Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierCommémorer Henri Ey

Dossier

Commémorer Henri Ey

La mémoire de la psychiatrie française au xxe siècle
Commemorating Henri Ey: remembering French psychiatry in the 20th century
Jean-Christophe Coffin
p. 117-141

Résumés

Henri Ey fut, entre les années 1950 et 1970, une des figures les plus marquantes de la psychiatrie française. Au cours de sa vie il reçut de nombreux hommages et plusieurs distinctions. Ce travail traite de la commémoration d’un homme dont la réputation avait donc déjà été largement construite avant sa disparition. Après une période de relatif silence, la politique de commémoration d’Henri Ey s’est affirmée en particulier à l’occasion du vingtième anniversaire de sa mort. Deux explications sont proposées : d’une part célébrer Henri Ey est une manière de célébrer la voie singulière de la psychiatrie française. D’autre part, en rappelant l’héritage moral et intellectuel d’Henri Ey, cela permet de souligner l’importance d’une éthique du rapport à la maladie mentale et la nécessité d’une connaissance de l’homme qui aille au-delà de sa dimension organique et cérébrale. Enfin commémorer cet homme de dimension internationale n’est pas dénué d’une certaine nostalgie face à une psychiatrie française qui n’a plus la centralité d’hier.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercie chaleureusement Régine Plas et Nathalie Richard pour leurs commentaires et leurs observations qui ont contribué à améliorer cet article.

Introduction

  • 1 Nora, 1985-1986.
  • 2 Porter, 1985 ; Barras, 2013.

1Le psychiatre Henri Ey (1900-1977) est décédé quelques années avant que les lieux de mémoire ne deviennent pour les historiens l’objet d’une attention collective grâce à l’entreprise menée par Pierre Nora1. On sait combien depuis la fin des années 1980 la production historiographique a été abondante sur ce domaine et nombreux les débats qu’elle a suscités. On sait également que les lieux de la science ou ses représentants ont été relativement absents de ces recherches. Il n’en demeure pas moins qu’une politique des commémorations existe au sein des disciplines médicales et de la psychiatrie. Si le sujet a été finalement peu travaillé, c’est en partie parce que les travaux de sciences humaines et sociales autour de la psychiatrie portaient avant tout, dans ces années, sur le système psychiatrique, son organisation et les entités cliniques qui étaient fabriquées par ses représentants. Il était en effet difficile d’échapper à l’étude de l’hôpital psychiatrique qui retenait bien davantage l’attention que l’étude des parcours individuels de médecins chefs de service. Ensuite, c’est le détour par les patients, à travers par exemple les dossiers cliniques, qui a suscité l’intérêt des historiens contemporains et qui s’inscrivait dans une historiographie privilégiant l’étude from below ou « par en bas »2. Il en résultait une attention modeste pour les figures médicales de la psychiatrie. S’intéresser à la parole du psychiatre pouvait être interprété comme entériner une parole d’en haut alors même que depuis quelques années une autre parole, non médicale, pouvait être entendue à partir des travaux singuliers de Michel Foucault. L’étude des grands hommes était par conséquent laissée aux psychiatres eux-mêmes ; le biographique était leur affaire en quelque sorte. Mais cette approche n’était pas spontanément appréciée par les historiens qui trouvaient les récits sur les personnes disparues trop inspirés par l’hommage compassé et par une tonalité « grand maître » qui laissait peu de place aux soldats ordinaires de la lutte contre la maladie mentale. Pour l’écrire plus crûment, ces récits reflétaient d’abord la hiérarchie médicale et le poids du médecin-chef régnant sur ses équipes et ses patients.

2L’objectif de ce travail n’est pas d’ouvrir à nouveau le débat sur la nécessité d’étudier les grandes figures de la psychiatrie pour contribuer à l’histoire de cette discipline. Il s’agit en revanche de s’intéresser à la manière dont se fabrique cette image et de l’étudier notamment à partir de la mémoire professionnelle : en d’autres termes comment Henri Ey est-il parvenu à être une sorte de lieu de mémoire pour la psychiatrie française ? Depuis que les rapports entre mémoire et histoire sont dans une phase plus apaisée, les récits mémorialistes des psychiatres relatifs à leurs maîtres constituent un document tout à fait essentiel car, au-delà des anecdotes, ils témoignent également de la centralité de ceux qui ont conduit le destin de la psychiatrie ; à travers l’étude de ces personnages d’en haut, on peut saisir le travail du psychiatre dans sa dimension quotidienne. Les documents liés à des commémorations restent des documents qu’il convient de scruter avec prudence mais cette recommandation pourrait être appliquée pour d’autres types de documents. De surcroît, il ne s’agit pas de prendre pour argent comptant la commémoration d’un individu mais d’en historiciser les contextes et les contenus.

  • 3 Archives municipales de la ville de Perpignan - Fonds Henri Ey : AMVP-HE.

3L’exploration de la figure d’Henri Ey aboutit rapidement à deux constats tout à fait significatifs. Le premier porte sur la documentation le concernant. Il est un des rares psychiatres à avoir laissé des archives privées consultables depuis maintenant une vingtaine d’années. Il était encore exceptionnel au début de ce siècle d’avoir accès à ce type de sources auquel s’ajoute sa bibliothèque personnelle constituée de plusieurs milliers de livres. L’ensemble fut organisé sous l’égide des archives municipales de la ville de Perpignan, à proximité de son lieu de naissance, au sein d’une terre catalane qui a beaucoup compté pour lui3.

4Le second constat qui se dégage rapidement d’une exploration générale de l’itinéraire d’Henri Ey permet de saisir qu’il fut un personnage central au sein de la psychiatrie. Il fut à la fois animateur de revues, syndicaliste défendant les intérêts de sa profession, auteur de nombreux livres et la liste de ses articles est impressionnante par son volume. Enfin il fut très visible sur la scène internationale pour avoir participé à plusieurs des congrès mondiaux de psychiatrie qui reprirent de l’activité à partir de 1950. Ses archives témoignent de cette visibilité mondiale, puisque dans plusieurs pays il a eu des interlocuteurs réguliers et chaleureux lui permettant de se constituer un véritable réseau, attestée par sa correspondance. C’est pourquoi il m’est apparu d’autant plus nécessaire de saisir, grâce à celle-ci, la tonalité des hommages qu’il a reçus de son vivant car d’une certaine manière elle pouvait permettre de comprendre la géographie et le style des commémorations qui furent organisées après sa disparition. J’ai fait l’hypothèse que les scènes d’hommages réalisées de son vivant pouvaient avoir une autre teneur que celles réalisées après sa disparition car hommages et commémorations ne sont pas en tout point superposables et qu’il convenait d’être attentif aux différences ou aux continuités entre ces rencontres plus ou moins solennelles.

  • 4 On pense par exemple à Lucien Bonnafé (1912-2003) ou Tony Laîné (1930-1992).

5Enfin je me suis efforcé de replacer la commémoration d’Henri Ey dans les pratiques commémoratives de la psychiatrie française. Il convient de souligner qu’elle a développé à mes yeux un « mémorialisme » depuis le xixe siècle qui, tout en prenant des formes différentes, demeure un des traits essentiels de cette profession dans son rapport aux personnes et au temps. Il y a une sorte de refus de l’oubli qui au moins jusqu’à la génération d’Henri Ey a perduré. C’est pourquoi, si je considère que sa commémoration a connu un succès certain au point qu’elle pourrait ne pas être considérée aujourd’hui comme nécessairement terminée, il convient de souligner qu’elle s’inscrit dans une tradition de la psychiatrie. En effet, il n’est pas le seul psychiatre à avoir été honoré. D’autres psychiatres plus anciens ou de sa génération voire plus jeunes l’ont été également. Je n’ai pas cependant choisi d’effectuer une comparaison entre diverses commémorations préférant me focaliser sur l’itinéraire commémoratif d’Henri Ey puisque celui-ci est déjà bien fourni et informé par des sources suffisantes pour notre enquête. Celle-ci nous informe de la place du psychiatre dans la société et de la psychiatrie comme savoir scientifique aux résonances sociales fortes. À plusieurs reprises, on peut constater que les psychiatres commémorés le sont pour avoir été autre chose que psychiatre. Pour avoir été, par exemple, militant politique comme ce fut le cas des psychiatres communistes des années 1960 et 19704, ou pour avoir été un militant de l’humain, terme vague mais souvent utilisé ; sa signification est importante puisque dans le contexte de la psychiatrie ce label désigne les médecins qui ont défendu une relation nouvelle avec le patient et qui ont été attentifs aux stigmatisations dont il était l’objet.

  • 5 Coffin, 2008a.

6Choisir de travailler sur la commémoration d’un psychiatre tel qu’Henri Ey est-il déterminé par une sorte d’admiration à l’égard de cet homme ? Je me suis intéressé à son parcours parce qu’il faisait partie d’un groupe de réformateurs de la psychiatrie de l’après Seconde Guerre mondiale et parce que l’existence de ses archives permettait d’explorer un pan de l’histoire de la psychiatrie française. Progressivement, j’ai considéré, comme je l’ai écrit ailleurs, qu’il constituait un objet merveilleux pour l’historien5 et c’est la raison pour laquelle je ne l’ai pas quitté. C’est donc dans cette perspective que ce nouvel article consacré à Henri Ey a été écrit. Je laisse à l’appréciation des lecteurs la question de savoir si l’effort de neutralité et de distanciation n’aura été qu’une illusion ou si, au contraire, il apporte un éclairage historique sur un personnage honoré.

  • 6 Coffin, 2004.
  • 7 Une catégorie en augmentation à partir des années 1950.

7Henri Ey prend sa retraite en 1970, quittant le poste de médecin chef de l’hôpital psychiatrique de Bonneval, dans la Beauce, après 37 ans de bons et loyaux services au sein du Cadre, le corps des psychiatres d’exercice public auquel il appartenait depuis 1933. Docteur en médecine en 1926 et chef de clinique dans le service parisien des maladies de l’encéphale du professeur Henri Claude (1865-1939) entre 1931 et 1933, il a noué des relations d’amitié avec plusieurs autres internes dont Julien Rouart (1901-1994) ou Jacques Lacan (1901-1981). Son activité de médecin dans un service de femmes s’est accompagnée de tâches d’enseignement à l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne dès le milieu des années 1930. Auteur de nombreux ouvrages et de dizaines d’articles, Henri Ey a aussi eu des responsabilités au sein de sa discipline acquérant progressivement une place centrale au sein de l’échiquier psychiatrique français6, sachant à la fois discuter avec ses confrères d’obédience analytique7 et avec ceux qui plutôt, comme lui, demeuraient attachés à une perspective organiciste qu’il discutera, pour sa part, tout au long de son existence. Après une carrière commencée et finie dans la même institution hospitalière, ce qui est rare, il retrouve sa maison de Banyuls-dels-Aspres, dans cette terre catalane à laquelle il est profondément attaché.

  • 8 Gressot, 1970.
  • 9 Schipkowensky, 1970.
  • 10 Bergeron, 1970.
  • 11 Ey, 1970.
  • 12 Ey, 1973.
  • 13 Depuis le début des années 1970 c’est plus d’une vingtaine de livres qui sont publiés sur le sujet (...)
  • 14 Ey, 1977.
  • 15 Bonneval est le nom de la commune sur laquelle se trouve l’hôpital psychiatrique dont Henri Ey fut (...)

8De son vivant, il a reçu de nombreux hommages. En 1959, il a été décoré de la Légion d’honneur et plusieurs confrères ont prononcé, par la suite, des propos tout à fait enthousiastes à son égard, tel Michel Gressot (1918-1975), alors président de la Société suisse de psychanalyse déclarant que son œuvre était « monumentale et profonde8 ». Une tonalité semblable se rencontre sous la plume d’un confrère bulgare qui écrit qu’il était « un des plus éminents psychiatres, respecté dans le monde entier9 ». Le 19 novembre 1970, une petite fête a été organisée pour son départ à la retraite à l’hôpital psychiatrique Sainte-Anne. La réunion a été précédée d’un afflux de lettres élogieuses telle celle du docteur Marcel Bergeron qui affirme que « rien de ce qui est humain ne vous est étranger10 » et, au regard du nombre de personnes invitées, on prend conscience de la centralité du personnage dans la psychiatrie française et internationale tant les messages sont tout à la fois nombreux et provenant d’horizons divers. À sa retraite, Henri Ey ne disparaît pas pour autant de la scène psychiatrique. Il se dit d’ailleurs en 1970 « accablé de travail11 ». Les sept années qui lui restent à vivre sont, par bien des aspects, intenses. Non seulement il a des ouvrages à terminer, tels les deux volumes sur les hallucinations qui aboutissent à plus de mille pages sur un sujet complexe et discuté depuis longtemps dans le champ de la psychiatrie12. De surcroît, il livre de nouveaux combats pour défendre la psychiatrie, qui est alors en butte à des critiques massives de la part d’un mouvement dit antipsychiatrique13 et il se prépare à y répondre à travers un livre qui doit préciser le sens et la fonction du métier de psychiatre14. Parallèlement à ces projets en cours de réalisation, il maintient des liens avec le ministère de la Santé, jouant un rôle de conseiller comme il avait cherché à l’être aussi précédemment. Enfin, s’il y a eu par le passé les « colloques de Bonneval15 », il y a désormais le « séminaire de Thuir ». Ce séminaire, du nom de la commune où se trouve l’hôpital psychiatrique du département des Pyrénées Orientales permet la poursuite du travail d’exploration sur la schizophrénie et permet de recréer, dans une certaine mesure, l’ambiance des cours à Sainte-Anne. Ces rencontres sont aussi l’occasion pour Ey de nouer des liens avec le milieu psychiatrique local.

  • 16 L’idée a été évoquée par son collègue Ramon Sarrò, initiateur du projet. Voir Sarrò, 1970.
  • 17 Cette décision est prise lors du 2e congrès de cette association. Sur l’Asociación Iberolatinoamer (...)
  • 18 Waquet, 2010, notamment 77-100.
  • 19 Le principe d’un volume spécial est voté à l’unanimité, selon le procès-verbal de la réunion du 23 (...)
  • 20 C’est ainsi qu’on peut interpréter les propos d’une rédaction peu diserte sur le sujet toutefois ( (...)
  • 21 « À nos lecteurs », L’Évolution psychiatrique, 42, 1977, 605.
  • 22 L’Évolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, Hommage à Henri Ey, 1977.

9Cette retraite est enfin une période d’hommages et de reconnaissance. Ey, par exemple, est fait docteur honoris causa de l’université de Barcelone en mai 197216 et l’Association ibéro-latino-américaine de psychiatrie le déclare membre d’honneur17. Et un volume de mélanges en son honneur, selon une pratique bien établie au sein du monde universitaire18, est envisagé par les membres du comité de rédaction de la revue L’Évolution psychiatrique19. Ey y avait tenu un rôle essentiel en tant que rédacteur en chef pendant un quart de siècle et il avait été de surcroît secrétaire général du groupe de l’Évolution psychiatrique. Son départ avait incontestablement créé un certain vide, à un moment où la revue et le groupe traversaient une crise qui n’était peut-être pas que matérielle20… Personne n’avait anticipé que ce volume spécial, annoncé pour le printemps 1977, devait connaître des vicissitudes comme les autres livraisons de la revue21. Personne n’avait par ailleurs anticipé que ce volume allait devenir posthume, puisqu’il parut peu de temps après la mort Henri Ey, le 8 novembre 197722.

10À la période des hommages au psychiatre vivant, succéda une période d’alternance entre commémorations et oubli, dont l’étude dit beaucoup de l’histoire de la psychiatrie française des dernières décennies du xxe siècle.

Un hommage en l’honneur d’un grand nom de la psychiatrie internationale

11Le volume de 1977 frappe par le nombre (45) et la réputation de ses contributeurs ; il témoigne du prestige et de la notoriété d’Henri Ey dans le champ de la psychiatrie mondiale des années 1970.

  • 23 C’est Henri Ey qui signe par exemple le premier article d’une longue série sur les schizophrénies (...)
  • 24 Il a d’ailleurs traduit une partie du livre de Bleuler, Dementia praecox, oder Gruppe der Schizoph (...)
  • 25 Par exemple avec Paul Ricoeur qui fut présent au colloque organisé par Henri Ey à Bonneval en 1960 (...)
  • 26 Rappard, 2005.
  • 27 Kisker, 1977.
  • 28 Daumézon, 1977.
  • 29 Sivadon, 1977.
  • 30 Le mouvement de psychothérapie institutionnelle est trop varié pour être résumé ici ; disons néanm (...)

12Si des éclairages intimes sur Henri Ey ouvrent le volume, les articles portant sur des thèmes travaillés au cours de son existence sont les plus nombreux. Certains sont fidèles aux idées centrales d’Henri Ey, tandis que d’autres, tout en reconnaissant leur dette, s’en démarquent. Dans la section « Clinique et nosographie », numériquement la plus fournie, la schizophrénie et le traitement des schizophrènes ont une place privilégiée. Ce n’est pas surprenant puisque le thème est central dans la psychiatrie des années 1960 et 1970. Henri Ey, qui lui a consacré de très nombreux travaux23, est un des artisans de cette centralité. Il s’inscrit dans une tradition commencée au début du xxe siècle par Eugen Bleuler (1857-1939), un auteur qui compte beaucoup pour lui24, et poursuivie par Eugène Minkowski (1885-1972), un des fondateurs, en 1925, de l’Évolution psychiatrique. Une rubrique « Ontologie et anthropologie » renvoie à l’intérêt d’Henri Ey pour la philosophie25 et à la perspective humaniste qui fut la sienne tout au long de sa carrière. Une rubrique « Psychiatrie sociale » – une expression peu usitée par Ey lui-même – témoigne de sa préoccupation pour les questions sociales, de son implication dans les décisions de politiques publiques et dans la gestion d’un Centre de traitement et de réadaptation sociale26. Une rubrique composée de deux articles porte sur l’antipsychiatrie, rappelant quelques-unes des orientations du mouvement et l’analyse qui en a été faite par Henri Ey27. De grands noms de la psychiatrie et de la psychanalyse figurent parmi les auteurs. L’ami de très longue date, le psychiatre Charles Durand (1910-2001), exerçant à la clinique de Prangins en Suisse, donne une contribution sur l’élaboration de la théorie du fait mental dans l’œuvre de Ey. Il y a également des collègues côtoyés lors des Journées nationales de psychiatrie tenues dans l’atmosphère de la Libération en mars 1945 et qui se sont ensuite retrouvés au Syndicat des médecins des hôpitaux psychiatriques. C’est le cas de Georges Daumézon (1912-1979), médecin-chef à Sainte-Anne, qui évoque la relation au patient28, tandis que Paul Sivadon (1907-1992), qui s’est éloigné du syndicat en prenant des fonctions à l’OMS puis avec son enseignement à Bruxelles, rappelle l’importance du milieu pour saisir les troubles mentaux29. On trouve également Hubert Mignot (1910-1982), qui s’est amplement mobilisé sur les questions d’assistance psychiatrique, qui est aussi un compagnon de lutte syndicale et de défense des psychiatres et qui avait été un des organisateurs de la cérémonie de départ en 1970. Ces hommes appartiennent à une génération qui a participé, après la Seconde Guerre mondiale, au mouvement dit de psychothérapie institutionnelle dont Georges Daumézon était une figure majeure30. Parmi les psychanalystes figurent Serge Lebovici (1915-2000) qui occupe alors de hautes responsabilités puisqu’il termine son mandat à la tête de l’Association psychanalytique internationale, ainsi qu’André Green (1927-2012), membre du comité de direction de l’Évolution psychiatrique et figure majeure de la Société psychanalytique de Paris. On note en revanche l’absence de son camarade d’internat le plus célèbre, Jacques Lacan.

  • 31 Sztulman, 1977.

13Ce volume, imposant par le nombre de pages (plus de mille), met ainsi en avant des grands noms de la psychiatrie française. La priorité a été donnée à des médecins-chefs, à des confrères qui sont déjà à des postes de responsabilité. En revanche les jeunes psychiatres formés par Henri Ey, tel Claude Barthélémy (1946-2016), son dernier interne à Bonneval, sont absents, à l’exception d’Henri Sztulman qui est alors un jeune enseignant du département de psychologie de l’université de Toulouse et qui évoque dans son article une thématique fondamentale de l’œuvre d’Henri Ey, celle de la liberté humaine. L’article renvoie aussi au combat que ce dernier mène depuis plusieurs années contre les usages par le pouvoir soviétique de la psychiatrie31.

  • 32 À titre de comparaison, le nombre de membres étrangers du Groupe de L’Évolution psychiatrique atte (...)
  • 33 Masserman, 1956.
  • 34 Masserman, dans L’Évolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, Hommage à Henri Ey, 1977, 711.
  • 35 Evans, 1972.

14La présence importante des psychiatres étrangers (plus de 40 % des contributeurs32) souligne la stature internationale d’Henri Ey et les liens qu’il a tissés avec des collègues qui ont souvent partagé ses orientations intellectuelles, par exemple sur les rapprochements entre phénoménologie et psychiatrie. Le professeur de psychiatrie de la faculté de médecine de la Northwestern University aux États-Unis, Jules H. Masserman (1905-1994), un des représentants de ce courant dans son pays et auteur de Principles of Dynamic Psychiatry traduit en français33, déclare ainsi qu’Henri Ey a une stature internationale hors du commun34. Philip Evans, depuis Londres, s’efforce dans ces années de faire connaître quelques aspects des travaux de Ey à travers des articles dans les revues anglophones35. Les psychiatres de langue allemande dominent ce groupe, ce qui est assez représentatif des liens entretenus par Ey avec ces derniers, tel Dieter Wyss (1923-1994), psychiatre phénoménologue enseignant alors à l’université de Würzburg. On rencontre en revanche au détour des pages peu de psychiatres espagnols et sud-américains alors même qu’ils constituent une partie importante de ses contacts. Le professeur de psychiatrie Juan Jose Lopez Ibor (1906-1991) de l’université de Madrid est ainsi absent du volume.

  • 36 Ey avait publié en 1975 Des idées de Jackson à un modèle organo-dynamique en psychiatrie qui corre (...)
  • 37 Green, 1977.

15La présence dans un même volume d’auteurs issus de la psychiatrie et de la psychanalyse, de même que les thèmes des contributions, fait apparaître une figure de psychiatre humaniste, à la pensée ouverte qui intègre à la fois des approches organicistes et les apports de la psychiatrie dynamique, et qui prend en considération un fonctionnement de l’esprit humain ne se réduisant pas aux forces organiques. L’influence de John Hughlings Jackson (1835-1911) est ainsi rappelée, puisque ce neurologue anglais tient une place de choix parmi les auteurs qui ont inspiré la théorie organo-dynamique de Ey, promouvant une nouvelle interprétation des rapports entre maladies neurologiques et maladies psychiatriques36. La relation à la psychanalyse et à Freud peu présente au sein du volume est abordée partiellement par André Green37.

1978, commémorations intimes et académiques

16L’année qui suit la mort de Henry Ey ouvre une période intense de célébrations. Il y eut des commémorations intimes, celles des amis et des proches, empreintes d’émotions tristes, dans les Pyrénées Orientales puis à Paris. L’année se clôt par un nouveau volume dédié à la personne d’Henri Ey et à son héritage.

  • 38 Société de l’Évolution psychiatrique, 1978.

17L’enterrement de Henry Ey à Banyuls et l’inauguration d’une bibliothèque à son nom à Sainte-Anne furent l’occasion d’évoquer l’homme et ses qualités intimes plus que son œuvre scientifique. Les discours prononcés furent rassemblés ensuite, sous l’égide de la Société de l’Évolution psychiatrique, dans une plaquette d’un peu moins de cent pages illustrée par une petite photo d’Henri Ey, agrémentée d’une bibliographie de ses ouvrages et reprenant un titre déjà utilisé puisque sobrement intitulé Hommage à Henri Ey38.

  • 39 Boot, 1978, 12.
  • 40 Kammerer, 1978, 18.

18Lors de la première cérémonie, hommage est prioritairement rendu à l’homme et à ses qualités humaines : sa droiture, son courage, son enthousiasme, son implication dans différents combats et son charisme d’enseignant qui captiva de nombreux internes. Comme le déclare le préfet du département des Pyrénées Orientales qui ouvre les discours de recueillement devant son cercueil, « tous les psychiatres français formés entre 1933 et 1970 ont pu de cette façon bénéficier de l’activité, de la puissante intelligence du docteur Henri Ey et de sa remarquable ouverture d’esprit39 ». Théophile Kammerer (1917-2005), un des membres du comité de rédaction de l’Évolution psychiatrique, prend la suite. Ce titulaire de la chaire de psychiatrie à l’université de Strasbourg appartient à la nombreuse catégorie des confrères qui sont devenus des amis. Il évoque plusieurs traits de la personnalité et des engagements d’Henri Ey. Il souligne en priorité sa capacité à nouer des liens d’une rare humanité tant avec les malades qu’avec ceux qu’il a rencontrés au cours de son existence. Il explique l’ascendant progressif pris sur la psychiatrie française après la Seconde Guerre mondiale, non par le jeu des intrigues et de la tactique mais par une puissance intellectuelle et un charisme qui s’est manifesté dès l’internat et qui s’exerce ensuite sur les internes. Il présente Ey comme un homme de profonde culture, dont témoignent les milliers de livres de sa bibliothèque réunie désormais à Banyuls. Il évoque son investissement tant dans l’organisation de l’Encyclopédie médico-chirurgicale qu’au comité de rédaction de L’Évolution psychiatrique. Théophile Kammerer rappelle ses engagements tenaces aussi bien pour contrer l’esprit antipsychiatrique que pour dénoncer les pratiques arbitraires de certains pays, notamment l’URSS, où la psychiatrie était mobilisée à des fins contraires aux libertés politiques. Enfin ce psychiatre rappelle la stature internationale d’Henri Ey : il le présente comme le meilleur représentant de la psychiatrie française à l’étranger, si ce n’est dans son propre pays. Il conclut en estimant que bien des éléments de cette vie et de cette œuvre resteront gravés dans les mémoires des psychiatres, voire au-delà40.

  • 41 Cette fonction est attestée par plusieurs témoignages de psychiatres comme ceux de Robert Michel P (...)
  • 42 Hommage, 1978, 62-63.
  • 43 Les dizaines de milliers de livres qui ont composé sa bibliothèque étaient lus, annotés et comment (...)
  • 44 Il déclarait : « Mes propres propositions diffèrent profondément de celles de Henri Ey » (Sarrò, 1 (...)
  • 45 Ey, 1968.

19À Paris, plusieurs des mots qui avaient été prononcés le furent à nouveau avec la même émotion. Simone Veil, alors ministre de la Santé et de la Sécurité Sociale avait été représentée à Banyuls, elle est présente en revanche à l’hôpital Sainte-Anne lors de l’inauguration de la bibliothèque Henri-Ey. Ce dernier avait été, du temps de sa retraite son conseiller pour la psychiatrie41. La présence de la ministre souligne l’engagement du psychiatre pour la défense de sa profession. Les prises de parole ont été le fait de personnalités, d’amis, d’anciens collègues de Bonneval. Ils évoquent le travail intellectuel et les engagements du maître tout comme des moments plus intimes. Plusieurs intervenants étrangers étaient d’anciens stagiaires d’Henri Ey, devenus de proches collègues comme l’allemand Hermann Witter (1916-1991), qui est désormais professeur de neuropsychiatrie à l’université de Homburg en Sarre. Ils convoquent un Henri Ey intime, grand amoureux des chats, du jardinage et des cigares, homme d’une grande vitalité et d’une réelle pugnacité, capable de surmonter l’infarctus qui l’avait terrassé en 197042. Cette vitalité se déclinait dans sa grande capacité de travail, tant dans la lecture que dans l’écriture, et dans son attrait pour la dispute intellectuelle43. Son confrère Ramon Sarrò (1900-1993), professeur à la faculté de médecine de Barcelone, rappelle qu’ils n’étaient pas souvent d’accord mais qu’il voulait personnellement toujours savoir ce qu’Henri Ey pensait44. Lucien Bonnafé (1912-2003), psychiatre notoirement communiste, qui donc divergeait politiquement de Ey, rappelait que la génération des reconstructeurs de la psychiatrie après 1945 avait su tisser des liens indéfectibles. Ce témoignage fait écho au discours émouvant prononcé par Henri Ey dix ans plus tôt, en 1968, devant la tombe d’un autre psychiatre passé par le Parti communiste, Louis Le Guillant (1900-1968)45. Plusieurs contributeurs font le lien entre cette tolérance politique et son refus du dogmatisme théorique en psychiatrie. Ils caractérisent Henri Ey par son ouverture d’esprit et son grand éclectisme, rappelant que son élaboration théorique reposait sur un modèle d’organisation hiérarchique du système nerveux qui ne négligeait pas les dimensions existentielles propres aux troubles mentaux. En d’autres termes, Ey est présenté comme le plus organiciste des tenants d’une psychiatrie dynamique, qui avait également manifesté son intérêt pour la psychanalyse freudienne.

  • 46 Caroli, 1980.
  • 47 On peut remonter à l’organisation d’un colloque sur les rapports entre neurologie et psychiatrie q (...)
  • 48 Lantéri-Laura, 1980.

20Les 9 et 10 décembre 1978, se tint dans un hôtel à proximité de l’hôpital Sainte-Anne, un colloque qui eut pour sujet et point de départ les thèmes de prédilection de l’œuvre d’Henri Ey. Ce colloque avait été prévu de son vivant et il avait participé à son organisation ; par conséquent, il n’avait pas été pensé en fonction de sa personne mais à partir de thématiques qui lui étaient chères, comme la légitimité de la psychiatrie, l’intérêt pour l’histoire de la discipline, ou encore ses assises théoriques. Quinze communications furent retenues pour une publication intitulée Spécificité de la psychiatrie, placée sous la direction d’un psychiatre de l’hôpital Sainte-Anne46. À la différence des publications précédentes, le nom « Ey » n’apparaît pas sur la couverture et il faut ouvrir l’ouvrage pour comprendre que le colloque lui a été dédié. Cependant, celles et ceux qui connaissent Ey (l’homme et/ou ses écrits) peuvent suspecter un lien avec ce dernier à travers le mot de « spécificité » figurant dans le titre. En effet Henri Ey s’était employé à distinguer la psychiatrie de la neurologie pendant de nombreuses décennies, jusqu’à ce qu’il obtienne en quelque sorte gain de cause en 1968, lorsque les deux spécialités sont distinguées dans les cursus médicaux. « Spécificité » est donc une valeur importante pour lui, qui est discutée à plusieurs reprises dans ses écrits : la psychiatrie y est certes décrite comme une discipline médicale – cela n’a jamais fait aucun doute pour Henri Ey –, mais qui se distingue des autres champs du savoir médical47. À la fin des années 1970, évoquer ce thème est une manière d’évoquer Henri Ey, tant il portait désormais la paternité d’une telle revendication. Et pour que ce point soit tout à fait clair, le premier article porte sur cette notion de spécificité à travers l’histoire de la psychiatrie. Il est signé par le psychiatre Georges Lantéri-Laura (1930-2004)48, également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, une situation rare parmi la profession. Discret jusque-là, il est cependant un psychiatre familier de l’œuvre d’Henri Ey et une figure émergente de la revue L’Évolution psychiatrique. Cette nouvelle publication permet de donner la parole à certains qui n’en avaient pas eu encore l’occasion, tout en la redonnant à d’autres qui s’étaient déjà exprimés, comme André Green ou son confrère portugais Henrique João Barahona Fernandes (1907-1992) profondément attaché à la défense de l’approche phénoménologique en psychiatrie.

  • 49 Le Manuel de psychiatrie connaît une cinquième réédition en 1978, présentée comme revue et corrigé (...)
  • 50 Ey, 1981. Par ailleurs, la réception dans le champ académique semble avoir été restreinte. Ce cons (...)
  • 51 Maître, 1983.
  • 52 Ey, 1983.
  • 53 Changeux, 1983.
  • 54 Des ouvrages comme celui de Gerald Edelman (1992) n’incorporent pas les propos d’Henri Ey. C’est l (...)

21Les mois qui suivent la mort de Ey sont ainsi des moments de commémorations intenses. Henri Ey est érigé en grand nom de la psychiatrie internationale et en figure exemplaire du savant humaniste. Sa mémoire est invoquée pour défendre des causes politiques (la condamnation des usages de la psychiatrie en URSS) et scientifiques, lorsqu’il s’agit de promouvoir l’unité de la psychiatrie ou la défense de sa spécificité. Par contraste, les années 1980 sont caractérisées par un relatif silence. Certes, le Manuel de psychiatrie écrit par Ey en collaboration avec Charles Brisset et Paul Bernard connaît plusieurs rééditions, mais il n’est pas certains que les étudiants qui l’utilisent sachent qui était cet auteur au nom très court49. Un ouvrage posthume sur l’histoire de la médecine, n’a pas bénéficié d’une forte audience dans un contexte où l’histoire de la médecine restait encore un champ restreint et isolé50. La raison en est peut-être aussi parce que celui-ci se voulait une contre histoire à celle de la folie selon Michel Foucault et que, de surcroît, il menait cette entreprise à partir d’une conception historique qui apparaissait, à l’occasion, désuète51. En revanche, son ouvrage La conscience connaît une troisième édition52 mais le renouvellement de l’intérêt pour un tel sujet va désormais s’organiser à partir des recherches neurobiologiques. Dans cette perspective, il n’est guère audacieux de penser que L’Homme neuronal53 a eu plus d’attrait que l’être conscient d’Henri Ey évoluant entre la neurologie globaliste et sa conception organo-dynamique de l’activité psychique. Le modèle théorique d’Henri Ey n’est peut-être pas toujours très éloigné de ceux qui sont proposés après sa disparition mais son nom disparaît progressivement des travaux sur la conscience alors même qu’ils connaissent un nouveau développement à la fin du xxe siècle54.

Un regain d’actualité au tournant du siècle

  • 55 Clervoy, 1997.

22C’est à la fin du xxe siècle que se manifeste un regain éditorial concernant la figure d’Henri Ey55. Plusieurs publications paraissent quasiment au même moment. Certaines proviennent d’auteurs absents des précédents hommages et célébrations, tandis que d’autres viennent d’un groupe de personnes installées dans les Pyrénées-Orientales et qui ont fréquenté Henri Ey pendant sa retraite.

23Depuis le début des années 1980, plusieurs personnes réfléchissent à la meilleure manière de procéder pour que l’œuvre et son auteur ne tombent pas dans l’oubli. La maison de Banyuls-dels-Aspres est devenue un lieu où les partisans d’Henri Ey aiment à se retrouver lui donnant ainsi un aspect de « lieu de mémoire ». Ses amis et les collègues qu’il fréquentait à Thuir et qui s’étaient souvent rendus chez lui envisagent de créer une association. Plusieurs réunions informelles ont lieu, notamment au domicile d’Henri Ey car son épouse souscrit à ce projet. À l’occasion de la tenue d’un congrès de psychiatres à Perpignan en 1982, cette dernière fait lire une déclaration d’intention qui reçoit l’appui de plusieurs des congressistes. On semble cependant encore hésiter sur la forme de cette nouvelle structure : fondation, institut, société savante ? La question des archives personnelles et de l’immense bibliothèque d’Henri Ey fait également partie des débats, puisqu’il faudra garantir leur pérennité.

  • 56 Jacques Grignon a réalisé l’importante bibliographie des travaux de Ey parue dans le volume d’homm (...)
  • 57 Palem, 1987.
  • 58 Belzeaux, 1987.
  • 59 La Rédaction, « Dix ans déjà… », Psychiatries. Revue française des psychiatres d’exercice privé, 7 (...)

24À l’occasion du dixième anniversaire de la mort d’Henri Ey, plusieurs manifestations sont organisées au cours desquelles de nouvelles personnes émergent, bien décidées à trouver des solutions pour prolonger la présence d’Henri Ey. Dans cette perspective et à cette occasion, la revue Psychiatries a décidé de faire un dossier placé sous l’égide d’une nouvelle figure, celle de Robert Michel Palem, psychiatre installé à Perpignan. Ni les organisateurs, ni les représentants de la revue qui représente les psychiatres d’exercice privé, ne sont des proches d’Henri Ey même si l’un des participants au dossier a fréquenté le séminaire de Thuir après avoir été nourri par les textes d’Henri Ey à la fin des années 1960. C’est à travers un entretien du docteur Palem réalisé par Jacques Grignon56 que les lecteurs découvrent ses propos élogieux sur l’importance de l’œuvre d’Henri Ey. Il en profite aussi pour rappeler la nécessité pour les psychiatres de bien la connaître57. On trouve également dans ce volume une contribution de Patrice Belzeaux dont c’est le premier article sur Henri Ey58. Ce psychiatre et psychanalyste témoigne du passage qui pourrait se faire entre les générations de Ey ou de ses étudiants et celle d’après-guerre. Cet article aborde un aspect encore peu traité, celui de l’importance de l’histoire des idées pour Henri Ey et de son attachement à bien la restituer dans ses différents travaux, comme l’illustre l’ouvrage sur les hallucinations. Au détour des pages, est suggéré un Henri Ey qui n’était pas un chef d’école mais qui pouvait s’emporter lorsque les propos de ses interlocuteurs lui paraissaient abscons ou erronés59. Au même moment, le nom d’Henri Ey est donné à quelques services de psychiatrie, notamment à Thuir, et le Cercle d’études Henri Ey est relancé à Sainte-Anne. Mais cela n’est pas suffisant pour ses admirateurs.

  • 60 Simone Veil est membre d’honneur dès la fondation de l’association.

25Plusieurs dirigeants d’associations professionnelles se rendent à Banyuls pour mesurer l’ampleur du travail à mener pour donner une pérennité aussi bien à l’œuvre qu’aux documents qui l’ont nourrie et échafaudée. De l’étranger, continuent de venir des paroles de soutien tout comme des nouvelles encourageantes, telle la création d’un Centro Henri Ey de Estudio y Investigación en Psiquiatria en Uruguay. Le projet d’association prend finalement forme en 1995, lorsque des statuts sont déposés auprès de la préfecture des Pyrénées-Orientales. L’Association pour la Fondation Henri Ey reçoit rapidement le soutien de nombreuses personnalités, y compris en dehors du milieu médico-psychiatrique60. Celles et ceux qui avaient été présents aux hommages précédents continuent d’apporter, d’une manière ou d’une autre, leur soutien. Un groupe important de psychiatres japonais a également répondu présent en soutenant financièrement l’association. À la suite de la création de cette association, plusieurs ouvrages paraissent dès 1997.

  • 61 Garrabé, 1997.
  • 62 Si on bénéficie de traces concernant les amis et les élèves, il reste un autre groupe, plutôt vast (...)

26D’abord celui d’un jeune psychiatre, Patrick Clervoy, intitulé Henri Ey, cinquante ans de psychiatrie en France qui, à travers une esquisse biographique, superpose la vie professionnelle d’Henri Ey avec la vie de la discipline, affirmant ainsi la centralité totale du personnage. Fait assez rare pour être souligné, le même éditeur publie au même moment l’ouvrage d’un autre psychiatre, Jean Garrabé, intitulé Henri Ey et la pensée psychiatrique contemporaine, qui propose une étude des grandes idées de l’œuvre et suggère que la lecture des ouvrages d’Henri Ey ne serait pas une perte de temps pour les psychiatres commençant leur carrière61. Jean Garrabé n’avait pas participé aux hommages précédents mais il était devenu le secrétaire général du Groupe de l’Évolution psychiatrique. La participation de la revue du même nom à la nouvelle aventure qui s’ouvre paraît en effet importante à tous, puisque le lien entre Henri Ey et l’Évolution psychiatrique avait été si étroit et si constant dans les décennies d’après-guerre. Jean Garrabé apparaît, sans être le seul à pouvoir jouer ce rôle, comme la personne idoine pour faire le lien entre la génération d’Henri Ey et les psychiatres qui n’ont pas été formés par lui, comme c’est le cas de Robert Michel Palem62. Ils se retrouvent au sein de l’association, le premier en tant que président et le second en tant que secrétaire général.

  • 63 Son état de santé ne lui a pas permis d’assister au colloque.

27Ce dernier prend son rôle très à cœur et un colloque pour fêter les vingt ans de la disparition d’Henri Ey est organisé à l’automne à Perpignan par l’association nouvellement créée. Son audience est plus importante qu’à l’occasion du colloque des dix ans. Plus de 150 psychiatres sont réunis parmi lesquels des anciens, ceux qui ont participé à des hommages précédents et des nouveaux, souvent plus jeunes. Il y a aussi les amis, tel Charles Durand, désormais le plus âgé63. La transmission semble en marche entre celles et ceux qui ont à cœur que le flambeau ne s’éteigne pas et une génération qui n’a pas eu de liens aussi directs avec ce personnage évoqué par une vingtaine de congressistes, qui éclairent plusieurs aspects de son œuvre ou de ses combats. De ce moment qui n’a pas été sans émotions, est issue une publication, la seconde de l’Association, en 1998 : Henri Ey psychiatre du xxie siècle. Actualité de l’œuvre de Henri Ey. En choisissant un tel titre, on a clairement voulu faire comprendre que bien qu’elle appartienne au passé, l’œuvre du maître demeurait importante à connaître pour redéfinir la fonction du psychiatre au sein d’une société où le soin et l’organisation de la santé mentale se transforment. L’ouvrage de 1998 avait été précédé, l’année d’avant, par une publication intitulée Henri Ey (1900-1977) : un humaniste catalan dans le siècle et dans l’histoire. Cette publication est plus intimiste, plus inscrite dans la terre catalane et la famille Ey y signe quelques textes. C’est un ouvrage dont la photo de couverture représente Henri Ey assistant à une corrida et fumant le cigare, deux plaisirs qu’il a régulièrement revendiqués. Le terme « humaniste » est un clin d’œil à des travaux d’Henri Ey sur Ramon Llull, où il avait caractérisé le philosophe catalan par cet adjectif, et suggère qu’Henri Ey peut, lui aussi, être défini par ce terme. Le livre comporte, par ailleurs, des textes d’Henri Ey peu connus ou désormais anciens, dont un précisément sur ce philosophe catalan.

  • 64 Une association, le Cercle de recherches et d’édition Henri Ey, a été fondée pour amplifier cette (...)
  • 65 Par exemple Natalie Depraz, spécialiste de phénoménologie ou encore Angèle Kremer-Marietti, 2006.

28En parallèle avec l’activité éditoriale et de congrès, ses dirigeants tissent des liens avec la mairie de Perpignan, la ville catalane française, pour que le versement des archives et de la bibliothèque d’Henri Ey soit entériné. Alors même que la stature internationale d’Henri Ey a été souvent rappelée et louée, c’est par le biais de son attachement (réel) à la terre catalane qu’il finit par entrer aux archives municipales dans la section des fonds privés. Cette étape a été décisive pour ce qui devait se dérouler dans les années suivantes. Certains textes de Ey avaient connu à plusieurs reprises des rééditions, permettant une connaissance de l’œuvre certes sans intermédiaire, mais partielle. L’association a progressivement entrepris en la matière une politique systématique64 qui satisfait à l’objectif de repousser l’homme de l’oubli et permet l’accès à l’intimité de son travail. La réalisation de cet objectif est difficile à mesurer mais cette politique n’a pas été totalement vaine puisque quelques philosophes se sont réemparés depuis de l’œuvre d’Henri Ey65. Il en allait déjà ainsi de son vivant, et lui-même avait établi des rapports avec certains d’entre eux. Par ailleurs le fonds Henri Ey, sans doute le plus important fonds d’archives d’un psychiatre en France, a commencé à susciter l’intérêt de quelques historiens dès le début du xxie siècle.

Commémorations : entre réactualisations et nostalgie

29La valorisation des archives d’Henri Ey et de sa bibliothèque doit permettre de décaler les enjeux de mémoire et de déconstruire éventuellement les phénomènes d’appropriation qui n’ont pas manqué d’émerger à la fin du xxe siècle.

  • 66 Koechlin, 1980, VII.
  • 67 Ce soutien était rappelé dans une des nécrologies écrites à la suite de son décès (Garrabé, 2005, (...)
  • 68 Coffin, 2004.
  • 69 L’année d’édition de l’ouvrage est 1997 même si l’achevé d’imprimer est daté de janvier 1998.
  • 70 Il est ainsi devenu l’un des exégètes de l’œuvre d’Henri Ey au cours de ces vingt dernières années
  • 71 Quelques tentatives ont eu lieu visiblement mais ont échoué.
  • 72 Palem, 2005, 10.

30Robert Michel Palem, secrétaire général de l’association, rappelait, en introduction du livre issu du colloque de l’automne 1997, qu’il n’était pas question de figer une œuvre et de se contenter de transformer Henri Ey en une sorte de patrimoine intouchable ou, en d’autres termes, de le faire entrer dans un panthéon catalan. Cette volonté peut être rapportée à l’attitude d’Henri Ey lui-même, qui, comme je l’ai indiqué, n’a pas été un chef d’école66. De ce fait, il n’a pas eu d’héritier qui aurait pu s’installer comme gardien de sa mémoire. Les personnes se réclamant de l’héritage de Ey étaient nombreuses et si plusieurs d’entre elles tenaient à le faire savoir aucune ne pouvait véritablement prendre l’ascendant sur les autres. Claude Durand était l’ami de longue date, ce que personne ne pouvait lui contester et, de surcroît, il connaissait intimement l’œuvre de son frère d’armes ; Théophile Kammerer, un des plus anciens sans pour autant être le plus proche, avait adopté une ligne claire, celle du soutien aux initiatives qui permettraient de souligner l’importance de la figure d’Henri Ey67. Jean Garrabé ne pouvait prétendre à plus que la position qu’il détenait, en l’occurrence celle d’un passeur de mémoire et celle d’un introducteur au texte « eyien » pour les plus jeunes, sous le regard attentif de ceux qui désormais veillaient à maintenir vivante l’œuvre du maître. Les compagnons de l’après-guerre cherchaient, quant à eux, à souligner qu’Henri Ey avait partagé à ses heures leur combat en faveur d’une psychiatrie publique et accessible au plus grand nombre. La présence du psychiatre et leader syndical Jean Ayme (1924-2011) au colloque de Perpignan en 1997 rappelait l’engagement syndical d’Henri Ey au sein du Syndicat des médecins des hôpitaux psychiatriques, principale structure de représentation de la profession, initiatrice de nombreuses revendications tout au long des années 1950 et 196068. Les confrères étrangers avaient pour objectif premier de porter la parole d’Henri Ey dans leurs pays respectifs et dans leurs langues. Enfin Robert Michel Palem, incarnant le groupe des psychiatres basés à Perpignan, ne pouvait pas non plus prétendre être le seul interprète d’Henri Ey puisqu’il l’avait connu seulement dans les dernières années de sa vie. À l’instar de ses camarades catalans (de cœur, d’adoption ou d’origine) il visait à la perpétuation de l’œuvre d’Henri Ey et à sa présence dans les débats de la psychiatrie française. Il publia d’ailleurs son propre livre, intitulé Henri Ey, psychiatre et philosophe69, le premier d’une série d’ouvrages publiés ultérieurement sur les thèmes de la conscience et de l’organo-dynamisme70. On peut avancer l’hypothèse que si quelqu’un avait cherché à trop tirer la couverture à lui, Renée Ey (1908-2004) y aurait mis bon ordre, aidée par les plus proches des amis de son mari71. Car l’épouse présentée comme attentionnée, discrète, réunissant toutes les qualités de la compagne d’un grand psychiatre selon les attentes d’une époque où les femmes médecins étaient encore rares, avait visiblement aussi ses idées et ses objectifs. Cette « bonne fée de la psychiatrie72 », selon l’expression en cours, avait une claire conscience d’être la compagne d’un homme hors du commun ce qui, par conséquent, demandait un peu de stratégie, une fois la mort survenue, pour maintenir l’œuvre vivante et présente.

  • 73 Association nationale des présidents et vice-présidents des commissions médicales d’établissements (...)
  • 74 Entre 1950 et 1966 précisément.
  • 75 On pourrait ajouter le Portugal, l’Italie, les Pays-Bas, la Suisse, le Mexique ou le témoignage de (...)
  • 76 Barahona Fernandes, 1960 ; Bastos, 1979 ; Witter, 1980, 69.
  • 77 Par exemple son ouvrage La conscience a été traduit en allemand et en espagnol tout comme le Manue (...)

31Henri Ey avait ouvert beaucoup de chantiers et s’était investi dans de nombreux combats, pouvant accueillir plusieurs types d’héritiers. Certains reprennent, par exemple, le mot d’ordre de la défense de la psychiatrie, une expression fédératrice, d’autant qu’Henri Ey la voulait morale et humaine. D’autres soulignent surtout qu’il avait cherché l’unité de la psychiatrie, ce qui ne pouvait, là aussi, que réunir des cœurs et des esprits au moment où plusieurs redoutaient et dénonçaient la fragmentation de leur discipline73. Les différentes commémorations mettent en lumière la stature internationale d’Henri Ey, comme l’atteste la position de secrétaire général de l’Association mondiale de psychiatrie qu’il occupa pendant quinze ans74. Rares étaient les psychiatres français qui pouvaient se targuer d’avoir des liens aussi étroits avec des pays d’Amérique latine, avec l’Allemagne, le Japon, l’Union soviétique ou l’Espagne, pour ne citer que quelques-uns des pays dans lesquels Henri Ey avait établi des liens et où il suscitait une incontestable admiration75. Dans plusieurs cas, il était parvenu à nouer avec des confrères étrangers des liens durables, mélange de proximité intellectuelle et de relations d’amitié, ce qui était régulièrement signalé par les intéressés eux-mêmes, tels le portugais Barahona Fernandes, le brésilien Othon Bastos, l’allemand Herman Witter, ou encore l’espagnol Juan José Lopez Ibor parmi bien d’autres76. Certains de ses ouvrages ont ainsi été traduits dans plusieurs langues comme l’espagnol ou l’allemand et dans une moindre mesure l’anglais77. Peu de psychiatres français de sa génération ont connu pour leurs textes un tel destin.

  • 78 Association pour la fondation Henri Ey, 1997, Henri Ey (1900-1977) : un humaniste catalan dans le (...)
  • 79 Prats, 2001, p. 8.
  • 80 La disparition d’Henri Ey aurait de facto entraîné celle de la psychiatrie : « Le bon plaisir d’An (...)

32Les hommages qu’il a reçus de son vivant constituent des sources qui fournissent un éclairage sur le personnage et nous renseignent sur ses contributions qui sont jugées les plus fécondes. Les textes écrits après sa mort prolongent éventuellement ces aspects théoriques, mais renseignent également sur les enjeux et les attentes de celles et ceux qui sont à la manœuvre. Si une période de vingt ans peut être perçue comme courte au regard de l’histoire de la psychiatrie, les acteurs de la scène psy française de la fin du xxe siècle portent sur leur profession et leur discipline un regard différent de celui qu’ils avaient dans les années 1970. Si un sentiment de perte avait été éprouvé par plusieurs proches avec la mort d’Henri Ey, un sentiment du même ordre a pu être ressenti à la fin du xxe siècle non plus exclusivement à l’égard d’Henri Ey, mais face à la psychiatrie elle-même : perte d’influence et perte de prestige d’une psychiatrie française qui serait de plus en plus américanisée et qui perdrait en spécificité. Théophile Kammerer a ainsi des mots agacés dans ses propos introductifs au colloque de 1997 de Perpignan contre les tentations réductionnistes de certains de ses confrères78. Quelques philosophes séduits par Henri Ey s’inquiètent de ce que la marginalisation de son œuvre conduise à ce que les nouvelles générations succombent « aux sirènes de la théorie matérialiste de la philosophie de l’esprit des anglo-saxons79 ». La montée en puissance d’une approche très physiologiste des troubles mentaux ne suscite pas d’enthousiasme généralisé. Par ailleurs, il y a le soupçon que la psychiatrie reste mal aimée depuis les contestations des années 1970. Enfin, ces propos s’inscrivent aussi dans un climat rendu quelque peu lugubre par André Green qui avait envisagé quelques années plus tôt « la mort de la psychiatrie80 ». C’est pourquoi commémorer prend autour de l’an 2000 une nouvelle signification qui ne peut se résumer au seul geste de proches attentionnés cherchant à honorer un maître disparu.

  • 81 Buin, 1999 ; en avant-propos d’un ouvrage, une professionnelle de santé constatait : « le bilan de (...)
  • 82 Nayrac, 1970.
  • 83 Une classification connue à travers son acronyme, DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental (...)
  • 84 Gasser et Stigler, 2001, 232 et suiv.

33Au fur et à mesure des années, se dégage une certaine nostalgie. On se met à rêver de l’époque où les débats dans le cadre des colloques de Bonneval étaient non seulement encouragés mais contradictoires ; des débats au cours desquels les références à la philosophie étaient aussi les bienvenues. L’autorité intellectuelle du maître, peu contestée y compris par ceux qui ne partagent pas son organo-dynamisme, amène à se poser la question de la capacité des professionnels à prendre un peu de hauteur intellectuelle. Cette nostalgie est d’autant plus prégnante que se mêlent encore pour celles et ceux qui ont connu Henri Ey de nombreux souvenirs issus des bons moments passés ensemble. La volonté de maintenir Henri Ey vivant se télescope à un sentiment diffus traversant la profession des psychiatres publics : l’idée qu’une période est en train de se clore et que l’avenir pourrait s’avérer bien sombre81 ! Les années les plus fécondes d’Henri Ey sont identifiées à une sorte d’âge d’or, qu’il aurait, d’une certaine manière, incarné. Sa position prééminente au niveau international apparaît comme le signe de quelque chose qui n’existe plus, « un important rayonnement de la psychiatrie française dans le monde82 ». Certes confondre sa place personnelle sur la scène mondiale et l’influence de la psychiatrie française au niveau international pourrait sembler audacieux. Mais la thèse est séduisante car à la fin du xxe siècle, la présence française sur la scène internationale, si on retient comme critère la présence de psychiatres français dans les instances internationales, s’est réduite. Il n’est cependant pas sûr qu’une comparaison puisse être menée tant l’organisation internationale de la psychiatrie s’est diversifiée. Il n’en demeure pas moins que le sentiment d’une perte de prestige reste tenace. La montée en puissance de la classification produite par l’American Psychiatric Association (Société américaine de psychiatrie)83 est parfois désignée comme conduisant à la marginalisation des psychiatries nationales. De surcroît, cette classification, qui se revendique comme « athéorique84 », est vue comme vidant la psychiatrie de sa dimension conceptuelle et réflexive.

  • 85 Cette expression a été retenue par le psychiatre Paul Balvet (1907-2001) pour un de ses articles d (...)
  • 86 Plusieurs observateurs ont souligné une réception de sa théorie qui n’est pas nécessairement une a (...)
  • 87 Barthélémy, 2017, 192 (le propos a bien été prononcé en 2003).
  • 88 Association nationale des présidents et vice-présidents des commissions médicales d’établissements (...)

34Commémorer Henri Ey constitue alors une sorte de rempart contre ces évolutions ressenties. Il n’est pas certain que ces commémorations aient permis de modifier l’évolution de la psychiatrie – c’est même peu probable – mais elles apparaissent aux yeux de ceux qui les entreprennent comme une contribution au désir de voir d’autres orientations émerger ou simplement des traditions intellectuelles perdurer. Elles constituent la manifestation d’une volonté : celle de ne pas cesser de s’interroger sur l’existence humaine et sur la place d’une folie qui ne saurait se réduire à un ensemble de mécanismes neuronaux tourmentés ayant besoin de chimie pour être apaisés. En d’autres termes, elles sont l’occasion d’affirmer qu’il est encore possible de s’interroger et de débattre autour de la « valeur humaine de la folie85 », plus que de promouvoir la conception organo-dynamique de Ey proprement dite86. Ainsi le diagnostic qui est fourni par les psychiatres sensibles à l’héritage global d’Henri Ey n’a pas pour but de déclencher la seule lamentation des anciens, mais de défendre une tradition clinique dans laquelle la psychopathologie de l’aliénation était amplement reconnue. Claude Barthélémy reflète bien cette tension : le dernier interne d’Henri Ey, qui s’est efforcé de diffuser et de discuter l’œuvre de son maître, fait le constat d’une crise de la psychiatrie et contribue à donner crédit à ce diagnostic. En effet, il participe activement à des états généraux de la psychiatrie qui se tiennent à Montpellier en 2003 et qui aboutissent à la rédaction d’un livre blanc. Si cette appellation ne signifie pas nécessairement grand-chose pour le grand public, pour les psychiatres, elle évoque des cahiers de doléances qui furent élaborés dans les années 1960. Le réemploi de cette expression quelque quarante ans plus tard souligne que la psychiatrie serait à nouveau à la croisée des chemins. Le livre blanc issu de ces états généraux fait en effet bien le constat d’une crise de la psychiatrie aux formes multiples, incluant une crise de sens. Ce sombre constat est précisément défendu par Claude Barthélémy87 qui vient de fait confirmer les inquiétudes des plus anciens, exprimées précédemment, et qui apparaissaient ainsi comme prémonitoires88.

Conclusion : Ey et Lacan

  • 89 Clervoy, 1997, 301 ; le mot se trouve par ailleurs dans les archives.
  • 90 Le travail autour de la conscience s’inscrit difficilement dans une quête de l’inconscient, pour n (...)
  • 91 De Mijolla, 2002, 634.
  • 92 Lacan est par exemple plus présent qu’Henri Ey dans une bibliothèque d’histoire de la médecine com (...)
  • 93 Ey, 1960 ; et plus largement sur ce point, Coffin, 2008b.
  • 94 Il le connaissait cependant fort bien.
  • 95 La Rédaction, 1987, art. cité.

35La disparition d’Henri Ey évoque aussi la disparition d’autres figures de cette génération, comme celle de Jacques Lacan, qui meurt quelques années plus tard, en 1981. Leurs itinéraires respectifs ont été comparés à plusieurs reprises ainsi que leurs idées. Une des parutions de 1997 mentionne un petit mot écrit par Jacques Lacan à Renée Ey, pour lui dire qu’il est « consterné89 » suite à la mort de son époux. Pourquoi mettre en exergue ce mot plutôt que tous les autres provenant des amis et des proches qui sont eux aussi consternés et bouleversés ? En quoi serait-ce plus important de savoir que Lacan est dans un tel état si ce n’est parce que c’est Lacan ? La proximité avec un de ses anciens camarades d’internat serait-elle le témoignage de l’intelligence d’Henri Ey, la preuve de son ouverture d’esprit ? Mobiliser cette proximité, c’est parfois peut-être aussi tenter de « lacaniser » Henri Ey, ce qui apparaît bien risqué90. Toujours est-il que ce rapprochement met l’accent sur une figure qui est en train de devenir beaucoup moins centrale à la fin du xxe siècle et qui n’a cessé de se marginaliser depuis, celle du psychiatre et psychanalyste. Ce n’est pas celle d’Henri Ey mais plusieurs psychanalystes, tel Michel Gressot, ont, à de nombreuses reprises, salué sa connaissance du texte freudien. Au-delà des rapports entre Ey et Lacan, les enjeux de mémoire n’ont pas été activés de la même manière autour de ces deux figures. Leur insertion dans l’espace public et savant n’a guère suivi le même rythme ni connu les mêmes contours. Henri Ey n’est pas parvenu à entrer sur la scène intellectuelle, hormis de manière épisodique, alors que Jacques Lacan y est entré un peu par effraction mais de façon durable. À partir des années 1960, Lacan va en effet susciter pendant un temps une attention intense, au-delà des cercles professionnels de la psyché. En outre, il va bénéficier de l’intérêt grandissant pour la psychanalyse, qui se manifeste dans différentes catégories de la société française. Ce double facteur explique au moins en partie « la diffusion médiatique unique en son genre91 » de Jacques Lacan constatée par plusieurs observateurs. Dans cette perspective, on ne sera pas étonné d’apprendre qu’il est bien plus traduit en anglais qu’Henri Ey92. Par ailleurs Henri Ey s’est refusé à faire de la folie, dans les années 1970, une hypothétique construction sociale tout comme il n’a jamais été convaincu d’y voir la marque d’une subjectivité créatrice93. Il n’est en outre pas associé au mouvement de la psychothérapie institutionnelle94 dans laquelle de nombreux psychiatres se reconnaissent à la fin du xxe siècle et même par la suite. En revanche, Henri Ey peut être associé à la psychiatrie inspirée par la phénoménologie et d’ailleurs son réseau de collègues et d’amis étrangers reflète cette empreinte. Mais ce courant réunit des personnages aux parcours et aux idées variées et par conséquent la labellisation psychiatre-phénoménologue ne suffit pas. En d’autres termes, à sa mort, seule la profondeur de ses vues et l’ambition de son projet de théorie du fait mental pouvaient exercer un attrait éventuel auprès de ses plus jeunes confrères ; Ey pouvait permettre à la « fête de l’esprit95 » de se perpétuer. Mais peut-on se souvenir et honorer un individu sans lui apposer des labels ? En ce qui concerne Henri Ey on note qu’un terme va lui être progressivement accolé ; c’est celui de « psychiatre humaniste », ce qui lui va sans aucun doute plutôt bien. Toutefois ce mot est utilisé pour qualifier de nombreux médecins ne permettant peut-être pas pleinement d’apprécier en quoi il caractérise spécifiquement Henri Ey.

  • 96 On pense notamment à Étienne Trillat, Georges Lantéri-Laura ou encore Tony Laîné. Parfois ces comm (...)
  • 97 L’ensemble des hommages répertoriés est élevé et tous ne l’ont pas été dans cet article.
  • 98 Duchêne, 1960, 12.

36Commémorer un psychiatre est une pratique relativement commune au sein de la psychiatrie française96 mais que l’hommage à la personne honorée dépasse les frontières de cet espace professionnel constitue a priori un véritable défi. L’exemple d’Henri Ey pose la question de savoir si un psychiatre peut en effet être commémoré au-delà de son milieu professionnel et uniquement pour son œuvre et ses réalisations dans le champ de la psychiatrie. N’y aurait-il pas une sorte de « plafond de verre » ? Il me semble toutefois qu’Henri Ey possède une forte présence posthume97 tandis que d’autres, certes souvent mentionnés, sont en proie à des querelles de mémoire comme Franco Basaglia, Ronald Laing ou même Jacques Lacan. Henri Ey a été paré d’un titre très exceptionnel, celui de « pape98 ». Peut-on obtenir plus ?

Haut de page

Bibliographie

Sources

Archives municipales de la ville de Perpignan - Fonds Henri Ey : AMVP-HE.

Association pour la fondation Henri Ey, 1997, Henri Ey (1900-1977) : un humaniste catalan dans le siècle et dans l’histoire, textes réunis par R. M. Palem et P. Belzeaux, Canet, Trabucaire.

Association pour la fondation Henri Ey, 1998, Henri Ey psychiatre du xxie siècle. Actualité de l’œuvre de Henri Ey, Paris, L’Harmattan.

Barahona Fernandes, H., 1960, Lettre à Henri Ey, AMVP-HE 7S 391.

Bergeron, M., 1970 (17 novembre), Lettre à Henri Ey, AMVP-HE 7S 394.

Ey, H., 1960, « Notes pour une conférence », AMVP-HE, 7S 39.

Ey, H., 1968, Discours aux obsèques de Louis Le Guillant, AMVP-HE 7S 301.

Ey, H., 1970 (27 mars), Lettre à R. Sarrò, AMVP-HE, 7S 195.

Ey, H., 1972, Lettre à Ulysse Vianna Filho, 11 avril, AMVP-HE 7S 195.

Gressot, M., 1970, Lettre à H. Mignot, 4 novembre, AMVP-HE 7S 394.

L’Évolution psychiatrique, 1977 (avril-juin), tome 42, fasc. II.

L’Évolution psychiatrique, 1977, tome 42, fasc. III/2 (numéro spécial), Hommage à Henri Ey.

Nayrac, P., 1970, Lettre à Henri Ey, 6 novembre, AMVP-HE 7S 394.

Osman Dick, J. G., 1977, Lettre à H. Ey, décembre, AMVP-HE 7S 195.

Psychiatries. Revue française des psychiatres d’exercice privé, 1987.

Sarrò, R., 1970, Lettre à Henri Ey, 19 janvier, AMVP-HE 7S 195.

Schipkowensky, N., 1970, Lettre à H. Mignot, 14 octobre, AMVP-HE, 7S 394.

Socarras, J. F., 1978, Lettre à Renée Ey, 7 juin, AMVP-HE, 7S 195.

Société de l’Évolution psychiatrique, 1978, Hommage à Henri Ey : 1900-1977, Toulouse, Privat.

Bibliographie

Alapetite, M., 2007, « Avant-propos », dans Delion, P., Corps, psychose, institution, Toulouse, Erès, p. 7-8.

Association nationale des présidents et vice-présidents des commissions médicales d’établissements des centres hospitaliers de psychiatrie, 1994, De la psychiatrie, Nantes, Les Bulletins d’informations spécialisées.

Balvet, P., 1947, « Valeur humaine de la folie », Esprit, 137, p. 289-305.

Barras, V., 2013, « Trois décennies d’histoires de la médecine “par en bas” », dans Guillemain, H., Richard, N. et Oghina-Pavie, C., L’histoire des sciences “par en bas”, Colloque international de l’Université du Maine, en ligne : https://www.canal-u.tv/video/universite_du_maine_pole_ressources_numeriques_prn/trois_decennies_d_histoire_de_la_medecine_par_en_bas.14473 (consulté le 25 juin 2020).

Barthélémy, C., 2017, « L’homme et la folie », Les Cahiers Henri Ey, hors-série, p. 111-203.

Bastos, O., 1979, « Henri Ey: una evocaçao pessoal e breve visao de sua obra », Revista Neurobiologia, 42/3, p. 201-210.

Belzeaux, P., 1987, « Henri Ey, historien des idées sur les hallucinations », Psychiatries. Revue française des psychiatres d’exercice privé, 79, p. 13-31.

Boot, F., 1978, « Allocution », dans Hommage à Henri Ey, Toulouse, Privat, p. 11-13.

Bovet, É., 2008, « L’organo-dynamisme d’Henri Ey : du modèle théorique à une compatibilité des approches », Cahiers de l’Association pour la fondation Henri Ey, 20-21, Coffin, J.-C. (dir.), Conceptions de la folie et pratique de la psychiatrie. Autour d’Henri Ey, p. 217-231.

Buin, Y., 1999, Psychiatries : l’utopie, le déclin, Ramonville-Saint-Agne, Erès.

Caroli, F., 1980, Spécificité de la psychiatrie, Paris, Masson.

Castel, R., 1973, Le psychanalysme, Paris, Maspero.

Changeux, J.-P., 1983, L’homme neuronal, Paris, Fayard.

Chebili, S., 2012, Malaise dans la psychiatrie, Préface d’Angèle Kremer-Marietti, Paris, L’Harmattan.

Clervoy, P., 1997, Henri Ey : 50 ans de psychiatrie en France, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

Coffin, J.-C., 2004 « Un syndicat en psychiatrie : une association d’intérêt ? 1945-1950 », dans Tartakowsky, D. et Tétard, F. (dir.), Syndicats et Associations. Concurrence ou complémentarité, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Coffin, J.-C. (dir.), 2008a, Cahiers de l’Association pour la fondation Henri Ey, 20-21, Conceptions de la folie et pratique de la psychiatrie. Autour d’Henri Ey.

Coffin, J.-C., 2008b, « La réhabilitation de la folie », dans Daled, P. F., L’envers de la raison. Alentour de Canguilhem, Paris, Vrin, p. 141-156.

Daumézon, G., 1977, « La prise en compte par le psychiatre de l’histoire individuelle du patient », LÉvolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, p. 801- 806.

De Mijolla, A. (dir.), 2002, « France », Dictionnaire international de psychanalyse, Paris, Calmann-Levy, vol. 1, p. 631-638.

Duchêne, H., 1960, « Allocution », dans Hommage à Henri Ey, Toulouse, Privat, p. 12-14.

Edelman, G., 1992, Biologie de la conscience, Paris, Odile Jacob.

Evans, P., 1972, « Henri Ey’s Concepts of the Organisation of Consciousness and its Disorganisation: An Extension of Jacksonism Theory », Brain, 95/2, p. 413-440.

Ey, H. (dir.), 1998, Neurologie et psychiatrie, Paris, Hermann.

Ey, H. et Rouart, J., 1938, Essai d’application des principes de Jackson à une conception dynamique de la neuropsychiatrie, Paris, Doin.

Ey, H., 1948, « La folie et les valeurs humaines », dans id., Études psychiatriques, Paris, Desclée de Brouwer, vol. 1, p. 15-22.

Ey, H., 1955, « Le groupe des schizophrénies », Encyclopédie médico-chirurgicale-Traité de psychiatrie, fasc. 37281 C10, Paris, Éditions techniques, p. 1-4.

Ey, H., 1972a, « À propos du numéro de la Nef sur l’antipsychiatrie », L’Évolution psychiatrique, 36/1, p. 271-294.

Ey, H., 1973, Traité des hallucinations, Paris, Masson, 2 vol.

Ey, H., 1975, Des idées de Jackson à un modèle organo-dynamique en psychiatrie, Toulouse, Privat.

Ey, H., 1977, Défense et illustration de la psychiatrie. La réalité de la maladie mentale, Paris, Masson.

Ey, H., 1981, Naissance de la médecine (édité par H. Maurel), Paris, Masson.

Ey, H., 1983, La conscience, Paris, Desclée de Brouwer, 3e éd.

Garrabé, J. (dir.), 1996, Schizophrénies, études cliniques et psychopathologiques (Henri Ey), Le Plessis-Robinson, Synthélabo.

Garrabé, J., 1997, Henri Ey et la pensée psychiatrique contemporaine, Paris, Les Empêcheurs de tourner en rond.

Garrabé, J., 2005, « Théophile Kammerer (1917-2005) », L’Évolution psychiatrique, 70/3, p. 663-664.

Gasser, J. et Stigler, M., 2001, « Diagnostic et clinique psychiatrique au temps du DSM », dans Ehrenberg, A. et Lovell, A.M., La maladie mentale en mutation, Paris, Odile Jacob, p. 229-245.

Green, A., 1977, « L’hallucination négative », LÉvolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, p. 645-656.

Kammerer, T., 1978, « Chère Renée, cher Henri », dans Hommage à Henri Ey, Toulouse, Privat, p. 16-18.

Kisker, K. P., 1977. « Antipsychiatrie. Épilogue critique », LÉvolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, p. 1063-1082.

Koechlin, P., 1977, L’Évolution psychiatrique, 42, p. I.

Koechlin, P., 1980, « Introduction », dans Caroli, F., Spécificité de la psychiatrie, Paris, Masson, p. VII-X.

Kremer-Marietti, A., 2006, « L’apport des sciences cognitives à la théorie des hallucinations de Henri Ey », Cahiers de l’Association pour la fondation Henri Ey, 16-17, p. 147-159.

Lantéri-Laura, G. 1980, « Introduction historique et critique au problème de la spécificité en psychiatrie », in Caroli F., Spécificité de la psychiatrie, Paris, Masson, p. 1-38.

Lantéri-Laura, G. 2002, « Regards sur la psychiatrie contemporaine. Esquisse d’une rétrospection », Raison présente, 144, p. 21-36.

Maître, J., 1983, « Compte rendu de Naissance de la médecine », Archives de sciences sociales des religions, 56/2, p. 253.

Masserman, J., 1956, Principes de psychiatrie dynamique, Paris, PUF.

Nora, P., 1985-1986, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 2 vol.

Palem, R. M., 1987, « Influence de Henri Ey. Entretien », Psychiatries. Revue française des psychiatres d’exercice privé, 79, p. 5-12.

Palem, R. M., 1997, Henri Ey psychiatre et philosophe, Paris, Rive droite.

Palem, R. M., 2005, « Renée Ey », Les Cahiers Henri Ey, 14, p. 9-10.

Palem, R. M., 2013, Henri Ey et la philosophie : les racines et les référents philosophiques et anthropologiques d’Henri Ey, Paris, l’Harmattan.

Porter, R., 1985, « The Patient’s View: Doing Medical History from below », Theory and Society, 14/2, p. 175-198.

Prats, P., 2001, Une psychiatrie philosophique. L’organo-dynamisme comme anthropologie, Paris, L’Harmattan.

Rappard, P., 2005, « Henri Ey et les clubs thérapeutiques : l’Entraide psychosociale féminine d’Eure et Loir », Les Cahiers Henri Ey, 15, p. 37-49.

Sarrò, R., 1978, « La pensée de Henri Ey et la fraternité catalane », dans Hommage à Henri Ey, Toulouse, Privat, p. 65-68.

Sivadon, P., 1977, « Sur quelques aspects de la thérapeutique par le “milieu” », LÉvolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, p. 1055-1062.

Sztulman, H., 1977, « Liberté et psychiatrie », LÉvolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, p. 657-666.

Trémine, T., 1997, « Le fil rouge du jacksonisme », L’Information psychiatrique, 73, p. 703-714.

Waquet, F., 2010, Respublica academica. Rituels universitaires et genres du savoir (xviie-xxie siècles), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne.

Witter, H., 1980, « Amitié franco-allemande », dans Hommage à Henri Ey, Toulouse, Privat, p. 68-70.

Haut de page

Notes

1 Nora, 1985-1986.

2 Porter, 1985 ; Barras, 2013.

3 Archives municipales de la ville de Perpignan - Fonds Henri Ey : AMVP-HE.

4 On pense par exemple à Lucien Bonnafé (1912-2003) ou Tony Laîné (1930-1992).

5 Coffin, 2008a.

6 Coffin, 2004.

7 Une catégorie en augmentation à partir des années 1950.

8 Gressot, 1970.

9 Schipkowensky, 1970.

10 Bergeron, 1970.

11 Ey, 1970.

12 Ey, 1973.

13 Depuis le début des années 1970 c’est plus d’une vingtaine de livres qui sont publiés sur le sujet par des éditeurs français sans compter les textes issus des réseaux alternatifs à la psychiatrie « asilaire ». Voir par exemple, Ey, 1972b. Les interrogations sur les sciences de la psyché ne se limitent pas à la discipline psychiatrique stricto sensu. Voir Castel, 1973.

14 Ey, 1977.

15 Bonneval est le nom de la commune sur laquelle se trouve l’hôpital psychiatrique dont Henri Ey fut le médecin-chef ; située dans l’Eure et Loir, Henri Ey est parvenu à ce que les « colloques de Bonneval », qui eurent lieu entre 1943 et 1966, deviennent pour les psychiatres français ce que ceux de Royaumont sont aux représentants du monde intellectuel depuis les années 1930.

16 L’idée a été évoquée par son collègue Ramon Sarrò, initiateur du projet. Voir Sarrò, 1970.

17 Cette décision est prise lors du 2e congrès de cette association. Sur l’Asociación Iberolatinoamericana de Psiquiatría, voir Osman Dick, 1977.

18 Waquet, 2010, notamment 77-100.

19 Le principe d’un volume spécial est voté à l’unanimité, selon le procès-verbal de la réunion du 23 juin 1977 de la nouvelle Association française d’études et de recherches psychiatriques ; Groupe de l’Évolution psychiatrique, « Procès-verbal », L’Évolution psychiatrique, 42, fasc. II, avril-juin 1977, p. 68.

20 C’est ainsi qu’on peut interpréter les propos d’une rédaction peu diserte sur le sujet toutefois (Koechlin, 1977).

21 « À nos lecteurs », L’Évolution psychiatrique, 42, 1977, 605.

22 L’Évolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, Hommage à Henri Ey, 1977.

23 C’est Henri Ey qui signe par exemple le premier article d’une longue série sur les schizophrénies dans les premiers fascicules de la section psychiatrie de l’Encyclopédie médico-chirurgicale (Ey, 1955) ; document peu accessible, on peut se reporter à Garrabé, 1996.

24 Il a d’ailleurs traduit une partie du livre de Bleuler, Dementia praecox, oder Gruppe der Schizophrenien.

25 Par exemple avec Paul Ricoeur qui fut présent au colloque organisé par Henri Ey à Bonneval en 1960 sur le thème de l’inconscient.

26 Rappard, 2005.

27 Kisker, 1977.

28 Daumézon, 1977.

29 Sivadon, 1977.

30 Le mouvement de psychothérapie institutionnelle est trop varié pour être résumé ici ; disons néanmoins que ses partisans s’intéressent à la rénovation de l’hôpital psychiatrique en essayant de ne plus en faire un monde clos et hiérarchisé ; ses partisans s’interrogent sur les processus de chronicisation du patient à l’intérieur de l’hôpital. L’expression de « thérapie institutionnelle » est également utilisée dans différents pays dès les années d’après guerre.

31 Sztulman, 1977.

32 À titre de comparaison, le nombre de membres étrangers du Groupe de L’Évolution psychiatrique atteint en 1977 à peine 15 %.

33 Masserman, 1956.

34 Masserman, dans L’Évolution psychiatrique, 42, fasc. III/2, Hommage à Henri Ey, 1977, 711.

35 Evans, 1972.

36 Ey avait publié en 1975 Des idées de Jackson à un modèle organo-dynamique en psychiatrie qui correspondait à une édition remaniée de son texte écrit avec Julien Rouart et paru en plusieurs articles puis réunis en 1938 auprès de l’éditeur Doin sous le titre Essai d’application des principes de Jackson à une conception dynamique de la neuropsychiatrie.

37 Green, 1977.

38 Société de l’Évolution psychiatrique, 1978.

39 Boot, 1978, 12.

40 Kammerer, 1978, 18.

41 Cette fonction est attestée par plusieurs témoignages de psychiatres comme ceux de Robert Michel Palem ou de Jean-Pierre Pépin. Par ailleurs Simone Veil apporta par la suite son soutien à la création de l’association à la mémoire d’Henri Ey.

42 Hommage, 1978, 62-63.

43 Les dizaines de milliers de livres qui ont composé sa bibliothèque étaient lus, annotés et commentés !

44 Il déclarait : « Mes propres propositions diffèrent profondément de celles de Henri Ey » (Sarrò, 1978, 65).

45 Ey, 1968.

46 Caroli, 1980.

47 On peut remonter à l’organisation d’un colloque sur les rapports entre neurologie et psychiatrie qui fut publié en 1947 ; voir Ey, 1998. La revendication d’une spécificité se décline aussi à travers la volonté de créer des espaces propres à sa discipline telle que l’insertion d’une section Psychiatrie au sein de l’Encyclopédie médico-chirurgicale dans les années 1950 ou de la création d’une collection, « Bibliothèque neuro-psychiatrique de langue française », chez l’éditeur Desclée de Brouwer au début des années 1960.

48 Lantéri-Laura, 1980.

49 Le Manuel de psychiatrie connaît une cinquième réédition en 1978, présentée comme revue et corrigée par son éditeur d’origine, Masson.

50 Ey, 1981. Par ailleurs, la réception dans le champ académique semble avoir été restreinte. Ce constat est le résultat d’un premier sondage qui devrait être poursuivi.

51 Maître, 1983.

52 Ey, 1983.

53 Changeux, 1983.

54 Des ouvrages comme celui de Gerald Edelman (1992) n’incorporent pas les propos d’Henri Ey. C’est là une simple constatation étant donné que la réception et la diffusion de son travail sur la conscience dépassent le cadre de ce travail. Pour plus de détails, voir Bovet, 2008.

55 Clervoy, 1997.

56 Jacques Grignon a réalisé l’importante bibliographie des travaux de Ey parue dans le volume d’hommage de 1977 et rédigeait à l’époque une thèse sur son œuvre.

57 Palem, 1987.

58 Belzeaux, 1987.

59 La Rédaction, « Dix ans déjà… », Psychiatries. Revue française des psychiatres d’exercice privé, 79/4, 1987, p. 4.

60 Simone Veil est membre d’honneur dès la fondation de l’association.

61 Garrabé, 1997.

62 Si on bénéficie de traces concernant les amis et les élèves, il reste un autre groupe, plutôt vaste et plus malaisé à cerner ; c’est celui qui est composé par les lecteurs de ses Études psychiatriques, par exemple, parues dans les années 1950 ou du Manuel de psychiatrie, dans la décennie suivante. Pour la génération née dans les années 1930, la voie d’accès à Henri Ey est souvent passée par la lecture de ses œuvres. Le psychiatre Robert Michel Palem, plusieurs fois interviewé, l’a amplement confirmé. Je profite de l’occasion pour le remercier chaleureusement.

63 Son état de santé ne lui a pas permis d’assister au colloque.

64 Une association, le Cercle de recherches et d’édition Henri Ey, a été fondée pour amplifier cette politique en 2006. Elle est présidée par le docteur Patrice Belzeaux, qui avait participé au dossier évoqué précédemment dans la revue Psychiatries.

65 Par exemple Natalie Depraz, spécialiste de phénoménologie ou encore Angèle Kremer-Marietti, 2006.

66 Koechlin, 1980, VII.

67 Ce soutien était rappelé dans une des nécrologies écrites à la suite de son décès (Garrabé, 2005, 664).

68 Coffin, 2004.

69 L’année d’édition de l’ouvrage est 1997 même si l’achevé d’imprimer est daté de janvier 1998.

70 Il est ainsi devenu l’un des exégètes de l’œuvre d’Henri Ey au cours de ces vingt dernières années.

71 Quelques tentatives ont eu lieu visiblement mais ont échoué.

72 Palem, 2005, 10.

73 Association nationale des présidents et vice-présidents des commissions médicales d’établissements des centres hospitaliers de psychiatrie, 1994, 19 et suiv. L’introduction s’intitule « crise de la psychiatrie » et le mot « morcellement » est utilisé comme titre d’une des parties du texte.

74 Entre 1950 et 1966 précisément.

75 On pourrait ajouter le Portugal, l’Italie, les Pays-Bas, la Suisse, le Mexique ou le témoignage des membres de l’Académie colombienne de médecine adressé après sa disparition (Socarras, 1978).

76 Barahona Fernandes, 1960 ; Bastos, 1979 ; Witter, 1980, 69.

77 Par exemple son ouvrage La conscience a été traduit en allemand et en espagnol tout comme le Manuel de psychiatrie auquel il a largement contribué tandis que des articles résumant sa théorie organo-dynamique furent publiés en langue anglaise.

78 Association pour la fondation Henri Ey, 1997, Henri Ey (1900-1977) : un humaniste catalan dans le siècle et dans l’histoire, Canet, Trabucaire (textes réunis par R. M. Palem et P. Belzeaux), 20.

79 Prats, 2001, p. 8.

80 La disparition d’Henri Ey aurait de facto entraîné celle de la psychiatrie : « Le bon plaisir d’André Green », France culture, 25 février 1989 (cité dans Palem, 1997, 264).

81 Buin, 1999 ; en avant-propos d’un ouvrage, une professionnelle de santé constatait : « le bilan de fin de siècle n’est pas brillant pour nous en tant que professionnels et citoyens » et elle se demandait où était passé le « souci de l’humain » (Alapetite, 2007, 7). Dans une perspective différente, Georges Lantéri-Laura (2002) faisait se clore l’époque de la psychiatrie d’après-guerre peu ou prou à la mort de Ey lui-même !

82 Nayrac, 1970.

83 Une classification connue à travers son acronyme, DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders).

84 Gasser et Stigler, 2001, 232 et suiv.

85 Cette expression a été retenue par le psychiatre Paul Balvet (1907-2001) pour un de ses articles dans l’immédiat après-guerre ; voir Balvet, 1947. Henri Ey avait parallèlement intitulé un de ses textes à la même époque « La folie et les valeurs humaines » (Ey, 1948).

86 Plusieurs observateurs ont souligné une réception de sa théorie qui n’est pas nécessairement une adhésion à celle-ci. Voir Prat, 2001, 6-7 ; Trémine, 1997 ; Chebili, 2012, 134-135. La question mériterait d’autres explorations qui ne peuvent être intégrées ici. À plusieurs reprises, il est aussi rappelé que peu d’interlocuteurs d’Henri Ey comprenaient ce qu’il disait lorsqu’il abordait sa conception organo-dynamique (voir Palem, Henri Ey et la philosophie, 2013, 9). Anecdote ou réalité, il n’en demeure pas moins que le texte eyien sur ce sujet n’est pas simple. Mais les questions liées au cerveau sont-elles simples ?

87 Barthélémy, 2017, 192 (le propos a bien été prononcé en 2003).

88 Association nationale des présidents et vice-présidents des commissions médicales d’établissements des centres hospitaliers de psychiatrie, De la psychiatrie, op. cit.

89 Clervoy, 1997, 301 ; le mot se trouve par ailleurs dans les archives.

90 Le travail autour de la conscience s’inscrit difficilement dans une quête de l’inconscient, pour ne citer qu’un aspect des différends.

91 De Mijolla, 2002, 634.

92 Lacan est par exemple plus présent qu’Henri Ey dans une bibliothèque d’histoire de la médecine comme la prestigieuse Wellcome de Londres.

93 Ey, 1960 ; et plus largement sur ce point, Coffin, 2008b.

94 Il le connaissait cependant fort bien.

95 La Rédaction, 1987, art. cité.

96 On pense notamment à Étienne Trillat, Georges Lantéri-Laura ou encore Tony Laîné. Parfois ces commémorations s’accompagnent d’un effort pour constituer des fonds d’archives comme dans le cas de ce dernier ou de Lucien Bonnafé.

97 L’ensemble des hommages répertoriés est élevé et tous ne l’ont pas été dans cet article.

98 Duchêne, 1960, 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Christophe Coffin, « Commémorer Henri Ey »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 117-141.

Référence électronique

Jean-Christophe Coffin, « Commémorer Henri Ey »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 27 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4759

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Coffin

Circeft EA 4384, université Paris 8 Vincennes Saint-Denis / Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search