Navigation – Plan du site

AccueilNuméros38DossierLes animaux dénaturés

Dossier

Les animaux dénaturés

Anthropologie(s) du « sauvage absolument sauvage » (1750-1825)
Denatured animals. Anthropology(-ies) of the “absolutely wild savage” (1750-1825)
Claude Blanckaert
p. 39-67

Résumés

À la recherche de régularités phénoménales ayant valeur de lois pour l’ensemble du genre humain, l’anthropologie accueille avec défiance les rares récits de jeunes ensauvagés vivant à bonne distance de leurs semblables. La représentation de ces prétendus « élèves de la nature » brusque les vérités reçues sur la nature de l’homme, sa supériorité et l’amplitude de ses variations accidentelles. Sous le rapport des capacités affectives et intellectuelles, ils n’incarnent nullement cet éveil de la conscience qu’on prête à l’humanité naissante, démunie mais perfectible. Le rapport spécifique des anthropologues au paradigme de l’ensauvagement témoigne pourtant d’une fascination durable pour leur manière propre d’exister. Leur étude offre donc un test précieux des hypothèses relatives à l’économie de la sensibilité organique, la part de l’instinct dans l’expérience du monde, l’état originel de notre espèce et, en définitive, ce qu’est, ou non, l’homme « selon la nature ».

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Destutt de Tracy, an IX, 245.
  • 2 Ferguson, 1992, 109.
  • 3 Voir Bossi, 2003, 257.
  • 4 Millin, 1797, 212.

1Jusqu’au milieu du xixe siècle, l’anthropologie se dégage à peine de ses ancrages naturalistes. En quête de régularités phénoménales ayant valeur de lois pour l’ensemble du genre humain, elle vise la « généralité des cas » plutôt que ses manquements ou ses « apparences ». Or la vérité de nature confirme l’axiome millénaire des philosophes : l’homme se trouve, par disposition et nécessité, fait pour l’état de société, il « ne naît ni ne vit isolé1 ». Pur paradoxe arcadien, donc, de l’imaginer indépendant et lié à ses semblables par choix bien plus que par contrainte. En bonne critique, il convient seulement d’étudier l’espèce humaine comme elle s’offre à l’observation, telle qu’elle est et agit. L’idée que l’homme soit, par excellence, un animal sociable, doué de parole et de notions morales, motive la plupart des objections qu’opposeront, après 1750, les meilleurs savants d’Europe à la « condition hypothétique et non commune » de jeunes gens sauvages, coureurs de bois, vivant spontanément à bonne distance de leurs prochains2. L’isolement des individus paraît d’ailleurs aussi rare que saugrenu. Les vulgarisateurs ne signalent souvent que deux ou trois de ces « vies nues3 » et transgressives. Les plus exhaustifs n’en compteront qu’une dizaine d’attestations crédibles. Sans nier le fait, la faiblesse de ce répertoire narratif conforte les sceptiques. « Ces prétendus sauvages étoient tous des sourds et muets de naissance, abandonnés par leurs parens, ou étoient des imposteurs4 ».

  • 5 Saint-Simon, 1876, 117 et suiv. ; cit., 126.

2En dépit d’une défiance accrue, l’ambivalence de ces sauvageons déroutants attire d’égale manière la fascination et la répulsion. Leur existence improbable provoque l’imaginaire. On parle de « merveille », de « prodige », indices de stupeur et d’incrédulité mêlées. C’est en fait le destin de toute image majorée. Elle ne vaut que par la somme des intérêts qu’elle éveille et des commentaires partisans, tant positifs que négatifs, qui les relaient. La représentation changeante du « Sauvage » épouse les interrogations savantes sur les origines de l’homme, l’état de nature, la naissance des sociétés et leur marche souhaitable. Durant la période considérée, l’histoire naturelle de l’homme intègre en effet la science des idées dans ses rubriques zoologiques. Elle ne déroge pas à un code intellectuel qui peut accueillir Rousseau, Condillac ou Voltaire parmi ses sources et ainsi dialoguer avec des traditions idéologiques aujourd’hui distinctes et sans doute incompatibles. Dans ce cadre d’analyse englobant, l’« homme en friche » sera logiquement taxé d’erreur dans l’ordinaire de notre condition ou, à l’inverse, perçu comme l’analogon des premières générations humaines dans une dynamique d’émergence. La plupart des anthropologues devront s’y déterminer. Leur adhésion à telle ou telle de ces polarités exclusives offre un bon marqueur des positionnements philosophiques. Passé 1810, le Mémoire sur la science de l’Homme d’Henri de Saint-Simon s’empare encore de l’exemple célèbre de « Victor » de l’Aveyron pour affirmer que durant leur existence disons « précivile », dépourvus de moyens de communication, « les premiers hommes ont été les plus ignorants de tous, et ceux dont les combinaisons ont été les plus bornées »5. Grâce à ces « faits » connus, la science de la civilisation devient presque expérimentale. En 1800, Julien-Joseph Virey pratiquait une semblable extrapolation à l’examen du jeune Sauvage de l’Aveyron mais sa rhétorique ampoulée masquerait plutôt qu’elle ne révèle son insistante paraphrase du Second discours sur les origines de l’inégalité de Jean-Jacques Rousseau. Cette heuristique tient donc sous sa commande bien d’autres enjeux relatifs à l’antithèse nature/société et, plus généralement, aux conditions d’accès de l’homme à sa propre humanité.

  • 6 Douthwaite, 2002 et Chappey, 2017.
  • 7 Voir Arnaud, 2015.
  • 8 Voir Chappey, 2002, 393 et suiv.

3La plupart des thématiques tant philosophiques que sociopolitiques qui sous-tendent les discours médicaux et naturalistes sont désormais bien explorées. L’historiographie nous démontre notamment qu’en regard des nouvelles frontières établies entre « sauvagerie » et « civilisation » dans l’expression des Lumières et des idéaux révolutionnaires, l’enfant ensauvagé ne fut pas tant « découvert » qu’« inventé » par ses divers interprètes. Ce type d’appropriation, très bien circonstancié par Julia Douthwaite et Jean-Luc Chappey, concerne pareillement la mutation des mentalités et leurs effets de réception6. Les réflexions qui suivent seront centrées sur l’argumentaire des naturalistes anthropologues des années 1750-1825 et leur rapport spécifique au paradigme de l’ensauvagement. La division des corpus n’est pas arbitraire. Sur une même liste de cas repérables dans l’histoire moderne, l’anthropologie ne recoupe pas si aisément l’expérience des psychopédagogues, le diagnostic des aliénistes et moins encore l’herméneutique des théologiens. Les anthropologues, par exemple, ne discutent guère de la surdi-mutité présumée des enfants sauvages ou des possibilités de leur élévation à la citoyenneté. Ce sont pourtant des domaines d’expertise où rivalisent médecins, éducateurs et juristes7. Ainsi, les objectifs de connaissance divergent à proportion de la force d’affirmation croissante du spécialisme scientifique, avec sa normativité propre et ses hiérarchies tacites8.

La sphère du sauvage

  • 9 Linné, 1758, 20.

4Partagée entre histoire naturelle et déduction logico-génétique des « origines », l’anthropologie du xixe siècle semble minorer les témoignages récurrents d’Homines feri, enfants ou adolescents abandonnés à leur solitude, battant la campagne, que le célèbre professeur d’Uppsala Carl Linné assimilait dans ses classements à des quadrupèdes hirsutes et muets9. Dévoileraient-ils la nature humaine vierge de toute empreinte sociale, telle donc qu’elle sort des mains de la « pure nature », cette simplicité des premiers temps est unanimement décriée comme une « situation véritablement chimérique » et pour tout dire « contre-nature ». L’homme « est né pour la vie sociale » et il n’y a de naturel dans les êtres que ce qui se montre « conforme à leur véritable destination ». D’ailleurs, il ne saurait subsister sans autre soin ni relation suivie avec ses congénères.

  • 10 Jéhan, 1853, art. « Facultés de l’homme », col. 543, 553 note 252, 542.

Aussi l’homme n’a-t-il jamais été trouvé seul, à moins que quelque accident insurmontable ne l’ait arraché de la société dont il faisait partie, et si alors il a pu exister pendant un temps plus ou moins long séparé de ses semblables, ce n’est que par un reste des secours, soit physiques, soit intellectuels, qu’il avait puisés auprès d’eux10.

Le dernier degré de l’humanité

  • 11 L’odyssée du marin écossais Alexander Selkirk, qui séjourna de 1704 à 1709 dans une île déserte au (...)
  • 12 Daubenton, 1782, XXXVI.
  • 13 Degérando, 1883, 171.

5Peu nombreux il est vrai, mais accrédités par l’ascendant des meilleurs naturalistes européens qui se condamnent à d’inutiles redites, les cas classiques d’enfants-loups ou ours, de la fille sauvage de Champagne et de Peter de Hanovre démontrent a contrario que sous leur masque revêche et hagard, les prétendus « élèves de la Nature » démentent les robinsonnades du siècle passé et tous les mythes d’auto-engendrement11. Ils « n’avoient rien d’humain, ni dans leurs mœurs, ni dans leur manière de vivre12 ». Ils ne répondent nullement au portrait idéalisé de l’humanité naissante, démunie mais perfectible. La réserve des érudits n’est pas feinte. Les enfants livrés à eux-mêmes, aux ressources déficientes, dont les capacités s’éteignent par mutilation, réfutent par l’exemple les « sophismes » de Rousseau, l’âge d’or du code de la nature et toutes les hypothèses primitivistes. Loin de nous retracer le véritable état « sauvage », prévient Joseph-Marie Degérando en 1800, pareils naufragés représentent plutôt « le dernier degré de l’humanité ». Il reste néanmoins édifiant d’en observer « toutes les particularités13 ». À la recherche de l’homme nouveau, régénéré, les Idéologues du Directoire les prennent pour repoussoir. Adversaire de Rousseau, Constantin-François Volney colore de phrases assassines ce rapide descriptif :

  • 14 Volney, 1793, 26-27 ; cf. Roussel, 1972, 57-61 et Blanckaert, 2007, 174-175.

– D. Qu’est-ce que l’homme dans l’état sauvage ?
R. C’est un animal brute, ignorant, ou une bête méchante et féroce à la manière des ours et des orangs-outangs.
D. Est-il heureux dans cet état ?
R. Non : car il n’a que les sensations du moment, et ces sensations sont habituellement celles de besoins violens qu’il ne peut remplir, parce qu’il est ignorant par nature, et faible par isolement.
D. Est-il libre ?
R. Non. Il est le plus esclave des êtres ; car sa vie dépend de tout ce qui l’entoure : il n’est pas libre de manger quand il a faim, de se reposer quand il est las, de se réchauffer quand il a froid ; il court risque à chaque instant de périr : aussi la nature n’a-t-elle présenté que par hasard de tels individus14.

6Finalement, l’homme sauvage paraît le négatif de l’homme tout court, son antithèse physique et métaphysique. La science s’en détourne. Déciderait-on de ce qui est normal par l’anormalité, du commun de l’espèce par son exception :

  • 15 Zimmermann, 1784, 203.

Il n’y a pas d’état aussi sauvage de l’homme dans le monde, & il n’en a jamais existé. Qu’on ne me cite pas le jeune sauvage de Hamel, la fille de la forêt de Songi, & d’autres individus ainsi abandonnés. Ils vivaient isolés, & leur exemple […] ne nous apprend absolument rien touchant l’état naturel de l’homme, puisqu’ils n’y étaient point. C’est vouloir étudier la Physiologie, par l’observation d’un homme attaqué de la plus violente des maladies15.

  • 16 Pour la période étudiée, le répertoire des hommes sauvages le mieux documenté est fourni par Rober (...)
  • 17 Voir La Mettrie, 1987, 236-237.
  • 18 Maillet, 1984, 295.
  • 19 Restif de la Bretonne, s.d., vol. 2, 279-282 et vol. 4, 96 et 173.

7En outre, le nombre d’exemples alignés était restreint et certains récits s’avéraient manifestement exagérés ou apocryphes16. Dans sa nomenclature latine de 1758, Linné n’en recensait que six, chiffre élevé à neuf dans la douzième édition du Systema naturæ de 1766. Peu d’entre eux fournissaient des preuves indubitables de leur filiation et certains relevaient plutôt, comme cela fut dit d’enfants adoptés par l’ourse ou la louve, d’un légendaire antique17. Autant suggérer, avec le consul de France en Égypte Benoît de Maillet, qu’ils sont nés d’un « commerce » peu conventionnel entre homme et bête. Car, explique-t-il, « si c’eût été un enfant que l’ours eût enlevé, il auroit eu quelque langage, à moins qu’il n’eût été pris à la mammelle [sic]18 ». À la veille de la Révolution, Restif de la Bretonne en fera encore un motif d’inspiration de son utopie La Découverte australe. Il soutiendra alors que l’ours « peut faire violence aux Femmes »19.

  • 20 Delisle de Sales, 1777, t. 1, 267.
  • 21 Pauw, 1770, t. 2, 76-78.

8De manière plus prosaïque, le philosophe Delisle de Sales imaginait une autre scène primitive. Ne croyant pas à l’« état de nature », il rejetait pareillement, dans ce cas précis, le métissage des espèces : « Ces malheureux individus étoient probablement des enfans de l’amour abandonnés par des bêtes féroces appellées [sic] des pères, & nourris par d’autres bêtes féroces appellées des ours ; ils vécurent dans le sein des allarmes [sic], & moururent sans postérité20 ». De son côté, le géographe et diplomate Cornélius de Pauw n’abordait ce sujet que pour dénoncer les assertions des voyageurs et la crédulité de leurs lecteurs. Commentant le premier inventaire de Linné, il parlait d’affabulations « grossières & révoltantes » : « Je doute qu’aucune de ces créatures humaines ait jamais reçu le moindre secours, le moindre soulagement ni de la part des ours, ni de la part d’autres animaux quelconques : il semble au contraire, que ces enfants n’étoient plus à la mamelle, lorsqu’on les a perdus ou exposés dans des bois épais »21.

  • 22 Virey, 1824, t. 1, 28-29.
  • 23 Blumenbach, 1865a, 84-87. Sur cette problématique qui n’est ici qu’effleurée, voir entre autres le (...)

9Sur le mode libertin ou critique, la suspicion freine l’enthousiasme. L’énigme demeure avec ses incertitudes, ses contradictions et cette part de croyances et de projections logées au cœur des énoncés les plus positifs. En reprenant le mot du médecin Pierre Roussel, les enfants ensauvagés introduisent une « dissonance dans la nature ». Leur représentation brusque les vérités reçues sur le propre de l’homme, sa supériorité et l’amplitude de ses variations accidentelles. Parmi les causes de perplexité se détache en premier lieu la démarche quadrupède des enfants, admise par Linné, vérifiée dans peu de cas et souvent contredite, qui pouvait jeter quelque doute fondé sur le port vertical spontané, originel, du corps humain. Non sans de solides assurances anatomiques, tous les auteurs concernés aborderont ce point. En 1824 encore, le médecin Julien-Joseph Virey récapitule l’ensemble des arguments fonctionnels plaidant pour la bipédie humaine et conteste ouvertement, comme « peu probable », la réalité des sauvages trouvés marchant « à quatre pattes »22. À cette date, la république des savants communie dans une même affirmation depuis plus d’un demi-siècle : s’il était établi que ces « créatures infortunées » eussent acquis pareil habitus dans l’antre de bêtes féroces, cette circonstance insolite confirmerait la règle par son entorse. Que l’homme marche naturellement debout est « plus clair que la lumière du jour », concluait dès 1775 le naturaliste de Göttingen Johann-Friedrich Blumenbach23.

L’éclipse de la raison

10Les enfants sauvages suscitent aussi d’autres questionnements. Tel qu’il est rapporté dans les sources, l’automatisme de leur comportement frappe autant que la gaucherie des corps. Dans son Histoire naturelle de l’âme, initialement parue en 1745, le médecin et philosophe matérialiste Julien Offray de La Mettrie fait fond sur l’histoire de l’un des enfants-ours de Lit[h]uanie, devenu célèbre sous la plume de Bernard Connor, médecin anglais attaché un temps à la cour du roi de Pologne Jean Sobieski. Quadrupède, muet, agité et farouche, le pauvre hère « ne jouïssoit d’aucunes lumières de la raison » :

  • 24 La Mettrie, 1987, 237.

La preuve en est qu’il ignoroit la misère de son état ; et qu’au lieu de chercher le commerce des hommes, il les fuyoit, et ne désiroit que de retourner avec ses Ours. Ainsi, comme le remarque judicieusement notre historien, cet enfant vivoit machinalement, et ne pensoit pas plus qu’une bête, qu’un enfant nouveau né, qu’un homme qui dort, qui est en léthargie, ou en apoplexie24.

  • 25 La Mettrie, 1981, 119.

11L’éclipse de la raison, cette inertie de l’âme souvent signalée, tient sans doute à la nullité des apprentissages sociaux. Elle prend cependant des acceptions ou des valeurs distinctes selon qu’elle décèle une imbécillité acquise, voire d’origine organique, ou la suspension de l’entendement dans les conditions de (sur)vie des jeunes ensauvagés. Dans L’Homme machine [1748], La Mettrie les associe aux aveugles-nés, aux fous et aux sourds pour généraliser son propos : « Tous ces hommes de corps, et non d’esprit, ne méritent pas une classe particulière25 ». Il penche donc pour quelque tare congénitale. À sa différence, la tradition condillacienne combine l’image empiriste de la cire molle modelée par les circonstances et l’analyse des diverses opérations de l’esprit (la réminiscence, l’attention, etc.) impliquées dans la génération des idées.

  • 26 Salomon-Bayet, 1978, 205.
  • 27 Weber, 1974, 266 ; Douthwaite, 2002, chap. 2.
  • 28 Racault, 1989, 104 ; Brouard-Arends, 1998, 54.

12L’allégorie de la « statue » s’éveillant à la conscience par l’exercice et l’éducation mutuelle des sens répond à ce dessein. Figure de papier, la statue réalise une expérience de pensée mobilisée, comme on le sait, par des naturalistes et écrivains notoires – Buffon, Charles Bonnet, l’abbé de Condillac – pour déterminer la part respective des perceptions et des activités réflexives dans le développement progressif des connaissances – ou leurs limitations. L’artifice consiste à l’animer par degrés pour décomposer les impressions des sens, les sentiments ou les passions qu’elle éprouve et les besoins qui en résultent. De prime abord, l’Homo ferus linnéen en camperait la vivante incarnation pour autant que, selon Claire Salomon-Bayet, la plupart des descriptions le présentent, passé 1750, « nul dans son humanité, empirique non pas pour les trois quarts, mais pour la totalité de ses actions comme le disait Leibniz26 ». La statue n’est bien sûr qu’une « feinte expérimentale ». Elle pallie les aléas de l’observation directe. Cependant, malgré la faveur de cette analogie dans l’historiographie récente des sciences27 et de la littérature, en lien avec ce que l’on appelle parfois l’« Adam condillacien »28, Condillac lui-même répugne à ce rapprochement et peut même s’en passer.

13La fiction de la statue, notons-le, est censée donner le sentiment d’assister à la genèse puis à la marche conforme, logique, de l’esprit dans son rapport au monde. L’enfant-ours, pour ne garder que cet exemple sollicité, n’en offre que la déviation. Dans le Traité des sensations de 1754, Condillac remarque qu’une statue uniquement absorbée par sa quête de nourriture « mèneroit une vie purement animale ». Ce besoin pressant absorberait tous ses intérêts et éteindrait chez elle, avec la curiosité, la mémoire de ce qu’elle a su. Elle végéterait dans l’instant présent et, simple supposition,

  • 29 Condillac, 1984, 4e partie, chap. 7, 253-254.

il est même vraisemblable, qu’au lieu de se conduire d’après sa propre réflexion, elle prendroit des leçons des animaux, avec qui elle vivroit plus familièrement. Elle marcheroit comme eux, imiteroit leurs cris, brouteroit l’herbe ou dévoreroit ceux dont elle auroit la force de se saisir. Nous sommes si fort portés à l’imitation, qu’un Descartes à sa place n’apprendroit pas à marcher sur ses pieds29.

  • 30 Ibid., 253-255.

14Or, poursuit Condillac, cette conjecture se trouve vérifiée par l’attitude de l’homme ensauvagé de Lituanie, ours parmi les ours, qui ne raisonnait qu’à la hauteur de sa conservation immédiate. Les instruments de l’âme ne sont pas en cause. Ses facultés existent mais elles sont si bien « engourdies » qu’aussitôt sa faim assouvie, la vie du sauvage s’apparente « à un sommeil, qui ne seroit interrompu que par des songes ». Si l’approximation se soutient malgré tout, il ressemble à une statue frappée d’arrêt de développement : « Il n’avoit aucune des idées que notre statue a acquises, lorsqu’elle connaissoit d’autres besoins que celui de chercher des alimens »30. La part faite à cet impératif vital, reste l’évidence : l’enfant ensauvagé n’avait pas accédé à la condition humaine et ce serait beaucoup dire qu’il en parût la limite inférieure. En fait, Condillac reprend presque mot pour mot, abstraction faite de la statue, l’argument déjà avancé dans son livre précédent, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1re éd. 1746). Faute de langage et de signes de convention propres à fixer et enchaîner ses idées, le sauvage ne s’appartient pas, il s’ignore lui-même ; « il ne peut qu’obéir à l’impression que les objets font sur lui ». Il demeure ainsi passif, sans volonté ni anticipation.

  • 31 Condillac, 1973, 1re partie, section 4, chap. 2, cit., 170.

Mais quoi ! me dira-t-on, la nécessité de pourvoir à ses besoins et de satisfaire à ses passions, ne suffira-t-elle pas pour développer toutes les opérations de son ame [sic] ?
Je réponds que non ; parce que tant qu’il vivra sans aucun commerce avec le reste des hommes, il n’aura point occasion de lier ses idées à des signes arbitraires. Il sera sans mémoire ; par conséquent son imagination ne sera point à son pouvoir : d’où il résulte qu’il sera entièrement incapable de réflexion31.

La statue « dans le réel »

  • 32 Delisle de Sales, 1777, t. 2, 2e part., livre 2, chap. 9.
  • 33 Ibid., t. 1, 264 et suiv.

15Chroniqueur de cette « anatomie métaphysique », le philosophe Delisle de Sales objectait à Buffon ou Condillac que trop d’interprètes de la nature ont tendance à n’en référer qu’à eux-mêmes. Ils prêtent en sorte aux progrès de la « statue » les intervalles que franchit leur génie32… Toutefois, si « nous gravitons vers l’état social, comme notre globe vers le soleil », il n’est pas plus pertinent de rêver un temps mythique où les hommes « vécurent de glands dans les vastes forêts que leurs mains ne savoient pas défricher » que d’animer des simulacres capables d’évoluer sans entourage humain33. En effet, puisque l’Homme-statue est isolé et n’en ressent nulle atteinte, quel sera le ressort de son développement ? Soulignée par Degérando, l’aporie du dispositif devient patente : Condillac, notamment, n’a pas toujours tenu compte de la nécessité des signes dans l’élaboration et l’expression de la pensée. Il en vient alors à saper les fondements de la perfectibilité humaine qu’il a mis en lumière :

  • 34 Condillac débute sa démonstration par l’odorat.
  • 35 Degérando, an VIII, t. 1, XV, note 1.

Dans le traité des sensations, par exemple, il fait obtenir à la statue des idées complexes et abstraites, il lui fait exécuter des jugemens et des raisonnemens, il lui prête, en un mot, un dégré [sic] d’intelligence qui suppose évidemment l’usage des signes artificiels. Cette statue avec un seul sens, avec le moins instructif de tous34, est déjà beaucoup plus savante et plus habile que le sauvage doué de tous ses sens, qui n’auroit point communiqué avec ses semblables35.

  • 36 Cabanis, 1956a, 551-558.
  • 37 Ibid., 552, 558.
  • 38 Voir Savioz, 1948, 34 et suiv., chap. VIII.
  • 39 Salomon-Bayet, 1978, 207.

16Dans la réalité, d’ailleurs, les impressions de tous les sens agissent de concert, s’enrichissent, se rectifient et se modifient réciproquement. Pour le médecin Idéologue et membre de l’Institut Pierre-Jean-Georges Cabanis, l’économie globale de la sensibilité ne peut faire l’impasse sur leur coordination et sur l’effet en retour des habitudes contractées, des appétits ou des inclinations organiques36. Partant du principe que « rien, sans doute, ne ressemble moins à l’homme, tel qu’il est en effet, que ces statues », Cabanis ambitionnera de tracer le programme d’un « nouveau Traité des Sensations »37. Autrement dit, l’analytique idéale de Condillac ou Charles Bonnet38 sera jugée chimérique, fautive et bien vite récusée. Elle fait obstacle à la compréhension, en dépit de l’expectative qu’elle peut un temps satisfaire. Claire Salomon-Bayet constatait qu’en ces matières, « la feinte expérimentale serait le mode d’expression d’une “science en attente” d’effectivité, en l’occurrence l’anthropologie39 ». Mais la nouvelle « science de l’homme » des secondes Lumières ne se paye pas plus d’illusions que des idées innées des cartésiens tardifs. L’homme privé, dès sa naissance, de tout lien social et d’usage des signes d’institution « ne s’élève point au-dessus du cercle étroit dans lequel végète la brute que nous vouons au mépris ». Et, malheureusement, si l’on garde ce symbole de ladite « statue », ses vrais référents, réplique Degérando, sont connus par l’histoire du jeune de Lituanie ou de la sauvage champenoise :

  • 40 Degérando, an VIII, t. 1, I-II.

Ils ne différoient en rien des animaux au milieu desquels ils s’étoient trouvés jusqu’alors exilés. Ils avoient leurs penchans, leurs habitudes, leur industrie ; rien en eux n’annonçoît la présence de cette raison qui réfléchit, qui combine, qui règle toutes nos facultés, et fait de l’homme un être pensant40.

  • 41 Cabanis, 1956a, 556.
  • 42 Voir Eghigian, Killen et Leuenberger, 2007, 5.
  • 43 Voir ci-après l’exemple de Julien-Joseph Virey. Chez la plupart des auteurs, l’appel de la solitud (...)

17Voilà la peinture sans fard de la statue « dans le réel », selon l’expression de Cabanis41. Rien qui vaille pour l’« invention » d’un moi doué d’intériorité, et moins encore pour l’émancipation d’un sujet/citoyen aux droits imprescriptibles et sacrés42. Forclose ou obscurcie, l’intelligence des jeunes ensauvagés trahit l’avortement d’un potentiel. N’eût été, donc, la considération que leur prodiguait certain rousseauisme en vogue à la fin du siècle43, ils s’inscriraient exclusivement dans les cadres nosologiques. Comme le rapporte le comte Destutt de Tracy en l’an IX,

  • 44 Destutt de Tracy, an IX, 246.

on a remarqué avec beaucoup de sagacité que presque tous ces enfants ainsi séquestrés de la société devaient ou s’être perdus par stupidité, ou avoir été l’objet de violences qui avaient pu altérer leur raison, ou avoir été abandonnés et égarés exprès par leurs familles, parce-que les vices de leur organisation physique et morale faisaient desirer [sic] d’en être débarrassé44.

  • 45 Ibid., 247.

18Pondérant ce jugement d’aptitude supposée, Destutt de Tracy concède malgré tout qu’« aucun d’eux jusqu’à présent n’a été observé avec les précautions nécessaires et les détails suffisants » et qu’en définitive, il serait aventuré « de tirer aucune conclusion bien certaine de ces expériences »45.

  • 46 Blumenbach, an XI-1803, 78-80.
  • 47 Cas exemplaire quoique sans égal par sa radicalité, l’avocat et philosophe écossais James Burnett, (...)
  • 48 Weber, 1974, 266.

19L’aveu est révélateur. La parcimonie des informations excite la méfiance et porte, en même temps, aux stéréotypes. La majorité des propos sont convenus, sans prise de distance, et bien sûr aussi fragiles que les témoignages livresques dont ils se font l’écho. Basée sur peu de données vérifiables, la culture scientifique relative aux cas d’ensauvagement se montre à la fois générique, homogène et conflictuelle. En l’absence de faits nouveaux, le débat roule sur les interprétations. Mais au final, le diagnostic d’aliénation – qu’elle soit consécutive à l’isolement ou intrinsèque – stigmatisant généralement les enfants sauvages semble tarir toutes les recherches anthropologiques. Dans cette broussaille, personne ne se fraie aisément un chemin. Les créatures équivoques ne sont pas de la compétence de l’anthropologue, quand même, à la faveur de l’environnementalisme moral de cette époque, les « variétés de détail » nées des conditions sociales multiples intéresseront des auteurs comme Louis-Jacques Moreau de la Sarthe. En 1799, dans la sixième édition de son Manuel d’histoire naturelle dont la traduction française de Soulange Artaud paraît à peu d’années de là, l’éminent professeur de physiologie et d’anatomie comparée de l’université de Göttingen Johann Friedrich Blumenbach juge désormais opportun d’écarter « toutes les fables » dont les meilleurs savants ont « souillé l’histoire naturelle de leur espèce » : « Les enfants élevés dans les bois parmi les animaux, sont des monstres moraux qui n’offrent pas plus le modèle du chef-d’œuvre de la création, que d’autres hommes défigurés par la maladie ou par le hasard »46. Ainsi Linné avait-il tort de subsumer quelques individus atypiques dans son taxon Homo ferus en leur conférant on ne sait quelle identité factice. Les marges de l’homme n’en disent plus la diversité, seulement l’écart ou la tératologie sociale. Par contraste avec l’étude processuelle des universaux humains, laquelle permettait la confrontation instructive de l’homme civilisé et de l’enfant sauvage47, la nouvelle anthropologie se préoccupe moins de l’uniformité que des franches divisions qui sectionnent l’espèce humaine. « Significativement », écrit Gay Weber, c’est l’anatomiste Blumenbach qui « discrédita la catégorie d’Homo ferus en présentant le sauvage Peter, si apprécié des philosophes, comme n’étant rien d’autre qu’un imbécile muet. Blumenbach se tourna au contraire vers les vrais sauvages et promut l’analyse systématique de la race48 ».

  • 49 Anonyme, an IX, 8.
  • 50 Bonnaterre, an VIII, 21.
  • 51 Valmont de Bomare, 1775, 503.

20Tel est pourtant le côté déconcertant ou imprévisible des événements qu’en cette même année 1799, la capture d’un enfant solitaire maraudant dans les potagers et terré au fond des forêts aveyronnaises va bientôt nourrir l’enthousiasme des naturalistes et surtout libérer, ne fût-ce que pour peu de temps, un espace d’interrogation, de mystère et de dévoilement affranchi des philosophèmes et caricatures fixées par la répétition des sources. Qualifié de « phénomène extraordinaire » à son arrivée à Paris en août 1800, il est déjà désigné comme le « Sauvage de l’Aveyron »49. Sa réputation le précède. C’est en effet sous cet étiquetage impersonnel que le présente son premier biographe l’abbé Pierre Joseph Bonnaterre, professeur d’histoire naturelle à l’École centrale de Rodez, qui put le côtoyer durant près de six mois et consigner ses moindres faits et gestes avec la minutie d’un entomologue. Publiée en août 1800 chez Panckoucke, sa Notice historique, ouvrage des mieux diffusés, fera référence dans toutes les discussions relatives au Sauvage de l’Aveyron. Reconnu dans sa singularité, celui-ci personnifie le « sauvage absolument sauvage » qu’évoquait Buffon et, comme archétype de cette hypothétique variété humaine, il intègre la nomenclature linnéenne sous l’indication latine Juvenis Averionensis50. Perçu comme un spécimen zoologique, l’enfant a fait dès lors l’objet d’observations directes, parfois circonstanciées, souvent lapidaires, et d’autant d’extrapolations à peu près indifférentes au contexte d’accueil de l’Institut national des sourds-muets et à la relation affective et pédagogique nouée avec ses instructeurs, l’abbé Sicard et surtout Jean-Marc Gaspard Itard. C’est à s’attacher aux premières expériences de ces savants visiteurs qu’on peut en distinguer l’appropriation anthropologique, ses codes et présupposés. Chronique d’une rencontre et d’un face-à-face inédits avec un représentant paradoxal de notre espèce qui déjoue, « aux yeux du naturaliste51 », les critères de l’humain : le langage et la perfectibilité.

Une manière propre d’exister

  • 52 Virey, an IX, t. 2, 290.
  • 53 Voir Gineste, 1981, 53.
  • 54 Virey, an IX, t. 2, 350.
  • 55 Delasiauve, 1865, 197.
  • 56 Voir Gineste, 1981, chronologie documentaire, part. 6 ; Chappey, 2002, 206-207, 363-372.
  • 57 Enregistrée par tous les observateurs, une profonde cicatrice barrant le cou de l’enfant, indiciai (...)
  • 58 Virey, an IX, t. 2, 291-292, 294-295, 324, 296-297.

21« Vous qui lisez ceci, vous pouvez m’en croire, car je n’inventerai rien, je ne ferai aucun systême [sic], je laisserai parler les faits52 ». Rusant avec l’autorité de la chose vue, le jeune pharmacien militaire Julien-Joseph Virey publie en l’an IX une étonnante Dissertation de soixante et une pages sur « l’état primitif de l’Homme » tel qu’illustré par l’examen auquel il soumit plusieurs fois le « Sauvage de l’Aveyron », après son transfert de Rodez à Paris. Alors affecté à l’hôpital du Val-de-Grâce où il se lie d’amitié avec le chirurgien Jean-Marc Gaspard Itard, futur officier de santé de l’Institution des sourds-muets53, Virey prétend arbitrer toutes les querelles contemporaines qui verraient cet « élève de l’innocente Nature54 », tour à tour habile comédien ou victime de la relégation, sourd-muet ou stupide incurable, « bon sauvage » ou « paria de la nature »55. Sans s’attarder sur les protagonistes de ces débats qu’il a visiblement connus et médités56, Virey égrène ses convictions. Réfutant l’imposture par le seul calcul d’intérêt d’un enfant si longtemps captif d’un rôle, il remarque que le langage peut se perdre tant par l’isolement que par la lésion des organes phonatoires57. La surdité du sauvage, de même, n’est qu’apparente. Il ne prend pas garde à la voix humaine mais réagit promptement aux bruits qui le stimulent : « Il entendoit fort bien tout ce qui est en rapport avec lui, avec sa nourriture, sa conservation, son bien être ». Virey ajoute enfin n’avoir « aperçu aucun signe d’idiotisme bien marqué dans ce jeune homme », car il convient de faire le départ entre l’infirmité mentale caractérisée et « la ténébreuse ignorance d’une âme simple »58.

Des fonctions purement animales

  • 59 Ibid., t. 2, 317.
  • 60 Ibid., t. 1, 109.
  • 61 Virey, 1817b, 262.
  • 62 Pinel dans Gineste, 1981, 211-217.
  • 63 Itard, 1981.
  • 64 Voir Lévesque, an IX-1801, 256-257.
  • 65 Virey, an IX, t. 1, 95.
  • 66 Strivay, 2006, 324.
  • 67 Virey, an IX, t. 2, 290.
  • 68 Ibid., t. 1, 92.
  • 69 Rousseau, 1964, 134 et note III, 196-198.
  • 70 Strivay, 2006, 323 ; voir aussi Douthwaite, 2002, 57.

22Virey ne nie nullement les carences et vésanies de tous ordres qui resserrent la « sphère du sauvage » hors de la société59. Livré aux pures sensations, « égoïste parfait60 », borné dans ses idées comme dans ses moyens d’échanges, il semble renverser les prédicats ordinaires de l’identité humaine. Mais s’il s’agit d’estimer une « manière propre d’existence61 » et non d’augurer tantôt de l’inutilité62, tantôt des succès escomptés d’une pédagogie d’éveil des facultés morales, selon l’espoir partagé du précepteur Jean-Marc Itard63 et de Joseph-Marie Degérando64, encore faut-il l’appréhender dans son monde vécu, sa réalité prosaïque, sans autres rapprochements inappropriés. Certes, l’âme d’un sauvage « agreste et barbare », nullement dégrossie, « est morte, ou plutôt elle sommeille dans l’atonie et l’indifférence »65. Cependant, les ressorts de sa conduite deviennent intelligibles pour peu qu’on admette que la vie en société « dé-nature » l’homme à proportion de ses entraves. La civilisation introduit un nouveau mode d’être. Étranger à ses avantages, « autre au cœur du même66 », le Sauvage de l’Aveyron nous reporte, dit Virey, vers « l’état primordial de notre espèce67 ». D’où l’importance de son étude, laquelle permet de surprendre l’homme, abandonné aux seules forces de l’instinct, « dans l’embryon de sa vie sociale68 ». Sans se présenter comme un disciple de Jean-Jacques Rousseau, Virey suit peu ou prou son raisonnement sur la conversion des valeurs qu’implique le lien social. Toutefois, Rousseau n’évoque guère le cas des jeunes ensauvagés, sinon pour discuter en note de la posture normale du corps, et sans les identifier avec l’hypothétique état naturel de l’homme saisi « pour ainsi dire, dans le premier Embryon de l’espéce [sic]69 ». À sa différence, Virey les confond. C’est ainsi dans la positivité même de ses « différences » et sous le régime de l’universel que Virey, seul parmi ses contemporains, « transpos[e] en longue liste de vertus tous les manques qu’on relevait chez le sauvageon : son apathie, son indifférence au contact humain, sa gourmandise, ses habitudes corporelles »70. De toutes ses bizarreries, il tirera d’étranges enseignements.

  • 71 Virey, an IX, t. 2, 291.
  • 72 Toute la partie descriptive et « philosophique » du mémoire de Bonnaterre est reproduite par Harla (...)

23Grand lecteur, d’un encyclopédisme insatiable, Virey connaît toute la littérature, passée ou proche, relative aux individus sauvages. Il la tient apparemment en piètre estime : « souvent on a été trop peu philosophe71 ». Or un catalogue de curiosités peut épuiser les cas sans s’élever au degré de généralisation réclamé d’un tel sujet. Virey s’en empare néanmoins dans de nombreuses notes qui appuient son propos. Pour asseoir ses jugements sur l’état de nature, il procède par voie comparative. Les récits anciens, même incertains, prennent sens par leur confrontation ou leur convergence. Tel trait de caractère, telle habitude insolite se reproduisant à l’identique révéleront des invariants. Ainsi comprise, la « monstruosité » présumée échappe au registre anecdotique. Le texte de Virey y trouve sa cohérence. Plus insistante encore, quoique d’emprunt masqué, la monographie de Bonnaterre s’offre en contrepoint. Virey n’en cite, dans une longue note, que la séquence d’événements initiale, depuis les apparitions sylvestres du Sauvage de l’Aveyron jusqu’aux divers rapports administratifs qui ponctuent ses transferts. Toutefois, le descriptif physique et moral qu’en tire Bonnaterre en proposant, lui aussi, un parallèle « entre les mœurs de cet enfant et celles des autres sauvages, dont l’histoire nous a transmis le souvenir », sont bien dans sa façon. La Notice de Bonnaterre est une source d’inspiration pour Virey et même un vecteur d’intertextualité confondante dans sa démonstration. Évident en bien des notations, le plagiat importe peu. Les deux naturalistes philosophes se rencontrent pour faire du sauvage un objet de science distinct et un sujet à thèse72.

  • 73 Cabanis, 1956b, 209-213.
  • 74 Blumenbach, an XI-1803, 49-50.
  • 75 Bonnaterre, an VIII, 36, 42.
  • 76 Virey, an IX, t. 2, 342 et 327.

24La réhabilitation du corps, de la sensibilité physique et de cette « voix intérieure » des facultés qui, selon Cabanis, fonde la science de l’homme sur l’alliance nécessaire de la physiologie et de la morale, se trouve ici réinterprétée pour mettre au jour les « rênes invisibles de la nature humaine »73. Dans son quotidien, l’enfant sauvage se comporte comme un animal. Il mord, enfouit l’excédent de ses repas, se soulage où qu’il soit et, sans « besoins de convention », il n’a goût que pour la nourriture, la liberté et le repos. Son être, dira Virey, « se concentre dans le présent ». Et alors que Blumenbach réaffirmait le privilège de l’homme, dédommagé par l’usage de la raison d’être privé d’instincts74, Bonnaterre et Virey accusent au contraire la bassesse des appétits du sauvage et l’empire de ses automatismes : « livré par la nature au seul instinct, cet enfant n’exerce que des fonctions purement animales »75. La direction du sentiment l’enferme dans sa bulle. « Tout se borne chez lui à sentir », souligne Virey, et l’on serait de là fondé à soutenir, sans autre paradoxe, que « penser est, pour ainsi dire, contre nature »76. Assurément, les hommes policés inversent ce rapport. Mais la « simple nature » n’assigne au sauvage qu’un seul impératif vital : « manger et se reproduire ». Le spiritualisme de Blumenbach en est congédié.

  • 77 Blumenbach, an XI-1803, 7-8.
  • 78 Degérando dans Lévesque, an IX-1801, 256.
  • 79 Virey, an IX, t. 2, 348.
  • 80 Bonnaterre, an VIII, 27, 43, 46, 50.
  • 81 Ibid., 33.
  • 82 Virey, an IX, t. 1, 91-94; t. 2, 347-348.

25En outre, les deux savants réclament, implicitement ou non, une révision de la taxinomie qui isolerait l’homme de toute la Création. « Je ne crois pas », écrivait Blumenbach en dirigeant sa pique contre Linné, « que jamais un naturaliste (in praxi) soit embarrassé pour distinguer un homme d’un singe »77. Mais quelle différence existerait-il entre l’orang-outan, singe à hauteur d’homme, et le « sauvage au suprême degré78 » qui s’en sépare à peine par la figure79, qui flaire ses aliments « à la manière des singes », s’accroupit comme eux sur ses genoux et partage la brusquerie de leurs manières80 ? Bref, si l’on observe que son genre de vie « offre moins de rapports avec l’homme qu’avec les animaux81 », autant conclure avec Linné, et conformément au principe d’uniformité qui suppose l’analogie des causes et des effets, que la raison dérive tardivement de l’expérience et que « nud et dépouillé de tout ce dont la société l’enrichit », « l’homme sauvage appartient à la famille naturelle des singes »82.

Le fruit acerbe des forêts

  • 83 Stoczkowski, 1995.
  • 84 Lacepède, an VI, 8.
  • 85 Ibid., 6.
  • 86 Anonyme, an IX, 13-14. Cet article anonyme a été faussement attribué d’abord à Degérando (Roussel, (...)

26Cette proposition incongrue ne fait pas de Virey un adepte précoce du transformisme ou de l’ascendance simienne de l’homme. D’ailleurs, comme l’a montré Wiktor Stoczkowski83, les spéculations sur l’état originel de notre espèce, communes à la charnière des xviiie et xixe siècles, se réfèrent parfois à l’idée d’un ancêtre peu différencié, velu, plus ou moins quadrumane et dont le génie serait, aux dires du professeur du Muséum d’histoire naturelle Bernard Germain de Lacepède, « encore caché sous l’enveloppe d’une bête féroce84 ». Lacepède n’avilit pas pour autant la souveraineté humaine. Donné pour « hypothétique », son portrait suggère seulement qu’abstraction faite de tout contact avec ses pareils, l’homme « seroit bien différent de ce qu’il est devenu ». Mais est-ce bien là l’espèce de la nature dont s’occupe l’anthropologie ? Nullement ! Et Lacepède de lever le malentendu : « Que l’on ne croie pas néanmoins que l’homme de la nature ne soit que l’homme véritablement sauvage, qui, dénué de tout art, privé de toute compagne, séparé de ses semblables, erreroit au milieu des déserts et des bois au gré des tempêtes et de ses appétits85 ». Héritier de Buffon, le pugnace adversaire et de Linné et de Rousseau, le professeur du Jardin des Plantes anticipe de peu d’années une conviction répandue qui prononcera que l’« Homme des forêts », précisément, n’est pas l’« Homme de la nature », ce dernier seul conforme aux intentions du « Suprême Ordonnateur » et, qu’à cet égard, « la plante étiolée ne prouve rien contre son espèce »86.

  • 87 Voir Blanckaert, 2010.
  • 88 Voir Duris, 1993.

27Il y a donc conflit des modèles. Plus éclectique dans ses orientations, rallié à l’Idéologie physiologique par assimilation plus que par obédience87 et ici proche des vues de Linné, Virey ne cultive pas ces préventions. Le linnéisme, boudé en France jusqu’à la mort de Buffon en 1788, connaît un regain de faveur, voire de ferveur, dans le moment révolutionnaire88. C’est un temps fort de traduction du corpus linnéen et de large vulgarisation dont témoignent tant Virey que Bonnaterre. Or, au nombre des griefs récurrents formulés contre le naturaliste suédois, beaucoup pensaient que Linné s’exprimait avec duplicité sur l’excellence humaine. D’un côté, l’homme se voyait dégagé de toute proximité injurieuse avec ses franges animales par l’hyménée de l’esprit et de la matière, étant admis qu’à lui seul est impartie une âme raisonnable et immortelle. Mais, d’un autre côté, selon le point de vue exclusif d’un investigateur de la Nature, Linné désespérait de trouver quelque signe objectif distinguant l’homme des singes. En 1760, une thèse doctorale de son élève Christian Emanuel Hoppius, écrite comme il est de règle en Suède sous sa dictée, avance une équation hardie entre l’Homo ferus et les anthropomorphes (Anthropomorpha).

  • 89 Hoppius, 1865, 449-450.

Beaucoup pourraient penser qu’il existe une différence plus grande entre le singe et l’homme qu’entre le jour et la nuit. Si toutefois les mêmes personnes s’avisaient de comparer […] une dame de haut rang et un homme sauvage abandonné à son sort, elles devineraient à peine que les deux sont de la même espèce. Les sauvages qui n’ont jamais reçu d’éducation diffèrent plus de ceux qui ont connu une vie de labeur qu’un poirier sauvageon, avec ses épines acérées et son fruit amer, ne diffère du même arbre cultivé s’épanouissant au jardin. Plusieurs individus ont été trouvés, et leur description nous est parvenue, qui ont passé leur vie entière dans les bois parmi les brutes. […] Ils agissaient plus comme des bêtes et des singes que ne le font ces animaux eux-mêmes. D’où il ressort qu’il serait excessivement difficile de découvrir quelque distinction naturelle entre eux et la race des singes89.

  • 90 Mandelbaum, 1980, t. 1, 46-51; Duris, 1993, 91.
  • 91 Virey, an XI-1803a, 118; 1817a, 23.

28La dissertation d’Hoppius appartient au grand recueil linnéen des Amœnitates Academicæ, publié en dix volumes entre 1749 et 1790, dont la Société philomathique encourageait chaleureusement la traduction. À peine lancé, cet ambitieux projet sera brusquement interrompu, et avec lui l’entreprise éditoriale, quand Aubin-Louis Millin proposera en 1793 une version annotée des Anthropomorpha, justement critiquée pour le caractère douteux et attardé de son information90. Virey n’a pas ces réserves. L’édition latine lui sert de guide. S’en remettant à l’argument controversable des Linnéens, il répétera souvent qu’en dépit de la « distance immense » creusée entre nous et la brute par l’exercice des facultés intellectuelles, « nous naissons, pour ainsi dire, singes ; c’est l’éducation qui nous rend hommes » : « L’homme est bien perfectionné au moral, par l’effet de la civilisation, de sorte qu’il méconnoît aujourd’hui son état primitif. Pour le retrouver, il faut l’étudier dans le singe ; c’est-là que nous découvrons les premiers linéamens de l’homme physique et animal »91.

  • 92 Bonnaterre, an VIII, 34, 50, 49.
  • 93 Virey, an IX, t. 2, 348.
  • 94 Bonnaterre, an VIII, 32 et 42-43.
  • 95 Chappey, 2002, 236, 349.
  • 96 Hervé, 1911.

29Le Sauvage de l’Aveyron tombe bien sûr sous cet arrêt de « nature ». Bonnaterre le considère finalement comme un déréglé « qui appète plus qu’il ne connaît », qui court « toujours au trot ou au galop » et qui, rappelle-t-il, se prend à « marcher à quatre pattes » dès qu’il s’en trouve fatigué92. De son côté, Virey n’y voit qu’un « pur animal » borné aux sensations93. Au-delà de cet accord de façade, leurs conclusions divergent significativement car Virey, à la recherche d’une exemplification de l’homme brut, non « apprivoisé » selon son mot, outrepasse volontiers toutes les licences d’une induction hardie. Sans trancher sur le fond, Bonnaterre soupçonne que l’enfant, par l’ampleur de ses troubles et l’ineptie de son discernement, ne soit victime d’une sévère affection du système nerveux94. Virey, au contraire, le trouve parfait dans son genre sylvestre et certainement sans vice dirimant qui le condamnerait à rejoindre les idiots des hospices. Il n’en parle jamais dans ce sens. Et sans doute aura-t-il ignoré, du moins lorsqu’il rédige sa Dissertation, les avis contraires de Philippe Pinel, le médecin-chef de la Salpêtrière jugeant incurable l’arriération de l’enfant de l’Aveyron, et de Jean-Marc Itard qui présageait plus favorablement de l’éveil de ses facultés « engourdies ». Pour éviter toute prise de date rétrospective, rappelons d’ailleurs que Pinel et Itard, chacun dans sa conviction propre, déféraient aux vœux d’expertise de la Société des Observateurs de l’Homme, dont Virey n’était pas membre95 et que, quel qu’en soit l’écho mondain, leurs rapports administratifs n’étaient pas prioritairement destinés à la publication. Cependant, le premier mémoire d’Itard paraîtra dès l’an X, le manuscrit de Pinel, resté inédit, sera retrouvé à cent dix ans de là par le professeur d’ethnologie de l’École d’anthropologie de Paris Georges Hervé96. Sensiblement contemporaines, les démarches de tous ces acteurs peuvent se croiser sans se rencontrer. Virey fait donc cavalier seul.

En deçà du bien et du mal

  • 97 Virey le dénomme à l’occasion Joseph, sans doute par confusion avec l’enfant-ours lituanien baptis (...)
  • 98 Virey, an IX, t. 2, 305, 334, 336, 335.
  • 99 Ibid., 336.
  • 100 Voir Azouvi, 1985.

30Aussi déficient soit-il, le Sauvage de l’Aveyron97 est un être tout physique qui prospère sans passions, sans chagrin ni inquiétude. Il ignore l’amitié, la gratitude, le don, et se croit seul dans l’univers. Il ne voit que lui. Ne justifiant pas ses actes, les autres sont à ses yeux comme s’ils n’étaient pas : « Son cœur est entouré de l’insouciance comme de cent barrières d’airain qui l’isolent parfaitement ». Dans son enfermement, soulagé des disettes passées, « il n’est captif de rien ». Entouré de tout Paris, il n’appartient pas – encore – à la société. Et n’étant contraint par aucune chaîne de réciprocités, « il ne pense, ou pour mieux dire, il ne sent que lui seul ; il est l’unité indivisible, l’égoïsme pur »98. Cette excessive indépendance fait obstacle à la socialisation et, rétrospectivement, Jean-Marc Itard avait des raisons valables d’évoquer une « existence moins qu’animale ». Mais Virey ne se préoccupe guère en 1800 d’indexer son propos sur les bénéfices prévisibles de l’éducation ou du traitement moral. Il cherche seulement une effigie de la première carrière de l’humanité. Il est clair pour lui que l’« amour de soi », fruit du besoin de conservation et des appétits vitaux, l’emporte toujours sur le raisonnement ou la reconnaissance d’autrui. Dans son inconscience même, le Sauvage se prend visiblement pour « le moi unique dans la Nature99 ». Curieusement, Virey ne questionne pas la contradiction de cet Ego sans pensée ni parole intérieure. La tendance impérieuse qui consiste à tout rapporter à soi n’est pas de l’ordre réflexif. C’est, dira-t-il en d’autres textes, une action organique spontanée, conforme à la doctrine traditionnelle de l’Homo duplex100 et ici réactualisée par les sciences anthropologiques :

  • 101 Virey, an XI-1803c, 130.

Il faut donc distinguer dans tout animal, comme dans l’homme, deux moi ; le premier qui vient de l’instinct, qui a la vie même comme racine ; et le moi d’intelligence, qui nous vient du dehors par nos sens : celui-ci n’est pas essentiel à l’être ; il est extérieur, il établit le rapport des objets étrangers avec lui, tandis que le premier moi se concentre dans sa seule existence101.

  • 102 Virey, an IX, t. 2, 337-338.
  • 103 Virey, an XI-1803c, 130.
  • 104 Virey, an IX, t. 2, 345.

31Le Sauvage de l’Aveyron atteste ainsi de son intégrité physiologique par la toute-puissance de l’instinct. En revanche, il n’accède pas à l’intelligence du monde qui l’environne. Les deux « moi » ne tendent jamais à l’équilibre et, selon la loi générale de compensation que Virey reprend de Xavier Bichat, « plus on aura l’un, moins on jouira de l’autre ». En définitive, le Sauvage ne souffre d’aucun manque. Simplement, la vie organique absorbe entièrement sa vie de relation. La subjectivité n’y prend pas part : « On diroit que son ame [sic] soit uniquement rassemblée dans son estomac ; voilà son centre de vie102 ». Et alors que le sentiment de plénitude s’étouffe sous les acquisitions sociales, Virey retrouve dans ce moi superlatif, émanation des impulsions aveugles, les traces tant recherchées de « l’instinct originel de l’homme103 » : « Un épicuréisme déterminé est donc le primitif état de notre espèce ; elle ne cherche comme tout animal solitaire, que sa satisfaction particulière ; il est vrai que ses désirs sont extrêmement bornés, et que peu la contente104 ».

  • 105 Buffon, 1971, 297.
  • 106 Voir Blanckaert, 1992.
  • 107 Buffon, 1954, 374-375. Une fiction d’histoire raisonnée ou « conjecturale » que prolongera Destutt (...)
  • 108 Virey, an IX, t. 2, 317-318 ; voir aussi 332-333, 341-346. Tous les développements qui précèdent d (...)

32En conséquence de cette propension dévorante, peut-on encore discerner quelque penchant primitif du cœur humain ? L’égoïsme et la moralité des actions paraîtraient si bien s’exclure qu’à l’examen du sauvageon, Virey doutera de remonter si aisément aux sources du sentiment moral. Notons que la question restait pendante depuis Buffon et Rousseau et chacun s’abandonnait à ses hypothèses. En 1749, traitant du « spectacle curieux » qu’offrirait au philosophe un « sauvage absolument sauvage », tel l’enfant-ours ou le jeune homme des forêts de Hanovre, Buffon en soulignait l’enjeu. L’observateur, en effet, « y verroit l’âme à découvert, il en distingueroit tous les mouvements naturels, et peut-être y reconnoîtroit-il plus de douceur, de tranquillité et de calme que dans la sienne ; peut-être verroit-il clairement que la vertu appartient à l’homme sauvage plus qu’à l’homme civilisé, et que le vice n’a pris naissance que dans la société105 ». Pareille condescendance est rare sous la plume de Buffon. Elle brusque toutes ses croyances relatives à la valeur de l’homme106. Dans sa réfutation de Rousseau, au chapitre des « Animaux carnassiers » (1758) de sa grande Histoire naturelle, il imaginera même la rencontre de la fille sauvage de Champagne et de Peter de Hanovre pour reconstruire l’édifice social107. De cet hapax dans l’œuvre buffonienne, Virey se fait un questionnaire. En fait, Virey n’attache aucun coefficient moral à des actes somme toute automatiques et dénués d’intention. Par son indifférence et son innocence mêmes, le Sauvage demeure en deçà du bien et du mal, du juste et de l’injuste, toutes notions relatives aux rapports sociaux. Il chaparde sans idée de propriété, ignore le vice et la vertu, la pudeur ou le respect, et n’est, pour tout dire, ni bon ni méchant puisqu’il « n’a nul rapport d’intérêt avec nous » et se considère « unique absolument ». C’est pourquoi il ne manifeste jamais de marque de pitié ou de bienveillance, signes d’ouverture à autrui. Parce que l’instinct gouverne sa conduite, ses affects se découvrent comme dans un livre ouvert. L’homme sauvage se montre « naturellement doux ». Il ne cherche pas à nuire « car il ne sait ce que c’est » : « Son ame [sic] ignorante et sauvage est simple ; elle est connue du premier abord ; elle est exempte d’hypocrisie ; elle ignore toute imposture ; sans chercher à se montrer, elle est aperçue toute entière, elle est bornée et rude ; elle est grossière, égoïste ; mais enfin elle est une, pure et franche »108.

  • 109 Moravia, 1982, 292-295.
  • 110 Virey, an IX, t. 1, 169. Le conflit entre sauvagerie et civilisation, réplique du dualisme des moi(...)
  • 111 Blumenbach, 1865b, 336-340.
  • 112 Virey, an IX, t. 1, 104-107 et t. 2, 263 ; sur le rousseauisme de Virey, voir Blanckaert, 2007.
  • 113 Virey, an XI-1803b, 324 ; voir également an IX, t. 2, 262 ; 1817b, 262 ; 1824, t. 3, 431.

33Renonçant à la perspective « sociocentrique » ordinaire qui condamnerait le Sauvage aveyronnais à l’anormalité ou à la folie, la démonstration de Virey, comme l’a bien analysée Sergio Moravia, met en valeur la pluralité irréductible des expériences humaines et l’impossibilité de les hiérarchiser109. Dans ses premiers écrits, Virey n’a jamais fait de la sociabilité une disposition obligée de la vie des hommes. Ce n’est, après tout, qu’un état de sujétion, lequel par surcroît exige une telle inversion des tendances ou des énergies vitales qu’il semblerait, à peser le pour et le contre, « que nous devenions étiolés et Albinos, en nous comparant dans l’état civil, à l’homme de la Nature110 » ! En contraste frappant avec Johann Friedrich Blumenbach, qui définira l’homme comme l’animal le plus domestique qui soit et appréciera de ce point de vue l’inhumanité des prétendus enfants sauvages111, Virey est convaincu que l’homme peut vivre seul et que chacun aime à être maître de soi-même, sans autre lien épisodique que l’union des sexes112. En 1803, dans un article du Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle consacré à l’« Homme sauvage », il jugera de haut les pseudo-accomplissements de la civilisation, avec son cortège d’hypocrisies et de servilités. Loin d’être une solution, la vie sociale devient à son tour problématique. Les hommes, en effet, n’y sont plus « des êtres simples et originaux, mais seulement des copies d’un moule général, qui est l’institution sociale ». En un mot toujours repris dans ses synthèses anthropologiques tardives, « nous sommes dénaturalisés par l’éducation, les loix, les religions, les coutumes et les mœurs de nos semblables113 ». De la nature à la culture, la norme pratique change radicalement. Dans ses forêts, le Sauvage de l’Aveyron n’a pas croisé l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Ni infirme du signe, ni raté de la socialisation, le Sauvage en acte n’est pas un civilisé en puissance.

Le naufrage des aptitudes

  • 114 Virey, an IX, t. 2, 338-340.
  • 115 Virey, an XI-1803b, 331.
  • 116 Virey, 1817b, 269.
  • 117 Réputé comme pharmacien, le polygraphe Virey se passionnera surtout pour l’histoire naturelle et l (...)
  • 118 Bory de Saint-Vincent, 1825, 271-272 et note 1.

34En 1800, Virey espérait que le Sauvage de l’Aveyron, d’un âge estimé de douze ou treize ans par Bonnaterre, connaîtrait une révolution décisive avec la puberté, quand le « physique de l’amour » dégourdirait ses facultés, le porterait vers autrui et éveillerait de la sorte sa personnalité indolente. Par extrapolation, le philosophe naturaliste pensait saisir sur le vif la naissance des communautés humaines, les liens qui obligent et les prémices de la perfectibilité. Cependant, l’égoïsme aveugle du Sauvage en serait-il contrecarré ? « Voilà le nœud des difficultés élevées sur la fondation des sociétés et sur le principe de la civilisation »114. En 1803, Virey note certains de ses progrès, sans dire mot de la puberté : « Aujourd’hui, il commence à comprendre plusieurs choses, et même à parler un peu115 ». L’attentisme n’est plus de mise à dix ans de là. L’espoir est vite déçu : « Cet individu est resté effaré, à demi sauvage, et n’a pu apprendre à parler, malgré les soins qu’on en a pris116 ». Le nom d’Itard, l’éducateur de « Victor de l’Aveyron », n’est jamais prononcé par Virey, non plus d’ailleurs que par les autres écrivains en anthropologie de l’époque. La segmentation des spécialités et de leur public peut expliquer ce silence117. En 1825, le naturaliste et voyageur Jean-Baptiste Bory de Saint-Vincent, responsable du Dictionnaire classique d’histoire naturelle et de ce fait concurrent éditorial de Julien-Joseph Virey, le directeur des deux éditions du Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle, fustige à travers lui « le penchant qu’ont la plupart des Hommes civilisés à saisir les moindres occasions d’occuper d’eux les trompettes de la renommée ». Surtout, l’histoire naturelle affine ses divisions taxinomiques. Revenant sur les errements de ses devanciers, Bory de Saint-Vincent regrette que le « judicieux Linné » eût « métamorphos[é] son Homo Sapiens en un Homo ferus tetrapus ». On aura beau ressasser, dit-il en substance, tous ces exemples de jeunes abandonnés, jusqu’au Sauvage de l’Aveyron, « véritable idiot, sale et dégoûtant », « l’observation de ce genre d’infirmes ne peut jeter la moindre lumière sur l’état primitif de notre espèce ; ce n’est point d’après ces exceptions qu’il faut étudier l’Homme tel qu’il dut être aux premiers temps de son apparition sur la terre »118.

Une organisation incomplète

  • 119 Blumenbach, 1865b, 339.
  • 120 Virey, an IX, t. 2, 300-301, 305, 309-310.
  • 121 Larrey, 1817, 17-18.

35Dans la grande encyclopédie de l’humanité, l’énigme des homines feri restera en suspens et leur diagnose sacrifiera désormais aux nouveaux canons de la caractérologie physique. Pour preuve de leur foncière aberration, Blumenbach tirait parti de leur dissemblance. Aucune de ces créatures défectueuses n’était pareille aux autres. Toutes avaient une sorte de cachet propre avec pour seul vice commun leur irréfragable anormalité119. Or ni Bonnaterre ni Virey n’avaient constaté de désordres qui auraient distingué le Sauvage de l’Aveyron des enfants habituels. Virey le jugeait même « assez bien conformé et fort pour son âge », d’une taille avantageuse, marchant droit et la tête « d’une grosseur ordinaire ». À peine notait-il qu’il tournait un peu le genou gauche en dedans120. Cependant, de nouveaux témoignages contredisaient abruptement sa conformité. En 1817, le baron Dominique Jean Larrey, ancien professeur de l’hôpital militaire du Val-de-Grâce et chirurgien en chef de la campagne de Russie en 1812, relate qu’étant en poste à Vilnius (Lituanie), il visita un cabinet d’anatomie où l’on pouvait voir le squelette d’un homme sauvage nain qui rappelait la morphologie de l’orang-outan. Son crâne réduit, au front effacé et à l’occiput protubérant, lui suggérait spontanément un autre parallèle troublant. Il y trouva, en effet, « beaucoup de rapport avec la tête du sauvage de l’Aveyron, [qu’il avait] vu chez M. le docteur Itard121  »!

  • 122 Séguin, 1846, 5 ; voir Strivay, 2006, 326.
  • 123 Gall et Spurzheim, 1812, 41-44 ; voir aussi Gall, 2004, 190-192.
  • 124 Delasiauve, 1865, 198-199.
  • 125 Ibid., 210.

36Après avoir été un révélateur des tendances philosophiques, quand « on crut avoir trouvé la statue de Condillac, machine animée, dont il devait suffire de toucher les ressorts pour produire des opérations de l’intellect122 », l’homme sauvage s’offre bientôt en test des facteurs d’innéité fatale. C’est un « idiot » et tous le sont. Regretterait-on que le défaut d’éducation soit à l’origine de leur déréliction ? « Cette manière de raisonner est vraiment singulière » réclameront Franz Joseph Gall et Johann Gaspar Spurzheim : « On trouve un imbécile dans une forêt, et l’on conclut que l’éducation en aurait fait un homme. La première question à décider est pourtant de savoir si ces êtres, à qui l’éducation a manqué, n’étoient pas déjà des imbéciles, avant de se perdre dans les forêts ». Outre que dans « nos régions populeuses », un homme normalement constitué ne pourrait longtemps vagabonder sans exercer ses facultés, il s’avère que ces « prétendus sauvages » présentent des malformations variées, la tête trop grosse ou trop petite, le cou gonflé, les lèvres pendantes, la langue épaisse. « Leur organisation primitive est par conséquent défectueuse » et il en sera de même du Sauvage de l’Aveyron qui reçut la visite des deux phrénologues : « Son front est très-peu élargi par les côtés, et très-comprimé par le haut, ses yeux sont petits et très-enfoncés, son cervelet est peu développé »123. Cela posé, les deux physiologistes procédaient, selon les règles de l’époque, au jugé oculaire. Tout en admettant le « naufrage des aptitudes », les contemporains, à commencer par Philippe Pinel et Jean-Marc Itard, n’ont guère commenté ces traits excentriques de physionomie124. Mais l’argument d’une « organisation incomplète » est demeuré et avec lui s’étouffera, pour le siècle restant, « le secret des anomalies et des oppositions que cet être mutilé a offertes »125.

Hommes sauvages, hommes domestiques

  • 126 Moravia, 1970, 145.
  • 127 Kilborne, 1980, 247.

37De fait, le verdict d’imbécillité ou de rare idiopathie n’ajoute rien à ce que beaucoup pensaient antérieurement du handicap congénital ou acquis des enfants abandonnés. La notion même de « phénomènes », avec sa touche de sensationnel et de charlatanisme publicitaire, suscitait autant de jugements tranchés que de démentis. Du point de vue anthropologique, l’histoire de l’enfant sauvage paraît donc piétiner ou faire incessamment retour sur son maigre corpus. Dès le passage au xixe siècle pourtant, la révélation des « origines » avec son premier homme sans voix, sans mémoire, reclus au fond de sa tanière, perd tout bien-fondé. Cette fiction choque le sens commun humaniste. Le sociolecte savant n’y prend plus part. Signe de désaveu, et malgré son extension peu banale, la dissertation de Virey « ne rencontra pas un grand succès126 ». Néanmoins, la « scientificité » du propos de cet éloquent pharmacien n’est pas seule en cause. On peut étendre à bien d’autres intervenants de ce débat une réflexion judicieuse que Benjamin Kilborne limitait à la perception de Victor de l’Aveyron par Pinel et Itard : la question sous-jacente, remarquait-il, n’est « pas véritablement celle de l’altérité ; elle est plutôt celle de la communauté humaine ou, selon leurs termes de “la famille humaine”127 ».

  • 128 Blumenbach, 1865b, 339.
  • 129 Blumenbach, 1865a, 129.
  • 130 Derathé, 1974, 142 et suiv.

38Dans le fond, il est admis que le grand livre de la Nature ne dit rien de la création des êtres, sinon que ce qui est témoigne de ce qui fut. L’anthropologie ne fait pas d’hypothèse. Il n’est plus temps de confondre l’ordre et le chaos, ce qui est accordé à la Providence ou opposé à ses vœux. Or les dures nécessités ont si bien perverti leur caractère que les sauvages suggèrent, par leur indigence même, qu’il n’y a pas d’extériorité, nulle échappatoire à la vie sociale. Aussi différents soient-ils, tous se rapprochent en ce trait distinctif, « que contrairement à l’instinct de la nature, ils vivaient isolés ». Blumenbach peut alors critiquer les émules de Rousseau en s’appuyant sur Voltaire : en rencontrant une abeille égarée, faudrait-il conclure qu’elle seule vit à l’état de nature alors que les ouvrières de la ruche ont dégénéré ? L’anormal justifie la norme sans la mettre en péril128. Au fil de ses écrits, Blumenbach n’en démordra pas : « Je serais enclin à rabaisser ces créatures anthropomorphes, si semblables aux bêtes, au rang des homines monstrosi de Linné129 ». Dès lors décréditée, la thèse contractualiste de Rousseau paraîtra aussi paradoxale que l’opinion des premiers transformistes voulant que l’homme ne soit qu’une métamorphose de l’orang-outan. Tous les critiques feront référence à la notion adverse de « sociabilité naturelle », comprise ici non seulement comme inclination ou simple intérêt selon les doctrines classiques130, mais littéralement comme instinct ayant son fondement dans la nature même de l’homme et d’où découle sa disposition exclusive à la domesticité.

  • 131 Cuvier, 1825, 3.

C’est une sorte d’instinct qui le maîtrise, et que les peuplades les plus sauvages manifestent avec autant de force que les nations les plus civilisées. L’idée que l’homme de la nature vit solitaire n’a jamais été le résultat de l’observation ; elle n’a pu naître que des jeux d’une imagination fantastique ou de quelques hypothèses dont elle a été la conséquence, mais dont de meilleures méthodes scientifiques nous délivreront sans doute pour jamais131.

39La loi naturelle a sans doute ses infracteurs mais ne tolère pas de demi-mesures. L’accent porté sur la société primitive et sa priorité conforte les conformismes. Il accompagne surtout la dégradation de l’Homo ferus au niveau anomique de l’animal dénaturé.

40En 1863, le voyageur et ethnologue britannique Edward Burnett Tylor rouvre à peine ce dossier conflictuel pour mieux le refermer. Des récits inédits d’enfants-loups parvenus de l’Inde lointaine sont passés au crible de la critique du mythologue. Tylor fait visiblement fond sur la manière dont Blumenbach, se saisissant du cas de Peter de Hanovre, a littéralement « démoli » la fable de l’état de nature et de la solitude des premiers hommes. Certes, regrette-t-il, l’anthropologie gagnerait à mieux cerner les degrés infimes de l’existence humaine. Mais quoique leur intérêt n’en soit pas diminué pour l’analyse des mythes, les manifestations de solitaires épars parmi les bêtes ne paraissent pas plus nombreuses que fiables. Mieux vaut donc s’en remettre au suivi des développements psychiques des enfants, des aveugles, des sourds et des muets dont les sens pallient l’insuffisance de culture :

  • 132 Tylor, 1863, 32.

Même les cas les plus authentiques d’êtres humains tombés dans un état plus abaissé encore que les pires tribus sauvages ne présentent pas de valeur pour l’anthropologiste. Pour chacun d’eux, il est impossible de savoir jusqu’à quel point leur vie misérable résultait soit du défaut de civilisation, soit de l’idiotie132.

  • 133 Les Yahous ou Yahoos, race d’hommes-animaux dégénérés et abjects, sont tirés du roman de Jonathan (...)
  • 134 Véron, 1884, 5, 11.
  • 135 Tinland, 2003, 132-135.
  • 136 Lawrence, 1819, 135-141 ; cit. 140-141.

41Aussi bien, même si le contexte évolutionniste tardif a permis d’actualiser la légende du « yahou primitif » de Jonathan Swift133, vivant « isolé », sans réflexion et dont l’« égoïsme brutal » s’exaspère doublement sous l’aiguillon des dangers et des besoins insatisfaits134, il est généralement admis que l’instruction espérée de l’examen d’individus ensauvagés par rupture extrême du lien social s’efface après le premier quart du xixe siècle135. Désormais, l’intuition des naturalistes rejoint le diagnostic des aliénistes. L’accusation de stupidité, voire de dégénération, tombe comme un couperet. Selon le professeur du Royal College of Surgeons de Londres William Lawrence, que la disgrâce des enfants sauvages soit cause ou résultat de leur relégation au fond des bois, tous offrent à l’observateur impartial l’évidente illustration d’une « organisation imparfaite ; des individus difformes, incapables de parler et présentant des phénomènes mentaux aussi rares qu’indigents ; des spécimens pathologiques, par conséquent, au lieu de parangons de la perfection humaine »136.

  • 137 Séguin, 1846, 5 et 6.

42Constatée en bien d’autres registres, la médicalisation des déviances tourne ici à la dénégation. Pour le consensus des anthropologues, le Sauvage sombre dans l’insignifiance : « La merveille se dissipa bientôt devant la réalité, le dégoût remplaça l’enthousiasme ». D’autre manière, faudrait-il, comme le dit cruellement l’éducateur des arriérés Édouard Séguin à propos de Victor de l’Aveyron [mort en 1828], « relever ce cadavre qui n’a jamais réellement vécu ? »137… Simple « déshérité de l’intelligence », sans vraies virtualités, l’« hôte de la forêt » tant vanté n’est plus, et ne sera jamais, l’homme « selon la nature » des projections primitivistes.

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, an IX-1800 (1er trimestre), « Réflexions sur le Sauvage de l’Aveyron, et sur ce qu’on appelle en général, par rapport à l’homme, l’état de nature », La Décade philosophique, littéraire et politique, p. 8-18.

Arnaud, S., 2015, The Writing of Deafness and the Construction of Normalcy in France between 1789 and 1914, mémoire d’HDR, Université de Strasbourg.

Azouvi, F., 1985, « Homo duplex », Gesnerus, 42, p. 229-244.

Barnard, A., 1995, « Monboddo’s orang outang and the definition of man », dans Corbey, R. et Theunissen, B. (dir.), Ape, Man, Apeman: Changing Views since 1600, Leyde, Leiden University, p. 71-85.

Blanckaert, C., 1988, « J.-J. Virey, observateur de l’homme (1800-1825) », dans Bénichou, C. et Blanckaert, C. (dir.), Julien-Joseph Virey, naturaliste et anthropologue, Paris, Vrin, p. 97-182.

Blanckaert, C., 1992, « La valeur de l’homme : l’idée de nature humaine chez Buffon », dans Gayon, J. (dir.), Buffon 88, Paris, Vrin, p. 583-600.

Blanckaert, C., 2007, « Héros ou antimodèle ? (In)actualités de Rousseau dans l’anthropologie française au xixe siècle », dans Forni Rosa, G. et Lefebvre, F. (dir.), Rousseau dans le xixe siècle. Politique, religion, sciences humaines, Montmorency, Comité du Mont-Louis, Université de Bologne-Musée Jean-Jacques Rousseau, p. 171-193.

Blanckaert, C., 2010, « L’Idéologie dans la zoologie. Lamarck et les naturalistes », dans Angelis, S. de, Gelzer, F. et Gisi, L. M. (dir.), Natur“, Naturrecht und Geschichte, Aspekte eines fundamentalen Begründungsdiskurses der Neuzeit (1600-1900), Heidelberg, Universitätsverlag Winter, p. 139-184.

Blumenbach, J.F., an XI-1803, Manuel d’histoire naturelle, Artaud, S. (trad.), Metz/Paris, Collignon/Levrault Frères, Henrichs, Lenormant, t. 1.

Blumenbach, J.F., 1865a, On the natural variety of Mankind (De Generis Humani Varietate Nativa, 1775), dans Bendyshe, T. (éd.), The Anthropological Treatises of Johann Friedrich Blumenbach, Londres, Longman, Green, Longman, Roberts & Green, p. 65-143.

Blumenbach, J.F., 1865b, Contributions to Natural History (1re éd. 1790 ; rééd. Part i, 1806 et ii, 1811), dans Bendyshe, T. (éd.), The Anthropological Treatises of Johann Friedrich Blumenbach, Londres, Longman, Green, Longman, Roberts & Green, p. 277-340.

Bonnaterre, P.J., an VIII, Notice historique sur le sauvage de l’Aveyron et sur quelques autres individus qu’on a trouvés dans les forêts, à différentes époques, Paris, Veuve Panckoucke.

Bory de Saint-Vincent, J.-B., 1825, « Homme. Homo », dans id. (dir.), Dictionnaire classique d’histoire naturelle, Paris, Rey et Gravier, Baudouin Frères, t. 8, p. 269-346.

Bossi, L., 2003, Histoire naturelle de l’âme, Paris, PUF.

Brouard-Arends, I., 1998, « L’Élève de la nature de Guillard de Beaurieu (1763) ou l’altérité initiatique », dans Véga-Ritter, M. et Montandon, A. (dir.), L’un(e) miroir de l’autre, Clermont-Ferrand, Université Blaise Pascal/CRLMC, p. 53-59.

Buffon, G.L. Leclerc de, 1954, dans Piveteau, J. (éd.), Œuvres philosophiques, Paris, PUF.

Buffon, G.L. Leclerc de, 1971, dans Duchet, M. (éd.), De l’homme, Paris, Maspero [nelle éd. 2006, Paris, L’Harmattan].

Cabanis, P.-J.-G., 1956a, Rapports du physique et du moral de l’homme (an X, 1802), dans Lehec, C. et Cazeneuve, J. (éd.), Œuvres philosophiques, Paris, PUF, t. 1, p. 105-631.

Cabanis, P.-J.-G., 1956b, « Coup d’œil sur les révolutions et sur la réforme de la Médecine » (an XII-1804), dans Lehec, C. et Cazeneuve, J. (éd.), Œuvres philosophiques, Paris, PUF, t. 2, p. 65-254.

Chappey, J.-L., 2002, La Société des Observateurs de l’Homme (1799-1804). Des anthropologues au temps de Bonaparte, Paris, Société des études robespierristes.

Chappey, J.-L., 2017, Sauvagerie et Civilisation. Une histoire politique de Victor de l’Aveyron, Paris, Fayard.

Condillac, É. Bonnot, abbé de, 1973, Essai sur l’origine des connaissances humaines, Auvert-sur-Oise, Galilée.

Condillac, É. Bonnot, abbé de, 1984, Traité des sensations (1754), Paris, Fayard.

Cuvier, F. 1825, « De la sociabilité des animaux », Mémoires du Muséum d’histoire naturelle, 13, p. 1-27.

Daubenton, L.J.M., 1782, « Histoire naturelle de l’homme », dans Encyclopédie méthodique. Histoire naturelle des animaux, Paris/Liège, Panckoucke/Plomteux, 1, p. xix-lxxxxii.

Delasiauve, L., 1865, « Le sauvage de l’Aveyron », Journal de médecine mentale, 5, p. 197-211.

[Delisle de Sales, J.-B.-C.], 1777, De la philosophie de la nature ou traité de morale pour l’espèce humaine tiré de la philosophie et fondé sur la nature, 3e éd., Londres.

Degérando, J.-M., an VIII, Des signes et de l’art de penser considérés dans leurs rapports mutuels, Paris, Goujon, Fuchs, Henrichs.

Degérando, J.-M., 1883, « Considérations sur les diverses méthodes à suivre dans l’observation des peuples sauvages » (1800), Revue d’Anthropologie, 2e série, 6, p. 153-182.

Derathé, R., 1974, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps (1950), 2e éd. Paris, Vrin.

Destutt de Tracy, A.-L.-C., an IX, Projet d’éléments d’idéologie à l’usage des Écoles centrales de la République française, Paris, Pierre Didot, Firmin Didot, Debray.

Destutt de Tracy, A.-L.-C., 1992, Mémoire sur la faculté de penser. De la métaphysique de Kant et autres textes, Paris, Fayard.

Douthwaite, J.V., 1997, « Homo ferus: Between monster and model », dans Curran, A., Maccubbin, R.P. et Morrill, D.F. (dir.), Faces of monstrosity in eighteenth-century thought, Special issue, Eighteenth-Century Life, 21/2, p. 176-202.

Douthwaite, J.V., 2002, The Wild Girl, Natural Man and the Monster. Dangerous experiments in the age of Enlightenment, Chicago/Londres, University of Chicago Press.

Duris, P., 1993, Linné et la France (1780-1850), Genève, Droz.

Eghigian, G., Killen, A. et Leuenberger, C., 2007, « The self as project: Politics and the human sciences in the twentieth Century », Osiris, 22, p. 1-25.

Ferguson, A., 1992. Essai sur l’histoire de la société civile (1783), Bergier, M. (trad.), Gautier, C. (éd.), Paris, PUF.

Gall, F.-J., 2004, Sur les fonctions du cerveau, t. 1, Sur l’origine des qualités morales (1822), rééd. Nicolas, S. (éd.), Paris, L’Harmattan.

Gall, F.-J. et Spurzheim, J.-G., 1812, Anatomie et physiologie du système nerveux en général, et du cerveau en particulier, Paris, F. Schoell, t. 2.

Gineste, T., 1981, Victor de l’Aveyron. Dernier enfant sauvage, premier enfant fou, Paris, Le Sycomore.

Hervé, G., 1911, « Le Sauvage de l’Aveyron devant les Observateurs de l’homme (avec le rapport retrouvé de Philippe Pinel) », Revue anthropologique, 21, p. 383-398, 441-454.

Hoppius, C.E., 1865, « The Anthropomorpha of Linnaeus » (1760), dans Bendyshe, T., « The history of Anthropology », Memoirs read before the Anthropological Society of London, vol. 1 [1863-1864], Londres, Trübner and Co, p. 448-458.

Itard, J.-M.-G., 1981, « De l’éducation d’un homme sauvage ou des premiers développements physiques et moraux du jeune sauvage de l’Aveyron » (an X), dans Gineste, T., Victor de l’Aveyron. Dernier enfant sauvage, premier enfant fou, Paris, Le Sycomore, p. 217-252.

Jéhan [de Saint-Clavien], L.-F., 1853, Dictionnaire d’Anthropologie, ou Histoire naturelle de l’homme et des races humaines, Petit-Montrouge, Éditions J.-P. Migne.

Kilborne, B., 1980, « Le sauvage et l’homme », L’Ethnographie, 76, p. 243-251.

Lacepède, B. de, an VI, Discours d’ouverture et de clôture du cours d’histoire naturelle des animaux vertébrés et à sang rouge donné dans le Muséum national d’Histoire naturelle, l’an VI de la république, Paris, Plassan.

La Mettrie, J. Offray de, 1981, L’homme-machine (1748), Assoun, P.-L. (éd.), Paris, Denoël-Gonthier.

La Mettrie, J. Offray de, 1987. Traité de l’âme (1751), dans Œuvres philosophiques. Paris, Fayard, t. 1, p. 121-243.

Lane, H., 1979, L’enfant sauvage de l’Aveyron. Évolution de la pédagogie, d’Itard à Montessori, Butel, C. (trad.), Paris, Payot.

Larrey, D.J., 1817, Mémoires de chirurgie militaire et campagnes du baron D.J. Larrey, Paris, J. Smith, t. 4.

Lawrence, W., 1819, Lectures on Physiology, Zoology, and the Natural History of Man, delivered at the Royal College of Surgeons, Londres, J. Callow.

Lequin, M., 2019, Bipédie et origines de l’humanité. Philosophie et histoire de la paléoanthropologie, Paris, Hermann.

Lévesque, P.C., an IX-1801, « Notice des travaux de la classe des sciences morales et politiques, pendant le premier trimestre de l’an X », Magasin encyclopédique, ou journal des sciences, des lettres et des arts, 7e année, 5, p. 247-265.

Linné, C. von, 1758, Systema naturae per Regna Tria Naturae, 10e éd., t. 1, Stockholm.

Maillet, B. de, 1984, Telliamed ou entretiens d’un philosophe indien avec un missionnaire français sur la diminution de la mer (1755), Paris, Fayard.

Mandelbaum, J., 1980, La Société philomathique de 1788 à 1835, thèse de doctorat EHESS.

Millin, A.-L., 1797, Elémens d’histoire naturelle, 2e éd., Paris, Levrault.

Moravia, S., 1970, La Scienza dell’uomo nel Settecento, Bari, Laterza.

Moravia, S., 1982, Filosofia e Scienze Umane nell’Età dei Lumi, Florence, Sansoni.

[Pauw, C. de], 1770, Recherches philosophiques sur les Américains, ou Mémoires intéressants pour servir à l’Histoire de l’Espece Humaine, Londres.

Racault, J.-M., 1989, « Le motif de “l’enfant de la nature” dans la littérature du xviiie siècle, ou la recréation expérimentale de l’origine », dans Grell, C. et Michel, C. (dir.), Primitivisme et mythes des origines dans la France des Lumières 1680-1820, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, p. 101-117.

Restif de la Bretonne, N.-E., s.d. [1781], La découverte australe par un homme-volant, ou le Dédale français, Leipzig.

Rousseau, J.-J., 1964, Discours sur l’origine et les fondemens de l’inégalité parmi les hommes (1755), dans Gagnebin, B. et Raymond, M. (éd.), Œuvres complètes, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), t. 3, p. 109-223.

Roussel, J., 1972, Jean-Jacques Rousseau en France après la Révolution 1795-1830. Lectures et légende, Paris, Armand Colin.

Saint-Simon, C.-H. de, 1876, Mémoire sur la science de l’homme (1813), dans Œuvres de Saint-Simon publiées par les membres du conseil institué par Enfantin, Paris, E. Dentu, t. 11, p. 7-313.

Salomon-Bayet, C., 1978, L’institution de la science et l’expérience du vivant, Paris, Flammarion.

Savioz, R., 1948, La philosophie de Charles Bonnet de Genève, Paris, Vrin.

Sebastiani, S., 2015, « Challenging Boundaries. Apes and Savages in Enlightenment », dans Hund, W.D., Mills, C.W., et Sebastiani, S. (dir.), Simianization. Apes, Gender, Class and Race, Zurich, LIT, p. 105-137.

[Senancour, É. Pivert de], 1793, Sur les générations actuelles. Absurdités humaines, Paris.

Séguin, É., 1846, Traitement moral, hygiène et éducation des idiots et des autres enfants arriérés, Paris, J.B. Baillière.

Stoczkowski, W., 1995, « Portrait de l’ancêtre en singe : l’hominisation sans évolutionnisme dans la pensée naturaliste du xviiie siècle », dans Corbey, R. et Theunissen, B. (dir.), Ape, Man, Apeman: Changing views since 1600, Leyde, Leiden University, p. 141-155.

Strivay, L., 2006, Enfants sauvages. Approches anthropologiques, Paris, Gallimard.

Tinland, F., 1971, Histoire d’une jeune fille sauvage trouvée dans les bois à l’âge de dix ans…, Bordeaux, Ducros.

Tinland, F., 2003, L’homme sauvage. Homo Ferus et Homo Sylvestris (1968), Paris, L’Harmattan.

Tylor, E.B., 1863, « Wild men and Beast-children », The Anthropological Review, 1/1, p. 21-32.

Valmont de Bomare, J.-C., 1775, « Homme sauvage », dans Dictionnaire raisonné universel d’histoire naturelle, Paris, Brunet, t. 4, p. 498-503.

Véron, E., 1884, La morale, Paris, C. Reinwald.

Virey, J.-J., an IX, Histoire naturelle du genre humain, ou Recherches sur ses principaux Fondemens physiques et moraux ; précédées d’un Discours sur la nature des êtres organiques et sur l’ensemble de leur physiologie. On y a joint une Dissertation sur le sauvage de l’Aveyron, Paris, impr. de F. Dufart.

Virey, J.-J., an XI-1803a, « Homme », dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, Paris, Imp. De Crapelet, Deterville, t. 11, p. 99-317.

Virey, J.-J., an XI-1803b, « Homme sauvage », dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, Paris, Imp. De Crapelet, Deterville, t. 11, p. 322-331.

Virey, J.-J., an XI-1803c, « Instinct », dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, Paris, Imp. De Crapelet, Deterville, t. 12, p. 122-131.

Virey, J.-J., 1817a, « Homme », dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, nelle éd., Paris, Deterville, t. 15, p. 1-255.

Virey, J.-J., 1817b, « Homme sauvage », dans Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux arts, nelle éd., Paris, Deterville, t. 15, p. 260-270.

Virey, J.-J., 1824, Histoire naturelle du genre humain, nelle éd. augmentée et entièrement refondue, Paris, Crochard.

Volney, C.-F., 1793, La loi naturelle, ou catéchisme du citoyen français, Paris, Sallior.

Weber, G., 1974, « Science and Society in Nineteenth-Century Anthropology », History of Science, 12/4, p. 260-283.

Zimmermann, E.A., 1784, Zoologie géographique. L’Homme (1777), Cassel, Imprimerie française.

Zingg, R.M., 1980, Hommes sauvages et cas d’extrême isolement chez des individus, dans Singh, J.A.L. et Zingg, R.M., L’homme en friche, de l’enfant-loup à Gaspar Hauser (1942), trad. Stroobants, M., Bruxelles, Complexe.

Haut de page

Notes

1 Destutt de Tracy, an IX, 245.

2 Ferguson, 1992, 109.

3 Voir Bossi, 2003, 257.

4 Millin, 1797, 212.

5 Saint-Simon, 1876, 117 et suiv. ; cit., 126.

6 Douthwaite, 2002 et Chappey, 2017.

7 Voir Arnaud, 2015.

8 Voir Chappey, 2002, 393 et suiv.

9 Linné, 1758, 20.

10 Jéhan, 1853, art. « Facultés de l’homme », col. 543, 553 note 252, 542.

11 L’odyssée du marin écossais Alexander Selkirk, qui séjourna de 1704 à 1709 dans une île déserte au large du Chili, a inspiré, après Daniel Defoe, le genre littéraire des « robinsonnades » illustrant la réhabilitation de l’homme par son travail et son ingéniosité, le self-made man. La thématique de l’« élève de la nature », philosophe autodidacte élevé hors de toute présence humaine, est plus ancienne et largement polysémique. Ses fonctions démonstratives sont analysées dans Racault, 1989.

12 Daubenton, 1782, XXXVI.

13 Degérando, 1883, 171.

14 Volney, 1793, 26-27 ; cf. Roussel, 1972, 57-61 et Blanckaert, 2007, 174-175.

15 Zimmermann, 1784, 203.

16 Pour la période étudiée, le répertoire des hommes sauvages le mieux documenté est fourni par Robert M. Zingg (1980, 190-269). Voir également Tinland (1971 et 2003, chap. 2) et Douthwaite (1997 et 2002, chap. 1).

17 Voir La Mettrie, 1987, 236-237.

18 Maillet, 1984, 295.

19 Restif de la Bretonne, s.d., vol. 2, 279-282 et vol. 4, 96 et 173.

20 Delisle de Sales, 1777, t. 1, 267.

21 Pauw, 1770, t. 2, 76-78.

22 Virey, 1824, t. 1, 28-29.

23 Blumenbach, 1865a, 84-87. Sur cette problématique qui n’est ici qu’effleurée, voir entre autres les études de Franck Tinland (2003, 173-186) et Mathilde Lequin (2019, chap. 1).

24 La Mettrie, 1987, 237.

25 La Mettrie, 1981, 119.

26 Salomon-Bayet, 1978, 205.

27 Weber, 1974, 266 ; Douthwaite, 2002, chap. 2.

28 Racault, 1989, 104 ; Brouard-Arends, 1998, 54.

29 Condillac, 1984, 4e partie, chap. 7, 253-254.

30 Ibid., 253-255.

31 Condillac, 1973, 1re partie, section 4, chap. 2, cit., 170.

32 Delisle de Sales, 1777, t. 2, 2e part., livre 2, chap. 9.

33 Ibid., t. 1, 264 et suiv.

34 Condillac débute sa démonstration par l’odorat.

35 Degérando, an VIII, t. 1, XV, note 1.

36 Cabanis, 1956a, 551-558.

37 Ibid., 552, 558.

38 Voir Savioz, 1948, 34 et suiv., chap. VIII.

39 Salomon-Bayet, 1978, 207.

40 Degérando, an VIII, t. 1, I-II.

41 Cabanis, 1956a, 556.

42 Voir Eghigian, Killen et Leuenberger, 2007, 5.

43 Voir ci-après l’exemple de Julien-Joseph Virey. Chez la plupart des auteurs, l’appel de la solitude fait office d’exutoire rhétorique aux maux de la société. Voir [Senancour], 1793, 93, note a : « Maintenant encore, selon vous, je ne saurois vivre isolé : c’est une tyrannie de plus. […] donnez-moi, dans quelque terre inhabitée, ce que la nature m’avoit destiné, & que vous avez envahi ; & vous éprouverez si des besoins factices me ramèneront jamais vers vous ». Sur les appropriations contrastées de l’œuvre de Rousseau après la Révolution, voir Roussel, 1972.

44 Destutt de Tracy, an IX, 246.

45 Ibid., 247.

46 Blumenbach, an XI-1803, 78-80.

47 Cas exemplaire quoique sans égal par sa radicalité, l’avocat et philosophe écossais James Burnett, lord Monboddo, cherchait à repérer « par quelles transitions fluentes et insensibles nous avons passé du pur animal au sauvage et du sauvage à l’homme civilisé » (cité dans Tinland, 1971, annexe V). Ayant rencontré en France la fille sauvage de Champagne, puis, en Angleterre, Peter de Hanovre recueilli par un fermier du Hertfordshire, il considérait que l’homme naturel, solitaire et muet, précédait l’orang-outan, déjà grégaire, dans la séquence des développements de la nature humaine (voir Barnard, 1995). Marie-Angélique, la fille de Champagne, avait appris à parler et Monboddo transforma son récit en « laboratoire expérimental pour retracer la progression universelle de l’espèce humaine, de sa condition sauvage primordiale jusqu’à la société civile » (Sebastiani, 2015, 118-120).

48 Weber, 1974, 266.

49 Anonyme, an IX, 8.

50 Bonnaterre, an VIII, 21.

51 Valmont de Bomare, 1775, 503.

52 Virey, an IX, t. 2, 290.

53 Voir Gineste, 1981, 53.

54 Virey, an IX, t. 2, 350.

55 Delasiauve, 1865, 197.

56 Voir Gineste, 1981, chronologie documentaire, part. 6 ; Chappey, 2002, 206-207, 363-372.

57 Enregistrée par tous les observateurs, une profonde cicatrice barrant le cou de l’enfant, indiciaire d’un homicide prémédité, dispense Virey d’en savoir plus. En une très longue note de quatre pages, il s’épanchera sur l’indignité des géniteurs, les drames de l’adultère et la malveillance des gouvernements (Virey, an IX, t. 2, 311-314, note 3).

58 Virey, an IX, t. 2, 291-292, 294-295, 324, 296-297.

59 Ibid., t. 2, 317.

60 Ibid., t. 1, 109.

61 Virey, 1817b, 262.

62 Pinel dans Gineste, 1981, 211-217.

63 Itard, 1981.

64 Voir Lévesque, an IX-1801, 256-257.

65 Virey, an IX, t. 1, 95.

66 Strivay, 2006, 324.

67 Virey, an IX, t. 2, 290.

68 Ibid., t. 1, 92.

69 Rousseau, 1964, 134 et note III, 196-198.

70 Strivay, 2006, 323 ; voir aussi Douthwaite, 2002, 57.

71 Virey, an IX, t. 2, 291.

72 Toute la partie descriptive et « philosophique » du mémoire de Bonnaterre est reproduite par Harlan Lane (1979, 42-56) avec des inserts entre parenthèses d’extraits de la dissertation de Virey. Ce montage importun réduit leurs écarts ou leurs apports respectifs. De son côté, l’anthologie de Thierry Gineste omet tout le paratexte des notes dans sa transcription de Virey, au motif qu’elles ne seraient que des citations de la Notice de P.J. Bonnaterre (Gineste, 1981, texte 64 et 320, note). Cette assertion n’est guère justifiée.

73 Cabanis, 1956b, 209-213.

74 Blumenbach, an XI-1803, 49-50.

75 Bonnaterre, an VIII, 36, 42.

76 Virey, an IX, t. 2, 342 et 327.

77 Blumenbach, an XI-1803, 7-8.

78 Degérando dans Lévesque, an IX-1801, 256.

79 Virey, an IX, t. 2, 348.

80 Bonnaterre, an VIII, 27, 43, 46, 50.

81 Ibid., 33.

82 Virey, an IX, t. 1, 91-94; t. 2, 347-348.

83 Stoczkowski, 1995.

84 Lacepède, an VI, 8.

85 Ibid., 6.

86 Anonyme, an IX, 13-14. Cet article anonyme a été faussement attribué d’abord à Degérando (Roussel, 1972, 54-56), puis à Virey (Gineste, 1981, 319). Il ne reflète en rien le style et les convictions de Virey à cette date.

87 Voir Blanckaert, 2010.

88 Voir Duris, 1993.

89 Hoppius, 1865, 449-450.

90 Mandelbaum, 1980, t. 1, 46-51; Duris, 1993, 91.

91 Virey, an XI-1803a, 118; 1817a, 23.

92 Bonnaterre, an VIII, 34, 50, 49.

93 Virey, an IX, t. 2, 348.

94 Bonnaterre, an VIII, 32 et 42-43.

95 Chappey, 2002, 236, 349.

96 Hervé, 1911.

97 Virey le dénomme à l’occasion Joseph, sans doute par confusion avec l’enfant-ours lituanien baptisé Joseph Ursin (Valmont de Bomare, 1775, 501).

98 Virey, an IX, t. 2, 305, 334, 336, 335.

99 Ibid., 336.

100 Voir Azouvi, 1985.

101 Virey, an XI-1803c, 130.

102 Virey, an IX, t. 2, 337-338.

103 Virey, an XI-1803c, 130.

104 Virey, an IX, t. 2, 345.

105 Buffon, 1971, 297.

106 Voir Blanckaert, 1992.

107 Buffon, 1954, 374-375. Une fiction d’histoire raisonnée ou « conjecturale » que prolongera Destutt de Tracy dans son Mémoire sur la faculté de penser, rédigé entre 1796 et 1798 (Destutt de Tracy, 1992, 3e part., chap. 1).

108 Virey, an IX, t. 2, 317-318 ; voir aussi 332-333, 341-346. Tous les développements qui précèdent démarquent fidèlement certaines propositions de la première partie du Discours sur l’origine de l’inégalité de Rousseau.

109 Moravia, 1982, 292-295.

110 Virey, an IX, t. 1, 169. Le conflit entre sauvagerie et civilisation, réplique du dualisme des moi d’instinct et d’intelligence, explique pour Virey les vicissitudes de l’histoire sociale (voir Blanckaert, 1988, en part. 158-162).

111 Blumenbach, 1865b, 336-340.

112 Virey, an IX, t. 1, 104-107 et t. 2, 263 ; sur le rousseauisme de Virey, voir Blanckaert, 2007.

113 Virey, an XI-1803b, 324 ; voir également an IX, t. 2, 262 ; 1817b, 262 ; 1824, t. 3, 431.

114 Virey, an IX, t. 2, 338-340.

115 Virey, an XI-1803b, 331.

116 Virey, 1817b, 269.

117 Réputé comme pharmacien, le polygraphe Virey se passionnera surtout pour l’histoire naturelle et l’anthropologie. Devenu médecin en 1814, il démissionnera de ses fonctions de pharmacien en chef du Val-de-Grâce. Itard soutiendra sa thèse de médecine en 1803 et se spécialisera dans les pathologies de l’oreille et le traitement des troubles de l’audition. Il cesse en fait de soigner Victor dès 1804.

118 Bory de Saint-Vincent, 1825, 271-272 et note 1.

119 Blumenbach, 1865b, 339.

120 Virey, an IX, t. 2, 300-301, 305, 309-310.

121 Larrey, 1817, 17-18.

122 Séguin, 1846, 5 ; voir Strivay, 2006, 326.

123 Gall et Spurzheim, 1812, 41-44 ; voir aussi Gall, 2004, 190-192.

124 Delasiauve, 1865, 198-199.

125 Ibid., 210.

126 Moravia, 1970, 145.

127 Kilborne, 1980, 247.

128 Blumenbach, 1865b, 339.

129 Blumenbach, 1865a, 129.

130 Derathé, 1974, 142 et suiv.

131 Cuvier, 1825, 3.

132 Tylor, 1863, 32.

133 Les Yahous ou Yahoos, race d’hommes-animaux dégénérés et abjects, sont tirés du roman de Jonathan Swift Le voyage chez les Houyhnhnms [des chevaux raisonnables], dernier temps du périple de Gulliver.

134 Véron, 1884, 5, 11.

135 Tinland, 2003, 132-135.

136 Lawrence, 1819, 135-141 ; cit. 140-141.

137 Séguin, 1846, 5 et 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Blanckaert, « Les animaux dénaturés »Revue d’histoire des sciences humaines, 38 | 2021, 39-67.

Référence électronique

Claude Blanckaert, « Les animaux dénaturés »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 38 | 2021, mis en ligne le 12 juillet 2021, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/5713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.5713

Haut de page

Auteur

Claude Blanckaert

CNRS, Centre Alexandre-Koyré (UMR 8560)

Articles du même auteur

  • Table ronde sur l’histoire des sciences humaines et sociales
    A fascinating and unpredictable world. A round table on the history of human and social sciences
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 34 | 2019
  • Armand de Quatrefages, la formation des races et le darwinisme au Muséum national d’histoire naturelle
    For a theory of human evolution. Armand de Quatrefages, Darwinism, and how races are formed, at the Muséum national d’histoire naturelle
    Paru dans Revue d’histoire des sciences humaines, 27 | 2015
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search