Navigation – Plan du site
Dossier

D’épouse dévouée à professeur de faculté, itinéraires de quelques femmes psychologues des années 1930 aux années 1960

From devoted wife to university professor: paths of women psychologists from the 1930s to the 1960s
Annick Ohayon
p. 135-150

Résumés

Parmi les trajectoires de femmes qui firent ou tentèrent de faire carrière dans la psychologie scientifique après la Première Guerre mondiale, deux périodes se distinguent. Dans la première (années 1920 et 1930), les « épouses dévouées », qui consacrèrent leur vie à soutenir la carrière de leur mari et collaborèrent de manière significative à leurs recherches, sans bénéfice social (Mmes Piéron et Wallon) cotoient les femmes investissant un champ nouveau, la psychologie du travail, leur permettant une réelle professionnalisation (Dagmar Weinberg et Suzanne Pacaud). Après la guerre, les portraits de trois femmes qui firent une carrière éminente sont ici dessinés : Hélène Gratiot-Alphandéry, Bärbel Inhelder et Juliette Favez Boutonier, première femme titulaire d’une chaire de psychologie à la Sorbonne. L’absence de reconnaissance dont cette dernière fit l’objet s’explique par le clivage entre une approche clinique plus féminisée, renvoyant au monde professionnel, et une approche expérimentale se voulant plus scientifique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jeanpierre, 2016, 186.

1Dans son article consacré à « L’aventure des sciences de l’homme1 » dans l’ouvrage collectif sur La vie intellectuelle en France, Laurent Jeanpierre développe l’idée que les femmes ont pu avoir une carrière intellectuelle dans ces nouveaux espaces du savoir en formation car on n’y n’exigeait pas les mêmes titres (agrégation, doctorat) que d’autres filières du droit ou des lettres. L’accès aux postes universitaires leur étant presque impossible, beaucoup d’entre elles purent occuper des emplois de chercheuses, même subalternes (assistantes de laboratoire, enquêtrices…) voire non rémunérés, et finalement ainsi faire carrière. Il note qu’un certain nombre était des épouses de chercheurs et de professeurs, et que la psychologie avant 1940, et plus encore la psychanalyse furent parmi les disciplines les plus accueillantes aux femmes. Si cette assertion paraît totalement évidente pour la psychanalyse où, dès la fin des années 1920 et dans les années 1930, des femmes purent exercer un magistère intellectuel et institutionnel indéniable sur leur discipline (je pense à Mélanie Klein, bien sûr, et à Anna Freud – bien qu’elle fût « fille de » et ô combien ! – et, pour la France, à Marie Bonaparte), la chose est peut-être moins évidente pour la psychologie. Le propos de cet article est de revenir sur ce point en étudiant des carrières de femmes psychologues dans l’espace francophone, avant et juste après la Seconde Guerre mondiale, et de tenter de comprendre comment elles ont été menées par ces femmes et dans quel contexte.

Existe-t-il des femmes psychologues dans les années 1920 et 1930 ?

2Dans l’entre-deux-guerres, les deux psychologues scientifiques les plus importants sont Henri Piéron et Henri Wallon (le troisième étant Pierre Janet, plutôt sur le versant de la psychologie pathologique). Ils appartiennent à la même génération, Piéron est né en 1881 et Wallon en 1878, au même milieu, des familles d’universitaires socialistes ; tous deux s’engagent au tournant du xxe siècle dans une voie dont ils ne dévieront pas pendant plus d’un demi-siècle, la psychologie physiologique et appliquée pour Piéron et la psychologie de l’enfant pour Wallon, tous deux deviendront professeurs au Collège de France. Ils vont épouser des femmes dont ils feront des collaboratrices dévouées tout au long de leur carrière, et enfin, aucun des deux couples n’aura d’enfant. Ce détail pourrait sembler anecdotique, mais il ne l’est pas quand on sait à quel point les enfants de psychologues, et aussi de psychanalystes, furent des sujets d’études et d’expériences précieux pour leurs parents, pas toujours au bénéfice des enfants d’ailleurs. Il signifie également que ces deux femmes, qu’elles aient ou non choisi de ne pas avoir d’enfants, purent se consacrer entièrement à la science et aux idéaux de leurs maris.

3Je vais maintenant revenir sur leurs parcours professionnels, qui se déroulèrent entièrement dans l’ombre de leurs époux, au point d’y perdre leurs prénoms, et de n’être connues que comme Madame Henri Piéron et Madame Henri Wallon.

  • 2 Piéron rédigea cette autobiographie en 1952 pour l’ouvrage de Carl Murchison et Edwin Garrigues Bo (...)

4Mathilde Victorine Félicie Angenout est née en 1878. Nous ne savons rien de son enfance, ni de son milieu familial. Il devait néanmoins être assez bourgeois et cultivé puisqu’elle devint étudiante. Voici comment, dans son autobiographie2, Piéron narre leur rencontre. Cela se passe au moment de l’affaire Dreyfus, et le jeune homme, dreyfusard, avec ses camarades étudiants en philosophie, fait le coup de poing contre les étudiants de droite, sous le regard admiratif de leurs condisciples féminines, qui gardent leurs lunettes et leurs cartables.

  • 3 Parot et Richelle, 1992, 29.

5« Dans notre clan républicain se trouvaient deux femmes, deux sœurs, dont je devais épouser l’une, cependant que l’autre devenait la femme d’un de mes camarades et fidèles compagnons, Eugène Frossard ». Il l’épouse en 1902, et elle lui apporte depuis lors « son plein et entier concours, renonçant à toute vie mondaine, à tous spectacles, à toutes distractions ». Et il conclut ainsi : « Vivant avec ma femme en communion d’idées et de goûts et en collaboration constante, sans charges de famille, je me suis entièrement consacré, sur un terrain scientifique, à la recherche »3.

6Nous ne savons pas si Mathilde Angenout devenue Piéron termine ses études de philosophie, mais elle doit certainement, en épouse dévouée, soutenir son mari dans sa carrière, car celle-ci est rapide, efficace et brillante. Après avoir succédé à Alfred Binet à la direction du laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne et de sa revue L’Année psychologique, il participe, en 1920 à la création de l’Institut de psychologie, où vont se former les premiers psychologues scientifiques, et obtient en 1923 une chaire de physiologie des sensations au Collège de France. En 1928, il fonde avec Henri Laugier et Julien Fontègne l’Institut national d’orientation professionnelle (Inop), dont il devient directeur. Cet institut, jusqu’à la guerre, sera le véritable creuset de la professionnalisation de la psychologie. En effet, la sélection à l’entrée est sévère, les étudiants, motivés, se présentent tous à l’examen final, et obtiennent, un diplôme reconnu par l’État. La plupart trouvent ensuite un emploi dans un office d’orientation ou dans des services de recherche en psychologie.

  • 4 « Le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire, une enquête nationale dans l’enseignement pri (...)
  • 5 Ohayon, 2006, 263-266.

7Piéron nomme son épouse responsable du service de la recherche, lieu pour lui très important, car de nombreux tests vont y être créés et étalonnés. Elle n’y fait pas de la figuration : entre 1928 et la guerre, elle ne publie pas moins de treize articles, soit dans le BINOP soit dans Le travail humain, tous sous le nom de Mme Henri Piéron. Ils portent sur les étalonnages, la construction de tests et de fiches psychologiques destinées à l’orientation professionnelle. Elle participe aussi, avec Piéron et Laugier à la création de la docimologie, science de l’étude des examens et concours. Enfin, au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle va contribuer avec Piéron, Georges Heuyer et Alfred Sauvy à la grande enquête sur le niveau intellectuel des écoliers français, visant à dépister les enfants déficients, publiée après la guerre par l’Institut national d’études démographiques (Ined), où, une fois encore, elle signe Mme H. Piéron4. Elle est en fait la cheville ouvrière de l’enquête car c’est au sein de son laboratoire que vont être réalisées les études statistiques des résultats et que va être organisée la logistique de l’enquête5. À partir de 1950, Maurice Reuchlin prend sa succession au service de recherche de l’Inop, et on ne retrouve plus de trace de ses publications.

  • 6 Ce livre a été réédité par Émile Jalley en 2015 chez L’Harmattan.

8Si Madame Piéron n’avait pas de prénom, du moins socialement, Madame Wallon n’en avait pas non plus. En 1917, en pleine guerre, Germaine Rousset épouse Henri Wallon. Peut-être ne sut-elle pas soutenir la carrière de son mari avec autant d’énergie que l’avait fait Mathilde Piéron, en tout cas celle-ci ne fut pas aussi rapide que celle de son ami. Wallon incarnait pourtant le type idéal du psychologue qu’avait dessiné Théodule Ribot. Philosophe et médecin, il ne soutient sa thèse de lettres qui porte sur L’enfant turbulent, qu’en 1925 à 49 ans ; il devient directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) en 1927, et enfin professeur au Collège de France en 1937, grâce au soutien actif de Piéron. En 1922, il fonde, dans une école communale de Boulogne-Billancourt, un laboratoire de psychobiologie de l’enfant ; c’est là qu’il récoltera l’essentiel des observations qui nourriront son œuvre. Madame Wallon y travaillera depuis le début, et jusqu’en 1952, soit trente ans, sans pour autant laisser beaucoup de traces de son passage. Néanmoins elle publiera, sous le nom de Germaine Wallon, en 1949 aux Presses universitaires de France (PUF), un livre intitulé Les notions morales chez l’enfant. Essai de psychologie différentielle (filles et garçons)6, d’orientation très wallonienne.

9Si la carrière de psychologue de Germaine Wallon n’est pas socialement visible, il n’en va pas de même de celle de plusieurs femmes qui fréquentèrent le « labo » Wallon. Certaines photos de fêtes ou célébrations au laboratoire montrent un Wallon entouré de femmes, plutôt jeunes, et sur ces photos, on ne voit point Germaine, alors que l’on dispose de plusieurs photos montrant M. et Mme Piéron dans leur laboratoire, ou assistant à des congrès. Ces femmes se nomment Hélène Gratiot-Alphandéry, Irène Lézine, Thérèse Gouin-Decarie, Cécile Beizman ; la première d’entre elles fera une brillante carrière de psychologue de l’enfance. On peut déjà noter que, si la psychologie de l’enfant n’est pas un domaine réservé aux femmes (les deux plus grands représentants de la discipline dans l’aire francophone à cette période sont des hommes : Wallon et Piaget), elles y prirent rapidement une place éminente.

10Il est une autre spécialité dans laquelle de jeunes femmes prennent une part active aux recherches, c’est la psychologie du travail, en particulier au sein des laboratoires de Jean-Maurice Lahy et d’Henri Laugier.

11Lahy représente une figure d’exception dans la petite famille des psychologues français : il n’est pas philosophe, ni médecin, même pas bachelier. Il a fait ses études au Collège de France et à l’EPHE. « Autodidacte plein d’allant », selon Piéron, il dut pendant plusieurs années gagner sa vie en tant que représentant de commerce et journaliste. Il va pourtant être le véritable fondateur de la psychologie du travail et de la psychotechnique. Critique du taylorisme (Lahy, 1921), il privilégie les facteurs humains et sociaux dans l’étude des situations professionnelles, en particulier de la fatigue et des accidents du travail. En 1924, il crée plusieurs laboratoires, dont celui de psychotechnique de la Société des transports en commun de la région parisienne. Deux jeunes femmes vont y travailler : Dagmar Weinberg et Suzanne Korngold. Toutes deux sont juives, originaires de Pologne, et il faut souligner ici un point important : la place essentielle accordée à l’éducation et au diplôme dans les familles cultivées juives polonaises, comme viatique contre les aléas de l’existence sociale, pour les filles comme pour les garçons. Et aussi la fascination pour la France, terre d’accueil rêvée. Ce qui explique pourquoi plusieurs de ces jeunes filles furent des pionnières dans le domaine des sciences de l’homme (en psychologie, mais aussi en psychanalyse, telles Eugénie Sokolnicka et Sophie Morgenstern, et en neuropsychiatrie infantile, Jadwiga Abramson).

  • 7 Henri Wallon (coord.), La vie mentale, Encyclopédie française, tome VIII, Paris, Société de gestio (...)

12Dagmar Weinberg (1897-1946), après avoir commencé des études à Berlin et à Moscou vient en France vers 1920. Elle obtient une licence de philosophie et le diplôme de psychologie appliquée de l’Institut de psychologie, qui vient d’être créé. Elle devient la collaboratrice d’Édouard Toulouse et de Lahy au laboratoire de psychologie du service de prophylaxie mentale de l’hôpital Henri Rousselle à Sainte-Anne. Elle participe aux recherches de Lahy et de Georges Heuyer sur le dépistage des aptitudes des écoliers ; puis elle va chez le physiologiste Henri Laugier, avec qui elle conduit des travaux de docimologie et de biotypologie dans les années 1930 qui font autorité (Laugier et Weinberg, 1928 et 1931). Dans le tome VIII de L’Encyclopédie française consacré à « La vie mentale », et coordonné par Henri Wallon7, il y a 29 contributeurs, parmi lesquelles seulement 3 femmes : Hélène Gratiot-Alphandéry, Charlotte Wolf (allemande, spécialiste de psychologie animale) et Dagmar Weinberg. Cette dernière est alors chef du laboratoire des chemins de fer de l’État, chargée de cours à l’Inop, et l’on peut imaginer que sa carrière ne se serait pas arrêtée là si elle n’avait pas été touchée par les lois raciales. Entrée dans la clandestinité, elle continua à vivre cachée à Paris pendant la guerre et à travailler à l’Inop sous la protection des Piéron. Elle est morte en novembre 1946, des suites, selon Henri Piéron, des conditions difficiles dans lesquelles elle avait vécu ses dernières années. Lahy lui-même, communiste, franc maçon et résistant, est mort en 1943 dans la Creuse, où il était réfugié.

13Suzanne Korngold (1902-1988), qui deviendra Suzanne Pacaud et fera l’essentiel de sa carrière sous ce nom, va remplacer, dans les années 1929 Dagmar Weinberg chez Lahy lorsque celle-ci, sur les conseils d’Henri Piéron, part au laboratoire d’Henri Laugier.

  • 8 Je retranscris tous ces titres au masculin, comme c’est le cas alors.

14Elle est née à Cracovie, où elle a fait des études de philosophie, puis vient en France. Elle obtient une licence de sciences, ainsi que le diplôme de psychologie appliquée de l’Institut. Au laboratoire de Lahy, elle sera successivement préparateur en 1931, chef de travaux en 1933, puis directeur adjoint8 en 1951. Jusqu’en 1933, où elle devient enseignante à l’Inop, elle est sans traitement, comme tout le personnel de l’EPHE, et rémunérée, selon Marcel Turbiaux, biographe de Lahy (Turbiaux, 2006), par ce dernier sur une caisse noire. Pionnière de la psychologie du travail, elle partage les convictions politiques, matérialistes et socialistes de Lahy. Comme lui, elle pense que la psychologie du travail ne doit pas s’appuyer seulement sur des mesures statistiques, mais sur une analyse psychologique fine des postes de travail, et une observation du comportement des sujets en situation. Elle se fera ainsi embaucher anonymement comme téléphoniste, pour étudier la fatigue professionnelle spécifique de ce métier. Elle opère alors un véritable saut qualitatif par rapport aux descriptions analytiques des tâches. Pour elle, le travail est une activité complexe, dont le résultat n’est jamais donné d’avance, et celui des téléphonistes, par exemple, consiste à vaincre une série de difficultés (Pacaud, 1949).

  • 9 Henri Piéron (dir.), Traité de psychologie appliquée, tomes 1 à 5, Paris, PUF, 1949-1956 ; Maurice (...)

15En 1936, elle publie, avec Lahy, dans Le travail humain, un article important sur « Les causes psychologiques des accidents du travail » (Lahy et Pacaud, 1936) dans lequel ils défendent l’idée que la plupart des accidents ne sont pas dus à des déficiences de l’ouvrier, mais à l’imposition de cadences qui ne sont pas naturelles. Elle cherche par ailleurs à démontrer que la femme est capable d’exercer des métiers d’homme, tout comme Lahy l’avait déjà fait concernant les métiers de l’imprimerie (typographes, linotypistes). Marcel Turbiaux révèle que ce dernier ne citait pas très souvent ses collaborateurs, lançant des idées, leur laissant ensuite faire le travail, puis signant le papier. Cela n’empêchera cependant pas Suzanne Pacaud de faire une belle carrière, devenant directrice de recherches au CNRS en 1960, et formant de nombreux disciples, qui la décrivent comme « une scientifique rigoureuse, et une femme chaleureuse ». Concernant sa vie personnelle, elle avait obtenu, en 1937 la nationalité française. En raison de l’antisémitisme grandissant, un mariage fut arrangé (sans doute par Lahy) avec André Pacaud, un biologiste qui fréquentait, comme elle, l’Académie matérialiste, fondée par Lahy, et le Cercle de la Russie neuve. En 1940, elle signe son dernier article sous le nom de Korngold, puis toutes ses publications ultérieures le seront sous le nom de Suzanne Pacaud. Elle participera aux deux traités de psychologie appliquée, celui dirigé par Piéron dans les années 1950, puis celui coordonné par Maurice Reuchlin dans les années 19709. Ses derniers travaux porteront sur le vieillissement des aptitudes.

16On peut donc constater qu’entre les deux guerres, les femmes psychologues « qui ne sont pas les épouses d’un grand psychologue », ne font que quelques timides percées dans les domaines de la psychologie de l’enfant, auprès d’Henri Wallon, et de la psychologie du travail, auprès de Lahy et de Laugier. La situation va être bien différente dans l’immédiat après-guerre, du fait des changements importants qui s’opèrent dans la discipline psychologie, mais aussi dans la condition féminine.

De la Libération aux années 1960

17Le xxe siècle est celui des avancées féminines, particulièrement en matière d’éducation. Si, dans les années 1860 les filles étaient devenues aussi nombreuses que les garçons dans les écoles primaires, un siècle plus tard, elles les ont rattrapés puis devancés au lycée puis à l’université. Malgré ces progrès significatifs, les conditions d’accès aux carrières professionnelles dans le champ académique demeurent très restreintes. Qu’en est-il en psychologie ?

  • 10 Anzieu et Voutsinas, 1961, 61.

18La Seconde Guerre mondiale et la décennie suivante sont marquées par un bouleversement considérable de son paysage institutionnel. Une ère ancienne s’achève, celle des grands pionniers de la psychologie scientifique, qui ont lutté pour obtenir son autonomie par rapport à la philosophie. Une autre s’ouvre, qui voit de nouveaux acteurs, de nouvelles institutions et de nouveaux objets d’étude apparaître (par exemple, l’adolescence, les groupes). Le facteur le plus visible et le plus décisif de ce changement structurel est la création, en 1947, de la licence nationale de psychologie. Elle rend possible l’émergence et le développement du groupe social des psychologues, tel que nous le connaissons aujourd’hui, praticiens, enseignants et chercheurs. Le succès de la licence est immédiat, bien que les débouchés soient incertains. La première année, il n’y a que 40 inscrits à la Sorbonne, mais en 1956, ils sont déjà 1 000. Qui sont ils ? Ce sont rarement des étudiants « purs », c’est-à-dire de jeunes bacheliers, mais bien plutôt « des hommes et des femmes déjà inscrits dans la vie de la cité, enseignants, travailleurs sociaux, éducateurs et rééducateurs, prêtres, pasteurs, ingénieurs en organisation10 ». D’abord majoritairement masculin, ce public va se féminiser au début des années 1960, tandis qu’augmente le pourcentage de jeunes bacheliers. L’autre facteur décisif est la montée en puissance de la psychanalyse dans les champs de la psychiatrie et de la psychologie. Arrive sur le devant de la scène une génération d’hommes et de femmes, pour la plupart médecins devenus psychanalystes. Ils se nomment Daniel Lagache, Jacques Lacan, Sacha Nacht, Françoise Dolto, Juliette Favez-Boutonier… Leurs intérêts sont cliniques, mais aussi théoriques. Deux d’entre eux vont jouer un rôle central dans la professionnalisation de la psychologie : Daniel Lagache et Juliette Favez-Boutonier. Lagache a été l’artisan principal de la création de la licence, et il se bat, contre les psychiatres, pour faire exister un nouveau personnage, le psychologue clinicien, en s’appuyant sur la psychanalyse et la phénoménologie, sur la psychologie génétique et sur la psychologie sociale. Juliette Favez-Boutonier va être, dans ce combat, sa principale alliée, et devenir, en 1955 la première femme à obtenir une chaire en psychologie en France : celle de psychologie générale à la Sorbonne, après avoir été une des plus jeunes agrégées de philosophie.

19Avant de revenir sur sa trajectoire singulière, et pour la contextualiser, je vais m’appuyer sur deux ouvrages de synthèse qui ont pour visée de présenter les principaux acteurs du champ académique de la psychologie. Le premier, L’anthologie des psychologues français contemporains est l’œuvre de Daniel Hameline et Honoré Lesage. Il paraît aux PUF en 1969. Le second, de Françoise Parot et Marc Richelle, Psychologues de langue française. Autobiographies paraît également aux PUF, en 1992. Le propos des deux ouvrages est identique, même si leur démarche diffère légèrement : offrir un panorama de l’état d’une discipline à partir de textes choisis et de la biographie de ses plus éminents représentants.

  • 11 Par exemple L’anthologie des philosophes français contemporains d’Armand Cuvilier, paru aux PUF en (...)
  • 12 Hameline et Lesage, 1969, 322-323.
  • 13 Extrait de Lacan, 1966, 23-29.
  • 14 Lagache, 1949.

20Le premier de ces livres a été écrit entre 1964 et 1969. L’entreprise avait été confiée à Lesage par Henri Piéron juste avant sa mort, en 1964. Lesage y avait d’emblée associé Daniel Hameline, et il ne put la mener à son terme, car lui-même décède en 1967. Tous les deux sont agrégés de philosophie, Lesage a enseigné plus de vingt ans à la faculté libre catholique d’Angers, tout comme Hameline, un chrétien de gauche, qui, dans les années 1960, est plutôt tourné vers la psychopédagogie et la psychosociologie d’orientation rogerienne. De ce fait, le choix de Piéron peut sembler surprenant, car ils ne représentent pas la psychologie qu’il a voulu promouvoir durant toute sa vie. L’ouvrage est construit sur le modèle d’autres anthologies parues dans la même collection11, soit un recueil de textes choisis visant à présenter la psychologie scientifique de langue française (certains auteurs sont belges ou suisses). Contemporains ne signifie pas vivants au moment de la fabrication du livre. Il s’agit de savants qui sont nés entre 1839 (Théodule Ribot, le doyen) et 1930 (Claude Flament, le plus jeune), et qui ont ainsi marqué la psychologie de la fin du xixe siècle jusqu’à 1960. La couverture est composée d’une série de photos qui sont censées représenter le panthéon de l’album de famille ; ils sont dix, et ce ne sont que des hommes : Paul Fraisse, Georges Heuyer, Daniel Lagache, Jacques Lacan, Jean Piaget, Henri Piéron, Georges Politzer, Maurice Reuchlin, Henri Wallon et René Zazzo. Parmi ces personnages, il en est au moins trois qu’on ne classe pas spontanément dans la famille des psychologues : Heuyer, qui est psychiatre, Lacan et le philosophe Politzer. Chaque personne est représentée par un titre, qui exprime un élément important de son œuvre, puis par une courte notice biobibliographique, rédigée par les auteurs de l’anthologie à partir des renseignements fournis par elle. Tous se sont exécutés simplement, sauf Lacan, qui a rédigé lui-même sa notice12. Puis le texte est brièvement situé, et enfin on trouve son extrait, qui fait en général une page ou deux, sauf celui de Lacan encore, qui en fait six (extrait de « La lettre volée13 »). Il y a 61 textes et 56 auteurs, car certains ont eu deux textes choisis. Dans l’échantillon, on trouve 54 hommes et 2 femmes. Les textes ont été classés en deux catégories, d’importance presque égale, selon le rapport du psychologue à son objet : approche détachée ou approche impliquée, ce qui renvoie à peu près à la dichotomie établie par Lagache dans L’unité de la psychologie14 entre les tendances naturaliste et humaniste en psychologie – aujourd’hui nous dirions entre psychologie expérimentale et clinique.

21Qui sont ces deux femmes savantes, représentant à elles seules l’élément féminin de la psychologie ? Pour l’approche détachée, il s’agit de Suzanne Pacaud et pour l’approche impliquée, de Juliette Favez-Boutonier.

22Juliette Favez-Boutonier (1903-1994) présente un profil très proche de celui de Lagache, qu’ils sont d’ailleurs les deux premiers à incarner au sein de la psychologie : formation en philosophie, en médecine, puis en psychanalyse. Si sa carrière est remarquable, elle n’est ni « fille de », ni « femme de ». Juliette Boutonier est fille d’instituteurs, et lorsqu’elle épouse le psychanalyste Georges Favez, en 1952, elle a déjà soutenu sa thèse de lettres et est professeur de psychologie à Strasbourg. Revenons sur son parcours, rapide et sans faute : en 1926, à 23 ans, elle obtient l’agrégation de philosophie. Elle enseigne dans un lycée de jeunes filles à Dijon, où elle devient l’élève, puis l’amie de Gaston Bachelard. Elle commence des études de médecine et soutient en 1938 sa thèse de médecine sur l’ambivalence. En 1935, elle arrive à Paris et entreprend une analyse avec René Laforgue ; dans ces années 1930, il est l’analyste de tous ceux qui vont développer la psychanalyse de l’enfant en France : Françoise Dolto, André Berge, Georges Mauco, et elle-même. Ils entrent, selon l’expression d’André Berge, dans la psychanalyse « par la porte des enfants », soit par la petite porte, mais c’est une de celles qui sont les plus ouvertes aux femmes et aux non-médecins.

  • 15 Favez-Boutonier, 1947a et b.
  • 16 Arbousse Bastide, 1975, 407.
  • 17 Sartre, 1943.
  • 18 Arbousse Bastide, 1975, 408.

23Pendant la guerre, elle écrit, sous la direction de Bachelard, ses deux thèses de lettres, la principale sur « L’angoisse », et l’autre sur « Les défaillances de la volonté », soutenues en 1947 et publiées aux PUF15. Elles paraissent en plein contexte existentialiste. Dans un numéro spécial du Bulletin de psychologie, consacré à la psychologie clinique, elle revient sur la genèse et le déroulement de cette aventure et explique : « Cette thèse s’est faite toute seule, très facilement, j’écrivais la nuit, j’étais très tranquille pour le faire, et le matin, j’apportais un chapitre à Bachelard, il lisait et il disait : Continuez16 ! ». Une thèse sur l’angoisse faite sans la moindre angoisse, voilà qui n’est pas banal. C’est, en tout cas, la première thèse de lettres qui va aussi loin dans la confrontation entre psychanalyse et philosophie. Si, dans L’être et le néant17, Sartre a opposé ce qu’il croyait être la conception psychanalytique de l’angoisse à sa propre façon de la comprendre comme expérience de la liberté, l’auteure va plus loin : elle expose les différentes façons d’aborder l’angoisse (physiologique, psychopathologique, psychanalytique, phénoménologique), et tente de les penser comme un tout. L’opus est récompensé par le prix Paul Pelliot junior. Dès lors, sa carrière démarre en flèche. Elle fonde, avec Georges Mauco, le premier Centre psychopédagogique au lycée Claude Bernard, dont elle sera directrice, devient professeur à la faculté des lettres de Strasbourg, où elle succède à Daniel Lagache, puis lui succède à nouveau, dans un jeu de chaises musicales, à la Sorbonne, sur la chaire de psychologie générale. Néanmoins, elle demeure modeste, et met en garde les étudiants en psychologie qui la lisent en 1975 : « Ma carrière n’a rien d’exemplaire. Ce qui m’a toujours inquiétée, c’est que les gens pensent qu’ils pourraient faire la même chose que moi, je crois que ce n’est pas possible. Non que je sois un être exceptionnel, mais parce que les circonstances ne se répètent pas, que les temps changent18. » Et en effet, elle est un exemple de sérendipité, car elle a toujours été au début de quelque chose dans l’après-guerre – le CNRS, la licence de psychologie, les Centres médico-psycho-pédagogiques, la psychologie sociale – et a su saisir les opportunités qui s’offraient. Elle se présente comme un être libre, n’appartenant à aucune école, même si sa référence principale est la psychanalyse.

  • 19 Favez-Boutonier, 1956.
  • 20 Favez-Boutonier, 1966, 11.

24Si Lagache a théorisé la psychologie clinique, c’est elle qui va la faire entrer à l’université. Dès 1959, pour résister à l’influence de Paul Fraisse qui entend orienter la psychologie générale dans un sens très expérimental, elle fonde le premier laboratoire de psychologie clinique qu’elle dirigera jusqu’en 1974, au sein du nouveau centre de Censier où elle a créé, en 1967, avec Jacques Gagey et Pierre Fédida, l’unité d'enseignement et de recherche de sciences humaines cliniques. À l’opposé de ce qu’avait fait Lagache diplomatiquement dans L’unité de la psychologie, Juliette Favez-Boutonier ne prend pas de gants pour affirmer, dans son premier cours à la Sorbonne, que « méthode clinique et méthode expérimentale sont indépendantes voire inconciliables19 ». Elle ne cherche pas à donner à la nouvelle discipline des gages de scientificité, et admet bien volontiers que la psychologie clinique est sans doute la partie la moins scientifique de la psychologie, mais non la moins valable, car « elle affronte, sans les éluder les problèmes essentiels posés par la psychologie en tant que connaissance de l’homme par l’homme20 ».

25Pour parfaire le portrait, notons qu’elle a pris une part active aux deux premières scissions du mouvement psychanalytique, fondant, avec Daniel Lagache et Françoise Dolto (bientôt rejoints par Lacan) la Société française de psychanalyse, en 1953, pour lutter contre l’hégémonie médicale incarnée par Sacha Nacht, puis, dix ans plus tard, avec Lagache toujours, l’Association psychanalytique de France, qui marque la rupture avec Lacan et le retour au sein des instances internationales de la psychanalyse. Elle a participé enfin à des entreprises variées d’applications de la psychologie en criminologie, en psychopédagogie et en psychosociologie.

26Devant un tel tableau, une question s’impose : pourquoi est-elle si peu reconnue, voire presque oubliée, tant sur le versant de la psychologie que de la psychanalyse ? Sur ce dernier, on pourrait, un peu trivialement, considérer qu’elle a choisi le mauvais cheval, Daniel Lagache et la psychologie, et non le bon, Lacan et la psychanalyse. C’est sans doute un élément qui explique son absence de notoriété, mais non le seul. À partir du milieu des années 1960, les chemins des deux anciens collègues et amis, jusqu’alors parallèles, vont diverger : Favez-Boutonier va délibérément surfer sur la vague de massification des études, accueillant des étudiants en psychologie pour qui les exigences d’un haut niveau scientifique n’existent plus guère, et Lagache va stigmatiser la formation de masse qu’elle met en place à Censier, selon lui, tout juste bonne pour des travailleurs sociaux.

27Pour tenter d’y voir plus clair, observons, quelques années plus tard, la façon dont est organisé le second ouvrage de synthèse consacré aux grands psychologues, celui de Françoise Parot et Marc Richelle. Ces deux professeurs sont spécialistes de psychologie expérimentale, Parot à l’université Paris V et Richelle à l’université de Liège.

  • 21 Bourdieu, 1986.

28Dans l’avant-propos de l’ouvrage, les deux auteurs inscrivent leur démarche dans une tradition qui fut largement partagée dans la communauté académique, et qui postule que le récit d’une carrière fait par celui qui l’a vécue est de nature à éclairer l’histoire de sa discipline. Cette tradition fut par exemple très vivace en ce qui concerne l’histoire de la médecine. En psychologie, elle fut inaugurée aux États-Unis en 1930 par Carl Murchinson, puis continuée par Boring et Lindsey, mais lorsque Parot et Richelle la reprennent, au début des années 1990, elle a déjà été largement discutée, par Pierre Bourdieu, par exemple, dans « L’illusion biographique21 ».

29Pour sélectionner les psychologues pressentis, leurs critères ont été les suivants :

  • un critère d’âge : être admis à la retraite académique au moment de la publication (1992). Cela délimite un échantillon de sujets nés entre 1910 et 1925, à part l’autobiographie de Piéron, déjà parue dans le tome IV du Murchinson (Boring, 1952), exception justifiée par les auteurs du fait de sa place éminente dans la psychologie française. Il serait, en quelque sorte, le père de tous.

  • des critères qualitatifs dont les auteurs assument l’entière responsabilité : contribution scientifique incontestable, réputation internationale, rôle important dans le développement de la psychologie en France, ou dans son pays.

30Cela donne 16 autobiographies : 11 Français, 3 Suisses, 1 Belge et 1 Canadien ; 14 hommes et 2 femmes. Si l’on se réfère au livre de Hameline et Lesage, on pourrait considérer que le ratio est meilleur, mais ce n’est évidemment pas le cas, car des années ont passé et la place des femmes dans la discipline psychologie a beaucoup évolué.

31Ces deux femmes sont Hélène Gratiot-Alphandéry et Bärbel Inhelder. Ici, Juliette Favez-Boutonier n’est pas mentionnée, alors qu’elle correspond tout à fait aux critères des sujets choisis. Est-ce un choix délibéré de la part des auteurs ? Quoi qu’il en soit, ceux-ci, à l’inverse de ce qu’avaient fait Hameline et Lesage n’ont pas tenté de maintenir la balance égale entre l’approche expérimentale et l’approche clinique. Parmi les seize auteurs, un seul représente l’approche clinique d’orientation psychanalytique : Didier Anzieu. Or celle-ci est plutôt le fait de femmes : outre Juliette Favez-Boutonier, et après elle, on peut citer, entre autres, Claude Revault d’Allones, qui lui a succédé à Censier, Odile Bourguignon, Colette Chiland, Michèle Huguet, Jacqueline Barus-Michel. Ce choix reflète en partie l’image de ce qu’est la psychologie dans les années 1990, du moins dans le champ académique (pas du tout dans le champ professionnel, où l’orientation clinique domine), mais surtout le parti pris des auteurs qui ont, à l’évidence, privilégié la psychologie expérimentale devenue cognitive. Par contre, Hélène Gratiot-Alphandéry trouve ici une place qu’elle aurait déjà dû, du fait de ses titres et qualités comme on dit, occuper dans le Hameline et Lesage.

32Hélène Gratiot-Alphandéry (1909-2011) appartient au même milieu que Wallon et Piéron. Son père, Paul Alphandéry, était professeur d’histoire du Moyen Âge à l’EPHE, et les amis de ses parents se nommaient Charles Péguy, Robert Herz, Henri Delacroix. Sa famille est juive, des juifs du midi de la France, intégrés depuis plusieurs siècles, et totalement laïques. Après le baccalauréat, elle fait une licence de philosophie à la Sorbonne, et découvre avec émerveillement les cours d’Henri Wallon et les travaux pratiques au laboratoire de Boulogne. Il faut croire qu’il l’a remarquée lui aussi, puisqu’il lui propose, sa licence à peine terminée, et alors qu’elle n’a même pas vingt ans, de venir travailler avec lui au laboratoire de Boulogne. Dilemme, car un tel choix l’empêche de préparer l’agrégation, et implique de se consacrer à l’orientation professionnelle, dont elle ignore à peu près tout. Elle fait néanmoins ce choix, et ne le regrettera jamais. En 1935, elle adhère au Parti communiste français et participe, avec son amie Yvonne Sadoul, au Cercle de la Russie neuve.

33Atteinte par les lois raciales, elle doit quitter son poste au laboratoire et à l’Inop. Lorsqu’elle rentre à Paris, en 1946, elle n’a plus ni maison (elle a divorcé et élève seule ses deux enfants) ni emploi. René Zazzo a pris sa place, et ne tardera pas à devenir le successeur de Wallon, ce qu’elle aurait pu être.

  • 22 Hélène Gratiot-Alphandéry et René Zazzo (dir.), Traité de psychologie de l’enfant, tomes 1 à 5, Pa (...)

34On constate qu’elle est alors dans une situation exactement inverse de celle de Juliette Boutonier, pour qui l’après-guerre fut riche de perspectives. Wallon ne la laisse cependant pas tomber et l’aide à entrer au CNRS. En 1947, ils fondent ensemble la revue Enfance. De 1948 à 1968, elle restera attachée au « labo Wallon », comme tout le monde le nomme alors, avec des titres divers, et deviendra, après 1968, directrice de l’Institut de psychologie, succédant à ce poste prestigieux à Henri Piéron, puis à Paul Fraisse. Son œuvre principale, après la mort de Wallon, a été de faire vivre la revue Enfance, dans laquelle elle écrira beaucoup d’articles, et de travailler avec René Zazzo à la mise en place de la psychologie scolaire. Elle coordonnera, avec ce dernier, l’imposant Traité de psychologie de l’enfant, cinq tomes parus aux PUF entre 1970 et 197622. Mais elle n’écrira aucun livre seule.

35L’autobiographie de Bärbel Inhelder pourrait porter comme sous titre « Dans l’ombre de Piaget » car, à la lire, on en apprend plus sur Piaget que sur elle-même. Il lui fut probablement extrêmement difficile de passer du statut de collaboratrice zélée à celui d’auteure d’une œuvre reconnue.

  • 23 Inhelder, 1992, 108.
  • 24 Inhelder, 1992.

36Bärbel Inhelder est née en 1913 en Suisse alémanique, dans une famille protestante bourgeoise et cultivée. Son père était professeur de sciences naturelles, sa mère écrivait des contes et des nouvelles. Jeune fille, elle dévore Freud et les ouvrages de psychologie. En 1932, elle arrive à Genève pour suivre le cursus de l’Institut Jean-Jacques Rousseau, qui était alors, en Europe, La Mecque des sciences de l’éducation et de la psychopédagogie. C’est là qu’elle rencontre Jean Piaget, qui en est sous-directeur, et est déjà un savant renommé. C’est un choc intellectuel et affectif. Très vite, il lui confie de petites expériences à faire auprès d’enfants sur la conservation des quantités (qu’advient-il à un morceau de sucre qu’on plonge dans un verre d’eau ?), qui donnent lieu à une première communication conjointe en 1936. Ainsi commence, nous dit-elle « une longue et fascinante collaboration ». Ce terme de fascinant revient d’ailleurs à plusieurs reprises sous sa plume, concernant les recherches qu’elle fit avec lui. Pour l’heure, son statut est assistante bénévole et elle ne travaille que sur les projets de Piaget, ce qui l’empêche de faire sa thèse. Sur les conseils de son père, elle retourne à Saint-Gall, devient psychopédagogue, et soutient sa thèse en 1943, sur le développement intellectuel des enfants handicapés. Mais Piaget ne la lâche pas : « Piaget essaya de me convaincre qu’il avait besoin de ma présence pour parer sa tendance à devenir un penseur totalement abstrait23 ». Elle accepte, revient à Genève, et continue avec lui les recherches sur la construction de la représentation du monde chez l’enfant. En 1948, elle devient professeur de psychologie de l’enfant à l’université de Genève, et ce n’est qu’en 1971, lorsqu’il prend sa retraite, qu’elle succède à Piaget sur sa chaire de psychologie génétique et expérimentale. On comprend néanmoins à la lire qu’à la fin des années 1950, et dans la décennie 1960, elle cherche à s’affranchir de la tutelle du grand homme. En 1959, elle part aux États-Unis, invitée comme Senior Research Fellow au Centre d’études cognitives de Harvard, où commence précisément la révolution cognitive. Travaillant avec Jerome Bruner, le pape de ce mouvement, et avec d’autres collègues, elle se sent enfin à sa place, et non plus dans un rapport maître/disciple. Et il faut bien dire qu’elle trouve Jerome Brunner, qu’elle appelle familièrement Jerry, très « fascinant », lui aussi. Piaget a senti le vent puisqu’il va la chercher à l’aéroport – c’est elle-même qui souligne ce détail, qui doit être important de son point de vue – et il lui avoue que, jusqu’au dernier moment, il a eu peur qu’elle ne revienne pas des États-Unis. Enfin, en 1968, lorsqu’on lui propose un poste de professeur à Harvard, elle hésite à nouveau, et finalement refuse, par fidélité à Genève et à Piaget. Elle aura donc eu plusieurs occasions de se libérer de l’emprise de ce dernier, mais elle ne les saisit jamais. Elle conclut son autobiographie par ces mots : « Travailler ensemble à une entreprise commune n’est pas une tâche facile, spécialement quand on collabore avec un penseur aussi puissant que Piaget24 ».

37En 1974, Bärbel Inhelder crée la Fondation des Archives Jean Piaget, dont, en vestale discrète, elle restera directrice jusqu’à sa mort en 1997.

38Si l’on revient sur les trajectoires professionnelles de ces femmes psychologues que je viens de décrire, on peut constater que les deux premières, Mathilde Piéron et Germaine Wallon appartiennent à un modèle assez courant du début du xxe siècle jusqu’à la guerre : celui de « couples dans la science » dont l’épouse est la collaboratrice dévouée de son mari. On en trouve des exemples dans des domaines proches, comme la neurologie et la psychiatrie, tels Jules et Augusta Déjerine, ou Eugène Minkowski et Françoise Minkowska.

39Ce n’est le cas ni de Dagmar Weinberg, ni de Suzanne Pacaud. Dagmar Weinberg ne se maria pas et sa carrière fut brutalement interrompue par la guerre tandis que Suzanne Korngold n’épousa Monsieur Pacaud que pour échapper aux lois raciales et porter un nom français. Toutes deux bénéficièrent de l’appui de Lahy, dont elles partageaient les convictions progressistes et l’enthousiasme pour une branche nouvelle de la psychologie que Lahy était précisément en train de construire, la psychologie du travail.

  • 25 Gratiot-Alphandéry, 1992.

40Hélène Gratiot-Alphandéry et Bärbel Inhelder ont pu construire leur carrière en bénéficiant de l’aide et du soutien des deux plus grands psychologues contemporains de l’enfance : respectivement Henri Wallon et Jean Piaget. Aucune des deux ne fut simplement une collaboratrice dévouée, comme l’avaient été en leur temps Mesdames Piéron et Wallon, mais nous avons pu constater à quel point il avait été difficile pour Bärbel Inhelder de sortir de l’ombre du grand homme. Toutes les deux investirent précocement un domaine, qui, s’il ne fut pas réservé, fut néanmoins très féminisé : celui de l’enfance et de l’éducation. On peut à cet égard noter que dans son autobiographie, Hélène Gratiot-Alphandéry évoque à plusieurs reprises ses deux enfants, d’abord en rappelant son statut de femme divorcée et la nécessité où elle se trouvait de travailler pour les nourrir, mais aussi le plaisir qu’elle a eu à les voir grandir et à les éduquer, se décrivant même en conclusion comme une « grand-mère comblée »25.

41Le cas le plus singulier est probablement celui de Juliette Favez-Boutonier. Chez elle, pas d’hérédité sociale, pas de mentor, Lagache ne fut jamais son maître, mais un collègue, et son mari était moins connu qu’elle comme psychanalyste ; on pourrait pratiquement dire qu’elle a conduit sa carrière seule, si l’on excepte peut-être l’influence de son ami Gaston Bachelard, dont on sait le pouvoir qu’il avait dans les commissions de nomination en philosophie et en psychologie. Elle joua un rôle décisif dans la vie institutionnelle de la psychologie comme de la psychanalyse et forma de nombreux jeunes psychologues, en majorité des jeunes femmes, mais aussi des hommes, en psychologie clinique. J’ai cherché à comprendre ici pourquoi elle avait, de tout cela, recueilli si peu de reconnaissance. Peut-être parce que la psychologie clinique, finalement plus liée à une pratique, la psychothérapie, qu’à une théorisation forte (malgré ses liens de « dangereuse familiarité » avec la psychanalyse) suscita dès la fin des années 1960 un véritable engouement chez les étudiants en psychologie. Cette massification ne fut pas du goût des tenants de la psychologie qui se voulait scientifique, majoritairement des hommes, qui estimaient qu’elle faisait baisser le niveau de la discipline. Elle ne fut pas non plus du goût des médecins, qui craignaient la concurrence de ces nouveaux professionnels, ni des psychanalystes, qui estimaient eux aussi, que l’afflux des psychologues dans leurs instituts faisait baisser le niveau qualitatif de la profession. Et Juliette Favez-Boutonier incarna, sans l’avoir voulu, toutes ces contradictions. Néanmoins, elle fut, de toutes les femmes psychologues dont j’ai retracé la carrière, celle qui ouvrit le plus la voie de la psychologie à d’autres femmes, que ce soit dans le monde académique ou dans la vie professionnelle.

Haut de page

Bibliographie

Anzieu, D. et Voutsinas, D., 1961, « Esquisse de la psychologie française actuelle », Bulletin de psychologie, XV/2-3, p. 54-128.

Arbousse-Bastide, P., 1975, « Entretien avec Madame Favez », Bulletin de psychologie, XXIX/8-13, Psychologie clinique, p. 403-413.

Boring, E., 1952, A history of Psychology in Autobiography, vol. IV, Clark University Press.

Bourdieu, P., 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, p. 69-72.

Favez-Boutonier, J., 1947a, L’angoisse, Paris, PUF.

Favez-Boutonier, J., 1947b, Les défaillances de la volonté, Paris, PUF.

Favez-Boutonier, J., 1956, La psychologie clinique. Objet, méthode, problèmes, Les cours de la Sorbonne, Centre de documentation universitaire.

Favez-Boutonier, J., 1966, « La psychologie clinique », Revue de l’enseignement supérieur, La psychologie, p. 11-16.

Gratiot-Alphandéry, H., 1992, « Autobiographie », dans Parot, F. et Richelle, M., Psychologues de langue française. Autobiographies, Paris, PUF, p. 31-50.

Hameline, D. et Lesage, H., 1969, Anthologie des psychologues français contemporains, Paris, PUF.

Inhelder, B., 1992, « Autobiographie », dans Parot, F. et Richelle, M., Psychologues de langue française. Autobiographies, Paris, PUF, p. 97-134.

Jeanpierre, L., 2016, « L’aventure des sciences de l’homme », dans Charles, C. et Jeanpierre, L. (éd.), La vie intellectuelle, Paris, Seuil, vol. 2, p. 139-166.

Lacan, J., 1966, Écrits, Paris, Seuil.

Lagache, D., 1949, L’unité de la psychologie, Paris, PUF.

Lahy, J.-M., 1921, Le système Taylor et la physiologie du travail professionnel, Paris, Gauthier-Villars.

Lahy, J.-M. et Pacaud, S. 1936, « Recherches expérimentales sur les causes des accidents du travail », Le travail humain, 1, p. 1-64.

Laugier, H. et Weinberg, D., 1928, « Du facteur subjectif dans les notes d’examen », L’Année psychologique, XXVIII, p. 236-244.

Laugier, H. et Weinberg, D., 1931, « Du facteur subjectif dans les notes d’examen », L’Année psychologique, XXXI, p. 229-241.

Murchison, C. et Boring, E., 1930, A History of Psychology in Autobiography, Clark University Press.

Ohayon, A., 2006, Psychologie et psychanalyse en France. L’impossible rencontre, Paris, La Découverte.

Pacaud, S., 1949, « Recherches sur le travail des téléphonistes. Étude psychologique du métier », Le travail humain, 1-2, p. 46-65.

Parot, F. et Richelle, M., 1992, Psychologues de langue française. Autobiographies, Paris, PUF.

Sartre, J.-P., 1943, L’être et le néant, Paris, Gallimard.

Turbiaux, M., 2006, « J.-M. Lahy (1872-1943) et l’orientation professionnelle », Bulletin de psychologie, 482/2, p. 217-235.

Wallon, G., 1949, Les notions morales chez l’enfant. Essai de psychologie différentielle (filles et garçons), Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Jeanpierre, 2016, 186.

2 Piéron rédigea cette autobiographie en 1952 pour l’ouvrage de Carl Murchison et Edwin Garrigues Boring, A History of Psychology in Autobiography ; elle est republiée dans Parot et Richelle, 1992, 5-30.

3 Parot et Richelle, 1992, 29.

4 « Le niveau intellectuel des enfants d’âge scolaire, une enquête nationale dans l’enseignement primaire », présentée par G. Heuyer, H. Piéron, Mme H. Piéron et A. Sauvy, Ined, Travaux et documents, Cahier n° 13, Paris, PUF, 1950.

5 Ohayon, 2006, 263-266.

6 Ce livre a été réédité par Émile Jalley en 2015 chez L’Harmattan.

7 Henri Wallon (coord.), La vie mentale, Encyclopédie française, tome VIII, Paris, Société de gestion de l’Encyclopédie française, 1938.

8 Je retranscris tous ces titres au masculin, comme c’est le cas alors.

9 Henri Piéron (dir.), Traité de psychologie appliquée, tomes 1 à 5, Paris, PUF, 1949-1956 ; Maurice Reuchlin (dir.), Traité de psychologie appliquée, tomes 1 à 10, Paris, PUF, 1970-1974.

10 Anzieu et Voutsinas, 1961, 61.

11 Par exemple L’anthologie des philosophes français contemporains d’Armand Cuvilier, paru aux PUF en 1963.

12 Hameline et Lesage, 1969, 322-323.

13 Extrait de Lacan, 1966, 23-29.

14 Lagache, 1949.

15 Favez-Boutonier, 1947a et b.

16 Arbousse Bastide, 1975, 407.

17 Sartre, 1943.

18 Arbousse Bastide, 1975, 408.

19 Favez-Boutonier, 1956.

20 Favez-Boutonier, 1966, 11.

21 Bourdieu, 1986.

22 Hélène Gratiot-Alphandéry et René Zazzo (dir.), Traité de psychologie de l’enfant, tomes 1 à 5, Paris, PUF, 1970-1976.

23 Inhelder, 1992, 108.

24 Inhelder, 1992.

25 Gratiot-Alphandéry, 1992.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annick Ohayon, « D’épouse dévouée à professeur de faculté, itinéraires de quelques femmes psychologues des années 1930 aux années 1960 »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 135-150.

Référence électronique

Annick Ohayon, « D’épouse dévouée à professeur de faculté, itinéraires de quelques femmes psychologues des années 1930 aux années 1960 »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4157 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4157

Haut de page

Auteur

Annick Ohayon

Maître de conférences honoraire de l’université de Paris 8, membre correspondant du Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals