Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Débats, chantiers et livresYann Potin et Jean-François Sirin...

Débats, chantiers et livres

Yann Potin et Jean-François Sirinelli (dir.), Générations historiennes xixe-xxie siècle

Paris, CNRS Éditions, 800 pages
Jean-Michel Chapoulie
p. 253-254
Référence(s) :

Yann Potin et Jean-François Sirinelli (dir.), Générations historiennes xixe-xxie siècle, Paris, CNRS Éditions, 800 pages

Texte intégral

1La présentation de l’éditeur de cet ouvrage a ajouté un sous-titre utile : « Deux siècles d’histoire de la discipline retracés à travers la notion de génération ». La première partie de ce gros volume, grand format et caractère serré, découpe l’exposé des travaux et orientations des historiens français nés entre 1790 et 1950 en 14 générations par tranche de 10 ou 15 ans. Une seconde partie comprend 26 contributions à base autobiographique d’historiens nés entre 1942 et 1983, la troisième 16 contributions thématiques sur des sujets larges (l’histoire antique) ou plus spécialisés (le développement de l’État à la fin du Moyen Âge, en relation dans ce cas avec l’inscription de ce sujet au concours de l’agrégation). Les contributeurs sont des historiens, universitaires ou chercheurs, auxquels s’ajoutent deux professeurs de littérature, deux agrégés d’histoire et deux doctorants. Cet inventaire rapide suffira pour convaincre que l’on ne saurait rendre compte ici de l’ensemble des contributions, ni même d’un nombre significatif d’entre elles.

  • 1 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 44.

2L’introduction des éditeurs rappelle les difficultés bien connues d’une analyse d’une sériation par génération, et le « risque d’artefact » qu’elle implique, mais n’offre aucune justification du découpage conventionnel finalement retenu : par dizaines ou quinzaines d’années de naissance. La réflexion sur la définition des générations n’importe guère si elle débouche sur le découpage le plus routinier, sur lequel certains contributeurs (entre autres Nathalie Richard pour la génération 1820-1834, Bertrand Müller et David Schreiber pour les deux générations associées à Bloch et Febvre, Charles Mercier pour la génération 1911-1920, curieusement séparée de la suivante, Vincent Heimendinger pour la génération 1931-1940) ont exprimé des réserves tout en y conformant à peu près leurs exposés. L’expérience sociale associée aux générations est évidemment souvent mieux définie par le rapport à des événements majeurs comme les deux guerres mondiales ou la fin de la domination coloniale pour le xxe siècle que par l’année de naissance. Titrée « Génération Lucien Febvre ? », la contribution de Bertrand Müller, attentive aux conditions de déroulement des carrières, aux incidences variées de l’affaire Dreyfus, au contexte institutionnel de l’émergence de la sociologie, et ultérieurement à l’entrée dans le « monde en ruine » de l’après-guerre, fournit par exemple une excellente illustration de la complexité de l’approche nécessaire pour rendre compte des carrières et des orientations intellectuelles des historiens, universitaires, chartistes, et « amateurs » (comme Daniel Halévy ou Bainville) nés dans les années 1870. Les essais de la seconde partie, composés à partir d’une grille proposée par les éditeurs semblent une concession aux tendances subjectivistes de notre époque, et propre à justifier la remarque acerbe de Pierre Bourdieu, rappelée par Roger Chartier, sur l’ego-histoire, qui évoque « les vies sans histoire » de la plupart des historiens universitaires1. Ce qui n’interdira pas leur usage potentiel ultérieur comme source historiographique. On peut relever que la contribution, substantielle et distanciée, sur la dernière génération (1930-1940) d’un des plus jeunes collaborateurs, Vincent Heimendinger, qui figure dans la première partie, montre la résistance aux excès du subjectivisme en insistant notamment sur les déterminations institutionnelles et sur les pratiques éditoriales.

3Les contributions de la troisième partie offrent à la fois des correctifs et des illustrations de l’approche générationnelle. Celle de Christel Müller, qui concerne l’histoire antique, est par exemple une concise mise en perspective des évolutions des interrogations des peu nombreux historiens de la période. Une autre (de Thomas Hirsch), centrée sur la première partie du xxe siècle, revient sur les relations complexes entre l’histoire et les activités et orientations que recouvre l’expression « sciences sociales ».

4Si l’on ne saurait attirer l’attention sur tout ce que l’on peut trouver dans l’ouvrage, il est plus aisé de relever ce qui est significativement absent ou peu présent. L’index des noms montre la place limitée qu’occupent les historiens non nationaux dans les références : ni les Allemands d’après 1945, ni les Anglo-Saxons n’occupent une grande place, et celle de Carlo Ginzburg est réduite. On peut soupçonner qu’il n’en serait plus de même dans un ouvrage publié dans vingt ans, la discipline étant à l’évidence toujours en cours d’internationalisation rapide, notamment par les contacts entre historiens et par ses thèmes de recherche. On peut remarquer également qu’aucune contribution n’est spécifiquement consacrée à des sujets certes longtemps assez peu fréquentés, mais si l’on peut dire, « d’avenir », comme l’histoire de l’Afrique ou celle de la Chine, que les démographes sont peu présents, et les historiens des sciences pratiquement absents – indice du caractère périphérique de ces deux spécialités pour l’histoire telle qu’elle existe aujourd’hui à l’Université.

5Aux historiens des sciences sociales l’ouvrage peut offrir les premiers repères concernant les historiens d’une période, ainsi que des éléments pour comprendre ce qui inspire les travaux actuels dans différents domaines.

Haut de page

Notes

1 Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil, 1997, p. 44.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Chapoulie, « Yann Potin et Jean-François Sirinelli (dir.), Générations historiennes xixe-xxie siècle »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 253-254.

Référence électronique

Jean-Michel Chapoulie, « Yann Potin et Jean-François Sirinelli (dir.), Générations historiennes xixe-xxie siècle »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4963 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4963

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chapoulie

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

  • Réfléchir depuis Chicago [Texte intégral]
    Le regard de Jean-Michel Chapoulie sur une tradition qui n’a pas fait école
    Reflecting from Chicago. Jean-Michel Chapoulie’s view of a tradition that has not founded a school of thought
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 32 | 2018
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search