Navigation – Plan du site
Document

Historiens et géographes au scalpel de Vichy

Historians and geographers under Vichy’s scalpel
Nicolas Ginsburger
p. 163-185

Résumés

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la place de la géographie scolaire et universitaire évolue dans le système éducatif français. En effet, cette discipline doit au régime de Vichy sa séparation d’avec l’histoire dans l’enseignement supérieur, après plus d’un siècle de « mariage ». Les documents inédits ici publiés et commentés reviennent sur cet événement relativement mal connu de l’histoire de l’institutionnalisation française des sciences humaines : ils l’éclairent d’un jour nouveau, en insistant sur ses rapports avec le fonctionnement et l’idéologie de l’État français du Maréchal Pétain.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1En 1953, l’historien Jérôme Carcopino (1881-1970) publie ses mémoires sur la Seconde Guerre mondiale, et revient sur son action de secrétaire d’État à l’Éducation nationale et à la Jeunesse du régime de Vichy, affirmant notamment :

J’ai diversifié les enseignements aussi souvent – et aussi loin – qu’il m’était possible. Dans les Facultés des lettres par exemple, exhumant de la poussière des dossiers un plan autrefois établi par Vidal de la Blache, j’ai scindé, en deux licences puis deux agrégations distinctes, l’histoire et la géographie, ces Dodica-Radica de la pédagogie, qui souffraient d’autant plus d’être soudées l’une à l’autre que les développements de la géographie géologique s’éloignaient davantage de la critique des textes et de la psychologie des événements. (Carcopino, 1953, 420)

  • 1 À la fin de l’année 1901, le cirque américain Barnum s’installe à Paris. Parmi ses attractions, Do (...)
  • 2 Il intègre l’École normale supérieure en 1901 et est major de l’agrégation d’histoire et de géogra (...)
  • 3 Dumoulin, 1998.
  • 4 Corcy-Debray, 2001.

2L’image est saisissante, relevant tant de la « tératologie académique » que de la « chirurgie institutionnelle » : l’histoire et la géographie sont ici comparées à deux sœurs siamoises physiquement reliées puis séparées au début du xxe siècle1. Faisant sans doute appel à des souvenirs de jeunesse loin d’un demi-siècle2, le vieux professeur évoque ainsi une réforme scolaire et universitaire aboutissant à la opération académique des deux disciplines, depuis plus d’un siècle liées l’une à l’autre dans la tradition française du système éducatif3. Cependant Carcopino, comme souvent dans ses souvenirs, ne dit pas tout, s’attribue un rôle avantageux et ne raconte pas la suite de cette histoire, après son départ du ministère en 19424. C’est que cette « scission » continua à être discutée, pendant la guerre même, pour des raisons et selon des modalités que nous allons ici en partie éclairer, dans une atmosphère d’hésitation et de difficulté bien plus que par la décision incontestée d’un ministre tout-puissant.

  • 5 Quoique cité par bribes dans Dumoulin, 1994, 33-35. Tous les documents retranscrits et cités dans (...)
  • 6 D’autres documents sur ce même sujet seront publiés dans le volume à paraître Géographes français (...)
  • 7 Même si on peut bien sûr les comparer, du point de vue formel et générique, avec les minutes des d (...)
  • 8 On imagine mal en effet un membre du cabinet ou un universitaire faire un tel compte-rendu.
  • 9 Dumoulin, 2003, 278.

3C’est d’ailleurs tout l’intérêt de l’ensemble documentaire que nous allons ici présenter et commenter. Inédit5, homogène du point de vue chronologique, générique et thématique6, il est composé d’extraits de compte rendu de quatre réunions de spécialistes disciplinaires (historiens et géographes) qui se sont tenues en janvier et février 1943, en présence et avec la participation directe du ministre secrétaire d’État de l’Éducation nationale de l’époque, Abel Bonnard (1883-1968), ayant pour objet une réforme conséquente des études (secondaires et supérieures) d’histoire et de géographie. Conservés aux Archives nationales, ce sont des documents rares7 : ni rapports, ni lettres, ni articles, mais traces écrites, dactylographiées, à dimension administrative, attestant de rencontres réelles, de coprésence autour d’une table, d’échanges et de discussions concernant une décision délicate mais importante, ayant des répercussions encore aujourd’hui dans le champ des sciences humaines. Ces « minutes ministérielles » sont d’abord intéressantes du fait de leur style et leur rhétorique, typiques de ce genre de texte témoignant de la continuité administrative de l’État entre la République et Vichy. L’auteur en est anonyme : sans doute un (ou plusieurs) secrétaire(s)8 chargé(s) de prendre en notes les paroles exactes de chaque intervenant, exercice difficile qui explique la relative brièveté et l’efficacité de chaque parole retranscrite, mais aussi leur caractère spontané, marqué par l’interactivité, proche d’un texte de théâtre. Les tâtonnements, revirements et hésitations des échanges sont frappants, de même qu’une certaine confusion, rendant difficiles leur compréhension : malgré les affirmations et constats d’accords parfois plus prescriptifs que descriptifs dont le ministre ponctue la discussion, ces comptes rendus n’instaurent pas de cohérence rétrospective, mais assument que les arguments se croisent sans se répondre immédiatement, que les paroles soient parfois déformées, les phrases marquées par un style oral ou télégraphique, éventuellement par des répétitions, des incohérences ou de fortes contradictions, en fonction de ce que le scripteur a lui-même compris ou entendu, manifestement sans qu’aucune autorité hiérarchique n’ait corrigé a posteriori la retranscription. Ce respect de l’oralité, qui se permet parfois de résumer une ambiance (par exemple le brouhaha, « tout le monde parle ») ou de noter une phrase dont l’origine n’est pas identifiée (« une voix »), a pourtant ses limites : les phrases sont complètes, les intervenants successifs ne semblent pas s’interrompre, malgré la vivacité des débats, leurs paroles se succèdent dans un chaos maîtrisé, le ministre faisant périodiquement le comptes des avancées, des oppositions et des points d’accord, surmontant les blocages en faisant varier les angles de vue. À qui ces documents étaient-ils donc destinés ? Issus de pratiques routinières de l’administration, ils n’avaient sans doute pas vocation à être diffusés, mais juste à être conservés comme traces de décisions d’autant plus importantes qu’elles sont prises par le ministre lui-même. C’est que la parole de Bonnard est ici centrale, guettée par tous, son approbation suscitée, son avis salué, malgré la relative pauvreté de sa réflexion, renforcée par la cruauté du verbatim qui ne laisse passer aucune de ses incohérences ni les aléas d’une discussion parfois houleuse et brouillonne, une polyphonie discordante et incertaine, justifiant l’expression de « journées confuses de février 19439 ».

  • 10 Chabot, 1976 ; Dumoulin, 1990, 1994 et 2000.
  • 11 L’arrêté du 28 avril 1941, « instituant une agrégation d’histoire et une agrégation de géographie  (...)
  • 12 L’arrêté du 28 septembre 1943, portant « création d’une agrégation d’histoire et d’une agrégation (...)
  • 13 Il y a 8 lauréats lors de cette session. Par comparaison, la même année, l’agrégation masculine d’ (...)
  • 14 Parler de « grand schisme » (Dumoulin, 1990, 247) mérite cependant d’être relativisé.
  • 15 La licence ès lettres, créée au début du xixe siècle, se spécialise en 1880 : aux épreuves « commu (...)
  • 16 Elle avait été instituée en 1831.
  • 17 Tissier, 1985, 207-208.
  • 18 Les lauréats de la nouvelle agrégation de géographie sont des hommes et des femmes, ces dernières (...)
  • 19 La dernière en date était celle d’arabe en 1907.
  • 20 À l’exception de l’agrégation féminine de grammaire, créée en 1942 (Chervel, 1993, 261), puis de r (...)
  • 21 Dumoulin, 1994, 38.
  • 22 Ibid.
  • 23 Giolitto, 1991, 249.
  • 24 Du moins certaines, comme le retour à la terre et l’exaltation de l’Empire et de la patrie.
  • 25 Sans les épuiser tous évidemment : les géographies urbaine ou physique sont beaucoup moins suspect (...)
  • 26 Chabot, 1976, 333.

4Malgré l’impression qui se dégage de ces documents, le résultat final en est bien connu, même s’il n’est pas évident : la licence et l’agrégation autonomes de géographie sont bien créées pendant la Seconde Guerre mondiale. Mais il est depuis longtemps bien avéré que cela ne s’est pas fait sans heurts10. Ainsi, l’agrégation est née deux fois : décidée d’abord sous l’autorité de Carcopino, en même temps que la création de la licence11, elle est confirmée deux ans plus tard sous celle de Bonnard12, et sa première session a lieu en 194413. Il s’agit d’une petite révolution pour la communauté des historiens et géographes français de l’époque14 : on scinde en effet un diplôme stable depuis le début du xxe siècle15 et surtout un concours plus que centenaire16, creuset de la formation et du recrutement de l’élite disciplinaire enseignante masculine du pays. Ainsi, se mettent en place une licence qui « lève le verrou que constituait l’épreuve de langues mortes dans l’ancienne licence ès lettres » et une nouvelle agrégation, « doyenne des agrégations modernes17 », directement mixte18. Cela faisait plus de trente ans qu’on n’avait pas mis en place de nouvelle agrégation19, et cela ne se reproduira pas avant 196020. Pourquoi, alors qu’elle était demandée depuis longtemps, cette victoire institutionnelle, « aboutissement de cinquante ans de combat pour la consécration21 », se produit-elle justement au début des années 1940 ? Est-ce le hasard des décisions administratives et académiques, ou faut-il y voir un effet du contexte singulier de cette période ? Le pouvoir politique a-t-il été « l’otage temporaire22 » d’une manœuvre opportuniste des héritiers de Paul Vidal de la Blache (1845-1918), d’un « lobby géographique universitaire »23 ? La question sous-jacente est de mesurer jusqu’à quel point cette mesure a été obtenue par affinité entre la géographie « classique » et le régime de Vichy, voire par la compromission avec les milieux maréchalistes d’Emmanuel De Martonne (1873-1955), professeur de géographie physique en Sorbonne et encore à l’époque « patron » parisien de la communauté disciplinaire. La réponse est complexe : si on constate bien des affinités entre les idées de la « Révolution nationale24 » et certains thèmes géographiques de l’époque25, leur traduction institutionnelle n’est pas évidente, et la géographie et l’histoire auraient très bien pu rester liées dans les diplômes et les concours. Il s’agit donc de trouver ailleurs l’origine de la séparation, dans le cadre de ce qu’un témoin a plus tard qualifié d’« enfantement douloureux26 », en étudiant les stratégies et les discours de tous les acteurs, mais en assumant aussi la part d’incertitude et d’aléatoire dans cette décision politique. Pour le comprendre, une chronologie fine doit être suivie, malgré certaines lacunes de documentation. Les documents présentés ici y contribuent indéniablement, et éclairent, avec leurs informations et leurs limites, un moment important de l’institutionnalisation d’une discipline et de sa professionnalisation, mais aussi des rapports entre universitaires, administration et État, singulièrement dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale, de la France « à l’heure allemande » et de Vichy.

De Martonne entre Carcopino et Bonnard : le premier acte d’une décision sensible

La réforme de l’agrégation : un débat ancien, réactivé à la fin des années 1930

  • 27 Berdoulay, 1995, 162; Dumoulin, 1994, 25.
  • 28 Wolff, 1998.
  • 29 Dumoulin, 1994, 29.
  • 30 Robic, 1998, 167-168.
  • 31 Dumoulin, 1994, 28; Ginsburger, 2015.
  • 32 Chervel, 1993, 184.
  • 33 Dumoulin, 1984.
  • 34 Dumoulin, 1990, 247-248 et 1994, 28.
  • 35 En fonction du 13 décembre 1940 au 22 février 1941.

5La décision de mettre en place une agrégation spécifique pour la géographie s’inscrit dans un temps relativement long, et les participants aux réunions de janvier-février 1943 ont certainement en tête les démarches et réflexions précédentes menées par des figures académiques bien connues, qui constituent donc un sous-texte qu’il est nécessaire d’expliciter au préalable pour bien comprendre le sens de ces débats. En effet, l’agrégation de géographie est réclamée dès les années 1890 par le professeur au lycée Charlemagne et directeur de la Revue de géographie Ludovic Drapeyron (1839-1901)27, puis par Albert Demangeon (1872-1940) dans un article de 1903 signalant « un divorce en perspective28 » et Vidal à la veille de la Grande Guerre, « filiation sacrée29 » rappelée par Carcopino et dont De Martonne, le gendre et successeur du défunt fondateur de l’« École française de géographie », était l’héritier : il s’agit donc d’un débat récurrent sous la Troisième République, un combat mené par ses tenants mêmes comme l’« étape ultime de l’institutionnalisation » de la géographie dans le système français30, porté par des personnalités importantes du champ disciplinaire, malgré des oppositions déjà fortes (Ernest Lavisse et Gabriel Monod contre Drapeyron), et renouvelé par De Martonne à un moment où les postes de géographes universitaires sont rares et où l’insertion professionnelle des étudiants avancés spécialisés pose relativement problème31. De plus, elle s’inscrit dans une période, la première moitié du xxe siècle, où l’on peut parler d’« adaptation graduelle » du système de concours de recrutement des enseignants de lycée, qui conserve « l’essentiel de ses structures jusque vers 196032 », avec des réformes, touchant notamment le concours de l’agrégation d’histoire et de géographie (arrêtés du 25 avril 1936 et du 24 juillet 1939), accentuant déjà le poids de la géographie. L’agrégation fait par ailleurs l’objet de critiques dans son organisation, par exemple de la part de Lucien Febvre et Marc Bloch, en 1937 et 1938, dénonçant la leçon hors programme et réclamant l’introduction d’une épreuve de commentaire de documents ainsi que des sujets d’histoire économique et sociale33. En la matière comme dans d’autres, la Troisième République et le régime de Vichy présentent donc une certaine continuité. Mais la défaite militaire française au début de la guerre pèse de tout son poids pour réactiver une question qui ne semble pas avoir été directement évoquée depuis la Grande Guerre. Ainsi, le 12 octobre 1940, l’assemblée générale des professeurs de la Sorbonne propose une réforme de l’agrégation et de la licence d’histoire et géographie34. L’écho de cette demande a été semble-t-il très faible auprès du secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la Jeunesse de l’époque, le juriste parisien conservateur et doyen de la faculté de droit Georges Ripert (1880-1958), en fonction depuis le 6 septembre, puis auprès de son successeur, le philosophe grenoblois ultra-catholique Jacques Chevalier (1882-1962)35 : l’identité disciplinaire de ces ministres ainsi que l’instabilité ministérielle en sont sans doute les causes.

La « divine surprise36 » de la séparation : une affaire de personnes

  • 36 Tissier, 1985, 217.
  • 37 Corcy-Debray, 1998 et 2001.
  • 38 Cointet, 2011, 309.
  • 39 Les géographes partisans de la scission insistent particulièrement sur l’inutilité de l’histoire a (...)
  • 40 Cette situation de crise se caractérise par la situation de Marc Bloch (1886-1944) lui-même, mais (...)
  • 41 Il est placé en août 1940 à la tête du CNRS nouveau-né pour mettre au pas cette institution du Fro (...)
  • 42 Israël, 2005.
  • 43 Il protège Bloch d’une politique antisémite qu’il applique par ailleurs avec zèle et conviction (C (...)
  • 44 Chevassus-au-Louis, 2004, 63.
  • 45 Cointet, 2011, 302-307.
  • 46 Par exemple sur la question de la réglementation des fouilles archéologiques. Cependant, selon Feb (...)
  • 47 Selon l’arrêté du 4 mars 1941 (JO, 6 mars 1941, 1034).

6Le contexte change indéniablement avec l’arrivée au portefeuille de Carcopino, le 23 février 194137. Le nouveau secrétaire d’État est un spécialiste reconnu d’histoire romaine, lui-même agrégé d’histoire et de géographie, « attaché aux traditions de l’Éducation nationale38 », donc pas a priori partisan de la séparation, même si, en tant qu’antiquisant, il est peut-être moins sensible au couple disciplinaire qu’un spécialiste de périodes plus récentes39. Le contexte historiographique, académique et idéologique est celui d’un net affaiblissement du courant des Annales40 d’une part, d’une promotion des sciences naturelles d’autre part, passant notamment par l’influence du géologue Charles Jacob (1878-1962)41, très lié à De Martonne. Ancien directeur de l’École française de Rome (EFR), nommé à la tête de l’ENS en août 194042, puis recteur de l’académie de Paris après les manifestations patriotiques d’étudiants le 11 novembre 1940, Carcopino est lui-même une personnalité considérable dans le paysage universitaire de l’époque. Fondamentalement homme d’appareil académique, pour qui la solidarité normalienne et professionnelle importe presque avant tout43, il mène une politique de « relative entente entre le monde savant et l’État français » et ouvre une « phase d’apaisement des relations entre le régime de Vichy et la communauté scientifique44 », revenant partiellement sur les mesures très cléricales de Chevalier45 et développant en parallèle une politique technocratique de modernisation de l’économie et de la recherche françaises46. Très comparable à De Martonne dont il partage le pedigree (normalien, professeur arrivé et puissant), il est enfin conseillé par son directeur adjoint de cabinet47, le géographe Marcel Larnaude (1886-1980), lui aussi appartenant au milieu de l’Institut parisien de géographie et dont il fait la description suivante :

J’avais, en hâte, complété mon cabinet. […] La survenue de mon directeur de cabinet, Marcel Larnaude, versa encore plus d’huile sur nos rouages. Dans le train ordinaire de la vie, Larnaude se montrait aussi complaisant et doux qu’on l’avait vu offensif et intrépide à la tête de la section de zouaves d’où il avait rapporté, en 1915, son ruban rouge et ses blessures. De plus il était normalien, comme [le secrétaire général de l’Instruction publique, ancien professeur d’histoire de la langue française à Strasbourg, Adolphe] Terracher [1881-1955], [le directeur de l’enseignement primaire, Stéphane] Jolly et moi-même, et de la même promotion que [le directeur de l’enseignement secondaire] Pierre Chenevier [1888-1977, ancien professeur de mathématiques spéciales à Saint-Louis] : c’est dire que beaucoup de camaraderie émoussait les aspérités du service. (Carcopino, 1953, 297)

  • 48 Corcy-Debray, 2001, 77.

7Plus que les solidarités disciplinaires, on voit ici la force de liens personnels créés, à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle, par la scolarité à l’ENS, qui se retrouve, quarante ans plus tard, au plus haut sommet de la hiérarchie scolaire, même si ceci ne suffit pas pour expliquer vraiment le choix de ce géographe pour une telle charge dans le cabinet ministériel. Normalien et agrégé (1912), ancien combattant notoire, alors chargé de cours de géographie coloniale à la Sorbonne, détaché de la faculté des lettres d’Alger depuis 1937, Larnaude, arrivé à Vichy le 4 mars 194148, a sans doute joué un rôle d’intermédiaire privilégié entre le secrétaire d’État et les géographes parisiens, même si De Martonne et son collègue de la rue Saint-Jacques André Cholley (1886-1968) connaissent sans doute bien et personnellement Carcopino et Larnaude. Le secrétaire d’État était probablement déjà au fait de la question : la rapidité (deux mois) entre sa prise de fonction (23 février) et la publication de l’arrêté du 30 avril montre que le texte n’attendait que son aval pour être publié.

  • 49 Les archives sont muettes sur ce point et l’ancien ministre ne donne guère de précisions. Pour Jea (...)
  • 50 Du moins pour ce genre de décision, dans le contexte politique de l’époque et dans le cadre d’une (...)
  • 51 Carcopino reprend en 1953 ce qui fut sans doute le raisonnement de De Martonne, à savoir le « déve (...)
  • 52 Un professeur pour la géographie seulement, sans enseignement d’histoire donc dans son service, re (...)
  • 53 René Clozier (1888-1987) à Saint Louis, Dresch à Voltaire, Pierre George (1909-2006) à Charlemagne (...)

8Si on n’en sait cependant pas plus sur les détails des discussions49, l’affaire semble donc entendue après cette phase conquérante rapide50 de sept mois (octobre 1940-avril 1941), accélérée entre février et avril, sorte de Blitzkrieg académique où De Martonne fut à la manœuvre, véritable « commis voyageur » de cette réforme51. Elle aurait pu aller plus loin : un enseignement spécialisé de géographie52 est expérimenté, sans doute avec l’aval du cabinet de Carcopino, dans cinq lycées parisiens prestigieux en 1941-1942 et par quelques-uns des élèves directs de l’Institut de géographie de la rue Saint-Jacques, devenus enseignants dans le secondaire53.

Remise en cause et incertitudes

  • 54 La seule biographie complète le concernant (Mathieu, 1988) est riche de détails (par exemple des e (...)
  • 55 Chabot, 1976.
  • 56 Un autre signe est la création, le 11 juin 1942, du Service de recherches scientifiques coloniales (...)
  • 57 Dumoulin, 1990, 248.
  • 58 Chabot, 1976, 334.
  • 59 Ibid.
  • 60 Dumoulin, 1994, 31.
  • 61 Chabot, 1976, 334.
  • 62 Arrêté du 20 septembre 1942, JO, 21 septembre 1942, p. 3237. Qu’a fait Larnaude entre avril et sep (...)
  • 63 Chabot, 1976, 334.
  • 64 Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, séance du 16 novembre 1942, t. 215, n° 20, (...)
  • 65 Bruneteau, 2016, 208.
  • 66 Chabot, 1976, 334. À cette date, la zone dite libre est envahie, depuis novembre 1942, par les tro (...)

9Pourtant, malgré cette faveur et exactement un an après le décret, la séparation est remise en question, par Vichy même. Le 19 avril 1942, Carcopino est remplacé par Bonnard, qui a un profil tout à fait différent54. Homme de lettres à succès et académicien maurrassien, germanophile et notoirement collaborationniste pendant l’Occupation, il représente à ce poste un tournant de radicalisation dans l’État français, incarné par le retour de Pierre Laval au pouvoir (avril 1942). S’ouvre alors une période de difficultés, de résistances, de « remous » au sujet de l’agrégation de géographie55. Quelles sont les choses connues de façon certaine ? La réforme de l’agrégation est « reportée à la session de 1944 », par un arrêté du 19 mai 1942, le concours d’histoire et de géographie, qui devait voir sa dernière session en 1942, étant prolongé en 1943 « à titre transitoire ». Faut-il y voir le produit de la méfiance du ministre à l’égard de l’université56, accusée dans la presse collaborationniste parisienne d’être par exemple une « forteresse de l’esprit maçon57 » ? La volonté de faire l’inventaire de l’héritage Carcopino ? Ou le produit « d’interventions auprès du ministre58 », d’origine non identifiée. Toujours est-il que De Martonne multiplie alors les interventions et se lance dans la « bataille » et une « nouvelle campagne59 », défendant la réforme dans une lettre adressée au ministre le 25 juillet et argumentant le 3 août sur les vertus de l’enseignement spécialisé de géographie à travers les rapports enthousiastes des professeurs de lycée parisiens60. Mais rien n’y fait : l’expérimentation parisienne est interrompue le 30 juillet 1942. Le 24 août, De Martonne écrit à Chabot : « Nous ne devons envisager un aménagement de l’agrégation d’histoire et géographie que comme une position de repli. Nous devons tenir ferme sur le terrain conquis […], et chercher seulement à rendre le nouveau régime acceptable61 ». Le 14 septembre 1942, le conseiller et futur chef du cabinet du ministre à partir du 20 septembre62 Jean Mouraille, tout frais agrégé d’histoire et de géographie (1942), rédige une note allant dans le sens d’une réforme et d’un poids accru des enseignants du secondaire dans les jurys du concours pour en accentuer la dimension pédagogique et pratique, en diminuer le poids disciplinaire. Les Parisiens semblent donc avoir perdu la partie, même si De Martonne écrit à Chabot le 24 septembre : « L’agrégation spécialisée est la dernière forteresse que nous devons défendre63 ». D’où vient alors que, quelques mois plus tard, la question est remise sur le métier ? L’élection de De Martonne à l’Académie des sciences, le 27 octobre 1942, confirmée par un arrêté du 11 novembre signé par Bonnard64, lui a-t-elle permis de relancer son combat, à l’aide de nouveaux réseaux et d’un poids institutionnel supplémentaire aux yeux du ministre secrétaire d’État, lui-même membre de l’Académie française depuis 1932 ? Est-ce au prix de sa participation au « Comité culturel franco-européen », fondé fin 1942 par Bonnard pour promouvoir les échanges éducatifs franco-allemands65 ? On n’en sait pas plus jusqu’au début de l’année 1943, moment où se tient la « sorte d’assemblée plénière » d’universitaires66, dont nos documents témoignent du déroulement et des échanges.

« Faire pencher la balance » : lignes de failles politiques et disciplinaires

« Profondément historien, profondément géographe » : le monde fragmenté des universitaires

  • 67 Ibid.
  • 68 Dumoulin, 2003, 280.

10La consultation de spécialistes sur la licence et l’agrégation d’histoire et géographie se fait en plusieurs étapes, dans une ambiance certes formelle, mais qui semble relativement détendue et confiante : le ministre demande d’abord leur avis à des universitaires provinciaux, sans que l’on connaisse précisément les critères précis du choix des personnes. Le 11 janvier, à Paris, Bonnard rencontre les historiens André Latreille (1901-1984), spécialiste de la période napoléonienne et maître de conférences à Poitiers, et Félix Ponteil (1892-1985), dix-neuvièmiste, professeur à Strasbourg replié à Clermont-Ferrand, ainsi que le géographe de Nancy Jules Blache (1893-1970) (doc. 1). Le 4 février, les professeurs de Toulouse se réunissent dans les locaux de leur faculté, sans doute à la demande de son cabinet : l’archiviste-paléographe et médiéviste Joseph Calmette (1873-1952), le normalien, ancien élève de Carcopino et antiquisant William Seston (1900-1983), fraîchement élu, et le spécialiste de l’histoire de la Révolution française Louis Villat (1878-1949) ainsi que le géographe socialiste et pacifiste Daniel Faucher (1882-1970) envoient au ministre un avis détaillé sur la nouvelle organisation des études et des concours d’histoire-géographie. Tous se déclarent très hostiles à la « réforme De Martonne » de 1941, ce qui n’empêche pas que, les 9, 10 et 11 février 1943, le ministre rencontre donc une dizaine de nouveaux spécialistes (doc. 2, 3 et 4), au ministère, à Paris, nécessitant des laissez-passer67. Qui sont-ils ? En quoi, « entièrement pris dans une logique corporative qui les déchire », les « camps en présence reflètent[-ils] avant tout les rapports de force des chapelles intellectuelles ou des réseaux universitaires », échappant « aux sirènes vichystes68 » ?

  • 69 Chabot, 1976, 334.
  • 70 Ibid.
  • 71 À l’époque Maximilien Sorre (1880-1962) et le géographe colonial Charles Robequain (1897-1963). So (...)
  • 72 Bonnard exprime d’ailleurs le souhait de les rencontrer, semblant ne pas se souvenir que c’est sou (...)
  • 73 Après les réunions cependant.
  • 74 Dumoulin, 1994. Pinchemel se rappelait ainsi, soixante ans plus tard : « J’ai le souvenir très net (...)
  • 75 Chabot, 1976, 334. Il est élu en 1945 à la Sorbonne.
  • 76 Broc, 2001.
  • 77 Dumoulin, 1994.
  • 78 Blanchard, 1947 ; Dumoulin, 1994.

11Outre le fait qu’ils sont tous évidemment des hommes, des enseignants installés et des agrégés d’histoire et de géographie, plusieurs catégories d’acteurs, avec des intérêts et des stratégies concurrents, doivent être distinguées, permettant de comprendre, à travers notre ensemble documentaire et les figures de papier qui s’y dessinent, certaines lignes de faille au sommet de l’institution scolaire et du champ disciplinaire de l’époque. Il est évidemment difficile de dire, comme Chabot par la suite : « La réunion eut lieu, présidée par […] Bonnard ; beaucoup d’idées furent émises ; […] les géographes y défendirent de leur mieux leurs points de vue et firent pencher la balance de leur côté69 ». C’est que « les géographes » n’étaient ni unis, ni seuls. Les universitaires sont d’abord les Parisiens, représentés par un De Martonne très présent et monopolisant la parole, « homme autoritaire, savant intransigeant [sachant] être prudent et nuancé » pour faire avancer sa cause70, défendant son projet et répondant aux objections des autres participants et du ministre avec l’autorité de son statut de doyen de l’assemblée. Il est sur son terrain, dans son fief académique, et paraît pourtant bien seul lors des réunions : Cholley ne semble pas présent, du moins n’intervient pas, pas plus que les autres titulaires de la Sorbonne, peut-être pour des raisons politiques71. Pourtant, ses troupes sont derrière lui sur le sujet. Plusieurs jeunes professeurs parisiens de lycée (Clozier, Dresch, George, Grandazzi et Perpillou) sont évoqués pour l’expérimentation d’un enseignement autonome de géographie72, tandis qu’une pétition d’étudiants, signée notamment par les jeunes Philippe Pinchemel (1923-2008) et Alain Touraine (né en 1925), est envoyée au ministre73 pour soutenir le projet74. Si le Rennais André Meynier (1901-1983) s’exprime également en faveur de De Martonne, si le Dijonnais Georges Chabot (1890-1975) n’est pas noté présent, mais semble en avoir été le témoin direct et l’interlocuteur privilégié du patron parisien à ce propos75, le Lyonnais André Allix (1889-1966), membre des jurys d’agrégation entre 1938 et 1941, et le Clermontois Philippe Arbos (1882-1956) s’opposent à lui plus ou moins frontalement. Ces positions semblent renvoyer à la rivalité, largement personnelle et académique, entre les représentants de l’« école » grenobloise de Raoul Blanchard (1877-1965) (Faucher, Blache, Allix, Arbos) et celle de Paris (les professeurs de la Sorbonne, Meynier, Chabot)76. Elle n’est pourtant pas si évidente que cela dans les textes, et ne se manifeste pas en tout cas par des arguments scientifiques. Elle apparait cependant dans la liste matérielle des participants, sur laquelle une main anonyme, sans doute celle d’un membre du cabinet du ministre, a noté consciencieusement le lien de chacun avec les deux écoles, quand il y avait lieu, pour s’assurer de l’équilibre des forces77. Blanchard est invisible dans les documents : il est pourtant peu probable qu’il n’ait été au courant de rien, ne serait-ce que par ses anciens élèves présents et dans l’optique de préparer ses étudiants aux concours. Il n’intervient pas dans le débat, ne participe à aucune réunion, peut-être pour ne pas s’opposer frontalement à De Martonne, en tout cas pas avant la fin de la guerre, même si, peu après, il demande publiquement la réunification avec l’histoire78.

  • 79 Foulon, 2004, 105.
  • 80 Bloch a ainsi des formules particulièrement violentes à son encontre à l’été 1941, dans le cadre d (...)

12Cependant, d’autres oppositions sont visibles, notamment entre géographes et historiens universitaires, qui se côtoient en particulier dans le cadre des jurys de concours existant déjà ou créé par le nouveau régime, à raison d’un géographe pour quatre historiens : les médiévistes Augustin Fliche (1884-1951) et Charles-Edmond Perrin (1887-1974) interviennent ainsi largement dans le débat parisien. Pourquoi eux ? N’y avait-il pas d’autres historiens disponibles ? La présence de Perrin semble naturelle, car ce spécialiste parisien d’histoire rurale est alors président du jury de l’agrégation masculine. Quant à Fliche, sommité montpelliéraine d’histoire ecclésiastique, notoirement catholique et positiviste, il présentait sans doute les avantages d’être très reconnu dans son domaine et dans sa faculté dont il était doyen depuis 193479 et parfaitement en phase avec le régime de Vichy80.

À travers les hiérarchies ministérielles de la géographie scolaire

  • 81 Un autre historien, Paul Haury (1885-1963), manque ici à la réunion : professeur parisien membre d (...)
  • 82 Outre Perrin en tant que président, les autres membres en 1942 sont le médiéviste Yves Renouard (1 (...)
  • 83 Nommé IG en novembre 1936, en remplacement de Charles Petit-Dutaillis (1868-1947), admis à la retr (...)
  • 84 Le vice-président en est alors André Piganiol (1883-1968), professeur d’histoire romaine au Collèg (...)
  • 85 Nommé IG comme successeur de Jules Isaac (1877-1963), mis à la retraite d’office en application du (...)
  • 86 Rials, 1983, 76.
  • 87 Cette année-là, les autres membres du jury sont Maurice Levaillant (1883-1961), professeur de litt (...)

13Les universitaires ne sont pas ici seulement entre eux, mais doivent discuter avec des représentants du ministère. Ce sont d’abord les inspecteurs généraux de l’instruction publique (IG) qui interviennent beaucoup81. Le géographe Henri Boucau (1887-1956), ancien professeur de « coloniale » à Louis le Grand, nommé IG en août 1940 et alors vice-président du jury de l’agrégation masculine82, est particulièrement actif dans l’opposition à De Martonne. Il est appuyé par ses collègues historiens Arthur Huby (1883-1952)83, alors membre du jury de l’agrégation féminine d’histoire84 et de l’ENS de jeunes filles à Sèvres, et Eugène Charmoillaux (1883-?)85, pour sa part nommé directeur de l’enseignement primaire par Chevalier et révoqué par Carcopino86, revenu donc en grâce sous Bonnard, en 1942 président du jury du professorat des collèges pour l’histoire-géographie87. De plus, d’autres acteurs de l’enseignement secondaire sont également évoqués, quoique non représentés, notamment les proviseurs, pour qui importe la question des services des futurs enseignants : c’est que le fait de n’avoir qu’un service de géographie est jugé difficile matériellement et administrativement, peu souhaitable pédagogiquement. Cette opposition entre géographies universitaire et scolaire provoque par exemple des discussions sur la finalité du recrutement des enseignants, également soulevées par le cabinet du ministre, en particulier Mouraille. Une rapide référence d’Allix et de Boucau (doc. 3) rappelle enfin que le ministère des Finances a également son mot à dire sur la création nette de postes d’agrégés en tant que fonctionnaires, et pourrait constituer un facteur bloquant pour la réforme.

  • 88 En partie du fait de sa réputation d’homosexualité, véhiculée autant par les maréchalistes de Vich (...)
  • 89 Rials, 1983, 69-70.
  • 90 Giolitti, 1991, 84.
  • 91 Dumoulin, 1994, 37.
  • 92 Bioy, Eymeri-Douzans, Mouton, 2015.
  • 93 Les réunions traitent également longuement du contenu des programmes scolaires (notamment le doc.  (...)
  • 94 Barreau, 1996, 466.
  • 95 Ibid, 467.
  • 96 Giolitto, 1991, 84.
  • 97 Barreau, 2000, 158.
  • 98 Giolitto, 1991, 249 ; Bruneteau, 2016, 50.

14Notons enfin évidemment le rôle éminent de Bonnard lui-même : comme ministre, il préside certes la réunion, mais il en est en fait le centre, la dirige et l’oriente, réagit aux arguments des protagonistes, prend parfois parti. Il n’a pour cela que peu de légitimité : il n’est ni enseignant, ni universitaire, ni historien ou géographe ; ses souvenirs d’enfance, ses opinions politiques personnelles et ses conceptions pédagogiques renvoyant à sa propre expérience d’élève vont dans le sens de son image de ministre « étrange », écrivain maurrassien et causeur brillant mais « poète un peu mièvre », détesté par Pétain88 mais candidat des autorités allemandes d’occupation au portefeuille89, rédigeant de sa propre main les circulaires, « dans un style fleuri dont la préciosité et la grandiloquence font parfois sourire dans les salles des professeurs90 », et que l’on retrouve parfois ici dans toute son oralité. Est-il cependant « séduit » par De Martonne91, sous son influence ? Le texte montre qu’il est certes sensible à certaines de ses propositions, mais qu’il donne également raison à d’autres intervenants, comme Perrin ou Arbos, et résiste au géographe parisien sur plusieurs questions, comme celle des certificats de licence. Or, dans un système de cour typique de l’organisation des entourages des ministres et de la prise de décision au sommet de l’État français92, selon un modèle monarchique renforcé par le caractère autoritaire du régime de Vichy, mais également bien présent en régime républicain, c’est le ministre seul qui décide et qui doit donc être convaincu. C’est que les sujets sont complexes, les participants nombreux, les avis divergents et les propositions foisonnantes : Bonnard doit cependant décider, la suspension de l’arrêté de 1941 ne peut se prolonger longtemps. Il en profite pour interroger ses interlocuteurs sur plusieurs points importants93, touchant certes directement les questions d’examens et concours, mais montrant que la réflexion est ici plus large. En la matière et au-delà de certaines remarques décalées, le ministre témoigne d’ailleurs plutôt d’une maîtrise du débat, d’une compréhension réelle de certains enjeux fondamentaux de l’institution scolaire et d’avis bien tranchés, au-delà du problème ponctuel de la discipline géographique. C’est que, animateur expérimenté de ce genre de conversation mondaine entre intellectuels, lui-même fin « lettré et causeur de salon94 », il s’agit d’un « véritable idéologue de l’école », à la pensée « prolixe et structurée95 », « théoricien et propagandiste fécond et disert96 » écrivant sur le thème de l’éducation depuis les années 192097. S’il ne se trouve donc pas vraiment ici sur son terrain de prédilection, s’il est cependant manifestement attaché à l’histoire et à la géographie scolaires, lui-même se « piquant de conceptions géopolitiques neuves » dans la « nouvelle Europe » sous domination allemande98, il n’hésite pas à exprimer des opinions qui trouvent, dans ce cadre et sans doute par sa fonction, un accueil particulièrement favorable.

Cette « satanée question de l’agrégation » : problèmes, hésitations, projets

Hiérarchies, pratiques et pédagogies disciplinaires

  • 99 Dumoulin, 2003.
  • 100 Ginsburger, 2010.
  • 101 Dumoulin, 1994, 32.
  • 102 Trois épreuves contre une en géographie à l’agrégation masculine.
  • 103 De fait, « tandis que les programmes de 1938 attribuaient à la géographie un nombre d’heures moiti (...)
  • 104 En 1952, alors qu’une contestation demandait la réunification des deux concours, De Martonne rempl (...)
  • 105 Mais qu’on n’appellerait pas encore uniquement « agrégation de géographie », car il y resterait de (...)
  • 106 Allix, 1943b, 225.

15À la racine des échanges, l’importance de l’histoire et de la géographie, partant du « rôle social » de ses praticiens99, est rappelée avec force dans le long propos liminaire du ministre. Personne ne semble contester la nécessité que les deux disciplines « se compénètrent » (Blache, doc. 1) et soient « tout à fait entrelacées » (Bonnard, doc. 2). La composante scolaire de la géographie est, de façon consensuelle, plus proche de l’histoire que de la géologie, de la géographie humaine que physique, même si De Martonne, bon connaisseur des modèles allemand et états-unien100, remarque qu’« il n’y a qu’en France que la géographie se trouve dans les facultés de lettres » (doc. 2). Boucau attribue cette distance de la géographie scolaire avec les sciences de la terre à leur complexité : « c’est cette partie scientifique de la géographie, c’est cette géologie dynamique qui est peut-être la partie qui peut passer le moins facilement dans l’enseignement secondaire » (doc. 2). Défenseur de la géographie humaine de Demangeon, depuis peu disparu, l’IG réitère ici des remarques déjà faites dans un rapport du 10 août 1942 contre le projet de séparation101. Il y a cependant, dans ce couple géographie/histoire, un problème d’équilibre, de hiérarchie disciplinaire : l’histoire occupe une place depuis longtemps prépondérante102, même si l’on « arrive à un moment où on veut bien reconnaître [à la géographie] les mêmes droits » (De Martonne, doc. 2)103. C’est qu’il y aurait eu un phénomène de rattrapage scientifique : « La géographie s’est développée considérablement, son accroissement relatif a été supérieur à celui de l’Histoire104 » (De Martonne, doc. 2), ce qu’Allix confirme : « La science géographique atteint son plus haut point de développement en France » (doc. 2). Au-delà de ces panégyriques disciplinaires, un consensus émerge donc pour que le poids de la géographie dans les diplômes supérieurs soit augmenté, « dilaté et magnifié » (Bonnard, doc. 2). Blache émet ainsi l’idée d’une agrégation de « géographie et histoire », où la géographie aurait un poids majoritaire105, idée reprise par Bonnard. Arbos propose quant à lui « une agrégation [commune] avec un tronc commun et des options », au nom de la « justice » entre étudiants historiens et apprentis géographes, question déjà abordée par Allix, dans le rapport qu’il a écrit comme membre géographe du jury de l’agrégation pour la session spéciale de 1941106.

  • 107 Professeur à l’université de Sao Paulo, puis de Rio de Janeiro (1934-1938), directeur de l’Institu (...)
  • 108 Lefort, 1992 ; Chevalier, 2007.
  • 109 Cette expression est créée par Lucien Febvre dans son livre sur Le problème de l’incroyance au xvi(...)
  • 110 Tissier, 2001.
  • 111 Gay-Lescot, 1990 et 2002.

16Ce renforcement de la géographie reflète en partie la pédagogie et l’idéologie prônées par Vichy. Bonnard pense ainsi que les deux disciplines, jugées trop théoriques et abstraites, doivent être plus ancrées dans le réel et le concret (doc. 2). De Martonne l’admet, mais pour réclamer une augmentation de l’horaire de géographie, de manière à organiser des travaux pratiques (commentaires de cartes, schémas, coupes et dessins,…) et des excursions sur le terrain, des « promenades actives » selon la méthode dite « Deffontaines »107 pour faire « connaître [aux élèves] la terre où on passe perpétuellement du local à l’immense » (Bonnard), pour « ouvrir les fenêtres sur le monde » (De Martonne, doc. 2). Cette exigence de concret est soulignée par les IG, en particulier dans les collèges, et est interprétée comme une conséquence de la défaite militaire de 1940, une volonté nouvelle et patriotique de mieux connaître son espace proche, son « pays natal » (Charmoillaux, doc. 2), orientation relativement commune depuis la fin du xixe siècle, mais renforcée dans les nouveaux programmes sous Carcopino108. De plus, la question du terrain et de la découverte de l’espace proche, inspirée de la géographie moderne (« de plein vent109 »), mais aussi de mouvements de jeunesse comme le scoutisme, est présente dans d’autres initiatives du régime, par exemple l’École des cadres d’Uriage110. Cependant, de façon un peu contradictoire, Bonnard pense également que les leçons de géographie et d’histoire ne sont pas assez fondées sur la mémoire, sur les dates en histoire, les nomenclatures en géographie, ce qui est bruyamment approuvé par Boucau et Huby, mais aussi stratégiquement par De Martonne, qui nuance toutefois le poids de l’exercice mnémotechnique par rapport à la pratique, chargé de faire retenir « automatiquement » les informations par la sensibilité et l’effort physique (doc. 2). À cet égard, on note les réflexions sur les relations entre la réforme de l’enseignement de géographie et « l’enseignement général », c’est-à-dire de l’éducation physique, promue par le tennisman Jean Borotra (1898-1994), puis par l’autoritaire colonel Pascot à partir d’avril 1942111 : les excursions sur le terrain sont présentées comme partagées entre les enseignants de géographie et ceux d’éducation physique, même si Bonnard est critique envers cet enseignement jugé mal né et trop flou (doc. 2).

« Qu’est-ce qu’un agrégé ? » : réflexions collectives sur le métier d’enseignant

  • 112 On passerait de cinq à quatre ou trois, avec plus ou moins de souplesse, De Martonne étant partisa (...)
  • 113 De Martonne souhaite qu’il y ait « une séparation presque totale, le seul lien étant une leçon d’h (...)
  • 114 Allix, 1943a, 133.
  • 115 Condette, 2014.

17Ces principes généraux renvoient donc à des questions d’organisation pratiques dans les examens et concours, pouvant relever de négociations techniques un peu arides, par exemple le nombre de certificats en licence112, d’épreuves pour l’agrégation113. C’est que les deux examens sont intimement liés selon Allix, qui s’exclame : « Qu’est-ce qu’un agrégé ? C’est un bon licencié ! » (doc. 3), idée qu’il répète dans son rapport de correcteur de l’épreuve de géographie de l’agrégation masculine de 1939, publié en 1943 justement, et dans lequel il déplore particulièrement le niveau des candidats, qui « dénote une insuffisance de culture géographique qui remonte à la licence114 ». L’esprit et les modalités du concours sont également mis en cause : à l’écrit, Latreille souhaite une double correction par un binôme (historien et géographe, universitaire et professeur de lycée) (doc. 1), idée avec laquelle Bonnard se déclare d’accord, par « sécurité morale de l’examinateur et du candidat », comme pour l’agrégation féminine (doc. 3). Allix demande quant à lui deux jurys différents, l’un et l’autre « fortement teintés d’histoire ou de géographie » (doc. 2) et la correction de l’épreuve de géographie par un couple de spécialistes (doc. 3). Très critique dans ses deux rapports de 1943 sur l’organisation des épreuves orales, il affirme enfin qu’il ne « reculera pas devant une réorganisation complète » de cette partie du concours (doc. 3), où, selon Latreille, les leçons ne sont qu’« une série de petites soutenances de thèse » (doc. 1), très éloignées de la réalité de l’enseignement secondaire. La discussion se cristallise sur la question des critères de recrutement des futurs enseignants : les programmes, trop spécialisés, et les leçons à l’oral ne devraient pas prendre le pas sur d’autres critères, comme la présentation (« Il faut tenir compte de la tenue du candidat, de son débit, de son physique », doc. 3), la « résistance physique » (Boucau, doc. 3) ou encore un stage d’après ou d’avant concours témoignant de la pédagogie et sanctionné, pour la titularisation au bout d’un ou deux ans, par une inspection décisive menée par l’inspection générale (Allix, Huby, Charmoillaux, Bonnard, doc. 3). Perrin explique à ce niveau son projet de constitution à Paris d’un « institut de formation pédagogique d’enseignement secondaire » formant les professeurs ayant réussi l’agrégation, ajoutant : « c’est que nous apprenons à nos futurs agrégés des quantités de choses, mais que jamais personne ne leur a appris comment on faisait une classe », projet qui ne semble guère intéresser Bonnard, qui clôt bien vite la réunion (doc. 4). Ces questions de stage et de formation des futurs agrégés, inspirés du système des instituts de formation professionnelle qui ont remplacé les écoles normales en 1941, sont certes dans la lignée d’une politique de professionnalisation et de méfiance vis-à-vis des enseignants, mais dont les limites sont alors très apparentes115.

  • 116 Vu le contexte et en face du très germanophile Bonnard, la comparaison ne paraît pas anodine, mais (...)
  • 117 Bloch, Febvre, 1937 dans Bloch, 2006, 490.
  • 118 Bloch, 1943 dans Bloch, 2006, 783.
  • 119 En particulier les 13 août et 17 octobre 1945.
  • 120 Giolitto, 1991, 348-351, ici 350.

18Une partie des débats tourne donc autour de l’identité professionnelle et disciplinaire des étudiants et des enseignants, présents ou futurs. Ainsi, l’architecture du cursus est interrogée. Blache pense que la licence ne doit pas être spécialisée mais admet que l’agrégation le soit (doc. 1), Fliche estime qu’il s’agit de mettre en place la spécialisation progressive des études supérieures dès après la licence, avec le DES, de construire ainsi « un diplôme supérieur d’histoire et un diplôme supérieur de géographie » (doc. 2). Se pose ici la question de la spécialisation professionnelle, de l’enseignement ou de la recherche : le choix de la « vocation » disciplinaire pourrait intervenir pour certains très tard, après l’agrégation, dans l’optique donc exclusivement du doctorat (doc. 2). Pour Bonnard, « ce ne serait l’intérêt de personne, ni l’intérêt de la Nation de sacrifier à l’enseignement secondaire des gens qui trouveront dans un enseignement de recherches plus poussée l’intérêt de leur vie, ces maîtres seront d’autant plus vivants qu’ils s’intéresseront à la recherche scientifique ». Il distingue « ceux qui sont faits pour les aventures et les épopées de la recherche et ceux qui sont faits pour les réalités de l’enseignement » (Bonnard, doc. 2), tandis que pour De Martonne, ce choix exclusif entre les deux activités est « déplorable pour l’intérêt des étudiants et pour l’intérêt des élèves qu’ils ont ensuite ». Cette spécialisation plus ou moins tardive renvoie à la question de la charge de connaissances et de travail des candidats aux examens et concours. « On [y] demande à l’historien un effort démesuré du côté de la géographie et au géographe, un effort démesuré du côté de l’histoire » (Perrin), aboutissant à une « sensation d’accablement pour les candidats » (Boucau, doc. 2). Le concours lui-même est, selon le président du jury en personne, « bâtard » : il « n’est pas destiné à former des professeurs de l’enseignement secondaire et tente, dans une certaine mesure, une culture de connaissances que l’on pourrait demander à des professeurs d’enseignement supérieur » (Perrin, doc. 2) : pour lui, « les agrégations ont fait fausse route » sur ce point, regrettant qu’au contraire de l’Allemagne116, « en France, de l’avis de tous, nous bachotons… » (doc. 2). Allix s’interroge d’ailleurs : « Pour former un professeur, faut-il bourrer un crâne ? » (doc. 2). Ce constat de « bachotage », déjà posé par Bloch et Febvre en 1937 comme une conséquence « quasi fatale » de la structure du concours, menant au « conformisme intellectuel », les conduit à la même demande de « simplifier, alléger, assouplir117 ». En août 1943, Bloch revient sur cette idée dans sa réflexion sur la « révolution de l’enseignement » : « un mot, un affreux mot, résume une des tares les plus pernicieuses de notre système actuel : celui de bachotage. […] L’enseignement secondaire, celui des universités et les grandes écoles en sont tout infectés. “Bachotage”. Autrement dit : hantise de l’examen et du classement118 ». Pour la licence de géographie, commentant l’arrêté du 28 avril 1941 modifié à plusieurs reprises119, Chabot justifie la « nouvelle licence de géographie » comme non « point divorce entre l’Histoire et la Géographie […], mais […] seulement un aménagement plus humain des études » (Chabot, 1946). L’idée d’une pression certificative trop forte, liée à la lourdeur des programmes, est d’ailleurs tout à fait partagée par le ministre, qui allège par ailleurs les examens, notamment le baccalauréat dont il supprime les épreuves orales pour la session 1943-1944, et pour lequel il demande aux examinateurs d’exercer leur « esprit d’indulgence » avec une « bienveillance intelligente »120. Ces discussions renvoient aux finalités de l’enseignement supérieur par rapport au scolaire : s’agit-il de former et de recruter des spécialistes disciplinaires, à l’érudition qualifiée de « fardeau excessif » par Bonnard ? Ou des généralistes, « plus larges » et « très solides campés » sur plusieurs disciplines littéraires (« pieds ») (Charmoillaux, doc. 2) ? À ce niveau, outre la formation initiale des enseignants eux-mêmes, des arguments organisationnels surgissent : un service purement géographique semble difficile à organiser, tandis que, pour des professeurs polyvalents, « les administrateurs pourraient composer beaucoup mieux leur emploi du temps » (Charmoillaux, doc. 2). Enfin, certains des participants pensent que cette non-spécialisation va dans le sens de l’intérêt même des élèves, qui apprennent mieux d’un enseignant qu’ils voient plus souvent pendant une année (De Martonne, doc. 2), mais pas d’une année sur l’autre (Arbos et Bonnard, doc. 2) : Bonnard affirme ainsi que « les enfants changeant trop souvent de professeurs n’ont de maître nulle part » (doc. 3).

Conclusion

  • 121 Dumoulin, 1990, 251.

19Le produit et l’effet direct de ces réunions ne sont pas immédiats. Ainsi, lorsque, le 6 mai 1943, un arrêté augmente le volume horaire de la géographie dans les lycées, ceci est d’abord interprété comme le signe de l’abandon du projet de réforme de l’agrégation121. Mais les efforts de De Martonne aboutissent finalement avec l’arrêté du 28 septembre 1943, à la surprise des mieux placés, par exemple Boucau qui se rappelle quelques mois plus tard :

  • 122 AN, F17/16924, dossier « Épuration », pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

M. Bonnard provoque une réunion de tous les professeurs de Faculté géographes de France et des Inspecteurs Généraux. La Sorbonne y soutient énergiquement la cause de l’agrégation spécialisée ; je la combattis non moins fermement et de nombreux professeurs de Faculté la combattirent. Nous pensions la question enterrée quand le Ministre a décidé brusquement l’affaire : la Sorbonne l’emportait.
En janvier 1944, je résolus de faire moi-même la conférence pédagogique sur la géographie aux candidats à l’agrégation. […] Devant un public inconnu, je n’hésitai pas à dire que j’avais combattu la réforme, que le ministère l’avait imposée ; je montrai les dangers de la spécialisation excessive dans l’enseignement secondaire et je priai les futurs professeurs d’oublier plus tard qu’ils étaient des spécialistes. […] Je n’ai donc pas hésité à me montrer publiquement en opposition avec la Sorbonne et mon ministre122.

  • 123 Bonnard est ministre jusqu’au 20 août 1944 : il est remplacé par le juriste résistant gaulliste Re (...)
  • 124 Beaujeu-Garnier, 1949 ; Dumoulin, 1994, 36-37.
  • 125 Dumoulin, 2003, 248.

20La position publique de l’IG est donc ici présentée comme un marqueur de son esprit de résistance à l’égard de Bonnard, dont la décision de maintenir la création de l’agrégation de géographie est décrite comme inattendue, voire irrationnelle123. Si l’argument n’empêche pas sa mise à la retraite anticipée en 1945, au titre de l’épuration administrative, il est confirmé par les comptes rendus de ces réunions, qui montrent cependant d’autres éléments dans le processus de décision. Voyages et circulations entre zone occupée et zone « libre », luttes d’influences et d’intérêts académiques et institutionnels, concurrence de personnes évidemment, mais aussi d’idéologies, la genèse de l’agrégation de géographie au cœur de la Seconde Guerre mondiale témoigne autant d’un contexte disciplinaire que de stratégies internes à l’institution scolaire (le ministère, les représentants de l’enseignement secondaire et supérieur). À ce niveau, il est rare qu’on puisse documenter ce genre de tensions internes à la « boîte noire » d’un gouvernement ou d’un ministère, pourtant inévitables et récurrentes : les documents que nous avons choisi de publier ici en sont bien les reflets. En cela, cette discussion sur « la séparation partielle des études historiques et géographiques », qui, quelques années plus tard, provoque encore « des remous » qui « se reforment périodiquement124 », témoigne de logiques et de dynamiques non seulement de disciplines (l’histoire et la géographie) en situation de crise et de tension, mais aussi d’une administration centrale ministérielle écartelée entre Paris et Vichy, Carcopino et Bonnard, Larnaude et Mouraille. C’est clairement à un cabinet et à un ministre engagés dans la politique de collaboration, celle de Laval, que la mise en place réelle de l’agrégation est redevable. Mais il est difficile d’affirmer qu’elle constitue un instrument direct de cette idéologie, et d’autres dynamiques jouent manifestement en la matière. Est-ce la victoire de la géographie contre l’histoire, de la géographie physique et de la géomorphologie contre la géographie humaine, de « l’autonomisation disciplinaire au détriment de l’action pragmatique125 » ? Rééquilibrage plutôt, et volonté de prendre une certaine « distance » par rapport à la cité, en l’espèce au politique représenté par l’État français.

  • 126 Notamment Latreille, gaulliste de la première heure et catholique libéral antivichyste (Clément, 2 (...)

21Ainsi, ces documents ont permis de rentrer dans la « boîte noire » de la fondation ministérielle de la licence et de l’agrégation de géographie. Ils ont aussi permis d’éclairer des géographes et des historiens peu connus, moins en tout cas que ceux des Annales, dont les itinéraires de guerre, bien documentés et étudiés, tendent à dissimuler la diversité de la communauté disciplinaire du début des années 1940. À ce niveau, notons pour finir que ces débats avec un ministre très compromis dans la politique radicale de l’État français, sont le fait d’intellectuels parfois eux-mêmes alors déjà engagés dans la Résistance126 : paradoxe de l’État de Vichy et de cette période si trouble, visible dans l’archive même.

Haut de page

Bibliographie

Allix, A., 1943a, « Annexe : La géographie à l’agrégation, souvenirs d’un correcteur », Les Études rhodaniennes, 18/2, p. 127-150.

Allix, A., 1943b, « Annexe : La géographie à l’agrégation, souvenirs d’un correcteur (suite et fin) », Les Études rhodaniennes, 18/3, p. 213-230.

Barreau, J.-M., 1996, « Abel Bonnard, ministre de l’Éducation nationale sous Vichy, ou l’éducation impossible », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 4, p. 464-478.

Barreau, J.-M., 2000, Vichy contre l’école de la République, Paris, Flammarion.

Beaujeu-Garnier, J., 1949, « Licence d’histoire et… licence de géographie », L’Information géographique, 2, p. 64-66.

Berdoulay, V., 1995 [1981], La formation de l'école française de géographie (1870-1914), Paris, Éditions du CTHS.

Bioy, X., Eymeri-Douzans, J.-M. et Mouton, S. (dir.), 2015, Le règne des entourages. Cabinets et conseils de l’exécutif, Paris, Presses de Sciences Po.

Blanchard, R., 1947, « Examens de géographie », Revue de géographie alpine, 35/2, p. 379-381.

Bloch, M., 1943, « Notes pour une révolution de l’enseignement », Les Cahiers politiques, 2, rééd. dans Bloch, M., 2006, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Gallimard (Quarto), p. 781-791.

Bloch, M., Febvre, L., 1937, « Pour le renouveau de l’enseignement historique », Annales d’histoire économique et sociale, IXe année, p. 113-129, rééd. dans Bloch, M., 2006, L’Histoire, la Guerre, la Résistance, Paris, Gallimard (Quarto), p. 487-504.

Bloch, M., Febvre, L., 2003, Correspondance, tome III : Les Annales en crises 1938-1943, Paris, Fayard.

Broc, N., 2001, « École de Grenoble contre école de Paris : les Alpes enjeu scientifique », Revue de géographie alpine, 89/4, p. 95-105.

Bruneteau, B., 2016, Les « collabos » de l’Europe nouvelle, Paris, CNRS Éditions.

Caplat, G., 1997, L’Inspection générale de l’instruction publique au xxe siècle. Dictionnaire biographique des inspecteurs généraux et des inspecteurs de l’Académie de Paris, 1914-1939, Paris, Institut national de recherche pédagogique.

Carcopino, J., 1953, Souvenirs de sept ans, 1937-1944, Paris, Flammarion (Le Temps présent).

Chabot, G., 1946, « La nouvelle licence de géographie », L’Information géographique, 1, p. 25-27.

Chabot, G., 1976, « La genèse de l’agrégation de géographie », Annales de géographie, 85/469, p. 333-340.

Chandivert, A., 2016, « Sciences sociales, Résistance et “mystique provinciale” à Toulouse sous le gouvernement de Vichy. Complexité et ambivalence des engagements (1930-1950) », Revue d’histoire des sciences humaines, 28, p. 225-252.

Chervel, A., 1993, Histoire de l’agrégation. Contribution à l’histoire de la culture scolaire, Paris, Institut national de recherche pédagogique/Kimé.

Chevalier, J.-P., 2007, « Éducation géographique et Révolution nationale. La géographie scolaire au temps de Vichy », Histoire de l’Éducation, 113, p. 69-101.

Chevassus-au-Louis, N., 2004, Savants sous l’Occupation. Enquête sur la vie scientifique française entre 1940 et 1944, Paris, Seuil (Science ouverte).

Clément, J.-L., 2004, « Latreille, André », dans Amalvi, C. (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, de Grégoire de Tours à Georges Duby, Paris, La Boutique de l’Histoire, p. 179-180.

Clout, H., 2015, « French geographers during wartime and German Occupation, 1939-1945 », Journal of Historical Geography, 47, p. 16-28.

Cointet, M., 2011, Nouvelle histoire de Vichy, Paris, Fayard.

Cointet, J.-P., 2017, Les Hommes de Vichy, l’illusion du pouvoir, Paris, Perrin.

Condette, J.-F., 2014, « Former des maîtres sous Vichy. Les instituts de formation professionnelle et leur échec (1940-1944) », dans Prost, A. (dir.), La formation des maîtres de 1940 à 2010, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 39-54.

Corcy, S., 1998, « Jérôme Carcopino, du triomphe à la roche tarpéienne », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 58, p. 70-82.

Corcy-Debray, S., 2001, Jérôme Carcopino, un historien à Vichy, Paris, L’Harmattan.

Corcy-Debray, S., 2002, « Sous l’Occupation », dans Rioux, J.-P. (dir), Deux cents ans d’Inspection générale (1802-2002), Paris, Fayard, p. 245-265.

Deffontaines, P., 1938, Petit guide du voyageur actif. Comment connaître et comprendre un petit coin de pays ?, Issoudun, Édition du Laboureur.

Dumoulin, O., 1984, « Les Annales d’histoire économique et sociale face au problème de l’enseignement de l’histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, hors série, p. 19-30.

Dumoulin, O., 1990, « L’histoire et les historiens, 1937-1947 », dans Rioux, J.-P. (dir.), La vie culturelle sous Vichy, Bruxelles, Complexe, p. 241-268.

Dumoulin, O., 1994, « À l’aune de Vichy ? La naissance de l’agrégation de géographie », dans Gueslin, A. (dir.), Les Facs sous Vichy. Étudiants, universitaires et universités de France pendant la Seconde Guerre mondiale, Clermont-Ferrand, Presses de l’Université Blaise Pascal, p. 23-38.

Dumoulin, O., 1998, « Les noces de l’histoire et de la géographie », Espaces Temps, 66-67, p. 6-19.

Dumoulin, O., 2000, « Les historiens au service de l’État », dans Baruch, M.-O., Duclert, V. (dir.), Serviteurs de l’État, Paris, La Découverte/Syros, p. 126-142.

Dumoulin, O., 2003, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel.

Efthymiou, L., 2003, « Le genre des concours », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 18, p. 91-112.

Foulon, J.-H., 2004, « Fliche, Augustin », dans Amalvi, C. (dir.), Dictionnaire biographique des historiens français et francophones, de Grégoire de Tours à Georges Duby, Paris, La Boutique de l’Histoire, p. 105-106.

Gay-Lescot, J.-L., 1990, « La politique sportive de Vichy », dans Rioux J.-P. (dir.), La vie culturelle sous Vichy, Bruxelles, Complexe, p. 83-115.

Gay-Lescot, J.-L., 2002, « Jean Borotra et Vichy » dans Arnaud, P., Terret, T., Saint-Martin, J.-P. et Gros, P. (dir.), Le sport et les Français pendant l’occupation, L’Harmattan, Paris, t. 2, p. 21-31.

Ginsburger N., 2010, « « La guerre, la plus terrible des érosions ». Cultures de guerre et géographes universitaires, France/Allemagne/États-Unis (1914-1921), thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université Paris Ouest Nanterre-La Défense, sous la direction d’A. Becker.

Ginsburger, N., 2015, « Géographie humaine, historiens des Annales et guerres mondiales. L’itinéraire heurté de Théodore Lefebvre (1889-1943) », dans Clerc, P., Robic, M.-C. (dir.), Des géographes hors-les-murs ? Itinéraires dans un monde en mouvement (1900-1940), Paris, L’Harmattan, p. 137-182.

Ginsburger, N., 2017, « Portrait en groupe de femmes-géographes. La féminisation du champ disciplinaire au milieu du xxe siècle, entre effets de contexte et de structure (1938-1960) », Annales de géographie, 713-1, p. 107-133.

Guthleben, D., 2009, Histoire du CNRS de 1939 à nos jours. Une ambition nationale pour la science, Paris, Armand Colin.

Giolitto, P., 1991, Histoire de la jeunesse sous Vichy, Paris, Perrin.

Israël, S., 2005, Les études et la guerre. Les normaliens dans la tourmente (1939-1945), Paris, Éditions Rue d’Ulm.

Lefort, I., 1992, La lettre et l’esprit. Géographie scolaire, géographie savante, 1870-1970, Paris, Éditions du CNRS.

Mathieu, O., 1988, Abel Bonnard. Une aventure inachevée, Paris, Avalon.

Pinchemel, P., 2001, « Libres souvenirs sur Emmanuel de Martonne », dans Baudelle, G., Ozouf-Marignier, M.-V. et Robic, M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 359-360.

Prost, A., 1968, L’enseignement en France 1800-1967, Paris, Armand Colin.

Rials, S., 1983, « L’administration de l’Enseignement de 1936 à 1944 », dans Histoire de l’administration de l’enseignement en France, 1789-1981, Genève, Droz, p. 57-106.

Robic, M.-C., 1998, « Le fardeau du professeur », Espaces Temps, 68/1, Histoire/géographie, 2. Les promesses du désordre, p. 158-170.

Robic, M.-C., 2014, « Géographe de plein vent, géographe de cabinet », Hypergéo, en ligne : http://www.hypergeo.eu/spip.php?article682

Société de géographie de Paris, 2015 (juin), Les experts français et les frontières d’après-guerre. Les procès-verbaux du comité d’études 1917-1919, introduction et notes par I. Davion, préface de G.-H. Soutou, Supplément au Bulletin de liaison des membres de la Société de Géographie.

Tissier, J.-L., 1985, « Les anciens élèves de l’école normale supérieure de Saint-Cloud et la géographie française, 1942-1973 », dans Charle, C. et Ferré, R. (dir.), Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, Paris, Éditions du CNRS, p. 205-218.

Tissier, J.-L., 2001, « Rendez-vous à Uriage (1940-1942). La fonction du terrain au temps de la Révolution nationale », dans

Baudelle, G., Ozouf-Marignier, M.-V. et Robic, M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la cité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 342-351.

Wolff, D., 1998, « Une rupture non consommée », Espaces Temps, 66/1, p. 80-93.

Haut de page

Notes

1 À la fin de l’année 1901, le cirque américain Barnum s’installe à Paris. Parmi ses attractions, Doodica et Radica sont deux xiphopages (soudées par le sternum) de 12 ans. Le 9 février 1902, dans un état d’urgence vitale, elles sont séparées par le chirurgien Eugène Doyen, opération très médiatisée par la presse de l’époque et pour la première fois filmée. Doodica meurt quelques jours plus tard, Radica deux ans après l’acte médical.

2 Il intègre l’École normale supérieure en 1901 et est major de l’agrégation d’histoire et de géographie en 1904 (Corcy-Debray, 2001).

3 Dumoulin, 1998.

4 Corcy-Debray, 2001.

5 Quoique cité par bribes dans Dumoulin, 1994, 33-35. Tous les documents retranscrits et cités dans le commentaire sont issus des deux sources suivantes : Archives nationales (AN), F17/13339, dossier « Enseignement de l’histoire-géographie, agrégation d’histoire-géographie. Novembre 1942-février 1943 » ; F17/13363, dossiers « Aménagement des programme scdaires d’histoire et de géographie 1942-1943 » et « Agrégation d’histoire et de géographie août 1942-mars 1943 ».

6 D’autres documents sur ce même sujet seront publiés dans le volume à paraître Géographes français dans la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Marie-Claire Robic, Jean-Louis Tissier et Nicolas Ginsburger.

7 Même si on peut bien sûr les comparer, du point de vue formel et générique, avec les minutes des débats parlementaires, ou bien à d’autres cas de transcription de débats entre experts, par exemple le Comité d’Études en 1917-1919 (Ginsburger, 2010 ; Société de géographie de Paris, 2015). La rareté ici vient d’une part des nombreuses interventions du ministre lui-même et d’universitaires renommés, d’autre part du caractère sinon secret, du moins très confidentiel de la réunion.

8 On imagine mal en effet un membre du cabinet ou un universitaire faire un tel compte-rendu.

9 Dumoulin, 2003, 278.

10 Chabot, 1976 ; Dumoulin, 1990, 1994 et 2000.

11 L’arrêté du 28 avril 1941, « instituant une agrégation d’histoire et une agrégation de géographie », est publié dans le Journal officiel de l’État français (JO, 30 avril 1941, 73e année, n° 120, p. 1853-1854). Il définit bien deux formats d’épreuves, avec la constitution d’une « bibliothèque du concours » par le jury. Dans le même JO (p. 1853), il est institué un DES d’histoire et un autre de géographie, et, dans la licence ès lettres, on distingue bien désormais la mention histoire de la mention géographie (p. 1852-1853).

12 L’arrêté du 28 septembre 1943, portant « création d’une agrégation d’histoire et d’une agrégation de géographie », ressemble fortement au texte de 1941, sans pour autant l’abroger explicitement (JO, 6 octobre 1943, p. 2609).

13 Il y a 8 lauréats lors de cette session. Par comparaison, la même année, l’agrégation masculine d’histoire compte 18 lauréats, la féminine 12. À la session précédente (1943), l’agrégation d’histoire et de géographie avait sélectionné 18 candidats, l’agrégation féminine d’histoire 15. On a donc une création brute de postes (de 33 à 38), même si quelques places offertes au concours des historiennes ont été redéployées.

14 Parler de « grand schisme » (Dumoulin, 1990, 247) mérite cependant d’être relativisé.

15 La licence ès lettres, créée au début du xixe siècle, se spécialise en 1880 : aux épreuves « communes » (français, latin, grec) s’ajoutent des épreuves « spéciales » (lettres, philosophie, histoire, langues vivantes en 1886). En 1907, un nouveau décret distingue désormais quatre diplômes différents (licences de lettres, d’histoire, de philosophie, de langues vivantes) (Prost, 1968, 232).

16 Elle avait été instituée en 1831.

17 Tissier, 1985, 207-208.

18 Les lauréats de la nouvelle agrégation de géographie sont des hommes et des femmes, ces dernières ne devant cependant pas être plus de deux (Chabot, 1976, 339 ; Ginsburger, 2017), mixité (incomplète) qui n’est pas la norme de l’époque, où les concours ont encore officiellement « un genre » (Efthymiou, 2003). Pour l’histoire, on distingue la nouvelle agrégation masculine et l’agrégation féminine d’histoire et de géographie, faisant place à l’histoire de l’art, maintenue jusqu’en 1970 : à partir de cette date, l’agrégation de géographie est scindée en deux, une masculine et une féminine, ce qui est interprété comme l’aboutissement de l’autonomie de la géographie au niveau de ce concours (Chabot, 1976, 340).

19 La dernière en date était celle d’arabe en 1907.

20 À l’exception de l’agrégation féminine de grammaire, créée en 1942 (Chervel, 1993, 261), puis de russe, en 1947, sans doute par reconnaissance pour le rôle de l’URSS dans la victoire des Alliés.

21 Dumoulin, 1994, 38.

22 Ibid.

23 Giolitto, 1991, 249.

24 Du moins certaines, comme le retour à la terre et l’exaltation de l’Empire et de la patrie.

25 Sans les épuiser tous évidemment : les géographies urbaine ou physique sont beaucoup moins suspectes de telles proximités que le ruralisme, le régionalisme ou la géographie coloniale (Chevalier, 2007 ; Clout, 2015 ; Chandivert, 2016).

26 Chabot, 1976, 333.

27 Berdoulay, 1995, 162; Dumoulin, 1994, 25.

28 Wolff, 1998.

29 Dumoulin, 1994, 29.

30 Robic, 1998, 167-168.

31 Dumoulin, 1994, 28; Ginsburger, 2015.

32 Chervel, 1993, 184.

33 Dumoulin, 1984.

34 Dumoulin, 1990, 247-248 et 1994, 28.

35 En fonction du 13 décembre 1940 au 22 février 1941.

36 Tissier, 1985, 217.

37 Corcy-Debray, 1998 et 2001.

38 Cointet, 2011, 309.

39 Les géographes partisans de la scission insistent particulièrement sur l’inutilité de l’histoire antique pour leur cursus.

40 Cette situation de crise se caractérise par la situation de Marc Bloch (1886-1944) lui-même, mais aussi par les difficultés matérielles de la revue.

41 Il est placé en août 1940 à la tête du CNRS nouveau-né pour mettre au pas cette institution du Front populaire et de la mobilisation française. Il exerce un poids déterminant sur l’administration « technocratique » de Carcopino (Chevassus-au-Louis, 2004, 115-125 ; Guthleben, 2009, 44-57).

42 Israël, 2005.

43 Il protège Bloch d’une politique antisémite qu’il applique par ailleurs avec zèle et conviction (Corcy-Debray, 2001). De même, il intervient en faveur du géographe Jean Dresch (1905-1994), communiste et anticolonialiste notoire, directement menacé de révocation politique (Carcopino, 1953).

44 Chevassus-au-Louis, 2004, 63.

45 Cointet, 2011, 302-307.

46 Par exemple sur la question de la réglementation des fouilles archéologiques. Cependant, selon Febvre le 13 avril 1941, « il se refait [ainsi], sans risques ni difficulté, une popularité… chez les gogos » (Bloch, Febvre, 2003, 119), c’est-à-dire chez les naïfs qui en sont dupes.

47 Selon l’arrêté du 4 mars 1941 (JO, 6 mars 1941, 1034).

48 Corcy-Debray, 2001, 77.

49 Les archives sont muettes sur ce point et l’ancien ministre ne donne guère de précisions. Pour Jean-Marie Mayeur, « Carcopino, en tant qu’historien, ne voulait surtout plus gérer une agrégation mixte, histoire-géographie » (Tissier, 1985, 217).

50 Du moins pour ce genre de décision, dans le contexte politique de l’époque et dans le cadre d’une institution telle que le ministère français de l’Éducation nationale, marquée par une certaine lourdeur administrative, accentuée par la séparation entre les services parisiens et de Vichy.

51 Carcopino reprend en 1953 ce qui fut sans doute le raisonnement de De Martonne, à savoir le « développement de la géographie géologique ».

52 Un professeur pour la géographie seulement, sans enseignement d’histoire donc dans son service, rejoignant le vœu du géographe lillois Edouard Ardaillon (1867-1926) en 1901 : « Quand se décidera-t-on à confier la géographie à un professeur spécial dans nos lycées ? » (Wolff, 1998, 87-88).

53 René Clozier (1888-1987) à Saint Louis, Dresch à Voltaire, Pierre George (1909-2006) à Charlemagne, Maurice Grandazzi (1903-1958) à Louis le Grand, Aimé Perpillou (1902-1976) à Henri IV.

54 La seule biographie complète le concernant (Mathieu, 1988) est riche de détails (par exemple des extraits de la correspondance et du journal de guerre de Bonnard), mais hélas clairement engagée à l’extrême-droite : postfacée par Léon Degrelle (1906-1994), journaliste belge et ardent défenseur du nazisme et du négationnisme, elle est à ce titre difficile à utiliser, ce qui ne l’empêche pas cependant d’être régulièrement citée comme source principale sur l’un des « hommes de Vichy » les plus sulfureux parmi les « croisés de l’Europe nouvelle » (Cointet, 2017). De plus, on note plusieurs études sur la pensée scolaire de ce personnage (Barreau, 1996 et 2000), qui n’évoquent cependant pas la question de l’agrégation.

55 Chabot, 1976.

56 Un autre signe est la création, le 11 juin 1942, du Service de recherches scientifiques coloniales, devenu le 19 novembre 1942, l’Office de recherches scientifiques coloniales (ORSC, futur ORSTOM), destiné à développer une recherche coloniale propre, en dehors du CNRS (Guthleben, 2009, 56).

57 Dumoulin, 1990, 248.

58 Chabot, 1976, 334.

59 Ibid.

60 Dumoulin, 1994, 31.

61 Chabot, 1976, 334.

62 Arrêté du 20 septembre 1942, JO, 21 septembre 1942, p. 3237. Qu’a fait Larnaude entre avril et septembre 1942 ? Etait-il toujours chef de cabinet, malgré le changement de ministre ? Comment Mouraille a-t-il été recruté ? Quels étaient ses liens avec De Martonne ? Autant de questions sur ces personnages de l’ombre, relativement mal connus à ce jour.

63 Chabot, 1976, 334.

64 Comptes rendus des séances de l’Académie des Sciences, séance du 16 novembre 1942, t. 215, n° 20, p. 453.

65 Bruneteau, 2016, 208.

66 Chabot, 1976, 334. À cette date, la zone dite libre est envahie, depuis novembre 1942, par les troupes d’occupation allemandes, et la ligne de démarcation n’est plus qu’une fiction, supprimée le 1er mars 1943.

67 Ibid.

68 Dumoulin, 2003, 280.

69 Chabot, 1976, 334.

70 Ibid.

71 À l’époque Maximilien Sorre (1880-1962) et le géographe colonial Charles Robequain (1897-1963). Sorre avait été directeur de l’enseignement primaire sous le ministre Jean Zay de 1937 à 1940 : relevé de ses fonctions dès le 29 juillet 1940, replacé autoritairement dans le corps des enseignants des facultés, et élu à Paris en octobre 1940 pour remplacer Demangeon, mais titularisé seulement en mars 1941, il était donc sans doute indésirable aux yeux de Vichy. On ne sait pas cependant ce qu’il pensait du projet défendu par De Martonne.

72 Bonnard exprime d’ailleurs le souhait de les rencontrer, semblant ne pas se souvenir que c’est sous son autorité que l’expérimentation a été brutalement interrompue quelques mois auparavant.

73 Après les réunions cependant.

74 Dumoulin, 1994. Pinchemel se rappelait ainsi, soixante ans plus tard : « J’ai le souvenir très net de De Martonne et Cholley rentrant de Vichy un jour de 1943 et nous annonçant la création de l’agrégation de géographie ! » (Pinchemel, 2001, 360). La date et les circonstances de ce souvenir sont cependant en contradiction avec les archives.

75 Chabot, 1976, 334. Il est élu en 1945 à la Sorbonne.

76 Broc, 2001.

77 Dumoulin, 1994.

78 Blanchard, 1947 ; Dumoulin, 1994.

79 Foulon, 2004, 105.

80 Bloch a ainsi des formules particulièrement violentes à son encontre à l’été 1941, dans le cadre de sa demande de détachement de Clermont à Montpellier pour préserver la santé de sa femme, qualifiant son ancien camarade normalien d’« infecte limace, qui vraiment déshonore le sanctuaire » (Bloch, Febvre, 2003, 171) car il se serait opposé à son arrivée, sans doute par antisémitisme. En 1946, Fliche est « démissionné de son décanat […] pour cause de vichysme » (Foulon, 2004, 105).

81 Un autre historien, Paul Haury (1885-1963), manque ici à la réunion : professeur parisien membre du Conseil supérieur de la natalité, il est nommé IG et adjoint du recteur de Paris pour l’enseignement secondaire le 30 septembre 1942 (Caplat, 1997, 535).

82 Outre Perrin en tant que président, les autres membres en 1942 sont le médiéviste Yves Renouard (1908-1965), alors maître de conférences à Bordeaux, Marcel Reinhard (1899-1973), spécialiste de la Révolution française et professeur au lycée Louis-le-Grand, et W. Seston, alors en poste à Montpellier.

83 Nommé IG en novembre 1936, en remplacement de Charles Petit-Dutaillis (1868-1947), admis à la retraite (Caplat, 1997, 338-340).

84 Le vice-président en est alors André Piganiol (1883-1968), professeur d’histoire romaine au Collège de France, les autres membres sont Chabot, l’historien de l’art Louis Hourticq (1875-1944) et Elisabeth Coquart-Privat, professeur au lycée Camille Sée.

85 Nommé IG comme successeur de Jules Isaac (1877-1963), mis à la retraite d’office en application du statut des juifs (Corcy-Debray, 2002, 249).

86 Rials, 1983, 76.

87 Cette année-là, les autres membres du jury sont Maurice Levaillant (1883-1961), professeur de littérature à la Sorbonne (pour l’écrit), l’historien Maurice Crouzet (1897-1973), alors professeur au lycée Condorcet, le géographe Maurice Grandazzi et Vier, du lycée Buffon (pour l’oral).

88 En partie du fait de sa réputation d’homosexualité, véhiculée autant par les maréchalistes de Vichy que par les résistants de Londres, facette qui ne semble jouer aucun rôle cependant dans nos documents.

89 Rials, 1983, 69-70.

90 Giolitti, 1991, 84.

91 Dumoulin, 1994, 37.

92 Bioy, Eymeri-Douzans, Mouton, 2015.

93 Les réunions traitent également longuement du contenu des programmes scolaires (notamment le doc. 4), mais nous avons choisi de ne pas aborder ce thème ici, compte tenu des limites de cette publication.

94 Barreau, 1996, 466.

95 Ibid, 467.

96 Giolitto, 1991, 84.

97 Barreau, 2000, 158.

98 Giolitto, 1991, 249 ; Bruneteau, 2016, 50.

99 Dumoulin, 2003.

100 Ginsburger, 2010.

101 Dumoulin, 1994, 32.

102 Trois épreuves contre une en géographie à l’agrégation masculine.

103 De fait, « tandis que les programmes de 1938 attribuaient à la géographie un nombre d’heures moitié moindre de celui de l’histoire, ceux de [l’arrêté du 5 août] 1943 lui accordent une part égale », à savoir 12,5 heures par semaine pour chacune des deux disciplines pour tous les niveaux entre la 6e et la classe terminale de philosophie et mathématiques (Chevalier, 2007).

104 En 1952, alors qu’une contestation demandait la réunification des deux concours, De Martonne remploie cet argument dans une lettre à Chabot : « Est-il vraiment possible d’exiger, en réunissant Agrégation de Géographie et Agrégation d’Histoire, que les étudiants aient une connaissance suffisante à la fois de tous les aspects essentiels de l’Histoire et de ceux de la Géographie […] étant donné les progrès considérables accomplis depuis 50 ans par ces deux disciplines ? » (Chabot, 1976, 338).

105 Mais qu’on n’appellerait pas encore uniquement « agrégation de géographie », car il y resterait des épreuves d’histoire.

106 Allix, 1943b, 225.

107 Professeur à l’université de Sao Paulo, puis de Rio de Janeiro (1934-1938), directeur de l’Institut français de Barcelone de 1939 à 1964, Pierre Deffontaines (1894-1978) publie avant-guerre un guide en ce sens (Deffontaines, 1938), qui fait dès lors référence en matière de didactique de la géographie scolaire. Cette méthode, pratiquée « sac au dos, questionnaire et calepin en poche », prônant un « vrai contact avec la patrie » par le voyage à pied, a la faveur du régime de Vichy jusqu’à ce que le géographe manifeste son opposition à son égard : les « cercles Deffontaines » deviennent désormais les « cercles d’études locales » (Giolitto, 1991, 238).

108 Lefort, 1992 ; Chevalier, 2007.

109 Cette expression est créée par Lucien Febvre dans son livre sur Le problème de l’incroyance au xvie siècle (1942), en l’appliquant à des géographes de la Renaissance (Robic, 2014).

110 Tissier, 2001.

111 Gay-Lescot, 1990 et 2002.

112 On passerait de cinq à quatre ou trois, avec plus ou moins de souplesse, De Martonne étant partisan d’un régime sévère où les étudiants n’auraient pas le choix (doc. 3).

113 De Martonne souhaite qu’il y ait « une séparation presque totale, le seul lien étant une leçon d’histoire à la géographie et une leçon de géographie à l’examen d’histoire. Les géographes sauraient tout de même pas mal d’histoire et les historiens pas mal de géographie » (doc. 3). Il préconise quatre compositions écrites et autant à l’oral, puis se rabat sur trois, deux en histoire et une en géographie pour l’agrégation d’histoire et géographie, le contraire pour l’agrégation de géographie et d’histoire (doc. 3).

114 Allix, 1943a, 133.

115 Condette, 2014.

116 Vu le contexte et en face du très germanophile Bonnard, la comparaison ne paraît pas anodine, mais vise sans doute à susciter son adhésion.

117 Bloch, Febvre, 1937 dans Bloch, 2006, 490.

118 Bloch, 1943 dans Bloch, 2006, 783.

119 En particulier les 13 août et 17 octobre 1945.

120 Giolitto, 1991, 348-351, ici 350.

121 Dumoulin, 1990, 251.

122 AN, F17/16924, dossier « Épuration », pièce 6, mémoire de défense de Boucau, sans date.

123 Bonnard est ministre jusqu’au 20 août 1944 : il est remplacé par le juriste résistant gaulliste René Capitant.

124 Beaujeu-Garnier, 1949 ; Dumoulin, 1994, 36-37.

125 Dumoulin, 2003, 248.

126 Notamment Latreille, gaulliste de la première heure et catholique libéral antivichyste (Clément, 2004), mais aussi Blache, Faucher et Meynier (Clout, 2015).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Ginsburger, « Historiens et géographes au scalpel de Vichy », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 163-185.

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « Historiens et géographes au scalpel de Vichy », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 22 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/446 ; DOI : 10.4000/rhsh.446

Haut de page

Auteur

Nicolas Ginsburger

Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé à l’équipe EHGO (UMR Géographie-cités, CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals