Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29DossierConception et production des manu...

Dossier

Conception et production des manuels universitaires en Union soviétique

Évolution générale et exemple de l’enseignement du français (1946-1985)
Design and production of university textbooks in the Soviet Union. General evolution and example of teaching French (1946-1985)
Nataliya Yatsenko
p. 43-63

Résumés

Après la guerre, le Parti communiste et le ministère de l’Enseignement supérieur de l’URSS développent une campagne de publication des ouvrages produits selon la conception du manuel « engagé », qui se réfère à l’idéologie marxiste-léniniste. Pour stimuler la création des manuels, plusieurs mesures sont envisagées : les recherches désormais obligatoires des universitaires, le plan quinquennal de l’élaboration des manuels par les établissements supérieurs, le concours des manuels, le Prix d’État pour le meilleur ouvrage. Pour contrôler la production, le Parti communiste organise une expertise idéologique, scientifique et méthodologique des manuels.

Haut de page

Texte intégral

Je voudrais exprimer ma gratitude envers Sophie Cœuré pour son aide dans mes recherches. J’adresse mes sincères remerciements à Juliette Denis, Sylvain Dufraisse et Laurent Coumel pour leurs conseils précieux. Je suis très reconnaissante à Galina Boubnova, Nadejda Bountman, Svetlana Zavadovskaya, Galina Kouznetsova, Vladimir Ganchine et Lidiya Karpikova pour leurs consultations sur l’enseignement de la langue française en URSS. Je remercie également les équipes des archives de Moscou. J’exprime enfin ma reconnaissance aux directeurs et lecteurs de la Revue d’histoire des sciences humaines pour leur aide dans la préparation de ce texte.

Introduction

  • 1  Choppin, 2008, 14.
  • 2  Ces manuels, autorisés par le ministère de l’Enseignement supérieur, ont été conçus pour être publ (...)

1L’usage des manuels n’est pas le même en France et en URSS. Ainsi les professeurs français n’utilisent-ils généralement pas les manuels dans le supérieur. Dans le dernier tiers du xixe siècle, même le mot « manuel » a eu, selon Alain Choppin, une « connotation nettement péjorative » qui renvoyait à l’enseignement « traditionnel, fondé sur la mémoire »1. En URSS, pour la période étudiée (1946-1985), l’utilisation des manuels dans les établissements supérieurs était obligatoire et strictement réglementée par le ministère de l’Enseignement supérieur. Dès les années 1940, le pouvoir ministériel se concentre sur l’élaboration des manuels stables (stabil’nye učebniki) – fixes, constants2 – pour les instituts et les universités soviétiques et veille sur leur contenu du point de vue idéologique. L’attention porte également sur la méthode utilisée afin de proposer des entraînements logiques et efficaces. Pour qu’un manuscrit soit recommandé en guise de manuel des cours universitaires, son auteur effectue une longue démarche visant à justifier sa qualité.

  • 3  Il s’agit généralement de manuels de français pour les étudiants non-linguistes ou pour les étudia (...)

2Dans notre étude, nous essayons de comprendre comment étaient organisées l’élaboration, l’évaluation et la production des manuels universitaires en URSS, de la fin de la Seconde Guerre mondiale à la perestroïka. Nous nous appuyons sur l’exemple des manuels de la langue française3 en tenant compte du fait que le français était la langue d’un pays capitaliste, perçu par le pouvoir soviétique comme adversaire idéologique dans le monde bipolaire des relations internationales de la période étudiée.

  • 4  Fonds des Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF, Gosudarstvennyj arhiv Rossijskoj Feder (...)
  • 5  Pour la période étudiée, deux institutions gèrent successivement l’enseignement supérieur en URSS  (...)

3Nos sources principales sont les documents des archives russes majoritairement inédits4. Le matériel des archives est issu du ministère de l’Enseignement supérieur de l’URSS5, du ministère du Contrôle d’État de l’URSS, du ministère de l’Instruction de l’URSS, de l’Académie des sciences de l’éducation de l’URSS, de l’Académie des sciences sociales et du Département de la science et des établissements supérieurs du Comité central du Parti communiste de l’Union soviétique (CC du PCUS). Ces sources sont complétées par les manuels universitaires de français ainsi que par des entretiens avec les anciens étudiants et professeurs des établissements supérieurs de l’URSS.

4La problématique de notre travail est d’établir le processus d’élaboration des manuels de français en les inscrivant dans la conception des manuels universitaires soviétiques. Nous commencerons par une caractérisation générale de l’enseignement supérieur en Union soviétique dans la période de 1946 à 1985. Puis, nous nous interrogerons sur la conception soviétique du manuel universitaire, ainsi que sur les grandes tendances dans l’enseignement des langues étrangères. Comment le ministère et les Éditions choisissent-ils les auteurs des manuels ? Quels sont les acteurs principaux de son élaboration et de sa publication ? Est-il possible d’envisager les contraintes, les pressions qui pèsent sur la rédaction des manuels ? Enfin, nous essaierons de suggérer une chronologie du poids respectif et des relations des différents acteurs.

L’enseignement supérieur en URSS et la conception du manuel universitaire

L’essor considérable de l’enseignement supérieur

  • 6L’URSS en chiffres en 1985, 1986, 243.
  • 7  Les effectifs augmentent essentiellement entre 1946 et 1975 et cet essor est comparable au cas fra (...)

5Entre 1941 et 1985, le nombre d’établissements passe de 817 à 8946 et la progression des effectifs des étudiants est impressionnante : de 812 000 en 1946 à 5 147 000 en 1985 (le nombre d’étudiants a été multiplié par 6,3)7. Cette croissance des effectifs concerne aussi bien les études en journée, les cours du soir et à distance (Figure 1). Le secteur de la formation des maîtres et celui de l’industrie et de la construction sont les deux secteurs universitaires les plus dynamiques (Figure 2). Au début des années 1970, la filière de l’industrie et de la construction dépasse celle de la formation des maîtres et devient leader de l’enseignement supérieur.

  • 8  Équivalent du salaire mensuel moyen de l’époque qui, en 1940, était de 338 roubles par mois.

6Selon l’arrêté du Conseil des ministres de l’URSS (Sovmin de l’URSS), l’enseignement supérieur devient gratuit en 1956 alors qu’il était payant depuis 1940 : à Moscou, Leningrad et dans les capitales des Républiques, il fallait débourser 400 roubles par an, et dans les autres villes de l’URSS 300 roubles8. De 1958 à 1964, avec les réformes scolaires de Nikita Khrouchtchev, notamment la loi sur le lien entre l’école et la vie, l’accès à ce niveau de formation est limité par l’exigence de l’expérience professionnelle. Après l’abolition de cette loi en 1966, les contraintes d’accès reposent sur le concours d’entrée qui devient de plus en plus pesant. L’accroissement des candidatures dépend de la réputation de l’établissement et des débouchés professionnels qu’il offre.

Fig. 1 – Nombre d’étudiants des établissements d’enseignement supérieur de l’URSS de 1940-1941 à 1985-1986, en milliers.

Fig. 1 – Nombre d’étudiants des établissements d’enseignement supérieur de l’URSS de 1940-1941 à 1985-1986, en milliers.

Sources : Économie nationale de l’URSS pendant la Grande guerre patriotique 1941-1945, 1990, 209 ; L’URSS en chiffres en 1985, 1986, 243.

Fig. 2 – Nombre de diplômés des établissements supérieurs de l’URSS de 1940 à 1985 par secteurs, en milliers

1940

1960

1970

1975

1980

1985

Industrie et construction

24,2

95,2

214,2

260

303

313,8

Transport et communication

5,9

16,1

28,2

33,3

40,6

42,4

Agriculture

10,3

34,7

68,7

62,6

75,3

83,4

Économie et droit

5,7

25

50,9

60,5

66,3

71,3

Santé, éducation physique et sport

17,4

30,7

42,9

53,9

60,4

65,1

Formation des maîtres

61,6

139,1

219,2

235,3

263,3

273,7

Art et cinématographie

1

2,5

6,7

7,8

8,4

9,2

Total

126,1

343,3

630,8

713,4

817,3

858,9

Sources : L’URSS en chiffres en 1985, 1986, 244.

L’enseignement des langues dans les universités soviétiques

7Quels sont ces établissements de l’enseignement supérieur (vysšee učebnoe zavedenie, vuz) dans lesquels l’apprentissage d’une langue étrangère est obligatoire ? L’enseignement des langues étrangères est très répandu dans le supérieur. Avant la Seconde Guerre mondiale, il était déjà obligatoire de suivre des cours de langue pendant quatre des cinq années d’études dans toutes les universités de l’URSS. Évidemment, on peut noter certaines nuances en fonction des établissements, mais les divergences ne sont pas significatives : toutes les universités proposent environ deux heures de cours de langue par semaine pendant quatre ans, avec des épreuves (začëty) et des examens réguliers. L’apparition de la langue vivante obligatoire dans le supérieur témoigne de l’intérêt du pouvoir soviétique envers les connaissances et les compétences linguistiques, de la valeur d’une telle formation pour la création d’un « homme nouveau », homme soviétique, qui est le premier but de la formation en URSS. L’importance de l’étude des langues se manifeste également au moment des épreuves d’admission de certains établissements : même des universités non linguistiques (notamment les facultés de lettres, d’histoire et de sciences sociales) imposent des examens de langue étrangère. Malgré les tentatives récurrentes de supprimer ces épreuves, qui discriminent les jeunes ouvriers et paysans, les examens de langue se maintiennent.

  • 9  GARF, fonds 9396 [MVO], opis’16, delo 3, p. 85. Documents sur la préparation de la IIe Réunion nat (...)
  • 10  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 3759. Procès-verbal de la réunion du Conseil de la science et (...)

8Après la Seconde Guerre mondiale, la quantité d’heures de langue diminue : l’enseignement reste obligatoire pendant les deux premières années et devient facultatif pendant les deux suivantes. Ces changements accompagnent les réformes générales du ministère de l’Enseignement supérieur de l’URSS. Ce dernier ordonne de supprimer la pluridisciplinarité (mnogopredmetnost’), de diminuer la quantité d’heures d’études par semaine et de renforcer le travail autonome des étudiants9. Ces mesures visent à renforcer l’efficacité professionnelle de la formation et la santé des étudiants, et à restreindre le financement de l’enseignement. Face à un budget grevé par la guerre et les dépenses liées à la reconstruction, le pouvoir soviétique coupe dans ses dépenses universitaires. Ce principe – deux années de cours de langue obligatoire et deux autres de cours facultatifs – demeure valable pour toute la période étudiée. Les modalités de la répartition des heures pendant quatre années d’études, ainsi que l’ajout de cours facultatifs, nuancent légèrement le tableau général. Dans la plupart des cas, l’examen final a lieu en quatrième année, une habitude peu appréciée des professeurs10. En effet, comment passer un examen de langues avec, potentiellement, deux années de pause dans l’enseignement ? L’idée du ministère est quant à elle la suivante : certes, il renonce aux quatre années d’études obligatoires, mais il désire néanmoins assurer l’accompagnement en langue étrangère dans la formation professionnelle des étudiants de troisième et quatrième années. L’examen après la quatrième année garantit que la connaissance de la langue étrangère sera utilisée dans la préparation du mémoire de fin d’étude (diplom) en cinquième année.

  • 11  Nous mentionnerons également les vuz qui forment les traducteurs : les établissements militaires, (...)
  • 12  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 3, p. 84.
  • 13  GARF, fonds 9563 [ministère de l’Instruction], op. 3, d. 257, p. 2. Rapports des établissements su (...)

9Outre les vuz, où, comme nous l’avons vu, l’étude systématique de la langue étrangère est obligatoire sans que l’établissement soit spécialisé en langues, d’autres établissements forment des linguistes et spécialistes en une ou plusieurs langues étrangères. En URSS, il y a deux types de vuz linguistiques qui forment les futurs professeurs de langue11 : les instituts pédagogiques des langues étrangères (pedagogičeskij institut inostrannyh âzykov) et les facultés des langues étrangères (fakul’tet inostrannyh âzykov) des vuz pédagogiques. Selon les données de 194612, il existe en URSS sept instituts de langues étrangères : à Moscou, à Leningrad, à Gorki, à Kharkov, à Odessa, à Alma-Ata et à Riga. À la même date, on compte quarante facultés de langues étrangères des instituts pédagogiques. En 1972, la quantité des instituts pédagogiques augmente considérablement : il y a deux cents établissements13. La plupart propose une formation en langues étrangères.

  • 14  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 3, p. 87.

10Dans la seconde moitié des années 1940, tous les établissements supérieurs y compris les vuz linguistiques souffrent d’une pénurie douloureuse de livres scolaires. Le manque de manuels concerne même les vuz de la capitale, sans parler des vuz périphériques et, surtout, de ceux des régions libérées de l’occupation allemande14. Or la guerre n’explique pas à elle seule la situation déplorable dans l’approvisionnement des manuels. Les professeurs du supérieur et les fonctionnaires du ministère rendent responsables les maisons d’édition (izdatel’stvo). Outre les difficultés techniques, prévisibles dans le cas de l’édition d’un manuel de phonétique, par exemple – les signes de transcription phonétiques sont très spéciaux et difficiles dans l’assemblage –, il est reproché aux maisons d’édition de ne pas publier de manuels :

  • 15  « [...] izdatel’stva pod vsâkimi predlogami staraûtsâ otkazat’sâ ot pečataniâ neobhodimejših teore (...)

[…] les maisons d’édition tentent sous n’importe quel prétexte de renoncer à la publication de nos manuels théoriques indispensables, et de matériaux pédagogiques dans notre spécialité. Dans le département, il y a beaucoup de manuels prêts concernant différents aspects [de langue], qui sont écrits par nos meilleurs professionnels. Mais ils se trouvent « gelés » et perdent de leur valeur tandis que les étudiants font leurs études d’après leurs notes manuscrites, qui passent de main en main15.

11Cette citation témoigne également des modes de contournement inventés par les professeurs et les étudiants pour pallier le manque de manuels. Les étudiants recopient le contenu du manuel, perdant ainsi un temps considérable.

Un bon manuel : simple, logique, scientifique et engagé

  • 16  Dans le secteur primaire et secondaire de l’enseignement, le processus similaire est mis en place (...)

12Après la guerre, le Parti communiste de l’URSS (PCUS) et le ministère de l’Enseignement supérieur organisent une véritable campagne qui a pour but l’élaboration et la publication d’une quantité suffisante de manuels de bonne qualité pour le supérieur, processus commencé en 1938 mais interrompu pendant la guerre16. Nous pouvons observer trois étapes dans la création des manuels : la conception générale des manuels, le travail avec des auteurs (dont il faut stimuler l’écriture) et, enfin, l’étape éditoriale, qui suppose entre autres le contrôle strict du financement et de la production.

  • 17  Ces réflexions concernent avant tout les manuels du primaire et du secondaire, mais nous montreron (...)
  • 18  Cette remarque concerne directement les manuels pour le supérieur.
  • 19  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 478, p. 52-53. Procès-verbal de la Réunion gé (...)
  • 20  Il s’agit du « débat philosophique » (filosofskaâ diskussiâ) qui a eu lieu à l’Institut de philoso (...)
  • 21  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 478, p. 3.

13Dans les documents de l’Académie des sciences de l’URSS datés de 1947-1948, nous pouvons observer une série de matériaux (majoritairement des sténogrammes des interventions et des sessions scientifiques) qui mettent en valeur la conception soviétique des manuels17. Les principes de l’immédiat après-guerre renversent la logique des années précédentes qui prônait une approche « objective » (besstrastnyj) du contenu des manuels : on préconisait alors des énoncés académiques, neutres, dépouillés de références à la lutte des classes18. En avril 1948, en critiquant le manuel d’histoire de l’éducation d’Evgueni Medynskij, écrit en 1945, les scientifiques du département de sciences de l’éducation (otdelenie pedagogiki) de l’Académie exigent l’introduction du « contenu de classe » (klassovaâ suŝnost’), la description du contexte social19. Ils évoquent l’intervention d’Andreï Jdanov, l’un des dirigeants du PCUS, promoteur de la doctrine du réalisme socialiste dans la littérature, à une réunion identique à l’Académie des sciences concernant le manuel de philosophie20. Jdanov a souligné les exigences nouvelles des livres scolaires. Outre le « contenu de classe », le manuel doit être exemplaire du point de vue didactique (conformité au programme) ; il doit être compact, mais complet. La langue du manuel, selon Jdanov, doit être nette et vive21.

  • 22  Définition du manuel : « Le manuel est un livre qui expose le contenu de la matière scolaire sous (...)
  • 23Ibid.

14Dans ce cas-là, la conception des manuels universitaires se rapproche de celle des manuels scolaires22 pour l’école secondaire ; les exigences en sont les suivantes23 :

  1. Un point de vue unique, sans aucun éclectisme, aucun point de vue différent ;

  2. Un exposé scientifique, bref, cohérent, sans simplification ;

  3. Présence du « contenu de classe » : lutte des classes, construction du socialisme
    (socialističeskoe stroitel’stvo) ;

  4. Conclusions sous forme de règles, lois, définitions ;

  5. Une langue vive, accessible aux étudiants ;

    • 24  Selon les concepteurs de l’Académie des sciences, ce point concerne les trois fonctions des livres (...)

    Une bonne présentation (oformlenie) de l’ouvrage24.

15L’inventaire témoigne d’une approche théorique réfléchie appliquée à l’élaboration des manuels. Les critères sont normatifs, leur diversité rend assez difficile la création d’un manuel convenable. Or, il est possible de supposer que les enjeux principaux soient la logique et la rigueur, le dogmatisme et la rhétorique idéologique du marxisme-léninisme.

Manuel de langue : mobiliser la langue maternelle des étudiants

  • 25  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 10, p. 15. Documents sur le travail de l’union méthodique des p (...)

16Les impératifs généraux concernant les manuels de langues étrangères sont identiques à ceux des manuels universitaires en général. L’introduction du « contenu de classe » anticipe une plus large campagne de lutte contre le cosmopolitisme, déclenchée par Staline trois ans après la guerre. Cette lutte a eu des conséquences encore plus graves pour l’enseignement des langues car elle a mis en suspens toutes les références dans les manuels aux auteurs étrangers. Si toutefois ceux-ci sont acceptables du point de vue idéologique, leurs textes sont dorénavant soumis à une analyse rigoureuse selon le critère du « contenu de classe ». En conséquence, la plupart des manuels ne sont plus utilisables lors de cours. Si les textes ne sont pas conformes à la critique marxiste-léniniste, ils sont considérés « sans principe » (besprincipnye) et écartés25. Les bibliothèques reçoivent l’ordre d’épurer les rayons des éditions subversives, « nuisibles » (vrednye). L’élaboration de nouveaux manuels devient indispensable.

  • 26  Staline, 1950.
  • 27  Voir sur ce point Ilizarov, 2012 ; Alpatov, 2005, 215-219. Dans notre étude, nous n’observerons qu (...)
  • 28  Nikolaï Iakovlevitch Marr (1865-1934), historien et linguiste soviétique, auteur de la théorie jap (...)
  • 29  Il faut noter qu’après la mort de Staline en 1953, la plupart des scientifiques victimes du change (...)
  • 30  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 6. Notes du Département de sciences et d’établissements (...)
  • 31  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 192. Notes du Département de sciences et d’établissemen (...)

17Une autre tendance politique qui a encore une fois bouleversé la conception de l’enseignement des langues est le discours de Staline26 sur les questions linguistiques en 195027. Staline n’est évidemment pas spécialiste du domaine linguistique. Pour écrire son texte, il a bénéficié de l’aide de professionnels. Le propos essentiel du discours stalinien est la critique de la théorie du linguiste Nikolaï Marr28. L’école scientifique sous la direction de Marr était jusqu’en 1950 la principale, voire l’unique école linguistique, qui profitait du soutien de Staline et avait réussi à éliminer tous ses adversaires. En 1950, ce sont les adversaires de Marr qui arrivent au pouvoir29. Outre la dénonciation de Marr, le propos de Staline n’est pas extrêmement clair même pour les linguistes, enseignant des langues étrangères dans le supérieur. C’est pourquoi le pouvoir – le PCUS et le ministère – a entrepris des efforts considérables pour, d’abord, interpréter le propos stalinien puis pour l’implanter dans le réseau des scientifiques30. Souvent, ces efforts se sont heurtés à la résistance des universitaires. Dans d’autres cas, les motivations linguistiques ont servi de couverture à des offensives personnelles, comme à l’Institut des langues étrangères de Leningrad, où les scientifiques ont profité du changement de la conjoncture pour se venger de leurs ennemis31.

  • 32  Parmi les tendances dans l’enseignement des langues étrangères que le propos de Staline a provoqué (...)
  • 33  Sur la réception de l’intervention linguistique de Staline par la société soviétique dans les anné (...)
  • 34  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 6, p. 38.

18Le discours de Staline et ses interprétations32 ont marqué l’histoire ultérieure de l’enseignement des langues étrangères en URSS33. Malgré la mort de Staline en 1953 et les changements politiques et sociaux considérables qu’elle a entraînés, l’orientation dans l’apprentissage linguistique est restée conforme à la théorie proposée. Même si certains universitaires se sentaient perdus et désorientés par les changements de 1950, et ne comprenaient pas comment appliquer l’approche de Staline ou ne voulaient pas le faire, la méthode a généralement suivi cette voie. Par conséquent, les manuels précédents sont retirés de la circulation34 et la nécessité de publier de nouveaux manuels, là encore, devient urgente.

  • 35  Lev Vladimirovitch Chtcherba (1880-1944), académicien soviétique, linguiste et lexicographe, spéci (...)
  • 36  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 48. Procès-verbal de la conférence de l’acadé (...)

19Pour mieux comprendre ce choix, il est nécessaire d’observer les traditions de l’enseignement des langues étrangères en Russie tsariste et en URSS avant la Seconde Guerre mondiale. Le bilan de ces traditions est exprimé dans la conférence de l’académicien Lev Chtcherba35 à l’Académie des sciences le 3 août 194436. Dans son discours, Chtcherba décrit les procédés de l’apprentissage en Russie et évoque la question cruciale des rapports entre la méthode directe (prâmoj metod) et la méthode « médiatisée » par la langue maternelle (soznatel’nyj metod). La première est intuitive, la seconde est plutôt analytique, elle puise ses racines dans l’enseignement des langues mortes (le grec, le latin) sans pour autant en être une copie conforme. La méthode analytique prônée par Chtcherba apparaît déjà à la fin du xixe siècle quand les linguistes russes complétaient la méthode directe traditionnelle des gouvernantes de nationalité française par les comparaisons avec la langue maternelle des élèves, le russe.

20Selon Chtcherba, en Russie tsariste, les adultes, en enseignant les langues étrangères aux enfants, tentaient de créer un univers étranger, particulier, fondé sur l’étrangeté de la langue – et donc, sans aucun lien avec le russe et l’univers russe. La gouvernante était même considérée meilleure si elle ne connaissait pas le russe. Après la révolution de 1917, les adeptes des méthodes directes ont tenté d’adapter ces procédés à l’école de masse. Ils essayaient d’isoler les deux langues – la langue étudiée et la langue maternelle – d’où la condamnation de la traduction, d’où, aussi, l’étude des signifiants des mots au lieu de leurs équivalents en russe, etc. Mais, d’après l’académicien, ils ne pouvaient que subir un échec. Car même une leçon de deux heures par jour ne suffit pas à créer dans l’esprit d’un enfant le monde particulier de la langue étudiée. De plus, Chtcherba démontre que cette connaissance intuitive n’a aucune valeur instructive, formatrice. Le linguiste propose la voie analytique : l’appui systématique sur la langue maternelle et la concentration en premier lieu sur la lecture, sur le décodage des textes. À la fin de la conférence, les participants concluent qu’à l’école contemporaine, il faut promouvoir la synthèse des deux approches. Cette synthèse suppose la connexion des procédés analytiques à la méthode intuitive en vigueur et coïncide généralement avec le propos de Staline annoncé en 1950.

L’élaboration et l’édition des manuels universitaires de français de 1946 à 1985

Le choix des auteurs

21Le choix des auteurs s’effectue par le ministère de l’Enseignement parmi les universitaires des établissements supérieurs soviétiques. Il s’agit des meilleurs professionnels, qui enseignent depuis plusieurs années et s’appuient sur les programmes de disciplines publiés par le ministère. Après l’expérimentation de ces méthodes durant leurs propres cours, les professeurs publient leurs textes dans l’édition locale de l’établissement à faible tirage, afin d’obtenir le consentement d’un milieu plus large, mais encore restreint. À la suite de cette démarche, les cours peuvent être recommandés à la publication dans les éditions centrales pour l’utilisation dans tout le pays.

  • 37  Selon les arrêtés du Conseil des commissaires du peuple (Sovnarkom) du 18 février 1944 et du minis (...)
  • 38  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 28. Rapport du ministère de l’Enseigne (...)
  • 39  La rémunération des auteurs mérite une remarque. À la différence des éditions universitaires local (...)

22Vers la fin des années 1940, le ministère se heurte à un problème : il est difficile de trouver des auteurs. Théoriquement, l’élaboration des manuels pour les étudiants fait partie des recherches scientifiques37, obligatoires au sein des universités. Or le système des salaires et les horaires des professeurs ne stimulent pas leur travail scientifique. D’abord, parce que ce travail n’est pas suffisamment contrôlé ou que le contrôle est plutôt formel. Certes, toutes les absences en cours sont sanctionnées immédiatement par la baisse du salaire. Mais en ce qui concerne les recherches scientifiques, l’inachèvement du plan n’entraîne aucune conséquence matérielle pour les professeurs. De plus, les professeurs ont intérêt à publier leurs ouvrages dans n’importe quelle revue ou maison d’édition, sauf dans les presses d’université. Leur travail sera partout rémunéré sauf dans les vuz où il n’est pas payé38. Souvent, les scientifiques concluent des contrats directement avec les maisons d’édition et effectuent leurs recherches hors du plan sans même en informer leur vuz39.

  • 40  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 41.
  • 41  Le tiers de la feuille d’auteur de 40 000 signes. Selon les normes actuelles, une feuille d’auteur (...)
  • 42  Les disciplines générales théoriques, scientifiques et techniques (obŝeteoretičeskie, obŝenaučnye (...)
  • 43  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 160, p. 142-144.

23Pour résoudre ces problèmes, à la fin des années 1940, le ministère lance une série de mesures. Il ordonne le contrôle systématique des recherches des universitaires, désormais obligatoires. En outre, il décide d’établir un plan quinquennal de l’élaboration des manuels, discuté dans les conseils scientifiques des vuz. La troisième mesure consiste en la prévision d’un appel à projets de manuels (konkurs učebnikov) qui serviront aux étudiants dans l’étude des disciplines fondamentales dans les établissements supérieurs40. Cet appel à projets est initié en 1956. Son règlement précise le volume des livres scolaires. Pour les sciences humaines, ces normes se calculent de la manière suivante : chaque heure de cours correspond à 13 300 signes de texte41. Les exigences envers les manuels ne se distinguent pas globalement de celles annoncées en 1947 par le Comité central du PCUS et l’Académie de sciences, déjà évoquées ci-dessus. Bizarrement, les langues étrangères – l’anglais, l’allemand et le français – qui font partie du premier groupe de matières universitaires nommé « les sciences sociales » (obŝestvennye nauki)42 ne figurent pas sur la liste des disciplines concernées par l’appel43. Comment expliquer cette absence ? Nous pouvons supposer que quand il s’agit des langues étrangères, le ministère préfère désigner des auteurs fiables plutôt que de faire confiance aux résultats de l’appel à projets. Il est aussi probable que dans l’URSS des années 1950, il y avait très peu de spécialistes capables de produire un manuel de langue de qualité – et ce petit groupe était déjà bien connu du ministère.

  • 44  RGANI, fonds 5 [CC du PCUS], op. 68, d. 568, p. 17. Rapport annuel du MVSSO de 1974.
  • 45  Regroupement au sein d’un établissement d’enseignement supérieur soviétique d’enseignants et d’ens (...)
  • 46  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 25.
  • 47  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 125, p. 1.
  • 48  Les maisons d’édition ont été choisies en fonction de leur spécialisation. De 1946 à 1959, les man (...)

24Un autre facteur stimulant est le Prix d’État, régulièrement décerné aux meilleurs manuels universitaires44. Or, à la différence de l’appel à projets, cette mesure ne contribue pas à la sélection des manuels de qualité pour publication, elle est une récompense, sa valeur est motivante. L’autre moyen d’assurer la qualité des manuels est leur approbation par des professionnels. Avant 1947, les manuels rédigés en conformité avec le plan de la discipline ne sont contrôlés que par le département (kafedra)45 où travaille l’auteur. Le département approuve le calendrier de la préparation du manuel et sa structure. Même si les discussions concernant les manuels sont détaillées et systématiques, elles se déroulent dans le champ clos de l’établissement et restent limitées46. En 1948, pour assurer la qualité des ouvrages, le ministère met en place un système qui suppose l’analyse des manuels par des autorités scientifiques (avtoritetnye specialisty) dans le domaine concerné issues d’un autre établissement d’enseignement supérieur de l’URSS. Cette analyse est faite après l’analyse du département où travaille l’auteur. Le nouveau système implique dans le processus plusieurs protagonistes : l’auteur du manuel et son département ; le ministère de l’Enseignement supérieur ; les universitaires des vuz soviétiques et les maisons d’édition47. Le ministère contrôle la gestion générale du processus en désignant les relecteurs (recenzenty, les referees) et, en cas de nécessité, demande l’avis de la commission d’experts (èkspertnaâ komissiâ), constituée de scientifiques reconnus. Les maison d’édition proposent également leurs lumières pour analyser le manuscrit. En même temps, elles effectuent un travail avec l’auteur, pour corriger le manuscrit et remanier l’ouvrage conformément aux remarques exprimées. À la fin du processus, le ministère donne l’autorisation (grif ministerstva) de publier l’ouvrage dans les maisons d’éditions concernées48.

Auteurs, experts, rédacteurs : les « bâtisseurs » de l’édifice-manuel

  • 49  Par exemple, par un docteur en sciences (doktor nauk), par un candidat en sciences (kandidat nauk) (...)
  • 50  Entretien avec une ancienne étudiante et professeure à MGPIIYa dans les années 1960-1980, le 19 dé (...)

25Les universitaires qui énoncent leur point de vue sur le manuel – recenzenty – sont désignés par le département de manuels (otdel učebnikov) du ministère. Deux avis positifs sont exigés pour recevoir l’autorisation de publier le manuel. L’un d’entre eux doit être collectif, formulé par un département spécialisé dans le domaine concerné. Cet avis, rédigé par un des membres du département, est discuté en réunion et signé par le chef du département. L’autre avis est individuel, rédigé par un spécialiste de l’enseignement supérieur49. Le choix des relecteurs par le ministère est effectué en fonction de la spécialisation des universitaires qui, théoriquement, doit être au plus près de la thématique de l’ouvrage examiné. En même temps, le choix des referees offre une souplesse de gestion, voire une sélection préalable des manuels : le département des manuels peut désigner un relecteur qu’il sait favorable ou défavorable à l’ouvrage ou à son auteur. Les manuels non autorisés peuvent être publiés chez d’autres éditeurs, par exemple à titre de monographie. L’autre variante est la publication dans des presses d’université, qui sera utilisée par les étudiants et les professeurs de l’établissement. Mais ces ouvrages ne peuvent pas être recommandés dans les programmes de disciplines, ils ne font pas partie des listes obligatoires de manuels à utiliser et, dans les vuz particulièrement exigeants (par exemple à l’Institut pédagogique des langues étrangères d’État de Moscou, MGPIIYa), ils ne sont pas admis lors des cours50.

  • 51  Personne qui fait partie de l’équipe de rédaction de la maison d’édition et qui est nommée respons (...)
  • 52  Iosif Hanaanovič Dvoretskij (1894-1979), philologue soviétique, spécialisé en lettres classiques, (...)
  • 53  À partir d’ici, les manuels sont évoqués par le nom du premier auteur et par l’année de l’édition (...)

26Dans des cas plus simples, après les opinions généralement positives des deux referees et du rédacteur de l’édition (redaktor izdatel’stva)51, l’auteur corrige le manuscrit. Puis, ce manuscrit remanié est de nouveau revu par le rédacteur qui remet sa conclusion définitive. Dans celle-ci, le rédacteur évalue le manuscrit, met en valeur ses points forts ou sa nouveauté, analyse la structure, recommande l’ouvrage pour l’envoi au ministère pour l’autorisation. Par exemple, le rédacteur I. H. Dvoretskij52, dans sa conclusion sur Pototskaya 195253, édité par la Maison d’édition en langues étrangères, met l’accent sur la valeur communiste et progressive des textes des manuels :

  • 54  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 20, d. 310, p. 164. Avis sur les manuscrits des manuels qui ont reçu l (...)

Les textes […] sont rédigés ou choisis avant tout en prenant en compte les intérêts de l’éducation communiste. C’est pourquoi, la plupart d’entre eux sont consacrés à des questions traitant de la vie soviétique et de la construction soviétique, de la lutte des travailleurs à l’étranger contre l’esclavage capitaliste, et pour la paix. Dans l’« Annexe lecture », dominent des textes proches de notre réalité soviétique : matériaux issus de notre littérature politique, extraits des ouvrages des écrivains français progressistes54

27Dans le même document, Dvoretskij fait part au ministère des difficultés concernant la préparation du manuscrit et de ses défauts inévitables. Il met l’accent sur l’urgence du processus. En 1951, les établissements supérieurs avaient besoin des manuels de français, car les éditions précédentes n’étaient plus convenables pour des raisons idéologiques.

[...] La première variante de ce manuscrit, composée par les camarades Pototskaya et Elaguina, devait être retravaillée entièrement, car elle ne convenait absolument pas, autant en raison de son contenu que de sa structure. Pour assurer la parution rapide du manuel élémentaire de français, la Maison d’édition a organisé le remaniement fondamental du manuscrit, qui s’apparentait, en réalité, à la rédaction d’un nouveau manuel. Pour renforcer la brigade des auteurs, M. P. Kamenskaya a été invitée…

  • 55Ibid., p. 164-166.

Rédigé en extrême urgence, le manuscrit n’est pas exempt des marques de ces délais très rapides. Il s’agit avant tout de la densité insuffisante du matériel grammatical dans certains textes ou la sursaturation d’un nouveau lexique. Je crois que de tels défauts ne sont pas cruciaux et vont être surmontés sans problème par les enseignants ainsi que par les apprenants55.

  • 56  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 4266, p. 1-75. Avis sur les manuscrits des manuels qui ont reç (...)

28Jouant sur le choix des experts, le ministère peut assurer ou au contraire freiner la publication de tel ou tel livre. Mentionnons en guise d’exemple le cas, plutôt atypique, du manuscrit de M. A. Vinogradova paru en 1972 dans l’édition Vysšaâ škola. Ayant reçu un avis très négatif du département des langues étrangères de l’université d’État de Leningrad (LGU), le manuel a été complètement remanié. En théorie, il aurait dû être à nouveau envoyé à la LGU, mais le ministère s’adresse au MGPIIYa qui, dès le début, soutenait la publication du manuel, et qui délivra l’avis positif nécessaire à l’autorisation56.

29Pour Vinogradova 1972, la démarche visant à recevoir l’approbation et l’autorisation du ministère se compose d’au moins dix-neuf étapes et se poursuit pendant presque quatre ans, de fin février 1967 à début décembre 1970. Nous établissons finement la chronologie du processus pour montrer sa durée, des interlocuteurs engagés et des allers-retours du manuscrit (Figure 3, pages suivantes).

30Malgré les remaniements nombreux du manuscrit par l’auteur et les avis positifs des experts universitaires, les rédacteurs n’ont pas accepté l’ouvrage de Vinogradova. Cela peut s’expliquer par le fait que le manuel avait un caractère expérimental, inhabituel pour l’édition. Il était destiné à l’apprentissage intensif pour adultes, pratiqué dans les cours de langues étrangères. C’est pourquoi les professeurs de cours au MGPIIYa ont évalué positivement le manuel.

Fig. 3 – Avis des experts, conclusions des rédacteurs et rapports de l’auteure (lignes en couleur grise) qui précédaient l’autorisation du ministère de publier le manuel de M. A. Vinogradova, 1967-1970.

Étapes

Dates

Avis des experts, conclusions des rédacteurs, rapports de l’auteure

1

24 février 1967

Expertise de G. Kitaigorodskaya (professeure au MGPIIYa), positive avec quelques remarques.

2

11 mai 1967

Expertise du département de langues étrangères de la LGU, négative.

3

Sans date

Réponse de l’auteure à l’expertise de Kitai-gorodskaya.

4

10 janvier 1968

Expertise du département de langues étrangères de l’Institut d’architecture de Moscou (MARKHI), positive avec des remarques.

5

11 mars 1968

Réponse de l’auteure à l’expertise du MARKHI.

6

19 septembre 1968

Réponse de l’auteure à une autre expertise (l’expertise elle-même n’est pas conservée dans les archives, son auteur est inconnu).

7

28 janvier 1969

Conclusion de la rédactrice de Vysšaâ škola V. Sidorova, beaucoup d’objections sur la méthode et le choix de textes.

8

1er mars 1969

Expertise d’A. Anfilofief (maître de conférences des cours de langues étrangère du ministère des Affaires étrangères de l’Union soviétique), négative avec l’indication de retravailler en profondeur.

9

Sans date

Rapport de l’auteure concernant le remaniement du manuscrit.

10

8 octobre 1969

Conclusion de la rédactrice V. Sidorova, négative malgré le remaniement.

11

15 octobre 1969

Conclusion du rédacteur scientifique en chef de Vysšaâ škola B. A. Nikonov, négative.

12

4 novembre 1969

Interpellation de la rédactrice en chef adjointe de Vysšaâ škola A. B. Gouskova au ministère, demande d’arbitrage de la commission d’experts sur un manuscrit qui a suscité des avis contradictoires.

13

24 février 1970

Conclusion des cours de langues étrangères de dix mois du MGPIIYa, positive avec des remarques.

14

1er avril 1970

Rapport de l’auteure sur le remaniement du manuscrit.

15

20 mai 1970

Conclusion des cours de langues étrangères de dix mois du MGPIIYa, positive sans remarques.

16

15 juin 1970

Conclusion de la Commission d’experts, positive.

17

22 juin 1970

Rapport du chef du département (redakciâ) de langues romanes de Vysšaâ škola N. A. Oulianova sur les défauts du manuscrit et les difficultés de la préparation de cet ouvrage adressé à la rédactrice en chef adjointe Gouskova.

18

9 novembre 1970

Rapport de l’auteure sur le remaniement du manuscrit.

19

1er décembre 1970

Autorisation du ministère de publier le manuscrit comme matériel pédagogique pour les étudiants des vuz et des facultés non linguistiques.

  • 57  Sur ce sujet voir Vaissié, 2008, 22-24 – sur les rédacteurs soviétiques et leur rôle dans la vie l (...)

31Le manuel Vinogradova 1972 est aussi un bon exemple de la diminution du rôle des rédacteurs, voire du contrôle du Parti, dans le processus de l’autorisation57. Dans les années 1950-1960, les rédacteurs ont une influence significative sur la prise de la décision relative à l’autorisation. Ce sont eux qui expriment le point de vue du PC et garantissent l’imprimatur idéologique des éditions. Les experts universitaires analysent surtout la qualité méthodologique et linguistique des manuscrits, tandis que les rédacteurs veillent à ce que le contenu marxiste-léniniste soit respecté.

32Sur la division des tâches idéologiques et techniques, le chef du département de propagande du CC du PCUS, V. Stepanov, s’exprime dans un document daté de 1968 :

  • 58  RGANI, fonds 5 [CC du PCUS], op. 60, d. 30, p. 83.

[…] Comme l’a montré la pratique, dans le travail du Comité d’État pour la presse (Gosudarstvennyj komitet po pečati), le principal est l’exécution des fonctions de production, des fonctions techniques et économiques, car ce sont les organes de Parti qui s’occupaient toujours et s’occupent du contrôle du contenu idéologique des livres, des brochures, des revues et des journaux58.

33Dans Vinogradova 1972, à la différence des éditions des années précédentes, l’opinion du rédacteur responsable du manuel, aussi bien que celle de toute l’équipe éditoriale, n’a pas été cruciale. Malgré l’attitude négative des rédacteurs de Vysšaâ škola, le manuscrit a été publié avec l’autorisation du ministère. Néanmoins, l’opposition des rédacteurs a entraîné l’allongement des délais de parution (presque quatre années au lieu d’un an). Le fait que le manuel n’ait pas été réédité dans les années ultérieures témoigne aussi, explicitement, des débats et des contradictions entre les protagonistes principaux du processus – auteurs, universitaires, rédacteurs des éditions – concernant cet ouvrage.

Les experts dans le cas des manuels des années 1980

34Dès les années 1970, les noms des universitaires qui ont énoncé leur avis sur les manuscrits (les recenzenty) sont indiqués sur la première page. Cette évolution montre que le processus devient plus ouvert et transparent. En communiquant leurs noms au grand public, les universitaires s’apprêtent, théoriquement, à défendre leur position devant la communauté scientifique. La mention des noms des experts peut encore être interprétée comme une justification de la qualité des ouvrages qui s’appuie cette fois-ci sur les autorités académiques.

35Ainsi, pour deux manuels des années 1980, les mentions des experts peuvent-elles être observées sur la première page : Kitaigorodskaya 1982 et Potouchanskaya 1985.

  • 59  Aleksej Alekseevič Leontiev (1936-2004), psychologue et linguiste russe.
  • 60  Georgi Lozanov (1926-2012), éducateur et psychologue bulgare. Il est devenu une figure importante (...)
  • 61  RGASPI, fonds 606 [AON], op. 1, d. 1485, p. 75-100.

36Pour Galina Kitaigorodskaya qui travaille à l’université d’État de Moscou (MGU) au département de pédagogie, de psychologie et de méthode d’enseignement à l’école supérieure (faculté de formation continue, Fakul’tet povyšeniâ kvalifikacii, FPK) la première expertise provient du département de langues étrangères de l’Institut des ingénieurs de l’aviation civile de Moscou (Moskovskij institut inženerov graždanskoj aviacii, MIIGA). La deuxième expertise est effectuée par le professeur A. A. Leontiev59 qui est non seulement linguiste, mais aussi psychologue, spécialiste en psychologie pédagogique. L’approbation de Leontiev dénote un intérêt plus pédagogique et psychologique que purement linguistique de l’approche proposée dans le manuel. La conception du professeur bulgare G. Lozanov60, sur laquelle est fondé l’ouvrage, est connue en URSS dès les années 1970 et utilisée dans les établissements d’enseignement supérieur par les professeurs spécialement formés61. Ainsi le livre de Kitaigorodskaya peut-il être considéré comme une des variantes de l’adaptation de la méthode d’enseignement du français au public russophone fixée sur support papier pour une large diffusion.

  • 62  Entretien avec une ancienne étudiante et professeure du MGPIIYa dans les années 1960-1980, le 19 d (...)
  • 63  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 82, p. 23; d. 360 p. 14; d. 2166, p. 130, d. 2167, p. 19. GARF (...)

37Pour Potouchanskaya 1985 dont les auteures sont professeures du département de français no 2 de l’Institut des relations internationales d’État de Moscou (MGIMO), les experts sont le maître de conférences au MGPIIYa T. V. Medvedeva et le chef du département de français de la MGU (faculté de lettres) Z. N. Kozlova. Ces trois vuz de Moscou (MGIMO, MGPIIYa et MGU) sont parmi les plus reconnus pour leur excellent niveau en français et, en même temps, chacun d’eux a ses propres traditions pédagogiques, sa propre école scientifique62. La désignation des experts au sein des départements les plus réputés du domaine semble aller de soi. Mais elle se cantonne aux établissements moscovites et exclut toutes les autres régions de l’URSS de la discussion sur le manuel. Certes, l’exemple des deux manuels en question ne peut pas être suffisamment représentatif, il ne reflète qu’une tendance des années 1980. Néanmoins, la situation n’était pas la même dans les années 1960-1970 quand, pour l’analyse des manuscrits de Moscou, les universitaires d’autres régions de République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) aussi bien que d’autres Républiques étaient largement engagés. Les critiques venaient alors de Kharkov, Leningrad, Gorki, Kiev, Perm, Tomsk, etc.63. La tendance observée montre un certain resserrement de l’expertise scientifique dans le cadre local, le rétrécissement du champ des débats savants et méthodologiques. Elle présente également un cas de centralisation et de choix élitiste favorisant les universitaires de la capitale. De plus, du point de vue pragmatique, il est plus facile d’organiser le processus de justification et de publication de l’ouvrage quand tous les acteurs (auteur, ministère, experts, maison d’édition) se trouvent dans la même région.

Conclusion

38Dans la période de l’après-guerre se développe une action ambitieuse visant à la création d’un patron de manuel pour toutes les disciplines universitaires – y compris pour les langues, même si les manuels de langue étrangère font l’objet de principes spécifiques. Les règles avancées par le Parti communiste en la personne d’Andreï Jdanov sont développées par le ministère de l’Enseignement supérieur. Ces principes, allant de pair avec les visées idéologiques du pouvoir soviétique, restent généralement valables jusqu’à la perestroïka en 1985. Le but des manuels soviétiques de la fin des années 1940 est d’enseigner « les fondements des sciences » (osnovy nauk). Cette idée influence la conception des manuels de langue étrangère. Ces derniers doivent quant à eux transmettre les « fondements de la linguistique » – phonétique, grammaire, lexique –, ces aspects se retrouvant en premier lieu dans les ouvrages destinés aux étudiants. Même dans les années 1980, cette représentation de la langue, enseignée comme science, couplée avec le souci d’utiliser le potentiel instructif de cet enseignement (avant tout par le moyen des comparaisons entre la langue étudiée et la langue maternelle) pèse sur les manuels universitaires de langues.

39Tandis qu’en France, dès les années 1970, l’approche communicationnelle – qui a pour but central d’apprendre à communiquer en langue étrangère – entre en vigueur, en URSS, les manuels subissent une certaine stagnation. Du point de vue politique et idéologique, et dans le domaine éditorial, le conservatisme semble être prépondérant. Les liens établis entre les maisons d’édition et les imprimeries, le réseau stable des auteurs et des évaluateurs de manuels, le large spectre des produits concernant toutes les disciplines générales du supérieur, assurent le succès de l’activité des éditions de livres scolaires. Grâce au soutien de l’État et à l’autorité du ministère, qui prescrit les manuels, ils sont un pilier des cours universitaires. En ce qui concerne les tensions éventuelles à l’intérieur du réseau d’auteurs, d’experts et de rédacteurs, la nature de nos sources ne nous a pas permis d’en donner la pleine mesure. Les documents conservés dans le département de Manuels du ministère de l’Enseignement contiennent uniquement les démarches ayant abouti, et par conséquent, conformes aux normes établies. Parfois, les auteurs renoncent à écrire un manuel ou à remanier leur ouvrage mais, en général, ils se plient aux règles du jeu. Les tensions recensées concernent davantage l’aspect pédagogique : cohérence de la présentation des phénomènes linguistiques, définitions des règles, approche utilisée, etc.

40Les manuels profitent de ce cadre : en développant prioritairement le côté instructif, avec l’abondance des exercices de traduction et des comparaisons avec le russe, et éducatif, en soutenant l’image heureuse de l’URSS. Le côté logique se développe également, surtout dans la présentation systématisée du matériel linguistique, des exercices graduels, dans l’utilisation des documents iconographiques. Or, même dans le domaine pédagogique, l’évolution est limitée par la conception de l’enseignement du français comme science – en la réduisant aux aspects spécifiquement linguistiques – au détriment de son côté fonctionnel, communicatif, culturel et social.

Haut de page

Bibliographie

Alpatov, V., 2005, Vološinov, Bahtin i lingvistika [Volochinov, Bakhtine et la linguistique], Moscou, Langues des cultures slaves.

Choppin, A., 2008, « Le manuel scolaire, une fausse évidence historique », Histoire de l’éducation, 117, p. 7-56.

Godet, M., 2010, La pellicule et les ciseaux. La censure soviétique dans le cinéma soviétique du Dégel à la perestroïka, Paris, CNRS Éditions.

Gorâeva, T., 2009, Političeskaâ cenzura v SSSR [La censure politique en URSS], 1917-1991, Moscou, Rosspen.

Ilizarov, B. S., 2012, Počëtnyj akademik Stalin i akademik Marr [L’académicien honoraire Staline et l’académicien Marr], Moscou, Veče.

Kitaigorodskaya, G. A., 1982, Francuzski jâzyk : Intensivnyj kurs obučeniâ (Dlâ studentov neâzykovyh vuzov) [Le français : cours intensif (Pour les étudiants des vuz non linguistiques)], Moscou, École supérieure.

Narodnoe hozâjstvo SSSR v Velikoj Otečestvennoj vojne [Économie nationale de l’URSS pendant la Grande guerre patriotique] 1941-1945, 1990, Moscou, Centre d’information et d’édition du Goskomstat de l’URSS.

Pallier, D., 1992, « Les bibliothèques universitaires de 1945 à 1975 », Bulletin des bibliothèques de France, 3, p. 58-73, en ligne : http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-1992-03-0058-008 [consulté le 20 janvier 2016].

Pototskaya, N. P., Elaguina, V. V., Kamenskaya, M. P., 1952, Učebnik francuzskogo âzyka : Dlâ neâzykovyh vysših učebnyh zavedenij [Manuel de français : pour les établissements supérieurs non linguistiques], Moscou, Éditions en langues étrangères.

Potouchanskaya, L. L., Kotova, G. M., Kolesnikova, N. I., 1985, Načal’nyj kurs francuzskogo âzyka : Učebnik dlâ studentov institutov i fakul’tetov inostrannyh âzykov [Cours élémentaire de français : manuels pour les étudiants des instituts et des facultés des langues étrangères], Moscou, École supérieure.

Sériot, P. (dir.), 2005, Un paradigme perdu : la linguistique marriste, Cahiers de l’ILSL, 20.

SSSR v cifrah v 1985 godu [L’URSS en chiffres en 1985], 1986, Moscou, Finances et statistiques.

Staline, J., « Marxisme et linguistique », Pravda, interview du 20 juin 1950, en ligne : http://www.communisme-bolchevisme.net/download/Staline_Le_marxisme_et_les_problemes_de_linguistique.pdf [consulté le 30 août 2015].

Vaissié, C., 2008, Les ingénieurs des âmes en chef. Littérature et politique en URSS (1944-1986), Paris, Belin.

Velmezova, E., 2007, Les lois du sens : la sémantique marriste, Slavica Helvetica, 77.

Velmezova, E., 2014, « L’intervention de Staline dans la linguistique soviétique vue par Alexandre Soljénitsyne : entre usages socio-politiques et littéraires des savoirs sur le langage et les langues », Dossiers d’HEL, SHESL, Linguistiques d’intervention. Des usages socio-politiques des savoirs sur le langage et les langues, en ligne : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01115676 [consulté le 20 janvier 2016].

Vinogradova, M. A., 1972, Kurs francuzskogo âzyka : Dlâ grupp rasširennoj programmy neâzykovyh vuzov [Cours de français : pour les groupes du programme approfondi des vuz non-linquistiques], Moscou, École supérieure.

Haut de page

Notes

1  Choppin, 2008, 14.

2  Ces manuels, autorisés par le ministère de l’Enseignement supérieur, ont été conçus pour être publiés à des dizaines de milliers d’exemplaires et destinés aux étudiants de tout le pays.

3  Il s’agit généralement de manuels de français pour les étudiants non-linguistes ou pour les étudiants linguistes des premières années d’études dans un établissement de l’enseignement supérieur.

4  Fonds des Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF, Gosudarstvennyj arhiv Rossijskoj Federacii), des Archives d’État russes d’histoire sociale et politique (RGASPI, Rossijskij gosudarstvennyj arhiv social’no-političeskoj istorii) et des Archives d’État russes d’histoire contemporaine (RGANI, Rossijskij gosudarstvennyj arhiv novejšej istorii).

5  Pour la période étudiée, deux institutions gèrent successivement l’enseignement supérieur en URSS : le ministère de l’Enseignement supérieur de l’URSS (MVO de l’URSS, Ministerstvo vysšego obrazovaniâ SSSR) de 1945 à 1959 et le ministère de l’Enseignement supérieur et de l’Enseignement secondaire professionnel de l’URSS (MVSSO ou Minvuz de l’URSS, Ministerstvo vysšego i srednego special’nogo obrazovaniâ SSSR) de 1959 à 1988.

6L’URSS en chiffres en 1985, 1986, 243.

7  Les effectifs augmentent essentiellement entre 1946 et 1975 et cet essor est comparable au cas français où lors de la même période, le nombre d’étudiants a été multiplié par 6,6 passant de 123 313 à 811 258. Source : Pallier, 1992, 59.

8  Équivalent du salaire mensuel moyen de l’époque qui, en 1940, était de 338 roubles par mois.

9  GARF, fonds 9396 [MVO], opis’16, delo 3, p. 85. Documents sur la préparation de la IIe Réunion nationale des universitaires, 1946.

10  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 3759. Procès-verbal de la réunion du Conseil de la science et de la méthode sur les langues étrangères, le 29 mai 1969.

11  Nous mentionnerons également les vuz qui forment les traducteurs : les établissements militaires, les facultés de traduction des vuz linguistiques, les cours supérieurs (vysšie kursy) de langues étrangères, etc. L’accès aux archives de ces établissements est actuellement très limité pour les chercheurs.

12  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 3, p. 84.

13  GARF, fonds 9563 [ministère de l’Instruction], op. 3, d. 257, p. 2. Rapports des établissements supérieurs, 1972.

14  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 3, p. 87.

15  « [...] izdatel’stva pod vsâkimi predlogami staraûtsâ otkazat’sâ ot pečataniâ neobhodimejših teoretičeskih učebnikov I posobij po našej special’nosti. V portfele otdela skopilos’ množestvo gotovyh učebnikov po različnym aspektam, napisannyh našimi lučšimi specialistami, no oni ležat bez dviženiâ I terâût svoû cennost’, v to vremâ kak studenty učatsâ po perepisannym ot ruki zapiskam I stenogrammam lekcij, perehodâŝih iz ruk v ruki ». GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 3, p. 88. Toutes les traductions sont de l’auteur.

16  Dans le secteur primaire et secondaire de l’enseignement, le processus similaire est mis en place dans les années 1930 et continue pendant les années suivantes.

17  Ces réflexions concernent avant tout les manuels du primaire et du secondaire, mais nous montrerons les points communs avec ceux du supérieur.

18  Cette remarque concerne directement les manuels pour le supérieur.

19  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 478, p. 52-53. Procès-verbal de la Réunion générale du Département de pédagogie à propos du livre du professeur E. N. Medynskij Histoire de la pédagogie en URSS, du 2 au 7 avril 1948.

20  Il s’agit du « débat philosophique » (filosofskaâ diskussiâ) qui a eu lieu à l’Institut de philosophie de l’Académie des sciences de l’URSS du 16 au 25 juin 1947 en présence de plus de cinq cents personnes.

21  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 478, p. 3.

22  Définition du manuel : « Le manuel est un livre qui expose le contenu de la matière scolaire sous une forme scientifique, cohérente et accessible et qui est conforme au programme ainsi qu’aux impératifs de la didactique. » GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 411, p. 24-26. Documents pour la réunion des commissions académiques « Programmes » et « Manuels », le 31 mai 1947.

23Ibid.

24  Selon les concepteurs de l’Académie des sciences, ce point concerne les trois fonctions des livres scolaires : la fonction didactique (la présence des chapitres, paragraphes, vocabulaires, index et annexe), la fonction qui contribue à la santé physique des élèves – « hygiénique », gigieničeskaâ – (les caractères bien lisibles, la bonne qualité du papier et de l’impression)et la fonction esthétique (la reliure solide et des illustrations).

25  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 10, p. 15. Documents sur le travail de l’union méthodique des professeurs de langues étrangères de Moscou, 1946.

26  Staline, 1950.

27  Voir sur ce point Ilizarov, 2012 ; Alpatov, 2005, 215-219. Dans notre étude, nous n’observerons que les conséquences du propos stalinien sur l’enseignement des langues étrangères.

28  Nikolaï Iakovlevitch Marr (1865-1934), historien et linguiste soviétique, auteur de la théorie japhétique ou, depuis 1923, de la « nouvelle théorie du langage ». Sur cette théorie voir Sériot, 2005 ; Velmezova, 2007.

29  Il faut noter qu’après la mort de Staline en 1953, la plupart des scientifiques victimes du changement linguistique en 1950-1952 ont pu reprendre leurs fonctions.

30  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 6. Notes du Département de sciences et d’établissements supérieurs sur la réorganisation de l’enseignement des langues étrangères à l’école, 1950-1951.

31  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 192. Notes du Département de sciences et d’établissements supérieurs sur les défauts du 1er Institut des langues étrangères de Leningrad, 1950-1952.

32  Parmi les tendances dans l’enseignement des langues étrangères que le propos de Staline a provoquées, nous noterons les suivantes : 1. le rôle de la grammaire devient prépondérant ; 2. la phonétique élémentaire fait partie des cours des langues ; 3. la syntaxe est aussi importante que la morphologie ; 4. l’enseignement est fondé sur le minimum lexical, donc il faut élaborer ces minima ; 5. l’approche comparative est privilégiée : il faut mettre en parallèle la grammaire de la langue étrangère avec la grammaire de la langue maternelle pour mieux comprendre les particularités de la langue étrangère et approfondir la connaissance de la langue maternelle. RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 6, p. 4.

33  Sur la réception de l’intervention linguistique de Staline par la société soviétique dans les années 1950-1960, voir Velmezova, 2014.

34  RGASPI, fonds 17 [CC du PCUS], op. 133, d. 6, p. 38.

35  Lev Vladimirovitch Chtcherba (1880-1944), académicien soviétique, linguiste et lexicographe, spécialiste de phonétique et phonologie ainsi que des langues russe, slave et française.

36  GARF, fonds 10049 [Académie des sciences], op. 1, d. 48. Procès-verbal de la conférence de l’académicien L. V. Chtcherba sur le rôle instructif de l’enseignement des langues étrangères, le 3 août 1944.

37  Selon les arrêtés du Conseil des commissaires du peuple (Sovnarkom) du 18 février 1944 et du ministre de l’Enseignement supérieur de l’URSS du 15 septembre 1949, l’élaboration du manuscrit de manuel peut équivaloir à un travail de recherche pour les universitaires. GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 54, Inspection concernant l’approvisionnement en manuels des établissements supérieurs, 1947 ; d. 125, p. 34, Contrôle de l’exécution de l’arrêté du Conseil des ministres du 3 mars 1949 sur la production des manuels pour les établissements supérieurs.

38  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 28. Rapport du ministère de l’Enseignement supérieur sur la production des manuels pour les établissements supérieurs, 1950.

39  La rémunération des auteurs mérite une remarque. À la différence des éditions universitaires locales qui ne rémunèrent pas leurs auteurs, les grandes maisons d’édition centrales, elles, payent les publications : 1 500-2 500 roubles pour 40 000 signes de texte de manuels. Dès le 1er septembre 1955, cette somme atteint 3 000 à 5 000 roubles. GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 160, p. 135. Documents sur l’élaboration et la production des manuels pour les établissements supérieurs, 1955.

40  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 41.

41  Le tiers de la feuille d’auteur de 40 000 signes. Selon les normes actuelles, une feuille d’auteur correspond à 10-12 pages de texte de caractère 12, interligne 1 sur traitement de texte. Un tiers représente environ 4 pages de texte.

42  Les disciplines générales théoriques, scientifiques et techniques (obŝeteoretičeskie, obŝenaučnye i obŝeinženernye) entrent dans ce groupe. Les autres groupes de matières rassemblent des disciplines spécialisées, soit propres à une République ou à une région, soit facultatives. GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 300, p. 1.

43  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 16, d. 160, p. 142-144.

44  RGANI, fonds 5 [CC du PCUS], op. 68, d. 568, p. 17. Rapport annuel du MVSSO de 1974.

45  Regroupement au sein d’un établissement d’enseignement supérieur soviétique d’enseignants et d’enseignantes d’une même discipline, ou de disciplines ou de programmes apparentés, à des fins pédagogiques et administratives.

46  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 59, p. 25.

47  GARF, fonds 8300 [ministère du Contrôle], op. 26, d. 125, p. 1.

48  Les maisons d’édition ont été choisies en fonction de leur spécialisation. De 1946 à 1959, les manuels de langues étrangères ont été généralement publiés par la Maison d’édition en langues étrangères (Izdatel’stvo literatury na inostrannyh âzykah, Inoizdat). Depuis 1959, la maison d’édition « École supérieure » (Vysšaâ škola) nouvellement créée se spécialise dans l’édition des manuels pour les établissements du supérieur.

49  Par exemple, par un docteur en sciences (doktor nauk), par un candidat en sciences (kandidat nauk) ou par un maître de conférences (docent). En URSS, le docteur en sciences est titulaire d’un grade universitaire qui correspond en gros à l’habilitation à diriger des recherches en France ; le candidat en sciences est titulaire d’un grade universitaire équivalent au doctorat de troisième cycle de type Ph. D. Le maître de conférences est un titre universitaire, son titulaire doit posséder le grade du candidat en science. Exceptionnellement (par dérogation), les personnes qui n’ont pas encore soutenu leur thèse peuvent en bénéficier.

50  Entretien avec une ancienne étudiante et professeure à MGPIIYa dans les années 1960-1980, le 19 décembre 2012 à Moscou.

51  Personne qui fait partie de l’équipe de rédaction de la maison d’édition et qui est nommée responsable de la préparation du manuscrit d’un manuel qu’il suit du début à la fin. Elle travaille avec l’auteur, lui transmet les rapports des universitaires-relecteurs et fait elle-même les remarques concernant le manuscrit aussi bien qu’une conclusion générale qu’elle adresse au ministère. Généralement, les rédacteurs ont une formation supérieure soit littéraire soit dans d’autres domaines en fonction de leur poste dans la maison d’édition. Par exemple, les rédacteurs du département d’économie d’une maison d’édition peuvent être professionnels de l’économie.

52  Iosif Hanaanovič Dvoretskij (1894-1979), philologue soviétique, spécialisé en lettres classiques, rédacteur de la Maison d’édition en langues étrangères, traducteur. Il est coauteur du dictionnaire latin-russe, très détaillé et utilisé jusqu’à nos jours aussi bien que d’autres dictionnaires, grec-russe et russe-polonais ; il est également auteur du manuel de polonais.

53  À partir d’ici, les manuels sont évoqués par le nom du premier auteur et par l’année de l’édition en question. Pour des références plus complètes, voir la liste de sources publiées à la fin de l’article.

54  GARF, fonds 9396 [MVO], op. 20, d. 310, p. 164. Avis sur les manuscrits des manuels qui ont reçu l’autorisation du ministère du 28 juillet au 11 septembre 1951.

« Samye teksty… sostavleny ili podobrany prežde vsego s učëtom interesov kommunističeskogo vospitaniâ. Poètomu osnovnaâ massa ih posvâŝena voprosam sovetskoj žizni i sovetskogo stroitel’stva, bor’by trudâŝihsâ mass za rubežom protiv kapitalističeskogo rabstva, za mir. V Hrestomatii rešitel’no preobladaût teksty, naibolee blizkie k našej sovremennosti : materialy iz našej političeskoj literatury, otryvki iz proizvedenij progressivnyh francuzskih pisatelej… »

55Ibid., p. 164-166.

« Pervyj variant ètoj rukopisi, sostavlennyj tt. Pototskoj i Elaguinoj i obsuždavšijsâ v recenzionnom porâdke, prišlos’ zabrakovat’ polnost’û kak celikom neprigodnyj kak po soderžaniû, tak i po postroeniû. Čtoby dobit’sâ skorejšego vyhoda v svet èlementarnogo učebnika francuzskogo âzyka, Izdatel’stvo organizovalo korennuû pererabotku rukopisi, svedšuûsâ praktičeski k sostavleniû novogo učebnika. Dlâ usileniâ avtorskoj brigady byla priglašena M. P. Kamenskaya…

Buduči sostavlena v krajne spešnom porâdke, rukopis’ nesvobodna ot nekotoryh priznakov ètoj speški. Sûda otnosâtsâ, prežde vsego, nedostatočnaâ nasyŝennost’ râda tekstov očerednym grammatičeskim materialom ili perenasyŝennost’ novoj leksikoj. Polagaû, odnako, čto èti i im podobnye nedostatki ne nosât principial’nogo haraktera i v praktike prepodavaniâ budut legko preodolevat’sâ kak učaŝimi, tak i učaŝimisâ. »

56  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 4266, p. 1-75. Avis sur les manuscrits des manuels qui ont reçu l’autorisation du ministère du 26 novembre au 11 décembre 1970.

57  Sur ce sujet voir Vaissié, 2008, 22-24 – sur les rédacteurs soviétiques et leur rôle dans la vie littéraire ; Godet, 2010, 58-63 – sur les rédacteurs dans le cinéma soviétique et leurs fonctions, y compris du contrôle idéologique et de la censure ; Gorâeva, 2009 – sur le projet global de censure en URSS.

58  RGANI, fonds 5 [CC du PCUS], op. 60, d. 30, p. 83.

« [...] Kak pokazala praktika, glavnym v rabote Komiteta po pečati âvlâetsâ vypolnenie proizvodstvennyh, tehničeskih i hozâjstvennyh funkcij, poskol’ku osuŝestvleniem kontrolâ za idejnym soderžaniem knig, brošûr, žurnalov i gazet vsegda zanimalis’ i zanimaûtsâ partijnye organy. »

59  Aleksej Alekseevič Leontiev (1936-2004), psychologue et linguiste russe.

60  Georgi Lozanov (1926-2012), éducateur et psychologue bulgare. Il est devenu une figure importante dans le domaine de l’apprentissage intensif pendant les années 1970 avec sa théorie dénommée suggestopédie qui fait appel à différentes techniques (telles la respiration et la musique) pour améliorer l’apprentissage.

61  RGASPI, fonds 606 [AON], op. 1, d. 1485, p. 75-100.

62  Entretien avec une ancienne étudiante et professeure du MGPIIYa dans les années 1960-1980, le 19 décembre 2012 à Moscou.

63  GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 1, d. 82, p. 23; d. 360 p. 14; d. 2166, p. 130, d. 2167, p. 19. GARF, fonds 9606 [MVSSO], op. 11, d. 62, p. 64. Avis sur les manuscrits des manuels qui ont reçu l’autorisation du ministère, 1959-1974.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Nombre d’étudiants des établissements d’enseignement supérieur de l’URSS de 1940-1941 à 1985-1986, en milliers.
Crédits Sources : Économie nationale de l’URSS pendant la Grande guerre patriotique 1941-1945, 1990, 209 ; L’URSS en chiffres en 1985, 1986, 243.
URL http://journals.openedition.org/rhsh/docannexe/image/584/img-1.png
Fichier image/png, 8,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nataliya Yatsenko, « Conception et production des manuels universitaires en Union soviétique »Revue d’histoire des sciences humaines, 29 | 2016, 43-63.

Référence électronique

Nataliya Yatsenko, « Conception et production des manuels universitaires en Union soviétique »Revue d’histoire des sciences humaines [En ligne], 29 | 2016, mis en ligne le 03 décembre 2018, consulté le 30 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/rhsh/584 ; DOI : https://doi.org/10.4000/rhsh.584

Haut de page

Auteur

Nataliya Yatsenko

Université pédagogique d’État de Moscou (maître de conférences, département de langues romanes), université Paris Diderot – Paris 7, Sorbonne Paris Cité (doctorante, laboratoire Identités, cultures, territoires).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Revue d’histoire des sciences humaines est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre Alexandre-Koyré
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search