Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29DossierNaissance et mutations d’un march...

Dossier

Naissance et mutations d’un marché éditorial : les manuels du supérieur

Birth and transformations of an editorial market: Higher education textbooks
Jean-Yves Mollier
p. 25-42

Résumés

Si le manuel destiné à l’enseignement supérieur a fini par s’imposer en France après 1960, il ne possède pas cette épaisseur historique des Companions britanniques, apparus un siècle plus tôt. Certes, la tradition de la pecia remonte au Moyen Âge et précède l’imprimerie mais elle ne concernait que les clercs, non un public d’étudiants post-baccalauréat estimé à plus de deux millions d’individus aujourd’hui. De plus en plus proche dans sa forme du manuel du secondaire qui, lui-même, a emprunté les voies du manuel à l’usage du primaire, le manuel du supérieur actuel a été précédé par des collections du type « Que sais-je ? », « Kiosque » ou « 10-18 » avant de s’imposer avec « U » puis « Cursus » et « Carré H » et de proliférer chez de multiples éditeurs spécialisés. Cet article tente de faire l’archéologie du phénomène, d’en analyser les développements et les mutations d’un siècle à l’autre et esquisse des comparaisons, avec la Grande-Bretagne, l’Allemagne et les États-Unis pour mieux souligner les spécificités du manuel à la française.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Mollier, 2008, 402-409.
  • 2  Mollier, 1999, 162-170.

1Lorsque le groupe Hachette Livre dut choisir, en 2004, parmi les filiales de Vivendi Universal Publishing, les maisons d’édition qu’il conserverait en propre, il décida immédiatement de renforcer ses positions dans le supérieur en s’emparant d’Armand Colin, de Dalloz, de Larousse et de Nathan Supérieur1. Convaincu qu’il était en retard sur ses concurrents dans ce domaine, il avait recruté la créatrice de la collection « Cursus », Caroline Leclerc, pour dessiner les contours de la collection « Carré H » quelques années auparavant, mais il lui fallait aller plus loin, en ce début de xxie siècle, et se doter d’outils à la hauteur de ses ambitions. D’une certaine manière, ses dirigeants tentaient, à deux siècles de distance, la même opération qui avait permis à Louis Hachette de transformer de fond en comble le marché du livre élémentaire au tout début des années 18302. Toutefois, s’il est aisé de repérer historiquement la naissance de ce nouveau marché du livre scolaire destiné au premier degré de l’enseignement, et les étapes de son développement, des années 1830 aux années 1880 puis de celles-ci à nos jours, il est beaucoup plus compliqué de s’entendre sur l’avènement des manuels du supérieur.

  • 3  Fouché, Péchoin, Schuwer, 2011.
  • 4  Le Goff, 1957.

2La première difficulté provient des termes eux-mêmes. Si, à nos yeux, le supérieur se confond avec l’université, à laquelle on adjoint les classes préparatoires et les grandes écoles, bref, tout l’enseignement post-baccalauréat, il n’en était pas ainsi dans le passé. L’Université impériale conçue par Napoléon Ier incluait en effet tout le second degré actuel et les lycées accueillaient les enfants en 8e, soit dans les deux dernières classes de ce qui constitue pour nous le primaire. Au-delà de cet écueil, l’enseignement supérieur n’a vraiment ouvert ses portes à la majorité d’une classe d’âge que récemment et son explosion ne date guère que des années 1960-1980. À sa façon, la crise universitaire de Mai 68 symbolise cet afflux massif d’étudiants qui ont fait s’écrouler les murs de la vieille Sorbonne et l’ont obligée à ouvrir des « antennes universitaires » à Nanterre et Vincennes, avant que ces dernières ne coupent le cordon ombilical qui les reliait à leur génitrice et ne prennent leur autonomie. Les éditeurs ont alors compris qu’un authentique marché s’ouvrait à eux et ils l’ont largement défriché. Pourtant le manuel du supérieur n’est pas né avec la collection « U » chez Armand Colin, la « Clio » ou la « Thémis » aux Presses universitiaires de France (PUF), pas plus qu’avec leurs concurrentes de la seconde moitié du xxe siècle. Dès les origines de l’université, bien avant que Gutenberg ne voie le jour, les professeurs utilisaient le système de la pecia – littéralement la pièce ou le morceau de manuscrit – pour vendre leurs cours et ajouter un complément à leur rémunération3. Pour l’étudiant de l’époque, le fait d’être autorisé à copier une partie du cours, en général deux feuilles de parchemin, facilitait le travail de mémorisation, alors l’essentiel de ce que l’on attendait de lui, tout en marquant l’entrée dans une sorte de communauté invisible, celle des clercs, dont le professeur était le centre4.

3Sans faire un trop gros effort d’imagination, on pourrait malicieusement voir dans la pecia des xiie-xve siècles l’origine des polycopiés, ou encore « poly », ces cours dactylographiés qui étaient à la fois la justification du service rendu aux adhérents des « corpos » de l’Unef au début des années 1960 et une assurance contre des surprises désagréables lors des examens. D’une « copie » à l’autre, du xiiie siècle d’Abélard au xxe de Gustave Lanson, du doyen Georges Vedel et de leurs successeurs, on continuait à fonder sur la mémoire et la reproduction quasiment à l’identique l’apprentissage des étudiants. Malgré Pestalozzi, Pierre Larousse, Célestin Freinet, et tous les partisans de pédagogies nouvelles, rien n’avait fondamentalement changé, ce qui, paradoxalement, rendait l’acquisition des grades universitaires relativement aisée pour qui en avait déchiffré les codes de fonctionnement. L’un des exemples les plus célèbres de parodie de la rhétorique universitaire dans ce qu’elle avait de plus absurde demeure celui de Louis Althusser. Normalien et agrégatif de philosophie, il reproduisit trois fois la même copie à l’écrit, et deux fois la même leçon à l’oral, se contentant de changer les citations et les références aux auteurs. Furieux, le jury le rétrograda à la place de deuxième alors que ses notes le désignaient pour être le major de sa promotion cette année-là !

  • 5  Mollier, 1988, 281-287.

4Au même moment, de nombreux étudiants fréquentaient à la fois les bancs de la faculté de droit, rue d’Assas, et ceux de l’École libre des sciences politiques, rue Saint-Guillaume – une institution où, avant-guerre, « on apprenait à monter à cheval et à porter correctement un monocle », disait la tradition. On retrouve celle-ci dans les romans de Marcel Proust qui décrit merveilleusement l’examen le plus redouté par ceux qui passaient le concours du Quai d’Orsay, la cérémonie du thé servi par des femmes d’ambassadeurs très sourcilleuses en matière d’étiquette. En ces temps où, tel le jeune François Mitterrand, on pouvait décrocher une licence et obtenir le diplôme de Sciences Po sans trop user ses pantalons de golf sur les bancs des deux institutions, l’usage du « manuel » n’était pas véritablement indispensable, pas plus que l’assiduité aux cours, rarement vérifiée. De façon générale, rien ne bougea vraiment avant le vote de la loi Edgar Faure de 1968 qui rendit l’assistance aux TD obligatoire, imposant le contrôle continu et, partant, le recours aux livres destinés aux étudiants du supérieur plus systématique. L’invention de la collection « Points Histoire » aux éditions du Seuil s’inscrit dans ce contexte où un jeune assistant de la faculté de Vincennes, Michel Winock, s’employa à recruter ses collègues pour délivrer aux bacheliers post-soixante-huitards les bases d’un enseignement de masse. Passé ensuite à l’Institut d’études politiques qui avait succédé à l’École libre des sciences politiques, il y retrouva deux autres historiens, Serge Berstein et Pierre Milza, dont les manuels du supérieur, chez Masson, un éditeur d’abord spécialisé dans les livres de médecine5, devinrent l’objet d’une exploitation à grande échelle. Placés dans la collection « Premier cycle. Histoire de l’Europe », ils appartenaient à une série qui avait vocation à recevoir un volume par pays, l’Italie, le Royaume Uni, l’Allemagne venant les uns après les autres réunir l’essentiel des connaissances demandées à un étudiant aspirant à devenir haut fonctionnaire ou cadre dans une banque ou encore une grande entreprise.

Qu’est-ce qu’un manuel du supérieur ?

5S’il est aisé de définir un manuel du primaire, la notion ne s’est cependant imposée dans ce cycle d’études qu’à la fin du xixe siècle, se substituant aux « abrégés » – les épitomé – très à la mode depuis le précédent, aux anthologies des auteurs classiques et autres « cours » ou, plus simplement, aux « livres de » utilisés antérieurement. Désignant un volume portatif, de dimensions réduites – l’in-18 (18,5 cm × 11,5 cm) s’est imposé dans tous les secteurs de l’édition autour de 1830-1850 – le manuel ou ce que l’on appelle ainsi aujourd’hui inclut en fait bien des ouvrages de format et d’aspect très différents. En histoire, un volume de la collection « Points Histoire » est devenu depuis longtemps un véritable « manuel » aux yeux des étudiants qui achètent les divers volumes de la « Nouvelle Histoire de la France contemporaine » (vingt au total), comme chez Flammarion, certains titres de la collection « Champs ». Chez Gallimard, « Folio Histoire » poursuit la même ambition que l’on retrouve, presque sans changement notable, chez un certain nombre d’éditeurs plus anciens. Aux PUF, le lancement, en 1941, de la collection « Que sais-je ? » a été à la base de la rédaction d’une encyclopédie perpétuelle dont un certain nombre de volumes font figure, aux yeux des étudiants en sciences humaines et sociales, d’authentiques manuels. Comme ils ont la particularité de ne jamais dépasser les 128 pages qui sont devenus un format standard chez un certain nombre de confrères – les « Repères » à La Découverte sont les jumeaux des « Que sais-je ? » et ils ont, eux-mêmes, donné naissance à bien des clones – leur contenu se mémorise sans trop de difficultés.

6À côté de ces véritables manuels portatifs qui appartiennent à des collections dites « de poche », d’autres volumes ont exercé la fonction du digest ou de la synthèse des connaissances qui résume sa fonction principale. De ce point de vue, c’est à la maison d’édition Roret, qui reprend l’idée du Companion britannique, qu’il faudrait d’ailleurs rattacher l’apparition de ces petits livres. C’est en effet chez Roret que furent publiés, entre 1840 et 1880, le Manuel du menuisier, le Manuel du maçon puis ceux de toutes les professions, donnant ainsi l’idée aux éditeurs scolaires de mettre en chantier des manuels de Physique ou de Chimie, et à ceux du supérieur des manuels de Médecine et de Chirurgie. D’autre part, avant que les facultés de lettres et de sciences ne s’ouvrent aux étudiants et en chassent progressivement le public cultivé et mondain qui les fréquentait avant les années 1880, seules les facultés praticiennes, la médecine et le droit pour simplifier, disposaient de cohortes de jeunes gens plus ou moins décidés à en suivre le cursus. La présence dans les amphithéâtres n’était d’ailleurs nullement imposée aux carabins ni aux aspirants aux professions de la basoche. On sait qu’à l’École de droit, pour obtenir les précieuses boules blanches lors des examens, les relations sociales étaient plus importantes que la récitation du cours du professeur chargé de noter le candidat. De ce fait, il était important de connaître les petites manies des maîtres, et l’on se repassait, d’une année à l’autre, des historiettes dont l’utilité n’était plus à démontrer. De même, la lecture de quelques articles publiés par une encyclopédie juridique ou médicale de bonne réputation entrait dans ce que l’on peut considérer comme l’indispensable bagage du futur clerc d’avoué ou de notaire.

  • 6  Tesnière, 2001.
  • 7  Mollier, 1984, 330-331.
  • 8Ibid., 330.

7Balzac et bien d’autres écrivains après lui ont suffisamment décrit l’ordinaire de l’étudiant du xixe siècle pour que l’on ne s’étende trop longuement sur le caractère très stéréotypé de l’examen de fin d’année dans les disciplines où l’on était censé apprendre un métier et où la pratique était considérée comme essentielle. La rédaction d’un acte ou le diagnostic précis du carabin avaient autant d’importance ou plus que la récitation du cours proprement dit. Toutefois les réformes napoléoniennes avaient, là aussi, introduit des changements, et pour obtenir ses grades, il devenait de plus en plus nécessaire de maîtriser la matière de cours publiés par les nouveaux éditeurs juridiques – Dalloz et Sirey les tout premiers, puis la Librairie générale de droit et de jurisprudence (la LGDJ), Pédone et leurs successeurs – ou médicaux – Baillière, Doin, Maloine, Masson, Vigot – voire philosophiques – Germer Baillière et Félix Alcan, Vrin, avant que les PUF et leur célèbre quadrige d’Apollon ne viennent, en 1939, mettre de l’ordre dans ce secteur6. Pour se contenter d’un exemple significatif, lorsque le fils de l’ancien ministre François Guizot, Guillaume, sera à la veille de soutenir sa thèse de doctorat, en 1858, il demandera à l’académicien Émile Augier, par l’intermédiaire de leur éditeur commun, Michel Lévy, d’intervenir afin qu’Alexandre Duranton, le professeur de droit dont il redoutait les questions, soit circonscrit en sa faveur7. « Je ne le crois pas méchant, écrivait-il, mais vous pouvez le rendre indulgent, et je pourrais avoir besoin d’indulgence, si quelque question capricieuse m’entraîne hors de mon sujet spécial [Montaigne]8 ».

  • 9  Choppin, 1991, 82.

8S’il serait absurde d’imaginer que tous les professeurs élus au Collège de France durent leur nomination à la faveur, il semble cependant évident que la progression dans la carrière universitaire dépendait de bien d’autres facteurs que l’accumulation de connaissances avant la démocratisation de l’enseignement secondaire au début des années 1930 et son ouverture progressive à tous les Français, trente ans plus tard. Avant la réforme de l’enseignement supérieur des années 1880-1885, la création du Diplôme d’enseignement supérieur (DES) en 1894 et même la fin de la Seconde Guerre mondiale, le recours massif au manuel ne concernait que les enseignements primaire et secondaire. Dans le premier, les leçons d’histoire d’Ernest Lavisse, imprimées en gras à la fin de chaque chapitre – l’équivalent d’un verset de la Bible – étaient destinées à être apprises par cœur, comme l’histoire sainte autrefois transmise par le Catéchisme historique de Fleury, un livre traduit en espagnol qui inonda l’Amérique du Sud pendant presque un siècle. Dans le secondaire, les célèbres manuels « Malet et Isaac » remplissaient une fonction semblable et transmettaient de génération en génération le récit national que certains voudraient voir renaître aujourd’hui. À leurs côtés, le manuel d’anglais de la Librairie Hachette, le « Carpentier et Fialip », se tailla une part non négligeable, anticipant sur les records atteints par les « Bled » – 530 000 volumes par an dans les années 19609 – toujours chez Hachette et par les non moins célèbres « Lagarde et Michard » qui firent la fortune de leurs auteurs et de leur éditeur, Pierre Bordas, avant de s’étendre au supérieur où ils demeurèrent longtemps utilisés pour la préparation du Capes de lettres modernes.

9Malgré la généralisation du manuel dans l’enseignement français, les étudiants du supérieur n’en connaissaient pas véritablement l’usage avant 1945. La conférence demeurant, tant pour réussir à l’agrégation que pour briller en société ou rédiger un article susceptible de séduire les lecteurs des revues politiques et littéraires – Revue des Deux Mondes, Revue de Paris, Revue bleue, etc. – la forme la plus à même de conduire au succès, le recours au digest, au résumé, à la synthèse ne s’imposait pas. La rédaction d’une thèse demandant un temps de plus en plus long en lettres – un an pour un avocat au milieu du xixe siècle – et dans les disciplines connexes, histoire, sociologie, psychologie, géographie, etc., le DES était le premier diplôme censé préparer à la recherche et lui non plus n’exigeait pas la consultation de manuels. En latin et en grec, les traductions juxtalinéaires, généralisées par Louis Hachette autour de 1830, avaient donné naissance à l’excellente collection « Guillaume Budé » aux Belles Lettres au début des années 1920, mais, on l’a compris, ces volumes des auteurs anciens n’avaient rien à voir avec ce que l’on appelle un manuel, même dans l’enseignement supérieur. De même, la collection à couverture jaune des « Classiques Garnier » permettait aux étudiants de se familiariser avec l’explication de texte au plus haut niveau, mais, là encore, on était loin du « manuel » tel qu’on l’entend de nos jours. Si l’on fait abstraction du droit et de la médecine, c’est sans doute du côté des Presses universitaires de France, dès leur naissance, en 1921, que l’on commence à voir poindre des collections qui s’apparentent à ce que l’on appelle un manuel. Encore faut-il préciser que l’un des pères fondateurs des PUF, le biologiste Maurice Caullery, est à la fois un pur produit de l’ENS – admis à Polytechnique, il a préféré la recherche et l’enseignement à une carrière d’ingénieur ou d’entrepreneur – et un excellent connaisseur des universités britanniques et américaines qu’il a longuement visitées pendant la Première Guerre mondiale.

10Or la Grande-Bretagne connaît depuis longtemps l’usage du Companion, un véritable manuel de haut niveau scientifique et un résumé des connaissances sur un sujet, le tout rassemblé en un volume allant de 300 à 600 pages et publié par les éditeurs les plus prestigieux, Oxford et Cambridge University Press notamment. Dès 1648, on a vu paraître, chez William Larner, à Londres, un livre au titre un peu étrange, Sodalis discipuli. The scholler’s Companion, or a little library, containing all the interpretations of the Hebrew and Greek Bible, publié par un professeur, Alexander Rowley. C’est dans ce même pays que paraît en 1854 A Manual of Ancient History, réédition d’un classique allemand, de Arnold-Ludwig-Herman Heeren, paru sous un titre très différent en 1794 – Ideen über Politik, den Verkehr und den Handel der vornehmsten Völker der Alten Welt (Idées sur la politique, le transport et le commerce des plus grands peuples de l’ancien monde). Cette filiation permet de relier la tradition du Companion britannique avec celle des Grundrisse allemands – littéralement « fondements » ou « bases » du savoir – assez souvent déclinés en Handbücher, donc en livres portatifs, si ce n’est « de poche », ce qui les rapproche des volumes utilisés par les voyageurs après 1830. C’est d’ailleurs chez l’éditeur londonien Macmillan que l’on voit les Companions, souvent des guides de tourisme ou des livres destinés à mieux comprendre la Bible, se transformer en authentiques manuels de l’enseignement supérieur dans les années 1880-1890. Paraissent en effet en 1888 un commentaire de Tennyson intitulé A Companion to “In Memoriam”, puis, en 1891, un Companion to School Classics, et l’année suivante, un Companion to “The Illiad” puis les autres éditeurs lui emboîtent le pas et, en 1892, un Cambridge Companion to the Bible paraît chez Cambridge University Press, tandis que Macmillan élargit considérablement son catalogue de ces guides réservés aux étudiants voulant débuter une recherche personnelle.

11Compte tenu de l’avance britannique et américaine dans le domaine des universités au xixe siècle et de leur référence quasi constante au modèle allemand du séminaire, il était assez logique que l’usage du manuel s’y répande bien avant son introduction en France. Le réalisateur américain Peter Weir en a d’ailleurs donné une vision caricaturale dans Le Cercle des poètes disparus (1989) où l’on voit Robin Williams conseiller à ses étudiants de fermer ou de déchirer leur manuel de littérature américaine tandis que son remplaçant, aussitôt après son départ, rendra de nouveau obligatoire l’usage de ce livre fossilisé et utilisé par des générations d’étudiants. Par-delà le pastiche et l’exagération qui propulsent le personnage du professeur au centre du drame, la pratique du manuel pour les undergraduates – les étudiants du cycle de quatre années post-baccalauréat si l’on veut – apparaît ainsi comme une source essentielle de la révolte de celui qui veut que ses élèves apprennent à penser par eux-mêmes. Si le cinéma français n’a pas produit de film comparable, c’est sans doute que la pratique du manuel, ou du « compagnon » veillant comme un Mentor moderne sur l’apprentissage de l’étudiant, n’y a pas acquis la même importance. On considérera d’ailleurs, de ce point de vue, l’absence de « compagnons » français ou de guides imités des voisins britannique et germanique comme révélatrice d’une différence majeure dans ce domaine. Autant le guide Murray ou le Baedeker allemand donnèrent naissance au guide de voyage français, et les Railway Libraries aux « Bibliothèques des voyageurs », autant le Companion est demeuré étranger à l’édition française qui considère encore aujourd’hui qu’il n’existe pas de lectorat susceptible d’acheter ces ouvrages réputés incontournables dans les pays anglophones, de l’Angleterre à l’Australie, en passant par l’Inde, la Nouvelle-Zélande et, bien entendu, les États-Unis. Là encore, on se contentera d’un seul exemple : au volume intitulé A Companion to the History of the Book publié par Blackwell Publishing qui innovait en 2007 ont succédé ces dernières années un Cambridge Companion to the History of the Book et, bien entendu, un Oxford Companion sur le même sujet, mais en deux volumes !

Les premiers manuels français

12Chez Félix Alcan puis aux PUF, on voit apparaître assez tôt des ouvrages qui prennent l’apparence du manuel du supérieur. Tel fut le cas de La Dissertation philosophique d’Émile Boirac en 1894, du Vocabulaire technique et critique de la philosophie d’André Lalande, publié en fascicules chez Armand Colin de 1902 à 1912, puis en volume aux PUF jusqu’à la fin du siècle, ou de l’Histoire de la philosophie d’Émile Bréhier, paru initialement en 1926. Dans cette même discipline, l’Introduction à la vie de l’esprit de Léon Brunschvicg ou La Morale et la Science des mœurs de Lucien Lévy-Bruhl, parus à la même époque et constamment réédités, peuvent également être considérés comme les ancêtres des manuels du supérieur. C’est d’ailleurs ce critère de la réédition, ou simple réimpression si le texte n’est pas modifié, qui prouve l’usage systématique par les étudiants de ces bréviaires de leur discipline. En sociologie, il en sera bientôt de même avec les études classiques d’Émile Durkheim, des Règles de la méthode sociologique – chez Alcan en 1895 – au Suicide, paru deux ans plus tard, toujours dans la « Bibliothèque philosophique » de cet éditeur, en passant par Les Formes élémentaires de la vie religieuse – toujours chez Alcan en 1912 – et par ces grandes œuvres que tout débutant en sociologie se fera désormais un devoir d’avoir lu, relu et copieusement annoté, ce qui est un autre critère de l’existence d’un « manuel » ou d’un livre d’usage similaire. Toutefois, on aperçoit immédiatement une différence profonde avec ce que l’on entend par « manuel du supérieur » aujourd’hui puisqu’il s’agit ici, chez les pères de la sociologie, de la psychologie ou de l’histoire moderne et les maîtres les plus respectés de la philosophie dans les années 1890-1930, de véritables thèses ou d’études qui exigent une lecture approfondie et des connaissances importantes, l’équivalent du background ou des « prérequis » chers au xxe siècle.

13Ainsi la grande thèse de Claude Lévi-Strauss sur Les Structures élémentaires de la parenté parue aux PUF en 1949 deviendra un passage obligé pour tout étudiant en anthropologie et, plus généralement en philosophie puis en sciences humaines et sociales dans les années 1960, comme, un peu plus tard, l’Histoire de la folie à l’âge classique, Surveiller et punir ou les autres livres de Michel Foucault, un des maîtres à penser de la génération suivante. On notera à ce propos que la réédition, en collection de poche « 10-18 », en 1964, de Histoire et déraison : histoire de la folie à l’âge classique fit beaucoup pour la popularité de son auteur, icône des années consécutives au reflux du marxisme. On voit bien cependant que l’on a affaire, avec ces grands textes, à des livres destinés, non à faciliter l’acquisition des connaissances, mais à faire réfléchir et à former une raison critique, ce que le thème de la « déconstruction », cher à Jacques Derrida, illustre avec force. On se situe donc à cent lieues du manuel qui apparaît nettement aux PUF avec le lancement de la collection « Que sais-je ? » dont les premiers volumes – Les étapes de la biologie, De l’atome à l’étoile, Les certitudes du hasard puis Histoire de l’Afrique blanche – se veulent effectivement des résumés qui fournissent, sous une forme aisément accessible, un état du savoir sur la question à la date de la publication. Dans l’immédiat après-guerre, on verra se multiplier, chez ce même éditeur véritablement universitaire, les « traités » qui sont un autre ancêtre du genre, même si leur origine, comme celle des anthologies ou « chrestomathies », remonte à l’Antiquité, à Aristote et aux autres penseurs remis à l’honneur au Moyen Âge par les pères de l’Église, auteurs eux aussi de volumineux traités.

  • 10  Tesnière, 2001, 392.

14Les « Traités » ou « Nouveaux traités » se généralisent en philosophie, en psychologie et dans d’autres disciplines après 1945 en suivant un mouvement qui a démarré dans les sciences « dures », en physique, chimie, minéralogie et en médecine. Le Traité de caractérologie de René Le Senne aura son heure de gloire dans les années 1950 tout comme le Manuel de droit constitutionnel et de science politique de Maurice Duverger (1948) qui « donne à Paul Angoulvent l’idée de la fameuse “Thémis”10 » et dont tous les étudiants en droit et en science politique feront leur miel pendant un demi-siècle. Sans être tout à fait comparables aux Companions anglo-saxons, ces livres destinés aux étudiants vont essaimer chez tous les éditeurs parisiens et profiter de la proximité qui lie les directeurs de collection des PUF aux maîtres les plus réputés de la Sorbonne ou de Sciences Po pour tenir le plus grand compte des programmes élaborés par ces institutions. Par ce biais, on retrouve une fonction essentielle du manuel du primaire ou du secondaire : l’obligation de respecter scrupuleusement les programmes périodiquement révisés par le ministère de l’Éducation nationale – de l’Instruction publique avant 1932. Pour y parvenir, le recrutement massif d’inspecteurs généraux ou d’académie et de professeurs réputés avait été considéré comme le moyen le plus à même d’éviter tout retard dans la transmission d’informations et de coller au plus près des préoccupations des enseignants des deux cycles primaire et secondaire.

15Dans le supérieur où l’autonomie des programmes était bien plus grande, même avant l’entrée en vigueur de la loi Edgar Faure, la porosité entre inspection générale et professeurs de la Sorbonne existait cependant en ce qui concernait la préparation des concours d’agrégation et de Capes où les jurys étaient et sont toujours mixtes. À Sciences Po, devenue l’antichambre de l’ENA puis d’innombrables autres grandes écoles à la fin du xxe siècle, à la faculté de droit de Paris qui servait de marchepied vers l’École de la magistrature, on assistait à des rapprochements identiques qui conduisaient à l’élaboration puis à la publication de cours et de manuels destinés à préparer ces examens ou ces concours de recrutement. Même si la réussite au « grand oral » de l’ENA exigeait des qualités assez proches de celles que Marcel Proust décrivait à propos de l’entrée au « Quai » – les Affaires étrangères – il n’en demeurait pas moins que l’on voyait se multiplier les livres rédigés par les autorités censées les mieux à même de délivrer un certain nombre de recettes ou de secrets indispensables aux candidats désireux de se préparer dans les meilleures conditions. Cela ne remplaçait ni le « Collège Sévigné » pour les agrégations de lettres, ni les classes préparatoires à l’École de la magistrature où les enseignants et les membres des jurys se côtoient toute l’année, mais cela renforçait la nécessité de posséder des ouvrages de synthèse sur les questions mises au concours.

  • 11  Tesnière, 2001, 432.

16Comme l’écrit Valérie Tesnière dans son étude sur les PUF, le succès de la « Thémis », avec des titres dépassant les 20 000 exemplaires, s’explique à la fois par la croissance des effectifs étudiants après 1960 et par le perfectionnement des manuels destinés à un public spécifique11 d’où, ajouterons-nous, seront peu à peu exclus les lecteurs cultivés, oisifs ou en activité, qui se mélangeaient jusque-là avec les acheteurs de ces volumes. On l’a dit, les premières facultés de lettres et de sciences, mais aussi l’École libre des sciences politiques et le Collège de France s’adressaient à des publics, parfois qualifiés de « mondains », qui venaient pour écouter des conférences et non pour acquérir un savoir particulier. Avec l’explosion des classes moyennes, des « cols blancs » chers à Alain Touraine, le besoin de posséder un diplôme reconnu pousse les familles à inciter leurs enfants à suivre avec plus d’assiduité les cours auxquels ils sont inscrits et à préparer de façon de plus en plus scolaire leurs examens. Plus on s’éloigne de la bibliothèque et de la lente ingestion des textes fondateurs et plus on est pressé de trouver dans des livres préfabriqués les connaissances indispensables au passage à l’échelon supérieur. Quels que soient les mérites des premiers volumes de la collection « U », une des plus belles réussites universitaires, chez Armand Colin au début des années 1960, le lecteur désirait d’abord y puiser les réponses qu’attendraient les examinateurs chargés de le noter à la fin de son année universitaire.

17Ainsi le lien entre les éditeurs, de plus en plus transformés en directeurs de collection interventionnistes, et les rédacteurs de manuels se resserrait-il, au détriment de la créativité mais en faveur d’une rigueur de plus en plus grande par rapport aux objectifs définis en amont. Il n’était plus question de considérer la grande thèse comme la première lecture de l’étudiant en sciences humaines et sociales et l’on introduisait peu à peu des degrés dans l’acquisition des connaissances. Cela n’alla pas sans poser de problèmes et l’université expérimentale de Vincennes, ouverte aux non-bacheliers à partir de 1968, refusa même, lors d’un vote houleux, le principe de la progressivité des connaissances. Cela signifiait que le jeune bachelier côtoierait ses condisciples de deuxième, troisième ou quatrième année dans des salles de cours communes. Toutefois, en dehors de cette université, partout ailleurs le découpage sévère désormais entre premier cycle – le Diplôme universitaire d’études littéraires (Duel) puis le Diplôme d’études universitaires générales (Deug) – et deuxième cycle – licence puis maîtrise, laquelle avait remplacé le DES – aboutissait à faire remonter vers la quatrième année d’études supérieures le contact avec les séminaires et la recherche proprement dite. Repoussé vers la maîtrise (4e année) puis, en 5e année, avec le Diplôme d’études approfondies ou DEA qui était exigé pour entreprendre une thèse, le contact direct avec les études réputées difficiles libérait un véritable espace pour les manuels du supérieur, conçus de plus en plus comme la suite logique des manuels du primaire et du secondaire.

La spécialisation des manuels du supérieur

  • 12  Tesnière, 2001, 436.
  • 13  Bermond, 2008, 117-119.

18Toutefois, avant d’aborder les manuels du premier cycle de l’enseignement supérieur – aujourd’hui les trois années conduisant à la délivrance de la licence – qui font l’objet des soins les plus attentifs des dirigeants des maisons d’édition, il faut s’attarder sur la floraison des collections universitaires des années 1960-1970. En effet, à cette date, le manuel n’a pas encore pris son envol et, aux PUF, en 1962, on ne compte aucun livre de ce genre parmi les dix best-sellers de l’année. Le IVe Plan français de François Perroux l’emporte avec ses 12 000 exemplaires vendus, loin devant ses challengers, Prostitution et proxénétisme (7 000 exemplaires), La Bourse des valeurs (5 600), L’Économie du xxe siècle (5 000) ou Le Meuble en France (4 900)12, autant de titres qui permettent de mieux saisir la diversité du lectorat d’un grand éditeur « universitaire » à l’époque. Chez Armand Colin, qui, en ces années d’après-guerre, passe véritablement du primaire et du secondaire, ses chasses gardées depuis ses débuts en 1872, au supérieur, c’est le lancement de la collection « Kiosque » en 1959 – l’année où les éditions du Seuil unifient sous le label « Microcosme » leurs petites collections de vulgarisation – qui retient l’attention parce qu’elle précède de peu la naissance de la collection « U » et de ses nombreuses déclinaisons, « U2 », « U Prisme », etc.13. Matrice de la collection « Archives » lancée peu après par Pierre Nora, d’abord chez Julliard puis chez Gallimard, « Kiosque » initiait les étudiants à la pratique des documents d’archives et mélangeait textes d’époque et commentaire scientifique récent, modernisant ainsi la tradition ancienne de l’anthologie, recueil de textes d’auteurs classiques accompagné d’explications et de gloses. Sans être encore tout à fait un manuel, le petit volume de la collection « Kiosque » tentait d’introduire dans les livres de poche, alors en pleine ascension en milieu étudiant, des ouvrages de réflexion favorisant l’acquisition d’un savoir. « 10-18 » chez Julliard, démarré en 1962, sera bientôt la vedette du genre mais, chez Armand Colin, on avait compris que les étudiants ne se contenteraient bientôt plus de ces volumes et qu’il fallait leur faciliter l’apprentissage du métier en repartant de la base.

19C’est donc ici que parurent La Politique en France d’Alfred Grosser et François Goguel (1964), L’Ancien Régime de Pierre Goubert (1969), l’Histoire sociale de l’Occident médiéval de Robert Fossier la même année ou encore l’Histoire culturelle de la France. xixe et xxe siècle du sociologue Maurice Crubelier en 1974. Ce manuel authentique servira de référence majeure pendant trente ans avant que l’Histoire culturelle de Pascal Ory en « Que sais-je ? » et Les Enjeux de l’histoire culturelle de Philippe Poirrier en « Points Histoire », parus tous les deux en 2004, ne le détrônent dans sa fonction d’indispensable compagnon pour toute plongée à l’intérieur de l’histoire des représentations. Cette belle longévité traduit l’impact d’une collection qui, en histoire comme en sociologie, en économie ou en psychologie, s’imposa comme un standard indépassable pendant deux décennies. Pour ne citer que quelques grands titres, La Fin des paysans d’Henri Mendras, publié chez SEDEIS en 1967, passe dans la collection « U2 » en 1970 où il aura la brillante carrière que l’on sait, donnant l’idée aux PUF de lui ouvrir les portes du « Que sais-je ? » pour sa Sociologie de la campagne française en 1971 et à Pierre Nora celles de la « Bibliothèque des sciences humaines » chez Gallimard pour son livre de 1984 intitulé La Deuxième Révolution française, bientôt décliné en « Folio » en raison de son succès. Entre-temps, Armand Colin avait inscrit au tableau de chasse de la collection « U » ou de ses déclinaisons L’Histoire de Jean Ehrard et Guy Palmade, La Société française de Georges Dupeux, l’Histoire de la psychiatrie de Alexander et Selesnick, l’Histoire de la civilisation française de Duby et Mandrou et bien d’autres authentiques manuels du supérieur.

20Si l’on regarde attentivement les pérégrinations de deux des historiens les plus prolifiques en la matière, Serge Berstein et Pierre Milza, on voit bien qu’ayant commencé par diriger une collection de livres d’histoire destinée au secondaire et parue chez Nathan à la fin des années 1960, ils livrent à Masson un manuel consacré à L’Allemagne en 1971 puis l’Histoire de l’Italie contemporaine à Armand Colin pour sa collection « U » en 1973 tout en écrivant l’un et l’autre, à titre personnel, pour Gallimard, Fayard, le Seuil et bien d’autres maisons d’édition accueillant des recherches originales ou des livres de synthèse à destination du public étudiant. Complémentaires, ces livres paraissant dans la petite mais excellente collection « Archives » qui a détrôné « Kiosque », dans la « Bibliothèque historique », à « L’Univers historique » ou en « Points Histoire », mais encore souvent en « U » ou dans des séries assez proches, sont achetés par les mêmes publics qui y puisent l’essentiel de leurs connaissances. L’élargissement de l’université à un nombre plus important de bacheliers dans les années 1980 entraîne cependant une spécialisation plus poussée qui, après coup, fera des manuels d’Armand Colin des modèles jugés un peu trop complexes, même s’ils n’ont pas disparu et continuent à publier nombre d’études issues de l’université française, mais plutôt réservées au deuxième cycle du supérieur qu’au premier.

21Un peu essoufflée à la fin de cette décennie qui voit les effectifs étudiants passer le seuil de 1,7 million alors qu’ils n’étaient que 300 000 en 1960 mais déjà 850 000 en 1970 et 1,2 million en 1980, la collection « U » va voir naître à ses côtés, en 1988, la collection « Cursus » confiée à l’une des descendantes du fondateur de l’entreprise, Caroline Leclerc. Dans cette série, qui aura son pendant chez Hachette avec « Carré H », on voit, pour la première fois, se dessiner nettement un profil d’étudiant du premier cycle universitaire à qui l’on destine des livres plus courts – deux cents pages au maximum – rédigés de façon plus scolaire et conçus comme des digests, pour ne pas dire des résumés simplifiés d’un cours qui n’a plus rien à voir avec ce qu’étaient les polycopiés des années 1960-1970, ces dactylographies de la leçon professée ex cathedra par l’enseignant chargé de traiter une grande question à la Sorbonne. Manifestement, l’ouverture des portes de l’université s’est traduite, dans l’édition, par l’élaboration de stratégies marketing adaptées à ces publics issus de milieux où la culture familiale n’offre plus ce minimum ou ce socle sur lequel s’appuyaient les universitaires depuis des décennies. L’étudiant débutant savait alors parfaitement rédiger une dissertation ou un commentaire de 25 pages, prendre des notes pendant deux ou trois heures sans perdre le fil du cours et apprécier à sa juste valeur un enseignement qu’il estimait conforme à ses attentes. Des maîtres comme Fernand Braudel, Georges Duby, Emmanuel Le Roy Ladurie ou René Rémond en histoire, Henri Mendras ou Alain Touraine en sociologie, François Goguel en science politique, Maurice Duverger ou le doyen Vedel en droit, passionnaient leurs auditoires sans que ceux-ci aient besoin d’assimiler, au préalable, des synthèses auxquelles l’enseignement secondaire, façon Henri-IV, Janson-de-Sailly ou Louis-le-Grand à Paris, le lycée du Parc à Lyon et quelques autres grands lycées de province, les avaient initiés avant qu’ils ne les quittent.

22Vingt ans plus tard, il n’était plus question d’imaginer que chaque étudiant de première année de sciences humaines et sociales avait obligatoirement lu Madame Bovary, Le Père Goriot ou L’Assommoir ni qu’il savait que l’introduction du maïs hybride en Aquitaine avait annoncé la disparition des paysans ou que Max Weber avait écrit L’Éthique protestante et l’Esprit du capitalisme et Tocqueville L’Ancien Régime et la Révolution. Même Louis Althusser et ses AIE – les appareils idéologiques d’État – avait disparu de l’horizon tandis que la « déconstruction » chère à Derrida avait émigré aux États-Unis, où lui comme la plupart des pères de la French Theory préféraient désormais enseigner au public très soigneusement sélectionné des grandes universités de l’État de Californie. Si Pierre Bourdieu demeurait à la mode, il le devait d’abord à ses prises de position politiques et il n’est pas certain que son œuvre ait été réellement lue par les étudiants quand il était publié aux éditions de Minuit, ce qui explique que La Misère du monde – 80 000 exemplaires vendus – ait été confiée aux éditions du Seuil, jugées plus à même d’élargir son lectorat. De toute façon, aux yeux des éditeurs, le temps était venu de trouver des moyens pédagogiques pour pallier les défaillances des nouveaux publics universitaires. Les collections de manuels du supérieur pour le premier cycle s’étaient multipliées chez Armand Colin, on l’a vu, chez Hachette qui avait immédiatement suivi, sans cependant réussir son implantation avant le rachat de ses concurrents principaux en 2004, chez Larousse, Nathan Supérieur et chez tous ceux qui visaient ces publics. Chez un nouveau venu, Ellipses, fondé en 1973, une autre spécialisation avait vu le jour, destinée à un autre public en croissance, celui des classes préparatoires aux divers concours d’entrée dans les grandes écoles qui devenaient de plus en plus nombreuses dans le domaine du commerce et dans celui de l’ingénierie. Des éditeurs plus anciens, tel qu’Eyrolles, après Gauthier-Villars et Dunod, ciblaient déjà les ingénieurs depuis le dernier tiers du xixe siècle, mais, là encore, l’explosion de la demande entraînait une réponse plus massive à l’impulsion.

La concurrence des divers types de manuels aujourd’hui

23Si, dans des disciplines comme le droit ou l’économie, le manuel du supérieur possède des caractéristiques bien précises – on songe à Raymond Barre et à son Économie politique publiée aux PUF en 1957 et constamment rééditée pendant trente ans ou au Cours d’institutions financières et au Cours d’institutions administratives de Georges Vedel, d’abord multigraphiés puis imprimés en volumes, du milieu des années 1950 aux années 1970 – il n’en est pas de même dans les autres départements des facultés de lettres et sciences humaines. Même aujourd’hui où les unités de formation et de recherche (UFR) et, de plus en plus, les instituts ont remplacé les anciennes facultés et les unités d’enseignement et de recherche (UER) créées en 1968, les livres de poche maintiennent en partie leur domination sur ces secteurs. On a d’ailleurs vu que la collection « Points Histoire » conserve ses partisans, aux côtés de « Folio Histoire » ou de « Repères » qui, à La Découverte, s’est taillé une solide réputation d’excellence, faisant de l’ombre à son aînée « Que sais-je ? » avant que celle-ci ne subisse un toilettage récent destiné à lui insuffler une seconde jeunesse. À ces livres, il convient d’ajouter au moins deux magazines, auxquels on attribue souvent le nom de « revues » qui rehausse ou valide leur ambition scientifique, L’Histoire la bien nommée, lancée par les éditions du Seuil en 1978 et Sciences humaines, apparu en 1991, ainsi que la Revue des sciences humaines, la plus tardive puisque démarrée en 1999. Leurs dossiers, partiellement inspirés par ceux qui avaient été testés d’abord par La Nature (1873) de Gaston Tissandier puis par Science et Vie (1913) et, enfin, par La Découverte (1970 au Seuil), font désormais partie du logiciel de l’étudiant de premier cycle et sont cités au même titre que les volumes de « Cursus », de « Carré H » ou de leurs concurrents dans leurs copies.

24On notera également une tendance certaine à prolonger l’usage de ces manuels en deuxième cycle et il n’est pas rare aujourd’hui de les voir servir de référence scientifique dans des mémoires de master dont les bibliographies, non seulement ont subi une sérieuse cure d’amaigrissement ces dernières années, mais ont vu disparaître les thèses et les articles de fonds. Un autre facteur est venu télescoper cette contamination : Internet et ses encyclopédies à consultation rapide, dont Wikipédia, aujourd’hui certainement la plus consultée et recopiée avec la même avidité qu’autrefois une pecia destinée à être mémorisée et resservie sans la moindre distance critique ou, plus tard, une page du Grand Dictionnaire universel du xixe siècle puis de la Grande Encyclopédie et, enfin, de l’Encyclopedia Universalis qui s’était imposée dans les années 1960-1980, en concurrençant de plus en plus la très académique Encyclopædia Britannica. Compte tenu de ce renouvellement incessant des sources de connaissances les plus utilisées par les étudiants de premier cycle, hier les bibliothèques et les thèses, les anthologies et les encyclopédies, puis les livres de bonne vulgarisation, les collections de poche et, enfin, les manuels, les éditeurs cherchent aujourd’hui à concevoir des outils multimédias adaptés à la demande. Le cartable numérique, d’abord conçu pour les collégiens et les lycéens, commence à passer dans le supérieur où les salles de cours s’équipent en tableaux blancs interactifs, modifiant ainsi progressivement les habitudes et les pratiques d’enseignement. La conférence et le verre d’eau, horizon longtemps indépassable du public universitaire et mondain, disparaît de ce paysage où l’iconographie, le son, bientôt le relief, jouent un rôle de plus en plus grand. La taille des livres avait déjà considérablement diminué, le standard maintenu des 128 pages masquant le recul très sensible du nombre de signes typographiques, mais il s’agit aujourd’hui d’une mutation complète des usages qui transformera sans aucun doute le manuel en un objet encore difficile à concevoir.

  • 14  Martel, 2015, 463-467.

25De même que le cours dispensé dans les universités va connaître des modifications radicales dans les prochaines années, liées à la progression de l’enseignement à distance – les fameux Massive online open courses ou Mooc14 – au e-learning, et à toutes les techniques supposées rapporter plus d’argent qu’elles n’en coûtent pour les produire, de même le manuel du supérieur va-t-il devoir s’adapter aux exigences des digital natives qui ont remplacé la feuille de notes et le classeur par un smartphone, une tablette numérique ou un ordinateur miniaturisé et qui n’entretiennent plus qu’un rapport distant avec le livre papier. On peut évidemment songer à des manuels édités en fichiers numériques, ce qui ne pose pas de problème particulier, le livre papier et le fichier numérique étant alors dits homothétiques puisque substituables sans véritable changement. On peut aussi imaginer d’autres manuels numériques dans lesquels, à côté du résumé du cours, des encadrés, des textes imprimés en gras ou des astérisques et autres signes sollicitant l’attention, on verra apparaître des éléments d’information ne figurant pas dans la version papier, des like ou des smileys d’un nouveau type. Le cinéma s’est engouffré dans cette voie, et les DVD affectionnent cette tentative de donner une seconde chance aux films qui ont connu un premier succès et proposent au spectateur à domicile un peu plus que ce qu’il avait visionné en salle. D’autres voies seront probablement explorées, autorisant l’hyperactivité, le dialogue entre l’auteur, appelé lui aussi à muter, et de plus en plus collectif, ce qu’il était déjà, au demeurant depuis plus d’un siècle, et le lecteur. Il y a bien longtemps en effet qu’un manuel attribué à Pierre Larousse, à Ernest Lavisse ou à Edmond Bled a cessé d’être le produit de leur seule imagination pour devenir celui de l’intelligence collective de l’éditeur, en fait du directeur de la collection et de tous ceux qui, enseignants ou non, participent à la conception de ce produit coûteux qu’est le manuel scolaire et universitaire et pour lequel il n’est plus possible de laisser l’auteur travailler seul.

  • 15  Piault, 2015, 35-37.

26Le dictionnaire avait connu ce phénomène dès le milieu du xixe siècle, le manuel destiné au primaire vers 1880 et celui du secondaire après 1900. Le manuel du supérieur, en usage à une date plus rapprochée de notre époque, avait résisté un temps mais les rééditions successives des manuels rédigés par des auteurs décédés supposaient déjà des mises à jour jugées indispensables, ce qui annonçait la conception puis la réalisation collégiale du manuel destiné aux étudiants. Un pas supplémentaire sera vraisemblablement franchi lorsque des équipes d’éditeurs et d’enseignants se lanceront dans la fabrication d’un produit multimédia tenant compte des infinies possibilités du Net mais des problèmes de droits d’auteur, de protection contre le piratage et l’hameçonnage se posent qui retardent ce mouvement. Toutefois, quand on regarde le tableau des leaders mondiaux de l’édition et que l’on compte dans les cinq premiers Thomson Reuters, n° 2 – 4,7 milliards d’euros de chiffre d’affaires (CA) dont 92 % dans le numérique – RELX Group (ex-Reed Elsevier), n° 3 – 4,4 milliards d’euros de CA dont 75 % dans le numérique – et Wolters Kluwer, n° 4 – 3,6 milliards d’euros de CA dont 67 % dans le numérique15, on se dit que quelque chose de fondamental a bougé en moins d’une décennie. Si les revues scientifiques ont migré vers le numérique et, pour beaucoup, ont cessé d’exister sur papier, c’est qu’une tendance se dessine qui annonce la fin prévisible, mais évidemment non obligatoire, des revues de sciences humaines. Elles résistent bien, pour certaines d’entre elles, mais L’Histoire est menacée et ses nouveaux propriétaires ne semblent guère empressés à vouloir garantir son existence, et d’autres risquent de connaître le même destin.

27hic et nunc, le manuel du supérieur est donc appelé, comme tout artefact, comme toute création humaine, à admettre que, puisqu’il a eu une naissance, il connaîtra une fin, mais ceux qui en vivent n’ont nullement l’intention de précipiter ou même d’accompagner celle-ci. Leur volonté d’entrer pleinement dans l’ère du numérique est réelle et on peut faire confiance aux équipes qui, chez Hachette ou chez Editis et dans leurs multiples filiales, Dunod qui a absorbé Armand Colin en 2015, Larousse, Didier et Hatier pour le premier, Le Robert, Nathan, La Découverte pour le second, mais aussi chez Dalloz, à la LGDJ, chez Masson et Baillière, Economica, L’Harmattan, Ellipses et tant d’autres intéressés par ce marché, feront tout pour retarder cette échéance. De leur créativité, de leur capacité à offrir des produits dont les usagers n’ont pas encore conscience qu’ils leur seront, demain, indispensables, dépend la réussite de ces expérimentations. Le manuel du supérieur changera, c’est la seule certitude, mais tant qu’il existera une volonté d’apprendre et des êtres humains pour désirer se former, il conservera, sous une forme constamment renouvelée, un avenir et un marché dont il est cependant difficile de mesurer la taille et les possibilités.

Haut de page

Bibliographie

Bermond, D., 2008, Armand Colin. Histoire d’un éditeur de 1870 à nos jours, Paris, Armand Colin.

Choppin, A., 1991, Manuels scolaires. Histoire et actualités, Paris, Hachette.

Fouché, P., Péchoin, D., Schuwer, Ph., 2011, Dictionnaire encyclopédique du livre, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 3 vol.

Le Goff, J., 1957, Les intellectuels au Moyen Âge, Paris, Seuil (Microcosme).

Martel, F., 2015 [2014], Smart. Ces internets qui nous rendent intelligents, Paris, Flammarion (Champs actuel).

Mollier, J.-Y., 1984, Michel et Calmann Lévy ou la naissance de l’édition moderne. 1836-1891, Paris, Calmann-Lévy.

Mollier, J.-Y., 1988, L’Argent et les Lettres. Histoire du capitalisme d’édition, Paris, Fayard.

Mollier, J.-Y., 1999, Louis Hachette (1800-1864), Le fondateur d’un empire, Paris, Fayard.

Mollier, J.-Y., 2008, Édition, presse et pouvoir en France au xxe siècle, Paris, Fayard.

Mollier, J.-Y., 2015, Une autre histoire de l’édition française, Paris, La Fabrique.

Piault, F., 2015, « Classement Livres Hebdo. L’édition mondiale », Livres Hebdo, 1048, 26 juin, p. 34-45.

Tesnière, V., 2001, Le quadrige. Un siècle d’édition universitaire. 1860-1968, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1  Mollier, 2008, 402-409.

2  Mollier, 1999, 162-170.

3  Fouché, Péchoin, Schuwer, 2011.

4  Le Goff, 1957.

5  Mollier, 1988, 281-287.

6  Tesnière, 2001.

7  Mollier, 1984, 330-331.

8Ibid., 330.

9  Choppin, 1991, 82.

10  Tesnière, 2001, 392.

11  Tesnière, 2001, 432.

12  Tesnière, 2001, 436.

13  Bermond, 2008, 117-119.

14  Martel, 2015, 463-467.

15  Piault, 2015, 35-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Mollier, « Naissance et mutations d’un marché éditorial : les manuels du supérieur »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 25-42.

Référence électronique

Jean-Yves Mollier, « Naissance et mutations d’un marché éditorial : les manuels du supérieur »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/572 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.572

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Mollier

Professeur d’histoire contemporaine, Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search