Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Débats, chantiers et livresJean-Luc Chappey, Sauvagerie et c...

Débats, chantiers et livres

Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation, une histoire politique de Victor de l’Aveyron

Paris, Fayard (L’Épreuve de l’histoire), 2017, 270 pages
Sabine Arnaud
p. 255-257
Référence(s) :

Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation, une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard (L’Épreuve de l’histoire), 2017, 270 pages

Texte intégral

1C’est avec plaisir que l’on découvrira le dernier livre de Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation, une histoire politique de Victor de l’Aveyron. La force de cet ouvrage est de nous montrer comment la « découverte » de Victor – un enfant qui a vécu en pleine solitude dans les forêts de l’Aveyron à la fin du xviiie siècle – est le produit d’une série d’enjeux professionnels, politiques, épistémologiques. Elle est également de s’intéresser tout autant à la disparition de l’intérêt pour Victor, en en analysant les enjeux politiques, sociaux et moraux. Pour l’auteur, le changement du regard sur Victor, d’enfant dit « sauvage » à enfant dit « idiot », en une dizaine d’années est révélateur d’une mutation politique et épistémologique : le passage du Directoire à la période impériale et le moment de l’essor des sciences de l’homme, à travers de nouvelles répartitions du savoir tandis qu’une tendance à la spécialisation prend forme. Face à des hypothèses aussi fortes, le lecteur peut dans un premier temps se demander quelle place cet ouvrage laisse au fortuit et à quel point il n’y a pas un paradoxe à faire de la réception d’un cas aussi particulier le point d’inscription des transformations politiques d’une époque allant du Directoire au Premier Empire. Or Chappey montre de manière convaincante comment la construction de ce cas s’inscrit dans un moment de l’histoire bien spécifique qu’il nomme le « moment 1800 ». L’auteur articule comment l’intérêt pour Victor prend place dans un dispositif légal qui date des lois de 1793 et 1796 et selon lequel « les enfants abandonnés, nouvellement nés, seront reçus gratuitement dans tous les hospices de la République ». Cet intérêt se poursuit les années suivantes dans un climat politique notamment marqué par le questionnement sur les libertés des droits citoyens et la remise en cause des principes de la constitution. L’auteur établit comment Victor illustre tant l’idéal de régénération de l’individu après la Révolution française que sa disparition progressive. Victor devient ainsi un outil pour comprendre le tournant du xixe siècle.

2Ce travail repose sur une analyse très fine d’archives, tandis que l’auteur considère l’usage du terme « sauvage » dans une constellation de cas spécifiques de l’époque (p. 45-78). Il examine comment le cas de Victor sert des luttes professionnelles et politiques variées, en particulier comment Sicard, directeur de l’Institution nationale des sourds-muets, s’y intéresse en vue de consolider l’intérêt pour l’Institut. Il établit plus encore que Victor devient le prétexte d’une joute entre savants, professionnels, politiciens, qui exemplifient chacun avec Victor les causes qui les animent, tels que le professeur d’histoire naturelle Bonnaterre (p. 79-80), le directeur de l’Institut des sourds-muets et membre de l’Institut Sicard (p. 80-88), le publiciste Feydel (p. 100-108), les médecins Pinel et Itard (p. 109-138), pour en nommer quelques-uns. Chappey montre par ailleurs comment l’intérêt pour Victor se présente comme une opportunité pour mettre en question, voire contester, l’appareil politique qui est en train de s’installer. Son ouvrage permet également de saisir les aspirations, les visées, les résistances, les inquiétudes, les répulsions qui habitent ces positionnements.

3Écrire un livre, c’est en partie surmonter un ensemble de difficultés et de problèmes que l’on a su identifier. Jean-Luc Chappey a maîtrisé avec virtuosité un ensemble de difficultés. J’en indiquerai trois :

4Tout d’abord, le ton est celui de l’exposition méticuleuse, érudite, sans jamais tomber dans une forme d’historicisme qui ne saurait s’adresser qu’aux spécialistes de l’époque, ou inversement de jugement qui viendrait a posteriori évaluer les uns et les autres. La clarté de l’écriture, des agencements et sa fluidité garantissent le plaisir des lecteurs, aient-ils choisi de lire ce livre pour mieux connaître le tournant du xixe siècle, le mythe de la sauvagerie, l’idée toujours remise en cause de civilisation, la manière dont les savoirs médicaux s’articulent aux pouvoirs politiques et à des objectifs moraux et sociaux, ou par simple curiosité.

  • 1 François Truffaut, L’Enfant sauvage, sorti le 26 février 1970.
  • 2 Sur les Idéologues et la Société des observateurs de l’homme, voir Jean-Luc Chappey, La Société des (...)

5Tandis que Chappey nous présente une constellation de sources au sujet de cas relativement distincts, le lecteur ne manquera pas d’apprécier la grande cohérence de l’ouvrage. La célébrité de Victor à l’époque, et relativement encore aujourd’hui, notamment grâce au film de Truffaut1, tend à faire oublier qu’il n’est ni le seul que l’on qualifie de sauvage, ni le seul enfant qui attire l’intérêt à l’époque. L’auteur convoque les cas les plus variés, Tchong-A-Sam, Nanette Stocker, la Vénus hottentote, Sade, Robert Grivel. Il convoque le député Prieur de la Marne, le médecin et anthropologue Péron, Brillat-Savarin, des hommes de lettres comme Louis-François Jauffret, Joseph de Maimieux, Constantin François de Volney, les Idéologues, et la Société des observateurs de l’homme.2 Le lecteur n’a pas seulement le plaisir de découvrir une collection de sources variées (affiches, correspondances, journaux, traités…) ; il y a un vrai travail de réflexion pour les agencer les unes les autres, pour constituer une trame à partir d’un ensemble de références. Le lecteur appréciera la richesse des citations, leur diversité, la liste des trouvailles qui ne prennent pas pour autant la forme d’un catalogue. Elles sont articulées avec le cas de Victor, dans un double mouvement permettant d’éclairer le cas de Victor à partir de son époque et de mieux comprendre cette époque à partir de son cas.

  • 3 Voir notamment Harlan Lane, L’Enfant sauvage de l’Aveyron. Évolution de la pédagogie d’Itard à Mont (...)

6Enfin et surtout, alors que Victor a fait l’objet de nombreuses interprétations3, ce livre ne vient pas participer à ce mouvement pour ajouter à cette superposition, mais plutôt déconstruire ces significations. L’auteur s’attaque là à un sujet sur lequel déjà de nombreux historiens, de Harlan Lane à Thierry Gineste, ont fait un véritable travail dans les archives. Quand d’autres avaient choisi d’approcher ce cas à partir d’une histoire sociale, d’une histoire de la psychiatrie, on ne manquera pas d’apprécier l’excellence du choix de proposer une histoire politique qui est en même temps une histoire des savoirs, une histoire culturelle, sociale, intellectuelle. C’est une histoire de l’adoption de Victor comme un objet de science, tout autant qu’une histoire de la réception du cas de Victor, au moment même où il est mis en récit.

7On s’étonnera peut-être qu’un ouvrage aussi érudit fasse un renvoi au contemporain dans les premières et dernières pages, qui quant à lui semble quelque peu artificiel. Quel est le poids d’un manifeste dans lequel le cas de Victor inspire une fête de la gauche radicale française ? Peut-on vraiment associer les débats sur la délinquance publique entre 2005 et 2009 et le développement de sciences comportementales au cas de Victor ? Comment le cas de Victor peut-il permettre d’allier dans une même phrase la révolte des banlieues françaises de 2005 aux flux des « migrants » ? Le risque est alors de réduire ce travail d’une grande finesse à des amalgames auxquels l’auteur se refuse lui-même quand il s’agit d’événements contemporains à Victor. L’intérêt maintenu pour le cas de Victor suffit-il à justifier de tels renvois ? Le risque n’est-il pas de vouloir faire tout dire à ce cas ? Si ce dernier nous apprend tant sur son temps, doit-il aussi éclairer notre quotidien ? Ceci nous renvoie à de plus amples questions sur le rôle de l’historien. Un travail d’histoire ne peut-il se justifier que s’il nous éclaire sur l’ultra contemporain ? Sa valeur ne réside-t-elle pas avant tout dans sa capacité à nous faire entrevoir un temps radicalement différent ? Toute publication doit-elle être un symptôme du temps présent pour faire sens ? Est-ce le prix d’une pression touchant les sciences humaines qui mène à justifier ainsi l’exercice de l’histoire ? Le sérieux de l’ouvrage ne peut pourtant que convaincre le lecteur de la valeur des recherches en archives et de la portée de l’analyse historique en et pour elle-même.

Haut de page

Notes

1 François Truffaut, L’Enfant sauvage, sorti le 26 février 1970.

2 Sur les Idéologues et la Société des observateurs de l’homme, voir Jean-Luc Chappey, La Société des observateurs de l’homme (1799-1804). Des anthropologues sous Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes, 2002.

3 Voir notamment Harlan Lane, L’Enfant sauvage de l’Aveyron. Évolution de la pédagogie d’Itard à Montessori, Paris, Payot, 1979 (traduction française de The Wild Boy of Aveyron, Cambridge, Harvard University Press, 1976) ; Thierry Gineste, Victor de l’Aveyron. Dernier enfant sauvage, premier enfant fou, Paris, Fayard (Pluriel), 2011 [1981] ; Lucienne Strivay, Enfants sauvages. Approches anthropologiques, Paris, Gallimard, 2006 ; Adriana S. Benzaquén, Encounters with Wild Children. Temptation and Disappointment in the Study of Human Nature, Montréal, McGill-Queen’s University Press, 2006 ; François Dagognet, Le Docteur Itard entre l’énigme et l’échec, dans Jean Itard, Victor de l’Aveyron, Paris, Allia, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sabine Arnaud, « Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation, une histoire politique de Victor de l’Aveyron »Revue d’histoire des sciences humaines, 36 | 2020, 255-257.

Référence électronique

Sabine Arnaud, « Jean-Luc Chappey, Sauvagerie et civilisation, une histoire politique de Victor de l’Aveyron »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 36 | 2020, mis en ligne le 24 septembre 2020, consulté le 23 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/4973 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.4973

Haut de page

Auteur

Sabine Arnaud

CNRS, Centre Alexandre-Koyré

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search