Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Débats, chantiers et livresTraduire les sciences humaines et...

Débats, chantiers et livres

Traduire les sciences humaines et sociales : retour sur des enquêtes sociologiques et regards sur les pratiques en Israël et dans le monde arabe

Entretien de Wolf Feuerhahn et Olivier Orain avec Richard Jacquemond et Gisèle Sapiro
Translating the humanities and social sciences: another look at sociological studies, and considerations on practice in Israel and the Arab world
Richard Jacquemond et Gisèle Sapiro
p. 223-234

Texte intégral

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : Merci beaucoup à tous deux d’avoir accepté de répondre à nos questions. Vous avez développé depuis le début des années 2000 d’importants programmes de recherche sociologique sur les institutions, les acteurs et les pratiques de la traduction. Votre intérêt ne portait pas seulement sur les traductions littéraires, mais, et c’est ce point qui nous intéresse, la traduction des sciences humaines et sociales (SHS). Pourriez-vous tout d’abord nous rappeler l’intention de vos projets, la méthodologie choisie ainsi que les résultats obtenus ?

  • 1 Actes de la recherche en sciences sociales, 144, 2002, Traductions : les échanges littéraires inte (...)
  • 2 Gisèle Sapiro et Ioana Popa, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales e (...)
  • 3 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation: Book Translations as a Cultural World System (...)
  • 4 Gisèle Sapiro, « Translation and the field of publishing. A commentary on Pierre Bourdieu’s “A con (...)
  • 5 Gisèle Sapiro (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, (...)
  • 6 Gisèle Sapiro (dir.), Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Roya (...)
  • 7 Gisèle Sapiro, « Quels facteurs favorisent la traduction des livres de sciences humaines ? Le cas (...)
  • 8 Gisèle Sapiro, « Chapitre I : Les grandes tendances du marché de la traduction », dans Bernard Ban (...)

Gisèle Sapiro : Pendant mes études de Bachelor of Arts de littérature comparée et de philosophie, au cours desquelles j’avais été initiée à la traductologie, j’avais eu une première expérience de traduction de textes de sciences humaines, parallèlement à la traduction littéraire. J’ai par la suite aussi révisé des traductions. Après la publication de mon premier livre en 1999, je me suis naturellement intéressée à la sociologie de la traduction, domaine qui émergeait à l’époque. J’ai d’abord mené en coopération avec des collègues de l’Université de Tel-Aviv une enquête sur les traductions de la littérature hébraïque moderne en français, qui combinait une base de données que j’avais constituée, des entretiens avec des « importateurs » (traducteurs et éditeurs), ainsi qu’une étude de la réception dans la presse. En septembre 2001, j’ai organisé, avec Johan Heilbron, une journée d’étude sur la traduction comme vecteur des échanges littéraires internationaux, qui a donné lieu à un numéro des Actes de la recherche en sciences sociales paru en 20021. J’ai obtenu en 2004 une action concertée incitative du ministère de la Recherche pour une étude sur le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation. Dans ce cadre, j’ai développé avec mon équipe une méthodologie d’analyse quantitative fondée sur des extractions de la base de données bibliographiques Electre pour les traductions en français à partir de onze langues (anglais, allemand, italien, espagnol, russe, polonais, tchèque, roumain, hongrois, suédois, hébreu), de 1985 à 2002. Notre enquête portait principalement sur la littérature, mais nous avons aussi analysé les traductions de sciences humaines, auxquelles est consacré un chapitre de Translatio2. Il s’agissait de comprendre quels sont les ouvrages qui circulent, dans quelles disciplines, quels sont les éditeurs qui les importent, qui sont les traducteurs. Nous nous sommes attelés, suivant le modèle élaboré par Johan Heilbron, à décrire les flux de traduction à partir de l’Index Translationum3 (source que nous avons aussi réexploitée), les asymétries des échanges entre les langues et les pays, fondées sur des facteurs non seulement économiques mais aussi politiques et culturels. Mais j’avais aussi introduit la théorie du champ éditorial de Bourdieu pour saisir les logiques propres à l’espace de réception, clivé entre pôle de grande production et pôle de production restreinte : j’ai pu montrer ainsi que la diversité linguistique était beaucoup plus élevée au pôle de production restreinte, alors que le pôle de grande production était dominé par l’anglais4. À la suite de la parution de Translatio, qui a eu un certain écho médiatique et dans la presse spécialisée (Livre Hebdo, Sciences humaines), le Département d’études et prospectives du ministère de la Culture m’a confié une enquête sur les obstacles à la traduction des grandes œuvres en littérature et sciences humaines, qui combinait données quantitatives et entretiens (229) avec des éditeurs, des traducteurs, des représentants étatiques. Nous nous sommes concentrés dans un premier volet sur les traductions du français en anglais (États-Unis et Grande Bretagne), en néerlandais et en portugais (Brésil). Les traductions en français formaient l’autre volet, enrichies de quelques études de cas (sur Norbert Elias, la philosophie analytique, et les philosophies de la justice, notamment Rawls)5. En 2011, j’ai été sollicitée par l’Institut français pour une enquête centrée sur les traductions de sciences humaines du français en anglais (États-Unis et Royaume-Uni) et en espagnol (Argentine). Cette fois aussi, nous avons privilégié la méthode qualitative : 95 entretiens avec des éditeurs, traducteurs, chargés de cession et représentants étatiques, et travaillé sur des archives6. Enfin, dans le cadre du contrat européen International Cooperation in the SSH (Interco-SSH) que j’ai coordonné (FP7 2013-2017), nous avons apuré des bases de données extraites d’Electre concernant les traductions d’ouvrages de sciences humaines en français depuis l’anglais, l’allemand, l’italien, le portugais et l’arabe, et du français dans ces langues, pour la période allant de 2002 à 2016. Les résultats sont en cours d’exploitation. J’ai déjà partiellement exploité les données concernant les circulations entre le français et l’anglais dans un article qui visait à identifier les facteurs favorisant ou entravant la circulation des livres de SHS en traduction. Pour le dire vite, ces facteurs sont : la centralité de la langue d’origine, le capital symbolique de l’éditeur d’origine et de l’éditeur de la traduction, le capital symbolique et autres propriétés de l’auteur (comme le genre – seuls 15 % des ouvrages traduits ont une femme pour auteur, moitié moins qu’en littérature –, l’établissement universitaire de formation et de rattachement), son capital social, les propriétés du livre (taille, thématiques, style), et les chances de financement du projet de traduction (accès à des aides publiques ou privées)7. Un article en cours compare les traductions de l’anglais, de l’allemand et de l’italien en français depuis 1985. J’ai par ailleurs aussi comparé, dans une perspective plus historique, les stratégies éditoriales en matière de traduction à travers les catalogues des collections de sciences humaines : les traductions de sciences humaines et sociales se développent en France à partir des années 1950-1960, elles composent près de la moitié des titres de la collection « Le sens commun » dirigée par Bourdieu chez Minuit à partir de 1965 ; c’est vrai aussi de la « Bibliothèque des sciences humaines » chez Gallimard, contre moins d’un tiers dans « Bibliothèque des histoires »8.

  • 9 Richard Jacquemond (dir.), Auteurs d’expression française traduits en arabe. Bibliographie. Égypte (...)
  • 10 Maguid Toubia, Combat contre la lune, roman suivi de nouvelles, Paris, Lattès (Lettres arabes), 16 (...)
  • 11 Richard Jacquemond, « Translation and Cultural Hegemony: The Case of French-Arabic Translation », (...)

Richard Jacquemond : Mon intérêt pour ces questions est né de ma première expérience professionnelle, alors jeune agrégé d’arabe, comme responsable du programme d’aide à la traduction de la mission culturelle française en Égypte, de 1988 à 1995. Une de mes premières tâches à ce poste a été de recenser les traductions arabes d’ouvrages écrits en français publiées dans le pays, à partir des bibliographies nationales et des catalogues d’éditeurs, dans une base de données que nous avons ensuite publiée9. Parallèlement, j’achetais systématiquement les traductions arabes du français publiées dans d’autres pays (alors principalement Liban, et dans une bien moindre mesure Syrie et Maroc) à la foire du livre annuelle du Caire. En même temps, soucieux de travailler dans une forme de réciprocité, je proposais à des éditeurs français des traductions d’auteurs égyptiens (cela a donné naissance à la collection « Islam et société » à La Découverte, qui a publié entre 1989 et 1995 quatre essais d’auteurs égyptiens), et je poursuivais, à titre personnel, une activité de traducteur littéraire de l’arabe vers le français engagée dans le courant de ma formation d’arabisant (avec une première traduction publiée en 1986 dans la collection « Lettres arabes » éditée par J.-C. Lattès avec le soutien de l’Institut du Monde Arabe10). La recherche sur les échanges et pratiques traductionnelles entre le français et l’arabe que j’ai développée à partir de là est directement issue de et informée par cette expérience11.

Par la suite, je me suis consacré davantage à la sociologie de la littérature avant de revenir à la recherche sur les traductions de et vers l’arabe à laquelle j’ai consacré mon HDR. C’est à ce moment que j’ai découvert les travaux de Pascale Casanova, Johan Heilbron et Gisèle Sapiro qui, tout en portant sur des objets plus larges que ma recherche personnelle, lui étaient tout à fait congruents, tant dans la méthodologie que dans les résultats. J’ai ensuite collaboré au projet « Traduire en Méditerranée » animé par la revue Transeuropéennes et Ghislaine Glasson-Deschaumes, qui a produit l’état des lieux le plus exhaustif et le plus récent des échanges traductionnels entre les langues européennes (dans toute leur diversité) d’une part et l’arabe, l’hébreu et le turc d’autre part.

  • 12 Richard Jacquemond, « La production orientaliste en traduction arabe. Traduction ou retour à l’ori (...)

S’agissant de la traduction des SHS, puisque c’est le point qui vous intéresse en priorité, ce qui est frappant, dans le cas de la traduction de et vers l’arabe, c’est l’écart entre leur place respective dans les deux sens. On traduit très peu de SHS de l’arabe vers le français : ce qui domine dans ce sens, c’est d’une part la traduction de textes relevant de la religion (en plein boom du fait de la demande croissante, en particulier des nombreux musulmans de France qui n’ont pas accès à l’arabe), et d’autre part celle des œuvres littéraires, en particulier du roman. Il est extrêmement difficile de faire traduire et publier en français des ouvrages de SHS écrits en arabe. Même s’il est vrai que, du fait de l’évolution du champ académique dans les pays arabes comme en Europe, écrire et publier en anglais (ou, dans une moindre mesure, en français) est de plus en plus une condition nécessaire pour exister dans le champ, il n’en demeure pas moins qu’il continue de se publier chaque année, en arabe et dans le monde arabe, des textes et des ouvrages relevant des SHS, importants et indispensables à notre connaissance de cette région du monde. Malheureusement, ils ne sont pratiquement jamais traduits en français. En sens inverse, dans la traduction arabe, les SHS (et plus généralement la non fiction) passent avant la littérature, indice de la prégnance de pratiques de lecture plus utilitaristes qu’hédonistes dans le lectorat arabe en général. Dans les SHS, ce sont les auteurs arabes ou d’origine arabe d’expression anglaise (ex. Edward Said) ou française (ex. Mohamed Arkoun) qui souvent sont le plus rapidement et le plus complètement traduits en arabe ; plus généralement, la production orientaliste, au sens du savoir relatif au monde arabe produit de l’extérieur de celui-ci12, occupe une place importante dans le mouvement de traduction des SHS vers l’arabe. Au-delà de cette particularité, les grandes tendances de la traduction arabe sont somme toute assez conformes à ce à quoi l’on peut s’attendre et à ce qu’on peut trouver dans d’autres aires linguistiques, ce qui tend à battre en brèche l’idée d’un « exceptionnalisme » arabe entretenue tant par certaines sphères du champ orientaliste que par une partie des élites intellectuelles arabes.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : L’actualité des sciences humaines et sociales est depuis une bonne vingtaine d’années rythmée par des débats souvent très houleux relatifs aux traductions des travaux relevant de ce domaine. La traduction semble être devenue un enjeu très lourd où le respect de la littéralité du texte est devenu central. La pratique des traductions-relais (où le texte traduit est déjà une traduction et non le texte dans sa langue originelle), des gloses, des ajouts, qui étaient monnaie courante dans de nombreux domaines au xixe siècle, semblent relever d’un passé lointain. Mais est-ce bien le cas ? De quand dateriez-vous ce changement et vaut-il aussi pour des espaces culturels non européens ?

Gisèle Sapiro : La norme de traduction directe ne prévaut que dans le secteur « haut de gamme » de l’édition : littérature et sciences humaines et sociales. C’est une norme qui est sans doute venue en partie du champ académique, où s’est développé dès la seconde moitié du xixe siècle l’enseignement des langues, et où l’on fait valoir les compétences linguistiques ainsi que les risques de déperdition de sens. Elle est soutenue par les instances publiques, par exemple le Centre national du livre (CNL) et l’Institut français, qui conditionnent l’attribution d’aides à des traductions directes. Il y a aussi un aspect économique et juridique de contrôle du respect du droit d’auteur et de protection des intérêts des éditeurs de l’édition en langue originale. Mais la traduction indirecte persiste dans beaucoup de secteurs, par exemple la littérature pour la jeunesse, et elle existe aussi dans les secteurs « haut de gamme », notamment quand les compétences linguistiques font défaut : en Chine, on traduit beaucoup de l’anglais ; de même en hindi ou en tamoul. En outre, certains auteurs écrivant dans des langues périphériques, comme l’albanais Ismaël Kadaré, qui maîtrise très bien le français, ont choisi de faire de la traduction dans une langue centrale (dans son cas le français) la version « originale », pour faciliter la diffusion de leur œuvre en traduction. En sciences humaines et sociales, les chances d’être traduit par une traduction indirecte sont plus rares. C’est pourquoi une partie des chercheurs de pays situés à la périphérie choisissent de publier directement dans des langues centrales, le plus souvent en anglais, mais aussi en français ou en allemand, pour accéder à la scène internationale.

Richard Jacquemond : Pour ce qui est du domaine arabe, les choses évoluent aussi dans la même direction mais plus lentement. Par exemple, la plupart des traductions arabes de Freud et Marx ont été faites à partir de l’anglais ou du français, et ce jusque dans les années 1970 et 1980. Ce sont d’ailleurs les penseurs d’expression allemande qui ont été le plus souvent « victimes » de ces traductions-relais. Depuis le tournant du millénaire, une série de grands projets de traduction arabe ont mis dans leurs priorités la retraduction d’auteurs majeurs de la pensée mondiale auparavant traduits via des langues relais. Ainsi l’Organisation arabe de la traduction (OAT), une sorte d’ONG créée à Beyrouth en 1999 grâce à du mécénat public et privé, avait lancé un important programme de retraduction de Kant et Max Weber en particulier, programme malheureusement interrompu par les difficultés actuelles de l’OAT. Pour Freud et Marx, il faudra sans doute attendre qu’ils redeviennent à la mode, si l’on peut dire, dans l’intelligentsia arabe. Cela dit, le recul de la traduction-relais s’accompagne de la persistance voire de la diffusion de pratiques qui n’en sont pas très éloignées, comme lorsqu’un traducteur arabe travaillant à partir d’un original écrit dans une langue dont il a une connaissance limitée ou en tout cas insuffisante, s’aide de façon plus ou moins massive de traductions existantes en français ou anglais (la pratique est d’ailleurs fréquente également chez les traducteurs de l’arabe vers les langues européennes de moindre diffusion).

À propos des traductions avec ajouts, je cite un cas qui me paraît être exemplaire, dans le meilleur sens du terme, celui de la version arabe (Beyrouth, OAT, 2005) du traité d’Anthony Giddens Sociology (Londres, 4e éd., 2001) : le traducteur arabe, Fayiz Suyyagh, y a fait, en accord avec l’auteur, un remarquable travail d’adaptation, notamment en remplaçant des encadrés concernant très spécifiquement les sociétés européennes ou nord-américaines par des encadrés relatifs aux sociétés arabes, rédigés directement par des spécialistes arabes.

J’ai cité deux fois l’OAT, qui a mené une action tout à fait exemplaire sous la direction du sociologue tunisien Tahar Labib (2000-2011) avant de retomber dans divers errements. Il y a quelques autres éditeurs et projets de traduction qui ont eux aussi contribué à imposer des normes de qualité élevées dans un champ éditorial arabe où les pratiques que vous associez à un « passé lointain » chez nous restent très courantes.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : Richard Jacquemond, vous avez organisé deux colloques au Maroc sur la traduction des sciences humaines et sociales dans le monde arabophone en 2007 et 2017. Pourriez-vous nous dire quelles sont les évolutions qui en ressortent tant dans les flux de traductions, la sociologie des acteurs que les pratiques de traductions ? Y a-t-il une unité propre au monde arabe qui se dégage ou le paysage arabophone est-il très divers en la matière ? Et le cas échéant quels en sont les lieux principaux et les pratiques dominantes ? Enfin, toutes les sciences humaines et sociales sont-elles à la même enseigne ? Ou bien faut-il distinguer des logiques distinctes au sein de ce vaste ensemble ?

  • 13 Richard Jacquemond (dir.), La traduction des sciences humaines et sociales dans le monde arabe con (...)

Richard Jacquemond : J’ai organisé ces colloques à l’initiative de la Fondation Abdel-Aziz Al Saoud pour les sciences humaines et les études islamiques de Casablanca, une institution unique dans le monde arabe et qui a constitué au fil des trois dernières décennies la plus importante bibliothèque à l’échelle de la région. Le colloque de 2007 portait sur les SHS en général, celui de 2017 était consacré plus spécifiquement à la sociologie et l’anthropologie13. À chaque fois, la Fondation a réalisé pour l’occasion une recension de l’ensemble des traductions arabes disponibles dans ses fonds. Du fait de l’absence ou des lacunes des bibliothèques nationales, il n’existe aucun catalogue recensant les traductions arabes et, s’agissant des SHS, les bases de données compilées par la Fondation Abdel-Aziz Al Saoud à Casablanca sont les plus complètes à notre disposition (celle de 2007 comptait environ 7 000 notices, celle de 2017, couvrant un champ plus restreint, 840). Ce qui frappe à chaque fois, c’est la richesse et la diversité du mouvement de traduction arabe, très largement sous-estimées par les acteurs locaux, pour plusieurs raisons, mais surtout parce que ces traductions, souvent publiées par de petits éditeurs privés ou par des institutions étatiques qui, les uns comme les autres, ne savent ou ne peuvent pas distribuer correctement leur production, circulent mal d’un pays à l’autre, voire à l’intérieur d’un même pays. Dans ces colloques à Casablanca, il était frappant de voir l’étonnement des participants devant les petites expositions d’ouvrages traduits réalisées par la Fondation pour l’occasion.

Il y a une série de traits communs à l’échelle arabe mais aussi une grande diversité selon les pays et les traditions locales. Outre la forte présence, un peu partout, de ce que j’appelais plus haut la traduction de la production orientaliste au sens large (de l’égyptologie aux essais de Gilles Kepel), un autre trait commun est la relative abondance des traductions de manuels, readers et autres dictionnaires spécialisés, plus visibles que les traductions des ouvrages de fond ou des monographies. Ensuite, tout dépend en gros de trois variables principales : l’héritage colonial, la manière dont s’est construit localement le champ universitaire et l’état du secteur de l’édition. La division qui reste la plus structurante est celle qui oppose le Maghreb, où les élites intellectuelles sont restées largement orientées vers l’ancienne métropole française, au Machrek globalement sous influence anglophone et beaucoup plus affecté par la « golfisation » (khaljana) du champ intellectuel arabe, c’est-à-dire sa soumission à une économie dominée par les monarchies de la péninsule Arabique – à l’exception du Liban où une part importante de l’élite intellectuelle est restée liée au pôle français ou francophone du champ scientifique international. Ensuite, on peut opposer les pays où le champ universitaire local, ou au moins certains de ses secteurs, a réussi à préserver ou conquérir une marge d’autonomie, y compris dans des contextes politiques marqués par l’autoritarisme, et les pays (ou, plus finement, les disciplines) où un champ universitaire digne de ce nom est inexistant ou presque : dans les premiers, les choix de traduction et les traductions elles-mêmes tendent à être le fait d’universitaires et à relever de logiques qui leur sont propres, tandis que dans les seconds, ils tendent à être le fait d’intellectuels militants et à relever de logiques plus liées au champ politique. Enfin, la traduction dépend beaucoup de la situation locale de l’édition, et c’est sur ce plan peut-être que les choses ont le plus bougé dans les dernières décennies : jusque dans les années 1970, plus ou moins 90 % de l’ensemble des titres publiés dans le monde arabe l’étaient en Égypte et au Liban. Depuis, on a assisté à l’émergence d’une industrie nationale de l’édition dans la plupart des autres pays de l’aire arabe et aujourd’hui la part du duopole Le Caire-Beyrouth est certainement inférieure à 50 %. Au niveau des traductions, cela se manifeste par une diversité et un éclatement toujours plus grands des publications, de sorte que, compte tenu des difficultés que j’évoquais plus haut, il est à peu près impossible d’avoir une connaissance fine de l’état actuel du marché régional de la traduction arabe.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : Gisèle Sapiro, vous n’êtes pas uniquement spécialiste de la France, mais aussi d’Israël. Pourriez-vous nous dire quelle a été l’évolution des pratiques de traduction en sciences humaines et sociales dans ce pays ? Faut-il distinguer des sous-groupes au sein des sciences humaines et sociales pour saisir la variété des pratiques ?

Gisèle Sapiro : Il y a eu des traductions de titres de Descartes, Marx, Freud dès les années 1930-1940, mais c’est surtout dans la décennie qui a suivi la création de l’État d’Israël en 1948 qu’on observe une première vague importante de traductions : Kant, Hume, Locke, Rousseau ont été traduits en hébreu pour les besoins de l’enseignement et sans doute aussi pour fixer le vocabulaire philosophique. J’ai pu également lire en hébreu dans mes années de formation en philosophie à l’Université de Tel-Aviv des classiques de la philosophie arabe, comme Averroes. Nombre des traductions effectuées à cette époque ont beaucoup vieilli, cependant c’étaient les seules disponibles quand j’ai fait mes études. Les lacunes étaient nombreuses. Je me souviens avoir commencé, alors, à traduire L’essai sur l’origine des conditions humaines de Condillac sur la suggestion de mon professeur Marcelo Dascal, mais je ne suis pas allée au bout. Je participais aussi aux traductions d’une sélection de textes de Pierre Bourdieu au sein du département de Poétique et littérature comparée, à l’initiative d’Itamar Even-Zohar. C’est ainsi que j’ai découvert son œuvre. Dans les cours, on nous communiquait les traductions inédites effectuées par Nitsa Ben Ari des chapitres de Questions de sociologie, lesquels n’ont paru que très longtemps après, quand j’ai été sollicitée par un petit éditeur, Resling, comme conseillère et relectrice de traductions de sciences humaines et sociales du français. On a alors publié les traductions de Questions de sociologie en 2005, puis La domination masculine en 2007, que j’ai annotées et préfacées. J’ai aussi révisé et préfacé la traduction du Totémisme aujourd’hui de Claude Lévi-Strauss (2003), et révisé celle des Règles de la méthode sociologique de Durkheim, publiée pour la première fois en hébreu en 2006. Une vague de retraductions s’observe à cette époque et semble se poursuivre mais de façon assez dispersée, pour quelques œuvres phares. Car d’une part, les chercheurs lisent beaucoup en langues étrangères, principalement l’anglais, mais aussi l’allemand, le français, le russe, l’arabe et d’autres langues. D’autre part, la situation de l’édition n’est pas propice à la traduction : les concentrations éditoriales ont fortement accru le poids des logiques économiques, et les petites maisons comme Resling se sont repliées sur le modèle des éditeurs académiques privés anglais et allemands qui conditionnent la publication à une subvention élevée.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : Vous êtes tous deux aussi et avant tout des sociologues de la littérature. Selon vous, dans les aires respectives que vous étudiez, y a-t-il une proximité ou non entre traduction littéraire et traduction des sciences humaines et sociales ? S’agit-il des mêmes acteurs, de pratiques explicitement ou implicitement proches ou bien se veulent-elles au contraire bien distinctes ? De manière générale, y a-t-il, selon vous, une spécificité de la traduction en SHS, qui serait liée à des enjeux de langue différents de ceux que l’on rencontre dans la traduction littéraire ?

  • 14 Gisèle Sapiro, « La circulation des sciences humaines et sociales en traduction : enjeux et obstac (...)
  • 15 Gisèle Sapiro (dir.), Sciences humaines en traduction, op. cit.

Gisèle Sapiro : La proximité entre traduction littéraire et traduction des sciences humaines est qu’à la différence de la traduction technique, elles relèvent du monde éditorial, qu’il s’agisse de livres ou de revues, ce qui les rapproche du point de vue des conditions de travail. En France les traducteurs de sciences humaines sont rattachés à l’Association des traducteurs littéraires de France (ATLF). Et certains traducteurs/trices professionnel·le·s pratiquent les deux. Ce rapprochement fait qu’on tend trop souvent, à mon sens, à occulter la spécificité de la traduction des sciences humaines et sociales, où les enjeux sont très différents : non seulement les conséquences d’un contresens ne sont pas les mêmes sur le plan épistémologique, mais la ou le traducteur doit comprendre le vocabulaire conceptuel, l’argumentation14. Je plaide pour l’introduction d’ateliers de traduction dans toutes les formations de sciences humaines et sociales, c’est un excellent exercice intellectuel, et il vaudrait mieux former des traducteurs/trices spécialisé·e·s dans ce domaine, même si, bien sûr, on ne s’improvise pas traducteur, il faut une expérience. J’avais suggéré la création de tels ateliers dans un rapport rédigé pour l’Institut français qui a suivi cette recommandation, et l’expérience semble avoir été fructueuse15.

  • 16 Richard Jacquemond, « Translating social sciences in Arabic today. The case of Pierre Bourdieu », (...)

Richard Jacquemond : Dans le domaine arabe, il me semble que l’on trouve, un peu comme en France, aussi bien des traducteurs qui tendent à se spécialiser dans les SHS ou inversement dans la traduction littéraire, que d’autres qui sont susceptibles de traduire tout type de texte. Et il me semble aussi que la spécificité de la traduction en SHS est nettement marquée. Dans le contexte arabe actuel, d’une manière générale, la norme traductionnelle dominante qui prévaut est plus « dépaysante » (foreignizing) et moins « naturalisante » (domesticating) que dans le contexte français, et cela vaut sans doute davantage encore pour la traduction des SHS que pour la traduction littéraire, même si cette tendance à la traduction dépaysante, que j’ai qualifiée de traduction « déférente » dans une étude sur les traductions arabes de Bourdieu16, semble être contredite par le fait que l’arabe recourt très rarement (beaucoup plus rarement que son cousin sémitique l’hébreu moderne) à l’emprunt.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : À l’intérieur même des sciences humaines et sociales, les pratiques sont relativement diversifiées et l’intensité de l’activité de traduction fort variable. Une explication assez évidente serait que les marchés éditoriaux sont assez dissemblables et que l’importance du volume de traduction est indexée sur la rentabilité qui en est escomptée, et donc sur l’existence d’auteurs vedettes ou de thèmes porteurs. Qu’en pensez-vous et peut-on s’arrêter à cette seule rationalité économique ? N’y a-t-il pas d’autres facteurs à prendre en compte, qui relèveraient notamment de cultures disciplinaires spécifiques ?

  • 17 John Thompson, Books in the Digital Age, Malden, Polity Press, 2005.

Gisèle Sapiro : Il faut déjà distinguer entre les pays où les éditeurs généralistes publient des sciences humaines et sociales, comme la France, l’Italie, l’Espagne, et ceux, comme le Royaume-Uni et les États-Unis, où elles sont confinées au secteur des presses universitaires, à part quelques titres en prise avec des questions d’actualité portés par des agents littéraires, ou bien les ouvrages de théorie critique publiés par les radical publishers britanniques. Depuis les années 1990, les presses universitaires anglo-américaines ont été soumises à des contraintes économiques accrues, bien analysées par John Thompson17. Elles ont du coup réduit drastiquement le nombre de traductions, qui étaient trop coûteuses. J’avais interviewé le directeur littéraire de Cambridge University Press qui m’avait expliqué que ces contraintes avaient directement induit la réduction du nombre de traductions. Les flux sont en outre inégalement distribués entre les disciplines : la philosophie et l’histoire sont les plus traduites, viennent ensuite la sociologie et l’anthropologie. Les logiques de spécialisation jouent aussi. Je les ai étudiées pour les presses universitaires américaines. Certaines ont promu la French Theory, d’autres se sont plus intéressées à l’histoire. Malgré le désengagement de nombre de presses universitaires de la traduction, les auteurs phares continuent d’être suivis, comme Pierre Bourdieu par Polity Press, ou Julia Kristeva par Columbia University Press. Et on voit de nouvelles initiatives : Chicago University Press a engagé la traduction des séminaires de Derrida, une entreprise titanesque qui va à l’encontre de toutes les tendances du marché, en misant sur le capital symbolique de l’auteur. Évidemment il faut aussi mentionner le succès fulgurant du Capital au xxie siècle (Seuil, 2013) de Thomas Piketty, le plus grand succès que Harvard University Press ait jamais connu dès sa parution en 2013, et la sortie de Capital et idéologie en mars 2020 a été très préparée. Ce succès est très atypique, car les travaux d’économie circulent plutôt en revue et directement en anglais. Autre succès qu’on peut mentionner, quoiqu’à une échelle plus restreinte, La République mondiale des lettres (Seuil, 1999) de Pascale Casanova, également publié par Harvard University Press en 2004. Ces succès masquent cependant le désengagement massif de la traduction en sciences humaines et sociales. Il en va de même ailleurs. Le critère de la rentabilité économique semble l’emporter dans beaucoup de pays, même si certains petits éditeurs critiques continuent de miser sur la traduction, qui demeure pour eux une manière d’accumuler du capital symbolique. J’exclurais cependant l’Argentine, qui traduit beaucoup de sciences humaines, secteur assez délaissé par les éditeurs espagnols. Les intérêts varient aussi selon les pays : en Argentine on s’intéresse à la psychanalyse, contrairement aux Pays-Bas où seules les neurosciences retiennent l’attention.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : De plus en plus de revues proposent des traductions, soit incidemment pour les besoins d’un dossier, soit à l’occasion d’une forme de célébration ou de commémoration, soit encore dans une démarche qui s’apparente à une forme de militantisme. Comment analysez-vous ce phénomène (si tant est qu’il soit homogène) ? Il s’agit d’une activité assez souvent dégagée des contraintes de l’édition classique, et notamment celles liées au paiement de droits d’auteur, voire de frais de traduction. Dans quelle mesure cette économie sauvage de la traduction savante peut-elle transformer les pratiques et les enjeux propres à une traduction plus « commerciale » d’éditeurs privés ?

Gisèle Sapiro : Je n’ai personnellement jamais vu de telles pratiques « sauvages ». Par ailleurs, il est très rare que des revues scientifiques publient des traductions, cela ne se fait que lorsqu’il s’agit de classiques, où la question des droits ne se pose pas généralement, mais ce n’est pas la raison : les revues scientifiques qui se respectent doivent publier des inédits. Certains de nos collègues américains ont pour pratique de publier en français et en anglais en parallèle. Normalement cela ne se fait que de revue à livre, pas de revue à revue, ni de livre à revue. Cependant, la fragmentation des circuits de diffusion et l’accès de plus en plus coûteux aux revues diffusées par les grands groupes privés type Springer et Elsevier ou les éditeurs académiques privés comme Sage, devraient peut-être nous conduire à réenvisager ces normes. Certaines revues françaises ont opté pour une édition bilingue : Population, les Annales, Biens symboliques. Mais cela ne résout pas entièrement le problème car, pour que les travaux publiés en France soient visibles à l’étranger, il faut aussi les diffuser dans des revues étrangères.

Wolf Feuerhahn et Olivier Orain : Peut-on dire que, de manière sans doute plus accusée que dans le domaine de la traduction littéraire, les opérations de traduction en SHS tendent à se resserrer sur un nombre toujours plus restreint de langues étrangères ? Si vous êtes d’accord avec cette hypothèse, comment l’expliquez-vous ? Sachant que l’anglais est grosso modo maîtrisé par la plupart des universitaires et par une frange croissante de lecteurs non anglophones de sciences sociales, comment comprendre que les traductions de l’anglais occupent encore une telle part, alors même qu’il est de bon ton de lire « en v.o. » les auteurs ?

  • 18 Gisèle Sapiro et Ioana Popa, « Traduire les sciences humaines et sociales », art. cité.

Gisèle Sapiro : La question des langues est effectivement centrale. Le nombre de langues traduites en sciences humaines et sociales est beaucoup plus restreint qu’en littérature. Les traductions se font principalement de l’anglais, du français, de l’allemand et de l’italien. Il est beaucoup plus rare d’avoir des traductions de l’espagnol, de l’arabe, ou du russe, quoiqu’on en trouve sur certains sujets. C’est encore plus rare pour les langues asiatiques. Nous l’avions montré, avec Ioana Popa, à propos des traductions d’ouvrages de sciences humaines et sociales en français à partir de 11 langues de 1985 à 2002 : il y avait 1 555 traductions de l’anglais, 736 de l’allemand, 315 de l’italien, 120 de l’espagnol, 84 du russe, 38 du néerlandais, 32 du polonais, 19 du tchèque, 17 du hongrois, 14 du roumain, 7 du suédois18. La plupart des titres des langues les moins traduites relevaient de l’histoire, et dans une moindre mesure de la philosophie.

Certains éditeurs français sont, il est vrai, parfois rétifs à traduire de l’anglais, car ils considèrent qu’on peut lire les livres dans la langue d’origine, mais en réalité, les livres en anglais sont peu diffusés en France, contrairement aux Pays-Bas par exemple, et on préfère souvent lire dans sa langue.

Haut de page

Notes

1 Actes de la recherche en sciences sociales, 144, 2002, Traductions : les échanges littéraires internationaux, en ligne : www.persee.fr/issue/arss_0335-5322_2002_num_144_1 (consulté le 24 juin 2020).

2 Gisèle Sapiro et Ioana Popa, « Traduire les sciences humaines et sociales : logiques éditoriales et enjeux scientifique », dans Gisèle Sapiro (dir.), Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS Éditions, 2008, p. 107-138.

3 Johan Heilbron, « Towards a Sociology of Translation: Book Translations as a Cultural World System », European Journal of Social Theory, 2, 1999, p. 429-444.

4 Gisèle Sapiro, « Translation and the field of publishing. A commentary on Pierre Bourdieu’s “A conservative revolution in publishing” from a translation perspective », Translation Studies, 1/2, 2008, p. 154-167.

5 Gisèle Sapiro (dir.), Traduire la littérature et les sciences humaines : conditions et obstacles, Paris, DEPS (ministère de la Culture), 2012.

6 Gisèle Sapiro (dir.), Sciences humaines en traduction. Les livres français aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Argentine, Paris, Institut français/Centre européen de sociologie et de science politique, 2014, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01621157/document.

7 Gisèle Sapiro, « Quels facteurs favorisent la traduction des livres de sciences humaines ? Le cas des traductions de l’anglais en français et du français en anglais à l’heure de la mondialisation », Palimpsestes. Revue de traduction, 33, 2019, p. 19-42, en ligne : https://journals.openedition.org/palimpsestes/3827.

8 Gisèle Sapiro, « Chapitre I : Les grandes tendances du marché de la traduction », dans Bernard Banoun, Isabelle Poulin et Yves Chevrel (dir.), Histoire des traductions en langue française, xxe siècle, Paris, Verdier, 2019, p. 55-146.

9 Richard Jacquemond (dir.), Auteurs d’expression française traduits en arabe. Bibliographie. Égypte, 1952-1989, Le Caire, Mission française de recherche et de Coopération, 1989, 192 p.

10 Maguid Toubia, Combat contre la lune, roman suivi de nouvelles, Paris, Lattès (Lettres arabes), 160 p.

11 Richard Jacquemond, « Translation and Cultural Hegemony: The Case of French-Arabic Translation », dans Lawrence Venuti (éd.), Rethinking Translation, Londres, Routledge, 1992 (réédité en mars 2020), p. 139-158 ; id., « Traductions croisées Égypte-France : stratégies de traduction et échange culturel inégal », égypte/Monde arabe, 15-16, 1993, p. 283-295, en ligne : https://journals.openedition.org/ema/1109.

12 Richard Jacquemond, « La production orientaliste en traduction arabe. Traduction ou retour à l’original ? », dans François Pouillon et Jean-Claude Vatin (dir.), Après l’orientalisme, Paris, Karthala, 2011, p. 229-242.

13 Richard Jacquemond (dir.), La traduction des sciences humaines et sociales dans le monde arabe contemporain, Casablanca, Fondation du Roi Abdul-Aziz Al Saoud pour les études islamiques et les sciences humaines (Dialogue des deux rives), 2008.

14 Gisèle Sapiro, « La circulation des sciences humaines et sociales en traduction : enjeux et obstacles à l’heure de la globalisation », Traduire, 227, 2012, p. 5-15, en ligne : http://journals.openedition.org/traduire/465.

15 Gisèle Sapiro (dir.), Sciences humaines en traduction, op. cit.

16 Richard Jacquemond, « Translating social sciences in Arabic today. The case of Pierre Bourdieu », The Translator, 21/2, 2015, p. 189-209.

17 John Thompson, Books in the Digital Age, Malden, Polity Press, 2005.

18 Gisèle Sapiro et Ioana Popa, « Traduire les sciences humaines et sociales », art. cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Richard Jacquemond et Gisèle Sapiro, « Traduire les sciences humaines et sociales : retour sur des enquêtes sociologiques et regards sur les pratiques en Israël et dans le monde arabe »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 223-234.

Référence électronique

Richard Jacquemond et Gisèle Sapiro, « Traduire les sciences humaines et sociales : retour sur des enquêtes sociologiques et regards sur les pratiques en Israël et dans le monde arabe »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 29 septembre 2020, consulté le 27 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4893 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4893

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search