Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Débats, chantiers et livresJoseph Persky, The Political Econ...

Débats, chantiers et livres

Joseph Persky, The Political Economy of Progress: John Stuart Mill and Modern Radicalism

Oxford, Oxford University Press, 2016, 272 pages
Victor Bianchini
p. 241-244
Référence(s) :

Joseph Persky, The Political Economy of Progress: John Stuart Mill and Modern Radicalism, Oxford, Oxford University Press, 2016, 272 pages

Texte intégral

  • 1 J’emploie ici le terme « radicalisme » au sens large, à savoir l’idée que le progrès social et poli (...)
  • 2 Gregory Claeys, Mill and Paternalism, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.
  • 3 Persky note bien entendu que cette notion revêt différentes interprétations, et qu’elle peut avoir (...)

1Si John Stuart Mill a pu être considéré comme un membre important des « radicaux philosophiques », son radicalisme1 constitue encore une réflexion intéressante, voire enrichissante, à notre époque qui paraît retarder coûte que coûte l’avènement (inévitable ?) de l’état stationnaire. Tel semble être le message de Joseph Persky qui signe, dans la lignée de ses travaux, un ouvrage éloquent dont l’intérêt est double. L’auteur y explique d’abord la conception progressiste de l’économie politique selon John Stuart Mill ; ce qui n’est jamais aisé lorsqu’il s’agit d’expliquer la pensée d’un polymathe prolifique, dont certaines des thèses peuvent aujourd’hui paraître paradoxales à première vue. À ce titre, il affirme que son livre est complémentaire de celui de Gregory Claeys2. Alors que ce dernier tentait de réconcilier le Mill défenseur des réformes sociales (extension du droit de vote, restriction aux droits à l’héritage, etc.) avec celui de On Liberty, Persky se propose de rendre compatible le radicalisme politique et social de Mill avec celui du capitalisme du laisser-faire (p. xvii). C’est donc la cohérence de la pensée d’un auteur complexe, encore débattue aujourd’hui, que Persky souligne, et qui doit, selon lui, se comprendre dans une tradition utilitariste. Le second intérêt de l’ouvrage articule davantage le passé avec le présent, en montrant que l’économie politique progressiste millienne, bien que trop méconnue, peut constituer une source d’inspiration non négligeable pour le « radicalisme moderne », que Persky semble définir comme un ensemble d’idées susceptibles de réformer les institutions, oscillant autour de l’aile gauche du libéralisme, du marxisme, et plus généralement autour de théories philosophiques accordant une place importante à la justice (p. xiv-xv)3.

2Non seulement l’auteur essaye de retracer cette évolution masquée de la pensée millienne, mais il veille aussi à la situer dans son contexte intellectuel, de sorte qu’il ne s’agit pas que d’un livre sur Mill. Le livre est organisé en trois parties. La première, « The Utilitarian Reading of Accumulation » est un résumé érudit de la façon dont la pensée radicale émerge de la période des Lumières à Mill. Le bonheur du plus grand nombre d’individus, l’idée de progrès et un « égalitarisme » devant la nature humaine : voilà les trois idées fondamentales de la pensée radicale des Lumières. Parallèlement à cela, Persky nous invite à considérer deux choses. D’une part, l’émergence de la révolution industrielle et de l’économie politique donne un sens matérialiste au progrès. De l’autre, le principe de population de Malthus relativise grandement l’optimisme « naïf » qu’on prête traditionnellement aux Lumières, optimisme qui serait illustré par la thèse du progrès indéfini de Nicolas de Condorcet. C’est dans ce contexte que l’économie politique millienne doit se comprendre. Le capitalisme du laisser-faire permettrait, d’un côté, une accumulation du capital nécessaire au progrès matériel. Mais, d’un autre côté, ce capitalisme est impuissant pour atteindre simultanément les trois idées radicales des Lumières mentionnées plus haut, et ne serait alors que transitoire dans le processus progressiste de l’économie politique. L’avènement d’un état stationnaire (lequel, dans le cadre de la théorie des fonds de salaire, est caractérisé non pas par un niveau de population excessif et des salaires bas, mais par la configuration inverse, plus bénéfique aux travailleurs), favorable à la mise en place de réformes institutionnelles profondes, constitue la fin de l’économie politique millienne du progrès, qui ne saurait être atteinte par la révolution. La deuxième partie, « Progress and radical reform », analyse ces réformes institutionnelles. Elles passent d’abord par des restrictions aux droits à l’héritage, associées à une réforme foncière incluant une compensation pour les propriétaires terriens ; elles passent ensuite par une réflexion sur l’aide aux pauvres, en relation d’une part avec l’importance de contrôler la croissance de la population, et de l’autre, avec la reconsidération de la conception patriarcale de la famille qui relègue au second plan la condition féminine. Enfin, c’est en veillant à éduquer massivement les travailleurs, dégradés par la division du travail et par leur rapport de subordination aux capitalistes, en généralisant le droit de vote, et en mettant en place des coopératives propices à l’émergence d’une sorte de démocratie économique vertueuse, que l’économie politique progressiste millienne sera à son paroxysme. La troisième et dernière partie, « Echoes », est sans doute la plus originale de l’ouvrage de Persky. Elle montre que les réformes milliennes peuvent non seulement avoir des résonances avec des courants et/ou des auteurs réformistes radicaux, contemporains ou non, mais aussi constituer un agenda prometteur en la matière. Persky met alors en exergue des points communs entre Karl Marx et Mill (exception faite des questions de la révolution et de la centralisation), auteurs qu’on tend traditionnellement à opposer au regard du portrait négatif que le premier brossait du second. Il examine ensuite dans quelle mesure Mill a influencé les socialistes Fabiens, tant ses fondateurs, comme Beatrice et Sidney Webb, que des figures relativement plus modernes ayant influencé le parti socialiste des travailleurs au Royaume-Uni, tels que Hugh Dalton et Nicholas Kaldor. Puis vient l’examen d’une figure importante du radicalisme moderne, John Rawls. Bien que l’auteur de A Theory of Justice soit proche de J. S. Mill dans sa tentative de rendre compatible la liberté avec l’égalité, Persky affirme que la conception millienne du progrès, fondée sur l’organisation des travailleurs, serait susceptible de compléter l’œuvre de Rawls, laquelle manque d’un plan institutionnel pour atteindre la « nouvelle économie ». Et il en va de même pour d’autres auteurs du radicalisme moderne qui, ne partageant pas nécessairement les mêmes approches de la justice, placent l’accent tantôt sur l’égalité démocratique, tantôt sur l’égalité des chances. Selon Persky, il serait utile de revenir à Mill, car celui-ci propose en réalité une synthèse de ces deux visions. Enfin, l’auteur conclut son ouvrage à travers un chapitre, « Mill’s vision », qui résume les points centraux de la pensée radicale de Mill et les enjeux qu’ils posent.

  • 4 Persky cite Abram Harris, « John Stuart Mill’s Theory of Progress » (Ethics, 66, 1956, p. 157-175), (...)
  • 5 Le biographe de Mill père et fils, et ami proche de John Stuart.
  • 6 Voir, par l’exemple, l’ouvrage de Ben Eggleston, Dale E. Miller et David Weinstein (dir.), John Stu (...)

3L’ouvrage est bien écrit et l’érudition de Persky fait que le lecteur, spécialiste ou non de l’utilitarisme classique, pourra approfondir ses connaissances. Certains points auraient toutefois mérité d’être plus approfondis. La notion de progrès, par exemple, complexe à saisir, tant au xixe siècle qu’à notre époque, aurait pu être davantage définie au moins selon Mill. Persky se focalise sur la conception matérialiste du progrès de l’économie politique millienne. Il se distingue alors des auteurs qui se concentrent sur des éléments subjectifs propres au développement moral et intellectuel des individus, et qui vont plus piocher dans d’autres œuvres centrales de J. S. Mill4. Les deux approches ne semblent pourtant pas inconciliables, car elles peuvent toutes deux être vues comme dépendantes de la philosophie de l’histoire de Mill. Dans la continuité de son interprétation du progrès, Persky soutient que ce dernier a une conception matérialiste de l’histoire. Cette interprétation a du sens en ce que J. S. Mill ne s’éloigne pas fondamentalement d’une théorie de la connaissance empiriste (l’associationnisme psychologique), dont lui-même, son père et Alexander Bain5 furent les promoteurs. Mais elle laisse de côté les autres interprétations plus « idéalistes » de l’histoire. Le lecteur peut par ailleurs rester perplexe quant à la question, certes complexe, de savoir comment la transition entre l’état capitaliste de la société et l’état « idéal », ouvrant la voie à une sorte de « démocratie économique » du bonheur, advient concrètement. Aussi, la notion de bonheur chez J. S. Mill, qui fait encore débat chez les philosophes et les historiens des idées, et qui n’exclut pas l’idée de progrès, n’est pas assez discutée. Il en va de même pour ce que J. S. Mill appelait « l’art de la vie » (articulant la morale, la politique et l’esthétique)6, lequel peut constituer une grille de lecture intéressante en regard de la notion de progrès, et peut permettre de situer plus nettement l’économie politique au sein du projet global de Mill. Quant au second enjeu de l’ouvrage de Persky, le radicalisme de Mill et sa réévaluation de nos jours, il est original et séduisant, mais le lecteur peut parfois se demander si Mill est tant radical encore aujourd’hui au regard de sa position ambivalente malthusienne sur l’aide aux pauvres et ses suggestions en matière de réformes sur l’héritage, lesquelles peuvent paraître plus de l’ordre du « compromis » (p. 95). Les autres interprétations consistant à rapprocher les positions de J. S. Mill avec des théories modernes comme « l’égalitarisme de la chance », sont bien menées et audacieuses. Le rapprochement est peut-être davantage complexe (voire contrasté) si l’on se réfère à la façon dont Friedrich Hayek se réclame dans une certaine mesure d’une tradition libérale millienne.

4Outre ces points mineurs, l’ouvrage de Persky illustre une démarche féconde dans l’histoire des idées, démarche consistant à éclairer la pensée d’un courant et/ou d’un auteur non seulement à l’aune de son contexte intellectuel, mais aussi à la lumière de débats plus contemporains. Cet essai captivera toute personne s’intéressant de près ou de loin à John Stuart Mill, ou plus généralement à l’utilitarisme classique, et à la manière dont sa pensée peut encore être d’actualité de nos jours.

Haut de page

Notes

1 J’emploie ici le terme « radicalisme » au sens large, à savoir l’idée que le progrès social et politique se base avant tout sur la possibilité de réformer les institutions.

2 Gregory Claeys, Mill and Paternalism, Cambridge, Cambridge University Press, 2013.

3 Persky note bien entendu que cette notion revêt différentes interprétations, et qu’elle peut avoir une connotation révolutionnaire. Mais il ne s’engage pas sur cette voie, ce qui est cohérent au regard du fait que Mill n’était pas un révolutionnaire.

4 Persky cite Abram Harris, « John Stuart Mill’s Theory of Progress » (Ethics, 66, 1956, p. 157-175), mais il y en a bien entendu d’autres.

5 Le biographe de Mill père et fils, et ami proche de John Stuart.

6 Voir, par l’exemple, l’ouvrage de Ben Eggleston, Dale E. Miller et David Weinstein (dir.), John Stuart Mill and the Art of Life, Oxford, Oxford University Press, 2012, proposant d’intéressantes analyses en la matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Victor Bianchini, « Joseph Persky, The Political Economy of Progress: John Stuart Mill and Modern Radicalism »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 241-244.

Référence électronique

Victor Bianchini, « Joseph Persky, The Political Economy of Progress: John Stuart Mill and Modern Radicalism »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4931 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4931

Haut de page

Auteur

Victor Bianchini

PHARE, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search