Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Débats, chantiers et livresMarie-France Piguet, Individualis...

Débats, chantiers et livres

Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot

Paris, CNRS Éditions, 2018, 192 pages
Jacqueline Carroy
p. 245-248
Référence(s) :

Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot, Paris, CNRS Éditions, 2018, 192 pages

Texte intégral

  • 1 Marie-France Piguet, « Benjamin Constant et la naissance du mot individualisme », Annales Benjamin (...)

1Dans le prolongement de recherches précédentes, Marie-France Piguet consacre une enquête à l’émergence, au cours de la première moitié du xixe siècle, du néologisme individualisme1. Celui-ci est apparu en Français pour s’accréditer ensuite dans d’autres langues européennes. C’est à une histoire courte, mais non à la recherche, quelque peu illusoire, d’une origine qui serait conditionnée par une toute première attestation, que s’attache l’auteure. Elle fait sienne une proposition de Jean Starobinski : « La sémantique historique […] n’a jamais été dupe de l’illusion qui voudrait que le plus ancien sens attesté fût une vérité philosophique » (p. 10). Ce choix énoncé d’entrée de jeu permet de ne se focaliser ni sur une question de priorité, ni sur un seul mot. Tout en tenant fermement une posture de linguiste, il s’agit de faire surgir un contexte précis, en convoquant notamment le jeu de synonymes et d’antonymes qui accompagnent les multiples émergences francophones, à peu près simultanées, d’un vocable, tantôt péjoratif et tantôt revendiqué. Ce vocable, aux témoignages presque unanimes des lecteurs du début du xixe siècle, correspond à un besoin et comble un manque au plan francophone et européen, ce que confirme son exportation assez rapide dans d’autres langues que le français.

2L’intérêt du travail de Marie-France Piguet est de se concentrer sur une périodisation précise et sur une émergence. Au cours des années 1820 et 1830, en peu de temps, le mot d’individualisme circule autour d’une série d’analogies et d’oppositions que l’ouvrage déploie avec érudition. Égoïsme, individualité, association, socialisme, protestantisme, manière de se sentir moderne, isolement, démocratie, sont autant de mots ou d’expressions qui dessinent une sorte de nébuleuse linguistique. Vers 1823, se fonde par exemple une Société d’individualistes au sein de laquelle le néologisme prend une valeur positive liée, semble-t-il, à la défense de la liberté individuelle (p. 26, p. 83 et suiv.). Lorsque le mot est employé, il relève souvent d’un « bien connu » qui, tout en étant ressenti comme récent, peut se passer d’explicitation. Individualisme ne s’est sans doute imposé qu’après avoir déjà circulé par oral pour être écrit et adoubé ensuite par plusieurs auteurs plus ou moins célèbres que le livre fait (re)découvrir.

3Avant de parler de l’émergence d’un néologisme du xixe siècle, il faut évoquer son « ancêtre » du siècle précédent, égoïsme, qui s’était déjà accrédité comme un vocable inédit. Presque en même temps, en 1777 et 1778, on joue une comédie intitulée L’égoïsme et l’académie de Besançon ouvre un concours sur « les funestes effets de l’égoïsme » (p. 44-53). Égoïsme a plutôt un sens moral, et il n’a pas alors un sens politique et social. Mais il commence à en acquérir un chez les Révolutionnaires. Pour Robespierre, il peut renvoyer ainsi à un affaiblissement des liens sociaux que viendra ultérieurement désigner plus spécifiquement le terme plus « moderne » d’individualisme (p. 54). Tout au long du xixe siècle (et encore actuellement ?), les deux mots d’égoïsme et d’individualisme pourront être associés et continueront à faire partie d’une plage sémantique commune : l’acception morale pourra toujours rester présente et ressurgir. Le chapitre 2 du livre, intitulé « Égoïsme, un mot du xviiie siècle », me semble être particulièrement original et, en tous les cas, dessiner une généalogie peu fréquemment détaillée.

4Dans le chapitre 3, Marie-France Piguet met en vedette un débat d’idées opposant d’une part des penseurs de l’individualité comme Benjamin Constant, ou encore comme les Libéraux qui publient dans Le Globe sous la Restauration et, d’autre part, les Saint-Simoniens regroupés notamment autour de la revue Le Producteur, qui valorisent à l’inverse l’idée d’association. C’est par exemple dans cette publication, en 1826, à l’occasion de comptes rendus d’un livre d’économie politique de Charles Dunoyer que revient en un sens péjoratif le mot d’individualisme. Sous ce terme, à travers Dunoyer, c’est la philosophie critique du xviiie siècle qui est visée. Lorsqu’il prend la défense de Dunoyer, Benjamin Constant utilise individualisme comme un mot de l’adversaire, à savoir de la « secte » des Saint-Simoniens, un mot « qui ne va pas de soi ». Ou encore, pourrait-on dire actuellement, Constant retourne ainsi le stigmate :

Le système de M. Dunoyer est ce que ses critiques appellent l’individualisme ; c’est-à-dire qu’il établit pour premier principe que les individus sont appelés à développer leurs facultés dans toute l’étendue dont elles sont susceptibles ; que ces facultés ne doivent être limitées qu’autant que le nécessite le maintien de la tranquillité, de la sûreté publique, et que nul n’est obligé, dans ce qui concerne ses opinions, ses croyances, ses doctrines, à se soumettre à une autorité intellectuelle en dehors de lui. Ce système, que nous croyons le seul juste, le seul favorable au perfectionnement de l’espèce humaine, est en horreur à la nouvelle secte, qui veut fonder un papisme industriel. (p. 69)

5Plutôt que de reprendre à son compte ultérieurement ce néologisme d’individualisme, Constant préfère cependant utiliser et mettre en valeur un autre mot, celui d’individualité, qui n’est pas affecté par un suffixe péjoratif en « isme ».

6Un autre enjeu, développé brièvement par l’autrice, porte sur la possibilité de fonder une science positive de l’Homme. En effet, comme le soutient le Saint-Simonien Saint-Amand Bazard, une philosophie de la libre conscience est incompatible avec l’idée d’une « science » morale et politique qui se développerait comme une science d’observation atteignant à des vérités assurées comparables à celles de l’astronomie (p. 78). À la limite, une pensée « individualiste » se détruit elle-même à mesure que se développe une science de l’homme, entendue en ce sens. On mesurerait là peut-être combien certains praticiens des sciences sociales de la fin du xixe siècle ont pu être des lecteurs des Saint-Simoniens…

7Controverses politique et religieuse convergent, montre aussi l’autrice. L’individualisme qui isole l’Homme et l’empêche de faire société est critiqué par des socialistes comme Pierre Leroux ou Michel Chevalier (p. 110 et suiv.). Mais il l’est aussi par le catholique Félicité Robert de Lamennais en 1829, quand il s’en prend au libéralisme politique comme au protestantisme qui ont, selon lui, partie liée (p. 88 et 122). À côté de ces débats centraux ou du moins plus connus, au même moment, des auteurs contre-révolutionnaires, comme Montlosier, exaltent « l’esprit de famille » contre celui d’individualité (p. 99 et suiv.). Marie-France Piguet résume ainsi ce qui rend possible, voire inévitable, l’émergence d’un mot-repoussoir commun aux Saint-Simoniens, aux premiers Socialistes, à certains Catholiques, comme à des philosophes de la Réaction :

L’émergence du mot individualisme a donc concerné au même moment deux registres discursifs disjoints : celui du politique en attaquant la doctrine qui défend la « liberté individuelle » […] et celui du religieux et des écrits philosophiques par la condamnation du principe de « l’autorité individuelle », de la « raison individuelle », du « rationalisme individuel », au nom du critère de la certitude. Dans ces deux registres, le néologisme désigne en les stigmatisant les attributs politiques, intellectuels, spirituels de l’individu. (p. 140)

8Et sans doute l’emploi du mot d’émergence prend-il là tout son sens, car il renvoie à plusieurs origines et à plusieurs contextes, mais aussi à une histoire plus difficile à qualifier, culturelle autant que politique ou intellectuelle, pourrait-on dire. Marie-France Piguet met en avant ce qu’elle appelle un « au-delà de l’usage politique du néologisme » (chap. 6), lorsque celui-ci en vient à désigner « une manière d’être et d’agir » (chap. 7). Le philosophe Théodore Jouffroy (élève de Victor Cousin), évoque ainsi de façon critique en 1834 « le scepticisme de notre époque » (p. 128). Il rejoint une observation déjà faite en 1819 par Lamartine dans sa correspondance : « Notre malheur est d’être né dans ce maudit temps où tout ce qui est vieux s’écroule et où il n’y a pas encore de neuf » (p. 133). Ce constat est quelque peu analogue à celui que Chateaubriand dresse dans ses Mémoires d’Outre-tombe. Plus qu’une conception ou une doctrine, Individualisme permettra de dire peu après 1819 un « état d’esprit » et un « air du temps » désabusés.

9Dernier épisode un peu plus tardif de cette émergence, le néologisme s’incarnerait dans un pays et dans son système politique. En 1840, dans le tome II de De la démocratie en Amérique, Tocqueville esquisse les traits d’une « disposition intrinsèque aux hommes des sociétés démocratiques » (p. 157). Le vocable nouveau d’individualisme, par son « décalage mesuré » avec celui d’égoïsme, désigne en effet une menace pour la démocratie, en même temps, pourrait-on avancer, qu’un prix à payer. Tocqueville, souligne Marie-France Piguet, « forge ainsi un usage que l’on peut dire sociologique du mot qui désigne alors un “trait distinctif des sociétés modernes”, une notion qui connaîtra nombre de développements et d’interrogations dans les sciences sociales de la seconde moitié du xxe siècle » (p. 160). Il ne restera plus aux dictionnaires du xixe siècle qu’à entériner et à fixer une émergence et des usages (chap. 8).

  • 2 Marie-France Piguet, Classe. Histoire du mot et genèse du concept, des Physiocrates aux historiens (...)

10Il est rare qu’un auteur ou une autrice conjugue des compétences de linguiste et d’historien·ne dans le domaine des sciences sociales. Ces qualités assurent la réussite d’un livre à la fois riche et subtil qui deviendra, à n’en pas douter, référentiel (au même titre que l’ouvrage précédemment consacré par Marie-France Piguet au mot « classe »)2. Au cours de son enquête, se dessinent des questions portant sur l’apparition d’un mot dont nous avons quelque peu oublié actuellement qu’il a été un néologisme en son temps. Il peut donc être important de rappeler qu’il a une histoire complexe renvoyant à la « trace de nos inquiétudes » contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Marie-France Piguet, « Benjamin Constant et la naissance du mot individualisme », Annales Benjamin Constant, 29, 2005, p. 101-124 ; ead, « Individualisme : origine et réception initiale du mot », Œuvres et critiques. Revue internationale d’étude de la réception critique des œuvres littéraires de langue française, XXXIII, 1, 2008, p. 39-60 ; ead., « Les Mémoires de Montlosier : écriture de l’histoire, récit de soi et roman », dans Olivier Ferret et Anne-Marie Mercier (éd.), Biographie et politique, Vie publique, vie privée, de l’Ancien régime à la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014, p. 199-216.

2 Marie-France Piguet, Classe. Histoire du mot et genèse du concept, des Physiocrates aux historiens de la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 245-248.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Marie-France Piguet, Individualisme. Une enquête sur les sources du mot »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4942

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

EHESS/Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search