Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37DossierPrendre les noms des savoirs au s...

Dossier

Prendre les noms des savoirs au sérieux

Taking seriously the names of knowledge areas
Wolf Feuerhahn
p. 9-28

Texte intégral

Ce texte a grandement bénéficié du regard aiguisé de mon complice Olivier Orain. Qu’il en soit vivement remercié !

1Intitulés de chaire et de formation, manuels, diplômes officiels, rayonnages de bibliothèques, fronton des universités : les noms des savoirs offrent le visage lisse de dénominations et nomenclatures qui vont de soi. En lettres d’or et en majuscules, ils balisent notre manière de décrire le champ des connaissances, de distinguer les savoirs. Faits leurs par les diplômés qui s’en servent comme de pratiques étiquettes, les noms des savoirs font partie de ces objets sociaux peu identifiés et pourtant révélateurs autant que producteurs d’enjeux sociaux et cognitifs.

  • 1 Sur les auto-étiquetages successifs de Leo Spitzer, voir Feuerhahn et Rabault-Feuerhahn, 2014.
  • 2 Sur les « lieux de savoirs », voir les importants travaux de Christian Jacob : 2007, 2011, 2014.

2Car, à y regarder de plus près, à côtoyer les praticiens, à examiner la vie des institutions, ces noms qui peuvent paraître anodins sont parfois la face émergée de controverses et polémiques oubliées, parfois le résultat de consensus entre des acteurs très divers ou encore la reprise de dénominations plus anciennes, mais, quand on y regarde de près, bien rares sont les opérations qui ne sont pas révélatrices d’enjeux multiples : scientifiques, académiques mais aussi politiques ou économiques réels. En suivant les savants, on se rend compte qu’ils prêtent très souvent attention à la manière de dénommer leurs propres travaux ou enseignements, ceux de leurs collègues, amis ou rivaux. En fonction des lieux où ils interviennent, ils sont parfois susceptibles d’en changer pour tenir compte de ce qui leur apparaît comme des dynamiques locales singulières. Ainsi en fut-il de Leo Spitzer. Au cours de la Première Guerre mondiale, il se considérait comme un « linguiste » internationaliste luttant contre tous les usages de la langue à des fins nationalistes ; dans l’Allemagne des années 1920 où il fut souvent victime d’antisémitisme, il se fit défenseur d’une « stylistique » cherchant à dépasser l’opposition entre « idéalisme philologique » et « positivisme linguistique ». Son exil forcé à Istanbul après l’accession d’Hitler au pouvoir fit de lui un représentant d’une « philologie ouest-européenne » et le conduisit à étendre ses intérêts bien au-delà de ce que les universités germanophones définissaient comme relevant de la « romanistique ». Arrivé aux États-Unis en 1937, Spitzer allait déchiffrer cette dernière terre d’émigration comme un empire du « positivisme » contre lequel il faisait valoir ce qu’il nommait tantôt en allemand Geistesgeschichte, tantôt en anglais historical semantics1. Une telle trajectoire montre la fécondité d’un examen attentif des noms des savoirs qui offrent un poste d’observation pour élucider la singularité des lieux de savoir et des pratiques défendues2.

  • 3 Passeron, 2006, 130.
  • 4 Sur l’opération consistant à « faire groupe » et « faire école », voir Orain, 2018.
  • 5 Feuerhahn, 2017, 24-26.

3Le cas de Léo Spitzer témoigne d’un usage à plusieurs dimensions : il cherche à la fois à se singulariser par rapport à son environnement immédiat, mais aussi à réinscrire sa pratique dans ce qu’il présente comme une tradition disciplinaire plus ancienne. Ce faisant, il s’appuie sur le fait que le statut des noms de savoir est ambivalent : ils ont vocation à la généralité, à représenter un groupe de professionnels ayant même méthode ou objet, tout en servant bien souvent à singulariser une option intellectuelle. Dans certains cas, il s’agit de semi-noms propres qui fonctionnent comme les marqueurs intellectuels de projets individuels3. Ainsi par exemple de « l’anthropologie de la nature », titre inédit de la chaire de Philippe Descola au Collège de France (2000-2019). L’ambition semble avoir été plurielle. Du point de vue de la discipline anthropologique : souligner l’originalité d’une approche qui rompt avec son anthropocentrisme et en même temps, en donnant rang de science à cette analyse singulière des rapports entre l’homme et la nature, former un collectif savant et se donner les moyens de peser sur la pratique des sciences sociales tout entières4. Mais ce choix s’inscrit aussi dans une évolution de l’institution qui l’a accueillie, le Collège de France, laquelle, pour, souligner le fait qu’elle serait le lieu de l’enseignement du « savoir en train de se faire » et non de « la science faite » incite de plus en plus à un renouvellement et une singularisation des intitulés des chaires5.

  • 6 Stocking, 1971. Voir aussi Blanckaert, 2009, 275-277.

4Quand les noms de savoir sont des intitulés de discipline qui paraissent très anonymes, très institutionnels, indépendants des acteurs qui les incarnent, l’enquête ne mérite pas moins d’être menée. Derrière des termes génériques, des dynamiques de groupe, des rapports de force apparaissent bien souvent. George W. Stocking a ainsi pu rendre raison du malaise ressenti au début des années 1870 relativement au nom donné au Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland6. En reconstituant l’affrontement dans les années 1860 entre l’Ethnological Society of London fondée en 1843 et l’Anthropological Society of London créée vingt ans plus tard, il a mis en évidence les connotations des labels ethnology et anthropology dans la Grande-Bretagne d’alors. Le premier renvoyait à des enquêtes portant sur des populations humaines dont les variétés physiques et morales étaient ramenées à l’impact des circonstances sur une espèce humaine fondamentalement unitaire. Les membres les plus représentatifs de l’Ethnological Society of London étaient par ailleurs hostiles à toute discrimination raciale. Au contraire, les représentants de l’Anthropological Society of London avaient donné une tout autre coloration au terme anthropology : ils promouvaient la description physique des corps par le biais de travaux crâniologiques fondés sur des options polygénistes, hostiles au darwinisme et liées à des engagements politiques racistes. On comprend les réserves du président du nouveau Royal Anthropological Institute, John Lubbock, un partisan du darwinisme comme du libéralisme politique qui avait mené la lutte contre l’Anthropological Society of London dans les années 1860. Sous son influence ainsi que celle d’Edward B. Tylor, auteur du célébré Primitive Culture (1871) et de Anthropology. An introduction to the study of Man and civilization (1881), anthropology acquit une tout autre connotation au cours des décennies 1870-1880. Ces labels sont donc à la fois indissociables de situations d’énonciations et de pratiques bien précises, mais en même temps susceptibles de pouvoir changer de sens en fonction de l’évolution des rapports de force.

  • 7 Lepetit, 1995. Sur ce tournant voir Van Damme, 2013.
  • 8 Mengal, 2000 ; Vidal, 2000.
  • 9 Carroy, Ohayon et Plas, 2006, 6.

5Que l’on s’intéresse à des labels liés à des programmes de recherche individuels ou à des découpages académiques institutionnels, l’enquête semble rarement dépourvue de fécondité. Voilà pourquoi, à l’image de Bernard Lepetit, prenant « les acteurs au sérieux 7», l’objectif du présent dossier de la Revue d’histoire des sciences humaines est de « prendre les noms des savoirs au sérieux ». Dans la pratique, c’est loin d’être toujours le cas. En effet, nombreux sont les travaux historiques portant sur nos actuelles disciplines qui ne s’interrogent pas sur ce qu’il est légitime de rassembler sous leur titre. Ne se préoccupant pas de savoir si les savants qu’ils prennent pour objet se considéraient comme psychologues ou sociologues par exemple et ce que le terme pouvait recouvrir aux différentes époques s’il était employé, ils proposent un grand récit linéaire allant par exemple de Platon à la psychologie cognitive, pour l’une, ou à Bourdieu, pour l’autre. Inutile de le cacher : l’histoire est toujours écrite par un historien pris dans un présent différent de celui des acteurs qu’il étudie, l’historien ne saurait donc échapper au regard rétrospectif. Tout est donc question de contrôle et de réflexivité à propos de cette opération. L’un des moyens d’éviter anachronismes et surinterprétations consiste précisément à commencer par se demander quand le terme est apparu et surtout ce qu’il a désigné pour éviter de conclure de la pérennité d’un vocable à une identité de définition comme de pratique. Faire ce pari interprétatif a ainsi permis à certains historiens de la psychologie de mettre au jour la variété des usages du titre « psychologie ». Paul Mengal a mis en évidence les enjeux savants mais aussi politiques différents entre l’usage de « psychologia » dans les territoires germanophones et anglophones réformés aux xvie et xviie siècles ; l’enquête menée par Fernando Vidal sur le xviiie siècle qui partait de l’usage du mot lui a permis de rendre visible la pluralité de « psychologies » empiriques qui se manifestaient à travers des genres variés : romans, essais, périodiques, mais aussi traités et manuels académiques8. Jacqueline Carroy, Annick Ohayon et Régine Plas, quant à elles, ont justifié le point de départ de leur enquête sur l’histoire de la psychologie en France en optant pour « le moment où, au xixe siècle, apparaissent des personnages qui se revendiquent comme des “psychologues” détenteurs d’un savoir et d’une pratique spécialisés9 ».

6Prendre les noms de savoirs au sérieux s’impose donc d’autant plus que les acteurs qui nous concernent, les savants, pèsent bien souvent avec soin les termes qu’ils emploient et prennent rarement un mot pour un autre et ce en particulier lorsqu’ils dénomment leurs travaux comme ceux de leurs pairs. Telle est, en tout cas, notre hypothèse de départ, ce qui n’empêchera pas de la mettre à l’épreuve et d’imaginer une enquête sur les pratiques propres à chaque discipline et tenant compte des variations temporelles comme nationales. Cette hypothèse implique pour l’historien de se tenir, dans un premier temps, au plus près des dénominations, des choix linguistiques des acteurs, d’être à ras des textes. Mettre au jour les arguments mobilisés pour justifier tel ou tel nom de savoir ou au contraire l’absence d’argument : voilà une porte d’entrée pour éviter le plus possible les effets d’anachronisme, les surinterprétations liées à la culture de l’exégète. Ceci implique de ne pas postuler que la « chose » aurait existé avant le « mot » et qu’il soit possible de mettre au jour la « préhistoire » d’un nom de savoir avant même qu’il n’ait été employé. En récusant de telles approches, l’enquête d’Alessandra Cerea qui ne remonte pas en amont de l’apparition du label « ethnopsychiatrie » en 1963, mais s’intéresse au contraire à ce moment précis, permet de mettre au jour la stratégie de singularisation et de consécration adoptée par Georges Devereux alors qu’il rentre en France après un long séjour aux États-Unis et adopte cette dénomination pour sa direction d’études à la VIe section de l’École pratique des hautes études (EPHE). Renvois paratextuels, archives des acteurs comme des institutions, indices matériels : autant de traces, d’indications fournies par les acteurs pour justifier leurs choix de dénomination.

7L’étude très précise des épithètes et affichages de la géographie entre 1860 et 1914 proposée ici par Marie-Claire Robic offre une magnifique illustration de la fécondité d’une telle approche. Apparaissent ainsi des variétés d’étiquetage indissociables de situations toujours particulières où acteurs, institutions et lieux jouent un rôle. S’offre au lecteur une tout autre histoire de la discipline géographique que celle qui prend son état actuel pour acquis. La coupure « géographie humaine/géographie physique » n’apparaît plus comme la seule partition ayant structuré le domaine et la variété de ses usages s’en trouve éclairée.

Pragmatique des noms de savoirs

8La plupart de ces dénominations ont une visée performative : il s’agit bien souvent, à travers elles, de défendre une organisation des savoirs, d’en dénoncer ou d’en vouloir réformer d’autres.

  • 10 Pour un traitement de « l’action sensée comme un texte », voir Ricoeur (1986, 183-211), pour les c (...)
  • 11 Dans une conférence radiophonique datant de 1956, traduite en français et commentée par Bruno Ambr (...)
  • 12 À ce titre, je propose un cheminement inverse à celui de Ricoeur qui s’appuyait sur la pragmatique (...)
  • 13 Ces réflexions de linguistique pragmatique croisent certains développements de philosophie pragmat (...)

9Voilà pourquoi étudier les noms des savoirs n’est aucunement lié à la réaffirmation d’une soi-disant coupure entre discours et pratiques, entre langage et action voire à l’affirmation pantextualiste selon laquelle toute action sensée pourrait être considérée comme un texte. Cette proposition de Paul Ricoeur résulte, nous semble-t-il, d’une « erreur scolastique » au sens où Pierre Bourdieu critiquait, après John Langshaw Austin, la tendance à imputer aux agents du monde social les dispositions acquises par l’herméneute au cours de sa formation10. Faire du rapport savant au monde la clé d’interprétation de toute pratique humaine, tel est le biais qu’il ne faudrait surtout pas reconduire dans le cadre d’une enquête sur les noms des savoirs. Étudier les noms des savoirs requiert de voir qu’ils résultent d’opérations de dénomination et de s’interroger sur les pratiques qu’ils désignent. À ce titre, l’optique qui est la nôtre est fortement inspirée de la pragmatique linguistique, cette démarche qui consiste à étudier un énoncé comme un acte de communication indissociable de sa situation d’énonciation. Partir des noms de savoir revendiqués, affichés, canonisés ou dénoncés revient à s’intéresser non à des expressions existant de façon indépendante, mais à les considérer au contraire comme le résultat d’opérations de dénomination plus ou moins fortement affichées. Ces opérations sont bien souvent analogues à des énoncés performatifs du type « je vous baptise » dont Austin a montré qu’ils ne disent pas ce qui est et ne sont donc pas vrais ou faux, mais « heureux » ou « malheureux » en fonction de conditions très largement institutionnelles11. L’approche en termes d’« actes de discours » (speech acts) permet, selon cette hypothèse, de repérer au mieux les pratiques en vigueur, leur sens historique, leur éventuelle portée polémique ou auto-promotionnelle pour un individu ou un groupe de savants12. Elle permet en outre de ne pas attribuer une efficace propre et magique aux noms des savoirs, mais à identifier quels acteurs dans quels cadres institutionnels et pour quels mobiles militent, diffusent ou simplement reprennent tel ou tel nom de savoir13.

Dynamiques interactives des noms de savoirs

  • 14 Topalov, 2004, 2005a, 2005b, 2008. Voir aussi les importantes réflexions de Topalov (2003, 2010), (...)
  • 15 À la suite de Catherine Rhein (2001), Christian Topalov souligne le rôle de la human ecology, défi (...)

10Les usages, les énonciateurs, les destinataires mais aussi les conditions institutionnelles d’énonciation sont au cœur des enquêtes pragmatiques et rejoignent ainsi les études de controverses et la sociologie soucieuse de réfléchir les procédures de classement comme de catégorisation. On doit à Christian Topalov d’avoir mobilisé les réflexions d’Howard Becker, relatives aux processus de désignation des faits déviants pour étudier les étiquetages savants et notamment celui d’urban sociology14. Topalov en retient une attention aux procédures d’étiquetages (labellings) appréhendées dans une perspective interactionniste. Ainsi pour saisir les raisons qui ont conduit Robert E. Park et ses collaborateurs à lancer en 1925 le label urban sociology, il met en évidence les « interactions » ou « conversations » dans lesquelles ces hommes étaient pris : le monde universitaire d’un côté, la nébuleuse réformatrice de l’autre (les travailleurs sociaux, mais aussi les planners). À travers le label urban sociology ces hommes souhaitaient promouvoir une sociologie plus pratique, moins livresque, répondant aux acteurs de la réforme urbaine tout en marquant son autonomie par rapport à l’action sociale15.

  • 16 Becker, 1985, 207.
  • 17 Rabault-Feuerhahn, 2017, 421-423.
  • 18 Marc Bloch avait prononcé une communication au congrès des sciences historiques d’Oslo (1928) : «  (...)
  • 19 Rabault-Feuerhahn, 2017, 422.
  • 20 Ibid., 423.

11Il est une remarque d’Howard Becker relative à son étude des procédures d’étiquetage comme résultant d’interactions sociales qui est particulièrement féconde pour l’analyse des noms de savoir. Becker note que « si nous considérons la déviance comme une activité collective, nous nous apercevons immédiatement que les gens agissent avec un œil sur les réactions des autres personnes impliquées dans cette action16 ». Qui étudie les dénominations des savoirs, se rend très vite compte que cette activité est éminemment relationnelle. Lorsqu’ils cherchent à caractériser leurs pratiques, les savants ont très souvent un œil sur les intitulés existants, sur leurs connotations, avant de trancher pour eux-mêmes. Ainsi Pascale Rabault-Feuerhahn a-t-elle montré que lorsque Marc Bloch présenta sa candidature au Collège de France en 1934, il pesa soigneusement le choix de son intitulé17. L’assemblée des professeurs devait décider du maintien ou de la transformation de l’intitulé « Antiquités nationales ». La correspondance de Marc Bloch témoigne qu’il concevait que le plus stratégique eut été de reprendre ce titre, mais se refusant à « mettre [son] chapeau dans [sa] poche », il conserva le titre qu’il avait choisi pour candidater une première fois en 1928 : « Histoire comparée des sociétés européennes » et qui avait valeur de manifeste18. Il avait songé insister sur ses compétences de médiéviste et adopter « Histoire comparée des sociétés médiévales », mais ce titre lui paraissait trop proche du projet soumis en 1928 par son rival Louis Halphen (« Histoire comparée des civilisations du Moyen Âge »). À Étienne Gilson qui devait soutenir sa candidature, Marc Bloch réaffirma n’avoir « aucun goût pour les changements d’étiquette, ni pour les étiquettes habiles, ou qui croient l’être19 ». In fine, suite aux manifestations de l’extrême droite le 6 février 1934, la « droite » du Collège de France imposa le maintien du titre « Antiquités nationales » et, d’après Lucien Febvre, la candidature de Marc Bloch subit quelques attaques antisémites dans les couloirs de l’institution20.

  • 21 Blanckaert, 2017, 73, 81-86.

12Entre tenter de faire droit à un nouveau nom de savoir quitte à échouer et faire sien une dénomination existante et perçue comme légitime, les stratégies peuvent considérablement varier. Certains vont même jusqu’à s’efforcer de remettre en cause un titre qui vient de s’imposer. Dans une récente et impressionnante enquête, Claude Blanckaert a montré combien, même une fois que le consensuel « archéologie préhistorique » se fut imposé comme dénominateur commun des savants qui travaillaient sur le préhistorique, Gabriel de Mortillet, titulaire de la chaire d’anthropologie préhistorique à l’École d’anthropologie de Paris s’est fait le défenseur d’un autre label, en l’occurrence « palethnologie », et n’a cessé de dénoncer les héritages de l’archéologie classique, une science livresque de cabinet à ses yeux21.

Jeux d’échelles des noms de savoirs

  • 22 Voir Dumont, Fondu et Véron, 2019.

13En matière d’analyse des noms de savoirs, il est important de prendre en compte les différentes échelles qui bien souvent s’emboîtent : programme de recherche estampillé, discipline de formation, laboratoire d’exercice, institution de tutelle affichent chacun un label. Prenons un cas : Pierre Bourdieu a suivi une formation classique en philosophie (agrégation de philosophie) au sein de la section des « lettres » de l’École normale supérieure, par ses publications il s’est rapidement défini comme « sociologue » (Sociologie de l’Algérie, 1959). À partir du moment où il obtint une chaire à l’EPHE (VIe section) en 1964, il relevait génériquement des « sciences économiques et sociales » (titre de la VIe section), mais avait un type d’objet spécifique que précisait le titre de sa direction d’études : « sociologie de l’éducation et de la culture ». Lorsqu’il souhaitait définir son approche méthodologique, il utilisait bien souvent l’expression « structuralisme génétique », une formule qu’il employait de manière non référencée, mais qui était utilisée dès avant lui et en parallèle par le psychologue Jean Piaget et son collègue aux Hautes Études, Lucien Goldmann22. Lorsqu’il entra au Collège de France, Pierre Bourdieu fut élu sur une chaire très généraliste de « sociologie » et son enseignement débuta en effet par un cours de « sociologie générale », mais cela ne l’empêcha pas de se dire parfois aussi « anthropologue » en fonction du public auquel il s’adressait. Variations d’échelle – du niveau individuel à celui d’une institution – et pluralité de dénomination de savoir pour un même individu exigent de l’historien qu’il n’impose pas une catégorie rétrospective.

14À la variété des étiquettes dont relève un savant, il faut donc ajouter que certaines sont subies (celles des institutions auxquelles il appartient), d’autres choisies et qu’enfin elles peuvent évoluer dans le temps. Une institution d’appartenance peut modifier son titre de même qu’un savant renommer son approche. Par là, l’idée n’est nullement de plaider une plasticité totale des dénominations. Il est des certifications disciplinaires qui empêchent d’endosser successivement des intitulés très distincts si l’on ne veut pas risquer le ridicule. Difficile ainsi de se dire philologue puis biologiste sans une importante reconversion. Mais l’objectif de l’analyse des étiquetages savants est de rendre visible leur plasticité variable.

  • 23 L’ordre des savoirs voulu par le Directoire en 1795 a été décliné au sein de l’Institut national e (...)
  • 24 Chappey, 2006 ; Zékian, 2011 ; Feuerhahn, 2015.
  • 25 Renan, 1864, 82.
  • 26 Ibid., 83.
  • 27 Ibid., 79.
  • 28 Ibid., 84 : « lettres savantes ».
  • 29 Van Deth, 2012, 311.
  • 30 Comme l’a montré Patrick Henriet (2020, 8-10), Ernest Renan était opposé à la création de l’EPHE. (...)

15Plus généralement, ceci pose la question de savoir qui dénomme tel ou tel savoir. Est-ce le savant lui-même ? L’institution à laquelle il appartient ? La puissance publique ? Et qui sont les acteurs décisionnaires le cas échéant ? En 1808, lorsque les facultés furent recréées en France, Napoléon ne s’appuya pas sur n’importe qui pour imposer la dichotomie entre « sciences » et « lettres », mais sur des contre-révolutionnaires – Louis de Bonald, Louis de Fontanes – farouchement hostiles au programme de l’Idéologie qui prônait au contraire l’image unitaire d’une « encyclopédie vivante » pour caractériser l’Institut national des sciences et des arts fondé en 179523. Selon Bonald et Fontanes, l’Idéologie avait étendu l’empire des sciences sur le domaine des lettres et menaçait de ce fait les valeurs morales et religieuses dont ces dernières étaient porteuses24. En signant le concordat avec le pape en 1801, en fermant les écoles centrales (1802) puis la classe des sciences morales et politiques en 1803, et en réformant tout l’enseignement, Napoléon érigea un dualisme d’État qui aura la vie longue. Plus de cinquante années plus tard, le 1er mai 1864, alors que son cours au Collège de France avait été suspendu en 1862 juste après sa leçon inaugurale parce qu’il avait défendu les droits d’une philologie appliquée aussi à la Bible et présenté Jésus comme un « homme incomparable », Ernest Renan dressa, dans la Revue des deux mondes, un réquisitoire contre les facultés françaises, coupables de faire prospérer l’« épidémie du bel esprit25 » et promut le syntagme « sciences historiques et philologiques » emprunté aux Universités allemandes qu’il louait pour leur supériorité scientifique : « La révolution, loin d’interrompre les traditions des sciences physiques et mathématiques, avait semblé leur donner un nouvel élan. Il n’en fut pas de même dans l’ordre qu’on appelle “des lettres”, et qu’on appellerait beaucoup mieux l’ordre des sciences historiques et philologiques. Dans cet ordre, la France, à la fin du xviiie siècle, était fort abaissée26. » L’opposition radicale entre « sciences » et « lettres » aurait donc été particulièrement préjudiciable aux lettres étudiées dans le cadre d’enseignements cultivant pour l’essentiel l’art rhétorique. Renan souhaitait que l’étude des lettres ne soit pas moins scientifique que la physique ou la chimie, à l’image de « l’Allemagne [qui] avec ses docteurs, [avait créé] l’histoire, non l’histoire anecdotique, amusante, déclamatoire ou spirituelle, dont la France avait fort bien eu le secret, mais l’histoire envisagée comme le parallèle de la géologie, l’histoire recherchant le passé de l’humanité, de même que la géologie recherche les transformations de la planète27 ». Lorsqu’il employait, malgré tout, le terme de « lettres » pour désigner l’objet des études philologiques, Renan lui associait l’épithète « savantes » pour mieux rapprocher les travaux qu’il souhaitait promouvoir de ceux développés par mathématiciens, physiciens ou physiologistes28. Ce véritable programme de réforme de l’enseignement supérieur français acheva de décider le ministre de l’Instruction publique, Victor Duruy, de destituer Renan de sa chaire du Collège de France, un professeur qui lui faisait vraiment trop d’ombre. Renommer les savoirs revenait à s’arroger le droit de réformer la politique nationale d’enseignement, un acte insupportable aux yeux des autorités politiques29. Ceci n’empêcha pas Duruy d’adouber le choix de l’expression « sciences historiques et philologiques » pour désigner la IVe section de l’EPHE fondée quelques années plus tard30. En fonction des circonstances, un nom de savoir peut valoir comme un quasi-nom propre, comme la dénomination officielle d’une institution voire passer d’un statut à l’autre.

Des histoires transnationales

  • 31 À ce titre, il paraît épistémologiquement très difficile, comme le fait Olivier Christin (2010), d (...)

16La stratégie d’Ernest Renan consistant à rejeter le vocable de « lettres » en important en France le syntagme allemand historische und philologische Wissenschaften (traduit « sciences historiques et philologiques ») pour promouvoir la critique textuelle dans les études littéraires témoigne du fait que nombreux sont les choix de dénomination des savoirs qui ne peuvent être compris que si on les replace dans l’économie des échanges savants internationaux. En s’écartant de l’histoire comparée et de sa tendance à opposer ou rapprocher des phénomènes nationaux, l’histoire transnationale nous a appris à nous intéresser, sans émettre de jugements de valeur, aux processus de passage, de transfert, de connexion entre espaces nationaux31. En mettant l’accent sur les phénomènes de rejet, d’appropriation comme d’importation non thématisés, sur les mécanismes de resémantisation, l’histoire transnationale, par-delà la diversité de ses écoles (transferts culturels, histoire croisée, histoire connectée…), offre un cadre méthodologique fécond pour penser l’histoire sinueuse de certains noms de savoir.

17Afin de rendre compte des raisons qui ont conduit ses fondateurs à nommer Institute of History and Philology en anglais une institution fondée en 1928 au sein de l’Academia Sinica dont la majorité des travaux étaient linguistiques, Ku-Ming (Kevin) Chang s’engage dans une enquête transnationale. Il part sur les traces de ses fondateurs : Ssu-nien Fu et Yuen Ren Chao. Le premier, formé en Allemagne, souhaitait importer la tendance académique allemande majoritaire qui faisait de la linguistique une branche de la philologie. Chao, formé pour sa part aux États-Unis, en France et en Grande-Bretagne, concevait, à l’instar des savants de ces pays, la linguistique comme une discipline autonome. En tant que directeur de la section dévolue aux langues, il promouvait donc essentiellement des travaux linguistiques. Ku-Ming Chang montre toutefois que cette importation occidentale a rencontré de l’intérêt dans la Chine républicaine parce que les publications de l’institut dirigé par Fu étudiaient les gloses de mots, les noms de lieux ou encore les institutions dans un style qui évoquait la tradition des vérifications et des preuves (kaozheng) de la dynastie Qing. Le regard sur la philologie allemande se trouvait redéfini à l’aune des caractéristiques de cette tradition savante chinoise.

18Même dans le cas où le nom du savoir n’est pas traduit et est directement repris dans la langue originale, comme c’est le cas du mot « Enquête » en allemand, il n’en acquiert pas moins des sens spécifiques dans un monde savant et de la réforme sociale différent de son pays d’origine, la France. Plus encore, Martin Herrnstadt et Léa Renard montrent ici que suivre les usages de la dénomination « Enquête » en allemand offre l’opportunité de produire un récit alternatif de l’histoire des sciences sociales germanophones. L’histoire de l’académisation de la sociologie n’y occupe plus le centre et de tout autres acteurs, comme le mouvement féministe bourgeois, acquièrent un rôle crucial. Ceux qui revendiquent le vocable d’« Enquête » pour qualifier leurs pratiques sont en rapport étroit avec le settlement movement britannique et états-unien. Cette histoire d’enquête permet de mettre à distance le sens majoritaire en français contemporain : « Enquête » était loin de ne désigner que des travaux qualitatifs, mais caractérisait des recherches qui, au contraire, combinaient entretiens et statistiques sociales.

19L’importance des échanges ou rejets transnationaux est d’autant plus claire lorsque les acteurs agissent dans des arènes internationales comme les congrès scientifiques. Marie-Claire Robic montre ici l’importance de ce type de lieux pour la disciplinarisation et la normalisation des étiquetages et découpages internes de la géographie, pour la formulation de critères distinctifs et la production de topiques articulant le général et le local. Ces scènes loin d’être iréniques sont aussi celles de rivalités entre les nations et de l’affirmation d’irréductibilités nationales.

  • 32 Feuerhahn, 2014.
  • 33 J’ai commencé à proposer une autre manière de tenir compte de la méfiance de Max Weber à l’encontr (...)

20Les connotations nationales associées à tel ou tel vocable peuvent accélérer leur rejet dans certaines conditions et susciter des historiographies d’acteurs qui méritent d’être, elles-mêmes, prises pour objet d’étude. Arrêtons-nous sur le vocable de Soziologie en Allemagne. Le topos historiographique le plus fréquent est certes celui qui fait de Ferdinand Tönnies, Georg Simmel et Max Weber les « pères fondateurs » de la discipline en Allemagne. Mais depuis 1975, à ce lieu commun s’en est associé un second qui s’est appuyé sur une réalité : la méfiance d’un auteur comme Max Weber pour l’étiquette Soziologie32. Plutôt que de considérer ce fait comme un indicateur des engagements de Max Weber, hostiles au socialisme et au positivisme, et ainsi d’en faire un moyen pour engager une véritable historicisation de cet auteur panthéonisé et de ses engagements tant politiques que scientifiques, certains l’ont érigé en fondateur d’une histoire typiquement allemande de la sociologie. Pour ces derniers, l’Allemagne n’aurait pas été une terre de développement précoce de la sociologie, mais au contraire un lieu de réaction contre cette science perçue comme « moderne », « ouest-européenne » et loué à ce titre33. L’initiateur d’un tel schème historiographique est le sociologue Helmut Schelsky, ancien membre du parti national-socialiste.

  • 34 Helmut Schelsky, Die Arbeit tun die anderen. Klassenkampf und Priesterherrschaft der Intellektuell (...)
  • 35 Cette question est au centre de : Peter-Ulrich Merz-Benz et Gerhard Wagner (dir.), Soziologie und (...)

21En effet, en 1975, en réaction aux mouvements étudiants de la fin des années 1960, dans son pamphlet qui fut un best-seller Die Arbeit tun die anderen. Klassenkampf und Priesterherrschaft der Intellektuellen [Ce sont les autres qui font le travail. Lutte des classes et hiérocratie des intellectuels], le professeur de sociologie et de philosophie du droit à l’Université de Münster Helmut Schelsky (1912-1984) repartait d’une dénonciation de la conception défendue par Saint-Simon et son disciple Auguste Comte pour critiquer la tendance consistant à faire de la sociologie une « science sociale planificatrice » et émancipatrice. Afin de faire barrage à cette appréhension de la science, dont l’école de Francfort représentait selon lui un avatar contemporain et dont il dénonçait l’emprise sur « l’esprit de l’époque », Schelsky forgea l’étiquette d’Anti-Soziologie (anti-sociologie) pour caractériser sa position34. Cet ouvrage ainsi qu’un suivant (Helmut Schelsky, Rückblicke eines ‘Anti-Soziologen’, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1981) suscitèrent de nombreux débats ainsi que plusieurs enquêtes sur la spécificité historique de la sociologie en Allemagne35.

  • 36 Wolf Lepenies, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft, Munich, Hanser, (...)
  • 37 Wolf Lepenies, « ‘Über den Krieg der Wissenschaften und der Literatur’. Der Status der Soziologie (...)
  • 38 Charakteristisch für Deutschland ist daher die Entwicklung der Soziologie aus antisoziologischem G (...)

22C’est notamment le cas de l’ouvrage publié par Wolf Lepenies en 1985 (Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft)36. Ce livre est en général simplement lu comme une histoire de la sociologie. C’est indéniable, mais c’est aussi la contribution à l’histoire de la sociologie produite par un sociologue au parcours très situé. À ma connaissance, personne n’a jamais thématisé ce point, mais ce livre est tout entier en dialogue avec ceux de Helmut Schelsky et témoigne de l’importance qu’il y a à étudier de près les dynamiques d’auto- et hétéroétiquetages des noms de savoir. Wolf Lepenies partage le diagnostic de ce dernier selon lequel l’Allemagne aurait un rapport particulier et critique à la sociologie ; ou mieux : que la sociologie allemande serait née d’une hostilité à la sociologie ouest-européenne. Il le formulera d’ailleurs nettement dans un texte publié en 198637 : « Le développement de la sociologie à partir d’un esprit antisociologique est ce qui caractérise l’Allemagne »38.

  • 39 Voir l’entrée « antisociologie » de l’index du livre : Lepenies, 1997, 375.

23Dans Les trois cultures, Wolf Lepenies reprend ainsi la catégorie d’Antisoziologie forgée par Helmut Schelsky pour s’auto-étiqueter et en fait un analyseur historiographique : Antisoziologie devient un opérateur analytique que Lepenies emploie pour étudier Nietzsche, Treitschke, Georg von Below… et Schelsky39.

  • 40 Voir l’article publié par Wolf Lepenies à l’occasion des vingt-cinq ans de la mort d’Helmut Schels (...)

24Wolf Lepenies avait fait toutes ses études dans la très conservatrice Université de Münster au sein de laquelle le professeur de sociologie qu’était Helmut Schelsky exerçait une très forte attraction. Lepenies avait préparé sa thèse de doctorat sous la direction d’Helmut Schelsky et de Dieter Classens qui avait lui-même rédigé son habilitation sous la direction de Schelsky. Lepenies entretenait également un rapport critique à l’encontre de la révolte étudiante (bien que de manière moins forte que Schelsky) et poursuivit tout au long de sa carrière un dialogue implicite et parfois explicite avec Schelsky40.

  • 41 Sur ce point, je renvoie aux très stimulantes propositions d’Olivier Orain relatives à l’opération (...)
  • 42 Vesperini, 2019.
  • 43 L’article de Marie-Claire Robic est particulièrement précieux pour remettre en cause les grands ré (...)

25Nommer les savoirs témoigne d’enjeux politiques, nationaux, et met au jour des dynamiques interactives d’auto- et d’hétéroétiquetage41. Pour quelqu’un comme Schelsky, nommer un collègue Soziologe revenait à dénoncer une pratique dont la scientificité ne serait qu’un paravent d’une prise de position marxiste. Étudier ces dynamiques est d’autant plus crucial que ces étiquetages et hétéro-étiquetages sont bien souvent couplés à des historiographies d’acteurs que l’on risque de reproduire si on n’en voit pas l’ancrage historique. Inversement, il apparaît particulièrement fécond de suivre la variation sémantique des usages d’un titre de pratique savante. L’enquête récente menée par Pierre Vesperini sur l’usage du mot « philosophie » dans l’Antiquité ouvre de remarquables pistes pour une autre histoire des savoirs42. Se demander qui nomme quel savoir, comment et dans quelle configuration, apparaît, à ce titre, particulièrement fructueux43.

Histoires d’hypéronymes et engagement réflexif de la Revue d’histoire des sciences humaines

  • 44 Voir les articles de Philippe Fontaine, Serge Reubi, Thomas Hirsch et moi-même dans ce volume. Sur (...)
  • 45 « Éditorial », Revue d’histoire des sciences humaines, 1, 1999, p. 4.
  • 46 Ce travail de Thomas Hirsch s’inscrit toutefois dans un projet de grande ampleur : il prépare un o (...)
  • 47 Voir aussi Sonnet, 2019.
  • 48 Olivier Orain a engagé une vaste enquête sur l’usage du label « sciences sociales » en France aprè (...)

26Parmi tous les noms de savoir, il en est certains comme « science(s) de l’homme », Geisteswissenschaften, moral sciences, « sciences humaines », behavioral sciences qui semblent d’autant plus requérir l’examen qu’ils sont l’objet explicite de la Revue d’histoire des sciences humaines44. La réflexivité que la revue revendique depuis sa fondation ne peut esquiver une analyse de ces catégories méta-disciplinaires, ou hypéronymes, qui délimitent le champ de recherche de ses contributeurs et en priorité du vocable « sciences humaines » qui lui a donné son titre. Les fondateurs de la revue n’explicitaient pas le choix du terme, mais leur pratique ouverte à des objets très divers laisse penser qu’il incluait les « sciences sociales » et valait, dans l’espace savant, comme l’autre des « sciences ». À côté de la Revue d’histoire des sciences qui ne publiait que très peu de travaux relatifs aux sciences humaines au sens large, les fondateurs de la nouvelle revue souhaitaient visiblement créer un périodique ad hoc : « Les revues générales ou spécialisées qui s’intéressent occasionnellement à cette histoire ne suffisent pas à absorber la production de toutes celles et ceux qui ont fait de ce domaine de connaissances un objet privilégié sinon exclusif de leurs recherches45 ». Par leurs examens de la catégorie « sciences humaines », Serge Reubi et Thomas Hirsch permettent, chacun à leur manière, l’une lexicographique, l’autre à partir d’un document d’archive46, d’y voir nettement plus clair. Il en ressort que si le terme apparaît au pluriel dès la fin du xixe siècle, c’est à partir des années 1930 et surtout après la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre de profondes réformes de la politique de la recherche française, que l’hypéronyme acquiert visibilité. Serge Reubi montre ainsi que « sciences humaines » est une catégorie imposée par un État français qui se veut organisateur de la recherche, donc une catégorie top-down. Pour ses promoteurs (autour d’Anatole de Monzie dans les années 1930 ; ou parmi les premiers directeurs du CNRS après-guerre), cela s’inscrit dans une perspective humaniste et antifasciste. Serge Reubi établit que petit à petit s’impose l’idée que « sciences humaines » serait l’alter ego des « sciences mathématiques et expérimentales ». C’est déjà le cas au sein de la Caisse nationale des sciences dans les années 1930 où « sciences sociales » n’apparaît que comme une section au même rang qu’« histoire/archéologie », « philologie », « sciences juridiques » et « philosophie »47. Cette tendance se poursuit au CNRS après la guerre et contamine l’Université où les facultés de « lettres » deviennent en 1958 des facultés de « lettres et sciences humaines ». Ceci vaut enfin à l’échelle internationale de l’Unesco, basée à Paris, où est créé en 1946 un Conseil international de la philosophie et des sciences humaines. Sans exclure « sciences de l’homme » ni « sciences sociales48 », « sciences humaines » s’impose face aux sciences et joue parfois le rôle d’ersatz de « lettres » dans la France des années 1950-1960. La plongée dans les archives du CNRS que nous offre Thomas Hirsch permet de saisir certaines controverses à l’œuvre. En septembre 1944, Frédéric Joliot-Curie, directeur du CNRS, se méfie de l’introduction des « sciences humaines » au sein de son institution : « Attention, que l’on n’aille pas, par degrés insensibles, finalement arriver à subventionner, – j’irai peut-être un peu fort, – des romans ». Tout l’effort de Mario Roques et de Gabriel Le Bras notamment sera de défendre la scientificité des « sciences humaines » et de marquer l’écart avec les « lettres ». En soulignant « l’humanisme moderne » dont seraient porteuses les « sciences humaines », Gabriel Le Bras cherche en outre à leur faire une place face à des sciences qui ne cessent de souligner leur utilité sociale et technologique. Par sa multipositionnalité (professeur de droit canon, président de la Ve section de l’EPHE, lié à l’École libre des sciences politiques, membres de multiples commissions institutionnelles), il milite de tout son poids académique pour qu’une place soit laissée aux « sciences humaines » dans l’organigramme de la recherche française. En promouvant ce syntagme institutionnel, il semble donc que Gabriel Le Bras avec d’autres (Mario Roques, Marcel Cohen notamment) opte pour une formule qui allie le prestige de la science aux valeurs de l’humanisme. L’épithète « humaines » ne désigne pas uniquement l’objet de ces savoirs comme c’était le cas de l’expression « sciences de l’homme », mais qualifie aussi, au moins implicitement, une approche des phénomènes humains qui n’est pas neutre axiologiquement : ces sciences seraient porteuses d’une démarche respectueuse de l’homme.

  • 49 Everett Hughes, « What’s in a Name? », dans Everett C. Hughes et Helen MacGill Hughes, Where Peopl (...)
  • 50 Hughes, 1996, 237.
  • 51 Ibid., 238.
  • 52 Ibid.
  • 53 Ibid.
  • 54 Ibid., 244.

27Pour être pleinement réflexive, l’étude des noms de savoir ne doit pas avoir peur d’être philologique. En ce sens, nous faisons nôtres les réflexions d’Everett Hughes, lequel en 1952, alors professeur de sociologie à l’Université de Chicago, s’interrogeait dans un volume consacré aux « frontières raciales et ethniques » sur ce qu’il y a dans un nom (« What’s in a name? »49) et pointait toute une série de difficultés qu’il considérait comme propres aux sciences sociales. Il concédait certes que les chimistes ou physiciens n’étaient pas « indifférents aux noms50 », mais que « dans l’ensemble les noms scientifiques ne suscitent pas de sentiments très vifs mais servent de simples référents51 ». Il n’excluait pas que dans les sciences sociales on puisse parvenir « à des termes purement dénotatifs, mais (que) ce serait au prix d’une absence de communication entre les chercheurs et le public52 ». D’où une représentation selon laquelle « la sociologie se consacre pour une grande part à l’épuration du langage employé dans la vie quotidienne pour débattre de problèmes sociaux et moraux53 » tout en sachant qu’« il est absurde de penser qu’un lexique standard pourrait mettre fin aux changements de sens des mots54 ». Les noms sont inscrits dans la vie sociale et parce qu’elle use du langage ordinaire, la sociologie ne saurait échapper à celle-ci. Plutôt que de rêver à un métalangage affranchi de tout lien à la langue naturelle, Everett Hughes prône l’importance d’une démarche réflexive sur les pratiques de désignation et dénomination :

  • 55 Ibid., 245.

Cesser de communiquer avec le public sur tous ces sujets ne résoudrait pas le problème du changement de sens des mots, car ces choses sont au cœur de ce dont les gens parlent avec passion. Puisqu’il nous revient d’étudier ce qui suscite de si vives passions, nous devons nous attendre à ce que les passions se mêlent aux mots, et nous entraîner au repérage de ces affects55.

28Mobiliser ces remarques pour réfléchir à la question de la dénomination des savoirs requiert certes d’avoir en tête que le public dont il est question est, le plus souvent, limité aux savants eux-mêmes. Rares sont les cas où le « grand public » se passionne pour les noms des savoirs. Il n’en reste pas moins que la proposition d’Everett Hughes consistant à user des outils philologiques et de rhétorique sociale peut aider à saisir leur dimension polémique :

  • 56 Ibid.

Pour mener une recherche, nous devons savoir ce dont nous parlons avec nos associés. Nous avons ainsi besoin à la fois d’une compréhension philologique de l’évolution des mots et d’une compréhension de la rhétorique sociale, c’est-à-dire d’une compréhension du langage comme ensemble de signes que nous nous adressons les uns aux autres. En somme, il nous faut connaître cet ensemble de signes pour lire les documents, même scientifiques ; nous devons le connaître pour faire notre recherche, et en fin de compte, pour comprendre notre propre pensée56.

  • 57 Hauptmann, 2012, 164-165 ; Pooley, 2016, 49.

29Dès l’année suivante, Everett Hughes fut directement impliqué dans une commission sur la place des behavioral sciences à l’Université de Chicago qui, de facto, posait la question de la portée du choix d’un nom de savoir. Philippe Fontaine retrace ici finement comment cette commission contribua à mettre un terme au rêve porté par le Committee on the Behavioral Sciences fondé par le psychologue James G. Miller en 1949 au sein de la Division des Social Sciences, de rapprocher les sciences sociales des sciences biologiques. Depuis la fin des années 1920 et la présidence de Maynard Hutchins, l’Université de Chicago était divisée en quatre divisions (physical sciences, biological sciences, social sciences, humanities) regroupant elles-mêmes des départements et des comités chargés de susciter les collaborations entre départements. Le département de psychology étant situé depuis 1939 dans la Social Sciences Division et non dans la Biological Sciences Division au grand dam de certains, James G. Miller avait obtenu la création du Committee on the Behavioral Sciences dans la Division des sciences sociales. Mais son objectif était d’établir des partenariats entre celle-ci et la Division des sciences biologiques. Miller pouvait se targuer du soutien de la Fondation Ford qui, dès 1951 avait troqué sa Social Sciences Division pour la Behavioral Sciences Division. Social sciences apparaissait trop proche de socialism et de social reform57, et behavioral sciences semblait augurer de sciences dignes des pratiques expérimentales de la biologie. Mais la commission suscitée par la Fondation Ford en 1953 déboucha sur un rapport (A Report on the Behavioral Sciences at the University of Chicago, 1954) qui soulignait la distance entre les divisions des sciences sociales et des sciences biologiques au sein de l’Université et ne pensait pas qu’émergerait un espace de collaboration entre les deux portant sur les behavioral sciences. Surtout, le rapport témoignait des luttes relatives à la définition des behavioral sciences. Là où Miller leur donnait une connotation biologique, la commission soulignait son ancrage du côté des sciences sociales.

30Le choix d’un nom de savoir cache bien souvent des luttes quant à la définition qu’on lui donne. D’où l’importance qu’il y a à étudier de près les connotations des termes par-delà leur apparente reprise.

31Historiciser les noms des savoirs permet de mettre au jour leurs enjeux de nature diverse : scientifiques, académiques, politiques… Loin d’autonomiser les discours, cette démarche révèle l’ancrage pragmatique des dénominations et le rôle central des acteurs comme des institutions qui les portent, veulent en contrarier le succès ou parfois les perpétuent. Pour qui se dit historien des sciences humaines, des sciences sociales ou des sciences de l’homme, analyser l’histoire de ces noms revient à mettre en abyme son propre travail, à assumer son historicité, la situation dans laquelle il travaille et imagine ses enquêtes. Cette réflexivité n’a potentiellement pas de terme, mais ceci ne doit pas être vu comme une faiblesse. La régression à l’infini n’est sans doute que la traduction de l’historicité à laquelle nul n’échappe. Plutôt que de la cacher derrière de prétendus absolus, la thématiser revient à ouvrir l’atelier de l’historien, à mettre carte sur table et à ne jamais clore la discussion savante.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise, B. et Laugier, S., 2011, Textes clés de philosophie du langage, vol. 2, Sens, usage et contexte, Paris, Vrin.

Becker, H. S., 1985, « La théorie de l’étiquetage : une vue rétrospective », dans id., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, trad. de l’anglais (États-Unis) par J.-P. Briand et J.-M. Chapoulie, Paris, Métailié, p. 201-237.

Blanckaert, C., 1989, « L’Anthropologie en France. Le mot et l’histoire (xvie-xixe siècle) », Bulletins et Mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 3-4, p. 13-43. https://doi.org/10.3406/bmsap.1989.2573.

Blanckaert, C., 2009, De la race à l’évolution. Paul Broca et l’anthropologie française (1850-1900), Paris, L'Harmattan.

Blanckaert, C., 2017, « Nommer le préhistorique au xixe siècle. Linguistique et transferts lexicaux », Organon, 49, p. 57-103.

Bourdieu, P., 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Seuil.

Bourdieu, P., 2001, Science de la science et réflexivité. Cours du Collège de France (2000-2001), Paris, Raisons d’agir.

Carroy, J., Ohayon, A. et Plas, R., 2006, Histoire de la psychologie en France, Paris, La Découverte.

Cavaillé, J.-P., 2012, « Pour un usage critique des catégories en histoire », dans Haag, P. et Lemieux, C. (dir.), Faire des sciences sociales. Critiquer, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 121-147, https://doi.org/10.4000/books.editionsehess.1417.

Chappey, J.-L., 2006, « De la science de l’homme aux sciences humaines : enjeux politiques d’une configuration de savoir (1770-1808) », Revue d’histoire des sciences humaines, 15, p. 43-68, DOI : 10.3917/rhsh.015.0043.

Chartier, R., 1998, Au bord de la falaise. L’histoire entre certitude et inquiétude, Paris, Albin Michel.

Christin, O. (dir.), 2010, Dictionnaire des concepts nomades en sciences humaines, Paris, Métailié.

Dufoix, S., 2014, « Du poids des mots », Diasporas, 23-24, p. 12-29. DOI : https://doi.org/10.4000/diasporas.296.

Dumont, L., Fondu, Q. et Véron, L., 2019, Lucien Goldmann. Méthodes et héritages en sociologie de la littérature, Contextes, 25. https://doi.org/10.4000/contextes.8373.

Feuerhahn, W., 2014, « La sociologie avec ou sans guillemets. L’ombre portée de Comte sur les sciences sociales germanophones (1875-1908) », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 35, p. 157-196, https://doi.org/10.4000/cps.1217.

Feuerhahn, W., 2015, « Partages politiques des savoirs. Lettres versus sciences ; Geisteswissenschaften versus Naturwissenschaften (1800-1918) », dans Pestre, D. (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, tome II, Raj, K. et Sibum, O. (dir.), Modernité et globalisation, Paris, Seuil, p. 92-113.

Feuerhahn, W., 2017, « Introduction : l’atelier des intitulés du Collège de France », dans id. (dir.), La politique des chaires au Collège de France, Paris, Les Belles Lettres, p. 15-50. https://books.openedition.org/lesbelleslettres/137.

Feuerhahn, W. et Rabault-Feuerhahn, P., 2014, « La philologie peut-elle s’exporter ? À propos de l’itinéraire identitaire et disciplinaire de Leo Spitzer », Revue germanique internationale, 19, p. 155-177. https://doi.org/10.4000/rgi.1477

Geertz, C., 1973, « Chapter 1: Thick Description: Toward an Interpretive Theory of Culture », The Interpretation of Cultures: Selected Essays, New York, Basic Books, p. 3-30.

Hauptmann, E., 2012, « The Ford Foundation and the Rise of Behavioralism in Political Science », Journal of the History of the Behavioral Sciences, 48/2, p. 154-173, https://doi.org/10.1002/jhbs.21515.

Henriet, P., 2020, « Les premières générations de l’EPHE : à l’ombre de Renan ? Avec une lettre inédite d’Albert Réville à Renan sur la composition de la Ve section », dans Fournet, J.-L. (dir.), Ma grande église et ma petite chapelle : 150 ans d’affinités électives entre le Collège de France et l’École pratique des hautes études, Paris, Collège de France/EPHE, p. 5-38. DOI : https://doi.org/10.4000/books.cdf.10264.

Hughes, E., 1996, « Qu’y a-t-il dans un nom ? » (1952), dans id., Le regard sociologique. Essais choisis (textes rassemblés et traduits par J.-M. Chapoulie), Paris, Éditions de l’EHESS, p. 237-250.

Jacob, C. (dir.), 2007, Lieux de savoir, t. 1, Espaces et communautés, Paris, Albin Michel.

Jacob, C. (dir.), 2011, Lieux de savoir, t. 2, Les mains de l’intellect, Paris, Albin Michel.

Jacob, C., 2014, Qu’est-ce qu’un lieu de savoir ?, Marseille, OpenEdition Press, https://doi.org/10.4000/books.oep.423.

Kreplak, Y. et Lavergne, C., 2008, « Les pragmatiques à l’épreuve du pragmatisme. Esquisse d’un “air de famille” », Tracés. Revue de sciences humaines, 15, p. 127-145, https://doi.org/10.4000/traces.713.

Lacour, P.-Y., 2012, « Encyclopédisme et distribution des savoirs. Le cas du Magasin encyclopédique. 1795-1816 », La Révolution française, 2, https://doi.org/10.4000/lrf.588.

Lavergne, C. et Mondémé, T., 2008, « Pragmatismes : vers une politique de l’action située », Tracés. Revue de sciences humaines, 15, p. 5-22, https://doi.org/10.4000/traces.583.

Lepetit, B., 1995, « L’histoire prend-elle les acteurs au sérieux ? », Espaces Temps, 59-61, p. 112-122, https://doi.org/10.3406/espat.1995.3966.

Mengal, P., 2000, « La constitution de la psychologie comme domaine du savoir aux xvie et xviie siècles », Revue d’histoire des sciences humaines, 2, p. 5-27. https://doi.org/10.3917/rhsh.002.0005.

Nerlich, B. et Clarke, D. D., 1996, Language, Action and Context. The Early History of Pragmatics in Europe and America, 1780-1930, Amsterdam, John Benjamins.

Orain, O., 2018, « Les Écoles en sciences de l’homme : usages indigènes et catégories analytiques », Revue d’histoire des sciences humaines, 32, p. 7-38, https://doi.org/10.4000/rhsh.288.

Passeron, J.-C., 2006, Le raisonnement sociologique. Un espace non poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel.

Pooley, J., 2016, « A “Not Particularly Felicitous” Phrase: A History of the “Behavioral Sciences” Label, », Serendipities, 1/1, p. 38-81.

Rabault-Feuerhahn, P., 2017, « La comparaison fait-elle la discipline ? Intitulés comparatistes et dynamique des chaires au Collège de France », dans Feuerhahn, W. (dir.), La politique des chaires au Collège de France, Paris, Les Belles Lettres, p. 383-434, https://doi.org/10.4000/books.lesbelleslettres.174.

Renan, E., 1864, « L’instruction supérieure en France, son histoire et son avenir », Revue des deux mondes, t. 51, p. 73-95.

Rhein, C., 2001, « Le ghetto de Louis Wirth : forme urbaine, institution, système social. “The Ghetto” (1928) », dans Lepetit, B. et Topalov, C. (dir.), La ville des sciences sociales, Paris, Belin, p. 111-149.

Ricoeur, P., 1986, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique, II, Paris, Seuil.

Sonnet, M., 2019, « Faire de la recherche son métier ? », Revue d’histoire des sciences humaines, 34, p. 125-154, https://doi.org/10.4000/rhsh.3158.

Stocking, G. W., 1971, « What’s in a Name? The Origins of the Royal Anthropological Institute (1837-1871) », Man, 6/3, p. 369-390, https://doi.org/10.2307/2799027.

Topalov, C., 2003, « Un paysage intellectuel renouvelé », dans Encrevé, P. et Lagrave, R.-M. (dir.), Travailler avec Bourdieu, Paris, Flammarion, p. 195-207.

Topalov, C., 2004, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“école de Chicago” en sociologie », dans Heilbron, J., Lenoir, R. et Sapiro, G. (éd.), Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, p. 127-157.

Topalov, C., 2005a, « Sociologie urbaine », dans Borlandi, M., Boudon, R., Cherkaoui, M. et Valade, B. (dir.), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, PUF, p. 719-723.

Topalov, C., 2005b, « École de Chicago (sociologie) », dans Encyclopædia Universalis, Notionnaires, 2, Idées, s.l., Encyclopædia Universalis, p. 142-146.

Topalov, C., 2008, « Sociologie d’un étiquetage scientifique : urban sociology (Chicago, 1925) », Année sociologique, 58, p. 203-234, DOI : https://doi.org/10.3917/anso.081.0203.

Topalov, C., 2010, « Ceci n’est pas un dictionnaire », dans Topalov C., Coudroy de Lille, L., Depaule, J.-C. et Marin, B. (dir.), L’Aventure des mots de la ville, Paris, Robert Laffont, p. XV-XLIV.

Topalov, C., 2017, « The Naming Process », dans Harris, R. et Vorms, C. (dir.), What’s In A Name? Talking About Urban Peripheries, Toronto, University of Toronto Press, p. 36-67.

Van Damme, S., 2013, « Histoire et sciences sociales : nouveaux cousinages », dans Granger, C. (dir.), À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au xxie siècle, Paris, Autrement, p. 48-62.

Van Deth, J.-P., 2012, Ernest Renan, Paris, Fayard.

Vesperini, P., 2019, La philosophie antique. Essai d’histoire, Paris, Fayard.

Vidal, F., 2000, « La psychologie empirique et son historicisation pendant l’Aufklärung », Revue d’histoire des sciences humaines, 2, p. 29-55, https://doi.org/10.3917/rhsh.002.0029.

Zékian, S., 2011, « Siècle des lettres contre siècle des sciences : décisions mémorielles et choix épistémologiques au début du xixe siècle », Fabula-LhT, 8, http://www.fabula.org/lht/8/zekian.html.

Haut de page

Notes

1 Sur les auto-étiquetages successifs de Leo Spitzer, voir Feuerhahn et Rabault-Feuerhahn, 2014.

2 Sur les « lieux de savoirs », voir les importants travaux de Christian Jacob : 2007, 2011, 2014.

3 Passeron, 2006, 130.

4 Sur l’opération consistant à « faire groupe » et « faire école », voir Orain, 2018.

5 Feuerhahn, 2017, 24-26.

6 Stocking, 1971. Voir aussi Blanckaert, 2009, 275-277.

7 Lepetit, 1995. Sur ce tournant voir Van Damme, 2013.

8 Mengal, 2000 ; Vidal, 2000.

9 Carroy, Ohayon et Plas, 2006, 6.

10 Pour un traitement de « l’action sensée comme un texte », voir Ricoeur (1986, 183-211), pour les critiques importantes des « erreurs scolastiques », voir Bourdieu (1997, 24-25, 66-68 ; 2001, 59) et Chartier (1998, 111). Bourdieu critique notamment l’anthropologie interprétative de Clifford Geertz qui considère la « culture » comme des « réseaux de signification » (webs of significance) (Geertz, 1973).

11 Dans une conférence radiophonique datant de 1956, traduite en français et commentée par Bruno Ambroise, Austin est même allé jusqu’à interroger la distinction entre énoncé constatif et pragmatique : « Autrement dit, les énoncés descriptifs sont également des actes, comme les énoncés performatifs, en ce sens qu’ils servent à faire une description. Tous sont donc des actes de parole dotés d’une certaine force, et sujets à infélicités. » (Ambroise et Laugier, 2011, 235). Pour des éléments historiques sur Austin, voir Nerlich et Clarke, 1996, 366-373.

12 À ce titre, je propose un cheminement inverse à celui de Ricoeur qui s’appuyait sur la pragmatique d’Austin pour justifier le traitement de l’action sensée comme un texte (Ricoeur, 1986, 186). En ouvrant l’enquête à des énoncés performatifs et en n’en restant pas à l’analyse des énoncés constatifs, la pragmatique permet, au contraire il me semble, de remettre non seulement en cause le privilège longtemps attribué à l’énoncé constatif dans les réflexions sur les faits de langage par le positivisme logique, mais aussi celui attribué au texte par les partisans de l’herméneutique. Par ce biais, les réflexions d’Austin permettent de replacer la multiplicité des pratiques au cœur de l’enquête.

13 Ces réflexions de linguistique pragmatique croisent certains développements de philosophie pragmatiste. En mettant l’accent l’un comme l’autre sur l’importance du contexte pour saisir le sens des énoncés comme sur l’efficace des énoncés plus que sur leur vérité, certaines propositions de la pragmatique peuvent converger avec la critique de la définition de la vérité comprise comme adéquation au réel et l’importance accordée aux contextes d’action par de nombreux philosophes pragmatistes. Sur les rapports complexes entre pragmatique et pragmatisme, voir Lavergne et Mondémé, 2008 ; Kreplak et Lavergne, 2008.

14 Topalov, 2004, 2005a, 2005b, 2008. Voir aussi les importantes réflexions de Topalov (2003, 2010), Cavaillé (2012) et Dufoix (2014).

15 À la suite de Catherine Rhein (2001), Christian Topalov souligne le rôle de la human ecology, définie par Park comme « la science qui étudie “les forces à l’œuvre au sein de la communauté urbaine [...] qui tendent à produire un groupement ordonné et caractéristique de ses populations et institutions” (1925, 1). C’est dans une discipline relevant des sciences de la nature – l’écologie végétale et animale – que Park et Burgess avaient été chercher, depuis déjà plusieurs années, les références qui leur permettaient de revendiquer le statut de science pour la sociologie. » (Topalov, 2008, 213).

16 Becker, 1985, 207.

17 Rabault-Feuerhahn, 2017, 421-423.

18 Marc Bloch avait prononcé une communication au congrès des sciences historiques d’Oslo (1928) : « Pour une histoire comparée des sociétés européennes », Revue de synthèse historique, XLVI, 1928, p. 15-50.

19 Rabault-Feuerhahn, 2017, 422.

20 Ibid., 423.

21 Blanckaert, 2017, 73, 81-86.

22 Voir Dumont, Fondu et Véron, 2019.

23 L’ordre des savoirs voulu par le Directoire en 1795 a été décliné au sein de l’Institut national et de ses trois classes (sciences physiques et mathématiques ; sciences morales et politiques ; littérature et beaux-arts, 1795-1803) et mis en pratique dans les écoles centrales (1795-1802). Pierre-Yves Lacour (2012) a montré qu’entre 1795 et 1816, l’enchaînement des savoirs dans les tables du Magasin encyclopédique, périodique dirigé par Aubin-Louis Millin, suivait également l’organisation en trois sections de l’Institut national tel qu’elle existait entre 1795 et 1803. Mais cette persistance, au-delà de la fermeture autoritaire de la classe des sciences morales et politiques par Bonaparte, est sans doute due au fait que, comme l’a établi P.-Y. Lacour, Millin défendait un encyclopédisme beaucoup moins politique que les partisans de l’Idéologie et la Décade philosophique : l’analyse des sensations et des idées n’avait quasiment aucune place dans le Magasin encyclopédique (Lacour, 2012, §15).

24 Chappey, 2006 ; Zékian, 2011 ; Feuerhahn, 2015.

25 Renan, 1864, 82.

26 Ibid., 83.

27 Ibid., 79.

28 Ibid., 84 : « lettres savantes ».

29 Van Deth, 2012, 311.

30 Comme l’a montré Patrick Henriet (2020, 8-10), Ernest Renan était opposé à la création de l’EPHE. La décision de la fonder tout en reprenant l’expression de Renan était une manière pour Duruy de marquer son indépendance à l’encontre des prétentions législatrices de ce dernier.

31 À ce titre, il paraît épistémologiquement très difficile, comme le fait Olivier Christin (2010), d’articuler sans justification l’option des « concepts nomades » – défendue par Isabelle Stengers à la suite de Gilles Deleuze et qui s’inscrit dans une philosophie qui ne connaît pas de hiérarchies de pouvoir, de domination, mais des relations horizontales (rhizomatiques) – avec la sociologie des relations sociales internationales inégales de Pierre Bourdieu.

32 Feuerhahn, 2014.

33 J’ai commencé à proposer une autre manière de tenir compte de la méfiance de Max Weber à l’encontre de la « sociologie » en cherchant qui se voulait défenseur de l’étiquette dans les territoires germanophones d’alors. Un paysage beaucoup plus complexe et controversé des sciences sociales en ressort : Feuerhahn, 2014.

34 Helmut Schelsky, Die Arbeit tun die anderen. Klassenkampf und Priesterherrschaft der Intellektuellen, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1975, p. 251-363 (sur Comte p. 257).

35 Cette question est au centre de : Peter-Ulrich Merz-Benz et Gerhard Wagner (dir.), Soziologie und Anti-Soziologie: ein Diskurs und seine Rekonstruktion, Konstanz, UVK Universitätsverlag Konstanz, 2001 ; Catherine Colliot-Thélène et Jean-François Kervégan (dir.), De la société à la sociologie, Lyon, ENS Éditions, 2002 ainsi que de l’article du disciple d’Arnold Gehlen : Karl-Siegbert Rehberg, « Das Unbehagen an der Soziologie », dans Georg Kneer et Stephan Moebius (dir.), Soziologische Kontroversen. Beiträge zu einer anderen Geschichte der Wissenschaft vom Sozialen, Francfort-sur-le-Main, Surhrkamp, p. 217-253. Pour l’espace « autrichien », je renvoie au très riche mémoire de master de Jan Surman, « Zwischen Sozialismus und Gesellschaftslehre. Die ‘Disziplinierung’ der Soziologie in Österreich vor 1918 », Diplomarbeit zur Erlangung des Magistergrades der Sozial- und Wirtschaftswissenschaften an der Fakultät für Sozialwissenschaften der Universität Wien, Vienne, juin 2006. Voir enfin, sur la période postérieure à la Première Guerre mondiale, l’excellent article d’Olivier Agard : « Situation de la sociologie schélérienne », dans Gérard Raulet (dir.), Max Scheler : l’anthropologie philosophique en Allemagne dans l’entre-deux guerres, Paris, Éditions de la MSH, 2002, p. 158-182. Voir également le manuel de Stephan Moebius et Andrea Ploder (éd.), Handbuch Geschichte der deutschsprachigen Soziologie. Band 2: Forschungsdesign, Theorien und Methoden, Wiesbaden, Springer VS, 3 vol. et sa recension par Martin Strauss dans ce numéro.

36 Wolf Lepenies, Die drei Kulturen. Soziologie zwischen Literatur und Wissenschaft, Munich, Hanser, 1985 ; Id., Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, traduit par Henri Plard, Paris, Éditions de la MSH, 1997.

37 Wolf Lepenies, « ‘Über den Krieg der Wissenschaften und der Literatur’. Der Status der Soziologie seit der Aufklärung », Merkur. Deutsche Zeitschrift für europäisches Denken, 40/6, 1986, p. 482-494.

38 Charakteristisch für Deutschland ist daher die Entwicklung der Soziologie aus antisoziologischem Geist (Lepenies, 1986, 492).

39 Voir l’entrée « antisociologie » de l’index du livre : Lepenies, 1997, 375.

40 Voir l’article publié par Wolf Lepenies à l’occasion des vingt-cinq ans de la mort d’Helmut Schelsky : Wolf Lepenies, « Auf den Gipfeln, hinter den Kulissen », Die Welt, 24 février 2009, https://www.welt.de/welt_print/article3261757/Auf-den-Gipfeln-hinter-den-Kulissen.html (consulté le 12 janvier 2020).

41 Sur ce point, je renvoie aux très stimulantes propositions d’Olivier Orain relatives à l’opération historiographique consistant à mettre en scène des « écoles de pensée » (Orain, 2018).

42 Vesperini, 2019.

43 L’article de Marie-Claire Robic est particulièrement précieux pour remettre en cause les grands récits contemporains (celui de Philippe Descola notamment) qui mettent en scène un partage pluriséculaire entre « nature » et « culture ». En prêtant attention aux mobilisations et remises en cause de l’opposition entre « géographie humaine » et « géographie physique » de même qu’aux autres tentatives unificatrices ou non, elle montre la variété des labellisations en fonction des arènes.

44 Voir les articles de Philippe Fontaine, Serge Reubi, Thomas Hirsch et moi-même dans ce volume. Sur la « science de l'homme », voir Blanckaert, 1989, 22-26, 32.

45 « Éditorial », Revue d’histoire des sciences humaines, 1, 1999, p. 4.

46 Ce travail de Thomas Hirsch s’inscrit toutefois dans un projet de grande ampleur : il prépare un ouvrage intitulé Pourquoi des sciences humaines ?.

47 Voir aussi Sonnet, 2019.

48 Olivier Orain a engagé une vaste enquête sur l’usage du label « sciences sociales » en France après 1945.

49 Everett Hughes, « What’s in a Name? », dans Everett C. Hughes et Helen MacGill Hughes, Where Peoples meet. Racial and Ethnic Frontiers, Glencoe, The Free Press, 1952, p. 130-144. Pour une reprise de l’interrogation de Hughes, voir Topalov, 2017.

50 Hughes, 1996, 237.

51 Ibid., 238.

52 Ibid.

53 Ibid.

54 Ibid., 244.

55 Ibid., 245.

56 Ibid.

57 Hauptmann, 2012, 164-165 ; Pooley, 2016, 49.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Wolf Feuerhahn, « Prendre les noms des savoirs au sérieux »Revue d’histoire des sciences humaines, 37 | 2020, 9-28.

Référence électronique

Wolf Feuerhahn, « Prendre les noms des savoirs au sérieux »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5056

Haut de page

Auteur

Wolf Feuerhahn

CNRS, Centre Alexandre-Koyré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search