Navigation – Plan du site
Document

Deborah Lifchitz, une carrière d’ethnologue française dans l’entre-deux-guerres

Deborah Lifchitz: the career of a French ethnologist between the wars
Marianne Lemaire
p. 197-213

Texte intégral

  • 1 Les transcriptions variées du nom de l’ethnologue se sont peu à peu stabilisées au cours des année (...)

1Le 21 juillet 1941, Paul Lester, sous-directeur du musée de l’Homme, écrit à l’ethnologue et linguiste Deborah Lifchitz1 qui travaille alors comme aide technique au sein du « département d’Afrique noire » :

  • 2 Bibliothèque centrale du Muséum, Archives du musée de l’Homme, 2 AM 1 K60c.

Chère Mademoiselle,
Le Directeur du Museum m’a prévenu ce matin par téléphone qu’à partir du 1er août il ne paierait plus aucun mémoire établi à votre nom ; le mémoire correspondant à votre traitement du mois de juillet sera donc le dernier qui pourra être soumis à sa signature.
Aux observations que j’ai présentées, M. le Directeur m’a répondu que vous étiez avertie depuis longtemps que cette situation ne pouvait durer.
Je regrette de troubler vos vacances par cette mauvaise nouvelle, mais il est bon que vous puissiez prendre vos dispositions en conséquence.
Attachée à cette maison depuis 8 ans, vous y avez rendu de grands services, et dans ces tristes circonstances, je me fais un devoir de vous remercier personnellement du travail que vous avez fourni, en particulier au département d’Afrique noire, où vous pourrez toujours venir travailler.
Veuillez agréer, chère Mademoiselle, l’expression de mes sentiments très distingués2.

  • 3 Si la loi du 3 octobre 1940 interdisait déjà aux Juifs l’accès à la fonction publique, sa formulat (...)

2Paul Lester rédige cette lettre un peu plus d’un mois après la parution au Journal officiel, le 14 juin, de la loi du 2 juin 1941 qui édicte un nouveau statut des Juifs. Conçue dans un contexte de surenchère antisémite par le Commissariat général aux questions juives (CGQJ) nouvellement créé, la loi impose une définition du « Juif » plus large que celle du 3 octobre 1940, ainsi que des interdictions professionnelles plus étendues. Pour ce qui concerne la fonction publique, elle entraîne un durcissement à l’égard des fonctions subalternes3, parmi lesquelles figure celle remplie par Deborah Lifchitz jusqu’à ce que Paul Lester lui fasse part de sa révocation.

  • 4 Ce document est conservé au Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), dans le fonds Debo (...)
  • 5 Le journal dans lequel cet article est paru n’a pas pu être identifié.

3C’est probablement au cours de l’été 1941, peu de temps après avoir reçu la lettre de Paul Lester, que Deborah Lifchitz a constitué le dossier jusqu’alors inédit que nous présentons ici4. Comme la loi du 3 octobre 1940, celle du 2 juin 1941 prévoyait que les Juifs ayant « rendu à l’État français des services exceptionnels » pouvaient demander à conserver leur poste. Intitulé « Pour bénéficier d’une exception à la loi, les Juifs devront justifier de titres sérieux », un article de presse5 retrouvé parmi les papiers personnels de l’ethnologue lui a probablement apporté des précisions sur la manière de procéder :

La délégation générale du gouvernement français communique :
L’article 8 de la loi du 2 juin 1941 prévoit que certains juifs, pour services exceptionnels, peuvent être relevés des interdictions prévues par cette loi.
Il convient d’abord de souligner que les dérogations accordées seront limitées à des cas particulièrement intéressants et que l’examen des services exceptionnels, soit personnels, soit familiaux, sera très sévère. […]
Procédure de demandes de dérogation. – Les demandes devront être faites sur papier timbré.
Elles devront exposer :
1° L’interdiction dont on demande à être relevé ;
2° Les motifs légitimant la demande :
- Nature des services exceptionnels ;
- Durée de l’établissement de la famille en France et services exceptionnels rendus par la famille.
Y seront jointes toutes pièces justificatives, ainsi que le casier judiciaire.
Toutes les demandes doivent être soumises au commissariat général aux questions juives, soit que celui-ci ait le pouvoir de statuer lui-même par arrêté, soit qu’il doive transmettre les demandes, avec son avis, au chef de l’État auquel est réservé le pouvoir de décision par décret individuel pris au conseil d’État.

  • 6 Deborah Lifchitz annonce les attestations de l’administrateur de l’École nationale des langues ori (...)
  • 7 Les demandes de dérogation pour « services exceptionnels » étaient soumises à deux procédures dist (...)

4Tous ces éléments en tête, Deborah Lifchitz prépare à l’intention du CGQJ un dossier complet, dont la pièce centrale est un texte auquel elle donne le nom de « rapport » et qui retrace son parcours sur six feuillets dactylographiés. Une brève présentation du dossier précède ce texte, que viennent encore compléter un Curriculum Vitae, une liste des noms et adresses de collègues susceptibles de la recommander, ainsi que les attestations de trois personnalités scientifiques à même de témoigner sur un moment ou un aspect de sa carrière6. On ne sait pas si Deborah Lifchitz a transmis ce dossier au CGQJ ni, si elle l’a fait, quelle réponse lui a été donnée7. Une chose est sûre : cette demande, s’il en a eu connaissance, n’a pas empêché le CGQJ de mener une enquête à son sujet en février 1942.

  • 8 Lemaire, 2012.
  • 9 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, carte postale du 29 novembre 1939 de Deborah Lifchitz à sa  (...)
  • 10 Leiris, 1992, 337.
  • 11 À la suite de ce procès, Yvonne Oddon est déportée à Ravensbrück, tandis qu’Anatole Lewitzky, Bori (...)
  • 12 Michel Leiris et Deborah Lifchitz s’étaient liés d’amitié au cours de la mission Dakar-Djibouti. A (...)
  • 13 Archives de la préfecture de Police (APP), GA L 12 Lifszyc.
  • 14 APP, GA L 12 Lifszyc, lettre du 16 juin 1942 du chef de la Police des questions juives au Préfet d (...)
  • 15 Avec Wolf Leslau (1906-2006), Deborah Lifchitz avait suivi les cours de Marcel Cohen, et avec Char (...)
  • 16 APP, GA L 12 Lifszyc, lettre du 3 octobre 1942 du directeur général des Renseignements à la sous-d (...)
  • 17 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1.
  • 18 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1, lettre du 20 décembre 1944 de Denise Paulme à Minna Lifchit (...)

5La demande formulée par Deborah Lifchitz auprès du CGQJ de conserver son poste au musée de l’Homme ne constitue en effet qu’un moment du parcours de l’ethnologue à travers la guerre – un parcours qui se termine tragiquement et sur lequel il nous faut revenir8. Lorsque, à la fin du mois de septembre 1939, l’hôtel où elle résidait depuis février 1933 ferme ses portes, Deborah Lifchitz habite quelques semaines chez une amie puis, à la fin du mois de novembre, s’installe au musée de l’Homme, où elle dort dans le bureau qu’elle partage avec Denise Paulme9. Sans doute cherche-t-elle un nouveau logement à la suite de ce que, dans son journal, Michel Leiris a appelé le « coup de Trafalgar » du 11 février 1941 : « descente de la police allemande, arrestation de tous [ses] camarades du musée »10. La plupart de ces amis, parmi lesquels Deborah Lifchitz, sont relâchés le soir même. Arrêtés la veille à leur domicile, deux autres collègues du musée de l’Homme, Yvonne Oddon et Anatole Lewitzky, sont en revanche identifiés comme membres d’un réseau de résistance et emprisonnés jusqu’à leur procès11. Deborah Lifchitz ne cesse pas, après ces événements, de se rendre quotidiennement au musée de l’Homme. Au cours du printemps, elle déménage néanmoins dans l’appartement de la rue Eugène-Poubelle, dans le 16e arrondissement, que Michel Leiris avait mis à sa disposition après que lui-même se fut installé à Boulogne12. Mais un article de Jacques Ploncard, paru le 13 novembre 1941 dans le journal collaborationniste Au pilori, jette à nouveau la lumière sur elle : parmi d’autres membres du musée déjà arrêtés ou en fuite, elle y apparaît comme « Juive, d’abord citoyenne russe, puis polonaise, enfin naturalisée française après 1936, assistante au département d’Afrique noire et disciple du professeur Marcel Cohen, de la Sorbonne, juif et communiste, maintenue dans ses fonctions plusieurs mois durant par ordre exprès de Rivet, en dépit des lois sur les Juifs », et travaillant encore au musée « en qualité de “bénévole” ». Le 21 février 1942, Deborah Lifchitz est arrêtée rue Eugène-Poubelle après que la police allemande l’a signalée à la Police des questions juives, un service relevant du CGQJ, qui a elle-même transmis l’information à la sous-direction des affaires juives de la Préfecture de police de Paris13. Elle est alors internée à la caserne des Tourelles pour une durée de six mois, le temps que doit durer l’enquête sur cette femme « juive » aux activités politiques « douteuses ». Mais si l’enquête menée par la Police des questions juives avait confirmé que « l’intéressée était en relations suivies avec des communistes »14, celle menée ensuite par les services de la Préfecture ne révèle rien d’autre qu’un échange de courriers entre Deborah Lifchitz et Charlotte Halpern, la future épouse de son ami et collègue Wolf Leslau alors fiché comme juif et communiste15. Lorsque le dernier rapport d’enquête, daté du 3 octobre 1942, conclut qu’« il n’y [a] pas d’inconvénient à envisager sa libération16 », il est trop tard : Deborah Lifchitz a été transférée à Drancy le 13 août, puis « remise aux Autorités Occupantes » le 18 septembre et déportée à Auschwitz par le convoi n° 34. Le 13 octobre, elle écrit à sa famille un dernier mot transmis par le biais de la Croix-Rouge : « Suis bonne santé, ravie avoir nouvelles. Baisers17. » Il est probable qu’elle a trouvé la mort très peu de temps après l’avoir écrit : comme Marie-Élisa Nordmann, une jeune chimiste proche de Marcel Cohen, en informe bientôt les amis parisiens de l’ethnologue18, elle a été gazée peu de temps après son arrivée à Auschwitz.

  • 19 Paul Boyer, administrateur de l’École nationale des langues orientales, commence lui-même sa lettr (...)

6La mort de Deborah Lifchitz interrompt précocement ce qui peut déjà être appelé une carrière : à l’âge de 35 ans, l’ethnologue titulaire de différents diplômes a réalisé trois missions de terrain, publié un ouvrage ainsi que plusieurs articles, et multiplié les expériences professionnelles en tant que muséographe au musée d’Ethnographie du Trocadéro puis au musée de l’Homme, enseignante à l’École nationale des langues orientales vivantes et bibliothécaire à la bibliothèque Forney. Ce sont les éléments de cette carrière que, pour être en mesure de la poursuivre en conservant son emploi, Deborah Lifchitz présente au CGQJ comme autant de « services exceptionnels rendus à l’État français ». Les retraçant, l’ethnologue semble avoir pour constante préoccupation de montrer que ces « services exceptionnels » n’ont pas seulement été « rendus à l’État français », mais qu’ils l’ont aussi été par une scientifique de nationalité, de formation et de culture françaises19. Mais cette carrière scientifique française est aussi une carrière féminine, exposée par celle-là même qui l’a accomplie. Le dossier de Deborah Lifchitz donne à voir une carrière différenciée de celle de ses collègues masculins, et une carrière représentative des parcours et des choix réalisés par les pionnières en quête de légitimité scientifique que sont les femmes ethnologues de l’entre-deux-guerres.

Une carrière d’ethnologue française

  • 20 La famille Lifchitz vivait jusqu’alors à Kharkov, une ville d’Ukraine alors sous domination russe, (...)
  • 21 Au tout début du xxe siècle, Abel Mansuy s’installe avec son épouse à Varsovie pour y réaliser une (...)
  • 22 À la Faculté des Lettres, Deborah Lifchitz obtient sa licence avec les certificats « Ethnologie », (...)

7Les débuts de la carrière de Deborah Lifchitz coïncident avec ceux de l’ethnologie française, qui s’institutionnalise dans l’entre-deux-guerres autour d’un lieu de formation, l’Institut d’ethnologie fondé en 1925 par Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet, et d’un musée, le Musée d’ethnographie du Trocadéro. L’ethnologue fait ainsi partie de la première génération d’ethnologues professionnels en France ; mais elle entend aussi montrer qu’elle en fait partie en tant que scientifique française. Deborah Lifchitz commence ainsi l’exposé de son parcours en se présentant comme une ancienne élève du Lycée français de Varsovie, où elle a effectué toute sa scolarité, de la classe de sixième qu’elle a rejoint en cours d’année scolaire en 1921, jusqu’à l’obtention du baccalauréat en 1927. Cet élément de son itinéraire méritait en effet d’être mis en avant : Deborah Lifchitz fait son entrée au Lycée français moins de deux ans après l’installation de sa famille à Varsovie20, capitale de la Pologne nouvellement indépendante, mais aussi très peu de temps après la fondation de l’établissement par l’historien Abel Mansuy en 191921. Elle appartient ainsi à la seconde promotion du tout nouveau lycée, où la plus grande partie des cours était dispensée en français à des élèves de différentes nationalités, et dont les diplômes étaient délivrés par la Faculté des Lettres de Nancy. Dans la suite de sa présentation, Deborah Lifchitz indique qu’à l’issue de ses études secondaires, elle est aussitôt venue s’installer en France pour y suivre, jusqu’à l’obtention des diplômes qui les couronnaient, les formations proposées par trois établissements parisiens : la Faculté des Lettres22, l’École des langues orientales vivantes et l’École municipale des bibliothécaires.

  • 23 Archives nationales (AN), 19770873/156, sous-direction des naturalisations, dossier n° 20449X31.
  • 24 D’autres éléments expliquent néanmoins que Deborah Lifchitz reprenne d’anciennes lettres : l’urgen (...)

8Le ton est donné : Deborah Lifchitz semble au moins aussi disposée à retracer une carrière française qu’à faire valoir une carrière d’exception. Aussi le dossier constitué par l’ethnologue pour conserver son emploi a-t-il un air de famille avec les multiples démarches qu’elle avait réalisées quelques années plus tôt pour obtenir la nationalité française. On y retrouve le lien étroit que, dans ses différentes demandes de naturalisation23, elle avait progressivement tissé entre nationalité et formation ou activité scientifique. Dès le mois de juillet 1931, Deborah Lifchitz avait déposé une première demande de naturalisation qui, malgré l’avis favorable émis par le préfet de police, avait été ajournée le 9 mars 1932. Un second dossier, soumis en mars 1933 à son retour d’Éthiopie, ayant été perdu par l’administration, elle en avait déposé un troisième au mois de septembre de la même année, qui avait, à son tour, été ajourné avec le commentaire suivant : « En France ne donne pas d’amis. Toute la famille en Pologne ». Deborah Lifchitz n’obtient la nationalité française qu’au mois de janvier 1937, à la suite d’une ultime demande qui avait été accompagnée d’un nombre multiplié de lettres de recommandation émanant de son milieu professionnel, ainsi que d’une « pétition » signée par la plupart des membres du personnel et des bénévoles du musée de l’Homme. De manière significative, deux des lettres de recommandation jointes au dossier qui nous occupe ici accompagnaient déjà une ou plusieurs demandes de naturalisation : datées du 11 août 1931 pour ce qui concerne celle de Paul Boyer, alors administrateur de l’École nationale des langues orientales vivantes et du 4 mai 1933 pour ce qui concerne celle de Marcel Griaule en tant que directeur de la mission Dakar-Djibouti, ces lettres de recommandation pouvaient être mobilisées à nouveau par Deborah Lifchitz dans la mesure où leurs auteurs y associaient étroitement la nécessité de lui accorder la nationalité française à ses qualités scientifiques et à ses performances professionnelles24. Quant à la liste des personnalités susceptibles de la soutenir, elle rappelle également celle des signataires de la pétition de 1936, tout en s’en différenciant : plus courte, et notamment délestée des collègues au profil de moindre envergure ou de sexe féminin – nous y reviendrons –, elle fait apparaître les grades, fonctions et adresses militaires de ceux de ses garants masculins qui avaient été mobilisés pendant la guerre, quand bien même ils ne l’étaient plus depuis plusieurs mois, comme pour souligner le fait qu’ils avaient rempli leur devoir à l’égard de la France.

  • 25 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 3 février 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille. (...)
  • 26 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 13 janvier 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille.

9Lorsque, en 1937, Deborah Lifchitz avait finalement obtenu la nationalité française, elle n’avait pas manqué d’y voir le fruit de son intégration professionnelle. Elle écrivait ainsi à sa mère et à sa sœur récemment parties de Pologne pour s’installer en Palestine : « La naturalisation, pour moi, est surtout une grande satisfaction morale, puisque je l’ai acquise avec mes propres forces, par le moyen de mes connaissances, sans avoir recours à aucune des sales manœuvres qui m’ont souvent été conseillées25. » Et c’est tout naturellement avec ses collègues du musée de l’Homme qu’elle avait célébré une nouvelle qui lui apportait un réel soulagement : « Enfin, après de longues inquiétudes et beaucoup d’efforts, ces derniers jours j’ai obtenu la nationalité française. […] Les collègues du Musée ont apporté, à cette occasion, du Porto, et tout le monde a fêté cet événement comme il se devait26. » Elle avait néanmoins conscience que sa naturalisation ne lui garantissait une sécurité que relative :

  • 27 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 3 février 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille.

En ce qui concerne ma naturalisation, je ne lui accorde pas plus de sens qu’elle le mérite. Ma situation ne change pas du tout, elle reste toujours aussi précaire. S’il vient un Hitler en France, ou quelque chose de similaire, ce qui n’est malheureusement pas du tout impossible, je déménagerai dans un quelconque « nouveau » pays, où pendant plusieurs années je chercherai de nouveau à acquérir la naturalisation27.

  • 28 À la suite de l’ordonnance allemande du 27 septembre 1940, l’ethnologue s’était déclarée « juive » (...)
  • 29 Voir Mariot et Zalc, 2010, p. 38. Précisons ici que la nationalité française de Deborah Lifchitz n (...)

10Mais au moment où « quelque chose de similaire » à la situation politique allemande s’est produit, Deborah Lifchitz n’a pas quitté la France, pas plus qu’elle n’a cessé de travailler au musée de l’Homme. Le dossier qu’elle constitue à l’intention du CGQJ au cours de l’été 1941 témoigne de ce qu’elle espère encore que la nationalité à laquelle son intégration professionnelle lui a permis d’accéder va réciproquement lui permettre de conserver son emploi. Non pas qu’elle envisage sa naturalisation française comme un outil lui permettant de masquer une identité religieuse que, dans son dossier, elle ne cherche pas plus à arborer qu’à discuter ou dissimuler28 ; mais bien plutôt qu’elle s’appuie sur une conception de la nationalité antérieure au régime vichyste, où la religion ne constitue pas une catégorie pertinente29, et qu’elle y voit une arme – la seule possible – pour contrer une loi antisémite. C’est probablement de cette lutte et du courage qu’elle a réclamé qu’il est question dans ces mots de Denise Paulme à Minna, la sœur de Deborah :

  • 30 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/5, lettre du 20 décembre 1944 de Denise Paulme à Minna Lifchit (...)

Lorsque les premières mesures ont été prises à Paris contre les Juifs, nous avons tous conseillé à notre amie de partir dans le sud de la France d’où elle aurait peut-être pu gagner l’Afrique ou, comme Mlle Kipper, l’Amérique du Sud. Elle s’y est toujours refusée, car c’est à Paris que se trouvaient tous ses amis ; je crois aussi qu’elle aurait considéré son départ comme un manque de courage30.

Une carrière de femme de science

  • 31 Collection particulière, lettre 21 de Denise Paulme à André Schaeffner, septembre 1934.

11Nombreuses sont les femmes qui, au moment de l’institutionnalisation de l’ethnologie, ont investi la nouvelle discipline en suivant les cours de l’Institut d’ethnologie, en contribuant à la rénovation du Musée d’ethnographie du Trocadéro ou en réalisant des enquêtes sur le terrain. L’accueil favorable que leur réserve la discipline s’explique en premier lieu par son inscription récente dans l’espace académique, qui la rend peu attrayante pour des hommes en quête d’une carrière ou tout simplement d’un métier rémunérateur. Aussi les femmes qui bénéficient de cet accueil appartiennent-elles pour beaucoup d’entre elles aux classes les plus élevées de la société. D’autres proviennent néanmoins de milieux plus modestes et sont alors contraintes d’exercer, en parallèle à leur activité bénévole au Musée d’ethnographie, et à une époque où le taux d’activité féminin ne dépasse pas 36 %, une activité qui leur procure un revenu. Dans une lettre à son futur époux André Schaeffner, Denise Paulme exprime bien cette nécessité de subvenir à ses besoins, à un moment où l’ethnologie peut difficilement, et plus difficilement encore pour une femme, être envisagée comme une profession : « Et puis il va absolument falloir que je cherche un travail en dehors du Musée ; l’ethnographie est une vocation, non un métier ; j’ai besoin de gagner ma vie et de me sentir indépendante, je me donne un an pour arriver à cette indépendance31 ». Aussi envisage-t-elle, en septembre 1934, de réaliser un stage à la bibliothèque du musée de manière à être en mesure de remplacer sa bibliothécaire en titre, Yvonne Oddon, alors en partance pour un séjour de formation aux États-Unis. Pour mener ce projet à bien, elle compte sur le soutien de son amie Deborah Lifchitz qui lui a probablement servi d’exemple.

  • 32 Fondée en 1886 grâce à un leg de l’industriel Samuel-Aimé Forney à la Ville de Paris, la bibliothè (...)
  • 33 Entre mars 1933 et décembre 1934, Deborah Lifchitz remplit à la bibliothèque Forney des fonctions (...)
  • 34 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/3.
  • 35 Comme la très grande majorité des femmes ayant commencé leur carrière en ethnologie dans l’entre-d (...)
  • 36 En 1934, à la demande du ministère des Affaires étrangères qui réunit des informations sur Deborah (...)
  • 37 La configuration offrirait alors une variation à celle décrite par Olivier Dumoulin pour ce qui co (...)

12C’est en effet une carrière « en double » que Deborah Lifchitz est en mesure d’exposer dans le texte qu’elle rédige à l’intention du CGQJ. L’ethnologue y indique ainsi avoir suivi la formation et obtenu le diplôme de l’École municipale des bibliothécaires, puis avoir occupé un poste à la bibliothèque Forney32. Elle revient ensuite à deux reprises dans le cours de son texte sur cet emploi qu’elle aura conservé de 1931 à 1939, ne le quittant que temporairement pour partir sur le terrain33. Il ne fait aucun doute que cette activité de bibliothécaire lui tenait très à cœur : au tout début de son parcours, alors qu’il lui est encore difficile de se projeter dans le domaine de l’ethnologie, elle caresse le projet de s’établir en Éthiopie pour y fonder une bibliothèque qui ressemblerait à une « bibliothèque nationale34 » ; et tout au long des années 1930, elle travaille bénévolement comme bibliothécaire dans différentes associations dédiées à l’encadrement de la jeunesse juive. Mais cette activité est aussi celle dont elle a pu le plus rapidement attendre une rémunération : son emploi à la bibliothèque Forney lui procure son unique revenu de 1931 à 1935, puis un revenu complémentaire mais aussi plus régulier que celui correspondant au traitement du Musée après son retour de mission en pays dogon. Or, Deborah Lifchitz doit non seulement subvenir à ses propres besoins35, mais aussi apporter une aide financière à sa famille qui, en Pologne puis en Palestine, vit dans une grande précarité36. Sans doute son activité de bibliothécaire remplit-elle cependant une autre fonction dans le cadre du dossier qu’elle compose à l’intention du CGQJ. La mettre en avant, comme elle le fait dans son texte, lui permet également de donner une allure moins singulière au parcours féminin qui est le sien : un métier dans le domaine de la documentation ne vient-il pas adoucir un profil plus inattendu de femme de science37 ? C’est peut-être ainsi qu’il faut comprendre l’absence de toute femme – et donc de toute ethnologue, y compris Denise Paulme – dans la liste des personnalités susceptibles de témoigner en sa faveur, à l’exclusion de son amie Marie-Louise Arrivot, une bibliothécaire devenue responsable de la bibliothèque Forney en 1939.

  • 38 Charron, 2013.
  • 39 Précisons ici les références des deux publications à paraître dans la liste établie par Deborah Li (...)
  • 40 Dans une lettre datée du 18 décembre 1938, Deborah Lifchitz écrit ainsi à sa famille : « Moi aussi (...)

13Le souci de présenter un parcours en accord avec les attentes sociales concernant le travail féminin est mieux perceptible encore dans la manière dont Deborah Lifchitz présente ses activités dans le domaine scientifique où elle demande à conserver son emploi. L’ethnologue laisse ainsi en arrière-plan des compétences théoriques qui, dans l’entre-deux-guerres, ne sont pas volontiers reconnues aux jeunes diplômées38. Aussi ses publications ne sont-elles que furtivement évoquées à la fin de son texte39, non sans avoir été préalablement privées de la part d’analyse qu’elles comprenaient, et réduites à des publications de « documents rapportés par [elle] ». Son livre lui-même, paru dans la collection des « Travaux et mémoires de l’Institut d’ethnologie », y est moins présenté comme l’ouvrage d’une chercheuse à part entière que comme le travail d’une étudiante réalisé en vue de l’obtention du diplôme de l’École pratique des hautes études. Pas plus que ses publications, Deborah Lifchitz ne cherche pas par ailleurs à valoriser son expérience de l’enseignement. Son statut de monitrice aux cours d’amharique et de guèze de 1933 à 1936 de l’École nationale des langues orientales vivantes n’est pas réellement dissocié de son statut antérieur d’étudiante dans le cadre du même cours, pour lequel elle a pourtant obtenu la mention « bien » dès 1931. Quant aux cours qu’elle délivre deux ans plus tard au sein de la même institution, elle choisit de ne pas en préciser les modalités ni le contenu, au profit des seuls arrêtés ministériels qui les ont encadrés. Les lettres qu’elle adresse à sa famille nous en apprennent un peu plus : à raison d’une heure par semaine, en remplacement de Marcel Cohen alors détaché à la Caisse nationale de la recherche scientifique, Deborah Lifchitz a donné un cours d’introduction générale sur l’Abyssinie intitulé « Histoire, géographie et institutions de l’Abyssinie » : un cours qu’elle a préparé et assuré avec d’autant plus d’enthousiasme que les étudiants étaient peu nombreux (quatre en 1937-1938, trois en 1938-1939) et qu’elle pouvait nouer avec eux la même relation privilégiée qu’elle avait nouée avec Marcel Cohen lorsqu’elle-même était son unique élève40.

  • 41 Paulme, 1979, 10.

14Deborah Lifchitz met en revanche largement en avant les nombreuses compétences empiriques et pratiques que requiert l’ethnologie et qui ont favorisé l’intégration de femmes en son sein. Les femmes sont ainsi très bien représentées dans l’équipe de bénévoles que Georges Henri Rivière était parvenu à mobiliser pour rénover le Musée d’ethnographie du Trocadéro au début des années 1930, puis dans celle qui, à la suite de la démolition du palais du Trocadéro, travailla à la réinstallation des collections dans l’aile Passy du palais de Chaillot au cours des années 1937 et 1938. Parmi elles figurent Deborah Lifchitz et Denise Paulme, laquelle, des années plus tard, se revoyait encore « en blouse et maniant le balai ou le marteau, dans les courants d’air des couloirs du musée, le fracas et la poussière des caisses qu’on clouait […] et déclouait […]41 ». Les deux ethnologues ne se sont cependant pas contentées de balayer les réserves du Musée d’ethnographie. Ainsi que Deborah Lifchitz le souligne à plusieurs reprises dans son texte, elle a, année après année, enregistré les objets nouvellement arrivés, classé les collections déjà en magasin et procédé à l’installation des différentes expositions permanentes ou temporaires, au point d’acquérir une « expérience de la muséographie » présentée comme l’un des services « particulièrement appréciables » qu’elle a d’ores et déjà rendu au musée et qu’elle demande à pouvoir être encore en mesure de rendre en y conservant son emploi en tant qu’aide technique.

  • 42 Lemaire, 2011, 84-90.
  • 43 De son séjour en Palestine, Deborah Lifchitz rapporte une quinzaine d’objets appartenant aux cultu (...)
  • 44 Lemaire, 2014 et 2015.
  • 45 Jolly, 2014.
  • 46 Deborah Lifchitz et Denise Paulme ont collecté quelque cent-quatre-vingt objets, dont une trentain (...)

15Mais ce sont encore d’autres compétences empiriques, celles mises en œuvre au cours de différentes missions scientifiques, que Deborah Lifchitz situe au cœur de son dossier pour faire valoir au CGQJ des services non plus seulement « appréciables », mais bien « exceptionnels ». Les femmes, en effet, n’ont pas non plus été écartées de l’expérience de terrain que la discipline situait désormais au cœur du parcours de l’ethnologue professionnel. Elles ont au contraire été fortement encouragées à partir en mission, ce qu’elles ont fait – le plus souvent en compagnie d’une collègue du même sexe, mais parfois aussi en compagnie de leur époux ou dans le cadre d’une expédition collective –, les promoteurs de la discipline considérant qu’elles étaient les mieux à même de réaliser des enquêtes sur la « vie féminine » dans les sociétés étudiées42. Deborah Lifchitz a pour sa part réalisé trois missions très différentes les unes des autres, que ce soit du point de vue des modalités de leur réalisation, de leur localisation ou de leur envergure. La troisième d’entre elles, tout juste mentionnée par l’ethnologue, n’en est en réalité pas tout à fait une : le séjour de cinq semaines de Deborah Lifchitz en Palestine (du 10 août au 14 septembre 1937) correspond à un congé pris pour rendre visite à sa mère et à sa sœur, auquel la direction du musée semble avoir souhaité donner le statut officiel de « mission » pour lui permettre de rapporter quelques objets pour les collections du musée43, ainsi que pour lui faciliter ses démarches logistiques et administratives. Connue sous le nom de « mission Paulme-Lifchitz44 », la seconde mission de l’ethnologue est quant à elle une mission scientifique à part entière, et une mission importante dans l’histoire de la discipline. Au mois de janvier 1935, Deborah Lifchitz et Denise Paulme avaient quitté Paris pour rejoindre le pays dogon, au Soudan français (Mali actuel). Ainsi que Deborah Lifchitz l’indique dans son texte, elles avaient traversé le Sahara à bord de deux camionnettes Renault en compagnie de la mission Sahara-Soudan dirigée par Marcel Griaule45. Non sans de sérieuses difficultés, liées pour une part à l’autonomie revendiquée par les deux jeunes femmes, les membres des missions Sahara-Soudan et Paulme-Lifchitz avaient ensuite cohabité pendant sept semaines dans le village dogon de Sanga. Mais alors que Marcel Griaule avait pris le chemin du retour dès la fin du mois de mars, Deborah Lifchitz et Denise Paulme avaient quant à elles prolongé leur séjour jusqu’en octobre et réalisé une mission de neuf mois, au cours de laquelle elles avaient effectué des enquêtes intensives et novatrices sur l’organisation sociale ou la littérature orale. Ce n’est cependant pas sur ces enquêtes ni sur les articles, à deux ou quatre mains, auxquels elles ont donné lieu, que Deborah Lifchitz choisit d’attirer l’attention du CGQJ, mais plutôt sur le nombre et la qualité des objets collectés pendant le séjour46. Et encore ne fait-elle qu’évoquer cette collecte, au fil d’une restitution de la mission Paulme-Lifchitz qui se résume à trois phrases, quand celle de sa première mission, la mission Dakar-Djibouti, occupe près de la moitié de son « rapport ».

  • 47 Sur la mission Dakar-Djibouti, voir notamment : Jamin, 1996 et 2014 ; Jolly, 2007 ; Jolly et Lemai (...)
  • 48 Lifchitz et Paulme, 2015, 173.

16Plusieurs éléments éclairent le choix de Deborah Lifchitz d’accorder la priorité à la mission Dakar-Djibouti, qui traversa l’Afrique d’ouest en est sur une durée de près de deux ans (mai 1931-février 1933) sous la direction de Marcel Griaule, et que l’ethnologue rejoignit au printemps 1932 en Éthiopie en tant que spécialiste des langues abyssines47. Sans doute Deborah Lifchitz entendait-elle mettre à profit, pour sa propre reconnaissance, la dimension officielle de cette mission : ainsi qu’elle le rappelle à deux reprises, la grande expédition collective avait été consacrée le 31 mars 1931 par une loi qui lui avait conféré une solide assise financière en même temps qu’une véritable légitimité nationale. La mission Dakar-Djibouti avait par ailleurs bénéficié d’une large couverture médiatique qui lui avait pour longtemps assuré un retentissement et une renommée sur lesquels Deborah Lifchitz pouvait prendre appui pour établir sa propre crédibilité scientifique. Mais il est aussi des raisons plus personnelles au fait que Deborah Lifchitz décide de privilégier la mission Dakar-Djibouti. Si l’étape éthiopienne de la mission avait sans aucun doute été la plus ardue pour les membres permanents de la mission – le contexte politique du pays, non seulement indépendant mais aussi au bord de la guerre civile, ayant placé de multiples obstacles sur leur chemin –, le séjour dans la région avait été plus déconcertant encore pour Deborah Lifchitz. Quelques années plus tard, alors qu’elle se trouvait en pays dogon, elle se souvenait encore des nombreuses péripéties auxquelles elle avait alors dû faire face : « Ce voyage est tout à fait différent de celui d’Abyssinie. En Abyssinie il y avait une foule d’aventures, ici c’est comme si rien du tout ne se passait48. » Aussi sa participation à la mission Dakar-Djibouti permet-elle à Deborah Lifchitz de faire apparaître des « services exceptionnels » bel et bien « rendus à l’État français » dans le cadre d’une expédition d’envergure nationale.

  • 49 Gaston-Louis Roux (1904-1988) devait avoir pour rôle dans la mission de peindre des tableaux relig (...)
  • 50 Sur le travail réalisé par Deborah Lifchitz au cours de la mission Dakar-Djibouti, voir Prijac, 20 (...)

17Aussitôt sa licence obtenue, en juillet 1931, Deborah Lifchitz avait pris rendez-vous avec Georges Henri Rivière pour lui faire part de son désir de travailler au Musée d’ethnographie du Trocadéro. On peut penser que le sous-directeur du musée lui avait alors recommandé d’écrire sans tarder à Marcel Griaule, dont la mission Dakar-Djibouti se trouvait à Bamako. Quelques jours plus tard, elle lui avait en effet adressé une lettre, à laquelle le directeur de la mission avait répondu qu’il « serait très heureux de l’avoir pour collaboratrice en Abyssinie, sa formation étant tout à fait spécialisée pour le pays ». Le 18 mars 1932, Deborah Lifchitz embarquait à Marseille pour Djibouti en compagnie de l’artiste-peintre Gaston-Louis Roux49. Tous deux avaient ensuite gagné Addis-Abeba, où ils avaient rencontré les plus grandes difficultés pour recruter du personnel et former la caravane qui devait transporter le matériel de la mission. Le plus éprouvant était néanmoins à venir : un voyage d’un mois à travers l’Éthiopie pour atteindre la ville de Zaghié. Là, ils avaient encore affronté un événement dramatique – l’assassinat d’un colonel italien –, puis subi la déception d’apprendre que les autres membres de la mission les attendaient finalement sur le territoire du consulat italien de Gondar. Après une traversée éprouvante du lac Tana, à bord d’une embarcation précaire et dans les pires conditions climatiques, Deborah Lifchitz et Gaston-Louis Roux avaient finalement rejoint leurs camarades. À Gondar, Deborah Lifchitz s’était, à la demande de Marcel Griaule, employée à constituer une collection de manuscrits et à procéder à leur traduction. À la fin de son séjour, elle avait également travaillé sur deux populations non chrétiennes, les Falacha et les Qemant50. Mais le voyage de retour avait été l’occasion de nouvelles mésaventures. Atteinte d’une angine, Deborah Lifchitz n’était pas en état de voyager lorsque Marcel Griaule, à la suite de longues négociations, avait enfin reçu l’autorisation de quitter Gondar. En compagnie de Gaston-Louis Roux, elle avait dû attendre quelques jours d’être guérie avant de prendre à son tour la route, non sans avoir mis à profit son état de santé pour dissimuler dans ses bagages les manuscrits et les peintures que Marcel Griaule, soumis à un contrôle douanier plus sévère, n’avait pu emporter dans les siens. Une fois arrivés à la frontière entre l’Éthiopie et le Soudan anglo-égyptien, Gaston-Louis Roux et Deborah Lifchitz avaient surmonté un dernier obstacle : retenus par les douaniers, ils avaient donné l’ordre à la caravane d’accélérer l’allure jusqu’à parvenir en territoire soudanais.

  • 51 Deborah Lifchitz avait connu Abba Jérôme Gabra Musé (1881-1983) à Paris où, entre 1920 et 1929, il (...)
  • 52 Prêtre, Sylvain Grébaut (1881-1955) enseigna les langues et la littérature éthiopienne à l’Institu (...)
  • 53 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1.

18Ce sont les principaux moments de cette mission semée de péripéties que Deborah Lifchitz retrace dans son texte. L’ethnologue y met une nouvelle fois l’accent sur ses compétences empiriques et pratiques au détriment de ses qualités proprement scientifiques qui se trouvent comme « déléguées » à deux autres personnalités : Abba Jérôme, le « savant abyssin » avec lequel elle dit « [avoir eu] la chance de prendre contact », quand elle sut en réalité le convaincre de rejoindre la mission à Gondar où il « rendit les plus grands services au point de vue scientifique »51, et Sylvain Grébaut, le « grand éthiopisant » qui « [voulut] bien se charger d’établir le catalogue » de la collection qu’elle avait elle-même constituée pour compléter celle déjà existante à la Bibliothèque Nationale52. Et encore ces compétences elles-mêmes, consistant notamment à collecter des objets, des documents ou des données, ne sont-elles pas aussi valorisées qu’elles pourraient l’être. Il faut ainsi l’intervention de son ami Michel Leiris, à travers des propositions de corrections couchées en marge d’une version antérieure du texte présenté ici, pour qu’elle indique un peu malgré elle avoir « assumé la tâche du transport jusqu’en territoire soudanais » de peintures ne figurant pas seulement, comme elle l’affirmait dans un premier temps, « en bonne place » dans les collections parisiennes, mais constituant bel et bien « l’un des joyaux du Musée de l’Homme ». La même modestie est également perceptible dans la sobriété avec laquelle Deborah Lifchitz relate les dangers encourus. C’est à nouveau aux suggestions de Michel Leiris que l’on doit des expressions telles que « au prix de grandes difficultés », venant çà et là discrètement signaler une performance de l’ethnologue, quand la pétition signée quelques années plus tôt par ses collègues pour qu’elle obtienne la nationalité française évoquait des « circonstances mettant sa vie en danger », et dans lesquelles elle « [avait] fait face avec un grand courage à de lourdes responsabilités »53.

  • 54 Debaene, 2010.
  • 55 Lemaire, 2011. Deborah Lifchitz laisse ainsi le soin à Gaston-Louis Roux de relater, dans des revu (...)

19Il s’en faut ainsi de beaucoup que Deborah Lifchitz, en dépit de la nécessité que le contexte lui impose de faire valoir des « services exceptionnels », se mette elle-même en scène comme une femme téméraire ayant courageusement surmonté des situations périlleuses. À la différence de ses collègues masculins, qui furent nombreux à publier le récit de leurs périples à l’issue de leurs expériences de terrain54, mais comme la plupart de ses collègues du même sexe, l’ethnologue ne s’est en effet jamais résolue à écrire des textes où elle serait apparue comme une aventurière accomplissant des exploits55. Car donner à voir une femme aussi remarquable aurait également donné à voir… une femme : « Vous avez organisé, pour me rejoindre en Haute-Éthiopie, une expédition qui n’a pas été sans danger et qui vous a demandé un effort déjà très grand pour un homme », écrit ainsi Marcel Griaule à Deborah Lifchitz dans la lettre qu’il lui adresse à l’issue de la mission Dakar-Djibouti, et que des années plus tard, elle décide de joindre au dossier qu’elle constitue pour obtenir l’autorisation de conserver son emploi. Mais à l’exception de cette observation du chef de la mission Dakar-Djibouti, le dossier de Deborah Lifchitz ne comporte aucune mention du sexe de l’ethnologue dont la carrière est retracée. Pour les ethnologues de l’entre-deux-guerres, il s’agit en effet de faire oublier qu’elles sont des femmes afin de ne laisser visibles que des scientifiques crédibles à cette condition. En déclinant leur identité sexuée à travers des récits personnels ou héroïques de leurs expériences de terrain, elles auraient au contraire prêté le flanc à l’idée communément admise selon laquelle elles se situaient du côté de la subjectivité et ne pouvaient donc pas prétendre à être ou à devenir des scientifiques, mais tout au plus des femmes de lettres ou des aventurières. De sorte que Deborah Lifchitz, au moment de constituer son dossier, est aux prises avec une insoluble contradiction : faire valoir des « services exceptionnels » rendus en tant que scientifique, quand la possibilité même d’être reconnue comme telle repose, pour une femme, sur la nécessité de ne pas se présenter comme une personnalité d’exception.

Haut de page

Bibliographie

Blanc, J., 2010, Au commencement de la Résistance. Du côté du musée de l’Homme 1940-1941, Paris, Seuil.

Charron, H., 2013, Les formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises 1890-1940, Paris, CNRS Éditions.

Debaene, V., 2010, L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre sciences et littérature, Paris, Gallimard.

Dumoulin, O., 1998, « Archives au féminin, histoire au masculin. Les historiennes professionnelles en France, 1920-1965 », dans Sohn, A.-M. et Thélamon, F. (dir.), L’histoire sans les femmes est-elle possible ?, Paris, Perrin, p. 343-356.

Ginsburger, N., 2016, « Le quart féminin des géographes : dynamiques et limites de la féminisation dans la géographie universitaire française et internationale (1928-1938) », Revue d’histoire des sciences humaines, 29, p. 213-248.

Griaule, M. et al., 2015, Cahier Dakar-Djibouti, édité par Jolly, É. et Lemaire, M., Meurcourt, Éditions Les Cahiers.

Jamin, J., 1996, « Introduction à Miroir de l’Afrique », dans Michel Leiris, Miroir de l’Afrique, édition établie, présentée et annotée par Jamin, J., Paris, Gallimard, p. 9-59.

Jamin, J., 2014, Le Cercueil de Queequeg. Mission Dakar-Djibouti, mai 1931-février 1933, Les Carnets de Bérose n° 2, Lahic/DPRPS-Direction des patrimoines, en ligne : http://www.berose.fr/IMG/pdf/jj_6-09web.pdf.

Jolly, É., 2007, « La mission ethnographique Dakar-Djibouti : collecte itinérante et maîtrise du terrain », dans Jabob, C. (dir.), Lieux de savoir. Espaces et communautés, Paris, Albin Michel, p. 875-896.

Jolly, É., 2014, Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan, janvier-avril 1935, Les Carnets de Bérose, n° 4, Paris, Lahic/DPRPS-Direction des patrimoines, en ligne : http://www.berose.fr/IMG/pdf/carnet_be_rose_4.pdf.

Jolly, É. et Lemaire, M., 2015, « La mission Dakar-Djibouti au fil des textes », dans Griaule, M. et al., Cahier Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers, p. 11-67.

Joly, L., 2006, Vichy dans la « solution finale ». Histoire du Commissariat général aux questions juives, Paris, Grasset.

Joly, L., 2008, « L’administration de l’État français et le statut des Juifs du 2 juin 1941 », Archives juives, 41, p. 25-40.

Laurière, C., 2008, Paul Rivet, le savant et le politique, Paris, Publications scientifiques du MNHN.

Laurière, C., 2017, « Refonder l’ethnographie française sous l’Occupation », Revue d’histoire des sciences humaines, 30, p. 151-169.

Leiris, M., 1992, Journal 1922-1989, édition établie par Jean Jamin, Paris, Gallimard.

Lemaire, M., 2011, « La chambre à soi de l’ethnologue. Une écriture féminine en anthropologie dans l’entre-deux-guerres », L’Homme, 200, p. 83-112.

Lemaire, M., 2012, « L’empreinte du faux », L’Homme, 203-204, p. 545-554.

Lemaire, M., 2014, Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier-octobre 1935, Les Carnets de Bérose, n° 5, Paris, Lahic/DPRPS-Direction des patrimoines , en ligne : http://www.berose.fr/IMG/pdf/carnet_be_rose_5.pdf.

Lemaire, M., 2015, « Présentation », dans Lifchitz, D. et Paulme, D., Lettres de Sanga, Paris, CNRS Éditions, p. 9-83.

Lemaire, M., à paraître, « Lettres d’amour et de science. Denise Paulme en correspondance avec André Schaeffner », Clio. Femmes, genre, histoire.

Lifchitz, D. et Paulme, D., 2015, Lettres de Sanga, édition augmentée, présentée et annotée par Marianne Lemaire, Paris, CNRS Éditions.

Mansuy, É., 2018, « M. Abel Mansuy, prestigieux fondateur du lycée français de Varsovie », en ligne : https://lepetitjournal.com/varsovie/education/m-abel-mansuy-prestigieux-fondateur-du-lycee-francais-de-varsovie-230776 (consulté le 30 juin 2019).

Mariot, N. et Zalc, C., 2010, Face à la persécution. 991 Juifs dans la guerre, Paris, Odile Jacob.

Paulme, D., 1979, « Quelques souvenirs », Cahiers d’études africaines, 19/73-76, p. 9-17.

Prijac, L., 2008, « Déborah Lifszyc (1907-1942) : ethnologue et linguiste (de Gondar à Auschwitz) », Aethiopica, 11, p. 148-172.

Rodinson, M., 1983, « Wolf Leslau et la France », dans Segert, S. et Bodrogligeti, A. (éd.), Ethiopian Studies, Wiesbaden, Harrassovitz, p. 38-66.

Roux, G.-L., 2015 [1935], « En Godjam », dans Griaule, M. et al., Cahier Dakar-Djibouti, Meurcourt, Éditions Les Cahiers, p. 671-684.

Haut de page

Notes

1 Les transcriptions variées du nom de l’ethnologue se sont peu à peu stabilisées au cours des années 1930 autour de deux graphies, la première, Lifszyc, prévalant au niveau administratif, et la seconde, Lifchitz, étant celle retenue dans le contexte scientifique.

2 Bibliothèque centrale du Muséum, Archives du musée de l’Homme, 2 AM 1 K60c.

3 Si la loi du 3 octobre 1940 interdisait déjà aux Juifs l’accès à la fonction publique, sa formulation permettait qu’elle ne soit pas systématiquement appliquée aux agents auxiliaires ; la loi du 2 juin 1941 revoit cette formulation et frappe les personnels occupant les postes les plus modestes (Joly, 2008, 26-29). Il est par ailleurs très probable que Paul Rivet (1876-1958), avant d’être relevé de ses fonctions de directeur du musée de l’Homme le 19 novembre 1940, se soit refusé à appliquer la première loi. Très tôt conscient de la menace antisémite, il avait favorisé tout au long des années 1930 l’accueil et l’emploi des exilés au sein du musée (Laurière, 2008, 499-502).

4 Ce document est conservé au Centre de documentation juive contemporaine (CDJC), dans le fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1.

5 Le journal dans lequel cet article est paru n’a pas pu être identifié.

6 Deborah Lifchitz annonce les attestations de l’administrateur de l’École nationale des langues orientales vivantes, du chef de la mission Dakar-Djibouti et du directeur du Muséum national d’histoire naturelle. Mais si le fonds Deborah-Lifchitz contient bien les attestations de Paul Boyer et de Marcel Griaule, il ne contient pas celle de Louis Germain. On peut se demander si cette lettre a été produite, si elle a été perdue, ou si Deborah Lifchitz a mentionné par erreur le directeur du Muséum plutôt que celui du musée de l’Homme, Paul Rivet, dont une attestation figure bel et bien dans les archives.

7 Les demandes de dérogation pour « services exceptionnels » étaient soumises à deux procédures distinctes selon que l’interdiction portait sur des emplois publics conférant de l’influence (article 2 de la loi du 2 juin 1941) ou des emplois publics subalternes (article 3 de la même loi). Dans le second cas, dont Deborah Lifchitz se dit elle-même relever, le CGQJ était seul à rendre sa décision. Les archives ne permettent pas de savoir combien de demandes de dérogation pour conserver un emploi subalterne ont été déposées. On sait cependant que seules 26 d’entre elles ont été accordées avant la fin de l’année 1942 (Joly, 2006, 594-595).

8 Lemaire, 2012.

9 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, carte postale du 29 novembre 1939 de Deborah Lifchitz à sa famille.

10 Leiris, 1992, 337.

11 À la suite de ce procès, Yvonne Oddon est déportée à Ravensbrück, tandis qu’Anatole Lewitzky, Boris Vildé et huit de leurs camarades sont fusillés au Mont-Valérien. Sur ce réseau de résistance précocement constitué, voir Blanc, 2010.

12 Michel Leiris et Deborah Lifchitz s’étaient liés d’amitié au cours de la mission Dakar-Djibouti. Après son arrestation, il multiplie les démarches pour recueillir des informations sur les motifs de sa détention et obtenir sa libération (CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1).

13 Archives de la préfecture de Police (APP), GA L 12 Lifszyc.

14 APP, GA L 12 Lifszyc, lettre du 16 juin 1942 du chef de la Police des questions juives au Préfet de police.

15 Avec Wolf Leslau (1906-2006), Deborah Lifchitz avait suivi les cours de Marcel Cohen, et avec Charlotte Halpern, travaillé dans un patronage dirigé par la baronne de Rothshild. S’étendant de la fin de l’année 1940 au printemps 1941, la correspondance entre Deborah Lifchitz et Charlotte Halpern (CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/5), alors réfugiée en zone libre tandis que son mari est interné dans le camp de Vernet puis dans celui des Milles, a pour principal objet la vente ou le déménagement des affaires du couple restées à Fontenay-aux-Roses. À la fin du mois de mai 1942, Wolf Leslau et Charlotte Halpern parviendront à quitter la France pour rejoindre les États-Unis (voir Rodinson, 1983).

16 APP, GA L 12 Lifszyc, lettre du 3 octobre 1942 du directeur général des Renseignements à la sous-direction des Étrangers et des Affaires Juives.

17 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1.

18 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1, lettre du 20 décembre 1944 de Denise Paulme à Minna Lifchitz ; lettre du 2 février 1945 d’Anna Kipper à Minna Lifchitz.

19 Paul Boyer, administrateur de l’École nationale des langues orientales, commence lui-même sa lettre d’appui en soulignant que l’étudiante qu’il recommande pour l’obtention de la naturalisation est « de culture entièrement française ».

20 La famille Lifchitz vivait jusqu’alors à Kharkov, une ville d’Ukraine alors sous domination russe, qu’elle quitta probablement en raison des exactions qui y étaient alors perpétrées à l’encontre des juifs.

21 Au tout début du xxe siècle, Abel Mansuy s’installe avec son épouse à Varsovie pour y réaliser une thèse de doctorat sur le passage de Napoléon en Pologne et en Russie en 1812. À la demande du ministère de la Culture français, il fonde en 1919, et dirige jusqu’en 1932, une école principalement destinée à accueillir les enfants des nombreux militaires présents en Pologne (Mansuy, 2018).

22 À la Faculté des Lettres, Deborah Lifchitz obtient sa licence avec les certificats « Ethnologie », « Langues sémitiques anciennes » et « Histoire des religions », son diplôme d’élève breveté de l’École nationale des langues orientales tenant lieu de quatrième certificat.

23 Archives nationales (AN), 19770873/156, sous-direction des naturalisations, dossier n° 20449X31.

24 D’autres éléments expliquent néanmoins que Deborah Lifchitz reprenne d’anciennes lettres : l’urgence dans laquelle elle se trouvait probablement pour constituer son dossier, mais aussi le fait qu’elle n’est plus en aussi bons termes avec l’un de ses anciens référents. Les relations entre Deborah Lifchitz et Marcel Griaule avaient en effet commencé à se dégrader dès 1935 (Lemaire, 2015). En 1941, Marcel Griaule refuse de publier l’un de ses articles dans le Journal de la société des africanistes, « arguant du fait qu’elle était juive » (collection particulière, lettre du 9 mars 1994 de Denise Paulme à Mary Douglas). La même année, il est convoqué par le directeur de l’enseignement supérieur pour apporter son témoignage sur l’ethnologue dans le cadre d’une procédure de révision de naturalisation. Il reconnaît alors que l’ethnologue « a rendu d’importants services à la mission » mais « se déclare totalement incompétent » pour se prononcer sur « son attitude politique » (AN, 19770873/156, sous-direction des naturalisations, dossier n° 20449X31). Sur le contexte institutionnel de l’ethnologie pendant l’Occupation, voir Laurière, 2017.

25 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 3 février 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille. Les lettres de Deborah Lifchitz à sa famille sont pour la plupart rédigées en russe. Leur traduction a été réalisée en collaboration avec Elizaveta Volkova, à laquelle j’adresse tous mes remerciements.

26 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 13 janvier 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille.

27 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7, lettre du 3 février 1937 de Deborah Lifchitz à sa famille.

28 À la suite de l’ordonnance allemande du 27 septembre 1940, l’ethnologue s’était déclarée « juive » le 11 octobre 1940. Si elle ne fait pas état de sa judéité dans son dossier, elle ne passe pas non plus sous silence les quelques éléments de son parcours susceptibles de la rappeler, qu’il s’agisse de ses recherches sur les Falacha, une minorité éthiopienne se dénommant elle-même « maison d’Israël », ou d’une brève mission en Palestine dont elle a rapporté des objets ayant trait à la culture juive.

29 Voir Mariot et Zalc, 2010, p. 38. Précisons ici que la nationalité française de Deborah Lifchitz ne lui a jamais été retirée. La Commission de révision des naturalisations la lui confirme au contraire à deux reprises, le 7 août 1941 et plusieurs mois après sa mort, le 4 mai 1943 (AN, 19770873/156, sous-direction des naturalisations, dossier n° 20449X31).

30 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/5, lettre du 20 décembre 1944 de Denise Paulme à Minna Lifchitz.

31 Collection particulière, lettre 21 de Denise Paulme à André Schaeffner, septembre 1934.

32 Fondée en 1886 grâce à un leg de l’industriel Samuel-Aimé Forney à la Ville de Paris, la bibliothèque Forney abrite des collections principalement orientées autour des métiers d’art, des arts décoratifs et des arts graphiques.

33 Entre mars 1933 et décembre 1934, Deborah Lifchitz remplit à la bibliothèque Forney des fonctions un peu différentes de celles de bibliothécaire : elle est la secrétaire de Gabriel Henriot (1880-1965), conservateur de la bibliothèque de 1920 à 1939, mais aussi inspecteur des bibliothèques de la ville de Paris à partir de 1931.

34 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/3.

35 Comme la très grande majorité des femmes ayant commencé leur carrière en ethnologie dans l’entre-deux-guerres, Deborah Lifchitz est célibataire. Sur la nécessité, pour les femmes souhaitant réaliser une carrière dans le domaine scientifique, de rester célibataire ou d’articuler étroitement leur vie affective et leur vie professionnelle, voir Lemaire, à paraître.

36 En 1934, à la demande du ministère des Affaires étrangères qui réunit des informations sur Deborah Lifchitz dans le cadre de sa demande de naturalisation, le consul de France indique que « sa mère, veuve, vit dans l’indigence avec ses deux autres enfants ». Deborah Lifchitz s’efforce de lui faire parvenir chaque mois la somme de 400 francs (montant correspondant selon le convertisseur de monnaie INSEE à environ 300 euros en 2018).

37 La configuration offrirait alors une variation à celle décrite par Olivier Dumoulin pour ce qui concerne le champ de l’histoire, où les femmes ont longtemps été cantonnées à la profession d’archivistes, quand les hommes pouvaient plus aisément accéder au métier d’historien (Dumoulin, 1998). La professionnalisation relative et progressive des femmes ethnologues fait par ailleurs écho à celle mise en évidence par Nicolas Ginsburger pour les femmes géographes de la seconde partie de l’entre-deux-guerres (Ginsburger, 2016).

38 Charron, 2013.

39 Précisons ici les références des deux publications à paraître dans la liste établie par Deborah Lifchitz : « Le Livre d’Emmanuel (poème éthiopien) », Journal asiatique, CCXXXVI, 1948, p. 65-86 ; « La Littérature orale chez les Dogons du Soudan français », Africa, 13/3, 1940, p. 235-249.

40 Dans une lettre datée du 18 décembre 1938, Deborah Lifchitz écrit ainsi à sa famille : « Moi aussi j’ai été pendant deux ans la seule auditrice de Cohen, c’est de ce temps-là que date notre amitié » (CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/7).

41 Paulme, 1979, 10.

42 Lemaire, 2011, 84-90.

43 De son séjour en Palestine, Deborah Lifchitz rapporte une quinzaine d’objets appartenant aux cultures juive et arabe (actuellement inventoriés au musée du Quai Branly sous les numéros 71.1937.42.1 à 71.1937.42.15).

44 Lemaire, 2014 et 2015.

45 Jolly, 2014.

46 Deborah Lifchitz et Denise Paulme ont collecté quelque cent-quatre-vingt objets, dont une trentaine de statues ou statuettes sur lesquelles l’ethnologue choisit de mettre l’accent (peut-être en raison de la présence parmi elles d’une statue hermaphrodite ancienne qui avait attiré l’attention de la communauté scientifique et des collectionneurs. Voir Lemaire, 2015, p. 59 et suiv.).

47 Sur la mission Dakar-Djibouti, voir notamment : Jamin, 1996 et 2014 ; Jolly, 2007 ; Jolly et Lemaire 2015.

48 Lifchitz et Paulme, 2015, 173.

49 Gaston-Louis Roux (1904-1988) devait avoir pour rôle dans la mission de peindre des tableaux religieux à la manière éthiopienne pour ensuite les échanger contre des œuvres locales plus anciennes.

50 Sur le travail réalisé par Deborah Lifchitz au cours de la mission Dakar-Djibouti, voir Prijac, 2008, ainsi que Jolly et Lemaire, 2015.

51 Deborah Lifchitz avait connu Abba Jérôme Gabra Musé (1881-1983) à Paris où, entre 1920 et 1929, il se rendait souvent et servait occasionnellement d’informateur à Marcel Cohen et à ses étudiants. En 1932, Abba Jérôme est fonctionnaire au ministère des Affaires étrangères éthiopien. Il en est temporairement détaché pour participer à la mission Dakar-Djibouti, au sein de laquelle il occupa les positions d’interprète, d’ethnographe, d’informateur et de traducteur.

52 Prêtre, Sylvain Grébaut (1881-1955) enseigna les langues et la littérature éthiopienne à l’Institut catholique de Paris et à l’École pratique des hautes études.

53 CDJC, fonds Deborah-Lifchitz, MDCXI/1.

54 Debaene, 2010.

55 Lemaire, 2011. Deborah Lifchitz laisse ainsi le soin à Gaston-Louis Roux de relater, dans des revues grand public, les épisodes les plus tumultueux de leur périple, tels que l’assassinat du colonel italien Alfredo Peluso (Roux, 2015 [1935]). Concernant Roux, on peut également relever l’insistance avec laquelle Deborah Lifchitz rappelle sa présence à ses côtés, probablement à nouveau pour ne pas apparaître comme une aventurière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Lemaire, « Deborah Lifchitz, une carrière d’ethnologue française dans l’entre-deux-guerres »Revue d’histoire des sciences humaines, 35 | 2019, 197-213.

Référence électronique

Marianne Lemaire, « Deborah Lifchitz, une carrière d’ethnologue française dans l’entre-deux-guerres »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 35 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 03 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4247 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4247

Haut de page

Auteur

Marianne Lemaire

CNRS, Institut des mondes africains (UMR 8171)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals