Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierCélébrer Cesare Lombroso (1906-1909)

Dossier

Célébrer Cesare Lombroso (1906-1909)

Jubilé et funérailles du père de l’anthropologie criminelle
Commemorating Cesare Lombroso (1906-1909): the jubilee and funeral of the founder of criminal anthropology
Silvano Montaldo
Traduction de Sylvie Pipari
p. 63-78

Résumés

L’article reconstruit les commémorations organisées en 1906 pour les trente ans d’enseignement turinois de Cesare Lombroso (1835-1909), ainsi que ses funérailles trois ans plus tard. À travers l’analyse du débat au conseil municipal et de la correspondance entre Lombroso et les autorités, se fait jour la dimension « à part » du personnage (juif, matérialiste et socialiste), au-delà du caractère officiel des célébrations, alors que la lecture des missives envoyées par admirateurs et disciples permet de souligner l’impact des idées lombrosiennes parmi les scientifiques et les personnages politiques de l’Italie du Sud, ce qui éclaire d’un jour nouveau les polémiques sur le présumé racisme anti-méridional de Lombroso. La reconstruction de la gestion de la mort de Lombroso, en 1909, confirme, quant à elle, l’altérité du personnage par rapport à la classe dirigeante de l’époque. En optant pour une mort laïque, proche d’une tradition minoritaire quoique bien ancrée dans la culture positiviste, Lombroso réaffirma son esprit à contre-courant.

Haut de page

Texte intégral

Turin, 1906 : un crépuscule lumineux

  • 1 Villa, 1985, 11-36.
  • 2 Ibid., 20.
  • 3 Ibid., 25.

1Du vendredi 27 avril au soir au jeudi 3 mai 1906, Turin célébra Cesare Lombroso, pour ses trente ans d’enseignement dans cette ville et en coïncidence avec les travaux du VIe Congrès international d’anthropologie criminelle1. Ces journées subalpines, inaugurées par la conférence d’Enrico Ferri, le plus connu des adeptes de Lombroso, au Teatro Regio et clôturées par une excursion dans la Vallée d’Aoste, étaient, pour Renzo Villa, quelque trois ans après la disparition du maître, « quasiment le point d’arrivée, avec sa force et sa faiblesse2 », de l’école fondée par Lombroso à la fin des années 1870. Pour la communauté scientifique, ce congrès – le second et dernier à se dérouler en Italie, après le Congrès romain de 1885, qui avait lancé les idées de Lombroso au niveau international – ne constitua pas une nouveauté : il rassemblait la cohorte traditionnelle de vieux criminologues qui répétaient des thèses désormais connues depuis longtemps3. Mais si le filon de l’anthropologie criminelle, qui avait introduit en Italie des thèmes novateurs et d’une portée considérable, s’était tari au début du xxe siècle, il n’en allait pas de même pour le système disciplinaire amorcé par les recherches des criminologues du xixe siècle.

  • 4 Comptes-rendus du VIe Congrès international d’Anthropologie criminelle (Turin, 28 avril-3 mai 1906 (...)
  • 5 L’opera di Cesare Lombroso nella scienza e nelle sue applicazioni. Prefazione del Prof. Leonardo B (...)

2L’intérêt de l’événement ne résiderait pas, selon Villa, dans les discussions qui s’étaient déroulées dans le grand amphithéâtre de l’université, dont les actes sortiront deux ans plus tard4, ni dans le volume contenant la pensée de vingt-neuf partisans de Lombroso sur l’œuvre de ce dernier, ceux-ci devant se mesurer avec les contradictions, les manipulations et les raccourcis qui émaillaient l’œuvre du maître5. Grâce à ces célébrations, Ferri, Eugenio Florian, Achille Loria, Enrico Morselli, Alfredo Niceforo, Max Nordau, Salvatore Ottolenghi, Giuseppe Sergi, Scipio Sighele, Augusto Tamburini et Pauline Tarnowski – pour évoquer les plus connus – et bien d’autres donnaient un sens aux nombreuses batailles qu’ils avaient menées aux côtés de Lombroso, mais ils indiquaient aussi que, pour certains d’entre eux, ils avaient désormais emprunté d’autres chemins. L’époque où Lombroso représentait des positions d’avant-garde était révolue.

  • 6 Villa, 1985, 31-35.

3Selon Villa, l’élément le plus significatif des célébrations de 1906 consiste dans les visites réalisées en marge des travaux, dans les lieux où le système criminologique de Lombroso – synthèse d’une conception bioanthropologique de la criminalité – s’était ancré et où il resterait influent pendant de nombreuses décennies encore. Des instituts turinois – les Nuove, la Generala, la Casa di ricovero per fanciulli deficienti, la Casa Benefica, le Regio Manicomio – incarnaient ainsi des savoirs et des pratiques qui, façonnés au cours du xixe siècle, réglèrent la vie de ceux qui subirent la prison, la maison de redressement, les institutions rééducatives et l’hôpital psychiatrique durant une grande partie du xxe siècle6.

  • 7 Ibid., 29. Sur le musée, voir Montaldo, 2015.

4Les congressistes se rendirent également au Museo di psichiatria e criminologia (Musée de psychiatrie et criminologie). Créé dans les années 1860 en tant que collection privée de Lombroso, collection qui l’avait suivi à Turin en 1876, ce musée avait été reconnu comme organe universitaire par l’Université turinoise, qui l’avait financé et lui avait attribué un siège prestigieux, en 1898, dans le nouveau palais qui abritait les instituts anatomiques. Plus qu’un musée de la criminalité, il était le témoin de l’édification idéologique réalisée par Lombroso à travers l’anthropologie criminelle, qui prétendait expliquer de manière unitaire chaque forme de déviance par rapport à la norme, qu’elle soit positive – celle du génie artistique et politique – ou négative – celle du criminel (à son tour subdivisée en différentes catégories : criminel-né, par habitude, occasionnel, par passion), du fou et de la prostituée7.

Un événement conflictuel

  • 8 Les archives originales du musée Lombroso ont été enrichies, après l’ouverture du musée en 2009, g (...)
  • 9 Butler Library, Columbia University, New York, Guglielmo Ferrero Papers, n. 16, Comitato per le on (...)

5Aujourd’hui toutefois, plus d’un siècle après l’événement, et grâce à une documentation archivistique enfin accessible8, l’histoire de ce congrès et de ces commémorations dévoile des facettes supplémentaires et permet d’avancer quelques réflexions. L’initiative de célébrer le père de l’anthropologie criminelle a été lancée lors du Congrès national des aliénistes italiens, à Gênes, en octobre 1904, et officialisée par un document daté du 15 novembre 19059, mais pour la ville de Turin, qui accueillit chaleureusement les hôtes venus rendre hommage à l’un de ses habitants les plus illustres, quoique d’adoption, il s’agit d’un moment porteur de tensions, dont l’organisation ne fut pas dépourvue de quelque embarras.

  • 10 Lombroso mai non si è sconcertato dell’aspra e rude battaglia, in cui si trovò solo a lottare, anz (...)

Lombroso ne s’est jamais laissé démonter par la rude bataille qu’il dut affronter seul, et son esprit ne souffrant aucun dogmatisme, aucun système métaphysique, rebelle à toute contrainte philosophique, y puisa même une nouvelle énergie, une nouvelle force pour poursuivre dans l’hypothèse qui avec une divination hardie anticipait la conclusion plus lente des faits10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

6Ainsi formulée par l’opposition socialiste, la proposition de message de félicitation que le Conseil municipal devait adresser au comité organisateur des célébrations semble faite pour diviser au lieu d’unir, car la motion faisait allusion à l’anticléricalisme viscéral de Lombroso et ne pouvait que heurter les membres catholiques de la représentation citadine. Pourquoi tourner la proposition en ces termes ? Était-ce par hostilité envers Lombroso lui-même qui, élu conseiller municipal en 1902 dans le groupe socialiste, avait rompu depuis plus d’un an avec les dirigeants locaux du parti ? Un différent portant sur l’installation hydroélectrique municipale l’avait en effet amené à démissionner de l’assemblée et à combattre le « oui » soutenu par les socialistes dans le référendum populaire – peut-être le premier qui se déroula à Turin – qui, en novembre, avait été organisé sur la question. Ou bien les socialistes voulaient-ils provoquer une rupture avec la partie catholique du conseil ? La réponse de cette dernière ne s’était d’ailleurs pas fait attendre : le marquis Filippo Crispolti ne niait pas les mérites du scientifique et reconnaissait que désormais « aucune science pénale ne pouvait exister sans investir le terrain qui avait été choisi par Lombroso lui-même ». Mais il soulignait que « la science lombrosienne se situait ex professo en contraste ouvert, en totale opposition avec ce qui pour [nous] et pour les autres touchait à la conscience et aux intimes convictions ». Lombroso, « vanté comme l’un des éminents champions encore en vie de la libre-pensée », ne pouvait à ses yeux qu’accepter ce désaccord portant sur la foi, puisqu’il était lui aussi « l’expression sincère d’une libre-pensée »11. Les représentants de la majorité libérale calmèrent le jeu, évitant que le différend n’aboutisse à un vote. Le député Edoardo Daneo, avocat et membre du comité organisateur des commémorations, comparant la science à une pyramide aux multiples côtés, proposa que l’hommage à Lombroso, « lequel a idéalement escaladé celle-ci encore plus haut, employant toutes ses forces pour atteindre les plus hauts sommets de la science12 », soit rendu en son nom propre par le maire Secondo Frola, qui figurait aussi parmi les organisateurs du congrès. Toutefois, celui-ci, retenu à Milan par l’inauguration de l’Exposition internationale des transports, chargea le conseiller Giampietro Chironi, professeur de droit civil, qui était également le recteur de l’Université de Turin, de le représenter.

  • 13 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 274, f. 16/2, 1906, Invitation de Mme et M. Lombroso au mai (...)
  • 14 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Cr (...)
  • 15 Du nom de Giovanni Giolitti (1842-1928), homme politique, qui fut plusieurs fois président du Cons (...)
  • 16 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Cr (...)

7Ses obligations milanaises contraignirent Frola à décliner aussi l’invitation de Lombroso et de son épouse, Nina Debenedetti, au dîner auquel ils avaient convié les organisateurs des commémorations à leur domicile de la rue Legnano, le soir du 28 avril13. Les rapports entre Lombroso et le conseil municipal de Frola furent apparemment cordiaux en la circonstance. Par l’intermédiaire de Camillo Bozzolo, un des scientifiques qui, avec Chironi et d’autres, appartenaient à l’administration communale, les organisateurs et Lombroso lui-même avaient décidé que le dîner offert par la ville aux congressistes ne se déroulerait pas à l’Hôtel de ville, mais dans le décor plus suggestif – et moins officiel que le siège de la municipalité – du Bourg et du château médiéval du parc du Valentino, à deux pas de la Città della Scienza (Ville de la Science), ensemble de bâtiments inaugurés quelques années auparavant où avait été transféré le musée lombrosien. Entre le buffet, les ornements, les décorations florales, la fanfare municipale et la location du restaurant San Giorgio, les caisses communales avaient dû débourser 947 lires, soit environ deux mois de salaire d’un professeur d’université. Par ailleurs, la ville avait délivré aux organisateurs 290 cartes de libre accès aux musées turinois et autant d’exemplaires d’un guide de Turin. Elle avait également prêté le Teatro Regio pour la conférence de Ferri, alors que la Società Elettricità Alta Italia avait autorisé la libre circulation des congressistes dans les tramways14. La lettre de remerciement que Lombroso dépêcha au maire faisait toutefois allusion à un service de surveillance du congrès qui ne figure pas dans le relevé des dépenses du conseil municipal et qui, quoi qu’il en soit, semble hors de propos dans un contexte académique en pleine ère giolitienne15, qui avait mis fin à la répression antisocialiste de la fin du xixe siècle. S’agissait-il de la énième pique d’un formidable polémiste ? Ou bien les multiples liens entre socialisme et anthropologie criminelle avaient-ils incité la préfecture de police à garder un œil sur le déroulement de la manifestation16 ?

  • 17 Comptes-rendus du VIe Congrès international d’Anthropologie criminelle…, op. cit., xxix.
  • 18 Ibid., xxxi.

8En somme, la commémoration du père de l’anthropologie criminelle représenta pour la ville tout à la fois un événement d’une certaine importance, y compris sur le plan international, et une manifestation clairement orientée, irréductible aux logiques de l’universalisme de la science dont on discutait à l’époque. Certes, le télégramme de félicitations envoyé par Victor-Emmanuel III et lu lors de l’ouverture du congrès dans le grand amphithéâtre de l’Université, en présence de tout le sénat académique, de nombreux étudiants et d’un public nourri, favorisait l’embrassons-nous17. Mais la réponse de Lombroso pour remercier le roi et les ministres, qui « oubliant le penseur rebelle, voulurent seulement se rappeler du loyal citoyen18 », soulignait encore le fait qu’il avait été, et se sentait toujours, un homme à part et un opposant politique.

  • 19 Archivio del Museo di Antropologia criminale “Cesare Lombroso” (dorénavant IT SMAUT), Lombroso 20, (...)
  • 20 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de De Amicis à Lombroso, 21 février 1906.
  • 21 Filippo Turati (1857-1932) a été l’un des fondateurs à Gênes, en 1892, du Partito dei Lavoratori I (...)
  • 22 IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Turati et Kuliscioff à Guglielmo Ferrero, 28 avril 1906.

9Lombroso appartenait en effet aux rangs de la frange la plus laïque de la communauté hébraïque, fière de compter en ses rangs un membre aussi illustre qui, au cours des dernières années, avait abandonné les positions assimilationnistes caractéristiques du laïcisme hébraïque post-Risorgimento pour se rapprocher du sionisme19. Lombroso faisait également partie de la faction anticléricale d’une communauté scientifique nationale qui, quoique largement imprégnée de positivisme, était divisée face au radicalisme matérialiste et athée. Il était, enfin, un représentant du « socialisme des professeurs », humanitaire, évolutionniste, non marxiste, dont il était le porte-parole le plus connu, avec son célèbre ami, l’écrivain Edmondo De Amicis. Ce dernier lui envoya à l’occasion du congrès de 1906 des vœux chaleureux20, tout comme le firent, évoquant leur « ancienne et constante amitié », deux figures symboliques du socialisme et du féminisme en Italie, Filippo Turati et Anna Kuliscioff21, qui expédièrent un télégramme22 d’« hommage [au] Maître ». Ces vœux découlaient d’une longue relation entre Lombroso et le couple, par-delà des polémiques sur l’étiologie du crime et sur le rôle des femmes dans la société, sur lesquels à maintes reprises ils s’étaient opposés aux thèses de l’anthropologie criminelle.

  • 23 IT SMAUT, Ferrero/GL. 11, Matériels pour la biographie de Cesare Lombroso ; « Per le onoranze a Ce (...)
  • 24 Guido Gozzano, L’amica di nonna Speranza, dans I colloqui. Liriche, Milan, Treves, 1911.
  • 25 Le choix de ce buste de Caligula était clairement un hommage aux études de Lombroso sur les empere (...)

10Lombroso avait sans doute apprécié aussi le buste de Caligula que lui avaient offert les ouvriers de Turin, « acheté grâce à des milliers de petites offrandes23 », et aussi probablement avec le soutien des socialistes turinois. Cet objet aurait pu rentrer dans une collection de « bonnes choses de très mauvais goût » chantées par le poète turinois Guido Gozzano24, mais Lombroso le conserva dans le bureau de son domicile, peut-être parce qu’il estimait que c’était une preuve que ses écrits dénonçant les traits de caractère démagogiques, sanguinaires et fous de certains chefs politiques étaient passés dans la conscience populaire25.

L’hommage du sud de l’Italie

  • 26 IT SMAUT, Lombroso 20.
  • 27 IT SMAUT, Lombroso 19.

11Les surprises ne manquent pas lorsque l’on feuillette le somptueux album relié en cuir qui rassemble les souvenirs de cet événement et que l’on cherche parmi les centaines de lettres d’admirateurs26 – qui sont hélas dans des conditions de conservation critiques – et les 171 télégrammes parvenus rue Legnano à l’occasion du jubilé27.

  • 28 Frigessi, 2003, 254-262, 367-382.
  • 29 Gramsci, 1977, II, 879 ; III, 2279.
  • 30 Sur cette polémique, visant également l’ouverture du Museo di Antropologia criminale “Cesare Lombr (...)

12Il en va ainsi notamment au regard des polémiques qui, au fil du temps, se sont déclenchées autour du père de l’anthropologie criminelle, accusé d’être le théoricien d’un racisme à l’égard des Italiens du Sud. Certes Lombroso a bien interprété les formes spécifiques de criminalité dans le sud de l’Italie en termes d’une biologisation marquée du social et parfois de race. En conséquence, il a été impliqué à plusieurs reprises dans les controverses sur la question du Midi, terre qui – selon lui – avait conservé des formes de criminalité barbares par rapport à la criminalité moderne du Nord28. Après la mort de Lombroso, et avec pour objectif premier de critiquer le réformisme socialiste, Antonio Gramsci a prétendu que le Parti socialiste était devenu le porte-parole des préjugés racistes de l’école positiviste, divisant le prolétariat italien. Selon Gramsci, ces préjugés avaient facilité une forme d’alliance entre industriels du Nord et grands propriétaires terriens du Sud, apportant des avantages à la classe ouvrière du Nord et abandonnant entre les mains des propriétaires et de la criminalité les paysans du Sud29. Ces dernières années, le Movimento Neoborbonico a porté la polémique sur le terrain politique et accusé Lombroso d’avoir légitimé la conquête coloniale du Sud grâce à une pseudoscience. Le musée Lombroso est pour sa part accusé de diffuser un message raciste, de détenir illégalement les dépouilles d’hommes engagés dans la défense du Royaume des Deux Siciles et de stigmatiser publiquement comme criminels des acteurs de la résistance politique du Sud contre le Nord. Ces accusations ont débouché sur un litige juridique, qui a vu, après sept ans et trois jugements aux différents niveaux de la justice italienne, la victoire du musée, sans que cela éteigne la controverse30.

  • 31 IT SMAUT, Lombroso 19, lettre de Fortunato à Lombroso, 28 avril 1906. Giustino Fortunato (1848-193 (...)
  • 32 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Del Greco à Lombroso, janvier 1906.
  • 33 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Vadalà Papale à Lombroso, s.d. ; lettre de Colella, janvier 1906.
  • 34 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Finegia [?] à Lombroso, 1er mai [1906] ; IT SMAUT, Lombroso 19, t (...)
  • 35 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Cosentino à Lombroso, 2 mai 1906.
  • 36 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre d’Eugenio Corini, 4 mars 1906 ; IT SMAUT Lombroso 19, télégramme d’A (...)
  • 37 IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Cammareri à Lombroso, 28 avril 1906 ; Scuderi à Lombroso, 29  (...)

13Face à ces interprétations postérieures, on ne peut qu’être surpris par les dizaines de messages de vœux provenant des provinces du Sud, tel celui de Giustino Fortunato, l’un des plus influents « méridionalistes » de l’époque, avec lequel Lombroso entretint, au cours des dernières années de sa vie, un échange épistolaire basé sur leur pessimisme commun quant à la destinée du pays31. Ces inquiétudes étaient partagées par Francesco Del Greco, médecin de l’asile de Nocera Inferiore et lombrosien convaincu, qui soulignait le « manque de culture et de caractère de nous autres Italiens » et « l’illusion d’être un peuple civilisé »32. Parmi ses admirateurs du sud de l’Italie figuraient aussi d’anciens élèves promis à de grandes carrières dans d’autres domaines, comme le catanais Giuseppe Vadalà Papale, figure importante du socialisme juridique, qui se souvenait que lorsqu’il était étudiant à Turin en 1884, il avait été reçu dans le cabinet de Lombroso et encouragé par ce dernier. De même, le Palermitain d’adoption Rosolino Colella, éminent neuropsychiatre, se remémorait l’« époque estudiantine passée à Turin en 1894, dans la clinique de notre Maître à tous33 ». Des messages venaient d’Agrigente, de la part d’un correspondant qui était fier d’avoir fourni des documents pour la première édition de L’Homme criminel, de Partanna où résidait un « modeste fantassin » de l’anthropologie criminelle34. Sans avoir eu de contact personnel avec Lombroso, des fonctionnaires d’État disaient partager ses idéaux, comme Francesco Cosentino, secrétaire général du Lycée moderne de Naples, qui lui adressait « les fervents hommages du corps enseignant d’un Institut qui, seul en Italie, donne à l’instruction secondaire une orientation complètement positiviste35 ». De Naples encore, un certain Eugenio Corini rendait hommage à celui qui avait su construire une école célèbre dans le monde entier, alors que Carlo Altobelli se déclarait « fier de votre bienveillance36 ». Le président de la Società Messina risorta lui souhaitait longue vie et un esprit toujours vif pour « combattre tout esclavage des consciences ». Un autre Messinais, président de la section locale de la Société de la Libre-pensée, souhaitait en style télégraphique que la « diffusion vos doctrines affranchisse consciences dogmes religieux brisant chaînes fausse science »37.

  • 38 Angelo Zuccarelli (?-1927), fondateur et directeur de la revue L’Anomalo, criminologue et eugénist (...)
  • 39 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Niceforo, s.d. ; lettre de Zuccarelli à Lombroso, Naples, 1er jan (...)
  • 40 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre d’Angiolella à Lombroso, s.d. ; lettre de Brancaleone Ribaudo à Lomb (...)
  • 41 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 274, f. 16/2, 1906, Circulaire du Comité pour les honneurs (...)

14Le groupe des anthropologues criminalistes méridionaux était fourni. Il était mené par Alfredo Niceforo, dont Lombroso avait défendu publiquement les théories racistes sur les habitants de certaines zones du sud de l’Italie. Angelo Zuccarelli, fondateur et directeur du Cabinet-école d’anthropologie criminelle Giambattista Della Porta38, comparait l’œuvre du maître à celle des immortels dans une lettre signée par une soixantaine d’étudiants et de collaborateurs. Abele De Blasio, directeur du bureau anthropométrique de la police de Naples et chargé de cours en anthropologie à cette université, lui souhaitait la santé, car il avait déjà eu suffisamment de gloire scientifique. Le médecin Emanuele Mirabella qui, la même année, avait republié son étude classique sur le tatouage des forçats de Favignana39 lui adressait un télégramme de la petite île, bien connue des criminologues. Le cercle des aliénistes du Midi – se mêlant en partie aux criminologues – était tout aussi fourni : de Lorenzo Mandalari de l’asile psychiatrique de Messine, à Mariano Piccione, assistant à la clinique royale des maladies nerveuses et mentales de Catane, en passant par Pietro Brancaleone Ribaudo, l’un des premiers à s’occuper de psychiatrie militaire en Italie, Romano Pellegrini, directeur de l’asile provincial de Catanzaro, Domenico Ventra et Gaetano Angiolella, à la tête de l’asile interprovincial de Nocera Inferiore40. Lui rendaient également hommage le philosophe Antonio Renda, Cesare Colucci, titulaire de l’une des premières chaires italiennes de psychologie à l’Université de Naples, Giuseppe D’Abundo, fondateur, puis président de la Société neurologique italienne, et l’avocat Pasquale Materi, député de Naples entre 1909 et 192441.

  • 42 Il s’agit d’une charge ad hominem, liée à la personne, et non de l’institution effective d’une nou (...)
  • 43 Napoleone Colajanni (1847-1921), garibaldien dans sa jeunesse, essayiste et homme politique, il fu (...)
  • 44 Colajanni, 1890, 45.

15Cet hommage appuyé de l’intelligentzia méridionale n’a rien d’étonnant, puisque le comité organisateur des festivités de 1906 était présidé par le Napolitain Leonardo Bianchi, éminent psychiatre et neurologue qui, en tant que ministre de l’Instruction publique du gouvernement Fortis, avait fondé pour Lombroso la chaire d’anthropologie criminelle de Turin en 190542. Figurait aussi parmi les organisateurs, Gaspare Virgilio, longtemps directeur de l’asile d’Aversa et pionnier, avec Lombroso, des études de criminologie en Italie. Le comité italien d’organisation des célébrations était formé, non seulement de Angiolella, Zuccarelli et De Blasio, mais également du juriste Ferdinando Puglia, de l’Université de Messine, l’un des premiers à prendre parti pour Lombroso dans la lutte pour le renouvellement du droit pénal. Parmi les signataires de l’appel pour les commémorations apparaissait même Napoleone Colajanni43 qui, dans la Sociologia criminale, avait pourtant souligné les nombreuses contradictions des théories lombrosiennes en matière de races et de dégénérescence, et qui, dans Ire e spropositi di Cesare Lombroso (Colères et sottises de Lombroso), avait dénoncé aussi le peu de fair-play – pour employer un euphémisme – avec lequel « le Pape de Turin » réagissait aux critiques44. Dans le cas de Colajanni, il semble que les vieilles rancœurs étaient surmontées par respect envers celui qui approchait du terme de son existence, mais aussi au nom de dettes intellectuelles qu’il fallait reconnaître et d’idées partagées, par exemple sur la faiblesse historique du libéralisme dans le Midi et sur le difficile ancrage dans le Sud d’une solide hégémonie progressiste et bourgeoise.

Du musée à la tentative de construction d’un mausolée

  • 45 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Cr (...)
  • 46 Toni et al., 2016, 58-200.

16Les célébrations de 1906 constituent un événement capital dans l’histoire du Musée Lombroso, car de nombreuses pièces envoyées à Turin, pour l’exposition d’anthropologie criminelle organisée parallèlement au congrès, entrèrent dans ses collections. L’exposition devait accueillir « tous les documents de nature à illustrer la Doctrine de l’Anthropologie Criminelle et se rapportant à la biologie et à la psychologie des criminels : préparations anatomiques, photographies, tracés, moulages, travaux divers faits par les criminels », et s’intéresser également à la police scientifique, « relativement à la prévention et à la répression du crime, à l’identification des criminels, à la constatation des circonstances et des modalités qui ont accompagné le crime »45. Parmi les objets réunis à cette occasion, les plus significatifs – et spectaculaires – de la criminologie du xixe siècle, figurent les masques mortuaires de détenus réalisés par Lorenzo Tenchini (1852-1906), professeur d’anatomie à l’Université de Parme46.

  • 47 C. L[ombroso], « Notizie », Archivio di psichiatria, neuropatologia, antropologia criminale e medi (...)

17La participation de Tenchini avait certainement été souhaitée par Lombroso qui, en 1906, décrivait la collection du professeur parmesan comme « le plus beau musée d’Anthropologie criminelle en Italie » et les objets qu’il avait créés comme des « masques merveilleusement beaux de grands criminels »47. Lombroso avait d’ailleurs déjà eu l’occasion de les admirer au moins à deux reprises, pendant les expositions d’anthropologie criminelle organisées à Rome en 1885 et à Paris en 1889. En 1906, le musée de Parme fit une contribution de tout premier ordre, vingt-quatre masques associés aux crânes et aux cerveaux préparés à sec, justifiant la demande de Lombroso à Tenchini afin qu’il rendît permanent leur transfert à Turin. Tenchini répondit en proposant de les remplacer par d’autres, au choix de Lombroso ou de l’un de ses émissaires. Neuf des masques présentés à l’exposition temporaire firent cependant leur entrée définitive dans le musée turinois, ainsi que vingt et un autres envoyés par la suite de Parme, un don vraiment généreux de la part de Tenchini, quelques mois avant sa disparition.

18Peu de temps après, le sens conféré au musée fut infléchi par une décision de Lombroso qui tenta de donner à une collection réunie à l’appui d’une œuvre scientifique la dimension d’un lieu de commémoration de son créateur.

  • 48 Mongardini, 1980, 166-167.

Urgent. Monsieur le député Mosca. Via Messina 13. Palerme. Testament 1907 ordonne enterrement après autopsie son laboratoire. Si au courant nouvelles intentions télégraphier d’urgence48.

  • 49 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Procès-verbal de dépot du testament holographe du Professeur Cesare Lom (...)
  • 50 Archivio Contemporaneo “Alessandro Bonsanti”, Gabinetto G. P. Vieusseux, Firenze (ACBV), Papiers G (...)

19Le 19 octobre 1909, à travers un fébrile échange de télégrammes, deux des principaux intellectuels italiens de l’époque, l’historien Guglielmo Ferrero – gendre de Lombroso – et le politologue Gaetano Mosca – Sicilien d’origine devenu professeur à l’Université de Turin et exécuteur testamentaire du père de l’anthropologie criminelle – durent décider du sort de la dépouille d’un homme, décédé la nuit précédente, qu’ils avaient tous deux admiré et aimé. La douleur de la perte ne masque pas l’inquiétude des proches devant une décision très particulière, qui peut-être – espéraient-ils – avait changé. Eh bien non : dans la dernière version du testament, datée du 30 décembre 1907 et remise à Mosca, Lombroso avait décidé que ses « squelette et crâne et main et cerveau », préparés de manière adéquate, seraient conservés au sein de son musée49. Quoique cultivés et progressistes, dotés de convictions positivistes à toute épreuve, les membres de la famille acceptèrent probablement avec une certaine réticence les dernières volontés du défunt, et certains d’entre eux les rejetèrent même. Mario Carrara, l’autre gendre de Lombroso, célèbre médecin légiste, refusa de disséquer le corps de son beau-père, laissant cette tâche à son assistant, Camillo Tovo. Ces réticences expliquent peut-être la modestie de la vitrine où fut conservé le squelette : elle n’a pas été conçue pour être admirée, comme ce fut le cas pour d’autres personnages évoqués ci-dessous, à savoir Bentham et Giacomini. D’autre part, les membres de la famille choisirent de célébrer l’anniversaire de la disparition de Lombroso non pas au musée, mais en se rendant sur sa tombe, située dans l’arche monumentale des citoyens illustres du cimetière central de Turin, où furent enterrées, lors d’une cérémonie civile, les cendres de ce qui restait de son corps après l’autopsie et le prélèvement des organes50.

  • 51 IT SMAUT, Lombroso 35. Le dossier contient une revue de presse internationale sur la mort de Lombr (...)
  • 52 Lombroso, 1901.
  • 53 « L’autopsia del cadavere. Lo scheletro al museo antropologico », Corriere d’Italia, 22 octobre 19 (...)
  • 54 Nino Berrini, « La salma di Lombroso a servizio della scienza », Corriere della Sera, 22 octobre 1 (...)

20Les journaux de l’époque accordèrent une grande attention à la décision de donner sous cette forme bien particulière son cadavre à la science de la part d’un personnage d’un tel renom. Elle figure en bonne place au sein de la vaste couverture que les médias de l’époque consacrèrent, au niveau international, à la mort de Lombroso51. Jugée comme étant le fruit d’une « étrange volonté », elle occasionna des sarcasmes appuyés de la part des quotidiens catholiques et de droite, notamment français, qui n’avaient pas oublié la dénonciation par Lombroso de l’antisémitisme au moment de l’affaire Dreyfus et ses attaques contre le péril noir, militariste et clérical, qui grandissait au-delà des Alpes52. C’est dans leurs colonnes que naquit la légende, qui circule encore aujourd’hui sur les réseaux sociaux, selon laquelle le cerveau de Lombroso aurait présenté des altérations caractéristiques du crétinisme53. En revanche, pour les journaux libéraux, cette décision trahissait son désir de « mourir en scientifique » et était « un dernier don posthume de soi à la science », un geste d’humilité louable et une exhortation à des méditations philosophiques sur la fragilité de la vie humaine54.

  • 55 Haffenden, 2018, 40-91.
  • 56 Lalouette, 1997.
  • 57 Hecht, 2003, 7-20, 29-39.

21À l’époque, ce désir de mourir en scientifique renvoyait à des exemples précis. Le premier, déjà éloigné dans le temps, concernait Jeremy Bentham : en mourant en 1832, le philosophe utilitariste anglais avait voulu que sa dépouille fût embaumée et exposée comme auto-icon, nouveau genre de monument funèbre, aujourd’hui exposé dans une salle de l’University College de Londres55. Un autre précédent, plus proche et certainement connu de Lombroso, était celui des membres de la Société d’autopsie mutuelle de Paris. En 1876, des anthropologues, des scientifiques et des libres penseurs français s’étaient réunis pour former une coterie insolite, dans le but de démontrer que l’âme n’existait pas. Pratiquant l’autopsie de leurs collègues défunts, les membres de cette société entendaient montrer la relation directe existant entre la forme et les dimensions du cerveau et le caractère, les aptitudes et l’intelligence des individus, et ainsi étayer la thèse matérialiste selon laquelle l’homme était tout entier un être organique ou animal, dénué d’éléments transcendants. Cet étrange pacte scientifique avait vu le jour dans le contexte des vicissitudes que connut la IIIe République à ses débuts et des vifs affrontements entre les forces traditionnalistes et catholiques d’une part et les tenants de l’athéisme et du matérialisme de l’autre56. Plusieurs des scientifiques qui adhérèrent à la société exprimèrent le souhait qu’une partie de leur cadavre soit préparée et donnée à l’école où ils avaient enseigné. Nombre d’entre eux manifestèrent un mépris pour leur cadavre en dehors de son utilité scientifique, répudiant la notion catholique traditionnelle de la sainteté du corps après la mort. Vers la fin de son existence active, la Société d’autopsie mutuelle institua également une sorte de musée où étaient conservés le cerveau et le squelette de Bertillon, en compagnie d’une vaste collection de cerveaux et de moulages de crânes57.

  • 58 Abbott, 2008, 736.
  • 59 Giacobini, Cilli et Malerba, 2003, 143-154.
  • 60 Archivio storico dell’Istituto di Anatomia umana normale dell’Università di Torino, Fondo Carlo Gi (...)
  • 61 Montaldo, 2017, 85-108.

22Il existe aussi un troisième précédent, beaucoup plus proche de Lombroso : celui de l’anatomiste turinois Carlo Giacomini (1840-1898), son collègue à la Faculté de médecine et chirurgie. Alors que Lombroso était médiatique, éclectique, graphomane, Giacomini fut un prudent et méticuleux chercheur de laboratoire. Il est donc surprenant que post-mortem ce rapport se soit inversé : si le squelette du père de l’anthropologie criminelle fut placé dans une vitrine de facture grossière et les parties molles dans des vases aujourd’hui conservés dans des réserves, les restes de Giacomini furent pour leur part recomposés en un monument extraordinaire, dont l’image – et ce n’est pas un hasard – a été récemment publiée par la revue Nature58. Une vitrine en verre et noyer, ornée de frises néoclassiques, abrite, aux pieds du squelette de l’anatomiste, son encéphale, préparé à l’aide de la méthode qu’il avait lui-même inventée en 1878 pour la conservation des échantillons recueillis lors des autopsies. La masse nerveuse était traitée avec des solutions de chlorure de zinc, de bichromate de calcium, d’alcool et de glycérine, une procédure qui permettait de pallier les complications et les coûts de la conservation dans du liquide59. Giacomini rassembla, étudia et conserva de la sorte plus d’un millier d’encéphales humains, dont une grande partie est exposée encore aujourd’hui dans la salle qui abrite aussi ses restes au sein du musée d’Anatomie humaine Luigi Rolando, à la réalisation duquel le scientifique avait consacré beaucoup de soins jusqu’à sa disparition en 1898. Cette mise en scène est un unicum en somme, un symbole de l’ère du positivisme et de son esthétique particulière de la mort, où des spécimens relevant de différents domaines (neuro-anatomie, anatomie topographique, embryologie, anthropologie, primatologie) et le chercheur qui les a rassemblés et préparés se reflètent réciproquement, au sein d’un musée dont l’architecture transmet aussi, haut et fort, un message idéologiquement connoté. C’est précisément en référence à cette donation très personnelle, accompagnée d’un legs de 2 000 lires (l’équivalent d’environ quatre mois de salaire d’alors), que Giacomini, homme habituellement réservé, enfermé dans un ratio scientifique, brisa le silence sur son système de valeurs : « N’étant partisan ni de l’incinération ni des cimetières, je préfère que mes os trouvent le repos dans l’Institut où j’ai passé les plus belles années de ma jeunesse et auquel j’ai consacré toutes mes forces60 ». Dévouement à la science jusqu’au don de soi et confiance dans le destin immanent de l’homme, mais pas seulement. Il n’est pas difficile de voir dans ces affirmations l’écho des polémiques qui, à Turin comme dans le reste de l’Italie, avaient accompagné, quelque dix ans avant la disparition de Giacomini, la naissance du mouvement en faveur de la crémation, mais aussi la trace des difficultés auxquelles les scientifiques italiens s’étaient heurtés pour accéder à l’étude du cadavre humain, difficultés surmontées en partie grâce au décret royal du 28 octobre 1885, qui réglementa à l’échelon national la question délicate de l’emploi des restes humains dans un but scientifique61. Pour un positiviste comme Giacomini, peu importait si le corps humain était soustrait à la recherche scientifique à travers l’incinération ou la sépulture : dans les deux cas, il s’agissait d’une occasion manquée.

Lombroso est mort : vive Lombroso !

  • 62 « Coerenza » (« Cohérence »), s.d., est le titre de l’article d’où est extraite cette citation. Ce (...)
  • 63 D’Antonio, 2001.

23C’est à Giacomini que songeait certainement Lombroso lorsqu’il rédigea pour la dernière fois son testament holographe, le 30 décembre 1907, mais sa décision avait aussi d’autres motivations. Les feuilles socialistes, radicales et progressistes, et l’organe de la Société de la libre-pensée dont Lombroso avait été un fondateur virent dans son geste un choix cohérent avec l’œuvre de toute une vie et une opposition émouvante du vieillard au retour en force du cléricalisme, à ce « souffle d’idéalisme [qui] disperse peu à peu ce que nous crûmes les dogmes infaillibles du rationalisme et du positivisme62 ». Que cela soit le but que se proposait le libre penseur Lombroso disposant de ses restes en ce sens est l’hypothèse la plus convaincante. Qu’était donc cette décision concernant son propre corps, sinon le fruit de la volonté de le soustraire à la religion pour le dédier à la célébration de la science ? Cas typique – quoique précoce et radical – de sécularisation hébraïque, Lombroso, dans L’antisemitismo e le scienze moderne (Turin, L. Roux, 1894), traduit en français en 1899, avait durement critiqué les rites religieux traditionnels, notamment la pratique de la circoncision, suscitant plus d’une perplexité dans la presse israélite63.

  • 64 Lombroso, 1899, 111.
  • 65 Nordau, 1888, 31-32.
  • 66 ACBV, Papiers Gina Lombroso Ferrero, Gina Lombroso, « Il papà mi lascia », manuscrit.
  • 67 Nordau, 1888, 32.
  • 68 Ibid., 35.
  • 69 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Testament holographe de Cesare Lombroso, 18 septembre 1904.
  • 70 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Procès-verbal de dépôt du testament holographe du Professeur Cesare Lom (...)

24Sa vision d’une régénération hébraïque et d’une future fusion des chrétiens et des juifs dans un « Néo-Christianisme socialiste64 », a été influencée par la dénonciation par Max Nordau de l’emprise que les religions traditionnelles exerçaient encore sur l’homme cultivé rationaliste, tant au niveau des coutumes que des comportements. Admirateur des théories de Lombroso sur le génie, le médecin hongrois qui à Paris était devenu un journaliste et un écrivain de renom, était un ami très proche qui avait contribué à la conversion de Lombroso au sionisme naissant dans les dernières années de sa vie. Dans Die conventionellen Lügen der Kulturmenschheit (Leipzig, Elischer, 1888), traduit tout de suite en plusieurs langues65, Nordau incluait la religion parmi les forces qui emprisonnaient l’intellect humain. Quelques mois avant de mourir, l’anthropologue criminel italien avait passé une partie de sa villégiature à Stresa en longues conversations avec Nordau66. Il est donc vraisemblable que les deux intellectuels avaient réfléchi à cette occasion sur le fait que, du berceau à la tombe, l’homme était constamment accompagné par des rites religieux, et que même mort il « ne peut reposer que dans la soi-disant terre “consacrée”, au milieu de symboles et d’inscriptions de nature religieuse67 ». Nous pouvons ainsi supposer que Lombroso a voulu être fidèle aux propos échangés avec son admirateur et confident, choisissant ainsi de « renoncer aux habitudes religieuses68 ». Des indications figurant dans le testament de 1904, où Lombroso déclarait ne désirer « ni fleurs ni invitations ni prêtres ni rabbins à mon enterrement69 » permettent d’étayer cette hypothèse. Dans la dernière version de ce testament, il demandait aussi que lui soient épargnées « funérailles et sépulture », mais cette disposition semble s’adresser également à son ingrate patrie, qui n’avait pas su reconnaître sa grandeur de son vivant70.

  • 71 Edoardo Gemelli (1878-1959), après avoir obtenu son diplôme en médecine et rejoint le Parti social (...)
  • 72 « L’opera di Cesare Lombroso giudicata dal dott. Agostino Gemelli », Il Momento, 23 octobre 1909 ; (...)
  • 73 « La conferenza di Padre Gemelli interrotta coi clamori e coi fischi al Teatro Balbo di Torino », (...)

25Cette disposition testamentaire ne fut pas respectée : dans l’après-midi du 20 octobre, une fois effectuée l’autopsie et prélevés les organes, les restes de la dépouille de Lombroso furent transportés solennellement au cimetière central, en présence des représentants du gouvernement et des villes de Turin et Vérone. Les aspects publics de la mort de Lombroso connurent toutefois un épilogue révélateur. Le 21 février 1910, le programme du Teatro Balbo de Turin annonçait une conférence d’Agostino Gemelli71, énième étape d’une tournée durant laquelle le religieux, ancien savant positiviste devenu un fervent polémiste catholique, avait commenté avec fièvre la mort de Lombroso et la faillite de sa doctrine72. La conférence, à laquelle voulait assister une forte représentation du clergé piémontais, ne put se dérouler, car une foule d’environ 150 personnes, constituée notamment d’étudiants et de militants du Parti socialiste, fit irruption dans le théâtre et empêcha le religieux de parler au cri de « Vive Lombroso ! ». Alors que Gemelli se réfugiait dans un couvent, le vif affrontement entre les deux factions se poursuivit dans les rues de Turin, où les sympathisants distribuèrent un tract à la gloire du « grand bienfaiteur du peuple73 ».

26La mort de Lombroso coïncidait avec la fin d’une époque en Italie, celle du positivisme, et du contraste saisissant entre État et Église, au cours de laquelle des scientifiques matérialistes comme Lombroso ont joué un rôle de premier plan, une époque durant laquelle on pouvait penser à faire de la politique même après sa mort, en transformant, avec le don de son propre cadavre, un musée en un mausolée.

Haut de page

Bibliographie

Abbott, A., 2008 (October 9th), « Hidden Treasures: Turin’s Anatomy Museum », Nature, 455, p. 736.

Colajanni, N., 1890, Ire e spropositi di Cesare Lombroso, Catane, Filippo Tropea Editore.

D’Antonio, E., 2001, « Aspetti della rigenerazione ebraica e del sionismo in Cesare Lombroso », Società e storia, 92, p. 281-309.

Frigessi, D., 2003, Cesare Lombroso, Turin, Einaudi.

Giacobini, G., Cilli, C. et Malerba, G., 2003, « Il Museo di Anatomia umana », dans Giacomini, G. (éd.), La memoria della scienza. Musei e collezioni dell’Università di Torino, Turin, Fondazione CRT, p. 143-154.

Gramsci, A., 1977, Quaderni del carcere. Edizione critica dell’Istituto Gramsci, Turin, Einaudi.

Haffenden, C., 2018, Every Man His Own Monument. Self-Monumentalizing in Romantic Britain, Uppsala, Uppsala Universitet.

Hecht, J. M., 2003, The End of the Soul. Scientific Modernity, Atheism and Anthropology in France, New York, Columbia University Press.

Lalouette, J., 1997, La libre-pensée en France, 1848-1940, Paris, Albin Michel.

Lombroso, C., 1899, L’antisémitisme, Paris, Giard et Brière.

Lombroso, C., 1901, « Il pericolo nero in Francia », dans id., 1903, Il momento attuale, Milan, Casa editrice moderna, p. 195-213.

Milicia, M. T., 2014, Lombroso e il brigante. Storia di un cranio conteso, Rome, Salerno editore.

Mongardini, C. (éd.) 1980, Gaetano Mosca – Guglielmo Ferrero. Carteggio (1896-1934), Milan, Giuffrè.

Montaldo, S., 2012, « La “fossa comune” del Museo Lombroso e il “lager” di Fenestrelle: il centocinquantenario dei neoborbonici », Passato e presente, 87, p. 105-118.

Montaldo, S., 2014, « Sudismo : guerre dei crani e trappole identitarie », Passato e presente, 93, p. 5-18.

Montaldo, S. (éd.), 2015, Il Museo di Antropologia Criminale “Cesare Lombroso” dell’Università di Torino, Cinisello Balsamo, Silvana Editoriale.

Montaldo, S., 2017, « “Le giuste esigenze della Scienza” e il “sentimento d’affezione e di pietà”. Il cadavere come risorsa pubblica e la nascita dei musei scientifici », Il Risorgimento, LXIV, 2, p. 85-108.

Montaldo, S., 2019, « En finir avec Lombroso ? », Passés Futurs, 6, en ligne : https://politika.io/fr/notice/finir-cesare-lombroso (consulté le 29 novembre 2019).

Nordau, M., 1888, Les mensonges conventionnels de notre civilisation, Paris, Hinrichsen.

Novaria, P., 2011, « Cesare Lombroso a Torino. Un percorso tra i documenti dell’Archivio storico dell’Università », dans Montaldo, S. et Novaria, P., (éd.), Gli archivi della scienza. L’Università di Torino e altri casi italiani, Milan, Franco Angeli, p. 40-55.

Toni, R., Bassi, E., Montaldo, S. et Porro, A. (éd.), 2016, Lorenzo Tenchini and his mask. An anatomical clinical collection of the late 19th century at the Universities of Parma and Turin, Milan, Skira.

Villa, R., 1985, Il deviante e i suoi segni. Lombroso e la nascita dell’antropologia criminale, Milan, Angeli.

Haut de page

Notes

1 Villa, 1985, 11-36.

2 Ibid., 20.

3 Ibid., 25.

4 Comptes-rendus du VIe Congrès international d’Anthropologie criminelle (Turin, 28 avril-3 mai 1906), Turin, Fratelli Bocca, 1908.

5 L’opera di Cesare Lombroso nella scienza e nelle sue applicazioni. Prefazione del Prof. Leonardo Bianchi. Nuova edizione con introduzione del Prof. Cesare Lombroso ed un’appendice bibliografica, Turin, Fratelli Bocca, 1908.

6 Villa, 1985, 31-35.

7 Ibid., 29. Sur le musée, voir Montaldo, 2015.

8 Les archives originales du musée Lombroso ont été enrichies, après l’ouverture du musée en 2009, grâce aux dons de ses descendants et ont été entièrement réarrangées et cataloguées. À partir de 2018, toute la correspondance de Lombroso est disponible en ligne : http://lombrosoproject.unito.it/ (consulté le 29 novembre 2019).

9 Butler Library, Columbia University, New York, Guglielmo Ferrero Papers, n. 16, Comitato per le onoranze a Cesare Lombroso, Turin, 15 novembre 1905.

10 Lombroso mai non si è sconcertato dell’aspra e rude battaglia, in cui si trovò solo a lottare, anzi il suo spirito insofferente di ogni dogmatismo, di ogni sistema metafisico, ribelle ad ogni capestro filosofico, attinse nuova energia, nuova forza per proseguire nella ipotesi che coll’ardita divinazion anticipa la conclusione più lenta dei fatti. Archivio storico della Città di Torino (dorénavant ASCT), Affari gabinetto del sindaco, c. 274, f. 16/2, 1906, Extrait du procès-verbal de la quatrième séance de la session ordinaire du conseil municipal de Turin, 26 avril 1906.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 274, f. 16/2, 1906, Invitation de Mme et M. Lombroso au maire de Turin, avec réponse du chef de cabinet.

14 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Criminale, Délibération du conseil municipal, 25 mai 1906.

15 Du nom de Giovanni Giolitti (1842-1928), homme politique, qui fut plusieurs fois président du Conseil entre 1892 et 1921.

16 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Criminale, lettre de Lombroso au maire, 5 mai 1906.

17 Comptes-rendus du VIe Congrès international d’Anthropologie criminelle…, op. cit., xxix.

18 Ibid., xxxi.

19 Archivio del Museo di Antropologia criminale “Cesare Lombroso” (dorénavant IT SMAUT), Lombroso 20, lettre du Zionistisches Centralbureau, 1906. Sur ces thèmes, voir D’Antonio, 2001, 281-309.

20 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de De Amicis à Lombroso, 21 février 1906.

21 Filippo Turati (1857-1932) a été l’un des fondateurs à Gênes, en 1892, du Partito dei Lavoratori Italiani (Parti ouvrier italien), qui est devenu le Partito socialista italiano (Parti socialiste italien) en 1895, dans lequel Turati dirigeait le courant gradualiste. Exilée russe, Anna Kuliscioff (1855-1925) fut également l’une des fondatrices du Parti socialiste italien et l’une des principales représentantes du mouvement féministe en Italie.

22 IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Turati et Kuliscioff à Guglielmo Ferrero, 28 avril 1906.

23 IT SMAUT, Ferrero/GL. 11, Matériels pour la biographie de Cesare Lombroso ; « Per le onoranze a Cesare Lombroso», Avanti!, 13 avril 1906.

24 Guido Gozzano, L’amica di nonna Speranza, dans I colloqui. Liriche, Milan, Treves, 1911.

25 Le choix de ce buste de Caligula était clairement un hommage aux études de Lombroso sur les empereurs fous.

26 IT SMAUT, Lombroso 20.

27 IT SMAUT, Lombroso 19.

28 Frigessi, 2003, 254-262, 367-382.

29 Gramsci, 1977, II, 879 ; III, 2279.

30 Sur cette polémique, visant également l’ouverture du Museo di Antropologia criminale “Cesare Lombroso”, voir Milicia, 2014 ; Montaldo, 2012, 105-118 ; 2014, 5-18 ; 2019.

31 IT SMAUT, Lombroso 19, lettre de Fortunato à Lombroso, 28 avril 1906. Giustino Fortunato (1848-1932), homme politique et historien, s’est engagé à améliorer les infrastructures, l’alphabétisation et la santé dans le sud de l’Italie.

32 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Del Greco à Lombroso, janvier 1906.

33 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Vadalà Papale à Lombroso, s.d. ; lettre de Colella, janvier 1906.

34 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Finegia [?] à Lombroso, 1er mai [1906] ; IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Molinari à Lombroso, 27 avril 1906.

35 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Cosentino à Lombroso, 2 mai 1906.

36 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre d’Eugenio Corini, 4 mars 1906 ; IT SMAUT Lombroso 19, télégramme d’Altobelli à Lombroso, 28 avril 1906.

37 IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Cammareri à Lombroso, 28 avril 1906 ; Scuderi à Lombroso, 29 avril 1906.

38 Angelo Zuccarelli (?-1927), fondateur et directeur de la revue L’Anomalo, criminologue et eugéniste, était chargé d’enseigner l’anthropologie criminelle à l’Université de Naples, où il avait créé un musée inspiré du modèle de celui de Turin.

39 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre de Niceforo, s.d. ; lettre de Zuccarelli à Lombroso, Naples, 1er janvier 1906 ; lettre de De Blasio à Lombroso, s.d. ; IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Zuccarelli à Lombroso, 27 avril 1906 ; télégramme de De Blasio à Lombroso, 28 avril 1906 ; télégramme de Mirabella à Lombroso, 28 avril 1906.

40 IT SMAUT, Lombroso 20, lettre d’Angiolella à Lombroso, s.d. ; lettre de Brancaleone Ribaudo à Lombroso, s.d. ; lettre de Piccione à Lombroso, s.d. ; lettre de Pellegrini à Lombroso, s.d. ; lettre de Mandalari à Lombroso, s.d. ; IT SMAUT, Lombroso 19, télégramme de Ventra à Lombroso, 28 avril 1906.

41 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 274, f. 16/2, 1906, Circulaire du Comité pour les honneurs à Cesare Lombroso, 10 avril 1906.

42 Il s’agit d’une charge ad hominem, liée à la personne, et non de l’institution effective d’une nouvelle chaire (Novaria, 2011, 51).

43 Napoleone Colajanni (1847-1921), garibaldien dans sa jeunesse, essayiste et homme politique, il fut l’un des fondateurs du Parti républicain italien en 1895.

44 Colajanni, 1890, 45.

45 ASCT, Affari gabinetto del sindaco, c. 279, f. 2/3, VI Congresso internazionale di Antropologia Criminale, Circulaire signée Lombroso et Romeo Fusari, février 1906.

46 Toni et al., 2016, 58-200.

47 C. L[ombroso], « Notizie », Archivio di psichiatria, neuropatologia, antropologia criminale e medicina legale, XXVII, 1906, 497 ; C. Lombroso, « Il mio museo criminale », L’Illustrazione italiana, XXXIII, 13, 1er avril 1906, 302.

48 Mongardini, 1980, 166-167.

49 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Procès-verbal de dépot du testament holographe du Professeur Cesare Lombroso de feu Aronne, Torino, 25 octobre 1909.

50 Archivio Contemporaneo “Alessandro Bonsanti”, Gabinetto G. P. Vieusseux, Firenze (ACBV), Papiers Gina Lombroso, lettres de Paola Lombroso à Gina, 17 et 18 octobre 1941.

51 IT SMAUT, Lombroso 35. Le dossier contient une revue de presse internationale sur la mort de Lombroso. Y sont conservées les coupures de 288 articles en français (dont 9 parus dans des journaux suisses et 9 dans des journaux belges), 85 en italien et 54 en anglais (publiées dans des journaux anglais et américains).

52 Lombroso, 1901.

53 « L’autopsia del cadavere. Lo scheletro al museo antropologico », Corriere d’Italia, 22 octobre 1909 ; « I funerali di Cesare Lombroso. Il feretro », Il Momento, 21 octobre 1909 ; « Le cerveau de Lombroso », Peuple Français, 21 octobre 1909.

54 Nino Berrini, « La salma di Lombroso a servizio della scienza », Corriere della Sera, 22 octobre 1909.

55 Haffenden, 2018, 40-91.

56 Lalouette, 1997.

57 Hecht, 2003, 7-20, 29-39.

58 Abbott, 2008, 736.

59 Giacobini, Cilli et Malerba, 2003, 143-154.

60 Archivio storico dell’Istituto di Anatomia umana normale dell’Università di Torino, Fondo Carlo Giacomini, f. 35/309, no. 26.

61 Montaldo, 2017, 85-108.

62 « Coerenza » (« Cohérence »), s.d., est le titre de l’article d’où est extraite cette citation. Cet article est conservé dans les archives sans indications sur sa provenance.

63 D’Antonio, 2001.

64 Lombroso, 1899, 111.

65 Nordau, 1888, 31-32.

66 ACBV, Papiers Gina Lombroso Ferrero, Gina Lombroso, « Il papà mi lascia », manuscrit.

67 Nordau, 1888, 32.

68 Ibid., 35.

69 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Testament holographe de Cesare Lombroso, 18 septembre 1904.

70 IT SMAUT, Carrara/CL. 477, Procès-verbal de dépôt du testament holographe du Professeur Cesare Lombroso de feu Aronne, Turin, 25 octobre 1909.

71 Edoardo Gemelli (1878-1959), après avoir obtenu son diplôme en médecine et rejoint le Parti socialiste, se convertit et entra dans un couvent, où il prit le nom d’Agostino, et fut ordonné prêtre en 1908. Il fut le fondateur de l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan et de l’institut laïc des Missionnaires de la royauté du Christ.

72 « L’opera di Cesare Lombroso giudicata dal dott. Agostino Gemelli », Il Momento, 23 octobre 1909 ; « I giudizi di Padre Gemelli sull’opera lombrosiana », La Stampa, 11 décembre 1909.

73 « La conferenza di Padre Gemelli interrotta coi clamori e coi fischi al Teatro Balbo di Torino », La Stampa, 22 février 1910.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvano Montaldo, « Célébrer Cesare Lombroso (1906-1909) »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 63-78.

Référence électronique

Silvano Montaldo, « Célébrer Cesare Lombroso (1906-1909) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4606 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4606

Haut de page

Auteur

Silvano Montaldo

Dipartimento di Studi storici, Turin

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search