Navigation – Plan du site

AccueilNuméros37Débats, chantiers et livresMarie Barral-Baron et Philippe Jo...

Débats, chantiers et livres

Marie Barral-Baron et Philippe Joutard (dir.), Lucien Febvre face à l’Histoire

Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2019, 420 pages
Sarah Rey
p. 351-353

Texte intégral

  • 1 « Lucien Febvre : de la Franche-Comté au Collège de France », L’ACTU de l’Université de Franche-Co (...)

1Cet ouvrage collectif dépasse les objectifs initiaux du colloque dont il est issu et qui s’intitulait « Lucien Febvre : de la Franche-Comté au Collège de France » (Besançon, 9 et 10 mars 2017)1. Des historiens n’ayant pas participé à cette rencontre scientifique ont en effet été également sollicités, pour offrir un vaste panorama sur l’itinéraire suivi par le cofondateur des Annales, sur ses travaux et sur sa réception européenne. Les treize auteurs réunis dans cet ouvrage sont pour la plupart modernistes, sinon contemporanéistes : outre les deux directeurs du volume, ce sont Jean-François Chanet, Denis Crouzet, Sylvio De Franceschi, Mark Greengrass, Pascale Gruson, Jean Lecuir, Bertrand Müller, Kristian Raum, Christian Wenzel. S’y joignent deux spécialistes des archives de Lucien Febvre : Brigitte Mazon (EHESS) et Yann Potin (Archives nationales).

  • 2 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jour (...)

2Le titre de ce volume dissimule les intentions des éditeurs : réhabiliter Febvre qui – en raison de son comportement à l’égard de Marc Bloch pendant la guerre – a pu souffrir ces dernières décennies d’une certaine damnatio memoriae au point d’être absent de la synthèse de Pascal Ory et Jean-François Sirinelli consacrée aux intellectuels en France2. Mais ce Lucien Febvre face à l’Histoire possède une autre ambition : souligner ici et là l’attachement de l’historien à ses origines franc-comtoises. Rappelons que sa thèse publiée en 1911 avait pour titre Philippe II et la Franche-Comté. Febvre a toujours aimé sa région, sans verser pour autant dans un esprit de clocher qui n’aurait eu aucun sens pour ce défenseur d’une histoire globale avant l’heure (voir les chapitres de K. Raum et de M. Greengrass). Du reste, sa plume acide n’a quelquefois pas épargné cette province. Dans une lettre de 1906 adressée à Henri Daudin (reproduite p. 252), Febvre caricaturait Besançon et ses enseignants en une formule cinglante : « Petit monde, petites gens, petites passions ». Pour souligner l’ancrage franc-comtois de Febvre, une légende familiale est rappelée page 378, selon laquelle il aurait contraint son épouse à accoucher de leur premier enfant à Besançon, alors qu’il enseignait à Strasbourg. Mais cet événement survint fort opportunément en août, pendant les vacances universitaires, et les deux autres enfants du couple verront le jour en Alsace, si bien qu’il ne faut peut-être pas exagérer la portée de cette naissance bisontine.

3Il reste que le présent volume aide à mieux cerner la méthode de Febvre et la généalogie savante dans laquelle il souhaitait s’insérer. On voit à quel point la figure de Michelet a compté dans la conception febvrienne du métier d’historien, comme le montre l’étude de Y. Potin, qui rappelle que Febvre a soutenu Roland Barthes au début de sa carrière car ce dernier avait été l’auteur d’un Michelet par lui-même (1954). Parmi ses maîtres, on trouve aussi Henri Berr (1863-1954), l’homme de la Revue de synthèse historique, et le moderniste Henri Hauser (1866-1946). Febvre est lié à ces deux aînés par de longues correspondances. Certaines lettres envoyées à Hauser sont reproduites dans la contribution de D. Crouzet, dont cette missive de 1941 (p. 358) qui plonge le lecteur d’aujourd’hui dans la perplexité :

Faire les Annales, continuer les Annales, sous ma responsabilité (au sens plein) – cela me semble un devoir ; et d’instinct, je voudrais l’accomplir tout de suite. Mais les faire en escamotant Bloch, et sans doute d’autres, en supprimant, comme la Revue historique va le faire, les noms des membres du Conseil d’Administration, etc. – cela me paraît dur. Puis-je vous demander l’assistance de conseil que vous nous avez donnée ? – je serais heureux de savoir ce que vous en pensez.

La belle assurance de Febvre semble vaciller. Et l’on rêverait de lire la réponse que lui fit Hauser.

  • 3 Sur ce point, se reporter désormais à Christophe de Voogd, « Johan Huizinga et les fondateurs des (...)

4Toujours au rang des « influences » que reçoit Febvre, il faut compter l’historien néerlandais Johan Huizinga, auteur de L’automne du Moyen Âge (1919)3. Dans son chapitre, Marie Barral-Baron évoque la biographie que Huizinga a consacrée en 1924 à Érasme, dont Febvre parlait en termes admiratifs : « l’originalité, la valeur, le mérite de l’Érasme de Huizinga, c’est d’être, de vouloir être un Érasme total […] Un vrai portrait, en pied et de face, grandeur nature, et qui prétend tout montrer » (p. 86). On ne sait si cette œuvre contribua à dissuader Febvre d’écrire sa propre vie de l’humaniste rotterdamois. Les contemporains de Febvre et de Huizinga sentaient qu’il existait d’indéniables affinités entre les deux hommes : en Italie, ce constat a été notamment dressé par Delio Cantimori, dans l’immédiat après-guerre (lire à ce propos la contribution de S. De Franceschi intitulée « L’acclimatation de l’École des Annales en Italie au temps de l’historicisme crocien »).

  • 4 Giuseppe De Luca, « Introduzione », Archivio italiano per la storia della pietà, 1951, vol. 1, p. (...)

5Nous venons de citer Cantimori parmi les nombreux lecteurs de Lucien Febvre à l’étranger : c’est un des grands mérites de ce livre que de nous faire comprendre comment les travaux de Febvre ont été reçus en Italie, en Allemagne (ici sous l’angle particulier de l’histoire de la sécurité, étudié dans ce volume par Ch. Wenzel), mais aussi dans le monde anglophone, où son ouvrage Un destin : Martin Luther a été rapidement traduit (New York, 1929). Il en ressort que l’œuvre de Febvre n’a pas toujours emporté l’adhésion : en Angleterre, on a pu lui reprocher son style, difficilement traduisible ; en Italie, son « psychologisme » appliqué à quelques grands personnages, qui incite l’historien à se tenir éloigné des « masses ». Parfois, Febvre a fait l’objet de curieuses admirations : c’est un prêtre et historien de la piété, Giuseppe De Luca, qui, parmi les Italiens, lui a rendu l’hommage le plus appuyé en 19514.

6Outre la réception de Febvre, ce livre renseigne sur ses obsessions historiques – le jeune normalien parodiait déjà Rabelais – et sur sa manière de faire de l’histoire, centrée sur les individus et leur for intérieur. Ne disait-il pas de Marguerite de Navarre, auteur de l’Heptaméron : « Marguerite a été Marguerite, c’est tout et c’est assez. Marguerite a vécu la religion de Marguerite » ? Ce goût pour les personnalités se devine à travers sa correspondance de guerre avec Henri Hauser : de son expérience au front, Febvre n’a pas tiré les mêmes enseignements que son collègue Marc Bloch. Alors que celui-ci exprimait en 1921 ses fameuses « Réflexions d’un historien sur les fausses nouvelles de la guerre », sorte de mise en perspective historique et anthropologique sur la fragilité du témoignage, Febvre se montre dans un premier temps avide de sensations (lettre du 27 octobre 1914, reproduite p. 323), avant de s’interroger sur la psychologie de ses compagnons d’armes et de celle des gradés (Febvre est alors sous-lieutenant) : « il faut avoir vécu cette vie stupéfiante des tranchées pour savoir ce que c’est qu’une responsabilité de conducteur d’hommes » (p. 328).

7Cet ouvrage confirme en outre ce que l’on sait du caractère de Febvre : bretteur enflammé, moqueur jusqu’à frôler la cruauté. Son œuvre s’est constituée au fil des vives réactions qu’il ressentit à l’égard de livres et d’articles dont il désapprouvait les résultats : de la sorte, son Rabelais était né de la volonté de contrer Abel Lefranc. On apprend ici que, parmi les historiens dont Febvre rejetait violemment les travaux, il y avait Jean Halpérin, auteur d’un livre sur Les assurances en Suisse et dans le monde (1946), tout comme le seiziémiste Louis Delaruelle, dont le Guillaume Budé (1907) hérissait Febvre (voir le chapitre de Jean Lecuir, « La bande du Père Ubu au temps de Clemenceau. 1906-1909 », p. 237).

  • 5 Peter Schöttler, Lucie Varga : les autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux Annales (...)
  • 6 Lucien Febvre, « Face au vent. Manifeste des Annales nouvelles », Annales. Économies, Sociétés, Ci (...)

8Ce riche et long parcours à travers la vie et l’œuvre de Febvre suscite un intérêt constant. On pourra certes regretter que cet ouvrage n’éclaire pas les zones d’ombre que comporte son parcours d’historien. Ainsi, son refus de s’engager nettement pendant la Seconde Guerre mondiale n’est pas mis en question. Par ailleurs, sa collaboration avec Lucie Varga n’est mentionnée qu’en passant (p. 127), mais il est vrai qu’elle a déjà fait en soi l’objet d’une enquête5. Quoi qu’il en soit, on s’attache à Febvre, cette haute figure de la science historique française qui assignait à sa discipline des objectifs « sensibles », lui qui proclamait que « l’histoire est capable, seule capable, de nous permettre, dans un monde en état d’instabilité définitive, de vivre avec d’autres réflexes que ceux de la peur6 ».

Haut de page

Notes

1 « Lucien Febvre : de la Franche-Comté au Collège de France », L’ACTU de l’Université de Franche-Comté : https://actu.univ-fcomte.fr/agenda/lucien-febvre-de-la-franche-comte-au-college-de-france#.YBl7dx3jKi4 (consulté le 2 février 2021).

2 Pascal Ory et Jean-François Sirinelli, Les intellectuels en France de l’affaire Dreyfus à nos jours, Paris, Armand Colin, 1992.

3 Sur ce point, se reporter désormais à Christophe de Voogd, « Johan Huizinga et les fondateurs des Annales : rencontre manquée ou opposition des paradigmes », dans Élodie Lecuppre-Desjardin (dir.), L’odeur du sang et des roses. Relire Johan Huizinga aujourd’hui, Lille, Presses universitaires du Septentrion, 2019, p. 39-67.

4 Giuseppe De Luca, « Introduzione », Archivio italiano per la storia della pietà, 1951, vol. 1, p. XI-LXXVI.

5 Peter Schöttler, Lucie Varga : les autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux Annales dans les années trente, Paris, Le Cerf, 1991.

6 Lucien Febvre, « Face au vent. Manifeste des Annales nouvelles », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1, 1946, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Rey, « Marie Barral-Baron et Philippe Joutard (dir.), Lucien Febvre face à l’Histoire »Revue d’histoire des sciences humaines, 37 | 2020, 351-353.

Référence électronique

Sarah Rey, « Marie Barral-Baron et Philippe Joutard (dir.), Lucien Febvre face à l’Histoire »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 37 | 2020, mis en ligne le 01 avril 2021, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5554 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5554

Haut de page

Auteur

Sarah Rey

Université de Valenciennes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search