Navigation – Plan du site
Dossier

Faire science. Le « durcissement » des sciences sociales par la National Science Foundation (États-Unis, 1945-1957)

Playing the “real science” game. NSF’s “hardening” of the social sciences (USA, 1945-1957)
Yann Renisio
p. 43-65

Résumés

Organisme fédéral de financement et de recensement de l’activité scientifique étasunienne, la National Science Foundation est le symbole des transformations de l’organisation scientifique du second xxe siècle. Créée en 1950 pour la promotion de « toutes les sciences », elle n’y intègre officiellement les sciences sociales qu’à partir de 1957. L’analyse de ce processus d’intégration, qui débute dès 1945 lors des débats autour de la création de l’agence, met en évidence deux phénomènes. Le premier est celui d’une double contrainte exercée sur les sciences sociales : de choix d’objet par le personnel politique ; de choix des méthodes par des chercheurs issus des sciences non sociales. Le second est celui de la variabilité disciplinaire d’adaptabilité et de stratégie de légitimation scientifique dans les sciences sociales. Plus généralement, cette étude souligne l’influence forte de contraintes hétéronomes dans les processus d’acquisition de légitimité scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’établissement du corpus des études, individus et institutions relevant des social sciences étasu (...)
  • 2 Robinson, 1984 ; O’Connor, 2007 ; Topalov, 2008. Pour le cas français, voir notamment Pollak, 1976

1L’histoire des sciences est fortement liée à celle de ses financeurs. La Seconde Guerre mondiale marque de ce point de vue un tournant pour les États-Unis : alors que le gouvernement concentrait ses investissements sur l’agriculture et quelques laboratoires, il devient l’acteur central du financement de la recherche scientifique (Mirowsky et Sent, 2002). Ce changement s’applique aussi aux sciences sociales1 : si pendant l’entre-deux-guerres les sources de financements proviennent principalement de philanthropes comme Carnegie, Ford et Rockefeller, notamment par le biais du Social Science Research Council (SSRC), mais aussi du ministère de l’Agriculture (Solovey, 2013), la période de l’après-guerre jusqu’aux années 1960 se caractérise par l’essor d’agences gouvernementales, au premier rang desquels les National Institutes of Health et la National Science Foundation (NSF). Bien que la relation entre sciences sociales et financement de la recherche soit loin de débuter avec la NSF ou de se limiter à cette source2, la focale sur cette institution et cette période spécifiques nous semble justifiée, d’une part, par les propos d’un ancien directeur du SSRC sur les effets de cette agence (The NSF is the most influential funder of basic research in the social sciences, Calhoun, 2010, 56) et d’autre part par un article de Jennifer Platt consacré au lien entre financement et méthodes sociologiques aux États-Unis (Platt, 1996). L’auteure conteste les études concluant que les financeurs des sciences sociales depuis la Seconde Guerre mondiale y auraient favorisé les méthodes quantitatives : la proportion des financements attribués à ces travaux ne reflèterait que l’évolution du poids de ces recherches et ne permettrait donc pas de lier politique des financeurs et transformations méthodologiques dans la seconde moitié du xxe siècle. Dans sa première note, elle indique cependant une exception :

The NSF did indeed have a scientistic, pro-quantitative policy, but for special reasons. It was set up in 1950, and initially the social sciences were excluded from its explicit remit. Moves were made to introduce elements of social science, but the external political climate continued to encourage caution, and the internal climate was dominated by natural science. The net result was that social sciences there adopted a strategy of protective coloration, of allying one’s cause with stronger others…; this, together with the political need to differentiate social science from socialism or social reform (with which it was often confused), led to choice of the solution to emphasize the similarities between social and “natural” science by focusing on methods of inquiry. As an agency policy this did not so much express a taste as constitute a perceived condition of survival; the alternative was seen as no NSF money for social science. The consequence was, however, undoubtedly discriminatory by method. (Platt, 1996, repris dans Platt, 1999, 142, note 1).

2Cet article vise à revenir sur ces « raisons particulières » qui différencient la NSF des autres financeurs étasuniens dans l’histoire des sciences sociales, et notamment des enjeux non seulement matériels mais également symboliques de l’intégration à cette agence pour ces domaines :

To be included within the NSF would stamp a discipline as “sciences” for purposes of receiving federal funding for basic research—just as some measure of legitimacy as “science” would be denied those disciplines and fields left out. (Gieryn, 1999, 66)

  • 3 À l’exception de l’éloge orienté de Hagège et Bénard, 2004 et de la présentation succincte de Hart (...)
  • 4 Voir notamment Mazon, 1985 ; Tournès, 2008 et 2011.
  • 5 Basic research, un terme qui est lui-même lié à l’histoire de la NSF. Voir Godin, 2005.
  • 6 Schultz, 2016, 19-30. Il est par ailleurs à noter que la question étasunienne du financement des s (...)
  • 7 Les biais de l’ouvrage d’England (1982) ont ainsi fait l’objet de critiques très vives de la part (...)
  • 8 Au premier rang desquels ceux de Daniel Kleinman et Marc Solovey.

3Nous revisitons la période charnière de l’institutionnalisation de cette agence en charge du financement de « toutes » les sciences (1945-1957), soit du moment où débutent des débats officiels qui mèneront à sa création en 1950 jusqu’à l’apparition d’une division des sciences sociales dans son organigramme. Nous nous appuyons, d’une part, sur d’abondantes études sur le sujet, et d’autre part sur une revisite des rapports annuels produits par l’agence. Les recherches sur le lien entre NSF et sciences sociales, toutes anglophones3, n’ont fait l’objet d’aucune traduction. Les travaux francophones se sont davantage portés sur le lien entre financeurs étasuniens et sciences sociales françaises4. Pourtant, ce financeur influent pour la « recherche fondamentale5 » en sciences sociales, est fréquemment mobilisé pour prédire les conséquences de l’Agence nationale de la recherche en France. Cet article permettra donc un accès facilité à cette littérature et, nous l’espérons, une prise en compte des limites importantes de l’analogie faite entre ces deux agences6. De plus, une partie des travaux sur le lien entre NSF et sciences sociales a été menée par des auteurs affiliés à l’agence : si Harry Alpert, Henry Riecken, Otto Larsen et John M. England ont produit des contributions importantes sur le sujet, il est utile de préciser que les trois premiers ont occupé la principale position de pouvoir pour les sciences sociales au sein de l’agence, quand le dernier a été engagé par celle-ci pour en écrire l’histoire7. Sans remettre en cause la richesse des éléments factuels fournis dans leurs études, il nous semble important de distinguer leurs interprétations de celles d’auteurs plus distanciés8.

4Nous revenons d’abord sur un individu central dans le projet de création de la NSF, Vannevar Bush, dont la trajectoire et les prises de position sur les sciences sociales sont à même de rendre compte d’une conception dominante de la scientificité de cette période. Nous décrivons ensuite deux logiques de convergence avec des domaines plus légitimes qui semblent avoir conditionné l’accès aux financements de cette agence : convergence des méthodes ou convergence d’objets. Nous concluons par une interprétation de ces éléments comme témoignage d’une conception « durcie » de la scientificité en sciences sociales aux États-Unis mais aussi comme cas emblématique des contraintes hétéronomes à l’œuvre dans les processus de légitimation scientifique.

La NSF au prisme de son père fondateur, Vannevar Bush

5Une des spécificités de la NSF réside dans une autre fonction que celle d’attribution de fonds : le recensement des personnels et activités scientifiques aux États-Unis. Ainsi, la majeure partie des données disponibles sur les activités de recherche sont recensées selon des principes de divisions produits et/ou promus par la NSF : « Recherche fondamentale », « Recherche appliquée », « Recherche et développement » (R&D). En prenant pour point d’entrée la trajectoire professionnelle et les prises de position de Vannevar Bush (1890-1974), personnage central de l’institutionnalisation de la NSF, nous proposons de souligner l’influence de ces conceptions sur la faible légitimité des sciences sociales au sein de cette agence.

Un point de vue emblématique sur la science d’après guerre…

  • 9 Kleinman, 1995, 30.
  • 10 Zachary, 1997, 112.

6Diplômé en 1917 d’un doctorat en ingénierie électrique cohabilité par l’Université d’Harvard et le Massachussetts Institute of Technology (MIT), Bush est recruté pendant la Première Guerre mondiale par le National Research Council, une antenne de l’Académie des sciences chargée de conseiller le gouvernement sur les questions scientifiques en temps de guerre, d’informer les scientifiques sur les problématiques prioritaires du gouvernement et d’établir des liens entre industrie et université pour la production, entre autres, d’armes chimiques9. Il y travaille sur des appareils de détection sous-marine puis réintègre en 1919 le MIT comme professeur, tout en menant parallèlement des recherches pour l’American Radio and Research Corporation. Il fait fortune en fondant notamment en 1922 l’American Appliance Company qui, avant de fournir 80 % des électro-aimants composant les radars britanniques et étasuniens pendant la Seconde Guerre mondiale et de commercialiser les premiers fours à micro-ondes, brevette et commercialise des composants de postes de radio. En 1932, il est nommé dean of engineering et vice-président du MIT tout en présidant un comité sur les brevets pour le président Roosevelt. Il est élu à l’Académie des sciences en 1934. En 1938, il est nommé au National Advisory Committee for Aeronautics (ancêtre de la NASA) qu’il présidera à partir de 1939. La même année, il quitte le MIT pour Washington où il devient le président de la Carnegie Institution of Washington, un des principaux financeurs philanthropiques de la recherche, qu’il dirigera jusqu’en 1955. Il approche Roosevelt en 1940 et lui suggère la création du National Defense Research Comittee (NDRC), comité en charge de la coordination et de la supervision des recherches liées aux armes et autres matériels de guerre, projet immédiatement accepté10 et qu’il présidera avec un budget annuel de plus de six millions de dollars, qui conduira notamment à la mise en place du projet Manhattan. Dès sa création en 1941 il est nommé directeur de l’Office of Scientific Research and Development (OSRD), prolongement du NDRC, et sera en charge de la coordination des travaux de plus de six mille scientifiques pendant la Seconde Guerre mondiale. Il devient membre des conseils d’administration des universités Tufts et Johns Hopkins en 1943, de celui de la Research Corporation (fondation pour le financement de recherches sur la base de donation de brevets) de 1939 à 1946, de celui de l’American Telephone and Telegraph Company (AT&T) à partir de 1948 (qui dans les années 1950 emploie un million de personnes), et de celui de Merck & co, une des plus grandes firmes pharmaceutiques mondiales.

  • 11 Pour une analyse plus détaillée des liens de Bush avec le lobby industriel, voir Kleinman, 1994.
  • 12 Pour une histoire du terme, voir Capshew et Rader, 1992 ; Galison et Hevly, 1992. On retrouve des (...)

7Vannevar Bush représente donc un cas presque caricatural de multi-positionnalité, à la croisée des sphères dominantes de la philanthropie, de l’industrie11 gouvernementale et de la science. Il incarne à lui seul le terme utilisé postérieurement pour caractériser la représentation dominante de l’activité scientifique de cette période : la Big Science12, mode de production savante impliquant la collaboration de chercheurs et d’ingénieurs et des investissements massifs de gouvernement(s) et d’industrie(s).

… peu favorable aux sciences sociales

  • 13 Le sénateur démocrate Kilgore, acteur important du New Deal et coauteur du Technology Mobilization (...)

8Publiquement chargé en 1943 par Roosevelt de réfléchir aux moyens de prolonger en temps de paix la contribution gouvernementale à la recherche scientifique, Bush va publier un rapport (Bush, 1945), présenté comme la matrice de la NSF13, où n’est faite aucune mention des sciences sociales (à l’exception de l’attribution de bourses pour les étudiants). Comme pour anticiper d’éventuelles critiques à ce sujet, il l’introduit par une lettre adressée au nouveau président Truman :

It is clear from President Roosevelt’s letter that in speaking of science he had in mind the natural sciences, including biology and medicine, and I have so interpreted his questions. Progress in other fields, such as the social sciences and the humanities, is likewise important; but the program for science presented in my report warrants immediate attention. (Bush, 1945, 1)

  • 14 Ainsi déclare-t-il The physical sciences offer us tangible goods; the biological sciences, tangibl (...)
  • 15 Miller, 1982 ; Solovey, 2013, 24.

9Ainsi, même si Bush ne conteste pas ici l’importance des sciences sociales – peut-être parce que le président était plutôt partisan de l’inclusion de ces disciplines14 –, il les exclut des domaines de recherche susceptibles d’intégrer l’agence dans son projet et, accessoirement, de la catégorie de science. Son argument à propos de la lettre de Roosevelt ne manque pas d’ironie si l’on prend en compte le fait qu’elle a initialement été rédigée par Bush lui-même15.

  • 16 Analysées en détail dès 1946 dans Koontz, 1946 et Parsons, 1946 et dont l’importance pour les scie (...)

10La dénégation de la scientificité et celle de l’utilité des sciences sociales ont été alternativement convoquées dans les débats qui ont scellé le devenir des sciences sociales dans le projet NSF au cours d’auditions au parlement entre 1945 et 194616. Une des manières de distinguer fréquemment les sciences sociales des sciences « naturelles » est de séparer sciences « pures » et « appliquées » :

I have conceived of this… as a bill for research in pure science, not in applied science. We are trying to subsidize pure science, the discovery of truth. This has nothing to do with the theory of life, it has nothing to do with history, it has nothing to do with law, it has nothing to do with sociology. (Sénateur Smith, auditions du 3 juillet 1946, repris dans Lundberg, 1947, 398-399)

  • 17 Godin, 2005 ; Pielke, 2012.
  • 18 Godin, 2006.

11Ce clivage, aujourd’hui intégré aux critères de mesure et de différenciation de l’activité scientifique est en fait, comme d’autres, intimement lié à l’histoire de la NSF : les usages des termes basic/applied research17 tout comme celui de Research and Development18 répondaient davantage à des enjeux politiques que scientifiques dans une période de négociation avec le gouvernement. Comprendre l’éviction des sciences sociales de la NSF sous l’angle de la méthode ou de l’utilité serait faire abstraction de l’imbrication des enjeux politiques et scientifiques dans tout débat sur la science (Bourdieu, 1976). La comparaison entre une citation d’un député de l’Ohio et celle, bien plus tardive, de Bush sur sa conception des « innovateurs sociaux », met en évidence une autre dimension centrale pour comprendre les difficultés liées à l’intégration des sciences sociales dans la NSF :

If the impression becomes prevalent in the Congress that this legislation is to establish some sort of an organization in which there would be a lot of short-haired women and long-haired men messing into everybody’s personal affairs and lives, inquiring whether they love their wives or do not love them and so forth, you are not going to get your legislation. (Clarence Brown, auditions des 28 et 29 mai 1946, repris dans Angell, 1958, 188)

I had grown up with a deep-seated distrust of most social innovators, whom I regarded as a bunch of long-haired idealists or do-gooders. (Bush, 1970, 35)

  • 19 Larsen, 1985, expression utilisée pour évoquer le coming out homosexuel.

12Cette association des sciences sociales à des pratiques capillaires peu conformes (tout spécialement dans les années 1940) signale la dimension déviante des sciences sociales par une subversion de l’ordre du genre. Cette caractérisation genrée était très présente, comme en témoigne le titre choisi par un responsable des sciences sociales à la NSF pour retracer l’histoire de cette période (social science out of the closet19). Plus généralement, l’idée d’une légitimité scientifique basée sur la « taille » (big) et la « rigidité » (hard) de sa « science » n’a pas besoin d’être développée longuement pour montrer d’autres logiques hétéronomes (ici masculinistes) qui ont contaminé et contaminent encore une conception hiérarchisée des disciplines. Face à ces « canons » peu appropriés à leurs objets d’études, les sciences sociales se retrouvent affublées d’une « science » petite et molle.

13Une seconde citation de Bush permet de détailler un autre ensemble de tares alors (et encore souvent) imputées à ces disciplines :

I have a great reservation about these studies where somebody goes out and interviews a bunch of people and reads a lot of stuff and writes a book and puts it on a shelf and nobody ever reads it. (Archives orales de l’Université Columbia, 1967, d’après Zachary, 1997, 94)

  • 20 Ce qui ne veut pas dire que Bush fut un « quantophrène », comme en témoigne le récit d’Alpert à so (...)
  • 21 Notamment le politiste Charles Merriam ou l’économiste Wesley Mitchell, voir Cozzens, 1995.
  • 22 Ce n’est qu’en 1971 qu’est créée à l’Académie des sciences étasunienne une catégorie spécifique po (...)
  • 23 Solovey, 2004. Pour un parallèle intéressant avec la situation hongroise à la même période, voir P (...)
  • 24 Voir Klausner, 1986, 14.
  • 25 Pour une illustration de l’imbrication de ces dimensions, voir le cas de la suppression du départe (...)

14L’accent mis par Bush sur la dimension individuelle (plutôt que collective : somebody), les études à l’extérieur (plutôt qu’en laboratoire : goes out), le recours à des pratiques journalistiques (plutôt que scientifiques : interviews), le nombre limité et non contrôlé des modes de production de matériel empirique (plutôt qu’exhaustif ou rigoureusement échantillonné : a bunch of people), la lecture de sources variées (plutôt qu’un corpus restreint et bien défini : a lot of stuff), la publication de livres (plutôt que d’articles : writes a book) et le manque d’« utilité » ou de cumulativité de ce mode de production (nobody ever reads it) dresse, que ce soit délibéré ou pas, à partir du cas des sciences sociales, un portrait en négatif d’une conception de la scientificité influencée par sa trajectoire alliant sciences en laboratoire et applications industrielles20. Mais cette mise à l’écart des sciences sociales n’est pas le produit de l’action d’un individu influent dont les conceptions tranchaient avec celles des chercheurs de son temps, elle fait écho à une perte de légitimité politique de ces disciplines durant la Seconde Guerre mondiale combinée à une faible légitimité scientifique. Alors que les sciences sociales avaient acquis des positions de premier plan au gouvernement dans les années 1930 par le biais de certains de leurs chercheurs21, les années 1940 ont vu leur importance relative décroître. Leur faible visibilité dans l’effort de guerre a notamment tenu au fait que les deux agences gouvernementales déjà évoquées (NDRC et OSRD) furent influencées dans leur organisation par celle de l’Académie des sciences qui, à cette époque, n’avait quasiment aucun chercheur en sciences sociales parmi ses membres22 (à l’exception de quelques anthropologues et psychologues, élus sur la base de travaux compatibles avec les sciences biologiques23). De plus, les démarches des chercheurs en sciences sociales pour l’intégration au projet de la NSF étaient peu coordonnées : certains invoquant le besoin de combler un retard (Hauser, 1946), d’autres comme Talcott Parsons échouant dans la tentative de fédérer les sciences sociales autour de ses propositions24. La non-inclusion officielle des sciences sociales dans la NSF est donc, comme l’a résumé Roberta Miller, la combinaison d’une opposition de scientifiques influents, de la réticence de membres du Congrès à l’égard de certaines thématiques que ces disciplines étudiaient et d’un manque de cohésion de leurs chercheurs pour défendre leur cas (Miller, 1982). C’est l’imbrication de conceptions épistémologiques, politiques et morales de ce que recouvre la catégorie de « social », dans une période ou la distinction entre social science et socialism n’était pas évidente pour les individus étrangers à ces disciplines, qui explique les prises de position à l’encontre des sciences sociales25.

Différentes modalités d’inclusion

I think it would be a mistake for the Foundation to plunge into work in the social sciences without very careful consideration of what parts it would like to cover, what parts it feels can appropriately be handled under Federal auspices in view of their nature. V. Bush, 1947 (Cité dans Alpert, 1955a, 332)

The term “behavioral sciences” covers a wide range of activities. These may be thought of in terms of a continuum. At one end lie the hard-core scientific studies of human social behavior. […] At the other end of the continuum lay the philosophical, ethical and political studies and interpretations of human social conduct. […] the Foundation will seek to identify the hard-core scientific end of the continuum. (Harry Alpert, dans NSF Annual report, 1953, p. 14)

  • 26 Précisément détaillé dans England, 1982.
  • 27 NSF Act, 1950, Public Law 81-507.
  • 28 Harry S. Truman: “Rear Platform and Other Informal Remarks in Idaho, Oregon, and Washington”, 1950 (...)
  • 29 Terme expressément utilisé pour désigner les sciences sociales : Alpert, 1954, 209.

15Le 10 mai 1950, Harry Truman met un terme à ce feuilleton législatif26 en annonçant la signature du National Science Foundation Act (NSF Act)27. Dans son discours, qu’il consacre en large part à « la plus grande découverte scientifique du siècle – ou de l’histoire : l’énergie atomique », il insiste sur l’importance capitale de cette nouvelle agence, qui « augmentera les connaissances dans toutes les branches de la science »28. Mais de fait, et comme en témoigne par exemple l’ordre (très comtien) dans lequel sont énumérés les domaines finançables dans ce texte de loi, cette agence va hiérarchiser son aide et délaisser la branche des « autres sciences29 » que sont les sciences sociales.

The Foundation is authorized and directed to initiate and support basic research in the mathematical, physical, medical, biological, engineering, and other sciences.
NSF Act, 1950, Public Law 507, Sec. 3 (a)(2)

  • 30 « Biological and Medical Sciences Division » – initialement séparée en deux divisions mais fusionn (...)
  • 31 Alan Waterman, qui declare : It is obvious that research does not apply merely to the so-called sc (...)
  • 32 Pour une présentation de ce sociologue, voir Solovey et Pooley, 2011.

16Cette décision arrêtée par l’Act de 1950 peut être considérée comme une objectivation de l’illégitimité scientifique et des réticences politiques à l’égard de ces disciplines. Cependant, une fois instituée, cette agence n’est plus simple enjeu mais agent du champ scientifique étasunien. L’organisation institutionnelle de la NSF dans ses premières années va asseoir la position dominée des sciences sociales : composée de trois divisions30 et dirigée par un physicien pour le moins sceptique quant à la scientificité des sciences sociales31, la NSF ne laisse aucune place visible à ces domaines dans son organigramme. Les études sur le lien entre NSF et sciences sociales insistent sur le travail mené en interne par un chercheur diplômé d’un doctorat en sociologie de l’université Columbia, Harry Alpert32. Il est recruté en 1953 dans le cadre de l’autre principale fonction de la NSF, le recensement de l’activité scientifique, où il est en charge de l’analyse des financements attribués par le gouvernement aux sciences sociales. C’est à partir de cette période que les sciences sociales vont progressivement acquérir une position visible au sein de cette institution, jusqu’à la création d’un département des sciences sociales en 1957. Mais cette reconnaissance va avoir un prix. Dans un article qui reprend un extrait du rapport annuel de la NSF (Alpert, 1955b), Alpert précise qu’un programme limité de soutien aux sciences sociales est accepté en août 1954 par le conseil d’administration de cette agence, sous réserve qu’il réponde à quatre critères : celui de « science » à savoir « l’identification au sein des disciplines des domaines caractérisés par l’application des méthodes et de la logique de la science » ; celui d’« intérêt national », c’est-à-dire « la priorité donnée aux activités des sciences sociales directement liées aux responsabilités du gouvernement fédéral eu égard à la défense et à la prospérité nationales » ; celui de « convergence des sciences sociales avec les sciences naturelles » et celui de « recherche fondamentale ».

  • 33 NSF Annual Report, 1955, 60-61.

17Le programme en sciences sociales annoncé par Alpert sera en fait scindé en deux et inclus dans deux divisions existantes : au sein de la division des sciences biologiques et médicales est créé en 1954 le programme des Anthropological and Related sciences et au sein de la division des sciences mathématiques, physiques et de l’ingénieur, celui des Socio-physical sciences en 1955. Le programme des sciences anthropologiques est consacré au financement des recherches fondamentales en anthropology, functional archaeology, human ecology, demography, psycholinguistics, and experimental and quantitative social psychology. À ces premières recherches financées (tableau 1) seront également couplés des financements pour une revue (Human Biology), un sondage sur « le statut scientifique de la démographie » et l’organisation de colloques. Le programme des sciences « sociophysiques » est en charge quant à lui de financer les recherches fondamentales de nature interdisciplinaires impliquant la convergence des sciences sociales avec cette division, telles que les mathematical social science, human geography, economic engineering, and statistical design mais également des recherches sur les sciences en histoire, philosophie et sociologie. Ce programme participa en outre au financement du trajet de chercheurs pour le congrès de l’International Stastistical Institute et à l’organisation d’une conférence organisée par l’American Philosophical Society sur l’histoire, la philosophie et la sociologie des sciences, sur laquelle nous allons revenir33.

Tableau 1 : Projets financés par le programme Anthropological and Related sciences (1955-1957)

Année

Titre

Département/Centre

1955

Prehistoric Settlement Patterns in the Maya Area

Museum

1955

An Archaeological and Ecological Study of Pre-Agricultural Human Occupations of the Eastern United States

Anthropology

1955

Studies on Primate Evolution

Physical Anthropology

1955

A Study in Oregon Coast Prehistory

Anthropology

1955

Effects of Environmental Change on Community Organization over Long Periods of Time

Museum

1956

Prehistoric Inhabitants of Oaku

Museum

1956

Synthesis of Certain Aspects of the Transition from Food-Gathering to Food-Production

Oriental Institute

1956

Interrelations of Vegetation, Agricultural Patterns, and Human Culture in Mexico

Anthropology

1956

Archaeological Study of Urbanization in Prehistoric Peru

Archeology and Ethnology

1956

Blood Typing of Native Population at Hacienda Vicos

Medical school

1956

Upper Paleolithic Studies in the Dordogne Region;

Museum

1956

Anthropological Study of the Society Islands

Anthropology

1956

General Laws Regarding the Sequences of Phonemes

Anthropology

1956

Development of Aboriginal Settlement Patterns in the Northeast

Museum

1956

A Unifying Empirical Principle in the Analysis of Variations in Selected Mortality Rates

Sociology

1956

Morphology and Growth Patterns of Tupaia

Anthropology

1956

Physical Changes in the Indian Population of Hacienda Vicos

Physical Anthropology

1956

Implications of the Theory of Cognitive Dissonance

Psychology

1957

Microevolutionary Processes Among Australian Aborigines

Anthropology

1957

Archaeology and Prehistory of the Western Great Basin

Anthropology

1957

Prehistoric Living Site of Acheulian Man in Central Tanganyika

Anthropology

1957

Interrelations of Environment and Culture at a Stratified Archaeological Site in Western Great Plains

Anthropology

1957

Encephalometry of the Australopithecines

Anatomy

1957

Studies on Primate Evolution

Physical Anthropology

1957

Interaction Effects of the Structure of a Group

Industrial Management

1957

Biochemical and Immunological Analysis of Human Skeletal Remains

Anthropology

1957

Oregon Coast Prehistory: An Archaeological Study

Anthropology

1957

The Races of the World

Museum

1957

Migration Differentials

Sociology

1957

Archaeology and Human Paleontology of Shanidar Cave

Ethnology

1957

Disintegration Processes in a Southwest Pueblo

Anthropology

1957

Archaeological and Ecological Study of Late Pleistocene and Early Recent Deposits

Anthropology

1957

Ethnology of the Southwestern Bantu

Anthropology

1957

Interrelations of Biological and Cultural Change

Anthropology and sociology

Source : NSF annual reports, 1955, 1956 et 1957.

Convergence par la méthode

  • 34 De telles recherches ont également pu fait l’objet d’importantes instrumentalisations politiques : (...)

18Au sein du programme en sciences anthropologiques, on constate que certains des titres des projets financés (tableau 1) suggèrent une compatibilité méthodologique avec les sciences biologiques : blood typing, encephalometry, physical changes, biochemical and immunological, etc. Si les départements d’anthropologie sont particulièrement financés par ce programme, dans la lignée de l’anthropologie physique encore influente à cette période, c’est le sous-domaine de la recherche archéologique qui semble être le mieux adapté aux différentes contraintes imposées par l’agence. Cela peut s’expliquer par ses usages de dispositifs techniques compatibles avec la définition de la scientificité alors imposée car issus notamment de la chimie et de la biologie pour les fouilles et l’analyse des matériaux. Mais une explication supplémentaire peut renvoyer au caractère assez peu subversif de ce type d’études, éloignées temporellement (pre-agricultural, prehistory, prehistoric, paleolithic, pleistocene, etc.) et/ou géographiquement des enjeux sociopolitiques de l’époque34. On retrouve par ailleurs, parmi certains de ces projets, une proximité avec des études du xixe siècle cherchant des explications biologiques aux phénomènes sociaux : on prélève du sang, on mesure des cranes, on référence des races.

19L’archéologie s’avère donc être, au même titre que la psychobiologie (programme financé dès les débuts de la NSF), l’exemple d’une bonne science naturelle de l’homme, au regard des critères imposés alors par la NSF. Ce ne sont cependant pas les seuls domaines financés par ce programme, où l’on retrouve deux recherches en sociologie, l’une sur la frontière entre sociologie et démographie et l’autre sur les différentiels migratoires, ainsi qu’une recherche sur les relations entre les changements culturels et biologiques, une recherche en psychologie sur la dissonance cognitive et une autre en management industriel. Dans les grandes lignes ce programme semble remplir les attentes imposées : un usage de méthodes perçues comme légitimes par les chercheurs en sciences naturelles d’une part, des choix d’objets consensuels du point de vue des autorités politiques de l’autre.

Convergence par l’objet

20On retrouve également au sein des titres des projets financés au sein du programme en sciences « sociophysiques » (tableau 2) des références aux disciplines des sciences naturelles (Mathematics and Physics, Physical Theory, Scientific Theories, Mathematical Sciences, etc.). Mais, à la différence de l’autre programme, ce n’est pas tant sous l’angle d’études « vraiment » scientifiques que sous celui d’études sur les « vraies » sciences que ces travaux semblent principalement justifier leur financement. En effet, une part importante des travaux financés sont des études historiques et philosophiques prenant les sciences légitimes pour objet.

Tableau 2 : Financements du programme Socio-Physical sciences (1956-1957)

Année Titre Département/Centre
1956 An Econometric Model of the Development and Acceptance of a New Technology Economics
1956 Development of Physical Science History of science
1956 Experimental and Mathematical Studies of Choice Behavior Social relations
1956 The Meaning of Measurement of Quantum Mechanics Physics
1957 Early History of Arthrology Anatomy
1957 Acceptance of Scientific Theories Physics
1957 Balanced Tables and Functions in Mathematical Economics Mathematics
1957 Mathematics of Imperfect Discrimination Applied social research
1957 Evolution of Embryology Zoology
1957 Scientific Research in Eighteenth Century England History
1957 Philosophy of Fundamental Physical Theory Philosophy
1957 Information and Cognition in the Communication Process Group dynamics
1957 Philosophical Foundations of Physics and the Comparative Methodology of Science Philosophy of Science
1957 Application of Electronic Computers to the Analysis of Economic Statistics Economics and physics
1957 Implications of the Quantum Principle of Uncertainty Philosophy
1957 A Sampling Experiment Investigation of Alternative Procedures for Parameter Estimation Economics

Source : NSF annual reports, 1956 et 1957.

  • 35 Alpert, 1955a, également analysée dans Rossiter, 1984.

21L’étude des actes de la conférence financée par la NSF35 permet de comprendre l’importance de cet autre mécanisme d’intégration des sciences sociales. C’est en mai 1955 que s’est tenue cette conférence au sein de l’American Philosophical Society à Philadelphie. Organisée à l’initiative d’Alpert et en présence du directeur de l’agence, A. Waterman, elle avait pour but de faire exposer par des philosophes, historiens et sociologues des sciences leurs « statut » et « besoins » dans l’éventualité d’une intégration dans la NSF. Parmi les questions initialement posées aux intervenants, l’une d’elles, How can research in this field be of aid to science?, permet, d’une part, de prendre la mesure du statut extérieur et ancillaire imposé à ces domaines et, d’autre part, d’appréhender les modes disciplinaires différenciés de légitimation scientifique à l’égard des sciences naturelles :

22Pour Henry Margeneau, porte-parole désigné de la philosophie des sciences : 

The present state of science provides direct evidence for the importance of philosophy. Science today is fragmented; specialization has progressed to such a high degree that disintegration has set in. . . . Clearly there is a need to pull together the myriad specialties. . . . As a physicist, let me touch upon some special problems arising in the philosophical studies of modern physics. . . . The philosophy of science, it seems to me, is a part of science. The question, therefore, is perhaps not very aptly worded; for, as a component of science itself, the philosophy of science deserves and requires aid for its own sake in the same way as any other specialized scientific activity. . . . If the NSF should make a gesture recognizing the importance and the dignity of scientific philosophy by according it a place within the framework of the Foundation, this unfortunate condition with respect to media of publication and other handicaps might very well disappear.

23Pour Ierome Bernard Cohen, représentant de l’histoire des sciences :

In a sense, one of the major functions of the history of science as a discipline is to illuminate other fields of inquiry: the sciences, the humanities and the social sciences. . . . Certainly noteworthy in this regard, is the fact that two extremely influential philosophers of science were concerned with the historical development of the science: Ernst Mach and Pierre Duhem. . . . I believe it to be true that the study of the history of science has special virtues as regards the progress of science itself. The issue is not decided as to whether America has become or can be a great scientific nation. There is no question of America having made fantastic achievements in all the realms of the application of science. But it certainly is a fact that during the last 150 years the fecund leading ideas and general theories by which science has made its greatest progress have not originated in our country in anything like the proportion for which we hope. . . . The training of scientists might be immeasurably improved if they were given some background in the history of their subject and were made to see that science is more than a collection of facts and special techniques, and that the role of creative imagination has always been paramount.

24Pour Bernard Barber enfin, représentant de la sociologie des sciences :

Among the social sciences, sociology is still one of the smaller fields of professional specialization. . . . The sociology of science has made a very good beginning. . . . The sociology of science is, fortunately, in a better condition than the foregoing account has described it, if we include all the studies that have not been done by professional sociologists but that still satisfy the best theoretical and empirical standards for sociological research in this field. . . . Professor R. H. Knapp, a psychologist, and H. B. Goodrich, a biologist, have published an outstanding book. . . . There are vital implications for future training and research programs that some historians and natural scientists are doing work that is essentially the same as professional sociologists might do, with respect both to theoretical problems and substantive materials. . . . It is necessary first to state the basic premise of the sociology of science, namely that science is a social activity, and therefore as much subject of investigation, as any other human activities. On this premise, the broadest answer to the question “how can sociology of science be of aid to science?” is this: the sociology of science seeks to establish as specifically and precisely as possible the social conditions under which science makes maximal progress. . . . Because sociology is still a relatively new discipline these questions overlap one another and they are not always operationally amenable to precise hypothesizing and testing.

25La comparaison de ces différentes autojustifications donne des indications sur les statuts bien variables de ces trois disciplines au regard des sciences légitimes : le philosophe se pose d’égal à égal à leur égard et remet en question le clivage même entre la science et la philosophie, il demande à la NSF de reconnaître sa « dignité ». L’historien associe sa discipline à l’illumination pour les autres domaines et estime que son enseignement serait vertueux pour les scientifiques afin de stimuler l’« imagination créative » nécessaire aux grandes découvertes. Le sociologue quant à lui insiste sur les faiblesses de sa discipline, ses bons débuts et la ressemblance de ses recherches avec certains travaux des sciences naturelles, et propose comme apport à la science l’identification des conditions sociales de son progrès maximal. Ainsi, le philosophe promet la synthèse scientifique, l’historien une contribution aux grandes découvertes et le sociologue un diagnostic pour améliorer ses conditions d’exercice. Mais ces différentes prises de position sont également à articuler à la légitimité variable à l’égard des sciences physiques dont disposent ces trois universitaires. Henry Margeneau est à la fois physicien et philosophe, titulaire d’un doctorat de physique, puis professeur dans ces deux disciplines à Yale ; ses travaux en physique sont considérés comme des contributions importantes dans le domaine. Une telle trajectoire explique donc sa position idéale pour revendiquer un statut équivalent de la philosophie à l’égard des sciences. I. Bernard Cohen est quant à lui titulaire d’un bachelor en sciences de l’université d’Harvard, donne des cours de physique et de mathématiques au sein de cette université ainsi que des cours d’histoire des sciences aux étudiants en physique. Ces éléments de trajectoire biographique éclairent ainsi également le type d’argumentation qu’il mobilise, présentant l’histoire des sciences comme complément éclairant à la recherche scientifique. Si la trajectoire de Bernard Barber débute également à Harvard, elle se fait exclusivement en sociologie, par les enseignements notamment de Sorokin, Parsons et Merton. Au moment de cette conférence, Barber a déjà publié un livre d’importance dont la préface, due à Merton, indique précisément que les chercheurs en sciences sociales sont freinés dans l’étude des sciences par la réticence des chercheurs en sciences naturelles à l’encontre de ces disciplines et du sentiment d’illégitimité des premiers à étudier des domaines dont ils n’ont pas suivi le cursus (Barber, 1953). Ces différents éléments font donc écho à la situation de légitimité moindre de ce champ d’études, plus récent et du « porte-parole » disposant d’une trajectoire universitaire distincte de celle des « vrais » scientifiques.

26Si les recommandations à la fin du rapport sur ce colloque concluent à la nécessité de la création dans la NSF d’un conseil regroupant ces trois domaines, cette gradation dans la proximité avec la science (la philosophie en est, l’histoire la nourrit, la sociologie porte un diagnostic sur la manière de l’améliorer) se retrouve dans l’intervention de synthèse d’Herbert Dingle, également physicien de formation et philosophe des sciences, qui remet en cause la pertinence de l’association de la sociologie des sciences à ce projet :

It seems to me that the association of the “sociology of science”, as the subject has been described to us by Dr Barber, with the history and the philosophy of science is a mistake. . . . The subject of matter of the history of science is science, that of the philosophy of science is science, but that of the “sociology of science” is the scientist. . . . The “sociology of science” seems to me to be a particular science, like the ecology of some type of living creature other than man. It is the study of the relation between the scientist and its social environment, and is on all fours with the study of the relation between, say, ants or bees or elephants with their particular environment. . . . The validity of any [scientific] idea or discovery does not depend in the least of the circumstances—social, or any other—of its origin, and therefore the history of pure science can be written apart altogether from the external reasons for its coming into existence.

  • 36 Sur l’histoire et l’évolution de cette dichotomie, voir Shapin, 1992.

27Cette présentation, qui donne lieu à un débat entre les participants sur les approches internalistes et externalistes de l’étude des sciences36, met en évidence la position d’infériorité de la sociologie dans cette conversation entre trois disciplines (l’usage systématique des guillemets par Dingle quand il mentionne ce domaine en dit long sur sa considération de la sociologie). L’explication de la différence de traitement de ces trois disciplines par la formation initiale de leurs agents s’avère confortée par le croisement systématique des disciplines de doctorat et d’exercice de l’ensemble des participants de cette conférence (tableau 3).

Tableau 3 : Participants à la conférence de l’American Philosophical Society

Nom Affiliation principale Domaine Ph. D
Bernard BARBER Barnard College Sociology Sociology (U. Harvard)
Percy W. BRIDGMAN Harvard U. Physics and philosophy of science Physics (Harvard)
Rudolf CARNAP UCLA Philosophy of science Philosophy / physics (Jena)
Marshall CLAGETT U. of Wisconsin History of science History (Columbia U.)
I. Bernard COHEN Harvard U. History of science History of science (Harvard U.)
Arthur H. COMPTON Washington U. Physics Physics (Princeton U.)
Herbert DINGLE U. College London Physics and philosophy of science Physics (Imperial college London)
Loren C EISELEY U. Pennsylvania Anthropology and history of science Anthropology (U. Pennsylvania)
Herbert FEIGL U. Minnesota Philosophy of science Philosophy (Vienna)
Donald H. FLEMING Brown U. History of science History (Harvard U.)
Philipp G. FRANCK American Academy of Arts & Sciences Physics, mathematics and philosophy of science Physics (Vienna)
John F. FULTON Yale U. History and medecine Medecine (Harvard U.)
H. Bentely GLASS Johns Hopkins U. Genetics Biology (U. Texas)
Henry E. GERLAC Princeton U. History of science European history (Harvard U.)
Gaylord P. HARNWELL U. Pennsylvania Physics Physics (Princeton U.)
Robert J. HENLE St. Louis U. Philosophy Philosophy (Toronto U.)
Simon S. KUZNETS Johns Hopkins U. Political economy Economics (Columbia U.)
Chauncey D. LEAKE U. Texas Philosophy and history of medecine Physiology (U. Wisconsin)
Henry MARGENEAU Yale U. Physics and philosophy of science Physics (Yale U.)
Robert K. MERTON Columbia U. Sociology Sociology (U. Harvard)
Ernest NAGEL Columbia U. Philosophy Philosophy (Columbia U.)
William F. OGBURN U. Chicago Sociology Sociology (U. Columbia)
Jane M. OPPENHEIMER Bryn Mawr College Biology and history and philosphy of science Zoology (Yale U.)
Talcott PARSONS Harvard U. Sociology Sociology and economics (Heidelberg)
Charles C. PRICE U. Pennsylvania Chemestry Chemestry (Harvard U.)
Richard H. SHYROCK Johns Hopkins U. History of science History (U. Pennsylvania)
Edmund W. SINNOTT Yale U. Botany Botany (Harvard U.)
Cyril S. SMITH U. Chicago Study of metal Metallurgy (Sc.D) (M.I.T)
Hugh S. TAYLOR Princeton U. Chemestry Chemestry (Princeton U.)
Dorothy S. THOMAS U. Pennsylvania Sociology Sociology (London school of economics)
Donald R. YOUNG Russel Sage Foundation Sociology Sociology (U. Pennsylvania)
Conway ZIRKLE U. Pennsylvania Botany and history of science Botany (M.S.) (U. Virginia)
Alan T. WATERMAN National Science Foundation Physics Physics (Princeton U.)
Raymond J. SEEGER National Science Foundation Physics Physics (Yale U.)
Harry ALPERT National Science Foundation Sociology Sociology (U. Columbia)

Source : Proceedings of the American Philosophical Society, 99, 5, 1955.

  • 37 Proceedings of the American Philosophical Society, 99/5, p. 352.

28Une grande partie des philosophes des sciences présents ont suivi, tout comme Margeneau ou Dingle, des études de physique, une part moindre des historiens ont des parcours de doctorat également orienté vers la « vraie » science (en zoologie, botanique ou médecine) alors que les sociologues ont tous un doctorat en sociologie. Ainsi, malgré la proximité plus grande entre sciences sociales et sciences naturelles qu’entre « humanités » et sciences naturelles que les découpages institutionnalisés contemporains et les discours de la NSF de l’époque pourraient laisser supposer, et bien que les domaines de l’histoire et de la philosophie se situent à l’opposé du « noyau scientifique dur » décrit par Alpert dans la citation qui ouvre cette section et qui explique les critères de compatibilité avec des financements de la NSF pour les sciences sociales, l’objet d’étude et la formation disciplinaire des agents dominants de l’agence (physiciens ou ingénieurs) sont plus facilement compatibles avec celle des historiens et surtout des philosophes des sciences que des sociologues. On notera pour finir un des arguments mobilisés par Cohen et repris dans les recommandations finales pour justifier l’inclusion de ces disciplines : As the Foundation enters its fifth year, consideration should be given to the eventual writing of its history and a full evaluation of its influence37.

29C’est donc au service de l’agence, ou des sciences, que les sciences de la science sont justifiées dans la NSF.

Légitimité scientifique et scientificité

We have identified such regions as sex, religion, race and politics as fields which might be more appropriately supported by private foundations or by governmental agencies with applied social science missions. It would be the intention of the NSF not to support research in sensitive, controversial fields no matter how significant such research may be. (H. Alpert, report to the National Science Board, 1958)

30Nous avons montré comment l’institutionnalisation de la NSF pouvait être appréhendée du point de vue de l’histoire des sciences sociales étasuniennes comme un processus de légitimation scientifique conditionné à l’adoption d’une définition « durcie », c’est-à-dire contrainte méthodologiquement et/ou dans ses choix d’objet, comme l’indique pour ce dernier cas sans ambages Alpert dans la citation ci-dessus. Le passage de l’exclusion initiale de la quasi-totalité de ces disciplines à leur intégration progressive dans deux programmes distincts s’est opéré au prix d’une définition subalterne de ces disciplines (Delphy, 2008) : déjà « autres » dans l’acte de naissance de l’agence, les voici officiellement sous les autres, sous tutelle des « vraies » sciences, leurs projets devant converger avec elles ou intéresser les « vrais » scientifiques pour être financés, et ne pas aborder de domaines « controversés ».

  • 38 Pour une illustration de ce phénomène dans le cas des études sur la délinquance juvénile aux États (...)

31Il est important de rappeler que pour certains domaines, objets et chercheurs, cette inclusion n’a pas été une adaptation mais bien le prolongement de leurs approches. Mais le passage d’un groupe de disciplines dont le principe d’association se basait sur la classe des phénomènes qu’elles étudiaient à deux sous-groupes distincts, sciences anthropobiologiques et sciences sociophysiques, classés au prisme d’une conception de leur compatibilité avec les disciplines des sciences plus légitimes, est un cas emblématique des effets produits par les hiérarchies disciplinaires. Privilégiant des critères de scientificité inégalement adaptés aux phénomènes sociaux susceptibles d’être pris pour objets, cette agence a favorisé certaines méthodes, objets, domaines et chercheurs sans que la question de l’adéquation entre méthode et objet d’études soit véritablement prise en compte38. Pour acquérir de la légitimité scientifique, les sciences sociales se sont donc vues imposer des pratiques parfois incompatibles avec leurs conceptions de la scientificité.

32Ce processus d’ostracisation des sciences sociales s’inscrit dans un contexte historique très particulier, celui de la Guerre froide et de la chasse aux sorcières. À la veille du lancement de Spoutnik, la NSF a un budget particulièrement faible et n’a pas en tant que telle produit d’importantes inégalités matérielles entre chercheurs en sciences sociales. Mais le statut de cette agence, premier financeur généraliste de la science « fondamentale » et instance officielle de la mesure de l’activité scientifique, fera bientôt de la NSF un agent central du champ scientifique, comme en témoigne le nombre considérable d’études qui l’ont accompagnée depuis les premiers événements en lien avec sa création et son essor rapide :

By the end of the 1950s, the NSF already ranked fourth among federal agencies based on the amount of funding they provided for basic social research. With the demise of the Ford Foundation’s BSP, the NSF also became the nation’s only major patron for academic social science that did not take a strong interest in its practical applications. (Solovey, 2013, 149)

33À la même période, Pitrim Sorokin mettait en garde contre la fascination du chiffrage des phénomènes :

Les subventions attribuées aux recherches quantitatives qu’elles soient dignes de ce nom ou qu’elles relèvent de la quantophrénie sont telles que des recherches qualitatives ont maintenant une chance bien minime de recevoir une aide financière. Presque toutes ces recherches sont considérées d’emblée comme non scientifiques et indignes de recevoir une subvention quelconque. (Sorokin, 1959)

34Nous espérons que cette étude aura permis de mieux comprendre l’imbrication des différentes dimensions politiques, académiques, morales et scientifiques que contiennent les termes « non scientifiques » et « indignes » dans cette citation.

Haut de page

Bibliographie

Alpert, H., 1954, « The NSF and Social Science Research », American Sociological Review, 19/2, p. 208-211.

Alpert, H., 1955a, « The Social Science and the NSF », Proceedings of the American Philosophical Society, 99, p. 5.

Alpert, H., 1955b, « The Social Sciences and the NSF: 1945-1955 », American Sociological Review, 20/6, p. 653-661.

Alpert, H., 1956, « Public Opinion Research as Science », The Public Opinion Quarterly, 20/3, p. 493-500.

Angell, R. C., 1958, « Social Science and Morality », The Michigan Alumnus Quaterly Review, 64/18, p. 185-197.

Assayag, J. (dir.), 2008, L’Homme, 187-188, Miroirs transatlantiques.

Barber, B., 1953, Science and the social order, Londres, Allen & Unwin.

Bourdieu, P., 1976, « Le champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, 8-9, p. 88-104.

Bush, V., 1945, Science: The Endless Frontier, Washington, NSF.

Bush, V., 1970, Pieces of the action, New York, Morrow.

Calhoun, C., 2010, « Social sciences in North America », dans World Social Science Report, Paris, Unesco, p. 55-58.

Capshew, J. et Rader, K., 1992, « Big Science: Price to the Present », Osiris, 7/2, p. 2-25.

Chevalier, L., 1959, « Recherche scientifique et sciences humaines », Population, 14/3, p. 413-416.

Cozzens, S., 1995, « Social Sciences: Shunned at the Frontier », dans Science the Endless Frontier, 1945-1995: Learning from the Past, Designing for the Future, New York, Columbia University/Arizona State University, 2, p. 101-105.

Delphy, C., 2008, « Les uns derrière les autres », dans ead., Classer, dominer: qui sont les « autres » ?, Paris, La Fabrique, p. 7-52.

Dupree, A. H., 1984, « Review of A Patron for Pure Science », Isis, 75/1, p. 212-213.

England, J. M., 1982, A Patron for Pure Science. The National Science Foundation’s Formative Years, 1945-57, Washington, NSF.

Galison, P. et Hevly, B. W., 1992, Big Science: The Growth of Large-scale Research, Stanford, Stanford University Press.

Galliher, J. F. et Cartney, J. L. M., 1973, « The Influence of Funding Agencies on Juvenile Delinquency Research », Social Problems, 21/1, p. 77-90.

Gieryn, T. F., 1999, « The U.S. Congress Demarcates Natural Science and Social Science (Twice) », dans id., Cultural Boundaries of Science: Creditability on the Line, Chicago, University of Chicago Press, p. 65-114.

Godin, B., 2005, « Is There Basic Research Without Statistics? », dans id., Measurement and Statistics on Science and Technology: 1920 to the Present, Londres/New York, Routledge, p. 259-287.

Godin, B., 2006, « Research and development: how the ‘D’ got into R&D », Science and Public Policy, 33/1, p. : 59-76.

Hagège, S. et Bénard, C., 2004, « La NSF, une agence de moyens pour la recherche fondamentale. Mission pour la science et la technologie », Washington, Ambassade de France aux États-Unis.

Harter, H., 2008, « NSF la recherche made in USA », La revue pour l’histoire du CNRS, 23, en ligne : http://histoire-cnrs.revues.org/8923.

Hauser, P. M., 1946, « Are the Social Sciences Ready? », American Sociological Review, 11/4, p. 379-384.

Johnson, D., 1992, « Next to nothingness and being at the NSF », Psychological Science, 3/3, p. 145-149.

Klausner, S. Z., 1986, « The Bid To Nationalize American Social Science », dans Klausner, S. Z. et Lidz, V. M. (éd.), The Nationalization of the social sciences, Philadelphie, University of Pennsylvania Press.

Kleinman, D. L., 1994, « Layers of Interests, Layers of Influence: Business and the Genesis of the NSF », Science, Technology, & Human Values, 19/3, p. 259-282.

Kleinman, D. L., 1995, Politics on the Endless Frontier, Durham, Duke University Press.

Koontz, L. K., 1946, « The Social Sciences in the NSF », Pacific Historical Review, 15/1, p. 1-30.

Larsen, O. N., 1985, « Social science out of the closet », Society, 22/2, p. 11-15.

Lundberg, G. A., 1947, « The Senate Ponders Social Science », The Scientific Monthly, 64/5, p. 397-411.

Mazon, B., 1985, « La Fondation Rockefeller et les sciences sociales en France, 1925-1940 », Revue française de sociologie, 26/2, p. 311-342.

Merton, R. K., 1938, « Science and the Social Order », Philosophy of Science, 5/3, p. 321-337.

Miller, R. B., 1982, « The Social Sciences and the Politics of Science: The 1940s », The American Sociologist, 17/4, p. 205-209.

Mirowsky, P. et Sent, E.-M., 2002, « Introduction », dans id. (éd.), Science bought and sold, Chicago, University of Chicago Press, p. 1-66.

Müller, C., 2010, D’Olbia à Tanaïs. Territoires et réseaux d’échanges dans la mer Noire septentrionale aux époques classique et hellénistique, Bordeaux, Ausonius.

O’Connor, A., 2007, Social Science for What? Philanthropy and the Social Question in a World Turned Rightside Up, New York, Russell Sage Foundation.

Parsons, T., 1946, « The science legislation and the role of the social sciences », American Sociological Review, 11/6, p. 653-666.

Péteri, G., 1993, « “Scientists versus scholars”: The prelude to communist takeover in Hungarian science, 1945-1947 », Minerva, 31/3, p. 291-325.

Pielke, R., 2012, « Basic Research as a Political Symbol », Minerva, 50/3, p. 339-361.

Platt, J., 1996, « Has Funding Made a Difference to Research Methods? », Sociological Research Online, 1/1.

Platt, J., 1999, « Funding and research methods », dans ead., A History of Sociological Research Methods in America, 1920-1960, Cambridge, Cambridge University Press, p. 142-199.

Pollak, M., 1976, « La planification des sciences sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, 2/2, p. 105-121.

Robinson, M., 1984, « Private foundations and social science research », Society, 21/4, p. 76-80.

Rossiter, M. W., 1984, « The History and Philosophy of Science Program at the NSF », Isis, 75/1, p. 95-104.

Schultz, É., 2016, Construire une économie de la recherche sur projets. L’installation de l’Agence Nationale de la Recherche en France et ses conséquences dans les domaines de la génomique végétale et de la chimie durable, thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Michel Dubois, université Paris 4.

Shapin, S., 1992, « Discipline and Bounding », History of Science, 30, p. 333-369.

Sherwood, M., 1984, « Review of A Patron for Pure Science », The American Historical Review, 89/1, p. 102-103.

Smith, N., 1987, « Academic war over the field of geography », Annals of the Association of American Geographers, 77/2, p. 155-172.

Solovey, M., 2004, « Riding natural scientists’ coattails onto the endless frontier », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 40/4, p. 393-422.

Solovey, M., 2013, Shaky Foundations, New Brunswick, Rutgers University Press.

Solovey, M. et Pooley, J. D., 2011, « The Price of Success », Annals of Science, 68/2, p. 229-260.

Sorokin, P. A., 1959, Tendances et déboires de la sociologie américaine, Paris, Aubier.

Topalov, C., 2008, « Sociologie d’un étiquetage scientifique : urban sociology (Chicago, 1925) », L’Année sociologique, 58/1, p. 203-234.

Tournès, L., 2008, « La fondation Rockefeller et la construction d’une politique des sciences sociales en France (1918-1940) », Annales. Histoire, Sciences sociales, 6, p. 1371-1402.

Tournès, L., 2011, Sciences de l’homme et politique. Les fondations philanthropiques américaines en France au xxe siècle, Paris, Classiques Garnier.

Truman, H. S., 1948, « Address of the President of the United States », Science, 108, p. 313-314.

Verschueren, P., 2016, « Les rapports de thèses de doctorat ès sciences physiques, révélateurs des normes de la science », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 132, p. 111-123.

Waterman, A. T., 1960, « The Role of the NSF », Annals of the American Academy of Political and Social Science, 327, p. 123-131.

Zachary, G. P., 1997, Endless Frontier: Vannevar Bush, Engineer of the American Century, New York, Free Press.

Haut de page

Notes

1 L’établissement du corpus des études, individus et institutions relevant des social sciences étasuniennes au sortir de la Seconde Guerre mondiale est difficile à établir ex post, d’autant que les acteurs que nous étudions ici ont insisté sur leurs propres hésitations à ce propos. Un des participants aux auditions de 1946 sur lesquelles nous reviendrons déclare ainsi : No agreement has been reached with reference to what social science really means. It may include philosophy, anthropology, all the racial questions, all kinds of economics, including political economics, literature, perhaps religion, and various kinds of ideology (Solovey, 2004, 408). Voir également Alpert, 1955b. Dans cet article, nous employons ce terme dans le sens qu’en donnent plus ou moins explicitement ces acteurs, à savoir les domaines initialement exclus puis progressivement intégrés dans la division des sciences sociales de la NSF.

2 Robinson, 1984 ; O’Connor, 2007 ; Topalov, 2008. Pour le cas français, voir notamment Pollak, 1976.

3 À l’exception de l’éloge orienté de Hagège et Bénard, 2004 et de la présentation succincte de Harter, 2008.

4 Voir notamment Mazon, 1985 ; Tournès, 2008 et 2011.

5 Basic research, un terme qui est lui-même lié à l’histoire de la NSF. Voir Godin, 2005.

6 Schultz, 2016, 19-30. Il est par ailleurs à noter que la question étasunienne du financement des sciences sociales par un fond national s’est également jouée en France dans la même période : Chevalier, 1959. Sur la question plus générale des distorsions dans les comparaisons entre France et États-Unis, voir Assayag, 2008.

7 Les biais de l’ouvrage d’England (1982) ont ainsi fait l’objet de critiques très vives de la part des historiens, notamment Dupree, 1984 ; Sherwood, 1984.

8 Au premier rang desquels ceux de Daniel Kleinman et Marc Solovey.

9 Kleinman, 1995, 30.

10 Zachary, 1997, 112.

11 Pour une analyse plus détaillée des liens de Bush avec le lobby industriel, voir Kleinman, 1994.

12 Pour une histoire du terme, voir Capshew et Rader, 1992 ; Galison et Hevly, 1992. On retrouve des enjeux similaires en France sur la même période dans Verschueren, 2016.

13 Le sénateur démocrate Kilgore, acteur important du New Deal et coauteur du Technology Mobilization Act de1942 est le premier à proposer la création d’une NSF, qui se distingue du projet de Bush sur un certain nombre de points. Les principales étapes de ce parcours législatif sont rappelées dans Harter, 2008 et font l’objet d’une étude détaillée dans la première partie d’England, 1982.

14 Ainsi déclare-t-il The physical sciences offer us tangible goods; the biological sciences, tangible cures. The social sciences offer us better ways of organizing our lives. I have high hopes, as our knowledge in these fields increases, that the social sciences will enable us to escape from those habits and thoughts which have resulted in so much strife and tragedy (Truman, 1948).

15 Miller, 1982 ; Solovey, 2013, 24.

16 Analysées en détail dès 1946 dans Koontz, 1946 et Parsons, 1946 et dont l’importance pour les sciences sociales étasuniennes a été bien mise en évidence par Solovey, 2004.

17 Godin, 2005 ; Pielke, 2012.

18 Godin, 2006.

19 Larsen, 1985, expression utilisée pour évoquer le coming out homosexuel.

20 Ce qui ne veut pas dire que Bush fut un « quantophrène », comme en témoigne le récit d’Alpert à son propos : Alpert, 1956, 494-495.

21 Notamment le politiste Charles Merriam ou l’économiste Wesley Mitchell, voir Cozzens, 1995.

22 Ce n’est qu’en 1971 qu’est créée à l’Académie des sciences étasunienne une catégorie spécifique pour les chercheurs en sciences sociales : Johnson, 1992.

23 Solovey, 2004. Pour un parallèle intéressant avec la situation hongroise à la même période, voir Péteri, 1993.

24 Voir Klausner, 1986, 14.

25 Pour une illustration de l’imbrication de ces dimensions, voir le cas de la suppression du département de géographie à Harvard dans Smith, 1987.

26 Précisément détaillé dans England, 1982.

27 NSF Act, 1950, Public Law 81-507.

28 Harry S. Truman: “Rear Platform and Other Informal Remarks in Idaho, Oregon, and Washington”, 1950, archives présidentielles, the Truman Library.

29 Terme expressément utilisé pour désigner les sciences sociales : Alpert, 1954, 209.

30 « Biological and Medical Sciences Division » – initialement séparée en deux divisions mais fusionnées dès 1953 –, « Mathematical, Physical and Engineering Sciences Division » et « Scientific and Personnel Education Division » – en charge des allocations doctorales et postdoctorales. England, 1982, 135, 172.

31 Alan Waterman, qui declare : It is obvious that research does not apply merely to the so-called sciences but applies equally well to unscientific, or perhaps more accurately, incommensurable material, as dealt with in the social sciences or the humanities. Waterman, 1960, 167.

32 Pour une présentation de ce sociologue, voir Solovey et Pooley, 2011.

33 NSF Annual Report, 1955, 60-61.

34 De telles recherches ont également pu fait l’objet d’importantes instrumentalisations politiques : voir, par exemple, Müller, 2010.

35 Alpert, 1955a, également analysée dans Rossiter, 1984.

36 Sur l’histoire et l’évolution de cette dichotomie, voir Shapin, 1992.

37 Proceedings of the American Philosophical Society, 99/5, p. 352.

38 Pour une illustration de ce phénomène dans le cas des études sur la délinquance juvénile aux États-Unis, voir Galliher et Cartney, 1973. Pour une théorisation des enjeux de luttes hétéronomes qui contraignent plus ou moins la reconnaissance scientifique, voir Merton, 1938.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Renisio, « Faire science. Le « durcissement » des sciences sociales par la National Science Foundation (États-Unis, 1945-1957) », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 43-65.

Référence électronique

Yann Renisio, « Faire science. Le « durcissement » des sciences sociales par la National Science Foundation (États-Unis, 1945-1957) », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/407 ; DOI : 10.4000/rhsh.407

Haut de page

Auteur

Yann Renisio

Docteur en sociologie, EHESS, Centre Maurice-Halbwachs

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals