Navigation – Plan du site
Dossier

Terre promise ou terre interdite ?

La Suisse : l’eldorado ambigu des premières femmes médecins, 1867-1939
Promised land or forbidden land? Switzerland, the ambiguous El Dorado of the first women doctors, 1867–1939
Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel
p. 59-96

Résumés

La Suisse est le premier pays à avoir accepté de former les femmes à la médecine dans des conditions strictement identiques à celles des hommes en 1867. Dès cette date, cette contrée devint le centre mondial de l’éducation médicale féminine, la plupart des premières doctoresses y ayant séjourné. Mais si des historiens ont souligné ce rôle de la Suisse comme terre d’accueil internationale pour les étudiantes, moins se sont en revanche interrogés sur les effets de cette féminisation estudiantine précoce au plan local. S’appuyant sur une reconstitution statistique de la démographie étudiante et sur un examen qualitatif de parcours professionnels, cet article montre que si les Suisses acceptaient que les femmes étudient la médecine, ils étaient plus réticents à les voir pratiquer. Après avoir étudié les caractéristiques de ce double standard, il dévoile ensuite comment des doctoresses ont toutefois réussi à passer ces barrières et à faire carrière en Suisse dès le xixe siècle.

Haut de page

Dédicace

En mémoire de Marthe Gosteli (1917-2017)1

Notes de l’auteur

Le contenu de cet article s’appuie sur les résultats de recherche de Lucie Begert et d’Izel Demirbas (voir « Sources »). Aude Fauvel s’est chargée de la synthèse et de recherches complémentaires, notamment sur les aspects internationaux.

Texte intégral

  • 2 Étant donné la variabilité des orthographes utilisées pour translitérer son nom du xixe siècle à n (...)
  • 3 Edmund Rose (1836-1914) est connu pour ses travaux sur la tamponnade cardiaque et les altérations (...)

1Le 14 décembre 1867, Nadezhda Suslova2, étudiante en médecine, et Edmund Rose3, professeur de chirurgie, prononçaient avec conviction les phrases suivantes devant un auditoire de la Faculté de médecine de Zurich :

  • 4 La première phrase est de Rose (Soon we are coming to the end of slavery for women, and soon we wi (...)

Bientôt nous arriverons à la fin de l’esclavage des femmes et nous obtiendrons l’émancipation féminine dans chaque pays et, avec elle, le droit de travailler.
Je suis la première mais pas la dernière. Après moi viendront des milliers4.

  • 5 On rappellera qu’il y eut des femmes diplômées de médecine à l’époque médiévale et moderne, notamm (...)
  • 6 Au xixe siècle, quelques femmes avaient réussi, avant Suslova, à obtenir le titre de « docteur en (...)
  • 7 Bonner, 1992.
  • 8 Contrairement au contexte français, où le mot « doctoresse » est désuet et a parfois été utilisé d (...)
  • 9 Voir infra la sous-partie « Une séduction internationale » pour une description de l’ouverture et (...)
  • 10 Il s’agit d’une moyenne grossière. Les premières facultés médicales françaises à accueillir les fe (...)
  • 11 Bonner, 1992, 63, 77.

2L’occasion, il est vrai, était spéciale. Il s’agissait de la soutenance de thèse de Suslova et elle était la première femme de l’époque contemporaine5 à avoir pu poursuivre des études médicales dans leur intégralité et dans des conditions identiques à celles des hommes6. Et il est vrai, aussi, que Suslova fut un exemple inspirant, puisqu’après elle des milliers de candidates se présentèrent effectivement aux portes des universités suisses pour y étudier la médecine, ainsi qu’elle l’avait prédit dans son exposé. Comme l’a montré Thomas Neville Bonner7, au xixe siècle ce pays devint même la plaque tournante de la formation médicale au féminin, un passage quasi obligé pour la plupart des premières doctoresses8 du monde entier – les facultés de Zurich, Berne, Genève, Lausanne, puis Bâle, étant alors les seules en Occident à accueillir les femmes à l’égal des hommes, sans réserve de nombre et sans distinction de contenu9. Dans ce domaine, l’attrait de la Suisse demeura longtemps inégalé. En 1900, tandis que les universités du Royaume-Uni, d’Allemagne ou des États-Unis demeuraient généralement hostiles aux femmes, ou que celles de France, plus tolérantes, ne comptaient toutefois qu’environ 20 % d’étudiantes en médecine10, les facultés médicales helvétiques accueillaient ainsi déjà plus de 50 % de femmes. Pour tout dire, à cette date la Suisse comptabilisait même plus d’étudiantes en médecine que l’intégralité du reste de l’Europe11 !

  • 12 Müller, 2007. Pour des éléments sur sa biographie, voir infra « Deux stratégies classiques ».
  • 13 Née à Saint-Pétersbourg, Charlotte von Mayer obtint son doctorat de médecine à Lausanne en 1897 et (...)

3Mais si des historiens ont souligné le rôle clé que la Suisse a joué au plan mondial comme terre d’accueil pour la formation des premières doctoresses, moins se sont en revanche interrogés sur les effets que cette féminisation estudiantine précoce a eus sur la profession médicale au niveau local. En dehors du parcours de quelques figures individuelles célèbres, comme Marie Heim-Vögtlin (1845-1916)12 ou Charlotte Olivier von Mayer (1864-1945)13, on en sait encore peu sur le destin collectif des premières femmes qui ont voulu devenir médecins en Suisse, qu’elles soient Suissesses ou qu’il s’agisse d’étrangères demeurées sur le territoire helvétique une fois diplômées. Que sont devenues ces femmes ? Ont-elles pu exercer la médecine après leurs études ? Si oui, dans quelles conditions ?

  • 14 Lucie Begert poursuit actuellement ses recherches entamées en Master sur le sujet (Begert, 2015) d (...)
  • 15 Izel Demirbas, travail préparatoire à une demande de financement pour le Fonds National Suisse (20 (...)

4En l’occurrence, l’exploitation des premiers résultats de deux enquêtes en cours sur le sujet contribue à nuancer fortement l’image de la Suisse comme eldorado pour les premières femmes médecins. Car si les Suisses étaient incontestablement plus ouverts que leurs voisins à l’idée que les femmes étudient la médecine, ils étaient en revanche nettement plus réticents à les voir pratiquer. Tirant parti, d’une part, d’une reconstitution statistique inédite des collectifs estudiantins médicaux suisses réalisée par Lucie Begert14 et, d’autre part, d’une analyse qualitative de parcours individuels effectuée par Izel Demirbas15, cet article examine les effets de ce particularisme suisse. Après avoir étudié les caractéristiques du double standard pratiqué par les autorités helvétiques envers les femmes médecins – entre acceptation universitaire et rejet professionnel –, il montre ensuite comment certaines ont néanmoins réussi à passer les barrières limitant l’accès à l’emploi en Suisse et à y développer des stratégies de carrière alternatives dès le xixe siècle.

La Suisse : un exemple pour l’intégration des femmes dans les études de médecine ?

Sources

  • 16 Bonner, 1992 ; voir aussi Bonner, 1988a et b, 1989.
  • 17 Tikhonov, 2004a. Cette thèse s’intéresse au destin des femmes russes qui ont étudié dans les unive (...)
  • 18 Bachmann et Bradenahl, 1990 ; Bielander, 1988 ; Bonjour, 1960 ; Dreifuss, 1991 ; Giovannini, 1991- (...)
  • 19 Ces expressions sont courantes dans l’historiographie (par exemple : Roberts, 1993, Ogilvie et Har (...)

5Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de préciser les sources mobilisées et le focus de l’enquête au regard de l’historiographie existante. Si Thomas Neville Bonner16 et Natalia Tikhonov17 ont produit des travaux remarquables traitant de la place des femmes dans les facultés helvétiques médicales, ce sont toutefois surtout les trajectoires internationales des doctoresses étrangères qui les ont prioritairement intéressés, plutôt que les carrières de celles qui restèrent en Suisse. En dehors de leurs études, l’histoire des facultés de médecine suisses a été abordée par le biais de monographies institutionnelles18, certaines très documentées, d’autres moins, mais qui mettent de côté la question des dynamiques traversant l’ensemble du territoire. Par ailleurs, si l’on a des indications globales sur l’évolution des inscriptions académiques, on manque d’études démographiques précises pour chaque établissement et sur la longue durée. Enfin, en Suisse comme ailleurs, les quelques travaux qui se sont intéressés aux femmes médecins se sont beaucoup focalisés sur les « pionnières » « extraordinaires »19, éclipsant la question du collectif et du destin des doctoresses moins visibles, mais qui ne se sont pas moins démenées pour tenter de faire carrière et dont les parcours sont plus représentatifs d’une histoire d’ensemble des luttes féminines pour l’accès au monde professionnel.

  • 20 Pour un descriptif complet des sources utilisées, voir Begert, 2015, 67-75.

6L’objectif de nos recherches est de contribuer à combler ces lacunes. En ce qui concerne l’aspect statistique, Lucie Begert a reconstitué, année par année, l’évolution de la démographie estudiantine selon ses caractéristiques de genre, de nationalité et, pour les cas où ce fut possible, d’origine sociale, à partir des informations consignées dans les fichiers d’inscription et les dossiers individuels d’étudiants conservés dans les archives des cinq facultés médicales suisses (Zurich, Berne, Genève, Lausanne, Bâle), sur la période 1860-2010. Ces sources administratives universitaires, complétées, au besoin, par d’autres types de fonds20, sont par ailleurs précieuses en termes d’éléments plus qualitatifs, comprenant, dans certains cas, des informations personnelles sur les inscrits et leur devenir, ainsi que des observations du corps professoral. Outre ces corpus, d’autres traces de la présence des femmes diplômées de médecine sur le marché du travail ont été collectées par Izel Demirbas en partant, notamment, des publications médicales au sens large (incluant les ouvrages de vulgarisation). Celles-ci permettent, en effet, de repérer celles qui ont pu valoriser leur thèse, puis cherché à percer sur le terrain académique et/ou éditorial. Cette approche a ensuite été complétée par une analyse plus détaillée des parcours professionnels d’une dizaine de femmes, en mobilisant divers types de sources (en particulier des lettres de candidature et des dossiers professionnels conservés par diverses institutions, ainsi que des dossiers biographiques constitués par la fondation Gosteli).

Une position militante du corps professoral

  • 21 Sophia Jex-Blake (1840-1912) fut la première femme à exercer la médecine en Écosse. En 1869, elle (...)
  • 22 Jex-Blake, 1886, 91-93.
  • 23 Glaser, 1996.
  • 24 Bischoff, 1872.
  • 25 Einsele, 1992.
  • 26 De nombreuses historiennes ont souligné les stéréotypes genrés des médecins fin de siècle. Pour la (...)

7L’examen de ces fonds permet d’abord d’expliciter davantage les raisons qui ont conduit les universités suisses à ouvrir plus largement leurs portes aux femmes que celles d’autres pays. Dans les années 1860, diverses femmes entamèrent des démarches pour voir quelles universités accepteraient de les accueillir en Occident. En ce qui concerne la médecine, si quelques universités d’Europe, de Russie et d’Amérique du Nord avaient précédemment déjà admis des auditrices libres et si certaines avaient pu, dans de très rares cas, accepter que des femmes suivent une partie du cursus, c’est bien la Faculté de Zurich qui fut la première à autoriser des femmes à étudier dans des conditions strictement identiques à celles des hommes. Ailleurs, celles qui avaient osé fréquenter les auditoires universitaires avaient, en outre, souvent rencontré des oppositions marquées, voire violentes, comme au Royaume-Uni, où, le 18 novembre 1870, Sophia Jex-Blake21 et le groupe des fameuses « sept d’Édimbourg » furent même chassées manu militari d’une salle d’examen de l’Université d’Édimbourg où elles avaient pourtant initialement obtenu d’être inscrites22. Du côté allemand, la situation était peut-être encore pire, le corps universitaire médical étant dans l’ensemble vent debout contre l’intégration des femmes et ce, pour des raisons prétendument scientifiques23. Après que l’Université de Leipzig eut accepté des auditrices, le Prof. Theodor Bischoff (1807-1882), éminent titulaire de la chaire d’anatomie et de physiologie de l’Université de Munich, publia ainsi en 187224 un pamphlet dévastateur qui contribua largement à stopper l’accession des femmes aux études supérieures pendant plusieurs décennies25. On pouvait y lire les arguments habituels des théories fin de siècle sur le « sexe faible »26, sur l’infériorité physique et mentale des femmes qui les rendrait impropres aux études supérieures, ainsi que sur les dangers posés par des contenus éducatifs susceptibles de pervertir leur pudeur. Quant à la France, si elle se montra plus tolérante et si, notamment, la Faculté de médecine de Paris accepta des femmes dès 1868, étant la seconde à le faire après celle de Zurich, il n’empêche qu’elle maintint des barrières en termes de formation pratique, l’internat étant, par exemple, interdit aux femmes jusqu’en 1886.

  • 27 Rogger et Bankowski, 2010, 25.
  • 28 Actes du 12 mai 1865 entre le Sénat académique et la direction de l’éducation de l’Université de Z (...)
  • 29 Des femmes purent s’inscrire à l’Académie Militaire de Médecine de Saint-Pétersbourg en 1861. En 1 (...)
  • 30 Rogger et Bankowski, 2010, 26.
  • 31 En Suisse, l’immatriculation universitaire est la procédure par laquelle un étudiant est officiell (...)
  • 32 Suslowa (Suslova), 1867.
  • 33 Frances Morgan est la première femme officielle de Grande-Bretagne à avoir obtenu un diplôme de mé (...)
  • 34 Juste après avoir obtenu son diplôme de médecine à Zurich en 1872, Louisa Atkins (1842?-1924) prov (...)

8Comment expliquer, dès lors, que les professeurs de Suisse soient allés à rebours de leurs confrères en acceptant largement les femmes ? Examiner le cas de la Faculté médicale de Zurich, qui lança le mouvement, est déterminant pour éclairer cette question. Nadezhda Suslova, première à y avoir été diplômée de médecine, ne fut pas la première à s’y présenter. C’est une certaine Maria Kniaschnina qui, après s’être heurtée à un refus de l’Université de Paris27, adressa en 1864 une lettre au recteur de Zurich dans laquelle elle demandait à devenir auditrice libre en médecine. Ce dernier répondit que le règlement ne l’interdisait pas, mais qu’il devait d’abord s’assurer que les étudiants et les professeurs seraient d’accord « de tenter l’expérience », ce qui fut le cas28. Une fois à Zurich, Kniaschnina fut rapidement rejointe par Suslova, qu’elle avait rencontrée à Saint-Pétersbourg peu avant que les universités russes ne soient fermées aux femmes29. En 1867, Kniaschnina abandonna ses études30, mais Suslova demanda à terminer les siennes en étant régulièrement inscrite, plutôt qu’auditrice libre. Après une courte discussion entre le Sénat académique et la direction de l’éducation, on accepta de l’immatriculer31 de manière rétroactive. Elle put passer les examens à l’égal des étudiants masculins et défendre son doctorat en 186732. Son parcours encouragea immédiatement d’autres candidates : treize femmes se hâtèrent de rejoindre Zurich, dont, notamment, les Britanniques Frances Morgan33 et Louisa Atkins34.

  • 35 Michael Anton Biermer (1827-1892) est aujourd’hui surtout connu pour ses découvertes sur les consé (...)
  • 36 Adolf Eugene Fick (1829-1901) s’est intéressé à la physiologie des muscles et de l’œil, ses travau (...)
  • 37 Theodor Billroth (1829-1894) est un pionnier de la chirurgie de l’appareil digestif, connu pour av (...)
  • 38 Hermann Georg von Meyer (1815-1892) est connu pour ses travaux en anatomie. Après avoir étudié à H (...)
  • 39 Bonner, 1992, 39 (By your scholarly earnestness and zeal, you have become a worthy model for the w (...)
  • 40 Bonner, 1992, 3.
  • 41 Forel, 1941, 54.

9Or, ce n’est pas du bout des lèvres, mais de façon affirmée, que les professeurs zurichois accueillirent ces pionnières. Les sources montrent qu’Anton Biermer35, Adolf Fick36, Theodor Billroth37, Edmund Rose, Hermann von Meyer38, qui jouissaient tous d’une réputation internationale dans leurs disciplines respectives, soutinrent activement la candidature de Suslova39. Quand d’autres candidates se présentèrent, aucun ne se dédit, même quand ils furent chahutés par leurs élèves. À la fin de la soutenance de Frances Morgan en 1870, le Prof. Biermer s’exclama ainsi qu’elle était « un excellent exemple pour les femmes40 ». Il se montrait peu rancunier, sachant que Morgan, une étudiante brillante qui avait réussi à terminer sa formation en trois ans au lieu de cinq, venait de le remettre à sa place devant un auditoire « bondé »41. Auguste Forel (1848-1931), camarade d’études de Morgan et futur psychiatre, raconta plus tard l’épisode en ces termes :

  • 42 Ibid.

[Morgan] était arrivée à des conclusions diamétralement opposées à celles de son maître. […] Biermer était un violent ; l’opposition de son élève l’irrita. […] Son attaque dura vingt-cinq minutes. Je vois encore le calme apparent de Miss Morgan […]. Elle réfuta les arguments de son professeur au cours d’une réplique pertinente qui dura une demi-heure. Après cela, Biermer en eut assez. Ce fut un jour mémorable42.

  • 43 Lipinska, 1900, 405.
  • 44 On doit à Ludimar Hermann (1838-1914) des travaux novateurs sur les sens, la physiologie de la par (...)
  • 45 Hermann, 1872.
  • 46 Sur cet épisode, voir Bonner, 1988a, 70-71.

10Ceci étant, si les enseignants zurichois se montrèrent aussi enthousiastes et s’ils entérinèrent ensuite définitivement l’inscription des femmes, ce n’est pas seulement parce qu’ils purent constater l’excellence académique des candidates. Il s’avère déjà que la Faculté de médecine de Zurich était une institution jeune, ce qui lui permettait d’innover sans doute plus facilement que des établissements plus établis. Puis, il faut aussi souligner qu’une partie importante du corps professoral était composée d’immigrés venus de l’Allemagne, qu’ils avaient souvent dû quitter en raison de positions politiques et/ou médicales dissidentes. Pour le dire autrement, en acceptant les femmes et en s’insurgeant contre « l’ancienne tradition anti-féministe43 » (une expression attribuée au Prof. Meyer), les professeurs zurichois poursuivaient en Suisse une querelle commencée auparavant sur le sol allemand. En louant les mérites des étudiantes, ils réaffirmaient leurs prises de position libérales et, surtout, ils faisaient un pied de nez à certains mandarins de leur pays d’origine, qui étaient notoirement opposés à la mixité universitaire. En 1872, le Prof. Ludimar Hermann44 publia ainsi De l’éducation des femmes et de l’intérêt de l’école de Zurich, où il répondait au pamphlet édité la même année par le Prof. Bischoff à Munich. Virulent, Hermann y accusait ceux qui, comme Bischoff, refusaient les femmes à l’université, de laisser leurs sentiments biaiser leur jugement scientifique45. Selon lui, les arguments sur les faiblesses intellectuelles des femmes et sur les dangers posés par leur présence dans les facultés étaient, de facto, invalidés par l’expérience zurichoise. Celle-ci prouvait qu’elles pouvaient réussir académiquement, y compris en médecine et ce, sans menacer l’ordre public. De même, douze ans après, quand un journal allemand insinua que Zurich regrettait la mixité, le Prof. Rose écrivit une réponse cinglante, affirmant que c’était au contraire une question qui n’y soulevait plus aucun débat46.

  • 47 La Faculté de médecine de Berne aurait ouvert ses portes à une « Ernestine Schroer » en 1868, mais (...)
  • 48 À Genève, l’admission des femmes aux mêmes conditions que les hommes est mentionnée dès la loi d’o (...)
  • 49 Un processus similaire à celui de Genève s’est déroulé à Lausanne, avec, dès 1890 et la transforma (...)
  • 50 Versuch, Hermann, 1872, 17 ; SVA-ASFDU, 1928, 29.
  • 51 Comme Nicholas Senn, professeur de chirurgie à l’Université de Chicago, dans le Journal of the Ame (...)
  • 52 Vera Ignatievna Gedroitz (1870-1932) signait en français (Princesse) Vera ou Wera (Guedroytz) de B (...)
  • 53 C’est habituellement Mary E. Childs MacGregor, nommée chef du service d’urologie à l’infirmerie de (...)
  • 54 Oberlin, Vo, Bachrach et Flury, 2016.
  • 55 Guedroytz de Beloseroff, 1899.
  • 56 Anonyme, 1899a et b.

11À Berne, Genève, puis Lausanne, qui accueillirent respectivement des femmes en 187047, 187748 et 189049, on adopta un raisonnement similaire. Techniquement, aucune disposition n’interdisait l’accès de l’université bernoise aux femmes, quant aux universités de Genève et de Lausanne elles inscrivirent d’emblée dans leurs statuts que les femmes pouvaient être immatriculées comme étudiantes. Dans les faits, les directions prirent acte du précédent zurichois et firent preuve du même pragmatisme : une « expérimentation50 » avec quelques inscrites et une ouverture plus grande une fois l’expérience jugée probante. Et, de même qu’à Zurich, de grands noms de la médecine se félicitèrent également des résultats de leurs élèves féminines. Entre autres exemples, citons à Berne le Prof. Theodor Kocher (1841-1917), premier Suisse à avoir obtenu un Prix Nobel en 1909 pour ses travaux « en physiologie ou médecine », qui surprenait ses confrères étrangers en acceptant les étudiantes dans son bloc opératoire51. Ou bien son élève, le chirurgien César Roux de Lausanne, qui choisit deux femmes comme internes – Charlotte von Mayer en 1897 et Vera [Guedroytz] de Beloseroff en 189952 – et n’hésita pas à diriger la seconde en urologie. Or Beloseroff est, à notre connaissance, une des premières chirurgiennes – si ce n’est la première53 – à avoir travaillé sur l’appareil génital masculin. Sachant qu’aujourd’hui les femmes urologues sont toujours l’exception54, on comprendra dès lors combien ce choix fit sensation à l’époque, le travail de Beloseroff55 ayant été commenté jusqu’aux États-Unis56.

  • 57 Littéralement « frontière du rösti », cette expression suisse courante désigne la frontière symbol (...)
  • 58 Il est peut-être utile de rappeler ici que, si la Suisse est souvent perçue à l’étranger comme un (...)
  • 59 Ces villes disposaient auparavant « d’académies » de taille réduite et réservées à des élites choi (...)
  • 60 SVA-ASFDU, 1928, 203-217.
  • 61 Bonjour, 1960, 446-450.

12Cas rare en Suisse, ni la barrière du Röstigraben qui distingue habituellement les attitudes des Alémaniques et des Romands57, ni les différences entre les régions à tendance plutôt protestante ou catholique58, ne semblent donc avoir eu beaucoup d’incidence sur l’acceptation des femmes dans les études médicales. L’origine des professeurs et l’histoire universitaire furent plus déterminantes. Comme celle de Zurich, les universités de Berne, Genève et Lausanne étaient jeunes59 et davantage ouvertes aux nouveautés pédagogiques. Inversement, la seule université qui formait des médecins en Suisse depuis le Moyen Âge, Bâle, fut aussi la plus réticente à admettre les femmes. Ce n’est qu’après de nombreuses tergiversations, et sous pression du public et du Conseil d’État60, que la direction finit par les accepter en 1890, dans une ambiance toutefois nettement moins enthousiaste que dans les autres facultés du pays61.

Une féminisation précoce et massive

  • 62 Faute de place, nous ne reproduisons pas les courbes équivalentes pour chacune des facultés médica (...)

13Une fois les premières femmes diplômées, le nombre d’étudiantes augmenta ensuite fortement en Suisse jusqu’en 1906, date à laquelle il se mit au contraire à chuter suite à un changement de conjoncture internationale. Pour illustrer ce propos, deux courbes, qui ont été réalisées à partir de l’exploitation de plusieurs corpus (voir « Sources »), sont ici présentées : la première (Fig. 1) montre l’évolution générale de la population estudiantine médicale sur toute la Suisse en fonction du genre et de la nationalité, la seconde (Fig. 2) apporte un focus sur Zurich62.

Fig. 1 : Évolution de la démographie estudiantine médicale en Suisse entre 1881 et 2000

Fig. 1 : Évolution de la démographie estudiantine médicale en Suisse entre 1881 et 2000

Fig. 2 : Évolution de la démographie estudiantine à la Faculté de médecine de Zurich entre 1865 et 2010

Fig. 2 : Évolution de la démographie estudiantine à la Faculté de médecine de Zurich entre 1865 et 2010

14Comme on le voit, trois périodes principales se distinguent sur l’intervalle de temps qui nous intéresse : 1) un temps de forte augmentation du ratio féminin dans les études médicales helvétiques de 1860 à 1906 ; 2) une période de déclin brutal de ce ratio de 1907 à la décennie 1920 ; 3) une ré-augmentation progressive du pourcentage de femmes à partir des années 1930, mais sur un rythme beaucoup plus lent qu’au xixe siècle.

  • 63 Bonner, 1992, 63, 77.

15D’une poignée de pionnières dans les décennies 1860-1870, l’inscription des femmes en médecine devint vite un phénomène d’ampleur en Suisse, concernant des centaines, puis des milliers d’individus. En 1900, la Suisse comptait déjà plus d’étudiantes immatriculées en médecine que l’ensemble du reste de l’Europe. En 1902, la part des femmes dépassait celle des hommes en moyenne dans toutes les facultés helvétiques. Le pic de féminisation fut atteint en 1906 avec 1 181 inscrites, atteignant en proportion 54,5 % des effectifs à Zurich, 68,7 % à Berne, 70,5 % à Lausanne et, même, 77,4 % à Genève. Précisons encore qu’à cette date, la Suisse formait plus de doctoresses que les cent cinquante écoles de médecine des États-Unis et plus que la totalité de toutes celles d’Europe63.

  • 64 Était notée « Russe » dans les fichiers français et suisses toute personne provenant de l’Empire d (...)

16Beaucoup d’étudiantes venant de Russie, la révolution de 1905, dont une des conséquences fut la réouverture progressive des établissements universitaires russes aux femmes, affecta donc nettement la démographie estudiantine suisse. Le pic de féminisation de 1906 fut ainsi immédiatement suivi d’une forte décroissance du ratio de femmes dans les études médicales, une chute drastique qui se poursuivit jusqu’en 1923, date à laquelle il ne restait plus que 98 inscrites sur toute la Suisse, contre plus d’un millier vingt ans auparavant. C’est d’ailleurs une tendance qu’on observe également en France, second pays d’élection des étudiantes, où les « Russes »64 composaient aussi une large part des effectifs féminins, qui déclinèrent après 1905.

  • 65 Pigeard-Micault, 2016, 51-53.
  • 66 Lipinska, 1930, 164.

17La différence est que, côté français, l’hémorragie fut, en partie, compensée par l’arrivée de plus en plus importante de Françaises à l’université dès les années 1905-191065. En Suisse, ce phénomène de compensation ne commença à s’opérer, très petitement, qu’autour des années 1930, période où l’on observe une remontée progressive du nombre de femmes dans les facultés de médecine et une timide ré-inversion de la courbe. À cette époque, il n’y avait toutefois en moyenne qu’une étudiante pour six à sept étudiants dans les études médicales helvétiques, contre une pour deux en 190066. Il faut noter que les facultés de médecine suisses n’atteignirent ensuite de nouveau la parité qu’en 1999.

  • 67 Collectif, 1928 ; Lipinska, 1930.
  • 68  Par exemple : Porter, 1998, 357. Beaucoup d’ouvrages généraux d’histoire de la médecine éludent d’ (...)
  • 69 Pour des courbes comparatives internationales sur l’évolution historique de la proportion de femme (...)
  • 70 Laurance, 2004.

18Ces scansions chronologiques ont été remarquées dès leur époque67. Toutefois le décompte démographique affiné permet de préciser la périodisation et de lui apporter de nouveaux éléments. Premier point, et le plus important, il illustre que la Suisse ne fut pas seulement le lieu où « une première femme obtint un diplôme de médecine en Europe », comme les ouvrages d’histoire générale de la médecine se bornent souvent, au mieux, à le mentionner68. C’est surtout le pays qui connut une première vague de féminisation massive et unique des études médicales et ce, un siècle avant le reste du monde. Partout ailleurs, que ce soit en médecine ou dans d’autres disciplines, les femmes ne commencèrent vraiment à accéder en masse aux études universitaires qu’autour des années 1960-1970. L’URSS fut certes plus précoce, mais de quelques décennies69. La situation de la Suisse à la fin du xixe siècle, où les femmes formaient déjà plus de la moitié des effectifs médicaux estudiantins, est donc une exception mondiale. D’ailleurs, à l’heure actuelle où certains s’inquiètent d’un « surplus de femmes historique » dans les facultés médicales70, aucune n’atteint pourtant encore les presque 80 % de femmes que Genève comptait en 1906.

  • 71 À Zurich, l’exemple de la Faculté de médecine pava la voie aux autres disciplines (en dehors des t (...)
  • 72 Natalia Tikhonov a étudié la répartition des femmes d’origine russe selon les disciplines et les f (...)

19La seconde nuance concerne l’origine nationale des étudiantes. Depuis le xixe siècle, il est dit que la majorité des étudiantes de Suisse étaient des étrangères, surtout des « Russes ». Notre travail confirme cette écrasante proportion de la part allogène, en apportant deux précisions. Comme on le voit sur les courbes, les facultés médicales suisses n’ont d’abord pas seulement attiré un public féminin : beaucoup d’hommes étrangers les fréquentèrent aussi. En d’autres termes, l’afflux de femmes n’a pas terni la réputation des universités helvétiques, comme certains le craignirent au moment de leur ouverture : il semble, à l’inverse, que la mixité ait contribué à leur attractivité internationale. On note également que la part proportionnelle des anglophones et des Allemandes augmenta durant les premières décennies du xxe siècle, au moment même où les universités de leurs pays respectifs (Allemagne, États-Unis, Grande-Bretagne) ouvraient pourtant plus de possibilités à la gent féminine. Ce résultat, qui peut sembler contre-intuitif, confirme en fait l’intérêt spécifique de la formation médicale dispensée en Suisse, qui continuait alors d’être plus intéressante en termes de contenus pratiques, notamment pour les femmes. C’est pourquoi, d’ailleurs, même si l’ouverture générale des universités helvétiques aux femmes attira des étrangères dans toutes les disciplines (puisque, outre la médecine, elles finirent par y être acceptées dans tous les cursus71), c’est bien dans les facultés médicales que l’attraction fut la plus forte72. Car en ce domaine la Suisse offrait une richesse pédagogique, notamment en termes de formation clinique, qui fut longtemps inaccessible aux femmes dans d’autres pays.

Une séduction mondiale

  • 73 Bonner, 1992, 54-55, 76.
  • 74 Becker, Geer, Hughes et Strauss, 2004, 3.
  • 75 Bono et Rohner, 1958, 29
  • 76 Rosende, 2008, 104-105, 120.
  • 77 En Amérique du Nord, la résidence (residency) est le stage postdoctoral que doivent suivre les fut (...)
  • 78 Forel, 1941, 45.

20L’attractivité des facultés de médecine helvétiques ne tint en effet pas uniquement à ce que les femmes pouvaient plus aisément s’y inscrire. Dans beaucoup d’autres pays, même quand la médecine s’ouvrit aux femmes, l’enseignement demeura souvent prodigué de façon ségréguée73, ou fut même dispensé dans des institutions séparées et ce, jusque dans les années 1960-1970. En 1961, une équipe de sociologues menée par Howard Becker constatait, par exemple, qu’on ne rencontrait toujours que des « garçons en blanc74 » dans les halls des grandes facultés de médecine nord-américaines. En Suisse, en revanche, dès le xixe siècle la formation fut mixte et identique pour les étudiants masculins et féminins. Un autre avantage des facultés helvétiques était d’offrir dès les premières années une formation double, à la fois universitaire et hospitalière. Comme le soulignent Silvia Maria Bono, Hanny Rohner75 et Magdalena Rosende76, les stages au lit du malade et les stages dans les différentes spécialités font partie intégrante du système de formation suisse, dans toutes les universités. Les facultés médicales étant chacune liées à un hôpital, les étudiants y sont envoyés directement. Il n’a donc pas été possible de bloquer l’accès des femmes à la formation pratique, comme cela a été le cas en Écosse ou en France pour l’externat, par exemple. Puis, au niveau post-gradué, la Suisse n’impose pas non plus de concours restrictifs : les médecins assistants sont sélectionnés sur dossier et sur entretien par des chefs de service ou des commissions de recrutement. Là encore, il n’était donc pas possible de bloquer, par principe, l’accès aux concours, comme on a pu le faire pour l’internat en France ou la « résidence » aux États-Unis77. Au niveau plus concret du quotidien des cours, la mixité a également, en Suisse, suscité moins de réticences parmi les étudiants et les professeurs que dans d’autres pays. Comme le relate Auguste Forel, la question des contenus censément inappropriés pour les femmes fut vite réglée à Zurich, les autres facultés suivant ensuite cet exemple. Ainsi, quand on demanda à Frances Morgan si elle souhaitait qu’on évite certains sujets d’anatomie, elle répondit « Professeur, il nous paraît plus choquant encore de faire ici des distinguos ; nous demandons à participer à tous les travaux, sans exception78 ». Quant aux étudiants, voici ce qu’en disait Sophia Jex-Blake lorsqu’elle comparait l’attitude des jeunes hommes suisses et britanniques :

  • 79 Jex-Blake, 1886, 55-56 (I can bear personal testimony to the thoroughly wholesome indifference wit (...)

Je peux témoigner personnellement de l’indifférence tout à fait saine avec laquelle la présence de femmes était vue à l’Université de Berne, quand j’y allai en 1876 […]. Les jeunes hommes suisses et alémaniques ne sont certes pas censés être plus raffinés que ceux de notre pays, mais, du début à la fin, je n’ai jamais vu ni entendu un geste ou une parole insolente ; tous les étudiants des deux sexes semblant bien plus disposés à mener à bien leurs études de médecine qu’à se préoccuper de la personnalité de ceux qui étaient assis sur des bancs voisins […].
Je n’ai pratiquement rien noté de remarquable dans la routine parfaitement banale de ces « classes mixtes » qui ont suscité tant de peurs en Angleterre et en Écosse79.

Fig. 3 : Cours d’anatomie, École de médecine de Lausanne, 1902

Fig. 3 : Cours d’anatomie, École de médecine de Lausanne, 1902

Les étudiantes forment la moitié des effectifs (il faut soustraire les préparateurs, en tabliers, et les professeurs, en haut à droite).

© Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne

La réalité derrière la façade : accepter les étudiantes, refuser les praticiennes

Derrière la militance académique, un raisonnement plus prosaïque ?

  • 80 Bankowski-Züllig, 1988.
  • 81 Rose partit à Héricourt en janvier 1871 avec quatre de ses étudiants, dont Maria Bokova (dite auss (...)
  • 82 Verein Feministische Wissenschaft, 1988, 35-36.
  • 83 Tikhonov, 2004b.
  • 84 Émilie Kempin-Spyri (1853-1901) est une des premières femmes à être devenue docteure en droit en E (...)
  • 85 Forel, 1941, 202-203.

21En lisant ces dernières lignes, on serait tenté de conclure que la Suisse était un pays progressiste et pionnier, féministe même – la « Mecque » des premières doctoresses, pour reprendre une expression de Monika Bankowski-Züllig80. Un examen plus détaillé ne confirme cependant pas cette vision optimiste. Car si les Suisses acceptaient que les femmes étudient la médecine, ils y mettaient, en fait, deux conditions : il fallait qu’elles soient étrangères et il fallait, aussi, qu’elles repartent dans leur pays d’origine une fois leur diplôme obtenu. Quand on regarde de plus près les propos tenus par certains membres des corps professoraux, on s’aperçoit ainsi que leur but n’était pas de promouvoir l’égalité professionnelle ou économique entre hommes et femmes. Certes, il y eut des professeurs qui militèrent en ce sens. Le Prof. Rose, par exemple, qui défendait l’émancipation féminine en discours et en pratique, puisqu’il n’hésitait pas à engager des femmes, y compris pour des missions difficiles, comme travailler dans un hôpital de campagne en plein conflit franco-prussien81. Ceci étant, à la fin du xixe siècle, nombre de ses collègues avaient une position nettement plus nuancée, à l’instar, notamment, du Prof. Hermann. On l’a vu, Hermann s’était gaussé des théories de l’Allemand Bischoff sur l’infériorité féminine. Et pourtant, si Hermann reconnaissait que les femmes avaient la capacité de suivre des études supérieures et s’il se montrait donc favorable à leur entrée à l’université, cela ne l’empêchait pas pour autant d’émettre des doutes quant à l’intérêt d’une présence féminine sur le marché du travail82. Pour illustrer plus largement l’attitude « ambiguë83 » des universitaires suisses, on peut aussi prendre l’exemple d’Émilie Kempin-Spyri qui demanda en 1891 à obtenir le titre de privat-docent en droit auprès du Sénat de l’Université de Zurich84. Or, si ce Sénat avait à peine délibéré quand il s’était agi, vingt-quatre ans avant, d’autoriser Suslova à s’inscrire comme étudiante, il refusa en revanche d’élever une femme au titre de privat-docent aux deux-tiers des votants. Comme le notèrent alors les partisans minoritaires de Kempin-Spyri, dont le Dr Auguste Forel85, il existait une claire hypocrisie chez les universitaires masculins helvétiques : ils acceptaient les femmes… tant qu’elles restaient à un niveau inférieur et ne risquaient pas de leur porter de l’ombre.

  • 86 Bonner, 1992 ; Marcacci, 1987 ; Tissot, 1996.
  • 87 En 1900, il y avait au total sept universités en Suisse (toutes n’avaient pas de Faculté de médeci (...)
  • 88 Marcacci, 1987, 162.
  • 89 Bonjour, 1960, 447, à partir d’un texte de 1889 (Staatsarchiv Basel-Stadt, StAB EA X 18 : Habe sch (...)

22Alors pourquoi, dans ce cas, vouloir former tant de femmes à la médecine ? L’hypothèse qu’on émettra ici, à la suite d’autres historiens, est celle de l’argument économique86. Il a été mentionné que les universités de Zurich, Berne, Genève et Lausanne étaient des établissements jeunes. Quand elles se lancèrent sur le marché académique au xixe siècle, elles évoluaient dans un petit pays avec un faible potentiel estudiantin87 et où existait, en outre, un concurrent notable : la pluriséculaire Université de Bâle. Autrement dit, ces universités n’avaient pas seulement besoin d’attirer des professeurs renommés – ce qu’elles firent en recrutant notamment les exilés d’autres pays – elles avaient aussi besoin d’étudiants. L’arrivée massive d’élèves étrangers fut donc bienvenue, permettant de justifier l’existence d’institutions multiples sur un territoire réduit et apportant, aussi, une manne providentielle de frais d’inscription. À titre d’exemple, en 1907-1908 57,7 % des dépenses de l’Université de Genève étaient couverts par les 84 % d’étrangers qui y étaient immatriculés88. En d’autres termes, tant qu’elles étaient étudiantes, les femmes constituaient un apport économique bénéfique, aussi bien pour les universités que pour les villes où elles résidaient. En revanche, si elles se mettaient à travailler, l’argument pouvait s’inverser, certains craignant que les doctoresses ne fassent alors une concurrence néfaste aux hommes médecins helvétiques. Karl Bücher, qui participa aux délibérations sur l’admission des femmes à l’Université de Bâle où il détenait la chaire d’économie et de statistique, agita même la peur de la récession à ce sujet et affirma que « partout où les femmes travaillent, les salaires ont baissé à tel point que les hommes […] ne parviennent plus à entretenir leurs familles89 ».

Des moyens virtuoses de bloquer l’accès à l’exercice de la médecine

23Encore une fois, tout le monde ne partageait pas cette opinion et il se trouva des défenseurs du travail féminin en Suisse. Néanmoins, ce n’est pas leur avis que les autorités suivirent, mais plutôt celui des préconisateurs de la prudence économique. Des barrières administratives furent donc posées qui limitaient fortement les possibilités de concurrence féminine : 1) on s’assura que les étrangères puissent difficilement rester en Suisse une fois diplômées ; 2) on empêcha les Suissesses d’accéder aux études supérieures ; 3) on restreignit les conditions d’obtention du droit d’exercice indépendant pour celles qui parvenaient, malgré tout, à passer outre.

  • 90 Sur ce point, voir Bonner, 1992 ; Tikhonov, 2004a.
  • 91 Vera de Beloseroff déclina toutefois cette offre, des drames familiaux l’obligeant à revenir en Ru (...)

24Pour le point 1, les Suisses eurent peu d’efforts à faire. La majorité des étudiantes étrangères ne voyaient dans la Suisse qu’un passage obligé pour obtenir le précieux sésame universitaire qui leur permettrait, une fois revenues chez elles, d’être reconnues comme médecins, de travailler et de contribuer à réformer les systèmes d’éducation de leurs pays d’origine90. En somme, on étudiait en Suisse, on faisait carrière chez soi. Et, de toute façon, même si elles avaient voulu rester, leurs autorisations de résidence expiraient, en principe, à l’achèvement des études. Certes, une université pouvait toujours arguer qu’une doctoresse étrangère était si talentueuse qu’on devait l’employer et lui permettre de progresser dans la carrière médico-universitaire suisse. Ce fut néanmoins rare, un des seuls exemples attestés étant celui de César Roux qui fit pression pour que Vera de Beloseroff obtienne un poste d’assistante à la chaire des affections chirurgicales de Lausanne après son internat91. Mais, de façon générale, il n’existait surtout que deux échappatoires pour les étrangères souhaitant demeurer en Suisse : se marier ou frauder. En l’occurrence, la majorité des doctoresses étrangères établies dans la Confédération helvétique y restèrent parce qu’elles s’étaient mariées avec un ressortissant suisse. Toutefois, nos recherches dévoilent que certaines optèrent pour la seconde solution, comme on le verra plus avant.

  • 92 SVA-ASFDU, 1928, 24-25, 287-292.
  • 93 Rosende, 2008, 27.

25Pour régler le point 2, les autorités mirent en place un système dissymétrique d’admission, distinguant les étrangères et les Suissesses. Au début, il suffisait d’un simple certificat de bonne conduite pour s’inscrire comme étrangère à la Faculté médicale de Zurich. Ce fut parce que les étudiantes insistèrent elles-mêmes pour relever le niveau du recrutement, que ces règles furent changées en 1873. On demanda alors aux étrangers de passer un examen d’entrée ou de fournir un certificat de formation secondaire92. Des dispositions similaires furent prises par les autres facultés suisses, mais, de facto, les directions étaient assez peu regardantes sur le niveau des études dispensées dans le pays d’origine. En revanche, autant il était facile pour les étrangères de s’inscrire, autant c’était difficile pour les Suissesses. Celles-ci devaient prouver qu’elles avaient achevé des études secondaires supérieures dans leur pays… or dans la majorité des cantons helvétiques ces études leur furent inaccessibles jusqu’en 1930. Concrètement, avant cette date, seules des jeunes filles formées dans des institutions privées, ainsi que quelques candidates libres, réussirent à obtenir la maturité (équivalent du baccalauréat) qui permettait d’entrer à l’université93. Et ces rares rescapées durent en outre parfois encore forcer les portes, telle Marie Heim-Vögtlin qui découvrit avec stupéfaction en 1868 que la Faculté de médecine de Zurich ne la traitait pas comme Suslova et refusait au contraire de l’inscrire parce qu’elle était Suissesse. Même si cette décision fut finalement cassée par le Conseil fédéral, elle illustre bien les réticences des Suisses à associer les femmes autochtones à la mixité universitaire.

  • 94 Ibid., 89.
  • 95 SVA-ASFDU, 1928, 146.
  • 96 Lipinska, 1930, 160-161.

26Pour finir (point 3), si des femmes réussissaient malgré tout à franchir ces barrages, il leur fallait encore obtenir le droit d’exercer dans le cas où elles voulaient s’établir comme indépendantes. En 1877, la loi fédérale sur les professions médicales instaura un examen fédéral de médecine, titre avec lequel les cantons accordaient ensuite le droit d’exercice94. Or, pour pouvoir s’y présenter, il fallait détenir une maturité suisse. Toutes les étrangères qui avaient intégré médecine par examen d’entrée étaient donc d’emblée exclues. Quant à celles qui pouvaient fournir la preuve qu’elles possédaient un diplôme étranger équivalent à la maturité, leurs demandes d’exemption étaient traitées au cas par cas et, semble-t-il, avec une très grande parcimonie, puisque, pour le moment, nous n’avons pas trouvé un seul exemple de réponse positive ! Il y avait toutefois une exception : le canton de Genève qui, jusqu’en 1906, se réservait la possibilité d’octroyer le droit d’exercice sur la seule base du diplôme de doctorat95. Cependant, puisqu’on n’y comptait que dix praticiennes à la fin des années 1920 (contre vingt-cinq à la même époque sur le canton de Vaud), il ne semble pas qu’en pratique ceci se soit traduit par une plus large acceptation des femmes96.

Résistances sociales et dépréciations des carrières de femmes

  • 97 Voir par exemple le cas de Berne : Skandola, Rogger et Schmidlin, 1984, 502.
  • 98 Le mot nihiliste (nihilitska pour une femme) est un mot vague à la fin du xixe siècle, désignant t (...)
  • 99 Tikhonov-Sigrist, 2009, 118.
  • 100 Gedroitz, 1931, 232, 244, 245, 250, cité par Heller, 1992, 30.

27Outre ces difficultés administratives, si, comme cela a été souligné plus haut, les apprenties doctoresses ont trouvé un accueil nettement plus favorable en Suisse que dans d’autres pays, leur présence y suscita néanmoins aussi des réticences. Nous ne ferons ici qu’évoquer les commentaires xénophobes qui ont été mobilisés à l’encontre des étrangères, ceux-ci n’étant pas spécifiques de leur genre et ayant été également adressés à des hommes97. Les « Russes » ont ainsi, entre autres, été accusés d’être des agitateurs « nihilistes98 », les populations plus spécifiquement judaïques (en moyenne 60 % des étudiantes russes selon Natalia Tikhonov99) pouvant aussi faire l’objet de remarques antisémites. Ceci étant, eu égard à la proportion d’étrangers dans les universités suisses, on soulignera que ces réactions semblent avoir été somme toute relativement limitées et qu’elles étaient, en outre, contrées par des commentaires inversement laudateurs. En 1897, quand Charlotte von Mayer, d’origine germanique mais née à Saint-Pétersbourg, devint l’interne de César Roux, sa camarade d’étude Vera de Beloseroff nota, par exemple, que cette nomination suscita des « calomnies » et des « tensions dans les relations avec les étudiants russes » (Vera de Beloseroff n’en dit pas plus sur la nature de ces « tensions », il semble qu’elle fasse surtout allusion à des propos désagréables et xénophobes, que des habitants de Lausanne et des étudiants suisses, jaloux, auraient alors adressés à Charlotte von Mayer et à d’autres étudiants russes). Toutefois ces « tensions » se résorbèrent quand les Suisses purent constater que Charlotte von Mayer était un « vaillant assistant » : la Suisse finit alors « par accepter cette infidélité »100.

  • 101 Archives cantonales vaudoises, Signature ZAF 1 c8-v-1988 ; Volet-Jeanneret, 1988, 83.
  • 102 Ibid., 85.
  • 103 Anneler, 1928.
  • 104 Anonyme (« G. »), 1929, 13.
  • 105 Bibliothèque nationale suisse : Op.236-1959-1960 : Office fédéral de statistique, 1961, 64-65.
  • 106 L’enquête est en cours dans le cadre du travail doctoral de Lucie Begert.
  • 107 Anonyme (« G. »), 1929, 13.

28De façon plus spécifiquement genrée, le public suisse n’a également pas été exempt de propos désobligeants sur les doctoresses. Une étude plus poussée reste à faire sur ce point en comparant les réactions cantonales. Cependant, certains articles de presse ne laissent guère de doutes quant au regard qu’une partie de la population portait sur la prétention des femmes à vouloir devenir médecins, ce qu’illustrent aussi des manifestations organisées pour protester contre le bouleversement des « valeurs » ouvert par la mixité universitaire101. Dans ces commentaires, que des femmes veuillent s’éduquer pour avoir plus de conversation et plaire à leurs maris, passait encore. Qu’elles souhaitent s’établir dans le monde professionnel l’était beaucoup moins. Or ces images négatives participèrent à décourager des vocations, en particulier chez les femmes d’origine suisse qui devaient déjà se battre pour passer le seuil de l’enseignement secondaire supérieur. Des sources indiquent ainsi que de nombreuses Suissesses se justifièrent de fréquenter les universités comme auditrices libres en expliquant que leur objectif était surtout d’y trouver un beau parti102 et en évitant de fréquenter les étrangères dont la volonté d’émancipation était claire103. Comme l’observe cette commentatrice de l’entre-deux-guerres, cela n’empêche cependant pas de supposer que, même de loin, l’exemple de « la petite Russe, allant à ses cours, sa serviette sous le bras, sa toque de fourrure auréolant son visage d’illuminée » ait pu « sans qu’on s’en doute, éveill[er] le feu sacré, la soif de s’instruire et de se dévouer »104 chez certaines. Quant aux quelques Suissesses qui parvinrent – et assumèrent – de s’inscrire officiellement dans les cursus, la plupart d’entre elles abandonnèrent ensuite leurs études ou leur activité professionnelle une fois mariées105. Sur ce point, les taux d’emploi annoncés ne sont pas toujours fiables et doivent encore être reconstitués canton par canton106, mais, à titre d’indication, quand une journaliste de l’organe des publications de l’Alliance nationale des sociétés féminines suisses, Le mouvement féministe, annonçait en 1929 que 50 % des femmes médecins diplômées de Bâle exerçaient leur profession, cela apparaissait alors comme un pourcentage particulièrement élevé et comme une réussite107.

Faire carrière malgré tout : les stratégies des premières femmes médecins en Suisse

Deux stratégies classiques : l’intégration et le séparatisme

  • 108 Morantz-Sanchez, 1985. Morantz-Sanchez estime qu’aux États-Unis Mary Putnam Jacobi illustre le « p (...)

29En dépit de tous ces obstacles, des femmes, aussi bien Suissesses que d’origine étrangère, parvinrent néanmoins à s’établir comme médecins en Suisse avant 1939. Dans son analyse de parcours états-uniens, Regina Morantz-Sanchez distingue deux types de stratégies de carrière chez les premières femmes médecins : l’essai « d’assimilation par les pairs » et le « séparatisme »108, chacune ayant ses atouts et ses inconvénients. Dans le premier cas, en acceptant le système et en tentant d’intégrer les institutions d’État – universités et établissements de soins – les femmes jouaient un jeu truqué dans lequel leurs chances étaient minimisées et où, en échange d’un travail acharné, elles ne pouvaient généralement, au mieux, qu’obtenir un poste subalterne. Ceci étant, toute femme qui y parvenait savait qu’elle faisait exemple et contribuait à ouvrir les portes aux suivantes. Dans l’autre cas, quand les doctoresses fondaient leurs propres institutions, elles bénéficiaient, par définition, de davantage de possibilités d’évolution. Toutefois, cette stratégie risquait de les fragiliser en suggérant que les femmes devaient nécessairement exercer dans les marges, hors des voies académiques standards.

  • 109 D’origine polonaise, Mélanie (ou Mélania) Lipinska (1865-1933) fit des études de médecine à Paris (...)
  • 110 Lipinska, 1930, 162, citant Collectif, 1928.
  • 111 SVA-ASFDU, 1928, 219-220.
  • 112 Moins d’une dizaine identifiée de façon précise et documentée dans les archives, pour le moment.
  • 113 Originaire de Lettonie, Lina Solomonovna Stern (1878-1968) soutint sa thèse de médecine à Genève e (...)
  • 114 Marguerite Champendal (1870-1928) est la première Genevoise à avoir obtenu un doctorat en médecine (...)

30Les premières doctoresses de Suisse furent prises dans la même tension. Celles qui réussirent à entrer dans le système hospitalo-universitaire public furent peu nombreuses et le plus souvent cantonnées dans des positions secondaires. D’après Mélanie Lipinska, elle-même une des premières femmes médecins de France109, c’est à Bâle que la situation aurait peut-être été la plus favorable. De 1907 à 1930, 52 femmes y auraient été employées comme assistantes et une comme doctoresse, dans les secteurs suivants : 12 assistantes en pédiatrie, 9 dans les différentes cliniques de l’Université, 8 à l’Institut d’anatomie pathologique, 7 en chirurgie, 7 à la clinique d’ophtalmologie, 6 dans le service des maladies mentales et à l’hospice, 2 en dermatologie, une doctoresse à la policlinique générale110. Si ces chiffres sont vérifiés, cela constituerait un intéressant retournement de situation, compte tenu des réticences initiales de l’Université bâloise envers les femmes et sachant que Bâle ne forma que 39 femmes médecins sur la période 1896-1927111. Donc, soit certaines femmes accédèrent à plusieurs postes d’assistanat, soit des postulantes d’autres universités furent recrutées pour pourvoir ces postes. Cependant, qu’il y ait eu, ou pas, un changement d’attitude à Bâle envers les doctoresses, toutes occupaient des postes situés au niveau hiérarchique le plus bas, la seule exception, non spécifiée, concernant un établissement de seconde catégorie (policlinique). De manière plus générale, quoiqu’un recensement exhaustif et précis des femmes employées dans le milieu médico-universitaire suisse de 1870 à 1939 reste à faire, l’historiographie et nos propres recherches confirment néanmoins les éléments de Lipinska. Seule une poignée de femmes112 peuvent être repérées à des postes hospitalo-universitaires de niveau supérieur avant 1939 – les deux plus célèbres étant peut-être Lina Stern113, nommée professeur extraordinaire à l’Université de Genève en 1918 et, dans une moindre mesure, Marguerite Champendal114, nommée privat-docent en 1913, à Genève également. Pour le reste, les femmes médecins ont surtout occupé des postes d’assistantes. Par ailleurs, on notera que Champendal n’était pas rémunérée par l’université et que Stern n’obtint pas le grade plus reconnu de « professeur ordinaire », ce qui contribua à sa décision de quitter la Suisse. Il n’en reste pas moins que tous les parcours médico-universitaires de femmes demandent à être analysés en détail, tout comme la façon dont ils affectèrent les rapports de genre dans les institutions. Il faudrait, par exemple, examiner de manière comparative et qualitative – suivant les établissements et les spécialités – comment les assistants masculins réagirent quand ils durent obéir aux premières cheffes de clinique ou de laboratoire.

  • 115 Heim-Vögtlin, 1874 ; Heer, 1892.
  • 116 En 1874, une association de femmes médecins, dont Sophia Jex-Blake, avait fondé un « hôpital gratu (...)
  • 117 En particulier la Société d’utilité publique des femmes suisses (en allemand Schweizerischer Gemei (...)
  • 118 Baumann-Kurer, 1991, 38.
  • 119 Ibid.
  • 120 Lipinska, 1930, 158, 164.

31La façon dont, en Suisse, les femmes médecins investirent la seconde stratégie – le « séparatisme » – est relativement mieux connue, du moins pour un exemple précis : la fondation du Frauenspital (l’hôpital des femmes) par deux doctoresses formées à Zurich – Marie Heim-Vögtlin et Anna Heer (1863-1918)115 – et une infirmière, Ida Schneider (1869-1968). Inspiré par l’exemple londonien116, à partir de 1896 ce trio milita pour créer un hôpital dédié aux femmes, qui comprendrait, en outre, une école d’infirmières. Elles finirent par obtenir gain de cause et l’hôpital ouvrit à Zurich en 1901. Ceci étant, si en pratique le Frauenspital allait proposer des possibilités de carrière inédites en Suisse pour un public féminin de doctoresses et d’infirmières, et les placer, également, en leaders de l’offre médicale à destination des patientes femmes, ce ne sont pas ces arguments que ses fondatrices mirent en avant. Pour récolter des fonds et ce, même si Heer s’appuya sur des réseaux féministes117, la stratégie rhétorique des fondatrices consista à valoriser les infirmières comme nœud central de l’institution, plutôt que les femmes médecins. Par ailleurs, quand il fut question de préciser le type de problématique de santé féminine dont le Frauenspital s’occuperait, ses créatrices évoquèrent surtout le thème de la maternité. De façon révélatrice, les photographies publiées dans la presse lors de l’ouverture montrent ainsi principalement des nouveau-nés118. Cette omniprésence thématique reflète non seulement la mainmise idéologique de l’opinion publique et des donneurs de fonds, mais aussi l’injonction disciplinaire genrée à laquelle ces femmes durent se soumettre : un hôpital par les femmes pour les femmes… non pas par féminisme ou par ambition scientifique, mais par contrainte. Cependant, comme Sylvia Baumann-Kurer le dit très justement dans son ouvrage sur l’histoire du Frauenspital119, il s’agissait pour ces doctoresses d’obtenir un « espace social » dans lequel elles pouvaient tout simplement travailler et, à cet égard, il faut d’ailleurs souligner que, même en faisant profil bas, elles rencontrèrent de nombreuses oppositions. Au final, l’exercice fut toutefois concluant : le nombre de patientes passa de 381 en 1902 à 841 en 1914, et l’hôpital existe toujours aujourd’hui. Toutefois, si cet exemple est bien étudié, il faudrait encore examiner comment cette expérience zurichoise du « séparatisme » inspira d’autres femmes de la Confédération. C’est ce que suggère Lipinska120 et l’on peut indiquer, à sa suite, le cas de Marguerite Champendal en Suisse romande, dont on peut supposer qu’elle ouvrit à Genève l’école d’infirmières du Bon Secours en 1905 et l’établissement pour enfants La Pouponnière en 1906 dans la lignée du modèle zurichois. Mais qu’en est-il de façon plus précise ? Ces femmes, qui pour beaucoup avaient étudié ensemble, ont-elles fonctionné en réseau ? Existait-il une forme de filière médicale féminine en Suisse : les doctoresses se sont-elles envoyées des conseils, ont-elles partagé des bailleurs de fonds, du personnel ? ; Se sont-elles renvoyé des patients ? Puis, quels liens ont-elles tissés avec les mouvements féministes : les ont-elles généralement soutenus, financièrement aussi ? Et, enfin, pour un Frauenspital réussi, combien y eut-il de tentatives ratées ? Toutes ces questions demeurent à explorer pour comprendre comment les doctoresses se sont efforcées de se ménager des sphères d’activité spécifiques dans le secteur hospitalier suisse.

Le contournement : les débouchés du secteur privé

32Par ailleurs, toutes les doctoresses n’avaient pas forcément envie de partir à l’assaut des forteresses médico-universitaires, ni de se lancer dans la création d’un hôpital : beaucoup cherchèrent des opportunités de carrière plus simples et moins ostensibles. Outre les stratégies « d’assimilation par les pairs » et de « séparatisme » mises en exergue par Morantz-Sanchez, il existait ainsi une troisième voie, qu’on appellera la logique du gagne-pain, faute de mieux, puisqu’il s’agissait ici simplement pour les femmes d’essayer de gagner leur vie. Comme elles ont évité le fracas des grandes institutions, les parcours de ces femmes sont dès lors plus difficiles à pister. Nos premières recherches ont cependant déjà permis de dégager trois types de débouchés que les doctoresses ont investis en Suisse, avec plus ou moins de succès.

  • 121 Lipinska, 1930, 230.
  • 122 Farner, 1877.
  • 123 Woodlti, 1977, 48-49.

33Ainsi que diverses sources le révèlent, la majorité des doctoresses de Suisse essayèrent d’abord de s’établir comme praticiennes privées en médecine générale. La trace de leurs cabinets peut, par exemple, être trouvée dans les journaux locaux, qui relayaient l’annonce de leur ouverture et qui contiennent aussi des encarts publicitaires, démontrant que les femmes ont activement cherché à se constituer des patientèles. Sans surprise, ces publicités illustrent que les femmes ont prioritairement visé la clientèle féminine, qu’elles pensaient plus susceptible de recourir à leurs services. Néanmoins, comme dans d’autres pays, il semble que la population suisse ait parfois eu du mal à placer sa confiance dans la pratique de femmes isolées. Les doctoresses dont les cabinets paraissent avoir bien fonctionné travaillaient ainsi souvent en couple, de femme et mari médecins121, une solution qui permettait en outre aux étrangères de pouvoir se passer de l’autorisation du droit d’exercice indépendant puisqu’elles étaient alors employées par leur époux (on rappellera que ce droit leur était autrement quasi inaccessible). C’est le cas, par exemple, de Charlotte Olivier von Mayer, qui exerça dans un cabinet privé à Trélex de 1905 à 1910 avec son mari Eugène. On peut citer, comme illustration inverse, Caroline Farner (1842-1913), la deuxième Suissesse diplômée de médecine122 (après Marie Heim-Vögtlin), qui pratiqua en solo dès 1877. Outre un cabinet de médecine générale, elle tint des cours de premiers secours et d’hygiène et ouvrit une maison de convalescence pour femmes. Or, à la différence de Mayer ou de Vögtlin, elle aussi relativement protégée des médisances grâce à la renommée d’un mari professeur de géologie, Farner fut calomniée et des confrères lui intentèrent même un procès en l’accusant de mauvaises pratiques. Cette démarche n’aboutit pas faute de preuves123, mais elle témoigne toutefois des pressions subies par les femmes qui s’efforçaient d’exercer seules et en leur nom propre.

  • 124 Esposito, 2017.
  • 125 Sur l’évolution de la psychologie, de la psychiatrie, de la sexologie suisses d’entre-deux-guerres (...)
  • 126 L’état actuel de nos recherches ne nous permet pas d’en dire plus sur ses origines ou sur son parc (...)
  • 127 Nous remercions Raymond Panchaud de nous avoir mis sur la piste de cette femme.
  • 128 Archives cantonales vaudoises, SB 283 B 7/1.

34Un autre débouché possible qui est, lui, plus spécifique à la Suisse, concerne les établissements de soin privés. En effet, bien qu’il ait, bien sûr, existé un secteur médical privé dans tous les pays, la Suisse devint la nation leader de ce domaine dès la seconde moitié du xixe siècle avec, d’abord, le développement des sanatoriums pour tuberculeux. Comme l’a montré Piergiuseppe Esposito, à la Belle Époque la Confédération s’enorgueillissait ainsi d’un tissu extrêmement dense, varié et lucratif de cliniques privées, accueillant, outre les tuberculeux, toutes sortes de « nerveux » et de « convalescents » venus du monde entier124. La Première Guerre mondiale et la crise de 1929 affectèrent certes ce secteur, mais il était toutefois encore largement florissant durant l’entre-deux-guerres. Or tous ces établissements avaient besoin d’un personnel nombreux, qu’ils pouvaient recruter selon leurs propres modalités. De ce point de vue, la situation était donc a priori plus favorable aux femmes. Quoique les archives de ces institutions soient très éclatées et diversement préservées, de premiers sondages confirment que des doctoresses y ont trouvé des emplois, comme, d’ailleurs, d’autres représentantes des professions de santé entendues au sens large (infirmières, masseuses, professeures de gymnastique, etc.). À cet égard, le milieu des cliniques dédiées au soin des troubles psychiques a constitué un terrain particulièrement ciblé par les doctoresses, peut-être parce que certains grands noms suisses des sciences du psychisme, comme Auguste Forel ou Jean Piaget, étaient ouvertement acquis à la contribution des femmes125. Quoi qu’il en soit, les archives de ces institutions contiennent de nombreux exemples de candidatures envoyées par des femmes. Un des exemples d’itinéraires que nous avons ici repéré est celui d’Isabelle de Seret-Roger, formée à la Faculté de Genève126. Il est certes un peu postérieur à la période, Seret-Roger ayant, semble-t-il, commencé à exercer juste après le second conflit mondial, néanmoins il comporte des éléments révélateurs sur la plus grande souplesse du secteur privé à l’endroit des femmes. Seret-Roger y a apparemment fait toute sa carrière : d’abord comme médecin assistante à la Maison de santé de Préfargier (1950-1951), puis à la Maison de repos de Mont-Riant (vers 1951-1952), avant, surtout, de devenir médecin référente pour les établissements de Nant (1952-1954)127. Pourtant, comme l’indique une correspondance ultérieure (1958) entamée pour rejoindre, cette fois-ci, la clinique de Prangins, si Seret-Roger avait suivi « tous les stages nécessaires », elle n’avait, en revanche, jamais obtenu sa thèse128. En d’autres termes, Seret-Roger avait réussi à être précédemment nommée à Nant sur un poste équivalent à celui de médecin directeur, non seulement en étant femme mais, surtout, en n’étant techniquement même pas diplômée de médecine ! Cet élément, qui l’aurait d’emblée exclue des circuits de recrutement publics, n’était donc visiblement pas rédhibitoire dans le privé.

L’affirmation : toucher le grand public par l’écriture

  • 129 Originaire de l’empire austro-hongrois, Anna Fischer-Dückelmann (1856-1917) étudia la médecine à Z (...)
  • 130 Sur la plus grande ouverture de la Suisse vis-à-vis du thème de la contraception et de l’éducation (...)

35Pour finir, un dernier moyen se présentait aux femmes pour se procurer des moyens de subsistance : l’écriture de manuels de santé populaires. Tout comme le travail dans le secteur privé, ce genre éditorial n’est pas propre à la Confédération helvétique. Toutefois, les doctoresses formées en Suisse investirent singulièrement ce genre, en particulier parce que l’une d’entre elles, Anna Fischer-Dückelmann, signa un best-seller du secteur en 1901129. Sa réussite incita donc ses consœurs à investir ce terrain, en raison de son potentiel lucratif mais aussi parce qu’il permettait de valoriser l’apport spécifique d’une médecine produite par les femmes. Il faut, en outre, noter que la Suisse était en soi un territoire propice à la diffusion de tels livres, dans la mesure où il s’y exerçait relativement moins de censure sur les contenus médicaux destinés au grand public que dans d’autres pays130, où ceux-ci pouvaient tomber sous le coup de lois prohibant la « propagande anticonceptionnelle » ou « l’indécence ».

  • 131 Brupbacher, 1932 et 1936 ; Champendal, 1916 ; Desplas, 1938a et b ; Fischer-Dückelmann, 1905 ; de  (...)
  • 132 Cette première édition de 1901 est en langue allemande. Les références suivantes renvoient à la pr (...)
  • 133 Fischer-Dückelmann, 1905, VI-VII.
  • 134 Hardes, 2018.

36Nous avons déjà recensé quatorze doctoresses de Suisse qui ont écrit un ou plusieurs manuels de santé, dont Marie de Thilo, Marguerite Champendal, Georgette Desplas, Paulette Brupbacher et Anna Fischer-Dückelmann131. Deux points communs caractérisent leurs publications. Elles s’adressent le plus souvent à un lectorat féminin, visé, d’abord, de façon générique. Le premier objectif affiché est ainsi la vulgarisation de connaissances dans le but d’améliorer la santé « de tous » (une expression fréquente dans ces ouvrages), les femmes étant décrites comme des instruments clés de la bonne santé du foyer, puisqu’elles soignent les enfants et doivent également leur apprendre les règles élémentaires d’hygiène. Mais, au-delà de conseils et d’enseignements généraux sur les principes anatomiques, physiologiques, diététiques, etc. qui gouvernent la santé « de tous », la plupart de ces manuels ont comme seconde caractéristique d’offrir aussi un propos plus ciblé sur des problématiques de santé plus spécifiquement féminines. De ce point de vue, le propos est souvent militant, défendant l’empowerment des femmes avant la lettre. En 1901, Anna Fischer-Dückelmann, donna le ton avec La femme, médecin du foyer132 (Fig. 4). Comme l’indiquait son titre programmatique, ce livre invitait les femmes à devenir « médecins » et à « s’affranchir de l’autorité doctorale »133, suggérant notamment que de nombreux gestes de la médecine courante étaient inadaptés, puisque seulement conçus et exercés par des hommes. Fischer-Dückelmann exposait ainsi des méthodes diverses que ses lectrices pouvaient effectuer elles-mêmes, participant à la vogue montante du self-care et de l’automédication. Abordant des thématiques osées pour son époque, elle les engageait, par exemple, à faire du sport (on rappellera que de nombreux scientifiques de sa génération estimaient que le corps féminin était impropre à l’exercice physique134) ; elle leur expliquait comment confectionner des protections hygiéniques permettant de rester actives pendant les menstruations ou leur indiquait, même, comment éviter une grossesse non désirée avec des dispositifs contraceptifs. On soulignera que, suivant les époques et les pays où son livre fut publié, certains passages et certaines images (comme celles détaillant l’anatomie du sexe féminin) furent censurés. En France, la première édition de 1905 fut notamment la seule à contenir des explications détaillées sur les moyens de contraception (Fig. 5), un propos que la loi contre la « propagande anticonceptionnelle » devait explicitement interdire en 1920.

Fig. 4 : Couverture de l’ouvrage d’Anna Fischer-Dückelmann, La femme, médecin du foyer, 1905

Fig. 4 : Couverture de l’ouvrage d’Anna Fischer-Dückelmann, La femme, médecin du foyer, 1905

Bibliothèque de l’Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne

Fig. 5 : Exemples de contraceptifs féminins

Fig. 5 : Exemples de contraceptifs féminins

Image censurée dans les éditions françaises ultérieures.

Source : Anna Fischer-Dückelmann, La femme, médecin du foyer, 1905, p. 300, exemplaire de la Bibliothèque de l’Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne.

  • 135 Il est, par exemple, difficile de savoir ce qui a été écrit par Augusta Klumpke dans les travaux d (...)
  • 136 Selon l’« effet Matilda », un article signé par un homme (Matthew) a plus de chance d’être publié (...)
  • 137 Demirbas, à paraître.
  • 138 Voir Meyer, 2006 ; Bochmann, 2018, 39-76.

37Les ouvrages tels que celui de Fischer-Dückelmann révèlent donc comment les doctoresses ont su stratégiquement transformer une obligation – celle de s’adresser à des patientes femmes – en un atout. Dans l’écriture des manuels de santé, il n’était plus question de s’excuser de son sexe ou de le gommer pour être perçue comme un médecin crédible (attitude que, comme on le sait, de nombreuses femmes adoptèrent dans le milieu de l’édition scientifique, en signant uniquement de leurs initiales ou sous tutelle d’un mari ou d’un collègue135). L’« effet Matilda »136 jouait ici en sens inverse : c’était précisément parce qu’elles étaient des femmes, et qu’elles le mettaient en avant, que ces auteures pensaient assurer leur légitimité auprès de leur lectorat. En l’occurrence, ce pari fut gagnant, en tout cas pour certaines. Comme on l’a vu, Anna Fischer-Dückelmann s’illustra particulièrement dans cette veine. Son livre, La femme, médecin du foyer comprenait presque mille pages, dont plus de quatre cents illustrations, un luxe de détails unique pour un public féminin. Il connut immédiatement le succès : plus de dix-neuf millions d’exemplaires avaient déjà été vendus en 1913 ; il fut traduit en treize langues et, dans certains pays, il fut édité jusqu’en 1985. Il fut, enfin, abondamment plagié, divers auteurs (dont des hommes) ayant même recopié mot à mot des passages dans leurs propres manuels, confirmant son statut de modèle du genre137. Quoique le nom de Fischer-Dückelmann soit absent des compendiums classiques d’histoire de la médecine, elle fut donc pourtant immensément célèbre et influença les pratiques de santé des femmes européennes sur plusieurs générations. C’est aussi un exemple de carrière réussie, car, outre de généreux droits d’auteure, son manuel contribua à faire d’elle une célébrité médicale : en parallèle d’un cabinet privé florissant à Dresde, elle put aussi exercer dans divers établissements privés, notamment en Suisse où elle finit d’ailleurs ses jours138. Mais, si elle est la plus fameuse, Fischer-Dückelmann n’est pas la seule doctoresse qui atteignit la reconnaissance publique grâce aux manuels. Entre autres exemples, on citera, côté romand, Marguerite Champendal dont l’ouvrage Le petit manuel des mères : comment soigner nos enfants ? initialement publié à Genève en 1916, fut aussi un best-seller. Repris par Flammarion en France, il fut traduit dans une dizaine de langues étrangères et il était toujours édité dans les années 1950.

  • 139 Archives cantonales vaudoises, PP 855/46-72, 1860-2002. Non seulement il n’y a pas de Marie, mais, (...)
  • 140 Anonyme, 1883.
  • 141 Nous avons ici trouvé des indications contradictoires, ne permettant pas, pour le moment, de dire (...)
  • 142 Bard, 1992 ; Gordon, 1990.
  • 143 Anonyme, 1883.
  • 144 de Thilo, 1898.
  • 145 de Thilo, 1890, 1904, 1905a et b, 1906a et b.
  • 146 de Thilo, 1901.
  • 147 Archives cantonales vaudoises, PP 855/46.

38Il ne faudrait toutefois pas conclure de ces parcours qu’en Suisse toutes les doctoresses qui ont voulu contourner les barrières médico-universitaires ont réussi à faire carrière dans le privé et/ou à devenir riches en écrivant des manuels de santé populaires. Notre examen de trajectoires individuelles illustre qu’il existe probablement autant de récits de réussites que d’échecs. En contrepoint des carrières de Fischer-Dückelmann ou de Champendal, nous terminerons sur l’exemple inverse de Marie de Thilo (dates inconnues). Célibataire et, a priori, d’origine russe, Marie de Thilo est d’abord assez probablement une usurpatrice, les recherches sur la famille de Thilo, dont les archives sont déposées, ne portant aucune trace d’une « Marie139 ». Nous supposons qu’elle a, peut-être, choisi ce nom d’emprunt afin d’échapper à la déportation, mais aussi, sans doute, parce que la particule sonnait agréablement pour d’éventuels patients francophones. Apparemment formée « dans les universités de Zurich, de Berne et de Genève140 », Marie de Thilo a été, si ce n’est la première, mais tout du moins une des premières femmes médecins à avoir exercé en Suisse romande141. Son parcours évoque celui de la Française Madeleine Pelletier142 : après avoir fini ses études, elle tente de s’installer dans plusieurs villes dans l’espoir de trouver une clientèle privée, sans grand succès. On la découvre notamment en 1883 à la tête d’un cabinet à la Chaux-de-Fonds, ville où elle est reçue positivement, la presse se réjouissant que les femmes puissent désormais compter sur la présence d’une doctoresse143. Elle ne gagne cependant pas sa vie et s’engage alors dans l’écriture de manuels. Elle publie un ouvrage de médecine générale en 1898144, puis se tourne vers les femmes : elle publie six manuels de santé à leur adresse dans des petites maisons d’éditions145, ainsi que des livrets de conseils de plus petite envergure traitant, par exemple, du mariage146. Toutefois, là non plus, le succès n’est pas au rendez-vous. Marie de Thilo tente encore de survivre en donnant des cours et des conférences, mais elle échoue finalement à l’Armée du Salut de Zurich147, où elle décède à une date inconnue.

Conclusion

  • 148 The Millennium Development Goals, 189 pays signataires (« Déclaration de l’ONU pour le Millénaire (...)
  • 149 Voir, par exemple, les conclusions de la 55e session de la Commission sur le statut des femmes, 23 (...)
  • 150 Voir par exemple : Collectif, 2015, 45, 47 ; Logean, 2018.

39En l’an 2000, l’ONU plaçait l’éducation des femmes des pays en voie de développement parmi ses objectifs prioritaires148, l’idée étant notamment de leur permettre d’obtenir des emplois mieux rémunérés. Comme l’ont depuis montré divers rapports d’étapes149, ce vœu partait toutefois d’un postulat naïf : l’augmentation du ratio de femmes dans les études se traduit forcément, in fine, par une augmentation de leur présence dans les professions qualifiées. Or l’expérience prouve qu’il s’agit là d’une fausse évidence. L’éducation féminine est un prérequis nécessaire, mais pas suffisant pour assurer l’égalité des chances. L’exemple de la féminisation contrariée du métier médical en Suisse permet d’éclairer de façon unique – car sur la longue durée – les divergences entre les logiques universitaires et celles du travail. On l’a vu, si les Suisses permirent ainsi aux femmes de s’inscrire en masse dans les études de médecine dès les années 1870, ils posèrent en revanche de nombreuses barrières limitant leur accès à l’exercice. Il faut d’ailleurs souligner que ce pays fait toujours aujourd’hui piètre figure dans les classements occidentaux de l’égalité au travail, certaines statistiques évoquant même une aggravation du « plafond de verre », notamment dans le champ médical150.

  • 151 Bucher et Strauss, 1961 ; Strauss et al., 1963.
  • 152 Pour des conclusions qui vont, en partie, dans le même sens, voir notamment le collectif Moore, Fe (...)
  • 153 Jessie Hewitt a montré que le secteur privé avait aussi pu favoriser les carrières féminines en Fr (...)

40Le cas helvétique démontre donc à quel point une expérience précoce de féminisation universitaire peut n’avoir aucun impact sur le monde du travail et, pire, peut même induire des logiques inverses de fermeture si elle n’est pas accompagnée d’autres mesures – certains médecins suisses ayant été d’autant plus déterminés à exclure les femmes de leur profession qu’ils avaient constaté durant leurs études qu’elles pouvaient efficacement les concurrencer. Ceci étant, l’exemple suisse illustre aussi qu’il faut élargir l’angle définitionnel de la notion de carrière. Dans les années 1960, le sociologue Anselm Strauss insistait déjà sur la nécessité de sortir d’une vision rigide de la profession médicale, montrant que, pour comprendre ses dynamiques de changement, il fallait examiner comment ses « segments » non-conventionnels inventaient de nouvelles règles tendant à redéfinir les normes d’une « bonne » carrière médicale151. Il nous semble que cette leçon n’a pas été suffisamment appliquée au segment des femmes médecins152. Actuellement, on utilise en effet surtout les chiffres du secteur hospitalo-universitaire public pour juger de la réussite des femmes en médecine. Or l’histoire montre que ces indicateurs sont insuffisants : les statistiques du privé doivent également être prises en compte. Cela vaut particulièrement – mais pas seulement153 – pour un pays comme la Suisse, où le secteur privé est notoirement florissant et où il a été plus ouvert aux carrières féminines, par besoin de personnel, mais aussi par opportunisme, laissant les doctoresses évoluer dès lors qu’elles rapportaient de l’argent. Cette dernière remarque paraîtra peut-être crasse. Il n’empêche : les préoccupations financières guident le marché du travail. Plutôt que d’insister uniquement sur l’excellence académique des candidates, il faut donc savoir aussi souligner leur rentabilité – un aspect que des doctoresses comme Anna Fischer-Dückelmann avaient parfaitement compris pour s’imposer dans un monde d’hommes en 1900.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Archives

Archives cantonales de Bâle-Ville (Staatsarchiv Basel-Stadt) : Signatures et Rapports annuels du recteur : BS-ACant-Universitätsarchiv I 21-1843-1901, AA3-1872-1979, AA4-1901-1945) ; Annuaire statistique de Bâle-Ville : STA BS DS 17-1860 à STA BS DS 17-2010.

Archives cantonales de Berne : Reglement für die Eidgenössichen Medizinal Prüfungen, 1878-1956 : BB 05 10.66-8.3. 6 à 19.

Archives cantonales vaudoises, Signature ZAF 1 c8-v-1988 ; Candidatures de médecins assistants : SB 283 B 7/1 ; Généalogie, recherches personnelles familiales : PP 855/46.

Archives patrimoniales de l’Université de Genève : Liste des étudiants, 1870-1972 : GE-AUni-CH-AUG-xxxx (code année) ; Promotions 1876-1920 ; Grades.

Archives de l’université de Lausanne : Liste des étudiants ; Liste des diplômés 1891-1939.

Archives cantonales de Zurich (Staatsarchiv Zürich) : Verzeichniss der Studierende -1864-1990 ; Signatures et Rapports annuels du recteur : Hochschulstatistik III Ef-2-d1 1833-1873 et III Ef-2-d1-1976-1983 ; U.94.2-12 : Universitätsstatistik 1888-1902.

Bern Gosteli-Archiv/Fondation Gosteli-Archives sur l’histoire du mouvement des femmes en Suisse : dossiers biographiques.

Bibliothèque nationale Suisse : Op.236.3-1890-1935 : Office fédéral de la statistique. Statistiques des études supérieures en Suisse 1890-1935. Contributions à la statistique Suisse, 3e fascicule. Bern. 1935 ; Op.236-1946 : Office fédéral de la statistique. Les étudiants en Suisse, enquête de 1946. Contributions à la statistique Suisse, 17e fascicule. Bern ; Op.236-1959-1960 : Office fédéral de statistique Les étudiants en Suisse : Enquête de 1959-1960. Contributions à la statistique Suisse, 31e fascicule. Berne. 1961.

Imprimés

Anneler, H., 1928, « Das Frauenstudium an der Universitàt Bern », dans Das Frauenstudium an der Schweizer Hochschulen, Schweizerischer Verband der Akademikerinnen, Zurich, Rascher & co, p. 89-134.

Anonyme, 1868 (1er mai), « Women Physicians », Macmillan’s Magazine, 18, p. 369-380.

Anonyme (From the Westminster Review), 1878 (16 mars), « The education of girls: their admissibility to universities », Littell’s Living Age, 136/1761, p. 685-704.

Anonyme, 1883 (4 décembre), « Chronique locale : corps médical », L’Impartial, p. 2.

Anonyme, 1899a (8 juillet), « Medical news », The Journal of the American Medical Association (JAMA), 33/2, p. 109.

Anonyme, 1899b (5 juillet), “Princess and Doctoress”, The Medical Press & Circular, p. 8.

Anonyme (« G. »), 1929, « Les femmes dans les Universités suisses », Le mouvement féministe : organe officiel des publications de l’Alliance nationale des sociétés féminines suisses, 17, p. 12-14.

Bischoff, T., 1872, Das Studium und die Ausübung der Medizin durch Frauen, Munchen, Schurich.

Brupbacher, P., 1932, Rationalisierung und Hygiene, Berlin [s.n.].

Brupbacher, P., 1936, Sexualfrage und Geburtenregelung, Zurich, Jean-Christophe-Verlag.

Buckler, G. G., 1897 (1er septembre), “The Lesser Man”, The North American Review - Boston, 165/3, p. 295.

Champendal, M., 1900, Des varices congénitales, Université de Genève, thèse pour le doctorat en médecine.

Champendal, M., 1916, Le petit manuel des mères : comment soigner nos enfants ?, Genève, A. Kundig.

Collectif, 1928, Das Frauenstudium an den Schweizer Hochschulen hrsg. vom Schweizerischen Verband der Akademikerinnen [Les Études des Femmes dans les Universités suisses. Monographies publiées sous les auspices de l’Association suisse de Femmes universitaires], Zurich/Leipzig/Stuttgart, Rascher & Cie.

Desplas, G. (coll.), 1938a, Santé, Beauté, vivre vieux en restant jeune, la prophylaxie et le traitement des maladies par les moyens naturels, sous la direction de M. Le Professeur Dr Gallez, avec la collaboration de Mme la Doctoresse Desplas, MM. Les Docteurs Imfeld et Niederberger, Morat, Libris S.A.

Desplas, G. (coll.), 1938b, Hygiène – santé – longévité : vivre vieux en restant jeune, publié sous la dir. du docteur Chailly, Georgette Desplas, L. Pichet, Fribourg/Paris, Libris/Comptoir français du livre.

Farner, C., 1877, Ein Beitrag zur Kenntniss der partiellen Hirnatrophie begleitet mit chron. Hydrocephalus, Université de Zurich, thèse pour le doctorat en médecine.

Fischer-Dückelmann, A., 1896, Die vom April 1888 bis Januar 1895 in der Zürcher Frauenklinik beobachteten Fälle von Puerperalfieber, Université de Zurich, thèse pour le doctorat en médecine.

Fischer-Dückelmann, A., 1901, Die Frau als Hausärztin: ein ärztliches Nachschlagebuch der Gesundheitspflege und Heilkunde in der Familie mit besonderer Berücksichtigung der Frauen- un Kinderkrankheiten, Geburtshilfe und Kinderpflege, Stuttgart, Süddeutsches Verlags-Institut.

Fischer-Dückelmann, A., 1905, La femme, médecin du foyer, Paris, Muller.

Forel, A., 1941, Mémoires, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, (traduction de Forel, A., 1935, Rückblick auf mein Leben, Zurich, Büchergilde Gutenberg).

Forel, A., 1968, August Forel: Briefe. Correspondance 1864–1927 bearbeitet von Hans H. Walser, Bern, Verlag Hans Huber.

Gedroitz, S., 1931, Отрыв [Otryv], Leningrad, Éditions des écrivains de Leningrad.

Guedroytz de Beloseroff, V., 1899, « Excision de la vésicule séminale et du canal déférent en totalité en cas de castration pour tuberculose primaire », Revue médicale de la Suisse romande, 19, tiré à part.

Heer, A., 1892, Über Schädelbasisbrüche, Université de Zurich, thèse pour le doctorat en médecine.

Heim-Vögtlin, M., 1874, Ueber den Zustand der Genitalien im Wochenbett, Université de Zurich, thèse pour le doctorat en médecine.

Hermann, L., 1872, Das Frauenstudium und die Interesse der Hochschule Zürich, Zurich, Drell/Füssli and co.

Jex-Blake, S., 1886, « Medicine as a profession for women », dans Medical Women, a thesis and a history, etc. (2nd ed.) (Appendix. A brief summary of the action of declarator brought by ten matriculated lady students against the Senatus of Edinburgh University, 1872-73), Edinburgh, Oliphant, Anderson & Ferrier, p. 3-256.

Lipinska, M., 1900, Histoire des femmes médecins depuis l’antiquité à nos jours, Paris, G. Jacques & Cie (thèse de médecine).

Lipinska, M., 1930, Les femmes et le progrès des sciences médicales, Paris, Masson.

von Mayer, C., 1897 (avril), « Étude sur la pathogénie de l’appendicite à répétition », Revue médicale de la Suisse romande, 17, p. 209-254 (reproduction de sa thèse de médecine).

Schweizerischer Verband der Akademikerinnen (SVA-ASFDU), 1928, Das Frauenstudium an den schweizer Hochschulen, Zurich, Rascher & Cie.

Stern, L., 1903, Contribution à l’étude physiologique des contractions de l’uretère, Université de Genève, thèse pour le doctorat en médecine.

Suslowa (Suslova), N., 1867, Beiträge zur Physiologie der Lymphherzen, Université de Zurich, thèse pour le doctorat en médecine.

Thilo, M. de, 1890, L’hygiène de la femme, Neuchâtel, Attinger.

Thilo, M. de, 1898, Les maladies du corps humain, Neuchâtel, Attinger.

Thilo, M. de, 1901, Was sollen unsere erwachsenen Töchten von der Ehe wissen ? Zurich/Leipzig, Th. Schröter.

von Thilo, M., 1904, Gesundheit, Kraft und Schönheit dem Weibe !, Schönenwerd, [s.n.].

Thilo, M. de, 1905a, Frauenkrankheiten wie Unterleibs- und Nervenleiden, Blutarmut und Bleichsucht und deren Behandlung, Stuttgart, Verlag Reform.

Thilo, M. de, 1905b, Heiratsgedanken, Winke und Ratschläge für Heiratslustige, Bern, Wagner.

Thilo, M. de, 1906, Le livre d’or de la mère, Berne, [s.n.] (version allemande : Goldene Regeln für Mütter, Bern, Wagner).

Sources secondaires

Bachmann, B. et Bradenahl, E., 1990, Medizinstudium von Frauen in Bern, 1871-1914, Medizin-historisches Institut de l’université de Berne, thèse pour le doctorat en médecine.

Bankowski-Züllig, M., 1988, « Zürich – das russische Mekka », dans Verein Feministische Wissenschaft Schweiz (Hrsg.), Ebenso neu als kühn. 120 Jahre Frauenstudium an der Universität Zürich, Efef, Zürich, p. 127-146.

Bard, C. (éd.), 1992, Madeleine Pelletier (1874-1939) : logique et infortunes d’un combat pour l’égalité, Paris, Côté femmes.

Baumann-Kurer, S., 1991, Die Gründung der Schweizerischen Pflegerinnenschule mit Frauenspital in Zürich 1901 und ihre Chefärztin Anna Heer (1863-1918), Zurich, Juris.

Becker, H. S., Geer, B., Hughes, E. C. et Strauss, A. L., 2004 [1961], Boys in White: Student Culture in Medical School, New Brunswick, Transaction Publ.

Begert, L., 2015, 150 ans de féminisation des études de médecine humaine en Suisse : étude quantitative, Université de Lausanne, mémoire de maîtrise en médecine humaine.

Bielander, T., 1988, L’accès des femmes à l’Université de Genève et leur entrée dans les professions supérieures, 1872-1939, Université de Genève, thèse pour le doctorat en histoire.

Bochmann, P., 2018, Frauen in der Naturheilbewegung: Anna Fischer-Dückelmann und Klara Muche. Ihre Lebenswege, medizinischen und insbesondere frauenheilkundlichen Auffassungen, Hamburg, Kovac, Dr Verlag.

Bonjour, E., 1960, Die Universität Basel: von den Anfängen bis zur Gegenwart 1460-1960, Bâle, Helbing & Lichtenhahn.

Bonner, T. N., 1988a, « Medical Women Abroad: A New Dimension of Women’s Push for Opportunity in Medicine, 1850-1914 », Bulletin of the History of Medicine, 62/1, p. 58-73.

Bonner, T. N., 1988b, « Pioneering in Women’s medical education in the Swiss universities 1864-1914 », Gesnerus: Swiss Journal of the history of medicine and sciences, 45, p. 461-474.

Bonner, T. N., 1989, « Rendez-vous in Zurich: Seven who made a revolution in Women’s Medical Education 1867-1914 », Journal of the History of Medicine, 44, p. 7-27.

Bonner, T. N., 1992, To the Ends of the Earth: Women’s Search for Education in Medicine, Cambridge/Londres, Harvard University Press.

Bono, S. M. et Rohner, H., 1958, Die Schweizer Aerztin, Zurich, Medizin-historisches Institut der Universität Zürich.

Bosson, A., 2011, « Premières femmes médecins : le parcours des pionnières », Cahiers du musée gruérien, p. 1-10.

Bucher, R. et Strauss, A., 1961, « Professions in Process », American Journal of Sociology, 66/4, p. 325-334.

Carol, A., 2011, « Sage-femme ou gynécologue ? M.-A. Boivin (1773-1841) », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 33, p. 237-260.

Collectif, 2015, L’égalité en chiffres. Monitoring de l’égalité à l’Université de Lausanne, Publication du Bureau de l’égalité de l’Université de Lausanne.

Demirbas, I., à paraître, « Woman as house doctor », dans Martin, R., Lawrence-Mackey, F., Harrison, S., Jones, E. et Wills, H. (éd.), Women in the History of Science: A liberating the Curriculum Sourcebook, Londres, University College London.

Deuber Ziegler, E. et Tikhonov, N. (éd.), 2005, Les femmes dans la mémoire de Genève, du xve au xxe siècle, Genève, Suzanne Hurter.

Dreifuss, J.-J., 1991, « Les premières étudiantes à la faculté de médecine et leurs activités professionnelles à Genève », Gesnerus, 48, p. 429-438.

Dreifuss, J.-J. et Tikhonov, N., 2007, « Une étoile à la Belle Époque : Lina Stern, professeur de médecine à Genève », Revue médicale suisse, 3, p. 2308-2309.

Einsele, G., 1992, « Kein Vaterland. Deutsche Studentinnen im Zürcher Exil (1870–1908) », dans Schlüter, A. (éd.), Pionierinnen – Feministinnen – Karrierefrauen ? Zur Geschichte des Frauenstudiums in Deutschland. Frauen in Geschichte und Gesellschaft Bd. 22 (numéro spécial), Centaurus, Pfaffenweiler, p. 9-34.

Esposito, P., 2017, « Health & Pleasure ». Le tourisme médico-sanitaire dans l’Arc lémanique et le Chablais vaudois : de la consommation de soins à l’innovation de produit (1850-1914), Université de Genève, thèse pour le doctorat en histoire.

Garibian, T., 2017, De la question sexuelle à la sexologie médicale : une histoire des savoirs sur les sexualités (Suisse romande, 1890-1970), Université de Toulouse/Université de Lausanne, thèse pour le doctorat en histoire/thèse pour le doctorat en sciences de la vie.

Gill, G., 2004, Nightingales: The Extraordinary Upbringing and Curious Life of Miss Florence Nightingale, New York, Ballantine Books.

Giovannini, E., 1991-1992, Histoire de l’Université de Fribourg Suisse, 1889-1989 : institutions, enseignement, recherches, t. 2, Les facultés : la faculté des sciences, Fribourg, Éditions universitaires.

Glaser, E., 1996, « „Sind Frauen studierfähig?“ Vorurteile gegen das Frauenstudium », dans Kleinau, E. et Opitz, C. (éd.), Geschichte der Mädchen- und Frauenbildung. Band 2: Vom Vormärz bis zur Gegenwart, Francfort-sur-le-Main/New York, Campus, p. 299-309.

Gordon, F., 1990, The Integral Feminist. Madeleine Pelletier, 1874-1939: Feminism, Socialism and Medicine, Cambridge, Polity Press.

Hardes, J. J., 2018, « Women, “madness” and exercise », Medical Humanities, 44, p. 181-192.

Heller, G., 1992, Charlotte Olivier : la lutte contre la tuberculose dans le canton de Vaud, Lausanne, Éditions d’en bas.

Hewitt, J., 2015, « Women Working ‘Amidst the Mad’: Domesticity as Psychiatric Treatment in Nineteenth-Century Paris », French Historical Studies, 38/1, p. 105-137.

Hunziker-Michel, N., 2002, Medizinstudentinnen an der Universität Bern, 1914-1964, Berne, Medizinhistorischen Institut der Universität Bern.

Jäggi, M., 2004, Primo Loco: Geschichte der medizinischen Fakultät Zürich 1833-2003, Zurich, Sachbuchverlag.

Хохлов, В. Г. (Khokhlov, V. G.), 2013, Руки, возвращающие к жизни. Вера Игнатьевна Гедройц - хирург и поэт [Ruki, vozvrashchaiushchie k zhizni: Vera Ignatʹevna Gedroĭts - khirurg i poėt], Saint-Pétersbourg, Serebryany vek.

Knibiehler, Y. et Fouquet, C., 1984, La femme et les médecins, Paris, Hachette.

Koblitz, A. H., 2000, Science, Women and Revolution in Russia, Amsterdam, Harwood Academic/Abingdon, Marston.

Laurance, J., 2004 (2 août), « The medical timebomb: “too many women doctors” », The Independent, en ligne : https://www.independent.co.uk/life-style/health-and-families/health-news/the-medical-timebomb-too-many-women-doctors-6260011.html (consulté le 24 janvier 2020).

Leneman, L., 1994, « Review: Sophia Jex-Blake: a woman pioneer in nineteenth-century medical reform », Medical History, 38/4, p. 479.

Lincoln, A. E., Pincus, S., Bandows Koster, J. et Leboy, P. S., 2012, « The Matilda Effect in science: Awards and prizes in the US, 1990s and 2000s », Social Studies of Science, 42/2, p. 307-320.

Logean, S., 2018 (25 avril), « Femmes et sciences, un solide plafond de verre », Le Temps, p. 1.

Maire, S., 2013, « Véra Giedroyc : une princesse pas comme les autres », Les femmes créatrices en Russie, du xviiie siècle à la fin de l’âge d’Argent, journée d’études organisée à l’ENS de Lyon par Isabelle Desprès et Evelyne Enderlein, le 9 novembre 2012, en ligne : http://institut-est-ouest.ens-lsh.fr/spip.php?article366 (consulté le 20 septembre 2019).

Marcacci, M., 1987, Histoire de l’Université de Genève 1559-1986, Genève, Université de Genève.

Marland, H., 2011, « Women, Health, and Medicine », dans Jackson, M. (éd.), The Oxford Handbook of the History of Medicine, Oxford, Oxford University Press, p. 484-503.

Marti, S., Murith, V., Feitknecht, R., Macheret, A. et. al., 1989, Université de Fribourg, 1889-1989, Fribourg, Éditions universitaires.

Meyer, P., 2006, « Physiatrie and German Maternal Feminism: Dr Anna Fischer-Dückelmann Critiques Academic Medicine », Canadian Bulletin of Medical History, 23/1, p. 145–185.

Morantz-Sanchez, R. A. M., 1985, Sympathy and Science: Women Physicians in American Medicine, New York, Oxford University Press.

More, E. S., 2000, Restoring the Balance: Women Physicians and the Profession of Medicine, 1850-1995, Cambridge, Harvard University Press.

Müller, V. E., 2007, Marie Heim-Vögtlin, die erste Schweizer Ärztin (1845-1916), Ein Leben zwischen Tradition und Aufbruch, Baden, Hier und Jetzt.

Oberlin, D. T., Vo, A. X., Bachrach, L. et Flury, S. C., 2016, « The Gender Divide: The Impact of Surgeon Gender on Surgical Practice Patterns in Urology », The Journal of Urology, 113, p. 10-12.

Ogilvie, M. B., Harvey, J. D., 2000, The Biographical Dictionary of Women in Science: Pioneering Lives from Ancient Times to the mid-20th Century, New York, Routledge.

Ortiz-Gómez, T., Bernuzzi Sant’Anna, D., et al., 2007, « Part II: Perspectives on gender and health/Perspectivas en género y salud », dans Abreu, L., Bourdelais, P., Ortiz-Gómez, T. et Palacios, G. (éd.), Dynamics of Health and Welfare: Texts and Contexts, Lisbone, Colibrí, p. 101-173.

Pickett, E. P., 1958, “Mary E. Childs MacGregor, M.D., 1896–1955”, Journal of the American Medical Women’s Association, 13, p. 304.

Pigeard-Micault, N., 2016, « La féminisation des études de médecine et de sciences à Paris : étude historique comparative (1868-1939) », dans Molinier, P., Rogers, R. et Rodriguez, M. S. (éd.), Les femmes dans le monde académique : perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 49-61.

Porter, R., 1998, The Greatest Benefit to Mankind: A Medical History of Humanity, New York, W.W. Norton.

Roberts, S., 1993, Sophia Jex-Blake: A Woman Pioneer in Nineteenth-Century Medical Reform, Londres, Routledge.

Rogger, M. et Bankowski, F., 2010, Ganz Europa blickt nach uns! Das schweizerische Frauenstudium und seine russische Pionnerinnen, Baden, Hier und Jetzt.

Rohner, H., 1972, Die ersten 30 Jahre des medizinischen Frauenstudiums an der Universität Zürich 1867-1897, Zurich, Juris.

Rosende, M., 2008, Parcours féminins et masculins de spécialisation médicale, Zurich, Seismo.

Rosselet, P., 2015, Diagnosis by Imaging: The Case of Textbooks of Diseases of the Nervous System (1850-1920), Université de Lausanne, thèse pour le doctorat en sciences de la vie.

Rossiter, M. W., 1993, « The Matthew/Matilda Effect in Science », Social Studies of Science, Londres, 23/2, p. 325-341.

Sirotkina, I. et Smith, R., 2005, « Le savoir vécu comme une passion : le combat des femmes pour l’enseignement supérieur au xixe siècle en Russie », dans Carroy, J., Edelman, N., Ohayon, A. et Richard, N. (éd.), Les femmes dans les sciences de l’homme (xixe-xxe siècles) : inspiratrices, collaboratrices ou créatrices ?, Paris, Seli Arslan, p. 234-252.

Skandola, P., Rogger, F. et Schmidlin, S., 1984, Hochschulgeschichte Berns 1528-1984, Berne, Hallwag.

Strauss, A., Schatzman, L., Ehrlich, D., Bucher, R. et Sabshin, M., 1963, « The hospital and its negotiated order », dans Freidson, E. (éd.), The Hospital in Modern Society, New York, Free, p. 147-69.

Tikhonov, N., 2004a, La quête du savoir : étudiantes de l’Empire russe dans les universités suisses (1864-1920), thèse de doctorat en histoire, EHESS/Université de Genève.

Tikhonov, N., 2004b, « Enseignement supérieur et mixité : la Suisse, une avant-garde ambiguë », dans Rogers, R. (éd.), La mixité dans l’éducation. Enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions, p. 35-52.

Tikhonov-Sigrist, N., 2009, « Les étudiantes étrangères dans les universités occidentales : des discriminations à l’exil universitaire (1870-1914) », dans Ferté, P. et Barrera, C. (éd.), Étudiants de l’exil : migrations internationales et universités refuges (xvie-xxe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, p. 105-118.

Tissot, L., 1996, Politique, société et enseignement supérieur dans le canton de Vaud, l’Université de Lausanne 1890-1914, Lausanne, Payot.

Troehler, U., 1984, Der Nobelpreisträger Theodor Kocher 1841-1917, Basel/Stuttgart, Birkhäuser.

Université de Lausanne, 1987, De l’Académie à l’Université de Lausanne, 1537-1987 : 450 ans d’histoire. Musée historique de l’Ancien-Évêché, Lausanne, Éditions du Verseau.

Verein Feministische Wissenschaft, 1988, Ebenso neu als Kühn : 120 Jahre Frauenstudium an der Universität Zürich, Zurich, eFeF.

Volet-Jeanneret, H., 1988, « Notes sur les premières étudiantes suisses à Lausanne », Revue historique vaudoise, p. 81-95.

Woodlti, S., 1977, Du féminisme à l’égalité politique : un siècle de luttes en Suisse, 1868-1971, Lausanne, Payot.

Haut de page

Notes

1 Marthe Gosteli fut une militante pour le suffrage féminin en Suisse et a aussi lancé un mouvement pionnier de récolte d’informations sur l’histoire des femmes helvétiques. Cet article tire parti des fonds archivistiques qu’elle a constitués.

2 Étant donné la variabilité des orthographes utilisées pour translitérer son nom du xixe siècle à nos jours (notamment Nadejda Souslova en français et Nadeschda Suslowa en allemand – mais avec toutes sortes de variations), nous avons opté dans cet article pour le format international actuel de translitération des caractères russes. Pour les autres noms russophones, nous avons en revanche choisi de respecter le format d’écriture qui était le plus fréquemment employé en français à l’époque où les personnes ont vécu.

3 Edmund Rose (1836-1914) est connu pour ses travaux sur la tamponnade cardiaque et les altérations de la vision des couleurs. Après avoir étudié à Berlin et Wurtzbourg, il fut l’assistant du chirurgien Robert Ferdinand Wilms à Berlin avant d’être nommé professeur de chirurgie à Zurich en 1867. Il revint ensuite à Berlin en 1881.

4 La première phrase est de Rose (Soon we are coming to the end of slavery for women, and soon we will have the practical emancipation of women in every country and with it the right to work, citée par Thomas Neville Bonner depuis une source russe non spécifiée : Bonner, 1989, 12, notre traduction) ; la seconde est de Suslova (Ich bin die erste, aber nicht die letzte. Nach mir werden Tausende kommen, citée par Monika Bankowski-Züllig depuis une source des Archives cantonales de Zurich qui n’est pas clairement spécifiée : Bankowski-Züllig, 1988, 127, notre traduction).

5 On rappellera qu’il y eut des femmes diplômées de médecine à l’époque médiévale et moderne, notamment en Italie. Une majorité d’universités occidentales barrèrent explicitement la route aux candidates au cours du xixe siècle, au moment de l’adoption et de la standardisation des règlements académiques. Par ailleurs, nous excluons Margaret Ann Bulkley (c. 1789-1865) des femmes médecins de l’ère contemporaine, puisqu’elle se fit passer pour un homme durant toute sa vie (le Dr James Barry).

6 Au xixe siècle, quelques femmes avaient réussi, avant Suslova, à obtenir le titre de « docteur en médecine », mais soit sur la base de cursus incomplets, soit à titre honorifique. Le premier cas concerne notamment les États-Unis où quelques (rares) facultés acceptèrent des femmes, mais en leur limitant l’accès aux cours, les étudiantes devant souvent poursuivre leurs études à l’étranger ou dans des établissements spéciaux, tel le Boston Female Medical College, qui n’offraient pas les mêmes standards d’éducation (Anonyme, 1868 ; Anonyme, 1878 ; Buckler, 1897). Pour le second cas, on peut citer Marie-Anne Boivin, sage-femme française, à qui l’Université de Marbourg décerna un diplôme de docteur en médecine honoris causa entre 1819 et 1826 (Carol, 2011).

7 Bonner, 1992.

8 Contrairement au contexte français, où le mot « doctoresse » est désuet et a parfois été utilisé de façon péjorative, en Suisse c’est un terme neutre, toujours en usage, qui signifie simplement femme médecin.

9 Voir infra la sous-partie « Une séduction internationale » pour une description de l’ouverture et des avantages des contenus de cours dispensés aux femmes par les facultés médicales suisses.

10 Il s’agit d’une moyenne grossière. Les premières facultés médicales françaises à accueillir les femmes furent Paris (1868), Montpellier (1875) et Bordeaux (1884), ensuite progressivement rejointes par l’ensemble des autres durant la Belle Époque. En 1915, les étudiantes constituaient 26,4 % des effectifs de la formation médicale pré-graduée en France (Pigeard-Micault, 2016, 50).

11 Bonner, 1992, 63, 77.

12 Müller, 2007. Pour des éléments sur sa biographie, voir infra « Deux stratégies classiques ».

13 Née à Saint-Pétersbourg, Charlotte von Mayer obtint son doctorat de médecine à Lausanne en 1897 et devint alors l’interne du chirurgien César Roux (1854-1934). Puis elle ouvrit une clinique en Russie avant de retourner en Suisse pour épouser Eugène Olivier (1868-1955), médecin à Lausanne. Ce dernier souffrant de tuberculose, Charlotte Olivier se spécialisa ensuite dans la lutte contre cette maladie (Heller, 1992).

14 Lucie Begert poursuit actuellement ses recherches entamées en Master sur le sujet (Begert, 2015) dans le cadre d’un travail doctoral.

15 Izel Demirbas, travail préparatoire à une demande de financement pour le Fonds National Suisse (2018).

16 Bonner, 1992 ; voir aussi Bonner, 1988a et b, 1989.

17 Tikhonov, 2004a. Cette thèse s’intéresse au destin des femmes russes qui ont étudié dans les universités suisses, donc notamment dans les facultés de médecine.

18 Bachmann et Bradenahl, 1990 ; Bielander, 1988 ; Bonjour, 1960 ; Dreifuss, 1991 ; Giovannini, 1991-1992 ; Hunziker-Michel, 2002 ; Jäggi, 2004 ; Marcacci, 1987 ; Marti, Murith, Feitknecht, Macheret et. al., 1989 ; Rohner, 1972 ; Skandola, Rogger et Schmidlin, 1984 ; Tissot, 1996 ; Université de Lausanne, 1987 ; Verein Feministische Wissenschaft, 1988 ; Volet-Jeanneret, 1988.

19 Ces expressions sont courantes dans l’historiographie (par exemple : Roberts, 1993, Ogilvie et Harvey, 2000, Gill, 2004, Bosson, 2011). On notera que l’ouvrage de Shirley Roberts a été critiqué pour sa reproduction de stéréotypes genrés (Leneman, 1994).

20 Pour un descriptif complet des sources utilisées, voir Begert, 2015, 67-75.

21 Sophia Jex-Blake (1840-1912) fut la première femme à exercer la médecine en Écosse. En 1869, elle et six autres femmes obtinrent de s’inscrire à la Faculté médicale d’Édimbourg. Mais leur inscription fut invalidée en 1873, suite, entre autres, aux pressions exercées par les étudiants masculins. Jex-Blake termina alors ses études à Berne. En 1886, elle ouvrit une école médicale indépendante pour les femmes à Édimbourg, afin de pallier les carences du système universitaire officiel.

22 Jex-Blake, 1886, 91-93.

23 Glaser, 1996.

24 Bischoff, 1872.

25 Einsele, 1992.

26 De nombreuses historiennes ont souligné les stéréotypes genrés des médecins fin de siècle. Pour la France, citons l’un des premiers ouvrages à les avoir listés : Knibiehler et Fouquet, 1984.

27 Rogger et Bankowski, 2010, 25.

28 Actes du 12 mai 1865 entre le Sénat académique et la direction de l’éducation de l’Université de Zurich, Schweizerischer Verband der Akademikerinnen (SVA-ASFDU), 1928, 284-286.

29 Des femmes purent s’inscrire à l’Académie Militaire de Médecine de Saint-Pétersbourg en 1861. En 1863, le Statut des universités revint néanmoins sur cette possibilité. Seule Varvara Kashevarova Rudneva fut autorisée à terminer ses études (Koblitz, 2000).

30 Rogger et Bankowski, 2010, 26.

31 En Suisse, l’immatriculation universitaire est la procédure par laquelle un étudiant est officiellement inscrit dans un cursus et obtient, de plus, le droit de passer les examens. En effet, toujours à l’heure actuelle, des personnes peuvent être inscrites dans un cursus sans pour autant être immatriculées (en médecine, notamment, où des facultés peuvent refuser d’immatriculer des personnes considérées comme trop âgées, estimant qu’il n’est pas utile de leur permettre d’obtenir le diplôme nécessaire à l’entrée sur le marché du travail).

32 Suslowa (Suslova), 1867.

33 Frances Morgan est la première femme officielle de Grande-Bretagne à avoir obtenu un diplôme de médecine. Elle exerça comme spécialiste des maladies des femmes et des enfants (North London Collegiate School), avant d’ouvrir un cabinet de médecine générale avec son mari. Elle milita toute sa vie pour l’éducation et les droits des femmes, y compris de couleur.

34 Juste après avoir obtenu son diplôme de médecine à Zurich en 1872, Louisa Atkins (1842?-1924) provoqua une polémique en Grande-Bretagne en obtenant le poste de chirurgien à l’Hôpital pour les femmes de Birmingham, sa candidature ayant été préférée à celle de deux hommes. Elle rejoignit ensuite l’Hôpital des femmes de Londres, avant d’opter pour la pratique privée dans les années 1890.

35 Michael Anton Biermer (1827-1892) est aujourd’hui surtout connu pour ses découvertes sur les conséquences de l’anémie en vitamine B12. Diplômé de l’Université de Wurtzbourg, il fut professeur à Berne (1861), Zurich (1867) et Breslau (1874-1891).

36 Adolf Eugene Fick (1829-1901) s’est intéressé à la physiologie des muscles et de l’œil, ses travaux étant à l’origine des lentilles de contact. Il est toutefois plus connu pour les « lois de Fick » sur la diffusion de la matière. Formé à Marbourg et Berlin, Fick s’installa à Zurich en 1852, y devint professeur associé en sciences auxiliaires anatomiques et physiologiques en 1856, avant d’obtenir la chaire de physiologie en 1861. En 1868, il s’établit à Wurtzbourg.

37 Theodor Billroth (1829-1894) est un pionnier de la chirurgie de l’appareil digestif, connu pour avoir effectué la première résection de l’estomac en 1881. Après avoir étudié à Greifswald, Göttingen, Berlin, Vienne et Paris, il fut professeur de chirurgie à Zurich de 1860 à 1867.

38 Hermann Georg von Meyer (1815-1892) est connu pour ses travaux en anatomie. Après avoir étudié à Heidelberg et Berlin, il devint privat-docent d’histologie et physiologie à Tübingen (1840), puis partit à Zurich où il fut nommé professeur extraordinaire d’anatomie pathologique et chirurgicale et de pathologie générale en 1852, puis professeur ordinaire d’anatomie pathologique et spéciale et directeur de l’Institut d’anatomie (1856-1889).

39 Bonner, 1992, 39 (By your scholarly earnestness and zeal, you have become a worthy model for the women studying there, source non spécifiée, notre traduction).

40 Bonner, 1992, 3.

41 Forel, 1941, 54.

42 Ibid.

43 Lipinska, 1900, 405.

44 On doit à Ludimar Hermann (1838-1914) des travaux novateurs sur les sens, la physiologie de la parole et les illusions d’optique. Diplômé de médecine à Berlin en 1865, il fut nommé professeur de physiologie à l’Université de Zurich en 1868 ; il en fut ensuite le recteur de 1878 à 1880, avant de gagner Königsberg en 1884.

45 Hermann, 1872.

46 Sur cet épisode, voir Bonner, 1988a, 70-71.

47 La Faculté de médecine de Berne aurait ouvert ses portes à une « Ernestine Schroer » en 1868, mais son nom n’apparaît pas dans les registres : elle ne s’est probablement pas déplacée. En 1870, Katharina Goutscharoff, y demeura un semestre. La première étudiante au long cours fut Anna Hotz, une Colombo-Suissesse (SVA-ASFDU, 1928, 90-92 ; Skandola, Rogger et Schmidlin, 1984, 497).

48 À Genève, l’admission des femmes aux mêmes conditions que les hommes est mentionnée dès la loi d’octobre 1872 entérinant la transformation de l’Académie en Université. La Faculté de médecine ouvrit en 1876 et les premières étudiantes arrivèrent dans la foulée (SVA-ASFDU, 1928, 136-141 ; Marcacci, 1987, 140 ; Dreifuss, 1991, 430).

49 Un processus similaire à celui de Genève s’est déroulé à Lausanne, avec, dès 1890 et la transformation de l’Académie en Université, une admission prévue des femmes aux mêmes conditions que les hommes.

50 Versuch, Hermann, 1872, 17 ; SVA-ASFDU, 1928, 29.

51 Comme Nicholas Senn, professeur de chirurgie à l’Université de Chicago, dans le Journal of the American Medical Association en 1887, cité par Troehler, 1984, 3. Theodor Kocher acceptait que les étudiantes assistent aux opérations et, pour les résidentes (équivalent des assistantes), qu’elles s’initient aux procédures chirurgicales sous sa supervision, à l’égal des étudiants masculins.

52 Vera Ignatievna Gedroitz (1870-1932) signait en français (Princesse) Vera ou Wera (Guedroytz) de Beloseroff. Issue d’une ancienne lignée noble de Lituanie, Vera de Beloseroff a fait toute sa carrière en Russie, où elle revint en 1900 après avoir terminé ses études de médecine à Lausanne. Elle s’est illustrée comme chirurgienne de terrain lors du conflit russo-japonais et de la Première Guerre mondiale. Elle est une des premières femmes à avoir été reçue professeure de chirurgie (1923) et nommée titulaire d’une chaire de chirurgie (1929). On lui doit de nombreux travaux scientifiques, ainsi qu’une importante œuvre littéraire (Хохлов/Khokhlov, 2013 ; Maire, 2013).

53 C’est habituellement Mary E. Childs MacGregor, nommée chef du service d’urologie à l’infirmerie de New York en 1928, qui est présentée comme la première femme à avoir officiellement travaillé comme urologue en Occident à l’ère contemporaine (Pickett, 1958).

54 Oberlin, Vo, Bachrach et Flury, 2016.

55 Guedroytz de Beloseroff, 1899.

56 Anonyme, 1899a et b.

57 Littéralement « frontière du rösti », cette expression suisse courante désigne la frontière symbolique qui sépare les cantons romands (de langues française et italienne) et les cantons alémaniques (de langues germanophones), en termes de langue, mais aussi de mœurs, d’opinions politiques, de culture, etc. On considère que cette frontière est marquée géographiquement par la rivière de la Sarine, vers Berne.

58 Il est peut-être utile de rappeler ici que, si la Suisse est souvent perçue à l’étranger comme un pays intégralement dominé par la culture protestante, cette situation varie en fait fortement selon les régions et les cantons. Aujourd’hui c’est d’ailleurs la religion catholique qui domine (36,5 % de catholiques romains pratiquants déclarés en 2015-2017 contre 24,4 % de protestants évangéliques réformés, selon l’Office fédéral de la statistique : https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/population/langues-religions/religions.html, consulté le 24 janvier 2020). En l’occurrence, la montée de la présence catholique a notamment été permise par la Constitution suisse qui, en 1874, garantit la liberté pour tous les cultes, soit au moment où les universités commencèrent à s’ouvrir aux étudiants étrangers, notamment aux femmes.

59 Ces villes disposaient auparavant « d’académies » de taille réduite et réservées à des élites choisies, qui furent transformées en « universités » à la fin du xixe siècle. Les cursus furent réformés, de nouvelles disciplines furent ajoutées et, en principe, l’admission des étudiants se faisait dorénavant de façon indiscriminée sur la base de la présentation du diplôme de maturité ou d’un équivalent étranger (tel le baccalauréat français).

60 SVA-ASFDU, 1928, 203-217.

61 Bonjour, 1960, 446-450.

62 Faute de place, nous ne reproduisons pas les courbes équivalentes pour chacune des facultés médicales suisses.

63 Bonner, 1992, 63, 77.

64 Était notée « Russe » dans les fichiers français et suisses toute personne provenant de l’Empire de Russie et ce, même si elle était issue d’une minorité (comme les Baltes, les Géorgiens, etc.).

65 Pigeard-Micault, 2016, 51-53.

66 Lipinska, 1930, 164.

67 Collectif, 1928 ; Lipinska, 1930.

68  Par exemple : Porter, 1998, 357. Beaucoup d’ouvrages généraux d’histoire de la médecine éludent d’ailleurs totalement la question des femmes médecins (sur ce sujet, voir Marland, 2011).

69 Pour des courbes comparatives internationales sur l’évolution historique de la proportion de femmes dans les études médicales, voir Ortiz-Gómez, Bernuzzi Sant’Anna et al., 2007, 130-132.

70 Laurance, 2004.

71 À Zurich, l’exemple de la Faculté de médecine pava la voie aux autres disciplines (en dehors des thèses de médecine, la première thèse soutenue par une femme fut en philosophie, en 1874). Les statuts d’ensemble des universités de Berne, Genève, Lausanne prévoyaient l’inscription des étudiantes, quelle que soit la discipline. Après s’être montrée réticente, l’Université de Bâle suivit cet exemple et admit le principe de l’inscription des femmes dans toutes les facultés en 1890… sauf qu’elle exclut, en principe, les étrangères jusqu’en 1914 (en principe, car il semble qu’il y ait eu des exceptions). Après 1890, l’Université de Fribourg (qui ne comprenait pas de faculté médicale) fut la seule en Suisse à continuer de refuser les femmes. Elle les accepta à partir de 1904.

72 Natalia Tikhonov a étudié la répartition des femmes d’origine russe selon les disciplines et les facultés : Tikhonov, 2004a. Pour des éléments généraux sur le devenir professionnel des femmes diplômées du supérieur en Suisse, quelle que soit la discipline, voir Tikhonov, 2004b.

73 Bonner, 1992, 54-55, 76.

74 Becker, Geer, Hughes et Strauss, 2004, 3.

75 Bono et Rohner, 1958, 29

76 Rosende, 2008, 104-105, 120.

77 En Amérique du Nord, la résidence (residency) est le stage postdoctoral que doivent suivre les futurs médecins pour obtenir leur droit de pratique. L’équivalent en France est appelé le clinicat ou l’assistanat, l’internat concernant la période qui précède la thèse.

78 Forel, 1941, 45.

79 Jex-Blake, 1886, 55-56 (I can bear personal testimony to the thoroughly wholesome indifference with which the presence of women was regarded at the University of Bern, when, in 1876 I went there […]. Swiss and German lads are certainly not supposed to be more polished than those of our own country, but from first to last I never saw or heard an insolent act or word; all the students of both sexes seeming much more intent on getting through their medical studies, than on troubling themselves as to the personality of those who sat on neighbouring benches […]. I saw little or nothing to remark in the thoroughly commonplace routine pursued at the “mixed classes” of which such a bugbear has been made in England and Scotland, traduction Aude Fauvel).

80 Bankowski-Züllig, 1988.

81 Rose partit à Héricourt en janvier 1871 avec quatre de ses étudiants, dont Maria Bokova (dite aussi Bokoff) qui devint ensuite une spécialiste d’ophtalmologie (Lettre d’Auguste Forel à Victor Forel, 22 janvier 1871, dans Forel, 1968, 80-81 ; Lipinska, 1930, 157).

82 Verein Feministische Wissenschaft, 1988, 35-36.

83 Tikhonov, 2004b.

84 Émilie Kempin-Spyri (1853-1901) est une des premières femmes à être devenue docteure en droit en Europe, à Zurich en 1887. Quoiqu’elle devînt finalement privat-docent à Zurich grâce au gouvernement qui cassa la décision du Sénat universitaire en 1891, ses revenus étaient insuffisants et elle partit à Berlin. Connaissant des déboires familiaux, elle finit par être internée et mourut d’un cancer dans une clinique psychiatrique de Bâle.

85 Forel, 1941, 202-203.

86 Bonner, 1992 ; Marcacci, 1987 ; Tissot, 1996.

87 En 1900, il y avait au total sept universités en Suisse (toutes n’avaient pas de Faculté de médecine) pour trois millions d’habitants. Comparativement, l’Allemagne n’en comptait alors que 18 pour 55 millions d’habitants.

88 Marcacci, 1987, 162.

89 Bonjour, 1960, 447, à partir d’un texte de 1889 (Staatsarchiv Basel-Stadt, StAB EA X 18 : Habe schon in allen Bezirken des Erwerbslebens, wo die Frauenarbeit sich leichter einbürgere, ein allgemeines Sinken der Löhne sich ergeben, so daβ bald der Verdienst der Männer zur Erhaltung einer Familie nicht mehr ausreiche, so dürfe man auch auf dem Felde der liberalen Berufsarten kaum etwas anderes erwarten, traduction Lucie Begert).

90 Sur ce point, voir Bonner, 1992 ; Tikhonov, 2004a.

91 Vera de Beloseroff déclina toutefois cette offre, des drames familiaux l’obligeant à revenir en Russie en 1899.

92 SVA-ASFDU, 1928, 24-25, 287-292.

93 Rosende, 2008, 27.

94 Ibid., 89.

95 SVA-ASFDU, 1928, 146.

96 Lipinska, 1930, 160-161.

97 Voir par exemple le cas de Berne : Skandola, Rogger et Schmidlin, 1984, 502.

98 Le mot nihiliste (nihilitska pour une femme) est un mot vague à la fin du xixe siècle, désignant tout individu soupçonné d’être un agitateur de tendance gauchiste et ce, quelles que soient ses opinions politiques précises (Sirotkina et Smith, 2005).

99 Tikhonov-Sigrist, 2009, 118.

100 Gedroitz, 1931, 232, 244, 245, 250, cité par Heller, 1992, 30.

101 Archives cantonales vaudoises, Signature ZAF 1 c8-v-1988 ; Volet-Jeanneret, 1988, 83.

102 Ibid., 85.

103 Anneler, 1928.

104 Anonyme (« G. »), 1929, 13.

105 Bibliothèque nationale suisse : Op.236-1959-1960 : Office fédéral de statistique, 1961, 64-65.

106 L’enquête est en cours dans le cadre du travail doctoral de Lucie Begert.

107 Anonyme (« G. »), 1929, 13.

108 Morantz-Sanchez, 1985. Morantz-Sanchez estime qu’aux États-Unis Mary Putnam Jacobi illustre le « perfectionnisme séparatiste », tandis qu’Elizabeth Blackwell incarne « l’assimilation par les pairs », ce qu’on pourrait discuter.

109 D’origine polonaise, Mélanie (ou Mélania) Lipinska (1865-1933) fit des études de médecine à Paris où elle soutint une thèse militante en 1900, qui insistait sur l’apport des femmes médecins à travers l’histoire et qui fut publiée (Lipinska, 1900). On la trouve ensuite mentionnée comme « psychothérapeute », sans plus de précisions (Lipinska, 1930, VIII).

110 Lipinska, 1930, 162, citant Collectif, 1928.

111 SVA-ASFDU, 1928, 219-220.

112 Moins d’une dizaine identifiée de façon précise et documentée dans les archives, pour le moment.

113 Originaire de Lettonie, Lina Solomonovna Stern (1878-1968) soutint sa thèse de médecine à Genève en 1903, où elle rejoint ensuite le Laboratoire de physiologie. S’illustrant par ses travaux sur l’oxydation biologique, elle devint la première femme professeur de l’Université de Genève (1918), puis gagna Moscou en 1925. Elle y mena une carrière exemplaire, devenant notamment la première femme élue membre à part entière de l’Académie des Sciences (1939). Arrêtée en 1949 pour « cosmopolitisme scientifique », elle recouvra la liberté en 1953 et dirigea ensuite le Laboratoire de physiologie à l’Académie des Sciences jusqu’à sa mort (Dreifuss et Tikhonov, 2007).

114 Marguerite Champendal (1870-1928) est la première Genevoise à avoir obtenu un doctorat en médecine en 1900. Elle est connue pour avoir ouvert La Goutte de lait (1901), l’école d’infirmières Le Bon secours (1905 – cette école est à l’origine de l’actuelle Haute École de Santé) et La Pouponnière (1906). Elle tint également un cabinet privé et participa au mouvement féministe suisse. Pour plus d’éléments, voir notice « Marguerite Champendal » dans Deuber Ziegler et Tikhonov, 2005, 140-141.

115 Heim-Vögtlin, 1874 ; Heer, 1892.

116 En 1874, une association de femmes médecins, dont Sophia Jex-Blake, avait fondé un « hôpital gratuit/école pour les femmes » à Londres. Heer fit un séjour londonien, juste avant l’épisode du Frauenspital.

117 En particulier la Société d’utilité publique des femmes suisses (en allemand Schweizerischer Gemeinnütziger Frauenverein, SGF), fondée en 1888.

118 Baumann-Kurer, 1991, 38.

119 Ibid.

120 Lipinska, 1930, 158, 164.

121 Lipinska, 1930, 230.

122 Farner, 1877.

123 Woodlti, 1977, 48-49.

124 Esposito, 2017.

125 Sur l’évolution de la psychologie, de la psychiatrie, de la sexologie suisses d’entre-deux-guerres et sur l’identification (parfois exagérée) de Forel et de Piaget à la « cause sexuelle » des femmes, voir Garibian, 2017.

126 L’état actuel de nos recherches ne nous permet pas d’en dire plus sur ses origines ou sur son parcours.

127 Nous remercions Raymond Panchaud de nous avoir mis sur la piste de cette femme.

128 Archives cantonales vaudoises, SB 283 B 7/1.

129 Originaire de l’empire austro-hongrois, Anna Fischer-Dückelmann (1856-1917) étudia la médecine à Zurich en étant mariée et mère de trois enfants (sa thèse : Fischer-Dückelmann, 1896). Elle mena ensuite une carrière parallèle en Allemagne et en Suisse, exerçant à la fois en cabinet privé à Dresde et dans des sanatoriums, notamment celui de la communauté réformatrice de Monte Verità à Ascona. Outre son fameux manuel de santé (Fischer-Dückelmann, 1901), elle a laissé une œuvre importante où elle défendait une vision holistique du traitement de la santé, des femmes en particulier (Meyer, 2006).

130 Sur la plus grande ouverture de la Suisse vis-à-vis du thème de la contraception et de l’éducation sexuelle, voir Garibian, 2017.

131 Brupbacher, 1932 et 1936 ; Champendal, 1916 ; Desplas, 1938a et b ; Fischer-Dückelmann, 1905 ; de Thilo, 1890, 1898, 1901 et 1906.

132 Cette première édition de 1901 est en langue allemande. Les références suivantes renvoient à la première traduction en langue française de 1905.

133 Fischer-Dückelmann, 1905, VI-VII.

134 Hardes, 2018.

135 Il est, par exemple, difficile de savoir ce qui a été écrit par Augusta Klumpke dans les travaux de son mari le neurologue Jules Déjerine, qui la mentionnent, parfois, comme collaboratrice, parfois non (Rosselet, 2015).

136 Selon l’« effet Matilda », un article signé par un homme (Matthew) a plus de chance d’être publié puis d’avoir un impact dans une communauté scientifique, qu’un article identique signé par une femme (Matilda). Initialement théorisé par l’historienne des sciences Margaret W. Rossiter (Rossiter, 1993), cet effet a depuis été mesuré par diverses études sociologiques (par exemple : Lincoln, Pincus, Bandows Koster et Leboy, 2012).

137 Demirbas, à paraître.

138 Voir Meyer, 2006 ; Bochmann, 2018, 39-76.

139 Archives cantonales vaudoises, PP 855/46-72, 1860-2002. Non seulement il n’y a pas de Marie, mais, partant du principe qu’il pourrait s’agir d’un changement de prénom, les arbres généalogiques présentés ne permettent pas, non plus, d’identifier de femme dont l’âge correspondrait. Mais peut-être était-elle une renégate que sa famille aurait voulu effacer des archives ? Il se peut, aussi, qu’un homme de la famille Thilo ait accepté de contracter un mariage blanc afin de permettre à Marie de demeurer en Suisse. Nous continuons à l’heure actuelle notre enquête sur cette personne.

140 Anonyme, 1883.

141 Nous avons ici trouvé des indications contradictoires, ne permettant pas, pour le moment, de dire avec exactitude qui fut la toute première femme à exercer légalement (ou pas) en Romandie.

142 Bard, 1992 ; Gordon, 1990.

143 Anonyme, 1883.

144 de Thilo, 1898.

145 de Thilo, 1890, 1904, 1905a et b, 1906a et b.

146 de Thilo, 1901.

147 Archives cantonales vaudoises, PP 855/46.

148 The Millennium Development Goals, 189 pays signataires (« Déclaration de l’ONU pour le Millénaire », 18 septembre 2000, résolution 55/2, A/RES/55/2).

149 Voir, par exemple, les conclusions de la 55e session de la Commission sur le statut des femmes, 23 février 2011, en ligne : https://www.un.org/millenniumgoals/reports.shtml (consulté le 16 janvier 2020).

150 Voir par exemple : Collectif, 2015, 45, 47 ; Logean, 2018.

151 Bucher et Strauss, 1961 ; Strauss et al., 1963.

152 Pour des conclusions qui vont, en partie, dans le même sens, voir notamment le collectif Moore, Fee et Parry, 2009.

153 Jessie Hewitt a montré que le secteur privé avait aussi pu favoriser les carrières féminines en France, citant l’exemple de Marie Rivet, fille d’un célèbre aliéniste (Brierre de Boismont), qui exerça avec succès dans une clinique d’aliénés au xixe siècle (Hewitt, 2015).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Évolution de la démographie estudiantine médicale en Suisse entre 1881 et 2000
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 2 : Évolution de la démographie estudiantine à la Faculté de médecine de Zurich entre 1865 et 2010
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 : Cours d’anatomie, École de médecine de Lausanne, 1902
Légende Les étudiantes forment la moitié des effectifs (il faut soustraire les préparateurs, en tabliers, et les professeurs, en haut à droite).
Crédits © Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 5,6M
Titre Fig. 4 : Couverture de l’ouvrage d’Anna Fischer-Dückelmann, La femme, médecin du foyer, 1905
Crédits Bibliothèque de l’Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6M
Titre Fig. 5 : Exemples de contraceptifs féminins
Légende Image censurée dans les éditions françaises ultérieures.
Crédits Source : Anna Fischer-Dückelmann, La femme, médecin du foyer, 1905, p. 300, exemplaire de la Bibliothèque de l’Institut des humanités en médecine CHUV-Université de Lausanne.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4076/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel, « Terre promise ou terre interdite ? »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 59-96.

Référence électronique

Lucie Begert, Izel Demirbas et Aude Fauvel, « Terre promise ou terre interdite ? »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4076

Haut de page

Auteurs

Lucie Begert

Université de Lausanne, Faculté de biologie et de médecine

Izel Demirbas

CHUV-Université de Lausanne, Institut des humanités en médecine

Aude Fauvel

CHUV-Université de Lausanne, Institut des humanités en médecine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals