Navigation – Plan du site
Document

Refonder l’ethnologie française sous l’Occupation

Rebuild French ethnology under the Occupation
Christine Laurière
p. 151-169

Texte intégral

Une réforme ambitieuse dans la tourmente de l’« Affaire du musée de l’Homme »

  • 1 Connue des ethnologues et des historiens de l’anthropologie française, elle est mentionnée de façon (...)
  • 2 D’un article de Paul Rivet, 1940.

1Cette note inédite d’une dizaine de pages dactylographiées, écrite à l’attention du secrétariat d’État à l’Éducation nationale, datant vraisemblablement du printemps 1941, se trouve dans deux dossiers distincts aux Archives nationales1. Sous la cote 20020476/257, dans la série propre au rectorat de l’académie de Paris, portant le titre de « Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France », elle fait partie d’un carton rassemblant la documentation administrative concernant la création ou transformation de six chaires universitaires, entre 1941 et 1944. De loin, la chemise la plus épaisse (trente-cinq feuillets et un tiré-à-part2) concerne l’unique demande de création formulée expressément par le rectorat, en l’espèce pour « un enseignement d’ethnologie à la Faculté des Lettres » – c’est cette version qui est ici reproduite. Anonyme, cette note est attribuée par tous les chercheurs à Marcel Griaule en raison d’allusions qui ne sauraient tromper sur l’identité de son auteur – allusions à la mission Dakar-Djibouti (seule mission citée sur la bonne centaine répertoriée) qu’il dirigea, à la direction d’une dizaine de thèses par l’un des secrétaires généraux de l’Institut d’ethnologie, poste qu’il occupait alors.

  • 3 Sur l’histoire du musée de l’Homme, voir Blanckaert, 2015.
  • 4 Sur cette période désormais bien balisée, voir Zerilli, 1998 ; Sibeud, 2002 ; De l’Estoile, 2007 ; (...)

2Sous une forme très légèrement différente, rédigée antérieurement à la première et intitulée « Note sur l’organisation de l’ethnologie en France », portant la cote F/17/13385, elle prend aussi place dans un dossier (d’une petite quarantaine de feuillets) ouvert par le cabinet du secrétaire d’État à l’Instruction publique en février 1941, clos en novembre 1942, désigné significativement sous le nom d’« Affaire du musée de l’Homme ». Les bornes chronologiques de ladite « affaire » circonscrivent une période bien précise de la vie de ce musée fondé et dirigé par Paul Rivet, inauguré en juin 19383, et du petit monde de l’ethnologie française, récemment institutionnalisée en 1925 grâce à la création de l’Institut d’ethnologie de l’université de Paris sous l’égide de Lucien Lévy-Bruhl, Marcel Mauss et Paul Rivet4. Afin de prendre la mesure de la réforme proposée par Griaule et la mettre en perspective, il est nécessaire d’être d’abord attentif aux deux moments associés à ces repères chronologiques. Cela permettra de la replacer dans son contexte et d’en mieux comprendre certains enjeux dépassant pour partie les préoccupations institutionnelles et scientifiques du milieu ethnologique.

  • 5 Leiris, 1992, 337.
  • 6 Blanc, 2010.
  • 7 Sur Deborah Lifchitz, Lemaire, 2012, 2014, 2015.
  • 8 Lettre d’Henry Reichlen à Paul Rivet, 2 avril 1941 (archives de la bibliothèque centrale du Muséum (...)
  • 9 Les trois citations proviennent de l’article de Jacques Ploncard, « Le musée de l’Homme judéo-maçon (...)

3Février 1941 : le mardi 11 au matin, alors que Paul Rivet, suspendu de ses fonctions depuis novembre 1940, ayant eu vent du danger, est parvenu in extremis à quitter clandestinement Paris dans la nuit, c’est le « coup de Trafalgar au Trocadéro5 ». Après une dénonciation par un membre de son personnel technique, la Gestapo est sur la piste des protagonistes d’un réseau de résistance localisé pour partie au musée. Elle débarque au musée de l’Homme et arrête une dizaine des collaborateurs les plus proches de Rivet, perquisitionne les locaux professionnels et leur domicile. C’est le début de la décapitation impitoyable d’un des réseaux de résistance les plus précocement constitués dans la zone Nord6. Un an plus tard, le 23 février 1942, sept hommes (dont les ethnologues Boris Vildé et Anatole Lewitzky) sont exécutés au Mont-Valérien. La sentence de mort des femmes est commuée en déportation : Yvonne Oddon, bibliothécaire, est envoyée à Ravensbrück, tout comme Germaine Tillion, quelques mois plus tard. Outre l’arrestation de plusieurs membres importants de l’équipe scientifique du musée qui plonge dans l’effroi et le désarroi leurs collègues et amis – encore amplifiés par l’arrestation en février 1942, puis la déportation en septembre à Auschwitz, de leur collègue africaniste Deborah Lifchitz7 –, le départ de Rivet en exil en Colombie ouvre une période de vacance à la tête du musée de l’Homme qui va s’avérer dangereuse pour une institution que son fondateur avait voulu centrale, dotée d’une puissante force monopolisatrice de structuration, de coordination de tous les organismes d’enseignement, de publication, de diffusion et d’animation de la discipline ethnologique. Sans son autorité, sans sa direction, beaucoup redoutent que le musée ne soit la proie de « ceux qui, ici, étaient bien décidés à saboter [son] œuvre8 ». Contre toute attente, la menace viendra de l’ethnographe le plus connu et reconnu d’alors, Marcel Griaule, qui souhaite dépecer le musée de l’Homme pour revenir à l’ancienne partition entre ethnographie et anthropologie physique, et le salut du plus farouche adversaire de Rivet, l’anatomiste et paléontologue Henri-Victor Vallois. Ces tensions surviennent, de surcroît, dans le contexte idéologique et politique de la Révolution nationale, peu favorable à la « clique Rivet » et au « musée de l’Homme judéo-maçonnique », convoité par un savant d’origine suisse, installé en France en 1925, naturalisé en 1936, notoirement raciste et antisémite virulent, sinistre collaborateur de l’occupant allemand, l’anthropologue George Montandon. Ce dernier souhaiterait profiter de la situation pour liquider « l’expérience Rivet [qui] aura presque fait oublier la science anthropologique, car ce savant lui préférant l’ethnographie […], science plus spectaculaire et offrant l’immense avantage de ne pas traiter de “races”9 ».

  • 10 Lettre du doyen de la faculté des lettres de l’université de Paris au recteur de l’académie de Pari (...)
  • 11 Décret no 3247 du 6 novembre 1942 relatif à la création de deux chaires à la faculté des lettres de (...)
  • 12 Sa santé déclinant doucement, Marcel Mauss préfère prendre les devants, démissionnant de sa chaire (...)
  • 13 Marcel Cohen n’était pas tendre sur son remplaçant Marcel Griaule. Voir Cohen, 1962.
  • 14 Sur Le Cœur, tué en juillet 1944 pendant la campagne d’Italie à la tête d’un bataillon de tirailleu (...)
  • 15 Lettre de Jacques Soustelle à Paul Rivet, 2 juin 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C). Sur Soustelle, voir (...)
  • 16 Pour une étude de l’activité institutionnelle de Marcel Griaule pendant la guerre qui signerait l’« (...)

412 novembre 1942 : au terme d’un processus ayant commencé le 10 janvier grâce au vœu émis par l’assemblée des professeurs de la faculté des lettres de l’université de Paris qu’« un enseignement d’ethnologie soit créé10 », Marcel Griaule se voit attribuer la chaire d’ethnologie créée le 6 novembre par décret11. L’enjeu est important puisqu’il s’agit de la toute première chaire universitaire créée pour cette discipline. C’est aussi le couronnement d’une période faste de montée en puissance institutionnelle pour Marcel Griaule, ces années de guerre et d’Occupation ayant considérablement rebattu les cartes et fait le vide. Pour des raisons différentes qui peuvent se conjuguer (opinions politiques, âge, judéité), les aînés comme Paul Rivet, Marcel Mauss12, le linguiste éthiopisant Marcel Cohen13, sont « hors-jeu ». En outre, peu nombreux sont les condisciples français de la génération de Griaule, titulaires d’un doctorat, capables de reprendre le flambeau, à se trouver alors en France. Charles Le Cœur, le disciple préféré de Mauss, est alors au Maroc et va repartir sur le terrain14. Le dauphin de Rivet, Jacques Soustelle, est resté au Mexique au moment de la débâcle et a immédiatement rejoint les rangs du général de Gaulle en juin 1940. Malgré les exhortations de son mentor et de l’ethnomusicologue africaniste André Schaeffner, ce dernier refuse de rentrer à Paris « prendre [s]a part des dépouilles de [s]es maîtres15 ». En l’espace de deux ans, à compter de sa démobilisation fin juin 1940, Marcel Griaule remplace Jacques Soustelle au musée de l’Homme en tant que sous-directeur, Marcel Mauss à l’Institut d’ethnologie comme cosecrétaire général, Marcel Cohen dans son enseignement d’amharique à l’École des langues orientales, Paul Rivet dans sa direction du laboratoire d’anthropologie de l’EPHE16. Rebaptisé laboratoire d’ethnographie le 26 mars 1942, ce dernier reste dans le giron de l’EPHE mais conquiert une autonomie institutionnelle et intellectuelle certaine vis-à-vis du musée de l’Homme dont il ne dépend plus. L’entrée officielle en fonction d’Henri-Victor Vallois en tant que directeur du musée de l’Homme le 12 janvier 1942, puis de Griaule en tant que professeur d’ethnologie en Sorbonne – sa leçon inaugurale a lieu en janvier 1943 – coïncide avec le moment où le projet de partition du musée, sérieusement envisagé entre mars et décembre 1941, est définitivement abandonné. Ce ne saurait être une coïncidence : il y a bien une relation de cause à effet dans cet enchaînement d’événements. La fameuse « Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France » de Marcel Griaule, avec son programme de mesures réformatrices, a joué un rôle non négligeable qu’il faut maintenant éclairer en revenant au printemps 1941.

Basculer le centre de gravité de l’ethnologie française vers l’université

  • 17 La chaire d’ethnologie des hommes actuels et fossiles qu’occupe Paul Rivet depuis 1928, tout comme (...)
  • 18 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 19 juillet 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C)
  • 19 Lettre de Jacques Soustelle à Paul Rivet, 12 septembre 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).

5Après la mise à la retraite d’office de Paul Rivet le 1er avril 1941, Louis Germain, directeur du Muséum national d’histoire naturelle17, fait son possible pour retarder sa succession, mais les pressions sont fortes pour organiser des élections, en particulier du côté du gouvernement de Vichy18 qui veut réorganiser à nouveaux frais le dispositif institutionnel de l’ethnologie française à partir des propositions formulées par Marcel Griaule, l’interlocuteur privilégié du secrétariat d’État à l’Éducation nationale sur ce dossier. Pour des raisons symétriquement opposées, il y a aussi consensus parmi les professeurs du Muséum pour considérer que la menace pesant sur l’intégrité du musée de l’Homme – donc, par ricochet sur le périmètre, la fonction et la nature même de la chaire, des collections et du laboratoire d’ethnologie des hommes fossiles et actuels – est de plus en plus préoccupante. Les mois d’avril à juin 1941 en ont donné de nombreux signes. Si, dans un premier temps, Paul Rivet fut rassuré d’apprendre que Marcel Griaule succédait à Soustelle, il reçoit des nouvelles de plus en plus inquiétantes sur les ambitions de ce dernier, maintenant qu’il a, selon ses dires, « les coudées franches pour un travail sérieux et de grande envergure19 ».

  • 20 Sibeud, 2002, 153-183 ; Laurière, 2015c et 2017a.
  • 21 Parmi ceux-ci, citons Marcel Mauss, 1913 et Arnold Van Gennep, 1913 – sans compter les textes inédi (...)
  • 22 Lévy-Bruhl, 1925. Sur l’importance de la figure de Lévy-Bruhl pour l’ethnologie, Hirsch, 2013 ; Kec (...)
  • 23 Les vœux émis par les participants au Congrès de la recherche scientifique dans les territoires d’O (...)

6Qui, de Griaule ou d’un responsable dans un ministère, a suscité la demande d’une telle remise à plat ? On ne sait. Le fait est que Marcel Griaule est bien informé de ce qui est à l’étude dans les bureaux gouvernementaux de Vichy : le contexte politique, administratif, peut sembler en effet propice pour démembrer le musée de synthèse, militant, cher à Rivet et revenir à un musée d’ethnographie stricto sensu, la réforme en cours concernant les musées pouvant servir de prétexte déclencheur. Une loi de réorganisation des musées de province préparant leur passage sous l’égide des musées nationaux est en effet en projet (elle sera votée le 10 août 1941) – une centaine d’entre eux auraient une section ethnographique et il leur faudrait une tutelle parisienne centralisatrice. En outre, Griaule n’a jamais été partisan d’un rapprochement entre l’anthropologie, science naturelle, et l’ethnographie, « science morale », aux méthodes différentes et « qui vivent d’une vie indépendante », comme il le note fermement, d’emblée, dans l’introduction de sa note. Plus loin, il défend son argument jusqu’à l’absurde en martelant avec provocation que les méthodes de l’ethnographie « n’ont rien de commun avec celle de l’anthropologie [physique] dont le laboratoire voisine, au Muséum, avec ceux de zoologie (vers et crustacés) »… Sans être originale, une telle profession de foi apporte un démenti cinglant au projet fédératif voulu par Lévy-Bruhl, Mauss et Rivet, ce dernier ayant été la cheville ouvrière de l’institutionnalisation de l’ethnologie française et le fer de lance du rapprochement entre toutes les disciplines appartenant à la science de l’homme – sociologie, anthropologie physique, préhistoire, linguistique en tête. Dans la droite ligne défendue depuis quarante ans par Arnold Van Gennep, partisan d’une autonomie stricte de l’ethnographie20 – mais sans y faire référence ni en être un proche –, la pétition de principe de Griaule rappelle que l’ethnographie pouvait se prévaloir d’une filiation intellectuelle autre que naturaliste, qui avait davantage pris au sérieux l’ébranlement épistémologique provoqué par la prise en compte de matériaux ethnographiques travaillant les fondements mêmes de la réflexion dans des disciplines telles que l’histoire et la sociologie des religions, le droit, la philologie et la linguistique, la philosophie, la psychologie, etc. Le plaidoyer de Griaule pour intégrer l’ethnologie, science étudiant les civilisations sans machinisme, au curriculum universitaire des humanités est tout aussi convenu et traîne depuis une trentaine d’années dans toutes les tribunes déplorant le retard français, militant pour la légitimation académique de l’ethnologie21. L’instrumentalisation de l’alibi colonial est, là aussi, une antienne entonnée jadis, par exemple, par Lucien Lévy-Bruhl et les cofondateurs de l’Institut d’ethnologie22 – Marcel Griaule s’en inspire manifestement lorsqu’il évoque les services que rendrait cette discipline à une politique indigène « éthique, à un gouvernement honnête, à une exploitation rationnelle ». Il en va de même pour la comparaison avec l’Allemagne qui, étant donné le contexte, prend une coloration particulière, mais hante l’esprit des intellectuels français depuis la défaite de 1870. La comparaison entre empires coloniaux (Grande-Bretagne, Hollande, Allemagne mais aussi États-Unis), systématiquement en défaveur de la France lorsqu’il s’agit de compter les musées ethnographiques, les chaires universitaires, le nombre d’ethnologues, ne fait pas défaut ici non plus. Encore qu’elle soit très habile dans la mesure où elle ne fournit aucun repère permettant de la situer après la défaite ou la victoire de l’Allemagne hitlérienne – libre au lecteur d’interpréter comme bon lui semble –, l’évocation du « moment de la réorganisation de l’Europe et par exemple de l’Afrique – continent à l’ordre du jour » est mise en avant pour justifier l’intégration des ethnologues dans le bal des spécialistes et des experts remplissant les salles des conférences internationales appelées à redessiner les alliances géopolitiques dans un monde qui, selon Griaule, restera de toute façon impérial et colonial. Fort opportunément, il rappelle que la création d’un corps d’ethnographes dépendant du ministère des Colonies, ce serpent de mer vieux de trente-cinq ans, semblerait à nouveau d’actualité. Lorsqu’il s’agira de « préciser la nature et l’importance de la collaboration indigène dans l’économie nouvelle des continents », la voix et le rôle de l’ethnologue comme « technicien » compétent devraient prévaloir23.

  • 24 Sur la recomposition du champ anthropologique dans ces années 1910, voir Laurière, 2015b.
  • 25 Laurière, 2008, 341-426.
  • 26 Rapport hebdomadaire du personnel scientifique du musée de l’Homme, 18 novembre 1937 et 7 octobre 1 (...)

7Si l’entrée en matière de cette note est plutôt banale, l’état des lieux des forces institutionnelles en présence l’est moins et rompt avec le ton confiant et raisonnablement satisfait d’un Paul Rivet dans sa cartographie de « L’ethnologie en France » publiée en 1940, qui sait et mesure ce qui a été accompli depuis les années 191024 et, surtout, ces quinze dernières années. Griaule décide d’aborder frontalement les « inconvénients de la situation actuelle » en passant successivement en revue l’Institut d’ethnologie puis le musée de l’Homme dont les relations sont consubstantielles depuis 1928, date de la reprise en main du musée d’ethnographie du Trocadéro par Paul Rivet et Georges Henri Rivière25. Même s’il les grossit pour les besoins de sa cause, Marcel Griaule pointe indéniablement les faiblesses du dispositif actuel qui repose sur des arrangements tacites, facilités par le cumul de postes stratégiques occupés par Paul Rivet, reconduits tant bien que mal par le volontarisme et le dynamisme des animateurs de la discipline en France alors que les pouvoirs publics se sont très peu souciés de doter la France de structures pérennes et viables. De fait, Marcel Griaule a raison de souligner la maigreur du budget de l’Institut d’ethnologie au regard de ses missions ambitieuses, l’irrégularité des rentrées annuelles, jamais pleinement assurées. Malgré son caractère pionnier remarquable, la qualité intellectuelle de ses professeurs, une existence tout à fait méritoire au regard de sa situation matérielle et financière, il serait difficile de ne pas reconnaître que l’Institut d’ethnologie ressemble un peu à une institution scientifique « cache-misère » qui ne coûte quasiment rien à l’université (pas de personnel enseignant en propre, ni direction ni administration dédiée) en ce qu’il coordonne essentiellement des enseignements déjà existants, assortis de cours communs aux certificats d’ethnologie délivrés sous forme d’« instructions générales d’enquête » par Marcel Mauss (ethnographie descriptive), Paul Rivet (anthropologie), Marcel Cohen (linguistique descriptive), l’abbé Breuil puis André Vayson de Pradenne (préhistoire exotique), etc. Souligner l’impréparation intellectuelle des étudiants de l’Institut, insuffisamment formés, est bien moins consensuel mais relativement exact – ce fut noté en 1937 par Alfred Métraux (premier étudiant diplômé de l’Institut en 1927), visiting professor à Berkeley cette année-là. Il est relayé par Jacques Soustelle qui note que, aux yeux des jeunes ethnographes rentrés de leur premier terrain – dont il fait partie –, « l’enseignement de l’Institut d’ethnologie paraît plus un enseignement de forme que de contenu ». Totalement inféodés au paradigme de la collecte d’artefacts ethnographiques pour le musée, « nous avons tendance à ne voir que les objets, c’est-à-dire le sens technologique. Il nous manque le sens sociologique », « la connaissance des faits concrets26 », explique encore Jacques Soustelle.

  • 27 Sur le positionnement plus large de Marcel Griaule au regard de la colonisation, voir Jolly, 2017.

8Marcel Griaule prône la création d’une chaire magistrale d’ethnologie implantée à la faculté des lettres, clef de voûte de ses propositions de réformes. Son objectif est clairement affiché et lourd de conséquences radicales pour le dispositif actuel : il s’agit rien de moins que de basculer le centre de gravité de l’ethnologie française du musée de l’Homme vers l’université, avec un renforcement considérable de l’Institut d’ethnologie dont les missions s’élargiraient et qui serait plus étroitement associé à cette chaire d’ethnologie en Sorbonne. Au détriment de la chaire d’anthropologie du Muséum, elle deviendrait la pièce maîtresse de cette reconfiguration tandis que le musée de l’Homme (centre de coordination, musée-laboratoire et musée de synthèse rassemblant l’ethnographie, la préhistoire, l’anthropologie physique en un même lieu) serait démembré et que serait restauré un musée d’ethnographie, redimensionné à une échelle bien moindre sur des missions de conservation (mutualisées avec d’autres musées) et d’exposition. Ce dernier rejoindrait les Musées nationaux (entendez : les musées des Beaux-Arts) et quitterait donc le giron des musées dépendant du ministère de l’Éducation nationale. De façon très jacobine, il deviendrait le « chef de file des sections ethnographiques des musées de province » et piloterait le travail muséal. Dans le même mouvement, une chaire d’histoire de l’art des peuples primitifs serait créée à la très conservatrice École du Louvre qui s’ouvrirait ainsi sur des continents, des univers de formes et d’expressions jusqu’ici dédaignés. Le projet est très ambitieux voire novateur pour le contexte français, il est doté d’une grande cohérence. A contrario, il met en exergue la singularité de la configuration française. Au regard des pays à forte et ancienne tradition anthropologique (Allemagne, Angleterre, États-Unis), la centralité du musée de l’Homme dans le dispositif d’enseignement et de recherche ne laisse pas d’étonner. Au même moment (les années 1920-1930), les liens institutionnels et nourriciers entre les musées ethnographiques et la discipline anthropologique sont en train de s’y distendre dans la mesure où la discipline acquiert son autonomie intellectuelle grâce à son ancrage universitaire et s’éloigne conceptuellement des objets ethnographiques, de la culture matérielle, pour devenir une anthropologie sociale ou culturelle. Le projet de Griaule va bien dans le sens historique d’un renforcement de l’ancrage universitaire et d’une professionnalisation accrue de l’ethnologie, certes moins dépendante des desiderata du musée et de son obsession pour les objets mais qui aspire plus que jamais à être une science coloniale, d’expertise, participant à la formation des cadres administratifs, missionnaires, médicaux exerçant dans les territoires de l’empire. Significativement, Griaule présente le futur Institut d’ethnologie comme une « pépinière d’ethnologues où puisera notre Empire colonial, où ces spécialistes viendront se retremper régulièrement et élaborer les documents recueillis sur le terrain ». En l’état, l’ethnologie serait au milieu du gué, dans une situation certes plus enviable que par le passé – Griaule reconnaît du bout des lèvres l’effort « intéressant », loin d’être « suffisant », réalisé par des aînés qui ne sont jamais cités nommément – mais qui n’est pas à la mesure de la place que devrait occuper l’ethnologie dans une puissance coloniale telle que la France27. Sans faire preuve d’innovation, Griaule recycle pour son compte une argumentation bien rodée par ses prédécesseurs pour séduire les décideurs politiques.

  • 28 Cet organigramme a été reproduit dans Tai, 2011, 307 et Conklin, 2015, 422.

9Le projet de réformes se termine par des recommandations concernant la coopération entre les deux institutions qui devrait être régie par des textes réglementaires, l’Institut d’ethnologie étant placé sous la supervision de la chaire d’ethnologie en Sorbonne, le musée d’ethnographie « admettant l’ingérence scientifique d’un comité extérieur ». Un organigramme28 permet de visualiser le nouveau dispositif, les missions des divers organismes et leur relation hiérarchique – un membre du cabinet du secrétariat d’État de l’Instruction publique a griffonné de rares propositions de nom sous la chaire d’ethnologie : Le Cœur ou « Griaule d’abord », le nom de Griaule revenant également pour le musée d’ethnographie ou la chaire d’histoire de l’art des peuples primitifs. Le dernier paragraphe résonne comme un écho étrangement déformé qui viendrait invalider la conclusion triomphaliste de Rivet sur l’état de « l’ethnologie en France » quand ce dernier l’érige en exemple pour les autres sciences. Griaule va jusqu’à plagier son vocabulaire pour le retourner contre son auteur. Pour mémoire, citons les propos de Rivet qui se félicitait que se soit « constitué, dans une féconde collaboration, un centre ethnologique de recherche, d’enseignement, de documentation et d’éducation populaire, sans doute unique au monde » :

  • 29 Rivet, 1940, 46 et 52 respectivement.

Qu’il me soit permis d’insister sur le fait que cette œuvre n’a pu être menée à bien que grâce au rassemblement de toutes les forces éparses qui se dépensaient en ordre dispersé, pour l’étude de l’homme. Leur rendement, leur efficacité ont été décuplés par leur association. […] Pour l’ethnologie, la tâche a certes été facilitée par les liens occasionnels qui s’étaient créés entre les divers organismes […] pour toutes les autres sciences, une œuvre analogue est réalisable ; les avantages qui en résulteraient pour le développement et le rayonnement de la science française, les économies de force, de temps et d’argent qui en seraient la conséquence sont si évidents […]29.

10Citons maintenant Griaule :

Les forces éparses qui se dépensent pour l’étude de l’homme seraient ainsi rassemblées ; les divers organismes qui se consacreraient à cette science ne seraient plus rattachés par des liens occasionnels mais par des liens officiels. Des économies de force, de temps et d’argent seraient de ce fait réalisées. Un institut d’université et un musée national appuyé lui-même sur un réseau de sections ethnographiques […] formeraient un ensemble unique.

Des ambitions et des déchirures

  • 30 Laurière, 2015, 66-68.
  • 31 Voir cette note du 20 octobre 1942 dans ANF, 20020476/257. Lors de cet entretien, Marcel Griaule au (...)
  • 32 Sur cette période très polémique de l’histoire du musée des Arts et traditions populaires : Faure, (...)

11Que penser de ce programme visant à refonder l’ethnologie française sous l’Occupation ? Il est conçu au pire moment qui soit, empêchant de considérer pour elles-mêmes ces deux visions intellectuelles et scientifiques concurrentes pour l’ethnologie française, incarnées par deux fortes personnalités très ambitieuses séparées par une génération, l’une appartenant à celle des fondateurs qui ont fait de nécessité vertu et sont parvenus à imposer leur discipline en procédant par accommodements successifs, l’autre aux héritiers qui veulent exister par eux-mêmes et définir leur place dans un champ scientifique étroit où les postes sont encore extrêmement rares. Griaule répond-il à des instructions implicites émanant de Vichy lui enjoignant de faire rentrer dans le rang le musée de l’Homme et de gommer sa singularité, dorénavant en porte-à-faux avec l’idéologie de la Révolution nationale30 ? Dans sa Note, Griaule se montre fondamentalement indifférent au discours militant, antiraciste, que portait le musée de l’Homme dans la période troublée de la fin des années 1930. Insensible à son ambition œcuménique, il n’hésite pas à prôner la destruction d’une institution tout juste créée. Cherche-t-il à protéger les institutions en place en cumulant les responsabilités afin de ne pas créer une vacance déstabilisante, en attendant le retour de ses aînés et de ses collègues ? Marcel Griaule s’est bien inquiété de la rapacité de George Montandon et de ses vues sur le musée de l’Homme, sur la chaire d’ethnologie, il avait demandé à s’entretenir avec le recteur de l’université de Paris à ce sujet, fin octobre 194231. À l’instar de son ami Georges Henri Rivière au musée des Arts et traditions populaires32, fait-il preuve du même opportunisme et pragmatisme, continuant à vouloir faire fonctionner vaille que vaille, dans l’adversité, les institutions scientifiques, à faire œuvre de science en faisant preuve d’une révérence minimale envers le pouvoir politique pour donner le change ? Pour appuyer sa défense d’un musée uniquement ethnographique, Marcel Griaule s’inspire explicitement de l’exemple du folklore, devenu autonome, représenté par un enseignement à l’École du Louvre, et dont le musée dépend des musées nationaux. Il est d’autant plus impossible de se faire une opinion tranchée sur les motivations profondes de Marcel Griaule que la période est trouble et troublée, que la vie artistique, intellectuelle et scientifique ‒ pour n’évoquer que ces milieux – a bien continué sous l’Occupation, avec une gamme infinie de positionnements dont il est complexe de rendre compte dans leur vérité.

  • 33 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 19 juillet 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).
  • 34 Sur « la reconfiguration du champ africaniste » clivé pour de nombreuses décennies entre pro- et an (...)
  • 35 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 25 août 1942 (archives BCM, 2 AP 1 C).
  • 36 Lettre de Caroline Vacher à Paul Rivet, sans date [premier semestre 1942] (fonds Rivet, 2 AP 1 C).
  • 37 Audition de Jean-Paul Lebeuf devant le conseil d’enquête supérieur du ministère de l’éducation nati (...)
  • 38 Lettre de Guy Stresser-Péan à Paul Rivet, 28 juillet 1942 (archives BCM, 2 AP 1 C)
  • 39 Rapport du Comité du Front national universitaire du musée de l’Homme (dirigé par André Schaeffner) (...)

12Pour autant, dans le contexte de bouleversements que connaît le musée – et la nation – depuis 1940, le projet de partition de Marcel Griaule est vraisemblablement perçu comme une trahison par « le gros des collaborateurs du musée […] entièrement dévoué33 » et fidèle à l’œuvre de Paul Rivet. C’est une déchirure dans le tissu humain du musée, en particulier chez les africanistes, chez lesquels la division entre pro et anti-griauliens (dont Denise Paulme, Michel Leiris, Deborah Lifchitz, André Schaeffner) rampante depuis 1935, va définitivement se cristalliser et durablement brouiller l’image de Griaule34. D’aucuns avouent ne pas avoir « été très embelli[s] par l’attitude de Griaule35 » dont l’ego est « aussi grand que sa mère des masques36 », cette sculpture rituelle dogon haute de plusieurs mètres. Il y a une « atmosphère de haine [a]u musée37 » qui éclate, par exemple, au moment de l’exposition temporaire sur les collections archéologiques et ethnographiques du Tchad rassemblées lors des quatrième et cinquième missions Griaule, dirigée par Jean-Paul Lebeuf et inaugurée en novembre 1941, « belle réalisation muséographique38 » selon les uns, saluée par la presse pour son originalité, « hostile à l’esprit, à la fois technique et largement didactique dans lequel le musée de l’Homme fut organisé39 », selon les autres.

Une menace pour le musée de l’Homme

  • 40 Note de Marcel Mauss à Louis Germain, 1er juillet 1941 (Archives du Collège de France, fonds Mauss, (...)
  • 41 Vallois, 1943, 122 et 113 respectivement.

13Entre avril et juin 1941, Marcel Griaule, dorénavant sous-directeur du musée de l’Homme, rend visite aux professeurs du Muséum pour leur faire part de son projet. Ce dernier est accueilli très froidement, puisqu’il reviendrait à laisser les collections d’anthropologie physique, de paléontologie et de préhistoire en déshérence, à démanteler un musée très récemment créé. Il ne faut pas oublier que le musée de l’Homme est l’un des joyaux du Muséum. Marcel Mauss, sollicité par Louis Germain qui est opposé au projet de Griaule, se dit d’accord avec le principe selon lequel « les choses doivent être conservées dans leur état actuel autant que possible » ‒ il rappelle toutefois qu’il est « essentiel de continuer la tradition de Rivet », c’est-à-dire d’assurer une certaine préséance à l’ethnographie au regard de l’importance matérielle des collections ethnographiques, plus importante et plus lourde à gérer40. Devant la menace, l’assemblée des professeurs du Muséum décide le 19 juin qu’il est grand temps de nommer un successeur à Rivet afin de doter le musée de l’Homme d’une direction. La vacance de la chaire est votée. Marcel Griaule, présenté comme sous-directeur délégué, est élu avec huit voix pour, cinq contre. Il est chargé de la conservation de la section ethnographique, il assure l’organisation des départements ethnographiques et en assume la direction scientifique. À la séance du 28 août, trois candidats se sont déclarés pour succéder à Rivet : Paul Lester, Jacques Millot, et Henri-Victor Vallois, opposant connu de Paul Rivet puisqu’il fut son concurrent en 1928. Le premier est agrégé de sciences naturelles, les deux autres sont médecins ; tous trois ont un profil d’anthropologues physique, d’anatomistes, de paléontologiste aussi, pour le dernier. Les deux premiers sont des proches du réseau Rivet depuis des années, et inscrivent leur déclaration d’intention dans les pas de leur maître et de son « œuvre grandiose » (Millot dixit). Bien différente est la candidature de Vallois, fils spirituel de Marcellin Boule et de René Verneau (deux adversaires de Rivet) dont il reprit à leur retraite les responsabilités à l’Institut de paléontologie humaine (IPH), à la société d’anthropologie de Paris, à la rédaction de la revue L’Anthropologie. Âgé de 52 ans, il dirige le laboratoire d’anthropologie de l’EPHE depuis 1937, il est professeur d’anthropologie préhistorique à l’IPH depuis 1938. Il est également professeur d’anatomie à la faculté de médecine de Toulouse, conservateur du muséum d’histoire naturelle de cette ville et du musée Broca à Paris. Son anthropologie physique est clairement naturaliste, biologique, différentialiste, racialiste (comme quasiment tous les savants de son époque pour lesquels la notion de race est scientifiquement établie), déterministe en ce qu’il s’interroge sur les relations de cause à effet entre dispositions physiologiques et caractéristiques psychologiques, sans pour autant être inégalitaire ou antisémite – a posteriori, les différences semblent ténues, mais elles existent. Dans son Anthropologie de la population française, qui paraîtra en 1943, il souligne que la France est « une mosaïque de races » (opinion communément partagée par les savants) et mentionne parmi les « éléments allogènes » les Juifs en précisant qu’« il est inexact du point de vue anthropologique » de parler de « race juive41 », qu’ils constitueraient 0,48 % de la population française et « ne jouent qu’un rôle tout à fait minime dans le peuplement de notre pays ». En 1944, il publiera un « Que sais-je ? » sur Les races humaines, réédité plusieurs fois jusqu’en 1976. Après-guerre, il participera à de nombreux meetings, à des réunions organisées par l’Unesco pour lutter contre le racisme.

14Les manœuvres de Griaule ont eu un effet paradoxal révélateur des tensions générées : du point de vue du Muséum, elles mettent en évidence les visées impérialistes de l’ethnographie au musée de l’Homme, qui croîtrait au détriment de l’anthropologie physique, de la préhistoire dont la gestion des départements et la conservation des collections auraient été quelque peu délaissées. On le comprend en lisant la déclaration de Jacques Millot :

  • 42 Jacques Millot, Notice sommaire sur les titres et travaux de Jacques Millot, Paris, Centre de docum (...)

Le moment est venu […] d’assurer un équilibre plus juste […] et, en premier lieu, de rendre à l’anthropologie pure, à la base même de l’édifice, une place que la croissance rapide de l’ethnographie avait momentanément restreinte42.

  • 43 Édouard Bourdelle, Rapport sur les titres et travaux scientifiques du professeur Henri-Victor Vallo (...)

15C’est le même avis qui prévaut du côté du rapporteur de la candidature de Vallois, Édouard Bourdelle, anatomiste et zoologiste : « l’anthropologie physique restera toujours le principal fondement de la véritable ethnologie43 ». Ce serait une erreur d’interprétation que d’analyser ces propos comme le retour triomphant d’une anthropologie physique raciste, tout comme on ferait fausse route si on n’imputait pareille analyse qu’au contexte politique voire comme une concession à la politique antisémite du gouvernement de Vichy et à la raciologie de l’occupant allemand. Ce n’est pas ce qui est en jeu. Il faut bien plutôt prendre en considération le poids de la tradition naturaliste au sein du Muséum, le conservatisme de l’institution, l’inertie de la logique disciplinaire qui a lié le destin de l’ethnologie à cette filiation anthropologique-ci, la concurrence entre disciplines au sein de cette ethnologie fédérative.

  • 44 Lettre de Caroline Vacher à Paul Rivet, 29 octobre 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).

La succession ouverte est disputée, observe de l’extérieur une collaboratrice de Paul Rivet, Caroline Vacher, ce sera peut-être l’ancien candidat [Vallois] qui l’emportera et pour autant que je sois au courant, je crois que je le souhaite pour des raisons multiples, la principale est qu’il est en dehors de tout depuis longtemps44.

  • 45 Henri-Victor Vallois, « Note sur mon activité au musée de l’Homme (novembre 1941-octobre 1944), et (...)
  • 46 Bocquet-Appel, 1989, 30-32. J’avais repris cette analyse sans réétudier les pièces du dossier in La (...)
  • 47 Vallois, 1944, 53 et 55 respectivement.

16Le directeur du Muséum, Louis Germain, s’adresse en effet à Vallois, alors en zone libre, pour lui demander de se rendre à Vichy auprès du secrétaire d’État de l’Éducation nationale, Jérôme Carcopino, afin de plaider la cause de l’avenir du musée de l’Homme, « gravement menacé45 » en tant que musée de synthèse, de le défendre dans son intégrité, au sein du Muséum. Le projet de Griaule est en effet en faveur au sein de certains ministères, les Finances ont déjà donné leur accord. Vallois sait se montrer convaincant auprès de Carcopino et gagne du temps. Le premier tour du vote qui a lieu lors de l’assemblée des professeurs du Muséum du 17 octobre 1941 démontre que l’institution veut tout autant, dans les circonstances présentes, se montrer fidèle à l’héritage Rivet qu’elle a pris la mesure de la menace qui pèse sur l’avenir du musée. Le résultat est serré : Millot recueille sept voix, Vallois six. Au second tour, dans un souci de cohérence et de clarté, les voix se reportent sur le candidat arrivé premier : Millot est élu avec dix voix contre quatre pour Vallois, présenté en seconde ligne. Contrairement aux usages, l’arrêté du 20 novembre nomme pourtant Henri-Victor Vallois professeur titulaire de la chaire d’ethnologie des hommes actuels et fossiles et directeur du musée de l’Homme. On a beaucoup glosé sur cet ukase ministériel, qui contreviendrait ainsi aux décisions souveraines des corps scientifiques constitués, le Muséum et l’Académie des sciences (qui n’avait pas pu départager les deux candidats), en y voyant une révérence à l’idéologie politique ambiante46. Ce serait plutôt le contraire, une façon de barrer une fois de plus la route à George Montandon et ses délires racistes, ce dernier ayant directement fait acte de candidature à la direction du musée auprès de Carcopino. Il semble bien que Jérôme Carcopino ait ainsi voulu défendre le statu quo au profit du Muséum, du musée de l’Homme, sachant que Vallois se montre ouvertement partisan de « l’œuvre de synthèse qui venait d’être si laborieusement réalisée » et qu’il s’agit pour lui de « rendre à l’anthropologie physique la place qu’elle doit avoir parmi les sciences de l’homme47 ».

  • 48 Laurière, 2015a, 72-76.

17Vallois prend officiellement la direction du musée de l’Homme le 12 janvier 1942. Du point de vue des vives tensions dans les relations humaines, l’arrivée de Vallois, étranger aux affaires et aux querelles récentes du musée, est providentielle. Elle permet de mettre un terme au face-à-face inégal entre Marcel Griaule et Paul Lester, l’autre sous-directeur, écrasé par sa tâche d’administration du musée. De janvier 1942 à octobre 1944, Vallois assure avec doigté la direction du musée, se révélant être un gardien du temple loyal à l’œuvre de Rivet48. Un compromis est trouvé pour ménager Marcel Griaule et lui assurer le périmètre d’influence qu’il mérite : il devient directeur du laboratoire d’anthropologie de l’EPHE rebaptisé laboratoire d’ethnographie le 26 mars 1942, qui conquiert du même coup son autonomie institutionnelle puisqu’il ne dépend plus du musée de l’Homme. Il reste également sous-directeur au musée jusqu’en novembre 1942, date à laquelle il est nommé professeur d’ethnologie en Sorbonne. Le projet de partition du musée est alors définitivement abandonné. Marcel Griaule continue à y diriger un important chantier de travailleurs intellectuels d’une vingtaine de personnes s’activant au musée, sans compter le renfort apporté par quatre autres membres du chantier intellectuel de l’École des langues orientales, lui aussi sous sa direction.

Retour au statu quo ante ?

  • 49 Jean Rouch, 1989, 8 pour les trois citations.

18Paul Rivet reprend la direction du musée de l’Homme fin octobre 1944. La tentative de destruction de son œuvre, de l’œuvre collective mise en place de haute lutte depuis plus de vingt ans, ne passe pas. Il a « des comptes à régler avec Griaule » et ne s’en cache pas. Les « querelles de chapelle ethnographique » entraînent la scission des africanistes en deux clans irréconciliables, « les radicaux restés auprès de Rivet au musée de l’Homme et les dissidents […] autour de Griaule49 ». Par deux fois, en janvier puis en avril 1945, Paul Rivet tente de faire annuler la création de la chaire en Sorbonne. Il s’adresse tout d’abord au doyen de la faculté des lettres, demandant la révision de la nomination de Marcel Griaule.

  • 50 Paul Rivet au doyen de la faculté des lettres, 4 janvier 1945 (ANF, F17/27503, dossier de carrière (...)

Étant donné les circonstances, certains candidats de haute valeur, parmi lesquels je citerais M. Jacques Soustelle et M. Claude Lévi-Strauss n’ont pu se mettre sur les rangs. Il est certain que leur absence forcée a rendu singulièrement facile la candidature de M. Griaule. Je suis le premier à me réjouir de la création d’une chaire de la science de l’homme à la faculté des lettres, mais je pense que le titulaire de cette chaire a été désigné dans des conditions qui exigent l’annulation de son élection50.

  • 51 Paul Rivet au ministre de l’Éducation nationale, 16 avril 1945 (ANF, F17/27503).

19Mi-avril, il écrit cette fois au ministre de l’Éducation nationale, profitant de la mise en place d’une commission chargée de réviser les créations et transformations de postes relevant de ce ministère sous l’Occupation. Cette chaire « ne répond à aucune nécessité », sa création concomitante avec une chaire des études juives depuis révoquée ne fait qu’en « aggraver » l’« erreur ». Dans cette lettre de quatre pages, il déploie le même argumentaire que précédemment, augmenté d’un long développement sur l’activité de l’Institut d’ethnologie mis en concurrence avec la chaire d’ethnologie, celle-ci « fai[sant] double emploi […] sans qu’il soit d’ailleurs possible à son titulaire de couvrir l’enseignement complexe que donne l’équipe professorale dudit Institut. De plus, créée à la faculté des lettres, elle ne peut recruter d’élèves que parmi les étudiants des lettres, alors que l’Institut a une double clientèle de littéraires et de scientifique51 ». La demande de suppression de Rivet n’aboutira pas.

  • 52 Projet de lettre de Paul Rivet adressé au recteur de la faculté des lettres, sans date [novembre 19 (...)
  • 53 Ibid.

20Trois ans plus tard, en novembre 1948, sachant la retraite proche pour Rivet, Marcel Griaule revient à la charge et fait adopter par l’assemblée des professeurs de la faculté des lettres « une proposition de réforme du certificat d’ethnologie » – qui serait délivré exclusivement par la faculté des lettres –, accompagnée d’un déménagement du siège de l’Institut d’ethnologie du musée de l’Homme vers la Sorbonne, éloignant ainsi les élèves du musée qui joue pourtant un « rôle si capital » grâce au « contact des collections [permettant de] profiter au mieux de l’enseignement théorique52 » et des travaux pratiques conduits au sein des différents laboratoires. Manifestement, Griaule ressent durement le fait de ne pas être associé à l’équipe enseignante de l’Institut d’ethnologie, alors qu’il est titulaire de l’unique chaire universitaire dans cette discipline à Paris. « Il peut et il doit collaborer à cet enseignement, souligne Rivet, il peut proposer de le modifier, de le perfectionner, mais il ne peut en détruire la structure même, sans en diminuer l’efficacité et le rayonnement53. »

21Là non plus, ce projet de réforme de l’Institut d’ethnologie n’aboutira pas.

  • 54 Un nouveau cycle semble s’amorcer ; voir Bocquet-Appel, Formoso et Stépanoff, 2017 ; Demeulenaere, (...)

22Irréalisable en 1941, tout autant prématuré en 1948, le projet de refondation de l’ethnologie française s’accomplira après la mort de Griaule (en 1956) et celle de Rivet (en 1958), une fois que les évolutions du champ scientifique et des institutions, la politique scientifique nationale, les financements, les rapports de force disciplinaires et entre chercheurs, les enjeux scientifiques, le permettront. Progressivement, avec la création de chaires universitaires et de laboratoires à Paris et en province, le développement du CNRS et de l’ORSTOM (actuel IRD), de l’EPHE puis de l’EHESS, la professionnalisation et l’accroissement du nombre d’anthropologues, l’avènement de l’anthropologie sociale et la multiplication de paradigmes concurrents en anthropologie, le musée de l’Homme perd la place quasi monopolistique qui fut la sienne pendant quarante ans. De central, le musée devient périphérique. Après la grande réforme de l’université de 1968, les activités d’enseignement de l’Institut d’ethnologie disparaissent au début des années 1970. Pendant plusieurs décennies, la filiation naturaliste, jadis si puissante, perd de son magistère54 ; elle va même être peu à peu refoulée au profit de l’autre grande tradition intellectuelle, plus sensible à l’anthropologie des religions, la sociologie durkheimienne et l’ethnologie maussienne, la linguistique, l’ethnographie, voire la philosophie. Au début des années 1970, la tripartition du musée de l’Homme en trois chaires (préhistoire, anthropologie biologique, ethnologie) entre pleinement en vigueur et prend acte de la disciplinarisation croissante de ces sciences qui ont longtemps compagnonné, fragilisant encore un peu plus une institution moribonde qui renaîtra tardivement de ses cendres en 2015, privée de ses objets ethnographiques, autour d’un projet d’histoire naturelle et culturelle de l’homme qui fait la part belle à ses collections de préhistoire – et d’anthropologie biologique dans une moindre mesure. Après l’ouverture, en 2000, du pavillon des Sessions au musée du Louvre exposant cent chefs-d’œuvre de l’art dit primitif, un musée d’ethnographie centrée sur l’expression artistique des peuples lointains, dépendant essentiellement du ministère de la Culture et des musées nationaux, ouvre ses portes en 2006, lors de la création polémique du musée du quai Branly. Insensiblement, l’essentiel des réformes proposées par Griaule dans sa Note sur le développement des disciplines ethnologiques en France s’est bien réalisé – mais en opérant une radicale remise en question des relations complexes unissant la constitution du savoir ethnographique à la domination coloniale. Ces changements ne se sont pas faits sans luttes ni âpres controverses, mais ils advinrent dans un climat politique et idéologique, une période historique, qui ne faisaient pas porter le poids du soupçon sur les motivations de l’un des hommes qui incarnaient alors l’ethnologie française.

Haut de page

Bibliographie

Blanc, J., 2010, Au commencement de la résistance du côté du musée de l’Homme, Paris, Le Seuil.

Blanckaert, Cl. (dir.), 2015, Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée-laboratoire, Paris, MNHN, Artlys.

Bocquet-Appel, J.-F., 1989, « L’anthropologie physique en France et ses origines institutionnelles », Gradhiva, 6, p. 30-32.

Bocquet-Appel, J.-F., Formoso, B., Stépanoff, Ch., 2017, « Pour une anthropologie générale. Crise et renouveau du partenariat scientifique et institutionnel de l’anthropologie biologique, de l’anthropologie sociale et de la préhistoire », L’Homme, p. 221.

Centlivres, P., Girod, I., 1998, « George Montandon et le grand singe américain. L’invention de l’Ameranthropoides losy », Gradhiva, 24, p. 235-256.

Cohen, M., 1962, « Sur l’ethnologie de la France », La Pensée, 105, p. 85-96.

Congrès de la recherche scientifique dans les territoires d’Outre-Mer, 1938, Paris, Association Colonies-Sciences.

Conklin, A., 2015, Exposer l’humanité. Race, ethnologie et empire en France (1850-1950), Paris, Publications scientifiques du MNHN (Archives).

Conklin, A., 2017, « De la sociologie objective à l’action. Charles Le Cœur et l’utopisme colonial », dans Fabre, D., Laurière, Ch., Mary, A. (dir.), Ethnologues en situations coloniales, à paraître.

De l’Estoile, B., 2007, Le goût des autres de l’exposition coloniale aux arts premiers, Paris, Flammarion.

Demeulenaere, É., 2017, « L’anthropologie au-delà de l’anthropos. Un récit par les marges de la discipline », dans Blanc, G., Demeulenaere, É., Feuerhahn, W., Humanités environnementales. Enquêtes et contre-enquêtes, Paris, Publications de la Sorbonne.

Fabre, D., 1997, « L’ethnologie française à la croisée des engagements (1940-1945) », dans Boursier, J.Y. (éd.), Résistants et résistance, Paris, L’Harmattan, p. 319-400.

Faure, Ch., 1989, Le projet culturel de Vichy, Presses universitaires de Lyon et Éditions du CNRS.

Fournier, M., 1994, Marcel Mauss, Paris, Fayard.

Gaillard, G., 1989, « Chronique de la recherche ethnologique dans son rapport au Centre national de la recherche scientifique (1925-1980) », Cahiers pour l’histoire du CNRS, 3, p. 85-126.

Griaule, M., et al., 2015, Cahier Dakar-Djibouti, édition établie, présentée et annotée par Jolly, É. et Lemaire, M., Meurcourt, Éditions Les Cahiers.

Hirsch, Th., 2013, « Un “Flammarion pour l’anthropologie” ? Lévy-Bruhl, le terrain, l’ethnologie », Genèses, 90 (1), p. 105-132.

Jolly, É., 2017, « Ethnologie de sauvegarde et colonisation : les engagements de Marcel Griaule », dans Fabre, D., Laurière, Ch., Mary, A. (dir.), Ethnologues en situations coloniales, à paraître.

Jolly, É., 2014, Démasquer la société dogon. Sahara-Soudan (janvier-avril 1935), Paris, Lahic / DPRPS-Direction des patrimoines, Les carnets de Bérose 4, 130 p. (ouvrage en ligne : http://www.berose.fr/?Demasquer-la-societe-dogon-Sahara).

Jolly, É., 2011, « Écriture imagée et dessins parlants. Les pratiques graphiques de Marcel Griaule », L’Homme, 200, p. 43-82.

Jolly, É., 2009, « Des jeux aux mythes : le parcours ethnographique de Marcel Griaule », Gradhiva, 9, Arts de l’enfance. Enfances de l’art (dossier coordonné et présenté par Daniel Fabre), p. 164-187.

Jolly, É., 2001, « Marcel Griaule, ethnologue. La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, 71 (1), p. 149-190.

Keck, F., 2008, Lévy-Bruhl. Entre philosophie et anthropologie, Paris, CNRS Éditions.

Keck, F., 2010, « Présentation », dans Lévy-Bruhl, L., La mentalité primitive, Paris, Flammarion (Champs Classiques), p. 7-54.

Knobel, M., 1998, « L’ethnologue à la dérive. George Montandon et l’ethnoracisme », Ethnologie française, 2, p. 107-113.

Laurière, Ch., 2017a, « Marcel Mauss et Arnold Van Gennep, frères ennemis en ethnographie », dans Fabre, D., Laurière, Ch. (dir.), 2017, Arnold Van Gennep, passeur aux gués de l’ethnographie, Paris, Éditions du CTHS, à paraître.

Laurière, Ch., 2017b, « Jacques Soustelle, de Mexique, terre indienne à l’Algérie, terre française », dans Fabre, D., Laurière, Ch., Mary, A. (dir.), Ethnologues en situations coloniales, à paraître.

Laurière, Ch., 2015a, « 1938-1949 : un musée sous tensions », dans Blanckaert, Cl. (dir.), Le Musée de l’Homme. Histoire d’un musée-laboratoire, Paris, MNHN, Artlys, p. 46-77.

Laurière, Ch. (dir.), 2015b, 1913, la recomposition de la science de l’homme, Les Carnets de Bérose 7, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines (ouvrage en ligne : http://www.berose.fr/?1913-la-recomposition-de-la-675 )

Laurière, Ch. (dir.), 2015c, « Introduction », in Id., 1913, la recomposition de la science de l’homme, Les Carnets de Bérose 7, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, p. 13-39.

Laurière, Ch., 2008, Paul Rivet, le savant et la politique, Paris, Publications scientifiques du MNHN (Archives).

Lebeuf, J.-P., 1942, « Technique d’une exposition », La N.R.F., 338, 1er avril, p. 506-512.

Leiris, M., 1992, Journal, 1922-1989, édition établie, présentée et annotée par Jamin, J., Paris, Gallimard.

Lemaire, M., 2015, « Présentation », dans Paulme, D., Lifchitz, D., Lettres de Sanga, éditées par Lemaire, M., Paris, CNRS Éditions, p. 9-83.

Lemaire, M., 2014, Celles qui passent sans se rallier. La mission Paulme-Lifchitz, janvier-octobre 1935, Les Carnets de Bérose 5, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines (ouvrage en ligne : http://www.berose.fr/?Celles-qui-passent-sans-se-rallier)

Lemaire, M., 2012, « L’empreinte du faux », L’Homme, 203-204, p. 545-554.

Lévy-Bruhl, L., 1925, « Institut d’ethnologie de l’université de Paris », Revue d’ethnographie et des traditions populaires, 23-24, p. 1-4.

Maget, M., 1993, « À propos du musée des ATP, de sa création à la Libération (1935-1944) », Genèses, 10, p. 90-107.

Mauss, M., 1913, « L’ethnographie en France et à l’étranger », La Revue de Paris, 20, p. 537-560, 815-837.

Mauss, M., 2004, « Lettre de présentation du projet au ministre de l’Instruction publique », Revue d’histoire des sciences humaines, 10 (1), p. 117-124.

Mauss, M., 2011, « L’ethnographie en France. Une science négligée, un musée à former », texte inédit, établi et présenté par Bert, J.-F., Revue européenne des sciences sociales, 49 (1), 2, p. 209-234.

Reynaud-Paligot, C., 2010, « L’émergence de l’antisémitisme scientifique chez les anthropologues français », Archives juives, 43 (1), p. 66-76.

Rivet, P., 1940, « L’ethnologie en France », Bulletin du Muséum, XII (1), p. 38-52.

Rouch, J., 1979, « Le renard fou et le maître pâle », dans Systèmes de signes. Textes réunis en hommage à Germaine Dieterlen, Paris, Hermann, p. 3-24.

Segalen, M., 2005, Vie d’un musée, 1937-2005, Paris, Stock.

Sibeud, E., 2002, Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS.

Sibeud, E., 2004, « Projet de présentation d’un bureau d’ethnologie (1913) », Revue d’histoire des sciences humaines, 10 (1), p. 105-115.

Tai, L.C., 2010, L’anthropologie française entre sciences coloniales et décolonisation (1880-1960), Paris, Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer.

Vallois, H.-V., 1943, Anthropologie de la population française, Toulouse, Didier Éditeur (Connais ton pays).

Vallois, H.-V., 1944, « L’évolution de la chaire d’ethnologie du Muséum national d’histoire naturelle (leçon inaugurale faite au Muséum le 27 mai 1943) », Bulletin du Muséum, XVI (1), p. 38-55.

Van Gennep, A., 1913, « Quelques lacunes de l’ethnographie actuelle », Scientia, 14, p. 404-411.

Zerilli, F., 1998, Il lato oscuro dell’etnologia, Rome, CISU.

Haut de page

Notes

1 Connue des ethnologues et des historiens de l’anthropologie française, elle est mentionnée de façon allusive ou expressément dans : Gaillard, 1989 ; Tai, 2010 ; Conklin, 2015 ; Laurière, 2015.

2 D’un article de Paul Rivet, 1940.

3 Sur l’histoire du musée de l’Homme, voir Blanckaert, 2015.

4 Sur cette période désormais bien balisée, voir Zerilli, 1998 ; Sibeud, 2002 ; De l’Estoile, 2007 ; Laurière, 2008 ; Debaene, 2010 ; Tai, 2010 ; Conklin, 2015 ; Blanckaert, 2015.

5 Leiris, 1992, 337.

6 Blanc, 2010.

7 Sur Deborah Lifchitz, Lemaire, 2012, 2014, 2015.

8 Lettre d’Henry Reichlen à Paul Rivet, 2 avril 1941 (archives de la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (BCM), 2 AP 1 C).

9 Les trois citations proviennent de l’article de Jacques Ploncard, « Le musée de l’Homme judéo-maçonnique », pour le journal collaborationniste Au Pilori, 13 novembre 1941. Sur George Montandon, Knobel, 1988 ; Centlivres et Girod, 1998 ; Reynaud-Paligot, 2010 ; Conklin, 2015, 431-443.

10 Lettre du doyen de la faculté des lettres de l’université de Paris au recteur de l’académie de Paris, 12 janvier 1942 (ANF, 20020476/257).

11 Décret no 3247 du 6 novembre 1942 relatif à la création de deux chaires à la faculté des lettres de l’université de Paris (ANF, 20020476/257), signé « par le Maréchal de France, chef de l’État français », Philippe Pétain. Le même décret annonce la création concomitante d’une chaire d’histoire du judaïsme confié à l’antisémite Henri Labroue alors qu’elle n’avait été ni demandée ni souhaitée par l’assemblée des professeurs qui se voient ainsi mis devant le fait accompli. Voir Conklin, 2015, 424-425.

12 Sa santé déclinant doucement, Marcel Mauss préfère prendre les devants, démissionnant de sa chaire à l’EPHE en septembre 1939, à l’âge de 67 ans, pour libérer son enseignement et permettre à Maurice Leenhardt de le remplacer. Surtout, pour ne pas faire de cette institution une cible, il quitte la présidence de la Ve section en septembre 1940 et, avec la loi d’octobre 1940 interdisant en particulier l’enseignement aux personnes juives ou d’ascendance juive, il demande sa mise à la retraite de son poste de professeur au Collège de France, le 13 octobre 1940 (Fournier, 1994, 733).

13 Marcel Cohen n’était pas tendre sur son remplaçant Marcel Griaule. Voir Cohen, 1962.

14 Sur Le Cœur, tué en juillet 1944 pendant la campagne d’Italie à la tête d’un bataillon de tirailleurs marocains, voir Conklin, 2015, 381-385 et Conklin, 2017.

15 Lettre de Jacques Soustelle à Paul Rivet, 2 juin 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C). Sur Soustelle, voir Laurière, 2017.

16 Pour une étude de l’activité institutionnelle de Marcel Griaule pendant la guerre qui signerait l’« échec de la réciprocité » dans le milieu ethnologique et un manquement moral vis-à-vis des ethnologues de l’école maussienne, voir Alice Conklin, 2015, 413-431, qui revient également sur cette Note de Griaule, 420-424. Sur l’œuvre ethnologique de Griaule, les travaux d’Éric Jolly sont la référence majeure (2001, 2009, 2011, 2014, 2017). Voir également l’édition du Cahier Dakar-Djibouti établie, présentée et annotée par Éric Jolly et Marianne Lemaire (Griaule et al., 2015).

17 La chaire d’ethnologie des hommes actuels et fossiles qu’occupe Paul Rivet depuis 1928, tout comme le musée de l’Homme, dépendent du Muséum.

18 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 19 juillet 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C)

19 Lettre de Jacques Soustelle à Paul Rivet, 12 septembre 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).

20 Sibeud, 2002, 153-183 ; Laurière, 2015c et 2017a.

21 Parmi ceux-ci, citons Marcel Mauss, 1913 et Arnold Van Gennep, 1913 – sans compter les textes inédits de Marcel Mauss, 2004 et 2011 (avec leur commentaire par Emmanuelle Sibeud, 2004 et Jean-François Bert in Mauss, 2011).

22 Lévy-Bruhl, 1925. Sur l’importance de la figure de Lévy-Bruhl pour l’ethnologie, Hirsch, 2013 ; Keck, 2008 et 2010.

23 Les vœux émis par les participants au Congrès de la recherche scientifique dans les territoires d’Outre-Mer, en 1937, allaient dans le même sens (1938, 471-539).

24 Sur la recomposition du champ anthropologique dans ces années 1910, voir Laurière, 2015b.

25 Laurière, 2008, 341-426.

26 Rapport hebdomadaire du personnel scientifique du musée de l’Homme, 18 novembre 1937 et 7 octobre 1937, respectivement (archives BCM, 2 AM 1 D14e).

27 Sur le positionnement plus large de Marcel Griaule au regard de la colonisation, voir Jolly, 2017.

28 Cet organigramme a été reproduit dans Tai, 2011, 307 et Conklin, 2015, 422.

29 Rivet, 1940, 46 et 52 respectivement.

30 Laurière, 2015, 66-68.

31 Voir cette note du 20 octobre 1942 dans ANF, 20020476/257. Lors de cet entretien, Marcel Griaule aurait dit au recteur qu’il « sera candidat [à la chaire d’ethnologie] mais préfère rester directeur du musée de l’Homme. Assurera la chaire à M. Soustelle ». Cette éventualité eût été impossible sous Vichy, Jacques Soustelle ayant été déchu de sa nationalité française à l’été 1941, ce qu’ignorait peut-être Marcel Griaule. Ce dernier n’a pas non plus candidaté au poste de directeur du musée. Il s’enquiert également des conditions réglementaires d’accession à la chaire pour Montandon (ancienneté de la naturalisation, âge, absence de doctorat, longueur de l’expérience d’enseignement) qui, a priori, rendent sa nomination impossible. Alice Conklin (2015) commente cette note (p. 423), avançant que Griaule « cach[ait] son ambition pour cette chaire sous un océan de rhétorique patriotique coloniale » (p. 425). Elle revient longuement sur le cas Montandon (p. 431-452), et se montre dubitative quant à la plausibilité de la menace qu’il représentait. Ce dernier était pourtant un farouche contempteur de Griaule, qu’il éreinta dans plusieurs articles publiés dans L’Ethnie française (« Échos universitaires », janvier 1943) et Je suis Partout (« Les gris-gris de Griaule », 15 janvier 1943 et « L’Homme antifasciste », 29 mai 1944). « Avec le recul, écrit-elle, il est donc difficile de ne pas être choqué par la désinvolture avec laquelle Griaule se comporta pendant ces années de guerre » (p. 452).

32 Sur cette période très polémique de l’histoire du musée des Arts et traditions populaires : Faure, 1989 ; Maget, 1993 ; Fabre, 1997 ; Segalen, 2005, 51-89.

33 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 19 juillet 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).

34 Sur « la reconfiguration du champ africaniste » clivé pour de nombreuses décennies entre pro- et anti-griauliens, voir en particulier Lemaire, 2015, 46-51 ; Conklin, 2015, 412-416, les souvenirs de Jean Rouch, 1979, 8.

35 Lettre d’Étienne Rabaud à Paul Rivet, 25 août 1942 (archives BCM, 2 AP 1 C).

36 Lettre de Caroline Vacher à Paul Rivet, sans date [premier semestre 1942] (fonds Rivet, 2 AP 1 C).

37 Audition de Jean-Paul Lebeuf devant le conseil d’enquête supérieur du ministère de l’éducation nationale, 19 décembre 1944 (ANF, F/17/16834, dossier d’épuration de Jean-Paul Lebeuf).

38 Lettre de Guy Stresser-Péan à Paul Rivet, 28 juillet 1942 (archives BCM, 2 AP 1 C)

39 Rapport du Comité du Front national universitaire du musée de l’Homme (dirigé par André Schaeffner) transmis à la commission d’épuration du MNHN, 20 septembre 1944 (ANF, F/17/16834, dossier d’épuration de Jean-Paul Lebeuf). Alice Conklin, 2015, revient sur cet épisode, p. 418-420. Pour comprendre les principes qui ont animé sa muséologie, voir Jean-Paul Lebeuf, 1942. La revue est alors dirigée par Dieu La Rochelle ; Michel Leiris refusa d’y publier sous sa direction et sous l’Occupation.

40 Note de Marcel Mauss à Louis Germain, 1er juillet 1941 (Archives du Collège de France, fonds Mauss, 57CDF).

41 Vallois, 1943, 122 et 113 respectivement.

42 Jacques Millot, Notice sommaire sur les titres et travaux de Jacques Millot, Paris, Centre de documentation universitaire, 1941, 19 (manuscrit BCM).

43 Édouard Bourdelle, Rapport sur les titres et travaux scientifiques du professeur Henri-Victor Vallois, candidat à la chaire d’ethnologie des Hommes actuels et des hommes fossiles, 29 septembre 1941 (manuscrit BCM).

44 Lettre de Caroline Vacher à Paul Rivet, 29 octobre 1941 (archives BCM, 2 AP 1 C).

45 Henri-Victor Vallois, « Note sur mon activité au musée de l’Homme (novembre 1941-octobre 1944), et après », p. 1 (manuscrit BCM).

46 Bocquet-Appel, 1989, 30-32. J’avais repris cette analyse sans réétudier les pièces du dossier in Laurière, 2008, 540-542.

47 Vallois, 1944, 53 et 55 respectivement.

48 Laurière, 2015a, 72-76.

49 Jean Rouch, 1989, 8 pour les trois citations.

50 Paul Rivet au doyen de la faculté des lettres, 4 janvier 1945 (ANF, F17/27503, dossier de carrière de Marcel Griaule). Je remercie Éric Jolly de m’avoir transmis ce document.

51 Paul Rivet au ministre de l’Éducation nationale, 16 avril 1945 (ANF, F17/27503).

52 Projet de lettre de Paul Rivet adressé au recteur de la faculté des lettres, sans date [novembre 1948] (archives BCM, 2 AM 2 B3).

53 Ibid.

54 Un nouveau cycle semble s’amorcer ; voir Bocquet-Appel, Formoso et Stépanoff, 2017 ; Demeulenaere, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Laurière, « Refonder l’ethnologie française sous l’Occupation », Revue d’histoire des sciences humaines, 30 | 2017, 151-169.

Référence électronique

Christine Laurière, « Refonder l’ethnologie française sous l’Occupation », Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 30 | 2017, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/551 ; DOI : 10.4000/rhsh.551

Haut de page

Auteur

Christine Laurière

CNRS, IIAC-LAHIC

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue d’histoire des sciences humaines

Haut de page
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals