Navigation – Plan du site
Dossier

La carrière de Marinette Dambuyant, professeure de philosophie, psychologue et indianiste dans l’ombre d’Ignace Meyerson

The career of Marinette Dambuyant, professor of philosophy, psychologist, and India specialist in the shadow of Ignace Meyerson
Noemí Pizarroso López
p. 151-181

Résumés

L’exploration des premières années de la correspondance entre Marinette Dambuyant et Ignace Meyerson fait apparaître trois dimensions qui traversent sa biographie : l’enseignement, comme professeure de philosophie au lycée ; son engagement social et politique ; la recherche, où l’Inde se dessine comme objet de prédilection. Centré sur l’histoire de la personne en Inde ancienne, son travail de recherche est parallèle à celui de Jean-Pierre Vernant sur la Grèce, autre pilier du projet meyersonien. Or, contrairement à son collègue et camarade, elle est restée méconnue. Cet article met en lumière la participation aussi effective et essentielle que discrète de cette femme à la formulation du programme de recherche du fondateur de la psychologie historique. Il analyse la trajectoire existentielle et intellectuelle de Dambuyant, en étroite liaison, savante et personnelle, avec Meyerson, tout en signalant les difficultés qui ont fait obstacle au développement et à la visibilité de la carrière d’une femme dans l’ombre d’un « grand homme », lui-même resté peu connu.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie vivement Régine Plas de son aide à la mise en forme finale du texte en français ainsi que les lecteurs et lectrices du texte original pour leurs précieux apports.

Introduction

  • 1 Selon Ignace Meyerson, la personne, avec tout ce que cette notion englobe (vie intérieure, continu (...)
  • 2 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre monographie sur Ignace Meyerson (Pizarroso, 20 (...)
  • 3 Professeur de Psychologie Générale à la faculté des lettres de Paris, dont il a été le Doyen de 19 (...)
  • 4 Meyerson ne sera nommé directeur du Journal de psychologie normale et pathologique qu’en 1938, ave (...)
  • 5 Lettre de Vernant à Meyerson, 24 août 1948, Archives nationales (AN) 19920046/60.

1Marinette Dambuyant (1907-2001) est une figure très peu connue de l’histoire intellectuelle française du xixe siècle. Contemporaine de femmes philosophes comme Simone de Beauvoir et Simone Weil, elle obtient comme elles une licence de philosophie à l’Université de Paris (1928) et passe l’agrégation dans cette discipline en 1934. Elle s’est formée avec Ignace Meyerson (1888-1983), fondateur d’une psychologie historique et comparative qui esquisse la généalogie des fonctions psychologiques et des catégories de l’esprit (comme la mémoire, la perception de la couleur ou la personne1)à partir des produits de l’activité humaine et des faits de civilisation documentés par les sciences humaines2. Elle l’a rencontré autour de 1926 à la Sorbonne, grâce au cours de Psychologie générale que celui-ci dispensait comme assistant d’Henri Delacroix3. Encouragée et préparée par lui, elle obtient l’agrégation de philosophie. Tout au long des années 1930, elle concilie son enseignement dans le secondaire avec sa collaboration au Journal de Psychologie normale et pathologique que Meyerson dirige depuis 19204, dans lequel elle rend compte des livres consacrés à la psychologie de l’enfant, à l’éducation et à la philosophie. Professeure dévouée, elle se débat entre la préparation des cours pour ses élèves et les attentes de Meyerson, qui trouve en elle une généreuse et efficace collaboratrice mais aussi une disciple potentielle. Au moment où celui-ci, après une série de recherche sur les images, les rêves ou l’intelligence des singes, que Dambuyant suit de près, s’engage dans la rédaction d’une thèse dont le but est d’établir les fondements d’une « psychologie historique » (Les fonctions psychologiques et les œuvres, publiée en 1948), elle se révélera être un vrai pilier de son entreprise. Sa participation active au projet meyersonien, une histoire de l’esprit humain qui refuse l’abstraction philosophique et le déterminisme sociologique, concerne tant la formulation même du programme que sa mise en pratique dans l’analyse des œuvres d’une civilisation. Intéressée par la pensée hindoue depuis sa jeunesse, Dambuyant se forme alors comme indianiste, dans le but de contribuer à une histoire des aspects de la notion de personne en Inde ancienne. « Si Marinette vaut vingt chercheurs », déclarait Jean-Pierre Vernant, l’autre pilier du projet, lorsqu’il y adhère, « je tâcherai d’en remplacer moi cinq »5. Dambuyant et Vernant ont ainsi mené un travail en quelque sorte analogue et parallèle ; ils ont formé tous deux, après la Seconde Guerre mondiale, une équipe de recherche travaillant sur l’histoire des catégories et des fonctions psychologiques, en Inde et en Grèce respectivement. Or, contrairement à Vernant, qui a couronné sa carrière en obtenant une chaire au Collège de France, Marinette Dambuyant est restée tout à fait méconnue : son travail est éparpillé, voire perdu et oublié.

  • 6 L’ensemble est composé de plus de mille lettres de Marinette Dambuyant à Meyerson (1035 lettres ma (...)
  • 7 Je remercie vivement Régine Plas et Thibaud Trochu de m’avoir facilité l’accès à son acte de naiss (...)

2Nous nous proposons ici d’approfondir la trajectoire existentielle et intellectuelle de cette femme dans l’ombre d’un « grand homme », dont la participation au projet a été aussi cruciale qu’occultée. À cette fin, nous explorerons les premières années de son intense correspondance avec Meyerson6, ainsi que son dossier académique7 et ses articles. Trois dimensions se dégagent dans sa biographie : l’enseignement, comme professeure de philosophie au lycée ; la recherche, où l’Inde se dessine très tôt comme objet de prédilection ; et son inlassable engagement social et politique, comme résistante déportée et membre du PCF après la Seconde Guerre mondiale. Nous proposons ainsi une première esquisse biographique de Marinette Dambuyant, en la mettant en relation avec le lien intime, personnel et savant, qu’elle garde avec Meyerson, et qui s’étend – non sans interruptions – de la fin des années 1920 jusqu’à la mort de celui-ci, en 1983.

3Dominé initialement par une quasi-vénération de la jeune élève au maître, le rapport que Dambuyant a entretenu avec Meyerson, traversé par une profonde dépendance affective, s’est progressivement équilibré pour déboucher sur une admiration tout à fait symétrique et réciproque. Leur collaboration, toutefois, sera toujours asymétrique, car c’est toujours elle qui met son travail au service des projets de Meyerson. D’ailleurs, sans cette collaboration, toujours discrète, souvent invisible, il n’aurait jamais achevé – probablement pas même entamé – la rédaction de sa thèse, dans laquelle il a établi les fondements de son programme de recherche.

4En étudiant cette figure à la fois emblématique et exceptionnelle, qui n’a vraiment envisagé une carrière que comme indianiste, à un moment donné, nous voudrions contribuer non seulement à la reconstruction de ce chapitre méconnu de la psychologie historique mais aussi à rendre visible un des cas de femmes dans l’histoire des sciences humaines qui ont été exclues par de subtils mécanismes auxquels elles n’ont pas manqué d’opposer une résistance.

Origines familiales et années de formation

  • 8 Yaelle Arasa indique qu’il était « préposé aux Eaux-et-Forêts » (Arasa, 2013, 301). À sa mort, il (...)
  • 9 Jamais elle ne se réfère à sa mère, Pauline Augustine Cornillon (1882-1968).

5Marinette Augusta est née le 15 septembre 1907 à Vienne, Isère, où elle a été déclarée par sa mère comme « enfant naturel ». Deux mois plus tard, elle a été reconnue dans un deuxième acte de naissance, à Paris, par Guillaume René Dambuyant (1859-1929), également originaire de Vienne. Lorsqu’il est décédé, « célibataire » et « sans profession »8, la seule famille qui lui reste est sa tante paternelle, Mme Régine Merlin (1872-1959), et ses cousins, qui habitent à Vienne9.

6D’après les commentaires qu’on trouve dans ses lettres à Meyerson, il s’agissait d’un « type absolument classique de famille bourgeoise », « de plus en plus classique », où il n’y avait que son père qui « y mettait de la fantaisie, de la nouveauté » (3 septembre 1936). À la suite de son père, elle semble être la seule note dissonante dans cette famille à tendance conservatrice, même si elle s’applique « à ne faire aucun scandale », « parce qu’en somme ils sont bien gentils. » (27 août 1934). De son côté, sa famille la trouve, d’après ses propres mots, « piquée, mais pas bête » (27 août 1934), surtout après son succès au concours de l’agrégation, moment à partir duquel elle décrira son existence comme une vie « presque parfaitement bourgeoise », éloignée « de la vie de bohème » (6 novembre 1934).

  • 10 En 1926, il y avait 18 % de bachelières (Christen-Lécuyer, 2002).
  • 11 Marie-Hélène Latrilhe (1889-1979) a enseigné également au Lycée Fénelon et a été directrice de col (...)
  • 12 Gustave Cohen, Les Nouvelles littéraires, 4 janvier 1930, cité par Carole Christen-Lécuyer (2002, (...)
  • 13 Christen-Lécuyer, 2002.

7Marinette Dambuyant était l’une des rares femmes bachelières10 (en Latin Langues) ; elle avait obtenu son baccalauréat en 1925 au Lycée Jules Ferry, institution où, parmi ses professeurs, elle avait compté Marie-Hélène Latrilhe11, camarade et future épouse de Meyerson. Ce titre lui permettait de poursuivre des études supérieures à l’université, où le nombre des femmes s’était beaucoup accru depuis la Première Guerre mondiale. Leur présence était si notable qu’en 1930 un professeur de la faculté des Lettres de Paris considérait que « la plus grande révolution à laquelle nous avons assisté de nos jours [était] l’invasion de l’Université par les femmes12 ». Néanmoins, l’obtention de la licence était réservée à un bien plus petit nombre de femmes encore : en 1928, lorsque Dambuyant obtient sa licence en philosophie, il n’y a que 6 % de femmes licenciées en Lettres13. Elle a ensuite obtenu un certificat en biologie (1930), avant d’entamer son diplôme d’études supérieures (DES, 1931-1932) en philosophie.

8Sa première lettre à Meyerson date de 1927, et elle est adressée également à Marie-Hélène Latrilhe. Dambuyant y exprime son enthousiasme pour l’impression de liberté qu’elle ressent dans leur maison à Ablon. Sa deuxième lettre conservée est datée de quatre ans plus tard ; il y est question du sujet définitif de son DES, la « socialité de l’enfant », que « M. Delacroix a bien voulu admettre » (22 mars 1932). Après son succès, elle remerciera vivement Meyerson, à qui elle en attribue tous les mérites : « Vous savez que s’il existe […] c’est à cause surtout de votre obstination, et de votre bonté » (9 juin 1932).

  • 14 Durant l’été 1932 on peut lire dans Le Temps que l’auberge Gui, située rue Amyot, « doit sa naissa (...)
  • 15 La Ligue française pour les Auberges de la Jeunesse, fondée en 1930 par Marc Sangnier, était une a (...)

9Orpheline à 21 ans, l’héritage qu’elle reçoit de son père lui permet non seulement de vivre aisément mais surtout de soutenir des causes où elle est engagée : le financement des Auberges de la jeunesse14 qui promeuvent la vie en collectivité, et l’organisation de colonies pour des enfants sans ressources. Ce genre d’activisme semble avoir éveillé très tôt des réticences paternalistes chez Meyerson, qui considérait que cela risquait de l’éloigner à la fois du travail intellectuel et de l’esprit « laïque15 » ainsi que de la rapprocher des organisations à tendance fasciste. Elle se défendra toujours de ces accusations, en affirmant qu’elle n’a jamais été aussi loin de « la pensée religieuse » et « de la forme d’action religieuse » (sans date, été 1932-1933), et que ce qu’on fait dans les auberges auxquelles elle participe est excellent, « non pas, ou très peu, comme action de masse, mais comme joie donnée à des individus » : « Il n’y a qu’avec des individus qu’on est sûr de ne pas avoir de fascisme. Mais c’est peut-être le reste d’anarchisme qui est en moi qui me fait croire cela. » (jeudi, sans date, fin été 1935).

  • 16 La psychasthénie est une catégorie introduite par Pierre Janet. C’est une forme de psychonévrose c (...)

10Avant de passer son agrégation, loin d’avoir une idée claire quant à son avenir professionnel, Dambuyant semble avoir beaucoup hésité sur les chemins à prendre, mais tous étaient liés à la condition féminine (institutrice, travail social). D’ailleurs, ces années semblent avoir été une période difficile sur le plan de sa santé, physique et mentale. À cet égard, on trouve dans ses lettres des références aux problèmes de l’amnésie et de l’aphasie, ainsi que de la psychasthénie16 – sujet qu’elle avait initialement choisi pour son DES. Quelques années plus tard, lors d’une période de convalescence, elle lira un livre « vrai mais triste » (dont le titre n’est pas indiqué) sur un « héros psychasthénique » qui lui rappellera « un temps douloureux » (30 mai 1937). C’est à Meyerson, par lequel elle dit se sentir protégée « préventivement », qu’elle attribue en grande partie l’amélioration de son état (30 mai 1937). Par ailleurs, ses lettres montreront de graves oscillations de son niveau de confiance en elle et de courage.

11Encouragée par Meyerson, Dambuyant prépare le concours d’Agrégation en Philosophie, qu’elle passe en 1934. Classée septième, elle lui attribue encore une fois son succès, en lui exprimant sans réserves sa gratitude : « avec une invraisemblable patience vous avez continué à me faire travailler, alors même que je vous expliquais brutalement que ce que nous faisions ne servait qu’à perdre le temps » (8-9 août 1934).

  • 17 Vidal et Parot, 1996.
  • 18 Maurice Pradines (1874-1958) était alors professeur de philosophie générale à l’université de Stra (...)

12Devant Marie-Hélène, elle-même agrégée de lettres depuis 1916, elle se montre dès sa nomination à Grenoble ravie d’être son « humble collègue » (13 août 1934). À ce moment, Dambuyant se considérait déjà comme un « très humble collaborateur » de Meyerson, car depuis 1933 elle rédigeait des comptes rendus pour le Journal de psychologie. Elle analyse notamment des livres en rapport avec le sujet de son diplôme, comme Le jugement moral chez l’enfant de Jean Piaget (ami proche de Meyerson17), mais aussi les premiers livres de Maurice Pradines18, futur successeur de Delacroix à la Sorbonne et promoteur d’une importante psychobiologie génétique dont Dambuyant deviendra une des rares spécialistes.

13Le rapport de Dambuyant à son « maître » devient à cette époque de plus en plus amical ; dans ses lettres, elle passe au printemps de 1934 du « Cher Monsieur » au « Cher Crocodile » (pseudonyme que Meyerson lui-même utilise dans ses échanges avec Piaget). Par ailleurs, Dambuyant, qui avait perdu son père, signera souvent ses lettres « votre fille », ayant établi une relation quasi-filiale avec Meyerson et son épouse.

Ses débuts dans l’enseignement : les lycées de Grenoble et Dijon

14Lors de sa première année d’enseignement, au Lycée d’État Stendhal à Grenoble, Dambuyant se consacre entièrement à ses cours, pour lesquels elle ne se sent pas bien préparée : « Je trouve en général que je fais ce métier très mal. Il y a de grands défauts dans mon enseignement, et nombreux. En philosophie comme en latin. Mais peu importe. » (11 novembre 1934). Ce manque de confiance en elle la conduit souvent à demander conseil à Marie-Hélène Latrilhe mais, surtout, à consacrer la plus grande partie de son temps à la préparation des cours. Elle est consciente de sa responsabilité devant la formation de « ses filles », auxquelles elle essaie par ailleurs de donner un esprit critique. « J’ai un peu peur, comme Marie-Hélène, de l’influence que je peux avoir sur elles. Pourtant notre fonction est d’inquiéter. » (6 décembre 1934).

  • 19 Dambuyant, 1935.

15Malgré le peu de temps disponible que ses cours lui laissent pour le travail personnel et académique, Meyerson la pousse à ne pas l’abandonner – parfois même, semble-t-il, avec sévérité. Il identifie le travail « personnel » de Dambuyant aux travaux qu’elle effectue pour lui et il l’encourage à rédiger encore des comptes rendus pour le Journal, ainsi qu’à réviser des épreuves de ses articles – ce qu’elle considère comme « trop d’honneur » à son égard (17 août 1934). Sans abandonner ses propres inquiétudes et lectures, Dambuyant répond promptement à ses demandes de rédaction et de révision. Elle publie des comptes rendus de livres (choisis par elle ou par Meyerson) qui portent encore sur la pédagogie et la psychologie de l’enfant, française et anglaise (elle analyse notamment l’œuvre de la psychologue anglaise Susan Isaacs). En outre, ces analyses concernent d’autres objets de la psychologie, comme le caractère (René Le Senne, William Boven), la phénoménologie (Eugène Minkowski), ou l’histoire de la philosophie. Enfin, son analyse de l’ouvrage d’André Lalande Les illusions évolutionnistes devient une « étude critique » approfondie de l’ouvrage19. Quant à sa signature, il n’y a pas de règle fixe : elle signe parfois de ses initiales (M. D.), parfois de son nom (M. Dambuyant), n’ayant pas de préférence pour l’une ou l’autre formule.

  • 20 Meyerson, 1935b, 1936.
  • 21 Meyerson, 1935a.
  • 22 Président de la Société de psychologie en 1923, Marcel Mauss a publié à son tour dans le Journal d (...)

16La distance géographique n’empêche pas Dambuyant de suivre de près les sujets des leçons et des présentations que Meyerson prépare, pour la Société de psychologie20 et pour la Société de sociologie21, où il interviendra à la demande de son ami Marcel Mauss22. À cet égard, il est à noter que dès le début de leur relation, tout en admirant son travail, elle se montrera toujours critique, et en discutera les aspects qu’elle ne comprend pas ou qu’elle ne partage pas.

  • 23 Meyerson, 1929a et b, 1937 ; Meyerson et Guillaume, 1930a et b, 1931, 1934, 1937.
  • 24 Désiré Roustan (1873-1941), élève de Bergson et agrégé de philosophie en 1899. Il devient Inspecte (...)

17Dans ses lettres, on voit que Dambuyant profite de la préparation de ses propres leçons de psychologie pour revenir sur les travaux de Meyerson et en parler à ses élèves – qu’il s’agisse des images, de l’intelligence des singes ou des rêves23. L’influx meyersonien s’infiltre peut-être de la manière la plus notable dans son rejet de la pensée de Bergson, qu’elle transmet sans réserves à ses élèves de Grenoble, et qui fait concurrence à la popularité du bergsonien Jacques Chevalier, lui aussi professeur très apprécié des élèves dans cette ville : « Je ne peux pas dire à mes élèves ce que je ne pense pas, ni même les encourager à passer leur temps dans la lecture de Bergson. » (1er juillet 1935). Ceci ne l’empêchera pas néanmoins d’être évaluée très positivement par l’inspecteur cette année-là, le bergsonien Désiré Roustan24.

  • 25 Fondé en mars 1934 par Alain, Paul Rivet et Paul Langevin, à partir de la prise de conscience du p (...)
  • 26 René Gosse (1883-1943), mathématicien, ancien élève de l’ENS, cofondateur (avec Paul Mistral) du C (...)
  • 27 Lucienne Gosse (1883-1975), ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles à Sèvres
  • 28 Le développement d’un féminisme socialiste avait été tenté en France en 1899, avec la création du (...)

18Son dévouement à l’enseignement et le peu de temps qu’elle parvient à lui soustraire pour se consacrer à la recherche ne l’empêchent pas d’explorer des voies « d’action pratique peu absorbante (au contraire, désabsorbante, si je puis dire). » (4 novembre 1934). Outre la cause des Auberges, qu’elle continue malgré tout à défendre et qu’elle voit comme « la véritable éducation » – « non pas celle de la classe de philosophie, qui n’est qu’un commencement » (7 mars 1935) –, elle commence à participer au Comité de vigilance des intellectuels antifascistes25 (section de l’Isère). Elle le fait par l’intermédiaire du cofondateur du Comité grenoblois, René Gosse26, connu de Meyerson (par leur commune adhésion à la SFIO) et doyen de la faculté des sciences de Grenoble ; sa femme, Lucienne Gosse27, semble compter à son tour sur Dambuyant pour développer à Grenoble un « féminisme de gauche » (18 janvier 1935)28. Ferme défenseuse du pacifisme, Dambuyant trouve cependant les membres du comité « bien mous » car ils se limitent à « ne pas mettre cette fois leur plume au service des belligérants » : « [S]i c’est tout ce que tous ces cerveaux d’intellectuels ont pu trouver, ce n’est pas beaucoup » (8 avril 1935).

19Ses liens avec Meyerson, et la perspective de pouvoir collaborer de manière encore plus étroite avec lui, ainsi qu’il l’espère, la mèneront néanmoins, après quelques hésitations, à demander une mutation à Dijon, plus proche de Paris. À cet égard, ses lettres, dont la fréquence est parfois frénétique, laissent désormais entrevoir une forte dépendance non seulement intellectuelle mais aussi affective : « Mon âme immortelle n’a pas encore rencontré les âmes grenobloises. […] Elle est très heureuse quand elle peut passer un moment avec vous. » (23 janvier 1935). Par ailleurs, les silences de Meyerson, auxquels elle attribue deux motifs : « vous êtes fâché ou vous êtes malade, et je ne sais pas encore lequel je crains le plus » (31 janvier 1935), sont un sujet d’inquiétude angoissante. La dépendance s’avère toutefois réciproque, car Meyerson semble exiger une espèce de dévouement et de fidélité absolus : « Si mon attachement pour vous n’est pas clair, le rassure-t-elle, je ne vois pas ce qui peut être clair au monde » (8 février 1935).

  • 29 Geneviève Bianquis (1886-1972) est reçue première à l’agrégation d’allemand en 1908 et la dixième (...)
  • 30 À partir de ce moment, en 1932, les deux hommes commencent un échange épistolaire (AN 19920046/45) (...)

20Nommée à Dijon pour l’année scolaire 1935-1936, elle y entre en contact avec une autre amie de Meyerson, Geneviève Bianquis29, une des premières femmes docteur ès lettres à la Sorbonne, germaniste éminente et professeure à la Faculté des Lettres de la ville, avec qui, outre des inquiétudes et engagements politiques, elle partagera des promenades et des loisirs. Il s’y trouve également Gaston Bachelard, que Meyerson connaît bien – quelques années auparavant, il avait été invité à donner une conférence à la faculté de Dijon par ce philosophe de la science30. Dambuyant aura comme élève au lycée sa fille Suzanne, qu’elle trouve « admirable » (12 février 1936).

21À la fin de l’année, malgré la fatigue et les oscillations habituelles de son courage, elle se montre très satisfaite de son métier, « le plus beau métier » (12 juillet 1936). Trois ans plus tard, elle aura le sentiment d’établir avec ses élèves un rapport semblable à celui que Meyerson a avec elle ; « c’est même quelquefois bien curieux de voir à quel point je suis double par cette double fonction » (11 juin 1938). Se sentant responsable de guider de jeunes âmes, elle continue de se former et de lire inlassablement pour combler ce qu’elle considère comme les « lacunes » de sa formation, aussi bien en philosophie qu’en d’autres matières comme l’histoire de l’art ou la poésie, ainsi qu’en histoire contemporaine, en économie et en politique, en vue de mieux comprendre les problèmes de son temps. Or, si l’avis de Meyerson, toujours demandé, ne lui est jamais indifférent, elle fait ses choix elle-même et se révèle totalement indépendante.

22Dès le début de cette période dijonnaise, elle commence à s’intéresser à la pensée hindoue, sur laquelle se concentrera plus tard sa plus grande participation au projet meyersonien. Cet intérêt, pourtant, ne naît pas originalement au service d’un tel projet (pas encore formulé), mais en liaison avec ses tendances pacifistes, et notamment après la lecture de Romain Rolland, auteur d’une biographie de Gandhi qui a eu un immense écho.

  • 31 Romain Rolland, La vie de Ramakrishna, Paris, Librairie Stock, 1929.
  • 32 Ramakrishna (1836-1886) est un sage et mystique de l’Inde moderne qui a vécu des extases depuis so (...)

J’ai lu le Ramakrishna31, de R. Rolland. Il m’a plus que raccommodée avec l’Inde et les Hindous. Ces gens-là savent vivre. Une des choses étonnantes, ce sont les extases, où subsiste, comme vous le dites (moi aussi, paraît-il) la raison la plus lucide. Le plus surprenant est que le plus grand trouble physique y accompagne le plus grand ordre dans l’intelligence – tout cela de l’aveu de gens dont le sens critique est aiguisé. […] Connaissez-vous Ramakrishna et Vivekananda32 ? (29 janvier 1936)

  • 33 Agrégée d’anglais en 1935, Simone Dalimier (1904-2000) était la fille de l’homme politique Albert (...)

23Son intérêt pour l’Inde est accru par ses échanges épistolaires avec son amie Simone Dalimier33 qui lui prête des livres sur ce pays. À l’époque, Dambuyant caressera même le rêve de voyager en Inde, « en mendiant, sans rien, en demandant en route ce dont on a besoin. […] Mais je descends de ce rêve quand je dois parler à mes élèves. » (29 janvier 1936). L’été 1936, elle se déclare être « une disciple de Vivekananda » (12 juin 1936) et, au début de la guerre, elle voudrait se « faire hindoue » « pour avoir à la fois raison et foi » (16 décembre 1939).

24De son côté, Meyerson la pousse à continuer sa collaboration avec lui, au Journal aussi bien qu’à ses autres projets. Bien qu’elle essaie d’aller aussi fréquemment qu’elle le peut à Paris, cette situation n’est pas complètement satisfaisante, ni pour elle ni pour Meyerson. Elle se sent de plus en plus partagée entre son devoir d’enseignement et son attachement à son « maître », qui espère faire d’elle non seulement sa collaboratrice mais sa disciple – en dépit de ses tentatives d’échappatoire.

Il vaudrait mieux, vous le reconnaîtrez, trouver un disciple qui ne soit pas un Inachevant renforcé. Ou bien, il faut que je m’arrange pour devenir un Achevant, pour ne pas aggraver la situation. (30 décembre 1935).

  • 34 Bien qu’étant l’une des chaires les plus féminisées, la première chaire en faculté des lettres att (...)
  • 35 Charle, 1999.

25À cet égard, l’option de faire une carrière universitaire ne se pose pas à ce moment-là pour Dambuyant, l’accès des femmes à des positions stables dans les facultés n’étant pas aisé34. Son amie Geneviève Bianquis, malgré ses titres éminents, échoue à plusieurs reprises à Paris35. Pourtant Meyerson, qui n’a lui-même pas le titre de docteur, ne renonce pas à attirer Dambuyant vers la recherche. En 1937, alors qu’elle est en convalescence après une intervention chirurgicale, il lui propose même de prendre un congé et de venir travailler pour lui à Paris. Tout en le remerciant de ses bonnes intentions, Dambuyant refusera son offre, d’abord par modestie, car elle ne sent pas en pleine forme, mais aussi par peur de perdre sa liberté : « Il est un peu odieux que j’aie tant demandé de garanties de liberté, à vous qui avez tous les droits » (26 juin 1937).

  • 36 Yerkes, R. et Spragg, S.D.S., « La mesure du comportement adapté chez les chimpanzés », Journal de (...)
  • 37 Romain Rolland, Quinze ans de combat, Paris, Rieder, 1935.

26Outre son enseignement, ses lectures et sa collaboration avec le Journal, pour lequel elle va à présent s’occuper de traduire des articles de savants étrangers, comme Yerkes ou Rubin36, son engagement politique devient de plus en plus important. Ce sujet, dont elle avait reproché à Meyerson de ne pas vouloir lui parler – « sans doute parce que j’y suis trop ignorante » (14 juillet 1935) – occupera maintenant de plus en plus de place dans ses lettres compte tenu des circonstances politiques et sociales. À partir de la lecture du livre de Romain Rolland, Quinze ans de combat37, elle se pose en 1936 la question de son adhésion possible au communisme – malgré son rejet des communistes du Comité de vigilance à Grenoble, dont la pensée lui avait semblé « dogmatique, fermée, partielle », glissant « du matérialisme dialectique au matérialisme tout court » (14 juillet 1935). Ses critiques étaient liées fondamentalement à son pacifisme :

[I]ls acclament maintenant l’Armée des peuples comme si l’armée avait instantanément changé d’esprit, de recrutement, d’intentions. […] Exalter l’enthousiasme comme le font les communistes me paraît beaucoup plus dangereux que de rester froid et réaliste comme les syndicats ; plus dangereux que de demander le désarmement même unilatéral. (10 août 1936)

  • 38 « Chez Nous » fait référence à la maison qu’elle avait toujours partagée à Paris avec des amis et (...)
  • 39 Lucien Hérard (1898-1993) adhère au Parti socialiste SFIO à la fin de l’année 1934. Il organise à (...)
  • 40 La Gauche révolutionnaire, fondée en 1935, regroupait les éléments les plus à gauche de la SFIO.

27En ce qui concerne l’action politique, elle ne comprend « qu’une action préventive, éducative » (9 novembre 1936). C’est parmi ses vieux amis de Paris (« Chez Nous38 »), qu’elle a été habituée à « la camaraderie parfaite et [au] vrai esprit révolutionnaire » (21 décembre 1936). Enfin, après quelques contacts avec Lucien Hérard39 et sa femme, Jeanne, qui fait partie du cercle des femmes socialistes, elle décidera de devenir socialiste « par la force des choses » (4 décembre 1936). Cette adhésion, liée à la Gauche révolutionnaire40, manque ainsi de conviction intime, car « leur entente est très superficielle », ces intellectuels n’ayant pas eu de contact réel avec des ouvriers ou des gens du peuple, et se permettant de parler de « masses », « tant cela signifie qu’on regarde seulement les gens de loin et qu’on n’accorde qu’aux bourgeois la qualité d’individus » (21 décembre 1936). Sa propre expérience lui a montré que quand « on a fait ensemble des choses pratiques, la question d’une différence et d’un effort à faire pour “aller dans le peuple” ou “être peuple” ne se pose même pas » (27 octobre 1937). Parallèlement, elle s’engage de plus en plus pour la cause des réfugiés espagnols, notamment celle des enfants et des femmes, pour lesquels elle organise un recueil de fonds parmi ses élèves : « Je lui ai juré [à la Directrice] que ça se faisait partout à Paris (je n’en sais rien, en tout cas ça se fera à Dijon) » (6 mars 1937).

28Lors de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, elle se montrera extrêmement gênée de n’avoir à exprimer qu’une « opinion platonique » et de ne rien faire (16 mars 1938). Néanmoins, et contre l’avis de Meyerson, elle aura du mal à « renoncer complètement à la position “pacifisme intégral” ». L’idée d’organiser une défense nationale pour « défendre les démocraties contre les fascismes » lui semble « glisser vers le fascisme à l’intérieur ». Dans ce cas, elle préférerait la non-résistance au fascisme extérieur, et éviter la guerre (22 mai 1938). Elle se permet de souligner que beaucoup d’autres gens, comme Mlle Bianquis, partagent cette position.

29À la fin de sa troisième année à Dijon, il devenait de plus en plus inconfortable pour Dambuyant d’être « à deux endroits à la fois » (à Dijon et à Ablon). Aux demandes de Meyerson pour avoir plus de contacts philosophiques et de discussions d’idées, Dambuyant rétorque qu’elle ne lit « pour ainsi dire rien et ne fai[t] rien en dehors de [s]on métier » ; elle est « au niveau des grandes questions qu’on traite aux élèves […] » et pas dans des questions de détail (25 avril 1938). Poussée à nouveau par lui, elle demandera une mutation à Paris.

30À ce moment-là, leur relation avait pris une tournure déterminante. Pendant ces années dijonnaises, nous assistons à un basculement de la quasi « vénération » initiale de l’élève pour son maître à une admiration de plus en plus réciproque : Meyerson, tout en la poussant à travailler pour lui, prête désormais une attention spéciale à son avis et à ses commentaires. Or, ce basculement de leur rapport, autrefois « filial », vers ce qu’ils veulent appeler « amitié », et qui est toujours chargé d’une intense affectivité, prend des voies plus complexes et ambivalentes. En janvier 1938, au retour d’une visite à Ablon, Dambuyant dit avoir eu « l’éblouissement, la joie et le sentiment de plénitude, que donne une œuvre d’art parfaite » ; devant leur « extraordinaire accord », elle déclare éprouver quelque chose comme « la surprise du mystique qui se trouve face à face avec l’absolu » (3 janvier 1938). Enfin, leurs sentiments (d’amour) semblent s’être clarifiés et avoir été reconnus (« je n’ai plus ces hésitations sur les sens de vos actes »). Cependant, ils décident de se refréner et de s’abstenir tant qu’il y aura « un seul être à qui nous tenons à ne pas mentir » ni à blesser ; et aussi parce qu’ils sont « sûrs (ou à peu près sûrs) de ne rien retrancher au sentiment en lui retranchant cette expression [« consécration physique »] » (3 janvier 1938).

31Les tensions habituelles, jusqu’ici principalement issues de désaccords sur le plan de l’action pratique et politique et surtout des difficultés de Dambuyant à se « désolidariser de l’action » (1er mars 1936) de son amie Cathe Descroix (pour qui elle continue à financer des auberges), sont dorénavant moins fortes, sans toutefois disparaître complètement. Après les vacances d’été 1938 qu’ils passent ensemble en montagne, Dambuyant terminera une lettre par cette formule : « Je suis votre nièce, fille, disciple, ami et amie, Marinette » (23 août 1938). Tout au long des mois suivants, leurs lettres seront chargées d’une analyse approfondie de ses sentiments. « Je ne sais si quelqu’un d’autre s’intéresse autant que vous à tout ce qui est sentir, et construit “le sentir” en système d’une façon aussi lucide », écrira-t-elle (23 août 1938). À son retour à Paris, elle lui promet ouvertement de « l’aimer » (18 septembre 1938).

Paris, la guerre et la déportation

  • 41 Cette intention se révèle liée à la tragique disparition, en décembre 1937, de Delacroix, à qui il (...)

32En octobre 1938, Dambuyant sera de retour à Paris pour enseigner la philosophie au lycée récemment inauguré sur le Cours de Vincennes (plus tard nommé lycée Hélène-Boucher). À peine quelques jours avant sa nomination, elle apprend que Meyerson a l’intention de rédiger une thèse41 – avec son aide. Elle reçoit la nouvelle avec autant de surprise que d’enthousiasme, tout en signalant que la rédaction de cette thèse ne peut pas être conditionnée par sa participation :

elle doit se faire avec ou sans moi. […] Bien sûr, j’aimerais mieux assister à sa venue au monde. Mais n’ayez pas trop le principe que moi à Paris, cela marcherait tout seul ; bien probable au contraire que je supporterais moins l’enseignement à Paris que l’enseignement en province (11 juin 1938).

33Après sa nomination, elle se montrera ravie de cette possibilité de « travail ensemble », car depuis l’agrégation ils n’ont pas eu l’occasion de faire vraiment quelque chose de « passionnant, jusqu’ici, comme travail » : « Tandis que ça, ce sera une grande chose. […] Il faut que ce soit un peu comme notre enfant » (13-14 juillet 1938).

  • 42 C’est la première fois qu’elle habite toute seule car, en province, elle était logée comme pension (...)

34À sa venue à Paris Mme Meyerson lui offre de se loger à Ablon, mais Dambuyant préfère s’installer dans un appartement près du lycée, Boulevard Soult42, bien qu’elle espère pouvoir rencontrer les Meyerson fréquemment. Habitant la même ville, le nombre de leurs lettres diminue drastiquement durant cette période, mais le peu de celles dont on dispose permet de deviner que les pressentiments de notre professeur, qui craignait que Paris ne fût pour elle « l’enterrement de [s]on espoir de faire jamais quelque chose ou d’être capable de [l’]aider » (11 juin 1938), sont devenus une réalité. Outre le temps qu’elle consacre à son enseignement, son engagement social et politique s’intensifie. Devant l’aggravation de la situation internationale (guerre civile en Espagne, conférence de Munich, invasion de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne) et nationale (fin du Front Populaire et grève générale de novembre 1938, à laquelle elle est la seule enseignante de son lycée à participer), avec la France se préparant à la guerre, elle se déclare « stupéfaite de constater que la vie continue » (8 février 1939). Son engagement auprès des réfugiés espagnols, pour lesquels elle met à disposition des maisons qu’elle avait achetées pour les Auberges, se renforce. Contre la volonté de Meyerson, qui y voit une diminution de sa capacité d’action, elle pense même à adopter une petite fille réfugiée espagnole.

35Pour Dambuyant, malgré l’indifférence généralisée des gens, dont le manque de solidarité lui semble incompréhensible, « la vie ne continue pas ». Cela se traduit par le fait qu’elle ne peut plus choisir ni « la meilleure méthode d’éducation » ni « le meilleur moyen d’obtenir la paix » (« il faut se résigner à l’idée de paix armée jusqu’aux dents ») ni « les gens avec qui on fait l’union contre le fascisme » (8 février 1939).

36Entre-temps, les tensions avec Meyerson, qui continue à attendre d’elle une « adhésion totale, absolue » (27 avril 1939), réapparaissent. Ces tensions, toutefois, ne tarderont pas à se dissiper : Meyerson étant tombé malade, et Marie-Hélène devant s’occuper de sa mère, elle décide de passer les vacances d’été avec lui, dans les Hautes-Alpes, pour le soigner durant sa convalescence.

37Au début de l’année scolaire, les événements s’étant précipités (invasion de la Pologne par Hitler et déclaration de guerre de la France), les enseignantes des lycées de jeunes filles (en partie fermés) sont dispersées pour suppléer leurs collègues masculins mobilisés. Dambuyant quitte alors Paris temporairement pour s’installer à Tournon, en Ardèche, comme professeur de Première Supérieure. La fréquence de leurs lettres retrouve ainsi son rythme habituel : « Il faut que vous m’écriviez puisque vous savez que je vis de votre substance » (29 octobre 1939). Tandis que Dambuyant lui rend compte des nouvelles matières à préparer pour le baccalauréat (comme l’histoire des sciences ou l’histoire de la médecine), pour lesquels Meyerson lui envoie des renseignements bibliographiques, il semble la tenir informée de son projet d’élaboration d’une méthode objective et comparative pour la psychologie. L’accord entre eux est de nouveau au beau fixe : « Je vous attribue toujours nos réussites, et aussi les miennes – qui d’ailleurs sont objectivement vôtres » lui écrit-elle le 1er décembre 1939.

38Au printemps 1940, au moment où les Allemands déclenchent leur offensive sur la France et que l’exode des civils sur les routes commence, Dambuyant décide de rester à Tournon. Elle ne retournera à Paris qu’à l’été. À ce moment-là, Meyerson a déjà quitté la ville en compagnie de Marie-Hélène. Tandis que celle-ci retournera à Paris après l’été pour continuer son enseignement, Meyerson décidera de rester à Toulouse, en « zone libre ». À Paris, les deux femmes s’entraident réciproquement ; parfois elles signent ensemble les lettres à Meyerson, qui demande avec angoisse de leurs nouvelles : « J’ai grand et urgent besoin de provisions d’amitié » (14 octobre 1940).

  • 43 Cité par Vernant, 1996, 47.

39Alors que Meyerson, interdit ensuite d’enseigner par les lois de Vichy, trouve que son « horizon est barré » et que « l’erreur [de s’installer à Toulouse] a été absolue » (1er mars 1941)43, elles insistent pour qu’il avance dans son projet. Souffrant d’une solitude à laquelle il n’est pas habitué, Meyerson se montrera plus dépendant de Dambuyant que jamais : « [I]l me faut votre confiance pour ne pas douter de moi » (14 mars 1941).

  • 44 Il s’agit de sa contribution aux premières Journées de la Société toulousaine de psychologie compa (...)

40De son côté, Dambuyant voyage à chaque fois qu’elle peut à Toulouse, où Meyerson s’occupe à fonder la Société toulousaine de psychologie comparative, en mai 1941. Elle pense même à y demander une mutation, mais décide de ne pas le faire, étant donné l’instabilité de la situation et la difficulté de retrouver ensuite un poste à Paris. La collaboration de Dambuyant aux projets de Meyerson, jusque-là essentiellement restreinte à la rédaction des comptes rendus et des traductions pour le Journal de psychologie, s’intensifie aussi bien en ce qui concerne la gestion de la revue (qui, malgré eux, interrompra sa publication en 1942), que l’édition d’autres publications, comme le livre d’Ernst Cassirer, Descartes, Corneille, Christine de Suède, dans la collection « Études de psychologie et de philosophie », que Meyerson dirige avec Paul Guillaume chez Vrin. Elle s’occupe également d’entretenir les contacts avec ses amis parisiens, notamment Marcel Mauss, qui écrit à la demande de Meyerson un de ses derniers textes, sur les techniques44, ou Louis Gernet, le sociologue et helléniste futur maître de Vernant. Enfin, elle prépare avec Marie-Hélène l’envoi des livres à Meyerson et l’aide à vider la maison d’Ablon, avant qu’elle ne déménage au sud.

  • 45 D’après le récit d’une ancienne élève, « c’était quelqu’un pour nous de prodigieux » : « C’était u (...)
  • 46 Voir Vernant, 1996.
  • 47 Les Brahmana (ixe-ve siècles av. notre ère) sont des commentaires aux Veda, les textes les plus an (...)

41Dans un Paris occupé et un lycée partiellement réquisitionné, Dambuyant continue de lire à un rythme effréné, tant pour ses élèves – qui ont « un véritable culte » pour elle45 –, que pour son travail en lien avec celui de Meyerson. Elle se rend souvent à la Bibliothèque Nationale où elle s’initie à l’ethnographie et à la sociologie. C’est à ce moment également que commence son immersion dans la pensée indienne, en donnant libre cours à un intérêt qui s’était manifesté depuis les années passées à Dijon et qu’elle ne prend au sérieux que maintenant, en rapport avec les questions que Meyerson commence à se poser au sujet d’une généalogie de la volonté46. Elle se plonge dans le bouddhisme en lisant le philologue belge Louis de La Vallée-Poussin (1869-1938) pour tenter de saisir la distinction de l’acte et de l’intention ; mais elle trouve qu’il faut aller au-delà : « Il s’agit de trouver à quel moment, entre les Brahmanas et le Bouddhisme, pratiquement dans quelles Upanishads47, apparaît la notion d’intention de l’acte (au cas où la question se poserait ainsi, ce qui n’est pas sûr) » (23 mai 1942). Son enthousiasme s’accroît et, bien que cela lui « semble fatalement du divertissement » mais qui « l’intéresse ou la passionne » (4 août 1943), elle décide de débuter une formation en sanskrit :

  • 48 Louis Renou (1896-1966) enseigne le sanskrit à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et à la S (...)

[J]e n’ai vu indiqué aucun cours pour débutants, mais le mercredi et le jeudi après-midi il y a explication de textes védiques par Renou48. J’irai la semaine prochaine, pour voir quand cela commence. (7 novembre 1943)

  • 49 Parmi les enseignantes du lycée qui s’engagent, éventuellement dans d’autres groupes, il y a aussi (...)
  • 50 Arasa, 2013, 383.

42Malheureusement, quelques jours après cette lettre, elle est arrêtée par la Gestapo. À l’instar de Meyerson et de Vernant, avec lui à Toulouse, elle s’était engagée dans la Résistance intérieure, dans le groupe appelé « Isolée »49. À Paris, elle aide d’autres résistants qu’elle héberge chez elle, ainsi que des soldats alliés – notamment un aviateur américain en février 1943 et un soldat russe prisonnier évadé50. D’abord incarcérée neuf mois à Fresnes, elle sera ensuite déportée au camp de concentration de Ravensbrück (fin août 1944). Lors de son transfert, Dambuyant réussit à faire tomber un mot dans la gare, priant la personne qui le trouve de bien vouloir l’envoyer chez Meyerson, de la part d’une prisonnière politique.

Tout va très bien. […] Santé très bonne, et moral d’autant meilleur […]. Je voudrais n’avoir pas lieu de m’inquiéter davantage de mes amis qu’eux de moi. Je pense beaucoup à tous ; partout on peut vivre avec espoir et trouver des gens épatants. (7 août 1944)

  • 51 Dans les brouillons de lettres à Dambuyant après son retour, Meyerson la nomme parfois « Mon chère (...)
  • 52 Lettre de Meyerson à Simone Dalimier, 21 octobre 1944, 19920046/48.

43À ce moment, grâce à l’offensive décisive des alliés après le débarquement en Normandie, des villes commençaient à être libérées. Meyerson envisage alors de revenir à Paris, mais il ne veut pas « y être sans l’enfant51 dont la présence et la pensée étaient dans tous mes efforts scientifiques52 ». Il a peur du vide et de la solitude totale qui sera la sienne. Ce n’est qu’en avril 1945, quelques jours avant la capitulation de l’Allemagne que Dambuyant réussira, lors de l’une des marches de la mort, à s’échapper du camp de Ravensbrück avec cinq de ses camarades. Elles sont rapatriées en mai 1945.

Le miracle du retour53

  • 53 L’expression appartient à Meyerson, qui écrit : « Je pense à votre retour, […] au miracle de votre (...)
  • 54 Lettre de Meyerson à Henri Piéron, 27 décembre 1944, Archives d’Henri Piéron, AN, 520 AP 8.

44À son retour, Dambuyant s’installe à Paris tandis que Meyerson réside toujours à Toulouse, où il avait décidé de rester après la Libération pour poursuivre ses efforts en faveur d’une « université et [d’] une académie qui jusqu’à présent n’avaient guère eu de psychologues dans leur sein », et pour rester en contact étroit avec ses camarades des Forces Françaises de l’Intérieur54. Leur échange épistolaire recommence.

  • 55 Dambuyant, 1946.
  • 56 « Très affaiblie, elle souffre de traumas physiques irréversibles ; arthrose vertébrale et cervica (...)
  • 57 Voir aussi le récit collectif de l’Amicale de Ravensbrück et l’Association des déportées et intern (...)
  • 58 Voir Pizarroso, 2018a, 140-145.

45À peine quelques semaines après son rapatriement, elle envisage de rédiger ses mémoires : « Si j’ai temps et courage je rédigerai un morceau des mémoires. Et je penserai à vous » (7 juillet 1945). Nous ignorons si elle a entamé la rédaction de ses mémoires ; toutefois, elle fait état de cette bouleversante expérience dans le cadre d’une journée d’études sur la « Psychologie des ruptures », organisée par Meyerson à Toulouse en mars 1946. Sous le titre « Remarques sur le moi dans la déportation55 »,Dambuyant offre un récit tout à fait remarquable de sa déportation, qui allait laisser des traces irréversibles sur sa santé56, tout en lui permettant de faire preuve d’une vigueur exceptionnelle57. L’objectif de son intervention, néanmoins, était de contribuer non pas tant à une psychologie du déporté que, selon ses dires, à une psychologie de la personne – en correspondance avec les développements théoriques de Meyerson58.

  • 59 Dambuyant et Meyerson, 1946.

46Au lieu de reprendre son enseignement au lycée, elle demande un congé d’études, comme détachée à la recherche scientifique au CNRS. N’ayant plus à s’occuper de préparer des cours, sa collaboration avec Meyerson, « coincé » à Toulouse après la guerre, atteindra dans cette période son point culminant. Outre son article sur la déportation, Dambuyant consacre sa première année de congé à une seconde publication que Meyerson signe également (c’est le seul article qu’ils signeront en commun), sur les raisonnements de justification59, qui approfondit la question de l’ambiguïté des valeurs et des sentiments collectifs du moment. Il s’agit de mettre au jour les sentiments de culpabilité et de regret qu’ils jugent implicitement à l’œuvre dans les discours et certaines formes de justification, dans la France de l’après-guerre.

47Parallèlement, elle recommence à lire et à mettre en fiche des livres dont Meyerson a besoin lorsqu’il commence, enfin, à rédiger sérieusement sa thèse – pour sa candidature à la Sorbonne. C’est elle qui se charge des démarches à l’université, qui envoie à Meyerson des citations, des résumés et des références bibliographiques et qui l’encourage sans relâche à achever sa thèse.

Travaillez bien, Crocodile. Mettez-vous dans la peau de quelqu’un qui n’a rien à faire qu’un beau travail, au milieu des livres, à l’abri des choses, avec de grandes journées tout à lui. Mais n’ouvrez pas lesdits livres, c’est du divertissement. Écrivez ; on arrivera toujours à déchiffrer. (21 février 1947)

48Une fois la thèse rédigée, c’est elle qui dactylographie le manuscrit et qui met tout en œuvre pour que le livre soit prêt dans les temps. Le noyau de leur collaboration intellectuelle, cependant, se trouve dans sa formation aux études indiennes, essentielle à la formulation et à la mise en œuvre d’une psychologie historique. Le but du travail de recherche de Dambuyant dans cette période est d’apprendre le sanskrit et de se former comme indianiste pour faire, sous la direction de Meyerson, une thèse sur la personne dans l’Inde ancienne. Le premier témoignage public de cette participation apparaît dans un article de Meyerson de 1948.

Je dois à Mlle Dambuyant, qui prépare un travail sur cette question, ce résumé de l’histoire de la notion de personne dans la pensée de l’Inde. Qu’elle trouve ici tous mes remerciements. (Meyerson, 1987 [1948], p. 64)

  • 60 Paul Masson-Oursel (1882-1956), orientaliste et philosophe, directeur d’études des religions de l’ (...)
  • 61 Jean Filliozat (1906-1982), chaire de langues et littératures de l’Inde au Collège de France (1952 (...)
  • 62 Paul Mus (1902-1969), directeur d’études à la Ve section de l’EPHE et chaire de civilisations d’Ex (...)
  • 63 Anne-Marie Esnoul (1908-1996) enseigne le sanskrit à l’Institut de civilisation indienne de l’univ (...)

49Elle poursuit alors sa formation aux côtés de grands spécialistes : Paul Masson-Oursel60, Jean Filliozat61, Louis Renou, Paul Mus62 et Anne-Marie Esnoul63. Le lien s’établit ainsi entre Meyerson et les indianistes, qui verront le Journal de psychologie publier des analyses approfondies de leurs ouvrages ainsi que des textes fondamentaux de la pensée hindoue.

  • 64 Claire Bresson (1912-2009), peintre, est la compagne et l’assistante de Meyerson depuis la Seconde (...)

50L’étroite collaboration de Dambuyant et de Meyerson, néanmoins, n’était pas exempte de tensions. L’intense relation affective qui s’était établie entre eux avant la guerre, et qui avait fini par amener Marie-Hélène à se retirer discrètement – d’après Meyerson parce qu’elle avait compris que sa vie « n’était plus à elle, qu’elle était à vous » (6 mars 1948) –, a trouvé une fin abrupte quelques mois après le retour de déportation de Dambuyant. Dès septembre 1946, les brouillons des lettres de Meyerson nous présentent un homme profondément tourmenté par les « ombres » qui les séparent – en raison, semble-t-il, du rapport qu’il établit avec leur amie commune, Claire Bresson64. Il lui demande pardon de « ses erreurs, de ses maladresses et ses impatiences », qu’il se montre « désireux de réparer ». « [V]ous êtes toujours ma perfection » (12 septembre 1946) ; « [V]ous êtes mon air respirable et l’accord avec vous est une des conditions de mon existence » (20 septembre 1946).

Je vous ai aimée chaque jour plus, et je crois avec chaque jour plus d’admiration et de respect. […]. Je suis prêt à tout faire pour réparer mes erreurs – pour écarter ce qui vous heurte. […] [N]e créez pas de distance entre nous. (3 octobre 1946)

51C’est dans ces moments difficiles que Meyerson s’apprête à reconnaître le rôle que Dambuyant joue dans sa propre pensée et dans son action, non seulement comme inspiratrice et collaboratrice mais comme figure d’autorité même. Avant de « reprendre vraiment » son travail, il dit avoir « besoin de parler » avec elle ; car « c’est avec vous seulement que je peux penser maintenant » (22 septembre 1946). Il en va de même pour l’action politique :

Les formes d’action auxquelles j’avais pris part l’an dernier [collaboration aux journaux socialistes] disparaissent donc toutes. Comme vous n’y aviez pas participé, qu’au fond vous ne les approuviez pas beaucoup, je n’avais plus tendance à les continuer. Depuis longtemps, […], j’ai rêvé d’une action commune avec vous. […] Sans vous, je pense que je [ne] participerai plus à aucune ici. (22 septembre 1946)

  • 65 Elle se réfère à Claire Bresson.

52Tout en restant totalement fidèle à son projet et à ses entreprises, Dambuyant ne sera pas prête à atténuer la distance affective qui s’est établie entre eux. Pour la première fois elle se rebelle contre lui et ses demandes réitérées. Après lui avoir rétorqué qu’il a maintenant la chance d’avoir ce dont il a besoin, « quelqu’un qui accepte de ne pas exister, de n’avoir plus de volonté propre65 », elle garantit qu’elle lui donne ce qu’elle peut lui donner, « que ce soit autrement qu’avant, c’est à accepter comme un fait. Il reste des quantités de choses entre nous, des choses profondes et importantes » (20 février 1948).

53L’apogée de leur collaboration et le vrai démarrage de Dambuyant dans la recherche scientifique prennent ainsi place dans un contexte extrêmement délicat, avec des moments de crises aiguës, surtout quand Dambuyant demande en 1947, à l’insu de Meyerson, à être réintégrée à l’enseignement. En qualifiant cette décision d’irresponsable, il essaiera de la convaincre de changer d’avis dans une lettre particulièrement sévère :

À peine commencé, votre effort a été interrompu par la captivité, ralenti ensuite par la fatigue qui en est résultée et par les circonstances. […] Quoi qu’il en soit, l’année 1947-48 ne pouvait être considérée que comme une année décisive de travail plein, fécond et heureux. […]. Quant à penser que vous pouvez mener de front l’enseignement dans une classe de lycée et des études indiennes, ce n’est pas sérieux. […] ce n’est pas ni possible ni vrai. […] J’ai pensé que c’était mon devoir […] : quand une existence vous apparaît comme précieuse, on doit tout faire pour qu’elle se réalise pleinement. (8 septembre 1947)

54Dès ses débuts, la carrière de Dambuyant dans la recherche se voit ainsi entravée par des difficultés et de fortes hésitations. D’ailleurs, des va-et-vient entre le lycée et le CNRS se répéteront les années suivantes jusqu’à sa réintégration définitive à l’enseignement en 1952. Pendant ce temps, elle continue sa formation aux études indiennes, tout en commençant à donner ses premières conférences au Cercle d’études mystiques, à la demande de Masson-Oursel – qui s’intéresse surtout à son expérience de la déportation –, et à l’Institut de civilisation indienne du Collège de France. Elle se propose même de faire un article sur le problème de la personne en Inde, « pour dire ce que je vois jusqu’à présent. […] [P]our poser la question dans un sens de psychologie historique, je crois que c’est faisable » (1er février 1948). Dans le brouillon du rapport sur les recherches de « Mlle Dambuyant » que Meyerson rédige cette année-là, on voit qu’après avoir résumé ses progrès, il la décrit comme « un chercheur de premier ordre qui est aujourd’hui en pleine possession de ses moyens » (avril 1948).

  • 66 Dambuyant, 1959.
  • 67 Dambuyant, 1949.
  • 68 Dambuyant, 1950.
  • 69 Le brouillon de l’article de Guillaume, très critique envers l’approche historique en psychologie, (...)
  • 70 Voir Pizarroso, 2008b.

55L’article en question, sur la personne en Inde, ne verra cependant le jour qu’en 195966. Entre-temps, elle en publiera d’autres, comme « La dialectique bouddhique » pour la Revue philosophique67 que dirige Paul Masson-Oursel depuis 1939, où ce courant est présenté comme une philosophie du devenir, discontinuiste ; ou encore la longue analyse de l’ouvrage de Meyerson pour la Revue de métaphysique et de morale68 – qui vint remplacer celle, inédite, de Paul Guillaume69 et qui souligne les aspects qui permettent de présenter la psychologie historique comme une psychologie compatible avec le marxisme70.

  • 71 Meyerson reprend ces questions dans son deuxième cycle de conférences à la VIe section de l’EPHE : (...)

56À cet égard il faut noter que si, en 1938, elle avait assuré à Meyerson ne pas vouloir devenir communiste parce qu’elle n’était pas « prête à entrer dans une religion » (11 juin 1938), depuis octobre 1946, à l’apogée du PCF, qui bénéficiait de ses liens avec la résistance et était devenu le représentant par excellence de la classe ouvrière, elle avait décidé d’y adhérer : « [I]l est au bout du compte sans doute plus utile de travailler avec les communistes qu’avec les trotskystes » (1er octobre 1946). Par ailleurs, la Maison des Lettres, par l’intermédiaire de Jean-Pierre Vernant, lui demandera de faire une conférence sur « la personne et le communisme » (15 janvier 1949), un sujet dont s’occuperont également Meyerson et Vernant, eux aussi membres du PCF. Dans cette conférence, elle se propose de faire une critique du subjectivisme « avec critique de l’intention, de la sincérité, du journal intime, etc. », du « monadisme » et de la réponse du personnalisme, pour ensuite entreprendre la « partie positive » : la personne comme quelque chose à faire. Enfin, viendrait la partie historique71. « [J ]’ai affaire surtout à des communistes, qui ne se contenteront pas que je leur parle de la personne dans l’Inde ou en Chine » (20 janvier 1949). À cette époque, on lui demande aussi de rédiger des articles pour la revue les Cahiers du Sud.

  • 72 Société savante fondée en 1822 qui a comme organe d’expression le Journal Asiatique.

57Après une année d’enseignement au lycée Lamartine, Dambuyant demande sa dernière année de congé d’études (1951-1952) pour travailler à la Société Asiatique72 avec Filliozat. À ce moment, Meyerson, après avoir échoué à plusieurs reprises à la Sorbonne, avait enfin pu s’établir à Paris, ayant obtenu la chaire de psychologie comparative de la VIe section de l’EPHE, et les tensions entre eux s’étaient accrues. Elle reprend le thème de la personne en Inde. Son travail, pourtant déjà très avancé, traîne en longueur, en partie en raison de son inquiétude face à l’ampleur d’un tel sujet : « Il faut déjà beaucoup plus de confiance en soi que je n’en ai, en général et dans le détail de chaque page, pour entreprendre un sujet aussi énorme » (2 novembre 1951). Aux indianistes, elle préfère ne pas en parler : « [J]e n’oublie pas qu’ils sont opposés à ce sujet comme trop vaste et impossible à faire ; très long aussi ; je suis d’ailleurs du même avis, peu importe » (8 novembre 1951).

  • 73 Voir table 1 en annexe.

58En février 1952 elle affirme avoir fini son introduction, « c’est-à-dire la partie non-bouddhique de mon travail, qui me gênait tellement ; résumé difficile à faire ». Cependant, à peine trois mois plus tard, les tensions éclatent à nouveau. Et cette fois-ci, elles s’achèvent par une rupture de longue durée. Après lui avoir annoncé son intention de partir en Inde, leur correspondance s’arrête brusquement. Le nom de Dambuyant disparaît alors complètement des pages du Journal où elle signait pourtant depuis des années des dizaines de comptes rendus par an, sur l’Inde, bien sûr, mais aussi sur la personne (et le personnalisme), la psychologie (y compris le Traité de psychologie générale de Pradines), la sémiotique, la phénoménologie et la philosophie en général73.

La rupture et le retour à l’enseignement

  • 74 M. l’Inspecteur Général Jacob, 16 novembre 1954, Archives de l’Académie de Paris, AN, AJ/16/8947.
  • 75 AN, Dossier de carrière F/17/28277.

59Au lieu de partir en Inde, elle est réintégrée l’année suivante dans l’enseignement secondaire, à sa demande. D’après les rapports de sa directrice au lycée Hélène-Boucher et des Inspecteurs, c’est un « excellent professeur », « qui exerce sur ses élèves une forte et très heureuse autorité intellectuelle et morale »74. Elle y restera jusqu’en 1958, année où elle demande à être affectée au Centre national d’enseignement par correspondance, en raison d’importants ennuis de santé. En octobre 1962, elle sollicite un poste de professeur de philosophie en Algérie et part enseigner un an à Oran, avant de prendre sa retraite anticipée en raison de ses problèmes de santé (dystonie neuro-végétative avec troubles intestinaux, issues du séjour en camp de concentration, d’après le certificat médical75).

  • 76 Voir Gouarné, 2013.

60Tout au long des années 1950 et 1960, indépendamment de l’enseignement, nous pouvons suivre son activité intellectuelle dans les pages de La Pensée. Revue du rationalisme moderne, publication philosophique à caractère marxiste-léniniste76, où elle continue de mener une importante activité critique (sur l’Inde, la philosophie ou la situation politique du moment), en convergence avec son engagement militant.

  • 77 Voir table 2 en annexe.
  • 78 Ancienne élève de l’ENS de Sèvres et agrégée de lettres en 1930.
  • 79 Dambuyant et Bonne, 1954.
  • 80 Dambuyant, 1960a.
  • 81 Dambuyant, 1960b.
  • 82 Vernant, 1957, cité par Dambuyant, 1960b, 41.

61Outre des dizaines de comptes rendus77, nous trouvons trois articles dans La Pensée. Le premier, signé en collaboration avec Marguerite Bonne78, dénonce le caractère fallacieux des dualismes qui d’habitude se trouvent dans les dilemmes79. Le « ou », qui exclut, impose une pensée dualiste et pessimiste qui nous oblige à un sacrifice nous forçant à choisir entre deux alternatives également mauvaises. C’est un pessimisme métaphysique qui se traduit par un pessimisme politique : l’incapacité. Le deuxième article traite des tendances matérialistes de la pensée indienne, comme contre-courant à l’idéalisme dominant80. Enfin, le troisième81 est une étude, qui se situe tout à fait dans la continuité de la psychologie historique, sur les origines de la pensée rationnelle dans les civilisations anciennes (l’Inde, la Chine et la Grèce). Elle y synthétise les travaux sur le sujet, depuis le droit babylonien et la médecine indienne jusqu’aux origines de la pensée scientifique en Grèce analysées par Vernant82, dont elle suit de près les travaux.

  • 83 Dambuyant, 1956.
  • 84 Dambuyant, 1965a.
  • 85 Édité par Pauwels et Bergier en 1960, ce livre traite des civilisations disparues, sociétés secrèt (...)

62En outre, elle publie des textes dans d’autres supports éditoriaux, toujours liés aux cercles intellectuels communistes, comme la revue Europe, sur la poésie classique de Kâlidâsa83, ou comme l’Union Rationaliste, à laquelle elle fournit une contribution sur le Zen84 au volume Le crépuscule des magiciens, contre-attaque intellectuelle collective à l’ouvrage Le matin des magiciens, véritable phénomène éditorial au contenu parascientifique85.

  • 86 Dambuyant, 1959.
  • 87 Meyerson, 1973.
  • 88 Madeleine Biardeau s’était occupée de la philosophie brahmanique classique, André Bareau du bouddhi (...)

63Ce qui reste sa contribution la plus systématique à la psychologie historique est l’article qui paraît dans la Revue philosophique dans lequel elle expose, pour la première fois, toutes ses recherches précédentes sur la volonté en Inde86. Cet article est d’autant plus significatif qu’il paraît un an avant le colloque que Meyerson organise sur « Les problèmes de la Personne » en 1960 à Royaumont87 – auquel elle ne participe pas. Or, son étude, jamais citée dans le colloque, englobe en quelque sorte l’objet des trois contributions qui seront présentées dans la section consacrée à l’Inde88, car il traite des aspects de la volonté qui se dessinent dans le long parcours qui va des Véda, Brahmana et Upanishad anciennes jusqu’au bouddhisme. Voici ses conclusions : malgré un fond de doctrines non personnalistes, dominées par l’idée de transmigration, des aspects de la personne font apparition en Inde ancienne, qui sont liés à la conception du sujet connaissant, à l’autonomie de l’être intérieur et à la discipline des techniques du corps. Ces aspects s’accentuent dans le bouddhisme, où le moi concret, distinct, conscient de soi et responsable, capable d’initiative et d’efforts progressifs, est présent au départ. Mais la trajectoire cléricale, magique et gnostique qu’il prend ultérieurement entrave l’élaboration de ce moi.

La réconciliation

  • 89 Dambuyant, 1965b.
  • 90 Voir table 2 en annexe.

64En 1965, une lettre de Meyerson vient briser le silence établi entre eux depuis 1952. Il lui demande un article d’ensemble sur l’œuvre de Pradines, qu’elle étudiait depuis les années 1930. Quelques mois plus tard, le Journal de psychologie normale et pathologique publie son article en tête du numéro89, ce qu’elle considère comme « beaucoup d’honneur », ou plutôt « beaucoup de gentillesse » (14 septembre 1965). À partir de ce moment, sa relation avec Meyerson se rétablit. Leurs échanges épistolaires – Dambuyant ayant déménagé à Aix-en-Provence – retrouvent leur fréquence. Il s’agit de lettres au contenu prioritairement intellectuel, où ces deux insatiables lecteurs échangent et réfléchissent sur leurs dernières découvertes bibliographiques. Dambuyant reprend alors sa collaboration avec le Journal de psychologie, pour lequel elle rédige à nouveau de nombreux comptes rendus90.

  • 91 Dambuyant, 1968.
  • 92 Dambuyant, 1971.
  • 93 Malamoud et Fruteau de Laclos, 2017.

65À la suite d’une de ses études critiques, sur L’Homo Hierarchicus de Louis Dumont91, liée à ses réflexions sur la naissance du politique dans l’Inde ancienne, Dambuyant traduit et introduit une anthologie de L’Arthasastra : le traité de politique de l’Inde ancienne92. D’après l’indianiste Charles Malamoud, ses notes explicatives « sont un chef-d’œuvre d’intelligence93 ». Son introduction à ce traité, qui contient des conseils pour l’art du gouvernement ainsi qu’une description de la vie administrative et économique, s’étend sur les aspects relatifs à la pensée logique et à l’art de l’argumentation liés à cette administration impériale.

  • 94 Dambuyant, 1971 [1967].

66À cet égard, Dambuyant avait eu l’occasion de comparer ces formes logiques, ainsi que d’autres aspects de la pensée indienne, avec le cas de la Grèce ancienne, dans son compte rendu du livre de Vernant, Mythe et pensée chez les Grecs94, première grande contribution à la psychologie historique, qui avait éveillé son enthousiasme.

  • 95 Dambuyant, 1972.
  • 96 Dambuyant, 1990.
  • 97 Vernant, 1972.

67Signe de sa fidélité, Dambuyant n’hésitera pas à participer aux hommages que Meyerson reçoit de la part de ses amis. Lors du premier de ces hommages, à l’occasion de son 80e anniversaire, sa contribution portera sur l’analyse d’une formule védique95. Dans le deuxième, celui-ci posthume, son intervention reprendra une dernière fois la question avec laquelle sa recherche a débuté et s’est achevée : la personne dans la pensée indienne96. Cette fois, Dambuyant situe son étude du cas indien par rapport à l’histoire de la fonction en Occident, depuis la tragédie grecque étudiée par Vernant97. Dambuyant insiste dans ce dernier bilan sur les motifs, exposés dans son article de 1959, du blocage de la volonté en Inde, à savoir la rigidification des structures sociales, notamment celle que constitue la caste. Or ce blocage dans l’histoire de la volonté, nous dit-elle, n’est pas le monopole de l’Inde : il y a eu en Occident, sinon un blocage généralisé, du moins un « freinage idéologique important » de la volonté, notamment entre les ve et xviie siècles. La contribution de Dambuyant à la psychologie historique s’achève ainsi, par cette mise en perspective du développement de la volonté en Occident, tout en incorporant des réflexions sur la littérature de son temps.

  • 98 Dambuyant, 1981.
  • 99 Dambuyant, 1981, 29.

68À ce sujet, il faut noter qu’elle avait rédigé un dernier article pour le Journal de psychologie, en 1981, pour analyser la volonté dans la littérature contemporaine98. D’après cette analyse, il y aurait depuis la Seconde Guerre mondiale une « chute de la volonté », accompagnée et renforcée par une philosophie nihiliste, qui s’exprimerait dans une série de variantes de l’impuissance et de l’inefficacité : absence de projet, de résultat, d’autonomie, d’engagement et de souplesse. La caractéristique commune des personnages de cette littérature serait l’inutilité des efforts, la constatation du fait que « ça ne sert à rien de faire quelque chose99 ».

  • 100 Meyerson, 1987.
  • 101 Légataire universelle de Meyerson, c’est elle qui a donné ses papiers aux Archives Nationales et s (...)

69Ses tout derniers mots au sujet de Meyerson et de la psychologie historique apparaîtront dans les pages de La Pensée, pour rendre compte du volume Écrits100, le recueil des articles de Meyerson introduit par Jean Pierre Vernant et édité par Claire Bresson101.

Conclusion

70Bien que libre de contraintes familiales, Dambuyant a été longtemps soumise aux demandes de Meyerson, qui eut une influence déterminante sur sa formation et ses choix, au sein d’une relation à la fois scientifique et privée. Les trois profils que l’on voit se dessiner dans sa trajectoire (enseignement, recherche et politique) portent sans nul doute l’empreinte de cette relation, souvent ambivalente, qui fonctionne à la fois comme moteur de et obstacle à une carrière prometteuse et cependant inachevée. Au-delà des mécanismes institutionnels d’exclusion des femmes des institutions de recherche et d’enseignement supérieur à l’époque, l’asymétrie et les tensions issues de cette relation n’ont pas facilité sa carrière académique. Pourtant, ces obstacles ne l’ont pas empêché d’en faire une, même si ce fut aux marges du monde universitaire, tant au service des projets de Meyerson qu’au-delà.

71Sur le plan politique, Dambuyant, tout en admirant l’expérience de Meyerson, de vingt ans son aîné, et en lui demandant ses avis et ses conseils (sur la lutte antifasciste, le communisme ou le colonialisme), privilégie d’abord ses propres positions, depuis ses premiers engagements de jeunesse jusqu’à sa collaboration avec les réfugiés espagnols, sa participation à la Résistance ou son adhésion au PCF. Sur le plan savant, axe central de leurs vies, même si dans les premières années de leur relation elle a suivi de près ses travaux et ses idées, et fait constamment appel à sa sagesse et à son érudition, leur rapport s’est progressivement équilibré, pour aboutir à une admiration intellectuelle absolument réciproque. Sans cet échange savant, à en juger par les mots de Meyerson lui-même, il n’aurait jamais entrepris de formuler les principes de sa psychologie historique ; il n’aurait sans doute pas, non plus, achevé le seul livre qu’il a publié de son vivant. Leur collaboration, néanmoins, est toujours restée asymétrique, même après leur tardive réconciliation, après laquelle elle a non seulement repris son activité critique pour la section des comptes rendus mais a également préparé, entre autres, les actes des colloques qu’il organisait.

  • 102 L’indianiste Charles Malamoud « pense que Meyerson, dont elle était très proche, et Vernant, ont é (...)

72En tant que disciple de Meyerson, une partie très importante de son travail porte certainement la marque de ce dernier : en témoignent ses développements sur la psychologie de la personne, ses apports à l’histoire de la personne en Inde, ses analyses sur la volonté dans la littérature, ses réflexions sur les origines de la raison et la pluralité des rationalités et son insistance, manifeste dans ses comptes rendus, sur la dimension historique des faits et des idées. À côté de ces aspects, néanmoins, on voit une Dambuyant qui mène une carrière d’éminente professeure de philosophie, qui devient une indianiste de référence – un intérêt qui s’était manifesté bien avant la présentation du programme pour une psychologie historique et qui s’est développé bien au-delà d’une lecture psychologique des textes –, et qui fait valoir ses propres positions en ce qui concerne ces engagements politiques. Si elle a été sa disciple, elle ne l’a jamais été docilement ; elle a beaucoup travaillé pour lui, mais elle n’en a pas moins travaillé avec lui. Et si elle a subi l’influence de Meyerson, elle l’a certainement influencé en retour102.

73Soucieuse de protéger sa liberté, elle a toujours réussi à la préserver en mettant des limites aux demandes incessantes de Meyerson. Sans avoir, apparemment, adopté un discours ouvertement féministe, mais pleinement consciente de sa condition féminine et de son existence peu conventionnelle, elle a toujours revendiqué son autonomie. Contrairement à Meyerson, dont la dépendance aux autres s’avère absolue, cette femme indépendante et amie de la solitude n’a jamais eu « le besoin essentiel qu’on “s’intéresse” à elle », ainsi qu’elle-même s’exprimait en 1938.

  • 103 Vernant, 1987.
  • 104 Parot, 1996.

74Tandis qu’elle dévorait tout ce que d’autres publiaient – et en rendait compte –, son perfectionnisme infini (comme celui de Meyerson) ne lui a pas permis de publier davantage, ni surtout d’achever des livres dont elle avait pourtant esquissé le plan. Elle a cependant laissé une modeste mais captivante production intellectuelle, élaborée loin des institutions universitaires, auxquelles elle a fini par se sentir allergique. Or, si Meyerson est resté lui-même méconnu, Dambuyant, dans son ombre, a été davantage encore rendue invisible, y compris par ses propres collègues. Son travail dans le Journal de psychologie normale et pathologique, par exemple, n’a jamais été reconnu officiellement, tandis que Vernant, qui l’a remplacée dans la revue à partir de 1952 et est considéré comme l’héritier officiel de la psychologie historique, en a été immédiatement nommé secrétaire. De même, son travail sur la personne en Inde ancienne, bien qu’initialement reconnu publiquement par Meyerson, a non seulement été passé sous silence durant le colloque sur « Les problèmes de la Personne » mais il n’a jamais été cité ni commenté par son collègue helléniste, même lorsqu’il a traité de ce sujet et discuté les thèses de Dumont sur les origines de l’individualisme moderne103. De surcroît, lors du dernier hommage posthume que Meyerson a reçu en 1996104, l’existence de Dambuyant n’a pas même été mentionnée.

75Le travail de Dambuyant, qu’elle a dû mener parallèlement à son enseignement au lycée et qu’elle a réalisé de façon plus ou moins discontinue, est certes moins abouti que celui de son collègue Vernant et il est à présent dispersé et oublié. Pour autant, sa participation au développement d’une psychologie historique et comparative et à l’histoire intellectuelle de la seconde moitié du xxe siècle n’en a pas moins été importante.

Haut de page

Bibliographie

Archives d’Ignace Meyerson, 19920046 1 à 67, Archives nationales.

Arasa, Y., 2013, L’école des femmes. Victor-Hugo et Hélène-Boucher, deux lycées parisiens (1895-1945), Paris, L’Harmattan.

Charle, C., 1999, « Les femmes dans l’enseignement supérieur. Dynamiques et freins d’une présence 1946-1992 », dans Fridenson, P., Avenirs et avant-gardes en France xixe-xxe siècles. Hommage à Madeleine Rebérioux, Paris, La Découverte, p. 84-105.

Christen-Lécuyer, C., 2002, « Les premières étudiantes de l’Université de Paris », Travail, genre et sociétés, 2/4, p. 35-50.

Di Donato, R., 1996, « Le journal de psychologie de Meyerson : au Carrefour des sciences de l’homme », dans Parot, F. (éd.), Pour une psychologie historique. Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris, PUF, p. 119-130.

Dambuyant, M., 1935, « Étude critique de “Les illusions évolutionnistes” de André Lalande », Journal de psychologie, 32, p. 653-668.

Dambuyant, M., 1946, « Remarques sur le moi dans la déportation », Journal de psychologie normale et pathologique, 39, p. 181-203.

Dambuyant, M., 1949, « La dialectique bouddhique », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 139, p. 307-318.

Dambuyant, M., 1950, « La psychologie historique d’après M. I. Meyerson », Revue de métaphysique et de morale, 55, p. 312-316.

Dambuyant, M., 1956, « Un grand poète de l’Inde classique : Kâlidâsa », Europe, 127, p. 113-121.

Dambuyant, M., 1959, « Approches de l’idée de volonté dans l’Inde ancienne », Revue philosophique de la France et de l’étranger, 149, p. 1-20.

Dambuyant, M., 1960a, « Le matérialisme dans l’Inde ancienne », La Pensée, 92, p. 89-98.

Dambuyant, M., 1960b, « Les anciennes civilisations et les premières démarches de la raison », La Pensée, 94, p. 39-50.

Dambuyant, M., 1965a, « Une nouvelle panacée, le Zen », dans Le crépuscule des magiciens ; le réalisme fantastique contre la culture, Paris, Édition de l’Union rationaliste, p. 95-100.

Dambuyant, M., 1965b, « Pradines et la genèse du psychisme », Journal de psychologie normale et pathologique, 62, p. 145-161.

Dambuyant, M., 1967, « Psychisme et histoire. À propos d’un livre de J.-P. Vernant », Raison présente ; repris dans Psychologie et marxisme, Paris, Union Générale d’Éditions, 1971, p. 171-192.

Dambuyant, M., 1968, « Le système des castes selon Louis Dumont », Journal de Psychologie, 65, p. 105-109 ; repris dans Berthoud, G. et Busino, G. (éd.), 1984, L’exploration de la modernité. La démarche de Louis Dumont, Genève, Droz, p. 35-39.

Dambuyant, M. (éd.), 1971, L’Arthasastra : le traité de politique de l’Inde ancienne, Paris, M. Rivière [Choix et traduction des extraits par M. Dambuyant].

Dambuyant, M., 1972, « La possession du savoir. À propos d’une formule védique », dans Psychologie comparative et art. Hommage à I. Meyerson, Paris, PUF, p. 265-277.

Dambuyant, M., 1981, « Un moment de chute de la volonté », Journal de psychologie, 78, p. 5-29.

Dambuyant, M., 1990, « Avancées et blocages dans l’histoire de la volonté », Technologies, Idéologies, Pratiques, 8 (1-4), p. 55-64.

Dambuyant, M. et Meyerson, I., 1946, « Un type de raisonnement de justification », Journal de psychologie normale et pathologique, 39, p. 385-404 ; repris dans Meyerson, I., Écrits, Paris, PUF, 1987, p. 208-220.

Dambuyant, M. et Bonne, M., 1954, « L’âge du dilemme », La Pensée, 56, p. 24-39.

Gouarné, I., 2013, L’introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Malamoud, C. et Fruteau de Laclos, F., 2017, « Entretien avec Charles Malamoud », Socio-anthropologie, 36, p. 189-200.

Meyerson, I., 1929a, « Images-éclairs », Journal de psychologie, 26, p. 569-576.

Meyerson, I., 1929b, « Les images », Journal de psychologie, 26, p. 625-709 ; repris dans Dumas, G. (éd.) Nouveau traité de psychologie, t. II, Paris, PUF, 1932, p. 541-606.

Meyerson, I., 1935a, « Le caractère symbolique des actes chez l’homme », Conférence à la Société française de sociologie.

Meyerson, I., 1935b, « Remarques pour une théorie du rêve ; observations sur le cauchemar », Conférence à la Société française de psychologie, 14 février 1935.

Meyerson, I., 1936, « Sur l’analyse des actes chez l’homme et le niveau humain », Conférence à la Société française de psychologie.

Meyerson, I., 1937, « Remarques pour une théorie du rêve ; observations sur le cauchemar », Journal de psychologie, 34, p. 135-150.

Meyerson, I., 1987, Écrits, Paris, PUF.

Meyerson, I., 1995 [1948], Les fonctions psychologiques et les œuvres, Paris, Albin Michel.

Meyerson, I., 1948, « Discontinuités et cheminements autonomes dans l’histoire de l’esprit », Journal de psychologie, 61, p. 273-289 ; repris dans Meyerson, I., Écrits, Paris, PUF, 1987, p. 53-65.

Meyerson, I. (éd.), 1973, Problèmes de la personne, Colloque du Centre de recherches de psychologie comparative (Royaumont, 29 septembre-3 octobre 1960), Paris/La Haye, Mouton.

Meyerson, I. et Guillaume, P., 1930a, « Quelques recherches sur l’intelligence des singes ; communications préliminaires, Société française de psychologie, 13 décembre 1928 », Journal de psychologie, 27, p. 92-97.

Meyerson, I. et Guillaume, P., 1930b, « Recherches sur l’usage de l’instrument chez les Singes. I. Le problème du détour », Journal de psychologie, 27, p. 177-236.

Meyerson, I. et Guillaume, P., 1931, « Recherches sur l’usage de l’instrument chez les Singes. II. L’intermédiaire lié à l’objet », Journal de psychologie, 31, p. 481-555.

Meyerson, I. et Guillaume, P., 1934, « Recherches sur l’usage de l’instrument chez les Singes. III. L’intermédiaire indépendant de l’objet », Journal de psychologie, XXXI, p. 497-554.

Meyerson, I. et Guillaume, P., 1937, « Recherches sur l’usage de l’instrument chez les Singes. IV. Choix, correction, invention », Journal de psychologie, 34, p. 425-448.

Parot, F. (éd.), 1996, Pour une psychologie historique. Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris, PUF.

Pizarroso, N., 2008a, « La psychologie historique vue par la psychologie expérimentale. Analyse d’une rencontre manquée », Revue d’histoire des sciences, 61, p. 339-434.

Pizarroso, N., 2008b, « La vertiente marxista de la Psicología Histórica: las intervenciones de Meyerson ante el Partido Comunista Francés » [Le versant marxiste de la psychologie historique : les interventions de Meyerson devant le Parti communiste français], Revista de Historia de la Psicología, 29, p. 185-193.

Pizarroso, N., 2018a, Ignace Meyerson, Paris, Les Belles Lettres.

Pizarroso, N., 2018b, « Henri Delacroix, Ignace Meyerson e Marcel Mauss. Uma Rede Desconhecida », dans Mauss, M., Relações Reais e Praticas entre a Psicologia e a Sociologia (éd. M. Consolim, R. Weiss, N. Pizarroso), São Paulo, EDUSP, p. 165-190.

Sowerwine, C., 1978, Les femmes et le socialisme, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Vernant, J.-P, 1957, « Du mythe à la raison : la formation de la pensée positive dans la Grèce archaique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 12/2, p. 183-206.

Vernant, J.-P, 1965, Mythe et pensée chez les Grecs. Études de psychologie historique, Paris, La Découverte.

Vernant, J.-P., 1996b, « Deux inédits retrouvés dans les archives », dans Parot, F. (éd.), Pour une psychologie historique. Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris, PUF, p. 47-59.

Vernant, J.-P., 1972, « Ébauches de la volonté dans la tragédie grecque », dans Psychologie comparative et art, Hommage à I. Meyerson, Paris, PUF, p. 277-306 ; repris dans Vernant, J.-P. et Vidal-Naquet, P., Mythe et tragédie en Grèce ancienne. Tome I, Paris, La Découverte, 2001, p. 41-74.

Vernant, J.-P., 1987, « L’individu dans la cité », dans Veyne, P. et. al., Sur l’individu. Contributions au colloque de Royaumont, Paris, Seuil, p. 20-37 ; repris dans L’individu, la mort, l’amour, Paris, Gallimard, 1989.

Vidal, F. et Parot, F., 1996, « Ignace Meyerson et Jean Piaget : une amitié dans l’histoire », dans Parot, F. (éd.), Pour une psychologie historique. Écrits en hommage à Ignace Meyerson, Paris, PUF, p. 61-76.

Haut de page

Annexe

Table 1 : Liste des livres analysés au Journal de psychologie (1946-1950)

1946, 39 : W. Dilthey, Introduction à l’étude des sciences humaines ; L. Lavelle, Du temps et de l’éternité ; D. Christoff, Le temps et les valeurs ; M. Nédoncelle, La personne humaine et la nature ; R. Le Senne, Traité de caractérologie ; J. Cazeneuve, La psychologie du prisonnier.

1947, 40 : M. Nédoncelle, Vers une philosophie de l’amour ; P. M. Schuhl, La fabulation platonicienne ; M. Néel, Descartes et la princesse Elisabeth ; G. Mottier, Art et conscience ; L. Bopp, Catalogisme, ou Esquisse d’une philosophie de l’omnipotence ; L. Bopp, L’art de vouloir, d’aimer, de comprendre. Nouveaux exercices spirituels ; M. Pradines, Traité de psychologie générale ; J. Hersch, L’être et la forme.

1948, 41 : P. Sandor. Histoire de la dialectique ; S. Lupasco, Logique et contradiction ; J. Laporte, La conscience de la liberté ; J. Delanglade, H. Schmalenbach, P. Godet et J. L. Leuba, Signe et symbole ; M. Loeffler-Delachaux, Le cercle. Un symbole ; Ph. Muller, De la psychologie à l’anthropologie, à travers l’œuvre de Max Scheler ; A. Lalande, La raison et les normes ; E. G. Boring, H.S. Langfeld, H.P. Weld, Foundations of psychology ; T.G. Andrews, Methods of psychology.

1949, 42 : J. Filliozat, Magie et médecine ; M. Éliade, Le mythe de l’éternel retour. Archétypes et répétition.

1950, 43 : Z. Barbu. Le développement de la pensée dialectique ; S. Pétrement, Le dualisme chez Platon, les Gnostiques et les Manichéens ; S. Pétrement, Le dualisme dans l’histoire de la philosophie et des religions ; P. Masson-Oursel, La pensée en Orient ; A. Foucher, La vie du Bouddha, d’après les textes et les monuments de l’Inde ; S. de Ganay, Les devises des Dogon ; A. Spir, Lettres inédites au professeur Penjon ; K. Prasad, The psychology of meaning ; H. Bouchet, Introduction à la philosophie de l’individu ; J. Grenier, Entretiens sur le bon usage de la liberté ; P. Diel, Psychologie de la motivation ; R. Grenier, Le rôle de l’accusé ; G.W. Allport et L. Postman, The psychology of rumor.

1952, 45 : W. Jankélévitch, Traité des vertus ; M. Eliade, Le chamanisme et les techniques archaïques de l’extase ; H. Ringgren, Word and wisdom. Studies in the hypostatization of divine qualities and functions in the ancient Near East ; J. Masui (éd.) Approches de l’Inde. Tradition et incidences ; M. Semenof, Pour connaître la pensée du Bouddha ; Sh. Aurobindo, Trois Upanishads ; J. Herbert, L’enseignement de Ramakrishna ; S. Vivekananda, Jñana-Yoga.

Table 2 : Liste des livres analysés dans La Pensée

1955, 63 : Gérard Deledalle, Histoire de la philosophie américaine ; 64 : Jeanne Delhomme, Temps et Destin. Essai sur André Malraux.

1956, 67 : Descartes, Lettres ; 68 : J.A.B. van Buitenen, Râmânuja on the Bhagavad-Gitâ.

1957, 72 : Jean Baumier, La Route de Bandoung ; André Bareau, Les premiers conciles bouddhiques ; R. B. Cattell, La personnalité ; 74 : Descartes, Correspondance.

1960, 89 : Comprendre. Revue de politique de la culture ; 90 : Debiprasad Chattopadhyaya, Lokâyata, A study on ancient Indian Materialism ; 92 : Présence du bouddhisme. France-Asie, revue mensuelle de culture et de synthèse ; 93 : Ludwig Feuerbach, Manifestes Philosophiques. Textes choisis (1839-1845).

1961, 98 : Clément Rosset, La philosophie tragique ; 100 : Jean Boulier-Fraissinet, La philosophie indienne ; Jean Grenier, Absolu et choix.

1962, 106 : Textes choisis (Aristote, Epicure et les epicuriens, les stoiciens, Spinoza, Berkeley) ; Ivan Gobry, La Personne ; Christmas Humphreys, Le Bouddhisme.

1966, 125 : François Heidsieck, Simone Weil ; Maurice Cornforth, Marxism and the linguistic philosophy. Lawrence and Wishart ; 129 : Swami Nityabodhananda, Science du Yoga.

1969, 143 : Camille Drevet, Gandhi. Sa vie, son oeuvre, avec un exposé de sa philosophie ; Le Veda. Textes réunis et présentés par Jean Varenne ; Swami Nityabodhananda, Mythes et religions de l’Inde.

1971, 158 : Charles Bettleheim, L’Inde indépendante ; Jean Filliozat, Les philosophies de l’Inde.

1987, 259 : Ignace Meyerson, Écrits. Pour une psychologie historique.

Haut de page

Notes

1 Selon Ignace Meyerson, la personne, avec tout ce que cette notion englobe (vie intérieure, continuité du moi, sentiment de responsabilité et d’agentivité, source des actes), n’est pas une catégorie immuable de l’être humain, mais une fonction tardive et complexe, en construction permanente à travers l’histoire.

2 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre monographie sur Ignace Meyerson (Pizarroso, 2018a).

3 Professeur de Psychologie Générale à la faculté des lettres de Paris, dont il a été le Doyen de 1928 à sa mort, Henri Delacroix (1873-1937) a également été un des fondateurs de l’Institut de psychologie en 1921. Meyerson le considère comme son maître.

4 Meyerson ne sera nommé directeur du Journal de psychologie normale et pathologique qu’en 1938, avec Paul Guillaume et Charles Blondel, mais dans la pratique il a assumé des fonctions de direction dès 1920, quand il en a été nommé le secrétaire (Di Donato, 1996).

5 Lettre de Vernant à Meyerson, 24 août 1948, Archives nationales (AN) 19920046/60.

6 L’ensemble est composé de plus de mille lettres de Marinette Dambuyant à Meyerson (1035 lettres manuscrites, 28 télégrammes, 3 cartes de visite paraphées), de 1927 à 1983, avec une parenthèse entre 1952 et 1965 ; et d’une cinquantaine de lettres d’Ignace Meyerson à Marinette Dambuyant (54 lettres manuscrites – brouillon –, 7 lettres dictées à Claire Bresson – brouillon –, 1 télégramme), de 1934 à 1983). En outre, il y a dans cet ensemble un certain nombre de lettres relatives à l’arrestation de Marinette Dambuyant par les Allemands. Nous avons exploré particulièrement la première période de leur correspondance (1927-1952) : AN 19920046/49, inventaire des Fonds Ignace Meyerson (1888-1983), par Thérèse Charmasson, Daniel Deméllier, Françoise Parot et Geneviève Vermès.

7 Je remercie vivement Régine Plas et Thibaud Trochu de m’avoir facilité l’accès à son acte de naissance et à son dossier de carrière (F/17/28277).

8 Yaelle Arasa indique qu’il était « préposé aux Eaux-et-Forêts » (Arasa, 2013, 301). À sa mort, il a laissé plusieurs propriétés à sa fille. Par ailleurs, dans la revue Le Diable au xixe, no 14, 1895, son nom apparaît lié à la franc-maçonnerie.

9 Jamais elle ne se réfère à sa mère, Pauline Augustine Cornillon (1882-1968).

10 En 1926, il y avait 18 % de bachelières (Christen-Lécuyer, 2002).

11 Marie-Hélène Latrilhe (1889-1979) a enseigné également au Lycée Fénelon et a été directrice de collège à Perpignan. Après avoir appartenu au mouvement catholique du Sillon, elle a adhéré la SFIO, où elle a rencontré Meyerson en 1908.

12 Gustave Cohen, Les Nouvelles littéraires, 4 janvier 1930, cité par Carole Christen-Lécuyer (2002, 35).

13 Christen-Lécuyer, 2002.

14 Durant l’été 1932 on peut lire dans Le Temps que l’auberge Gui, située rue Amyot, « doit sa naissance à une généreuse donatrice, Mlle Dambuyant » (1932-07-14 ; Numéro 25890). Après la fermeture de cette auberge, elle investit dans d’autres maisons qui seront gérées par une amie proche, Cathe Descroix.

15 La Ligue française pour les Auberges de la Jeunesse, fondée en 1930 par Marc Sangnier, était une association catholique. Une association laïque sera fondée en 1933 par Marcel Auvert.

16 La psychasthénie est une catégorie introduite par Pierre Janet. C’est une forme de psychonévrose caractérisée par l’apparition d’idées fixes, de délires incomplets, de manies partielles et d’états anxieux, qui pourtant n’altèrent pas gravement le fonctionnement général du raisonnement, de la mémoire et du jugement.

17 Vidal et Parot, 1996.

18 Maurice Pradines (1874-1958) était alors professeur de philosophie générale à l’université de Strasbourg, où il comptait Charles Blondel, Maurice Halbwachs et Lucien Febvre parmi ses collègues. Le livre analysé est le premier volume de sa Philosophie de la Sensation, de 1928.

19 Dambuyant, 1935.

20 Meyerson, 1935b, 1936.

21 Meyerson, 1935a.

22 Président de la Société de psychologie en 1923, Marcel Mauss a publié à son tour dans le Journal de psychologie, à plusieurs reprises, à la demande de Meyerson (voir Pizarroso, 2018b).

23 Meyerson, 1929a et b, 1937 ; Meyerson et Guillaume, 1930a et b, 1931, 1934, 1937.

24 Désiré Roustan (1873-1941), élève de Bergson et agrégé de philosophie en 1899. Il devient Inspecteur de l’Académie de Paris en 1919 puis Inspecteur général de l’Instruction Publique en 1929.

25 Fondé en mars 1934 par Alain, Paul Rivet et Paul Langevin, à partir de la prise de conscience du péril fasciste en France. Il recrute des milliers d’adhérents, pour la plupart des enseignants du Secondaire.

26 René Gosse (1883-1943), mathématicien, ancien élève de l’ENS, cofondateur (avec Paul Mistral) du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes à Grenoble. Membre de la Résistance, il sera assassiné avec son fils en 1943.

27 Lucienne Gosse (1883-1975), ancienne élève de l’École normale supérieure de jeunes filles à Sèvres.

28 Le développement d’un féminisme socialiste avait été tenté en France en 1899, avec la création du Groupe des Femmes socialistes, mais l’alliance entre féminisme et socialisme n’a pas eu de succès. La participation féminine au socialisme est faible (jusqu’en 1939, la SFIO ne compte que 2 à 3 % d’adhérentes) et le féminisme se replie sur une base bourgeoise (Sowerwine, 1978).

29 Geneviève Bianquis (1886-1972) est reçue première à l’agrégation d’allemand en 1908 et la dixième femme reçue docteur ès lettres à la Sorbonne. Formée par Charles Andler, elle participe à la traduction des œuvres complètes de Nietzsche et enseigne dans le secondaire avant d’être nommée, en 1930, maîtresse de conférences à la faculté des lettres de Dijon.

30 À partir de ce moment, en 1932, les deux hommes commencent un échange épistolaire (AN 19920046/45). Plus tard, en 1937, quand Bachelard présentera son livre La Dialectique de la Durée à la Société française de philosophie à Paris, il demandera à Meyerson d’intervenir dans la discussion.

31 Romain Rolland, La vie de Ramakrishna, Paris, Librairie Stock, 1929.

32 Ramakrishna (1836-1886) est un sage et mystique de l’Inde moderne qui a vécu des extases depuis son enfance. Pour lui, toutes les religions recherchent le même but : l’union avec Dieu. Vivekananda (1863-1902), son disciple, introduisit la philosophie védantique en Occident après avoir parcouru l’Inde en ermite errant.

33 Agrégée d’anglais en 1935, Simone Dalimier (1904-2000) était la fille de l’homme politique Albert Dalimier qui fut plusieurs fois ministre entre 1914 et 1934. Elle aussi était une habituée de la maison de Meyerson, qu’elle avait rencontré en 1924 à la Sorbonne.

34 Bien qu’étant l’une des chaires les plus féminisées, la première chaire en faculté des lettres attribuée à une femme ne le fut qu’en 1934 et la première chaire à la faculté des lettres de Paris en 1947 (Charle, 1999, 84).

35 Charle, 1999.

36 Yerkes, R. et Spragg, S.D.S., « La mesure du comportement adapté chez les chimpanzés », Journal de psychologie, 34, 1937, p. 449- 474 ; Adams, D. K., « Recherches sur la comparaison successive avec grandes différences chez les rats », Journal de psychologie, 34, 1937, p. 532-553 ; Rubin, E., « Quelques expériences sur les rapports entre les domaines auditif et tactile vibratoire », Journal de psychologie, 35, 1938, p. 19-25. Pour chaque article, il est indiqué qu’ils ont été traduits par « Mlle. M. Dambuyant ».

37 Romain Rolland, Quinze ans de combat, Paris, Rieder, 1935.

38 « Chez Nous » fait référence à la maison qu’elle avait toujours partagée à Paris avec des amis et camarades, où elle logeait quand elle ne restait pas chez Meyerson à Ablon.

39 Lucien Hérard (1898-1993) adhère au Parti socialiste SFIO à la fin de l’année 1934. Il organise à Dijon, avec l’aide de sa femme Jeanne, un petit groupe de militants publiant le bulletin L’Effort socialiste et syndicaliste, et organisa en Côte-d’Or la tendance Gauche révolutionnaire.

40 La Gauche révolutionnaire, fondée en 1935, regroupait les éléments les plus à gauche de la SFIO.

41 Cette intention se révèle liée à la tragique disparition, en décembre 1937, de Delacroix, à qui il dédiera sa thèse (à côté de l’historien Charles Seignobos, disparu pendant la guerre).

42 C’est la première fois qu’elle habite toute seule car, en province, elle était logée comme pensionnaire chez des propriétaires, et à Paris, elle était « Chez Nous ».

43 Cité par Vernant, 1996, 47.

44 Il s’agit de sa contribution aux premières Journées de la Société toulousaine de psychologie comparative, sur « Le travail et les techniques » (23 juin 1941).

45 D’après le récit d’une ancienne élève, « c’était quelqu’un pour nous de prodigieux » : « C’était une âme ardente, tourmentée, avec laquelle nous avions des rapports profonds » (cité par Arasa, 2013, 380).

46 Voir Vernant, 1996.

47 Les Brahmana (ixe-ve siècles av. notre ère) sont des commentaires aux Veda, les textes les plus anciens de l’Inde (1500-1000 av. notre ère) ; ils expliquent la connaissance sacrée pour son usage dans les sacrifices. Les Upanishad anciennes (viie-vie siècles av. notre ère) enseignent les pensées secrètes des Veda. Le Bouddhisme apparaît et se développe à partir du ve siècle av. notre ère.

48 Louis Renou (1896-1966) enseigne le sanskrit à l’École Pratique des Hautes Études (EPHE) et à la Sorbonne, où il dirige l’Institut de civilisation indienne.

49 Parmi les enseignantes du lycée qui s’engagent, éventuellement dans d’autres groupes, il y a aussi Marie-Thérèse Chauvin (professeure de lettres), Denise Maugendre (professeure d’anglais, mutée à Bordeaux) et Marie-Louise Richard-Gouttenoire (professeure de lettres-philosophie) qui, avec son mari René Gouttenoire, héberge chez elle Jean Moulin. Toutes bénéficient du soutien discret de la directrice, Louise Fontaine (Arasa, 2013).

50 Arasa, 2013, 383.

51 Dans les brouillons de lettres à Dambuyant après son retour, Meyerson la nomme parfois « Mon chère enfant ».

52 Lettre de Meyerson à Simone Dalimier, 21 octobre 1944, 19920046/48.

53 L’expression appartient à Meyerson, qui écrit : « Je pense à votre retour, […] au miracle de votre retour. Je vous remercie de ce miracle » (12 septembre 1946). Des plus de 110 000 immatriculées des camps de concentration de mai 1939 à avril 1945, 90 000 sont mortes.

54 Lettre de Meyerson à Henri Piéron, 27 décembre 1944, Archives d’Henri Piéron, AN, 520 AP 8.

55 Dambuyant, 1946.

56 « Très affaiblie, elle souffre de traumas physiques irréversibles ; arthrose vertébrale et cervicale, troubles gastro-intestinaux séquelles de la dysenterie, syndromes asthéniques, fatigabilité, troubles du sommeil, insomnies, céphalées et pertes de mémoire la poursuivent toute sa vie. » (Arasa, 2013, 414). « J’ai été arrêtée puis déportée. Je redoute un peu l’effort nerveux et social de l’enseignement, surtout en philosophie. » (Dambuyant, citée par Arasa, ibid.).

57 Voir aussi le récit collectif de l’Amicale de Ravensbrück et l’Association des déportées et internées de la Résistance, Les Françaises à Ravensbrück, Paris, Gallimard, 1967.

58 Voir Pizarroso, 2018a, 140-145.

59 Dambuyant et Meyerson, 1946.

60 Paul Masson-Oursel (1882-1956), orientaliste et philosophe, directeur d’études des religions de l’Inde à l’EPHE, et directeur de la Revue philosophique de la France et de l’étranger, avec Émile Bréhier, à partir de 1939. Collaborateur habituel du Journal de psychologie, il devient, en 1939, président de la Société de psychologie.

61 Jean Filliozat (1906-1982), chaire de langues et littératures de l’Inde au Collège de France (1952), fondateur de l’Institut français de Pondichéry (1955) et directeur de l’École française d’Extrême-Orient.

62 Paul Mus (1902-1969), directeur d’études à la Ve section de l’EPHE et chaire de civilisations d’Extrême-Orient au Collège de France (1946). D’après Dambuyant, il est celui qui ressemble le plus à Marcel Mauss.

63 Anne-Marie Esnoul (1908-1996) enseigne le sanskrit à l’Institut de civilisation indienne de l’université de Paris. 

64 Claire Bresson (1912-2009), peintre, est la compagne et l’assistante de Meyerson depuis la Seconde Guerre mondiale.

65 Elle se réfère à Claire Bresson.

66 Dambuyant, 1959.

67 Dambuyant, 1949.

68 Dambuyant, 1950.

69 Le brouillon de l’article de Guillaume, très critique envers l’approche historique en psychologie, avait déclenché une réponse énergique de la part de Meyerson (voir Pizarroso, 2008a).

70 Voir Pizarroso, 2008b.

71 Meyerson reprend ces questions dans son deuxième cycle de conférences à la VIe section de l’EPHE : « Quelques aspects de l’analyse de la personne aujourd’hui », 31 mai 1949 (AN 19920046/6).

72 Société savante fondée en 1822 qui a comme organe d’expression le Journal Asiatique.

73 Voir table 1 en annexe.

74 M. l’Inspecteur Général Jacob, 16 novembre 1954, Archives de l’Académie de Paris, AN, AJ/16/8947.

75 AN, Dossier de carrière F/17/28277.

76 Voir Gouarné, 2013.

77 Voir table 2 en annexe.

78 Ancienne élève de l’ENS de Sèvres et agrégée de lettres en 1930.

79 Dambuyant et Bonne, 1954.

80 Dambuyant, 1960a.

81 Dambuyant, 1960b.

82 Vernant, 1957, cité par Dambuyant, 1960b, 41.

83 Dambuyant, 1956.

84 Dambuyant, 1965a.

85 Édité par Pauwels et Bergier en 1960, ce livre traite des civilisations disparues, sociétés secrètes, sciences occultes et ésotérisme. Son succès a inspiré la revue Planète.

86 Dambuyant, 1959.

87 Meyerson, 1973.

88 Madeleine Biardeau s’était occupée de la philosophie brahmanique classique, André Bareau du bouddhisme et de la délivrance, et Louis Dumont des institutions (droit sur le sol, parenté et système de castes). Elle aura l’occasion de commenter brièvement ces travaux lors de son analyse du premier livre de Vernant dédié à la psychologie historique (Dambuyant, 1967).

89 Dambuyant, 1965b.

90 Voir table 2 en annexe.

91 Dambuyant, 1968.

92 Dambuyant, 1971.

93 Malamoud et Fruteau de Laclos, 2017.

94 Dambuyant, 1971 [1967].

95 Dambuyant, 1972.

96 Dambuyant, 1990.

97 Vernant, 1972.

98 Dambuyant, 1981.

99 Dambuyant, 1981, 29.

100 Meyerson, 1987.

101 Légataire universelle de Meyerson, c’est elle qui a donné ses papiers aux Archives Nationales et sa bibliothèque à l’Université Paris XII, désormais université Paris-Est Créteil-Val-de-Marne.

102 L’indianiste Charles Malamoud « pense que Meyerson, dont elle était très proche, et Vernant, ont été préparés par elle, notamment, à saisir l’importance de l’Inde » (Malamoud et Fruteau de Laclos, 2017, 194).

103 Vernant, 1987.

104 Parot, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Noemí Pizarroso López, « La carrière de Marinette Dambuyant, professeure de philosophie, psychologue et indianiste dans l’ombre d’Ignace Meyerson »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 151-181.

Référence électronique

Noemí Pizarroso López, « La carrière de Marinette Dambuyant, professeure de philosophie, psychologue et indianiste dans l’ombre d’Ignace Meyerson »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4202 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4202

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals