Navigation – Plan du site
Débats, chantiers et livres

Théodule Ribot, Revue philosophique de la France et de l’étranger

Stéphan Soulié
p. 255-264
Référence(s) :

Théodule Ribot, Revue philosophique de la France et de l’étranger, 4, octobre-décembre 2016, Jacqueline Carroy, Wolf Feuerhahn, Régine Plas, Thibaud Trochu (dir.), p. 451-594

Texte intégral

1L’équipe du Centre Alexandre-Koyré a saisi l’occasion du centenaire de la disparition de Théodule Ribot (1839-1916), philosophe et fondateur de la « psychologie scientifique française » pour lui consacrer un dossier dans la revue fondée par lui en 1876. L’opportunisme commémoratif, auquel personne n’échappe, pourrait éveiller le soupçon pour qui considère que l’histoire intellectuelle verse trop souvent, même lorsqu’elle s’en défend, dans l’hagiographie, le procès en réhabilitation ou en canonisation et, de façon plus discrète, dans la reconstruction téléologique à l’excès, des continuités et filiations. L’article liminaire sur « les entreprises intellectuelles » de Ribot prend soin de déminer collectivement l’entreprise commémorative. Le centenaire de Ribot ? « On pourrait se moquer de ce non-événement » écrivent avec distance les quatre auteurs (Jacqueline Carroy, Régine Plas, Thibaud Trochu, Wolf Feuerhahn) avant de préciser qu’il ne s’agit ni de « réhabiliter une figure injustement oubliée ni de sacrifier au culte de la figure tutélaire de la Revue » (p. 451).

2La postérité du philosophe et psychologue n’est d’ailleurs pas au centre du dossier, même s’il s’ouvre sur cette question en proposant quelques repères : l’œuvre de Ribot a occupé une place importante dans le champ des études philosophiques et psychologiques jusqu’au centenaire de sa naissance avant de tomber très largement dans l’oubli après la Seconde Guerre mondiale. Ce cadrage chronologique s’appuie notamment sur le décompte des éditions successives des ouvrages de Ribot. Le relatif regain d’actualité dont il bénéficie ses dernières années a été entrepris du côté de la « psychologie cognitive », autour notamment de Serge Nicolas. Les textes constitutifs du dossier offrent quelques aperçus sur la portée de l’œuvre de Ribot sur la longue durée : à ceux que l’on peut considérer comme des continuateurs immédiats (Pierre Janet et Georges Dumas) s’opposent les artisans d’une mémoire très critique (Georges Canguilhem). Les éléments apportés sur l’histoire de la réception posthume de l’œuvre de Ribot et sur les mutations intellectuelles et institutionnelles qui lui sont sous-jacentes font néanmoins regretter l’absence d’une étude plus détaillée qui aurait été sans doute éclairante.

  • 1   Une première approche, sociologique, du rôle de Ribot dans l’institutionnalisation de la psycholo (...)

3Le dossier s’attache surtout à comprendre l’œuvre de Ribot dans le contexte de son élaboration et, d’une certaine manière, à éclairer en retour celui-ci à travers la trajectoire intellectuelle du psychologue. Il apporte ainsi une contribution à la reconstitution des conditions de développement et d’institutionnalisation de la psychologie durant les quatre premières décennies de la Troisième République (entre 1870 et 1914) mais également à l’étude du champ philosophique. Il ne s’agit ni d’une histoire « sympathique » ni d’une histoire critique au sens agonistique du terme mais d’un travail d’investigation soucieux d’inscrire l’œuvre dans son temps en la rapportant à des configurations et des matrices intellectuelles qu’elle contribua elle-même à transformer. Cette démarche imposait d’articuler l’étude de la pensée de l’auteur à la mise en lumière de ses pratiques et de ses stratégies intellectuelles (celle du producteur, du médiateur, de l’homme de pouvoir1).

4La sobriété du titre du recueil (« Théodule Ribot ») pourrait étonner : les études n’ont pas été rassemblées autour d’un sous-titre conférant une unité et une cohérence problématique au dossier. Ce choix peut s’expliquer par la volonté d’éclairer les différentes facettes du personnage sans le réduire à l’une d’entre elles. Et dans les pages de la Revue philosophique, il était difficile de ne voir dans le personnage qu’un fondateur de la psychologie scientifique. L’ouverture du dossier témoigne sans doute d’une méfiance, légitime, à l’égard des reconstitutions a posteriori, des taxinomies simplificatrices plaquées sur la réalité passée. À l’historien des sciences, il revient peut-être moins de forger des « étiquettes » que d’analyser la production des « étiquetages savants », ainsi que nous y invite Wolf Feuerhahn dans l’un des articles du volume. Cette manière d’aborder l’histoire des savoirs permet de mettre au jour des enjeux indissociablement conceptuels, institutionnels et symboliques, à condition de ne pas enfermer l’auteur dans son texte et de faire place à l’étude des représentations croisées de l’altérité intellectuelle, des controverses et des compromis dans le cadre d’une histoire intellectuelle qui n’est pas seulement conceptuelle mais également sociale et culturelle, ce qui implique la mobilisation d’un corpus de sources diversifié (intégrant des correspondances, des documents issus des archives des institutions de savoirs).

  • 2   Les auteurs ne manquent pas de renvoyer à la précieuse bibliographie intégrale de Ribot constitué (...)

5Le fascicule constitue un outil de travail précieux formé de trois parties : six études sur l’œuvre de Ribot ; des « notes et documents » rassemblant une partie de sa correspondance, précédée d’un article introductif intitulé « Autoportraits de Théodule Ribot en correspondant » ; enfin, les « références bibliographiques2 » du dossier.

  • 3   Vincent Guillin évoquait, dans un article publié en 2014, une « positivisme » ambigu (« Théodule’ (...)

6L’article liminaire sur « les entreprises intellectuelles de Théodule Ribot » rédigé à quatre mains est davantage qu’une introduction. Après avoir évoqué la postérité de l’œuvre du philosophe et psychologue, il retrace l’itinéraire singulier de ce Breton, fils de pharmacien qui, contraint à travailler par son père, démissionne pour préparer avec succès le concours de l’École normale supérieure puis l’agrégation de philosophie. Ribot, qui n’aime ni l’enseignement secondaire ni la province, obtient un « congé d’inactivité » en 1872, deux ans après la publication de son premier livre sur La psychologie anglaise contemporaine. Il achève la rédaction de sa thèse, conjugue culture livresque et acquisition de connaissances pratiques en suivant des cours de physiologie et de médecine, ceux de Charcot notamment, à la Salpêtrière. L’article analyse ensuite la manière dont Ribot s’inscrit dans le champ des « sciences de l’homme » dans les années 1880-1890, nuançant fortement son « positivisme3 ». Ribot semble en effet déjouer l’opposition tranchée entre « spiritualistes » et « positivistes » : critique à l’égard des deux postures, il entend « échapper à l’alternative entre approche subjective et approche objective ». Du point de vue de la méthode, il fait ainsi droit, dans une certaine mesure, à la démarche introspective (familière aux « spiritualistes ») tout en défendant « l’esprit positif » qui privilégie l’observation extérieure et en s’affirmant « évolutionniste ». Ribot penche tout de même nettement du côté du « positif » jusque dans la critique des dérives manifestées par le positivisme dogmatique lorsque celui-ci prétend s’ériger en système universel d’intelligibilité. C’est d’ailleurs sans doute moins pour « l’esprit » que le positivisme de Ribot constitue une menace que pour la légitimité de la métaphysique comme domaine de recherche. La défiance du psychologue à l’égard des généralités abstraites (qu’elles soient ou non adossées à des faits d’observation) le détourne de toute identification simpliste à l’un des deux points de vue opposés : « spiritualiste » ou « matérialiste ».

7La quatrième partie de l’article est consacrée à la thèse de 1873 sur l’hérédité qui porte la marque de l’influence de Spencer. Selon Ribot, la loi d’hérédité fixe dans la « race » des variations d’ordre psychologique. L’évolution n’est pas nécessairement synonyme de progrès : Ribot croit à la décadence et à l’inégalité des races. La thèse de la supériorité de la « race blanche » à laquelle il souscrit est inscrite par les auteurs dans son contexte et présentée comme une « remarquable illustration du racialisme de l’époque » (p. 457). Tout discours scientifique est en effet informé par des représentations inscrites dans une réalité socioculturelle : les représentations racialistes de Ribot se nourrissent ainsi d’une documentation (récits de missionnaires et de voyageurs) qu’il mobilise sans l’exigence et les outils critiques qui sont les nôtres. La soutenance de la thèse sur l’hérédité, annoncée comme une provocation antispiritualiste (par les relations qu’elle établit entre le « physique » et le « moral ») n’entraînera pas le scandale attendu semble-t-il par Ribot lui-même. Celui-ci enregistre même le soutien d’un « spiritualiste influent », Paul Janet, qui aurait vu en lui « un représentant modéré d’un nouvel esprit positif et un adversaire du positivisme comtien » avec lequel il était possible de s’allier : ce développement bien venu offre un bel exemple d’une forme de diplomatie culturelle et de realpolitik intellectuelle.

  • 4   Le dossier renvoie aux différentes études existant sur le périodique.

8Les auteurs reviennent ensuite de façon synthétique sur la Revue philosophique, entreprise intellectuelle majeure étroitement liée à la stratégie de développement de la psychologie4. Compte tenu du poids de la philosophie dans la vie intellectuelle, le devenir de la psychologie scientifique semble dépendre de la visibilité et de la légitimité qu’elle peut gagner à l’intérieur même du champ philosophique. L’itinéraire de Ribot n’est donc pas un itinéraire de rupture avec la philosophie. On serait tenté d’expliciter ainsi la stratégie de Ribot directeur de revue : en tant qu’entrepreneur et médiateur intellectuel, Ribot offrait aux membres de la communauté philosophique universitaire non seulement un outil, des services mais également des débouchés précieux pour leurs travaux, ce qui lui permettait de s’assurer, en retour, la reconnaissance de la légitimité des travaux de psychologie publiés dans la revue. La stratégie d’ouverture de la Revue philosophique (qui lui permet de jouer un rôle important dans l’organisation de la communauté philosophique selon une exigence scientifique qui tranche avec les conceptions littéraires et rhétoriques de la discipline) est ainsi au service de l’institutionnalisation de la psychologie « positive ». On peut comprendre l’inquiétude qu’a pu susciter la naissance d’une revue concurrente en 1893 (la Revue de métaphysique et de morale) qui mettait fin à une sorte de « monopole ». En réalité, le « marché » philosophique était suffisamment développé dès la fin du siècle pour rendre possible la cohabitation de deux grandes revues académiques dont le vivier de contributeurs était en partie commun. La fonction de la Revue philosophique dans la vie intellectuelle amène donc à nuancer fortement l’idée d’une autonomisation de la psychologie, d’une séparation du tronc philosophique (il est par ailleurs rappelé dans le dossier que les continuateurs de Ribot, Pierre Janet et Georges Dumas, ont été comme leur aîné, agrégés de philosophie).

  • 5Les maladies de la mémoire (1881), Les maladies de la volonté (1883), Les maladies de la personna (...)

9L’article retrace enfin le développement en deux temps de la psychologie de Ribot. Le premier est celui des travaux de psychologie pathologique des années 18805. Cette psychologie scientifique physiologique fondée sur une base « biologique » et « corporelle » mais peu expérimentale se fonde sur des faits collectés dans les « bibliothèques médicales » et les « hôpitaux » et non sur des expériences construites en laboratoires. Le caractère très livresque de « l’esprit positif » qui souffle sur les jeunes disciplines apparaît à nouveau ici : c’est encore largement à partir d’une documentation de seconde main que s’élabore la science. L’orientation de la psychologie pathologique de Ribot est rappelée : phénomènes normaux et phénomènes pathologiques n’apparaissent pas différents en nature ; les documents collectés sur les seconds permettent donc d’éclairer les premiers. Le second moment de l’œuvre de Ribot est celui de l’affirmation d’une psychologie de l’affectivité qui peut être en partie interprétée comme une réponse à la critique fin de siècle de la science (celle de P. Bourget, Le disciple, 1889), au thème de la « banqueroute de la science » (Brunetière, 1895). La psychologie des sentiments (1896) élaborée par Ribot, qui prend une tournure plus expérimentale en s’appuyant sur des questionnaires, des entretiens individuels et une revalorisation de l’introspection, connaîtra davantage de succès que la psychologie philosophique dont Frédéric Rauh fut un des tenants à la fin du siècle et dont la veine survivra au xxe siècle (chez Politzer et Canguilhem notamment).

10C’est à la compréhension de ce second moment de l’œuvre, celui des années 1890, que le deuxième article du dossier apporte une contribution. Régine Plas montre ce que la psychologie des sentiments, de l’affectivité doit à la lecture de Schopenhauer. À partir des années 1890, Ribot semble en effet opérer un retour à la pensée du philosophe allemand à laquelle il avait consacré en 1874 une étude respectée (rééditée pas moins de quatorze fois jusqu’en 1925). De la morale de Schopenhauer, Ribot retient l’affirmation du « primat de la Volonté sur l’intellect » (p. 472), plus tard reformulé comme l’« antériorité de la vie affective sur la vie intellectuelle, dont elle constitue le soubassement ». Schopenhauer sert ainsi de point d’appui à la thèse « physiologiste » de Ribot selon laquelle les états affectifs trouvent leur origine dans les besoins et les instincts (sexuels notamment), donc dans l’organisme. En affirmant l’hétérogénéité entre vie affective et vie intellectuelle, cette thèse s’oppose à la théorie « intellectualiste » (les « sentiments » ne correspondent pas à un état intellectuel plus ou moins confus). Elle conduit Ribot à distinguer la logique des sentiments de la logique rationnelle. S’élabore dans le cadre de cette psychologie de l’affectivité une théorie de l’inconscient qui, très physiologique au départ, admet progressivement la réalité d’une dimension psychologique moins strictement reliée à l’organisme individuel.

  • 6   Selon le titre de la chaire occupée par Ribot à la Sorbonne.

11L’article de Wolf Feuerhahn (« De la Sorbonne au Collège de France, enjeux du titre des chaires de Ribot ») n’est pas seulement riche d’enseignements sur la trajectoire de Ribot et sur sa position dans le champ philosophique. Il offre également une belle leçon de méthode : en proposant de « considérer l’histoire des savoirs sous le prisme des étiquetages savants » (p. 477), il invite à prendre en considération ce que l’on pourrait appeler les stratégies taxinomiques des acteurs de la vie intellectuelle et savante. Ces derniers élaborent en effet une géographie des positions intellectuelles en produisant des « étiquettes intellectuelles » qui permettent de s’auto-désigner collectivement et de désigner l’altérité philosophique. Ces étiquetages savants sont au cœur des stratégies institutionnelles et des dynamiques de reconfiguration d’un champ du savoir. Ils sont en cela révélateurs des enjeux épistémologiques et des ressorts de la controverse. C’est ce que manifeste très efficacement cette étude de cas consacrée à Ribot. En 1885, c’est un cours complémentaire de « psychologie expérimentale » qui est créé pour lui à la Sorbonne à l’initiative de Louis Liard. Pourtant, dans sa leçon d’ouverture, Ribot défend une « psychologie sans épithète » qui ne serait « plus appelée ni nouvelle, ni physiologique, ni biologique, ni expérimentale » (p. 479), mettant ainsi à distance l’étiquette « positiviste » et rejetant l’opposition artificielle entre « spiritualisme » et « matérialisme ». Deux ans plus tard, la transformation d’une chaire du Collège de France en chaire de psychologie donne lieu à une discussion serrée : le titre finalement retenu (« psychologie expérimentale et comparée ») est le résultat d’un compromis entre les défenseurs de la candidature de Ribot (Renan notamment) qui souhaitent tirer la psychologie du côté des sciences en lui accolant l’épithète « expérimentale6 » et, de l’autre, les tenants du spiritualisme favorables à la « psychologie comparée » qui renvoie, dans le contexte français, à la comparaison entre l’homme et l’animal pour mieux souligner ce qui les distingue. Dans les faits, Ribot, une fois titulaire de la chaire, détournera l’expression « comparée » en l’interprétant selon la signification anglo-saxonne à peu près inverse !

  • 7   Martin Staum, Nature and Nurture in French Social Sciences, 1859-1914 and Beyond, Kingston/Montré (...)

12L’article de Vincent Guillin (« Mill, Ribot et la science du caractère ») montre dans quelle mesure Ribot a contribué à la réception de l’éthologie (ou « science des lois de la formation du caractère ») de John Stuart Mill tout en s’en écartant. L’œuvre de Mill a servi de « caution méthodologique » à son « positivisme ambigu » en rupture avec l’anti-introspectionnisme comtien. Ribot a par ailleurs souscrit à la théorie associationniste de Mill, qui lui paraissait la plus à même de rendre compte des phénomènes mentaux. Il s’est d’autre part appuyé sur son phénoménisme pour rejeter toute philosophie du moi substantiel. Enfin, le VIe Livre du Système de logique de Mill pose les bases méthodologiques d’une « science des caractères » à partir desquelles Ribot va tracer son propre sillon pour s’éloigner finalement de l’éthologie millienne. Ses conceptions biologisantes le distinguent en effet de la conception environnementaliste défendue par le psychologue anglais. L’éthologie « artificialiste » et « réformiste » de Mill insiste sur le rôle de l’environnement – au sens social et culturel du terme, dans la formation du caractère, sur la plasticité de celui-ci et sur la capacité de l’individu à le transformer. Selon une conception « physiologique » voire « mécaniste » de l’éthologie, Ribot insiste davantage sur la fixité du caractère qu’il enracine dans ses conditions biologiques. Vincent Guillin souligne, à la suite de Martin Staum7, la nécessité d’inscrire cette réflexion éthologique dans des débats du temps, à la résonance très politique, sur les rapports entre « nature » et « culture ». Mais, un soubassement proprement idéologique de l’intervention de Ribot dans cette controverse scientifique semble difficile à circonscrire.

  • 8   Georges Vigarello, Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, xvie-xxe siècles, Par (...)

13L’œuvre de Ribot est révélatrice de la place grandissante accordée au « corps » dans la psychologie au xixe siècle. C’est ce que Georges Vigarello, historien des représentations du corps et des pratiques corporelles, auteur d’un livre sur la perception du corps8, souligne dans un article sur « Ribot et le sens du corps ». Dans le prolongement des travaux de physiologie et de pathologie du xixe siècle, l’attention plus grande accordée au corps s’inscrit dans une dynamique de transformation de la psychologie qui privilégie l’objectivation, « l’observation extérieure », à l’« introspection ». G. Vigarello résume ainsi cette évolution : « l’enjeu de la conscience s’efface ; celui du corps s’affirme » (p. 501). Le fonctionnement corporel devient objet de psychologie et avec lui, c’est une vision renouvelée de « l’unité du moi » reposant sur « l’unité physique de l’organisme » qui s’impose. La psychologie rend compte d’une forme de « conscience organique » du « sens interne », le « sens du corps », qui modifie la conception de l’identité du moi et du processus d’individuation. La psychologie pathologique entend ainsi éclairer le fonctionnement normal du psychisme : en effet, les modifications pathologiques de la perception par les sujets de leur corps (par exemple, quand des sujets ne perçoivent plus leurs membres) entraînent une transformation de la perception de leur personne. De ces réflexions, il résulte l’affirmation que la « sensation organique » est première dans le processus d’individuation, qu’elle est constitutive du moi. Se définit ainsi une forme d’espace intérieur qui intègre le corps comme « représentation » : la conscience ne peut plus s’envisager sans la présence du corps. Ce « sens du corps » serait à l’origine des notions de « schéma corporel » ou d’« image du corps » dans la psychologie du xxe siècle (p. 508). On le voit : cette psychologie physiologique s’écarte, ainsi que l’écrit G. Vigarello, du « je pense donc je suis » (p. 502).

14L’article de Jacqueline Carroy (« Psychologie des sentiments et mémoire affective, de Ribot à Proust ») revient ensuite sur la « psychologie affective » développée dans les années 1890. Dans La psychologie des sentiments, Ribot affirme la primauté de l’affectivité dans la vie psychologique sous le signe de la « tendance ». L’un des intérêts de l’article est de montrer que le pouvoir de séduction de cette psychologie concrète dépasse les frontières du monde scientifique pour croiser les préoccupations littéraires et artistiques du temps et toucher plus largement le grand public par l’importance qu’elle accorde au corps et aux émotions, par son ouverture à une psychologie des passions, par sa conception de la mémoire affective (une des sources d’inspiration de la Recherche du temps perdu). La recherche « d’états affectifs purs » (c’est-à-dire « vide de tout élément intellectuel ») conduit Ribot « à adopter “sans restriction aucune” la loi de James-Lange (vulgarisée par G. Dumas) selon laquelle l’émotion est une expression périphérique du corps qui précède la représentation psychologique ou cérébrale ». Cette recherche de l’affectivité pure rejoint certaines expériences contemporaines dans le domaine musical et dans la poésie symboliste qui privilégient « l’émotion nue ». Ce moment de l’œuvre de Ribot est par ailleurs marqué par un renouvellement des méthodes : le psychologue participe à la mode des « questionnaires » d’origine anglo-saxonne, accorde du crédit aux témoignages littéraires, aux introspections comme documents (celle par exemple du poète Sully-Prudhomme revivant une expérience amoureuse de jeunesse). J. -Carroy souligne les limites du caractère expérimental de la psychologie de Ribot qui fut « expérimentaliste » mais ni « thérapeute », ni « clinicien », ni même à proprement parler « expérimentateur » (il est rappelé qu’il déclina la direction du laboratoire de psychologie physiologique de l’École pratique des hautes études).

  • 9   Les originaux de ces lettres ont sans doute disparu en 1972 avec R. Lenoir.

15Dans leur présentation de la cinquantaine de lettres publiées dans le fascicule, Wolf Feuerhahn et Thibaud Trochu reviennent sur les vertus et les limites de l’usage des correspondances en histoire des sciences. Ils soulignent la variété des formes de présentation de soi offertes par les lettres selon leurs statuts et leurs destinataires. Les documents présentés ont été réunis au terme d’une véritable enquête menée par les maîtres d’œuvre du dossier, enquête qui conclut malheureusement à la très probable disparition de la majeure partie de la correspondance de Ribot. Les archives du psychologue ont sans doute été détruites et, de la riche correspondance active de Ribot avec son ami Espinas, il ne reste, outre trois lettres conservées à la Bibliothèque Victor-Cousin, que la publication partielle, tronquée voire faussée, proposée par l’obscur Raymond Lenoir dans la Revue philosophique entre 1957 et 1975, publication que W. Feuerhahn et T. Trochu n’hésitent pas à qualifier de « sabotage » (p. 538)9. La correspondance réunie dans ce volume, très largement inédite, provient de différents fonds. Elle met en évidence « plusieurs faces du scripteur et la pluralité de ses engagements » (p. 521), permettant aux auteurs de la présentation d’esquisser une série « d’autoportraits de Théodule Ribot en correspondant » : le « pourfendeur du spiritualisme universitaire » ; l’« agrégé de philosophie qui cherche à échapper à la province » ; l’« aspirant philosophe » en quête d’une situation ; « l’imitateur » (lettres à Renouvier et surtout à Taine) ; « l’introducteur et l’interlocuteur de la science étrangère » ; le « faiseur de carrières » ; « l’aîné distant » (à l’égard du jeune Xavier Léon, fondateur en 1893 de la Revue de métaphysique et de morale) ou encore « le directeur de revue en quête de contributeurs ». Ce kaléidoscope épistolaire invite à la prudence : on ne saurait considérer ce type de source comme le réceptacle d’une « parole brute » nous disent à raison W. Feuerhahn et T. Trochu. Il serait imprudent de chercher la vérité de Ribot dans l’une de ses figures : les correspondances offrent plusieurs points de vue sur sa personnalité et en montrent ainsi toute la complexité.

  • 10   Sur le thème de la « crise du champ philosophique », voir notamment Jean–Louis Fabiani, Les philo (...)
  • 11   Dans le cas de Durkheim, voir Jean-Louis Fabiani, « Clore l’ère des généralités », dans Émile Dur (...)
  • 12   C’est l’une des finalités explicitement assignées en 1893 à la Revue de métaphysique et de morale(...)
  • 13   Lettre à Renouvier, du 17 février 1872, p. 548 ; lettre à Lionel Dauriac du 15 septembre 1879, p. (...)

16C’est donc un dossier riche et varié, soucieux de préciser et d’élargir le corpus ribotien, qui est proposé au lecteur. Il éclaire l’entreprise ribotienne de fondation et d’institutionnalisation de la psychologie dans ses relations avec la philosophie, offrant de ce point de vue une belle contribution à la reconstitution du champ philosophique au tournant du siècle ainsi que des enjeux qui sous-tendent sa reconfiguration (voir sa « crise10 »). Les auteurs, on l’a vu, invitent à nuancer l’opposition entre le « positivisme ambigu » de Ribot et le « spiritualisme ». Ces nuances s’appliquent peut-être mieux aux années 1890 qu’aux années 1870 à un moment où la posture agonistique est sans doute moins nécessaire pour Ribot et où les contours du « spiritualisme » ainsi que ses significations religieuses et politiques se sont transformés. On pourrait sans doute préciser encore les transformations des relations de Ribot avec cette figure initiale de l’altérité philosophique en les rapportant aux transformations du champ philosophique et à la part que le psychologue et fondateur de la Revue philosophique y a prise. Dans les années 1890, Ribot incarne bien toujours une menace, à la fois intellectuelle et institutionnelle, aux yeux des défenseurs de la « philosophie proprement dite », fidèles à une certaine tradition « métaphysique ». C’est le cas des jeunes fondateurs de la Revue de métaphysique et de morale qui ne représentent pas le spiritualisme « poussiéreux », et encore très marqué par l’influence de Victor Cousin, de la génération précédente. On pourrait établir ici une forme de parallèle entre les positions de Ribot et de Durkheim (son cadet de vingt ans) dans la vie intellectuelle de la fin du xixe siècle. Le « fondateur de la psychologie scientifique française » et le « fondateur de l’école française de sociologie », tous deux agrégés de philosophie sont demeurés au cœur du champ philosophique tout en posant les fondements d’une « science positive » autonome. Dans les deux cas, le geste de fondation s’est accompagné d’une posture critique et de la volonté inégalement explicitée de renouveler voire de refonder la philosophie. Ce qui est alors en jeu c’est notamment la rupture avec l’esprit de « généralité11 » en philosophie, rupture qui provoque en retour un tir de barrage des métaphysiciens contre l’esprit de « spécialité » des défenseurs de « l’esprit positif »12. La correspondance de Ribot publiée dans ce volume offre quelques échos explicites de cette exigence de rupture13. D’autres « mots » que le mot « spiritualisme » pourraient davantage être convoqués et analysés pour rendre compte du jeu sémantique par lequel les clivages philosophiques se dessinent : le mot « intellectualisme », par exemple, croisé en quelques rares occurrences dans le dossier, mériterait peut-être une attention particulière. Il est parfois en effet revendiqué par les adversaires de Ribot pour renvoyer à la représentation de l’activité intellectuelle réfléchie, de la raison organisatrice et législatrice comme foyer central de la vie de l’esprit opposée à la radicalité des propositions « physiologistes ».

  • 14   Une lettre de Ribot à Tarde en 1890 publié dans le recueil (p. 568-569) aggrave cette frustration (...)

17Ce sont moins des lacunes que des prolongements ou des pistes de réflexion que nous indiquerons pour conclure. Tout d’abord, le souci de situer l’œuvre de Ribot dans son contexte invite à approfondir l’étude de la réception au-delà des cercles étroits des majores universitaires, à privilégier l’approche par les controverses, la « dispute » intellectuelle afin de souligner les matrices problématiques communes à partir desquelles se singularisent les trajectoires individuelles. Dans cette perspective, une plus grande place peut être faite au média revue qui s’inscrit dans une temporalité différente de celles des ouvrages marquants jalonnant une œuvre et qui révèle de façon parfois plus immédiate les logiques collectives. Malheureusement, la disparition de l’essentiel de la correspondance de Ribot nous prive d’un accès privilégié aux coulisses de la fabrication de la Revue philosophique14 comme lieu de pouvoir, de circulation, de légitimation, de validation du savoir. Mais l’étude du contenu du périodique sans hiérarchisation a priori des textes, doit permettre de rendre compte de l’intervention d’acteurs « secondaires », du jeu des alliances et des nuances au sein d’une communauté philosophique et scientifique qui ne peut être réduite aux « chefs d’école ». Une autre direction de recherche pourrait être l’exploration du soubassement, de la signification et de l’horizon politiques (et plus largement axiologiques) de l’œuvre du Ribot. Cette facette du personnage semble largement se dérober au regard de l’historien. La correspondance avec Espinas, peu mobilisée dans le dossier, livre bien quelques éléments, notamment sur la susceptibilité du professeur de philosophie à l’égard du cléricalisme provincial à la fin du Second Empire et pendant la période de l’ordre moral ; elle laisse également entrevoir son peu de sympathie pour la Commune. Mais dans l’ensemble, il semble exister peu de traces probantes d’un engagement ou d’une affiliation politique affirmée sinon assumée. Dans le moment démopédique républicain de la fin du xixe siècle, c’est peut-être dans la manière dont la psychologie de Ribot a pu être engagée dans la réflexion sur « l’éducation morale » qu’il faudrait rechercher les éléments d’une articulation, consciente ou non, entre le projet scientifique et son horizon de réception politique.

Haut de page

Notes

1   Une première approche, sociologique, du rôle de Ribot dans l’institutionnalisation de la psychologie en France avait été proposée en 1998 par Laurent Mucchielli : « Aux origines de la psychologie universitaire en France (1870-1900) : enjeux intellectuels, contexte politique, réseaux et stratégies d’alliance autour de la Revue philosophique de Théodule Ribot », Annals of Science, 55/3, 1998, p. 263-289.

2   Les auteurs ne manquent pas de renvoyer à la précieuse bibliographie intégrale de Ribot constituée par Serge Nicolas en 2000. Voir Serge Nicolas et David J. Murray, « Le fondateur de la psychologie “scientifique” française : Théodule Ribot (1839-1916) », Psychologie et histoire, 1, 2000, p. 1-42, en ligne : https://sites.google.com/site/psychologieethistoire/autresrevuesd'histoire2 (consulté le 27 août 2017).

3   Vincent Guillin évoquait, dans un article publié en 2014, une « positivisme » ambigu (« Théodule’s Ribot’s Ambiguous Positivism: Philosophical and Epistemological Strategies in the Founding of French Scientific Psychology », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 40/2, 2014, p. 165-181).

4   Le dossier renvoie aux différentes études existant sur le périodique.

5Les maladies de la mémoire (1881), Les maladies de la volonté (1883), Les maladies de la personnalité (1885).

6   Selon le titre de la chaire occupée par Ribot à la Sorbonne.

7   Martin Staum, Nature and Nurture in French Social Sciences, 1859-1914 and Beyond, Kingston/Montréal, Ithaca/Mc Gill-Queen’s University Press, 2011.

8   Georges Vigarello, Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps, xvie-xxe siècles, Paris, Seuil, 2014.

9   Les originaux de ces lettres ont sans doute disparu en 1972 avec R. Lenoir.

10   Sur le thème de la « crise du champ philosophique », voir notamment Jean–Louis Fabiani, Les philosophes de la République, Paris, Éditions de Minuit, 1988.

11   Dans le cas de Durkheim, voir Jean-Louis Fabiani, « Clore l’ère des généralités », dans Émile Durkheim, L’évaluation en comité : textes et rapports de souscription au Comité des travaux historiques et scientifiques, 1903-1917, édités et présentés par Stéphane Baciocchi et Jennifer Mergy, Oxford/New York, Durkheim Press/Berghahn Books, 2003, p. 174 et suiv.

12   C’est l’une des finalités explicitement assignées en 1893 à la Revue de métaphysique et de morale par l’un de ses fondateurs, Elie Halévy.

13   Lettre à Renouvier, du 17 février 1872, p. 548 ; lettre à Lionel Dauriac du 15 septembre 1879, p. 558.

14   Une lettre de Ribot à Tarde en 1890 publié dans le recueil (p. 568-569) aggrave cette frustration : son auteur y présente une statistique des lettres reçues pour la revue par trimestre durant les quinze premières années du périodique, témoignage extraordinaire pour les historiens de l’entreprise revuiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphan Soulié, « Théodule Ribot, Revue philosophique de la France et de l’étranger », Revue d’histoire des sciences humaines, 31 | 2017, 255-264.

Référence électronique

Stéphan Soulié, « Théodule Ribot, Revue philosophique de la France et de l’étranger », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 31 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/482

Haut de page

Auteur

Stéphan Soulié

Centre européen des études républicaines (CEDRE) et Centre d’histoire sociale du xxe siècle (CHS, UMR 8058)

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals