Navigation – Plan du site
Dossier

Les sciences humaines et sociales : des disciplines du contexte ?

Social and Human Sciences: Contextual Disciplines
Wolf Feuerhahn
p. 7-29

Notes de l’auteur

Ce dossier est le résultat d’un travail collectif mené avec mes collègues et amis Rafael Mandressi et Antonella Romano. Après avoir consacré en 2012-2013 un séminaire de recherche (« Sciences et savoirs : histoires et historiographies » animé par J.-M. Besse, C. Jacob, R. Mandressi, A. Romano, S. Van Damme et moi-même) à la question « Qu’est-ce qu’un contexte ? » (Centre Koyré/EHESS), nous avons organisé les 4 et 5 mars 2014 un colloque intitulé « Qu’est-ce qu’un contexte ? Un débat transdisciplinaire sur une pratique intellectuelle et ses enjeux » (Centre Koyré/EHESS) auquel ont participé sous la forme d’une communication ou d’une modération : Simona Cerutti, Yves Cohen, Jean-Louis Fabiani, Isabelle Grangaud, Caterina Guenzi, Catherine König-Pralong, Andreas Mayer, Dominique Pestre, Jacques Revel. Qu’ils soient tous ici remerciés ! Je remercie vivement R. Mandressi, A. Romano et O. Orain pour leurs relectures et commentaires de cette introduction.

Texte intégral

  • 1 Dans la deuxième édition, J.-C. Passeron emploie aussi l’expression de « sciences du contexte » (P (...)

1En 1991 paraissait un ouvrage intitulé Le Raisonnement sociologique qui, malgré son aridité, allait faire parler de lui. Jean-Claude Passeron y proposait une nouvelle carte des savoirs – et des « régimes de scientificité » – distinguant fortement, au sein des « sciences empiriques », les « sciences expérimentales » des « sciences du cours du monde historique ». Pour désigner ces dernières, il forgeait l’expression de « disciplines du contexte » (Passeron, 1991, 33 ; Passeron, 2006, 921). Son objectif affiché était de souligner leur singularité : si elles ne sont pas réductibles aux premières, ce serait parce que « aucune énumération de variables ne permet d’épuiser ce qu’est un contexte historique par une énumération finie des valeurs de ces variables » (Passeron, 1991, 65 ; 2006, 136). J.-C. Passeron considérait que « la désignation constitue […] une contrainte de l’espace assertorique des sciences sociales » (Passeron, 1991, 399 ; 2006, 617), et définissait le contexte comme le « sous-ensemble du monde historique dont on peut montrer que sa description est indispensable pour établir le sens d’une assertion empirique quand on veut trancher de la vérité ou de la fausseté de cette assertion ou, plus généralement, quand on veut définir sa compatibilité ou son incompatibilité avec d’autres propositions entrant dans un raisonnement » (Passeron, 1991, 399 ; 2006, 616-617). La référence au contexte s’avérait donc le critère permettant de spécifier ce que l’université nommait les sciences humaines et sociales.

  • 2 La situation est un peu différente en Allemagne : voir Stierle, 1974 ; Lorenz, 1995 ; Detel, 2010. (...)

2Le terme de « contexte » était très explicitement emprunté aux historiens. Bizarrement, chez ces derniers, il semble aller de soi. Il fonctionne comme un mot d’ordre chargé de témoigner de la spécificité de leurs pratiques scientifiques. Dans un texte comparant l’argumentation historique et l’argumentation judiciaire, Antoine Prost fait ainsi référence au contexte comme un des aspects centraux qui séparent la démarche du juge de celle de l’historien : il « est l’objet même de l’investigation historique », tandis qu’il ne joue dans l’instruction qu’un rôle accessoire (Prost, 2002, 36). Mais le « contexte » n’est pourtant que très rarement interrogé ou même thématisé par les membres de cette discipline. Il ne figure ainsi pas dans les dictionnaires des sciences historiques (Burguière, 1986 ; Delacroix, Dosse, Garcia, Offenstadt, 2010 ; Gauvard, Sirinelli, 2015). À une récente exception près (Brayard, 2013), sur laquelle on reviendra, il n’a pas fait l’objet d’enquêtes2.

3Cet implicite contemporain est d’autant plus intéressant qu’il dissimule un basculement sémantique récent. La définition que J.-C. Passeron donne du « contexte » présuppose une distinction centrale entre monde historique et assertion, entre réalité extratextuelle et énoncé. Elle est tout à fait en accord avec le mode de pensée implicite des historiens, ou plus largement des chercheurs en sciences humaines et sociales, qui opposent le « contexte » au « texte » comme deux types de réalités hétérogènes. Pourtant, « contexte » a très longtemps désigné une réalité également textuelle, l’assemblage des parties d’un discours, au point que, comme le rappelle S. Piron, son sens récent désignant les circonstances qui accompagnent une action soit encore présenté par le rigoureux Dictionnaire de l’Académie comme un « emploi déconseillé » (Piron, 2013, 28). L’usage contemporain a conservé de l’ancien l’idée qu’interpréter un passage d’un texte de manière isolée risquait d’en faire manquer le sens, mais le contexte requis n’est plus le texte dans son ensemble – ce que les linguistes désignent depuis les années 1970 par l’expression de « cotexte » –, mais bien la réalité extratextuelle à laquelle on suppose qu’il renvoie ou dont il serait la traduction ou le reflet.

4« Texte » versus « contexte » : voici donc un couple notionnel dont l’acception actuelle ne remonte pas au-delà du xxe siècle et qui pourtant a fait florès et engendré une littérature immense. On ne compte plus les ouvrages, articles ou contributions cherchant à rappeler ou, au contraire, à dépasser ce qui est perçu comme une opposition irréconciliable entre le texte et le monde dans lequel il a été produit. Cela a conduit à une autre opposition que l’on retrouve dans toutes les disciplines dont le texte est la source d’enquête première, celle entre deux méthodes : « internaliste » et « externaliste ». Études littéraires au premier chef, mais aussi histoire de la pensée, des sciences, du droit… fonctionnent comme des champs de bataille où ces appellations jouent tantôt le rôle d’autolabellisations, tantôt d’injures.

5Le contexte – les contextes – sont ainsi une référence le plus souvent dépourvue de définition et de limites précises, désignés par les uns comme l’objet même de l’enquête historique et garants contre toute illusion rétrospective ainsi que contre un libéralisme historiographique accordant aux acteurs le pouvoir souverain de faire l’histoire dont ils sont les acteurs. Pour les autres, défenseurs d’approches dites internalistes, le terme fonctionne comme un repoussoir : le contexte est ce qui, sous prétexte d’expliquer l’émergence du sens et de la valeur des énoncés littéraires, juridiques, philosophiques, scientifiques, ne ferait en définitive que le diluer ou pire le relativiser. « Relativiste » fait partie de ces accusations dirimantes dans les sciences humaines et sociales. S’agissant de valeurs morales, religieuses, philosophiques ou juridiques, l’enjeu est de taille : se proclamer « contextualiste » risque fort d’être perçu comme une preuve d’amoralité. L’objet de cette enquête est donc loin de n’être que scientifique, il est chargé d’enjeux politiques et moraux.

6Le regard ici porté se veut singulier. L’objectif n’est pas directement épistémologique et pas du tout normatif : il n’est pas de définir ce que doivent être ces sciences. Conformément aux buts de la Revue d’histoire des sciences humaines, on prend le contexte et la contextualisation pour objets d’enquêtes historiques. En étudiant l’hétérogénéité des pratiques de contextualisation, les significations et les valeurs différentes qu’on leur assigne autant que le rejet du contexte dans diverses sciences humaines et sociales, il s’agit d’abord de mettre en évidence la complexité des interactions entre ces sciences.

7En faisant ce choix, on s’exposait à plusieurs difficultés. La première est celle du cercle vicieux : comment proposer une histoire – même esquissée, limitée, partielle ou partiale – de la contextualisation sans avoir a priori déjà tranché la question ? Soit l’on s’engageait dans une histoire a-contextuelle soit contextualisée (peu importe dans un premier temps ce que l’on entend par là), mais il apparaissait impossible de repousser la décision. Implicitement au moins, notre pratique en témoignerait. Car l’interrogation – quoique historique – est bel et bien située. Nos travaux militent pour une histoire sociale, culturelle et politique des sciences et des savoirs. La contextualisation est de ce fait essentielle pour rendre intelligibles les sciences, ces productions ordinairement perçues comme très ésotériques et longtemps étudiées de façon purement internaliste. Si nous avons collectivement décidé de prendre la contextualisation pour objet d’étude, c’est parce que nous en déplorions les usages implicites et l’absence de problématisation. Le projet est né d’une insatisfaction quant à l’usage paresseux du contexte qui en fait un décor, un arrière-plan allant de soi. Est ainsi assumé l’héritage des critiques d’une contextualisation non problématisée opérées en France dans les années 1990, critiques que je tente de situer plus bas. Le ou les contextes sont avant tout le corrélat d’une pratique – la contextualisation – qui suppose des choix d’échelles, de focales, de périodisations… Tout choix de contextualisation éclaire des pans du réel, mais en fait aussi passer d’autres dans l’ombre. Bref, inutile d’espérer une contextualisation exhaustive de l’objet étudié. L’enquête peut toujours être relancée.

8Toutefois, une approche normative de la contextualisation et de ses critiques risquait de conduire à une contradiction performative entre notre pratique contextuelle de l’histoire des sciences et des savoirs et un discours acontextuel sur le contexte ; en gros, de ne pas historiciser nos propres choix épistémologiques, à n’être historiens qu’à demi et ainsi à laisser penser que l’historien se situe hors de l’histoire. Pour éviter une telle contradiction, je chercherai ici à situer dans le temps et dans l’espace l’émergence de la notion de contexte, ses usages et les controverses qu’ils ont suscités. Je n’en fixerai donc pas une définition a priori, mais observerai les variations de ses usages.

  • 3 Sur le sens attribué à ces catégories, voir Feuerhahn, 2017.
  • 4 Pour avoir une idée du spectre très large des usages du terme « situation », voir notamment : de F (...)

9La difficulté est aussi linguistique : comment nommer le résultat de ces contextualisations ? Faut-il renoncer au terme « contexte » ? Doit-on le conserver en signifiant davantage ce qu’on entend par là ? Faut-il reconstituer le discours des acteurs eux-mêmes ? Étudier dans quels cas ils emploient « milieu », « contexte », « atmosphère »3… ? Ou faut-il unilatéralement le remplacer ? Et le cas échéant par quoi ? Jean-Marc Besse suggère, dans la table ronde sur le « spatial turn » qui accompagne ce dossier, de lui préférer « situation ». À la différence du « contexte », qu’il voit comme déterministe, « situation » témoignerait davantage de la capacité réflexive des acteurs ainsi que du caractère d’emblée vectorisé de l’espace dans lequel l’action s’inscrit4.

10L’objectif – mais est-il nécessaire de le préciser ? – n’est pas de transformer ce dossier en opération de police scientifique. Il ne s’agit pas de trancher entre les bons et les mauvais usages. D’ailleurs, les cinq articles ici réunis n’opèrent pas de la même manière. Certains conservent le terme, d’autres l’utilisent avec des guillemets. Toutefois, aucun n’y renonce complètement. C’est d’abord là le signe que tous les contributeurs, par-delà leurs différences, partagent un même idéal de la pratique historique, en l’occurrence : d’une histoire sociale, politique et culturelle des productions savantes. On pourrait y voir l’indice que ce dossier n’est ainsi l’expression que d’un tout petit milieu ; gageons qu’il témoigne plutôt de la volonté de chercheurs en sciences humaines et sociales d’ouvrir leurs pratiques à la discussion. Nous souhaitions avant tout voir plus clair dans nos usages trop souvent implicites, rapides voire incohérents. Espérons que cette première enquête multidisciplinaire suscitera de l’intérêt et pourra à la fois offrir une vue différente du paysage des sciences humaines et sociales et jouer le rôle réflexif attendu d’elle !

Contextualisation versus contexte

11En se fondant sur une étude lexicométrique, Sylvain Piron a récemment esquissé une histoire des usages du terme « contexte » et des pratiques qu’il sous-tend (Piron, 2013). Il a ainsi mis en évidence le caractère relativement récent de son emploi chez les historiens français. Apparu et sporadiquement employé dans leurs publications au cours des années 1930, son usage se développe dans les années 1960, mais ne devient banal qu’après 1980 (Piron, 2013, 32). Son sens dominant est alors celui d’une réalité extratextuelle, permettant de rendre compte d’un événement historique, quelle que soit sa nature. Des interrogations sur cet usage n’apparaissent qu’après 1990 dans un milieu particulier du monde des historiens français, celui de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) à travers la revue Annales. Cette dernière connaît alors de profondes remises en cause. Au mois d’avril 1988, la rédaction annonçait un « tournant critique » reposant « deux questions majeures » : celle des « échelles d’analyse » et de l’« écriture de l’histoire » (Coll., 1988, 291-293). Un an et demi plus tard, un long éditorial, pour une part autocritique, redéfinissait la discipline en déplaçant l’intérêt de son objet vers ses démarches :

Si l’objet de l’histoire ne peut être posé en position d’extériorité et s’il ne doit pas être enfermé dans des catégories a priori, c’est la démarche même de la recherche, ce sont les procédures de l’expérimentation qui le construisent et le rendent intelligible. Le savoir historique ne progresse pas par totalisation mais, pour user de métaphores photographiques, par déplacement de l’objectif et par variation de la focale. (Coll., 1989, 1321)

12C’est dans le cadre de ce tournant, une fois qu’il aura été traduit par le changement de sous-titre de la revue – « Économie, Sociétés, Civilisations » devenant en 1994 « Histoire, Sciences sociales » – que la question du contexte sera explicitement thématisée. Dans un dossier portant sur « Histoire et littérature », Christian Jouhaud, historien du fait littéraire, oppose ainsi la « contextualisation » au « contexte » :

Ce terme [de contextualisation] évoque une opération historiographique inscrite dans la postérité des revendications formulées autrefois par Lucien Febvre et Gustave Lanson. Il signale aussi la distance prise à l’égard de la notion de contexte, aussi banale que trompeuse. Les contextes n’existent pas préalablement à l’opération qui les construit, ou bien alors il ne s’agit que de présupposés. Il n’y a pas de contextes, mais des opérations, des procédures, des expériences de contextualisation qui touchent de manière partielle, spécifique et relative une part du réel historique. (Jouhaud, 1994, 273-274)

  • 5 Bien qu’il ne soit pas membre de l’EHESS, c’est sa proximité d’alors avec J.-C. Passeron et le fai (...)

13Le sociologue Bernard Lahire, proche de Jean-Claude Passeron, publie deux ans plus tard et toujours dans les Annales un article qui cite ces différentes contributions pour développer un véritable manifeste surtitré par la revue « le contexte dans les sciences sociales5 ». S’y trouvent articulés et développés les propositions de J.-C. Passeron et le déplacement opéré par C. Jouhaud du contexte à l’opération de contextualisation. Pour B. Lahire, il ne saurait y avoir de contexte existant indépendamment des questionnements de l’historien ou du sociologue. Ils sont tous construits et dépendants de contextualisations aux effets de connaissance variés.

  • 6 « L’histoire immobile » avait été le titre de la leçon inaugurale d’Emmanuel Le Roy-Ladurie au Col (...)
  • 7 Une confrontation entre les usages de Weber dans Le Métier de sociologue et dans Le Raisonnement s (...)
  • 8 Pour des critiques rétrospectives du Métier de sociologue, voir : Passeron, 1991, 13-14.
  • 9 Voir Boudon et Bourricaud, 1982. Rémi Sinthon prépare actuellement un article sur la réception de (...)
  • 10 Ce périodique a débuté en avril 1985 sous le titre Enquête. Cahiers du CERCOM (direction Jean-Clau (...)

14En France, les réflexions sur le contexte sont donc très situées. Elles sont inscrites dans un périmètre défini par cette institution distincte de l’université qu’est l’EHESS et conduites par des acteurs qui, en histoire comme en sociologie, cherchent à remettre en cause un héritage qu’ils jugent pesant : de nouvelles générations d’historiens critiquaient la « nouvelle histoire » promue dans les années 1970 qui, selon eux, aurait fait des « mentalités » et du temps « immobile » l’objet central de l’histoire6 ; des sociologues voulaient remettre en cause le magistère de Pierre Bourdieu et de Raymond Boudon. En faisant de la démarche idéaltypique de Weber un modèle et de la théorie de la falsifiabilité de Popper un repoussoir, Jean-Claude Passeron marquait d’abord ses distances avec celui dont il avait été proche, Pierre Bourdieu, et leur Métier de sociologue paru en 1968. Alors que dans ce livre, la sociologie devait suivre les préceptes bachelardiens de rupture épistémologique entre le sens commun et la science et chercher ses modèles du côté des sciences de la nature, dans le Raisonnement sociologique7, Passeron concevait le fossé entre sciences expérimentales et sciences du contexte comme infranchissable. Il ne proposait pas une histoire de ces sciences, tiraillées depuis deux siècles entre des modèles et des pratiques très divergents, mais définissait leurs essences propres et nécessairement distinctes8. Il récusait aussi, bien que presque sans le citer, les travaux de Raymond Boudon, qui mobilisait les écrits de Weber et de Popper pour opposer le label d’« individualisme méthodologique » à tout ce qu’il réunissait sous le vocable de « holisme social9 ». Au sein de l’EHESS, J.-C. Passeron se rapprochait d’historiens membres du comité de rédaction des Annales comme Jacques Revel, avec lequel il allait animer la revue puis la collection Enquête, dont titre et sous-titre soulignaient le rapprochement des sciences sociales et de l’histoire : Enquête évoquait autant la traduction de l’historia grecque que la singularité des pratiques des sociologues ou des anthropologues ; le sous-titre (Anthropologie, Histoire, Sociologie) explicitait les partenaires de ce nouveau programme transdisciplinaire10.

15Bernard Lahire, qui, à la différence de J.-C. Passeron, était d’une tout autre génération que celle de P. Bourdieu, souhaitait lui aussi faire entendre une autre voix en sociologie que celle du professeur au Collège de France. Contre une appréhension du « champ » comme la « “bonne” échelle de contexte », il affirmait qu’à « chaque échelle de contexte correspond un ordre de complexité ainsi que des informations pertinentes spécifiques qui ne sont pas ceux que travaillent d’autres chercheurs à partir d’autres échelles » (Lahire, 1996, 397).

  • 11 Sur le parcours de Jacques Revel, voir : Romano, Sebastiani, 2016.

16Enfin, au même moment, et au sein des mêmes cercles, Jacques Revel, alors président de l’EHESS et membre de la rédaction des Annales, publia les résultats d’un séminaire collectif suivi d’un colloque organisé en 1992 par des historiens, des sociologues et des anthropologues dans le Centre interdisciplinaire de la Vieille Charité, lieu d’implantation du Cercom puis Shadyc dirigé par Jean-Claude Passeron et antenne de l’EHESS à Marseille (Revel, 1996, 8n111). À travers Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, J. Revel cherchait à introduire, sur un mode critique, dans le paysage historiographique français les travaux italiens regroupés sous l’étiquette « Microstoria ». Par son titre, Jeux d’échelles, l’ouvrage soulignait d’emblée qu’il s’agissait de réfléchir aux opérations des sciences sociales, à la pratique de la variation d’échelles, aux « changements de focales » et à leurs effets de connaissance contre toute absolutisation d’une seule échelle (qu’elle soit micro- ou macrosociale). Ceci conduisait Jacques Revel, à la suite des micro-historiens, à dénoncer les usages « paresseux » de la notion de contexte dans les sciences sociales : l’usage rhétorique où « le contexte, souvent présenté au début de l’étude, y produit un effet de réel autour de l’objet de recherche » ; l’usage argumentatif dans lequel « le contexte présente les conditions générales au sein desquelles une réalité particulière trouve sa place » ; un « usage interprétatif » enfin où l’on tire du contexte « les raisons générales qui permettraient de rendre compte de situations particulières ». Tous ces usages présupposent, selon lui et les tenants de la micro-histoire, « un contexte unifié, homogène, à l’intérieur duquel et en fonction duquel les acteurs détermineraient leurs choix ». Le critiquer les conduit d’une part à rappeler « la multiplicité des expériences et des représentations sociales, en partie contradictoires, en tout cas ambiguës, à travers lesquelles les hommes construisent le monde et leurs actions » ; d’autre part à « inverser la démarche la plus habituelle à l’historien, celle qui consiste à partir d’un contexte global pour situer et interpréter son texte. Ce qui est proposé est, au contraire, de constituer la pluralité des contextes qui sont nécessaires à la compréhension des comportements observés » (Revel, 1996, 25-26).

Longue durée ou contexte ? (De Cambridge à Cambridge, années 1960-2016)

17Très récemment, et dans de tout autres cadres, ceux des campus des universités Harvard en Nouvelle-Angleterre et de Cambridge au Royaume-Uni, un History Manifesto a été publié dans lequel les auteurs David Armitage, professeur d’histoire à l’université Harvard et Jo Guldi, assistant professor à l’université Brown, se font les promoteurs d’un retour à la « longue durée » afin de redonner aux historiens un rôle d’experts en matière politique, rôle que se seraient accaparés leurs collègues économistes. À l’âge du numérique, ils dénoncent le primat de la spécialisation et des enquêtes portant sur des périodes brèves (short-durée studies) qui irait, selon eux, de pair avec un désengagement politique des historiens. Ces auteurs font un usage ambivalent du terme « contexte ». Tantôt ils revendiquent la nécessité d’un contexte de longue durée – qu’ils nomment parfois « deep context » (Armitage, Guldi, 2014, 115) –, tantôt ils opposent la notion de contexte à celle de « longue durée » :

The combination of archival mastery, micro-history, and an emphasis on contingency and context, powered by a suspicion of grand narratives, a hostility to whiggish teleologies, and an everadvancing anti-essentialism, determined an increasing focus on the synchronic and the short-term across wide swathes of the historical profession. The stress on case-studies, individual actors, and specific speech-acts gradually displaced the long-run models of Braudel, Namier, Mumford, Lovejoy, and Wallerstein with the micro-history of Darnton, Davis, and others. (Armitage, Guldi, 2014, 54)

18Dans un texte qui veut réhabiliter les grands récits, le contexte apparaît comme un obstacle, la rémanence d’une histoire trop soucieuse de contingences, de l’écume de l’événement. Cette ambivalence, relativement à l’usage du terme « contexte », s’explique si l’on comprend ce que connote le terme pour eux. Car, quelques pages auparavant, les auteurs ont fait du « contextualism » de Quentin Skinner à Cambridge (Grande-Bretagne) une de leurs cibles. La lutte de Skinner contre « l’histoire diachronique des idées d’Arthur Lovejoy et de l’approche canonique des “grands livres” à travers lesquels la théorie politique était enseignée » est, selon les auteurs, l’indice d’un retrait de l’historien dans la sphère purement académique et d’un désengagement politique. Et les auteurs de reprendre la lecture qui considère que ce courant est « une réaction à l’effondrement des grands récits dans la Grande-Bretagne postérieure à la Seconde Guerre mondiale, en particulier le retrait de l’Empire et l’effondrement de la chrétienté » (p. 47-48). Cette critique du contextualisme nous reconduit, sans mauvais jeu de mots, à un contexte très situé, celui des promoteurs d’une collection d’ouvrages « Ideas in Context » fondée notamment en 1984 par Q. Skinner auprès de Cambridge University Press et dont D. Armitage est désormais l’un des éditeurs. Pour le coup, la focale est courte : un seul éditeur pour la collection comme pour le manifeste (Cambridge University Press), des auteurs qui appartiennent au même monde disciplinaire. Il s’agit d’une lutte entre deux générations (Armitage est né en 1965, Quentin Skinner en 1940) au sein du petit monde de l’intellectual history anglophone.

Speech Acts et Contexts : de Oxford à Cambridge (UK), années 1950-1960

  • 12 « It is my essential contention, however, that none of this panic or equivocation is at all well-j (...)
  • 13 Référence est faite à Lewis Namier (1888-1960) spécialiste de l’histoire politique britannique et (...)

19Qu’entendait promouvoir Quentin Skinner à travers l’étude des « contextes » ? Pour comprendre cela, il faut revenir en arrière, à ses propres manifestes de la fin des années 1960 et aux emprunts qu’il fit aux philosophes d’Oxford. On reste ici dans l’entre-soi des prestigieuses universités britanniques. Partons d’un article depuis lors canonisé en manifeste du « contextualisme » de Skinner : « Meaning and Understanding in the History of Ideas », publié en 1969 dans la revue d’épistémologie de l’histoire History and Theory. L’usage de la notion de « contexte » y est ambivalent. Skinner ne se présente pas en révolutionnaire, mais bien plutôt comme celui qui serait capable de trouver un juste milieu et de pacifier le monde britannique des historiens des idées12. Il y présente en effet sa conception de l’« History of Ideas » par la négation de ce qu’il considère comme deux « orthodoxies » : la première qui insiste sur l’autonomie du texte (Skinner, 1969, 4-39), la seconde qu’il nomme explicitement « lecture contextuelle » (contextual reading) (Skinner, 1969, 39-41). La première, illustrée par les positions du critique littéraire et professeur à Cambridge (Downing College) F. R. Leavis (Skinner, 1969, 1n2) ou du fondateur du Journal of the History of Ideas, Arthur Lovejoy, considère que les productions passées contiennent des « éléments éternels », des « idées universelles » aux « applications universelles » (p. 4). Après avoir longuement critiqué cette première conception, Skinner n’en dénonce pas moins la deuxième dont il dit qu’elle connaît alors davantage de faveur chez les historiens des idées et qui « insiste sur le fait que c’est le contexte “de facteurs religieux, politiques et économiques” qui détermine la signification de quelque texte donné qu’il soit et doit donc fournir “le cadre ultime” à toute tentative pour le comprendre » (p. 3). Selon lui, aucune des deux ne propose d’« interprétation adéquate (proper) de quelque œuvre littéraire ou philosophique que ce soit » (p. 4). S’il dénonce les lectures contextuelles, qu’elles soient « marxistes ou namierites13 » (p. 42), c’est en particulier parce qu’elles considèrent le contexte comme des conditions causales antécédentes et « menacent donc la vie indépendante des idées au cours de l’histoire » (p. 42). Skinner critique l’idée qu’il y aurait une relation nécessaire entre l’intention et l’action (p. 45), mais il mobilise surtout les analyses de l’ancien professeur de philosophie morale d’Oxford, John Langshaw Austin (1911-1960), pour souligner la singularité de sa proposition. En affirmant que la « compréhension d’énoncés présuppose la saisie non pas seulement de la signification d’une occurrence donnée, mais aussi de ce qu’Austin nomma sa force illocutoire intentionnelle » (p. 46), il souhaitait marquer l’écart entre « signification » et « compréhension ». Skinner en concluait aussi à un rappel de l’opposition entre « expliquer » et « comprendre », lui qui discutait par ailleurs de près les travaux de R. G. Collingwood, autre professeur à Oxford et promoteur d’une philosophie soulignant l’irréductibilité de l’histoire aux sciences de la nature (p. 50).

  • 14 Austin énonce ainsi six « règles » qui, faute d’être suivies, susciteraient l’échec de ces énoncés (...)

20De manière générale, la philosophie du langage ordinaire promue par J. L. Austin a eu un rôle considérable dans l’extension de l’usage de la notion de contexte à l’ensemble des sciences humaines et sociales. Dans ses William James Lectures prononcées à l’université Harvard en 1955 et publiées de façon posthume sous le titre How to do things with words (1962), Austin souhaitait rompre avec l’idée selon laquelle un énoncé ne pourrait que décrire un état de fait, et donc être vrai ou faux – ce qu’il appellera les énoncés « constatifs » [constatives] pour mieux les distinguer de la catégorie qu’il fait apparaître d’énoncés « performatifs » [performatives], qu’on ne peut dire ni « vrais » ni « faux » (du type « je vous baptise », « je promets que »), qui sont pour lui des « actes de paroles ». Austin thématisait l’importance de ce qu’il nommait non « contexte », mais « circonstances appropriées » [appropriate circumstances] : il ne suffit pas de dire « je parie » pour que mon pari soit reconnu comme valide, il faut que « nombre de choses se présentent et se déroulent correctement » (Austin, 1970, 14)14.

  • 15 Le livre de S. Laugier et C. Al-Saleh constitue à ce titre une exception notable (Laugier, Al-Sale (...)
  • 16 J’emprunte ces éléments de contextualisations à Laugier et Al-Saleh, 2011, 14-19.
  • 17 Paul Grice était le « tutor » de Strawson, lui-même « tutor » de John Searle. La première critique (...)

21Austin étend considérablement l’objet de l’analyse philosophique : de la logique au langage ordinaire jusqu’aux conventions extralinguistiques requises pour l’efficacité des énoncés performatifs. Bizarrement, pourtant, la grande majorité des promoteurs de ce que l’on nomme la « philosophie du langage ordinaire » ou des historiens de ce courant philosophique pratiquent le plus souvent une analyse a-contextuelle des énoncés des promoteurs de l’analyse contextuelle qui les occupent15. Autrement dit, les « circonstances » dans lesquelles Austin et Wittgenstein ont été conduits à prendre position contre le positivisme logique et le primat qu’il accordait à l’analyse des énoncés susceptibles d’être vrais ou faux n’ont que très peu été prises pour objet. Il y a là un vaste terrain d’enquête pour un socio-historien de la philosophie. L’enjeu disciplinaire a très certainement joué un rôle. La position iconoclaste d’Austin en faveur d’une analyse circonstancielle des énoncés performatifs était pour une part due à son statut de professeur de « moral philosophy » et de spécialiste des questions juridiques et morales et non de logique. Il s’opposa d’ailleurs vivement à son collègue Alfred Jules Ayer (1910-1989), Wykeham Professor of Logic à New College (Oxford) à partir de 1959 qui attribuait, dans la ligne du Tractatus logico-philosophicus de Wittgenstein et du cercle de Vienne, la priorité à l’analyse de la logique sur le langage ordinaire. À une autre échelle, la singularité de l’université d’Oxford n’a pas été sans impact sur le développement des réflexions sur le « contexte ». Gilbert Ryle (Waynflete Professor of Metaphysical Philosophy) y avait institué un nouveau diplôme, le B. Phil, qui allait attirer de très nombreux étudiants du monde entier et faire de Oxford à partir des années 1950 un lieu central de la philosophie britannique. Débordé par l’afflux d’étudiants, Austin mit en place, en marge de l’université, des Saturday Mornings au cours desquels étaient discutés de façon informelle mais scrupuleuse les usages différents du langage (il s’agissait de répondre à « ce que nous dirions quand… »). Nombreux furent ceux qui, considérés de nos jours comme des représentants de ladite « École d’Oxford », participèrent à ces matinées (Paul Grice, P. F. Strawson, Stuart Hampshire, David Pears, Herbert L. A. Hart…)16. Mais sur la question du « contexte », le groupe allait très vite se scinder et d’autres formes d’affiliations jouer un rôle. Les relations de dépendances des « tutees » vis-à-vis de leurs « tutors » suscitèrent la cristallisation autour de Paul Grice, P. F. Strawson et J. Searle d’une interprétation intentionnaliste et anticonventionnaliste du contexte17. Pour ces auteurs, les intentions des locuteurs en constituent le paramètre central. Cela les conduit à réorienter davantage l’enquête en direction du mental et des contenus cognitifs. Devenu Professor of metaphysical philosophy à l’université d’Oxford en 1968, P. F. Strawson publia dans la revue française Langages un article intitulé « Phrase et acte de parole » (Strawson, 1970), dont la version anglaise sera renommée « Meaning and context » (Strawson, 1997). Il y dénonçait le fait qu’Austin ait « mis fortement l’accent sur les cadres institutionnels et les procédures qui leur sont associées et qui confèrent, en vertu d’une convention, une force ou un poids tout à fait spécial ou qui attachent des implications particulières à l’émission d’une certaine expression verbale » (Strawson, 1970, 23).

22Les propositions faites par Austin ont certes conduit à l’institutionnalisation de discussions sur le contexte, mais elles restèrent malgré tout assez localisées. Il s’agit, pour l’essentiel, du monde de la philosophie analytique et de la pragmatique, où l’expression « context » a cristallisé l’opposition de deux camps qui se dénomment explicitement « contextualists » et « anti-contextualists » (Recanati, 1994). Ce courant reste toutefois sans relation forte avec le monde des historiens. Q. Skinner, à Cambridge, est l’un des seuls passeurs de ces réflexions pragmatiques dans le monde de l’intellectual history.

L’« intellectual history » : terrain privilégié du « contextualism »

  • 18 Le choix du titre serait à replacer dans une histoire de Cambridge University Press, de sa déclina (...)

23La fortune de l’expression « context » dans le monde de l’« intellectual history » et de l’« history of science » a été accélérée par le succès de la collection d’ouvrages « Ideas in context » qui compte désormais 115 volumes18. Avec le soutien de Lorraine Daston, Wolf Lepenies, Richard Rorty et J. B. Schneewind, Q. Skinner a ainsi contribué à façonner ce qu’il fallait entendre par « intellectual history » et « context ». Le manifeste de la collection est clair :

The books in this series will discuss the emergence of intellectual traditions and of related new disciplines. The procedures, aims and vocabularies that were generated will be set in the context of the alternatives available within the contemporary frameworks of ideas and institutions. Though detailed studies of the evolution of such traditions, and their modification by different audiences, it is hoped that a new picture will form of the development of ideas in their concrete contexts. By this means, artificial distinctions between the history of philosophy, of the various sciences, of society and politics, and of literature may be seen to dissolve.

24Le recours au « contexte » y est pluriel. Dans la lignée de l’article publié par Q. Skinner en 1969, les éditeurs fixent comme objectif à la collection de proposer une alternative à l’« history of ideas » en travaillant sur l’émergence de « traditions intellectuelles » et de « nouvelles disciplines ». Pour ce faire, la focale porte sur les procédures, les objectifs et le vocabulaire d’époque. Le « contexte » est présenté comme ouvert, il est celui des alternatives ayant existé à l’époque, il apparaît comme un recours contre toute approche nécessitariste et/ou téléologique de l’histoire. Le contexte est également un remède contre toute forme d’abstraction, il est présenté comme « concret » et rétif aux catégories contemporaines. Il permet de mettre en évidence l’anachronisme des disciplines contemporaines (histoire de la philosophie, des sciences, de la société, de la politique et de la littérature) et de retrouver les domaines qui valaient à l’époque concernée.

25Mais « contexte » est aussi un label disputé. Trois ans plus tard, le même éditeur lançait la revue Science in context, basée en Israël, entre le Van Leer Institute de Jérusalem et l’Institute for the History and Philosophy of Science and Ideas de l’université de Tel Aviv. Ses éditeurs en étaient Yehuda Elkana, directeur de ce dernier institut, Gideon Freudenthal, l’un de ses membres, ainsi que Robert Cohen de Boston University et Simon Schaffer de Cambridge. L’éditorial en est très bref. La revue se présente comme fédératrice. Elle a vocation à remembrer un paysage des études sur les sciences présenté comme très morcelé entre philosophes, historiens et sociologues des sciences. Pour ce faire, elle revendique deux approches :

Science in context is devoted to the study of the sciences from the point of view of comparative epistemology and historical sociology of knowledge. It will not segregate history, philosophy and sociology of knowledge from each other. (Coll., 1987)

  • 19 Voir la lettre de Fleck à Moritz Schlick du 5 septembre 1933 (Fleck, 2011, 561). C’est peut-être l (...)
  • 20 Voir Bloor, 1976 ; Pestre, 2006.
  • 21 Le mouvement SSK ou STS (Science and Technology Studies) disposait déjà d’une revue depuis 1975 : (...)
  • 22 Par ailleurs, les séries « X,Y, Z in context » de Cambridge University Press ont fini par proposer (...)

26La main de l’entrepreneur scientifique qu’était Y. Elkana se fait sentir dans ce texte. Depuis plusieurs années, il faisait ce même constat et dénonçait les approches acontextuelles des sciences, considérant que « la quête d’universaux humains hors de tout contexte culturel est dépourvue de sens » (Elkana, 1981, 3). Il pensait le contexte de façon extrêmement large, récusant alors non seulement la distinction entre « contexte de découverte » et « contexte de justification » promue par Hans Reichenbach, associé au cercle de Vienne, pour défendre l’idée que les conditions empiriques d’émergence des sciences n’avaient aucun impact sur les contenus scientifiques eux-mêmes (Reichenbach, 1938), mais aussi le « grand partage » entre raison épistémique et raison rusée (cunning reason) (Elkana, 1981, 42-47). Pour ce faire, il promouvait ces deux mêmes labels. Par « comparative science » ou « comparative epistemology », il entendait précisément une approche abordant les sciences comme la magie, la religion, dans le cadre d’une anthropologie récusant un primat des sciences européennes. « Historical sociology of knowledge » devait constituer une « théorie de la croissance de la connaissance permettant de rendre compte du développement et du changement dans notre culture, dans d’autres cultures, chez l’individu et qui expliquerait de manière satisfaisante les différences culturelles de même qu’elle pointerait les universaux culturels » (Elkana, 1980, 32). L’éditorial témoigne aussi de la redécouverte contemporaine des travaux de Ludwik Fleck, renaissance à laquelle avaient fortement contribué R. Cohen et Y. Elkana (Cohen, Schnelle, 1985). Non seulement il reprenait le terme de « Denkkollektive » (forgée par Fleck) pour désigner les auteurs potentiels de la revue, mais l’expression « comparative epistemology » se présentait aussi comme une traduction littérale de l’expression allemande « vergleichende Erkenntnistheorie » qui figurait dans la première version du titre du livre de Fleck19 finalement publié en 1935 sous un autre : Entstehung und Entwicklung einer wissenschaftlichen Tatsache : Einfürung in die Lehre vom Denkstil und Denkkollektiv. S. Schaffer et S. Shapin, dans le livre paru deux ans auparavant (Leviathan and the Air-Pump : Hobbes, Boyle, and the Experimental Life, 1985), avaient, eux aussi, signalé leur dette à l’égard de Fleck (Schaffer, Shapin, 1985, 16) et présentaient leur ouvrage comme un « exercice de sociologie de la connaissance scientifiques (sociology of scientific knowledge) » (Schaffer, Shapin, 1985, 15). La présence de S. Schaffer dans l’équipe de direction témoignait que le rapprochement entre le mouvement SSK (Sociology of Scientific Knowledge) qui défendait depuis les années 1970 un « programme fort » (traitant de manière symétrique erreurs et vérités scientifiques20) et l’approche historique des sciences trouvait en Science in context un support de publication21. Mais la revue ne devait toutefois pas thématiser plus que cela par la suite l’usage du terme « contexte » et accueillir aussi bien des approches des sciences assez internalistes22.

27Le label n’allait pas fédérer largement. L’un des promoteurs des « sciences studies » en France, Bruno Latour, récusait la même année l’usage du terme « contexte ». Pour lui, l’explication « contextuelle » reconduit le dualisme internalisme/externalisme (Latour, 1987, 158-159 ; Latour, 1995, 387-389). Il propose, au contraire, de suivre la trace de ce qu’il nomme les « actants » sans les assigner à résidence. La contextualisation lui apparaît comme une violence faite aux faits, au flux des échanges, traductions, réappropriations. L’objet de sa sociologie des sciences – ou plus généralement de sa philosophie de la nature – n’est pas de ramener les faits savants à leurs contextes d’émergences, mais de mettre en évidence les phénomènes d’hybridations, les effets d’allers-retours entre science et société. D’où la fusion des principes de causalité et de symétrie du sociologue des sciences David Bloor dans un « principe de symétrie » plus élevé remettant en cause la coupure culture/nature, humains/non-humains, anciens/modernes…

  • 23 C’est dans le cadre de la fondation du Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte à Berlin en (...)

28L’une des fondatrices de la série « Ideas in context », Lorraine Daston, n’allait pas non plus se reconnaître dans le label « Science in context ». Retenant l’expression « Historical epistemology » pour caractériser son approche de l’histoire des sciences, elle la voit comme le moyen de dépasser les limites de ce qu’elle présente comme les « trois écoles historiographiques » qui « ont dominé l’histoire des sciences : l’école philosophique, l’école sociologique et l’école historique ». Selon elle, la troisième, « connue sous le nom de science in context » – à travers notamment l’analyse par S. Shapin et S. Schaffer des controverses sur la pompe à vide à la Royal Society de Londres entre 1660 et 1670 – fait de la « primauté du local » « une question de principe : la connaissance s’enracine au plus profond d’une époque et d’un lieu, elle émerge au confluent du réseau, dense mais circonscrit de manière extrêmement précise, que forme tout contexte particulier, caractérisé par des catégories de pensée, une culture matérielle, un champ de forces politiques et institutionnelles et toute une série d’intérêts personnels » (Daston, 1998, 116-117). La limite principale de ce type de microhistoire pour L. Daston réside dans son incapacité à « expliquer comment la connaissance engendrée dans un contexte très local peut devenir universelle et se généraliser d’un contexte à un autre » ce dont au contraire l’historical epistemology, cette « histoire des catégories qui structurent notre pensée, qui modèlent notre conception de l’argumentation et de la preuve, qui organisent nos pratiques » (Daston, 1998, 118), serait à même de rendre compte23.

Le contexte, ou comment cartographier les sciences humaines et sociales ?

29Lorsque Jean-Claude Passeron use de l’expression « disciplines du contexte » (Passeron, 1991, 33 ; Passeron, 2006, 92) pour unifier les pratiques des sciences humaines et sociales, il opère toutefois des distinctions et ne rassemble véritablement sous ce vocable que la sociologie, l’histoire et l’anthropologie. Le choix du contexte comme critère l’amène de fait à opérer un partage au sein des sciences humaines et sociales. Ainsi place-t-il à part les « sciences de l’observation simplifiée et sectorisée que sont, par exemple, l’économie, la démographie, la linguistique ou les histoires spécialisées dans ces mêmes domaines, [qui] autorise[nt…] au prix d’une approximation épistémologique encore tolérable, une forme affaiblie de définition logico-expérimentale des concepts » (id.). Même si l’on a vu que son propos avait vocation épistémologique et érigeait en norme une pratique singulière de la sociologie (avec Max Weber en figure tutélaire), cette remarque à propos du contexte témoigne de tectoniques profondes au sein des sciences humaines et sociales.

30À ce titre, enquêter de façon pluridisciplinaire sur les usages ou l’absence d’usage de la contextualisation permet, en creux, de saisir certaines dynamiques relationnelles existant entre les sciences humaines et sociales ainsi qu’au sein de chacune de ces disciplines. L’histoire, associée de nos jours le plus directement à la notion de contexte, apparaît dans ce cadre comme une sorte d’étalon à partir duquel on peut construire une enquête sur les sciences humaines et sociales. Histoire et philosophie forment à cette enseigne une opposition paradigmatique. Là où la première enseigne que la vérité est à chercher en explorant l’ancrage contextuel des processus qu’elle relate, la seconde y voit au contraire un fait anecdotique, indifférent voire trompeur eu égard à l’argumentation qui recherche la vérité. L’accusation de relativisme revient souvent sous la plume de philosophes à l’égard du discours des historiens.

31Mais ce type de distance vis-à-vis de l’opération de contextualisation se retrouve aussi en ce qui concerne des disciplines qui, par leur titre, peuvent pourtant paraître très proches de l’histoire. Les cas de l’histoire du droit, de la philosophie ou de la psychanalyse ici étudiés sont éloquents. Jean-Louis Halpérin montre ainsi que l’expression « histoire contextuelle » n’est absolument pas usitée en histoire du droit. Cette discipline aux règles très codées prolonge au xixe siècle les choix opérés par l’école historique du droit fondée par Carl von Savigny : selon cette conception, l’évolution des institutions, des concepts et des systèmes juridiques est pensée de façon continue, chacun connaissant un développement « organique » propre à travers le temps. Quand il est malgré tout question de contexte, il s’agit pour l’essentiel d’autres textes du même corpus ou de la même époque. L’article témoigne de toute la difficulté qu’a un petit groupe de chercheurs pour transformer la situation historiographique et l’ouvrir aux débats des sciences humaines et sociales.

32L’histoire de la philosophie, étudiée ici par Catherine König-Pralong, présente un cas de discipline elle aussi particulièrement rétive au travail de la contextualisation, qui paraît même le plus souvent antagonique avec elle. Contextualiser au sens d’historiciser revient à situer les vérités énoncées et donc potentiellement à en relativiser la validité. Concepts, problèmes et pensées sont alors présentés dans la plupart des histoires de la philosophie de façon « hors-sol », pour reprendre l’expression très parlante de C. König-Pralong. Elle montre toutefois comment le domaine plus spécialisé encore de l’histoire de la philosophie antique et médiévale est depuis quelques dizaines d’années le lieu d’interrogations plus générales sur les pratiques d’historicisations.

33Bien que beaucoup plus récente, l’historiographie de la psychanalyse partage avec celles du droit et de la philosophie une même distance vis-à-vis de la contextualisation perçue comme une opération de relativisation. Andreas Mayer montre qu’en effet certains adversaires de la psychanalyse l’ont utilisé comme une arme contre elle. Mais il retrace l’émergence dans les travaux de C. Ginzburg, J. Forrester et A. Davidson d’approches qui, voulant sortir de l’apologétique comme de la dénonciation, ont proposé d’inscrire la psychanalyse freudienne dans un programme d’épistémologie des sciences humaines. Andreas Mayer, lui-même, souhaite élargir plus encore la gamme des outils interprétatifs et montrer les apports d’une sociologie du mouvement psychanalytique et d’une anthropologie des dispositifs et des pratiques épistémiques et thérapeutiques. Bref, il s’agit d’articuler ce qu’il nomme une « histoire collective » et une « histoire concrète » de la psychanalyse.

34Ces trois types d’histoires sont donc dominés par des habitudes disciplinaires très fortes et une réticence majoritaire aux pratiques de contextualisations. Ces dernières sont vues comme relativistes, alors que les représentants de ces disciplines souhaitent conserver la valeur absolue des objets qu’ils étudient : le droit, la philosophie ou la psychanalyse. Même si le texte de fiction n’est pas considéré comme possédant une valeur de vérité du même ordre, depuis Marcel Proust au moins, s’est constitué ce que l’on pourrait nommer un « effet Contre Sainte-Beuve » en reprenant le titre de son essai sur la littérature dans lequel il dénonçait l’idée selon laquelle un livre serait le produit du même moi que celui que nous manifestons dans la société : l’affirmation de l’irréductibilité du texte littéraire au contexte qui l’a vu émerger (que celui-ci soit défini comme purement auctorial et psychologique, lié au milieu de l’écrivain ou plus largement à un cadre social, politique ou national particulier) a conduit à de nombreux débats sur la possible ou l’impossible contextualisation des textes littéraires. Les approches structurales faisant du texte l’unité de sens ont ainsi érigé la « clôture du texte » en impératif méthodologique cardinal (Maingueneau, 1993 ; Compagnon, 1998).

35Enfin, les controverses qui ont émaillé les considérables transformations de l’histoire des sciences (prise en un sens large) depuis une quarantaine d’années seraient un autre cas paradigmatique de tels rapports complexes à la contextualisation. Contextualiser la pratique scientifique reviendrait à relativiser les vérités scientifiques et à défendre l’irrationalisme. Tel est l’argumentaire qui a été utilisé par Alan Sokal et Jean Bricmont dans leur pamphlet Impostures intellectuelles (1997) contre les travaux de Bruno Latour par exemple. L’enjeu n’était pas seulement de vérité, mais aussi de politique : la rigueur scientifique aurait été oubliée au profit d’un relativisme généralisé aux effets politiques délétères selon les auteurs : le renoncement à toute valeur absolue. Ainsi, à l’enjeu cognitif s’ajoute une question morale et politique qui a donné aux débats un tour très véhément.

36Le plus souvent, ces adversaires de la contextualisation se contentent de critiquer le contexte ou la contextualisation sans préciser ce qu’ils entendent par là. Rares sont les historiens de la philosophie ou du droit qui expliquent ce qu’ils rejettent sous le vocable de « contexte ». N’apparaît le plus souvent qu’une figure définie négativement : le contexte est tout ce qui ne relève pas directement de la structure argumentative des normes juridiques ou des énoncés philosophiques systématiques. Mais comment fixe-t-on la frontière ? Qu’est-ce qui est texte et qu’est-ce qui est contexte ? Où commence ce qui est dénoncé comme anecdotique ? Cela reste le plus souvent dans le flou.

37Observer l’usage du terme « contexte » et la pratique de la contextualisation permet aussi de mieux saisir les controverses à propos des pratiques de comparaisons. Celles-ci ont longtemps été considérées comme garantes de la scientificité des sciences sociales. C’est notamment le cas chez Durkheim qui fait de la méthode comparative une « expérimentation indirecte », qui par la technique des variations concomitantes permet d’établir les relations de causalité entre les phénomènes sociaux (Durkheim, 1988, 217). Mais c’est aussi le cas chez des défenseurs d’une spécificité des sciences humaines et sociales. Jean-Claude Passeron considère certes, contre les promoteurs d’une définition nomologique des sciences sociales, que la clause expérimentale « toutes choses étant égales par ailleurs » ne saurait être maîtrisée « dans l’observation du cours du monde historique », mais il n’en critique pas pour autant le raisonnement comparatif. Il en redéfinit le statut. Pour lui, les concepts sociologiques, historiques ou anthropologiques reposant sur un raisonnement comparatif « sont nécessairement typologiques, en ce sens qu’ils conceptualisent, sans pouvoir formaliser opératoirement ce processus, des substituabilités entre “contextes parents” » (Passeron, 1991, 369 ; Passeron, 2006, 559). Constatant qu’« à la limite, la parenté de tous les contextes est plaidable », il considère que la limite d’un tel comparatisme généralisé réside dans sa confusion avec un « truisme » (Passeron, 1991, 369 ; Passeron, 2006, 561). Entre l’irréductibilité des contextes et la parenté généralisée, il est une gamme de positions qui ont structuré les débats animant depuis une trentaine d’années les réflexions sur le comparatisme. Il nous semble que les appartenances disciplinaires contribuent à expliquer ces divergences.

38Dans les années 1980-1990, Michel Espagne et Michael Werner, promoteurs d’une analyse des « transferts culturels » se fondaient sur une critique du comparatisme :

Le comparatisme littéraire tend parfois à poser l’existence de littératures nationales distinctes dans leur essence, puis à dépasser cette opposition en construisant un niveau métanational, où se dévoilent des thèmes communs à tous, où les opposés se réconcilient. (Espagne, Werner, 1994, 7)

39Ceci était, pour eux, le résultat de l’histoire des littératures nationales elles-mêmes :

L’ancienne construction des littératures nationales et son corollaire comparatiste partent de l’idée d’une « essence » nationale ; ils sont liés à l’idée romantique d’un « esprit » animant une totalité organique, dont les parties ne prendraient sens que par leur rapport au tout. (Espagne, Werner, 1994, 8)

  • 24 La défense d’une approche comparée des sources par S. Cerrutti et I. Grangaud (2013) semble elle a (...)
  • 25 Ceci se lit notamment dans les travaux de C. Charle qui ne considère pas histoire transnationale e (...)

40En portant leur attention sur le commerce culturel transnational, ils souhaitaient mettre l’accent sur les mécanismes d’acculturation (Espagne, Werner, 1987, 975) et inscrivaient « contextes de départ » et « contextes d’accueil » (Espagne, 1994, 115) dans une dynamique. Ils notaient ainsi que « les imprimeurs allemands dans le Paris du xixe siècle ont par exemple adapté au contexte français une technique acquise en Allemagne et transformé de la sorte, non seulement leur propre identité, mais la structure de leur contexte d’insertion » (Espagne, 1994, 115). Michel Espagne et Michael Werner étaient visiblement d’autant plus critiques vis-à-vis d’un comparatisme essentialisant les différences qu’ils venaient d’un domaine, les études germaniques, où la littérature comparée était une pratique courante et où les oppositions entre France et Allemagne étaient très fréquentes. Faire valoir une histoire culturelle transnationale contre les études de littérature comparée avait d’autant plus de sens et de portée. Au début des années 2000, Michael Werner proposa un programme quelque peu différent avec Bénédicte Zimmermann, celui d’une « histoire croisée ». Ils cherchaient explicitement « des pistes nouvelles pour sortir de l’impasse des débats entre comparatistes et spécialistes des transferts » (Werner, Zimmermann, 2003, 9), revendiquaient la critique par J. Revel de l’« usage paresseux » du contexte et invitaient « à lier deux niveaux de construction du contexte, celui des opérations analytiques effectuées par le chercheur et celui des situations d’action analysées » (Werner, Zimmermann, 2003, 24). Ils se rapprochaient ainsi d’une tendance dominante en histoire où les critiques à l’égard du comparatisme étaient beaucoup moins vives24 et où on cherchait davantage à articuler qu’à opposer histoire comparée et histoire transnationale25.

  • 26 Paradigmatique est le changement de position de l’historien D. Chakrabarty qui, après avoir tenté (...)

41À une autre échelle, l’usage ou non du « contexte » manifeste aussi les rapports complexes entre sciences humaines et sociales et sciences de la nature. En témoigne ici la contribution d’Hélène Guillemot. L’émergence d’un nouvel objet – l’environnement global – conduit nombre d’historiens des sciences contemporains à adopter les catégories produites par les sciences du climat pour l’appréhender (anthropocène, limites planétaires…) et à dénoncer toute autre explication comme inapte à saisir la singularité d’un phénomène dont la spécificité serait de ne pas être local26. À l’inverse, ceux qui cherchent du côté des sciences sociales à ré-ancrer ces faits d’ampleur planétaire dans des configurations très situées et marquées par des choix politiques, sociaux et économiques déterminés voient dans ces pratiques une forme de « naturalisation » qui empêche toute action politique en faveur de la protection de l’environnement. À l’heure où l’enjeu environnemental est une affaire hautement politique, ces choix ne sont pas uniquement des options épistémologiques, mais au moins autant des choix politiques.

42Enfin, le détour par l’Inde que nous offre ici Caterina Guenzi est très précieux. Elle nous retrace les pratiques contemporaines d’une discipline issue de la littérature sanskrite, appelée vāstuśāstra, la « science de l’habitat ». Enseignée dans les départements d’astrologie des facultés universitaires d’études sanskrites, elle est de nos jours très demandée par les représentants des classes moyennes venant s’installer dans des mégalopoles où ils n’ont pas de repères. C. Guenzi montre ainsi que dans le cadre de ces pratiques, la « sensibilité au contexte » apparaît non seulement comme une disposition intellectuelle dans le cadre d’un processus d’investigation, mais aussi une propriété des êtres vivants réagissant à l’action physique et sensorielle de certains agents externes.

  • 27 Pour une appréhension historiciste de l’histoire des sciences humaines, voir Feuerhahn, 2016.

43Plus généralement et pour conclure, s’interroger sur la contextualisation permet de questionner la frontière entre cette pratique au sein des sciences humaines et sociales et ses usages profanes. Car les acteurs étudiés par ces sciences ne sont pas passifs, ils sont eux-mêmes producteurs de contextualisations de leurs propres actions. L’historien, le sociologue ou l’anthropologue n’a pas affaire à une terre vierge : elle est déjà striée, balisée par les acteurs qui ont décrit, expliqué et pour ce faire contextualisé leurs actions. Que doit-il faire de ce « contexte profane » qui, en outre, ressemble souvent fortement au contexte construit par le savant (il est fréquemment très élaboré, use d’un même type de conceptualité, ne serait-ce que parce que les acteurs sont familiers du vocabulaire des sciences humaines et sociales…) ? Il semble tout aussi difficile de le prendre pour argent comptant que de faire comme s’il n’existait pas. Il me semble que l’historiciser est la meilleure manière d’échapper à ce qui se présente comme un piège27. Contextualiser la contextualisation profane et plus généralement contextualiser la contextualisation : voilà un programme de mise en abyme dont j’ai tenté de donner quelques éléments ici ! On pourrait voir dans une telle régression à l’infini la marque d’un défaut. Gageons plutôt qu’il s’agit de l’indication de notre propre historicité. On ne sort pas de l’histoire, on ne cesse d’écrire l’histoire de l’histoire et l’histoire de l’histoire de l’histoire en variant focales, paramètres et échelles sans prétendre y mettre un terme. En fournissant en outre au lecteur les outils à l’aide desquels les objets historiques sont contextualisés, l’historien laisse ses propositions ouvertes à la critique et au débat.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise, B., 2011a, « Le contexte social de l’acte de parole », dans Baugnet, L., Guilbert, Th. (dir.), Discours en contextes, Paris, PUF, p. 105-124.

Ambroise, B., 2011b, « Le tournant cognitif en pragmatique : un aller-retour transatlantique et ses impacts philosophiques », Revue d’histoire des sciences humaines, no 25, p. 81-102.

Ambroise, B., 2013, « Pragmatiques de la vérité : sens, représentation et contexte, de G. Frege à Ch. Travis », Corela [En ligne], HS-14 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2014, consulté le 5 décembre 2016. URL : http://corela.revues.org/3082 ; DOI : 10.4000/corela.3082

Ambroise, B., Laugier, S., 2011, Textes clés de philosophie du langage, vol. 2 : Sens, usage et contexte, Paris, Vrin.

Austin, J. L., 1970, Quand dire, c’est faire, trad. par G. Lane, Paris, Le Seuil.

Baugnet, L., Guilbert, Th. (dir.), 2012, Discours en contextes, Paris, PUF (CURAPP).

Bloor, D., 1976, Knowledge and social imagery, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Boudon, R., Bourricaud, F., 1982, « Individualisme », dans Boudon, R., Bourricaud, F. (dir.), Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, PUF, p. 301-309.

Brayard, F. (éd.), 2013, Des contextes en histoire, Paris, La Bibliothèque du CRH.

Burguière, A., 1986, Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF.

Braudel, F., 1949, La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin.

Cerrutti, S., Grangaud, I., 2013, « Sources et mises en contexte. Quelques réflexions autour des conditions de la comparaison », dans Brayard, F. (éd.), Des contextes en histoire, Paris, La Bibliothèque du CRH, p. 91-102.

Charle, C., 1996, Les intellectuels en Europe au xixe siècle. Essai d’histoire comparée, Paris, Le Seuil.

Cohen, R. S., Schnelle, T., 1985, Cognition and fact : materials on Ludwik Fleck, Dordrecht ; Boston ; Lancaster : D. Reidel.

Coll., 1987, « Editorial », Science in context, 1, p. 3.

Coll., 1988, « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », Annales ESC, 43e année, no 2, p. 291-293.

Coll., 1989, « Tentons l’expérience », Annales ESC, 44e année, no 6, p. 1317-1323.

Compagnon, A., 1998, Le démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Le Seuil.

Daston, L., 1998, « Une histoire de l’objectivité scientifique », dans Guesnerie, R., Hartog, F., Des Sciences et des Techniques : un débat, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 115-126.

Daston, L., 2014, L’économie morale des sciences modernes : jugements, émotions et valeurs, trad. de l’angl. par S. Lézé ; présenté par S. Van Damme, Paris, La Découverte.

De Fornel, M., Quéré, L., 1999, La logique des situations : nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS.

Detel, W., 2010, « Kontext/Kontextualismus », dans Sandkühler, H. J. (Hg.), Enzyklopädie Philosophie, Hambourg, Meiner, p. 1294-1299.

Durkheim, É., 1988, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Flammarion.

Elkana, Y., 1980, « Of cunning reason », Transactions of the New York Academy of Sciences, 39/1 Series II, p. 32-42.

Elkana, Y., 1981, « A Programmatic Attempt at an Anthropology of Knowledge », dans Mendelsohn, E., Elkana, Y. (dir.), Sciences and Cultures. Anthropological and Historical Studies of the Sciences, Dordrecht, Neth. ; Boston ; Londres : D. Reidel, p. 1-76.

Espagne, M., 1994, « Sur les limites du comparatisme en histoire culturelle », Genèses, 17, p. 112-121.

Espagne, M., Werner, M., 1987, « La construction d’une référence culturelle allemande en France : genèse et histoire (1750-1914) », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 42e année, n4, p. 969-992.

Espagne, M., Werner, M., 1994, Philologiques III. Qu’est-ce qu’une littérature nationale ? Approches pour une théorie interculturelle du champ littéraire, Paris, Éditions de la MSH.

Feuerhahn, W., 2016, « Pour l’historicisme. À propos et à partir de Christian Topalov », Revue d’histoire des sciences humaines, 29, p. 307-312.

Feuerhahn, W., 2017, « Les catégories de l’entendement écologique : milieu, Umwelt, environment, nature… », dans Blanc, G., Demeulenaere, E., Feuerhahn, W. (dir.), Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne, p. 19-41.

Fleck, L., 2011, Denkstile und Tatsachen. Gesammelte Schriften und Zeugnisse, Werner, S., Zittel, C. (éd.), Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Fornel, M. de, Passeron, J.-C. (éd.), 2002, L’argumentation : preuve et persuasion, Paris, Éditions de l’EHESS (Enquête).

Gauvard, C., Sirinelli, J.-F., 2015, Dictionnaire de l’historien, Paris, PUF.

Gingras, Y., 2010, « Naming without necessity : On the genealogy and uses of the label "historical epistemology" », Revue de synthèse, vol. 131, no 3, p. 439-454.

Grossheim, M., 2005, « Der Situationsbegriff in der Philosophie. Mit einem Ausblick auf seine Anwendung in der Psychiatrie », dans Schmoll, D., Kuhlmann, A. (Hg.), Symptom und Phänomen. Phänomenologische Zugänge zum kranken Menschen, Freibourg/Munich, Verlag Karl Alber, p. 114-149.

Jouhaud, C., 1994, « Présentation », Annales HSS, 49e année, no 2, p. 271-276.

Lahire, B., 1996, « La variation des contextes dans les sciences sociales. Remarques épistémologiques », Annales HSS, 51e année, no 2, p. 381-407.

Latour, B., 1987, « Science in action : how to follow scientists and engineers through society », Cambridge, (Mass.) : Harvard University Press.

Latour, B., 1995, La science en action : introduction à la sociologie des sciences, Paris, Gallimard.

Laugier, S., Al-Saleh, C. (eds.), 2011, John L. Austin et la philosophie du langage ordinaire, Hildesheim, Olms.

Le Roy-Ladurie, E., 1974, « L’histoire immobile », Annales ESC, 29e année, no 3, p. 673-692.

Lorenz, K., « Kontext », dans Mittelstrass, J. (Hg.), Enzyklopädie Philosophie und Wissenschaftstheorie, Bd 2, Stuttgart, Weimar, Metzler, 1995, p. 454-455.

Maingueneau, D., 1993, Le contexte de l’œuvre littéraire : énonciation, écrivain, société, Paris, Bordas.

Passeron, J.-C., 1991, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Passeron, J.-C., 2006, Le raisonnement sociologique. Un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel.

Pestre, D., 2006, Introduction aux science studies, Paris, La Découverte.

Piron, S., 2013, « Contexte, situation, conjoncture », dans Brayard, F. (éd.), Des contextes en histoire, Paris, La Bibliothèque du CRH, p. 27-65.

Pollak, M., 1993, « L’historien et ses concurrents : le tournant épistémologique des années 1960 aux années 1980 », dans IHTP, Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Éditions, p. 329-339.

Prost, A., 2002, « Argumentation historique et argumentation judiciaire », dans de Fornel, M., Passeron, J.-C. (dir.), L’argumentation : preuve et persuasion, Paris, Éditions de l’EHESS (Enquête), p. 29-47.

Rabault-Feuerhahn, P., 2017, « La comparaison fait-elle la discipline ? Intitulés comparatistes et dynamique des chaires au Collège de France », dans Feuerhahn, W. (dir.), La tectonique des savoirs. La politique des chaires au Collège de France, Paris, Belles Lettres/Collège de France, à paraître.

Recanati, F., 1994, « Contextualism and anti-contextualism in the philosophy of language », dans Tsohatzidis, S. L., éd., Foundations of Speech Act Theory : Philosophical and Linguistic Perspectives, Londres, Routledge, p. 156-166.

Reichenbach, H., 1938, Experience and prediction : an analysis of the foundations and the structure of knowledge, University of Chicago Press.

Remaud, O., Schaub, J.-F., et Thireau, I., 2012, Faire des sciences sociales : comparer, Paris, Éditions de l’EHESS.

Revel, J., 1996, « Micro-analyse et construction du social », dans Revel, J. (éd.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, p. 15-36.

Romano, A., Sebastiani, S., 2016, « Tentare la storia : spazi e scale di un’esperienza », dans Romano, A., Sebastiani, S. (dir.), La forza delle incertezze. Dialoghi storiografici con Jacques Revel, Bologne, Il Mulino, p. 9-33.

Sapiro, G., 2012, « Comparaison et échanges culturels. Le cas des traductions », dans Remaud, O., Schaub, J.-F., Thireau, I., 2012, Faire des sciences sociales : comparer, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 193-221.

Skinner, Q., 1969, « Meaning and Understanding in the History of Ideas », History and Ideas, 8 (1), p. 3-53.

Stierle, K., « Zur Begriffsgeschichte von ‘Kontext’ », Archiv Für Begriffsgeschichte, vol. 18, 1974, p. 144-149.

Strawson, P. F., 1964, « Intentions and Conventions in Speech Acts », The Philosophical Review, 1964, p. 439-460.

Strawson, P. F., 1970, « Phrase et acte de parole », trad. par P. Gochet, Langages, 5e année, no 17, L’énonciation, T. Todorov (éd.), p. 19-33.

Strawson, P. F., 1997, « Meaning and context » in Entity and Identity (and Other Essays), Oxford, Clarendon Press, p. 216-231.

Strawson, P. F., 2011, « Contexte et signification », trad. et présentation de B. Ambroise, dans Ambroise, B. et Laugier, S. (eds), Textes clés de philosophie du langage, vol. 2 : Sens, usage et contexte, Paris, Vrin, p. 55-79 (présentation : p. 55-59 ; texte : p. 59-79).

Werner, M., Zimmermann, B., 2003, « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », Annales. Histoire, sciences sociales, 1/2003 (58e année), p. 7-36.

Haut de page

Notes

1 Dans la deuxième édition, J.-C. Passeron emploie aussi l’expression de « sciences du contexte » (Passeron, 2005, 20).

2 La situation est un peu différente en Allemagne : voir Stierle, 1974 ; Lorenz, 1995 ; Detel, 2010. Toutefois, « contexte » n’est pas une entrée du Historisches Wörterbuch der Philosophie dirigé par J. Ritter et al. et publié en 13 volumes.

3 Sur le sens attribué à ces catégories, voir Feuerhahn, 2017.

4 Pour avoir une idée du spectre très large des usages du terme « situation », voir notamment : de Fornel et Quéré, 1999 ; Grossheim, 2005 ; Piron, 2013.

5 Bien qu’il ne soit pas membre de l’EHESS, c’est sa proximité d’alors avec J.-C. Passeron et le fait qu’il publie son article dans les Annales qui me semble ici notable.

6 « L’histoire immobile » avait été le titre de la leçon inaugurale d’Emmanuel Le Roy-Ladurie au Collège de France, le 30 novembre 1973. Le texte de cette leçon parut dans les Annales l’année suivante, dans la rubrique « Débats et combats » (Le Roy-Ladurie, 1974, 673-692). Or dès la préface de sa Méditerranée en 1949, Fernand Braudel avait évoqué « une histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure » (Braudel, 1949, 13).

7 Une confrontation entre les usages de Weber dans Le Métier de sociologue et dans Le Raisonnement sociologique permettrait de voir de près l’écart entre les deux livres. Je me contenterai de noter ici que le premier des deux associe à plusieurs reprises les noms de Durkheim, Marx et Weber (Bourdieu, Chamboredon, Passeron, 1972, 16, 30) ce que ne fait plus le second, qui précise même : « Les lexiques de base, propres aux théories des “pères fondateurs”, ne jouent pas en sociologie le rôle référentiel […]. En dépit de leur quasi-contemporanéité, les fondations concurrentielles du xixe siècle, celles de Marx, Durkheim, Weber et Pareto, ne se sont guère empruntés de concepts l’une à l’autre, évitant plutôt le contact, sauf à se démarquer, tantôt ostentoirement tantôt implicitement, du marxisme. » (Passeron, 1991, 31).

8 Pour des critiques rétrospectives du Métier de sociologue, voir : Passeron, 1991, 13-14.

9 Voir Boudon et Bourricaud, 1982. Rémi Sinthon prépare actuellement un article sur la réception de Karl Popper dans la sociologie française des années 1980 à partir d’une communication intitulée : « Epistemological arguments as positioning strategies in the scientific field. The case of the reference to Karl Popper in 1980s French sociology ». Homo academicus – Was heißt Forschen und Lehren an der Universität ? Workshop organisé par Elizabeth Nemeth et Éric Brian, département de philosophie de l’université de Vienne (Autriche), juin 2010.

10 Ce périodique a débuté en avril 1985 sous le titre Enquête. Cahiers du CERCOM (direction Jean-Claude Passeron) : huit numéros ont ainsi été publiés, jusqu’en septembre 1993, par le Centre d’enquêtes et de recherches sur la culture, la communication, les modes de vie et la socialisation (CERCOM). De 1995 à 1999, une nouvelle série de sept numéros a été éditée, sous le titre Enquête. Anthropologie, Histoire, Sociologie, par les Éditions Parenthèses, à Marseille. La revue a pris fin avec le numéro 7. Depuis, elle est une collection des Éditions de l’EHESS.

11 Sur le parcours de Jacques Revel, voir : Romano, Sebastiani, 2016.

12 « It is my essential contention, however, that none of this panic or equivocation is at all well-judged » (Skinner, 1969, 42).

13 Référence est faite à Lewis Namier (1888-1960) spécialiste de l’histoire politique britannique et européenne du xviiie siècle aux années 1950, qui était professeur à l’université de Manchester (1931-1953). Skinner dénonce l’absence d’indépendance des idées vis-à-vis des structures de pouvoir dans les travaux de Namier (Skinner, 1969, 42).

14 Austin énonce ainsi six « règles » qui, faute d’être suivies, susciteraient l’échec de ces énoncés d’un type particulier : « (A. 1) Il doit exister une procédure, reconnue par convention, dotée par convention d’un certain effet, et comprenant l’énoncé de certains mots par certaines personnes dans certaines circonstances. […] (A. 2) Il faut que, dans chaque cas, les personnes et circonstances particulières soient celles qui conviennent pour qu’on puisse invoquer la procédure en question. (B. 1) La procédure doit être exécutée par tous les participants, à la fois correctement et (B. 2) intégralement. (Γ. 1) Lorsque la procédure – comme il arrive souvent – suppose chez ceux qui recourent à elle certaines pensées ou certains sentiments, lorsqu’elle doit provoquer par la suite un certain comportement de la part de l’un ou l’autre des participants, il faut que la personne qui prend part à la procédure (et par là l’invoque) ait, en fait, ces pensées ou sentiments, et que les participants aient l’intention d’adopter le comportement impliqué. De plus, (Γ. 2) ils doivent se comporter ainsi, en fait, par la suite. » (Austin, 1970, 14-15).

15 Le livre de S. Laugier et C. Al-Saleh constitue à ce titre une exception notable (Laugier, Al-Saleh, 2011).

16 J’emprunte ces éléments de contextualisations à Laugier et Al-Saleh, 2011, 14-19.

17 Paul Grice était le « tutor » de Strawson, lui-même « tutor » de John Searle. La première critique « intentionnaliste » d’Austin a été publiée par P. F. Strawson : « Intentions and Conventions in Speech Acts », The Philosophical Review, 1964, 439-460. Je dois ces éléments de contextualisations à Bruno Ambroise que je remercie très vivement et renvoie à ses articles : Ambroise, 2011a, 2011b, 2013 ainsi que Ambroise, Laugier, 2011.

18 Le choix du titre serait à replacer dans une histoire de Cambridge University Press, de sa déclinaison de multiples séries sous la forme « X, Y, Z in Context » (Literature in Context, Ideas in Context, Law in Context, Music in Context…) et du sens conféré dans ces travaux au terme « context ».

19 Voir la lettre de Fleck à Moritz Schlick du 5 septembre 1933 (Fleck, 2011, 561). C’est peut-être la découverte de Fleck par Elkana qui le conduit à passer de l’expression « comparative science » (1980-81) à « comparative epistemology » comme dans l’éditorial de 1987.

20 Voir Bloor, 1976 ; Pestre, 2006.

21 Le mouvement SSK ou STS (Science and Technology Studies) disposait déjà d’une revue depuis 1975 : Social Studies of Science.

22 Par ailleurs, les séries « X,Y, Z in context » de Cambridge University Press ont fini par proposer des textbooks sur les « grands auteurs », faisant ainsi du « contexte » l’élément de justification et de renforcement du récit héroïque traditionnel, celui des sciences comme de la littérature ou de la philosophie. Je remercie vivement Alexandre Métraux et Antonella Romano pour ces deux suggestions.

23 C’est dans le cadre de la fondation du Max Planck Institut für Wissenschaftsgeschichte à Berlin en 1994 que ses trois directeurs (Lorraine Daston, Jürgen Renn, Hans-Jörg Rheinberger) ont fait de l’« historical epistemology » une bannière, voir Gingras, 2010 et la présentation de S. Van Damme à Daston, 2014.

24 La défense d’une approche comparée des sources par S. Cerrutti et I. Grangaud (2013) semble elle aussi fortement liée à un facteur disciplinaire : la critique d’un héritage orientaliste exotisant réifiant et essentialisant la spécificité du waqf arabe est présentée comme ce contre quoi il faut résister (2013, 98-100).

25 Ceci se lit notamment dans les travaux de C. Charle qui ne considère pas histoire transnationale et histoire comparée comme opposées (Charle, 1996). Cette articulation est sans doute pour une part dû au fait que dans cette dernière discipline, le comparatisme, beaucoup plus rare, était en position de faiblesse. À titre symbolique, l’histoire comparée n’a jamais obtenu de chaire au Collège de France (voir Rabault-Feuerhahn, 2017). On retrouve une même absence d’opposition entre les démarches comparatives et transnationales en sociologie (Sapiro, 2012) et plus généralement à l’EHESS. Ce dont témoigne le récent volume de Faire des sciences sociales consacré à la comparaison (Remaud, Schaub, Thireau, 2012) où cette pratique est considérée comme fédératrice de l’institution et plus généralement des sciences sociales.

26 Paradigmatique est le changement de position de l’historien D. Chakrabarty qui, après avoir tenté de déprovincialiser l’Europe et dénaturaliser toutes les catégories historiographiques, en vient désormais à défendre l’idée que l’histoire devrait se mettre à l’école des sciences du système terre pour saisir les transformations contemporaines du climat. Sur ce virage voir la contribution de H. Guillemot et Blanc, Demeulenaere, Feuerhahn, 2017, 273-275.

27 Pour une appréhension historiciste de l’histoire des sciences humaines, voir Feuerhahn, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn, « Les sciences humaines et sociales : des disciplines du contexte ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 7-29.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn, « Les sciences humaines et sociales : des disciplines du contexte ? », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/493 ; DOI : 10.4000/rhsh.493

Haut de page

Auteur

Wolf Feuerhahn

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals