Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Document« C’est ainsi qu’on fondera l’ant...

Document

« C’est ainsi qu’on fondera l’anthropologie bohémienne ». Enquête ethnogénique et éclectisme savant au xixe siècle

”This is how we shall found a Bohemian anthropology.” Ethnogenetic inquiry and scholarly eclecticism in the 19th century
Sébastien Meyer
p. 151-174

Texte intégral

  • 1 Pruner-Bey, 1864-1865, 32.

La chevelure, examinée d’après notre méthode, nous paraît avoir une incontestable valeur pour l’étude des caractères inhérents aux races humaines1.
Franz Pruner-Bey

  • 2 C’est ainsi que Bataillard définit l’objet de ses travaux sur le portrait-carte de visite qu’il ad (...)
  • 3 Alors divisé en « races » distinctes, selon les monogénistes pour lesquels l’humanité descendait d (...)
  • 4 Citons néanmoins la monographie récente de Robert McCracken Peck, concentrée sur Peter A. Browne e (...)
  • 5 Eugène Dally (1833-1887), médecin de profession, participa activement à animer les discussions de (...)
  • 6 En 1874, le Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences se tint à Lille. La (...)

1Articulé autour de plusieurs échantillons capillaires conservés dans le fonds d’archives constitué par Paul Bataillard (1816-1894) – savant spécialisé dans « l’histoire, l’origine et l’ethnologie des Tsiganes2 » –, l’ensemble de documents qui précède ce texte propose d’explorer un aspect méconnu de l’histoire de l’anthropologie dite « physique », branche de la discipline consacrée à la classification et à la caractérisation anatomiques du genre humain3 : en effet, restées symboliquement et numériquement secondaires au regard des travaux portant sur les crânes, la coloration de la peau ou les mensurations des squelettes, les études trichographiques n’ont assez logiquement sollicité l’attention des historiens de cette science que dans une mesure moindre, et n’ont pas encore fait l’objet d’une publication mettant en lumière leur caractère pérenne et circulant dans l’archipel des échanges savants4. Pourtant, ainsi qu’Eugène Dally5 le rappelait devant les membres, réunis en congrès, de l’Association française pour l’avancement des sciences, la plupart des acteurs majeurs de la science anthropologique « occidentale » du xixe siècle – de Bory de Saint-Vincent à Ernst Hæckel –, se sont intéressés à la forme, à l’implantation sur le cuir chevelu, à l’insertion autour du front et à la couleur de cet organe, et aux titres de généalogie qu’il pouvait conférer6. Dans l’esprit du temps, l’examen du cheveu devait ainsi livrer des informations précieuses pour classer et caractériser les peuples, et participer de l’enquête « ethnogénique » qui permettrait d’en établir le degré de parenté.

2Le texte qui suit, focalisé sur les débats relatifs au cheveu qui animèrent la Société d’Anthropologie de Paris dans les années 1860, rend compte des enjeux et des modalités propres aux études trichographiques durant un moment transitoire où la science anthropologique, jusqu’ici fortement pondérée par le paradigme linguistique, opère un tournant biologique. En complément des échantillons susmentionnés, les recherches poursuivies m’ont conduit à réunir un ensemble de documents produits, dans cette perspective, par les membres de cette instance de sociabilité savante : planche représentant les sections transversales de spécimens capillaires, tableau chromatique à l’usage des collecteurs et interprètes, mesures anthropométriques et épreuves photographiques.

  • 7 Contrairement aux termes « Bohémien » et « Tsigane », qui remontent respectivement à l’Ancien Régi (...)

3Par ailleurs, l’étude des « spécimens » au fondement de cette contribution permet de mettre en lumière le développement, entrepris à la fin du xviiie siècle, d’une science consacrée à l’étude des populations réunies sous l’ethnonyme de Tsiganes. La « tsiganologie » – suivant le mot de l’époque –, située à l’interface de l’histoire et de l’anthropologie, suscita des enquêtes de terrain destinées à recueillir le matériau sur lequel fonder les analyses. Or, les procès-verbaux des rencontres effectives qui nous sont parvenus livrent de précieuses informations relatives aux sujets considérés. Étudiant la trajectoire biographique de plusieurs modèles d’atelier professionnels ou occasionnels, membres de familles « manouches » originaires des Vosges, cet exposé rend compte, dans le contexte de l’enquête anthropologique dont il sera question, de stratégies de mise en scène de soi conditionnées par un cadre culturel – politique, savant et esthétique –, tendant à la définition voire à l’assignation d’individus à une identité « tsigane » générique7.

L’avènement du référentiel national et les prémices des études tsiganes

4Dès la fin du xviiie siècle, les savants européens entreprirent une enquête généalogique impulsée par l’épanouissement progressif du référentiel national, dont le programme consisterait à révéler, notamment par la science positive, le caractère latent de diverses nations. Cette enquête reposait principalement sur l’examen des parentés idiomatiques et sur l’étude des physionomies qui, couplés à l’observation des mœurs, pouvaient instaurer une échelle de civilité plus ou moins avantageuse au sein du genre humain. Corrélées à une physionomie caractérisée, on jugeait ataviques les aptitudes sociales, morales et intellectuelles présumées des populations considérées.

  • 8 Voir l’illustration et l’expertise qu’il en a données dans Blumenbach, 1793, 2-4.
  • 9 Grellmann, 1783.
  • 10 Grellmann, 1810.
  • 11 Asséo, 2016, 391.

5Disséminés aux quatre coins de l’Europe, les « Bohémiens » constituaient un cas singulier que les Lumières incorporèrent à leur projet naturaliste de cartographie et de caractérisation des peuples, minimisant l’importance des ancrages pluriséculaires et la diversité des mondes tsiganes au profit de la construction d’une identité générique présumée. Paradoxe édifiant, le processus idéel de nationalisation bohémienne s’accompagna d’un phénomène d’extranéisation, au moins symbolique. À Göttingen, Christian Wilhelm Büttner, auteur de la première glossographie connue, incorpora la langue romani à son étude, alors que dans ses essais de physiologie comparée, Blumenbach étudia la structure du crâne bohémien8. Malgré la pertinence d’autres travaux contemporains relatifs à l’anthropologie des Bohémiens, tels ceux passablement oubliés de Jacob Bryant (1715-1804), Johann Christian Rüdiger (1751-1822), Johann Erich Biester (1749-1816) ou Christian Jacob Kraus (1753-1807), la fortune éditoriale de l’ouvrage publié en 1783 par Heinrich Grellmann (1756-1804) fut plus heureuse9. Inspiré des travaux de Büttner relatifs à l’histoire primitive des peuples et à la filiation des langues, l’opuscule de Grellmann fut rapidement diffusé dans la plupart des pays d’Europe occidentale. En Angleterre, il fut traduit dès 1787 sous l’impulsion de Joseph Banks, président de la Royal Society of London alors qu’en France, la première édition date de 1788. Un second tirage parut en 1810, intitulé Histoire des Bohémiens ou Tableau des mœurs, usages et coutumes de ce peuple nomade, suivie de recherches historiques sur leur origine, leur langage et leur première apparition en Europe10. Or, le retentissement sans précédent de ce texte contribua à « consacre[r] pour les siècles [un] archétype inique et disqualifiant11 ». Ainsi, le préfacier annonce :

  • 12 Grellmann, 1810, 1.

[L’ouvrage présente le phénomène singulier] d’un peuple dont l’origine a jusqu’à présent été une espèce d’énigme, et qui, en errant constamment, depuis quatre siècles, au milieu des nations policées de l’Europe, est demeuré nomade et grossier, sans avoir acquis la moindre idée de civilisation, de culte ou de morale, et sans avoir pu même se donner d’habitation fixe12.

6Outre un vocabulaire comparatif des langues indienne et bohémienne, le recueil comprenait un ensemble de développements consacrés aux descriptions physionomique et morale, corrélées, des membres de la « nation errante », et témoignait d’ores et déjà du caractère politique de la science anthropologique naissante.

La collecte naturaliste et l’ordonnancement du genre humain

7Écrire une histoire naturelle des peuples devait impliquer la collecte, dans les quatre parties du monde, du matériau d’investigation et de démonstration sur lequel adosser cette entreprise. À Philadelphie, Samuel Morton (1799-1851), figure cardinale de l’American School d’anthropologie, organisa la moisson et l’examen de nombreux crânes, sur la base desquels il conclut à l’existence de plusieurs espèces humaines distinctes, sans jamais cependant contrevenir formellement au dogme créationniste, qui unissait l’humanité entière dans sa filiation adamique. Auteur de Crania Americana (1839), volume qui connut un succès considérable, Morton s’inscrivait dans une démarche naturaliste qui entendait classifier les « espèces » identifiées à travers l’examen comparatif des spécimens réunis.

  • 13 Voir l’étude que Robert McCracken Peck a consacrée à cette collection : McCracken Peck, 2018.
  • 14 Sur cette instance de sociabilité savante très influente dans son domaine, au xixe siècle, voir Wa (...)
  • 15 Le tableau et les commentaires associés qu’il adressa furent publiés : Beddoe, 1861. Beddoe produi (...)
  • 16 Pruner-Bey, 1864-1865, 3. Parmi les contributeurs, le savant mentionne également E. Rousseau, de M (...)

8Dans une perspective analogue, Peter A. Browne, avocat et naturaliste qui gravitait dans le cercle de ce médecin, s’employa à collecter pelages animaux et échantillons capillaires parmi des individus d’extractions sociales et spatiales diverses. La collection comporte les mèches de plusieurs personnalités éminentes, dont celles de quelques présidents états-uniens, ce qui lui valut d’être sauvée du rebut dans les années 1970. Mobilisant explorateurs, négociants, fonctionnaires ou missionnaires, qui lui firent parvenir des spécimens issus des quatre points cardinaux, Browne put ainsi constituer une douzaine d’albums, aujourd’hui conservés dans les collections de l’Academy of Natural Sciences de la Drexel University, sise à Philadelphie13. Les travaux de Karl Friedrich Heusinger sur le cheveu du « nègre », ceux d’Albert von Köllicker et de Michael Pius Erdl sur les pelages animaux, et l’entreprise de ce notable gagné au programme naturaliste firent des émules, notamment parmi les membres de la Société d’Anthropologie de Paris qui en connaissaient les travaux14. Dès 1861, John Beddoe, médecin anglais qui en était membre associé, avait par ailleurs fait parvenir les résultats d’observations sur la couleur des yeux et des cheveux des Irlandais, effectuées dans le cadre d’un voyage qui l’avait conduit à parcourir l’île occidentale du Royaume-Uni15. Ainsi, en 1863, Franz Pruner-Bey y présenta, devant l’assemblée réunie de ses sociétaires, le fruit d’une étude qu’il avait consacrée à l’examen microscopique d’un ensemble d’échantillons capillaires. La collection fut élaborée grâce au concours d’un réseau de collaborateurs, dont Armand de Quatrefages, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, et Jacques-Philippe Potteau, opérateur photographique alors connu pour les portraits anthropologiques qu’il exécutait dans son atelier de la rue Daubenton16.

  • 17 Pruner-Bey, 1864a et 1859-1863.
  • 18 Sur la question de la craniologie, voir Blanckaert, 1987 et 1989.

9Pruner-Bey, médecin de formation qui avait durablement séjourné en Égypte, gagna la capitale française dans les années 1860, où il devait s’instituer « anthropologiste » – suivant le terme alors usité – et s’illustrer comme membre actif et président de cette société savante. Les Bulletins et Mémoires édités par la Société, qui restituent les débats et études menés en son sein, témoignent en effet de son importante implication : parallèlement à des Questions relatives à l’anthropologie générale et à des Résultats de craniométrie parus en 186417, qui rendent compte de l’inscription du savant dans une généalogie de travaux comparables commencés dès la seconde moitié du xviiie siècle18, Pruner-Bey focalisa son attention sur les poils et les cheveux, qu’il supposait aussi à même de contribuer à la classification comme à la caractérisation des races humaines dont on postulait l’existence, et à l’établissement de leurs liens de parenté au moyen de la comparaison des spécimens collectés. Si cette entreprise valut au savant l’adhésion de la plupart de ses confrères, la fiabilité des résultats livrés n’alla cependant pas sans susciter quelque controverse de nature épistémologique, consignée dans les Bulletins. Les débats qui s’ensuivirent opposèrent frontalement Pruner-Bey à Louis-Achille Bonté, mais suivant la courtoisie de mise dans le cadre d’une collégialité placée sous le signe de la libéralité et d’une relative hétérodoxie scientifique.

Une démonstration… tirée par les cheveux ?

  • 19 Pruner-Bey, 1864-1865.
  • 20 Pruner-Bey, 1863, 161.
  • 21 Pruner-Bey, 1864-1865, 15. Saartjie Baartman, surnommée la Vénus hottentote, fit l’objet de nombre (...)
  • 22 Pruner-Bey, 1864-1865, 32.
  • 23 Ibid.

10La séance du 19 mars 1863 offrit à Pruner-Bey l’opportunité de rendre public le fruit des premières investigations poursuivies en ce sens. Il y lut un essai intitulé « De la chevelure comme caractéristique des races humaines, d’après des recherches microscopiques », qui figure dans les Mémoires de la Société19. Le savant y explicitait le modus operandi adopté pour caractériser et distinguer, les uns des autres, les échantillons issus des « vingt-quatre grandes races humaines et leurs rameaux20 » constituant le matériau de son étude. Le protocole défini impliquait l’examen longitudinal des spécimens en présence – cheveux, mais aussi poils humains (dont ceux « provenant des parties génitales de la femme boschimane connue sous le nom de […] Vénus hottentote21 »), et poils de singes anthropomorphes. Cette première étape, qui ne se révélait toutefois pas décisive, demandait à être suppléée par la pratique de sections transversales au niveau du bulbe et de la tige, puis par l’examen du volume, de la disposition et du contenu du canal médullaire, quand celui-ci ne faisait pas défaut. Plaçant l’ensemble des échantillons considérés sur le même tableau comparatif, Pruner-Bey en déduisait que « l’une des extrémités de l’échelle est représentée par les Papous, les Boschimans et les nègres ; l’autre par les Polynésiens, les Malais, les Siamois, les Touranais et les Américains, sans en excepter les Esquimaux ; les Ariens occupent l’espace intermédiaire22 ». Il ajoutait qu’« un seul cheveu, quand il présente la forme moyenne caractéristique pour la race, pourrait servir à la définir. Mais, sans prétendre à ce degré de certitude, il est indubitable que la chevelure de l’individu porte le cachet de son origine23 ».

  • 24 Bonté, 1864a, 480.
  • 25 Ibid., 467. En italique dans le texte.

11La démonstration administrée par Pruner-Bey souleva plusieurs objections. André Sanson, vétérinaire et professeur de zootechnie spécialisé dans la classification des races animales domestiques, jugea que la forme du système pileux, d’une valeur secondaire, ne pouvait en rien constituer un caractère essentiel de race24. Mais la réserve principale fut émise par Louis-Achille Bonté. Ce notaire de profession, membre actif de la Société au début des années 1860, questionna la méthodologie mise en œuvre par son confrère, dont il jugeait la scientificité discutable. Alors que les conclusions avancées reposaient sur le diamètre des coupes, les variations observées – lorsqu’elles existaient –, étaient infimes voire inappréciables. Plus problématique encore, les résultats présentés par Pruner-Bey échappaient à toute systématique, de sorte qu’ils permettaient tout juste, en définitive, de confirmer la distinction effectuée entre les trois souches humaines – africaine, mongolique et caucasique –, communément différenciées, que Browne avait au demeurant déjà opérée. Ainsi, la méthode de la moyenne appliquée par le savant, plutôt que de plaider pour une singularité propre à chaque race considérée, démontrait le manque d’uniformité au sein de chaque classe identifiée (sans compter que l’étude était basée sur un nombre réduit de sujets, la plupart des races identifiées n’étant représentée que par deux individus, voire un seul). Enfin, la forme du cheveu n’était pas davantage édifiante, puisqu’« on trouve sur la même tête les coupes les plus différentes, et, entre races les plus diverses, les coupes les plus semblables25 ». Pour l’en convaincre, Bonté invitait l’auditoire à consulter les trois planches exécutées par son confrère, représentant les Coupes transversales des cheveux dans les diverses races humaines (document 1) :

  • 26 Ibid., 473.

M. Pruner-Bey a pris soin de fournir des planches, et il faut lui en savoir gré, puisqu’elles prouvent à toute évidence : 1° que toutes les diversités qu’accuse le texte, soit dans la même race, soit sur la tête du même individu, existent réellement ; 2° que la même forme se retrouve dans plusieurs races fort étrangères l’une à l’autre26.

  • 27 Ibid., 476.

12Il ajoutait que sa circonspection valait aussi pour la classification des races que le savant avait effectuée d’après les crânes et concluait : « Espérons que mon humble avertissement provoquera ici l’examen, c’est ce que je souhaite avec toute l’ardeur d’un cœur qui veut le vrai, et rien que le vrai27 ».

  • 28 Originaires de Munich, les frères Schlagintweit, passionnés d’histoire naturelle, entreprirent plu (...)
  • 29 Pruner-Bey mentionne par ailleurs les noms de Davis, Bertrand, Duhousset, Dhercourt, Schnepp, Furn (...)

13Pruner-Bey opposa à Bonté les lacunes de la critique formulée, jugeant qu’il substituait confusément l’exception à la règle. Mais en dépit de sa foi inébranlable dans la validité des résultats obtenus, et malgré les appuis de taille reçus, il profita de sa réplique pour annoncer l’exécution prochaine d’une seconde série d’observations, qui corroborerait ces premières données et compléterait le système en précisant les effets du métissage et de l’appartenance sexuelle sur la chevelure. La lecture d’un second mémoire, achevé le 15 décembre 1864, fut donc donnée en séance quelques mois plus tard. Ces nouvelles observations reposaient sur des matériaux complémentaires (environ quatre cents échantillons), également obtenus grâce au concours de collaborateurs : l’un des frères Schlagintweit28 mit sa collection de cheveux originaires de l’Inde à disposition de Pruner-Bey, et Potteau lui fit parvenir de nouveaux échantillons, le conviant par ailleurs à étudier sur le vivant le type des modèles dont il exécutait le portrait29.

  • 30 Pruner-Bey, 1867-1869, 94.
  • 31 Ibid.

14Le compte rendu de cette seconde série d’observations offrit à Pruner-Bey l’opportunité de réaffirmer le caractère positif de ses travaux : « les faits exposés dans ce travail parlent d’eux-mêmes30 ». Ainsi, « sauf les nuances de couleur, le cheveu admet […] un examen mathématique de son volume et de sa forme, et c’est par là que lui revient la précellence sur d’autres caractères qui offrent moins de prise à une analyse rigoureuse31 ».

« Nous ferons remarquer que le numéro 48 représente le noir absolu32 »

  • 32 Broca, 1865 [1864], 55.
  • 33 Sur ce personnage, voir Blanckaert, 2009.
  • 34 Bonté, 1864a, 479.
  • 35 Dally, 1875, 1.

15La démonstration à charge livrée par Bonté n’entraîna en rien la disqualification scientifique de Pruner-Bey. La portée des arguments fut notamment minimisée par Paul Broca33. Fondateur et membre influent de la Société, ce médecin, passé à la postérité pour sa contribution à la localisation cérébrale d’une des zones responsables du langage, balaya sans ménagement les objections formulées : « Il se peut qu’il [Pruner-Bey] se soit trompé sur quelques détails, à cause du nombre insuffisant des individus observés. Mais les contradictions signalées par M. Bonté ne me touchent que médiocrement. Il n’existe pas en anthropologie de caractère absolu.34 » Ainsi, ses Instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques, parues en 1865, intègrent le cheveu comme élément de la classification raciale, à même de contribuer à « déterminer les groupes naturels des types humains35 » et leur rapport d’affinité ou de disparité.

  • 36 Broca, 1864a, 2.
  • 37 Ibid., 3.
  • 38 Ibid., 18.
  • 39 Broca, 1864a, 139.
  • 40 Ibid.
  • 41 Broca, 1864c, 18.
  • 42 Ibid., 56-59.

16Ce texte, à l’usage de « tout homme de bonne volonté, voyageur ou sédentaire, [désireux] de concourir, par ses recherches, aux progrès de la science anthropologique36 », devait asseoir durablement une méthode d’objectivation reposant sur la standardisation des gestes anthropométriques, afin que le savant de cabinet pût comparer les différentes données collectées sur le terrain, et en tirer les conclusions conséquentes. Or, la fortune des Instructions fut considérable, en dépit de la difficulté à mettre en œuvre la plupart des directives formulées. Partant du constat que « la détermination des caractères si importants qui sont relatifs à la couleur de la peau, des yeux et des cheveux37 » était restée jusqu’à présent empirique, même si « l’examen microscopique des cheveux a déjà fourni des éléments très-importants pour le parallèle des races humaines38 », Broca voulut substituer à la discrétion subjective de l’observateur un étalon commun, gage d’objectivité, qui impliquait en l’occurrence d’associer l’échantillon prélevé à l’un des tons figurant sur un tableau chromatique qu’il avait élaboré, désolidarisable du manuel (document 2). Pour composer ce nuancier, il avait rassemblé « plusieurs centaines d’échantillons […] provenant d’individus de tout sexe, de tout âge et de toutes races39 », dont certains lui furent fournis par Pruner-Bey40. Les nuances extrêmes de la coloration de la peau, des yeux et des cheveux y étaient représentées et numérotées, afin que collecteur et savant de cabinet parlassent le même langage. Le tableau se composait de 54 couleurs. Les premières nuances concernaient l’iris de l’œil, les tons des nuances suivantes, numérotés 21 à 54, se rapportaient à la peau et au système pileux (cheveux, barbe ou poils pubiens). La collecte impliquait de prélever par tractions les cheveux, en veillant bien à extraire leur racine, et à « écrire sur chaque petit paquet la provenance de l’échantillon (âge, nom, lieu, race)41 ». Outre la couleur capillaire, le tableau de diagnostic devait être complété par l’examen de la « nature » des cheveux, échelonnée entre l’état lisse (« léiotrique » selon le terme employé par Bory de Saint-Vincent dans son Essai zoologique sur le genre humain paru en 1825) et l’état laineux (« ulotrique »). Leur implantation sur le cuir chevelu et leur insertion autour du front, à laquelle Geoffroy Saint-Hilaire s’était déjà intéressé, devaient également retenir l’attention de l’observateur42.

  • 43 Sa première publication conséquente sur le sujet, intitulée De l’Apparition et de la dispersion de (...)
  • 44 Ce fonds se compose d’une soixantaine de boites et d’un ensemble d’ouvrages acquis en 1895.
  • 45 Divers documents, conservés dans les boîtes numérotées 5, 9 et 45, relatent cet épisode.

17Gravitant dans le cercle de Broca, Paul Bataillard, considéré par ses contemporains comme l’un des plus éminents tsiganologues européens, vouait ses travaux à l’étude des Bohémiens depuis la fin des années 183043. Paléographe formé à l’École des chartes, membre actif des Sociétés de Géographie et d’Anthropologie de Paris puis archiviste, dans cette ville, de l’École de Médecine, il coupla l’étude de cabinet à l’observation de terrain pour mener à bien son enquête. Le fonds documentaire qu’il constitua, conservé dans les collections patrimoniales de la Central Library de Manchester, témoigne ainsi de la construction d’un objet d’étude scientifique situé à l’interface de la préhistoire, de l’histoire et d’une anthropologie « participante », suivant une logique proprement naturaliste de filiation entre passé et présent44. Exemplaire du positivisme ambiant, il offre néanmoins le panorama d’une construction des savoirs organique, (re)configurée dans la durée, puisque la documentation qui le constitue fut produite et compilée jusque dans les années 1890, fin de sa période d’activité. Il se compose d’un matériau éclectique : notes, correspondances, iconographie, éléments de culture matérielle ou encore échantillons anthropométriques. Ainsi, l’ensemble comprend plusieurs prélèvements capillaires, contemporains des travaux menés dans ce champ de l’anthropologie physique. Alors que le 15 décembre 1864, Pruner-Bey achevait l’écriture de son second mémoire relatif au sujet, Bataillard rendit visite, quelques jours plus tard, aux familles « manouches » qui depuis peu avaient élu domicile dans la capitale française45.

Du cabinet aux confins des Batignolles : la science anthropologique in vivo

  • 46 Sur la question de la pose en atelier à Paris, entre 1830 et 1870, voir Waller, 2006.
  • 47 Voir Lethève, 1968, 80.
  • 48 L’imagerie et la littérature du xixe siècle rendirent compte de l’émergence du « type » caractéris (...)
  • 49 Voir Meyer, 2018.
  • 50 Liszt, 1999 [1859], 158-159.

18Entouré de plusieurs membres de son foyer, Joseph Reinhard louait une maison située passage Compoin, à proximité des nombreux ateliers qu’accueillaient les quartiers récents des Batignolles, de Montmartre et de la Nouvelle-Athènes. Avec la libéralisation du métier d’artiste, les académies et les ateliers privés s’étaient multipliés dès la Restauration, entraînant l’essor du nombre de modèles vivants46, si bien qu’en 1863, un « marché aux modèles » fut institué à Paris47. Situé place Pigalle, celui-ci se tenait chaque lundi matin et offrait aux artistes des quartiers circonvoisins une large palette de physionomies à observer dal naturale48, alors que l’audience des principes naturalistes appliqués à l’étude du genre humain et le poids du référentiel national allaient croissant. Tirant parti de cet intérêt général pour la caractérisation des types, corrélée à la fortune du thème dans les arts figuratifs, certains Bohémiens intégrèrent à leur économie domestique l’activité de modèle vivant49. Ainsi, plusieurs familles manouches établies dans les Vosges furent initiées au commerce de la pose par les membres de l’école artistique active à Metz, et en particulier par Laurent-Charles Maréchal, son chef de file, dont la réputation dépassait largement les frontières nationales. Franz Liszt, qui prétendit restituer l’essence d’un esprit proprement tsigane dans son essai intitulé Des Bohémiens et de leur musique en Hongrie, y louait l’aptitude remarquable de l’artiste messin à comprendre et à reproduire avec « autant de vérité le sentiment bohémien et sa poésie » : « on rencontre parmi ces pages […] des têtes où l’on voit la nature prise sur le fait et qu’on dirait d’après des individus arrivés d’hier en Europe, tant elles portent le cachet des races indiennes50 ».

  • 51 Bataillard, 1867a, 1117.
  • 52 Édouard Manet, Le Vieux musicien, 1862, huile sur toile, 187,4 x 248,2 cm, Washington, National Ga (...)

19Dès les années 1840, la famille manouche des Landauer, connue selon Bataillard de « presque tous les artistes de Paris, peintres ou sculpteurs51 » s’établit dans cette ville, que l’effervescence économique et culturelle rendait singulièrement attractive. Sous le Second Empire, Madeleine Landauer y fit brillamment carrière en tant que modèle, posant notamment pour le compte de Mathilde Bonaparte. À son image, Jean Lagrène, autre Manouche originaire des Vosges, figurait parmi les modèles les plus réputés du Second Empire, prêtant ses traits au Vieux Musicien d’Édouard Manet, ou posant dans l’atelier d’Henri Lehmann pour l’exécution de L’Arrivée de Sarah chez les parents du jeune Tobie (1866). Une étude liée à cette œuvre disparue, le représentant, nous est parvenue52 (document 3).

  • 53 Manchester Central Library, Bataillard Collection (désormais MCL, BC), Boîte 9, note rédigée en dé (...)
  • 54 Le savant et le modèle avaient été mis en relation par Celina, artiste dont l’atelier situé rue de (...)

20Au début des années 1860, la famille de Joseph Reinhard s’établit à Paris. Reinhard avait autrefois posé pour le compte de Maréchal53. Informé par Jean Lagrène54 que les Landauer, qu’il avait connus dans les années 1840, demeuraient rue des Épinettes, Bataillard entreprit de leur rendre visite le 18 décembre 1864. Son projet le conduisit aux confins des Batignolles, non loin de la barrière de Clichy. Il n’y trouva pas les Bohémiens recherchés, mais un marchand proche l’orienta vers le passage Compoin, où il les croyait résider, de sorte que le savant y rencontra la famille réunie autour de Joseph Reinhard :

  • 55 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en décembre 1864.

J’entre dans cette maison […] où je trouve plusieurs hommes et plusieurs enfants, parmi lesquels je reconnais tout de suite des types conformes à ceux que je cherche. […] Je demandai la permission de m’asseoir pour me reposer un instant […] et nous nous mîmes à causer55.

  • 56 Ibid., note rédigée en avril 1865.
  • 57 C’est le vocable employé par Bataillard jusqu’à adopter le terme de « Manouche », par lequel les i (...)
  • 58 MCL, BC, Boîte 9.
  • 59 Ibid.
  • 60 Le père de Broca prit également part à cette visite.

21Profitant de l’accueil favorable que lui réservèrent ses hôtes, l’enquêteur décida de les soumettre à un questionnaire ethnographique plaçant la focale sur leur histoire, leur langue et leurs mœurs. Il consigna précieusement les informations recueillies. Voyant par ailleurs dans cette rencontre l’opportunité d’examiner la physionomie des modèles qui se présentaient à lui, le savant regagna les Batignolles le 21 décembre, en vue de « savoir jusqu’à quel point [Joseph Reinhard et sa famille] se prêteraient à des observations anthropologiques56 ». Il projetait en effet de convier, à cette étude in vivo, ses confrères de la Société d’anthropologie qui en émettraient le désir. Constatant que « des savants, médecins et naturalistes […] voudraient [effectivement] étudier les Sinti57 sous le rapport des formes58 », Bataillard s’employa à préparer l’entrevue avec soin. La date du 2 janvier 1865 fut arrêtée. Muni de gammes de tons et d’instruments de mensurations, le détachement réuni prit la direction du passage Compoin, après que ses membres eurent convergé chez Élie Reclus, lequel résidait square des Batignolles59. Plusieurs membres éminents de la Société – Broca60, Gustave Lagneau, Julien Girard de Rialle et Pruner-Bey – s’étaient joints à Bataillard, ainsi que les frères Reclus (Élie et Élisée) et le journaliste Louis Ulbach, futur conservateur de la Bibliothèque de l’Arsenal. Adolphe Bertillon, indisponible, rendrait ultérieurement visite aux Bohémiens. Lagneau livra un compte rendu de l’épisode dans son Rapport de la Commission permanente de l’anthropologie de la France, lu en séance devant les membres de la Société :

  • 61 Lagneau, 1865b, 355.

Monsieur Paul Bataillard, qui depuis longtemps se livre à l’étude du peuple, généralement errant, désigné en France sous le nom de Bohémiens, nous a fourni l’occasion de voir plusieurs individus provenant de la colonie fixée sur la frontière allemande du canton de Bitch [sic.]. […] La plupart des hommes, femmes et enfants […] paraissent avoir la tête volumineuse, le front bas, la face large, le nez déprimé à sa racine, aquilin sans être long, les cheveux noirs et abondants, les sourcils et les cils très-fournis, les yeux grands, les iris de couleur très-foncée, la peau bistre, le corps bien proportionné, quoique maigre, les pieds et les mains de petites dimensions61.

  • 62 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.
  • 63 Ibid.
  • 64 MCL, BC, Boîte 45, Lettre de Gustave Lagneau à Bataillard, 24 juillet 1865.
  • 65 C’est le terme employé par Broca dans son tableau chromatique.

22En dépit des préparatifs orchestrés par Bataillard, les observations effectuées par les savants étaient restées sommaires62. Le 6 janvier suivant, Broca et le tsiganologue renouvelèrent donc leur déplacement. Dans un premier temps, des soins médicaux furent administrés aux Bohémiens, en particulier à Papobi Reinhard qui souffrait d’un abcès au cou, ouvert par Broca. Pour Bataillard, ils « rempliss[aient] là un devoir d’humanité, […] bien aises aussi de saisir cette occasion de [se] faire bienvenir des Bohémiens63 ». Puis les savants se rendirent chez deux autres Manouches présents à la réunion du 2 janvier, Marguerite Helferich et Jacob Hoffmann, pour effectuer sur eux des mesures anthropométriques approfondies. Broca en consigna méthodiquement les résultats, limitant cependant le compte rendu de ses observations capillaires à la couleur des spécimens examinés64 (document 4). S’appuyant sur le tableau chromatique qu’il avait élaboré, il y assignait un ton à la chevelure des deux sujets considérés : à l’instar de la plupart des Bohémiens auscultés, Jacob Hoffmann se vit attribuer le numéro 48 – « noir parfait » –, et Marguerite Helferich les numéros 48 et 41 – un noir proche de l’« absolu65 ».

« Une mèche de vos cheveux s’il vous plaît ! »

  • 66 Sur ce personnage, voir Chailleu, 1990.
  • 67 MCL, BC, Boîte 45, Notes prises chez M. Reinaud le 5 mars 1864.
  • 68 Ibid.
  • 69 Une recherche postérieure dans les archives permettra de préciser ce point.
  • 70 Voir la mention figurant sur les documents 5 et 6.
  • 71 MCL, BC, Boîte 9. Note rédigée en décembre 1864.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.

23Si Broca se cantonnait là à un diagnostic chromatique, participant du tableau raciologique que ses confrères et lui-même s’appliquaient à dresser, l’examen au microscope devait donc supposément révéler des caractéristiques de race invisibles à l’œil nu. Alors que les recherches menées par Browne et par Pruner-Bey connaissaient un écho grandissant, Léon de Rosny (1837-1914)66, orientaliste de renom, s’employa également à collecter des échantillons capillaires. Ce savant, qui avait fondé la Société d’ethnographie de Paris en 1859 (peu ou prou au moment même où Broca créait la Société d’anthropologie), jugeait également, dans l’esprit du temps, que parmi les caractères distinctifs de races, la chevelure importait singulièrement, au point qu’un individu pouvait être classé par son seul examen67. L’intérêt de cet ethnologue et linguiste pour les Bohémiens tenait probablement à l’ascendance indianiste qu’on leur attribuait. Bataillard promit de lui rapporter des spécimens, ainsi que des modèles à photographier68. Cette déclaration d’intention, dont on ignore les suites69, impliquait de se procurer le matériau considéré. Lors de sa seconde entrevue avec Joseph Reinhard, destinée à préparer la réunion du 2 janvier, le savant préleva plusieurs échantillons capillaires qu’il remit à Pruner-Bey dès le lendemain70. Les physionomies de Mantzili et de Motsa, deux des enfants de Joseph, l’avaient interpellé lors de sa visite précédente. Ils étaient, affirma-t-il, « ce [qu’il avait] vu de plus intéressant comme type bohémien et comme modèle d’art71 ». Il rapporte : « Dès les premiers moments je remarque une petite fille de cinq ans (Motza) assez gentille, qui a une vraie chevelure, de vrais yeux et un vrai teint de petite Bohémienne72 ». Son attention est également retenue par Mantzili : « C’est un jeune garçon de 14 ans, pas grand pour son âge, aux yeux noirs, à l’épaisse chevelure noire, au teint basanné [sic.] mais lisse et mat, avec une très légère teinte rosée sur les joues, à la physionomie aimable et charmante73 ». Le 21 décembre, alors que ses hôtes le convièrent à dîner, il jugea le moment propice pour formuler sa requête :

  • 74 Ibid. Note rédigée en avril 1865.

Je voulais avoir les cheveux de ces Romanitchel [sic.], pour les soumettre à l’examen de M. Pruner-Bey […]. C’est pendant que nous étions à table que je leur en demandai ; le moment était certainement des mieux choisis. [Joseph] Reinhard […] accueillit avec empressement ma demande, mais comme je demandais qq. [sic.] cheveux avec leur racine, il s’en arracha une poignée qui me suffit. Mantzili m’offrit sa tête pour que je lui en coupasse une mèche, et comme Motza faisait sa récalcitrante, son père lui prit d’autorité une mèche superbe (dans laquelle je dois avouer que je trouvais le lendemain quelques petits animaux encore vivants)74.

  • 75 MCL, BC, Boîte 45. Note rédigée le 7 avril 1865.
  • 76 Ibid.

24Les reliquats, conservés par Bataillard, des échantillons qui nous sont parvenus furent associés au nom et à l’âge de chaque Bohémien sollicité – Joseph, Mantzili et Motsa Reinhard, ainsi que Jean Lagrène (documents 5 et 6). À l’instar de la fiche signalétique relative à Jacob Hoffmann, les « notes [du tsiganologue] sur la coloration des yeux, des cheveux et de la peau de quelques-uns des membres de la famille Reinhard75 », prises le 7 avril 1865, associent la mention « 48, noir parfait76 » aux cheveux recueillis sur les têtes de Joseph, Mantzili et Motsa.

  • 77 Ulbach, 1865.

25Les spécimens furent prélevés sur les sujets que le savant jugea les plus typiques, ou sur ceux qui se montrèrent coopératifs. En effet, malgré la réceptivité empressée de Joseph Reinhard, qui lui valut rétribution, la collecte de ces échantillons n’alla pas sans occasionner quelque résistance, dont Ulbach se fit l’écho dans le compte rendu de la réunion qu’il livra pour L’Indépendance belge, sous-titré « Une mèche de vos cheveux s’il vous plaît77 ! ».

La science anthropologique à l’épreuve du consentement

26Dans cet article paru le 21 janvier 1865, le correspondant parisien de ce quotidien établi à Bruxelles relatait le récent « voyage [effectué] au vrai pays de Bohême », parmi ces ressortissants de la « race incompressible » dont le naturel présumé semblait persister à travers les âges. Face aux « nomades », les « civilisés » avaient été « émerveillés de la population étrange, inconnue, asiatique » qui se présentait à eux :

  • 78 Ibid., 2.

Ces hommes, ces femmes, ces enfants nous souria[ient] tous avec des yeux noirs comme du jais, avec des chevelures presque bleues, tant elles avaient de reflet, ces diseurs de bonne aventure […] nous tendaient avec une sorte de mélancolie leurs mains, leurs têtes, pour que nous leur disions leur passé, et peut-être leur avenir aussi78.

  • 79 Ibid.

27Si Ulbach signale que les Bohémiens se prêtèrent complaisamment aux observations opérées par les anthropologues, il relève qu’ils refusèrent toutefois d’être dépossédés d’une mèche de leur chevelure. Or, comme « rien n’est sacré pour un savant, un de ceux-ci alla dans les coins ramasser quelques débris arrachés au peigne, et il nous avoua ensuite sa trouvaille : des cheveux d’un mètre et demi de long ! J’avoue qu’ils justifiaient les vilains propos concernant la propreté des zingaris79 ».

  • 80 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.
  • 81 Ibid., note récapitulant les préparatifs à opérer « pour la visite du 2 janvier 1865 avec plusieur (...)
  • 82 Un non Bohémien. Ce terme (romani) est employé par Bataillard.
  • 83 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.

28Bataillard jugea le compte rendu d’Ulbach assez fidèle, à l’exception de ce passage, que le journaliste avait romancé80. En sollicitant de ses hôtes qu’ils lui remissent un échantillon de leur chevelure, il avait néanmoins essuyé plusieurs protestations et refus, ce qui l’avait conduit à craindre que les Bohémiens rassemblés pussent dédaigner les mesures auxquelles les membres de la Société souhaitaient les soumettre81. Sa demande s’était notamment heurtée à l’hostilité d’un Gâdjo82 présent, « qui traitait avec un grand dédain la science en général et l’étude des races humaines en particulier83 ». Plusieurs membres de la famille, dont l’épouse et une fille de Joseph Reinhard, refusèrent également le prélèvement, ce que Bataillard s’expliqua par le sexe des récalcitrantes, quoiqu’à peine majoritairement féminin, et qu’il interpréta comme l’expression d’une crainte superstitieuse :

  • 84 Ibid.

Je crois avoir quelque part, dans mes anciennes notes, ce renseignement, que pour les femmes ou les filles déshonorées, on ne leur donnait pas la mort, on les défigurait et on leur coupait les cheveux ; sorte de châtiment qui du reste a été d’un usage assez fréquent en divers pays, et qu’on a même appliqué chez nous, si j’ai bonne mémoire, aux Bohémiennes contrevenantes aux édits qui bannissaient leur race. […] la chevelure paraît être pour les Bohémiennes un objet sacré, qui doit rester intact comme l’honneur ; et c’était peut-être là le vrai motif des récalcitrants. À la vérité les vieilles mœurs sont bien entamées, et trop de Bohémiennes aujourd’hui seraient sans chevelure, si l’antique chatiment [sic.] atteignait toutes celles dont la chasteté a subi des atteintes. Mais souvent l’importance du signe survit à la réalité de son objet84.

29Outre le refus opposé par certains de se voir déposséder d’une mèche de leur chevelure, les Bohémiens manifestèrent des réticences d’une autre nature lorsque Bataillard les sollicita pour qu’un opérateur photographique exécutât leur portrait. Le jour où les échantillons capillaires furent prélevés, le savant évoqua en effet sa volonté de les voir « poser d’ensemble », soit nus :

  • 85 Ibid.

Reinhard me dit que pour quelques hommes, ce serait possible, que pour les femmes, il ne fallait pas y penser, et que quant aux enfants, mêmes garçons, c’était délicat, que si Mantzili par exemple, voulait poser nu, il en était libre, mais que s’il en éprouvait de la répugnance, il ne convenait pas à ses parents de l’y forcer85.

  • 86 Ibid.

30En dépit de ce refus partiel, Bataillard voulut profiter de la visite du 2 janvier pour chercher des candidats à la pose, préférant toutefois « ne pas parler de poser nu, surtout pour les femmes » et faire la promesse d’« un beau tableau86 ».

  • 87 Ibid., note rédigée le 20 février 1865.
  • 88 Ibid., note rédigée le 11 avril 1865.
  • 89 Sur ce point, voir Dias, 1994.

31Après que l’accord fut conclu, Franz Pruner-Bey sollicita Jacques-Philippe Potteau pour l’exécution des prises de vues. Cet employé du Muséum, admis en 1862 au sein de la Société française de photographie, avait été chargé de photographier les personnels des ambassades étrangères à Paris. Le 20 février 1865, Bataillard envoya ainsi à son confrère la liste des Bohémiens à photographier, sur laquelle figuraient entre autres les noms de Joseph, Mantzili et Motsa Reinhard, de Jacob Hoffmann et de Marguerite Helferich, ainsi que de Jean Lagrène87. Pour leur peine, les Bohémiens souhaitaient être rétribués le prix d’une séance de pose entière, soit cinq francs, ce que Pruner-Bey garantit à Bataillard88. Tirés sur papier albuminé et contrecollés sur une feuille cartonnée, les clichés qui nous sont parvenus sont accompagnés d’une légende – brève fiche signalétique écrite de la main de Potteau. Chaque modèle fut portraituré de face et de profil. Juxtaposées, ces épreuves relèvent d’une codification visuelle dont la conformité aux exigences formulées par Broca n’est que partielle puisque les modèles, vêtus – et non nus –, ne sont pas photographiés en pied89. Dans ses Instructions, le fondateur de la Société, qui plaidait pour une approche utilitaire du médium photographique, énonçait en effet le modus operandi suivant, à appliquer aussi scrupuleusement que possible :

  • 90 Broca, 1864c, 6.

On reproduira par la photographie : 1) des têtes nues qui devront toujours, sans exception, être prises exactement de face ou de profil […] ; 2) des portraits en pied, pris exactement de face, le sujet debout, nu autant que possible, et les bras pendant de chaque côté du corps. […] S’il s’agit d’un portrait en pied, il suffira d’indiquer la taille des sujets90.

32Il s’agissait là de fixer les types par l’image, et de rendre leur comparaison et leur exploitation par le savant de cabinet possibles, en standardisant la production de l’image photographique, dont le caractère mécanique devait idéalement évacuer toute forme de subjectivité.

Esquisser le programme de la tsiganologie

  • 91 MCL, BC, Boîte 6, « Les Bohémiens hongrois en Occident, et particulièrement en France. 2e partie »
  • 92 Ibid.
  • 93 Ibid.
  • 94 Ibid.
  • 95 MCL, BC, Boîte 11, Jacques-Philippe Potteau, Portrait de Satyendra Nath Tagore. Tagore est égaleme (...)

33Face à la diversité des types observables au sein du genre humain, Bataillard souligna, à la fin des années 1860, la difficulté du programme que s’étaient fixé les naturalistes. Or, « le passage des types généraux aux types générateurs et historiquement primordiaux » eut beau être « délicat et quelque peu arbitraire », il croyait néanmoins en la possibilité d’« asseoir l’anthropologie sur des bases réelles, […] généalogiques91 » : « réunir beaucoup d’observations individuelles et précises, en […] ayant soin de vérifier à quel groupe appartient chaque sujet, […] c’est ainsi qu’on fondera l’anthropologie bohémienne92 ». Dans cette perspective, le savant s’employa à produire l’inventaire des différents types qui constituaient supposément la race bohémienne, esquissant des instructions spécialement affectées à la collecte d’informations qui lui étaient relatives. Sans parvenir à dessiner les contours d’une classification stable, le tsiganologue en vint toutefois à distinguer plusieurs canons au sein de la population considérée, concluant de cette diversité manifeste que « les trois grands types anthropologiques [l’éthiopique, le mongolique et le caucasique] se combinent en des rapports très variables parmi les races humaines ». Le « beau type » bohémien, hérité des tribus aborigènes de l’Inde – lesquelles conjuguaient une morphologie « parfaitement caucasique à une couleur parfaitement noire93 » –, se caractérisait notamment par « les cheveux noirs comme jais très abondants [et] le système pileux en général assez développé94 ». Poursuivant les recherches en ce sens, Bataillard acquit les portraits que Potteau avait exécutés de Satyendra Nath Tagore, premier Indien à avoir intégré, sur concours, l’Imperial Civil Service95 (document 7). Lors de la visite rendue, le 2 janvier 1865, aux Bohémiens originaires des Vosges, ses confrères et lui-même pensèrent ainsi identifier en Jacob Hoffmann, qui retint singulièrement l’attention de la communauté savante, le digne descendant de ce type. La rencontre avec Hoffmann, Français d’état civil né en Alsace, inspira à Ulbach une description située à l’interface du propos savant et de la projection esthétique :

  • 96 Ulbach, 1865, 2.

Nous étions là en face d’un intéressant problème. Il est hors de doute que toute cette famille, qui se croit alsacienne et […] qui garde avec une fidélité scrupuleuse la langue de la patrie perdue, vient de l’Inde. On dirait qu’elle en arrive à l’instant même. […] La pureté du type, admirable, surtout chez les enfants, nous jetait en extase. Un homme de 29 ans environ, qui tenait sa guitare à la main, avait tout à fait l’air d’un prince des Mille et une nuits […]. Sa barbe soyeuse, ses yeux dont la prunelle noire rend toute comparaison superflue, ses cheveux, son nez aquilin, ses lèvres orientales, ses mains longues, menues, comme on en trouve dans les peintures de l’Inde, tout faisait regretter qu’on ne pût l’affubler d’un costume de rajah96.

  • 97 Anonyme, « L’autorité faisait rechercher activement une association de malfaiteurs appartenant à l (...)

34Faisant écho au récit d’Ulbach, un contributeur du Journal des débats politiques et littéraires, rapportant un fait divers relatif à quelques membres de la famille Reinhard, appuyait pour sa part que « la plupart de ces bohémiens ont conservé le type originaire de leur race ; l’un d’eux […] offrirait, nous dit-on, une assez grande ressemblance avec les élégans [sic.] portraits de ces rajahs indous [sic.] que dessinait Victor Jacquemont97 ».

  • 98 MCL, BC, Boîte 7, « Observations anthropologiques et les types ethnologiques ».
  • 99 Ibid.
  • 100 MCL, BC, Boîte 6, « Les Bohémiens hongrois en Occident, et particulièrement en France. 2e partie »

35Moins orthodoxe que Broca, lequel, jugeant les artistes coupables de subjectivité, les disqualifiait de la science anthropologique, Bataillard estimait que « toute personne douée d’un certain esprit de précision […] p[ouvait], […] en étudiant les Instructions générales pour les recherches anthropologiques publiées par la Société […], en se procurant quelques instruments fort simples et peu coûteux, et en s’exerçant sur une tête vivante, sur un crâne ou sur une tête artificielle quelconque, acquérir des notions suffisantes pour produire une série d’observations précieuses98 ». Ainsi, « les remarques faites à l’œil par un artiste, un savant, un médecin quelconque […] p[ouvaient] même ajouter aux constatations scientifiques certains traits intéressants que le compas et l’équerre ne sauraient donner99 ». Car quand bien même les « caractères distinctifs puisés dans les traditions, dans la langue, dans les coutumes, concorderaient peu avec les différences anthropologiques […], elles pourraient conserver encore une valeur historique, dont il y aurait à tenir compte100 ».

36Ainsi, le tsiganologue sacrifiait à un certain œcuménisme scientifique, convaincu que pour livrer des résultats convaincants, l’enquête ethnogénique à laquelle ses pairs et lui-même se livraient requérait la complémentarité d’expertises relevant de chapelles parfois rivales, au premier rang desquelles figuraient les sciences historiques, ainsi que les différentes branches de l’anthropologie, en particulier physique et philologique.

L’éclectisme savant à l’appui de l’ascendance indianiste ?

  • 101 Bataillard, 1867b.

37Dans un discours de facture quasi incantatoire consacré à « la religion, la morale et l’art au point de vue anthropologique101 », que Bataillard prononça à l’adresse de ses pairs réunis en séance, le savant prévenait :

  • 102 Ibid., 492.

Nous devons nous garder d’écarter comme extra-scientifique tel grand côté de la nature humaine, par le simple motif que les facultés ou les sentiments dont il s’agit ne sont pas susceptibles d’engendrer une science positive. Oui certainement, il y a dans l’homme autre chose que des éléments scientifiques ; et toutes les fois qu’on voudra soumettre à la méthode scientifique un ordre de choses qui ne s’y prête pas, réduire, par exemple, en formules scientifiques l’art, ou la morale, ou la religion, on entrera dans une fausse voie102.

  • 103 Ibid., 498.
  • 104 Ibid., 493.
  • 105 Ibid.

38Bataillard considérait en effet que, « quand il s’agit de comprendre le passé, il faut apporter dans cette tâche des préoccupations d’historien, et non de théoricien systématique103 ». Répondant à Dally, auteur du susmentionné mémoire relatif à la « chevelure comme caractéristique des races humaines » et ardent défenseur de la prééminence de l’anthropologie physique sur les autres rameaux de la discipline, le tsiganologue appelait donc de ses vœux une concertation sur le traitement qu’il convenait de réserver à « ces matières », se demandant « si nous devons leur accorder une place légitime dans nos appréciations historico-scientifiques104 » et estimant « qu’il est de première importance de tâcher de nous entendre une fois pour toutes à ce sujet105 ».

  • 106 Voir Blanckaert, 2007.
  • 107 Pruner-Bey, 1864a.

39Ses travaux, peu communs dans le champ de la « science des Tsiganes », se signalaient par un éclectisme notoire. Bataillard n’était ni naturaliste ni linguiste de formation, mais, conjuguée à son parcours de chartiste, sa curiosité des choses savantes ouvrait la voie à une œuvre originale, tout en le rendant fortement tributaire de spécialistes plus autorisés. Aux premières heures de la science anthropologique, qui devait progressivement offrir un cadre scientifique et institutionnel à l’étude des populations tsiganes, l’enquête ethnogénique entreprise par l’Europe savante fut marquée par la primauté de la philologie et de la linguistique. Même si leur autorité déclina avec le tournant physique de l’anthropologie opéré dans les années 1860106, leur allant ne marqua le pas que modérément. Il se trouvait encore des anthropologistes consacrés par les institutions, à l’instar de Pruner-Bey, pour concilier les méthodes. Dans ses « Questions relatives à l’anthropologie générale107 », les considérations sur « le langage comme caractère anthropologique et l’importance de la linguistique pour l’ethnologie » côtoyaient les observations consacrées à « la coloration de la peau chez l’homme » ou à « l’unité de la race arienne au point de vue anatomique ».

  • 108 Pruner-Bey, 1862, 241.
  • 109 Pruner-Bey, 1864a, 129.

40Le médecin était animé de longue date par cet intérêt pour la langue, ce dont il avait déjà rendu compte devant les membres de la Société. En 1862, il y avait plaidé pour les services substantiels que la linguistique pouvait rendre à l’anthropologie, rappelant notamment qu’« elle nous a appris que nous venons des Hindous108 ». Sur le plan zoologique, le langage était la propriété exclusive et différenciatrice du genre humain, Sur celui de l’anthropologie, la comparaison des variantes linguistiques, « psychomètre qui fournit un jugement sans appel sur les qualités inhérentes à l’esprit humain109 », pourvoyait également des indications généalogiques de premier ordre. Ainsi, ce champ de la science anthropologique avait révélé la parenté des langues dites « ariennes » – parmi lesquelles on dénombrait le romani –, dont la proximité du vocabulaire et de la grammaire attestaient une souche commune.

  • 110 Balbi, 1826 ; Pott, 1844-1845.
  • 111 Bataillard, 1875.
  • 112 Ibid., 548. Selon cette thèse, les Djatt, transportés du Nord-Est de l’Inde « par les conquérants (...)
  • 113 Ibid.
  • 114 Ibid.
  • 115 Ibid., 547-548.

41Accréditée par les études philologiques récentes, dont celles, notoires, d’Adriano Balbi (1782-1848) et d’August Friedrich Pott (1802-1887)110, la thèse d’une filiation indianiste, que l’on retrouve déjà chez Grellmann, gagna progressivement en audience au point de constituer un lieu commun à partir des années 1860. Bataillard connaissait les travaux de ces ethnographes de renom, ce dont témoignent ses notes de travail, sa correspondance et sa bibliothèque. Mais pour autant que la parenté entre Tsiganes modernes et « Hindous », qu’une migration progressive de l’Inde vers l’Europe occidentale expliquait, fît consensus parmi les tsiganologues contemporains de culture philologique – à l’instar de l’Autrichien Franz Miklosich (1813-1891), de l’Ottoman Alexander Paspati (1814-1891) ou de l’Italien Graziadio Isaia Ascoli (1829-1907) –, le savant, faisant dès lors cavalier seul, en vint peu à peu à nuancer sa position sur les origines de la population considérée, ce dont rend compte la communication qu’il donna en novembre 1875111, résumé d’un article qu’il venait de faire paraître dans la Revue critique. « Sans contester que les Bohémiens aient primitivement habité l’Inde, comme le prouvent leur langue et quelques autres indices, ni qu’ils puissent être de la même famille que les Djatt112 », auxquels il était « vraisemblable » qu’ils eussent partie liée, « l’identification proposée [entre ces deux populations] ne p[ouvait] être que partielle [et] s’appliquer qu’à une portion infime de la race bohémienne113 ». En effet, les Djatt, adonnés à des « occupations étrangères à la généralité des Bohémiens114 » ne pouvaient avoir « enfanté une race qui se distingue par trois occupations principales, le travail des métaux, la divination et la musique, et […] emploie avec beaucoup d’habileté des procédés primitifs datant certainement d’une très haute-antiquité115 ». Aussi, et parce que les « époques de pleine lumière historique », n’apportaient en la matière aucun titre indiscutable de généalogie, leur présence en Europe comme dans l’Asie mineure, le Caucase et les îles de la Méditerranée orientale devait remonter à « de[s] temps immémoria[ux] ». Pour preuve de cette thèse également soutenue par Vivien de Saint-Martin dans son Mémoire sur la géographie ancienne du Caucase (1847), Bataillard invoquait les récits d’Homère et d’Hérodote, qui mentionnaient respectivement les ancêtres des Tsiganes modernes par les ethnonymes de « Sinti » et de « Sigynes ». Ainsi, les Bohémiens n’étaient pas nouveaux venus en Europe…

  • 116 Dont une collection d’épreuves confiée par le savant polonais Izydor Kopernicki. À son sujet, voir (...)
  • 117 Voir Topinard, 1879.
  • 118 Voir par exemple la communication de Bloch, 1906.

42En 1878, lorsque Gabriel de Mortillet, figure de proue en France des études préhistoriques, présida à l’organisation d’une exposition internationale des sciences anthropologiques (mise en œuvre dans le cadre de la troisième Exposition universelle organisée à Paris), Paul Bataillard ajouta aux sources éclectiques de son enquête un ensemble d’objets métalliques fondus par des Roms kaldérash de Hongrie et des zlotars de Galicie orientale, convaincu que les Bohémiens, qui comptaient parmi eux de nombreux forgerons, avaient pu contribuer à répandre le bronze et le cuivre au gré de leurs migrations. Ces productions, exposées aux côtés d’autres artefacts – gravures, lithographies et photographies116 représentant les types tsiganes de diverses contrées –, devaient idéalement administrer la preuve d’une filiation entre passé, présent et avenir. La même année, une collection de cheveux européens était exposée dans la galerie d’anthropologie du Trocadéro117. Les Bulletins et Mémoires postérieurs de la Société d’anthropologie de Paris témoignent que les études trichographiques sollicitèrent durablement l’attention de l’assistance scientifique118.

En guise de conclusion : la systématique contrariée ?

43Postulant que tous les ressortissants de la « nation errante » appartenaient bien à une race d’existence séculaire, les savants intéressés aux populations réunies sous l’ethnonyme de Bohémiens tentèrent donc d’en établir les caractères distinctifs, codifiant strictement les méthodes de collecte pour que le matériau prélevé, notamment des échantillons capillaires, pût parler de lui-même. Or, la quête objectivée de l’archétype bohémien se heurtait à plusieurs écueils, au premier rang desquels la diversité manifeste que présentaient les membres de la population considérée. Il s’agit alors de dessiner les contours d’une typologie bohémienne qui pût en quelque sorte historiciser la nature, sans que la persistance d’une origine, et donc d’un devenir commun, fût démentie.

  • 119 Voir Asséo, 2008.

44Pour autant que l’enquête ethnogénique révélât l’appartenance des Bohémiens au creuset indo-aryen, cette filiation ne leur fut néanmoins d’aucun secours lorsque les politiques de disqualification initiées dès le tournant du siècle suivant mirent au pas l’émerveillement et la valorisation du cosmopolitisme, puisant leur légitimité dans une science des races plus complice que coupable. Détonnant avec cette ascendance noble, les mœurs supposées dissolues des membres de la « nation errante », dont le nomadisme atavique et consubstantiel constituait un ferment d’instabilité, induisirent un « malentendu généalogique » que l’association des Bohémiens à une caste indienne inférieure devait dissiper119.

Haut de page

Bibliographie

Sources non imprimées

Manchester Central Library, Bataillard Collection, Boîtes 6, 7, 9, 11, 15, 30, 45, 57, 60.

Bibliothèque nationale de France, Portrait-carte de visite de Paul Bataillard, 1871, annoté de la main du savant en 1883.

Sources imprimées

Asséo, H., 2008, « Un cosmopolitisme inavouable. Les Bohémiens dans le préromantisme européen », dans Moussa, S. (dir.), Le mythe des Bohémiens dans la littérature et les arts en Europe, Paris, L’Harmattan, p. 83-104.

Asséo, H., 2011-2012, « Izydor Kopernicki et les Roms de la Galicie polonaise », Études tsiganes, 48-49, p. 140-147.

Asséo, H., 2016, « Des Bohémiens européens et de leurs savants à l’époque des Lumières », dans Jeudy-Bellini, M. (dir.), Le monde en mélanges : textes offerts à Maurice Godelier, Paris, CNRS Éditions, p. 383-403.

Balbi, A., 1826, Introduction à l’atlas ethnographique du globe ou classification des peuples anciens et modernes d’après leurs langues, Paris, Rey et Gravier.

Bataillard, P., 1867a, « Les Bohémiens ou Tsiganes à Paris », Paris-guide, par les principaux écrivains et artistes de la France, 2, Paris, Librairie internationale, p. 1107-1123.

Bataillard, P., 1867b, « Sur la religion, la morale et l’art au point de vue anthropologique », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, II, p. 491-507.

Bataillard, P., 1875, « Sur les origines des Bohémiens ou Tsiganes », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 2e série, X, p. 546-557.

Beddoe, J., 1861, « Sur la couleur des yeux et des cheveux des Irlandais », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, II, p. 562-566.

Beddoe, J., 1882, « Sur la couleur des cheveux et des yeux dans la France du Nord et dans la France du centre », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3e série, V, p. 146-163.

Blanckaert, C., 1987, « “Les vicissitudes de l’angle facial” et les débuts de la crâniométrie », Revue de synthèse, 3-4, p. 417-453.

Blanckaert, C., 1989, « L’indice céphalique et l’ethnogénie européenne : A. Retzius, P. Broca, F. Pruner-Bey (1840-1870) », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Nouvelle série, 1, p. 165-202.

Blanckaert, C., 2007, « Un fil d’Ariane dans le labyrinthe des origines… Langues, races et classification ethnologique au xixe siècle », Revue d’histoire des sciences humaines, 17, p. 137-171.

Blanckaert, C., 2009, De la race à l’évolution : Paul Broca et l’anthropologie française, 1850-1900, Paris, L’Harmattan.

Blanckaert, C. (dir.), 2013, La Vénus hottentote : entre Barnum et Muséum, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle.

Bloch, A., 1906, « Couleur des cheveux et des yeux de 12 015 Françaises. Taille de 11704 Françaises et de 491 étrangères (prostituées), d’après le Dr Parent-Duchatelet », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 5e série, VII, p. 11-24.

Blumenbach, J. F., 1793, Decas Altera Collectionis Suae Craniorum Diversarum Gentium Illustrata, Göttingen, Joann. Christ. Dieterich.

Bonté, L.-A., 1864a, « Sur la chevelure comme moyen de reconnaître les races humaines », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 464-482.

Bonté, L.-A., 1864b, « Sur la chevelure (en réponse à M. Pruner-Bey) », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 723-730.

Broca, P., 1864a, « Tableau chromatique de la chevelure et de la peau », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 138-140.

Broca, P., 1864b, « Tableau chromatique des yeux, de la peau et des cheveux pour les observations anthropologiques », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 767-773.

Broca, P., 1865 [1864], Instructions générales pour les recherches et observations anthropologiques (anatomie, physiologie), Paris, Victor Masson et Fils.

Chailleu, L., 1990, « La Revue orientale et américaine (1858-1879) : ethnographie, orientalisme et américanisme au xixe siècle », L’Ethnographie, 107, p. 89-107.

Dally, E., 1875, De la chevelure comme caractéristique des races humaines, Paris, Secrétariat de l’Association française pour l’avancement des sciences.

Dias, N., 1994, « Photographier et mesurer : les portraits anthropologiques », Romantisme, 84, p. 37-49.

Grellmann, H. M. G., 1783, Die Zigeuner, ein historischer Versuch über die Lebensart und Verfassung, Sitten und Schicksale dieses Volks in Europa, nebst ihrem Ursprung, Dessau und Leipzig.

Grellmann, H. M. G., 1810, Histoire des Bohémiens ou Tableau des mœurs, usages et coutumes de ce peuple nomade suivie de recherches historiques sur leur origine, leur langage et leur première apparition en Europe, Paris, J. Chaumerot.

La Bedollière (de), É., « Le Modèle », Les Français peints par eux-mêmes, II (1840), Paris, L. Curmer, p. 1-8.

Lagneau, G., 1865a, « Sur les recherches de M. Beddoe sur la coloration des cheveux et des yeux chez les habitants du Calvados », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, VI, p. 507-511

Lagneau, G., 1865b, « Rapport de la Commission permanente de l’anthropologie de la France », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 6, p. 332-361.

Lethève, J., 1968, La vie quotidienne des artistes au xixe siècle, Paris, Hachette.

Liszt, F., 1999 [1859], Des Bohémiens et de leur musique en Hongrie, Paris, Marval.

McCracken Peck, R., 2018, Specimens of Hair: The Curious Collection of Peter A. Browne, New York, Blast Books.

Meyer, S., 2018, « Des itinéraires confluents : artistes, savants et modèles bohémiens en France, 1830-1870 », dans About, I. et Bordigoni, M. (dir.), Présences tsiganes : enquêtes et expériences dans les archives, Paris, Le Cavalier bleu, p. 265-287.

Pott, A. F., 1844-1845, Die Zigeuner in Europa und Asien : Ethnographisch-linguistische Untersuchung, vornehmlich ihrer Herkunft und Sprache nach Gedruckten und Ungedruckten Quellen, 2 v., Halle, E. Heynemann.

Pruner-Bey, F., 1862, « Sur la linguistique », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, 3, p. 238-242 et 365-371.

Pruner-Bey, F., 1859-1863, « Résultats de crâniométrie », Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, I, p. 417-432.

Pruner-Bey, F., 1863, « De la chevelure comme caractéristique des races humaines d’après des recherches microscopiques », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, IV, p. 161-163.

Pruner-Bey, F., 1864-1865, « De la chevelure comme caractéristique des races humaines d’après des recherches microscopiques », Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 2, p. 1-35.

Pruner-Bey, F., 1864a, « Questions relatives à l’anthropologie générale », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 64-135.

Pruner-Bey, F., 1864b, « Sur la chevelure comme caractère de la race », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 526-533.

Pruner-Bey, F., 1864c, « Réplique à M. Bonté sur la chevelure », Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, V, p. 778-780.

Pruner-Bey, F., 1867-1869, « Deuxième série d’observations microscopiques sur la chevelure », Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, III, p. 77-103.

Topinard, P., 1879, « Sur une collection de cheveux européens exposée dans la galerie d’anthropologie du Trocadéro », Bulletins de la Société française d’anthropologie, 3e série, II, p. 39-44.

Ulbach, L., 1865 (21 janvier), « Un voyage au vrai pays de Bohême », L’Indépendance belge, p. 2-3.

Waller, S. S., 2006, The Invention of the Mode : Artists and Models in Paris, 1830-1870, Aldershot, Ashgate.

Wartelle, J.-C., 2004, « La Société d’Anthropologie de Paris de 1859 à 1920 », Revue d’histoire des sciences humaines, 10, p. 125-171.

Haut de page

Notes

1 Pruner-Bey, 1864-1865, 32.

2 C’est ainsi que Bataillard définit l’objet de ses travaux sur le portrait-carte de visite qu’il adressa en 1883 à la Société de géographie, dont il était membre. Ce portrait, conservé à la Bibliothèque nationale de France, est consultable sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8450092p/f1.item.

3 Alors divisé en « races » distinctes, selon les monogénistes pour lesquels l’humanité descendait d’un ancêtre commun, ou en « espèces », selon les polygénistes qui croyaient en l’existence de souches humaines multiples.

4 Citons néanmoins la monographie récente de Robert McCracken Peck, concentrée sur Peter A. Browne et l’American School d’anthropologie : McCracken Peck, 2018.

5 Eugène Dally (1833-1887), médecin de profession, participa activement à animer les discussions de la Société d’anthropologie de Paris dont il était membre.

6 En 1874, le Congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences se tint à Lille. La communication de Dally, tenue durant la séance du 22 août, a fait l’objet d’un tirage : Dally, 1875.

7 Contrairement aux termes « Bohémien » et « Tsigane », qui remontent respectivement à l’Ancien Régime et au xixe siècle et désignent de manière générique l’ensemble des populations appartenant à la « nation » homogène identifiée comme telle par les savants du xviiie et du xixe siècles, le terme « Manouche », qui relève de l’auto-désignation, s’emploie principalement en Allemagne, dans le Nord de la France et en Belgique.

8 Voir l’illustration et l’expertise qu’il en a données dans Blumenbach, 1793, 2-4.

9 Grellmann, 1783.

10 Grellmann, 1810.

11 Asséo, 2016, 391.

12 Grellmann, 1810, 1.

13 Voir l’étude que Robert McCracken Peck a consacrée à cette collection : McCracken Peck, 2018.

14 Sur cette instance de sociabilité savante très influente dans son domaine, au xixe siècle, voir Wartelle, 2004.

15 Le tableau et les commentaires associés qu’il adressa furent publiés : Beddoe, 1861. Beddoe produisit également des recherches similaires relatives à la France (voir Lagneau, 1865a et Beddoe, 1882).

16 Pruner-Bey, 1864-1865, 3. Parmi les contributeurs, le savant mentionne également E. Rousseau, de Montagu, Antoine d’Abbadie, l’abbé Domenech et Émile Duhousset.

17 Pruner-Bey, 1864a et 1859-1863.

18 Sur la question de la craniologie, voir Blanckaert, 1987 et 1989.

19 Pruner-Bey, 1864-1865.

20 Pruner-Bey, 1863, 161.

21 Pruner-Bey, 1864-1865, 15. Saartjie Baartman, surnommée la Vénus hottentote, fit l’objet de nombreuses recherches anthropologiques, en raison notamment de la stéatopygie qu’elle présentait. Voir à ce sujet Blanckaert, 2013.

22 Pruner-Bey, 1864-1865, 32.

23 Ibid.

24 Bonté, 1864a, 480.

25 Ibid., 467. En italique dans le texte.

26 Ibid., 473.

27 Ibid., 476.

28 Originaires de Munich, les frères Schlagintweit, passionnés d’histoire naturelle, entreprirent plusieurs expéditions en Asie où ils collectèrent un important matériau anthropologique.

29 Pruner-Bey mentionne par ailleurs les noms de Davis, Bertrand, Duhousset, Dhercourt, Schnepp, Furnari, Prophanti et Fischer.

30 Pruner-Bey, 1867-1869, 94.

31 Ibid.

32 Broca, 1865 [1864], 55.

33 Sur ce personnage, voir Blanckaert, 2009.

34 Bonté, 1864a, 479.

35 Dally, 1875, 1.

36 Broca, 1864a, 2.

37 Ibid., 3.

38 Ibid., 18.

39 Broca, 1864a, 139.

40 Ibid.

41 Broca, 1864c, 18.

42 Ibid., 56-59.

43 Sa première publication conséquente sur le sujet, intitulée De l’Apparition et de la dispersion des Bohémiens en Europe, remonte à 1844, et inaugure une série de travaux parus jusque dans les années 1890. Je consacre actuellement ma thèse de doctorat à l’enquête savante menée par ce personnage.

44 Ce fonds se compose d’une soixantaine de boites et d’un ensemble d’ouvrages acquis en 1895.

45 Divers documents, conservés dans les boîtes numérotées 5, 9 et 45, relatent cet épisode.

46 Sur la question de la pose en atelier à Paris, entre 1830 et 1870, voir Waller, 2006.

47 Voir Lethève, 1968, 80.

48 L’imagerie et la littérature du xixe siècle rendirent compte de l’émergence du « type » caractéristique du modèle, dont Émile de la Bedollière livra sa lecture dans Les Français peints par eux-mêmes : La Bedollière, 1840.

49 Voir Meyer, 2018.

50 Liszt, 1999 [1859], 158-159.

51 Bataillard, 1867a, 1117.

52 Édouard Manet, Le Vieux musicien, 1862, huile sur toile, 187,4 x 248,2 cm, Washington, National Gallery of Art ; Henri Lehmann, Étude pour le père de Tobie, huile sur panneau, 13,5 x 19 cm, Coll. part. L’Arrivée de Sarah chez les parents du jeune Tobie fut reproduite par le graveur Louis-Adolphe Salmon dans La Gazette des Beaux-Arts : voir Marie-Madeleine Aubrun, Henri Lehmann 1814-1882. Catalogue raisonné de l’œuvre, vol. 2, 1984, Nantes, Les Amis de Henri Lehmann, 126.

53 Manchester Central Library, Bataillard Collection (désormais MCL, BC), Boîte 9, note rédigée en décembre 1864.

54 Le savant et le modèle avaient été mis en relation par Celina, artiste dont l’atelier situé rue de Rochechouart était ponctuellement fréquenté par Lagrène.

55 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en décembre 1864.

56 Ibid., note rédigée en avril 1865.

57 C’est le vocable employé par Bataillard jusqu’à adopter le terme de « Manouche », par lequel les individus dont il est question s’auto-désignaient.

58 MCL, BC, Boîte 9.

59 Ibid.

60 Le père de Broca prit également part à cette visite.

61 Lagneau, 1865b, 355.

62 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.

63 Ibid.

64 MCL, BC, Boîte 45, Lettre de Gustave Lagneau à Bataillard, 24 juillet 1865.

65 C’est le terme employé par Broca dans son tableau chromatique.

66 Sur ce personnage, voir Chailleu, 1990.

67 MCL, BC, Boîte 45, Notes prises chez M. Reinaud le 5 mars 1864.

68 Ibid.

69 Une recherche postérieure dans les archives permettra de préciser ce point.

70 Voir la mention figurant sur les documents 5 et 6.

71 MCL, BC, Boîte 9. Note rédigée en décembre 1864.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Ibid. Note rédigée en avril 1865.

75 MCL, BC, Boîte 45. Note rédigée le 7 avril 1865.

76 Ibid.

77 Ulbach, 1865.

78 Ibid., 2.

79 Ibid.

80 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.

81 Ibid., note récapitulant les préparatifs à opérer « pour la visite du 2 janvier 1865 avec plusieurs membres de la Société d’anthropologie ».

82 Un non Bohémien. Ce terme (romani) est employé par Bataillard.

83 MCL, BC, Boîte 9, note rédigée en avril 1865.

84 Ibid.

85 Ibid.

86 Ibid.

87 Ibid., note rédigée le 20 février 1865.

88 Ibid., note rédigée le 11 avril 1865.

89 Sur ce point, voir Dias, 1994.

90 Broca, 1864c, 6.

91 MCL, BC, Boîte 6, « Les Bohémiens hongrois en Occident, et particulièrement en France. 2e partie ».

92 Ibid.

93 Ibid.

94 Ibid.

95 MCL, BC, Boîte 11, Jacques-Philippe Potteau, Portrait de Satyendra Nath Tagore. Tagore est également connu pour ses travaux linguistiques, ses compositions littéraires et musicales, et sa contribution à l’émancipation féminine.

96 Ulbach, 1865, 2.

97 Anonyme, « L’autorité faisait rechercher activement une association de malfaiteurs appartenant à la fameuse tribu des Tziganes ou Zingari », Journal des débats politiques et littéraires, 20 février 1866, p. 4.

98 MCL, BC, Boîte 7, « Observations anthropologiques et les types ethnologiques ».

99 Ibid.

100 MCL, BC, Boîte 6, « Les Bohémiens hongrois en Occident, et particulièrement en France. 2e partie ».

101 Bataillard, 1867b.

102 Ibid., 492.

103 Ibid., 498.

104 Ibid., 493.

105 Ibid.

106 Voir Blanckaert, 2007.

107 Pruner-Bey, 1864a.

108 Pruner-Bey, 1862, 241.

109 Pruner-Bey, 1864a, 129.

110 Balbi, 1826 ; Pott, 1844-1845.

111 Bataillard, 1875.

112 Ibid., 548. Selon cette thèse, les Djatt, transportés du Nord-Est de l’Inde « par les conquérants arabes du septième au neuvième siècle de notre ère », auraient poursuivi leur progression jusqu’à atteindre, au début du xve siècle, l’Ouest du continent.

113 Ibid.

114 Ibid.

115 Ibid., 547-548.

116 Dont une collection d’épreuves confiée par le savant polonais Izydor Kopernicki. À son sujet, voir Asséo, 2011-2012.

117 Voir Topinard, 1879.

118 Voir par exemple la communication de Bloch, 1906.

119 Voir Asséo, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Meyer, « « C’est ainsi qu’on fondera l’anthropologie bohémienne ». Enquête ethnogénique et éclectisme savant au xixe siècle »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 151-174.

Référence électronique

Sébastien Meyer, « « C’est ainsi qu’on fondera l’anthropologie bohémienne ». Enquête ethnogénique et éclectisme savant au xixe siècle »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 23 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4799 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4799

Haut de page

Auteur

Sébastien Meyer

EHESS, Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search