’évocation des carrières de femmes permet ainsi de proposer une « autre » histoire de la discipline.

Haut de page

Texte intégral

À la mémoire d’Elisabeth Lichtenberger

Introduction

  • 1 Les noms suivis d’un astérisque font l’objet d’une esquisse biographique dans l’annexe 1.
  • 2 Didier, Fouque et Calle-Gruber, 2013.
  • 3 On ne précisera pas ici les dates des géographes masculins, faciles à trouver, mais seulement des (...)
  • 4 Lichtenberger, 2009.

1En 2008, retraçant l’histoire de la discipline géographique à l’université de Vienne, Elisabeth Lichtenberger*1, professeure émérite, doyenne et « grande dame » de la géographie autrichienne2, fait la liste des sept générations de personnalités académiques remarquables entre le milieu du xixe siècle et le début du xxie siècle , d’Albrecht Penck à Hans Bobek3. Parmi les 75 figures citées, seulement 3 femmes sont évoquées, uniquement après les années 1970, dont l’autrice elle-même4 : 4 % donc de cette généalogie légitime de la géographie viennoise.

  • 5 Brogiato, 2005.
  • 6 Schelhaas et Hönsch, 2001.
  • 7 Ginsburger, 2011, 194.
  • 8 Berger, 2007 ; Hagemann, 2016.
  • 9 Honegger et Wobbe, 1998.
  • 10 Peiffer, 2017, 1316.
  • 11 Du moins dans la pratique et la spécialisation effectives (Jégou, Chabrol et de Bélizal, 2012), au (...)

2Femmes rarissimes, apparues seulement dans la seconde moitié du xxe siècle et arrivées tardivement au sommet professionnel de la discipline : ce constat est-il juste et généralisable à tous les pays de langue allemande ? La géographie germanophone, en tant que discipline et profession solidement institutionnalisée depuis la fin du xixe siècle5 et reconnue comme largement dominante au niveau international6, est-elle et a-t-elle été à ce point réservée aux hommes, en particulier pendant le « siècle d’or » germanique, entre 1871 et 19697 ? Des carrières féminines y ont-elles été et sont-elles aujourd’hui possibles, et si oui dans quelles conditions ? Pour explorer ces questions, la démarche doit être prudente et la réponse nuancée. Faire l’histoire des femmes plus ou moins « cachées » de la géographie revient à la fois à dévoiler leur parcours et à tenter d’expliquer pourquoi leur activité scientifique et académique a été reconnue, occultée ou oubliée par le monde disciplinaire, en comparaison avec d’autres savoirs institutionnalisés (notamment ici l’histoire8 et la sociologie9) et aires culturelles (par exemple francophone et anglophone). Cependant, connaître les femmes géographes du passé et du présent dans leur dimension professionnelle oblige à chercher une voie juste mais délicate entre trois tendances qui marquent beaucoup d’études historiques sur ce sujet : les « récits biaisés de l’histoire10 » ne leur accordant que très peu de place ; la recherche systématique de « pionnières » et de « premières », d’héroïnes ou de victimes des logiques disciplinaires, selon des catégories souvent issues de reconstitutions historiographiques et de discours féministes militants ; l’évaluation (minoration ou majoration) de leur place (réelle ou supposée) dans la discipline et sa pensée. On traitera bien ici prioritairement de la question de la professionnalisation, et peu de celle de la formation ou de la production scientifique, les trois questions étant liées mais pas exactement similaires : pourtant, le fait de gravir les échelons de la hiérarchie académique étant globalement lié à la reconnaissance de compétences disciplinaires manifestées par des publications spécialisées, on se demandera également s’il existe des spécificités thématiques, une géographie « de femmes », en particulier du point de vue de la division, marquée du point de vue du genre, entre géographie « physique » et « humaine », la première étant réputée plutôt réservée aux hommes11.

  • 12 On ne pourra pas étudier ici les personnels académiques « subalternes » (secrétaires, cartographes (...)
  • 13 Au début du xxie siècle, l’Allemagne compte 63 départements de géographie, l’Autriche 8 et la part (...)
  • 14 Même si certains parlent d’« importation » et d’« exportation » pour désigner la circulation profe (...)

3Se pose donc la question du périmètre de notre étude. Les noms « fameux » de celles qui ont effectivement « fait carrière », c’est-à-dire une carrière jugée prestigieuse selon les normes académiques, ne doivent pas faire oublier toutes celles qui n’ont pas connu des trajectoires continues et stables de professionnalisation, mais des carrières partielles, interrompues ou non linéaires12. Dès lors, pour éviter toute erreur de perspective, c’est l’ensemble des structures professionnelles de la discipline qui doit être considéré. En effet, si le secteur universitaire (Hochschulgeographie), jugé plus « noble » selon les canons légitimes et dont le cursus honorum est assez stable dans la période considérée, procure des postes particulièrement visibles et valorisés, cette voie royale est un chemin étroit, fortement concurrentiel et hiérarchisé (voir Focus) : elle ne doit pas cacher les formes alternatives de professionnalisation (cartographie ou géographie appliquée par exemple). D’autre part, l’étude doit s’étendre aux pays germanophones – Allemagne(s), Autriche, Suisse alémanique – qui offrent certes des perspectives professionnelles inégales, du fait de nombre de postes différents13, mais forment un marché du travail universitaire depuis longtemps commun, intégré et homogène14.

Focus : Faire carrière dans la géographie universitaire allemande

L’étudiant-e souhaitant faire carrière dans la discipline doit passer successivement par les fonctions de collaborateur/trice)/assistant-e scientifique après le doctorat, puis, avec l’habilitation, de (Privat)Dozent(in) (chargé-e de cours, non-titulaire), d’ao. (außerordentliche(r), non-titulaire), d’apl. (außerplanmäßige(r), titulaire adjoint-e) et de ord. (ordentliche(r), titulaire « ordinaire ») Prof. (-essor(in), professeur-e). Les postes d’assistant-e-s étant assez nombreux mais précaires, les postulant-e-s peuvent également s’assurer une position professionnelle plus stable par le passage d’examens leur permettant de postuler à des fonctions dans l’enseignement secondaire (enseignant-e, assesseur/euse) ou par le passage par des structures de recherche scientifique (bourses, académies, musées). Les titres d’apl. Prof., apparu en 1933-1935, et d’ord. Prof., plus ancien, existent jusqu’à la réforme de 1976, qui répartit les enseignant-e-s du supérieur en quatre groupes – C1, 2, 3 et 4 – avec des rémunérations croissantes (la catégorie C4 est donc la plus haute). La loi de 2002, en vigueur actuellement, remplace les catégories C1 et 2 par W1 (les Juniorprofessoren), W2 et W3, correspondant aux professeur-e-s de l’enseignement supérieur, aux président-e-s, vice-président-e-s, recteurs/trices ou chanceliers/ères d’université.
  • 15 Notamment des statistiques et des annuaires, des revues disciplinaires ou des ouvrages collectifs, (...)
  • 16 On pourra regretter de ne pas avoir ici de sources sérielles suffisantes permettant d’embrasser si (...)
  • 17 Les parcours professionnels de certaines figures plus ou moins représentatives ou surtout bien ren (...)
  • 18 La présence féminine ponctuelle dans des instances disciplinaires à dimension professionnelle.

4Pour mener cette étude, il faudra faire appel à des sources diverses, ici surtout textuelles15, constituant des miroirs multiples de la discipline malgré leurs évidentes limites et dans l’attente d’études complémentaires16. En faisant varier les approches, tantôt diachroniques17, tantôt synchroniques18, en articulant des éléments qualitatifs (études de cas individuels) et quantitatifs (statistiques), on pourra ainsi retracer et analyser les façons d’être femme géographe et de faire carrière dans le champ disciplinaire germanophone, au cours d’un long xxe siècle, des premières traces de la présence de la première géographe allemande connue, Martha Krug*, en 1897, à la retraite en 2017 de Doris Wastl-Walter*, première professeure titulaire en géographie du genre dans l’espace germanophone, à Berne.

Le temps des femmes rares, entre féminisation limitée et guerres mondiales (1900-1950)

  • 19 Peiffer, 2017, 1315.

5La première moitié du xxe siècle est l’époque des « pionnières » de la géographie académique, dans une discipline dont, comme beaucoup d’autres sciences, « les modes de fonctionnement tendent à marginaliser les femmes19 », à quelques exceptions près. Les pays germanophones paraissent à peine plus avancés que la France sur ce plan, malgré quelques cas remarquables mais très peu nombreux, et tenant plus à des aspects conjoncturels (les guerres mondiales) que structurels. C’est le temps des femmes presque invisibles, aux carrières confidentielles et surtout circonstancielles.

La géographie germanique de la Belle Époque : une discipline sans femme ?

  • 20 Ce diplôme procure la Venia legendi, le droit d’enseigner en chaire universitaire.
  • 21 Boedeker et Meyer-Plath, 1974, 5 ; Hagemann, 2016.
  • 22 Heindl et Tichy, 1990.

6Au début du xxe siècle, la géographie académique germanophone ne compte absolument aucune femme parmi ses professionnels. Ceci tient évidemment notamment au fait que les femmes n’ont pas la possibilité de passer l’habilitation20, jusqu’en 192021. Les études tendent cependant à s’ouvrir à elles : Vienne, le plus grand centre universitaire d’Europe centrale et orientale, accepte les étudiantes depuis 189722, Heidelberg et le duché de Bade régularisent leur inscription à partir de 1900, la Prusse et l’Alsace-Lorraine en 1908.

  • 23 Ogrissek, 1992.
  • 24 Martin, 2015, 18.
  • 25 Bushong, 1984 ; Werner, 2013, 149.
  • 26 Il y exerce jusqu’à sa retraite, en 1928.
  • 27 Osborn, 1906, 149.
  • 28 Parmi 48 membres fondateurs de l’American Association of Geographers (AAG), elle est la seule à po (...)
  • 29 Même si d’autres femmes existent dans la géographie internationalisée du xixe siècle (Robic et Rös (...)
  • 30 Brogiato, 1998.
  • 31 Martin, 2015.
  • 32 Regroupant les établissements d’enseignement secondaire, les Normal Schools et les établissements (...)
  • 33 Brogiato, 1998.
  • 34 La France attend 1913 pour son premier article de femme dans une revue disciplinaire, 1916 pour so (...)

7C’est à Heidelberg que Martha Krug devient la première femme au monde à obtenir un doctorat de géographie, en 190123, avant de connaître une carrière courte mais remarquable, en dehors cependant de son pays d’origine, singulièrement aux États-Unis. Son doctorat est rendu possible par un contexte et un environnement favorables. En effet, Krug a suivi les cours de Friedrich Ratzel à l’université de Leipzig24, quelques années après l’Américaine Ellen Churchill Semple (1863-1932), première étudiante de géographie connue dans l’espace allemand, présente de façon clandestine comme auditrice libre en 1891-189225. C’est à Leipzig que Krug rencontre Alfred Hettner, nommé en 1899 à Heidelberg26, qui lui fait soutenir son doctorat, le premier de sa propre carrière, et publier plusieurs articles sur l’enseignement de la géographie dans les systèmes scolaires allemand et américain, dans la revue qu’il fonde en 1895, la Geographische Zeitschrift (« Revue géographique »). Son doctorat obtenu, Krug rejoint son époux, Karl Wilhelm Genthe, un zoologue diplômé de Leipzig en 1897, parti à Boston en 1898 et employé dans diverses universités privées des États-Unis (University of Michigan, Trinity College)27. Elle commence à enseigner la géographie et se spécialise dans le domaine de la géographie scolaire et la diffusion des méthodes de la géographie allemande (en particulier ratzélienne) et états-unienne (notamment davisienne). Passeuse entre les deux pays, elle s’impose, forte de son diplôme et aux côtés de Semple, dans les institutions disciplinaires, nationales (Association des géographes américains28) et internationales (Congrès international de géographie de Washington29). Si son retour en Allemagne en 1911 signe sa sortie totale et définitive du champ disciplinaire, sa carrière courte (une décennie) mais très visible s’est donc effectuée entre géographies universitaire et scolaire, dans un parcours sous contraintes : on ne sait si elle dut s’expatrier pour suivre son mari et favoriser sa carrière au détriment de la sienne, ou si elle fit le choix de renoncer à un très hypothétique poste universitaire en Allemagne pour s’investir dans la géographie scolaire qui lui était seule ouverte, étant peu valorisée dans la géographie germanique30 mais en plein essor aux États-Unis31. Elle y trouva une indéniable forme de reconnaissance, dans un champ disciplinaire américain alors beaucoup moins prestigieux qu’en Allemagne, mais valorisant les compétences de cette outsider et donnant aux femmes une place plus favorable, en tout cas dans l’enseignement pré-universitaire : en 1917, on comptait 645 femmes dans le National Council of Geography Teachers, soit les deux tiers des membres32, mais aucune dans la géographie scolaire institutionnalisée allemande (Schulgeographie) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale33. Krug-Genthe est donc un cas limite, entre plusieurs mondes, avec un caractère interstitiel qui lui permet d’avoir ce statut de pionnière, par exemple par rapport à la France34, et de connaître une carrière exceptionnelle dans la géographie mondiale de la Belle Époque.

  • 35 Ginsburger, 2014, 160.
  • 36 Il s’agit de quelques étudiantes, d’enseignantes du secondaire ou d’épouses de professeurs ou de m (...)
  • 37 Broc, 1977, 75 ; Ginsburger, 2011.

8Une géographe peut-elle alors faire carrière autrement qu’en suivant la voie universitaire, globalement fermée ? Les deux secteurs connexes de la géographie du xixe siècle, à savoir la géographie d’exploration et la cartographie, ne fournissent à ce niveau que peu de perspectives. L’exploration des colonies allemandes connaît certes quelques exceptions35, mais parmi les 1 417 membres de la Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin (Société de géographie de Berlin), on compte, en janvier 1914, 61 femmes, soit environ 4,3 % des effectifs36. Du point de vue de la cartographie, on ne repère pas de femme dans les grands centres germaniques, en particulier dans le « ministère allemand de la cartographie » que constitue l’Institut Justus Perthes, à Gotha37, même si Krug témoigne à ce niveau de son intérêt, à travers sa thèse de 1901, de nouveau à titre exceptionnel.

La Première Guerre mondiale et ses suites : parenthèse ou tremplin ?

  • 38 Ginsburger, 2010 et 2015a.
  • 39 Ginsburger, 2010, 434.

9À la veille de la Première Guerre mondiale, en Allemagne comme ailleurs, la proportion d’étudiantes immatriculées se situe entre 5 et 10 % du total des inscriptions, sans perspective de professionnalisation. La Grande Guerre bouleverse la situation pour la discipline géographique, avec une féminisation accrue, quoique limitée dans le temps, des cohortes d’étudiants en géographie, mais aussi d’enseignants38. À Heidelberg par exemple, les étudiantes représentent plus de 50 % des effectifs pendant le conflit, avant un très large reflux dans l’immédiat après-guerre (Figure 1). Ce phénomène, dans lequel le professeur de Halle, Otto Schlüter, voit « un grand danger pour la science39 », est évidemment mécaniquement dû aux différentes phases de la mobilisation militaire des hommes, mais également à la présence croissante et persistante de femmes dans les universités, dès avant et malgré le conflit.

Figure 1 : Effectifs et féminisation des cours de Hettner à Heidelberg (niveau débutant) entre 1913 et 1921

Figure 1 : Effectifs et féminisation des cours de Hettner à Heidelberg (niveau débutant) entre 1913 et 1921

Pour certaines dates, la distinction hommes/femmes n’est pas présente dans la source.

Source : Ginsburger, 2010, 1430-1432.

  • 40 Son doctorat, soutenu en 1923, concerne la géographie alimentaire en Europe occidentale, et est su (...)
  • 41 Il devient en 1923 professeur non-titulaire à Heidelberg, puis titulaire à Leipzig à partir de 192 (...)
  • 42 Hagemann, 2016.
  • 43 Philippson, 1996, 785-787.
  • 44 Brandenburg et Mehmel, 1996.
  • 45 Brosin, 1999 ; Lüdecke, 2004a.
  • 46 Martínek, 2010.
  • 47 La question de l’obtention de ce diplôme clé est posée dès l’immédiat après-guerre, comme l’indiqu (...)

10Dans ce public nouveau se trouvent de nombreuses auditrices, présentes ponctuellement et davantage venues se cultiver qu’entreprendre des études approfondies, mais aussi des femmes qui sont, plusieurs années plus tard, titulaires d’un doctorat, par exemple à Heidelberg Erika Schmitthenner (1895-1941)40, cas d’autant plus marquant que son frère Heinrich est lui aussi géographe et élève de Hettner et fait par la suite une carrière estimable41, au contraire d’Erika qui disparaît de la discipline dans les années 1930. Ce n’est cependant pas le cas partout, et plusieurs exemples de professionnalisation réussie de femmes sont issus de cette « vague » de la Grande Guerre, d’abord favorisées par l’absence des enseignants mobilisés, puis se pérennisant dans les années d’entre-deux-guerres, et alors que l’interdiction de l’habilitation est levée au début de la République de Weimar42. Ainsi, à Bonn, la période de l’immédiat après-guerre voit la soutenance des thèses de Margarete Kirchberger (1882-1953) en 1919 et d’Erika Rexroth en 1920 : ce sont les deux seules femmes élèves d’Alfred Philippson, sur les 26 géographes dont il a dirigé, à Halle ou à Bonn, les doctorats ou les habilitations entre 1906 et 192743. Ici, l’« effet Grande Guerre » se double d’une alliance matrimoniale, dans le cadre d’une endogamie relativement banale dans le milieu universitaire de l’époque et d’une professionnalisation désormais possible, car Kirchberger, depuis 1914 assistante à Bonn, épouse son enseignant (plus âgé de 18 ans et veuf depuis 1906) en 1919 et reste son assistante par la suite, connaissant une carrière académique mineure et ne dépassant pas le départ à la retraite du professeur, en 192944. À Berlin, Lotte Möller* commence, peu de temps avant la Grande Guerre, des études d’océanographie, de géographie et de physique45, enseigne en lycée puis soutient son doctorat en 1924 et devient assistante : il s’agit de l’une des douze titulaires féminines d’un poste d’assistant permanent connues pour l’université de Berlin entre 1913 et 1933. Préparant l’expédition allemande du bateau Meteor dans l’Atlantique Sud, elle ne peut y participer du fait de l’interdiction de la présence de femmes dans la marine allemande, même si elle est autorisée à accompagner la flotte pendant une sortie en Méditerranée pour effectuer des mesures météorologiques. Elle soutient son habilitation en 1929, première géographe à le faire en Allemagne et quatrième femme à obtenir ce diplôme à Berlin. Au même moment, à Prague, Julie Moscheles*, qui soutient en mai 1916 un doctorat de glaciologie, devient en 1918 assistante46. Habilitée en 193347, elle est nommée immédiatement professeure assistante à l’université de la capitale tchécoslovaque. Möller doit attendre plus longtemps pour atteindre cette situation, alors que son protecteur Merz meurt de façon précoce (1925) et qu’elle entre en concurrence avec son condisciple et collègue Georg Wüst : lorsqu’elle devient en 1935 professeure titulaire « extraordinaire », elle est la seule femme parmi 47 hommes professeurs à l’université de Berlin.

  • 48 Le rôle des femmes dans l’histoire de la géologie des xixe et xxe siècles est à ce niveau réévalué (...)
  • 49 À savoir Ermentrude Bäcker, née von Ranke (1892-1931) en 1922 et Hedwig Hintze, née Guggenheimer ( (...)
  • 50 Charlotte Leubuscher (1888-1961) est la première Allemande habilitée en économie politique, en 192 (...)
  • 51 Ginsburger, 2015a.
  • 52 La première professeure titulaire de géographie est Eva Taylor (1879-1966), en 1930, au Birbeck Co (...)
  • 53 Eppinga, 2008.
  • 54 Pour reprendre l’expression de Janice Monk, « les femmes ont toujours été bienvenues à Clark » (Mo (...)

11Les exemples de Kirchberger, Möller et Moscheles constituent des cas rares mais particulièrement remarquables d’une professionnalisation féminine balbutiante, d’autant que ces femmes sont toutes issues du milieu de la géographie physique, moins étanche qu’attendu aux personnalités féminines48, à une époque où la glaciologie et la géomorphologie occupent une place dominante à l’université allemande, et qu’elles connaissent des trajectoires légitimes dans la hiérarchie des postes. Möller et Moscheles sont les deux premières femmes germanophones habilitées en géographie, en 1929 et 1933 : en la matière, la géographie ressemble à la discipline historique, où seulement deux femmes furent habilitées pendant la République de Weimar49, ou à l’économie, un peu plus précoce cependant50. D’autres femmes géographes émergent également au même moment en France51 et au Royaume-Uni52, mais la situation européenne est encore caractérisée par une professionnalisation féminine très faible, en particulier par rapport aux États-Unis où se constitue dès 1923 la Society of Woman Geographers53 et où l’exemple de Semple et certaines politiques locales bienveillantes (Chicago, Clark University à Worcester54) accroissent notablement la présence féminine parmi les enseignants.

Politique et planification : faire carrière dans une période instable (1933-1949)

  • 55 Martínek, 2010.
  • 56 Elle est un exemple des géographes juifs allemands qui eurent à subir les persécutions du régime, (...)
  • 57 Ce maximum quantitatif est suivi par la régression de l’arrivée des classes démographiques creuses (...)

12La période nationale-socialiste et les années de dénazification et de reconstruction sont contrastées du point de vue des carrières de géographes féminines. Certes, pour Moscheles55, il s’agit d’une rupture forte, du fait des menaces antisémites56, mais au-delà de ce cas particulier, les années 1930 et 1940 ne sont pas totalement hostiles à l’accès de femmes à des positions académiques, sur la lancée de la période de croissance de la féminisation des universités allemandes pendant la République de Weimar, avec un pic de 20 % en 193157.

  • 58 Paletschek, 2006.
  • 59 Cette « communauté de recherches des sciences allemandes » est fondée en 1920 pour soutenir la rec (...)
  • 60 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 249.

13Il ne s’agit évidemment pas d’exagérer les possibilités de promotion féminine dans cette période : on ne compte que 3 travaux de femmes géographes sur les 22 publiés entre 1932 et 1949 dans la série des « Travaux géographiques de Berlin » (Berliner geographische Arbeiten), soit environ 14 %. De plus, on ne connaît pas de nouveau cas d’habilitation en géographie, alors que trois historiennes l’obtiennent en 1938 et 194358. Le paysage des carrières de femmes géographes reste donc limité, et les exemples peu nombreux. Pourtant, plusieurs figures féminines arrivent à maturité scientifique et professionnelle dans cette époque agitée et connaissent des trajectoires professionnelles relativement rectilignes, malgré les différents contextes politiques, à l’instar d’Anneliese Krenzlin*, qui s’implante à Berlin dans les années 1930, entre l’université et la Forschungsgemeinschaft der deutschen Wissenschaften59, puis l’administration, de manière provisoire, après son exclusion en novembre 1945 du fait de son adhésion au parti nazi (NSDAP)60. Trois points sont donc ici particulièrement remarquables et généralisables, sans qu’ils soient propres aux femmes, mais montrant au contraire leur situation « normale » dans ce contexte : d’abord les liens politiques et professionnels avec le nouveau régime politique ; ensuite les débouchés fournis par les politiques du Troisième Reich, en particulier pendant la Seconde Guerre mondiale, du point de vue de la géographie appliquée et de l’aménagement des territoires conquis ; enfin les effets relativement peu sensibles de la dénazification sur la plupart des carrières féminines concernées.

  • 61 Möller avait d’ailleurs été impliquée comme étudiante, pendant la Première Guerre mondiale, entre (...)
  • 62 En particulier dans les secteurs de l’Osteuropaforschung (études sur l’Europe orientale) et la pré (...)
  • 63 Notons que Martha Haushofer, née Mayer-Doss (1877-1946), occupe une place non négligeable dans le (...)
  • 64 Ingrao, 2016, 65.
  • 65 Leendertz, 2008.
  • 66 Rössler, 1990, 165 ; Rössler et Schleiermacher, 1993, 356-364 ; Ingrao, 2016, 66.

14Comme pour les universitaires masculins, l’adhésion, idéologique ou opportuniste, au nouveau pouvoir est indéniable pour une partie des femmes géographes déjà engagées dans la carrière et souhaitant la poursuivre. Ainsi Möller adhère au NSDAP le 1er mai 1933, dix jours après son rival Wüst, pour conserver son poste à Berlin et continuer à progresser professionnellement, avec succès. Elle met d’ailleurs ses compétences au service de l’Allemagne en guerre, à travers divers travaux cartographiques et études pour la marine. Mais au-delà de cette expertise militaire de guerre « traditionnelle »61, et comme pour certaines historiennes allemandes62, le régime procure également des possibilités professionnelles nouvelles qui ne sont pas négligées, avec l’exclusion de concurrents dans une partie des milieux scientifiques, pour des raisons idéologiques et racistes, et une politique de guerre fortement marquée par l’aménagement des territoires conquis au nom de « l’espace vital » (Lebensraum)63. Après des études en Allemagne, puis aux États-Unis dans les années 1930, Angelika Sievers* s’insère ainsi dans la « nébuleuse d’institutions64 » planificatrices instaurées par l’État national-socialiste, en temps de paix65, puis de guerre : comme Walter Christaller et A. Krenzlin, elle est directement impliquée dans les travaux de géographie appliquée et de germanisation des territoires occupés dans l’est de l’Europe66, assez loin de la spécialisation de son doctorat et de son parcours académique germano-états-unien initial.

  • 67 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 251.
  • 68 Fricke et Wolf, 1975, 13.
  • 69 Mingus, 2017.
  • 70 Meißner, 2013.

15Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, la dénazification freine parfois la carrière (Möller, Sievers, Krenzlin), du moins provisoirement, mais l’hécatombe du conflit dans les effectifs disciplinaires et le besoin de reconstruction du pays provoquent également un appel d’air professionnel, très bref dans le cadre académique. Ainsi, à Berlin en 1947, les assistants de géographie sont pour moitié des femmes (2 sur 4)67, tandis qu’à la fin des années 1940, Krenzlin dirige les doctorats de deux étudiantes, même si elle n’est pas encore habilitée mais remplace en la matière les titulaires berlinois manquants : il s’agit de ses deux seules directions de thèse avant 195768. En ce qui concerne Sievers, la reconfiguration de la géographie appliquée immédiatement après le conflit69 lui permet de se maintenir dans ce milieu, notamment grâce à Emil Meynen, puis de s’insérer dans l’enseignement de la pédagogie70, pourtant sans aucune habilitation, examen professionnel ni expérience en la matière.

Visibilité et légitimité disciplinaires : le temps de la reconnaissance (1950-1990)

16Si, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, les femmes restent rares dans le champ disciplinaire des pays germanophones (Tableau 1), la situation change relativement après les années 1960, avec la massification des effectifs d’étudiants et le recrutement de nouveaux enseignants, selon des modalités à étudier et dans un contexte très singulier de bipartition de l’espace allemand et donc des marchés des emplois universitaires. Sans se banaliser totalement, la présence des femmes se normalise alors relativement : c’est l’époque des « conquérantes » qui accèdent enfin à des postes de titulaires, plus ou moins prestigieux, tout en restant très fortement minoritaires.

Tableau 1 : Deux photographies de la féminisation disciplinaire au prisme de l’Union géographique internationale (UGI)

Allemagne Autriche Suisse
Délégations nationales au 17e congrès international de géographie, à Washington D. C. (1952) 3 sur 28 (11 %)a 1b sur 7 (14,3 %) 0 sur 11 (0 %)
Groupes nationaux dans l’annuaire de l’UGI (1968-1974) RFA : 27 sur 512 (5,3 %) RDA : 15c sur 172 (8,7 %) 4 sur 85 (4,7 %) 5d sur 91 (5,5 %)

Lecture : nombre de femmes sur l’ensemble du groupe (taux de féminisation).
Pour la France, 10 sur 48 (21 %), dont deux professeures titulaires.
b Il s’agit de Margarethe Mecenseffy (1898-1985), historienne et géographe dans l’enseignement secondaire avant 1945, reconvertie dans la théologie évangélique universitaire à partir des années 1950 (Keintzel et Korotin, 2002, 500-506).
c Dont deux habilitées en 1969 mais pas en chaire ni en position dominante (Schelhaas, 2004).
d Quatre sont assistantes à Genève et à Zurich, la cinquième est professeure à l’école cantonale d’Olten.

Sources : International Geographical Union, 1952, 68-70 ; Meynen, 1968-1974.

Rattrapage et domination relatifs, entre massification et division des marchés du travail

  • 71 Ginsburger, 2015b, 178.
  • 72 Mayr, 1983, 250.
  • 73 Bördlein, 1994, 31.
  • 74 Faßmann, 2004.
  • 75 C’est d’ailleurs la seule femme à publier dans le volume d’hommages qui est traditionnellement con (...)
  • 76 Keintzel et Korotin, 2002, 469-474.
  • 77 Ils sont tous deux spécialistes de Siedlungsgeographie, « géographie du peuplement ».

17La seconde moitié du xxe siècle est caractérisée par une augmentation massive des effectifs d’étudiants et d’enseignants, dans les pays germanophones comme ailleurs, dans toutes les disciplines, en particulier la géographie universitaire : au début des années 1950, on compte 1 500 étudiants dans 30 instituts de géographie en RFA, avec 31 professeurs titulaires ; en 1970, on compte 16 000 étudiants pour 80 chaires71, en 1975, 37 000 étudiants72 dont environ 45 % sont des femmes73. Par un effet de « cascade », cette évolution est également marquée par une progression de la féminisation des corps enseignants, même si ceci n’a rien d’automatique et est loin d’aboutir à une situation d’égalité entre hommes et femmes. Ainsi, à Vienne, le nombre de chaires de géographie augmente à la fin des années 1960, de 2 à 5. Pour ces postes, des hommes sont généralement choisis, à l’exception de la dernière chaire créée, qui voit in extremis l’élection d’E. Lichtenberger, en 197274. Elle était pourtant, depuis 1949, une des assistantes et disciples les plus directes de Hans Bobek75, avait soutenu son habilitation depuis sept ans et accédé de façon temporaire à un marché du travail extérieur prestigieux, comme professeure d’échanges en Amérique du Nord. Sa nomination, comme héritière de Bobek, ouvre une période de plus de vingt ans de fortes visibilité et reconnaissance académiques personnelles76. En Allemagne, Gabriele Schwarz* offre un exemple similaire (quoique plus précoce) d’accession (pour plus de deux décennies) à un poste de professeure, dans le sillage d’un mandarin protecteur (Obst) dont elle est thématiquement l’héritière77 et selon des dynamiques locales de professionnalisation (Breslau, Hanovre).

  • 78 Kreisel, Sick et Stadelbauer, 1979.
  • 79 Plus de trente ans après l’exception d’Eva Taylor sont élues Alice Garnett (1903-1989) à Sheffield (...)
  • 80 La première femme habilitée nommée sur une chaire ouest-allemande est l’antiquisante Ruth Altheim- (...)
  • 81 En Allemagne de l’Ouest, on compte neuf habilitations féminines en histoire entre 1945 et 1960, se (...)
  • 82 Avec Jacqueline Beaujeu-Garnier (1917-1995) et Germaine Verner-Veyret (1913-1973), nommées toutes (...)
  • 83 Fricke et Wolf, 1975 ; Fricke, 2005.
  • 84 Ginsburger, 2017a.
  • 85 Slaymaker, 2012.
  • 86 Domrös, Gormsen et Stadelbauer, 1990.
  • 87 Ceci montre que, du point de vue de la géographie physique, plusieurs personnalités féminines impo (...)

18À Fribourg, G. Schwarz est nommée professeure en 195778, mais la première Allemande à arriver au sommet de la discipline est bien A. Krenzlin à Francfort en 1963, suivie par Gudrun Höhl* à Mannheim en 1965, peu après leurs habilitations respectives. En la matière, la situation de la géographie en Allemagne de l’Ouest est comparable à celle de la géographie au Royaume-Uni79 et de la discipline historique en RFA80, également semblable du point de vue du faible nombre d’habilitations présentées par des femmes dans cette période81, mais est en retard de près de quinze ans sur la géographie française82. Krenzlin est nommée à 60 ans, après 40 ans d’une carrière universitaire continue, et pour une durée de 8 ans seulement83 : il s’agit d’une exception, car Schwarz et Höhl accèdent aux fonctions de professeure alors âgées d’une quarantaine d’années, comme leurs homologues de la « génération 192584 », « conquérantes » qui arrivent en chaire au début des années 1970 et occupent des positions désormais dominantes, au niveau national et international, pendant plus de vingt ans, comme Lichtenberger à Vienne pour la géographie urbaine et sociale, Hanna Bremer* à Cologne85 et Wendelin Klaer* à Mayence86 pour la géomorphologie87. Leur trajectoire professionnelle prestigieuse et leur visibilité importante tendent désormais à normaliser la présence féminine au sommet de la discipline.

  • 88 Bördlein, 1994, 31.
  • 89 En 1978 comme en 1988, la féminisation des géographes universitaires britanniques était de 7 %, ma (...)
  • 90 Le taux de féminisation de l’enseignement supérieur est en 1958-1959 de 25 % en RFA (sensiblement (...)
  • 91 Bördlein, 1994, 31.
  • 92 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 329.
  • 93 Schwarz et Dörflinger, 2011 ; Dörflinger, 2012.

19Ce phénomène de rattrapage doit cependant être relativisé car ces professeures sont encore relativement exceptionnelles. En 1992, en Allemagne, si 45 % des étudiants sont des femmes, c’est le cas pour seulement 16 % des promus au doctorat et 6 % des nouveaux habilités, 13 % du personnel scientifique et 3,5 % des professeurs titulaires88 : ce dernier chiffre est comparable à celui de la géographie au Royaume-Uni89, mais plus bas que pour la France par exemple (tableau 2), différence qui se retrouve d’ailleurs structurellement dans l’ensemble du système universitaire90. De plus, cette évolution est différenciée car la partition de l’Allemagne entre 1949 et 1990 a eu par exemple des effets inégaux en termes de développement de carrières féminines : en 1968-1974, si on compte deux fois plus de femmes géographes en RFA qu’en RDA pour un vivier trois fois plus important (tableau 1), les spécialistes ouest-allemandes sont plus souvent habilitées, en poste et reconnues au niveau national voire international. En 1991-1992, le déséquilibre est toujours très important, avec 140 femmes géographes dans l’ex-RFA contre 50 dans l’ex-RDA91. Si le marché du travail académique semble donc globalement plus favorable aux femmes en RFA qu’en RDA, l’Allemagne de l’Est permet également (quoique tardivement) la promotion de femmes en position de leadership : en 1990, parmi les six composantes scientifiques des professeurs de la section de géographie de l’université Humboldt de Berlin-Est, dirigée par Inge Paulukat*, celle de géographie économique est menée par une femme, tandis que les groupes des maîtres de conférences sont à moitié féminisés92. Quant à l’Autriche, elle voit, après Lichtenberger, une deuxième femme accéder à une chaire à l’université de Vienne seulement à la fin des années 1980, à savoir Ingrid Kretschmer*, personnalité dès lors dominante de la cartographie au niveau national et international93.

Pédagogie, géographie appliquée, géographie féministe : de nouveaux secteurs pour faire carrière ?

  • 94 Bördlein, 1994, 32.

20En 1992, 55 % (soit 73) des géographes féminines germanophones interrogées se déclarent spécialisées en géographie humaine, culturelle ou économique, 25 % (soit 32) en géographie physique, 11 % (soit 15) en didactique et 7 % (soit 9) en cartographie et géographie appliquée94. Si les deux secteurs « traditionnels » de la discipline sont bien majoritaires dans les activités scientifiques des spécialistes féminines, elles se sont donc également investies dans deux secteurs en fort développement après 1945 et, à ce titre, pourvoyeurs de postes et de carrières : la pédagogie et la géographie appliquée.

  • 95 Cette continuité entre la période de la guerre et de l’après-guerre et cette fonction de « recycla (...)
  • 96 Wardenga, Henniges, Brogiato et Schelhaas, 2011, 78.
  • 97 Ginsburger, 2015b.
  • 98 Bächli et Bühler, 2007.

21Après 1945, la géographie scolaire allemande au féminin est en effet beaucoup plus visible qu’auparavant (quoique toujours minoritaire), constituant non seulement parfois, pour Krenzlin ou Möller, des solutions de repli provisoires en l’absence de poste académique, mais aussi à travers la présence féminine dans les milieux de la didactique, au sein des Pädagogische Hochschulen (« écoles supérieures de pédagogie ») qui offrent des débouchés professionnels intéressants, dans un compromis avec la carrière académique disciplinaire, comme le montrent les exemples d’A. Sievers à Vechta et d’Irmgard Pohl* à Bonn. De plus, les métiers de la géographie appliquée, extrêmement divers, peuvent également fournir un vivier d’emplois. Les années 1950 voient, pour celles qui avaient été provisoirement écartées des universités pour leur engagement pendant la Seconde Guerre mondiale, un retour relativement rapide, en particulier dans les milieux académiques, mais aussi dans les milieux de géographie appliquée et de planification, qui constituent en la matière à la fois un milieu professionnel accueillant pour les femmes et un moyen de valoriser des compétences acquises avant et pendant la Seconde Guerre mondiale95, comme le montrent les cas de Möller et de Krenzlin ou encore d’Ingrid Mathiesen* et d’Anneliese Siebert*, ces dernières faisant partie des vingt femmes parmi les fondateurs du Verband der Berufsgeographen (« association des géographes professionnels ») en 195096. La question des débouchés professionnels des étudiants, toujours plus nombreux avec la classe d’âge du baby boom, est centrale dans les revendications de 1968-1969, notamment au cours du Geographentag (« Congrès des géographes allemands ») de Kiel, même si les femmes n’occupent pas en elles-mêmes une place particulière dans les débats disciplinaires97. À partir des années 1970, les perspectives professionnelles de géographie appliquée se multiplient, de même que les possibilités en termes de publications scientifiques. Ainsi, une étude concernant 19 revues germanophones de géographie (10 strictement académiques, 9 à dimension appliquée) entre 1978 et 2004 compte 161 articles centrés sur la question des femmes ou du genre sur un total de 15 500 (soit environ 1 %), écrits à plus de 80 % par des femmes. Les revues à dimension de géographie appliquée sont (très relativement) plus ouvertes à ce thème (124 articles, soit 1,4 % du total des publications) que les périodiques plus « théoriques » (37 articles, soit 0,6 %)98.

  • 99 Certaines s’y impliquent, comme activité secondaire ou passé l’heure de la retraite, comme Lichten (...)
  • 100 Ginsburger, 2011.
  • 101 La place des femmes du passé est alors parfois discrètement évoquée, en particulier dans les écrit (...)
  • 102 Puig, 2004, 292.
  • 103 Wastl-Walter, 1985.

22La seconde moitié du xxe siècle voit émerger des interrogations sur le fonctionnement passé et présent de la discipline, en particulier du point de vue des carrières, tournant réflexif dans lequel certaines femmes occupent une place importante. Si l’histoire de la géographie est un secteur de la géographie humaine relativement féminisé (quoique sans exclusive)99 mais se concentre encore sur l’étude (de plus en plus critique100) de la pensée et des actions des « grands hommes » et des structures de la discipline101, c’est surtout, à partir des années 1980, dans le cadre d’un mouvement féministe critique qu’un discours sur la professionnalisation et la visibilité des femmes se développe dans la géographie germanophone. Dès le début particulièrement féminisé et classiquement à la convergence « de facteurs sociologiques (féminisation des universités), scientifiques (renouvellement des problématiques dans les années 1960) et politiques (mouvements féministes)102 », ce courant interroge la présence féminine au sein de la discipline, d’un point de vue thématique comme organisationnel et professionnel, et les inégalités de carrières entre les représentants des deux sexes : dès 1985, la jeune assistante autrichienne Doris Walter-Wastl se demande ainsi publiquement (quoique dans une revue modeste) si « la géographie [est] une science pour les hommes seulement103 ».

  • 104 Ginsburger, 2017b ; Blidon, 2019.
  • 105 On note ici le singulier.
  • 106 Bäschlin, 2002.
  • 107 Bächli et Bühler, 2007.
  • 108 L’association suisse de recherches féministes (https://www.femwiss.ch/) est par exemple fondée en  (...)
  • 109 Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.
  • 110 En 1990, un Arbeits-Kreis für historische Frauenforschung (depuis 1999 : historische Frauen- und G (...)
  • 111 C’est en 1979 que la section « Frauenforschung in den Sozialwissenschaften » est fondée au sein de (...)

23Les débuts du mouvement féministe dans la géographie germanophone sont timides, davantage qu’en France104. Le premier travail accordant une référence explicite aux femmes dans la géographie est une maîtrise écrite en 1978 par Eva Buff, à Zurich, concernant la « migration de la femme105 hors des zones montagneuses »106. Les travaux académiques relevant de la géographie féministe restent très rares entre 1978 et 1988, à raison d’un à deux par an107. Cependant, à la fin des années 1980 et sous impulsion d’un groupe de géographes suisses engagées, dans un écosystème de plus en plus homogène et dynamique108, un réseau disciplinaire spécifique se met en place109 : en mai 1988, à l’invitation de la jeune géographe de Zurich et Bâle Verena Meier*, des spécialistes suisses, allemandes et autrichiennes se réunissent aux Emibois, dans le Jura suisse, pour se rencontrer, sortir de leur isolement, discuter des questions de géographie féministe et échanger leurs expériences. Le groupe est institutionnalisé sous le nom de Arbeits-Kreis Feministische Geographie (« réseau de travail de géographie féministe »), lors du Geographentag de Sarrebruck, en 1989, processus qui ressemble à l’institutionnalisation féministe dans la discipline historique, au même moment110, mais dix ans après celle de la sociologie111. Il s’agit cependant alors essentiellement d’étudiantes plus ou moins avancées, mais très peu de géographes installées. Pour assurer la continuité du réseau malgré les trajectoires professionnelles de chacune, la newsletter Geo-Rundbrief: Informationen zur feministischen Geographie (« Géo-circulaire : informations de géographie féministe ») est fondée en juillet 1988 à Berne par Elisabeth Bäschlin*, seule dans le réseau à bénéficier d’une stabilité institutionnelle, même si en Autriche, sous le patronage de Lichtenberger, certaines géographes féministes émergent également, en particulier Elisabeth (Sissy) Aufhauser.

  • 112 Ginsburger, 2017b.
  • 113 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 5-6.
  • 114 Ibid., 7. L’expression utilisée ici est redondante (« professeures féminines », weibliche Professo (...)

24Cette organisation en réseau répond à des dynamiques locales, mais aussi internationales, influencée par l’initiative anglo-américaine de mise en place d’une internationale géographique féminine et féministe. V. Meier a été étudiante aux États-Unis et assiste au congrès international de Sydney (1988) lors duquel le groupe d’études « Women and Geography » est fondé112. Les « pionnières des Emibois » s’inscrivent donc quasiment immédiatement dans un réseau international, en particulier dans la Commission « Geography and Gender » de l’UGI, sous l’égide de Janice Monk (née en 1937) et Janet H. Momsen (née en 1938)113. L’institutionnalisation d’un courant de géographie féministe, au niveau national et international, s’opère non seulement sur la base d’une volonté de visibilité, mais aussi d’un effort de constitution d’un milieu, d’un réseau de sociabilité et de besoins de carrières stables, permettant notamment la reconnaissance durable des recherches en ce sens, à une époque où, comme le rappelle une ancienne assistante scientifique à l’université de Kiel envoyée comme observatrice au Geographentag de Sarrebruck en 1989 : « Nous devions admirer les professeures féminines en géographie comme quelque chose de très exotique. En Allemagne du Nord, le “gender” ou les femmes dans la géographie n’était pas un sujet114 ».

Revendications et normalisations incomplètes : le temps du rattrapage ? (1990-2017)

25À la fin du xxe siècle, l’accès des femmes aux postes disciplinaires est beaucoup mieux documenté par des études statistiques, et la question de l’égalité entre hommes et femmes en termes de carrière émerge et fait l’objet, au début du xxie siècle, de réflexions et d’actions plus volontaristes au niveau de l’ensemble du système académique national et européen. Le rattrapage est réel, quoiqu’encore partiel : toujours minoritaires, les femmes géographes nées dans les années 1940 et 1950 sont plus nombreuses à être reconnues, tandis qu’un mouvement féministe dynamique se développe dans la discipline, en particulier dans les universités suisses.

Encore le plafond de verre ? Déclin et persistance des inégalités de carrière

  • 115 Par exemple, en 2011 I. Kretschmer, en 2012 H. Bremer, en 2017 E. Lichtenberger.
  • 116 Marry et Jonas, 2005.
  • 117 En tout cas en ce qui concerne les géographes et les historiens des périodes modernes et contempor (...)
  • 118 Creton, 2007 ; Blidon, 2019.

26La fin du xxe et le début du xxie siècle correspondent à un double mouvement du point de vue des carrières de femmes géographes germanophones : d’une part, la génération née dans les années 1920 et ayant accédé à des postes dominants disparaît, d’abord en partant à la retraite, puis en jouant le rôle de figures tutélaires dans la discipline, enfin en s’éteignant à un âge avancé115 ; d’autre part, des générations de femmes beaucoup plus nombreuses et mieux professionnalisées arrivent à conquérir des positions professionnelles de manière plus massive, presque « banale ». Les différentes études témoignent de cette croissance de la féminisation mais confirment la disparité de sa répartition, selon les universités et les catégories, et surtout la persistance du « plafond de verre », selon le principe d’une féminisation décroissante lorsqu’on monte dans la hiérarchie académique (tableau 2)116. Si l’on compare la géographie à l’histoire dans le cadre allemand, les taux de féminisation sont équivalents pour la catégorie des professeurs, et la normalisation des carrières de femmes géographes est indéniable, en particulier par rapport à la France117, en ce qui concerne là encore les professeurs : dans les deux cas, elles restent largement marquées par une forte sous-représentation féminine118.

Tableau 2 : Taux de féminisation de géographes et historiens universitaires en Allemagne et en France (1992-2014)

Catégories 1992 2004 2014
Géographes en Allemagnea
Toutes catégories de personnel scientifique 13,2 % 27,7 % -
Étudiants pré-doctorants 45 % 45 % 44,6 % (post-doctorants : 29,4 %)
Professeurs titulaires (toutes catégories) 3,5 % 13,2 % Dozente et assistants : 21,1 % 24,6 % (61 femmes/187 hommes) (W1 : 33,3 % (5/10) W2 : 30,8 % (20/45) W3 : 26,2 % (22/62) C3 : 22,0 % (9/32) C4 : 11,6 %) (5/38)
Historiens en Allemagneb
Professeurs titulaires (toutes catégories) 6 % 13 % (2002) 27 % (2012)
Géographes en Francec
Professeurs d’université 12,7 % (1989) - 21,7 % (58 femmes/209 hommes) (2013) Historiens : Section 21 (histoire et archéologie des mondes anciens et médiévaux, de l’art) : 36,3 % (94/165) (2016) Section 22 (histoire moderne, contemporaine, de l’art, de la musique) : 26,5 % (112/311) (2013)
Maîtres de conférences 25,4 % (1989) - 43,0 % (263/349) (2013) Historiens : Section 21 : 51,6 % (265/249) Section 22 : 47,6 % (312/344)

Sources :
a Bördlein, 1994, 31 ; Schier, 2006, 3 ; Baasch, 2015, Bauriedl, Marquardt, Döll, Gans, Helbrecht, Miggelbrink et Neuer, 2016, 3-4.
b Hagemann, 2016, 134, tableau 2.
c Pour la section 23 (géographie physique, humaine, économique et régionale) du Conseil national des universités (CNU) : Ginsburger, 2017b ; Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2014.

  • 119 Baasch, 2015, 7.
  • 120 Deutsche Forschungsgemeinschaft, 2013, 11 ; Bauriedl, Marquardt, Döll, Gans, Helbrecht, Miggelbrin (...)
  • 121 Cette organisation regroupe les associations et sociétés géographiques en Allemagne, organise les (...)

27Le rapport varie également fortement à l’intérieur de la discipline, d’abord d’une sous-discipline à l’autre : fin 2014, au niveau des 248 postes de professeurs en Allemagne, il est d’un pour un pour la didactique de la géographie (10 femmes contre 9 hommes), mais d’un pour deux en géographie humaine (31 contre 76) et d’un pour cinq en géographie physique (13 contre 75)119. Avec 31 % de féminisation des chaires, la géographie humaine allemande est sous la moyenne des sciences sociales (42 %), tandis que la géographie physique affiche 13 % de féminisation pour une moyenne de 31 % pour les géosciences120. Cette inégalité entre les deux sous-disciplines et la persistance de la domination masculine sont également visibles lors des réunions internes à la discipline (tableau 3), tandis que, depuis sa fondation en 1995, sur sept présidents, aucune femme n’a dirigé la Deutsche Gesellschaft für Geographie (DGfG, « Société allemande de géographie »)121.

Tableau 3 : Féminisation des séances du 55e Geographentag (Trêves, 2005)

Total Géographie humaine Géographie physique
H F Taux F° H F Taux F° H F Taux F°
Présidence des séances (Sitzunsleitung) 102 16 14 % 50 14 22 % 40 2 5 %
Discutant (Referent) 202 78 28 % 82 45 35 % 103 26 20 %

H : Hommes ; F : Femmes ; Taux F° : taux de féminisation

Source : Schier, 2006, 4.

  • 122 Hancock, 2004.
  • 123 Dittmann, Kraas, Schmiedecken, 2010, 407-408 ; Didier, Fouque et Calle-Gruber, 2013.
  • 124 Hagemann, 2016, 108.
  • 125 Bördlein, 1994.
  • 126 Depuis 2015, le « congrès allemand de géographie » est le nouveau nom du Geographentag.
  • 127 Baasch, 2015.
  • 128 Par exemple la promotion de l’ambition professionnelle des étudiantes, l’organisation d’entretiens (...)

28À partir de ces différents constats, la question de la présence féminine réelle dans la discipline et des ressorts de leur exclusion, de la dimension « masculiniste122 » de la géographie, est posée de plus en plus explicitement à l’intérieur du milieu académique germanophone à partir des années 1990, d’abord par les cercles féministes, puis par la communauté disciplinaire dans son ensemble, d’autant que les perspectives professionnelles réduites incitent certaines spécialistes à quitter le champ disciplinaire germanique pour faire carrière dans de meilleures conditions, par exemple l’Allemande M. Rössler, à l’Unesco à partir de 1991123. Au début du xxie siècle, le constat de différences entre les carrières des géographes masculins et féminins en Allemagne, la comparaison avec la situation dans les autres pays et les objectifs politiques nationaux et européens affichés et volontaristes de promotion de l’égalité dans la science et l’enseignement124 aboutissent à la mise en œuvre d’études précises sur le sujet et, dans la période récente, à la formulation de préconisations pour réduire les inégalités entre hommes et femmes à ce niveau. Vingt ans après l’étude pionnière de 1992125, le Verband für Geographie an deutschsprachigen Hochschulen und Forschungseinrichtungen (« association pour la géographie dans l’enseignement supérieur et les institutions de recherche germanophones ») met en place en 2013 une task force d’observation et de préconisation sur la question de l’(in-)égalité entre hommes et femmes : plusieurs études sont alors présentées, en particulier lors du Deutscher Kongress für Geographie126 de Berlin en 2015127, aboutissant à un constat global partagé, à une réflexion sur la façon d’équilibrer le ratio disciplinaire hommes-femmes et à la formulation de recommandations pratiques pour améliorer les carrières féminines128.

Géographes dans un écosystème féministe

  • 129 Entre 1978 et 2004, sur les 154 maîtrises (ou master) de géographie ayant un rapport direct avec l (...)
  • 130 Entre 1978 et 2004, on compte 154 maîtrises, 20 thèses de doctorat et 1 habilitation relevant de l (...)
  • 131 Bäschlin et Meier, 1995.
  • 132 Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.
  • 133 Blidon, 2019.
  • 134 Entre 1988 et 2000, elle en publie 38 numéros. Elle est ensuite remplacée par des doctorantes de M (...)
  • 135 Bächli et Bühler, 2007.
  • 136 Bühler, 1994.
  • 137 Goeke et Bühler, 2013, 140.
  • 138 Fleischmann et Wucherpfennig, 2008, 351.

29En plus de cette évolution globale de la féminisation des carrières de géographes, la mise en place d’un réseau professionnel spécifique de femmes se développe à la fin du xxe siècle, singulièrement en Suisse alémanique129, d’abord pour y favoriser les études géographiques féministes, essentiellement menées par des femmes130. Les « traces [de ce] mouvement131 » tendent en effet à se multiplier dans les années 1990132, tout comme en France133 : E. Bäschlin reste la directrice active de la newsletter Geo-Rundbrief: Informationen zur feministischen Geographie jusqu’en mars 2000134, et V. Meier soutient son habilitation à Bâle en 1994, longtemps la seule concernant la géographie du genre dans l’aire germanophone, avant de poursuivre sa carrière en Suisse puis à Munich135. À Zurich où elle est active de 1978 à sa retraite en 2013, Elisabeth Bühler dirige en 1994 un numéro spécial de Geographica Helvetica sur les recherches de genre136, issu des communications données lors d’un colloque géographique organisé à l’hiver 1992-1993 auquel participent par exemple la géographe britannique Doreen Massey (1944-2016) et la sociologue anglaise Sylvia Walby (née en 1953)137. Les réunions du groupe Arbeits-Kreis (AK) Feministische Geographie, qui devient Geographie und Geschlecht (« géographie et sexe ») en 2005, se poursuivent, à 26 reprises entre 1989 et 2008138, et permettent l’émergence d’un courant spécifique, incarné par des personnalités féminines se spécialisant – mais jamais totalement – en matière de géographie féministe et accédant à des postes légitimes. Ainsi, D. Walter-Wastl est nommée en 1997 professeure de « géographie sociale, géographie politique et d’études de genre » à l’université de Berne : c’est la première titulaire d’une chaire fléchée en géographie du genre.

  • 139 BASSDA, 2006.
  • 140 Sur l’importance de Massey en la matière : Mahoudeau, 2016.
  • 141 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 12-13.

30L’influence anglophone est perceptible à l’occasion des conférences données par D. Massey, entre 1999 et 2004, qui cristallisent une sociabilité féministe spécifique intense, lors de week-ends dédiés139. Massey, qui prononce la prestigieuse « Hettner Lecture » à Heidelberg en 1998, rencontre des collègues femmes et leur propose d’organiser l’année suivante des workshops d’initiation et de discussion sur les queer geographies140. Six séances se succèdent, toujours fin janvier, dans différents lieux (Hambourg, Berne, Berlin, Nijmegen, Munich, Francfort) sur des thèmes variés, donnant de nouvelles perspectives aux participants141 et une légitimité internationale plus forte au mouvement.

  • 142 Bauriedl, 2007 ; Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.
  • 143 Seger, 2013 ; la carrière, les fonctions et les publications de D. Walter-Wastl sont retracées sur (...)
  • 144 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 4.
  • 145 Bächli et Bühler, 2007 ; Seger, 2013, 9.
  • 146 Bäschlin, 2011.
  • 147 Bühler et Meier-Kruker, 2004.
  • 148 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 17 et 21.
  • 149 Avec notamment la création du réseau « géographies féministes du new materialism » par la Deutsche (...)
  • 150 E. Bühler joue un rôle important dans la Commission « Geography and Gender » de l’UGI, en organisa (...)

31Dans les années 2000, le mouvement se développe encore142, prenant notamment appui sur l’action de D. Walter-Wastl, qui reste pendant vingt ans sur son poste de Berne143, y « tire la géographie féministe de sa niche144 », lui donne ses lettres de noblesse disciplinaire et surtout des structures légitimantes, destinées à consolider le champ de la géographie du genre145. C’est sous son impulsion qu’en 2008, les géographes féministes de Berne organisent la première session de la « Conférence Bäschlin en géographies féministe et du genre » (Bäschlin Lecture: Feminist and Gender Geographies), en l’honneur du départ en retraite de cette figure historique du mouvement146. Se met donc en place, à Berne singulièrement, une véritable école de géographie féministe, avec une généalogie fondée sur la succession Bäschlin-Wast-Walter. E. Bühler publie quant à elle par exemple en 2001 un Atlas suisse des femmes et de l’égalité, fonde un groupe d’études de genre dans le département de géographie de Zurich et dirige avec V. Meier Kruker en 2004 un ouvrage collectif sur les études de genre, comme « nouvel élan pour la géographie »147, avant de prendre sa retraite en 2013. En Allemagne, le mouvement s’incarne par exemple par le développement de séminaires de géographie féministe (Hambourg, Bonn148) et des rassemblements dédiés, notamment à Berlin en 2001, à Waltershausen en 2015, ou pendant certains Geographentage. Le départ à la retraite progressif de la génération de pionnières des Emibois n’empêche donc pas le renouvellement des générations des géographes féministes, notamment autour de l’AK Geographie und Geschlecht, par l’institutionnalisation des rassemblements thématiques au niveau national149 comme international150. Autant d’éléments forts de visibilité professionnelle et disciplinaire pour la géographie féministe, qui correspond à l’augmentation du nombre des travaux universitaires germanophones portant sur la géographie des femmes et du genre. Cette évolution renvoie précisément à la période d’activité de V. Meier-Kruker à Munich où elle trouve un public étudiant plus nombreux que dans sa précédente université de Bâle (Figure 2).

Figure 2 : Nombre de travaux universitaires produits dans la géographie germanophone féministe (1978-2004)

Figure 2 : Nombre de travaux universitaires produits dans la géographie germanophone féministe (1978-2004)

Source : Bächli et Bühler, 2007, figure 2.

  • 151 Bächli et Bühler, 2007.
  • 152 Fleischmann et Wucherpfennig, 2008.
  • 153 Bauriedl, Fleischmann et Meyer-Hanschen, 2001 ; Bauriedl, 2001 et 2003.
  • 154 Wintzer et Filep, 2018.
  • 155 Hagemann, 2007.
  • 156 La Suisse germanophone semble se distinguer en la matière de la Suisse francophone (Duplan, 2019).

32La plupart de ces travaux (75 %) sont consacrés à l’étude géographique des femmes, même au début du xxie siècle, tandis que les travaux de géographie des rapports de genre prennent une importance croissante (mais qui reste minoritaire) dans les années 1990 et 2000151. Les thèmes traités concernent la géographie humaine, en particulier sociale (emploi et éducation, espace public et mobilité, ville comme espace d’insécurité (notamment nocturne) pour les femmes152, environnement, vie quotidienne et conditions de travail, famille et sexualité, corps ou émotions), même si une approche relativement spécifique relève de la géographie physique, envisagée du point de vue féministe critique153, tandis que l’œuvre de D. Wastl-Walter est caractérisée par l’étude de la transgression des frontières, géographiques comme sociales ou de genre154. Pour importants qu’ils soient et de mieux en mieux valorisés par la discipline, ces thèmes et ces chercheuses restent cependant largement minoritaires et marginaux, comme dans la discipline historique155, liés à des contextes locaux156 et à des personnalités certes très actives mais restant peu nombreuses (un peu plus d’une centaine).

Conclusion

33Les Frauen in der deutschsprachigen Geographie (« femmes dans la géographie germanophone ») ont donc bien une histoire relativement longue, qui ne commence pas (mais s’accélère bien) dans les années 1970. La présence croissante quoique limitée d’étudiantes et leur accès d’abord réduit au doctorat et à l’habilitation ne signifient pas que leurs carrières dans la discipline aient été impossibles : elles furent d’abord très restreintes et conditionnées par des structures académiques globalement peu ouvertes à leur accession aux postes universitaires, limitations à peine compensées par le développement de la géographie appliquée qui, en temps de guerre comme de paix, a pu permettre d’autres types de trajectoires professionnelles, de manière provisoire ou définitive. Si plusieurs figures majeures de Geographinnen ont accédé à des positions légitimes, ce fut à partir des années 1960, en nombre restreint et de manière ponctuelle, tant le « plafond de verre » était puissant. Certains pôles ont concentré l’activité des géographes femmes, dans une situation de conquête d’abord (Leipzig, Heidelberg, Berlin, Prague, Kiel), puis comme féministes, notamment dans le sud des pays germanophones (Vienne, Berne, Zurich, Bâle et Munich). Carrières de plus en plus linéaires, nombreuses et prestigieuses, secteurs de recherche variés, en particulier en géographie humaine mais aussi physique, moins fermée qu’on ne le pense, mise en place d’un milieu féministe et féminin de géographie des femmes et du genre : l’histoire de la discipline dans les pays germanophones ressemble bien à celle de la France, même si l’histoire allemande troublée du xxe siècle, entre violence, exclusion et division, a également exercé une influence non négligeable, dans le sens de mouvements d’éviction comme d’accélération professionnelles. Entre flux et reflux, la féminisation de la géographie universitaire germanique procéda par vagues successives, entre retour à l’ordre et effet cliquet, par exemple au moment des conflits mondiaux. Mais la réunification et l’intégration européenne ont, depuis plusieurs décennies, un effet de normalisation et de banalisation certes incomplet, mais comparable aux autres pays occidentaux.

  • 157 Hagemann et Quataert, 2007.
  • 158 À Erlangen, Boris Michel et Katharina Paulus mènent depuis 2016 un projet d’« histoire des science (...)
  • 159 Charpenel, 2018, 13.
  • 160 Orland et Rössler, 1995.

34La présente étude a ainsi permis de contribuer à écrire une histoire de la géographie germanophone, vue sous l’angle de la professionnalisation de ses représentantes, en articulant l’échelle locale et nationale, voire internationale, en relativisant l’image d’une discipline uniquement masculine, même pendant la première moitié du xxe siècle et en y introduisant la perspective des femmes pour en équilibrer l’historiographie157, dans un sens jusqu’ici peu développé158. Elle est marquée par la conviction que « la marginalisation du féminin dans l’histoire participe de la marginalisation des femmes au présent159 », et que, de ce fait, remettre en lumière les femmes du passé contribue à un double objectif de mémoire et de promotion de l’égalité homme-femme dans la discipline. Faire l’histoire des femmes dans les sciences (naturelles ou humaines) consiste notamment à donner un nom à ses figures historiques plus ou moins occultées160, car la question renvoie autant à leur existence même qu’à leur visibilité, leur légitimité aux yeux de leurs pairs masculins et leur reconnaissance par l’institution. Mais faire cette histoire révèle certainement aussi certains processus et dynamiques globaux à l’œuvre au cours des xxe et xxie siècles dans la discipline géographique, et tout aussi actifs dans les autres sciences humaines.

Haut de page

Bibliographie

Baasch, S., 2015, Online-Befragung Geschlechterverhältnisse an Geographischen Instituten deutscher Hochschulen und schriftliche Befragung raumwissenschaftlicher Forschungsinstitute. Auswertungsbericht, en ligne : https://vgdh.geographie.de/wp-content/docs/2016/01/Ergebnisse-Studie-Geschlechterverhältnisse-VGDH.pdf (consulté le 11 août 2019).

Bächli, K. et Bühler, E., 2007, « From Migration der Frau aus Berggebieten to Gender and Sustainable Development: Dynamics in the field of gender and geography in Switzerland and in the German-speaking context », Belgeo, 3, p. 275-300, DOI: 10.4000/belgeo.11325.

Bäschlin, E., 2002, « Being Feminist in Geography. Feminist Geography in the German-speaking Academy History of a Movement », dans Moss, P. (éd.), Feminist Geography in Practice. Research and Methods, Oxford, Blackwell Publishers, p. 25-30.

Bäschlin, E., 2011, « Ich, die Geographie und die feministische Wissenschaft. Eine persönliche Standortbestimmung zu feministischer Geographie », dans Schurr, C. et Wintzer, J. (éd.), Geschlecht und Raum feministisch denken, Berne, eFeF, p. 171-203.

Bäschlin, E. et Meier, V., 1995, « Feministische Geographie – Spuren einer Bewegung », Geographische Rundschau, 4, p. 248-251.

BASSDA, 2006, « A Kind of Queer Geography/Räume Durchqueeren: The Doreen Massey Reading Weekends », Gender, Place and Culture: A Journal of Feminist Geography, 13-2, p. 173-186.

Bauriedl, S., 2001, « Feministische Ansätze in Physischer Geographie », dans Götschel, H. et Daduna, H. (éd.), Perspektivenwechsel : Frauen- und Geschlechterforschung zu Mathematik und Naturwissenschaften, Mössingen-Talheim, Talheimer Verlag, p. 149-165.

Bauriedl, S., 2003, « Natur zwischen Text und Abenteuer. Etablierte und feministische Perspektiven der Physischen Geographie », dans Albrecht, U., von Braunmöhl, C. (éd.), Etablierte Wissenschaft und feministische Theorie im Dialog, Berlin, Berliner Wissenschaftsverlag, p. 205-219.

Bauriedl, S., 2007, « Still Gender Trouble in German-speaking Feminist Geography », dans Falconer Al-Hindi, K. et Moss, P. (éd.), Feminisms in Geography: Rethinking Space, Place, and Knowledges, Lanham MD, Rowman and Littlefield, p. 130-140.

Bauriedl, S., Fleischmann, K. et Meyer-Hanschen, U., 2001, « Feministische Ansätze in Physischer Geographie », dans Götschel, H., Daduna, H. (éd.), Perspektivenwechsel : Frauen- und Geschlechterforschung zu Mathematik und Naturwissenschaften, Mössingen-Talheim, Talheimer Verlag, p. 149-165.

Bauriedl, S., Marquardt, N., Döll, P., Gans, P., Helbrecht, I., Miggelbrink, J. et Neuer, B., 2016, Auswertung der Studie „Geschlechterverhältnisse an geographischen Instituten deutscher Hochschulen und raumwissenschaftlichen Forschungsinstituten“ und Handlungsempfehlungen der VGDH-Task Force (https://vgdh.geographie.de/wp-content/docs/2016/01/Task-Force-Studie_Geschlechterverhältnisse-an-geographischen-Instituten.pdf, consulté le 11 août 2019).

Bauriedl, S. et Wucherpfennig, C. (éd.), 2018 (octobre), « 30 Jahre Feministische Geographie », Feministisches Geo-RundMail: Informationen rund um feministische Geographie, 77.

Bauriedl, S., Marquardt, N., Schurr, C. et Vogelpohl, A., 2019, « Celebrating 30 years of feminist geographies in the German-speaking countries Germany, Switzerland and Austria », Gender, Place & Culture. A Journal of Feminist Geography, https://doi.org/10.1080/0966369X.2018.1563524.

Beaufaÿs, S. et Krais, B., 2005, « Femmes dans les carrières scientifiques en Allemagne : les mécanismes cachés du pouvoir », Travail, genre et sociétés, 14/2, p. 49-68.

Berger, H. A., 2007, Deutsche Historikerinnen 1920-1970 : Geschichte zwischen Wissenschaft und Politik, Francfort/New York, Campus Verlag.

Blidon, M., 2019, « Still a long way to go: gender and feminist geographies in France », Gender, Place & Culture. A Journal of Feminist Geography, DOI : 10.1080/0966369X.2018.1557604.

Boedeker, E. et Meyer-Plath, M., 1974, 50 Jahre Habilitation von Frauen in Deutschland. Eine Dokumentation über den Zeitraum von 1920-1970, Göttingen, Schriften des Hochschulverbandes, 27.

Bördlein, R., 1994, « Geographinnen an Hochschulen in der Bundesrepublik Deutschland, Österreich und der Schweiz: ausgewählte Ergebnisse einer schriftlichen Befragung 1991/1992 », Geographica Helvetica, 49, p. 31-40.

Brandenburg, B. et Mehmel, A., 1996, « Margarete Kirchberger, verh. Philippson (1882-1953) », dans Kuhn, A., Rothe, V. et Mühlenbruch, B. (éd.), 100 Jahre Frauenstudium: Frauen an der Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität Bonn, Dortmund, Ed. Ebersbach, p. 156-159.

Broc, N., 1977, « La géographie française face à la science allemande (1870-1914) », Annales de géographie, 473, p. 71-94.

Brogiato, H.-P., 1998, Wissen ist Macht. Geographisches Wissen ist Weltmacht. Die schulgeographischen Zeitschriften im deutschsprachigen Raum (1880-1945), Trèves, Geographische Gesellschaft Trier (Materialien zur Didaktik der Geographie, 18).

Brogiato, H.-P., 2005, « Geschichte der deutschen Geographie im 19. und 20. Jahrhundert – ein Abriss », dans Schenk, W. et Schliephake, K. (éd.), Allgemeine Anthropogeographie, Gotha, Perthes, p. 41-81.

Brosin, H.-J., 1999, « Lotte Möller (1893–1973) und die gewässerkundlichen Arbeiten am Institut für Meereskunde Berlin », Historisch-meereskundliches Jahrbuch, 6, p. 19-34.

Bruhms, H., 2014, « Hedwig Hintze (1884-1942). Une historienne en avance sur son temps, un destin tragique, une reconnaissance tardive », dans Burguière, A. et Vincent, B. (éd.), Un siècle d’historiennes, Paris, Éditions Des Femmes-Antoinette Fouque, p. 99-115.

Bühler, E. (éd.), 1994, Geschlechterforschung, numéro thématique, Geographica Helvetica.

Bühler, E. et Meier-Kruker, V. (éd.), 2004, Geschlechterforschung. Neue Impulse für die Geographie, Zurich, Geographisches Institut (Wirtschaftsgeographie und Raumplanung, t. 33).

Burek, C. V. et Higgs, B. (éd.), 2007, The Role of Women in the History of Geology, Londres, Geological Society (Special Publication, 281).

Bushong, A. D., 1984, « Ellen Churchill Semple (1863-1932) », Geographers, Biobibliographical Studies, 8, p. 87-94.

Cernajsek, T., Seidl, J. et Rohrhofer, A., 2000, Geowissenschaften und Biographik. Auf den Spuren österreichischer Geologen und Sammler (1748-2000), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften (Österreichisches Biographisches Lexikon Schriftenreihe, 6).

Charle, C. et Verger, J., 2012, Histoire des universités xiie-xxie siècle, Paris, PUF.

Charpenel, M., 2018, « Les enjeux de la mémoire chez les historiennes des femmes, 1970-2001 », Actes de la recherche en sciences sociales, 223, p. 12-25.

Creton, D., 2007, « Gender issues in French geography », Belgeo, 3, p. 313-322, DOI : 10.4000/belgeo.11201.

Deutsche Forschungsgemeinschaft, 2013, Chancengleichheits-Monitoring 2013, Antragstellung und -erfolg von Wissenschaftlerinnen bei der DFG, rapport annuel.

Dickmann, E. et Schöck-Quinteros, E. (éd.), 2000, Barrieren und Karrieren. Die Anfänge des Frauenstudiums in Deutschland, Berlin, Trafo-Verlag (Schriftenreihe des Hedwig Hintze-Instituts Bremen, 5).

Didier, B., Fouque, A. et Calle-Gruber, M. (éd.), 2013, Le dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions Des Femmes.

Dittmann, A., Kraas, F. et Schmiedecken, W. (éd.), 2010, Wer ist wo? Geographinnen und Geographen an Universitäten, Hochschulen und Forschungseinrichtungen in Deutschland, Österreich und der Schweiz, Bonn, Verband der Geographen an Deutschen Hochschulen.

Domrös, M., Gormsen, E. et Stadelbauer, J. (éd.), 1990, Festschrift für Wendelin Klaer zum 65. Geburtstag, Mayence, Geographisches Institut der Johannes-Gutenberg-Universität (Mainzer geographische Studien, 34).

Dörflinger, J., 2012, « Ingrid Kretschmer (1939–2011) », Imago Mundi, 64, p. 108–111.

Duplan, K., 2019, « A feminist geographer in a strange land: building bridges through informal mentoring in Switzerland », Gender, Place & Culture. A Journal of Feminist Geography, https://doi.org/10.1080/0966369X.2018.1552249.

Eppinga, J., 2008, They Made Their Mark. An Illustrated History of the Society of Woman Geographers, Guilford, Globe Pequot Press.

Fahlbusch, M., 2017, « Emil Meynen » dans Haar, I., Fahlbusch, M. et Pinwinkler, A. (éd.), Handbuch der völkischen Wissenschaften: Akteure, Netzwerke, Forschungsprogramme, Oldenbourg, De Gruyter, p. 509-517.

Faßmann, H., 2004, « Geography in Austria », Belgeo, 1, p. 17-34, DOI :10.4000/belgeo.10056.

Fleischmann, K. et Wucherpfennig, C., 2008, « Feministische Geographien und geographische Geschlechterforschung im deutschsprachigen Raum », ACME: An International E-Journal for Critical Geographies, 7/3, p. 350-376.

Fricke, W., 2005, « Anneliese Krenzlin – Werdegang und Lebenswerk », dans Kniehase, H.-F. (éd.), Das Rundplatzdorf. Slawisch-deutsche Siedlungsgenese in Altmark, Havelland und Oderbruch, Scharbeutz, Siedlungsgeographische Studien, 2, p. 193-201.

Fricke, W. et Wolf, K. (éd.), 1975, Neue Wege in der Erforschung städtischer und ländlicher Siedlungen. Festschrift für Anneliese Krenzlin zu ihrem 70. Geburtstag, Kramer, Francfort, Rhein-Mainische Forschungen, 80.

Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1914, Verzeichnis der Mitglieder, Berlin, Reimer.

Ginsburger, N., 2010, « “La guerre, la plus terrible des érosions.” Cultures de guerre et géographes universitaires. France, Allemagne, États-Unis (1914-1921) », thèse de doctorat d’histoire sous la direction d’Annette Becker, université Paris-Ouest Nanterre-La Défense (http://bdr.u-paris10.fr/theses/internet/2010PA100195.pdf, consulté le 11 août 2019).

Ginsburger, N., 2011, « La géographie universitaire allemande revisitée. Quarante ans de regard critique (1969-2010) », L’Espace géographique, 3, p. 193-214, DOI : 10.3917/eg.403.0193.

Ginsburger, N., 2014, « Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919) », Revue germanique internationale, 20, p. 147-166, DOI : 10.4000/rgi.1496.

Ginsburger, N., 2015a, « Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928) », Cybergeo: European Journal of Geography, DOI : 10.4000/cybergeo.27138.

Ginsburger, N., 2015b, « Les “enfants terribles” de la Landschaft. Revendications, contestations et révoltes dans la géographie universitaire ouest-allemande (Bonn, Berlin-Ouest, Kiel) en 1968-1969 ». Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 173-208, DOI : 10.4000/rhsh.2347.

Ginsburger, N., 2016, « Le quart féminin des géographes : dynamiques et limites de la féminisation dans la géographie universitaire française et internationale (1928-1938) », Revue d’histoire des sciences humaines, 29, p. 213-248, DOI : 10.4000/rhsh.641.

Ginsburger, N., 2017a, « Portrait en groupe de femmes géographes. La féminisation du champ disciplinaire au milieu du xxe siècle, entre effets de contexte et de structure (1938-1960) », Annales de géographie, 713, p. 107-133.

Ginsburger, N., 2017b, « Femmes en géographie au temps des changements. Féminisation et féminisme dans le champ disciplinaire français et international (1960-1990) », L’Espace géographique, 3, p. 236-263, DOI : 10.3917/eg.463.0236.

Goeke, P. et Bühler, E., 2013, « Dissidente Partizipation : Elisabeth Bühler und die Geschlechterforschung in der Geographie », Geographica Helvetica, 68, p. 139-144.

Hagemann, K., 2007, « From the Margins to the Mainstream? Women’s and Gender History in Germany », Journal of Women’s History, 19/1, p. 193-199.

Hagemann, K., 2016, « Gleichberechtigt? Frauen in der bundesdeutschen Geschichtswissenschaft », Zeithistorische Forschungen, 13, p. 108–135 (https://zeithistorische-forschungen.de/1-2016/id=5333, consulté le 11 août 2019).

Hagemann, K. et Quataert, J. H. (éd.), 2007, Gendering Modern German History. Rewriting Historiography, New York/Oxford, Berghahn Books.

Hancock, C., 2004, « L’idéologie du territoire en géographie : incursions féminines dans une discipline masculiniste », dans Bard, C. (éd.), Le genre des territoires : masculin, féminin, neutre, Angers, Presses de l’université d’Angers, p. 165-174.

Heindl, W. et Tichy, M. (éd.), 1990, „Durch Erkenntnis zu Freiheit und Glück…“ Frauen an der Universität Wien (ab 1897), Vienne, WUV – Universitätsverlag (Schriftenreihe des Universitätsarchivs, 5).

Honegger, C. et Wobbe, T. (éd.), 1998, Frauen in der Soziologie. Neun Porträts, Munich, C. H. Beck.

Ingrao, C., 2016, La Promesse de l’Est. Espérance nazie et génocide (1939-1943), Paris, Seuil.

International Geographical Union, 1952, Proceedings of the Eighth general Assembly and Seventeenth international Congress, Washington D. C., National Academy of Sciences – National Research Council.

Jégou, A., Chabrol, A. et de Bélizal, E., 2012, « Rapports genrés au terrain en géographie physique », Géographie et cultures, 83, p. 33-50.

Keintzel, B. et Korotin, I. (éd.), 2002, Wissenschaflerinnen in und aus Österreich: Leben – Werk – Wirken, Vienne, Böhlau.

Kreisel, W., Sick, W. D. et Stadelbauer, J. (éd.), 1979, Siedlungsgeographische Studien. Festschrift für Gabriele Schwarz, Berlin, De Gruyter.

Leendertz, A., 2008, Ordnung schaffen. Deutsche Raumplanung im 20. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein.

Lendel, E., 1978, « Therese Pippan – 70 Jahre – ein Leben der Forschung gewidmet », Mitteilungen der Österreichischen Geographischen Gesellschaft, 120, p. 337-341

Lichtenberger, E., 1984, « The German-speaking Countries », dans Johnston, R. J. et Claval, P. (éd.), Geography since the Second World War. An International Survey, Londres, Croom Helm, p. 156-184.

Lichtenberger, E., 2009, « Die Entwicklung der Geographie als Wissenschaft im Spiegel der Institutionspolitik und Biographieforschung. Vom Großstaat der k.u.k. Monarchie zum Kleinstaat der Zweiten Republik », dans Musil, R. et Staudacher, C. (éd.), Mensch, Raum, Umwelt, Entwicklungen und Perspektiven der Geographie in Österreich, Vienne, Österreichische Geographische Gesellschaft, p. 13-51.

Lüdecke, C., 2004a, « Lotte Möller (1893–1974) - Erste Ozeanographieprofessorin im deutschsprachigen Raum », Koryphäe—Medium für feministische Naturwissenschaft und Technik, 35, p. 39-42.

Lüdecke, C., 2004b, « „Treue und unentwegte Mitarbeiterin“: Martha Haushofers Anteil an der Entwicklung der Geopolitik », Geohistorische Blätter, 7/2, p. 137-154.

Maddrell, A., 2009, Complex Locations: Women’s geographical work in the UK 1850-1970, Londres, Royal Geographical Society/Blackwells-Wiley.

Mahoudeau, A., 2016, « Doreen Massey », Hypergeo (http://www.hypergeo.eu/spip.php?article702#, consulté le 11 août 2019).

Marry, C. et Jonas, I., 2005, « Chercheuses entre deux passions. L’exemple des biologistes », Travail, genre et sociétés, 14/2, p. 69-88.

Martin, G. J., 2015, American Geography and Geographers: Toward Geographical Science, Oxford, Oxford University Press.

Martínek, J., 2010, « Radost z poznání nemusí vést k uznání. Julie Moschelesová » [La joie de savoir ne doit pas mener à la reconnaissance. Julie Moscheles], dans Vošahlíková, P. et Martínek, J. (éd.), Cesty k samostatnosti. Portréty žen v éře modernizace, Prague, Historický ústav, p. 176-189.

Mathes, B., 2001, Aus der Geschichte… Die Sektion „Frauenforschung in den Sozialwissenschaften“ in der DGS (https://www.sociohub-fid.de/file/file/download?guid=26bd796b-d33d-4888-bf0e-dca5f0f41b3b, consulté le 11 août 2019).

Mayr, A., 1983, « Geographie-Studentenzahlen in der Bundesrepublik Deutschland », Geographische Rundschau, 35/5, p. 250-254.

Meißner, H.-A., 2013, « Ein Leben für die Geographie in Lehre und Forschung. Angelika Sievers zum 100. Geburtstag », Jahrbuch für das Oldenburger Münsterland, 62, p. 350-362.

Meynen, E., 1968-1974, Orbis geographicus Geographisches Weltadressbuch, t. 2 : Geographenverzeichnis nach Ländern, Wiesbaden, Steiner.

Mingus, M. D., 2017, Remapping Modern Germany after National-Socialism, 1945-1961, Syracuse, Syracuse University Press.

Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 2014, Fiche démographique de la section 23 du CNU (http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/statistiques/69/9/Section_23_379699.pdf, consulté le 11 août 2019).

Monk, J., 1998, « The Women Were Always Welcome at Clark », Economic Geography, extra Issue, p. 14-30.

Monk, J., 2008 (25 mai), « Practically All the Geographers were Women », Presentation at Society of Woman Geographers Triennial.

Nitz, B., Schultz, H.-D. et Schulz, M., 2010, 1810-2010: 200 Jahre Geographie in Berlin, Berlin, Geographisches Institut der Humboldt-Universität zu Berlin (Berliner Geographische Arbeiten, 115).

Ogrissek, R., 1992, « Die thematisch-kartographische Dissertation der Leipziger Ratzel-Schülerin Martha Krug, promoviert bei Alfred Hettner an der Universität Heidelberg 1901 », dans Brogiato, H. P. et Closs, H.-M. (éd.), Geographie und ihre Didaktik. Festschrift für Walter Sperling, t. 2, Trèves, Materialien zur Didaktik der Geographie, t. 16, p. 151-164.

Orland, B. et Rössler, M., 1995, « Women in Science - Gender and Science. Ansätze feministischer Naturwissenschaftskritik im Überblick », dans Orland, B., Scheich, E. (éd.), Das Geschlecht der Natur, Francfort, Suhrkamp, p. 13-63.

Osborn, N. G., 1906, Men of Mark in Connecticut; Ideals of American Life told in Biographies and Autobiographies of Eminent living Americans, vol. 1, Hartford, W. R. Goodspeed.

Paletschek, S., 2006, « Ermentrude und ihre Schwestern. Die ersten habilitierten Historikerinnen in Deutschland », dans Henning, A. (éd.), Politische Gesellschaftsgeschichte im 19. und 20. Jahrhundert: Festgabe für Barbara Vogel, Hambourg, Krämer, p. 175-187.

Peiffer, J., 2017, « Sciences », dans Bard, C. (éd.), Dictionnaire des féministes, France xviiie-xxie siècle, Paris, PUF, p. 1314-1316.

Philippson, A., 1996, Wie ich zum Geographen wurde Aufgezeichnet im Konzentrationslager Theresienstadt zwischen 1942 und 1945, H. Böhm et A. Mehmel (éd.), Bonn, Bouvier (Academia Bonnensia, 11).

Puig, M., 2004, « (Re)contruire les savoirs », dans Gubin, E., Jacques, C., Rochefort, F., Studer, B., Thébaud, F. et Zancarini-Fournel, M. (éd.), Le siècle des féminismes, Ivry-sur-Seine, Éditions de l’atelier, p. 289-302.

Robic, M.-C. et Rössler, M., 1996, « Sirens within the IGU. An analysis of the role of women at International Geographical Congresses (1871-1996) », Cybergeo. Journal européen de géographie, 14, DOI : 10.4000/cybergeo.5257.

Rössler, M., 1990, „Wissenschaft und Lebensraum“. Geographische Ostforschung im Nationalsozialismus. Ein Beitrag zur Disziplingeschichte der Geographie, Berlin, Reimer.

Rössler, M. et Schleiermacher, S. (éd.), 1993, Der „Generalplan Ost“. Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin, Akademie Verlag.

Schaser, A., 2015, Der Arbeitskreis Historische Frauen- und Geschlechterforschung 1990 bis 2015. Wissenschaftliche Professionalisierung im Netzwerk, Hambourg, Druckhaus Köthen.

Schelhaas, B., 2004, Institutionelle Geographie auf dem Weg in die wissenschaftspolitische Systemspaltung. Die Geographische Gesellschaft der DDR bis zur III. Hochschul- und Akademiereform 1968-1969, Leipzig, Institut für Länderkunde (Beiträge zur regionalen Geographie, 60).

Schelhaas, B. et Hönsch, I., 2001, « History of German Geography – Worldwide Reputation and Strategies of Nationalisation and Institutionalisation », dans Dunbar, G. S. (éd.), Geography – Discipline, Profession and Subject Since 1870. An International Survey, Dordrecht, The GeoJournal Library, 62, p. 9-44.

Schier, M., 2006, « Immer noch große Geschlechterungleichheiten in der deutschsprachigen Hochschulgeographie », Feministisches Geo-RundMail: Informationen rund um feministische Geographie, 28, p. 2-5.

Schwarz, W. et Dörflinger, J., 2011, « Ingrid Kretschmer (1939-2011) - ein Leben für die Wissenschaft », Mitteilungen der österreichischen Geographischen Gesellschaft, 153, p. 349–356.

Seger, M., 2013, « Dr Doris Wastl-Walter, Universitätsprofessorin der Geographie, Vizerektorin der Universität Bern. Eine Würdigung anlässlich eines runden Geburtstages », Klagenfurter Geographische Schriften, 29, p. 6-10.

Slaymaker, O., 2012, « In Memoriam : Hanna Bremer (1928-2012) », Zeitschrift für Geomorphologie, 56/1, p. 3-4.

Spang, C. W., 2013, Karl Haushofer und Japan. Die Rezeption seiner geopolitischen Theorien in der deutschen und japanischen Politik, Munich, Iudicium-Verlag (Monografie des Instituts für Japanstudien, 25).

Wardenga, U., Henniges, N., Brogiato, H. P. et Schelhaas, B., 2011, Der Verband deutscher Berufsgeographen 1950-1979. Eine sozialgeschichtliche Studie zur Frühphase des DVAG, Leipzig, Leipzig Institut für Länderkunde (Forum IfL, 16).

Wastl-Walter, D., 1985, « Geographie – eine Wissenschaft der Männer? Eine Reflexion über die Frau in der Arbeitswelt der wissenschaftlichen Geographie und über die Inhalte dieser Disziplin », Klagenfurter Geographische Schriften, 6, p. 157-169.

Werner, A., 2013, The Transatlantic World of Higher Education: Americans at German Universities, 1776-1914, New York, Berghahn Books (European studies in American history, 4).

Wiche, K. (éd.), 1963, Festschrift zum 60. Geburtstag von Hans Bobek, Vienne, Mitteilungen der österreichischen geographischen Gesellschaft.

Wintzer, J. et Filep, B. (éd.), 2018, Geographie als Grenzüberschreitung. Festschrift für Prof. Dr. Doris Wastl-Walter, Berne, Geographische Gesellschaft (Jahrbuch der Geographischen Gesellschaft Bern, 66).

Haut de page

Annexe

Parcours professionnel de quelques femmes géographes germanophones des xxe et xxie siècles

Bäschlin (-Roques) Elisabeth (née en 1945) Lectrice puis maître de conférences en géographie culturelle à Berne (1983-2008). Directrice de la newsletter Geo-Rundbrief: Informationen zur feministischen Geographie jusqu’en mars 2000.
Bremer Hanna (1928-2012) DR (Göttingen, 1958) en géomorphologie fluviale. HB sur la géomorphologie de l’Australie centrale (Heidelberg, 1966). Apl. Prof. (Heidelberg, 1970), ord. Prof. (Cologne, 1972-1993). Dirige la Zeitschrift für Geomorphologie (« Revue [allemande] de géomorphologie ») (1973-1992).
Höhl Gudrun (1918-2009) DR (Prague, 1942) sur la ville de Bayreuth. HB (Erlangen, 1959). Privatdozent (1960), puis Universität Dozent (1962). Apl. Prof. (Sarrebruck, 1964). Ord. Prof. (Mannheim, 1965).
Klaer Wendelin (née en 1925) DR (1955) sur le granite de la Corse. HB sur la géomorphologie des montagnes de l’Asie mineure (1962). Ord. Prof. (Mayence, 1970).
Krenzlin Anneliese (1903-1993) À partir de 1923, études de germanistique, d’histoire et de géographie à Fribourg et Kiel, puis à Berlin. DR (Berlin, 1930) sur le paysage culturel de la région de Hanovre. Examen d’État (1932), examen d’assesseur (1934), exerce dans plusieurs écoles. Bourse de la Forschungsgemeinschaft der deutschen Wissenschaften (1936). En 1939 assistante scientifique à Berlin puis chargée de recherche. En 1943 employée par Meynen, avec Mathiesen, dans l’Abteilung für Landeskunde (section de géographie). Obligée de quitter l’université de Berlin en novembre 1945 du fait de son adhésion au NSDAP. En 1947 collaboratrice scientifique de l’administration centrale pour l’agriculture et la sylviculture (Hauptverwaltung für Land- und Forstwesen). HB (Rostock, 1950). Dozentin (Rostock, 1951 ; Francfort, 1953). Apl. Prof. (Francfort, 1956). Ord. Prof. (Francfort, 1963-1971).
Kretschmer Ingrid (1939-2011) Études de géographie et d’ethnologie à l’université de Vienne dans les années 1960. Nommée en 1966 à Vienne sur un poste nouvellement créé de géographie et de cartographie. Longtemps assistante scientifique, puis Dozentin après son habilitation (1974). Professeure titulaire de cartographie (Vienne, 1988). Dirige la revue Imago Mundi, à partir de 1993.
Krug (épouse Genthe) Martha (1871-1945) Élève de Ratzel (Leipzig, 1897-1900). DR (Heidelberg, 1901), sur la cartographie des courants océaniques et le développement de l’océanographie. Publie dans la Geographische Zeitschrift plusieurs articles sur l’enseignement de la géographie dans le système scolaire allemand et américain. Mariée au début de l’année 1901 à Karl Wilhelm Genthe, le rejoint de l’autre côté de l’Atlantique, accepte un poste à Beacon School (Hartford, Connecticut), une école privée pour jeunes filles, et publie en 1903 dans la Geographische Zeitschrift un long article sur la discipline géographique aux États-Unis, qui contient l’un des premiers exposés en allemand sur la théorie du cycle davisien, ainsi que des articles dans le très diffusé et populaire National Geographic Magazine sur la géographie scolaire et la diffusion des méthodes et de la connaissance de la géographie allemande et états-unienne. Au Congrès international de géographie de Washington de 1904, présente avec Semple un hommage à Ratzel, tout juste décédé, et un essai de géographie scolaire. Membre fondatrice de l’Association des géographes américains, seule femme avec Semple, seule des membres fondateurs à posséder un doctorat de géographie. Rentre en Allemagne en 1911.
Lichtenberger Elisabeth (née Czermak) (1925-2017) Examen d’État d’enseignement (1948). DR (Vienne, 1949) sur la morphologie alpine. Élève de Johann Sölch, assistante de Hans Bobek. HB (Vienne, 1965) sur les rues commerçantes de Vienne. Assistante à Vienne, professeure d’échanges à Ottawa, Kent (Ohio), Erlangen et Berkeley (1968-1972). Ord. Prof. (Vienne, 1972-1995).
Mathiesen Ingrid (1909-après 2003) DR (Technische Universität [TU, université technique] Hanovre, 1939). Employée dans l’Abteilung (puis l’Amt) für Landeskunde (section [puis bureau] de géographie) (1941-1951). Occupe plusieurs postes, dans les années 1960 et 1970, dans des organismes de Raumforschung (Basse-Saxe, TH Braunschweig).
Meier Verena (épouse Kruker) (née en 1959) Diplômée en géographie (Zurich, 1984). Master of Science (Pennsylvania State University, 1985). À l’origine des rencontres féministes des Emibois, à partir de 1988. DR (Bâle, 1989), sur la vie des femmes dans le val Calanca (Suisse). HB (Bâle, 1994). Carrière en Suisse puis à Munich où elle est nommée Ord. Prof. à la TU et à la LMU (1998-2003). Après 2004, direction d’une école supérieure en Suisse.
Möller (Char)Lotte (1893-1973) Avril 1914-avril 1919 : études d’océanographie (dir. Alfred Merz, lieutenant d’Albrecht Penck à l’Institut für Meereskunde [institut océanographique de Berlin]), de géologie (dir. Penck), de physique et mathématiques (dir. Max Planck). Diplômée de géographie (1919), examen d’État pour l’enseignement (1920), examen d’assesseur, remplacements dans plusieurs lycées (1920-1922). En février 1923, assistante non-titulaire (ausserordentliche Assistentin) en océanographie pour Merz, permanente en 1925. DR (Berlin, 1924) sous la direction de Merz, sur l’étude des lacs (limologie) prussiens. Aide Merz à préparer l’expédition allemande dans l’Atlantique Sud du bateau Meteor. HB (Berlin, 1929) sur les courants océaniques dans l’Océan indien. 1929-1934 : « conseillère d’études » (Studienrätin) dans plusieurs lycées ; en 1934 Kustos (conservateur) à l’Institut für Meereskunde ; en 1935 ao. Prof., en 1939 apl. Prof. à l’université de Berlin, élue à l’académie Leopoldina de Halle en 1940. Prépare en 1941 des cartes des marées à Helgoland, pour le commandement de la Reichsmarine, et un atlas des conditions hydrographique dans le golfe de Gascogne. Dirige un nouveau département d’hydrographie continentale, créé en avril 1942, destiné à évaluer les ressources militaires dans les territoires orientaux occupés. Rapport préparatoire à la mise en place d’un canal entre la Vistule, le Dniepr et les canaux russes, rapport sur les températures et la glace dans les rivières Spree et Havel. En 1943, travaille au département nautique du commandement naval suprême pour mesurer les marées et les courants. Ayant adhéré au NSDAP le 1er mai 1933, est licenciée sans préavis le 29 décembre 1945, quitte Berlin pour Göttingen en 1946. Chargée d’une recherche sur les conditions hydrographiques de Basse-Saxe par l’Akademie für Raumforschung und Landesplanung et de la direction des canaux, et sur la composition chimique des eaux de surface et de profondeur dans le nord de l’Allemagne. 1952 : charge de cours à Göttingen, sans salaire, travaux sur l’analyse régionale de la distribution géographie des concentrations de substances dissoutes dans les eaux souterraines et de surface. 1956 : apl. Prof. en géographie et hydrographie, enseigne la limologie à Munich (1957-1958), puis retraite.
Moscheles Julie (1892-1956) DR en allemand (1916, Prague) sur l’empreinte glaciaire en Scandinavie. 1918 : assistante. HB (1933), nommée professeure assistante à l’université Charles. Doit quitter Prague et l’Europe en 1938, passe plusieurs années à Melbourne, en Australie, revient à Prague en 1950 pour y retrouver un poste d’enseignant.
Paulukat (née Brüggeman) Inge (née en 1931) DR (Berlin, 1960) sur les voyages de Humboldt en Amérique latine. HB (Berlin, 1980) sur la métropolisation dans les pays latino-américains non-socialistes. Première directrice de la section de géographie de l’université Humboldt de Berlin-Est (1982-1990).
Pohl Irmgard (1902-1986) DR (Fribourg, 1931) sur la Bulgarie. Dozentin (Bonn, 1946), professeure de géographie et d’ethnologie à la Pädagogische Hochschule (Bonn, à partir de 1960), coéditrice de la Geographische Zeitschrift.
Schwarz Gabriele (1914-1988) DR (Breslau, 1940), dir. Obst, sur une région montagneuse des Sudètes ; assistante scientifique à Breslau, puis à la Technische Hochschule de Hanovre. HB (Hanovre, 1949) sur la géographie culturelle, dir. Obst. À la retraite d’Obst, prend son poste de manière provisoire, pendant trois ans. Ao puis apl. Prof (1956-1977, Fribourg). Doyenne de la faculté de géosciences (1975-1976).
Siebert Anneliese (1911-1989) DR (Würzbourg, 1944) sur les paysages culturels autour de Würzbourg. À partir de 1949 : référente scientifique de l’Akademie für Raumforschung und Landesplanung (académie de recherche spatiale et de planification) de Hanovre. 1950-1958 : membre du conseil du Verband der Berufsgeographen.
Sievers Angelika (1912-2007) Études d’anglais, de géographie, d’histoire contemporaine et de pédagogie aux universités de Heidelberg, de Bonn et de Berlin (1932-1938). Boursière DAAD en 1935-1936 : Master of Arts à Clark University, sur les régions agricoles de Poméranie. Retour à Berlin, adhère au NSDAP et au Reichskolonialbund (ligue coloniale) (1937). DR (dir. Carl Troll) sur l’élevage bovin aux États-Unis. Travaille au sein de la Reichsarbeitsgemeinschaft für Raumforschung (communauté de travail pour la recherche sur l’espace), dirige la revue Raumfoschung und Raumordnung (« Recherches sur l’espace et la planification »). À partir de 1940, chercheuse à l’Institut agronomique (Institut für Agrarwesen und Agrarpolitik) de l’université de Berlin. Collaboratrice et amie du sociologue agrariste Herbert Morgen, mène des analyses sur les régions de Saxe inférieure et met au point des modèles cartographiques selon les méthodes de Morgen, appelés « plans sociaux » (sociale Grundrisse) de villages et de communautés rurales. Collaboratrice indépendante de l’Amt IV Planung und Boden (Bureau IV Planification et sol) du Reichskommissariat für die Festigung deutschen Volkstums (commissariat pour la consolidation de la nation allemande) : travaille à l’élaboration du Generalplan Ost pour préparer la germanisation des territoires occupés. À partir de 1942, dirige les Berichte zur deutschen Landeskunde (« Rapports de géographie allemande ») dans la section géographique du Reichsamt für Landesaufnahme (service de topographie), sous la direction de Meynen. En 1945 : interprète pour les troupes américaines et toujours en activité dans le Reichsamt für Landesaufnahme, puis l’Amt für Landeskunde. Début 1949 : licenciée par Meynen ; à partir d’avril : charge d’enseignement à la Pädagogische Hochschule de Vechta, à Oldenburg. Poste stable de Dozent en « Heimatkunde et didactique de la géographie ». 1964 : nommée professeure de didactique de la géographie. Retraite en 1976. À partir de 1955 : recherches sur l’Asie du Sud, voyages en Inde et à Ceylan (HB), puis en Thaïlande et en Malaisie. Dans le cadre de l’Unesco, envoyée dans l’école des professeurs du secondaire de Zaria, au Nigeria, pour y développer la géographie scolaire. Après son départ à la retraite : poursuit des travaux sur l’Asie du Sud, en particulier en matière de tourisme et de géographie religieuse.
Wastl (née Walter) Doris (née en 1953) Étudiante de Lichtenberger (Vienne), un an d’études à Grenoble ; diplôme d’enseignement en français et en géographie ; à partir de 1979 assistante à l’institut de géographie de Klagenfurt. DR (1987) sur la ville de Klagenfurt, HB (1996). Membre du bureau (1996) puis présidente (2000-2008) de la commission « géographie et administration publique » de l’UGI. Research Scholar (Fullbright Research Scholarship) à l’université d’Arizona (1996). Professeure de « géographie sociale, géographie politique et d’études de genre » à l’université de Berne (1997-2017). Co-fonde en 2001 et reste dix ans directrice du centre d’études interdisciplinaires de genre de Berne (Interdisziplinäres Zentrum für Geschlechterforschung), fonde le Graduierten-Kolleg, une école de doctorantes en études de genre, et développe de nombreux projets d’études, également du fait de sa position de directrice de l’institut de géographie (2006-2010), de vice-rectrice de l’université (2011), de présidente du programme fédéral suisse pour l’égalité des chances / Gender Studies (2013-2016) et d’éditrice du journal Border Regions Studies.

Légende : DR = doctorat ; HB : Habilitation

Haut de page

Notes

1 Les noms suivis d’un astérisque font l’objet d’une esquisse biographique dans l’annexe 1.

2 Didier, Fouque et Calle-Gruber, 2013.

3 On ne précisera pas ici les dates des géographes masculins, faciles à trouver, mais seulement des personnages féminins.

4 Lichtenberger, 2009.

5 Brogiato, 2005.

6 Schelhaas et Hönsch, 2001.

7 Ginsburger, 2011, 194.

8 Berger, 2007 ; Hagemann, 2016.

9 Honegger et Wobbe, 1998.

10 Peiffer, 2017, 1316.

11 Du moins dans la pratique et la spécialisation effectives (Jégou, Chabrol et de Bélizal, 2012), aucun document normatif ne précisant ce fait qui admet de nombreuses exceptions (Maddrell, 2009 ; Ginsburger, 2017a et b).

12 On ne pourra pas étudier ici les personnels académiques « subalternes » (secrétaires, cartographes, dessinatrices, documentalistes, bibliothécaires, etc.), professions de « petites mains » souvent très féminisées, marquées par une précarité et un turn over importants, invisibles dans les sources institutionnelles accessibles, en particulier l’annuaire des géographes germanophones, le Wer ist wo? [« Qui est où ? »] (Dittmann, Kraas et Schmiedecken, 2010), plus encore que dans le cas français où elles sont parfois évoquées dans l’Annuaire des géographes français à partir de 1969 (Ginsburger, 2017b).

13 Au début du xxie siècle, l’Allemagne compte 63 départements de géographie, l’Autriche 8 et la partie germanophone de la Suisse 5 ; le nombre d’étudiants obtenant un diplôme en géographie en Allemagne est au moins vingt fois plus important qu’en Suisse et en Autriche (Bächli et Bühler, 2007).

14 Même si certains parlent d’« importation » et d’« exportation » pour désigner la circulation professionnelle d’universitaires géographes d’un pays à l’autre (Lichtenberger, 2009), tandis que les organisations professionnelles sont souvent distinguées nationalement.

15 Notamment des statistiques et des annuaires, des revues disciplinaires ou des ouvrages collectifs, comme des actes de congrès ou des volumes d’hommages.

16 On pourra regretter de ne pas avoir ici de sources sérielles suffisantes permettant d’embrasser sinon le siècle, du moins des périodes conséquentes, au contraire des diplôme d’études supérieures (DES) pour le cas français (Ginsburger, 2015a, 2016 et 2017a). L’étude de la « boîte noire » académique et des « mécanismes cachés » propres à la discipline (Beaufaÿs et Krais, 2005) nécessiterait par ailleurs des sources suffisamment fines pour entreprendre une appréciation des « barrières » dans la carrière et la promotion des impétrantes (Dickmann et Schöck-Quinteros, 2000), par exemple les comptes rendus des discussions des comités de spécialistes chargés du recrutement sur certains postes. Enfin, si elles existent et sont disponibles, les archives personnelles et professionnelles des femmes ici évoquées pourraient apporter des précisions au cas par cas.

17 Les parcours professionnels de certaines figures plus ou moins représentatives ou surtout bien renseignées, la mise en évidence de « générations » ou de « vagues ».

18 La présence féminine ponctuelle dans des instances disciplinaires à dimension professionnelle.

19 Peiffer, 2017, 1315.

20 Ce diplôme procure la Venia legendi, le droit d’enseigner en chaire universitaire.

21 Boedeker et Meyer-Plath, 1974, 5 ; Hagemann, 2016.

22 Heindl et Tichy, 1990.

23 Ogrissek, 1992.

24 Martin, 2015, 18.

25 Bushong, 1984 ; Werner, 2013, 149.

26 Il y exerce jusqu’à sa retraite, en 1928.

27 Osborn, 1906, 149.

28 Parmi 48 membres fondateurs de l’American Association of Geographers (AAG), elle est la seule à posséder un doctorat de géographie (Martin, 2015, 18). La plupart des fondateurs ont cependant un doctorat de géologie, discipline alors bien mieux institutionnalisée dans les universités états-uniennes que la géographie.

29 Même si d’autres femmes existent dans la géographie internationalisée du xixe siècle (Robic et Rössler, 1996).

30 Brogiato, 1998.

31 Martin, 2015.

32 Regroupant les établissements d’enseignement secondaire, les Normal Schools et les établissements universitaires (Monk, 2008 ; Martin, 2015).

33 Brogiato, 1998.

34 La France attend 1913 pour son premier article de femme dans une revue disciplinaire, 1916 pour son premier DES féminin, 1925 pour la première thèse de doctorat par une géographe (Ginsburger, 2015a et 2016).

35 Ginsburger, 2014, 160.

36 Il s’agit de quelques étudiantes, d’enseignantes du secondaire ou d’épouses de professeurs ou de militaires, entrées dans l’organisation depuis 1908 au plus tôt (Gesellschaft für Erdkunde zu Berlin, 1914). Rappelons que la Royal geographical Society de Londres n’admet les femmes qu’à partir de 1913, mais que les autres sociétés de géographie britanniques les ont acceptées depuis plus longtemps, et que de nombreuses femmes ont été exploratrices au xixe siècle (Maddrell, 2009).

37 Broc, 1977, 75 ; Ginsburger, 2011.

38 Ginsburger, 2010 et 2015a.

39 Ginsburger, 2010, 434.

40 Son doctorat, soutenu en 1923, concerne la géographie alimentaire en Europe occidentale, et est suivi de publications dans la Geographische Zeitschrift sur ce sujet.

41 Il devient en 1923 professeur non-titulaire à Heidelberg, puis titulaire à Leipzig à partir de 1928, à Marbourg après 1946.

42 Hagemann, 2016.

43 Philippson, 1996, 785-787.

44 Brandenburg et Mehmel, 1996.

45 Brosin, 1999 ; Lüdecke, 2004a.

46 Martínek, 2010.

47 La question de l’obtention de ce diplôme clé est posée dès l’immédiat après-guerre, comme l’indique avec humeur Hettner : « Cette Mademoiselle Moscheles […] fait tout avec rage contre l’université allemande à Prague parce qu’on ne l’a pas acceptée à l’habilitation » (Ginsburger, 2010, 821-822). Son habilitation est finalement obtenue en effet non dans l’université allemande, mais dans l’université tchèque de la ville.

48 Le rôle des femmes dans l’histoire de la géologie des xixe et xxe siècles est à ce niveau réévalué (Burek et Higgs 2007), en particulier pour l’Autriche (Cernajsek, Seidl et Rohrhofer, 2000).

49 À savoir Ermentrude Bäcker, née von Ranke (1892-1931) en 1922 et Hedwig Hintze, née Guggenheimer (1884-1942) en 1928 (Paletschek, 2006 ; Bruhms, 2014).

50 Charlotte Leubuscher (1888-1961) est la première Allemande habilitée en économie politique, en 1921, à Berlin : il s’agit de la première habilitation d’une femme en dehors des sciences de la nature, la troisième habilitation d’une manière générale (Honegger et Wobbe, 1998, 203).

51 Ginsburger, 2015a.

52 La première professeure titulaire de géographie est Eva Taylor (1879-1966), en 1930, au Birbeck College de l’université de Londres, alors qu’il n’y a que dix chaires de géographie dans le pays (Maddrell, 2009, 324).

53 Eppinga, 2008.

54 Pour reprendre l’expression de Janice Monk, « les femmes ont toujours été bienvenues à Clark » (Monk, 1998 ; Ginsburger, 2010, 849).

55 Martínek, 2010.

56 Elle est un exemple des géographes juifs allemands qui eurent à subir les persécutions du régime, avec Alfred Philippson, déporté à Theresienstadt avec sa femme (Philippson, 1996), et le météorologue Fritz Loewe, qui dut d’abord émigrer en Angleterre (1934-1937) puis en Australie, où il fit le reste de sa carrière.

57 Ce maximum quantitatif est suivi par la régression de l’arrivée des classes démographiques creuses, de la crise économique et du nazisme (Charle et Verger, 2012, 123).

58 Paletschek, 2006.

59 Cette « communauté de recherches des sciences allemandes » est fondée en 1920 pour soutenir la recherche scientifique allemande dans l’après-Grande Guerre.

60 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 249.

61 Möller avait d’ailleurs été impliquée comme étudiante, pendant la Première Guerre mondiale, entre octobre 1917 et novembre 1918, dans le laboratoire du département technique de l’équipement (Lüdecke, 2004a).

62 En particulier dans les secteurs de l’Osteuropaforschung (études sur l’Europe orientale) et la préhistoire (Berger, 2007).

63 Notons que Martha Haushofer, née Mayer-Doss (1877-1946), occupe une place non négligeable dans le champ de la Geopolitik de l’entre-deux-guerres, aux côtés de son mari Karl et de son fils Albrecht, beaucoup mieux connus (Lüdecke, 2004b ; Spang, 2013).

64 Ingrao, 2016, 65.

65 Leendertz, 2008.

66 Rössler, 1990, 165 ; Rössler et Schleiermacher, 1993, 356-364 ; Ingrao, 2016, 66.

67 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 251.

68 Fricke et Wolf, 1975, 13.

69 Mingus, 2017.

70 Meißner, 2013.

71 Ginsburger, 2015b, 178.

72 Mayr, 1983, 250.

73 Bördlein, 1994, 31.

74 Faßmann, 2004.

75 C’est d’ailleurs la seule femme à publier dans le volume d’hommages qui est traditionnellement consacré au professeur titulaire (de 1951 à 1971) pour ses 60 ans (Wiche, 1963, 405-446).

76 Keintzel et Korotin, 2002, 469-474.

77 Ils sont tous deux spécialistes de Siedlungsgeographie, « géographie du peuplement ».

78 Kreisel, Sick et Stadelbauer, 1979.

79 Plus de trente ans après l’exception d’Eva Taylor sont élues Alice Garnett (1903-1989) à Sheffield en 1962, Monica Cole (1922-1994) à Bedford College en 1964, Cuchlaine King (née en 1922) à Nottingham en 1969 et Eila Campbell (1915-1994) à Birbeck en 1970 (Maddrell, 2009, 324).

80 La première femme habilitée nommée sur une chaire ouest-allemande est l’antiquisante Ruth Altheim-Stiehl (née en 1926), en 1964, à Münster. La même année, la médiéviste non-habilitée Edith Ennen (1907-1999) est nommée sur une chaire de géographie historique (historische Landeskunde) à Sarrebruck (Paletschek, 2006 ; Berger, 2007).

81 En Allemagne de l’Ouest, on compte neuf habilitations féminines en histoire entre 1945 et 1960, seulement quatre entre 1961 et 1970 (Paletschek, 2006 ; Berger, 2007).

82 Avec Jacqueline Beaujeu-Garnier (1917-1995) et Germaine Verner-Veyret (1913-1973), nommées toutes deux professeures titulaires en 1949, respectivement à Lille et à Grenoble (Ginsburger, 2017a).

83 Fricke et Wolf, 1975 ; Fricke, 2005.

84 Ginsburger, 2017a.

85 Slaymaker, 2012.

86 Domrös, Gormsen et Stadelbauer, 1990.

87 Ceci montre que, du point de vue de la géographie physique, plusieurs personnalités féminines importantes émergent donc dans la seconde moitié du xxe siècle, en même temps que des Françaises (Ginsburger, 2017a et b), en Autriche également avec par exemple la géomorphologue et glaciologue Therese Pippan (1908-1983) (Lendel, 1978) et Irmentraut Wiesböck (1915-1999), première femme au « Bureau géologique fédéral » (Geologische Bundesanstalt) et chef géologue (1955-1975) (Keintzel et Korotin, 2002, 815-816).

88 Bördlein, 1994, 31.

89 En 1978 comme en 1988, la féminisation des géographes universitaires britanniques était de 7 %, mais de 6,8 % en 1978 et 5,3 % en 1988 pour les postes de professeurs (Maddrell, 2009, 328).

90 Le taux de féminisation de l’enseignement supérieur est en 1958-1959 de 25 % en RFA (sensiblement identique en Autriche et en RDA), mais de 37 % en France. En 1970, il est de 31 % en RFA (41 % en 1980), 29 % en Grande-Bretagne, 50 % aux Etats-Unis et en France (en 1975). Cette différence se poursuit dans les années 1980, avec seulement 5 % de femmes parmi les professeurs (en Allemagne) en 1986, l’un des taux les plus bas d’Europe (Charle et Verger, 2012, 145-146 et 162).

91 Bördlein, 1994, 31.

92 Nitz, Schultz et Schulz, 2010, 329.

93 Schwarz et Dörflinger, 2011 ; Dörflinger, 2012.

94 Bördlein, 1994, 32.

95 Cette continuité entre la période de la guerre et de l’après-guerre et cette fonction de « recyclage » de géographes plus ou moins compromis pendant la période nationale-socialiste est valable pour les hommes, en Allemagne – avec Christaller et Meynen – comme en France – avec Gravier (Fahlbusch, 2017 ; Mingus, 2017).

96 Wardenga, Henniges, Brogiato et Schelhaas, 2011, 78.

97 Ginsburger, 2015b.

98 Bächli et Bühler, 2007.

99 Certaines s’y impliquent, comme activité secondaire ou passé l’heure de la retraite, comme Lichtenberger (Lichtenberger, 1984 et 2009), d’autres en font leur spécialité, par exemple en RDA Brigitta Zuckermann (née en 1927) sur Richthofen et Inge Paulukat sur Humboldt, et, dans la RFA des années 1980, Ute Wardenga (née en 1957) sur Hettner et Mechtild Rössler (née en 1959) sur la Seconde Guerre mondiale (Ginsburger, 2011).

100 Ginsburger, 2011.

101 La place des femmes du passé est alors parfois discrètement évoquée, en particulier dans les écrits de M. Rössler (1990, également dans Robic et Rössler, 1996).

102 Puig, 2004, 292.

103 Wastl-Walter, 1985.

104 Ginsburger, 2017b ; Blidon, 2019.

105 On note ici le singulier.

106 Bäschlin, 2002.

107 Bächli et Bühler, 2007.

108 L’association suisse de recherches féministes (https://www.femwiss.ch/) est par exemple fondée en 1983.

109 Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.

110 En 1990, un Arbeits-Kreis für historische Frauenforschung (depuis 1999 : historische Frauen- und Geschlechterforschung) est fondé lors d’une rencontre à Oberaurach (Bavière) par 22 historiennes, dont 4 occupent des postes de professeures, parmi lesquelles Gisela Bock, comme comité allemand de l’International Federation for Research in Women’s History (Schaser, 2015).

111 C’est en 1979 que la section « Frauenforschung in den Sozialwissenschaften » est fondée au sein de la Deutsche Gesellschaft für Soziologie (Mathes, 2001).

112 Ginsburger, 2017b.

113 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 5-6.

114 Ibid., 7. L’expression utilisée ici est redondante (« professeures féminines », weibliche Professorinnen), le féminin déjà présent (structurellement dans la langue allemande) dans le substantif étant ici répété par l’adjectif. Le mot Geographin permet de féminiser la catégorie « géographe », mais le suffixe féminin « -in », parfois écrit avec une majuscule interne, voire une étoile (« -*In »), correspond à une graphie féministe militante (Geograph*Innen au pluriel), comme en français (« GéographE »).

115 Par exemple, en 2011 I. Kretschmer, en 2012 H. Bremer, en 2017 E. Lichtenberger.

116 Marry et Jonas, 2005.

117 En tout cas en ce qui concerne les géographes et les historiens des périodes modernes et contemporaines, les catégories de spécialistes des périodes antique et médiévale étant plus féminisées.

118 Creton, 2007 ; Blidon, 2019.

119 Baasch, 2015, 7.

120 Deutsche Forschungsgemeinschaft, 2013, 11 ; Bauriedl, Marquardt, Döll, Gans, Helbrecht, Miggelbrink et Neuer, 2016, 4-5.

121 Cette organisation regroupe les associations et sociétés géographiques en Allemagne, organise les congrès de géographie et compte environ 25 000 membres en 2019. Actuellement, parmi les six membres de son directoire, une seule femme est présente, en tant que première vice-présidente (https://geographie.de/die-dgfg/prasidium/, consulté le 11 août 2019).

122 Hancock, 2004.

123 Dittmann, Kraas, Schmiedecken, 2010, 407-408 ; Didier, Fouque et Calle-Gruber, 2013.

124 Hagemann, 2016, 108.

125 Bördlein, 1994.

126 Depuis 2015, le « congrès allemand de géographie » est le nouveau nom du Geographentag.

127 Baasch, 2015.

128 Par exemple la promotion de l’ambition professionnelle des étudiantes, l’organisation d’entretiens de motivation, la publication d’objectifs de présence féminine dans les rassemblements disciplinaires, la mise en place de crèches universitaires, une meilleure définition des postes au concours et la transparence des délibérations pour les nominations.

129 Entre 1978 et 2004, sur les 154 maîtrises (ou master) de géographie ayant un rapport direct avec la thématique des femmes dans les pays germanophones, presque 100 sont soutenus en Allemagne (65 %), 45 en Suisse (30 %) et une dizaine en Autriche (5 %) (Bächli et Bühler, 2007).

130 Entre 1978 et 2004, on compte 154 maîtrises, 20 thèses de doctorat et 1 habilitation relevant de la géographie féministe ou du genre pour les trois pays germanophones. Parmi ces 175 travaux, seuls 6 (soit 3 %) ont été écrits par des hommes (1 doctorat en 1988 à Heidelberg, 5 maîtrises à Zurich et Berne) (Bächli et Bühler, 2007).

131 Bäschlin et Meier, 1995.

132 Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.

133 Blidon, 2019.

134 Entre 1988 et 2000, elle en publie 38 numéros. Elle est ensuite remplacée par des doctorantes de Munich (Bächli et Bühler, 2007). D’abord polycopiée, cette publication est aujourd’hui dématérialisée et éditée 4 fois par an, avec plus de 100 abonnés (https://ak-feministische-geographien.org/rundmail/, consulté le 16 décembre 2019).

135 Bächli et Bühler, 2007.

136 Bühler, 1994.

137 Goeke et Bühler, 2013, 140.

138 Fleischmann et Wucherpfennig, 2008, 351.

139 BASSDA, 2006.

140 Sur l’importance de Massey en la matière : Mahoudeau, 2016.

141 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 12-13.

142 Bauriedl, 2007 ; Bauriedl, Marquardt, Schurr et Vogelpohl, 2019.

143 Seger, 2013 ; la carrière, les fonctions et les publications de D. Walter-Wastl sont retracées sur http://www.geography.unibe.ch/about_us/staff/emeriti/prof_em_dr_wastl_walter_doris/index_eng.html (consulté le 11 août 2019).

144 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 4.

145 Bächli et Bühler, 2007 ; Seger, 2013, 9.

146 Bäschlin, 2011.

147 Bühler et Meier-Kruker, 2004.

148 Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 17 et 21.

149 Avec notamment la création du réseau « géographies féministes du new materialism » par la Deutsche Forschungsgemeinschaft, permettant des rassemblements réguliers entre 2016 et 2019, ou l’organisation d’une école d’été « Gender and Space », en septembre 2018 à Herzberg, réunissant cent participants.

150 E. Bühler joue un rôle important dans la Commission « Geography and Gender » de l’UGI, en organisant par exemple en 2007 un colloque sur les « lieux publics durables », dont l’orientation féministe est perceptible dans les articles publiés dans le numéro dédié du journal Geographica Helvetica. Cette dimension internationale est confirmée notamment lors de la pré-conférence de la Commission organisée à Hambourg, à l’occasion du Congrès international de géographie de Cologne, en août 2012 (Bauriedl et Wucherpfennig, 2018, 8-9).

151 Bächli et Bühler, 2007.

152 Fleischmann et Wucherpfennig, 2008.

153 Bauriedl, Fleischmann et Meyer-Hanschen, 2001 ; Bauriedl, 2001 et 2003.

154 Wintzer et Filep, 2018.

155 Hagemann, 2007.

156 La Suisse germanophone semble se distinguer en la matière de la Suisse francophone (Duplan, 2019).

157 Hagemann et Quataert, 2007.

158 À Erlangen, Boris Michel et Katharina Paulus mènent depuis 2016 un projet d’« histoire des sciences féministe de la géographie germanophone entre 1900 et 1960 » (http://historische-geographien.de/feministische-wissenschaftsgeschichte-der-deutschsprachigen-geographie/, consulté le 11 août 2019).

159 Charpenel, 2018, 13.

160 Orland et Rössler, 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Effectifs et féminisation des cours de Hettner à Heidelberg (niveau débutant) entre 1913 et 1921
Légende Pour certaines dates, la distinction hommes/femmes n’est pas présente dans la source.
Crédits Source : Ginsburger, 2010, 1430-1432.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/3975/img-1.png
Fichier image/png, 78k
Titre Figure 2 : Nombre de travaux universitaires produits dans la géographie germanophone féministe (1978-2004)
Crédits Source : Bächli et Bühler, 2007, figure 2.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/3975/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « La féminisation professionnelle d’une discipline sous tension »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 25-58.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « La féminisation professionnelle d’une discipline sous tension »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/3975 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.3975

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

EHGO, UMR Géographie-Cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals