Navigation – Plan du site
Document

Marcel Griaule, Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France

p. 141-149

Texte intégral

Document 1

Document 1

Ce document est conservé aux Archives nationales, Rectorat de l’académie de Paris, 20020476/257, dossier « Création d’un enseignement d’ethnologie à la faculté des Lettres ».

Définitions

1L’ethnologie est la science de l’homme dans son ensemble (homo sapiens et faber). Elle s’appuie sur deux disciplines dont les méthodes et les objets sont distincts et qui vivent d’une vie indépendante : l’anthropologie et l’ethnographie.

2L’anthropologie, science naturelle, connaît des caractères physiques de l’homme (homo).

3L’ethnographie, science morale, connaît des activités spirituelles des peuples et des produits matériels de ces activités (sapiens et faber). Elle étudie les techniques, les religions, les institutions sociales et politiques, les arts, les langues, etc.

Remarques générales

4Nos humanités sont établies sur une documentation concernant surtout les cultures méditerranéennes. Certes, depuis le début du xxe siècle, des enseignements ont été créés qui connaissent des civilisations appartenant à d’autres cycles. Mais l’Université française ne saurait s’en tenir là. Pour la formation des esprits, l’enseignement gagnerait à embrasser l’ensemble des civilisations du monde, sans négliger celles qui ne se sont pas ouvertes au machinisme et qui offrent à l’investigation et à la spéculation scientifiques des horizons immenses.

5Il importe donc que l’enseignement de l’ethnologie en général et notamment de l’ethnographie tienne une place importante dans les programmes de l’université.

6Une autre raison impérieuse milite en faveur de ce développement des sciences humaines en France. En effet, l’ethnographie est une science indispensable au développement de notre Empire attendu qu’elle connaît, entre autres, des cultures matérielles et spirituelles des peuples de nos possessions d’outre-mer.

7Toutes les nations possédant des colonies ou désireuses d’en administrer, notamment l’Allemagne, l’Angleterre, les États-Unis, la Hollande, ont mis depuis longtemps cette science au premier rang de leurs préoccupations comme nécessaire à une politique éthique, à un gouvernement honnête, à une exploitation rationnelle profitables au colonisateur comme au colonisé.

8Ces nations possèdent par dizaines des établissements ethnographiques de recherche, d’enseignements et de publications : chaires, musées, instituts, dont les travaux ont permis la mise au point de leur politique indigène présente ou future, laquelle fait partie intégrante de la politique intérieure de tout pays colonisateur.

9Ces établissements ont, dans le même temps, formé des équipes de spécialistes qui joueront demain un rôle de premier plan dans la politique extérieure de leur pays.

10Au moment de la réorganisation de l’Europe et par exemple de l’Afrique – continent à l’ordre du jour – ces nations seront représentées dans les conférences internationales non seulement par des experts politiques capables de défendre leurs causes coloniales, mais encore par des techniciens qui seront en mesure de préciser la nature et l’importance de la collaboration indigène dans l’économie nouvelle des continents.

11La question se pose donc, dès aujourd’hui, de savoir si la France possède des organismes comparables à ceux dont il est fait mention plus haut et capables de former une équipe française spécialisée, prête aux multiples tâches de l’avenir dans le domaine de la découverte comme dans le domaine pratique.

12La France a certes créé en 1877 le premier établissement ethnographique du monde : le Musée d’ethnographie du Trocadéro. Mais ce dernier a été rattaché en 1928, pour des raisons administratives, au Laboratoire d’anthropologie du Muséum. Il est devenu ainsi une simple annexe de laboratoire et, en 1937, il perdait jusqu’à son nom qui était remplacé par celui de Musée de l’Homme.

13D’autre part, le Musée travaille en collaboration étroite avec l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris créé en 1926, pour suppléer à l’enseignement officiel du Muséum et officieux de l’École d’Anthropologie de Paris qui n’octroie aucun diplôme. L’activité de l’Institut d’Ethnologie est au premier chef ethnographique : sur quarante-deux tomes de sa collection, aucun ne traite de l’anthropologie ; sur cent sept missions patronnées, cent deux relèvent de l’ethnographie. Le Musée abrite également un Laboratoire d’ethnologie de l’École pratique des hautes études, dont le personnel s’est spécialisé dans les missions ethnographiques (en particulier la Mission Dakar-Djibouti, loi du 31 mars 1931, JO du 19 avril 1931 et diverses autres expéditions).

14En fait, Musée et Institut sont intimement liés. Administrativement, ils sont absolument étrangers l’un à l’autre et leur collaboration reste à la merci d’un incident budgétaire (instabilité de l’Institut), matériel (extension du Musée) ou personnel.

15Toute réforme concernant les disciplines ethnologiques devra s’opérer avec le souci de conjuguer avec souplesses l’action de ces deux établissements.

Inconvénients de la situation actuelle

Institut d’Ethnologie

a) L’existence de l’Institut d’Ethnologie est précaire : son budget, alimenté à l’origine (1926) par les colonies françaises est passé ensuite à la charge du Secrétariat d’État aux colonies qui peut être amené à la supprimer comme il l’a fait lors de la dernière année scolaire.
Ce budget, alimenté également par l’Université de Paris, fut à maintes reprises menacé et les secrétaires généraux, refusant d’envisager la fermeture de l’établissement, durent constituer une réserve qui diminua d’autant les fonds de publications.

b) Tel qu’il est conçu actuellement, l’enseignement de l’ethnologie ne saurait se comparer à celui qui est donné à l’étranger, notamment aux États-Unis et en Allemagne. Dans ce dernier pays, il existe 26 chaires connaissant de l’ethnographie ou de la sociologie exotiques.
L’Institut ne possède aucune chaire magistrale bien qu’il prépare à des certificats d’études supérieures octroyées tant par la Faculté des Lettres que par la Faculté des Sciences. Son enseignement, désavantagé également du fait de la modicité des sommes qui lui sont réservés (moins de 35 000 francs pour treize disciplines) est beaucoup trop sommaire en toutes matières. Les élèves n’acquièrent qu’une teinture de chaque discipline (anthropologie, ethnographie, linguistique, préhistoire, etc.) ; ils reçoivent bien plutôt des instructions générales (terme même de l’affiche) qu’un bagage véritable.
Il en résulte qu’en définitive assez peu d’élèves spécialisés font leur carrière dans l’une des disciplines enseignées. D’autre part, un tel état de choses favorise la création de cours libres en marge de l’enseignement officiel.

c) Cette absence de chaire en Sorbonne présente de plus un inconvénient d’ordre pratique : il devient difficile, sinon impossible, à la Faculté des Lettres, par exemple, de se faire représenter, dans les jurys de doctorat, par un spécialiste compétent.
Or, l’Institut d’Ethnologie suscite des travaux de plus en plus nombreux de la part de ses anciens élèves. Des thèses sont présentées chaque année. Ainsi les seules expéditions conduites par l’un des secrétaires généraux ont fourni la matière à dix thèses dont trois de doctorat et fourniront avant 1943 celle de cinq autres dont quatre de doctorat.
La situation actuelle, si elle devait se prolonger, obligerait à décourager les chercheurs en nombre sans cesse croissant qui poursuivent des travaux originaux notamment sur des peuples des colonies françaises.

Musée de l’Homme

16Le Musée de l’Homme, ancien Musée d’Ethnographie, autonome de 1877 à 1928, dépend depuis cette date d’un Laboratoire du Muséum dont il n’est qu’une annexe et qui est confié à un titulaire dont la discipline est étrangère aux disciplines ethnographiques.

17Certes, malgré cette position de second plan il a fini par absorber l’organe directeur qui, en fait, n’occupe plus actuellement qu’une place minime dans ses murs : sur onze départements, dix relèvent de l’ethnographie, un seul de l’anthropologie. Il n’en est que plus paradoxal de le laisser dans cette situation. Mais d’autres raisons aussi impérieuses militent en faveur d’une réorganisation du Musée.

18L’ethnographie est une science morale connaissant de l’histoire des religions, de la géographie humaine, des institutions sociales et politiques, des arts, des techniques, des systèmes juridiques, des langues, des problèmes préhistoriques et archéologiques. Ses méthodes n’ont rien de commun avec celle de l’anthropologie dont le laboratoire voisine, au Muséum, avec ceux de zoologie (vers et crustacés), d’éthologie des animaux sauvages, de cryptogamie, etc., tous utilisant des méthodes propres aux sciences naturelles et ignorant la collaboration étroite avec les disciplines ethnographiques.

19Laisser l’ethnographie au Muséum d’Histoire naturelle est d’autant plus paradoxal que la Préhistoire, science en quelque mesure proche de l’Anthropologie, est représentée ;

  1. Dans ses collections aux Musées nationaux (Saint-Germain)
  2. Dans son enseignement au Collège de France dans une section Littéraire et non dans une section de Sciences Naturelles.

20Quant au Folklore, ethnographie des civilisations à machinisme, il est représenté :

  1. Dans ses collections aux Musées Nationaux (Arts et Traditions populaires) ;
  2. Dans son enseignement à l’École du Louvre.

21D’une façon générale, toutes les disciplines dont relève l’ethnographie sont représentées à la Faculté des Lettres (géographie humaine, philologie) ; à l’École des Langues Orientales (philologie, linguistique) ; au Collège de France (Section littéraire) ; à l’École des hautes études (sciences religieuses, historiques et philologiques) ; à la Faculté de Droit (ethnologie juridique) ; à l’École du Louvre (archéologie).

22Pratiquement, le Musée de l’Homme possède des collections comparables à celles des Musées Nationaux : Louvre, Guimet, Saint-Germain, Arts et Traditions populaires (sans parler du musée municipal Cernuschi, aujourd’hui lié d’un point de vue scientifique aux Musées Nationaux). Comme eux, il présente au public des collections d’objets archéologiques, artistiques, préhistoriques, techniques. Tel ensemble de peintures byzantines de la galerie d’Afrique figurerait aussi bien au Louvre qu’au Musée Guimet. Quant au fonds considérable du folklore français qui lui appartenait, il a été versé au Musée national des Arts et traditions populaires.

23Trop souvent ces établissements divers recherchent concurremment les mêmes acquisitions au lieu de les coordonner. Le travail scientifique en souffre comme la bonne gestion des crédits. En outre certains services techniques du Musée de l’Homme (laboratoires de conservation, de photographie, d’enregistrement sonore, etc.) qui sont les plus modernes de la capitale, ne sont utilisés que par ce seul établissement au lieu de profiter tout au moins au bloc des musées réunis dans le Palais de Chaillot.

24De cette situation il résulte que le seul musée français d’ethnographie dont le nom même a disparu, ne peut suivre, même de loin, l’effort immense accompli à l’étranger dans le domaine des disciplines muséales (16 établissements similaires en Allemagne).

25Le fait nouveau de la loi portant réorganisation des Musées nationaux (10 août 1941) fait apparaître davantage encore les inconvénients actuels. En effet, les musées de province, auront l’avantage d’être intégrés dans un cadre permettant une coordination rationnelle du travail scientifique et administratif. Parmi eux, plus de cent sont dotés d’une section ethnographique. Ces sections doivent être développées selon le plan général de réorganisation de l’ethnologie en France, qui a pour but de mettre notre pays au niveau de l’étranger. Laisser le musée d’ethnographie hors du cadre des musées nationaux revient à priver des sections d’un chef de file indispensable.

Nécessité d’une réforme

26Il n’est plus possible à la France qui a été la première à créer un établissement ethnographique (1877) et qui possède le deuxième empire colonial du monde, de considérer les disciplines ethnographiques comme un luxe. La France se doit de donner aux deux organismes qu’elle possède déjà l’organisation et l’élan qui permettra la formation d’équipes françaises spécialisées prêtes aux multiples tâches de l’avenir dans le domaine de la découverte comme dans le domaine pratique.

Principes généraux d’une réorganisation des deux établissements

27Une nouvelle réorganisation devrait s’inspirer des principes suivants :

  1. Collaboration scientifique étroite, réglementée et non pas acceptée comme une situation de fait. Cette collaboration peut être dirigée par un Conseil d’administration commun. (L’actuel directeur de l’Institut d’Ethnologie est membre du conseil des musées nationaux.)
  2. Continuation de la séparation administrative de l’organisme de conservation (musée) et de l’organisme d’enseignement et de publication (Institut).
    La conservation des collections ethnographiques et l’enseignement de l’ethnographie sont deux activités liées scientifiquement mais qui, pratiquement, mettent en jeu des techniques et des méthodes administratives différentes.
  3. Rattachement du musée à un organisme souple gérant des établissements similaires et admettant l’ingérence scientifique d’un comité extérieur à lui (voir précédent du musée Guimet).

Développement de l’Institut d’Ethnologie

28L’université de Paris a fait franchir aux disciplines ethnographiques une première étape en s’attachant, en 1925, un Institut d’Ethnologie. Jusqu’à cette date, aucun diplôme ne sanctionnait en France les études ethnologiques et l’étranger qui venait autrefois demander une formation scientifique aux maîtres de Paris, nous a finalement indiqué la voie.

29Par ses travaux comme par son enseignement théorique, par ses publications, l’Institut d’Ethnologie malgré des moyens modestes a contribué pour une large part, conjointement avec le Musée d’ethnographie, à la diffusion des disciplines qui s’avèrent aujourd’hui indispensables au développement de notre Empire colonial.

30L’Université de Paris ferait franchir une autre étape, et décisive, à l’ethnologie en France en donnant à l’Institut des moyens plus grands pour son enseignement, ses publications, ses missions et notamment en créant une chaire d’ethnologie en Sorbonne.

31Cette mesure donnerait à l’ethnologie une tribune indiscutable faute de laquelle jusqu’ici elle n’a pu atteindre au développement désirable.

32L’enseignement donné à la nouvelle chaire compléterait celui de l’Institut qui consiste plutôt en instructions générales d’enquête et qui, bien que le quart des leçons données au total dans cet établissement lui soient dévolues, n’atteint que partiellement son but.

33D’autre part l’Institut d’ethnologie est appelé à jouer un rôle important dans la réorganisation de l’Empire.

34Fondé en 1926 avec la triple mission de former des ethnologues, d’organiser et soutenir des missions d’études, de publier le résultat des recherches, il a déjà depuis sa création tenté un intéressant effort de coordination.

35Mais il serait vain de penser que cet effort soit suffisant : si la recherche ethnologique est déjà régulièrement encouragée et soutenue par les pouvoirs publics, elle est, dans le plus grand nombre de cas, encore actuellement entreprise sur des initiatives individuelles ; les travailleurs sont isolés et leurs travaux dispersés (voir Comptes rendus du Congrès de la Recherche Scientifique dans les Territoires d’Outre-Mer, 1938, p. 496, 498, 301, 509, etc.).

36D’autre part, étant donné l’importance de l’étude des populations colonisées pour résoudre les problèmes tant sociologiques que politiques, une série de recherches actives s’impose pour des raisons scientifiques comme pour des raisons pratiques.

37Il y aurait donc le plus grand intérêt à coordonner de façon systématique tous les efforts réalisés par les pouvoirs publics et par les initiatives privées en les groupant dans un centre de recherches ethnologiques situé à Paris. À Paris seulement peut se faire l’élaboration de vastes synthèses impossibles dans les cellules ethnologiques créées dans les territoires d’Outre-mer (École française d’Extrême-Orient, Institut d’Afrique noire, Académie malgache, Institut scientifique chérifien, etc.).

38Plus pratiquement encore, l’Institut est appelé à devenir la pépinière d’ethnologues où puisera notre Empire colonial, où ces spécialistes viendront se retremper régulièrement et élaborer les documents recueillis sur le terrain. [Déjà, le Ministère des colonies envisage la création d’un corps d’ethnographes et il devient urgent de se préoccuper de leur recrutement.]

39Les buts de l’Institut d’Ethnologie, selon la nouvelle formule, pourraient être ainsi définis :

  1. Formation ethnologique des fonctionnaires, missionnaires, du personnel médical colonial ;
  2. Constitution d’équipes d’ethnographes spécialisés capable de former les cadres d’un service lié à l’Administration coloniale ;
  3. Organisation scientifique et pratique des missions confiées à ces équipes ;
  4. Groupement systématique de la documentation recueillie par ces missions (stages réguliers effectués à l’Institut par les spécialistes) ;
  5. Publication de ces documents comme de ceux des chercheurs extérieurs à l’établissement ;
  6. Développement des sociétés savantes s’intéressant à l’ethnographie ;
  7. Organisation d’une liaison étroite et constante, d’un échange continu avec les organismes coloniaux.

40Pour réaliser ce programme, l’Institut d’Ethnologie devrait être doté de services moins squelettiques que ceux dont il est pourvu (simple secrétariat). On pourrait envisager par exemple la création de deux postes de chargés de travaux qui seconderaient les deux Secrétaires Généraux. Le Conseil d’administration et le Comité directeur pourraient, en revanche, être conservés sous leur forme actuelle.

Rétablissement et réorganisation du musée d’ethnographie

41Le Musée d’Ethnographie, organe de conservation, doit être aligné sur des établissements similaires (Arts et Traditions populaires, Guimet, Antiquités nationales, etc.). Comme eux, il détient des collections archéologiques, artistiques, préhistoriques, techniques, qui posent de multiples problèmes d’entretien. Ses laboratoires sont organisés pour répondre aux besoins d’un matériel des plus variés et rendraient les plus grands services aux autres établissements. Dans le même temps, ils peuvent être une école de conservation.

42Plus encore, un Musée d’ethnographie intégré aux Musées nationaux deviendrait, en application de la loi du 10 août 1941, le chef de file des sections ethnographiques des Musées de province, qui doivent être, elles aussi, réorganisées et développées. En effet, le conservateur du musée deviendrait ipso facto inspecteur de ces sections ethnographiques.

43La réorganisation et le développement des sections ethnographiques des musées de province sous l’égide du musée d’ethnographie de Paris auraient les avantages suivants :

  1. Coordination du travail scientifique desdits établissements ;

  2. Ventilation rationnelle des collections : échanges, dépôts réciproques ;

  3. Utilisation des nombreux doubles du musée d’ethnographie que, faute de place, il ne peut exposer et qui dans peu d’années embouteilleront ses magasins ;

  4. Élan donné à l’ethnographie muséale dans la métropole et alignement à cet égard de la situation française sur celle de l’étranger.

44Le rattachement du Musée de l’Homme aux musées nationaux permettrait d’autre part la création à l’École du Louvre d’une chaire d’histoire de l’art des peuples primitifs qui, comparée à celle de la Faculté des lettres, serait à la fois différente et complémentaire tout en étant plus modeste. Il convient de rappeler ici, que sur les huit chaires d’ethnologie et de sociologie de Berlin, deux sont consacrées à l’histoire de l’art primitif.

Coordination du fonctionnement du musée d’ethnographie et de l’Institut d’ethnologie

45Une collaboration de fait et très fructueuse est établie depuis de longues années entre le Musée et l’Institut. Elle doit être réglementée et développée. À cet effet, un Comité directeur du musée d’ethnographie pourrait être créé, qui serait l’émanation du conseil d’administration de l’Institut d’ethnologie. Ce comité directeur pourrait être le même que celui de l’Institut d’ethnologie.

46Cette formule d’un comité directeur extérieur aux Musées nationaux a déjà fait ses preuves dans le cas du musée Guimet et le nouveau statut pourrait s’en inspirer. Ainsi, les nominations dans le personnel se feraient sur ses propositions.

47De plus, pour assurer, au moins dans les premières années, l’étroite collaboration entre les deux organismes, le conservateur des musées nationaux, chef du département et du musée d’ethnographie, pourrait être également l’un des secrétaires généraux de l’Institut d’ethnologie.

48La coordination ainsi envisagée, et à laquelle le ministère des finances est favorable, permettrait l’épanouissement des disciplines ethnologiques en France et aux Colonies.

49Les forces éparses qui se dépensent pour l’étude de l’homme seraient ainsi rassemblées ; les divers organismes qui se consacreraient à cette science ne seraient plus rattachés par des liens occasionnels mais par des liens officiels. Des économies de force, de temps et d’argent seraient de ce fait réalisées. Un Institut d’université et un musée national, appuyé lui-même sur un réseau de sections ethnographiques réparties dans nos provinces, formeraient un ensemble unique. En quelques années, la France retrouverait, en tête des nations coloniales, la place qu’elle occupait en 1877 lorsqu’elle fonda le premier musée d’ethnographie du monde.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1
Légende Ce document est conservé aux Archives nationales, Rectorat de l’académie de Paris, 20020476/257, dossier « Création d’un enseignement d’ethnologie à la faculté des Lettres ».
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/550/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Marcel Griaule, Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 141-149.

Référence électronique

« Marcel Griaule, Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/550

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals