Navigation – Plan du site
Dossier

Edgard Milhaud, un économiste au Bureau international du travail

Faire science en économie sociale, ou la quête d’autonomie d’un savant
Edgard Milhaud, an economist at the International Labour Office. Making science in social economy, or a scientist’s quest for autonomy
Marine Dhermy-Mairal
p. 93-112

Résumés

Économie politique, économie sociale, science économique : dans l’entre-deux-guerres, ces différentes dénominations procèdent d’un intense travail de tracé de frontières qui vise à définir la bonne manière de « faire science ». Celle-ci est caractérisée ici par le travail de l’économiste Edgard Milhaud dans le cadre de l’Enquête sur la production qu’il a réalisée au Bureau international du travail entre 1920 et 1925. Cet article propose ainsi de situer cette enquête dans le champ de l’économie politique à partir du travail de démarcation auquel a procédé l’économiste, sur la base d’une mise à distance des idéaux et d’une consolidation du mode d’administration de la preuve. Ce faisant, il s’interroge sur les conditions de possibilité de l’exercice d’une pratique scientifique en contexte administratif et politique.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie tous les relecteurs mobilisés par la Revue d’histoire des sciences humaines pour avoir abondamment commenté les différentes versions de cet article. Je leur suis très reconnaissante.

1Qu’est-ce que l’économie sociale ? Cette question, les théoriciens de l’économie se la posent encore. En vogue dans la deuxième moitié du xixe siècle, cette expression perd rapidement du terrain à partir de 1900, puis disparaît presque dans les années 1920 pour ne faire son retour que dans les années 1980 sous la forme de l’« économie sociale et solidaire » (Dreyfus, 2017). La difficulté réside dans sa dualité : ancrée dans la pratique, elle réunit un ensemble de structures de nature diverse, mutuelles, associations, coopératives. Attachée à un corps de doctrines, elle regroupa des traditions de pensée (libérales, chrétiennes et socialistes) dont la coexistence fut parfois difficile. Si cette ambivalence a été mise en avant par de nombreux historiens, la revendication scientifique de l’économie sociale a été rarement soulignée et étudiée, en raison de la difficulté à en établir le périmètre par rapport à l’économie politique. André Gueslin a ainsi proposé l’idée selon laquelle l’« économie sociale veut être, ni plus ni moins, une autre façon de faire de l’économie politique » (Gueslin, 1987, 3). Mais pourquoi, comment et avec quels résultats ? Dans la période qui m’intéresse, celle de l’entre-deux-guerres, bien des savants entendaient renouveler l’économie politique orthodoxe héritée des travaux de Jean-Baptiste Say. La multiplicité des dénominations et la diversité des pratiques scientifiques sous un même vocable donnent à cette « autre façon » un caractère quelque peu flottant : la sociologie économique, l’historicisme des écoles historiques allemandes ou encore l’économie mathématique anglaise n’ont-ils pas tous revendiqué une autre façon de faire de l’économie politique, en termes de méthode ? À supposer même que l’on restreigne cette « autre façon » à la délimitation de son objet, par exemple à la substitution de l’individu rationnel par l’individu social, l’économie sociale ne se distingue pas davantage de la sociologie économique durkheimienne ou même d’une certaine économie politique : elle ne devient « plus qu’une dimension d’une pensée économique en mouvement à la fin du siècle » (ibid., 5). La multiplicité des dénominations procède d’un travail de tracé de frontières auquel cet article voudrait contribuer.

  • 1 Le Centre international de recherches et d’information sur l’économie publique, sociale et coopéra (...)
  • 2 En 1948, il fut nominé pour le prix Nobel de la paix, à l’initiative d’un de ses anciens étudiants (...)
  • 3 Lettre de Georges Fleury à Guillaume-Léonce Duprat du 25 janvier 1923. Archives du Bureau internat (...)

2Pour cela, j’entends étudier l’économiste et fonctionnaire Edgard Milhaud (1873-1964), personnalité éminente de la première moitié du xxe siècle : savant engagé, il fut non seulement l’un des principaux fers de lance du milieu de l’économie sociale, en particulier au sein du mouvement coopératif1, mais occupa aussi une place remarquable dans la mouvance pacifiste2. Dans les années 1920, il dirigea l’Enquête sur la production, conduite dans le cadre du Bureau international du travail (BIT), qui constituera mon objet principal d’étude. En restant au plus près de son propos, de ses pratiques d’enquêteur et de ses réseaux d’appartenance, je voudrais comprendre comment il entendait « faire science » en matière d’économie, en l’occurrence faire de l’économie politique autrement. Comment a-t-il articulé son souci constamment affirmé de scientificité avec son parti pris normatif extrêmement favorable au mouvement coopératif ? Comment a-t-il justifié et légitimé sa méthode et les résultats obtenus ? Pourquoi surtout n’a-t-il jamais repris à son compte l’expression d’« économie sociale » pour désigner son travail, lui préférant celle d’« économie politique » ou de « science économique », alors que l’un de ses collègues du BIT n’hésitait pas à affirmer en privé que l’organisation internationale était un « laboratoire d’économie sociale3 » ?

3Pour le comprendre, je vais étudier à la fois la continuité de la pensée et de l’action de Milhaud entre 1902 et 1925, et l’inflexion qu’elles ont connue avec son recrutement par le BIT. Le premier document sur lequel je m’appuie concerne la leçon d’ouverture du cours d’économie politique de Milhaud à la faculté de lettres et sciences sociales de l’université de Genève, où il venait d’être recruté comme professeur d’économie politique en 1902 : dans ce texte, l’économiste se livre à un exercice d’histoire des idées afin de situer son projet, sa démarche et son ambition par rapport aux autres écoles d’économie politique. Le second ensemble de mon corpus concerne la réalisation de l’Enquête sur la production entre 1920 et 1925. Milhaud procède alors à un travail de clarification méthodologique qui manifeste son exigence de scientificité. Ces documents seront complétés par les archives du BIT et le fonds Edgard Milhaud des Archives d’État de Genève qui permettront d’éclairer certains enjeux de l’entreprise de l’économiste, en particulier ses relations avec le directeur du BIT, Albert Thomas. Ce corpus me permet ainsi de proposer l’hypothèse suivante : pour Milhaud, les aspirations idéales devaient être le point d’arrivée de toute enquête d’économie politique, et non un point de départ comme dans l’économie sociale telle que Charles Gide la définit à la même époque. Je montrerai ainsi que « faire science » en économie politique, leitmotiv majeur de l’économiste de Genève, supposait pour lui de mettre à distance les idéaux et de consolider le mode d’administration de la preuve. Après avoir brièvement retracé la trajectoire de l’économiste et montré en quoi l’Enquête sur la production pourrait être apparentée à une enquête d’économie sociale, je décrirai la méthode déployée par son auteur pour « faire science » et légitimer la coopération, méthode fondée sur l’usage abondant des statistiques et sur la référence récurrente à une « méthode expérimentale » dont il s’agit de comprendre l’usage fait dans le cadre de l’économie politique.

Milhaud et le BIT : un coopérateur pour une enquête d’économie sociale ?

  • 4 Sa trajectoire, ses activités scientifiques, politiques et administratives sont l’objet d’un livre (...)
  • 5 Il y obtient une licence de lettres puis l’agrégation de philosophie (il est classé deuxième, deva (...)
  • 6 Il écrit alors dans de nombreux journaux (La Lanterne, Le Peuple, L’Humanité) et, à partir de 1899 (...)

4Le parcours extrêmement riche de Milhaud4 peut être décrit en quatre périodes professionnelles qui correspondent à autant de séquences de publications. La première correspond à sa formation intellectuelle à la Sorbonne5 puis au sein du socialisme du tournant du xxe siècle6. Ses ouvrages sont alors tournés vers l’étude de l’actualité politique française et le socialisme en France et en Allemagne (Milhaud, 1899, 1903, 1904, 1905, 1908a). Une deuxième séquence démarre à la faveur de son recrutement comme professeur d’économie politique de l’université de Genève en 1902, puis lors de la Première Guerre mondiale : Milhaud se fait théoricien de l’économie politique et s’intéresse à l’établissement de la Société des Nations (SDN) pour la coopération internationale et la paix (Milhaud, 1912, 1915, 1917, 1919). La troisième séquence suit sa prise de poste comme chef du service de la production au BIT, position importante qui l’engage beaucoup plus sur le terrain de l’économie politique internationale, notamment en raison des crises économiques des années 1920-1930 (Milhaud, 1925, 1933, 1935). Une quatrième et dernière séquence débute avec la Seconde Guerre mondiale et les débuts de la guerre froide, qui voit la fondation par Milhaud du Centre international de recherches et d’information sur l’économie publique, sociale et coopérative (Milhaud, 1946, 1947, 1948, 1951).

  • 7 D’après Francis Wolf dans son discours nécrologique du 11 septembre 1964 à l’université de Genève. (...)
  • 8 Prochasson, 1999. Ce socialisme normalien regroupait les anciens dreyfusards de l’École normale su (...)

5Mais au-delà de sa carrière individuelle brillante, il faut essayer de situer Milhaud dans ses réseaux collectifs pour expliquer son itinéraire, en particulier son recrutement par le BIT. Il connaissait de longue date le futur directeur de l’institution, Albert Thomas. Ils se seraient connus dès le congrès du Parti socialiste d’Amsterdam en 19047, alors que Milhaud était déjà installé à Genève depuis deux ans. Tous deux rédacteurs pour le journal de Jean Jaurès, L’Humanité, fondé la même année, Milhaud s’occupait plus précisément de la section des « questions économiques » (Mucchielli 1998, 234). Plus tard, il contribua régulièrement aux Cahiers du socialiste fondé par Thomas en 1911 et édité par la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO). Plus largement, il fit pleinement partie, sans être normalien lui-même, du milieu du « socialisme normalien8 », proche en particulier des philosophes et sociologues Émile Durkheim, Robert Hertz et Marcel Mauss, contribuant au bulletin bibliographique Notes critiques de François Simiand dès 1900 et membre fondateur du Groupe de l’unité socialiste en 1908, vitrine politique et intellectuelle du mouvement.

  • 9 Son absence des notices biographiques consacrées aux coopérateurs par Michel Dreyfus et Patricia T (...)
  • 10 En 1925, la revue change de nom et devient Les Annales de l’économie collective, puis Annales de l (...)
  • 11 La collectivité productrice ne désigne pas ici les dirigeants d’entreprise, mais les ouvriers prod (...)
  • 12 Discours d’Edgard Milhaud au 12e congrès de la Fédération nationale des coopératives de consommati (...)
  • 13 Fauquet, 1935. Docteur en médecine en 1899 avec une thèse sur « le travail en chambre considéré du (...)

6Comme la plupart de ses collègues, il était aussi coopérateur9 et partisan d’un socialisme réformiste. En 1908, il créa sa propre revue, Les Annales de la régie directe10, dont le premier numéro avançait qu’il était temps que fût assurée « la coopération féconde de la collectivité productrice et de la collectivité consommatrice » (Milhaud, 1908b), deux milieux qui peinaient alors à se parler (Dreyfus, 2017, p. 96)11. Il fut également membre de la Fédération nationale des coopératives de consommation, où il s’exprima souvent sur la nécessité d’organiser la vie économique « selon l’esprit et à l’image de la coopération12 ». La participation de Milhaud à la coopération n’est sans doute pas étrangère à son recrutement au BIT, même si le service de la coopération fut attribué à Georges Fauquet (1873-1953), futur théoricien de la coopération13. Thomas était en effet un grand partisan de ce mouvement, en particulier des coopératives de consommation (Poisson, 1933), et l’on sait combien il se démena, en vain cependant, pour tenter de donner aux coopérateurs une représentation officielle au sein des instances administratives du BIT (Louis, 2013). À défaut d’une représentation officielle, la présence des coopérateurs dans les murs de l’organisation ne put être que favorable au mouvement coopératif.

  • 14 Milhaud consacra la leçon d’ouverture de son cours d’économie politique pour l’année 1914 à « L’éc (...)
  • 15 « L’organisation économique de la paix devant la Société des nations ». Recueil des cours de l’Aca (...)

7Milhaud avait cependant d’autres cordes à son arc pour être particulièrement légitime dans la direction de l’enquête du BIT sur la production, dont l’objectif premier était de comprendre l’impact de la réduction du temps de travail sur le niveau de production mondiale. L’agrégation de philosophie en poche, il fut recruté en 1899, avec l’appui de l’influent bibliothécaire de l’École normale supérieure, Lucien Herr, au Cabinet Waldeck-Rousseau du ministère du Commerce et de l’Industrie. Recruté sur un poste de conseiller économique, il supervisa la réduction du temps de travail des femmes en France (Maitron, 1976). Peu de temps après, en 1902, il devint professeur d’économie politique à la faculté de lettres et sciences sociales de l’université de Genève, et en devint le doyen en 1915 (Busino et Stelling-Michaud, 1965). Enfin, il fut parmi les premiers à militer en faveur d’une SDN, multipliant ouvrages et conférences, à peine trois mois après le déclenchement de la Grande Guerre14. Comme le suggère une notice nécrologique : « La Société des nations pour lui, c’était l’humanité pacifiée, réconciliée et s’engageant sur tous les plans – économique, social, culturel, politique – dans la voie de la coopération » (Gausi, 1964) : « la Société des Nations [nous dit Edgard Milhaud] porte en elle le germe de la coopération économique des nations »15.

  • 16 Son salaire annuel est alors de 24 000 francs suisses. Il quitta l’organisation après la mort de T (...)
  • 17 Le BIT caractérise le dumping social par un « avantage [que se donnent certains États] sur le cham (...)
  • 18 Il se composait de délégués gouvernementaux, de délégués de syndicats ouvriers et de délégués de s (...)
  • 19 La SDN, tutelle du BIT, plus prompte à soutenir une économie politique classique fondée sur une id (...)

8C’est donc un savant, un homme de réseau et de conviction parfaitement au fait des problèmes internationaux et des réflexions sur l’économie sociale qui est recruté au BIT en 192016. En quoi consiste alors cette institution ? Fondée par le traité de Versailles en 1919 dans l’idée de lutter contre le dumping social17 et de favoriser par ce biais la paix internationale, l’Organisation internationale du travail se dota d’un conseil d’administration tripartite18 et d’un secrétariat, le BIT. Composé d’une petite centaine de fonctionnaires dans ses premières décennies, il mit en place un certain nombre de divisions, dont une division scientifique chargée de mener des enquêtes relatives aux conditions de travail dans le monde. En réalité, cette division empiéta souvent sur le terrain de la SDN qui avait mis en place, dès 1920, un comité économique et financier dont la tâche était précisément d’enquêter sur la vie économique. Au nom de l’inséparabilité de la sphère économique et de la sphère sociale, la division scientifique fut souvent tentée de mener des enquêtes ressortissant à l’économie politique19. Parmi elles, l’Enquête sur la production est une étude chiffrée sur la production mondiale. Composée de huit tomes et de publications de synthèse, elle trouve son origine dans une demande des représentants patronaux du Conseil d’administration, qui souhaitaient savoir si la journée de huit heures accordée aux ouvriers par la Conférence de Washington en 1919 ne risquait pas d’entraver le processus de reprise de la production, à un moment où les États ruinés peinaient à retrouver un niveau de production adéquat. À la demande des représentants ouvriers, un objectif plus large fut assigné à l’enquête : étudier tous les facteurs susceptibles d’influer sur la production, plutôt que la seule journée de huit heures dont les représentants ouvriers craignaient qu’elle ne fût désignée responsable et remise en question. Puis, face au changement de conjoncture économique au cours de l’enquête, cette dernière fut réorientée vers la compréhension de la crise économique des années 1920, et Milhaud en est nommé directeur par Thomas.

  • 20 Ainsi, le questionnaire destiné aux coopératives, notamment de consommateurs, fut conçu en collabo (...)
  • 21 Milhaud, Enquête sur la production, t. 8, p. 973. C’est moi qui souligne.
  • 22 Ibid., p. 1591.

9Son parti pris pour une conception coopérative de la vie économique internationale transparaît à plusieurs reprises dans l’étude, dont les résultats furent extrêmement favorables à la coopération – le contraire eût été étonnant20. Évoquant la « facilité [avec laquelle] les adversaires de la coopération triomphent d’une légende qu’ils ont eux-mêmes forgée et qui tend à faire croire que les coopératives vendent plus cher que les commerçants », Milhaud démontre, chiffres à l’appui, que ce n’est pas le cas : « les résultats sont particulièrement concluants et ils armeront nos amis pour leur lutte contre les procédés des mercantis21 ». Le parti pris pour la coopération ne peut être plus clair. Louant plus loin l’action des coopératives dans la lutte contre la dépression des années 1920, il n’hésitait pas à affirmer que « des méthodes de coopération économique internationale se présentent comme devant fournir les solutions recherchées22 ». Le tome 8 de l’enquête, en particulier, peut être lu comme un véritable plaidoyer en faveur de la coopération. Milhaud, du reste, ne cachait pas ses ambitions auprès des coopérateurs. Dans son discours devant les membres de la Fédération nationale des coopératives de consommation, il attribuait à la SDN une fonction de développement de la coopération :

  • 23 Milhaud, 1925, 127. Un an plus tard, au 13e congrès de la Fédération des 13 et 14 mai 1926 à Lille (...)

La Société des Nations pourrait développer dans cette direction ses efforts. Par des conférences, par son organisation économique qui, dès aujourd’hui, exerce une activité importante, par le développement de cette organisation, en liaison avec le Bureau international du travail, grâce aussi au concours d’organismes tels que les coopératives et leur représentation centrale, la Société des Nations pourrait ordonner la vie économique internationale et, ainsi, appliquer les principes d’une politique qui ne serait ni la vieille politique protectionniste, ni la vieille politique libre-échangiste, mais cette politique spécifique de la coopération que M. Gide caractérisait déjà en 191723.

  • 24 Thomas lui-même ne disait pas autre chose : « Il m’a paru que le Bureau international du travail d (...)

10C’est, disait-il plus loin, « cette conception coopérative de la vie économique internationale que nous nous efforçons de faire triompher24 ». Les conclusions de l’Enquête sont d’ailleurs sans appel : la réduction du temps de travail n’a pas influé sur la production, parce qu’elle a pu être compensée par une amélioration des outillages techniques et par une meilleure organisation du travail :

  • 25 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas, 19 novembre 1924. ABIT, CAT 6B-6-2-3.

Les faits se passent de commentaire : la réforme des huit heures a bien été, d’une part, instigatrice de réformes d’ordre technique, d’autre part, génératrice de bien-être et de progrès physique, intellectuel et moraux. Au moment où je clôture cette partie de ma tâche, j’éprouve la grande satisfaction de constater que l’effort systématique de recherche que représente toute l’enquête aboutit à mettre en lumière, sur ce point particulier, la coïncidence de l’intérêt physique et moral des travailleurs et de l’intérêt économique général de la société25.

  • 26 Waline, 1976, 42.
  • 27 Lettre de l’Organisation internationale des employeurs industriels à Albert Thomas, le 14 février (...)
  • 28 De fait, l’affaire fut portée devant la Cour permanente de justice internationale. Si cette derniè (...)
  • 29 Il s’agit du point de vue de Robert Pinot, alors représentant de l’Union des industries minières e (...)

11Pouvait-il en être autrement ? Le BIT pouvait-il scier la branche sur laquelle il était posé en avouant les « méfaits » de la journée de 8 heures ? Ce parti pris explique que les représentants patronaux du Conseil d’administration furent vent debout contre l’enquête et demandèrent qu’elle fût publiée au nom de l’auteur plutôt qu’au titre du BIT. En effet, l’Enquête, « cette vaste étude économique où perçaient naturellement [les] idées personnelles [d’Edgard Milhaud]26 », risquait de « fausser les idées de ceux qui ne sont point familiarisés avec les phénomènes sociaux économiques et [de] leur faire croire que la crise actuelle est le résultat d’un régime capitaliste ou individualiste27 ». Les représentants patronaux estimaient en outre que Milhaud avait trahi le Conseil d’administration en conduisant une enquête approfondie sur les faits économiques, les causes des maux économiques et les solutions à apporter : une interprétation restrictive des statuts du BIT indiquait que l’organisation n’avait pas les compétences juridiques pour organiser des enquêtes relatives à la vie économique internationale28. La demande de publication en nom propre fut refusée par Thomas ; l’enquête parut au nom du BIT, mais les représentants patronaux conditionnèrent sa parution à la mention explicite qu’ils s’en désolidarisaient entièrement : l’un d’entre eux avançait qu’une enquête de ce genre n’aurait jamais dû être votée par le Conseil d’administration29. De toute façon, les dépenses pour l’enquête étaient déjà engagées, et Thomas estimait que les critiques patronales n’entachaient en rien la scientificité de l’enquête. Autrement dit, les chiffres parlaient d’eux-mêmes.

« Il n’est de science que de chiffres30 » : méthode expérimentale et revendication de scientificité

  • 30 Cette citation est extraite de l’article de Marius Viple « L’œuvre scientifique du Bureau internat (...)
  • 31 D’après un comptage réalisé par mes soins à partir du tome 1er de l’Enquête sur la production, par (...)

12Face à ces contestations, la revendication de scientificité dans l’Étude dirigée par Milhaud passe en effet d’abord par la présence massive de chiffres : on compte 1 394 tableaux statistiques et 868 graphiques pour 6 500 pages, répartis sur les huit tomes. Ces données ont été récoltées par Milhaud et ses collaborateurs, à travers une documentation statistique de seconde main en plusieurs langues et un questionnaire de quatorze pages traduit en seize langues, destiné aux gouvernements, aux organisations économiques patronales et ouvrières, aux industries et aux organisations coopératives31. Ceci témoigne de son souci empirique associé à une ambition expérimentale revendiquée : « constater les faits sera notre première tâche, les expliquer sera la seconde » (Milhaud, 1920-1925, 51), explique-t-il en guise de préambule. On trouve ensuite la volonté de partir de faits variés et complexes tels qu’ils se présentent, plutôt que de quelques faits élémentaires :

On a prétendu, de différents côtés, que la cherté de la vie était la conséquence de la journée de 8 heures ; on a dit aussi qu’elle était le fruit naturel de la hausse des salaires. L’observation fragmentaire de quelques faits peut paraître justifier de pareilles conclusions ; on voit ce qu’elles deviennent lorsque l’on fait intervenir les éléments de mise au point nécessaires. (Ibid., 68)

13Refusant tout autant l’usage des statistiques descriptives de l’école historique allemande que l’usage des statistiques mathématiques des statisticiens anglais, Milhaud prône la méthode expérimentale, seule à même de « situer à sa place, parmi tant d’autres facteurs [de la baisse de la production], la réduction du temps de travail » (Milhaud, 1920-1925, 1575). À la méthode statistique, simple accumulation de constatations brutes, réclamée par les représentants patronaux du Conseil d’administration, Milhaud opposait la nécessité d’obtenir des explications : « une accumulation de chiffres n’aurait pas pu fournir des lumières et c’est de lumières, c’est d’explications, non de constatations brutes, que l’on avait besoin » (Ibid.). Pour étudier l’effet propre – l’expression est bien entendu anachronique – de la réduction du temps de travail, il fallait

en d’autres termes, appliquer à une telle étude la méthode des sciences expérimentales, qui procèdent moins par l’accumulation que par l’observation attentive des faits, en faisant varier certaines conditions ou en prenant note avec soin de toutes les variations observables dans le déroulement spontané des phénomènes. C’est en se plaçant à ce point de vue, tout en s’appuyant sur l’ensemble de la documentation pratiquement accessible, que l’on a étudié tour à tour les grandes expériences faites avant la guerre, les variations de la durée du travail au cours de la période de guerre et les changements correspondants constatés dans la production, enfin la réforme générale des huit heures au lendemain de la guerre. (Ibid.)

14Observer le déroulement des phénomènes dans le temps et dans l’espace pour pouvoir les comparer, faire varier les conditions, voilà mise en œuvre par Milhaud dans les huit tomes de son enquête la méthode des variations concomitantes, qui consiste à faire des statistiques un « moyen d’expérimentation et de preuve » (Simiand, 1922, 1), grâce aux « exemples d’expérience naturelles ou spontanées » (ibid., 11) que fournissent l’histoire et ses bouleversements politiques, économiques et sociaux : observer les covariations, regarder si ces covariations se reproduisent dans le temps et dans l’espace, prendre soin de discuter les dépendances cachées.

  • 32 Lettre collective à Albert Thomas du 31 mai 1921. Elle est signée par L. Carozzi, J.J. de Roode, G (...)

15Sa volonté de « faire science » se traduit également dans l’autonomie qu’il ne cessa d’exiger au cours des cinq années de l’Enquête. Contrairement à un certain nombre de coopérateurs, praticiens de l’économie sociale, Milhaud n’a jamais renoncé à son ambition scientifique. « La première condition de la recherche scientifique, c’est la liberté32 », comme l’affirmait une lettre de protestation collective à l’intention de Thomas, et dont Milhaud fut signataire. C’est au nom de la science qu’il réclamait à Thomas davantage de temps pour poursuivre et conclure son travail ; c’est au nom de la science qu’il défendait son enquête sur la production face aux attaques des milieux patronaux. Tout au long de son enquête, le fonctionnaire fut en effet critiqué pour le manque de scientificité et d’objectivité de son travail, et pour son incapacité à réduire l’ampleur de ses recherches. Trop coûteuse en temps, sa méthodologie semblait aux uns peu scientifique, et aux autres trop peu adaptée à l’urgence et aux incertitudes de l’agenda politique, économique et social. Face à ces attaques, il ne cessa de défendre son intégrité et son autonomie de savant. Sa défense est de deux ordres. Elle se fait d’abord au titre d’une vision déterministe du monde social, que cette vision soit pleinement la sienne ou qu’elle relève d’une stratégie de défense relative à la cohérence de son travail. Elle repose ensuite sur un argument d’autorité.

16Milhaud situe en effet son travail dans un imaginaire scientifique déterministe. Dans une note à Thomas, qui le pressait de terminer son enquête quitte à mettre des notes de bas de page pour indiquer les analyses qui ne pouvaient être réalisées, l’économiste répondit de la façon suivante :

  • 33 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. ABIT, AT, CAT 6B-6-1.

Avez-vous pu regarder le dernier chapitre, sur la crise des débouchés, examiné les 70 pages d’analyse des causes, de la nature et des conséquences de cette crise, voir comment j’ai, non seulement mis en valeur la documentation assemblée, mais arraché aux statistiques officielles utilisées dans les 250 pages de ce chapitre, leur secret – et la preuve que la crise des débouchés plonge ses racines dans la ruine, dans les ruines de l’Europe. Vous rendez-vous compte du travail qu’il y a derrière cette preuve […] ? Vous me disiez un jour : mettez une note pour expliquer que vous n’avez pas pu recueillir telle donnée. Je vous comprends. Il fallait, à tout prix, finir. Mais j’ai le devoir de me défendre. Quand un horloger veut transmettre le mouvement d’une pièce à une autre, il ne peut pas, même s’il est pressé, mettre une note : il met une roue. J’ai agencé les pièces du rapport les uns aux autres, le mécanisme marche, la conclusion tient : cela en valait la peine33.

  • 34 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. Archives d’État de Genève (AEG), AP.23.3. (...)
  • 35 Annotation d’Albert Thomas sur la lettre d’Edgard Milhaud du 16 novembre 1923. AEG, AP.23.3.6.
  • 36 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 1er avril 1924. AEG, AP.23.3.6.

17Ces paragraphes insistent sur le volume de travail nécessaire à l’établissement de facteurs explicatifs et des relations de causalité. Il existerait un « secret » du déroulement des phénomènes, un secret que la science serait à même de découvrir grâce à la mise en ordre des nombres. Cette conception d’une vérité cachée, qui est également celle de Gaston Bachelard, est tout à fait cohérente avec l’imaginaire déterministe d’un certain nombre de positivistes, qui consisterait à affirmer l’existence de lois de causalité dans le domaine économique et social, sur la base d’une homologie parfaite entre le monde économique et social et le monde physique et mécanique. Ce déterminisme, caractérisé depuis le Traité de la mécanique céleste de Laplace, par la métaphore de l’horlogerie, était cela même qui justifiait la primauté des considérations scientifiques sur toute autre considération quelles qu’elles fussent. Ce déterminisme justifiait l’autonomie du savant, parce que le savant n’était guère que le héraut chargé de révéler l’enchaînement mécanique préexistant des phénomènes économiques et sociaux. Cet imaginaire déterministe fut cela même qu’Edgard Milhaud mit en avant pour justifier la nécessité de lui laisser toute latitude dans l’exercice quotidien de ses fonctions de scientifique. Le directeur du BIT, néanmoins, était écartelé entre les exigences patronales et la volonté de voir cette enquête traduire le rayonnement de l’œuvre scientifique entreprise par le Bureau. L’un des enjeux pour Thomas était de faire connaître le travail du BIT dans un but de légitimation de l’organisation, aux yeux des États membres et aux yeux de la SDN. Or, attaqué d’un côté par les milieux patronaux qui étaient scandalisés par la nature de l’enquête, et pressé de l’autre par les États membres et la SDN d’en finir avec l’Enquête sur la production, il n’avait guère le choix que de faire pression sur Milhaud afin qu’il la termine coûte que coûte. D’ailleurs, régulièrement soumis à des coupes dans son budget, Thomas fut souvent contraint de malmener le service de la production, par des notes quotidiennes, par des menaces de licenciement de ses collaborateurs ou des refus de recrutement. Milhaud garda rancœur de ces notes quotidiennes, « parce que c’était trop34 ». Très tôt, dès le mois de février 1921, il envisagea de démissionner et le fit savoir dans une lettre assez violente qu’il terminait en disant qu’il « [aspirait] au moment prochain où, [sa] tâche terminée, [son] rapport déposé, [il] quitterai[t] cette maison ». Alors qu’il avait demandé le concours de cinq traducteurs pour l’Enquête courant 1923, pour traduire les documents collectés auprès des organisations étrangères, Thomas s’était emporté en annotant sa demande de la façon suivante : « Et puis quoi encore ? Je me demande si je ne vais pas interrompre la publication. Ce sera plus simple. Vous êtes désolant35. » « Je vous assure [disait-il encore], que tout cela va finir très mal36. » En juin 1924, Thomas insista de nouveau :

  • 37 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 12 juin 1924. AEG, AP.23.3.6.

Je voudrais que vous ayez terminé votre enquête sur la production. – Dites-moi où vous en êtes. Je le voudrais d’autant plus qu’il y a quantité de besogne où vous pourriez être tout à fait utile pour le Bureau37.

18Cette demande laissa Milhaud dubitatif. Il répondit dans une lettre pleine d’amertume que le « principe même de la continuation de [sa] collaboration » était en question.

  • 38 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. AEG, AP.23.3.6.

Je ne dirai oui que si des garanties me sont données, que si l’on me fournit des moyens, un champ d’action, une autorité, une situation morale à la mesure du passé que j’ai apporté au Bureau et à l’œuvre que j’y ai accomplie. Et si les circonstances ou les hommes en décident autrement, eh bien ! c’est dans un autre cadre que je poursuivrai mon effort dont rien ni personne ne déplacera jamais l’objectif38.

  • 39 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 13 avril 1921. ABIT, CAT 10-91-14.

19Si Thomas tenait à garder son fonctionnaire pour une « raison d’autorité personnelle, [une] raison de confiance entière en [sa] valeur scientifique, [et la] nécessité d’avoir auprès de [lui] un certain nombre de collaborateurs à qui [il] puisse se fier39 », il fallait en retour lui accorder une entière autonomie dans son travail savant. La pratique de l’économie sociale n’impliquait nullement, aux yeux de l’économiste, de sacrifier ni la scientificité de l’enquête, ni son autonomie de savant.

Entre durkheimiens et gidiens : le positionnement intellectuel de Milhaud

  • 40 Notamment des coefficients de corrélation qui auraient pu trouver ici une application idoine. Est- (...)
  • 41 Les raisons de ce refus sont multiples : raisons de santé, mais aussi inquiétude quant à la possib (...)
  • 42 Lettre d’E. Milhaud à A. Thomas du 18 novembre 1920. Missions d’Edgard Milhaud à Berlin et Paris. (...)
  • 43 Milhaud rapporte à Thomas le contenu de sa conversation avec Simiand. Lettre d’Edgard Milhaud à Al (...)

20Le « faire science » de Milhaud est donc clairement revendiqué : mathématisation de la réalité économique et sociale, travail d’enquête empirique, par compilation de données et par questionnaire, observation et explication sur le modèle des sciences expérimentales, autonomie du savant. Est-ce original, ou bien cela s’inscrit-il dans une tradition ? Si l’usage des statistiques n’est pas nouveau dans l’économie politique des années 1920, il est loin d’être aussi répandu qu’on le pense : l’intérêt des économistes pour les statistiques a été d’abord marginal, puis très progressif (Le Van Lemesle, 2004). Ceux qui leur confèrent un rôle majeur dans l’administration de la preuve sont en nombre très réduit. Il s’agit essentiellement des sociologues qui ont développé une sociologie économique dans les pas de Durkheim, suivant le programme que ce dernier avait tracé dans Les règles de la méthode sociologique et Le suicide. Maurice Halbwachs fut l’un d’entre eux, et Milhaud partage par exemple avec lui une grande réticence à l’égard des statistiques mathématiques anglaises40. Mais c’est surtout avec François Simiand qu’il faut rapprocher l’économiste genevois : sa méthode de la « phénoménoscopie effective » est directement inspirée de la méthode expérimentale de Claude Bernard (Simiand, 1932 ; Frobert, 2000), référence commune à Gide et reprise par Milhaud lorsqu’il écrit que, dans l’Enquête, il faut « appliquer […] la méthode des sciences expérimentales » (Milhaud, 1923, 1575-1576) pour étudier les facteurs empêchant la reprise de la production après la Première Guerre mondiale. Ce rapprochement avec Simiand n’est pas fortuit : l’économiste a tenté en novembre 1920 de le recruter comme collaborateur extérieur pour diriger la partie française de l’Enquête sur la production. À défaut de pouvoir obtenir cette collaboration41, il mit un point d’honneur à ce que son programme de travail fût approuvé par lui : « il m’a déclaré [dit le fonctionnaire à propos de Simiand], que dans les conditions où nous nous trouvions placés […], notre programme de travail lui paraissait satisfaisant42 ». De fait, la critique de Milhaud à l’égard de la méthode statistique est proche de celle que Simiand développera en particulier dans les années 1930, par exemple : « l’économie expérimentale est aussi peu de l’économie conceptuelle pure que de l’histoire ou de la statistique simple. Elle veut s’établir sur des faits et non sur des idées ; mais elle veut dépasser la constatation des faits et vise à des relations susceptibles d’expliquer ces faits » (Simiand, 1932, x). Cependant, si Milhaud connaissait bien Simiand, il serait anachronique de rapporter le travail du fonctionnaire aux expérimentations statistiques du Simiand des années 1930 : en 1920, ce dernier commence tout juste à travailler sur son allocution de 1921 à la Société de statistique de Paris, qui ne sera publiée qu’en 1922 sous le titre de Statistiques et expérience. Le fonctionnaire mit en pratique le programme « ingrat » de l’expérimentation statistique (Simiand, 1922, 64) ; ses efforts pour « faire science » restèrent néanmoins très en deçà de l’ambition d’une sociologie économique, du fait de l’ampleur du travail à réaliser. Simiand estimait ainsi que collecter des données entre 1914 et 1921 était aussi arbitraire que scientifiquement sans valeur : « une étude rigoureusement scientifique devrait non seulement se rapporter au-delà de la période de la guerre, mais suivre les mouvements du demi-siècle qui a précédé, ou même de tout le dix-neuvième siècle43 ». Si Milhaud mit cinq années pour rédiger son enquête, Simiand mit dix ans à rédiger son ouvrage sur Le salaire, l’évolution sociale et la monnaie… Incontestablement, il était difficile de mettre en œuvre une sociologie économique rigoureuse au BIT, et ce d’autant plus que les enquêtes de l’organisation étaient censées répondre à des enjeux pratiques immédiats. Le travail de Simiand représentait néanmoins une référence pour Milhaud en matière de scientificité.

21Une influence tout aussi forte vient de Charles Gide, autour duquel gravitait un certain nombre de sociologues de l’école durkheimienne et qui assumait la volonté de « faire science » à des fins de légitimation de ses aspirations idéales (Demoustier et Rousselière, 2007). Le premier numéro de la Revue des études coopératives paru en 1921, dont le comité de rédaction comprenait notamment Célestin Bouglé, Marcel Mauss et Charles Gide, est particulièrement clair quant à cette ambition tout aussi scientifique que normative :

  • 44 « Lettre à nos lecteurs », Revue des études coopératives, 1, novembre-décembre 1921, p. 4.

L’étude sociale est aussi malaisée qu’elle est récente. Du moins nous avons la certitude que les problèmes sociaux doivent être observés et étudiés au moyen de la méthode scientifique qui a si magnifiquement fait ses preuves, au xixe siècle, dans le domaine des sciences physiques et naturelles […]. Si partisans que nous soyons de la méthode expérimentale, il ne nous conviendra pas de dissimuler nos aspirations et nos espérances. Aussi bien celles-ci marquent simplement les buts à atteindre et ne sont pas écartées par la méthode que nous emploierons44.

  • 45 Voir aussi dans ce même numéro l’article de Gide, 1921, 15.

22L’ambition des coopérateurs réunis autour de Gide était d’inscrire la coopération au sein d’un programme économique plus large : l’économie sociale. Elle devait reposer sur de nouvelles bases, non plus celles de la concurrence, mais celles de la coopération45, dont l’idéal devait être justifié explicitement par la démarche expérimentale en science de laboratoire. L’Enquête de Milhaud reprend cette méthode positiviste et scientiste, même si, à y regarder de plus près cependant, cette proximité doit être relativisée. Alors que les gidiens de la Revue des études coopératives assument les objectifs de justice sociale qui sont les leurs en s’appuyant sur la méthode expérimentale bernardienne, Milhaud met en avant son objectivité et son impartialité, son indépendance vis-à-vis de toute idéologie, sa revendication de scientificité.

  • 46 Cette citation doit probablement se trouver dans l’édition de 1884 des Principes d’économie politi (...)

23Milhaud suit donc une démarche partagée par les durkheimiens comme par les tenants de l’économie sociale de l’époque. À ce niveau, quel est son positionnement intellectuel vis-à-vis des autres courants concurrents de sa discipline ? On peut le trouver dès sa leçon d’ouverture de Genève, intitulée « La science économique » (Milhaud, 1902). « Je me propose dans cette première leçon, dit-il, de définir l’esprit et la méthode selon lesquels sera donné mon enseignement […]. Cela est nécessaire […] en raison de ce fait qu’il existe, en économie politique, des écoles » (ibid.). Il s’agit pour lui de se situer dans le champ de l’économie politique, en se prêtant à une histoire succincte des idées économiques qui n’hésite pas à distribuer les bons et les mauvais points. Sans surprise, on y découvre que ses inspirations intellectuelles sont Karl Marx, l’école historique allemande, Durkheim et Gide. De ce dernier, l’économiste reprend sa définition de l’économie politique, tirée de ses Principes d’économie politique parus en 1884 : « l’économie politique a pour objet les rapports des hommes vivant en société, en tant que ces rapports tendent à la satisfaction de leurs besoins matériels et au développement de leur bien-être46 ». Le citant de nouveau, Milhaud précise que cette définition ne saurait réduire les mobiles explicatifs des phénomènes sociaux au seul intérêt individuel. Il conclut ainsi :

La vieille doctrine individualiste, l’ancien économisme libéral et orthodoxe se trouve […] de plus en plus battu en brèche de tous côtés […]. Le mouvement dans le sens du socialisme se poursuit sans relâche, irrésistible comme les nécessités de l’histoire, comme la force persuasive du bien, comme la vertu probante du vrai. (Milhaud, 1902, 17)

24Cette allusion à la figure de Marx qu’il cite longuement lui permet de « dénonce[r] les sophismes » (ibid., 12) de l’école orthodoxe : « l’économie politique orthodoxe ne connaissait ni les conditions de temps ni les conditions de lieu ; elle émettait des aphorismes ayant une valeur universelle et éternelle » (ibid., 13). Marx aurait mis un certain nombre d’économistes, comme ceux de l’école historique allemande, sur la voie d’une intégration des facteurs sociaux dans la détermination des lois économiques : « ils remplacent, tout comme moi, la vieille et usuelle conception de l’économie et de la science économique, la conception individualiste, par la conception sociale » (ibid., 15). Milhaud fustige ainsi « le monde de concepts a priori et de principes rationalistes », qui est révélé par « analyse, abstraction et déduction ». Il prône au contraire « les méthodes d’observation et d’induction qui déterminèrent dans les sciences de la nature, au cours du xixe siècle, tant d’importants progrès, [et qui] ne devaient point tarder à être appliquées aux sciences sociales et à la sociologie en général, – à l’économie politique en particulier » (ibid., 17-18). C’est évidemment aux durkheimiens qu’il pense :

L’économie politique, poursuit-il, doit dégager des phénomènes leurs lois, montrer, par-delà le donné empirique, ses causes. À cet effet, après l’observation et la constatation, la généralisation et l’induction sont nécessaires. Comment généraliser, induire, établir des lois ? Dans les sciences physiques, entre l’observation de certains faits et la détermination de leurs lois, le plus souvent divers procédés expérimentaux prennent place. En économie politique, dans la plupart des cas, il est impossible d’expérimenter […]. Comment faire ? (ibid., 19)

  • 47 Milhaud, 1902, 19. On trouve ainsi dans le Capital : « L’analyse des formes économiques ne peut s’ (...)
  • 48 BIT, 1930.
  • 49 Dans son Introduction à la médecine expérimentale, Claude Bernard avance en effet que constater le (...)
  • 50 S’il partage son historicisme, il reproche néanmoins à l’école historique allemande d’avoir réduit (...)

25Paraphrasant la formule du Capital de Marx selon laquelle « dans l’analyse des formes économiques […], nous ne pouvons nous servir ni du microscope, ni des réactifs chimiques » et que « la force d’abstraction doit en tenir lieu »47, Milhaud précise que l’économiste doit procéder, « non pas de quelques faits élémentaires à des lois très générales », comme le font les économistes orthodoxes, mais « des faits variés et souvent complexes qui marquent les diverses phases de l’histoire économique, aux lois évolutives très spéciales et très déterminées qui leur correspondent ». Partir de quelques faits variés et complexes du monde économique réel plutôt que des faits élémentaires du monde économique pur, on retrouve d’abord la complexité du monde social – et de la sociologie, science la plus complexe de toute – selon Auguste Comte. « L’une des infirmités dont a souffert jusqu’à il y a bien peu la science sociale, c’est qu’elle s’attache à des phénomènes d’une complexité sans égale48 », avançait l’un des fonctionnaires du BIT au sujet de la méthode des variations concomitantes utilisée par l’Enquête sur la production. Précisément, on retrouve ensuite le principe même de cette méthode, telle que l’énonçait Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique, à partir d’une lecture sociologique de l’œuvre de Claude Bernard49. Le sociologue voit en effet dans la méthode des variations concomitantes un mode d’administration de la preuve, non seulement indépendant du nombre de cas, mais qui tire en outre sa force et sa pertinence de ce faible nombre : « pour qu’elle donne des résultats, quelques cas suffisent ». Au lieu « d’entasser les documents », il proposait « de les critiquer et de les choisir » (Durkheim, 2010, 261) : « Le simple parallélisme des valeurs par lesquelles passent les deux phénomènes, pourvu qu’il ait été établi dans un nombre suffisant de cas suffisamment variés, est la preuve qu’il existe entre eux une relation » (ibid., 257). Expérimenter grâce au recours à l’histoire : c’est ici la marque de la seconde école historique allemande que revendique explicitement Milhaud, même s’il n’en adopte pas toute la démarche50. L’économiste proposait d’abord de compiler des statistiques variées dans le temps : « c’est l’histoire complétée par l’observation des phénomènes présents qui doit fournir à l’économiste, selon nous, tous les matériaux de son travail d’élaboration » (Milhaud, 1902, 19). Ensuite, il proposait d’abstraire, c’est-à-dire d’induire une proposition générale susceptible d’être valable pour tous les autres cas inconnus, à partir de l’observation de quelques cas connus. Ce processus d’abstraction est, à l’instar d’un John Stuart Mill, un processus d’induction (Stuart Mill, 1867, 345-346). Entre revendications de la méthode dite expérimentale, de celle des variations concomitantes et d’un idéal social, Milhaud se situe donc à la fois avec (Gide, Simiand) et contre (l’économie politique « orthodoxe »), pour fonder en scientificité son économie sociale.

 

26L’Enquête sur la production semble être un exemple typique des enquêtes d’économie sociale que le comité de rédaction de la Revue des études coopératives appelait de ses vœux dans sa lettre aux lecteurs. Elle contribue en effet à légitimer scientifiquement les aspirations favorables au bien-être des ouvriers, sans cependant léser les industries. Elle participe de cette ambition de fonder l’économie sociale sur un registre qui se veut scientifique. Pourquoi Milhaud n’a-t-il cependant jamais repris ce vocable, y compris lors de son élection au professorat de Genève en 1902, à un moment où Charles Gide tentait de conférer avec l’expression « économie sociale » (Gide, 1905) une unité de doctrine à une multitude de pratiques ? Nous avons vu que l’économie sociale gidienne fait de ses aspirations idéales un point de départ de la recherche scientifique. Or, Milhaud est loin d’assumer cette normativité : sa volonté de « faire science » dans les pas de François Simiand, de revendiquer l’objectivité et la scientificité de l’enquête, tout conduit à penser que ses aspirations sociales constituent davantage pour lui un point d’arrivée.

27Sa démarche savante manifesterait alors une foi inébranlable envers la science : toute enquête, si elle est conduite de façon scientifique, conduirait de facto à la coopération. En effet, une lecture de sa leçon d’introduction de 1902 montre qu’aux yeux du fonctionnaire, l’orientation libérale de l’économie politique orthodoxe est favorisée par la méthode employée : raisonner de façon déductive dans un monde de concept conduit au libéralisme économique parce que ce libéralisme ne fonctionne que dans un marché de concurrence parfaite. En revanche, raisonner de façon inductive, à partir des faits statistiques, conduit à la coopération, précisément parce que le marché n’est pas parfait et que l’individu n’est pas l’homo economicus que se représentent les libéraux. Dans un tel cadre, Edgard Milhaud n’a aucunement besoin de se référer à l’économie sociale pour prétendre justifier scientifiquement la coopération : celle-ci est l’horizon indépassable de toute enquête d’économie politique conduite selon les normes de la méthode expérimentale. Articuler scientificité et normativité n’aurait donc rien de paradoxal, surtout dans un imaginaire positiviste comtien : ce qui doit être découle de ce qui est, étant entendu que ce qui est a été découvert expérimentalement.

Haut de page

Bibliographie

Bureau international du travail (BIT), 1930, L’œuvre scientifique du Bureau international du travail, Paris, BIT.

Busino, G. et Stelling-Michaud, S., 1965, Matériaux pour une histoire des sciences sociales à Genève (1873-1915), Genève, Droz.

Decorzant, Y., 2011, La Société des Nations et la naissance d’une conception de la régulation économique internationale, Bruxelles, Peter Lang.

Demoustier, D. et Rousselière, D., 2007, « Économie sociale et science économique : une mise en perspective française (1830-1930) », Économie appliquée, 60/2, p. 93-122.

Dhermy-Mairal, M., 2015a, « Durkheimisme scientifique et durkheimisme d’action. François Simiand et le Bureau international du travail (1920-1930) », Revue française de sociologie, 56/4, p. 673-696.

Dhermy-Mairal, M., 2015b, « Du danger des enquêtes savantes. Faire œuvre de science au Bureau international du travail dans l’entre-deux-guerres », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 62/4, p. 7-32.

Dreyfus, M., 2017, Histoire de l’économie sociale. De la Grande Guerre à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Durkheim, E., 2010 [1897], Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion.

Fauquet, G., 1935, Le secteur coopératif. Essai sur la place de l’homme dans les institutions coopératives et de celles-ci dans l’économie, Bruxelles, Propagateurs de la coopération.

Frobert, L., 2000, Le travail de François Simiand, Paris, Economica.

Gausi, R.-A., 1964, « Edgard Milhaud n’est plus », Revue syndicale suisse : organe de l’Union syndicale suisse, 56/9, p. 268.

Geerkens, E., 2008, « Des Annales de la régie directe aux Annales de l’économie publique, sociale et coopérative : un siècle de métamorphose d’une revue économique internationale », Annals of Public and Cooperative Economics, 79/3, p. 373-416.

Gide, C., 1905, Économie sociale, Paris, Librairie de la société du recueil général des lois & des arrêts.

Gide, C., 1921, « Pourquoi les économistes n’aiment pas le coopératisme », Revue des études coopératives, 1.

Gide, C., 1931 [1884], Principes d’économie politique, Paris, Librairie du Recueil Sirey.

Gide, C., 2001, Coopération et économie sociale, 1886-1904, Paris, L’Harmattan.

Gueslin, A., 1987, L’invention de l’économie sociale. Le xixe siècle français, Paris, Economica.

Halbwachs, M., Sauvy, A., 2005 [1936], Le point de vue du nombre, éd. critique sous la dir. de Brian, É et Jaisson, M., Paris, Ined.

Jaurès, J., 1900, Bernstein et l’évolution de la méthode socialiste. Conférence faite le 10 février 1910, Paris, Librairie populaire du Parti socialiste.

Jousse, E., 2007, Réviser le marxisme, d’Edouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, Paris, L’Harmattan.

Jousse, E., 2017, Les hommes révoltés. Les origines intellectuelles du réformisme en France (1871-1917), Paris, Fayard.

Le Van Lemesle, L., 2004, Le juste ou le riche. L’enseignement de l’économie politique, 1850-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Louis, M., 2013, « Syndicats contre coopératives. L’Organisation internationale du travail et la représentation des acteurs de la société civile », Relations internationales, 154/2, p. 21-32.

Maitron, J., 1976, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, 14, Paris, Les éditions ouvrières.

Marx, K., 1872, Le capital, trad. Joseph Roy, Paris, Études sociales.

Milhaud, E., 1899, Pour l’Union socialiste, Paris, Librairie Bellais.

Milhaud, E., 1902, La science économique. Leçon d’ouverture du cours d’économie politique à l’Université de Genève (1er novembre 1902), Société nouvelle de librairie et d’édition et Georg & Cie.

Milhaud, E., 1903, La démocratie socialiste allemande, Paris, Alcan.

Milhaud, E., 1904, Le rachat des chemins de fer, Paris, E. Cornely.

Milhaud, E., 1905, La tactique socialiste et les décisions des congrès internationaux, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition.

Milhaud, E., 1908a, L’imposition de la rente, Paris, Alcan.

Milhaud, E., 1908b, « Notre programme », Les Annales de la régie directe, 1, p. 4.

Milhaud, E., 1912, L’économie publique. Objet, méthode, programme de travail, Paris, Librairie des sciences politiques et sociales.

Milhaud, E., 1915, Du droit de la force à la force du droit, Paris, Atar.

Milhaud, E., 1917, La Société des nations, Paris, Grasset.

Milhaud, E., 1919, Plus jamais ! L’organisation de la paix ; le pacte de la Société des nations ; les amendements nécessaires, Genève, Sonor.

Milhaud, E., 1920-1925, Enquête sur la production, 8 tomes, Paris, Berger-Levrault.

Milhaud, E., 1933, Trêve de l’or et clearing international : plan pour le rétablissement des échanges internationaux, Genève, Maison coopérative du livre.

Milhaud, E., 1935, Une idée en marche : la compensation organisée, Paris, Recueil Sirey.

Milhaud, E., 1946, L’alternative de fer : paix totale ou guerre, Paris, PUF.

Milhaud, E., 1947, Pour la libération de la crainte, deux amendements à la Charte : contrôle atomique et limitation du droit de veto, Neuchâtel, Baconnière.

Milhaud, E., 1948, Sur la ligne de partage des temps, Paris, PUF.

Milhaud, E., 1951, La place de la coopération dans l’économie collective, Paris, Fédération nationale des coopératives de consommation.

Mucchielli, L., 1998, La découverte du social. Naissance de la sociologie en France, Paris, La Découverte.

Poisson, E., 1933, Le coopérateur Albert Thomas. Un quart de siècle de vie militante, Paris, PUF.

Prochasson, C., 1999, « Entre science et action sociale : le “réseau Albert Thomas” et le socialisme normalien, 1900-1914 », dans Topalov, C. (dir.), Laboratoires du nouveau siècle. La nébuleuse réformatrice et ses réseaux en France, 1880-1914, Paris, Éditions de l’EHESS.

Simiand, F., 1922, Statistiques et expérience. Remarques de méthode, Paris, Société nouvelle de librairie et d’édition.

Simiand, F., 1932, Le salaire, l’évolution sociale et la monnaie. Essai de théorie expérimentale du salaire, t. 1, Paris, Alcan.

Stuart Mill, J., 1867, Système de logique déductive et inductive, Paris, Librairie philosophique de Paris.

Terrier, C.-P., 1947, Prix Nobel de la paix : candidature de M. Edgard Milhaud, professeur d’économie politique de l’université de Genève, Genève, Imprimerie du Journal de Genève.

Toucas, P., 2005, Les coopérateurs. Deux siècles de pratiques coopératives, Paris, Éditions de l’Atelier.

Tortora, M., 1980, Institutions spécialisée et organisation mondiale : étude des relations de l’OIT avec la SDN et l’ONU, Bruxelles, Bruylant.

Waline, P., 1976, Un patron au Bureau international du travail : 1922-1974, Paris, France-Empire.

Zylberberg, A., 1990, L’économie mathématique en France, 1870-1914, Paris, Economica.

Haut de page

Notes

1 Le Centre international de recherches et d’information sur l’économie publique, sociale et coopérative (CIRIEC), association fondée en 1947 par l’économiste, existe encore et attribue un « prix Edgard Milhaud » pour des recherches doctorales intéressant l’association. Rappelons que, dans le système de l’économie sociale, la coopération est une forme d’organisation collective qui s’oppose à la concurrence entendue sous sa forme libérale, avec des finalités plus sociales et plus solidaires.

2 En 1948, il fut nominé pour le prix Nobel de la paix, à l’initiative d’un de ses anciens étudiants et futur doyen de la faculté des sciences économiques et sociales de l’université de Genève, Claudius-Pierre Terrier (Terrier, 1947).

3 Lettre de Georges Fleury à Guillaume-Léonce Duprat du 25 janvier 1923. Archives du Bureau international du travail de Genève (ABIT), D600/617.

4 Sa trajectoire, ses activités scientifiques, politiques et administratives sont l’objet d’un livre en cours.

5 Il y obtient une licence de lettres puis l’agrégation de philosophie (il est classé deuxième, devant Marcel Mauss et Paul Fauconnet) en 1895.

6 Il écrit alors dans de nombreux journaux (La Lanterne, Le Peuple, L’Humanité) et, à partir de 1899, dans La Revue socialiste.

7 D’après Francis Wolf dans son discours nécrologique du 11 septembre 1964 à l’université de Genève. ABIT, fiches du personnel du BIT, dossier Edgard Milhaud.

8 Prochasson, 1999. Ce socialisme normalien regroupait les anciens dreyfusards de l’École normale supérieure (ENS) qui développèrent, à quelques exceptions près, une forte appétence pour le socialisme réformiste dans la mouvance de Jaurès et Thomas. Sur le socialisme réformiste de ces derniers, voir Jousse, 2007 et 2017. On peut noter que l’un des premiers textes de Milhaud (1902) est publié par la société coopérative qui succéda à la librairie Bellais fondée autour de Charles Péguy et de Lucien Herr et réunissait des intellectuels dreyfusards de (ou proches de) l’ENS, à commencer par François Simiand.

9 Son absence des notices biographiques consacrées aux coopérateurs par Michel Dreyfus et Patricia Toucas surprend à cet égard (Toucas, 2005), tant il me paraît central, ne serait-ce que comme fondateur d’une revue et plus tard d’un centre de recherche qui lui est associé, le CIRIEC.

10 En 1925, la revue change de nom et devient Les Annales de l’économie collective, puis Annales de l’économie publique, sociale et coopérative en 1974 (Geerkens, 2008).

11 La collectivité productrice ne désigne pas ici les dirigeants d’entreprise, mais les ouvriers producteurs. La collectivité consommatrice désigne les ouvriers consommateurs. La coopération de production et celle de consommation peinaient à s’entendre : la première entendait mettre l’ouvrier-producteur au cœur d’une transformation des rapports de production ; la seconde estimait que le consommateur était seul le garant de l’intérêt général (Dreyfus, 2017).

12 Discours d’Edgard Milhaud au 12e congrès de la Fédération nationale des coopératives de consommation, tenu à Nancy les 21 et 22 mai 1925, p. 123.

13 Fauquet, 1935. Docteur en médecine en 1899 avec une thèse sur « le travail en chambre considéré du point de vue sanitaire », inspecteur du travail en 1905 puis contrôleur des retraites ouvrières et paysannes en 1911, il fit partie du cabinet d’Albert Thomas au ministère de l’Armement pendant la Première Guerre mondiale.

14 Milhaud consacra la leçon d’ouverture de son cours d’économie politique pour l’année 1914 à « L’économie mondiale et la société des nations » (25 octobre 1914). Il publia aussi pendant la guerre plusieurs ouvrages en faveur de la paix par le droit (Milhaud, 1915, 1917, 1919).

15 « L’organisation économique de la paix devant la Société des nations ». Recueil des cours de l’Académie de droit international de La Haye, 1925.

16 Son salaire annuel est alors de 24 000 francs suisses. Il quitta l’organisation après la mort de Thomas en 1932, date à laquelle son salaire s’élevait à 33 000 francs annuels. Fonctionnaire international, il conserva pendant tout ce temps sa chaire d’économie politique à l’université de Genève, qu’il ne quitta qu’en 1948, après y avoir enseigné 46 ans, pour s’occuper à plein temps du Ciriec et de sa revue, Les Annales de l’économie collective.

17 Le BIT caractérise le dumping social par un « avantage [que se donnent certains États] sur le champ de la concurrence économique internationale, en abaissant le prix de revient, donc de vente, de leurs produits au détriment de la rémunération de leurs ouvriers », dans Bureau international du travail, Dix ans d’organisation internationale du travail, Genève, BIT, 1931, p. 205. Si le mot « dumping » était présent dans la langue française dès la fin du xixe siècle, l’expression « dumping social » semble avoir d’abord été utilisée au milieu des années 1920 pour qualifier la politique jugée déloyale de l’Allemagne en matière de prix.

18 Il se composait de délégués gouvernementaux, de délégués de syndicats ouvriers et de délégués de syndicats patronaux.

19 La SDN, tutelle du BIT, plus prompte à soutenir une économie politique classique fondée sur une idéologie libérale (Decorzant, 2011), ne manquait pas de rappeler régulièrement au BIT qu’il devait s’en tenir exclusivement à l’étude de la législation sociale et des conditions de travail, et que l’étude des facteurs économiques n’était pas de son ressort (Tortora, 1980).

20 Ainsi, le questionnaire destiné aux coopératives, notamment de consommateurs, fut conçu en collaboration avec le service de la coopération de Fauquet. Il se scindait en trois parties : « la production coopérative » ; « le rôle des coopératives dans la distribution des produits » ; « les solutions proposées par les coopératives touchant l’économie nationale et l’économie mondiale ». Cette dernière partie précisait : « Quelles sont les solutions d’ordre général recommandées par les coopératives pour rétablir l’équilibre entre la production et la consommation ? Quelles sont notamment les solutions générales qui, du point de vue du mouvement coopératif, doivent améliorer l’organisation économique nationale et internationale ? » Toute latitude était laissée ici aux organisations coopératives pour développer un programme d’économie sociale.

21 Milhaud, Enquête sur la production, t. 8, p. 973. C’est moi qui souligne.

22 Ibid., p. 1591.

23 Milhaud, 1925, 127. Un an plus tard, au 13e congrès de la Fédération des 13 et 14 mai 1926 à Lille, Thomas proposera un rapport similaire intitulé « Protectionnisme, libre-échangisme et organisation internationale des échanges ». Son rapport est également paru dans la revue de Milhaud, Les Annales de l’économie collective, 202-204, avril-juin 1926, p. 79. L’article de Gide auquel il est fait référence est « La politique commerciale après la guerre », Paris, Ligue des droits de l’Homme, 1917. On trouvera aussi d’autres références dans Gide, 2001.

24 Thomas lui-même ne disait pas autre chose : « Il m’a paru que le Bureau international du travail devait être, dans l’ensemble de la Société des Nations, l’institution solide à laquelle devait se rattacher le mouvement coopératif ». Lettre d’Albert Thomas au Congrès national de la coopération à Strasbourg en 1920. Citée dans Poisson, 1933, 140. Cette position est en adéquation avec la branche socialiste de la coopération qui a été très marquée, à commencer par Thomas, par le socialisme réformiste de Jaurès et le révisionnisme d’Édouard Bernstein (Jaurès, 1900).

25 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas, 19 novembre 1924. ABIT, CAT 6B-6-2-3.

26 Waline, 1976, 42.

27 Lettre de l’Organisation internationale des employeurs industriels à Albert Thomas, le 14 février 1922. Lettre reproduite dans Milhaud, 1920-1925, X.

28 De fait, l’affaire fut portée devant la Cour permanente de justice internationale. Si cette dernière se déclara inapte à trancher, cette initiative couplée aux pressions de la Société des Nations mit un terme aux velléités « expansionnistes » du BIT.

29 Il s’agit du point de vue de Robert Pinot, alors représentant de l’Union des industries minières et métallurgiques. Il n’était pas encore membre du Conseil d’administration lorsque l’enquête fut décidée : il n’arriva qu’en mars 1920, après le décès du délégué Louis Guérin.

30 Cette citation est extraite de l’article de Marius Viple « L’œuvre scientifique du Bureau international du travail ». L’Enquête sur la production y est présentée comme l’archétype de l’enquête scientifique de l’organisation (BIT, 1930).

31 D’après un comptage réalisé par mes soins à partir du tome 1er de l’Enquête sur la production, parmi ceux qui répondirent aux questionnaires figurent 29 gouvernements, 41 organisations patronales issues de 14 États, 138 organisations ouvrières issues de 15 États, ainsi que 38 coopératives issues de 21 États.

32 Lettre collective à Albert Thomas du 31 mai 1921. Elle est signée par L. Carozzi, J.J. de Roode, G. Fauquet, E. Milhaud, G. Pardo, A. Tixier, J. Randall, Riddell et L. Varlez. ABIT, CAT 4-3-2.

33 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. ABIT, AT, CAT 6B-6-1.

34 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. Archives d’État de Genève (AEG), AP.23.3.6.

35 Annotation d’Albert Thomas sur la lettre d’Edgard Milhaud du 16 novembre 1923. AEG, AP.23.3.6.

36 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 1er avril 1924. AEG, AP.23.3.6.

37 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 12 juin 1924. AEG, AP.23.3.6.

38 Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 13 juin 1924. AEG, AP.23.3.6.

39 Lettre d’Albert Thomas à Edgard Milhaud du 13 avril 1921. ABIT, CAT 10-91-14.

40 Notamment des coefficients de corrélation qui auraient pu trouver ici une application idoine. Est-ce par manque de formation aux mathématiques du côté de Milhaud ? Halbwachs, pourtant parfaitement au fait des avancées mathématiques, estimait pour sa part que les statistiques mathématiques anglaises étaient trop portées par « les formules et les procédés techniques » (Halbwachs, Sauvy, 1936). Sur l’économie mathématique en France, voir Zylberberg, 1990.

41 Les raisons de ce refus sont multiples : raisons de santé, mais aussi inquiétude quant à la possibilité de mener des enquêtes scientifiques dans l’urgence. Travailler au BIT ne lui semblait pas de nature à favoriser l’exercice d’une « science sereine », ce que l’Enquête sur la production exigeait pourtant. Voir Dhermy-Mairal, 2015b.

42 Lettre d’E. Milhaud à A. Thomas du 18 novembre 1920. Missions d’Edgard Milhaud à Berlin et Paris. ABIT G900/6. Sur le non-engagement de Simiand au BIT, voir Dhermy-Mairal, 2015a.

43 Milhaud rapporte à Thomas le contenu de sa conversation avec Simiand. Lettre d’Edgard Milhaud à Albert Thomas du 14 novembre 1920. ABIT, G900/6.

44 « Lettre à nos lecteurs », Revue des études coopératives, 1, novembre-décembre 1921, p. 4.

45 Voir aussi dans ce même numéro l’article de Gide, 1921, 15.

46 Cette citation doit probablement se trouver dans l’édition de 1884 des Principes d’économie politique de Gide. Elle est également reprise par Alfred Neymarck dans son Vocabulaire manuel d’économie politique publié en 1898. Nous l’avons trouvée formulée de façon très légèrement différente dans l’édition de 1931 des Principes d’économie politique, seule édition à laquelle nous avons eu accès, mais sans que le sens ne soit changé (Gide, 1931). La citation de Gide utilisée par l’économiste se trouve dans Milhaud, 1902, 1-2.

47 Milhaud, 1902, 19. On trouve ainsi dans le Capital : « L’analyse des formes économiques ne peut s’aider du microscope ou des réactifs fournis par la chimie ; l’abstraction est la seule force qui puisse lui servir d’instrument » (Marx, 1872, 10).

48 BIT, 1930.

49 Dans son Introduction à la médecine expérimentale, Claude Bernard avance en effet que constater les faits n’est pas suffisant, et qu’il faut y adjoindre l’explication : « la simple constatation des faits ne pourra jamais parvenir à constituer une science. On aurait beau multiplier les faits ou les observations, que cela n’en apprendrait pas davantage. Pour s’instruire, il faut nécessairement raisonner sur ce que l’on a observé, comparer les faits et les juger par d’autres faits qui servent de contrôle ».

50 S’il partage son historicisme, il reproche néanmoins à l’école historique allemande d’avoir réduit la science économique à l’histoire économique, c’est-à-dire d’avoir renoncé à la recherche de lois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Dhermy-Mairal, « Edgard Milhaud, un économiste au Bureau international du travail », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 93-112.

Référence électronique

Marine Dhermy-Mairal, « Edgard Milhaud, un économiste au Bureau international du travail », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2019, consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/423 ; DOI : 10.4000/rhsh.423

Haut de page

Auteur

Marine Dhermy-Mairal

Université Grenoble Alpes, CNRS, Sciences Po Grenoble, PACTE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals