Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38DossierQuestions sur les usages de l’enf...

Dossier

Questions sur les usages de l’enfant sauvage dans l’écriture des sciences humaines (xviiie-xxie siècles)

Writing the human sciences: the motif of the wild child (18th-21st centuries)
Jean-Luc Chappey
p. 7-37

Texte intégral

  • 1 Signalons Granger, 2020 et Mazurel, 2020.
  • 2 Par exemple : Juvenis Lupinus hessensis, l’enfant-loup de Hesse ; Juvenis Ursinus lithuanus, l’enf (...)

1L’actualité éditoriale de la fin de l’année 2020 est marquée par un retour du/des sauvages1, parmi lesquels les enfants sauvages (Marie-Angélique, Victor, Kaspar Hauser…) occupent une place privilégiée, illustrant la mobilisation de ces « cas » et « phénomènes extraordinaires » autant dans l’écriture des sciences humaines que dans l’imaginaire collectif. Le thème s’ancre, à travers mythes et légendes, dans l’Antiquité, mais c’est à partir du xviie siècle que la notion « d’enfants sauvages » émerge progressivement, dans les travaux des naturalistes et des anthropologues. Carl von Linné en constitue le modèle interprétatif, intégrant la liste de ces enfants dans le groupe des hommes inclassables, les Homines feri (hommes « ensauvagés » ou « animalisés ») dans la 10e édition de 1758, puis la 12e en 1766. Il désigne les enfants sur lesquels il appuie sa classification par un nom latin assorti d’une indication géographique parfois complétée par le nom de l’animal adoptant2. Si certains cas, mieux documentés, peuvent susciter plus d’intérêt que d’autres, ces « enfants sauvages » dont la liste, établie progressivement depuis le xviie siècle, n’a cessé de s’allonger, se sont progressivement imposés dans l’histoire des sciences humaines, en dépit de la grande diversité à laquelle renvoient la notion et la nature, de plus en plus fantasmagorique, de leur récit : de l’enfant élevé par des animaux à l’enfant séquestré pendant de longues années en passant par l’enfant abandonné, difficile d’établir un portrait de groupe cohérent. En dépit de cette grande hétérogénéité, il s’agit pour ses promoteurs de présenter ces cas comme des objets relevant des mêmes phénomènes, permettant d’étudier et d’analyser les origines du langage, des facultés ou des mœurs.

  • 3 Strivay, 2004, 46.
  • 4 Reynaud, 2018.
  • 5 Voir le colloque « Les enfants sauvages » organisé par Déborah Lévy-Bertherat et Mathilde Lévêque (...)

2Découvert dans les forêts de l’Aveyron en 1799 et confié au jeune médecin Jean-Marc Gaspard Itard, l’enfant sauvage, dénommé Victor à son arrivée à Paris, suscite ainsi l’intérêt des savants et des autorités publiques qui voient en lui l’homme « naturel », dénué de toutes les influences, sinon des stigmates, de la « civilisation ». Après quelques années, force est de constater que leurs attentes ne seront pas remplies. Comme le souligne Lucienne Strivay, « suivre les enfants sauvages revient à éventer dans la longue durée toutes les situations où l’on a voulu tester sur l’homme à l’état de nature les hypothèses issues de théories de la connaissance, d’observations physiologiques venues de la médecine ou de l’histoire naturelle, de recherches théologiques ou à caractère matérialiste, d’interrogations politiques, morales ou éducationnelles3 ». Ces usages des enfants sauvages, et particulièrement de Victor de l’Aveyron, s’imposent depuis la seconde moitié du xixe siècle comme un des supports incontournables des débats, voire des controverses, et des mouvements de recherche des « origines » qui scandent et alimentent, aujourd’hui encore, l’histoire des sciences humaines. Dès les années 1950, la figure de l’enfant sauvage traverse le domaine des sciences du langage à travers les thèses de Noam Chomsky qui remet l’innéisme sur le devant de la scène en défendant l’idée d’une faculté innée du langage. Il s’inscrit d’ailleurs opportunément dans l’héritage cartésien comme l’indique sans équivoque le titre de l’ouvrage publié en 1966, La linguistique cartésienne4. Dans le contexte des années 1970, parallèlement au film de François Truffaut (1970), la figure de l’enfant semble omniprésente dans les travaux de ceux qui cherchent à retrouver les « origines » de leur propre discipline : psychiatres, linguistes, anthropologues, pédagogues, etc. construisent ainsi leur propre histoire de l’enfant sauvage et interprètent différemment l’expérience menée par Itard. Ainsi la découverte de la jeune Genie (qui a vécu enfermée dans un placard) en 1970, mobilise les linguistes nativistes chomskyens comme des environnementalistes et justifie le recours à l’histoire Victor de l’Aveyron. Dans les années 2000, l’enfant sauvage est de nouveau d’actualité, alimentant en particulier les débats autour de l’affirmation des neurosciences et les discours sur les banlieues. Dans leur grande diversité (Strivay estime à 120 cas répertoriés, des enfants cloîtrés du xxe siècle aux enfants animalisés), ces enfants sauvages sont l’objet de nombreuses œuvres de fictions (films, romans) et suscitent encore l’intérêt des chercheurs5. S’ils ont pu, à certaines périodes, être marginalisés, voire exclus, de l’intérêt des savants, les enfants sauvages demeurent néanmoins des objets de curiosité et d’émotion pour le grand public à travers les médias, la littérature et le cinéma qui continuent d’en faire des objets d’inspiration. En témoignent encore récemment la Trilogie new yorkaise de Paul Auster (1985) ou Le Garçon de Marcus Malte (2016).

3Autant l’historiographie est revenue à plusieurs reprises depuis une vingtaine d’années sur le destin de Victor de l’Aveyron, autant les appropriations et usages de sa figure dans les sciences humaines et sociales n’a encore jamais fait l’objet d’enquêtes historiques. La proposition de ce dossier pour la Revue d’histoire des sciences humaines est de pallier cette lacune. À travers des contributions rédigées par des spécialistes d’horizons divers (historiens de l’anthropologie, de l’histoire des langues, de la médecine et du cinéma), l’objectif est d’étudier les enjeux de la présence de l’enfant sauvage dans les différentes sciences de l’homme. De l’éducation spécialisée à l’anthropologie en passant par la psychiatrie et la linguistique, les usages des enfants sauvages semblent être récurrents dans les différentes histoires consacrées à ces domaines de savoirs : comment expliquer la présence et la rémanence de ces cas dans l’histoire des sciences humaines ? Quels sont les différents enjeux de ces usages ? En quoi ces usages ont-ils pu, dans des contextes particuliers (fin du xixe siècle, années 1960), jouer un rôle dans la construction des contours des sciences humaines ? Il ne s’agit pas ici de revenir sur l’histoire de ce cas mais de prendre pour support cet objet pour interroger l’histoire des sciences humaines. Objets de curiosités et de sciences, les enfants sauvages ont occupé dans l’imaginaire collectif et la construction des savoirs une place qui, sans forcément être centrale, reste importante. Dans la continuité d’un Linné, les naturalistes du xviiie siècle inscrivent l’homme naturel au sein de leur taxinomie des populations, en faisant un témoin privilégié d’un supposé état primitif. Dès lors, les récits d’expériences, plus ou moins fictifs, servent de matière pour interroger la spécificité de l’homme dans l’ordre naturel et pour comprendre les conditions, les modalités, parfois les limites, du développement de la pensée, du langage et des mœurs. Dans tous les cas, il s’agit de questionner une possible « nature » humaine et de mettre au jour les processus de socialisation. Si la « découverte » de Victor de l’Aveyron est considérée comme une étape expérimentale majeure (l’étude peut être menée à travers des observations directes), Claude Blanckaert n’en rappelle pas moins que les enfants sauvages sont progressivement écartés du « corpus » des anthropologues du xixe siècle, ces derniers focalisant leur attention sur les populations lointaines en délaissant la question de l’origine de l’homme « primitif ». Il n’en reste pas moins que, très rapidement, l’enfant est intégré à un autre corpus de textes, suscitant l’intérêt d’autres spécialistes, médecins, pédagogues ou spécialistes de l’histoire des langues. Le médecin Itard choisissait de considérer l’enfant comme un être victime de l’isolement et donc susceptible d’être éduqué, faisant écho à certains contemporains qui continuent de vouloir voir en Victor un « véritable sauvage » selon Julien-Joseph Virey, et donc un être éducable. Au moment où Itard entame l’éducation de Victor, ce dernier, qui s’imposera plus tard comme l’un des théoriciens du polygénisme, publie, sous l’anonymat, un article sur le jeune sauvage de l’Aveyron. Son parcours rappelle celui d’Itard. Âgé de vingt ans, il rejoint le service de santé des armées républicaines, devenant pharmacien sous-aide à l’hôpital militaire de Strasbourg. Il intègre ensuite l’hôpital militaire du Val-de-Grâce où il travaille aux côtés du fameux Antoine Augustin Parmentier. Avant même la publication de son Histoire naturelle du genre humain (1801), ouvrage dans lequel il insérera une longue notice sur le sauvage, Virey livre ainsi ses premières observations dans la Décade philosophique. Il fait part des nombreuses interrogations que soulève cet enfant, proposant une longue réflexion sur la notion de « nature » et d’homme de la nature.

  • 6 Gineste, 1993, 224.
  • 7 Ibid., 241.
  • 8 Ibid., 244.

4Loin de faire de Victor l’incarnation d’une idée ou d’un concept susceptible soit de rabaisser soit au contraire de valoriser l’espèce humaine (il rompt ainsi avec l’idée du « bon » sauvage des Lumières), Virey propose de le regarder comme la victime d’un isolement. La prise en charge de l’enfant doit conduire à sa réintégration dans la société6. Virey s’oppose à ceux qui voudraient idéaliser l’homme de la nature : selon lui, l’enfant sauvage doit justement montrer que, placé hors de la société, un homme ne saurait se développer normalement, son caractère naturel étant désormais considéré comme la cause de ses imperfections. Le statut d’homme ne peut être acquis qu’en quittant un état naturel ou sauvage pour intégrer des liens sociaux : seuls la société et les échanges qu’elle induit permettent à l’homme de se développer. Cette thèse conduit Virey à poser le garçon comme un enfant abandonné qui aurait oublié tout ce qui le distingue de l’animal, en particulier le langage. Ayant plusieurs fois rendu visite à l’enfant, il revient sur un certain nombre d’erreurs : il n’est pas quadrupède, mais marche droit comme peut le prouver l’observation de ses genoux ; il n’est pas « bon » ni « mauvais », étant indifférent à des critères moraux qui ne dépendent, selon l’auteur, que des « rapports sociaux », l’enfant est seulement « doux ». Il n’est pas sourd, mais semble resté étranger à tous les sons et les bruits qui ne se rapportent pas directement à ses besoins : « Tous ses mouvements, toutes ses affections n’ont absolument point d’autre but que de manger, boire, se conserver et dormir7. » L’enfant sauvage représente ainsi la figure de l’« égoïsme pur ». Virey est sans doute « fâché », voire attristé, de « voir l’homme naturel si égoïste », mais l’intérêt, selon lui, est justement d’assister aux changements qui l’affecteraient dès qu’il serait entré dans la société : « Il faut lui donner de nouveaux besoins ; il n’y a que ce moyen pour l’apprivoiser. Mais alors il oubliera l’histoire de son état sauvage8. » Mais si l’enfant mérite l’attention des savants et des philanthropes, c’est qu’il permet, à l’inverse, de questionner non seulement les modalités de formation du langage et de l’entendement, mais encore de mesurer les effets de la civilisation et d’en prévenir les conséquences négatives. Parce que l’enfant a tout oublié et qu’il est retombé à l’état de nature, l’étude du programme pédagogique doit en effet mesurer l’impact de telle ou telle méthode et donc questionner le cœur de ce que doit être une bonne éducation. Ce cas rejoint une fois de plus les débats qui traversent la société française autour des modalités théoriques et institutionnelles de l’éducation et de l’instruction des jeunes enfants et adolescents. Virey encourage Itard à être particulièrement attentif aux conditions de son entreprise pédagogique, l’enfant devant en quelque sorte servir de terrain d’expérience pour tester des méthodes pédagogiques susceptibles de servir à d’autres. On retrouve là certains projets d’expérimentation, plus ou moins réalisables, proposés par les philosophes des Lumières. Pensons à celle proposée par Diderot pour interroger la genèse des idées chez les aveugles (Lettre sur les aveugles, 1749, et Lettre sur les sourds et muets, 1751) ou la mention faite par Leibniz, dans le livre III de ses Nouveaux Essais (1765), de l’expérience réalisée par un roi de l’Antiquité qui aurait fait isoler depuis leur naissance, dans une île, deux enfants et aurait donné pour consigne aux serviteurs qui leur apportaient soins et nourriture d’observer un silence complet. Il espérait par-là découvrir la langue première, instinctive et universelle de l’espèce humaine. En 1800, les leçons de l’expérience pédagogique réalisée sur l’enfant devraient finalement servir à réformer la civilisation. Ce texte est en même temps parcouru de nombreux paradoxes. Virey ne cesse en effet de montrer combien l’enfant, isolé, a pu justement être placé à l’abri de certains maux de la « civilisation ». Ainsi s’achève-t-il sur une sorte d’ode à une liberté à laquelle le jeune enfant, désormais soumis à un programme pédagogique, devrait renoncer :

  • 9 Ibid., 247-248.

Va, jeune infortuné, sur cette terre malheureuse, va perdre dans les liens civils ta primitive et simple rudesse […] Maintenant tu n’as plus rien que par la bienfaisance de l’homme ; tu es à sa merci, sans propriété, sans puissance, et tu passes de la liberté à la dépendance. Ainsi naissent pauvres les trois quarts du genre humain ; que d’amertumes te sont préparées, en t’arrachant d’auprès de ces bienfaisantes dryades qui veillaient à ta conservation ! […] Comment perdras-tu ton absolue dépendance dans les entraves politiques, dans nos institutions civiles ! Que de larmes tu dois verser9 !

  • 10 Bénichou et Blanckaert, 1988.
  • 11 Gineste, 1993, 246.

5Comme d’autres jeunes médecins de sa génération, il s’écarte de l’idéologie scientiste et la confiance dans les progrès techniques10. Il dénonce en particulier certains effets de la médecine qui tendraient à mésestimer la « puissance vitale » à la faveur de l’usage, pas toujours justifié, de médicaments (« Avec nos drogues, nous n’aurions pas manqué de tourmenter notre pauvre jeune homme, et peut-être de le faire périr11 »). Encouragé par Sicard (rétabli dans ses fonctions de directeur de l’Institut des sourds-muets), conforté par l’article dans la Décade, Itard a désormais les mains libres pour mettre en œuvre son programme d’éducation. Le 20 octobre 1801, devant la Société des observateurs de l’homme, Joseph-Marie de Gérando prend ainsi parti en faveur de la position d’Itard, arguant de la bonne décision d’« un petit nombre de philosophes » de discuter les conclusions de Pinel et de soutenir la démarche qui consiste à tout reprendre à zéro :

  • 12 Ibid., 325-329.

Le citoyen Pinel, médecin qui s’est acquis, par ses traitements sur les aliénés, une si juste réputation, aussi distingué d’ailleurs par sa philanthropie que par l’étendue de ses connaissances, ayant analysé en détail toutes les circonstances dont se composait l’état moral et physique de cet enfant, et les ayant méthodiquement rapprochées de celles qu’il avait remarquées dans un grand nombre de jeunes sujets idiots renfermés à l’hospice de la Salpêtrière, ayant reconnu des caractères à peu près semblables, se crut fondé à conclure de l’analogie des effets à l’analogie des causes, et dans un rapport, il annonça qu’il le regardait comme condamné par la nature même à un idiotisme qui laissait peu d’espérance. […] Les amis de l’humanité se récrièrent aussi contre un arrêt qui pouvait fixer à jamais de la manière la plus fâcheuse le sort de cet infortuné. Ils demandèrent qu’avant de reléguer cet enfant au nombre des idiots on eût acquis une certitude plus complète de l’impuissance de ses organes. Ils firent sentir qu’un an de délai et d’expérience était bien peu de chose, en comparaison de l’affreuse possibilité de condamner un être sensible à l’existence des animaux. […] Un petit nombre de philosophes s’élevèrent contre une décision si sévère. Ils opposèrent du moins le doute aux assertions qui leur parurent trop précipitées. Ils firent observer qu’avant de conclure de la ressemblance aperçue entre l’état de l’enfant de l’Aveyron et celui des idiots pour cause de lésion dans les organes, il fallait démontrer auparavant qu’il n’y avait pas une sorte d’idiotisme moral, semblable dans ses effets à l’idiotisme physique et que certaines circonstances extraordinaires, comme un long isolement, une existence brutale, ne pouvaient pas, dans un sujet qui n’avait reçu aucune instruction, produire ces habitudes d’inattention, cette paralysie des facultés intellectuelles qu’on remarquait dans le jeune sauvage12.

6« Amis de l’humanité », « philosophes »… Gérando présente ici les réseaux à la croisée desquels Itard puise ses soutiens pour se lancer dans l’aventure. Dans le contexte des recompositions politiques et intellectuelles qui caractérisent ce « moment 1800 », la position théorique d’Itard est complexe et ne saurait être réduite à la seule position (sensualiste) des Idéologues, dont Pierre-Jean-Georges Cabanis et Antoine Destutt de Tracy ont posé, sous le Directoire, les fondements au sein de la Classe des sciences morales et politiques. Comme le montrent Delphine Antoine-Mahut, Samuel Lézé et Matthias Winter, la possibilité donnée à l’expérience pédagogique d’Itard d’être réinvestie à travers des époques et des corpus différents tient au fait que les rapports s’inscrivent eux-mêmes dans la longue durée d’une histoire épistémologique qui s’ancre dans le xviie siècle et se rattache à un débat sur l’innéisme qui, depuis Descartes, ne cesse d’être réactualisé à travers les débats sur la distinction entre l’âme et la sensibilité, l’inné et acquis ou la nature et la culture. L’échec d’Itard à éduquer Victor renvoie cet enfant à un statut, celui l’idiot, auquel la phrénologie de J. Gall confère désormais une justification physique : l’expertise réalisée par Gall et Spurzheim en 1808 du crâne de l’enfant vient en effet justifier davantage que les efforts entrepris pour l’éduquer sont inutiles :

  • 13 Gall et Spurzheim, 1810, vol. 1, 35.

Il est imbécile au plus haut degré. Son front est très peu élargi par les côtés, et très comprimé par le haut ; ses yeux sont petits et très enfoncés, son cervelet est très peu développé. […] Il connaît quelques caractères d’écriture et même il indique les objets que ces caractères désignent. Au reste, son occupation favorite est de remettre exactement à leur place les objets qui ont été dérangés. Voilà où ont abouti les espérances que l’on s’était formées, les nombreux efforts que l’on a faits, la patience et la douceur que met dans sa conduite envers une femme bienfaisante. Nous pouvons prononcer que jamais on ne pourra en obtenir davantage13.

  • 14 Sur ce contexte : Luc, 1999 ; Markovits, 1990.

7Il y a bien là un « moment 1800 » où l’enfant sauvage cristallise, à travers l’ambiguïté de son statut et l’intensité des débats qu’il suscite, une hésitation quant à ce qu’il peut être : l’objet d’une science générale de l’homme ou un objet de savoirs dispersés ? D’enfant sauvage, Victor n’est plus, comme le souligne Sabine Arnaud, un enfant ordinaire en devenir, mais passe progressivement dans le corpus des aliénistes et des pédagogues spécialisés qui s’en saisissent pour tenter de légitimer leurs recherches dans un domaine en construction dans les premières décennies du xixe siècle. S’appuyant sur les recherches qu’elle mène sur l’histoire des sourds-muets au xixe siècle, S. Arnaud rappelle combien le destin de Victor s’intègre dans le contexte de redéfinition des normes familiales et de formalisation de pratiques pédagogiques destinées aux enfants normaux et ordinaires14. Elle rappelle comment les débats qu’il a suscités autour de 1800 ont permis de tracer des frontières entre des modèles pédagogiques différents, l’un destiné aux enfants sourds (tel Massieu, élève de Sicard, le directeur de l’Institut national des sourds et muets de Paris au sein duquel Victor est placé en 1800 et confié à Itard), l’autre aux enfants « normaux », l’idiot étant, en dernier ressort, celui que l’on ne peut pas éduquer. C’est donc un moment particulier d’invention de catégories d’interprétation qui vont perdurer sur la longue durée.

  • 15 Rappelons, par exemple, que les membres de la Société des observateurs proposent comme question de (...)

8Alors qu’ils sont régulièrement l’objet de « découvertes » et de récits et romans (Kaspar Hauser), les enfants sauvages continuent d’être mobilisés par les spécialistes de la formation des langues. Dans cette perspective, Guillaume Roux rappelle combien l’histoire des enfants sauvages, a été mobilisée pour étudier les conditions du développement du langage, quitte à faire l’objet d’expériences (réalisées ou non15) censées mettre au jour les modalités et les difficultés du développement de l’homme. Il s’agissait alors de comprendre les origines du langage, le rôle des interactions et de la communication, dans le développement des idées, questionnant ainsi la part de l’inné (nature) et de l’acquis (culture). Néanmoins, la question de l’origine des langues (comme des utopies linguistiques) est progressivement marginalisée des débats (exclue par exemple des travaux de la Société de linguistique de Paris créée en 1866). Dès lors, l’enfant sauvage est surtout mobilisé par les spécialistes de l’éducation spécialisée (sourds-muets). Après avoir été considérés comme des objets privilégiés de la construction d’une science de l’homme soucieuse de connaître les modalités et les étapes de l’histoire des développements des facultés, du langage et de la morale, l’homme « naturel » cesse de susciter l’intérêt des savants et des philosophes.

  • 16 Chappey, 2016.
  • 17 Par exemple Blanckaert et al., 1999.
  • 18 Je tiens à remercier les auteurs et les évaluateurs des contributions qui ont accepté de répondre (...)

9Les débats qu’il suscite lors de sa découverte (est-il sourd ? idiot ? ou imposteur ?) témoignent autant de l’ambiguïté du statut de Victor (ou de Kaspar Hauser)16 que des possibilités d’interprétations et d’appropriations différentes, sinon contradictoires, de cet objet dont l’histoire des usages, depuis le xixe siècle ne cesse de montrer la flexibilité et la capacité à changer de corpus. Loin de tenter de rechercher une « unité » ou vouloir seulement dresser un inventaire des usages des enfants sauvages, il s’agit de tenter de questionner ce que ces usages révèlent des sciences humaines et des contextes dans lesquels ils sont mobilisés. S’il n’est pas toujours présent dans des synthèses consacrées à l’histoire des sciences humaines17, l’enfant sauvage de l’Aveyron, puisqu’il en sera surtout question dans ce volume, apparaît comme particulièrement bien représentatif de cette « oscillation » entre le singulier et le pluriel, entre l’idéal d’une science de l’homme « unifiée » et la réalité « des » sciences de l’homme. D’un objet pour construire une « science générale de l’homme » au début du xixe siècle à un support pour questionner les relations spécifiques de la « nature/culture » (D. Haraway), l’enfant sauvage ne cesse d’être réinventé pour promouvoir de nouvelles perspectives de recherches et, au risque du présentisme, répondre à des questions actuelles. C’est donc moins l’histoire de Victor ou des autres enfants – maintes fois racontées et bien connues – qui importe que les manières dont elle est agencée et située dans des problématiques et des discours différents qu’interrogent les auteurs des différentes contributions proposées dans ce volume18.

Victor et la question de l’éducation des idiots

10C’est en 1811 que le ministre de l’Intérieur Montalivet décide de retirer le jeune enfant de l’Institut impérial des sourds-muets de Paris pour le confier à Mme Guérin. Après cette date, le médecin Jean-Marc Gaspard Itard poursuit une carrière au sein de cet Institut, se taillant une reconnaissance par ses travaux sur les traitements des sourds-muets et, plus généralement, les mécanismes physiologiques de l’audition et du langage. Alors que Victor meurt dans l’indifférence générale en 1828, Itard, qui entre à l’Académie de médecine en 1821, s’impose comme une personnalité incontournable au sein du monde des pédagogues et des bienfaiteurs de l’humanité, même si son expérience menée sur Victor en 1800 apparaît, dans les années 1820-1830, surtout comme une expérimentation hasardeuse, sinon une erreur de jeunesse. Alors que les naturalistes focalisent alors leur attention sur l’étude des populations lointaines, la possibilité d’étudier l’homme « primitif » à travers les récits des enfants sauvages est écartée (Blanckaert) tandis qu’Itard est accusé d’avoir cherché à s’emparer de l’enfant pour construire sa réputation. À bien des égards, cet épisode apparaît, aux yeux des naturalistes et des savants du xixe siècle, comme une expérience dépassée, anachronique, issue des illusions et des rêves métaphysiques qui caractériseraient, à leurs yeux, l’héritage du xviiie siècle.

11Plus âgé de deux ans qu’Itard, Jean-Étienne Esquirol (1772-1840) apparaît alors comme celui qui aurait définitivement clos le dossier en formalisant la définition de l’idiotie à laquelle est désormais réduit le sauvage :

  • 19 Esquirol, 1818, 507-508.

L’idiotie est cet état dans lequel les facultés intellectuelles ne se sont jamais manifestées, ou n’ont pu se développer assez pour que l’idiot ait acquis les connaissances relatives à l’éducation que reçoivent les individus de son âge, et placé dans les mêmes conditions que lui […]. Les idiots sont ce qu’ils doivent être tout le cours de leur vie : tout décèle en eux une organisation imparfaite, des forces mal employées. Ils sont incurables […]. L’idiotie n’est pas une maladie, c’est un état19.

  • 20 Arrieta, 2007.
  • 21 Bousquet, 1839.
  • 22 Sulivay, 2004.

12Pour n’avoir pas su déceler l’idiotie et avoir voulu s’opposer à son maître, Philippe Pinel, Itard semble avoir été le jouet des erreurs du passé. Néanmoins, l’intérêt suscité par son expérience grandit à mesure que l’idée d’une éducation offerte aux enfants idiots ou « arriérés » commence à faire son chemin. En 1822, lors de sa nomination à la tête de la section des « idiots » à La Salpêtrière, Jean-Pierre Falret (1794-1870), élève de Pinel et d’Esquirol, fonde à Vanves, en collaboration avec Félix Voisin (1794-1872), une école pour tenter d’éduquer les enfants « qui sortent de l’ordinaire » (Arnaud), ces médecins cherchant ainsi à démontrer qu’il existe des degrés différents de l’idiotisme (parlant ainsi de bêtise, niaiserie, imbécillité, crétinisme, démence…)20. De son côté, Guillaume Ferrus (1784-1861), également élève de Pinel, emprunte, à l’hôpital Bicêtre où il est nommé médecin chef (division des aliénés) en 1823, la même démarche éducative : promouvant la nécessité de mettre en œuvre une pédagogie adaptée fondée sur le « traitement moral », il espère « réveiller l’esprit » de ses jeunes pensionnaires parmi lesquels il distingue ceux qui sont victimes de malformations ou de séquelles traumatiques de ceux qui sont victimes d’une absence d’éducation et d’éveil qui pourront bénéficier de son école. Aux yeux de ces médecins philanthropes, l’expérience menée par Itard auprès du jeune enfant doit servir, une fois dépouillée de toutes ses illusions métaphysiques, de modèle à l’enseignement spécialisé destiné aux enfants déficients et arriérés, les « anormaux » qu’il s’agit de distinguer des enfants « ordinaires » (Arnaud). En 1838, des asiles ouvrent pour les enfants « idiots », jusque-là confinés et cachés dans leur famille : c’est le début d’une prise en charge spécifique. Dans l’éloge funèbre d’Itard qu’il prononce en 1839 devant les membres de l’Académie de médecine, Jean-Baptiste-Édouard Bousquet (1794-1872) rappelle ainsi les « illusions » de son collègue, « formé à l’école de Locke et de Condillac », victime d’une « imagination » que n’avait pas su vaincre sa persévérance21. C’est d’ailleurs pour railler les prétentions philosophiques des philosophes des Lumières que Gustave Flaubert évoque l’épisode de l’enfant sauvage dans le chapitre X de son roman posthume Bouvard et Pécuchet22.

  • 23 Seguin, 1838, 374-375. Sur ce médecin, voir Pélicier et Thuillier, 1980.

13Pour ces auteurs, l’erreur principale d’Itard a été de croire qu’un véritable « sauvage », ayant vécu ses premières années dans l’isolement le plus complet, aurait pu être éduqué. Pour eux, Itard a bien perdu son temps… ou peut-être aurait-il cherché à utiliser l’enfant pour construire sa propre réputation ? Dans les années 1830, l’hypothèse d’un homme « naturel » apparaît bien comme totalement saugrenue. C’est encore dans cette perspective qu’Édouard Séguin (1812-1880), collaborateur d’Itard quelques mois avant sa mort, évoque l’épisode de l’enfant sauvage au début des années 1840, au moment où il crée une première institution destinée à recevoir des enfants déficients. Dans son ouvrage Des maladies mentales, Seguin revient sur l’échec d’Itard : « de toutes ces prétentions, de tous ces efforts, de toutes ces promesses, de toutes ces espérances, qu’est-il résulté ? Que le médecin observateur [Pinel] avait bien jugé ; le prétendu sauvage n’était autre qu’un idiot. Tel avait été le jugement de Pinel sur le Sauvage de l’Aveyron. Concluons de ceci que les hommes dépourvus d’intelligence, isolés, trouvés dans les montagnes, dans les forêts, sont des imbéciles, des idiots égarés ou abandonnés »23. Pour l’auteur, la « sublime tentative » d’Itard n’aboutit qu’à mettre en valeur l’échec de la pédagogie fondée sur la démarche sensualiste et, dans une large mesure, des théories de la perfectibilité héritées des Lumières :

  • 24 Seguin, 1838, 5-6.

À l’époque où le sauvage de l’Aveyron fut amené à Paris, on crut avoir trouvé la statue de Condillac, machine animée, dont il devait suffire de toucher les ressorts pour produire des opérations de l’intellect. L’école philosophique de ce temps fut ravie, et alla voir le prodige ; tous les beaux esprits à leur tour visitèrent notre sauvage ; mais la merveille se dissipa bientôt devant la réalité, le dégoût remplaça l’enthousiasme, et le malheureux sauvage de l’Aveyron était abandonné dans les combles de l’École des sourds-muets, quand le docteur Itard le réclama. Lié avec les philosophes du moment, philosophe lui-même autant que personne, et, de plus, beau théoricien, mais vivant sur le commun psychologique de son époque, Itard mit son originalité, comme son dévouement, au service du sauvage de l’Aveyron, ou, peut-être, pour parler plus juste, au service de la métaphysique courante. Du reste, cet adolescent était-il sauvage, comme le pensait Itard ; idiot ainsi que le prétend Pinel, dans son rapport ? Que nous importe, et qu’importe à la mémoire de mon illustre maître ? […] Et moi, qu’ai-je besoin de relever ce cadavre qui n’a jamais été réellement vécu ? Mort, le sauvage de l’Aveyron n’est plus que l’instrument à l’aide duquel Itard a cherché… cherché quoi ?... Nous verrons24.

  • 25 Seguin, 1846, 10.

14Selon Seguin, proche des idées saint-simoniennes, même idiot, l’enfant pouvait être éduqué, mais faute d’avoir su porter un bon diagnostic, Itard, présenté comme « le premier qui ait traité méthodiquement un idiot », a été incapable d’appliquer les bonnes pratiques pédagogiques. De ce fait, il convient de rompre avec la méthode appliquée par Itard en s’écartant de ce que Séguin définit comme les « ressources de la métaphysique » : « Ma méthode n’est pas la méthode d’Itard, il s’en faut du tout au tout car il s’en faut du principe qui de la sienne à la mienne est diamétralement opposé »25. Après le coup d’État de 1851, Seguin, virulent opposant à Napoléon III, choisit de s’exiler aux États-Unis où il poursuit ses travaux sur l’enfance déficiente et crée des plusieurs écoles pour les accueillir. En France, la référence à la tentative menée par Itard est discutée au sein du monde des médecins spécialisés dans le traitement des déficients mentaux. En 1865, Louis Delasiauve (1804-1893), directeur de l’hôpital de la Salpêtrière, lui-même spécialisé dans le traitement des handicapés mentaux, publie un long article sur le sauvage de l’Aveyron dans la rubrique « Éducation » du Journal de médecine mentale :

  • 26 Delasiauve, 1865, 197.

nous avons dit que ce pauvre enfant, comme un certain nombre d’autres recueillis dans des circonstances analogues, n’était qu’un paria de la nature, en majeure partie déshérité des facultés mentales. Son histoire, sous ce rapport, n’offrirait qu’un médiocre intérêt si, pédagogiquement, les efforts qu’on a tentés et continués avec tant de persévérance ne méritaient de fixer l’attention, au point de vue des indications ressortant de l’examen du sujet, des procédés mis en usage et des résultats obtenus26.

  • 27 Bourneville, 1894, vi-vii. L’ouvrage publie une des seules représentations iconographiques de l’en (...)
  • 28 Ibid., vi.
  • 29 Ibid., x.

15Critique sur les méthodes appliquées par Itard (en particulier, le caractère individuel de l’apprentissage car « l’isolement n’est pas propice à l’émulation ») qu’il présente comme « imbu des idées de Condillac », il n’en rappelle pas moins leur caractère fondateur dans l’histoire du traitement et de l’éducation des enfants arriérés. Si les méthodes d’Itard sont ainsi discutées, une impulsion nouvelle et importante est donnée dans les années 1890 par le biais de la publication des différents rapports rédigés par Itard et destinés aux autorités entre 1801 et 1807, première étape de la construction d’un corpus sur l’enfant sauvage. C’est en effet en 1894 que ces mémoires sont publiés dans la « Bibliothèque d’éducation spéciale. Recueil des mémoires sur l’idiotie » dirigée par le médecin de l’hôpital de Bicêtre, spécialiste consacré de l’éducation des idiots et fervent républicain, Désiré-Magloire Bourneville (1840-1909) qui signe la préface et rappelle que ces mémoires sont « peu ou pas du tout connus de la génération médicale actuelle et à part peut-être quelques très rares exceptions tout-à-fait ignorés du monde universitaire. […] Une étude attentive de ces rapports, pleins d’aperçus originaux, d’indications ingénieuses, de procédés pédagogiques spéciaux, nous a décidé à les faire réimprimer27 ». S’il rappelle les critiques dont il a été l’objet tout au long du siècle, Bourneville érige Itard en « promoteur de l’éducation des idiots » et en « créateur de l’enseignement de la parole aux sourds-muets ». Il « mérite d’être mis au rang des bienfaiteurs de l’humanité et des hommes dont s’honore le plus notre pays ». À travers Itard, il s’agit de promouvoir une spécialité médicale et de susciter des vocations auprès des jeunes médecins : « Si nous insistons sur ces points, c’est pour exciter le zèle et le dévouement de ceux qui se consacrent à l’éducation et au traitement des enfants idiots et arriérés ». Si la définition de l’idiotie reste celle d’Esquirol, Bourneville cherche à la nuancer : il insiste par exemple sur la multiplicité de ses manifestations et sur la variabilité de son intensité. Il nuance les conditions de son apparition, mettant en évidence qu’elle peut survenir jusqu’à la puberté, il prend en compte l’environnement sanitaire et social de son développement. Il fait ainsi la démonstration que l’idiotie n’est pas « une », qu’elle recouvre en réalité un grand nombre d’affections dont les étiologies sont diverses, et qu’elle englobe en définitive toutes les « maladies congénitales et chroniques du système nerveux ». Dès lors, ayant substitué à l’« idiot » le sujet singulier et malade, concevoir de soigner devient possible et, pour Bourneville, l’éducation sera le vecteur principal de la thérapeutique. Les mémoires, imprimés sur les presses de l’hôpital Bicêtre où travaillent des enfants, sont ainsi intégrés au corpus des travaux sur l’idiotie : « Les médecins chargés de ces services et leurs auxiliaires, internes, instituteurs et institutrices, infirmiers et infirmières, auront besoin d’avoir en main tous les documents épars dans les Recueils spéciaux, capables de les renseigner, les uns à tous les points de vue (anatomique, clinique, thérapeutique et pédagogique), les autres plus spécialement au point de vue éducateur28 ». Les rapports d’Itard destinés aux ministres de l’Intérieur successifs du Consulat et de l’Empire acquièrent ainsi le statut de textes fondateurs de l’éducation spécialisée, destinée aux enfants idiots. Savant républicain, Bourneville trouve dans l’expérience menée par Itard (qualifié dans la préface de « bienfaiteur de l’humanité29 ») un moyen de promouvoir le pouvoir de l’éducation, un discours qui trouve alors des échos auprès des élites politiques de la IIIe République.

  • 30 Picavet, 1891.
  • 31 Membre de la Société d’anthropologie de Paris, Georges Hervé appartient à la nébuleuse du matérial (...)
  • 32 Hervé, 1911.
  • 33 Gardou, 2006 ; Jeanne, 2007.
  • 34 Saint-Yves, 1914.
  • 35 Titre original : Il Metodo della pedagogia scientifica: applicato all’eduzione infantile nelle cas (...)
  • 36 Dans les années 1930, Henri Ey (1900-1977) revient sur l’expérience d’Itard pour critiquer Bournev (...)

16Le contexte politique des années 1890, marqué par le Centenaire de la Révolution française, favorise la redécouverte des travaux scientifiques et philosophiques de nombreux « savants » de la Révolution et, plus particulièrement, de la République directoriale, les fameux « Idéologues » auxquels François Picavet, agrégé de philosophie et proche d’Ernest Lavisse, consacre une thèse publiée en 189130. Les mémoires d’Itard viennent ainsi enrichir le corpus des textes des Idéologues auxquels s’ajoutent les mémoires, publiés à l’époque par Georges Hervé (1855-1933)31, des membres de la Société des observateurs de l’homme (1799-1804), une société savante redécouverte à l’époque qui avait participé à la préparation de l’expédition maritime du capitaine Baudin et devant laquelle Pinel avait présenté son mémoire sur l’enfant sauvage. C’est en 1911 qu’Hervé publie le mémoire de Pinel32 auquel répondent les deux mémoires d’Itard. La redécouverte des mémoires d’Itard et des débats suscités autour de 1800 sur les possibilités d’éduquer l’enfant sauvage font écho, dans le contexte des années 1900, au conflit qui oppose l’approche médico-pédagogique de Bourneville et celle défendue par Alfred Binet (1857-1911) qui fait une distinction entre les « débiles perfectibles » et les « arriérés inéducables »33. En 1914, une thèse de médecine présentée par Isabelle Saint-Yves propose une première synthèse de ces débats parmi lesquels l’épisode de l’enfant sauvage de l’Aveyron est canonisé comme événement fondateur34. Au cours de ces années 1890-1910, le cas « Victor » est mobilisé hors de France et l’expérience pédagogique d’Itard suscite des débats. C’est au cours d’un séjour à Paris, dans le service de Bourneville, que Maria Montessori (1870-1952) prend connaissance, via les productions de Séguin, des mémoires d’Itard auquel elle rend hommage dans La méthode de la pédagogie scientifique appliquée à l’éducation des enfants (1909)35. Dans ce volume, Laurens Schlicht met au jour la place centrale qu’occupe la question de l’éducation des idiots dans l’Allemagne de la fin du xixe siècle. Comme en France, ces derniers font l’objet de luttes d’appropriation qui opposent les membres des églises, les médecins et les psychiatres qui utilisent les tests d’intelligence pour revendiquer leur autorité sur le domaine. Alors que le nouvel État unifié sous l’égide de la Prusse, vainqueur de la guerre de 1870, connaît d’importantes transformations politiques, sociales et économiques, la question de la place et de l’utilité des enfants déficients s’impose au cœur des préoccupations de l’État. En 1883 sont ainsi lancées plusieurs enquêtes pour dresser un inventaire et tenter de faire émerger des méthodes d’éducation commune aux différents Ländern afin de faire face à une possibilité de pandémie de l’idiotie et de dégénération de la race. S’il est encore difficile de connaître les canaux qui ont favorisé les échanges entre la France et les États allemands, il apparaît que, au moment où se multiplient les institutions spécialisées dans le traitement des idiots, l’expérience pédagogique d’Itard, réinterprétée par Séguin, est considérée comme un modèle de l’impulsion politique menée pour tenter de mettre au travail une partie des « idiots ». Schlicht analyse comment ce modèle est acclimaté et sert de fondement à des projets novateurs d’éducation – comme l’illustre la création du Kalmenhof en 1888 – des populations déficientes par l’État. Alors que les médecins continuent de s’opposer sur les modalités et les possibilités d’éduquer les « idiots »36, les enfants sauvages vont progressivement être appropriés dans un autre corpus de savoirs.

Le sauvage sous les feux de la rampe

  • 37 Zingg, 1940 ; 1942.
  • 38 Le texte de Zingg est traduit en français dans Singh et Zingg, 1980, 158.

17C’est par l’intermédiaire de nouvelles « découvertes » d’enfants et surtout de photographies que les enfants sauvages refont surface dans l’entre-deux-guerres. Dans les années 1920, des journaux européens consacrent plusieurs reportages à la découverte de deux enfants-loups, Amala et Kamala, recueillis dans l’orphelinat de Midnapore (Bengale occidental) auprès du révérend Joseph Amrito Lal Singh. Alors que plusieurs enquêtes sont menées sur cette nouvelle découverte, l’anthropologue états-unien, spécialiste des sociétés mexicaines, Robert Zingg (1900-1957) se saisit du dossier pour intervenir dans le débat sur le partage entre la nature et la culture dans la compréhension de l’homme et des sociétés humaines. Les décennies de l’entre-deux-guerres voient en effet s’opposer les tenants d’un déterminisme naturel fondé sur l’interprétation des travaux menés dans le domaine de la génétique et de l’hérédité aux partisans de la culture et de l’éducation. En 1942, il publie une synthèse sur les enfants sauvages dans laquelle il conteste l’idée selon laquelle l’homme est « par nature » un animal social, mais le devient par l’éducation et la socialisation37. Zingg présente un dossier des 35 cas antérieurs répertoriés (dont un long rapport du juriste Anselm von Feurebach de 1832, consacré à Kaspar Hauser) pour les comparer aux deux enfants loups découverts en Inde : « Le terme d’homme sauvage s’applique aux cas d’extrême isolement, soit, comme dans le présent cas, de petits enfants abandonnés, adoptés et allaités par des animaux, soit des enfants plus âgés qui se sont égarés dans les forêts pour survivre au prix d’efforts personnels et sans l’aide de contacts humains38 ». Dans cette présentation, Victor fait encore figure d’événement fondateur :

L’enfant sauvage de l’Aveyron, qui fait son apparition en 1799, offre le meilleur témoignage ancien pour un cas de ce genre. […] Ceci montre que grâce aux meilleures méthodes d’éducation des sourds-muets et des enfants retardés (déjà perfectionnés en France grâce aux théories éducatives de Rousseau promues par la Révolution française alors à son apogée), cet enfant sauvage perdit son allure et ses manières bestiales pour devenir une personne sympathique, bien que retardée.

18Contrairement aux médecins français du xixe siècle, Zingg offre une vision plutôt optimiste de l’entreprise menée par Itard. Il n’en reste pas moins que, pour lui, l’essentiel est ailleurs. Au-delà des cas présentés, l’objectif de Zingg en 1942 est aussi de tracer les contours d’un savoir, la psychologie sociale qui se développe aux États-Unis au cours de la Seconde Guerre mondiale :

  • 39 Singh et Zingg, 1980, 159.

la Psychologie sociale étudie l’homme comme la « personnalité » dans un sens technique relevant de la personae, c’est-à-dire les masques et les rôles que « l’individu » est conditionné à endosser devant ses partenaires de jeu en société. La structuration à laquelle locomotion, expression sexuelle et habitudes alimentaires sont soumises, et dont langage et culture sont les produits, trouve son illustration dans les données sur les hommes sauvages qui révèlent clairement la réalité et l’importance de ces schèmes ou rôles de la personae que « l’individu » partage avec ses compagnons dès le moment de sa naissance39.

  • 40 Ibid., 189.
  • 41 Voir Le Texier, 2018.

19Alors que les enfants sauvages semblent écartés du corpus des anthropologues, ils doivent, selon lui, retrouver pleinement leur place au sein de ce domaine de savoir qui connaît à partir des années 1950 des développements importants40 qui font aujourd’hui encore l’objet d’étude et de polémiques41.

  • 42 Malson, 1974.
  • 43 Ibid., 100.
  • 44 Critique de l’ouvrage de Malson par Jean Domenach, Esprit, mai/juin 1964, p. 1213-1215.
  • 45 C’est à la rentrée universitaire de 1967 que trois universités françaises (Bordeaux, Caen et Paris (...)
  • 46 Malson collabore à partir de 1947 à Jazz Hot et est à l’origine de la création des Cahiers du jazz(...)
  • 47 Michel Foucault publie en 1954 son premier ouvrage, Maladie mentale et personnalité.
  • 48 Coffin, 2015.
  • 49 Baillaud-Citeau, 1971.
  • 50 Brauner, 1969.

20C’est également par le biais de la psychologie sociale que l’enfant sauvage refait sa réapparition en France au début des années 1960. La publication en 1964 par Lucien Malson (1926-2017) de son ouvrage, Les enfants sauvages, constitue une étape majeure dans la réapparition de l’enfant sauvage dans le paysage intellectuel français42. Professeur de psychologie sociale au Centre national de pédagogie de Beaumont-sur-Oise, c’est comme praticien et éducateur spécialisé que Malson s’intéresse à l’expérience pédagogique menée par Itard (novateur, selon lui, pour ses méthodes dans le soin des enfants sourds) dont il rappelle l’influence sur les médecins (Seguin, Delasiauve et Bourneville) et sur les éducateurs spécialisés des xixe et xxe siècles (Montessori). Dans son ouvrage, Malson publie les deux mémoires d’Itard, « textes illustres […] introuvables en France depuis 1894 ». L’introduction est le produit d’un important travail de documentation bibliographique, Malson synthétisant les principaux travaux publiés sur les enfants sauvages au cours de la première moitié du xxe siècle. S’il rappelle le caractère parfois douteux et « fantaisiste » des différents cas (signalant que de nombreux témoignages proviennent de récits et non d’observations savantes et que ces histoires restent toujours lacunaires, en particulier sur les origines familiales des enfants et les raisons de leur abandon), Malson, comme le souligne Yann Craus, considère que ces « histoires » s’ancrent dans le passé lointain, depuis l’enfant-loup de Hesse (1344) et se poursuivent jusqu’au xxe siècle (sa liste se termine avec l’enfant-singe découvert à Téhéran en 1961). Cette liste, qui se veut exhaustive, se présente comme un répertoire avéré des différents cas dont la diversité donne accès aux variétés de la sauvagerie (celui de l’enfant reclus, de l’enfant animalisé et de l’enfant solitaire). L’argument principal de l’auteur est alors d’affirmer qu’il n’existe pas de « nature humaine » mais que l’homme est tout entier une « histoire », offrant ainsi une lecture existentialiste de l’enfant sauvage (« La vérité que proclame en définitive tout ceci, c’est que l’homme en tant qu’homme, avant l’éducation, n’est qu’une simple éventualité, c’est-à-dire moins, même, qu’une espérance43 »). Dans le débat qui oppose les partisans du primat de la nature à ceux de celui de la culture, Malson affirme qu’il ne saurait y avoir d’hérédité psychologique. S’il existe bien une hérédité biologique et si l’homme se distingue clairement des animaux, l’auteur (qui affirme s’appuyer sur les derniers travaux menés par les généticiens – sur les différences entre jumeaux ou entre races aux Etats-Unis – et prendre en compte les nombreux travaux fondés sur les « tests d’intelligence ») entend insister sur le rôle du milieu dans la construction des individus et des populations. Ainsi, selon Malson, l’individu dépend entièrement des influences de son milieu pour se développer : l’acquis prévaut ainsi sur l’inné. Pour Jean Domenach dans Esprit, cet essai s’oppose autant aux intellectuels marxistes que catholiques44. Plus généralement, dès sa publication, l’ouvrage suscite débats et controverses dans le domaine pédagogique au moment où les sciences de l’éducation font leur entrée dans les universités45. Au début des années 1960, l’ouvrage de Jean Malson rend ainsi disponible un corpus de textes qui va rapidement être approprié par divers spécialistes. Ceux-ci mobiliseront la question de l’enfant sauvage dans le cadre de débats au sein de leurs disciplines respectives. De la nature humaine à l’histoire de la folie, l’enfant sauvage envahit le champ des sciences humaines tout en participant à en redessiner les contours. Dans sa contribution, Yann Craus met au jour des rapports plus complexes entre l’ouvrage de Malson et son intérêt pour l’histoire du jazz à laquelle il consacre une thèse d’État es lettres, soutenue à Paris en 1961. Preuve en est que l’histoire des usages de l’enfant sauvage ne saurait être dissociée de l’effervescence culturelle de la France des années 1960. Yann Craus, de manière très originale, montre ainsi que, critique et « passeur » central du jazz dans l’espace public, Malson, mêlant étroitement intérêt pédagogique, musical et historique, a tenté de construire une interprétation de l’histoire du mouvement musical (considérée comme nouveau langage) à partir de l’expérience pédagogique d’Itard et du développement de l’enfant, le jazz passant, en quelque sorte, de l’état sauvage à la civilisation à travers plusieurs séquences chronologiques46. La publication de l’ouvrage de Malson s’inscrit encore dans le contexte construit autour des débats suscités par l’histoire de la folie de Michel Foucault (1963)47, mouvement illustré, par exemple, par le nombre important de thèses de médecine consacrées à cette question au tournant des années 1960-1970. Depuis le début des années 1960, de nombreux débats portent sur les enjeux de la loi dite « des aliénés » de 1838 qui impose l’institution d’un établissement psychiatrique par département. Alors que des formes alternatives de traitements s’imposent progressivement face à « l’hospitalocentrisme », ces débats au sein du monde des psychiatres français mènent à la publication d’un Livre blanc de la psychiatrie en trois volumes (1965-1968)48. Pour une large part des psychiatres, il s’agit alors de défendre l’idée d’une psychiatrie considérée comme une science des maladies mentales qui ne saurait être confondue avec des maladies nerveuses et des maladies du cerveau strico sensu. Parmi ces thèses, celle d’Hélène Baillaud-Citeau propose de nouveaux documents sur Victor (en particulier une partie de la correspondance des administrateurs locaux)49. L’enfant, appréhendé à travers les mémoires d’Itard, devient alors l’objet de nouvelles recherches50.

  • 51 Barreau, 1968, 328.
  • 52 Vatin, 2011.
  • 53 Mannoni, 1969. Sur Mannoni, voir l’ouvrage récent de Boni et Mendelsohn, 2021.
  • 54 Voir Mannoni, 1970.
  • 55 Mannoni, 1973. Cette thèse est reprise encore récemment par Lajonquière, 2011 : « Itard incarne su (...)
  • 56 Lajonquière, 2014, 82.

21La publication en 1968 de l’ouvrage du philosophe Franck Tinland, avec une préface de Georges Gusdorf, marque ainsi un retour des enfants sauvages dans le corpus des anthropologues. L’ouvrage cherche en effet à démontrer l’apport de l’étude de ces cas dans la compréhension des fondements de la « nature » humaine, soulignant en particulier l’intérêt pour l’homo ferus, l’homme « ensauvagé », « retourné à la sauvagerie primordiale parce que déchu de l’humanité à la bestialité, comme naguère encore les enfants loups », auquel il consacre le chapitre II : la découverte et la description de Victor de l’Aveyron suivent celle de Jean de Liège, de Peter et de Marie-Angélique, chacun présentant un « cas limite » ou un « cas sublime » que doit étudier l’anthropologue afin de répondre aux questions essentielles sur sa nature « La naissance de l’anthropologie coïncide non seulement avec de nouvelles découvertes, mais avec de nouvelles inquiétudes sur l’origine de l’homme. Tel nous semble, sinon la thèse, du moins le thème qui court à travers l’ouvrage. […] ces enfants ont-ils été abandonnés parce qu’ils étaient anormaux, ou sont-ils anormaux parce qu’ils ont été abandonnés ? »51. Dans un contexte de remise en cause des frontières disciplinaires, d’autres se saisissent encore de l’enfant sauvage. En 1969, le professeur de lettres, psychanalyste et militant anti-colonial, Octave Mannoni (1899-1989)52, publie dans Les Temps modernes un article dénonçant l’entreprise pédagogique d’Itard dans laquelle il voit une volonté d’oppression53. Proposant une approche de psychanalyste, Mannoni considère qu’Itard ignore complètement la relation entre le langage et le désir de l’enfant, réduisant ainsi le langage à un simple moyen de communication. Pour la première fois, Mannoni propose de faire de la relation entre Itard et Victor un objet d’étude, ouvrant un nouveau champ d’investigation et un nouveau corpus. Dans le contexte des agitations estudiantines de 1968 et des débats sur l’école et les méthodes pédagogiques, la psychanalyste, épouse d’Octave rencontré par l’intermédiaire de Françoise Dolto, Maud Mannoni (1923-1998), engagée dans le mouvement antipsychiatrique54, s’empare à son tour du dossier « Victor » pour dénoncer, sous un angle différent de celui de son mari, la « fureur pédagogique » qui serait au fondement du « rêve » d’Itard55. Accordant une place trop grande à la parole aux dépens du sujet qui parle, c’est bien la volonté de ce dernier de vouloir entièrement maîtriser l’enfant qui l’a empêché de réussir son entreprise56.

  • 57 Il cosigne le scénario avec Jean Gruault (1924-2015).
  • 58 En 1969, Deligny collabore avec Maud Mannoni et Robert Lefort à la création d’une école spécialisé (...)
  • 59 Bernard, 1974.
  • 60 Voir Curtiss, 1977 ; voir aussi le témoignage de Rymer, 1994. La mère de Genie a intenté un procès (...)
  • 61 Hyman, 1988.
  • 62 Notons que l’histoire de Genie a inspiré également plusieurs réalisateurs de film : Nell (1994) de (...)
  • 63 Prost, 2013.
  • 64 Robert, 2008.

22Au-delà même des débats qui divisent une communauté scientifique en pleine transformation, l’histoire de l’enfant sauvage connaît en France un tournant majeur lié à la sortie du film, désormais culte, de François Truffaut en 1970. Cet épisode acquiert alors une place essentielle dans l’imaginaire collectif. C’est par le biais de l’ouvrage de Malson que Truffaut, qui, comme le rappelle Antoine de Baecque en achète dix exemplaires dès 1964, découvre les mémoires d’Itard qu’il adapte au cinéma57, focalisant l’attention sur l’expérience pédagogique et sur la relation privilégiée entre l’enfant et le jeune médecin dont il joue le propre rôle. Sans chercher à s’inscrire dans les débats qui traversent les sciences humaines de l’époque, Truffaut, qui entend faire de son nouveau film un outil dans le combat qu’il mène en faveur des enfants maltraités et martyrs, se rapproche alors d’un des spécialistes du traitement des enfants autistes, Fernand Deligny58. Après avoir exercé à la clinique de la Borde, ce dernier expérimente alors de nouvelles pratiques thérapeutiques et éducatives auprès des jeunes autistes dans les Cévennes, expériences sur lesquelles Truffaut pourra s’appuyer pour donner plus de réalisme à son film où, pour la première fois, il décide de passer devant la caméra. Bénéficiant d’un succès international immédiat, le film de Truffaut constitue un événement dans l’histoire des usages de l’enfant sauvage puisqu’il le fait entrer, jusqu’à aujourd’hui encore, dans l’imaginaire collectif, l’enfant prenant les traits de Jean-Pierre Cargol, enfant gitan, choisi pour incarner Victor. Avec près d’un million de spectateurs en France, le film est un véritable succès public. Dès lors, dans les années 1970, l’enfant sauvage s’impose comme la figure de « l’enfant déficient » et de l’infirme, sourd-muet59. Il n’est pas fortuit de constater que le cinéma s’empare de ces cas qui, dans leur grande diversité, suscitent, depuis l’origine, une réelle curiosité (De Baecque) : en 1962, Arthur Penn tourne The Miracle Worker consacré à la rencontre entre la petite Helen (sourde et muette) et la jeune institutrice Ann Sullivan à Tuscumbia dans l’État de l’Alabama. La découverte en Californie, en 1970, d’une jeune fille de 13 ans, Genie, maltraitée et enfermée pendant de nombreuses années dans un placard, ne fait que renforcer encore l’actualité de Victor60. L’équipe de scientifiques étasuniens, et particulièrement Victoria Fromkin61 à qui elle est confiée, cherche dans la relation nouée, près de deux siècles auparavant, entre Victor et Itard des ressources théoriques et pratiques permettant la socialisation de la jeune fille62. Guillaume Roux souligne le rôle qu’a eu cet épisode dans l’émergence d’une nouvelle problématique (en particulier autour de la notion de « seuil critique ») dans le domaine des sciences du langage et des neurosciences cognitives. Au moment où se développe un fort courant d’antipsychiatrie, symbolisé par le film de Milos Forman, Vol au-dessus d’un nid de coucou (1975), les méthodes pédagogiques d’Itard semblent susceptibles d’offrir des perspectives thérapeutiques alternatives qui rompent avec les formes classiques des traitements mobilisés pour soigner les aliénés ou les enfants inadaptés. Les années 1960-1970 sont marquées par de nombreuses propositions « expérimentales » en matière pédagogique, culminant dans la création d’un cursus de science de l’éducation (1966), suivi du colloque d’Amiens (mars 1968) et des mouvements de contestation (contre le « bourrage des crânes » des lycées-casernes)63. Au moment de la sortie du film de Truffaut, se multiplient les revendications en faveur de réformes, comme la « pédagogie de l’éveil », promouvant la mise en œuvre de nouveaux rapports entre le maître et l’élève, réformes qui s’opposent à l’idéologie du capital humain qui influence les plans d’éducation des années 195064. La figure du maître telle qu’elle apparaît dans le film de Truffaut tend à proposer un nouveau modèle. Les questions concernant les méthodes d’apprentissage de la langue sont au cœur des recherches menées dans le champ (renouveau de la didactique). Les innovateurs cherchant à affirmer la scientificité de recherche en pédagogique expérimentale se tournent vers Itard (souvent via Montessori).

L’enfant sauvage et la quête des origines des disciplines

  • 65 Lane, 1979, 15.
  • 66 Ibid., 282-283.
  • 67 Karacostas, 1981.
  • 68 Cantin, 2019.
  • 69 Lane poursuit encore son enquête en publiant en 1978 une nouvelle étude de cas portant sur un enfa (...)
  • 70 Voir Shattuck, 1980.

23C’est dans ce contexte qu’Harlan Lane, professeur de psychologie spécialisé dans l’étude des sourds et muets, publie en 1976 un ouvrage majeur sur le traitement thérapeutique d’Itard. Relatant avec minutie l’histoire de la découverte de l’enfant, les étapes et les modalités de l’enseignement d’Itard, Lane met au jour les éléments de cette expérience pédagogique qu’il considère comme « novateurs », valorisant particulièrement le rôle assigné à l’apprentissage du langage et des formes de communication pour réintégrer l’enfant à la société : « Le sujet du présent livre est le résultat de ces recherches : c’est l’histoire bouleversante d’un adulte et d’un enfant qui sont en quête de connaissance, s’aident mutuellement : elle montre comment cette quête affecta profondément leur vie et par la suite également la nôtre65 ». Lane vise surtout à promouvoir les théories et les pratiques pédagogiques développées au début du xxe par Maria Montessori dont les méthodes seraient, selon lui, « des améliorations de celles utilisées avec Victor. […] Un siècle séparait Itard de Montessori, séparait la classe de Victor, aménagée chez son maître, des Maisons d’Enfants répandues dans le monde entier66 ». Après la publication de l’ouvrage de Lane (qui fut, avec Alexis Karacostas67, un des derniers chercheurs à pouvoir consulter de manière exhaustive les fonds d’archives conservés à l’Institut national des sourds et muets de Paris68), l’étude de l’apprentissage d’Itard s’impose comme un passage obligé pour les historiens ou les théoriciens de la pédopsychiatrie, particulièrement aux États-Unis où les débats sont particulièrement denses69. En 1980, l’essayiste Roger Shattuck (1923-2005) rajoute encore une pièce au dossier en présentant l’histoire de Victor comme une « expérience interdite » destinée à aider les éducateurs spécialisés, les parents d’enfants attardés, handicapés ou traumatisés70. La traduction de l’ouvrage de Lane en français en 1979, mettant à disposition de nombreux documents et archives, provoque immédiatement l’intérêt et participe à la réactualisation, en France, de la figure de l’enfant sauvage.

  • 71 L’ouvrage est issu d’un travail universitaire soutenu en 1977. Voir Gineste, 1977.
  • 72 Gineste et Postel, 1980, 306.
  • 73 Gineste, 1993.
  • 74 Voir, en particulier, Jorion, 1982.
  • 75 Copans et Jamin, 1981.
  • 76 Postel, 1981. Dans cet ouvrage est publié le rapport présenté par Philippe Pinel sur l’enfant deva (...)
  • 77 Gauchet et Swain, 1980 ; Swain, 1994 ; 1997.
  • 78 Gineste, 1993, 335-379.
  • 79 Ibid., 92-93.
  • 80 Ibid.,105.
  • 81 Cette interprétation donnée par Gineste fait l’objet de critiques. Voir Jorion, 1982.

24L’ouvrage de Thierry Gineste, alors au début de sa carrière de médecin spécialisé en psychiatrie, publié en 198171 aux éditions Le Sycomore constitue une étape majeure dans le processus d’intégration de l’enfant sauvage au sein de l’histoire des sciences humaines. Réédité en 1993 puis en 2004 et en 2011, il demeure aujourd’hui une référence incontournable. En collaboration avec l’historien de la psychiatrie Jacques Postel, qui s’intéresse de son côté à Philippe Pinel, Gineste met en lumière la singularité de l’approche thérapeutique d’Itard, ce dernier apparaissant comme la figure fondatrice d’un nouveau programme psychopédagogique. S’interrogeant encore sur les causes de son « échec » face à Victor, ils affirment qu’en « opposition à la marche de plus en plus organiciste de la psychiatrie du xixe siècle, l’œuvre d’Itard et de ses disciples s’avère fondamentale en psychiatrie infantile72 ». La démarche pédagogique entreprise par Itard leur apparaît d’autant plus fondatrice que n’étant pas, contrairement à Pinel, un aliéniste, il a tenté de soigner l’enfant de manière novatrice, conscient des limites de l’entreprise pédagogique qu’il tentait de mettre en œuvre. Issu d’une recherche minutieuse dans différents fonds d’archives (en particulier celui de l’Institut national des sourds et muets de la rue Saint-Jacques à Paris), l’ouvrage donne accès à de nombreux documents inédits qui permettent de confirmer la richesse scientifique des débats dont cette affaire fut l’objet entre les années 1800 et 1820. Pour Gineste, l’histoire de Victor marque une véritable rupture dans l’histoire des sciences, révélant le passage entre le xviiie siècle des Lumières, qui croit encore au « bon » sauvage, et le xixe siècle73, une interprétation qui suscite immédiatement des critiques et des débats74. Comme Lane, Gineste, qui cherche à mettre au jour la complexité de l’entreprise pédagogique menée par Itard, établit un lien entre ce dernier et Montessori. Ces chercheurs et praticiens vont désormais se tourner principalement vers la question de la « maladie » de Victor : ils ouvrent ainsi un espace de débats autour des diagnostics différents portés sur l’enfant au début du xixe siècle afin d’en tirer des leçons pour améliorer les soins et les traitements destinés aux malades de la fin du xxe siècle. Le passé est mobilisé pour offrir des matériaux aux médecins, au détriment, encore une fois, de l’interprétation historique et politique du phénomène. Au moment où les membres de la Société des observateurs de l’homme sont érigés en « ancêtres de l’anthropologie française » par ceux qui entendent asseoir leur légitimité disciplinaire en se forgeant des origines, Jean Copans et Jean Jamin75, et que Jacques Postel consacre Philippe Pinel en père fondateur de la psychiatrie76, le jeune médecin Itard devient la figure fondatrice de la pédopsychatrie française. Gineste décentre le regard vers Itard dont il conjecture la personnalité : seul survivant d’une fratrie de cinq enfants, Itard aurait trouvé dans le traitement de l’enfant un moyen de s’adresser à une mère « inconsolable » ou « inqualifiable ». Dans le contexte d’une relecture critique de l’histoire de la folie de Michel Foucault77, Gineste propose ainsi de revisiter l’entreprise pédagogique menée par Itard à la lumière de son texte resté à l’état de manuscrit, Vésanies, dans lequel il propose une théorie sur la folie, texte qui constitue pour Gineste la « pierre philosophale de la psychiatrie française78 ». L’échec de son entreprise n’en efface pas moins, aux yeux de Gineste, un réel défi lancé par Itard aux savants consacrés et partisans de la philosophie sensualiste. Peint sous les traits d’une sorte de héros romantique, Itard, opposé à Pinel, aurait ainsi choisi Rousseau et Bernardin de Saint-Pierre contre Locke et Condillac79. Itard serait le symbole d’une « nouvelle compréhension de l’édification intersubjective de la personne80 » contre Pinel et Esquirol qui seraient les représentants de la « police institutionnelle »81. Il est intéressant de remarquer combien le texte de Gineste s’inscrit dans les débats politiques de l’époque sur le « totalitarisme » (François Furet publie en 1978 son Penser la Révolution française), Itard ayant proposé, selon lui, une forme de réponse à la « Terreur » :

  • 82 Gineste, 1993, 103.

Ainsi, l’innovation vraiment révolutionnaire est-elle d’intégrer les attributs de la monstruosité psychologique et de la folie à la représentation de la normalité : l’explosion pulsionnelle des hommes de la Terreur est pour Itard l’occasion de cette nouvelle compréhension de l’homme. Contrairement à toute l’historiographie, la Révolution n’a pas fait la révolution dans la compréhension de la maladie mentale. […] Mais il aura fallu la Terreur pour comprendre et accepter la sauvagerie82.

  • 83 Sur les nombreux débats et appropriations dont fut l’objet le traitement d’Itard dans l’espace des (...)
  • 84 Dans la continuité du Bicentenaire de la Révolution française, une exposition est organisée à Rode (...)
  • 85 Métraux, 1985.
  • 86 Frith, 1991.
  • 87 Hochmann, 2012.
  • 88 Dortier, 2010.
  • 89 Itard, 1994, ix-x.

25Au fil de ces publications et des débats qu’elle soulève, l’histoire de Victor se charge ainsi de nouvelles lectures et interprétations qui forment autant de strates textuelles qui peuvent donner le vertige tant cette affaire semble avoir suscité un grand nombre d’études savantes83 qui ne cessent d’alimenter des productions fictionnelles ou commémoratives84. Dès lors, s’engagent des discussions, parfois vives, quant à l’originalité réelle, la validité et l’efficacité du traitement mis en œuvre par Itard85, mais aussi quant à la nature de la maladie de Victor. Pour la chercheuse en psychologie cognitive Uta Frith86, l’expérience menée par Itard doit être considérée comme une des premières tentatives pour soigner l’autisme87, une hypothèse rejetée par Lane. La publication en 1989 de L’énigme de l’autisme par Frith lance ainsi un débat autour de l’hypothèse autiste à propos de Victor88. Au début des années 1990, François Dagognet repose la question des méthodes oralistes privilégiées par Itard et souligne qu’une pédagogie fondée sur le langage gestuel aurait été sans doute plus efficace. Comme le confie ce dernier, cette expérience pédagogique et thérapeutique du début du xixe siècle pose tellement de questions qu’elle finit par disparaître, éclipsées par les nombreuses interprétations dont elle est l’objet : « Notre idée est que ce “document hors pair” [le mémoire d’Itard], susceptible de nous éclairer sur l’homme et la société est tellement riche que nous n’en retirerons rien ; ou, plus exactement, il autorise une multitude d’interprétations entre lesquelles nous ne pouvons choisir89 ».

Pour des lectures politiques des enfants sauvages

  • 90 Ramus, 2018.
  • 91 Voir, par exemple, ces usages dans le discours militant dans « Vive les sauvages ! Une lettre des (...)
  • 92 Bouveresse, 2017.
  • 93 Douthwaite, 2002, 56-69.
  • 94 Spécialiste d’histoire littéraire, Douthwaite accorde trop souvent aux fictions une portée perform (...)
  • 95 Nash, 2003, 159-161.
  • 96 Chappey, 2016.
  • 97 Alexandre, 2019.
  • 98 Mazurel, 2020, 23.
  • 99 Ibid., 256.
  • 100 Benzaquén, 2006.
  • 101 Descola, 2005.

26À l’heure des sciences cognitives, que peut encore apporter l’étude des enfants sauvages ? Franck Ramus (CNRS), figure centrale des recherches menées actuellement en sciences cognitives, souligne que, si leur étude permet de vérifier le rôle joué de manière concomitante autant par la nature (facteurs génétiques) que par la culture (rôle de l’environnement), leur place semble être moins centrale dans l’histoire des sciences humaines à partir du début des années 200090. La figure de l’enfant sauvage ne disparaît pourtant pas, tant s’en faut. Elle est en effet mobilisée pour interroger, sinon critiquer, la « modernité », l’enfant sauvage servant, aux côtés des sorcières91, de contre-modèle au « mythe moderne du progrès92 ». Au-delà du discours militant qui s’appuie sur, et renforce la puissance symbolique de cet objet, le destin de l’enfant sauvage et la tentative avortée d’Itard permettent d’interroger l’émergence de régimes d’intelligibilité et la confrontation d’idéologies. Pour Julia Douthwaite, l’expérience et le défi d’Itard peuvent être lues comme l’expression de l’utopie des Lumières et de l’idéal régénérateur mis en œuvre pendant la Révolution française, un idéal pouvant conduire, derrière la volonté de « transformer » l’homme, à la fabrication de monstres tel que Frankenstein93. Spécialiste états-unienne d’histoire littéraire de la France du xviiie siècle (Université de Notre-Dame), Julia Douthwaite considère que les efforts pour « civiliser » l’enfant révèlent autant le nouveau « pouvoir » accordé aux médecins (qui ravalent au second plan les naturalistes) que les nouvelles modalités à partir desquels la société française de la fin du xviiie siècle se définit : elle inscrit ainsi l’épisode de l’enfant sauvage dans l’optimisme aussi scientifique que politique qui peut justifier le fait de croire à la possibilité qu’aurait la science de « transformer » l’homme. L’originalité d’Itard est justement d’avoir refusé les méthodes de dressage « physique ». C’est, à travers Victor, la question de l’utopie fondée sur l’idéal de régénération issu des Lumières et mis en œuvre par les révolutionnaires français qui est ici discutée94. Rouvrant également le dossier, Richard Nash, professeur d’histoire intellectuelle du xviiie siècle à l’Université d’Indiana, montre de son côté la rupture qu’illustrerait Victor dans l’histoire des enfants sauvages : comparé à Peter (1712-1785) sur lequel pèsent les contraintes de la société de Cour et de la culture mondaine (ce qui explique que Peter reste un objet de « curiosité »), les modalités scientifiques, administratives, voire bureaucratiques, mobilisées dans le « traitement » de Victor, marqueraient l’entrée dans une époque moderne symbolisée par de nouveaux modes d’action de l’État95. L’entreprise menée par Itard et son échec constituerait pour l’auteur les signes d’un « optimisme » romantique face à l’affirmation de nouvelles formes de domination sociale et politique légitimées par des savoirs d’État qui se formalisent au début du xixe siècle autour de nouveaux objets (anatomie comparée, craniologie, statistiques mathématiques…). Après ma thèse sur la Société des observateurs de l’homme (2002), j’ai cherché à mon tour à montrer comment l’échec d’Itard pouvait être resitué dans le contexte de transformation brutale des idéaux politiques et scientifiques caractérisant le passage du projet républicain, héritier des Lumières, porté par la République de Directoire, au projet impérial s’appuyant sur un processus de naturalisation des identités sexuelles, sociales et raciales : sous l’Empire, le projet de faire d’un sauvage un citoyen n’est plus d’actualité96. Dans cette perspective, il s’agissait de proposer une lecture politique de ce dossier et de faire du « pari » d’Itard une forme de réponse aux offensives menées par les thèses pseudoscientifiques visant à revaloriser les déterminismes naturels et les hiérarchies entre individus97. Face aux menaces d’une « guerre des intelligences » (L. Alexandre), Victor constituerait un autre possible. D’autres perspectives politiques sont encore possibles. C’est une des perspectives de l’étude récente de Kaspar Hauser proposée par Hervé Mazurel. En l’inscrivant dans une enquête plus large (une « longue histoire de la casuistique psychologique »), il s’agit pour l’auteur de se saisir de ce « cas » pour « faire affleurer, dans les réactions qu’il suscite et dont les sources témoignent, les catégories de l’entendement, le sens commun d’une époque, dans tout ce que ce dernier a justement de contingent et d’arbitraire, bref, d’historique98 ». S’appuyant sur la relecture des récits donnés par Kaspar lui-même et par ceux qui l’ont côtoyé et ont été les témoins privilégiés des différentes étapes de sa (re)socialisation, l’auteur cherche à analyser ce que Kaspar révèle, en creux, de la société qui cherche à le civiliser. Sans doute, cette « entrée » dans la civilisation constitue-t-elle pour cet enfant séquestré, laissé à lui-même, au milieu de quelques jouets, pendant plusieurs années, un véritable traumatisme. « Homme sans habitus99 », l’étude des réactions qu’il suscite et des questions qu’il pose en dit autant sur lui que sur les dispositifs de normalisation et de domination qui traversent la société allemande de la première moitié du xixe siècle. Si les autorités, les éducateurs et les philanthropes cherchent à le domestiquer, il n’en reste pas moins toujours une figure insaisissable et surprenante qui, à travers les dissonances de son corps, les formes singulières de ses perceptions (il utilise, par exemple, l’odorat et le toucher, sens considérés alors comme moins nobles que la vue) ou les expressions de ses émotions (voire le « tumulte émotionnel » dont il est le sujet), donne à voir la normalité, toujours vacillante, de ceux qui l’observent. S’interrogeant, selon une perspective différente, sur la persistance de la présence des enfants sauvages dans l’imaginaire collectif des sociétés occidentales depuis le Moyen Âge (autant à travers des œuvres de fiction – mythes, légendes – que des travaux scientifiques menés dans différentes disciplines), Adriana S. Benzaquén montre, pour sa part, que ces histoires d’enfants sauvages ont progressivement construit les contours à partir desquels se sont construits les rapports au monde, les relations avec les mondes naturels et imaginaires100. En un mot, les enfants sauvages devraient être considérés, selon les propositions de Philippe Descola, comme des supports par le biais desquels se serait construite une nouvelle cosmologie naturaliste101.

  • 102 Strivay, 2006.
  • 103 Strivay, 2004, 42.
  • 104 Haraway, 2018.

27Dans cette perspective, les travaux de Lucienne Strivay sur les enfants sauvages constituent indéniablement une proposition stimulante, particulièrement dans ce contexte de pandémie et de crise de la cosmologie naturaliste construite au xviie siècle. Ces travaux interrogent les raisons de l’intérêt suscité par les enfants sauvages qui, selon elle, permettent à chaque fois de poser la question des contours de l’humanité et des facteurs qui distinguent l’homme des espèces animales102. Loin de rechercher les « origines » de l’homme, il s’agit plutôt de remettre la question de l’enfant sauvage au cœur de l’anthropologie afin de repenser l’homme et les sociétés humaines à partir de l’étude des frontières, des partages, des relations avec les autres phénomènes naturels et non-humains. Pour Strivay, l’émergence d’enfants sauvages révèle des transformations profondes qui émergent dans la culture et la science européenne du xviie siècle. Ces transformations font émerger de nouvelles relations avec la nature et les non humains via les discours naturalistes et anthropologiques à partir desquels se formalise une nouvelle cosmologie naturaliste valorisant une seconde Nature : « Sur les débris pulvérisés des univers mythologiques […] vont naître de nouvelles histoires de l’origine des sociétés dont les enfants sauvages réaliseront le protocole expérimental103 ». Les histoires de ces enfants et les modalités des traitements successifs dont ils furent les objets permettent ainsi d’interroger les manières par lesquelles les différentes sociétés (occidentales) ont construit leurs relations avec les « autres », en particulier avec les animaux et tout ce qui peut constituer leur environnement ou milieu. S’appuyant sur les travaux de Donna Haraway104, Strivay propose de faire de la figure de l’enfant sauvage un objet qui permet de penser les connexions entre les éléments disjoints (nature/culture ; inné/acquis ; humains/non-humains ; normes/pathologies), l’hypothèse sous-jacente à cette thèse étant que les enfants sauvages sont indissociablement liés à la mise en place de la cosmologie naturaliste qu’ils viennent toujours réactualiser. Selon Strivay, l’enfant sauvage ne présentant pas les signes de « l’intériorité » constituant l’humanité (le langage, la sociabilité…), constituerait un élément de transgression de la frontière entre humains et non-humains. Par-là, il constituerait une « inquiétante étrangeté » toujours nécessaire à questionner pour garantir la dignité de l’homme. L’anthropologie est ainsi définie comme l’étude des relations entre les différents éléments (humains/non-humains) qui composent les sociétés. On passe ainsi de la quête de l’exception humaine à la quête des relations de l’homme avec le reste des espèces naturelles.

  • 105 Strivay, 2006, 20-21.

C’est la distinction de la conscience, de la subjectivité et du langage, expression d’une intériorité humaine spécifique face à une continuité des propriétés matérielles du vivant, qui donne à l’enfant sauvage valeur de transgression ou de révélation dans la pensée naturaliste. Cette spiritualité unique dont il serait le porteur vierge, ou qu’il ne semble pas partager faute de pouvoir la manifester, le constitue en caution ou en faille du système. Aussi sont-ce les périodes de mutation de la conscience européenne, celle de la recherche des nouvelles anthropologies qui convoquent l’enfant sauvage avec une avidité significative. Il émeut encore spécialement aujourd’hui où notre cosmologie donne des signes explicites d’effritement. Il questionne notre relation au vivant et notre pratique du monde au moment où l’anthropisation de la planète se retourne contre ceux qui l’ont engagée chacun pour soi. Il rend à l’imaginaire le substrat biologique de l’humanité quand la génétique semble presque en mesure de le manipuler à la carte. Il interroge le statut éthique et politique de l’animal lorsqu’il intègre sa communauté105.

  • 106 Ibid., 30.

28Selon elle, l’enfant sauvage apparaît ainsi comme un « lieu nodal de la pensée anthropologique », obligeant à dépasser les modes de pensée traditionnels et à s’interroger sur des nouveaux objets. Questionnant, les frontières et les partages entre nature/culture construite par la cosmologie naturaliste, il apparaît comme d’autant plus actuel que cette cosmologie connaît une véritable crise aujourd’hui. À travers l’histoire de ces enfants, il serait donc possible d’analyser « la topographie occidentale du passage de la nature à la culture, ses failles et ses nœuds106 ». Dans ce contexte particulier de pandémie, on pourrait, en suivant Strivay, proposer de placer Victor, et les enfants sauvages, au rang des « sentinelles » révélant les dysfonctionnements des rapports entre les humains et les non-humains (animaux), justifiant ainsi son actualité.

29Du xixe au xxie siècle, les usages successifs de l’enfant sauvage dans l’histoire des sciences humaines semblent ainsi correspondre soit à des moments de crise interne de savoirs dont les représentants cherchent à redéfinir les origines, les contours, les objets ou les méthodes, soit à des controverses (sur le conflit nature/culture, inné/acquis…), qu’il contribue à faire émerger, au sein desquelles la figure de l’enfant sauvage est mobilisée pour justifier la défense d’une des parties en conflit. Dans tous les cas, le poids symbolique de cette figure dans les imaginaires collectifs (particulièrement en France où le film de Truffaut a donné à l’histoire de Victor de l’Aveyron une portée universelle) confère à ces usages une portée qui dépasse largement l’histoire de ce cas individuel. Par leurs existences paroxystiques, l’histoire de ces enfants questionne, non seulement les catégories de temps et d’espace et les pratiques de civilité ou les « bonnes manières », mais aussi donne à voir les formes de domination, les frontières entre humains et non-humains ou les distinctions de genre comme des constructions sociales. De ce fait, l’histoire des usages de l’enfant ne permet pas seulement de dévoiler l’histoire des sciences humaines, mais plus encore de mettre au jour les questions essentielles, et toujours actuelles, sur la spécificité ou non de l’homme et sur les fondements d’une civilisation que ces enfants dits sauvages ne cessent de mettre en cause. De la Révolution française à la crise écologique du début du xxie siècle, le retour des enfants sauvages s’inscrit, comme le montrent les différentes contributions réunies dans ce volume, à la croisée d’enjeux scientifiques et politiques. Ils révèlent ainsi des moments de crise ou de transition. Gageons, à ce titre, que les enfants sauvages sont loin de disparaître.

Haut de page

Bibliographie

Alexandre, L., 2019, La guerre des intelligences. Comment l’intelligence artificielle va révolutionner l’éducation, Paris, Le Livre de Poche,/JC Lattès.

Arrieta, L., 2007, « De certaines variétés de l’idiotie. Aux origines des pathologies psychiques de l’enfance », Cliniques méditerranéennes, 2/76, p. 217-234.

Baillaud-Citeau, H., 1971, « Nouvelle contribution à l’étude du cas “Victor” dit le “Sauvage de l’Aveyron”. Nouveaux documents historiques », thèse en médecine, Toulouse, Université Paul-Sabatier, n° 210.

Barreau, H., 1968, « Franck Tinland, L’homme sauvage. (…) », Revue philosophique de Louvain, 90, p. 327-331.

Bénichou, C. et Blanckaert, C. (dir.), 1988, Julien-Joseph Virey, naturaliste et anthropologue, Paris, Vrin.

Benzaquen, A. S., 2006, Encounters with Wild Children: Temptation and Disappointment in the Study of Human Nature, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Bernard, R., 1974, « Autour du sauvage de l’Aveyron », Revue générale de l’enseignement des déficients auditifs, 66e année, 2, p. 82-89.

Blanckaert, C. et al. (dir.), 1999, L’histoire des sciences de l’homme. Trajectoire, enjeux et questions vives, Paris, L’Harmattan.

Boni, L. et Mendelsohn, S., 2021, La vie psychique du racisme, Paris, La Découverte.

Bourneville, D.-M., 1894, « Préface », Rapports et mémoires sur le sauvage de l’Aveyron. L’idiotie et la surdi-mutité avec une appréciation de ces rapports par Delasiauve, médecin de la section des enfants nerveux et arriérés de Bicêtre (avec portrait du sauvage), Paris, Progrès médical/Alcan.

Bousquet, J.-B.-É., 1839, « Éloge d’Itard faite le 1er décembre 1839 », Mémoires de l’Académie de médecine, t. 8, p. 1-18.

Bouveresse, J., 2017, Le mythe moderne du progrès, Marseille, Agone.

Brauner, A. et F., 1969, « Le “Sauvage” psychotique de l’Aveyron », La Tribune de l’enfance, 61, p. 41-50.

Cantin, Y., 2019, « Les archives de la communauté sourde de Paris, quelles possibilités d’un regard élargi ? », Cahiers d’histoire, 37/1, p. 197-215.

Chappey, J.-L., 2002, Des anthropologues sous Bonaparte. La Société des observateurs de l’homme (1799-1804), Paris, Société des études robespierristes.

Chappey, J.-L., 2016, Sauvagerie et civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard.

Coffin, J.-C., 2004, « La psychiatrie des années trente peut-elle dévoiler l’enfant ? », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 6, p. 21-44.

Coffin, J.-C., 2015, « Les deux 68 de la psychiatrie française », Revue d’histoire des sciences humaines, 26, p. 115-134.

Copans, J. et Jamin, J., 1981, Aux origines de l’anthropologie française, Paris, Le Sycomore [rééd. 1994].

Curtiss, S., 1977, Genie. A Psycholinguistic Study of a Modern-Day “Wild Child”, New York, Academic Press.

Delasiauve, L., 1865, « Le sauvage de l’Aveyron », Journal de médecine mentale, Paris, Masson, p. 197-211.

Descola, P., 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Dortier, J.-F., 2010, « Les autistes : nouveaux enfants sauvages ? », Sciences humaines, 212, p. 18.

Douthwaite, J.V., 2002, The Wild Girl natural Man and the Monster. Dangerous Experiments in the Age of Enlightenment, Chicago, University of Chicago Press.

Esquirol, J.-É., 1818, « Idiotie », Dictionnaire des sciences médicales, Paris, Panckoucke, t. 23, p. 507-520.

Frith, U., 1991, L’énigme de l’autisme [1989], Paris, Odile Jacob.

Gall, F.J. et Spurzheim, G., 1810, Anatomie et physiologie du système nerveux, Paris, F. Schoell.

Gardou, C., 2006, « Alfred Binet : explorer l’éducabilité », Reliance, 2/20, p. 111-119.

Gauchet, M. et Swain, G., 1980, La pratique de l’esprit humain. L’institution asilaire et la Révolution démocratique, Paris, Gallimard.

Gineste, T. et Postel, J., 1980, « Itard et l’enfant connu sous le nom de “sauvage de l’Aveyron” », Psychiatrie de l’enfant, 23/1, p. 251-307.

Gineste, T., 1977, « Une histoire de la psychiatrie de l’enfant. Janvier 1800-novembre 1800 : découverte d’une “créature très intéressante”, l’enfant connu sous le nom de sauvage de l’Aveyron », mémoire pour le CES de psychiatrie, Université Paris XI.

Gineste, T., 1993 [1981], Victor de l’Aveyron. Dernier enfant sauvage et premier enfant fou, Paris, Hachette Pluriel [rééd. 2011].

Granger, C., 2020, Joseph Kabris ou les possibilités d’une vie 1780-1822, Paris, Anamosa.

Haraway, D., 2018 [2003], Manifeste des espèces compagnes. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, Climats.

Hervé, G., 1911, « Le Sauvage de l’Aveyron devant les observateurs de l’homme (avec le rapport retrouvé de Philippe Pinel) », Revue anthropologique, 21e année, p. 441-454.

Hochmann, J., 2012, Histoire de l’autisme, Paris, Éditions Sciences humaines.

Hyman, L.H. et Li, C.N. (éd.), 1988, Language, speech and Mind Studies in Honour of Victoria A. Fromkin, Londres, Routledge.

Itard, J., 1994, Victor de l’Aveyron, précédé par Le Docteur Itard entre l’énigme et l’échec par François Dagognet, Paris, Allia.

Jeanne, Y., 2007, « Jean-Marc Gaspard Itard, l’aube de la modernité », Reliance, 3/25, p. 129-134.

Jorion, P., 1982, « Fou, sauvage, ou les deux à la fois », L’Homme, 22/2, p. 87-92.

Karacostas, A., 1981, L’institution des sourds et muets de Paris de 1790 à 1800, thèse de médecine, Paris, Faculté de médecine, Cochin-Port-Royal, Université Paris V.

Lajonquière, L. de, 2011, « La condition naturelle d’orphelin et son spectre pédagogique : le mythique enfant sauvage », Le Télémaque, 2/40, p. 75-90.

Lajonquière, L. de, 2014, « De Victor de l’Aveyron à Helen Keller : du bon usage de la parole dans l’éducation des enfants », Revue Cliopsy, 11, p. 55-67.

Lane, H., 1979 [1976], L’enfant sauvage de l’Aveyron, Paris, Payot.

Lane, H. et Pillard, R., 1980 [1978], L’enfant sauvage du Burundi. Histoire d’un enfant perdu, Paris, InterÉditions.

Le Tellier, L., 2018, « La critique parisienne et la légitimation du free-jazz. Vers une politisation du commentaire esthétique (1959-1965) », Marges. Revue d’art contemporain, 26, en ligne : http://journals.openedition.org/marges/1366.

Le Texier, T., 2018, Histoire d’un mensonge. Enquête sur l’expérience de Stanford, Paris, La Découverte (Zones).

Luc, J.-L., 1999, L’invention du jeune enfant au xixe siècle. De la salle d’asile à l’école maternelle, Paris, Belin.

Malson, L. 1974, [1964], Les enfants sauvages, Paris, 10/18.

Mannoni, M., 1970, Le psychiatre, son « fou » et la psychanalyse, Paris, Seuil.

Mannoni, M., 1973, Éducation impossible, Paris, Seuil.

Mannoni, O., 1969, « Itard et son sauvage », Les Temps modernes, 233, p. 647-663.

Markovits, F., 1990, « L’enfant, le muet, le sauvage », dans Lévy, M.-F. (dir.), L’enfant, la famille et la Révolution française, Paris, Olivier Orban, p. 53-68.

Mazurel, H., 2020, Kaspar l’obscur ou l’enfant de la nuit, Paris, La Découverte.

Métraux, A., 1985, « Victor de l’Aveyron and the Relativist-Essentialist Controversy », dans Eckardt, G. (éd.), Contributions to a History of Developmental Psychology, Amsterdam, Mouton, p. 101-115.

Milaret, G., 2016, « Les origines et l’évolution des sciences de l’éducation dans les pays francophones », Les sciences de l’éducation, 3/49, p. 53-69.

Nash, R., 2003, Wild Enlightenment. The Borders of Human Identity in the Eigheenth Century, University of Virginia Press.

Pelicier, Y. et Thuilier, G., 1979, « Pour une histoire de l’éducation des enfants idiots en France (1830-1914) », Revue historique, 261, p. 99-130.

Pélicier, Y. et Thuillier, G., 1980, Édouard Seguin (1812-1880). L’instituteur des idiots, Paris, Economica.

Picavet, F., 1891, Les Idéologues. Essai sur l’histoire des idées et des théories scientifiques, philosophiques, religieuses en France depuis 1789, Paris, Alcan.

Postel, J., 1981, Genèse de la psychiatrie, Paris, Le Sycomore.

Prost, A., 2013, Du changement dans l’école. Les réformes de l’éducation de 1936 à nos jours, Paris, Seuil (L’univers historique).

Ramus, F., 2018, « Les enfants sauvages », dans Collins, T., Andler, D. et Tallon-Baudry, C. (dir.), La cognition. Du neurone à la société, Paris, Gallimard, p. 198-201.

Reynaud, V., 2018, « L’usage chomskyen de l’innéisme cartésien », Methodos. Savoirs et textes, 18, en ligne : https://doi.org/10.4000/methodos.5021.

Robert, A. D., 2008, « Autour de mai 1968, la pédagogie en question. Le colloque d’Amiens », Sciences de l’éducation – Pour l’ère nouvelle, 41, p. 27-45.

Rymer, R., Genie. A Scientific Tragedy, New York, Harper Perennial, 1994.

Saint-Yves, I., 1914, « Aperçu historique concernant l’éducation médico-pédagogique », Université de Lyon, n° 103, https://www.biusante.parisdescartes.fr/histoire/medica/resultats/index.php?do=chapitre&cote=TLYO1914x103.

Seguin, É., 1838, Des maladies mentales, Paris, J.-B. Baillière.

Seguin, É., 1846, Traitement moral, hygiène et éducation des idiots et des autres enfants arriérés ou retardés dans leur développement, Paris, J.-B. Baillière.

Shattuck, R., 1980, The Forbidden Experiment: The Story of the Wild Boy of Aveyron, New York, Kodansha International.

Singh, J.A.L. et Zingg, R.M., 1980, L’homme en friche de l’enfant-loup à Kaspar Hauser, Paris, Éditions Complexe.

Strivay, L., 2004, « Les ensauvagés. Enfants-loups, enfant-mouton, enfants-ours, enfants seuls… », Communications, 76, p. 41-57.

Strivay, L., 2006, Enfants sauvages Approches anthropologiques, Paris, Gallimard (Bibliothèque des sciences humaines).

Sulivay, B., 2004, « Bouvard et Pécuchet : de l’enfant sauvage au dégénéré », Revue Flaubert, 4, en ligne : https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue4/09suvilay.php?imp=1.

Swain, G., 1994, Dialogue avec l’insensé, Paris, Gallimard.

Swain, G., 1997, Le sujet de la folie. Naissance de la psychiatrie, Paris, Calmann-Lévy.

Vatin, F., 2011, « Octave Mannoni (1899-1989) et sa Psychologie de la colonisation. Contextualisation et décontextualisation », Revue du Mauss, 1/37, p. 137-178.

Zingg, R., 1940, « Feral Man and Extreme cases of isolation », American Journal of Psychology, LIII/4, p. 487-517.

Zingg, R., 1942, Wolf-Children and Feral Man, New York, Harper.

Haut de page

Notes

1 Signalons Granger, 2020 et Mazurel, 2020.

2 Par exemple : Juvenis Lupinus hessensis, l’enfant-loup de Hesse ; Juvenis Ursinus lithuanus, l’enfant-ours de Lituanie. Victor de l’Aveyron est un des premiers à apparaître sous la notion d’enfant sauvage. Il semble que la notion d’enfants sauvages soit utilisée de manière générique pour la première fois au xxe siècle (selon le catalogue de la BNF).

3 Strivay, 2004, 46.

4 Reynaud, 2018.

5 Voir le colloque « Les enfants sauvages » organisé par Déborah Lévy-Bertherat et Mathilde Lévêque du département Lila, ENS, décembre 2015. https://savoirs.ens.fr/recherche.php?rechercheTerme=Enfants+sauvages.+Repr%C3%A9sentations+et+savoirs.

6 Gineste, 1993, 224.

7 Ibid., 241.

8 Ibid., 244.

9 Ibid., 247-248.

10 Bénichou et Blanckaert, 1988.

11 Gineste, 1993, 246.

12 Ibid., 325-329.

13 Gall et Spurzheim, 1810, vol. 1, 35.

14 Sur ce contexte : Luc, 1999 ; Markovits, 1990.

15 Rappelons, par exemple, que les membres de la Société des observateurs proposent comme question de concours en 1801 : « Déterminer par l’observation journalière d’un ou de plusieurs enfants au berceau, l’ordre dans lequel les facultés physiques, intellectuelles et morales se développent et jusqu’à quel point ce développement est secondé ou contrarié par l’influence des objets dont l’enfant est environné, et par celle plus grande encore des personnes qui communiquent avec lui ». Une médaille de bronze et six cents francs sont proposés comme prix au gagnant. Voir Chappey, 2002.

16 Chappey, 2016.

17 Par exemple Blanckaert et al., 1999.

18 Je tiens à remercier les auteurs et les évaluateurs des contributions qui ont accepté de répondre avec sagacité et de se soumettre à des contraintes particulièrement difficiles dans cette période de crise sanitaire.

19 Esquirol, 1818, 507-508.

20 Arrieta, 2007.

21 Bousquet, 1839.

22 Sulivay, 2004.

23 Seguin, 1838, 374-375. Sur ce médecin, voir Pélicier et Thuillier, 1980.

24 Seguin, 1838, 5-6.

25 Seguin, 1846, 10.

26 Delasiauve, 1865, 197.

27 Bourneville, 1894, vi-vii. L’ouvrage publie une des seules représentations iconographiques de l’enfant « ayant 26 cicatrices tant au corps qu’à la tête ». Voir aussi Pelicier et Thuilier, 1979.

28 Ibid., vi.

29 Ibid., x.

30 Picavet, 1891.

31 Membre de la Société d’anthropologie de Paris, Georges Hervé appartient à la nébuleuse du matérialisme scientifique. Il fait partie des rédacteurs de la revue L’Homme de Gabriel de Mortillet.

32 Hervé, 1911.

33 Gardou, 2006 ; Jeanne, 2007.

34 Saint-Yves, 1914.

35 Titre original : Il Metodo della pedagogia scientifica: applicato all’eduzione infantile nelle case dei bambini, Citta di castello, Lapi, 1909.

36 Dans les années 1930, Henri Ey (1900-1977) revient sur l’expérience d’Itard pour critiquer Bourneville et l’idée d’une « perfectibilité » des idiots. Voir Coffin, 2004.

37 Zingg, 1940 ; 1942.

38 Le texte de Zingg est traduit en français dans Singh et Zingg, 1980, 158.

39 Singh et Zingg, 1980, 159.

40 Ibid., 189.

41 Voir Le Texier, 2018.

42 Malson, 1974.

43 Ibid., 100.

44 Critique de l’ouvrage de Malson par Jean Domenach, Esprit, mai/juin 1964, p. 1213-1215.

45 C’est à la rentrée universitaire de 1967 que trois universités françaises (Bordeaux, Caen et Paris) ouvrent dans les Facultés de Lettres et Sciences humaines un cursus de sciences de l’éducation. Voir Milaret, 2016.

46 Malson collabore à partir de 1947 à Jazz Hot et est à l’origine de la création des Cahiers du jazz en 1958. Chroniqueur spécialisé dans de nombreux journaux, créateur d’émissions de radio (entre 1955 et 1992), il est une figure incontournable des milieux du jazz dans les années 1960-1990. Il est l’auteur de plusieurs histoires du jazz. Voir Le Tellier, 2018.

47 Michel Foucault publie en 1954 son premier ouvrage, Maladie mentale et personnalité.

48 Coffin, 2015.

49 Baillaud-Citeau, 1971.

50 Brauner, 1969.

51 Barreau, 1968, 328.

52 Vatin, 2011.

53 Mannoni, 1969. Sur Mannoni, voir l’ouvrage récent de Boni et Mendelsohn, 2021.

54 Voir Mannoni, 1970.

55 Mannoni, 1973. Cette thèse est reprise encore récemment par Lajonquière, 2011 : « Itard incarne sublimement la fureur pédagogique qui n’admet pas l’impossibilité de l’éducation à laquelle Freud faisait référence. Il a personnifié le désir pédagogique de trouver l’enfant idéal dépourvu de toute connaissance et disposé à être débarrassé de son ignorance par la grâce du maître qui le convertirait en son propre clone à l’envers – c’est-à-dire, selon la psychanalyse, un sujet qui ne serait pas assujetti à la castration ni au désir. La fureur pédagogique alimente le tracé de toute éducation qui se considère idéale et qui, en prétendant accomplir un bien ou une mission civilisatrice quelconque, finit par pervertir l’éducation mais non la nature inexistante ».

56 Lajonquière, 2014, 82.

57 Il cosigne le scénario avec Jean Gruault (1924-2015).

58 En 1969, Deligny collabore avec Maud Mannoni et Robert Lefort à la création d’une école spécialisée pour accueillir les enfants déficients et autistes à Bonneuil-sur-Marne.

59 Bernard, 1974.

60 Voir Curtiss, 1977 ; voir aussi le témoignage de Rymer, 1994. La mère de Genie a intenté un procès à Curtiss pour avoir nié le statut de sauvagerie. Sur Victor et Genie, voir « Victor de l'Aveyron et Genie Wiley : les enfants sauvages », Audioblog : https://audioblog.arteradio.com/blog/148069/podcast/148104/victor-de-l-aveyron-et-genie-wiley-les-enfants-sauvages (consulté le 14 juin 2021).

61 Hyman, 1988.

62 Notons que l’histoire de Genie a inspiré également plusieurs réalisateurs de film : Nell (1994) de Michael Apted (avec Jodie Foster) et Mockingbird Don’t Sing (2001) d’Harry Brommley-Davenport.

63 Prost, 2013.

64 Robert, 2008.

65 Lane, 1979, 15.

66 Ibid., 282-283.

67 Karacostas, 1981.

68 Cantin, 2019.

69 Lane poursuit encore son enquête en publiant en 1978 une nouvelle étude de cas portant sur un enfant sauvage du Burundi (voir Lane et Pillard, 1980). Le préfacier, B.F. Skinner, insiste sur la proximité des deux histoires : « Dans L’enfant sauvage de l’Aveyron, Lane raconte, une foule de documents à l’appui, l’histoire de Victor, un enfant sauvage qui vécut au début du dix-neuvième siècle […] Lane mena son étude à la Bibliothèque Nationale et dans d’autres archives de Paris. C’est dans un lieu bien différent qu’avec Richard Pillard, il reconstitua l’histoire de Jean, l’enfant sauvage du Burundi. Le Burundi est peut-être de tous les pays du monde, le plus pauvre, le plus insalubre et politiquement le plus instable ».

70 Voir Shattuck, 1980.

71 L’ouvrage est issu d’un travail universitaire soutenu en 1977. Voir Gineste, 1977.

72 Gineste et Postel, 1980, 306.

73 Gineste, 1993.

74 Voir, en particulier, Jorion, 1982.

75 Copans et Jamin, 1981.

76 Postel, 1981. Dans cet ouvrage est publié le rapport présenté par Philippe Pinel sur l’enfant devant les membres de la Société des observateurs de l’homme (p. 89-113).

77 Gauchet et Swain, 1980 ; Swain, 1994 ; 1997.

78 Gineste, 1993, 335-379.

79 Ibid., 92-93.

80 Ibid.,105.

81 Cette interprétation donnée par Gineste fait l’objet de critiques. Voir Jorion, 1982.

82 Gineste, 1993, 103.

83 Sur les nombreux débats et appropriations dont fut l’objet le traitement d’Itard dans l’espace des sciences médicales et humaines à partir des années 1960 aux États-Unis en particulier, voir Benzaquén, 2006.

84 Dans la continuité du Bicentenaire de la Révolution française, une exposition est organisée à Rodez par la Mission départementale de la culture en 1992. Reprenant largement les images du film de Truffaut, il s’agit de dresser un bilan des travaux, proposer des sources « aveyronnaises » et saisir les « leçons » de l’affaire dans le domaine de la pédagogie ou de la médecine enfantine.

85 Métraux, 1985.

86 Frith, 1991.

87 Hochmann, 2012.

88 Dortier, 2010.

89 Itard, 1994, ix-x.

90 Ramus, 2018.

91 Voir, par exemple, ces usages dans le discours militant dans « Vive les sauvages ! Une lettre des “désorganisateurs” du carnaval des enfants sauvages (Saint-Affrique) » : « Pour partager notre perception de cette fête, nous sommes allés quérir un parrainage, célèbre depuis Truffaut, un ange d’inspiration : ce sera Victor de l’Aveyron, l’enfant sauvage des Monts de Lacaune. Sa destinée, symbole d’une sauvagerie que l’on a refoulée, domptée et enfermée, nous voulons la ressusciter pour mieux la renverser : les sauvages enfin libérés, la sauvagerie avec pignon sur rue !» (Collectif Mauvaise Troupe, 2014, Constellations. Trajectoires révolutionnaires du jeune xxie siècle, Paris, Éditions de l’éclat, p. 179-182).

92 Bouveresse, 2017.

93 Douthwaite, 2002, 56-69.

94 Spécialiste d’histoire littéraire, Douthwaite accorde trop souvent aux fictions une portée performative qu’elles n’ont pas, une position qui l’entraîne parfois à surinterpréter certains discours politiques au cours de la Révolution française. Entre les théories sur la régénération et ses mises en pratique, il y a pourtant une réelle distance.

95 Nash, 2003, 159-161.

96 Chappey, 2016.

97 Alexandre, 2019.

98 Mazurel, 2020, 23.

99 Ibid., 256.

100 Benzaquén, 2006.

101 Descola, 2005.

102 Strivay, 2006.

103 Strivay, 2004, 42.

104 Haraway, 2018.

105 Strivay, 2006, 20-21.

106 Ibid., 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Chappey, « Questions sur les usages de l’enfant sauvage dans l’écriture des sciences humaines (xviiie-xxie siècles) »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 7-37.

Référence électronique

Jean-Luc Chappey, « Questions sur les usages de l’enfant sauvage dans l’écriture des sciences humaines (xviiie-xxie siècles) »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 23 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5703 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5703

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Chappey

Institut d’histoire moderne et contemporaine (UMR 8066), Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search