Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierL’Université mise en scène

Dossier

L’Université mise en scène

Perspectives historiques et actuelles sur les jubilés universitaires
Staging the university. Contemporary and historical perspectives on university jubilees
Winfried Müller
Traduction de Agathe Orain
p. 43-62

Résumés

Le point de départ de cet article est l’Année Sainte instaurée en 1300 par le Pape Boniface VIII et célébrée tous les 25 ans depuis 1475. Cette scansion du temps a ensuite évolué vers le jubilé historique, notamment sous l’impulsion des universités qui l’ont utilisé pour célébrer leur fondation à partir de 1500. Les universités protestantes (Tübingen, 1578 ; Heidelberg, 1587 ; Wittenberg, 1602) se sont alors fortement éloignées de l’Année Sainte de la vieille Église et ont établi la culture jubilaire moderne, avec des célébrations académiques, des discours et des publications commémoratives. Enfin, en prenant l’exemple du 650e anniversaire de l’université de Vienne (2015), nous abordons les tendances actuelles des jubilés universitaires, telles que l’accent mis sur l’histoire contemporaine et l’histoire des femmes.

Haut de page

Texte intégral

La version originale allemande de ce texte a d’abord paru dans : Winfried Müller, « Die inszenierte Universität. Historische und aktuelle Perspektiven von Universitätsjubiläen », dans Eybl, Franz M., Müller, Stephan et Pelz Annegret (éd.), Jubiläum. Literatur- und kulturwissenschaftliche Annäherungen, Göttingen, Vienna University Press im Verlag V & R unipress, 2018 [2017], p. 77-97. Nous remercions l’auteur et l’éditeur de l’ouvrage collectif d’avoir accepté la traduction de cet article.

  • 1 Note de la tradutrice (NdT) : Je reprends ici le terme jubilé (Jubiläum) dans son acception allema (...)
  • 2 NdT : en anglais missing link dans le texte original.
  • 3 Cette vue d’ensemble se fonde sur Müller, 2004.
  • 4 Meinhold, 1988.

1Le jubilé1 universitaire est pour ainsi dire le chaînon manquant2 entre l’année jubilaire de l’Ancien Testament et l’année sainte du bas Moyen Âge, en tant que pratiques premières d’une part d’une structuration cyclique du temps axée sur les jubilés, et d’autre part de la culture jubilaire du début de l’époque moderne, qui a contribué à associer le cycle des jubilés aux dates importantes de l’histoire individuelle d’une institution, et a ainsi établi la version moderne du jubilé en tant que fête de commémoration3. Afin d’éclairer cette distinction quelque peu abstraite, on peut rappeler cette prescription de l’Ancien Testament4 : d’après le Lévitique (25, 8-55), l’année qui suit le septième cycle de sabbats – donc quarante-neuf ans, soit la cinquantième année – est une année jubilaire. Durant cette année, les terres vendues doivent être restituées à leurs anciens propriétaires, et quiconque s’est vendu comme serf est libre de retourner auprès des siens. Cette année jubilaire – en allemand Jobeljahr, terme provenant du mot Jobel, la corne de bélier que l’on sonnait pour marquer le début de cette « année de relâche » – doit faire prendre conscience aux Israélites que leurs personnes et leurs biens appartiennent en fin de compte à Yahvé lui-même.

  • 5 Smolinsky, 1988 ; Fuhrmann, 1988.
  • 6 Paulus, ²2000.
  • 7 Petersohn, 1989a, 44 et suiv.
  • 8 Petersohn, 1989b.
  • 9 NdT : en latin dans le texte original, ainsi que pour les occurrences suivantes.

2Au Moyen Âge chrétien, l’interprétation spirituelle de cette libération des esclaves et des terres vendues s’est transformée relativement tôt en une libération des êtres humains de la servitude du péché5. La pratique de relâche de l’Ancien Testament – qui s’est poursuivie jusqu’à récemment, lors de la dernière année sainte en date, pour l’année jubilaire 2000, avec la promotion de l’annulation des dettes des pays du Tiers-Monde – a été transformée en pardon des péchés, plus exactement en une réduction des amendes infligées en pénitence6, bien que le maintien du lien entre jubilé et cinquantième année ait été en premier lieu une exception, pour laquelle seules quelques transpositions en cinquantième anniversaire de la mort d’un saint furent érigées en exemple. Il semble que le premier cas se soit présenté en 1189, à Bamberg, lorsque l’évêque Otto Ier a été canonisé et que ses ossements ont été enterrés dans le monastère bénédictin de Michelsberg en sa qualité de nouvelle église dédiée à l’inhumation des canonisés7. Un autre exemple nous amène en Angleterre8, avec le transfert de sépulture réussi, en 1220, de Thomas Becket, assassiné en 1170 et canonisé dès 1173, de la crypte de la cathédrale de Canterbury à un reliquaire. Le fait que l’archevêque de Canterbury en exercice en 1220, Stephen Langton, ait fait à cette occasion référence au Lévitique et ait déclaré que le saint obtiendrait pour les humains la miséricorde et le pardon grâce à la translatio9 accomplie lors de la cinquantième année après sa mort, étaie l’hypothèse selon laquelle ce n’est pas un hasard si c’est cette année qui a été choisie pour accomplir ce rite religieux, mais bien plutôt que l’on a cherché à se raccrocher à la pratique de l’Ancien Testament ; le résultat attendu du Quinquagenarium était que le saint devait intercéder en faveur des croyants.

  • 10 Voir, à ce propos, l’habilitation de Stefan Benz soutenue à Passau en 2014 (non encore publiée) : (...)
  • 11 Petersohn, 1989b, 34.
  • 12 Cité d’après Paulus, 2000, t. 2, 78.

3Si cette coordination entre jubilé et cinquantième année à Bamberg et à Canterbury contribue certes à prouver que la signification de la cinquantième année de l’Ancien Testament a été préservée et mise en œuvre de manière argumentée dans la culture savante médiévale, des recherches récentes interprètent aussi les choses ainsi : elles prouvent qu’une culture jubilaire liée à une personne était davantage répandue dans le domaine monastique sous la forme du jubilé d’entrée dans les ordres (Professjubiläum) que ce que l’on a longtemps supposé10. En tout cas, l’association entre jubilé et année ronde n’était nullement la règle. La conception dominante tendait bien plus à détacher le jubilé de tout contexte chronologique : « chaque fois que l’on accorde au croyant le pardon pour ses péchés, c’est pour lui une fête jubilaire11 ». Autrement dit : les jubilés n’étaient pas fixés à l’avance selon un calendrier défini, mais plutôt en fonction de dates de pardon des péchés, ou plutôt de remise sur les amendes de pénitence, choisies au gré de motifs d’actualité à l’époque. Le jubilé avait donc toujours lieu de préférence lorsqu’une indulgence particulière était prodiguée. C’est dans ce sens, déjà, que vers le milieu du xiie siècle, saint Bernard qualifia, en se référant au Lévitique (25), d’année de remise la période pendant laquelle une indulgence liée aux croisades incitait soit à prendre part soi-même à la reconquête de la Terre Sainte, soit à se dédouaner du devoir de croisade contre de l’argent. Il s’agissait selon lui d’un annus vere iubilaeus12, et il fallait préférer cette année jubilaire chrétienne à celle des juifs, car au lieu des fautes terrestres, c’étaient les péchés qui seraient ainsi pardonnés, et à la place de possessions temporelles, on y gagnerait des biens célestes.

  • 13 Thurston, 1900 ; Schimmelpfennig, 1999 ; Calvesi, 1999.

4Mais ce qui importait avant tout, en ce qui concerne l’émergence de la culture jubilaire moderne, c’était le rapprochement entre la pratique des indulgences dans un cadre temporel flottant librement, soit le courant majoritaire du jubilé médiéval, et le cycle temporel de cinquante ans soit son courant secondaire. Cette coordination fut accomplie grâce à l’instauration réussie, en 1300, de l’année sainte en tant que forme particulière de la pratique de relâche médiévale13. Dans un lieu en particulier, à Rome, une période revenant d’abord tous les cent, puis cinquante, et finalement tous les vingt-cinq ans fut désignée comme un temps de grâce, pendant lequel on pouvait octroyer une indulgence totale, accordée aux pèlerins se rendant à la basilique des Saints Apôtres, plus exactement aux sept églises majeures obligatoires. C’est de là que provenait chez les croyants l’attrait extraordinaire de l’année sainte, mobilisant des masses entières, et avec lui la revalorisation conséquente de Rome comme centre de pèlerinage, qui s’accompagnait également d’avantages économiques.

  • 14 Voir l’entrée « Giubileo universale della Chiesa cattolica » du Wikipédia italien : https://it.wik (...)
  • 15 O’Grady, 1999.
  • 16 Schönstädt, 1978 ; Flügel, 2005.

5La combinaison de la pratique médiévale des indulgences avec la construction temporelle du cycle jubilaire était ainsi le résultat de l’année sainte papale, connue jusqu’à aujourd’hui en italien sous le nom de giubileo universale14. La mise en place réussie du cycle jubilaire via la mise en scène par intervalles de l’année sainte est passée par un réseau de dates choisies par convention, plus exactement fixées arbitrairement par le Pape. À travers ce réseau, l’institution ecclésiastique revendiquait, ou plutôt démontrait sa maîtrise du temps. Il ne s’agissait en tout cas pas, avec cet événement pieux organisé par la papauté, d’un jubilé historique, on a bien plutôt affaire à un calendrier complètement indépendant de tout événement historique, rattaché depuis 1475 aux quarts de siècle : 1475, 1500, 1525… 2000, 2025, etc.15. En ce qui concerne la culture jubilaire moderne, ce qui primait, c’était donc l’assouplissement du cycle jubilaire, son détachement des quarts de siècle et son application à des événements historiques individuels. Concrètement, il s’agit donc, dans le cadre de cette transformation du jubilé en jubilé historique, de préparer et mettre en scène un déroulement individuel des événements en tant qu’histoire individuelle, à partir de tout le complexe de l’histoire transmise à l’occasion du retour, suivant un cycle jubilaire, d’un initium qui peut être prouvé par des sources ou être même simplement fictif, et de faire référence à une histoire remontant à cinquante, cent ou même mille ans comme preuve légitime de son ancienneté ainsi que d’engendrer des traditions et des mythes fondateurs. Les jubilés de la Réforme qui se répandent à partir de la principauté de Saxe en 161716 sont un des exemples les plus marquants de cette culture jubilaire historique et de l’assouplissement du cycle jubilaire du début des temps modernes : ce ne sont plus 1475, 1500, 1525, etc. qui sont au centre des commémorations – mais 1617, 1667, 1717… 2017, les dates jubilaires renvoyant à l’affichage des thèses de Luther de 1517 et à l’histoire particulière du protestantisme.

  • 17 Voir Müller, 1998 d’où sont aussi tirés les exemples suivants.

6C’est ici qu’entrent en jeu, en tant que vecteurs de la transmission, les universités, qui, avec une nette avance sur le premier jubilé de la Réforme, dénouèrent les liens entre le cycle jubilaire et l’année sainte, et l’appliquèrent à leur propre histoire. Dans ce contexte, il convient de distinguer deux phases, dont la première a été décrite par l’auteur de la présente contribution comme la « phase d’incubation du Jubilé historique17 » et qui a été caractérisée par une utilisation latente du cycle du Jubilé par rapport à la pratique ultérieure, c’est-à-dire une utilisation qui s’abstenait encore de mobiliser de grands groupes de participants.

La phase d’incubation du Jubilé historique

  • 18 Bonjour, 1960, chap. 27 ; Müller, 2004, 21.
  • 19 Wagner, 2018.
  • 20 Wagner, 2011.

7Il s’agit ici d’objets faisant référence à une conscience du siècle, qui ne s’accompagnent apparemment pas de célébrations d’anniversaire importantes : une page de garde ornementée dans le registre de l’université d’Erfurt au semestre d’été 1492, qui fait référence au centenaire de la fondation ou de l’ouverture de l’université ; un vitrail reflétant probablement le centenaire de l’ouverture de l’université, avec ses armoiries et des représentations allégoriques des quatre facultés dans la salle du conseil de l’université de Bâle avec le nombre anniversaire 156018 ; un maître-autel à Ingolstadt, où l’université a été fondée en 1472, marqué également du nombre anniversaire 1572. Wolfgang Eric Wagner a récemment élargi cette petite série d’exemples en y ajoutant des références à un début de conscience jubilaire à Leipzig et à Cracovie19. Il avait déjà signalé un programme de conférences imprimé en 1520 à Rostock, à l’occasion du centenaire de l’université en 151920. Selon lui, c’est précisément parce que cette centième année est explicitement appelée une année jubilaire (anno centesimo jubilaeo) que l’on ne peut pas parler uniquement d’une culture jubilaire latente mais plutôt de jubilés universitaires précoces, auxquels, bien entendu, la norme plus tardive des débuts de la culture jubilaire moderne, avec des actes cérémoniels officiels, etc. ne peut pas être appliquée. La série d’exemples établie jusqu’à présent, qui invite à une recherche systématique de traces ne se rapportant pas uniquement aux universités allemandes, est en effet la preuve indiscutable qu’avec la transition de la fin du Moyen Âge au début de la période moderne, dans certaines universités, il y avait une conscience du siècle organisée autour du cycle jubilaire, et que cette utilisation historique du jubilé représentait une véritable performance de la part des universités. Si ces premiers éléments attestant d’une conscience jubilaire universitaire sont décrits comme une phase d’incubation du jubilé historique, et si l’on considère que cette phase constitue le chaînon manquant entre la pratique jubilaire cyclique de l’année sainte et la culture jubilaire historique moderne, c’est entre autres parce que ce n’est que plus tard que furent instaurées des activités jubilaires publiquement efficaces et encore valables aujourd’hui, telles que les actes cérémoniels, les discours et les publications commémoratives, renvoyant à la mobilisation de grands groupes de participants déjà présente dans la mise en scène régulière de l’année sainte. D’autre part, dans la deuxième phase de la pratique du jubilé universitaire, une appropriation du cycle jubilaire réfléchie et offensive, à connotation confessionnelle, eut lieu d’une manière décidément distincte de l’année sainte de l’Église catholique.

Les premiers jubilés universitaires offensifs

  • 21 Heerbrand, 1578. Pour consulter d’autres documents relatifs au jubilé de Tübingen de 1578 ainsi qu (...)
  • 22 Sohn, 1988 [1615], 9.
  • 23 Hunnius, 1603, 7. Au sujet du jubilé universitaire de Wittenberg, voir Loofs, 1917.
  • 24 Mulmann, [1609], 9.

8Ainsi en arrivons-nous aux premiers jubilés universitaires documentés non seulement par des objets, mais aussi par des cérémonies, des discours, etc. À Tübingen, Heidelberg, Wittenberg et Leipzig, en 1578, 1587, 1602 et 1609, on commémora le centenaire (ou le bicentenaire) de l’ouverture de l’université. Il s’agissait uniquement d’universités déjà protestantes ou qui l’étaient devenues, ayant désormais recours dans leur cadre officiel à une scansion du temps qui – indépendamment de la série d’exemples de la phase d’incubation – était encore principalement associée dans la conscience des contemporains à l’année sainte papiste et au système des indulgences. On ne peut comprendre autrement les formulations sévères des théologiens protestants, qui voulurent utiliser une invention catholique pour mettre en scène l’histoire des institutions protestantes. Jakob Heerbrand inaugura la pratique à Tübingen en 1578. Il distingua nettement la « centième année / que l’on appelle l’année jubilaire / c’est / une célébration joyeuse / de cette université remarquable de Tübingen » de l’année sainte de l’Église catholique romaine. Selon lui, dans le cas de cette dernière, « l’année jubilaire papiste », il ne s’agissait que d’un « fatras d’indulgences » que « le Pape a données et vendues / aux gens ignorants / et contre lesquelles il a accaparé l’argent et les biens des pauvres chrétiens ». À Tübingen, en revanche, à l’occasion du centenaire de l’université, l’année jubilaire fut célébrée selon la « coutume chrétienne21 ». C’est précisément cette argumentation que le recteur Georg Sohn développa dans son discours à Heidelberg quelques années plus tard. D’abord, il créa une polémique contre l’année sainte catholique en tant que déformation de la tradition de l’Ancien Testament : « Le prêtre bouffon ou singe de Rome a ensuite essayé d’imiter l’ancienne année jubilaire juive : mais à la façon d’un fou et d’un singe / mais en même temps clairement nuisible pour les pauvres / et qui dilue / ce qui avait été institué par Dieu : mais qui n’invente pas une année jubilaire lévitique ou chrétienne22 ». Il conviendrait de rejeter cette « année jubilaire papiste » de la manière la plus vive. Elle était opposée à l’année jubilaire de l’université protestante, qui était dans l’esprit du renouveau chrétien. Par conséquent, le centenaire de l’université de Wittenberg, depuis laquelle, selon la conception protestante, « la lumière de la grâce de l’unique saint évangile salvateur » perce de ses rayons « l’ancienne obscurité épaisse de la papauté », fut célébré avec la conscience qu’il s’agissait d’un « jubilé tout à fait évangélique23 ». Et en 1609, le théologien Johann Mulmann, dans le cadre du jubilé de l’université de Leipzig, alla une nouvelle fois droit au but en précisant que l’année jubilaire catholique était un « jubilé totalement impie et maudit », une « idolâtrie atroce / honte et séduction24 », notamment en raison de la distribution sacrilège d’indulgences.

9Cette ligne d’argumentation développée dans les universités protestantes et les célébrations jubilaires officielles qui l’accompagnaient – Sohn, par exemple, prononça son discours en présence du jeune prince électeur palatin Frédéric IV, de son régent Johann Casimir et de nombreux membres de la cour – furent les facteurs décisifs du développement de la culture jubilaire moderne. S’appuyant sur les travaux préliminaires de la phase d’incubation, la relation entre l’année sainte et le cycle jubilaire fut désormais définitivement dissoute et marquée par une controverse théologique. Cette polémique anticatholique constitua à son tour la condition préalable pour que les Églises protestantes régionales, à la suite des universités, puissent utiliser la puissance de stabilisation et de fondation identitaire des célébrations de commémoration historique pour elles-mêmes lors du premier anniversaire de la Réforme en 1617.

  • 25 Müller, 2004, 28 et suiv.
  • 26 Feuchtersleben, [1847], 1.
  • 27 Voir à ce sujet entre autres Hyrtl, 1865 ; Schroff, 1866 ; Perkmann, 1865.

10Le fait que cette appropriation du cycle jubilaire par les cérémonies de commémoration historique a été une invention protestante ne fut pas sans conséquence pour la culture mémorielle catholique. Cette dernière polémiqua d’abord contre les pseudo-jubilés25 protestants et insista ainsi sur le lien entre le cycle jubilaire et l’année sainte, faisant par là en même temps obstacle à son propre usage historique. Cependant, cette attitude défensive, qui favorisa une progression du jubilé protestant, fut dépassée après quelques décennies seulement par la double stratégie consistant à maintenir l’année sainte, d’une part, et d’autre part à instaurer le cycle jubilaire pour les institutions catholiques également. L’ordre des Jésuites, qui célébra en 1640 le centenaire de sa confirmation par le pape, prit la tête de ce mouvement. Après que ce fer de lance de la réforme catholique eut brisé la glace, les monastères, les diocèses et enfin – et surtout –, les universités de la Germania sacra suivirent le mouvement. À Würzburg, la fondation et l’ouverture de l’université furent officiellement célébrées pour la première fois en 1692 au sens jubilaire du terme. Près d’un siècle plus tard, en 1782, les célébrations furent exceptionnellement opulentes. À l’université d’Ingolstadt, une célébration laïque eut certes lieu en 1772, mais dans un cadre très restreint. Au xixe siècle, la différence de culture confessionnelle entre universités protestantes et catholiques était entièrement aplanie. C’est là que le boom jubilaire général atteignit l’université de Vienne : en 1847, on célébra le cinquantenaire de la mobilisation de l’université de Vienne contre la France révolutionnaire – une célébration qui « était d’autant plus touchante et édifiante qu’il s’avéra qu’un nombre surprenant de conscrits étaient encore en vie26 » ; cette célébration eut d’ailleurs lieu le 20 avril, jour où l’on célébrait habituellement la fête de la Restauration, commémorant les réformes de l’université de l’impératrice Marie-Thérèse. En 1865, un véritable jubilé universitaire fut célébré en grande pompe et documenté en détail : le quinquacentenaire27.

  • 28 Wolf, 1865.
  • 29 Voir, en référence à C. P. Snow, Cannadine, 1994, 7.
  • 30 Becker, 1999, 15.
  • 31 Mergen, 2005.
  • 32 Müller, 2010.

11« S’il faut prouver combien notre temps honore le grand âge, il suffit de constater qu’en aucun autre temps on n’a célébré autant de jubilés que dans le nôtre28 », remarqua Gerson Wolf dans son étude sur la célébration du jubilé de l’université de Vienne, publiée au cours de l’année jubilaire 1865. Il théorisa au passage le fait que le xixe siècle (au cours duquel, selon un bon mot, neuf de nos traditions sur dix ont été inventées29) fut la période au cours de laquelle le jubilé historique se diffusa dans tous les domaines de la vie – politique, affaires, sciences, famille. Les raisons en sont nombreuses et variées. La refondation de l’histoire comme espace d’expérience et de développement humain depuis les Lumières a été la condition préalable de son intérêt pour le monde de la recherche, de sa reconstruction, des interrogations sur les forces à l’œuvre en son sein, mais aussi sur son utilité dans la vie, et l’exploitation de sa signification pour l’avenir. C’est précisément cette procédure qui était pratiquée, sous une forme institutionnellement condensée, dans les jubilés. Le fait que le xixe siècle a dû faire face à d’énormes bouleversements et à une accélération des changements historiques est cependant tout aussi important. Il s’agit de l’expérience de la révolution et de « l’explosion des événements30 » entre 1789 et 1848, qui est souvent perçue comme une perte massive de tradition. Le recours à un cycle jubilaire du passé visait donc à restaurer cette fidélité aux institutions, dont la dissolution était imputée aux Lumières et à la révolution ; les nombreux jubilés monarchiques et dynastiques s’inscrivent dans ce spectre31. Mais si de plus en plus de jubilés historiques furent célébrés au xixe siècle, il faut certainement aussi souligner qu’il se produisit une nette intensification de l’expérience et de la perception du temps. La période de service fixe pour les militaires et les fonctionnaires, rendue permanente avec l’avènement du service jubilaire, l’expansion de l’administration publique avec la documentation précise du jour de naissance et de décès, de l’entrée à l’école et du mariage, tout cela rendait la durée de vie plus précise dans une mesure sans précédent. Dans l’ensemble, la vie quotidienne était donc façonnée plus intensément par le temps, ce qui contribua également à la mémoire cyclique jubilaire, qui développa en même temps un élan propre non négligeable jusqu’à créer un boom jubilaire, qui se traduisit notamment par de nombreux jubilés universitaires32.

Analyse systématique des jubilés universitaires

  • 33 Müller, 2002.
  • 34 Le séminaire „Wissenschaft und Politik in den 1960er Jahren: Das 600-Jahr-Jubiläum der Universität (...)
  • 35 Redaktion (uni:view), „Unser heutiges Geburtstagskind forschen lassen“, Universität Wien, 13 mars (...)

12En ce qui concerne leur analyse systématique, au-delà de la description d’exemples individuels, un premier aspect, qui mérite plus ample examen, a déjà été abordé : le nivellement de la différence culturelle confessionnelle et l’avance temporelle protestante sur la culture jubilaire historique catholique au début de la période moderne, avance notable y compris en ce qui concerne les jubilés universitaires. Un deuxième aspect pourrait être l’autoréférentialité du jubilé, parfois qualifiée de « dynamique propre33 ». Cela renvoie au fait que la référence à des jubilés antérieurs et l’anticipation de jubilés à venir, ainsi que la perception des jubilés d’organisations et d’institutions concurrentes, créèrent un système de repères autoréférentiels qui transforma sa propre histoire en une chaîne de jubilés, devenant presque, à travers une quasi-injonction à la répétition, le moteur de la culture jubilaire. Toutefois, ce paradigme de l’autoréférentialité inclut également l’examen des jubilés précédents au sein de sa propre institution. À Vienne, par exemple, l’accent avait déjà été mis il y a quelques années lors d’un séminaire traitant l’hexacentenaire de l’université en 1965 comme un cas révélateur des relations entre science et politique dans les années 1960, notamment comme précurseuses de 1968, « et aussi par rapport au 650e anniversaire en 201534 » qui, lui-même, fait désormais partie de l’histoire. Cela permet une comparaison analytique assez fructueuse des situations mémorielles, car lors d’un jubilé, le passé est toujours orienté vers l’histoire propre de l’institution. Ainsi, les jubilés ne nous informent pas tant sur ce qui a été, mais ils nous renseignent surtout sur l’approche de l’histoire pratiquée dans une situation mémorielle spécifique : dans un sens rétrospectif, en indiquant clairement quels éléments de la tradition sont mis à jour et mis en scène, et ceux qui sont victimes de l’oubli ou sont consciemment exclus ; et dans un sens prospectif, quels messages programmatiques doivent être transmis en mettant en scène des éléments partiels de la tradition dans un processus d’auto-génération. Le fait que ce retour au passé pointe également vers l’avenir se reflète dans la rhétorique propre au jubilé : la tradition mise en scène dans le cadre jubilaire est toujours une tradition vivante, qui mérite d’être préservée dans le présent et qui est capable de se développer à l’avenir. Le slogan « Nouvelle depuis 1365 » créé pour le jubilé de l’université de Vienne en 2015 et les mots-clés « tradition et innovation » identifiés pour la série de conférences anniversaire « L’université de Vienne 1365-2015 » s’inscrivent parfaitement dans cette tradition jubilaire et dans la rhétorique qui lui est associée. Ou, pour citer le compte rendu de la conférence anniversaire du 12 mars 2015 sur la page d’accueil de l’université de Vienne : « Festive, académique, réfléchie, tournée vers l’avenir35 ».

  • 36 Les « liens qui existaient autrefois entre nos universités » (Duda, 1965, 30).
  • 37  « qui améliora le télégraphe […] et développa la science de l’électricité, la statique et la dynam (...)
  • 38 Becker, 2008.

13Après cette dernière mention de la rhétorique jubilaire, un mot peut-être sur la langue elle-même. Le fait que les discours jubilaires soient prononcés dans la langue maternelle nous semble plus ou moins évident. Mais, toujours à l’occasion du jubilé de l’université de Vienne en 1965, le recteur de l’université de Cracovie a tenu en latin son introduction et rappelé les vincula, quibus nostrae Universitates praeterito tempore inter se coniunctae fuerunt36. Il s’agissait peut-être d’une relique linguistique d’il y a cinquante ans, mais le fait est que pendant une période considérable, l’université moderne a fonctionné au moins partiellement avec la langue latine comme critère de distinction et comme symbole de l’harmonisation entre tradition et innovation. Lorsque, en 1860, Werner von Siemens, l’un des plus importants représentants de l’ère industrielle et du progrès technique, fut honoré lors des célébrations du cinquantenaire de l’université de Berlin et reçut un doctorat honorifique, l’hommage était en latin : qui apparatus telegraphicos emendavit [...] atque scientiam electrices et staticam et dynamicam amplicavit37. Les lettres d’invitation et de félicitations émises à l’occasion de jubilés universitaires étaient également généralement rédigées dans l’ancienne langue savante, le latin, jusqu’à la fin du xixe siècle ; même les universités américaines ne passent qu’ensuite à l’anglais38 – qui fait désormais partie intégrante de la pratique et de l’enseignement universitaires dans le monde planétarisé d’aujourd’hui, dans un contexte de stratégies d’internationalisation des universités.

14L’exemple du recteur de Cracovie et de Werner von Siemens m’amènent à deux autres aspects de la culture jubilaire qui sont accessibles à une exploration systématique : le système de délégation et – c’est dans une certaine mesure le propre de l’université – les promotions honorifiques.

  • 39 Müller, 1986, 522.
  • 40 NdT : en anglais scientific community dans le texte original.
  • 41 Müller, 2010, 80.
  • 42 NdT : Bonn est alors situé en Prusse.
  • 43 NdT : À l’époque du roi de Bavière Maximilien II (1848-1864), de nombreux professeurs recrutés par (...)
  • 44 Sing, 1996.
  • 45 NdT : Entre 1472 et 1800, l’Université se trouvait à Ingolstadt.
  • 46 Chronik der Ludwig-Maximilians-Universität München für das Jahr 1871/72. Vom 26. Juni 1871 bis 31. (...)
  • 47 NdT : L’université porte ce nom depuis 1802. Il fait référence à son refondateur (le roi Maximilia (...)
  • 48 NdT : Ignaz von Döllinger (1799-1890), théologien catholique et historien de l’Église.
  • 49 Chronik der Ludwig-Maximilians-Universität München für das Jahr 1871/72, op. cit., p. 52.

15Au début de l’ère moderne, il était déjà courant que les universités se rendent mutuellement hommage lors des célébrations jubilaires, à l’occasion desquelles les différences confessionnelles étaient également surmontées : « la coutume d’envoyer des délégations à de telles cérémonies est presque universelle, et se fonde sur la courtoisie et l’estime que les universités aiment à se témoigner les unes aux autres », déclara par exemple en 1786 le doyen de la faculté de philosophie de l’université d’État bavaroise d’Ingolstadt devant les invitations de l’université d’Heidelberg aux célébrations de son quadricentenaire39. Non seulement cette coutume se maintint au xixe siècle, mais cette politique d’invitation se répandit de plus en plus. Par-delà les frontières politiques et confessionnelles, non seulement les universités des Länder allemands mais les universités étrangères aussi reçurent de plus en plus d’invitations. Le fait que les universités se définissent ainsi comme une communauté scientifique40 à part entière a deux conséquences. D’une part, les rapports officiels accordent également une attention particulière aux présences et absences. Lors du jubilé de l’université de Berlin en 1860, un observateur fit d’abord une erreur en mettant un point d’interrogation devant le nom de l’université de Vienne, car il doutait que les représentants des universités autrichiennes aient trouvé leur chemin jusqu’en Prusse. Finalement, tout le ressentiment retomba sur l’université de Prague, seule université germanophone de renom n’ayant pas jugé bon de faire le déplacement à Berlin41. D’autre part, on note dans les assurances d’estime mutuelle une indéniable tendance au nivellement des différences réelles et à la surenchère. Cela apparaît clairement, par exemple, en 1872, lors de la célébration du quadricentenaire de l’université de Munich, lorsque Heinrich von Sybel, porte-parole des universités allemandes, prononça l’introduction. Sybel a enseigné à Munich entre 1856 et 1861 avant sa nomination à Bonn42, et en tant que protestant et partisan de la solution prussienne d’une petite Allemagne dans la controverse sur les dites « Lumières du Nord » (Nordlichterstreit)43, il s’est farouchement opposé à l’esprit catholique d’une grande Allemagne44. Bien sûr, il n’en était alors plus question. Sybel loua plutôt l’époque Ingolstadt de l’université de Munich45, dominée par l’ordre des Jésuites, et remercia le destin de lui avoir permis d’être le témoin « pendant plusieurs années heureuses46 » des débuts de la dernière phase de développement de la Ludovico Maximiliana47. Mais il décrocha sans aucun doute la timbale lorsque, après l’intervention d’Ignaz von Döllinger48, il reprit spontanément la parole pour féliciter le recteur à l’occasion de sa fête, qui coïncidait avec l’anniversaire de l’université : « en ce jour de la fête de saint Ignace de Loyola, je tiens ici à acclamer ce nouvel Ignace » ; le procès-verbal fait état de « cris d’enthousiasme »49.

  • 50 Duda, 1965, 17 et suiv.
  • 51 NdT : Heinz Fischer était alors le Président de la République d’Autriche.

16Si l’on examine le système de délégation des années 1965 et 2015 à Vienne, la comparaison de la situation du jubilé est également très révélatrice. En 1965, le jubilé fut en quelque sorte une vieille affaire européenne, et les recteurs des universités de Paris, Bologne, Oxford, Munich, Cracovie et Graz prirent la parole lors de la cérémonie officielle50. En 2015, le spectre de la politique d’invitation me semble beaucoup plus large, et inclut par exemple des universités des États-Unis et de Chine. Ce jubilé reflète donc la mondialisation et les stratégies internationales de réseautage. Dans le même temps, la tension entre régionalisme et mondialisation avait été le thème d’une conférence jubilaire de 2015 intitulée « Les universités mondiales et leur impact régional ». Le titre de la conférence montre du reste à nouveau le changement linguistique mentionné ci-dessus, qui avait quand même réservé une place au latin le 13 mai 2015, en tant que point culminant des célébrations du 650e anniversaire : lors du dies honorum, le jour des hommages, Heinz Fischer51 reçut des doctorats honorifiques dans le cadre de la Promotio sub auspiciis Praesidentis Rei Publicae.

  • 52 Müller, 2010, 82.
  • 53 Voir, entre autres, Cheal, 1988 ; Blau, 1964. NdT: en anglais gift economy dans le texte original.

17L’aspect du droit à délivrer des doctorats ainsi abordé est, en un sens, le proprium des universités, et les études doctorales font donc partie intégrante des jubilés universitaires, même si on peut observer un passage du doctorat au doctorat honorifique52. À Heidelberg en 1786, et toujours lors du centenaire de Göttingen en 1837, les procédures de remise des diplômes étaient strictement académiques. À Heidelberg, par exemple, des thèses furent présentées par les doctorants pendant deux jours en présence des invités, et des débats et soutenances eurent lieu. Dans la seconde moitié du xixe siècle, on n’exigeait plus tant de dur labeur quotidien des invités au jubilé et du public. Au lieu de cela, on passa à des doctorats honorifiques, comme ce fut le cas à Berlin en 1860, c’est-à-dire qu’on honora des personnalités méritantes pour leur engagement en faveur de l’université, de la science ou du bonum commune. Cela réjouissait la personne honorée et, en même temps, le pouvoir de valorisation du statut social de l’université rayonnait jusque sur elle-même et pouvait même aussi porter des fruits matériels immédiats sous la forme d’activités de mécénat de la personne honorée, par exemple via une fondation. Le fait que l’analyse des doctorats honorifiques promette des aperçus intéressants sur la conception de soi et les stratégies de réseautage des universités, surtout si, à la lumière de la réciprocité implicite, on les considère comme un phénomène issu de « l’économie du don53 », ne doit pas être noté seulement en passant. Le lien entre les jubilés universitaires et le système des fondations est évident : les fondations, l’octroi de bourses, les financements de bâtiments universitaires – tout cela a fait et continue de faire des jubilés universitaires non seulement un lieu de formation de la mémoire historique, mais aussi un lieu où se construisent les revendications de légitimité pour l’avenir.

  • 54 Brix et Stekl, 1997.
  • 55 Müller, 1998, 91 et suiv.
  • 56 Augstein, Rudolf, „Chancen des Intellektuellen zu einer Gestaltung der Wirklichkeit. Vortrag vom 6 (...)
  • 57 Stanzl, Eva, „Die Lehre in Zeiten des Jubilierens“, Wiener Zeitung Online, 20 mars 2015 : http://w (...)

18Cependant, si les remises de doctorats honorifiques prévues à Vienne en 2015 furent également placées sous le signe de la réparation et de la réconciliation, au sens où les familles de scientifiques de renom avaient dû quitter Vienne après 1938, et si les femmes scientifiques furent également davantage honorées – en 1965, vingt-sept hommes ont reçu des doctorats honorifiques, contre deux femmes –, cela renvoie à la pertinence d’une comparaison entre des occasions commémoratives identiques, mais à des moments différents, et au fait que lors d’un jubilé se livre toujours également une « bataille pour la mémoire54 ». Cela n’est pas sans conséquences pour l’événement essentiellement positif qu’est le jubilé historique : depuis la Seconde Guerre mondiale s’est développée sur le fond des catastrophes historiques de la première moitié du xxe siècle une sorte de culture du contre-jubilé, qui permit non seulement de définir des lignes de continuité connotées positivement, mais aussi de se saisir du sujet des évolutions indésirables et des déficits institutionnels55. Pour les jubilés universitaires de l’espace germanophone, les années 1960 et 1970 formèrent ici la césure décisive. La question soulevée à Marbourg (et probablement pas seulement là) à l’occasion des célébrations du 450e anniversaire, de savoir si des célébrations jubilaires officielles, qui véhiculeraient l’image inexacte d’une « université en bonne santé », devaient être organisées pour l’anniversaire de la fondation de l’université, en est un symptôme. À Tübingen, en 1977, des étudiants et de jeunes scientifiques publièrent un « contre-hommage » [Gegenfestschrift] et, dans le cadre d’une « contre-exposition », une contre-publication critique envers le catalogue de l’exposition officielle d’anniversaire fut présentée dans un cahier noir. Lors du jubilé de l’université de Vienne en 1965 également, nous trouvons des indices du fait que la représentation de soi a pu coïncider avec la réflexion sur soi, par exemple, lorsqu’un panel de discussion mené avec éclat par Golo Mann et Rudolf Augstein et organisé par les étudiants de l’université débattit de la fonction critique de l’intellectuel dans la société56. À Vienne, en 2015, la distribution de la « soupe à la précarité » par le personnel universitaire en contrat à durée déterminée fut l’un des événements qui eurent lieu parallèlement à la cérémonie officielle du 12 mars 2015 dans cette tradition de contre-jubilé : « Si on utilisait seulement une partie du budget des événements jubilaires prévus en octobre pour convertir des postes universitaires à durée déterminée en postes permanents, on aurait déjà fait beaucoup57 ».

  • 58 Redaktion (uni:view), „Bedrohte Intelligenz“. Eine Ausstellung an der Universität Wien, Universitä (...)
  • 59 Le prix Nobel Karplus : « On me traite comme une rockstar » („Ich werde behandelt wie ein Rockstar (...)

19Si depuis les années 1960 les jubilés universitaires ont également fonctionné pour les universités comme forum d’un examen critique de leur propre histoire – une nouvelle accentuation que l’on observe également dans la culture de commémoration politique, mais aussi, avec un décalage dans le temps, dans les jubilés des entreprises et des sociétés –, cette révision critique de l’histoire en fonction du cycle jubilaire est et a été pour les universités d’Allemagne et d’Autriche synonyme d’un examen de leur rôle pendant l’ère nationale-socialiste. C’est ce débat, souvent entamé tardivement, qui, n’ayant pas encore été mené, par exemple, lors de la célébration de l’hexacentenaire de Vienne en 1965, joua ensuite – avec un décalage temporel nécessaire – un rôle d’autant plus important en 2015, année du jubilé de Vienne : il convient de mentionner, entre autres, l’exposition « Intelligence menacée », qui ouvrit ses portes le 17 mars 2015 et traita de ce que l’on appelle l’Anschluss, de la nazification et de la souffrance des victimes des nazis58. Les doctorats honorifiques décernés lors de l’année jubilaire de 2015 furent également consacrés à la réparation et à la réconciliation, au sens où ce sont Martin Karplus et Ruth Klüger, deux universitaires nés à Vienne respectivement en 1930 et 1931, qui avaient été contraints de fuir ou déportés après 1938, qui les reçurent. « J’ai quitté l’Autriche il y a 75 ans et je n’ai jamais entendu parler de ce pays depuis. Et maintenant, je suis ici et on me traite comme une rock star. Bien sûr, on essaie de compenser quelque chose » – déclara Martin Karplus, prix Nobel de chimie, dans une interview publiée dans le Standard le 13 mai 201559.

  • 60 Bussmann, 1993.
  • 61 NdT : Cour des arcades, cour emblématique de l’université de Vienne.
  • 62 „Frauen Aus/Schluss - Sprechchor mit Elfriede Jelinek Text ‚Schlüsselgewalt‘“, Universität Wien : (...)
  • 63 Maisel, 2007.

20La dimension de révision historique critique peut être approfondie au regard d’un deuxième axe du jubilé de l’université de Vienne en 2015. Il s’agit du thème de l’égalité entre les sexes et des femmes dans les sciences, des « belles-filles de l’alma mater60 », pour citer le titre d’une exposition organisée en 1993 à Munich pour le 90e anniversaire des études féministes. L’année 1993 marque presque exactement le moment où les femmes dans les sciences devinrent un segment indépendant de l’histoire des sciences et des universités – mais aussi de la culture jubilaire et honorifique universitaire. Le changement qui eut alors lieu peut être à nouveau assez bien illustré en comparant la situation des jubilés de Vienne de 1965 et 2015 : ce qui, en 1965, n’était pratiquement pas un sujet de discussion fut décidément un thème dominant en 2015, comme en témoigne, entre autres, une analyse critique de la pratique académique de l’hommage à travers des monuments et bustes dans l’Arkadenhof61 de l’université de Vienne, où, le 10 juin 2015, un chœur de femmes présenta le texte Key Power d’Elfriede Jelinek62. Indépendamment de ce jubilé, le manque de visibilité des femmes dans le domaine des sciences à l’Arkadenhof avait d’ailleurs déjà été un sujet en 2009, lorsque le projet artistique Der Muse reicht’s (La muse en a ras le bol) attira l’attention sur le fait que même près de cent ans après l’admission des femmes à l’université et environ cinquante ans après la nomination des premières femmes professeures, l’Arkadenhof restait un domaine masculin63.

  • 64 Geschichte der Universität Leipzig 1409–2009, édition à l’initiative du recteur de l’université de (...)
  • 65 Tenorth, 2012.
  • 66 Voir 650 Jahre Universität Wien – Aufbruch ins neue Jahrhunder, t. 1, Kniefacz, K., Nemeth, E., Po (...)
  • 67 Müller, 1998, 90 et suiv.

21Le fait qu’il soit également capable de susciter un examen critique de l’histoire institutionnelle de l’université elle-même ne semble pas être la moindre des réussites du jubilé universitaire, qui a longtemps été conçu en priorité dans le but de produire des récits de réussite positive. Cela met en évidence un autre aspect systématique des jubilés universitaires, à savoir le lien entre les jubilés et histoires universitaires, que l’on peut aujourd’hui encore toucher du doigt : cinq volumes en 2009 à Leipzig à l’occasion de l’hexacentenaire de l’université64, l’histoire en six volumes de l’université Humboldt de Berlin65, initiée pour le bicentenaire, et plus récemment les quatre volumes Six cent cinquante ans de l’université de Vienne, dans lesquels on a voulu innover conceptuellement, par exemple en mettant l’accent sur une réévaluation critique approfondie de l’histoire du xxe siècle66. À elle seule, cette petite liste issue du temps présent montre le lien étroit entre le jubilé universitaire et la sous-discipline historique de l’histoire universitaire, dont un prototype avait en fait déjà été plus ou moins réalisé lors du jubilé de l’université de Heidelberg en 1587, lorsque le recteur Sohn déjà mentionné profita des célébrations pour faire une présentation de deux cents ans d’histoire de l’université de Heidelberg entièrement basée sur l’étude de documents officiels67.

  • 68 Hammerstein, 1983, 601.

22Ce lien étroit soulève naturellement la question de savoir si un paysage de recherche qui atteint régulièrement des sommets lors des jubilés, puis en revient à un calme plat, rend justice à l’objet de la recherche en histoire des sciences et des universités, et si une stabilisation indépendante des jubilés ne serait pas plus souhaitable. Moins de « publications anniversaire », plus de « travail quotidien » – c’est ce que l’historien des universités Notker Hammerstein réclamait déjà dans un article publié en 198368. On pourrait ensuite se demander si les opulentes publications commémoratives sont toujours d’actualité. Malgré la richesse de leurs résultats, mais parfois aussi leurs synthèses kaléidoscopiques et plus ou moins affirmatives, elles semblent s’inscrire davantage dans la tradition de la publication commémorative honorifique du xixe siècle, où les universitaires, ayant une charge d’enseignement plus faible, moins d’étudiants, moins d’appareils bureaucratiques et moins d’obligations à obtenir des projets financés par des tiers, avaient considérablement plus de temps pour produire des publications commémoratives. Afin d’aborder de manière productive la question de la pertinence des publications commémoratives, il semblerait par exemple logique – et pour le coup, cela ne s’applique pas uniquement aux universités – d’offrir à l’occasion des jubilés des bourses aux étudiants en doctorat et post-doctorat pour mener des recherches fondamentales en histoire des sciences en vue du jubilé à venir de l’université.

  • 69 „Uni-fiction. Studieren in Wien. Ewas andere Geschichten“, Universität Wien : https://blog.univie. (...)
  • 70 „Über das Projekt“, Universität Wien : http://geschichte.univie.ac.at/de/ueber-das-projekt (consul (...)
  • 71 Hartmann, 1976.
  • 72 Ibid., 41 et suiv. ainsi que la suite parue sous le nom de Leporello, [1886], Festzug. Jubiläum de (...)
  • 73 Ainsi, a eu lieu en 1965 un symposium de protestation, „Gestaltung der Wirklichkeit“ : http://www. (...)
  • 74 NdT : en anglais scientific community dans le texte original.

23Dans le même temps, on assiste avec les jubilés universitaires d’aujourd’hui à l’émergence de nouvelles pratiques avec l’apparition d’Internet, et cela me semble avoir été particulièrement le cas à Vienne en 2015. Le spectre va ici du blog plutôt ludique et fictif « six cent cinquante ans d’études à Vienne69 » à une histoire de l’université de Vienne selon le principe Wikipédia, « Six cent cinquante ans – Histoire de l’université de Vienne70 », qui peut être complétée en permanence et qui contient également, soit dit en passant, une contribution sur les jubilés universitaires précédents qui invite le lecteur à comparer les situations d’anniversaire, ce que présente également la contribution, et qui – en guise de point de vue final – montre également un changement considérable dans les relations entre université et public. Les processions publiques de l’université, dans la tradition des actus publicus vel sollemnis du début de l’époque moderne, dans lesquels les membres de l’université défilaient dans la ville de leur institution en tenue officielle et se présentaient comme une corporation ou une guilde de commerçants, appartiennent au passé. Au xixe siècle en particulier, ce système de procession est constamment élargi et transformé en concours historiques avec des tableaux vivants et des costumes anciens, comme ceux organisés dans le cadre des jubilés de villes et de dynasties71. En 1886, le défilé universitaire historique le plus élaboré eut lieu à Heidelberg avec 930 participants et 100 000 spectateurs72. Cette forme de représentation publique de soi était courante jusque dans les années 1960 et 1970. En 1965, les professeurs viennois défilèrent donc dans la ville dans des toges spécialement confectionnées pour le jubilé, les fraternités étudiantes portant les couleurs de l’université étant également intégrées au cortège public. Tout cela ne fut déjà pas sans susciter de controverse en 196573, et ces anciennes formes de représentation universitaire de soi devinrent obsolètes au plus tard à la date symbolique de 1968. Elles n’ont également joué aucun rôle à Vienne en 2015. Au lieu de cela, le public de la ville et les étudiants ont été impliqués par le biais de retransmissions en direct, d’un festival sur le campus et de galeries de photos sur lesquelles on pouvait télécharger des selfies faits dans ses endroits préférés dans l’université. Et avec son sens du symbolisme des nombres propre au jubilé, l’université de Vienne participa le 12 avril 2015, à l’occasion de la célébration de son 650e anniversaire, au 32e marathon de la ville de Vienne avec 650 coureurs portant des dossards Uni-Wien. En d’autres termes : avec le jubilé universitaire, la communauté scientifique74 s’inscrit dans la culture événementielle commune ; le jubilé ne constitue jamais uniquement une manifestation d’information historique, mais aussi une objectivation de l’esprit du temps. Il ne s’agit de fait pas seulement de l’évocation de la tradition, de sa concentration et de sa consolidation dans la mémoire collective, mais aussi d’une auto-génération de l’institution universitaire, adressée au présent du moment et calculée en vue de l’avenir.

Haut de page

Bibliographie

Ascherson, F. (éd.), 1863, Urkunden zur Geschichte der Jubelfeier der Königlichen Friedrich-Wilhelms-Universität zu Berlin im October 1860, Berlin.

Becker, E. W., 1999, Zeit der Revolution! Revolution der Zeit? Zeiterfahrungen in Deutschland in der Ära der Revolutionen 1789–1848/49, Göttingen.

Becker, T. P., 2008, „Jubiläen als Orte universitärer Selbstdarstellung. Entwicklungslinien des Universitätsjubiläums von der Reformationszeit bis zur Weimarer Republik“, dans Schwinges, R. C. (éd.), Universität im öffentlichen Raum, Basel, p. 77-107.

Blau, P. M, 1964, Exchange and Power in Social Life, Londres/Sidney.

Bonjour, E., 1960, Die Universität Basel von den Anfängen bis zur Gegenwart 1460–1960, Basel.

Brix, E. et Stekl, H. (éd.), 1997, Der Kampf um das Gedächtnis. Öffentliche Gedenktage in Mitteleuropa, Vienne/Cologne/Weimar.

Bussmann, H. (éd.), 1993, Stieftöchter der Alma mater? 90 Jahre Frauenstudium in Bayern – am Beispiel der Universität München, catalogue de l’exposition, Munich.

Calvesi, M. (éd.), 1999, Rejoice! 700 Years of Art for the Papal Jubilee, New York.

Cannadine, D., 1994, Die Erfindung der britischen Monarchie 1820–1994, Berlin.

Cheal, D., 1988, The Gift Economy, Londres/New York.

Duda, H. W. (éd.), 1965, Die Sechshundertjahrfeier der Universität Wien. Offizieller Festbericht, Vienne.

Ermann, W. et Horn, E., 1965 [1904], Bibliographie der deutschen Universitäten, t. 2., Ndr. Hildesheim, 1001f.

Feuchtersleben, E. von, [1847], Das Fünfzigjährige Jubiläum des Aufgebotes der Vienneer Hochschule zum Kriegsdienste am 7. April 1797, Vienne.

Flügel, W., 2005, Konfession und Jubiläum. Zur Institutionalisierung der lutherischen Gedenkkultur in Sachsen 1617–1830, Leipzig.

Fuhrmann, H., ³1988, ,„Jubel“. Eine historische Betrachtung über den Anlaß zu feiern‘, dans id., Einladung ins Mittelalter, Munich, p. 239-252.

Hammerstein, N., 1983, „Jubiläumsschrift und Alltagsarbeit. Tendenzen bildungsgeschichtlicher Literatur“, Historische Zeitschrift, 236, p. 601-633.

Hartmann, W., 1976, Der historische Festzug. Seine Entstehung im 19. und 20. Jahrhundert, Munich.

Heerbrand, J., 1578, Ein Predig/Von der hohen Schul zu Tübingen/Christlichem Jubel Jar den 20. tag Hornungs gehalten, Tübingen, 2f.

Hunnius, A., 1603, „Eine Christliche Predigt/Von dem Evangelischen Christlichen Jubelfest/der Universitet Wittemberg. Gehalten in der Pfarrkirchen daselbst/den 17. Octobris/auff den Sontag vor solcher solennitet“, dans Acta Jubilaei Academiae Witebergensis, celebrati anno 1602, Wittenberg.

Hyrtl, J., 1865, Festrede zur fünften Säcularfeier der Vienneer Universität am 2. August 1865, Vienne.

Loofs, F., 1917, „Die Jahrhundertfeier der Reformation an den Universitäten Wittenberg und Halle 1617, 1717 und 1817“, Zeitschrift des Vereins für Kirchengeschichte der Provinz Sachsen, 14, p. 1-68.

Maisel, T., 2007, Gelehrte in Stein und Bronze. Die Denkmäler im Arkadenhof der Universität Wien, Cologne/Vienne/Weimar.

Meinhold, A., 1988, „Jubeljahr I“, dans Theologische Realenyzklopädie, t. 17, Berlin/New York, p. 280-281.

Mergen, S., 2005, Monarchiejubiläen im 19. Jahrhundert. Die Entdeckung des historischen Jubiläums für den monarchischen Kult in Sachsen und Bayern, Leipzig.

Müller, W., 1986, „Das Heidelberger Universitätsjubiläum des Jahres 1786. Der Reisebericht der Ingolstädter Professoren Coelestin Steiglehner und Heinrich Palmatius Leveling für Kurfürst Karl Theodor“, dans Doerr, W. (éd.), Semper apertus. Sechshundert Jahre Ruprecht-Karls-Universität Heidelberg 1386–1986, t. 1, Berlin/Heidelberg/New York/Tokyo, p. 521-554.

Müller, W., 1998, „Erinnern an die Gründung. Universitätsjubiläen, Universitätsgeschichte und die Entstehung der Jubiläumskultur in der frühen Neuzeit“, Berichte zur Wissenschaftsgeschichte, 21, p. 79-102.

Müller, W., 2002, „Instrumentalisierung und Selbstreferentialität des historischen Jubiläums. Einige Beobachtungen zu Eigengeschichte und Geltungsanspruch eines institutionellen Mechanismus“, dans Melville, G. et Vorländer, H. (éd.), Geltungsgeschichten. Über die Stabilisierung und Legitimierung institutioneller Ordnungen, Cologne/Weimar/Vienne, p. 265-284.

Müller, W., 2004, „Das historische Jubiläum. Zur Geschichtlichkeit einer Zeitkonstruktion“, dans id. (éd.), Das historische Jubiläum. Genese, Ordnungsleistung und Inszenierungsgeschichte eines institutionellen Mechanismus, Münster, p. 1-75.

Müller, W., 2010, „Inszenierte Erinnerung an welche Traditionen? Universitätsjubiläen im 19. Jahrhundert“, dans vom Bruch, R. (éd.), Die Berliner Universität im Kontext der deutschen Universitätslandschaft nach 1800, um 1860 und um 1910, Munich, p. 73-92.

Mulmann, J., [1609], Zwo christliche Jubel-Predigten bey dem andern Jubilaeo Academiae Lipsensis, oder Begängniß der andern vollendeten Hundertjahrzeit, Leipzig.

O’Grady, D., 1999, Alle Jubeljahre. Die „Heiligen Jahre“ in Rom von 1300 bis 2000, Freiburg/Basel/Vienne.

Paulus, N., ²2000, Geschichte des Ablasses im Mittelalter. Vom Ursprunge bis zur Mitte des 14. Jahrhunderts, 2 tomes, Darmstadt.

Perkmann, R., 1865, Zur Geschichte der Vienneer Universität. Auch ein Beitrag zur halbtausendjährigen Jubelfeier, Leipzig.

Petersohn, J., 1989a, „Jubiläum, Heiligsprechung und Reliquienerhebung Bischof Ottos von Bamberg im Jahre 1189“, dans 125. Bericht des Historischen Vereins Bamberg, p. 35-58.

Petersohn, J., 1989b, „Jubiläumsfrömmigkeit vor dem Jubelablaß. Jubeljahr, Reliquientranslation und „remissio“ in Bamberg (1189) und Canterbury (1220)“, dans Deutsches Archiv für Erforschung des Mittelalters, 45, p. 31-53.

Schimmelpfennig, B., 1999, “Heiliges Jahr”, dans Lexikon des Mittelalters, t. 4, Stuttgart, p. 2024-2025.

Schönstädt, H.-J., 1978, Antichrist, Weltheilsgeschehen und Gottes Werkzeug. Römische Kirche, Reformation und Luther im Spiegel des Reformationsjubiläums 1617, Wiesbaden.

Schroff, C. D., 1866, Bericht über die fünfhundertjährige Jubelfeier der Vienneer Universität im Jahre 1865, Vienne.

Sing, A., 1996, Die Wissenschaftspolitik Maximilians II. von Bayern (1848–1864). Nordlichterstreit und gelehrtes Leben in München, Berlin.

Smolinsky, H., 1988, „Jubeljahr II“, dans Theologische Realenzyklopädie, t. 17, Berlin/New York, p. 282-283.

Sohn, G., 1988 [1615], Rede vom Ursprung der Universität Heidelberg 1587. Faksimile der Erstveröffentlichung von 1615, éd. par Reinhard Düchting, Heidelberg.

Tenorth, H. E. (éd.), 2012, Geschichte der Universität Unter den Linden 1810–2010, 6 tomes, Berlin.

Thurston, H., 1900, The Holy Year of Jubilee. An Account of the History and Ceremonial of the Roman Jubilee, Londres.

Wagner, W. E., 2011, „Ein entfallenes Jubiläum? Wie die Universität Rostock ihr einhundertjähriges Bestehen beging“, dans Kasten, B., Manke, M., Wurm, J. P. (dir.), Leder ist Brot. Beiträge zur norddeutschen Landes- und Archivgeschichte. Festschrift für Andreas Röpcke, Schwerin, p. 137-152.

Wagner, W. E., 2018, „Die Erfindung des Universitätsjubiläums im späten Mittelalter“, dans Kintzinger, M., Füssel, M. et Wagner, W. E. (éd.), Akademische Festkulturen vom Mittelalter bis zur Gegenwart. Zwischen Inaugurationsfeier und Fachschaftsparty, Basel (Veröffentlichungen der Gesellschaft für Universitäts- und Wissenschaftsgeschichte, t. 15.), p. 25-54.

Wolf, G., 1865, Studien zur Jubelfeier der Wiener Universität im Jahre 1865, Vienne.

Haut de page

Notes

1 Note de la tradutrice (NdT) : Je reprends ici le terme jubilé (Jubiläum) dans son acception allemande, qui a un sens plus large qu’en français, et englobe toutes les cérémonies anniversaires, et non pas seulement celle des cinquante ans d’un événement.

2 NdT : en anglais missing link dans le texte original.

3 Cette vue d’ensemble se fonde sur Müller, 2004.

4 Meinhold, 1988.

5 Smolinsky, 1988 ; Fuhrmann, 1988.

6 Paulus, ²2000.

7 Petersohn, 1989a, 44 et suiv.

8 Petersohn, 1989b.

9 NdT : en latin dans le texte original, ainsi que pour les occurrences suivantes.

10 Voir, à ce propos, l’habilitation de Stefan Benz soutenue à Passau en 2014 (non encore publiée) : Stefan Benz, Geschichtsbewußtsein und Geschichtskultur in der frühen Neuzeit: Zur Frage nach den anthropologischen Konstanten historischen Denkens, untersucht auf Grundlage der Geschichtszuwendung in Frauenklöstern (Conscience historique et culture historique au début de la période moderne : propos des constantes anthropologiques de la pensée historique, sur la base du rapport à l’histoire dans les monastères de femmes), Passau, 2015, 493 pages. Pour des éléments sur des jubilés d’entrée dans les ordres [Professjubiläen] plus tardifs, voir Müller, 2004, 47.

11 Petersohn, 1989b, 34.

12 Cité d’après Paulus, 2000, t. 2, 78.

13 Thurston, 1900 ; Schimmelpfennig, 1999 ; Calvesi, 1999.

14 Voir l’entrée « Giubileo universale della Chiesa cattolica » du Wikipédia italien : https://it.wikipedia.org/wiki/Giubileo_universale_della_Chiesa_cattolica (consulté le 30 juin 2020).

15 O’Grady, 1999.

16 Schönstädt, 1978 ; Flügel, 2005.

17 Voir Müller, 1998 d’où sont aussi tirés les exemples suivants.

18 Bonjour, 1960, chap. 27 ; Müller, 2004, 21.

19 Wagner, 2018.

20 Wagner, 2011.

21 Heerbrand, 1578. Pour consulter d’autres documents relatifs au jubilé de Tübingen de 1578 ainsi que des documents ayant trait aux jubilés universitaires en général, voir Ermann et Horn, 1965 [1904].

22 Sohn, 1988 [1615], 9.

23 Hunnius, 1603, 7. Au sujet du jubilé universitaire de Wittenberg, voir Loofs, 1917.

24 Mulmann, [1609], 9.

25 Müller, 2004, 28 et suiv.

26 Feuchtersleben, [1847], 1.

27 Voir à ce sujet entre autres Hyrtl, 1865 ; Schroff, 1866 ; Perkmann, 1865.

28 Wolf, 1865.

29 Voir, en référence à C. P. Snow, Cannadine, 1994, 7.

30 Becker, 1999, 15.

31 Mergen, 2005.

32 Müller, 2010.

33 Müller, 2002.

34 Le séminaire „Wissenschaft und Politik in den 1960er Jahren: Das 600-Jahr-Jubiläum der Universität Wien 1965 als Fallstudie für Wissenschaftsgeschichte im gesellschaftlichen Zusammenhang“ (Sciences et politique dans les années 1960 : 1965, le jubilé des six cents ans de l’université de Vienne en tant qu’étude de cas sur l’histoire des sciences dans un contexte social) a eu lieu à l‘Institut für Zeitgeschichte (Institut d’histoire du temps présent) de l’université de Vienne durant le semestre d’été 2008 sous la direction de Friedrich Stadler et Herbert Posch.

35 Redaktion (uni:view), „Unser heutiges Geburtstagskind forschen lassen“, Universität Wien, 13 mars 2015 : https://medienportal.univie.ac.at/uniview/uniblicke/detailansicht/artikel/unser-heutiges-geburtstagskind-forschen-lassen/ (consulté le 30 juin 2020).

36 Les « liens qui existaient autrefois entre nos universités » (Duda, 1965, 30).

37  « qui améliora le télégraphe […] et développa la science de l’électricité, la statique et la dynamique » (Ascherson, 1863, 109 ; voir aussi Müller, 2010).

38 Becker, 2008.

39 Müller, 1986, 522.

40 NdT : en anglais scientific community dans le texte original.

41 Müller, 2010, 80.

42 NdT : Bonn est alors situé en Prusse.

43 NdT : À l’époque du roi de Bavière Maximilien II (1848-1864), de nombreux professeurs recrutés par l’Université de Munich étaient originaires du Nord de l’Allemagne (d’où le nom dont ils furent affublés : Nordlichter, « Lumières du Nord »). Ceci provoqua entre 1850 et 1859 des protestations en particulier dans la presse catholique. C’était aussi une manière de critiquer le monarque considéré comme faisant preuve d’un tempérament distant soi-disant typique du Nord ainsi que d’une foi en la science qui aurait expliqué sa proximité d’avec la Prusse et son soutien à la solution prussienne d’une petite Allemagne.

44 Sing, 1996.

45 NdT : Entre 1472 et 1800, l’Université se trouvait à Ingolstadt.

46 Chronik der Ludwig-Maximilians-Universität München für das Jahr 1871/72. Vom 26. Juni 1871 bis 31. Juli 1872, Munich, 1872, p. 49.

47 NdT : L’université porte ce nom depuis 1802. Il fait référence à son refondateur (le roi Maximilian I. Joseph, 1756-1825, roi de Bavière entre 1806 et 1825) et son fondateur (le roi Louis IX, 1417-1479, duc de Bavière de 1450 à 1479).

48 NdT : Ignaz von Döllinger (1799-1890), théologien catholique et historien de l’Église.

49 Chronik der Ludwig-Maximilians-Universität München für das Jahr 1871/72, op. cit., p. 52.

50 Duda, 1965, 17 et suiv.

51 NdT : Heinz Fischer était alors le Président de la République d’Autriche.

52 Müller, 2010, 82.

53 Voir, entre autres, Cheal, 1988 ; Blau, 1964. NdT: en anglais gift economy dans le texte original.

54 Brix et Stekl, 1997.

55 Müller, 1998, 91 et suiv.

56 Augstein, Rudolf, „Chancen des Intellektuellen zu einer Gestaltung der Wirklichkeit. Vortrag vom 6. Mai 1965 beim Symposium „600. Gestaltung der Wirklichkeit“ der Österreichischen Hochschulschülerschaft an der Universität Wien“, Der Spiegel, 23, 1965 : http://magazin.spiegel.de/EpubDelivery/spiegel/pdf/46390408 (consulté le 30 juin 2020).

57 Stanzl, Eva, „Die Lehre in Zeiten des Jubilierens“, Wiener Zeitung Online, 20 mars 2015 : http://www.wienerzeitung.at/themen_channel/bildung/uni/741695_Die-Lehre-in-Zeiten-des.Jubilierens.html (consulté le 30 juin 2020).

58 Redaktion (uni:view), „Bedrohte Intelligenz“. Eine Ausstellung an der Universität Wien, Universität Wien, 10 mars 2015 : https://medienportal.univie.ac.at/uniview/veranstaltungen/detailansicht/artikel/bedrohte-intelligenz-eine-ausstellung-an-der-universitaet-wien/ (consulté le 30 juin 2020).

59 Le prix Nobel Karplus : « On me traite comme une rockstar » („Ich werde behandelt wie ein Rockstar“), interview par Peter Illetschko, le 13 mai 2015 : http://derstandard.at/2000015722578/Nobelpreistraeger-Karplus-Ich-werde-behandelt-wie-ein-Rockstar/ (consulté le 30 juin 2020).

60 Bussmann, 1993.

61 NdT : Cour des arcades, cour emblématique de l’université de Vienne.

62 „Frauen Aus/Schluss - Sprechchor mit Elfriede Jelinek Text ‚Schlüsselgewalt‘“, Universität Wien : https://www.youtube.com/watch?v=qEwsexzFM7M (consulté le 30 juin 2020).

63 Maisel, 2007.

64 Geschichte der Universität Leipzig 1409–2009, édition à l’initiative du recteur de l’université de Leipzig Franz Häuser, 5 tomes [dont le tome 4 en deux volumes], Leipzig, 2009.

65 Tenorth, 2012.

66 Voir 650 Jahre Universität Wien – Aufbruch ins neue Jahrhunder, t. 1, Kniefacz, K., Nemeth, E., Posch, H. et Stadler, F. (éd.), Universität – Forschung – Lehre. Themen und Perspektiven im langen 20. Jahrhundert ; t. 2, Ash, M. G. et Ehmer, J. (éd.), Universität – Politik – Gesellschaft ; t. 3, Grandner, M. et König, T. (éd.), Reichweiten und Außensichten. Die Universität Wien als Schnittstelle wissenschaftlicher Entwicklungen und gesellschaftlicher Umbrüche ; t. 4, Fröschl, K. A, Müller, G. B. et Schmidt-Lauber, B. (éd.), Reflexive Innensichten aus der Universität. Disziplinengeschichten zwischen Wissenschaft, Gesellschaft und Politik, Göttingen, 2015. Voir à ce sujet la recension de Dieter Langewiesche, „650 Jahre Universität Wien – Aufbruch ins neue Jahrhundert“ : http://www.hsozkult.de/publicationreview/id/rezbuecher-24705 (consulté le 30 juin 2020).

67 Müller, 1998, 90 et suiv.

68 Hammerstein, 1983, 601.

69 „Uni-fiction. Studieren in Wien. Ewas andere Geschichten“, Universität Wien : https://blog.univie.ac.at/kategorie/uni-fiction/ (consulté le 30 juin 2020).

70 „Über das Projekt“, Universität Wien : http://geschichte.univie.ac.at/de/ueber-das-projekt (consulté le 30 juin 2020).

71 Hartmann, 1976.

72 Ibid., 41 et suiv. ainsi que la suite parue sous le nom de Leporello, [1886], Festzug. Jubiläum der Universität Heidelberg 1386–1886, Heidelberg.

73 Ainsi, a eu lieu en 1965 un symposium de protestation, „Gestaltung der Wirklichkeit“ : http://www.bildarchivaustria.at/Pages/ImageDetail.aspx?p_iBildID=16113730.

74 NdT : en anglais scientific community dans le texte original.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Winfried Müller, « L’Université mise en scène »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 43-62.

Référence électronique

Winfried Müller, « L’Université mise en scène »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4549

Haut de page

Auteur

Winfried Müller

Technische Universität Dresden

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search