Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierLes commémorations entre anthropo...

Dossier

Les commémorations entre anthropologie des savoirs et histoire au second degré

Commemorations: between an anthropology of knowledge and a self-aware history
Régine Plas et Nathalie Richard
p. 9-41

Texte intégral

  • 1 Voir Edwards, 2015.
  • 2 Boudia, 2002, 47.

1Les commémorations scientifiques partagent avec les commémorations politiques un certain nombre de fonctions, d’usages et de pratiques. La fin des années 1980 et le début des années 1990 ont été un moment fort des commémorations politiques, avec celles du bicentenaire de la Révolution française, en 1989, ou encore celles du cinquantenaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 19951. Dans la foulée de ces événements mémoriels, les commémorations scientifiques se sont aussi multipliées, à commencer par celles d’institutions créées en France par la Révolution, comme l’École normale supérieure, le Muséum national d’histoire naturelle, le Conservatoire national des arts et métiers et d’autres encore2.

  • 3 Nora, 1984 ; Nora (dir.), 1984-1992.
  • 4 Namer, 1987.
  • 5 Namer, 1983. Voir Lavabre, 2014.
  • 6 Abir-Am, 1998 et 1999.

2Dans le même moment, les commémorations, politiques et scientifiques, sont devenues objets d’analyse en sciences humaines et sociales. Des historiens du fait national, ainsi que des sociologues du politique revendiquant souvent l’héritage de Maurice Halbwachs, ont mis cet objet au cœur de recherches portant sur la construction des sentiments d’appartenance à échelle nationale ou infranationale. Quels que soient les modèles théoriques revendiqués, les auteurs se sont penchés sur la question de la mémoire en tant que fait collectif et de ses articulations avec l’histoire. Les historiens réunis autour de Pierre Nora l’ont abordée par « la problématique des lieux3 », tandis que le sociologue Gérard Namer ébauchait, en s’appuyant sur Maurice Halbwachs4, une sociologie de la mémoire exposée, par exemple, dans Batailles pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 à nos jours5. Dans le même temps, des historiens des sciences ont suivi des pistes analogues, autour d’un projet d’« ethnographie historique des rites commémoratifs » porté par Pnina Abir-Am6. Ces recherches ont fait apparaître la très grande diversité des pratiques de commémoration, la multiplicité des enjeux qui leur sont sous-jacents et la variété des approches théoriques qu’elles peuvent susciter. Il en ressort qu’il n’y a pas de « commémoration type » et qu’il est assez difficile de dégager quelques règles.

3Les pages qui suivent, sans prétendre à l’exhaustivité, proposent un parcours dans la littérature existante ainsi qu’une réflexion historiographique appuyée sur des exemples. Même si les commémorations dans les sciences humaines et sociales peuvent présenter, nous le verrons, quelques singularités, nous avons pris le parti de ne pas postuler a priori une différence entre elles et les commémorations dans les sciences de la nature et les sciences formelles ; nous empruntons en conséquence nos exemples dans les unes et dans les autres. Les études de cas rassemblées dans ce dossier ne portent, en revanche, que sur les premières.

Définir les commémorations

  • 7 Selon Tollebeeck, 2015, ces pratiques relèvent de la commémoration.

4L’une des premières difficultés est de définir ce que l’on doit entendre par commémoration. Le terme regroupe-t-il toutes les instances de la remémoration ou toutes les pratiques de la célébration et de l’hommage ? Les dédicaces d’ouvrage, l’échange, de nature principalement privée, de portraits photographiques entre savants et la constitution d’albums de ces portraits, parfois transmis à un disciple ou à un collègue, si fréquents au xixe siècle, relèvent de la remémoration et de la construction de la persona scientifique, mais entrent-ils pleinement dans la catégorie des commémorations7 ?

5Revenons aux dictionnaires. Le Historical Thesaurus of English, le Trésor de la langue française ou le Dictionnaire historique de la langue française y insistent : la commémoration est en premier lieu une cérémonie en souvenir d’une personne ou d’un événement et ce n’est que par extension que le terme s’applique à des pratiques de remémoration et d’hommage individuelles et intimes, comme dans Le Voyage de Sparte de Barrès :

  • 8 Barrès, 1911 [1906], 117.

Pourquoi suis-je revenu si souvent parmi les blanches stèles du Céramique ou du musée de Patissia ? C’est en commémoration de l’influence virile qu’elles eurent sur celui de mes amis qui m’a le plus émerveillé : je veux parler d’un jeune Oriental, l’Arménien Tigrane8.

6L’origine historique de l’usage du mot en langues communes est médiévale et religieuse et la commémoration est en priorité en souvenir d’un saint, avant de s’étendre au contexte politique et laïc, en France principalement à partir de la Révolution. Dans certains cas, s’y ajoute la connotation de « célébration à l’occasion d’un anniversaire ».

7Cette généalogie indique que la commémoration a une dimension essentielle de rituel collectif. Elle est, au sens strict, une cérémonie, organisée selon des rites, dont la fonction est la remémoration collective d’un homme ou d’un fait du passé. Ainsi par exemple, bien qu’ils en soient parfois la seule trace subsistante, est-ce moins les volumes d’hommage académiques étudiés par Françoise Waquet9, que l’association de ces volumes à des cérémonies de présentation, qui constituerait une commémoration. De même, la transformation du mathématicien Évariste Galois en icône, tant à travers les éditions et commentaires de ses travaux que grâce à des manuels et des biographies, telle que l’a étudiée Caroline Ehrhardt sur le temps long des xixe et xxe siècles10, relève assurément d’une histoire de la mémoire collective et d’une histoire sociale et culturelle des mathématiques, mais pas exclusivement de celle des commémorations. Il y eut bien cependant des commémorations dans ce processus, et le nom de cet « immortel normalien » fut associé à celle du centenaire de l’École normale supérieure en 189511. Galois fut également commémoré en 2011 à l’occasion du bicentenaire de sa naissance, un anniversaire inscrit dans la liste des commémorations nationales. Les célébrations associèrent inauguration d’une plaque commémorative à Bourg-la-Reine, sa ville natale, expositions, conférences grand public et colloques universitaires12.

  • 13 C’est en 1880 que fut votée la loi adoptant le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle.
  • 14 Par exemple, Hazareesing, 2007 ; Ihl, 1996 ; Ozouf, 1976 ; Sanson, 1976. Voir aussi Tumarkin, 1983
  • 15 Par exemple, Winter, 1995 ; Lloyd, 1998.
  • 16 Petit, 1998.

8En lien avec ces dimensions ritualisées et collectives, la commémoration pose la question de la transposition de formes du sacré dans des sphères laïques et de la tension entre tradition et modernité. Ces transferts peuvent s’opérer soit dans l’usage du vocabulaire associé aux martyrs et aux saints, soit dans les formes liturgiques : de la communion au banquet, du pèlerinage à l’excursion, de la transe au bal, qui est l’un des éléments bien connus de la commémoration politique du 14 juillet depuis 188013 et qui de nos jours accompagne les cérémonies de la Commemoration Week de l’Université Oxford en hommage à ses mécènes. Bien étudiés par les historiens des fêtes politiques14 ou encore par ceux qui se sont penchés sur les pèlerinages aux champs de bataille15, ces transferts sont aussi particulièrement sensibles dans les pratiques commémoratives des positivistes français du xixe siècle16. Dans le domaine des sciences, il n’est alors sans doute pas étonnant que les universités, institutions aux origines religieuses, soient porteuses d’une longue tradition commémorative, comme l’illustre parfaitement l’article que Winfried Müller consacre au cas germanique dans ce volume. Les articles d’Irina Podgorny et de Silvano Montaldo évoquent pour leur part quelques modalités de ces transferts du sacré de la sphère du religieux à la sphère séculière des sciences, dans deux contextes où la laïcité n’est pas seulement de fait mais où elle est une arme idéologique. Les gardiens de la mémoire du savant argentin Florentino Ameghino promeuvent la figure d’un saint laïc et s’efforcent d’instaurer à Lujan, sa prétendue ville natale, un pèlerinage qui viendrait concurrencer le très populaire pèlerinage local à la Vierge Marie. Inspiré d’un culte des reliques resté vif en Italie et déjà détourné par les libres penseurs réunis en France dans la Société d’autopsie mutuelle, Cesare Lombroso tente de faire de son musée un mausolée où ses restes seraient exposés au milieu de sa collection anthropologique et criminologique.

  • 17 Osborne, 2001.

9Les dimensions rituelles et collectives de la commémoration scientifique ont pour corrélat leur inscription dans l’espace public, dans les deux sens que l’on peut donner à cette expression. D’une part, les rites commémoratifs ont une dimension spatiale à la fois matérielle et symbolique. Ils sont créateurs de hauts lieux, points géographiques d’ancrage de la mémoire d’une discipline ou d’un ensemble disciplinaire, instaurant une forme de « topographie de l’identité17 ». Plusieurs articles réunis dans ce dossier évoquent et décrivent ainsi des lieux et leur transformation en hauts lieux. Jean-Christophe Coffin montre comment le village catalan de Banyuls-dels-Aspres, endroit de sa retraite, est attaché à la mémoire collective du psychiatre Henri Ey. Lieu du souvenir de relations savantes et intimes à la fois pour des collègues et amis, il devient le berceau de l’Association pour la Fondation Henri Ey qui œuvre pour la diffusion des œuvres du psychiatre et a permis le dépôt de ses archives à Perpignan. Irina Podgorny analyse les enjeux, nationalistes autant que scientifiques, qui transforment la ville de Lujan, haut lieu national et catholique argentin, en ville natale d’Ameghino, incarnation d’une Argentine moderne et laïque, et ceci en dépit des preuves historiques qui attestent de la naissance du savant en Italie.

  • 18 Demoule, 1997, 4096-4097.
  • 19 « Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur la grotte de Lascaux, la prot (...)
  • 20 « Programme des manifestations », FranceArchives : https://francearchives.fr/article/38320 (consul (...)
  • 21 Lumley et Hurel (dir.), 2011.

10On pourrait comparer Lujan, dans son ambiguïté, à Lascaux, haut lieu complexe et brouillé de la préhistoire et de la nation. Certes, contrairement à Glozel – site de l’Allier fortement controversé où un agriculteur affirmait avoir trouvé en 1924 les traces d’un alphabet bouleversant les chronologies acceptées sur l’apparition de l’écriture – qui fit l’objet de pèlerinages sous Vichy, aucun soupçon d’imposture ne pèse sur le site, mais c’est sur l’objet même de la commémoration que reposent les ambiguïtés. Lascaux serait-il un haut lieu national ou universel ? Les commémorations du cinquantenaire et des soixante-dix ans de la découverte de 1940 ont été toutes deux présidées par un chef de l’État. François Mitterrand, en 1990, mettait en avant l’idée d’un site lié aux origines de l’humanité tout entière18, préférant la roche de Solutré, lieu conjugué du souvenir de la Résistance et de la préhistoire, comme marqueur spatial d’un rite commémoratif à la fois national et partisan. Nicolas Sarkozy, en revanche, dans le discours prononcé le 12 septembre 2010 aux Eyzies-de-Tayac – commune qui héberge tout à la fois le Musée national de préhistoire et le Pôle international de la préhistoire – faisait du site un haut lieu de la mémoire nationale, reconnectant « l’universel et le terroir19 ». Les préhistoriens, quant à eux, ne sont pas moins ambigus dans leur rapport à Lascaux. Si la commémoration de 1990 s’est accompagnée, à Montignac même, d’un colloque réunissant des spécialistes de l’art paléolithique, en 2010 les commémorations savantes ont eu lieu ailleurs, puisqu’à l’anniversaire de la découverte fut préféré celui de l’Institut de paléontologie humaine, fondé cent ans auparavant20. Un colloque international portant sur l’histoire de la préhistoire y fut organisé à cette occasion21. De fait, Lascaux n’est pas sans soulever quelques problèmes au sein de la communauté savante : aucun consensus n’émerge, après plus d’un siècle de débats, sur la signification des figures peintes dans les grottes ; les scientifiques, l’abbé Henri Breuil en tête, ont contribué à (ou à tout le moins n’ont pas su entraver) la destruction de l’écosystème de la grotte et la surexploitation du site, qui a entraîné sa fermeture en 1963 sans mettre un terme à la prolifération des micro-organismes qui effacent progressivement les fresques ; le site, qui était l’un des plus visités de France dans les années 1990, désormais concurrencé par le site ardéchois de la grotte Chauvet, attire les visiteurs autour d’une copie, mettant aussi en lumière la question discutée de l’authenticité en préhistoire.

  • 22 Gardner et Hamilton (éd.), 2017.
  • 23 Nora, 1992, voir aussi Bosc et Wahnich, 1992, et pour la Belgique, Bousmar et al. (dir.), 2007.
  • 24 Offenstadt, 2014.
  • 25 Par exemple, Naert et al., 2016.
  • 26 Hauchecorne, 2010.

11D’autre part, inscrivant la science dans des lieux, les commémorations ont directement à voir avec la notion d’espace public et d’opinion. Elles sont ainsi des instances mixtes, où enjeux internes aux disciplines ou aux groupes savants et enjeux externes, politiques et sociaux, s’entremêlent et se confrontent inévitablement. Comme l’indique l’exemple de Lascaux, la présence du politique dans les rites commémoratifs savants est patente, y compris lorsque ceux-ci paraissent être en priorité à usage interne d’une discipline. Ainsi que le relate Jean-Christophe Coffin, les célébrations qui accompagnent la mort d’Henri Ey voient la présence d’un préfet et d’une ministre de la santé, et sont l’occasion de rappeler que le psychiatre s’est investi dans les politiques publiques en matière de santé mentale et qu’il a condamné les instrumentalisations de la psychiatrie par les régimes autoritaires. Ainsi la présence du politique dans les commémorations scientifiques et les discours souvent mixtes, mêlant mémoire savante et réponse à des demandes sociales, ont-ils presque toujours pour conséquence de mettre en exergue la question des engagements publics des scientifiques. Les commémorations provoquent fréquemment des retours réflexifs sur les sciences et leurs usages. Les scientifiques doivent-ils s’associer à ce qui peut être considéré comme une instrumentalisation politique de leur discipline, doivent-ils contrecarrer ces lectures politisées et par quels moyens ? Les historiens notamment sont régulièrement contraints de clarifier leur position, entre lectures savantes du passé et procédures sélectives et orientées de commémoration. Un champ nouveau de pratiques et d’analyses réflexives est progressivement apparu, désigné par l’expression de public history d’abord aux États-Unis dans les années 1970, puis en Europe22. Les commémorations, et les réflexions qu’elles engendrent, y occupent une place importante. En France, l’entreprise des Lieux de mémoire est présentée explicitement par son promoteur, Pierre Nora, comme une prise de distance réflexive des historiens face à la vague commémorative qui accompagne le bicentenaire de la Révolution française23. En 2005, les interventions répétées du législateur dans le champ de l’histoire ont favorisé la création d’un Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire24. Les commémorations récentes de la Première Guerre mondiale ont donné matière à des réflexions similaires25. C’est ainsi que les commémorations, comme d’autres pratiques mémorielles, en révélant les relations entre sciences et demande sociale, ont souvent un effet en retour sur les disciplines et peuvent stimuler en leur sein la réflexivité. Analysant les hommages rendus en France et aux États-Unis au philosophe américain John Rawls au moment de sa mort, Mathieu Hauchecorne rapporte leurs différences à une question de lieux et prolonge son analyse par une réflexion sur la place des philosophes dans l’espace public et sur les usages de la philosophie en politique. Alors qu’outre-Atlantique les hommages se concentrent dans le monde académique et dans les revues spécialisées, en France Le Monde consacre à Rawls sa première page, signe d’une place plus grande de la philosophie et des philosophes dans les médias généralistes et dans le débat public26.

Le temps et l’oubli

  • 27 « Le Haut Comité aux Commémorations nationales », FranceArchives : https://francearchives.fr/artic (...)
  • 28 Setoguchi, 2009. À titre de comparaison, voir pour les Pays-Bas et le Portugal, Van der Heide, 201 (...)

12Une autre caractéristique des commémorations relève de leur temporalité complexe, articulant la récurrence associée aux anniversaires et des chevauchements toujours réactualisés du passé et du présent. Comme le soulignent les dictionnaires, et comme l’étudie en détail Winfried Müller, les commémorations sont souvent associées à un jubilé. En France, les volumes des commémorations nationales édités sous l’égide d’un Haut Comité aux commémorations nationales fondé en 197427 s’organisent selon ce principe. Aussi certaines d’entre elles sont-elles caractérisées par leur périodicité et offrent, sur la moyenne ou sur la longue durée, l’opportunité de saisir des réécritures ou des réinterprétations du passé. Ces récurrences soulignent que les commémorations sont situées dans un rapport au passé fortement marqué par le présentisme, au sens que donnent à ce terme les historiens des sciences, et qu’elles sont des instances particulièrement représentatives du « passé présent », comme le montre, parmi d’autres, l’article qu’Akihisa Setoguchi consacre en 2009 aux commémorations de Darwin au Japon en 1909, 1958 et 2009. Les célébrations du savant britannique sont en 1909 l’occasion de mettre en avant le rôle d’Edward Sylvester Morse, zoologiste américain, premier professeur de zoologie à l’Université de Tokyo dans les années 1870 et introducteur du darwinisme dans le pays. Il est érigé en père fondateur d’une biologie japonaise, dont la naissance est associée à la modernisation de l’ère Meiji. En 1958, les cérémonies se déroulent une année avant la date attendue et des voix inspirées par le marxisme se font entendre. Dans une perspective similaire à celle que développe le Parti communiste de l’Union soviétique, elles critiquent l’œuvre de Morse, accusé d’avoir promu une forme de darwinisme libéral focalisé sur la lutte pour l’existence et elles voient dans cette entrée faussée dans la modernité savante la cause, non du développement d’une biologie japonaise, mais au contraire de son échec. Les célébrations de 2009 voient l’émergence d’une nouvelle vision critique de la science japonaise et de son rôle dans les conflits coloniaux et mondiaux, vision plus axée sur l’anthropologie et l’eugénisme qui met l’évolutionnisme biologique au second plan28. Le destin posthume d’Ameghino au xxe siècle est tout autant soumis aux aléas des réinterprétations politiques. Celui du psychiatre Henri Ey varie également au cours des décennies mais illustre un autre cas de figure, où les relectures du passé sont moins liées aux enjeux politiques du présent qu’aux difficultés internes d’une discipline scientifique. Aux cérémonies qui entourent le décès du psychiatre, succède un temps de relatif oubli, avant que l’homme et l’œuvre ne retrouvent, au début du xxie siècle, une actualité liée prioritairement au sentiment partagé d’une crise de la psychiatrie française. A contrario, l’interruption ou l’échec à établir une périodicité de la commémoration sont tout aussi porteurs de sens. La célébration de la fondation de la psychologie scientifique française, telle que l’avait pensée Henri Piéron, ne réussit pas à s’établir comme un moment récurrent de commémoration au sein de la discipline, ainsi que le montrent Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas.

  • 29 Ory, 1992, 7.
  • 30 Ricoeur, 2000.
  • 31 Gill, 2013.
  • 32 Sider et Smith (éd.), 1997.

13Pour reprendre une expression de Pascal Ory, cette dialectique du passé et du présent a pour inévitable corrélat que la commémoration est toujours « plus étroite que la rétrospection29 ». De fait, historiens, sociologues et anthropologues ont insisté dans les dernières décennies sur la commémoration comme pratique d’oubli autant que de mémoire, mettant au cœur de leur analyse le troisième terme introduit par Paul Ricœur dans sa réflexion sur mémoire et histoire30. De nombreux travaux illustrent ainsi la sélection d’éléments dans le passé en fonction des enjeux du présent qu’opèrent les pratiques commémoratives. Analysant la place qu’ils occupent dans les manuels et les biographies qui leur ont été consacrées, Timothy M. Gill s’est penché, par exemple, sur les destins posthumes contrastés de C. Wright Mills et Alvin Gouldner au sein de la sociologie américaine du xxe siècle, montrant que cet état de fait doit moins à des différences théoriques entre les deux auteurs qu’aux conceptions contrastées de la sociologie qu’ils défendaient, comme science purement académique pour le second, ou comme science appliquée, en dialogue avec l’opinion, pour le premier. Cette dernière conception, plus en adéquation avec l’idée que les sociologues américains actuels se font de leur discipline, explique que Mills ait une renommée posthume plus importante que Gouldner31. Comme le soulignait un volume collectif en 199732, la question des silences apparaît ainsi tout aussi porteuse de sens que celle des remémorations. Elle se décline de deux manières, selon qu’elle porte sur des mécanismes consensuels de l’oubli qui accompagnent les commémorations, ou sur les oublis imposés par la domination d’une lecture du passé sur une autre. Ces travaux introduisent la question des conflits et des réconciliations sur lesquels les analystes actuels des commémorations politiques concentrent leur attention.

  • 33 Par exemple Enguix, 2009.
  • 34 Par exemple Tartakowsky, 2005.
  • 35 Sheen et Karremann (éd.), 2016.
  • 36 Richmond, 2006.
  • 37 Darwin et Darwin (éd.), 1909, 7.
  • 38 Richard, 1997.
  • 39 Bensaude-Vincent, 1983 et 1989.
  • 40 Kolchinski, 2014.

14Ces analyses évoquent des contre-commémorations dans des termes similaires à ceux qui président à l’étude des contre-cultures, autour des pratiques de groupes dominés : populations autochtones en contexte colonial ou néocolonial, minorités ethniques ou sexuelles33, classes sociales34, etc. Elles peuvent aussi mettre en lumière des luttes commémoratives à forces égales, lorsqu’un anniversaire est réapproprié de manières opposées par deux groupes qui s’affrontent. Un ouvrage récent, portant sur la Guerre froide, montre ainsi comment la figure de Shakespeare a pu faire l’objet de commémorations contrastées des deux côtés du rideau de fer35. Dans le champ de l’histoire des sciences, un exemple parmi d’autres est fourni par les commémorations qui eurent lieu en 1909 de part et d’autre de la Manche autour des figures de Darwin et de Lamarck. En juin, le Royaume-Uni célébra en grande pompe à Cambridge le centenaire de la naissance de l’auteur de L’origine des espèces et le jubilé de la parution de cette œuvre majeure36. Y furent évoquées de manière périphérique, par exemple lors du banquet du 23 juin, les « admirables spéculations théoriques de Lamarck37 ». En France, le même mois, la hiérarchie était inversée. L’anniversaire célébré était celui du centenaire de la parution de la Philosophie zoologique de Lamarck avant d’être celui de Darwin. Était inaugurée au Jardin des Plantes à Paris une statue du savant français, financée par souscription. Les discours prononcés à cette occasion insistaient sur la priorité scientifique du véritable fondateur de la doctrine de l’évolution, dont Darwin n’était qu’un simple héritier38. Les commémorations au xixe siècle de Lavoisier et de Newton, instaurés en fondateurs de la modernité scientifique en France et en Angleterre, seraient un autre exemple39. Le cas Ameghino s’inscrit de même manière dans une concurrence commémorative, scientifique et politique, entre l’Est et l’Ouest, opposant à la figure de Darwin celle de Lyssenko et plus encore celle de l’agronome Ivan Mitchourine, érigé en leader d’une théorie proprement soviétique de l’évolution et d’une science biologique mise au service de la productivité nationale40.

  • 41 Ory, 1992.
  • 42 Par exemple, Lavabre, 1991 ; Rousso, 2001.
  • 43 McDowell et Braniff, 2014.

15Insistant moins sur les guerres de mémoire, d’autres travaux récents interrogent la place qu’occupent les commémorations dans les processus de réconciliation. Ils en décrivent l’importance dans les dispositifs politiques d’apaisement des conflits et de pacification des esprits. Les jubilés successifs de la Révolution depuis 1889 ont ainsi cherché à réconcilier 1789 et 1792, voire à neutraliser la portée insurrectionnelle du 14 juillet 1789 par le souvenir pacifié de la fête de la Fédération du 14 juillet 179041, tandis que les commémorations de la Seconde Guerre mondiale en France ont longtemps eu largement pour fonction « d’oublier Vichy »42. Ces processus collectifs de l’oubli ne vont pas toutefois sans des formes de résistances et de tensions ainsi qu’y insiste une étude récente consacrée aux processus de réconciliation de la seconde moitié du xxe siècle43.

  • 44 Schauder, 2017.
  • 45 Gérald Bronner et Étienne Géhin, Le danger sociologique, Paris, PUF, 2017.
  • 46 « Durkheim à Bordeaux », Le Monde, 27 novembre 1987.
  • 47 Coulmont, 2017.
  • 48 Rol (dir.), 2017.
  • 49 Cuin et Hervouet (dir.), 2018.
  • 50 « Mise en ligne des interventions du colloque “La fin de vie de Durkheim” (15/11/2017) », Cerlis : (...)

16Le centenaire de la mort d’Émile Durkheim, en 2017, illustre de manière intéressante la dialectique de la mémoire et de l’oubli, dans toute sa complexité et dans ses diverses dimensions. Alors même que la date était mentionnée dans le volume des commémorations nationales, l’anniversaire de la disparition de ce sociologue, dreyfusard et ami de Jaurès, ne donna lieu à aucune commémoration hors du monde académique. Ainsi le déplorait, dans une chronique en ligne du Monde Campus, le philosophe Thomas Schauder, attribuant cet oubli ou ce silence à la critique portée dans le monde des politiques et des médias contre la sociologie en général et plus encore contre une conception « holiste » attribuée à Durkheim. Cette sociologie était accusée de privilégier les déterminants sociaux au détriment des responsabilités individuelles et d’alimenter une « culture de l’excuse44 ». « L’oubli » politique de Durkheim était ainsi lu comme le symptôme d’une forte critique de la sociologie, venue principalement du monde politique, et relayée par les médias généralistes. Cette discipline était accusée de favoriser le relativisme moral et de promouvoir la déresponsabilisation des individus, accusations dont faisaient état pour les analyser et y répondre, Gérald Bronner et Étienne Géhin dans un ouvrage polémique intitulé Le danger sociologique45. De fait, les grands médias ne consacrèrent pas de dossier au sociologue, et Le Monde, qui s’était fait l’écho de commémorations antérieures, telle une exposition organisée à Bordeaux pour le centenaire de ses premiers cours dans cette ville46, resta presque muet, si l’on excepte la chronique numérique de Schauder et une courte notice du sociologue Baptiste Coulmont qui soulignait à quel point était exigeante la lecture d’une œuvre qui contraignait le sociologue contemporain à faire un pas de côté, sans mentionner les commémorations de 201747. Celles-ci prirent des formes exclusivement universitaires, confidentielles et peu ritualisées : colloques, dossiers spéciaux dans des revues nationales et internationales (parmi d’autres, la Revue européenne des sciences sociales48), et publications, tel Durkheim aujourd’hui, ouvrage issu d’un colloque international tenu à Bordeaux du 1er au 3 juin 201749. À Paris, l’Université Paris Descartes, sous l’égide du Centre de recherche sur les liens sociaux (Cerlis), organisa toutefois un hommage à la tonalité moins académique, ouvert par le président de l’Université et le doyen de la Faculté des sciences humaines et sociales, sans présence politique. Il était – ironie ou premier degré ? – intitulé « La fin de vie de Durkheim », et se centrait sur la dernière période de la carrière du sociologue. Cette rencontre académique est présentée par François de Singly comme une introduction à la pose d’un buste de « celui qui est considéré comme le fondateur de la sociologie scientifique » dans la Bibliothèque universitaire des sciences humaines et sociales du Centre universitaire des Saints-Pères, en présence de membres de la famille50. Ce buste est celui que les collaborateurs de L’Année sociologique avaient offert au maître en 1913, lors d’une cérémonie célébrant ses 55 ans et ses 25 ans d’activité dans l’enseignement supérieur. Installé dans l’appartement de Durkheim, ce buste avait disparu avant de réapparaître sur le marché de l’art et d’être donné à l’Université Paris-Descartes. Mathieu Béra, de l’Université de Bordeaux, consacrait sa communication à l’histoire de ce buste oublié puis réapparu.

  • 51 Singly, 2018.
  • 52 Cazeneuve, 1960.

17Le destin de ce portrait sculpté semble faire écho à la destinée de son modèle, aux contestations et aux oublis dont il a été l’objet depuis 1945. Dans le compte rendu du colloque qu’il donna au Bulletin d’histoire de la sociologie, François de Singly rappelle ainsi que le centenaire de la naissance de Durkheim n’avait pas été célébré en Sorbonne en 1958, et en attribue la cause à l’autorité de Jean Stoetzel. Cet introducteur en France de la psychosociologie américaine, titulaire de la première chaire française de psychologie sociale, revendiquait en effet une rupture avec le durkheimisme, inaugurant au sein de la discipline des conflits qui se sont prolongés51. De fait, l’hommage rendu en Sorbonne n’eut lieu qu’en 1960, en présence du recteur, et sous l’égide du Centre d’études sociologiques, de la Société française de philosophie et de l’Institut français de sociologie, dans une cérémonie académique réunissant des universitaires et des « amis de la sociologie », que ne présidait aucune figure politique52.

  • 53 Cuin et Hervouet, 2018.
  • 54 Publication des Œuvres de Tarde aux Empêcheurs de penser en rond à partir de 1999.
  • 55 Alliez, 2001.
  • 56 Mucchielli, 2000.

18Le livre issu du colloque international de Bordeaux révèle d’autres modalités du jeu de la mémoire et de l’oubli. Le volume fait un bilan nuancé de l’importance de l’héritage durkheimien dans différents champs des sciences sociales, mais il est précédé d’une introduction par Charles-Henry Cuin et Ronan Hervouet qui présente Durkheim comme « le fondateur de la sociologie en France » et affirme qu’on observe depuis 2010 un « retour à Durkheim ». Ce phénomène est dû principalement selon eux au bénéfice heuristique d’un retour aux écrits de ce « classique » pour mieux comprendre et agir dans le monde d’aujourd’hui. La mention d’un retour suggère en creux des éloignements et des contestations dont Cuin et Hervouet ne précisent pourtant pas la nature, de même qu’ils ne font pas allusion aux critiques extra-académiques portées contre la sociologie incarnée par Durkheim. Comme de Singly dans le compte rendu cité ci-dessus, ils présentent la sociologie (française) comme un champ désormais pacifié, caractérisé par ce « retour à Durkheim ». Celui-ci se manifesterait notamment par les rééditions, les commentaires et les commémorations multiples organisées autour du centenaire des œuvres depuis une vingtaine d’années (Règles de la méthode sociologique, 1995 ; Formes élémentaires de la vie religieuse, 2012)53. Ce tableau idéal masque que ces mêmes années ont aussi été le théâtre, sous des modalités similaires, de rééditions54, de commentaires et de mobilisation des archives, d’un « retour » à la figure concurrente, elle aussi qualifiée de fondatrice de la sociologie française, de Gabriel Tarde. La revue Multitude, en 2001, en soulignait le caractère « intempestif55 », tandis que Laurent Mucchielli analysait, dans la Revue d’histoire des sciences humaines, les ressorts de ce qu’il désignait comme une « tardomania56 ».

  • 57 Karvar, 1998, 192.

19Ainsi le centenaire de la mort de Durkheim met-il en lumière les interactions complexes de la mémoire et de l’oubli, au sein de la sociologie et hors d’elle. En 1894, le centenaire de l’École polytechnique, dont il sera question plus loin, fournit un autre exemple de stratégie commémorative destinée à faire oublier certains pans du passé57.

Histoire au second degré ou anthropologie des pratiques savantes ?

20Les caractéristiques des commémorations qui ont été décrites ci-dessus ont engendré une historiographie particulière, et les historiens des sciences qui les étudient peuvent puiser à quelques sources principales d’inspiration méthodologique.

  • 58 Nora, 1984 et 1992.
  • 59 Nora, 1978.
  • 60 Pomian, 1998.
  • 61 Nora, 1997 [1984].
  • 62 Nora, 2002.

21La première chronologiquement est celle que proposent les Lieux de mémoire, dont une partie du premier volume est consacrée aux commémorations et aux contre-mémoires. Dans deux textes qui encadrent l’entreprise58, ainsi que dans des interventions publiées dans Le Débat, Pierre Nora s’est expliqué sur la portée théorique et les enjeux méthodologiques de l’ouvrage qu’il dirigeait. Il revendiquait depuis quelques années déjà la mémoire comme objet légitime d’étude pour les historiens59, comme elle l’était pour les hommes de lettres (il citait Proust notamment), les philosophes (Bergson) et les sociologues (Halbwachs). Sa prise en compte impliquait un renversement inaugural : il s’agissait, ainsi que le souligne Krysztof Pomian, de prendre ses distances critiques face à l’histoire comme « partie de la mémoire » pour faire de la mémoire même un « objet d’histoire »60. L’entreprise était ainsi d’emblée placée sous le signe de la réflexivité. Penser les Lieux de mémoire revenait à se pencher sur l’épistémologie de l’histoire et à remettre en question l’évidence longtemps admise de sa contribution à la construction d’une mémoire et d’une identité nationales, incarnée par exemple par l’œuvre d’Ernest Lavisse61. Pour désigner la réflexivité qu’il jugeait inhérente à l’entreprise, Nora proposait l’expression d’« histoire au second degré62 ». Ainsi, entendue comme lieux de mémoire, les commémorations incitent les historiens d’une discipline savante à une analyse au second degré, portant sur les usages de l’histoire et du passé au sein du champ scientifique qu’ils étudient.

  • 63 Nora, 1984, xxv.
  • 64 Ibid., xxxiii.
  • 65 L’Année du Patrimoine fut lancée le 1er janvier 1980 par Jean-Philippe Lecat, ministre de la Cultu (...)

22Dans l’introduction aux Lieux de mémoire, Nora notait que le moment de conception de l’entreprise appelait à une telle réflexivité. Il caractérisait ce moment par un changement de régime de la mémoire collective, soulignant qu’à une « mémoire vraie », héritée, ancienne, liée à la tradition continuée, s’était substituée une mémoire « transformée par son passage en histoire »63. Cette forme nouvelle de la mémoire collective était advenue selon lui à cause des changements politiques, sociaux et économiques des années 1970, qui avaient vu définitivement disparaître le monde rural ancien, s’effacer les grandes idéologies qui avaient structuré les équilibres géopolitiques depuis cinquante ans, s’éteindre l’idéal encore porté par Charles de Gaulle d’une indépendance nationale, et émerger aux postes de décision des acteurs qui n’avaient pas vécu la Seconde Guerre mondiale. L’effacement de la mémoire vraie avait laissé place à un foisonnement de mémoires reconstruites, se déployant à des échelles autres que nationale, mémoires venues d’en bas, issues de la volonté de groupes divers, et qui ne se fondaient plus sur le sentiment de la continuité, mais au contraire sur la conscience de la discontinuité. Le passé s’y présentait comme autre, comme dépassé, et c’était le spectacle même de cette altérité qui permettait aux groupes de se définir. Il s’agissait, écrivait Nora, d’une opération de « déchiffrement de ce que nous sommes à la lumière de ce que nous ne sommes plus64 ». L’Année du Patrimoine65, en 1980, avait joué comme un révélateur de cette dispersion foisonnante de mémoires nouvelles, locales, parfois militantes, fabriquées « avec de l’histoire », souvent avec les moyens du bord. Nora expliquait ainsi que nous sommes entrés dans une ère des commémorations, à laquelle répondaient, en surplomb, et afin de tenter de l’expliquer, les Lieux de mémoire.

  • 66 Tollebeeck, 2015.

23L’ouvrage incite ainsi à se pencher sur des changements de régime de la mémoire collective, sur des temps de crise où se fait sentir le besoin de reconstruire, dans le sentiment partagé de la discontinuité, d’autres mémoires. Les commémorations scientifiques gagnent à être regardées à ce filtre. Elles relèvent assurément moins de la tradition que de sa réinvention et leur multiplication dit quelque chose des mutations théoriques, institutionnelles, pratiques qui affectent les disciplines. Dans l’article qu’il consacre aux sciences humaines, Johan Tollebeeck note ainsi l’existence d’un moment 1900 d’accroissement des pratiques commémoratives, en lien avec les changements théoriques (apparition et structuration de nouveaux champs, telle la sociologie) et institutionnels (modernisation des systèmes universitaires) de ces disciplines dans la plupart des pays occidentaux66. Silvano Montaldo souligne que les commémorations de Lombroso à Turin en 1906 interviennent à un moment où les thèses du maître font l’objet de réajustements par des disciples sensibles désormais aux contradictions internes de son anthropologie.

24Selon Nora, le caractère volontaire de ces mémoires construites avec de l’histoire avait pour corrélat que tous les lieux renvoyant au passé, matériels ou symboliques, n’étaient pas des lieux de mémoire, comme toutes les instances de la rétrospection ne constituent pas des commémorations. Afin de qualifier un lieu comme tel, il faut qu’il soit le support de pratiques liées à une volonté de mémoire. Lorsque cette volonté s’efface, le lieu de mémoire disparaît alors même que le lieu, dans sa dimension matérielle, subsiste. Les commémorations peuvent à juste titre être considérées comme des expressions de la volonté de mémoire et leur inscription dans des lieux transforme ces derniers en lieux de mémoire. Certains lieux, quant à eux, bien qu’importants dans l’histoire d’une discipline, peuvent n’être pas, ou n’être plus, des lieux de mémoire. Lascaux, évoqué, plus haut, n’est ainsi sans doute pas un lieu de mémoire pour les préhistoriens, même si le site, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, peut être considéré comme un haut lieu du patrimoine et du tourisme.

  • 67 Par exemple Gillis, 1994 ; Anderson, 1996 [1991] ; Thiesse, 1999.
  • 68 Par exemple Edwards, 2015 ; Gerson, 2003.

25Bien que prenant acte de l’émergence de mémoires multiples, non nationales, les Lieux de mémoire se centraient sur la France et s’inscrivaient dans un ensemble de travaux d’histoire culturelle du politique portant sur la construction des identités nationales67. Depuis, les travaux portant sur les commémorations politiques ont fait beaucoup varier les niveaux d’observation, qui vont de l’international au local68. De même, les historiens des sciences qui se sont emparés de la problématique des lieux insistent sur l’impératif de « faire varier les échelles » ou de choisir une focale qui rapproche parfois l’étude des lieux en histoire des sciences de la microhistoire.

  • 69 Jacob (dir.), 2011.
  • 70 Jacob, 2014.
  • 71 Ibid., 62.
  • 72 Par exemple Mémoires comparées : lieux, commémoration, patrimoines, Le Débat, 78, janvier-février  (...)

26Telle est la position de Christian Jacob, promoteur, un quart de siècle après Nora, de l’entreprise inachevée à ce jour des Lieux de savoir69. Dans un chapitre comparant ces lieux aux lieux de mémoire, Jacob met tout particulièrement en avant que la « variété des échelles » est ce qui caractérise les premiers, depuis l’analyse à échelle micro d’une table de travail ou d’un geste, jusqu’à l’échelle globalisée des métropoles et des réseaux70. Il souligne également la dimension comparatiste de l’entreprise71, là où des débats s’étaient élevés pour savoir si la démarche des auteurs rassemblés par Nora pouvait s’appliquer à d’autres nations72. Mais la distinction principale entre les deux ouvrages porte, selon Jacob, sur la perspective historiographique. Il laisse pour partie de côté la dimension réflexive d’une histoire au second degré à laquelle aspirait Nora au profit d’une anthropologie des pratiques savantes. Contrairement aux Lieux de mémoire, qui consacrent une partie aux commémorations, aucune des études rassemblées dans les Lieux de savoir ne porte sur cet objet.

  • 73 Abir-Am, 1992.
  • 74 Voir Latour et Woolgar, 1979 ; Latour, 1987.
  • 75 Abir-Am, 1992, 324.

27Antérieure à celle de Christian Jacob, l’entreprise de Pnina Abir-Am porte spécifiquement sur les commémorations scientifiques. Dans un article de 1992, elle s’appuie sur son expérience personnelle pour définir une « ethnographie historique ». Elle l’illustre par l’analyse de la commémoration, à Cambridge (Grande-Bretagne) en 1984, du cinquantenaire de la première photographie des protéines grâce aux rayons X73. Elle met en exergue sa position d’observatrice participante : elle explique comment, arrivée à Cambridge comme post-doctorante, elle trouva sur place une source d’inspiration dans une anecdote locale selon laquelle Claude Lévi-Strauss aurait suggéré qu’au lieu d’écrire Le Rameau d’or, James Frazer eût mieux fait d’écrire l’ethnographie d’un collège de Cambridge, en particulier du sien (Trinity College). Le projet d’ethnographie historique d’Abir-Am se réfère principalement aux travaux de Bruno Latour sur la construction sociale des faits scientifiques74 et à ceux d’anthropologues ayant inspiré les historiens et philosophes des sciences, comme Mary Douglas et Clifford Geertz. Elle part du constat que les commémorations n’ont pas encore été étudiées comme des « événements performatifs », autrement dit comme des événements dans lesquels s’opère la construction d’une mémoire collective qui transforme les sciences. L’étude de cette construction « en acte » est l’objet propre de son projet, qui se différencie selon elle, des études historiques ayant porté jusqu’à présent sur la mémoire collective déjà construite. Dans l’article de 1992, elle se demande comment la commémoration de 1984 a atteint une efficacité performative suffisante pour transformer un non-événement – à savoir la publication en 1934, dans la revue Nature, d’une photographie accompagnée d’une brève annonce – en un moment fondateur de la biologie moléculaire. Abir-Am estime nécessaire d’adopter la position d’un ethnographe qui recueille des informations sur les stratégies de mise en œuvre de codes et de rites claniques. Son objectif est de mettre en lumière la manière dont le « théâtre social » de la commémoration permet à une communauté scientifique de concilier le relativisme inhérent à la célébration de théories anciennes, nécessairement dépassées, et la conviction que la théorie actuelle atteint la vérité absolue75.

  • 76 Abir-Am, 1998 et 1999.
  • 77 Pestre, 1995.

28Autour de ce projet, elle a entrepris de fédérer des historiens des sciences, des ethnographes et des scientifiques afin d’étudier dans une perspective comparatiste les commémorations dans différentes disciplines, différents pays et différentes périodes. Ce projet a débouché sur deux publications qui nous ont fourni une partie des exemples évoqués dans cette introduction76. Toutefois, même si quelques-uns des contributeurs à ces deux ouvrages ont assisté de près ou de loin aux commémorations qu’ils relatent, et par conséquent ont été en mesure d’adopter la méthode d’observation participante, ce n’est pas le cas de la grande majorité d’entre eux. Et il semble qu’à la suite de ces publications, l’ethnologie historique n’ait pas plus avant revendiqué sa spécificité et qu’elle ait été considérée comme une des nombreuses variantes de l’histoire sociale et culturelle des sciences qui se développait depuis le milieu des années 198077.

Une typologie des commémorations scientifiques est-elle possible ?

  • 78 Abir-Am, 1999.

29Abir-Am classe les commémorations scientifiques en trois catégories : celles qui ont pour objectif d’honorer un savant, celles qui célèbrent la fondation d’une institution et enfin celles qui marquent l’anniversaire d’une découverte ou de la naissance d’une discipline78. Cette classification en fonction de la « chose » commémorée a quelques limites, notamment parce que les catégories qu’elle permet de distinguer ne sont pas mutuellement exclusives : il est possible, en effet, de commémorer à la fois la création d’une institution et celui qui l’a fondée ou qui s’y est illustré comme le montre l’exemple de l’hôpital de la Salpêtrière et de Jean-Martin Charcot dont il sera question plus loin. Passer par cette typologie permet néanmoins de mieux mettre en lumière certains traits saillants des commémorations et de pousser plus avant la réflexion méthodologique.

  • 79 Par exemple, Gaehtgens et Wedekind, 2009.
  • 80 Au point que, dans la société linnéenne de Bordeaux, le nombre des membres était limité à 24 (car (...)
  • 81 Matagne, 1999.

30Beaucoup de commémorations savantes relèvent du culte moderne des grands hommes79, comme l’illustrent les articles de Jean-Christophe Coffin, Irina Podgorny et Silvano Montaldo. Elles marquent la plupart du temps le centenaire de la naissance ou de la mort de celui qui est célébré. Mais toutes les décennies à partir de 50 ans après sa mort peuvent permettre une commémoration comme l’indique la commémoration des 120 ans de la mort de Charcot. Ainsi que l’a montré l’exemple de Durkheim, dans la décision d’organiser (ou non) la commémoration d’un grand homme, les enjeux implicites ou explicites peuvent être internes ou externes à une communauté scientifique. Le « culte de Linné » nous fournit un autre exemple. Pascal Duris montre comment, dès la fin du xviiie siècle, en France, le suédois Linné est l’objet d’un « culte ostentatoire » célébré régulièrement lors de « fêtes linnéennes », culte qui imprègne les nombreuses sociétés linnéennes françaises80. L’objectif scientifique de ces commémorations était de défendre la classification linnéenne et de contester, au sein de la botanique, la méthode « naturelle » proposée par Antoine-Laurent de Jussieu. Des enjeux plus externes présidaient aussi à ces commémorations, car les sociétés linnéennes promouvaient une botanique ouverte aux amateurs, capables sans connaissances techniques approfondies de réaliser des opérations de taxinomie, contre une botanique réservée aux spécialistes et aux professionnels travaillant dans les grandes institutions savantes, notamment au Muséum national d’histoire naturelle81.

  • 82 Subsidiary event, Hoffmann, 1999, 141.

31La plupart des études de cas publiées sous la direction de Pnina Abir-Am montrent que la commémoration des grands hommes a très souvent une dimension politique ou nationaliste. Un remarquable exemple, étudié par Dieter Hoffman (1999), est celui de la difficile organisation de la commémoration, à Berlin, du centenaire de la naissance de Max Planck, en 1958. L’initiateur du projet, Max von Laue, était un brillant élève de Planck, qui résidait à Berlin Ouest, et œuvrait au maintien des contacts entre les scientifiques d’Allemagne de l’Ouest et d’Allemagne de l’Est. Il proposa donc à ses collègues de Berlin Est d’organiser une commémoration commune. Rappelons qu’en 1958 le mur de Berlin n’avait pas encore été construit. Mais, à l’Est, le Comité central du Parti socialiste unifié d’Allemagne voulait que l’essentiel de la commémoration ait lieu à Berlin Est et qu’il ne se passe à Berlin Ouest qu’un « événement subsidiaire82 ». Il voulait également et surtout politiser la célébration, et en faire une occasion d’accroître le prestige international de la science est-allemande, ce que voyant, les physiciens de l’Ouest insistèrent sur le caractère exclusivement scientifique qu’ils souhaitaient donner à l’événement, espérant par-là reconstruire au moins une unité entre les physiciens des deux Allemagne. Finalement des cérémonies imposantes eurent lieu tant à l’Est qu’à l’Ouest. Et à la grande surprise des savants de la RFA qui n’en avaient pas été prévenus, des hommes politiques éminents de la RDA, tels Walter Ulbricht et le premier ministre Otto Grotewohl, assistèrent à la cérémonie à Berlin Est. Le lendemain à Berlin Ouest, en revanche, même si la manifestation se déroula au Palais des Congrès, un lieu politiquement hautement symbolique de l’amitié germano-américaine, l’auditoire était presque exclusivement composé de scientifiques. Selon Hoffman, l’héritage de ce centenaire est plutôt positif car il donna aux savants des deux bords l’espoir de continuer à collaborer en dépit de la guerre froide.

  • 83 … in chains and prostrate under the evil power of the Nazi conquest, Gingerich, 1999, 48.

32Un autre exemple, où la revendication nationaliste est plus clairement mise en avant, est celui d’une des nombreuses commémorations de Copernic, dont la nationalité a longtemps fait l’objet d’une controverse entre la Pologne et l’Allemagne. En 1943, le quatrième centenaire de sa mort ne fut évidemment pas célébré dans la Pologne occupée par les nazis. La commémoration fut organisée à New York par le directeur d’une fondation polonaise, qui, avec le soutien des Américains, s’employa à lui donner le plus grand retentissement possible. Il y eut de nombreuses conférences dans les collèges et universités américaines (pour l’anecdote, Alexandre Koyré en donna une à l’université du Wisconsin). L’événement le plus retentissant fut un impressionnant gala à Carnegie Hall. On y lut un message du président Franklin D. Roosevelt, qui rappelait que la Pologne, patrie de Copernic, était « dans les chaînes et accablée par la puissance malfaisante de la conquête nazie83 ». Einstein y reçut une distinction copernicienne, des musiciens célèbres s’y produisirent et les médias répercutèrent largement l’événement.

  • 84 Harvey, 1999.

33En France, les commémorations de scientifiques furent souvent l’occasion de glorifier à la fois la nation et la politique républicaine. Célébré à la Sorbonne en 1930, le centenaire de la naissance de Clémence Royer, anthropologue et économiste, connue pour avoir été la première traductrice de L’origine des espèces, en fournit un bon exemple84. Il fut organisé par Marguerite Durand et plusieurs organisations féministes. Le comité d’honneur comptait Raymond Poincaré et Paul Doumer parmi ses membres. Paul Painlevé, Paul Langevin et d’autres savants prononcèrent une allocution. Selon Joy Harvey, les présents et intervenants avaient tous une bonne raison de participer à cette cérémonie. Poincaré, qui avait quitté depuis peu ses fonctions de président du Conseil, voulait réaffirmer son soutien au vote des femmes, revendiqué par les féministes. Le préhistorien Adrien de Mortillet saisit cette occasion pour rappeler que Royer avait été membre, avec son père, le célèbre préhistorien Gabriel de Mortillet, de la Société d’anthropologie de Paris et qu’elle avait participé avec lui à la lutte contre le cléricalisme en France. Le physicien Paul Langevin, qui venait de fonder l’Union rationaliste, fit une allocution dans laquelle il mit en avant le rationalisme de Clémence Royer, ses travaux scientifiques et sa célèbre traduction de Darwin. La plupart des intervenants avaient ainsi leurs propres raisons d’invoquer les travaux et les combats de Royer en les mettant en relation avec les luttes anticléricales et républicaines du moment.

  • 85 Barberis, 1999, 112.
  • 86 Notamment les recherches de Léon Chertok sur l’hypnose et d’Elisabeth Roudinesco sur l’histoire de (...)
  • 87 Barberis, 1999.

34Comme le suggère le cas de Darwin au Japon évoqué précédemment, la succession dans le temps des célébrations des grands hommes met en lumière que les commémorations en construisent des images qui changent en fonction du contexte. Des célébrations de Jean-Martin Charcot en fournissent un autre exemple. La Société de neurologie de Paris célébra en 1925 le centenaire de la naissance de Charcot, en même temps que les 25 ans de sa propre création. Les cérémonies furent impressionnantes. Il y en eut notamment une à la Sorbonne en présence du Président de la République, Gaston Doumergue, et du ministre de l’Éducation. Charcot fut désigné comme le père de la neurologie et comme une gloire nationale ayant contribué au rayonnement de la science française, ce qui permettait de mettre en avant le retour de la France sur la scène internationale après la Grande Guerre. Tous les aspects de sa vie et de ses travaux qui auraient pu ternir son image furent soigneusement élidés. Ainsi, le neurologue Pierre Marie, élève de Charcot qui, depuis 1918, occupait la chaire de clinique neurologique de la Salpêtrière initialement créée pour le Maître, qualifia les travaux de Charcot sur l’hystérie de « légère défaillance » et mit en avant ses travaux en anatomie pathologique et en neurologie, son remarquable sens clinique et son rayonnement international85. En résumé Charcot fut présenté comme un père fondateur de la neurologie et comme une icône nationale. En 1993, c’est la mort de Charcot qui fut commémorée par la Société française de neurologie qui organisa des « Journées internationales » placées sous le patronage du Président de la République et de diverses autorités. Il n’y eut pas de cérémonie similaire à celle qui avait eu lieu en Sorbonne en 1925, destinée exclusivement à glorifier la personne de Charcot. En effet, certains aspects de son œuvre, réactualisés par diverses études – en particulier ses travaux sur l’hypnose et sur l’hystérie86 – suscitaient la réprobation au sein de la Société de neurologie organisatrice qui ne pouvait pourtant plus en occulter l’existence. Une journée fut néanmoins consacrée à « Charcot en son temps » et certaines des communications visèrent de fait à réhabiliter les travaux de Charcot sur l’hystérie. Par ailleurs d’autres communications portaient sur d’autres sujets que ses travaux de neurologue et certaines étaient relatives à ses prises de position dans la sphère publique87. On pourrait dire que Charcot était humanisé et descendu de son piédestal. La belle unanimité de 1925 n’était manifestement plus de mise.

  • 88 Trois communications furent données dans cette table ronde : celle de Marcel Gauchet, tout d’abord (...)
  • 89 Le DSM, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (en français, « Manuel diagnostique (...)
  • 90 Meyer (dir), 2005.

35On peut comparer ces deux commémorations avec une troisième. Elle se tint en 2013 et était censée, selon les organisateurs, fêter les 400 ans de la Salpêtrière et les 120 ans de la mort de Charcot. Elle se limita à un colloque international, intitulé La Salpêtrière, un théâtre de l’hystérie. D’une scène à l’autre : Charcot, Freud, Lacan, qui fut organisé par L’Association Psychanalyse et Médecine et l’Université Paris 13, en partenariat avec deux universités brésiliennes. Presque toutes les communications, y compris celles d’une table ronde intitulée « De l’hospice à l’hôpital : Charcot et l’École de la Salpêtrière », portèrent sur l’hystérie et/ou sur la psychanalyse et de Charcot ou de la Salpêtrière il ne fut en réalité que très peu question88. Il y eut malgré tout deux performances théâtrales mettant en scène Charcot et ses hystériques. L’argumentaire de présentation du colloque indique clairement quels en étaient les enjeux. On y lit que « De nos jours, la nomenclature du DSM89 veut évacuer tant la parole du Sujet que la structure, au profit d’un catalogue de troubles “somatoformes”, volontairement désubjectivés : point de mal de vivre, de maladie d’amour, d’angoisse, de conflit, de culpabilité, de castration, comme destins de la condition humaine ». Ces formulations montrent que la commémoration de Charcot et de la Salpêtrière était un prétexte pour défendre la psychanalyse, en particulier dans sa version lacanienne, dans une période où sa mort prochaine était régulièrement annoncée dans les médias et où elle était violemment attaquée, en particulier par les tenants des thérapies cognitivo-comportementales90. La figure très respectable du « grand Charcot » permettait de rappeler que Freud avait suivi ses leçons à la Salpêtrière en 1885 et de réactiver le récit canonique de la genèse de la psychanalyse. Ces commémorations successives montrent que Charcot peut être accommodé à plusieurs sauces et que ses travaux sur l’hystérie, prudemment passés sous silence en 1925, sont réintroduits volens nolens en 1993, puis mis au premier plan en 2013.

  • 91 Rey, 1998.
  • 92 Ibid., 19.

36Les commémorations de savants, à l’état de projet ou déjà organisées, peuvent susciter des désaccords plus manifestes et des protestations plus véhémentes, voire des contre-commémorations ou des contre-cultes. Le projet de commémoration du bicentenaire de la naissance de Diderot, en 1913, par exemple, fit l’objet d’un projet de loi qui suscita de fortes résistances et jamais n’aboutit. Néanmoins, une cérémonie fut organisée dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, en présence du Président de la République, Raymond Poincaré, du président du Conseil et des présidents des deux chambres91. Diderot y fut salué comme celui qui avait préparé la Révolution française en dirigeant et menant à son terme le projet de l’Encyclopédie. Cette commémoration suscita une violente controverse, entre les Républicains et leurs adversaires, autour de la personne du philosophe, dans un contexte qui n’était pas encore très éloigné de l’affaire Dreyfus et de la loi de séparation des Églises et de l’État, comme le fait observer Roselyne Rey92.

  • 93 Sinding, 1998b.
  • 94 Perrey, 2005, 350.
  • 95 Sinding, 1998b, 305 et 307.
  • 96 Ibid., 308

37Un exemple plus complexe parce que paradoxal est fourni par l’année Pasteur, déclarée en 1995 par l’Unesco à l’occasion du centenaire de sa mort93. Elle fut célébrée dans le monde entier et la dévotion s’exprima parfois sans litote : ainsi, à l’institut Pasteur d’Ho Chi Minh-Ville, des tableaux peints pour l’occasion représentèrent « un Louis Pasteur incarnant Dieu tendant à Adam et Ève le fruit de l’arbre de la connaissance ou un Louis Pasteur en bodhisattva avec en toile de fond, la tour Eiffel94 ». En France, où Pasteur a été l’objet d’un véritable culte républicain qui débuta de son vivant, la tonalité de la commémoration fut autre. L’Institut Pasteur confia en effet à Bruno Latour la rédaction de l’ouvrage qui fut publié sous son égide. Celui-ci était pourtant à l’origine d’une histoire iconoclaste. Paru en 1984, Les microbes. Guerre et paix se centrait sur la personnalité de Pasteur et sur les stratégies des pasteuriens pour montrer la science « telle qu’elle se fait », dans ses choix, ses négociations et ses compromis. Cet ouvrage d’étude sociale des sciences décrivait un Pasteur réhumanisé avec ses qualités et ses défauts, replacé dans son contexte, qui s’opposait au saint laïc des hagiographies. Dans l’ouvrage du centenaire, Latour se défendit de vouloir déboulonner la statue et affirma vouloir la contourner. Il mit en avant, pour le dire vite, les stratégies et les discours de Pasteur, ainsi que sa capacité à se faire des alliés, plutôt que les théories et les concepts. Christiane Sinding fait l’hypothèse qu’à un moment où la lutte contre les virus marquait le pas, notamment avec le développement du Sida et le retour de certaines maladies infectieuses que l’on croyait vaincues, la direction de l’Institut Pasteur souhaitait éviter de publier une hagiographie « à l’ancienne ». Mais, de fait, ajoute-t-elle, ce texte constitue un « hommage appuyé » à Pasteur : « Latour est bien un hagiographe quoique d’une nouvelle sorte »95. Paradoxalement l’Institut Pasteur de Paris, haut lieu du culte pasteurien, a contribué à faire émerger une nouvelle image de Pasteur, plus en phase avec l’institution et la conjoncture. Sinding qualifie ce processus de contre-culte et souligne la dimension éthique des entreprises commémoratives qui visent à déconstruire les mythes et à s’intéresser aux questions occultées, car ce qui est en jeu touche à la conception même des sciences96.

38Comme l’illustre tout particulièrement l’article de Winfried Müller, les institutions – grandes écoles, universités ou instituts – ont vocation à célébrer leur fondation à l’occasion, en général, de leur premier centenaire ou des suivants. La décision de commémorer et les modalités de la commémoration sont la plupart du temps déterminées par les enjeux du moment, notamment s’ils sont relatifs au prestige, voire à la survie même de l’institution.

Fig. 1 – Edmond Louis Dupain, Apothéose

Fig. 1 – Edmond Louis Dupain, Apothéose

Remise du Livre d’Or au président Carnot en mai 1894 à l’occasion du centenaire de l’École polytechnique.

Cliché École polytechnique/J. Barande

  • 97 Karvar, 1998.

39La commémoration, en 1894, du premier centenaire de l’École polytechnique, en fournit un bon exemple. Elle se déroula dans un contexte où la défaite de 1870 était attribuée pour partie aux carences de la science française, et où on en tenait l’École pour plus particulièrement responsable en raison des insuffisances de la formation qu’elle dispensait. De plus, elle semblait affectée d’une sclérose d’autant plus inquiétante que trois autres institutions prestigieuses étaient en mesure d’assurer les mêmes formations : l’École centrale celle des ingénieurs, l’École navale celle des officiers de marine et l’École normale supérieure, alors en pleine ascension, celle des savants, comme l’écrivait le commandant de Polytechnique dans un rapport de 1889. La commémoration fut grandiose. La pièce maîtresse en fut l’écriture d’un monumental Livre du centenaire (3 vol., 1894-1897), conçu pour faire pièce à L’Histoire de l’École polytechnique, ouvrage d’un jeune polytechnicien, Gaston Pinet, paru en 1888 et auquel les organisateurs reprochaient de trop mettre en avant la participation politique des polytechniciens aux mouvements révolutionnaires du xixe siècle. Le Livre du centenaire fut conçu comme un monument à la gloire scientifique et militaire des polytechniciens. Le genre biographique y fut privilégié et il fut intégralement rédigé par des polytechniciens. Un autre « monuments aux morts » fut un gigantesque tableau intitulé Apothéose, peint par Edmond Louis Dupain (1847-1933), maître de dessin de l’École. Il représente les pères fondateurs et les morts célèbres de l’institution, mêlés aux professeurs vivants. À droite du tableau, le Président de la République Sadi Carnot reçoit le Livre du centenaire. En haut, des figures féminines allégoriques et dénudées tendent des couronnes au-dessus de l’assemblée. Une médaille fut également frappée pour l’occasion et un annuaire de tous les anciens élèves ainsi qu’un Argot de l’X furent publiés. Les nombreuses festivités furent organisées uniquement par des polytechniciens et tout fut fait pour mettre en scène l’identité et l’unité du groupe. Si ce centenaire peut être considéré comme l’acte fondateur de la communauté polytechnicienne, il profita d’une très brève période de relatif apaisement durant laquelle la France était gouvernée par des ministres modérés et d’un contexte de réconciliation de l’Église et de l’État. Peu après, l’assassinat de Sadi Carnot et l’affaire Dreyfus, polytechnicien lui aussi, vinrent fissurer l’unité affichée97.

  • 98 Belhoste, 1994.
  • 99 La Jaune et la Rouge, revue de l’association des anciens élèves de l’École polytechnique, a consac (...)
  • 100 Ibid., 5.

40La fondation de l’École polytechnique a été de nouveau célébrée en 199498. Les manifestations, qui furent au moins aussi nombreuses et variées que celles du centenaire, durèrent jusqu’en mai 199599. À l’inverse du centenaire, le bicentenaire ne fut pas centré sur le passé mais sur les projets pour le futur : des expositions « Actions pour demain », une série de colloques « Réflexions pour demain » et un colloque de synthèse intitulé « Du siècle des Lumières au xxie siècle : progrès et ruptures, quels futurs possibles ». La glorification du passé, centrale dans la commémoration du premier centenaire lorsque l’institution se sentait menacée, ne le fut plus dans le second, bien au contraire : les perspectives d’avenir furent privilégiées pour faire connaître les nouvelles orientations de l’École, notamment « le développement de la formation par la recherche et l’ouverture internationale100 ».

  • 101 Belhoste, 1994, 129.

41L’organisation du bicentenaire fut assurée par l’institution, mais elle en confia la « partie historique » à une équipe d’historiens. Ils se chargèrent de plusieurs manifestations, par exemple d’un colloque international intitulé L’École polytechnique, les polytechniciens et la société française et d’une exposition sur Le Paris des polytechniciens. Ils constituèrent également une base de données sur les anciens élèves de l’École. Bruno Belhoste, membre de l’équipe des historiens, reconnaît qu’ils eurent la plus grande liberté dans leur organisation et ne subirent aucune pression ; il nuance néanmoins son propos en constatant qu’il leur fut assez difficile de conserver leur autonomie intellectuelle et de faire abstraction des réactions réelles ou supposées du commanditaire : le résultat fut une histoire critique mais qui n’échappa pas complètement « aux biais des discours de célébration101 ». Cette constatation nuancée vient enrichir les réflexions plus générales, évoquées plus haut, qui sont suscitées par les usages publics de l’histoire et par le rôle que les historiens doivent ou non y jouer.

  • 102 Verger, 1994, § 2 de la version électronique.
  • 103 Charle, 1995, 194.
  • 104 Perrot, 1895.

42On peut comparer le centenaire et le bicentenaire de Polytechnique à ceux de l’École normale supérieure, autre grande école fondée durant la Révolution française. La première École normale fut créée en 1794, mais n’ouvrit ses portes qu’au début de 1795102 et ne vécut que quelques semaines. Un décret impérial en 1808103 la refonda et ce « pensionnat normal » n’ouvrit ses portes qu’en 1810. Toutefois, le premier centenaire fut célébré en 1895. L’helléniste Georges Perrot, alors directeur de l’École, s’en explique dans sa présentation de l’ouvrage intitulé Le centenaire de l’École normale. 1795-1895, publié à cette occasion : s’il convient qu’en choisissant cette date, l’École a imité d’autres grandes écoles mieux fondées qu’elle à se réclamer de la Convention nationale, il affirme que ce choix a surtout été déterminé par l’innovation que constitue l’idée d’Éducation nationale issue de la Révolution française104. Tout l’ouvrage de 1895 est sous-tendu par une survalorisation des origines révolutionnaires. D’ailleurs la partie historiographique de l’ouvrage passe quasiment sous silence la période de 1810 à 1830 et trace un tableau très noir du Second Empire pour exalter la montée en puissance de l’École après 1870.

  • 105 Ibid, § 75 de la version électronique.

43Il n’est pas exclu, en dépit des dénégations de Perrot, que l’École n’ait pas voulu laisser Polytechnique occuper seule le terrain des célébrations, en un moment où, sous l’égide de directeurs comme Pasteur, la réputation de sa section scientifique, longtemps occultée par celle de sa section littéraire, était en train de croître. Le chapitre « Enseignement » du livre du centenaire contient ainsi neuf notices consacrées aux sciences contre seulement six aux lettres. Il y eut aussi des festivités, lesquelles, semble-il, n’atteignirent point tout à fait au faste de celles de l’École polytechnique, mais malgré tout ne passèrent pas inaperçues. Les élèves, qui organisaient régulièrement des spectacles de chansons satiriques dans lesquelles s’exprimait « l’esprit normalien », organisèrent une grande revue. Il y eut également, dans les jardins de l’École, un banquet placé sous la présidence de Raymond Poincaré, alors ministre de l’Instruction publique et, dans les grands salons de la Sorbonne, un bal, en présence du Président de la République Félix Faure et de très nombreuses personnalités105.

44Le livre du centenaire était presque exclusivement consacré à l’École de la rue d’Ulm et ne mentionnait que très rapidement le reste de l’Université. Peut-être faut-il y voir une manifestation de la crainte suscitée par la réforme de l’enseignement supérieur qui était en préparation et aboutit, en 1896, à la loi Liard et, en 1903, à la réforme de l’École, qui l’intégra à l’Université de Paris. L’École craignait de perdre sa spécificité et son autonomie. Il se peut que, comme pour Polytechnique, une des principales fonctions du centenaire de l’École ait été de redorer son blason, mais en mettant en avant moins ses succès et ses grands hommes que ce qui la rendait unique, à savoir un certain esprit normalien associé à l’érudition et à l’esprit scientifique.

  • 106 Belhoste, 1996.
  • 107 Il y en eut dix (Viallaneix, 1995a, 269).
  • 108 Voir Viallaneix, 1995b.
  • 109 Charle, 1995.

45La célébration du bicentenaire commença en 1994, et ses organisateurs reprirent à leur compte la fiction de la fondation de l’École par la Révolution plutôt que par le Premier Empire106. À cette occasion le livre du centenaire fut réédité et un livre du bicentenaire, dirigé par Jean-François Sirinelli, fut publié. Les manifestations furent nombreuses et durèrent d’avril 1994 à fin janvier 1995 en France, et à fin 1996 pour celles, nombreuses elles aussi, qui eurent lieu à l’étranger107. Un colloque du bicentenaire, intitulé L’apprentissage du savoir vivant : fonction des grands collèges européens108, se tint à l’Assemblée nationale. Il était, comme bon nombre des manifestations organisées pour l’occasion, résolument tourné vers l’avenir, l’Europe et le rayonnement international de l’École ; en témoignent également des tables rondes organisées à Oxford et à Pise, un colloque sur l’École et l’Allemagne, une manifestation – commune avec l’École polytechnique – à Montréal, et une célébration à l’Unesco. Une exposition historique se tint aux Archives nationales. Dans cette exposition, comme dans le livre du bicentenaire, le xixe siècle était en large part laissé de côté ; l’apport, dans l’entre-deux-guerres, des scientifiques formés à l’école était mis en avant et une importante partie était consacrée au temps présent109.

46La comparaison des commémorations des deux écoles Polytechnique et Normale supérieure permet de mettre en évidence des différences et des similitudes entre les stratégies des deux institutions. Lors de leur premier centenaire toutes deux étaient sur la défensive, bien que pour des raisons différentes, et leur stratégie fut adaptée à ces menaces : la première choisit de glorifier son passé et la seconde de mettre en avant son originalité. En revanche, il semble qu’au moment de leur bicentenaire, les deux Écoles se sentant bien installées dans le paysage scientifique et intellectuel français, le passé pouvait être mobilisé avec davantage de recul. C’est aussi probablement pourquoi toutes deux choisirent d’organiser un bicentenaire tourné vers l’avenir et mettant en exergue leur rayonnement international, d’autant qu’en 1995 la France présidait le Conseil de l’Union européenne et que les accords de Schengen, abolissant les frontières au sein de l’Europe, entrèrent en vigueur.

47Tout comme celles des grands savants, les commémorations d’institutions peuvent faire l’objet de contre-commémorations, ou de contre-jubilés. L’article de Winfried Müller nous en fournit quelques exemples comme celui de la célébration du jubilé de l’université de Tübingen (en 1977), durant laquelle des étudiants et de jeunes chercheurs organisèrent, entre autres, une contre-exposition assortie d’un cahier noir conçu comme une critique du catalogue de l’exposition officielle. Ou encore celui de l’université de Vienne, en 2015, où les personnels en contrat à durée déterminée distribuèrent, parallèlement à la cérémonie officielle, une « soupe à la précarité », afin de signifier qu’une partie des sommes engagées pour les festivités aurait pu servir à la création de postes permanents. Selon l’auteur, cette culture du contre-jubilé s’est développée surtout depuis la Seconde Guerre mondiale, dans la continuité de l’histoire chaotique de la première moitié du xxe siècle, et tout particulièrement depuis 1967.

  • 110 Abir-Am, 1998, 5.

48Les commémorations de découvertes ou de la naissance d’une discipline semblent comparativement moins fréquentes. Il est rare que ce type de commémoration ne relève pas aussi d’une des catégories précédentes, c’est-à-dire que soit commémorée seulement une découverte ou la naissance d’une discipline et non, en même temps, le ou les grands hommes auxquels on les attribue. Deux exemples ont déjà été évoqués : Pnina Abir-Am étudie la manière dont une photographie de 1934 révélant la structure moléculaire des protéines est célébrée en 1984 à Cambridge comme l’acte de naissance de la biologie moléculaire110. C’est aussi la naissance d’une discipline que voulait commémorer Henri Piéron en organisant, en 1939, le jubilé de la psychologie scientifique française présenté et analysé par Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas. Il s’agissait à la fois de célébrer le centenaire de la naissance de Théodule Ribot, réputé « père fondateur » de cette psychologie, et le cinquantenaire de quatre événements, la création d’un laboratoire, la soutenance d’une thèse restée célèbre, le premier congrès international de psychologie et la création d’une chaire au Collège de France. Contrairement à la naissance (réelle ou supposée) de la biologie moléculaire, celle de la psychologie scientifique n’est pas liée, par l’organisateur de son jubilé, à une découverte mais à divers événements consacrant son existence.

  • 111 Carroy et Richard, 1998.

49Ce fait nous semble amener à sa suite une question plus générale. En effet, les sciences de la nature peuvent parfois mettre en avant des découvertes, authentifiées par divers individus ou groupes, auxquelles on peut attribuer une date, même si cette date est parfois contestée ou remise en question. C’est ainsi, pour prendre un exemple récent, que l’Unesco a décidé de commémorer en 2019 le 150e anniversaire de la publication du tableau périodique des éléments de Mendeleïev. Mais très peu de sciences humaines et sociales peuvent dater ce qu’elles considèrent comme des découvertes. L’exemple bien connu de la « découverte de l’inconscient » dont Henri Ellenberger a entrepris de retracer l’histoire dans un ouvrage de référence, en est la meilleure illustration : cette « découverte », émerge par étapes durant plus d’un siècle, et ses origines remontent à la nuit des temps. Elle n’est donc pas datable111. On pourrait penser a priori que l’archéologie se prête mieux à ce type de commémoration. La tournée mondiale de l’exposition Toutânkhamon, le trésor du pharaon commencée en Californie en 2018 et qui doit s’achever en Égypte, dans un grand musée national encore en construction, en est une illustration. Sous-titrée « l’exposition des 100 ans », elle célèbre la richesse du patrimoine archéologique égyptien et la puissance de sa diplomatie culturelle ; elle commémore aussi, non sans une certaine souplesse chronologique, le centenaire de la découverte du tombeau du pharaon par Howard Carter en 1922. Mais la matérialité des sites ou des objets archéologiques ne suffit pas toujours à en garantir l’identification et la datation comme découverte au sein de la discipline. Les conditions de la mise au jour d’un vestige, en contexte extra-métropolitain, souvent colonial, peuvent en rendre difficile la célébration pour des raisons politiques ou diplomatiques. De même, comme cela a été évoqué à propos de Lascaux, les divergences d’interprétation empêchent parfois que l’unité se fasse pour décider d’une commémoration. L’exemple du « Jour européen de l’art pariétal » (European Rock Art Day), décrété le 9 octobre 2019 par le Conseil européen et la Commission après une proposition portée par la European Association of Prehistoric Rock Art Paths, en fournit une intéressante illustration. La date choisie commémore le 117e anniversaire d’un événement qui ne correspond à la découverte d’aucun site préhistorique. Elle renvoie à une lettre, adressée le 9 octobre 1902 par le préhistorien français Émile Cartailhac à Maria de Sautuola, la fille du découvreur de la grotte d’Altamira en Espagne. Dans cette lettre, il reconnaît l’authenticité des fresques paléolithiques dont il avait jusqu’alors douté. Ce qui est commémoré, n’est donc pas la découverte de la première grotte ornée en Europe, en 1879, par le père de Maria et par elle-même alors enfant, mais le mea culpa de Cartailhac et, par-delà, de la communauté scientifique internationale. La lettre célébrée est aussi le symbole des relations entre savants européens. On peut suggérer plusieurs raisons à ce choix : la première est que les phénomènes culturels du paléolithique ne sont pas pensés à échelle nationale, mais à échelle continentale, voire mondiale. L’art pariétal paléolithique que l’on célèbre le 9 octobre ne peut donc être rapporté à la découverte d’un site situé dans un espace national. La seconde raison est que la découverte d’un site n’a pas entraîné la reconnaissance de l’art pariétal. La grotte d’Altamira est disqualifiée par la majorité des préhistoriens dès sa découverte et jusqu’à la fin du xixe siècle. On soupçonne une erreur de datation, voire une fraude. Il faut attendre les années 1890 pour que les opinions des préhistoriens changent, à la faveur de nouvelles découvertes, notamment dans le sud-ouest de la France, et dans un contexte où l’anthropologie culturelle met désormais en lumière la complexité des structures sociales et des croyances des peuples dits « primitifs ».

  • 112 Roudinesco et al., 1992.

50Il semble que dans les sciences humaines et sociales, les commémorations portent plus fréquemment sur des œuvres que sur des découvertes ou des naissances. Comme cela a été évoqué, les ouvrages de Durkheim par exemple ont régulièrement suscité colloques et publications. Pour donner un autre exemple, le 23 novembre 1991, le IXe colloque de la Société internationale d’histoire de la psychiatrie et de la psychanalyse qui se tint à l’hôpital Sainte-Anne célébra les trente ans de la thèse de Michel Foucault, Histoire de la folie à l’âge classique, sous l’intitulé Histoire de la folie trente ans après. Les interventions des orateurs, parmi lesquels on trouvait notamment Georges Canguilhem, Jacques Derrida, Arlette Farge et Élisabeth Roudinesco furent assez contrastées et suscitèrent quelques controverses sur l’évaluation de l’œuvre du philosophe. Il ne s’agissait donc pas d’une commémoration où la dimension hagiographique était mise en avant, mais bien plutôt d’un état des lieux critique de la thèse de Foucault sur la médecine de la folie et de sa manière de concevoir l’écriture de l’histoire112.

51La difficulté de commémorer découvertes et naissances disciplinaires, qui paraît plus forte dans les sciences humaines et sociales que dans les sciences de la nature, ouvre la voie à quelques remarques de conclusion sur la spécificité des commémorations dans les premières.

Conclusion : cercle herméneutique et canon

  • 113 Carroy et Richard, 1998.
  • 114 Sinding, 1998a.
  • 115 Par exemple Hacking, 2008 ; Smith, 2007.

52La complexité que présente l’identification d’une découverte ou la détermination d’une date de naissance tient sans doute à l’interdépendance entre découverte et interprétation. Entre les deux se déploie un cercle herméneutique qui modifie l’une et l’autre corrélativement113 si bien qu’il peut sembler difficile d’identifier un moment d’origine ou un fait inaugural, et d’établir un consensus sur ce point. Ce cercle herméneutique joue sans doute dans les sciences expérimentales et formelles autant que dans les sciences humaines et sociales, comme le suggère un article que Christiane Sinding a consacré aux « découvertes » de la pénicilline et de l’insuline114. Mais nous aimerions avancer l’hypothèse que la conscience de la construction des « faits » découverts et de la co-transformation des faits et des interprétations est plus prégnante dans les sciences humaines et sociales. Cette attitude intellectuelle pourrait être rapportée à la formation plus poussée et plus valorisée de leurs praticiens dans le champ des humanités, ainsi qu’à des réflexions épistémologiques développées sur ce point à propos de ces disciplines115.

  • 116 Nous excluons ici les « sciences formelles » car il est possible que les mathématiques partagent a (...)
  • 117 Mannoni, 1980.

53Ceci a pour conséquence que les commémorations se reportent souvent sur des ouvrages majeurs. Ceux-ci construisent un canon avec lequel la plupart des sciences humaines et sociales entretiennent un rapport qui nous paraît distinct de celui que les sciences de la nature116 ont avec le leur. En effet, certaines sciences humaines et sociales favorisent le « retour à » l’œuvre des grands auteurs avec lesquelles il serait toujours possible de penser le présent. Cette démarche savante est sans doute à relier à la pratique philosophique de glose et de revisite des grands textes, transmise et renforcée par la tradition scolaire. Ainsi, pour reprendre une expression du psychanalyste Octave Mannoni, les sciences humaines et sociales seraient peut-être sous le régime d’un « commencement qui n’en finit pas117 », qui trouve ses traductions dans les commémorations, si bien qu’il est possible d’intituler en 2018 un volume commémoratif Durkheim aujourd’hui, alors qu’un Maxwell aujourd’hui pourrait sembler incongru pour des physiciens qui ne travaillent pas sur l’histoire de leur discipline.

Haut de page

Bibliographie

Abir-Am, P. G., 1992, « A historical ethnography of a scientific anniversary in molecular biology: The first protein X‐ray photograph (1984, 1934) », Social Epistemology, 6/4, The Historical Ethnography of Scientific Rituals, p. 323-354, https://doi.org/10.1080/02691729208578670.

Abir-Am, P. G. (dir.), 1998, La mise en mémoire de la science. Pour une ethnographie historique des rites commémoratifs, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines.

Abir-Am, P. G., 1999, « Introduction », Osiris, 14, Commemorative Practices in Science: Historical Perspectives on the Politics of Collective Memory, p. 1-33.

Alliez, E., 2001, « Différence et répétition de Gabriel Tarde », Multitude, 4, Tarde intempestif, p. 171-176.

Anderson, B., 1996 [1991], L’imaginaire national : réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte.

Barberis, D. S., 1999, « Changing Practices of Commemoration in Neurology. Comparing Charcot’s 1925 and 1993 Centennials », Osiris, 14, p. 102-117.

Barrès, M. 1911 [1906], Le Voyage de Sparte, Paris, Juven.

Belhoste, B., 1994, « Le bicentenaire de l’École polytechnique », Histoire de l’éducation, 62, p. 127-129.

Belhoste, B., 1996, « Le bicentenaire de l’École normale supérieure. Entre histoire et mémoire », Histoire de l’éducation, 69, p. 81-86, https://doi.org/10.3406/hedu.1996.2809.

Bensaude-Vincent, B., 1983, « A founder myth in the history of sciences ? The Lavoisier case », dans Graham, L., Lepenies, W et Weingart, P. (éd.), Functions and Uses of Disciplinary Histories, Sociology of the Science Yearbook, vol. VII, Riedel, p. 53-78.

Bensaude-Vincent, B., 1989, « Une révolution scientifique, Lavoisier » dans Serres, M. (dir.), Éléments d’histoire des sciences, Paris, Bordas, p. 363-387.

Bosc, Y. et Wahnich, S., 1992, « Michel Vovelle, un historien dans la commémoration », Mots, 31, 1789 : Révolution française / 1989 : Bicentenaire. Gestes d’une commémoration, p. 90-106, https://doi.org/10.3406/mots.1992.1701.

Boudia, S., 2002, « Le patrimoine des institutions scientifiques comme objet de recherche », La Lettre de l’OCIM, 84, p. 45-49, http://doc.ocim.fr/LO/LO084/LO.84(7)-pp.45-49.pdf.

Bousmar, E., Dubois, S. et Tousignant, N., 2007, Les 175 ans de la Belgique : histoire d’une commémoration et commémoration d’une histoire, Bruxelles, FUSL.

Carroy, J. et Richard, N., 1998, « Le cercle d’une posture critique : le savant, l’historien et la découverte », dans Carroy, J. et Richard, N. (dir.), La découverte et ses récits en sciences humaines. Champollion, Freud et les autres, Paris, L’Harmattan, p. 281-307.

Cazeneuve, J., 1960, « La commémoration du centenaire de Durkheim », Revue française de sociologie, 1-2, p. 223-227.

Charle, C., 1995, « Le bicentenaire de l’école normale supérieure », Vingtième Siècle, 46, p. 194-196.

Coulmont, B., 2017 (20 novembre), « Pour le père de la sociologie, Émile Durkheim, la vérité est ailleurs », Le Monde.

Cuin, C.-H. et Hervouet, R. (dir.), 2018, Durkheim aujourd’hui, Paris, PUF.

Darwin, G. et Darwin, F. (éd.), 1909, Darwin Celebration, Cambridge, June, 1909. Speeches Delivered at the Banquet Held on June 23rd, Cambridge, Cambridge Daily News.

Demoule, J.-P., 1997, « Lascaux », dans Nora, P. (dir), Les Lieux de mémoire, vol. 3, Paris, Gallimard (Quarto), p. 4071-4100.

Duris, P., 1993, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz.

Duris, P., 1998, « Sous la bannière linnéenne. Le culte de Linné en France et à l’étranger au xixe siècle », dans Abir-Am, P. G. (éd.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Editions des archives contemporaines, p. 251-263.

Edwards, S., 2015, Allies in Memory. World War II and the Politics of Transatlantic Commemorations, 1941-2001, Cambridge, Cambridge University Press.

Ehrhardt, C., 2011, Évariste Galois. La fabrication d’une icône mathématique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Enguix, B., 2009, « Identities, Sexualities and Commemorations. Pride Parades, Public Space and Sexual Dissidence », Anthropological Notebooks, 15/2, p. 15-33.

Gaehtgens, T. W. et Wedekind, G. (dir.), 2009, Le culte des grands hommes 1750-1850, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Gardner, J. B. et Hamilton, P., 2017, The Oxford Handbook of Public History, Oxford, Oxford University Press.

Gerson, S., 2003, The Pride of Place. Local Memories and Political Culture in Nineteenth-Century France, Ithaca/Londres, Cornell University Press.

Gill, T. M., 2013, « Why Mills, Not Gouldner? Selective History and Differential Commemoration in Sociology », The American Sociologist, 44/1, p. 96-115.

Gillis, J. R. (éd.), 1994, Commemorations: The Politics of National Identity, Princeton, Princeton University Press.

Gingerich, O., 1999, « The Copernican Quinquecentennial and its Predecessors. Historical Insights and National Agendas », Osiris, 14, p. 37-60.

Hacking, I., 2008, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ?, Paris, La Découverte.

Harvey, J., 1999, « A Focal Point for Feminism, Politics, and Science in France. The Clémence Royer Centennial Celebration of 1930 », Osiris, 14, p. 86-101.

Hauchecorne, M., 2010, « Les deux morts de Rawls. Analyse croisée des hommages posthumes à John Rawls en France et aux États-Unis », Revue française d’études américaines, 126, p. 41-52.

Hazareesing, S., 2007, La Saint-Napoléon. Quand le 14 juillet se fêtait le 15 août, Paris, Tallandier.

Hoffmann, D., 1999, « The Divided Centennial: The 1958 Max Planck Celebration(s) in Berlin », Osiris, 14, p. 138-149.

Ihl, O., 1996, La fête républicaine, Paris, Gallimard.

Jacob, C. (dir.), 2007-2011, Les Lieux de savoir, vol. 1, Espaces et communautés ; vol. 2, Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel.

Jacob, C., 2014, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press.

Karvar, A., 1998, « Le centenaire de l’École polytechnique. Rites d’une élite nationale sur fond de crise », dans Abir-Am, P. G. (éd.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Editions des archives contemporaines, p. 191-205.

Kolchinski, E. I., 2014, « Darwin’s Jubilees in Russia », dans Glick, F. et Shaffer, E. (éd.), The Literary and Cultural Reception of Charles Darwin in Europe, Londres, Bloomsbury, vol. 3, p. 288-316.

Latour, B., 1984, Les microbes. Guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Métailié.

Latour, B., 1987, Science in Action: How to Follow Scientists and Engineers through Society, Cambridge, Harvard University Press.

Latour, B. et Woolgar, S., 1979, Laboratory Life. The Social Construction of Scientific Facts, Beverly Hills/Londres, Sage Publications.

Lavabre, M.-C., 1991, « Du poids et du choix du passé. Lecture critique du syndrome de Vichy », dans Peschanski, D. et al. (dir.), Histoire politique et sciences sociales, Bruxelles, Complexe, p. 265-278.

Lavabre, M.-C., 2014, « La commémoration : mémoire de la mémoire ? », Bulletin des bibliothèques de France, 3, p. 22-30.

Lie, S., 1994, « Influence de Galois sur l’histoire des mathématiques », dans Le centenaire de l’École normale (1795-1895). Édition du Bicentenaire, Paris, Éditions Rue d’Ulm, p. 481-489, https://doi.org/10.4000/books.editionsulm.1676.

Lloyd, D. W., 1998, Battlefield Tourism. Pilgrimage and the Commemoration of the Great War in Britain, Australia and Canada, 1919-1939, Oxford, Berg.

Lumley, H. de et Hurel, A. (dir), 2011, 100 ans de Préhistoire, l’Institut de paléontologie humaine, Paris, CNRS Éditions.

Mannoni, O., 1980, Un commencement qui n’en finit pas. Transfert, interprétation, théorie, Paris, Seuil.

Matagne, P., 1999, Aux origines de l’écologie. Les naturalistes en France de 1800 à 1914, Paris, CTHS.

McDowell, S. et Braniff, S., 2014, Commemoration as Conflict. Space, Memory and Identity in Peace Processes, Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Meyer, C. (dir.), 2005, Le livre noir de la psychanalyse. Vivre, penser et aller mieux sans Freud, Paris, Éditions des Arènes.

Mucchielli, L., 2000, « Tardomania. Réflexion sur les usages contemporains de Tarde », Revue d’histoire des sciences humaines, 3, Gabriel Tarde et la criminologie, p. 161-184, DOI : 10.3917/rhsh.003.0161.

Naert, J., Verfaillie, F. et Vanraepenbusch, K., 2016, « On the public and academic impact of the “14-18” commemorations: the Belgian centenary generation of doctoral researchers », Journal of Belgian history. Revue belge d’histoire contemporaine. Belgisch tijdschrift voor nieuwste geschiedenis, 46, 3-4, p. 227-251.

Namer, G., 1983, Batailles pour la mémoire. La commémoration en France de 1945 à nos jours, Paris, Papyrus.

Namer, G., 1987, Mémoire et société, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987.

Nora, P., 1978, « La mémoire collective », dans Chartier, R., Le Goff, J. et Revel, J. (dir.), La Nouvelle histoire, Paris, C.E.P.L., p. 398-401.

Nora, P. (dir), 1984-1992, Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., rééd. « Quarto », 1997, 3 vol.

Nora, P., 1984, « Entre mémoire et histoire. La problématique des lieux », dans Les Lieux de mémoire, vol. 1, p. xvii-xlii.

Nora, P., 1992, « L’ère de la commémoration », dans Les Lieux de mémoire, vol. 3, p. 977-1012.

Nora, P., 1997 [1984], « Lavisse, instituteur national », dans Les Lieux de mémoire, vol. 1, p. 239-275.

Nora, P., 2002, « Pour une histoire au second degré », Le Débat, 122, p. 24-31.

Offenstadt, N., 2014, « Le Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire. Courte histoire contemporaine d’une pratique d’engagement (2005-2007) », dans Colantonio, L et Fayolle, C. (dir.), Genre et utopie. Avec Michèle Riot-Sarcey, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, p. 331-348.

Ory, P., 1992, Une nation pour mémoire. 1889, 1939, 1989 : trois jubilés révolutionnaires, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Osborne, B., 2001, « Landscapes, Memory, Monuments, and Commemoration: Putting Identity in its Place », Canadian Ethnic Studies, 33/3, p. 39-77.

Ozouf, M., 1976, La Fête révolutionnaire (1789-1799), Paris, Gallimard.

Pereira, A. L. et Fonsecca, P. R., 2014, « Darwinian Celebrations in Portugal: 1882, 1909, 1959 and 1982 », dans Glick, F. et Shaffer, E. (éd.), The Literary and Cultural Reception of Charles Darwin in Europe, Londres, Bloomsbury, vol. 3, p. 580-590.

Perrey, C., 2005, « Les figures du sacré à l’Institut Pasteur », L’Homme, 175-176, p. 345-368, https://doi.org/10.4000/lhomme.29572.

Perrot, G., 1895, « L’École normale et son centenaire », dans Le centenaire de l’École normale : 1795-1895, Paris, Presses de l’École normale supérieure, p. i-xlv, https://doi.org/10.4000/books.editionsulm.1544.

Pestre, D., 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales, 3, p. 487-522.

Petit, A., 1998, « La commémoration de l’héritage scientifique dans le positivisme : théorie et pratiques », dans Abir-Am, P. G. (dir.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Editions des archives contemporaines, p. 159-187.

Pomian, K., 1998, « De l’histoire, partie de la mémoire, à la mémoire, objet de l’histoire », Revue de métaphysique et de morale, 103/1, p. 63-110.

Rey, R., 1998, « Diderot et l’Encyclopédie. Commémorations manquées », dans Abir-Am, P. G. (dir.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Editions des archives contemporaines, p. 14-21.

Richard, N., 1997, « Des dîners Lamarck au monument, la construction d’une mémoire », dans Laurent, G. (dir.), Lamarck, actes du 119e congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Amiens, 1994, Paris, CTHS, p. 629-646.

Richmond, M. L., 2006, « The 1909 Darwin Celebration: Reexamining Evolution in the Light of Mendel, Mutation, and Meiosis », Isis, 97/3, p. 447-484.

Ricoeur, P., 2000, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil.

Rol, C. (dir), 2017, « Émile Durkheim, 1917-2017 », Revue internationale des sciences sociales, 2.

Roudinesco, E. et al., 1992, Penser la folie. Essais sur Michel Foucault, Paris, Galilée.

Rousso, H., 2001, Vichy. L’événement, la mémoire et l’histoire, Paris, Gallimard.

Sanson, R., 1976, Les 14 juillet. Fête et conscience nationale, Paris, Flammarion.

Schauder, T., 2017 (6 décembre), « Émile Durkheim : un centenaire oublié, une œuvre pourtant indispensable », Le Monde Campus, en ligne : https://www.lemonde.fr/campus/article/2017/12/06/emile-durkheim-un-centenaire-oublie-une-uvre-pourtant-indispensable_5225429_4401467.html.

Setoguchi, A., 2009, « Darwin Commemorations and Three Generations of Historians of Biology », East Asian Science, Technology and Society: An International Journal, 3, p. 531-537.

Sheen, E. et Karremann, I. (éd.), 2016, Shakespeare in Cold War Europe. Conflict, Commemoration, Celebration, Londres, Palgrave & Macmillan.

Sider, G. et Smith, G., 1997, Between History and Histories. The Making of Silences and Commemorations, Toronto, University of Toronto Press.

Sinding, C., 1998a, « La célébration des découvertes thérapeutiques : des chasseurs de microbes aux manipulateurs de gènes », dans Abir-Am, P. G. (éd.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines, p. 125-142.

Sinding, C., 1998b, « La grande année Pasteur : échec du contre-culte ? », dans Abir-Am, P. G. (éd.), La mise en mémoire de la science, Amsterdam, Éditions des archives contemporaines, p. 289-310.

Singly, F. de, 2018, « Compte rendu : Durkheim et la fin de sa vie », Bulletin d’histoire de la sociologie, 4/6, p. 6-8.

Sirinelli, J.-F. (dir.), 1994, École normale supérieure : le livre du bicentenaire, Paris, PUF.

Smith, R., 2007, Being Human. Historical Knowledge and the Creation of Human Nature, New York, Columbia University Press.

Tartakowsky, D., 2005, La part du rêve. Histoire du 1er mai en France, Paris, Hachette.

Thiesse, A.-M., 1999, La création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècle, Paris, Seuil.

Tollebeeck, J., 2015, « Commemorative Practices in the Humanities around 1900 », Advances in Historical Studies, 4, p. 216-231.

Tumarkin, N., 1983, Lenin Lives! The Lenin Cult in Soviet Russia, Cambridge, Harvard University Press.

Van der Heide, J., 2014, « Apraising Darwin in the Netherlands: The Celebrations of 1909, 1959 and 2009 », dans Glick, F. et Shaffer, E. (éd.), The Literary and Cultural Reception of Charles Darwin in Europe, Londres, Bloomsbury, vol. 3, p. 226-236.

Verger, J., 1994, « Introduction. Texte et contexte. Le Livre du Centenaire et l’École normale supérieure en 1895 », dans Le centenaire de l’École normale : 1795-1895, Paris, Presses de l’École normale supérieure, p. 11-73, https://doi.org/10.4000/books.editionsulm.1542.

Viallaneix, P., 1995a, « Manifestations organisées à l’occasion du bicentenaire de l’École normale supérieure. Sous le haut patronage de Monsieur le Président de la République », dans id. (éd.), L’apprentissage du savoir vivant. Fonction des grands collèges européens, Paris, PUF, p. 269-270.

Viallaneix, P. (dir.), 1995b, L’apprentissage du savoir vivant. Fonction des grands collèges européens, Paris, PUF.

Waquet, F., 2006, « Les “mélanges” : honneur et gratitude dans l’Université contemporaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53/3, p. 100-121.

Winter, J. M., 1995, Sites of Memory, Sites of Mourning: The Great War in European Cultural History, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Notes

1 Voir Edwards, 2015.

2 Boudia, 2002, 47.

3 Nora, 1984 ; Nora (dir.), 1984-1992.

4 Namer, 1987.

5 Namer, 1983. Voir Lavabre, 2014.

6 Abir-Am, 1998 et 1999.

7 Selon Tollebeeck, 2015, ces pratiques relèvent de la commémoration.

8 Barrès, 1911 [1906], 117.

9 Waquet, 2006.

10 Ehrhardt, 2011.

11 Lie, 1994, 466.

12 Voir Jean-Paul Auffray, « Evariste Galois », FranceArchives : https://francearchives.fr/commemo/recueil-2011/39186 (consulté le 27 avril 2020).

13 C’est en 1880 que fut votée la loi adoptant le 14 juillet comme jour de fête nationale annuelle.

14 Par exemple, Hazareesing, 2007 ; Ihl, 1996 ; Ozouf, 1976 ; Sanson, 1976. Voir aussi Tumarkin, 1983.

15 Par exemple, Winter, 1995 ; Lloyd, 1998.

16 Petit, 1998.

17 Osborne, 2001.

18 Demoule, 1997, 4096-4097.

19 « Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur la grotte de Lascaux, la protection du patrimoine et sur la future Maison de l’histoire de France, Les Eyzies (Dordogne) le 12 septembre 2010 », Vie publique : https://www.vie-publique.fr/discours/179882-declaration-de-m-nicolas-sarkozy-president-de-la-republique-sur-la-gr (consulté le 27 avril 2020).

20 « Programme des manifestations », FranceArchives : https://francearchives.fr/article/38320 (consulté le 27 avril 2020).

21 Lumley et Hurel (dir.), 2011.

22 Gardner et Hamilton (éd.), 2017.

23 Nora, 1992, voir aussi Bosc et Wahnich, 1992, et pour la Belgique, Bousmar et al. (dir.), 2007.

24 Offenstadt, 2014.

25 Par exemple, Naert et al., 2016.

26 Hauchecorne, 2010.

27 « Le Haut Comité aux Commémorations nationales », FranceArchives : https://francearchives.fr/article/38299 (consulté le 27 avril 2020).

28 Setoguchi, 2009. À titre de comparaison, voir pour les Pays-Bas et le Portugal, Van der Heide, 2014 ; Pereira et Fonsecca, 2014.

29 Ory, 1992, 7.

30 Ricoeur, 2000.

31 Gill, 2013.

32 Sider et Smith (éd.), 1997.

33 Par exemple Enguix, 2009.

34 Par exemple Tartakowsky, 2005.

35 Sheen et Karremann (éd.), 2016.

36 Richmond, 2006.

37 Darwin et Darwin (éd.), 1909, 7.

38 Richard, 1997.

39 Bensaude-Vincent, 1983 et 1989.

40 Kolchinski, 2014.

41 Ory, 1992.

42 Par exemple, Lavabre, 1991 ; Rousso, 2001.

43 McDowell et Braniff, 2014.

44 Schauder, 2017.

45 Gérald Bronner et Étienne Géhin, Le danger sociologique, Paris, PUF, 2017.

46 « Durkheim à Bordeaux », Le Monde, 27 novembre 1987.

47 Coulmont, 2017.

48 Rol (dir.), 2017.

49 Cuin et Hervouet (dir.), 2018.

50 « Mise en ligne des interventions du colloque “La fin de vie de Durkheim” (15/11/2017) », Cerlis : http://www.cerlis.eu/mise-en-ligne-des-interventions-du-colloque-la-fin-de-vie-de-durkheim-15-11-2017/ (consulté le 27 avril 2020).

51 Singly, 2018.

52 Cazeneuve, 1960.

53 Cuin et Hervouet, 2018.

54 Publication des Œuvres de Tarde aux Empêcheurs de penser en rond à partir de 1999.

55 Alliez, 2001.

56 Mucchielli, 2000.

57 Karvar, 1998, 192.

58 Nora, 1984 et 1992.

59 Nora, 1978.

60 Pomian, 1998.

61 Nora, 1997 [1984].

62 Nora, 2002.

63 Nora, 1984, xxv.

64 Ibid., xxxiii.

65 L’Année du Patrimoine fut lancée le 1er janvier 1980 par Jean-Philippe Lecat, ministre de la Culture du gouvernement de Valéry Giscard d’Estaing. Elle faisait suite à l’Année de la Femme (1978) et à l’Année de l’Enfance (1979). Elle avait pour principal objectif de susciter l’intérêt des Français pour le patrimoine national.

66 Tollebeeck, 2015.

67 Par exemple Gillis, 1994 ; Anderson, 1996 [1991] ; Thiesse, 1999.

68 Par exemple Edwards, 2015 ; Gerson, 2003.

69 Jacob (dir.), 2011.

70 Jacob, 2014.

71 Ibid., 62.

72 Par exemple Mémoires comparées : lieux, commémoration, patrimoines, Le Débat, 78, janvier-février 1994, coordonné par Pierre Nora.

73 Abir-Am, 1992.

74 Voir Latour et Woolgar, 1979 ; Latour, 1987.

75 Abir-Am, 1992, 324.

76 Abir-Am, 1998 et 1999.

77 Pestre, 1995.

78 Abir-Am, 1999.

79 Par exemple, Gaehtgens et Wedekind, 2009.

80 Au point que, dans la société linnéenne de Bordeaux, le nombre des membres était limité à 24 (car le système botanique linnéen comporte 24 classes) et, en 1827, le trésorier de cette société refusera d’augmenter le montant de la cotisation annuelle qui était de 24 francs. Duris, 1998, 254 et 256 ; Duris, 1993.

81 Matagne, 1999.

82 Subsidiary event, Hoffmann, 1999, 141.

83 … in chains and prostrate under the evil power of the Nazi conquest, Gingerich, 1999, 48.

84 Harvey, 1999.

85 Barberis, 1999, 112.

86 Notamment les recherches de Léon Chertok sur l’hypnose et d’Elisabeth Roudinesco sur l’histoire de la psychanalyse en France.

87 Barberis, 1999.

88 Trois communications furent données dans cette table ronde : celle de Marcel Gauchet, tout d’abord, s’intitulait « Charcot : une clinique en mouvement ». La seconde, due à Michelle Moreau-Ricaud, portait sur « Le jeune Freud à la Salpêtrière » et la troisième, due à Danièle Lévy, sur « Charcot et le transfert ».

89 Le DSM, Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (en français, « Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux »), dont la troisième révision était parue en 1980, rejetait la psychanalyse, contrairement à ses deux précédentes versions, au profit d’une approche très comportementaliste des troubles mentaux.

90 Meyer (dir), 2005.

91 Rey, 1998.

92 Ibid., 19.

93 Sinding, 1998b.

94 Perrey, 2005, 350.

95 Sinding, 1998b, 305 et 307.

96 Ibid., 308

97 Karvar, 1998.

98 Belhoste, 1994.

99 La Jaune et la Rouge, revue de l’association des anciens élèves de l’École polytechnique, a consacré son n° 503 (1995) au Bicentenaire : https://www.lajauneetlarouge.com/wp-content/uploads/2015/08/jr-503-doy.pdf (consulté le 27 avril 2020).

100 Ibid., 5.

101 Belhoste, 1994, 129.

102 Verger, 1994, § 2 de la version électronique.

103 Charle, 1995, 194.

104 Perrot, 1895.

105 Ibid, § 75 de la version électronique.

106 Belhoste, 1996.

107 Il y en eut dix (Viallaneix, 1995a, 269).

108 Voir Viallaneix, 1995b.

109 Charle, 1995.

110 Abir-Am, 1998, 5.

111 Carroy et Richard, 1998.

112 Roudinesco et al., 1992.

113 Carroy et Richard, 1998.

114 Sinding, 1998a.

115 Par exemple Hacking, 2008 ; Smith, 2007.

116 Nous excluons ici les « sciences formelles » car il est possible que les mathématiques partagent avec les sciences humaines et sociales leur rapport au canon. En revanche l’archéologie n’entretient sans doute pas ce rapport avec ses textes classiques.

117 Mannoni, 1980.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Edmond Louis Dupain, Apothéose
Légende Remise du Livre d’Or au président Carnot en mai 1894 à l’occasion du centenaire de l’École polytechnique.
Crédits Cliché École polytechnique/J. Barande
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/4536/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régine Plas et Nathalie Richard, « Les commémorations entre anthropologie des savoirs et histoire au second degré »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 9-41.

Référence électronique

Régine Plas et Nathalie Richard, « Les commémorations entre anthropologie des savoirs et histoire au second degré »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4536 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4536

Haut de page

Auteurs

Régine Plas

Université de Paris / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

  • Le jubilé de la psychologie scientifique française en 1939
    An anniversary with the clock ticking. The jubilee of French scientific psychology in 1939
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020

Nathalie Richard

Université du Mans, TEMOS (UMR 9016)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search