Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierUn anniversaire sur un volcan

Dossier

Un anniversaire sur un volcan

Le jubilé de la psychologie scientifique française en 1939
An anniversary with the clock ticking. The jubilee of French scientific psychology in 1939
Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas
p. 103-116

Résumés

En juillet 1939 fut célébré à Paris le jubilé de la psychologie scientifique française dont le grand ordonnateur fut le psychologue Henri Piéron. L’article retrace l’organisation de cette cérémonie dans un contexte très particulier, un moment de grandes tensions internationales et de menaces de guerre imminente. En s’appuyant sur la publication qui s’ensuivit, il revient sur ce qui était célébré, la manière dont la commémoration se déroula et les enjeux de politique de la science qui la sous-tendaient.
Cet évènement, qu’on peut considérer comme un relatif échec au regard des ambitions de son organisateur, peut ainsi être lu comme le moment inaugural d’une entreprise de patrimonialisation de la psychologie scientifique française dont Piéron se fit le héraut.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Carroy, Ohayon et Plas, 2017.
  • 2 Centenaire de Théodule Ribot. Jubilé de la psychologie scientifique française. 1839-1889-1939, 193 (...)

1Du 22 au 24 juillet 1939, à Paris, à la Sorbonne, se tint le jubilé de la psychologie scientifique française (1889-1939). Cette commémoration internationale célébrait le centenaire de la naissance de Théodule Ribot (1839-1916), considéré comme le fondateur de la nouvelle discipline. Mais surtout elle mettait en vedette l’année 1889, année du centenaire de la Révolution française et de l’inauguration de la Tour Eiffel. En effet, 1939 marquait le cinquantenaire de la création du Laboratoire de psychologie physiologique de la Sorbonne, qui dépendait en réalité de l’École pratique des hautes études. Ce laboratoire, premier laboratoire de psychologie créé en France, fut dirigé jusqu’à sa mort par Alfred Binet (1857-1911) ; 1939 marquait également le cinquantenaire de la thèse retentissante de Pierre Janet (1859-1947), L’automatisme psychologique. Essai de psychologie expérimentale sur les formes inférieures de l’activité humaine ; celui du premier congrès international de psychologie qui eut lieu à Paris ; celui de la création, au Collège de France, de la première chaire de psychologie expérimentale et comparée, qui avait été en réalité attribuée à Ribot en 18881. Ainsi étaient commémorés deux dates (1839 et 1889) et trois psychologues français, Ribot, Janet et Binet. La veuve de Ribot, présente à la « séance commémorative » qui eut lieu le 22 juin 1939 à la Sorbonne, fut « respectueusement » saluée par Pierre Janet à la fin de son discours2.

  • 3 Pour un essai plus général de synthèse concernant l’histoire de la psychologie française avant et (...)

2Nous ferons d’abord un rapide portrait des psychologues français qui furent honorés lors de cette commémoration et nous nous intéresserons au contexte historique justifiant le titre donné à cet article, « Un anniversaire sur un volcan ». Dans un deuxième temps, nous présenterons la cérémonie jubilaire et le volume qui s’ensuivit. Dans un troisième temps enfin, en mettant l’accent sur la cérémonie jubilaire proprement dite, nous soulignerons les dissonances, les conflits et les inquiétudes de toutes sortes qui parcouraient les discours et les adresses, en dépit d’une neutralité et d’un consensus de mise dans ce type d’exercice et de cérémonie3.

  • 4 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit.

3Au cours de cette étude, nous nous poserons la question suivante : pourquoi une première entreprise de « patrimonialisation », bien qu’ayant mobilisé des représentants éminents de la psychologie scientifique (française et internationale) et de la science républicaine, a-t-elle eu un faible succès en son temps et pourquoi n’a-t-elle pas vraiment servi de modèle ultérieurement ? Nous montrerons par ailleurs qu’à travers le récit proposé en interne de « l’événement », des enjeux politiques liés à la montée des fascismes ont travaillé le milieu de la psychologie scientifique française. Ces questions sont parfois difficiles à appréhender avec précision, car nous disposons comme sources de très peu d’archives qui informeraient sur le dessous de quelques-unes des cartes institutionnelles et politiques d’un jubilé organisé hâtivement. Nous devrons nous appuyer principalement sur un texte disparate publié à Agen, à la fois officiel et confidentiel4, rassemblé par un seul auteur et organisateur, ainsi que sur quelques échos dans la presse de l’époque. La consultation de la correspondance de Piéron ne nous a pas donné d’informations sur d’éventuels enjeux sous-jacents à l’organisation de ce jubilé. Nous serons donc parfois amenées, paradoxalement, à faire parler des silences.

Les protagonistes français de la commémoration et le contexte historique international

  • 5 Carroy et Plas, 2005.
  • 6 Piéron, 1908.

4Le grand ordonnateur de cette commémoration fut Henri Piéron (1881-1964), philosophe et physiologiste de formation. Dans sa jeunesse, aux alentours de 1900, il avait fréquenté brièvement le laboratoire de la Sorbonne et Binet, qu’il considérait comme un amateur aux intérêts dispersés plus que comme un authentique professionnel de la science, et qu’il n’aimait guère, comme on peut l’inférer à partir des lettres que Ribot adressa à Piéron entre 1902 et 19165. Puis il était devenu préparateur dans le laboratoire de psychologie expérimentale du psychiatre Édouard Toulouse (1865-1947) à l’asile de Villejuif. Il s’était très tôt revendiqué comme un psychologue récusant résolument le recours à l’introspection, s’opposant donc à Henri Bergson (1859-1941) mais aussi à Alfred Binet, et il avait, dès 1908, été l’apôtre d’une « psychologie objective du comportement6 ». En 1912, avec l’appui discret de Ribot, il avait succédé à Binet pour reprendre en main le Laboratoire de la Sorbonne et la publication qui lui était liée, L’Année psychologique. Il avait été élu en 1923 à une chaire de physiologie des sensations au Collège de France. Par ailleurs Piéron était devenu le défenseur d’une psychologie appliquée et qu’il voulait efficace car s’appuyant sur la science. Il avait été par exemple l’un des fondateurs de l’Institut national d’orientation professionnelle (Inop), en 1928.

5Les deux autres psychologues « historiques » français, qui prononcèrent un discours lors de la « séance commémorative », étaient Pierre Janet et Georges Dumas (1866-1946).

  • 7 Cette année 1939 était d’ailleurs une année festive pour Pierre Janet, à qui on venait d’offrir un (...)
  • 8 Carroy, Ohayon et Plas, 2017.
  • 9 Dupouy et Trochu, 2019.

6Pierre Janet, le seul psychologue commémoré encore vivant7, était mondialement célèbre. Il avait été le premier à faire des études de médecine après l’agrégation de philosophie, inaugurant ainsi une longue tradition française de psychologues qui étaient à la fois philosophes et médecins. Il avait succédé à Ribot en 1902 au Collège de France mais était à la retraite depuis 1934, et sa chaire de psychologie expérimentale et comparée n’avait pas été renouvelée8. Georges Dumas, qui se présentait comme le fils spirituel de Ribot et qui avait fondé en 1904, avec Janet, le Journal de psychologie normale et pathologique, pouvait apparaître comme leur continuateur dans une institution aussi importante que le Collège de France, puisqu’il était professeur à la Sorbonne. Lui aussi philosophe et médecin, il disposait d’un pouvoir académique comparable, si ce n’est supérieur, à celui de Piéron. Ses présentations de malades à l’hôpital Sainte-Anne étaient très courues et il avait sans doute de plus larges auditoires que ceux de Piéron au Collège de France9. La commémoration pouvait officiellement apparaître sous le signe d’une alliance entre deux institutions académiques prestigieuses, le Collège de France représenté par Piéron et la Sorbonne, représentée par Dumas.

  • 10 Ce congrès entendait commémorer le troisième centenaire du Discours de la Méthode, d’où son nom (v (...)
  • 11 On peut le constater en lisant la Chronique tenue par Piéron dans chaque volume de L’Année psychol (...)

7Bien que la guerre n’ait pas encore éclaté, la période était déjà particulièrement troublée. La guerre civile espagnole s’était terminée par la victoire des troupes franquistes sur les républicains. De ce fait, le XIe Congrès international de psychologie, prévu à Madrid en 1936, fut reprogrammé à Paris en 1937, sur une proposition d’Henri Piéron. Il se tint juste avant le sixième Congrès international de philosophie, dit Congrès Descartes, « dans son ombre10 ». Au cours de ce congrès, le suisse Édouard Claparède (1873-1940), secrétaire permanent du Comité international d’organisation, lança un vibrant appel à la compréhension internationale et à la préservation de la paix. Pierre Janet, dans sa conférence inaugurale consacrée aux conduites sociales, déplora la « psychose » qui s’abattait alors sur l’humanité. En 1938, Piéron, qui avait déjà dénoncé la politique de l’Allemagne nazie, ajouta une nouvelle rubrique dans L’Année psychologique : « Déchéances et exils ». Il y mentionnait que Freud venait d’émigrer en Angleterre, Kurt Lewin (1890-1947) en Amérique, à l’Université d’Iowa, et David Katz (1884-1953) à Stockholm. Les agressions du régime national-socialiste menaçaient de plus en plus la paix internationale : après l’Anschluss en 1938, Hitler avait occupé la Tchécoslovaquie en mars 1939, et il ne faisait guère de doute qu’il nourrissait les mêmes projets à l’égard de la Pologne. Si la date correspondait bien à un jubilé, il était peu opportun, voire intempestif, d’avoir choisi de célébrer la psychologie scientifique française en 1939, même si, en consultant la rubrique « Congrès » de L’Année psychologique, rédigée par Piéron, on peut constater qu’il y eut malgré tout des congrès et des manifestations savantes, cette même année, mais en nombre plus restreint que les années précédentes11.

L’organisation et la publication du jubilé

  • 12 En 1932, Jean Zay, jeune avocat au barreau d’Orléans, est élu député radical du Loiret. En 1936, L (...)
  • 13 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 9. Pour une synthèse sur les entreprises intellectuell (...)
  • 14 Piéron, 1938-1939. Dans le volume du Jubilé, Piéron ne distingue pas les pays qui ont envoyé des d (...)
  • 15 Professeur à l’Université catholique de Louvain, Albert Michotte était un psychologue expérimental (...)

8Le 30 mars 1939, en tant que secrétaire général du comité d’organisation du centenaire de Théodule Ribot, Piéron envoya une lettre d’invitation à différentes universités, académies et sociétés pour une cérémonie commémorative devant avoir lieu à Paris en juin 1939. Les délais étaient plutôt courts, tant pour les organisateurs que pour les invités. Le comité d’organisation, dont le président était Edmond Faral (1882-1958), spécialiste du Moyen Âge et administrateur du Collège de France, et le président d’honneur Jean Zay (1904-1944), homme politique de gauche et ministre de l’Éducation nationale12, comprenait tous les grands représentants de la psychologie française, mais aussi des philosophes comme André Lalande (1867-1963), des physiologistes comme Louis Lapicque (1866-1952), des sociologues comme Marcel Mauss (1872-1950), des médecins aliénistes comme Jules Séglas (1856-1939), des anthropologues comme Paul Rivet (1876-1958). Piéron annonça que serait fêté « l’épanouissement en France des deux disciplines scientifiques nées de l’effort de Ribot : la psychologie expérimentale étroitement liée à la physiologie, et la psychologie pathologique13 ». À la fin de l’année, relatant le jubilé dans L’Année psychologique et annonçant la parution de l’ouvrage qui en était issu, il s’enorgueillissait de ce que des messages et adresses aient été envoyés en retour par 54 universités, 47 académies et sociétés, représentant 31 nations14. Au cours de la cérémonie, présidée par Jean Zay, on entendit successivement des discours d’Edmond Faral, au nom du Collège de France, de Janet, au nom de l’Académie des sciences morales et politiques, de Dumas, délégué de l’Académie de médecine, d’Albert Michotte (1881-1965)15, qui parlait au nom des délégués étrangers, du secrétaire général du comité d’organisation, Piéron et enfin de Jean Zay, qui conclut la séance.

  • 16 Henri Wallon était, comme Piéron, professeur au Collège de France, où il avait été élu en 1936 à u (...)
  • 17 Cette lettre se trouve dans la partie de la correspondance de Piéron conservée par la bibliothèque (...)

9Toutes les autres activités du programme furent consacrées à des visites de laboratoires et de lieux où se pratiquaient la psychologie appliquée et la psychologie physiologique : le laboratoire de psychologie de la Sorbonne et celui de physiologie des sensations du Collège de France, tous deux dirigés par Piéron, les services psychotechniques des chemins de fer, et des transports en commun de la région parisienne, des services de l’Inop et des stands de physiologie des sensations et de biotypologie du Palais de la Découverte. On voit bien, à travers cette énumération, que Piéron voulait mettre à l’honneur les lieux où s’élaboraient les applications pratiques de la psychologie scientifique auxquelles il était le plus attaché. On peut en effet remarquer qu’il n’y eut pas de visite d’institutions de recherche consacrées à la maladie mentale et à l’enfance, ce qui aurait pourtant été logique concernant l’hommage aux mémoires de Ribot et de Binet. Il aurait pu par exemple organiser des visites sur des lieux déjà historiques de la psychologie scientifique, comme le laboratoire de psychobiologie de l’enfant d’Henri Wallon (1879-1962)16 à Boulogne-Billancourt. Il se peut que ces choix aient été déterminés par les circonstances. En effet, si Wallon faisait partie du comité d’organisation, il était parti en vacances dans la maison de famille des Petites-Dalles, un village du pays de Caux, comme il l’écrit à Piéron le 29 juin 193917. Il semble être demeuré en retrait du jubilé, comme le montrerait notamment le fait que, contrairement à d’autres savants, il ne publia pas ultérieurement dans le recueil final édité en 1939.

  • 18 On trouve dans le Programme des cérémonies jubilaires que, lors de cette séance, les « Rapport[s] (...)

10Le dernier jour, en fin d’après-midi, se tint une séance exceptionnelle de la Société française de psychologie, « consacrée aux conceptions récentes de l’instinct »18, qui ne fut pas publiée, on ne sait pour quelles raisons.

  • 19 Lourenço Filho (1897-1970) enseignait la psychologie de l’éducation à Sao Paulo, où il avait invit (...)
  • 20 Chapuis, 1997 ; Nicolas, 1997.
  • 21 Cyril Burt est un psychologue anglais, spécialiste de la mesure de l’intelligence par les tests, c (...)
  • 22 Théodore Simon (1873-1961), qui avait collaboré avec Binet de 1898 environ jusqu’à la mort de ce d (...)
  • 23 Piéron, 1939-1940, 218-219.

11La même année, l’ouvrage commémoratif fut réalisé par l’Imprimerie moderne d’Agen. Piéron le recensa lui-même en 1939 dans le volume 40 de L’Année psychologique, sans indiquer de nom d’éditeur. Dans ce gros volume de 601 pages, une centaine de pages seulement est consacrée à la cérémonie jubilaire. On y trouve la liste des universités et institutions françaises et étrangères ayant envoyé des messages ou des délégations pour l’occasion, mais la liste de ceux qui participèrent réellement à l’événement n’y figure pas. On lit aussi dans cette première partie les discours prononcés et les adresses reçues. Une deuxième partie contient divers textes en hommage à Ribot, Binet et Janet, allant des « Simples souvenirs » d’Édouard Claparède à l’évaluation de l’influence de Ribot sur la psychologie sud-américaine par Lourenço Filho19. Il faut noter que les trois textes entièrement ou partiellement consacrés à Binet sont dus à des psychologues et psychopédagogues étrangers, les suisses Claparède et Jean Larguier des Bancels (1876-1961), avec qui Binet avait correspondu très souvent20, et l’anglais Cyril Burt (1883-1971)21. On vérifie ainsi que Binet était plus connu et reconnu à l’étranger qu’en France22. La troisième partie de l’ouvrage, qui comporte 325 pages, soit plus de la moitié, est un recueil d’articles sur divers sujets dont quelques-uns ont un lien plus ou moins revendiqué avec les œuvres de Ribot, de Janet et, surtout, de Binet, ce qui témoigne du rayonnement international de son œuvre. La plupart n’en ont aucun et présentent les recherches de leur auteur. Ce qui a fait manifestement la fierté de Piéron, dans cet ensemble hétéroclite de contributions, c’est son caractère international. En effet, ainsi qu’il le souligne l’année suivante dans sa recension de l’ouvrage, les auteurs appartiennent à quatorze pays et « donnent à ce volume un haut intérêt scientifique de valeur internationale23 ».

Dissonances, conflits et inquiétudes

  • 24 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 68. Cette société avait été fondée en 1898 par Ferdina (...)
  • 25 Édouard Toulouse, alors âgé de 74 ans, était « Directeur honoraire à l’École pratique des hautes é (...)

12Dans l’allocution qu’il prononça lors de la séance commémorative, Piéron insista sur les « laboratoires d’application » de la psychologie développés en France et s’arrangea pour minimiser le rôle de Binet, en s’abstenant de lire l’adresse de la Société pour l’étude psychologique de l’enfant, au sein de laquelle Binet avait joué un rôle fondamental24. De plus, il rappela que, si les applications de la psychologie « préoccupaient » Binet, elles devaient beaucoup à Édouard Toulouse25.

13Mais, en organisant ce jubilé de la psychologie scientifique et de ses applications, Piéron devait assumer le double héritage de Ribot. Car, si ce dernier avait été à l’origine de la création du laboratoire de psychologie de la Sorbonne, il avait d’abord orienté la psychologie française du côté de la psychologie pathologique et Janet était le plus éminent représentant de cette part du double héritage en question. C’est d’ailleurs ce que rappela Georges Dumas : il centra son allocution sur l’école « psychologico-médicale » fondée par Ribot et sur son rayonnement national et international.

  • 26 La psychologie française qui se définissait comme « scientifique » voulait par-là se distinguer de (...)
  • 27 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 47
  • 28 Ibid., p. 53.

14Au sein même du camp supposé unifié de la « psychologie scientifique26 », Dumas et Piéron furent confrontés à la critique courtoise mais directe du psychologue expérimental belge Albert Michotte. Celui-ci rappela d’entrée de jeu que 1889 était d’autant plus une « date bénie27 » pour la psychologie française que Bergson avait publié cette même année son Essai sur les données immédiates de la conscience. C’était rappeler que la psychologie pouvait encore être revendiquée par des philosophes. Au même titre que Binet dont « la carrière qui fut splendide et d’une fécondité inouïe28 » était longuement détaillée, Bergson, professeur honoraire au Collège de France, comme Janet, faisait ainsi partie des gloires nationales de la psychologie française. Catholique pratiquant, Michotte avait été un disciple du cardinal Mercier qui défendait une philosophie néoscolastique : au vu de ces engagements, on peut comprendre qu’il ait eu à cœur de rendre hommage à Bergson, un spiritualiste proche du catholicisme, critiqué de longue date, on l’a vu, par Piéron.

  • 29 Ibid., p. 51, souligné dans le texte.
  • 30 Paul Guillaume, membre du Comité d’organisation du Jubilé, avait fait connaître cette psychologie (...)

15Le psychologue belge contestait d’autre part que la méthode pathologique promue par Ribot, Janet et Dumas et consistant à voir dans la maladie mentale une expérimentation invoquée, selon un modèle inspiré de Claude Bernard, fut à mettre sur le même plan que l’expérimentation provoquée. La tradition française dominante relevait, selon lui, non de l’expérimentation au sens strict, mais de l’observation et il la définissait comme « l’histoire naturelle de l’esprit, ou, si l’on préfère l’histoire naturelle de la conduite29 », le terme de « conduite » renvoyant au système psychologique développé par Janet après 1900. Mais Michotte n’adhérait pas pour autant à une conception de l’expérimentation réduite à une psychophysiologie des sensations. Il se référait par exemple à la Gestalt Psychologie30, qui pouvait rendre compte de phénomènes psychiques complexes par la voie d’expérimentations rigoureuses. En somme, Michotte objectait à Piéron qu’il pouvait exister une psychologie tout aussi scientifique et plus ouverte que la sienne. Vue de Louvain, l’histoire de la science française différait sensiblement de celle avancée depuis Paris.

  • 31 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 72.

16Il semble que Piéron ait dû aussi assumer l’image plurielle et en devenir de la psychologie, reflétée, voire revendiquée, par les orateurs français, « profanes » mais prestigieux, invités à la séance commémorative. En effet, Edmond Faral rappela malicieusement que Ribot était resté quelque peu philosophe et que si la psychologie se veut scientifique, elle ne doit pas oublier qu’elle ne peut être, comme les autres sciences, qu’une construction sans cesse renouvelée. De son côté, Jean Zay évoqua, dans sa longue liste des spécialités de « la psychologie expérimentale », la « caractériologie et la psychanalyse31 ». Celle-ci était la grande absente de ce jubilé, puisque la Société psychanalytique de Paris n’y participait pas. On trouve bien un psychanalyste parmi les contributeurs au volume final, le gendre de Janet, Édouard Pichon (1890-1940). Dans sa contribution, qui porte sur la psychologie du langage, ce dernier n’évoqua pas la psychanalyse.

  • 32 Ibid., p. 73.
  • 33 Martin, 2015.
  • 34 Ohayon, 2011.
  • 35 L’Inop dépendait administrativement du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et déliv (...)
  • 36 Naville, 1945, 22.
  • 37 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 76.

17Jean Zay citait, lui aussi, Bergson et mettait les psychologues en garde contre le dogmatisme qui consisterait à rejeter toute observation de la vie intérieure. Et il profita aussi de la tribune qui lui était ici offerte pour défendre sa politique en matière d’orientation scolaire et évoquer les classes d’orientation, qu’il était alors en train de mettre en place dans la première année du second degré, instituant ainsi pour la première fois une orientation scolaire. Mais les conseillers d’orientation, parmi lesquels certains avaient été formés à l’Inop dont, comme on l’a vu, Piéron avait été l’un des fondateurs, en étaient exclus, ce qui avait suscité des protestations de leurs représentants. Pour Zay, la nécessité d’une orientation scolaire ne signifiait pas du tout un élargissement des missions de l’orientation professionnelle. Cette dernière avait été conçue pour des élèves qui ne poursuivraient pas d’études, afin de faciliter leur entrée dans le métier. Le domaine des orienteurs, c’était le choix entre les métiers, ce qui n’avait rien à voir avec le choix entre les études, qui relevait du domaine strict des professeurs. Jean Zay affirma ainsi fermement que le « problème de l’orientation scolaire [devait] être soigneusement distingué du problème de l’orientation professionnelle32 », ce qui semble être un message à l’adresse de ses opposants et peut-être de Piéron lui-même. En effet, Piéron défendait une conception de l’orientation professionnelle basée sur la détection des aptitudes grâce aux tests que certains psychologues marxistes, comme Henri Wallon et plus tard surtout Pierre Naville (1904-1993), critiquaient en raison de leurs doutes vis-à-vis du bien-fondé de la notion d’aptitude33. Wallon était très réservé quant à l’usage des tests, et partageait les positions de Zay quant aux limites de l’orientation professionnelle. Dans le Plan Langevin-Wallon de réforme de l’éducation qu’il élabore au cours de la guerre, il préconise la création d’un corps de psychologues scolaires, afin de « connaître l’enfant dans ses particularités individuelles aussi bien que dans son évolution psychologique », donc dans une perspective beaucoup plus clinique34. La qualification de ces psychologues scolaires correspondrait au diplôme de Psychologie pédagogique de l’Institut de psychologie, et non au diplôme de l’Inop35. On sait que, de toutes les préconisations du Plan, la création du corps des psychologues scolaires fut la seule à être mise en œuvre à la Libération. Quant à Naville, alors conseiller d’orientation, il remit en cause de manière radicale la conception, selon lui trop naturaliste et fixiste, visant à orienter le jeune « à la place qui correspond à sa nature, à ses aptitudes et à son mérite36 ». À la lecture de son intervention, on peut se demander si Jean Zay n’avait pas pensé que le jubilé lui fournissait une occasion d’émettre quelques réserves sur la psychologie défendue par Piéron. Il est frappant qu’à aucun moment il ne le désigne comme l’héritier des psychologues qui sont célébrés lors de ce jubilé. Son discours s’achève d’ailleurs sur une mise en garde : le point de vue de l’action et de l’efficacité pratique ne doit pas être le seul point de vue adopté par la psychologie. Elle doit aussi s’intéresser à la connaissance pure et se garder « de passer sans transition d’une observation psychologique fragmentaire à une conception métaphysique qui risque alors d’être exclusive ou tendancieuse37 ».

  • 38 Ibid., p. 35.
  • 39 Ibid., p. 101.

18La psychologie s’identifiait enfin, et peut-être surtout, aux yeux des « profanes » cultivés, avec une matière enseignée dans les classes de philosophie des lycées français. Pierre Janet (auteur lui-même d’un manuel de philosophie), dans un historique inspiré en grande partie de son livre Les médications psychologiques, rappelait que son oncle, le philosophe spiritualiste Paul Janet (1823-1899) avait autrefois contribué, dans un esprit « libéral », à assurer avec Charcot, la carrière de Ribot38. De façon plus cinglante, le président de l’influente Société française de philosophie, Léon Brunschvicg (1869-1944) soulignait que cette commémoration était une « fête intime » et non celle d’une nouvelle discipline, car les premiers psychologues scientifiques français n’avaient « paru se séparer de la philosophie qu’afin de la mieux servir39 ».

  • 40 Ibid., p. 61.
  • 41 Ibid., p. 64.
  • 42 Wilhelm Wundt (1832-1920) est célébré, dans l’historiographie disciplinaire de la psychologie, com (...)

19Pour sa part, Piéron se demanda si l’absence de recul temporel et le lien de proximité qui l’avait uni et l’unissait aux trois gloires de la psychologie française ne pouvaient pas rendre son « admiration […] gonflée d’affection ». « L’aile noire de l’inquiétude40 » planait donc sur l’impartialité du récit historique à mener. Crainte bien vite dissipée, confiait-il, par les messages chaleureux venant de pays éloignés dans l’espace. La force de la métaphore choisie (l’aile noire…) conduit à penser que la cause, non explicitée, de son inquiétude, était aussi politique. Les menaces se précisaient et la guerre allait éclater dans un peu plus d’un mois. Certains délégués d’Europe de l’Est, par exemple, auraient pu, s’ils s’étaient attardés un peu en France, être dans l’incapacité de rentrer dans leur pays. Dans ce contexte, on peut s’intéresser tout autant aux absents qu’aux présents de la cérémonie. Il n’y eut ni messages ni délégation d’Espagne, la plupart des psychologues espagnols ayant déjà pris le chemin de l’exil. Il n’y eut rien non plus venant des Soviétiques, qui étaient sans doute plongés dans le contexte très lourd des purges et des procès staliniens. Qu’en est-il de l’Allemagne ? Dans son rapport, Piéron lut in extenso l’adresse du Pr. Erich Jaensch (1883-1940), au nom de la Deutsche Psychologische Gesellschaft (société qu’il avait dénoncée à juste titre comme nazifiée dans L’Année psychologique). Jaensch, après un propos convenu, exprima le vœu « que le travail commun sur les problèmes se rapportant aux relations intrapsychiques et somato-psychiques [contribuerait] à rapprocher les peuples européens41 ». Piéron lut également un message du Pr. Krüger (1874-1948), successeur de Wundt42 à Leipzig, qui s’était mis au service du régime nazi et travaillait pour la Wehrmacht.

  • 43 Ibid., p. 68.

20Piéron ne commenta ni l’absence et le silence des Espagnols et des Soviétiques, ni l’adresse du Pr. Erich Jaensch ou le message de Krüger. Il semble ainsi avoir voulu que la cérémonie témoigne de l’harmonie scientifique de la psychologie mondiale et il se garda d’assombrir le tableau, estimant que ce n’était « ni le lieu ni le jour » d’insister sur « les graves soucis d’avenir » que tous les participants devaient avoir en tête43.

Conclusion

  • 44 Ibid., p. 24.

21Si, en 1889, Paris avait pu apparaître comme la capitale du monde, en 1939 la tension internationale ne donna pas à l’événement académique du Jubilé le retentissement que ses organisateurs espéraient car beaucoup de personnalités étrangères invitées ne purent y participer. Loin de célébrer une unité de la psychologie, les discours et les contributions publiés furent divergents et hétéroclites. Le jubilé n’accréditait décidément pas le récit d’« une longue entreprise héroïque », comme le souhaitait, peut-être ironiquement, Faral44. Il n’accréditait pas du tout non plus l’image d’une psychologie unifiée, à la fois scientifique et socialement utile par ses applications.

  • 45 Sur l’orientation et le lectorat de ces journaux, voir les Historiques de titres de presse numéris (...)
  • 46 Archives du Collège de France, dossier personnel d’Henri Piéron, 16 CDF 339, « Correspondance », s (...)
  • 47 Ibid., Lettre de Faral à Henri Piéron en date du 12 octobre 1939.
  • 48 Henri Laugier (1888-1973), ami de Piéron et franc-maçon comme lui, faisait partie du Comité d’orga (...)
  • 49 J.-F. Picard, « Le Comité national et le CNRS. Essor et déclin d'un parlement de la science », His (...)

22Les cérémonies eurent un écho limité dans la presse française. Seul Le Temps lui consacra deux articles. Les personnages mis en vedette le 23 juin 1939 y étaient Faral, Janet et Zay. La livraison du 24 juin évoquait Michotte et Dumas. Si le nom de Piéron était cité, c’était au titre d’organisateur et non d’orateur. Le Journal des débats annonça l’événement le 19-20 juin, mais aucun de ses journalistes ne semble s’être déplacé en Sorbonne. Le Figaro45 du 23 juin consacra un entrefilet au seul discours de Jean Zay. Le gros volume publié ensuite, ne serait-ce que par sa faible diffusion, n’eut pas beaucoup d’impact sur le moment. Il parut grâce à une subvention de 20 000 francs du Collège de France, pour laquelle Piéron demanda ensuite une rallonge substantielle. Dans une lettre envoyée de Bordeaux à Faral, il affirma qu’il lui fallait « le double46 » pour publier. Dans sa réponse du 12 octobre 193947, Faral lui suggéra de demander « le supplément de subvention nécessaire » à Henri Laugier48, qui était alors chef du Service central de la recherche scientifique et allait devenir peu après l’un des deux premiers directeurs du Centre national de la recherche scientifique, créé par le décret du 19 octobre 193949. Faral ajoute qu’au cas où cette démarche ne serait pas suivie d’effet, le collège ne pourrait « contribuer aux frais […] que pour une très faible part ». Nous ignorons si Piéron obtint de nouveaux subsides.

23On pourrait se demander ce qui incita Piéron à se lancer dans cette entreprise en un moment pareillement troublé et gros de menaces. Rien dans son allocution non plus que dans la contribution qu’il donna au volume du Jubilé ne permet d’avancer une autre hypothèse que celle de la mise en récit des débuts de la psychologie française : en effet, dans sa contribution, il retrace l’histoire du Laboratoire de la Sorbonne et s’y met en scène.

24Le Jubilé demeure actuellement un document pour les historiens plus qu’un livre emblématique. Était-ce cependant un pur et simple fiasco ? Il n’empêche que Piéron avait pris date pour devenir le metteur en scène d’une patrimonialisation de la psychologie scientifique qu’il reprit avec plus de succès après la guerre, lorsqu’il devint lui-même une figure mémorielle, et que d’autres perpétuèrent à sa suite jusqu’à nos jours, sur le même modèle. Certaines des séquences racontées en 1939 devinrent alors canoniques dans l’historiographie disciplinaire française.

25Il n’y eut plus, par la suite, de commémoration de cette ampleur dans l’histoire de la psychologie française. Certes, les anniversaires de la naissance et de la mort des grands noms de la discipline furent – et sont encore – régulièrement fêtés, notamment par l’organisation de colloques. Le sont aussi les centenaires de certains de leurs travaux, tel celui de l’échelle métrique de l’intelligence de Binet et Simon (1905) qui fut organisé à Paris en octobre 2005 par la Fédération française des psychologues et de psychologie. Les institutions de la psychologie le sont également : ainsi, en 2001, on fêta le centenaire de la Société française de psychologie dans les tout nouveaux locaux de l’Institut de psychologie, à Boulogne-Billancourt. La commémoration en 2020 du centenaire de la création de cet institut est d’ailleurs actuellement en préparation.

  • 50 Fraisse, 1989, 170.
  • 51 Ibid., 169.
  • 52 Galifret, 1989.
  • 53 Fraisse, 1989.

26Mais il y eut aussi, en 1989, une cérémonie à l’occasion du centenaire de la psychologie française. Elle se tint au Collège de France sous la présidence d’honneur d’Hubert Curien, ministre de la Recherche et de la Technologie, qui ne se déplaça pas, et la « présidence effective » d’Yves Laporte, administrateur du Collège de France50. Il n’y eut manifestement aucune invitation de représentants de la psychologie mondiale et pas non plus de collègues d’autres disciplines académiques, philosophes, sociologues, pédagogues… La seule trace qui subsiste de cette commémoration, à notre connaissance, est la publication, dans L’Année psychologique, de quatre conférences prononcées à cette occasion par d’éminents professeurs de la « troisième génération », selon les termes de Paul Fraisse (1911-1996)51, dont celle d’Yves Galifret, consacrée à Henri Piéron52. Cette cérémonie, comparée au jubilé de 1939 fut donc des plus modestes. On pourrait se demander si le relatif échec des festivités de 1939, qui sont néanmoins évoquées par Paul Fraisse dans son « Avant-propos53 », n’a pas rendu les organisateurs de ce centenaire un peu frileux, à moins qu’ils n’aient estimé que le Jubilé était indépassable…

Haut de page

Bibliographie

Chapuis, E., 1997, « “L’Année psychologique” dans la correspondance de Jean Larguier des Bancels », L’Année psychologique, 97, p. 643-663.

Carroy, J., Feuerhahn, W., Plas, R. et Trochu, T., 2016, « Les entreprises intellectuelles de Théodule Ribot », Revue philosophique, 141, p. 451-464.

Carroy, J., Ohayon, A. et Plas, R., 2006, Histoire de la psychologie en France. xixe-xxe siècles, Paris, La Découverte.

Carroy, J. et Plas, R., 2005, « La psychologie : science naturelle et science morale ? Lettres inédites de Théodule Ribot à Henri Piéron », Revue Philosophique, 130, p. 335-356.

Carroy, J., Ohayon, A. et Plas, R., 2017, « Usages, extension et masques de l’intitulé “psychologie” au Collège de France », dans Feuerhahn, W. (éd.), La politique des chaires au Collège de France, Paris, Collège de France/Les Belles Lettres, p. 481-502, https://doi.org/10.4000/books.lesbelleslettres.179.

Dupouy, S. et Trochu, T., 2019, « Pourquoi des “philosophes de la République” se sont-ils faits médecins ? (France, 1888-1958) », dans Crignon, C. et Lefebvre, D. (éd.), Médecins et philosophes. Une histoire, Paris, CNRS Éditions, p. 321-364.

Fraisse, P., 1989, « Centenaire de la psychologie scientifique française. Avant-propos », L’Année psychologique, 89, p. 169-170, en ligne : https://www.persee.fr/doc/psy_0003-5033_1989_num_89_2_29331.

Galifret, Y., 1989, « Piéron, instaurateur de la psychologie en France », L’Année psychologique, 89, p. 199-212, https://doi.org/10.3406/psy.1989.29334.

Guillaume, P., 1937, La psychologie de la forme, Paris, Flammarion.

Leyssen, S., 2015, « La phénoménologie expérimentale d’Albert Michotte : un problème de traduction », Philosophical scientiae, 19/3, The Bounds of Naturalism: Experimental Constraints and Phenomenological Requiredness, p. 45-71, https://doi.org/10.4000/philosophiascientiae.1130.

Martin, J., 2015, « L’orientation professionnelle et l’école dans l’entre-deux-guerres. Un exemple d’application de la psychologie », Les Sciences de l’éducation - Pour l’Ère nouvelle, 48/2, Observer et orienter l’enfant, p. 45-68, DOI : 10.3917/lsdle.482.0045.

Naville, P., 1945, Théorie de l’orientation professionnelle, Paris, Gallimard.

Nicolas, S., 1997, « Alfred Binet et “L’Année psychologique” d’après une correspondance inédite », L’Année psychologique, 97, p. 665-699.

Ohayon, A., 2011, « Quelle psychologie pour quelle orientation ? Éléments d’histoire », Questions d’orientation, 4, p. 21-33.

Piéron, H., 1908 (mars), « L’évolution du psychisme et l’étude objective du comportement », Revue du mois, p. 291-310.

Piéron, H., 1938-1939, « Le centenaire de Ribot et le jubilé de la psychologie scientifique française », L’Année psychologique, 39, p. 985-986. https://www.persee.fr/doc/psy_0003-5033_1938_num_39_1_30455.

Piéron, H., 1939-1940, « Centenaire de Th. Ribot – Jubilé de la Psychologie scientifique française », L’Année psychologique, 40, 218-219. https://www.persee.fr/doc/psy_0003-5033_1939_num_40_1_5762.

P. L. L., 1937, « Le congrès Descartes : Sixième Congrès international de philosophie, Paris, août 1937 », Esprit (1932-1939), 5/60, p. 781-783.

Prost, A. et Ory, P., 2015, Jean Zay, le ministre assassiné, Paris, Taillandier.

Haut de page

Notes

1 Carroy, Ohayon et Plas, 2017.

2 Centenaire de Théodule Ribot. Jubilé de la psychologie scientifique française. 1839-1889-1939, 1939, Agen, Imprimerie moderne, p. 36. Théodule Ribot avait épousé en 1876 Antoinette Fortunée Louise Le Roux (1857-1940).

3 Pour un essai plus général de synthèse concernant l’histoire de la psychologie française avant et après la guerre, voir Carroy, Ohayon et Plas, 2006.

4 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit.

5 Carroy et Plas, 2005.

6 Piéron, 1908.

7 Cette année 1939 était d’ailleurs une année festive pour Pierre Janet, à qui on venait d’offrir un volume de « Mélanges », coordonné par son gendre Édouard Pichon, à l’occasion de son 80e anniversaire.

8 Carroy, Ohayon et Plas, 2017.

9 Dupouy et Trochu, 2019.

10 Ce congrès entendait commémorer le troisième centenaire du Discours de la Méthode, d’où son nom (voir P.L.L., 1937, 783). Le psychologue nancéen Charles Baudouin (1893-1963), qui assistait aux deux congrès, nota ironiquement dans son journal que le congrès de psychologie se déroula « dans l’ombre du congrès Descartes » et qualifia cette dernière manifestation de « jeux Olympiques de la pensée contemporaine ». Psychanalyste hétérodoxe, car refusant de choisir entre Coué, Freud et Jung, il fit toute sa carrière en Suisse, et portait un regard décalé sur le milieu intellectuel parisien (Carnet XVI, novembre 36-juin 39, Archives de l’Université de Genève, Msfr5964/4, p. 54).

11 On peut le constater en lisant la Chronique tenue par Piéron dans chaque volume de L’Année psychologique. Pour le volume 38, qui couvre en fait l’année 1939, il y eut moitié moins de congrès, nationaux et internationaux, que l’année précédente.

12 En 1932, Jean Zay, jeune avocat au barreau d’Orléans, est élu député radical du Loiret. En 1936, Léon Blum lui confie le ministère de l’Éducation nationale et des Beaux-Arts. Zay démocratise et modernise le système scolaire français. Il sera assassiné par la milice en 1944 (voir Prost et Ory, 2015).

13 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 9. Pour une synthèse sur les entreprises intellectuelles de Ribot, voir Carroy, Feuerhahn, Plas et Trochu, 2016.

14 Piéron, 1938-1939. Dans le volume du Jubilé, Piéron ne distingue pas les pays qui ont envoyé des délégations de ceux qui ont envoyé des adresses ou des messages. Les universités des États-Unis, au nombre de 10, étaient les plus représentées suivies par celles d’Angleterre (4), d’Allemagne (3) et de Belgique (3). Plusieurs universités et académies d’Amérique latine et des Caraïbes avaient elles aussi envoyé des messages ou des délégations (Argentine, Brésil, Cuba, Équateur, Mexique, Paraguay), de même que la plupart des pays d’Europe.

15 Professeur à l’Université catholique de Louvain, Albert Michotte était un psychologue expérimental qui se réclamait notamment de la Gestalt psychologie et de la phénoménologie (Leyssen, 2015).

16 Henri Wallon était, comme Piéron, professeur au Collège de France, où il avait été élu en 1936 à une chaire de psychologie et éducation de l’enfant. Adhérent de la SFIO puis du Parti communiste en 1942, il entrera dans la clandestinité durant la guerre. À la Libération, avec le physicien Paul Langevin (1872-1946), il sera l’initiateur en 1947 du plan de réforme globale de l’éducation qui porte son nom et qui ne sera pas appliqué.

17 Cette lettre se trouve dans la partie de la correspondance de Piéron conservée par la bibliothèque qui porte son nom, à Boulogne-Billancourt. La maison des Petites-Dalles avait été achetée en 1876 par le grand-père de Wallon, l’historien et homme politique Henri Wallon, auteur du célèbre « amendement Wallon ».

18 On trouve dans le Programme des cérémonies jubilaires que, lors de cette séance, les « Rapport[s] des professeurs J. Drever d’Edimbourg, P. Grassé de Paris et D. Katz de Stockholm » ont été présentés (Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 10). Les trois intervenants étaient des spécialistes de la question. Il se peut que Piéron ait été secrètement satisfait de ce que le seul allemand présent ait été un juif exilé, en la personne de David Katz, bien que rien dans le volume du jubilé ne vienne étayer cette hypothèse. Elle est néanmoins compatible avec ce que nous savons des prises de position politiques de Piéron.

19 Lourenço Filho (1897-1970) enseignait la psychologie de l’éducation à Sao Paulo, où il avait invité Piéron. Filho, L., « La pensée de Ribot dans la psychologie sud-américaine », Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 263-272.

20 Chapuis, 1997 ; Nicolas, 1997.

21 Cyril Burt est un psychologue anglais, spécialiste de la mesure de l’intelligence par les tests, comme Binet. Très conservateurs, ses travaux ont pesé sur les choix du système pédagogique anglais dans le sens d’une sélection précoce des écoliers. Ils furent vivement critiqués dans les années 1960 et 1970 quand il apparut qu’il avait falsifié certains résultats pour démontrer le primat de l’hérédité sur l’environnement.

22 Théodore Simon (1873-1961), qui avait collaboré avec Binet de 1898 environ jusqu’à la mort de ce dernier, faisait partie du Comité d’organisation du Jubilé. Il contribua à la troisième partie de l’ouvrage avec un article sur les problèmes posés par les tests dans lequel il n’évoque que très brièvement Binet, en introduction.

23 Piéron, 1939-1940, 218-219.

24 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 68. Cette société avait été fondée en 1898 par Ferdinand Buisson (1841-1932) et Binet en était devenu le président en 1902. Elle était surtout composée d’instituteurs et de pédagogues. En 1917, elle avait pris le nom de Société Alfred Binet.

25 Édouard Toulouse, alors âgé de 74 ans, était « Directeur honoraire à l’École pratique des hautes études » comme l’indique la liste des membres du Comité d’organisation du Jubilé. Il ne nous est cependant pas possible de dire s’il assista aux cérémonies.

26 La psychologie française qui se définissait comme « scientifique » voulait par-là se distinguer de la psychologie telle que la concevaient les philosophes, notamment ceux qui se réclamaient du spiritualisme.

27 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 47

28 Ibid., p. 53.

29 Ibid., p. 51, souligné dans le texte.

30 Paul Guillaume, membre du Comité d’organisation du Jubilé, avait fait connaître cette psychologie qui met la forme, ou structure, à la base des phénomènes psychiques, dans les pays francophones (voir Guillaume, 1937).

31 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 72.

32 Ibid., p. 73.

33 Martin, 2015.

34 Ohayon, 2011.

35 L’Inop dépendait administrativement du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), et délivrait le diplôme de conseiller d’orientation après deux années d’études. Le public était formé en grande partie de professionnels (instituteurs, assistantes sociales) et la sélection à l’entrée était sévère, mais la professionnalisation assurée, ce qui n’était pas le cas pour les diplômes délivrés par l’Institut de psychologie. La formation dans cet institut, fondé en 1920 par Piéron, durait un an, sans conditions particulières d’accès : elle comprenait un enseignement général des principales disciplines de la psychologie et des enseignements spécialisés, plus pratiques, qui donnaient leur mention à l’un des trois diplômes qu’il délivrait alors (psychologie, pédagogie, psychologie appliquée). Quant aux psychologues scolaires, que René Zazzo, successeur de Wallon, mettra en place à la Libération, ils devaient obligatoirement être enseignants, pour la plupart instituteurs, avoir exercé depuis plusieurs années et obtenir, après un concours d’entrée, l’un des diplômes de l’Institut de psychologie, de préférence celui de psychologie pédagogique créé par Wallon.

36 Naville, 1945, 22.

37 Centenaire de Théodule Ribot…, op. cit., p. 76.

38 Ibid., p. 35.

39 Ibid., p. 101.

40 Ibid., p. 61.

41 Ibid., p. 64.

42 Wilhelm Wundt (1832-1920) est célébré, dans l’historiographie disciplinaire de la psychologie, comme le fondateur, en 1879, du premier laboratoire européen de psychologie expérimentale à Leipzig.

43 Ibid., p. 68.

44 Ibid., p. 24.

45 Sur l’orientation et le lectorat de ces journaux, voir les Historiques de titres de presse numérisés consultables sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/html/und/presse-et-revues/presse-et-revues (consulté le 10 mai 2020).

46 Archives du Collège de France, dossier personnel d’Henri Piéron, 16 CDF 339, « Correspondance », s.d.

47 Ibid., Lettre de Faral à Henri Piéron en date du 12 octobre 1939.

48 Henri Laugier (1888-1973), ami de Piéron et franc-maçon comme lui, faisait partie du Comité d’organisation du Jubilé. Il fut professeur de physiologie à la Faculté des Science de l’Université de Paris et mena par la suite une carrière de haut fonctionnaire. Il fut, notamment, secrétaire général adjoint de l’ONU en 1946.

49 J.-F. Picard, « Le Comité national et le CNRS. Essor et déclin d'un parlement de la science », Histoire du Centre National de la Recherche Scientifique dans la France du xxe siècle, http://www.histcnrs.fr/histoire-comite-national.html (consulté le 10 mai 2020).

50 Fraisse, 1989, 170.

51 Ibid., 169.

52 Galifret, 1989.

53 Fraisse, 1989.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas, « Un anniversaire sur un volcan »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 103-116.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas, « Un anniversaire sur un volcan »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4709 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4709

Haut de page

Auteurs

Jacqueline Carroy

EHESS / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Annick Ohayon

Université Paris 8 / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Régine Plas

Université de Paris / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search